Version classiqueVersion mobile

Député-paysan et fermière de Flandre en 1789. La correspondance des Lepoutre

 | 
Edna Hindie Lemay
, 
Jean-Pierre Jessenne

Section III. 1er Mai 1790 - 30 Novembre 1790

Correspondance du député Lepoutre. Paris, 1er mai 1790 — 30 novembre 1790

Texte intégral

Mai 1790

1 N o 37 de Paris le 1 er mai 1790

2 Ma chère Amie,
[...]
Vous me faites part que les lins diminuent. Encore je n’en suis point trompé pour ce moment ; il paroit qu’un chacun arrête ses entreprises pour voir quelle tournure prendront les assignats et je viens d’apprendre aujourd’hui que le change de Lille sur Paris est aujourd’hui de 9 pour cent depuis trois jours ; il a augmenté de 7 pour cent en vingt quatre heures. Ainsi il faut espérer que le commerce va reprendre vigueur dans toutes les parties du royaume, à cause des 400 millions de papier monnoyé qui va circuler dans le commerce. Ainsi sans besoin, je ne vous conseille pas de vendre le lin encore de sitôt.

3 [...]

  • 1 Sous l’Ancien Régime, l’opinion publique oppose souvent la mauvaise influence des ministres à la b (...)

4 Vous m’aviez parlé dans une de vos dernières lettres que les ministres 1 n’étaient plus en bonne réputation dans le publicq ; eh bien à la réserve de quelques uns, cette masse d’agents du pouvoir exécutif sont dévoilés et il y a eu encore une grande explosion de projetée, mais toujours inutilement.

5 Je vous envoye ci inclus la lettre patente du Roy concernant les biens du Clergé et des dismes, vous pourrez en instruire les voisins et amis. Cependant je crois qu’elle ne tardera pas de parvenir dans toutes les communautés.

6 J’espère que dans peu de jours j’auray la satisfaction de me trouver avec Pierre CASTELAIN ; ce me sera un délassement dans mes travaux pour un jour et je crois que je pourrai lui dire approchant le temps que je pourray me rendre pour quelques jours dans ma famille. Attendant cette douce consolation, je suis très sincèrement

7 Ma chère Amie votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

8 N o 38 de Paris le 4 May 1790

  • 2 Le 27 avril 1790, Démeunier (comité de constitution) fait un rapport sur l’organisation de la muni (...)

9 Ma chère Épouse,
Vous me témoignez de plus en plus le désir que vous avez de me voir au sein de ma famille au moins pour un court espace. Dans ce moment je n’ay pas moins d’envie que vous, mais je crains que l’article du tabac me retienne plus longtemps que je ne voudrois. Actuellement nous sommes occupés de l’organisation de l’ordre judiciaire. Toutes assemblées du matin sont pour cet objet et nous avons chaque jour une assemblée générale du soir pour l’organisation de la municipalité de Paris 2 de manière que ces deux objets doivent nous occuper, sans que l’on puisse y mettre aucun intervalle avant qu’ils ne soient exactement terminés. Ainsy le rapport du comité d’agriculture et de commerce pourra se prolonger encore d’une huitaine au moins. Si celuy qui concerne la ferme aux tabacs se met premier en délibération, il ne devra pas souffrir longue difficulté. Mais si au contraire on prend celuy du commerce qui contient le tarif des droits d’entrée, celuy-là sûrement demandera une longue discussion, vu le grand nombre d’articles qui s’y trouvent insérés.

10 Vous me faites part que le berger ne doit pas me donner de ses nouvelles parce qu’on luy a dit que j’étois de retour. Il ne devoit point croire à ce rapport, puisque je luy avois dit que je ne croyois pas encore luy faire compagnie au retour de son troisième voyage. Mais cependant nous devons avoir une conférence particulière avec les membres du comité, avant qu’il fasse son rapport. Si ses sentiments étoient conformes aux nôtres concernant la plantation du tabac libre pour tout le royaume et la répartition de la régie par département, comme nous le demandons. Pour lors, je pourroy profiter d’une huitaine plus tôt.

11 Je crois que je pourroy me rendre demain vers le soir à Poissy, parce que les assemblées du soir ne portent que sur ce qui regarde Paris.

12 Vous me dites que vous êtes obligée de vous procurer un carton *. Je ne doute pas que vous ne ressentez un peu de chagrin, car quand il y a du changement dans l’équipage, il ne peut pas estre autrement.

13 Vous me parlez de ne plus livrer du beurre au curé d’Annoeullin, quand il vous en demandera. Je ne vous conseille pas de luy faire ce refus avant que nous ayons pris nos arrangements définitifs avec luy. Je ne doute pas que nous aurons quelques débats sur les cours de rentes qu’ils nous sont dus. Et vous voierez qu’il finira par vendre son bien pour le liquider et, d’après cela il pourra faire une scission avec la famille. C’est entre vous et moi que je peux parler de cette façon. Attendant la satisfaction de nous pouvoir expliquer vocalement, je suis très sincèrement ma chère Épouse votre très affectionné Mary

14 P.-F. Lepoutre

15[La lettre no 39 du 8 mai 1790 n’a pas été publiée]

16 N o 40 de Paris le 12 May 1790

17 Ma chère Amie,
Je désirerois de tout mon cœur d’estre au rapport que Pierre CASTELAIN aura la satisfaction de vous faire sur bien des objets relativement à ce qu’il aura vu dans notre Assemblée. Je suppose qu’il n’aura pas manqué de voir en passant par Douay le sieur DUPIER, négociant, pour sçavoir quand vous auriez pu envoyer vos chariots pour charger l’orge et l’avoine que le sieur PILAT luy a ordonné d’acheter pour nous et je luy ay dit aussi de s’informer du prix des deux articles pour que vous m’en fassiez part à votre première pour que je puisse en remettre le montant au dit sieur PILAT.

18 Vous m’apprenez, ma chère Amie, ce que j’ay toujours craint, que me rendant au sein de ma famille, j’auroy pu m’exposer au blâme de nos commettants. Vous me faites part que le sieur CHOMBART n’est pas reçu de bonne façon, malgré toutes les raisons légitimes qu’il peut alléguer ; ainsy ce nous sera un motif pour prolonger notre patience quelques semaines de plus. Mais cependant quand les départements et les districts seront organisés, j’aime à croire pour lors que nos démarches, pour un moment au sein de nos familles ne seront plus sujet aux blâmes et il est très certain qu’un chacun de nous n’a besoin chez soi pour l’arrangement de ses affaires.

19 [...]

  • 3 La ville d’Arras et surtout son maire Dubois de Fosseux sont à l’initiative d’une proposition tend (...)

20 Hier à notre Assemblée du soir, il s’est présentée une députation de la ville d’Arras, au nom de la municipalité de la commune et la Garde Nationale de la dite ville 3 Ils ont annoncé que des courriers étoient partis pour toutes les villes de leur département pour inviter une députation de la Garde Nationale de chaque ville pour se réunir à eux afin de se rendre le 6 juin à Lille pour jurer une fédération avec la Garde Nationale du département du Nord.

21 Le rapport concernant la ferme aux tabacs doit se faire mercredi. Nous devons nous trouver aujourd’huy au comité des impositions pour cet objet. J’espère que la plantation et la fabrique sera libre par tout le royaume et que cette denrée sera marchande et libre comme le scel. Je ne peux dans ce moment rien assurer parce que l’Assemblée pourroit bien ne point être de notre avis et de celuy du comité. La portion du clergé aristocrate ne laisse rien à faire pour soulever le Peuple dans plusieurs quartiers du royaume et ils ont partout la religion pour leur voile, mais je regarde leurs efforts très inutiles.

22 La commune de Lille doit faire une soumission pour acheter pour dix huit millions de biens domaniaux et biens du clergé qui se trouvent dans nos Départements-Belgique. Vous connaissez par les journaux combien il sera facile d’acheter ces sortes de biens, mais je ne crois pas qu’il en sera vendu beaucoup à la campagne puisque l’on estime qu’il y en a pour environ quatre milliards en tout dans la France.

23 J’ay eu ce matin la visite du sieur LEPERCQ de Roubaix ; il doit venir encore demain avant que je me rende à l’Assemblée pour conférer sur plusieurs objets qui regardent sa commission. J’attends de vos nouvelles le plus tôt possible et j’espère malgré toutes les entraves qu’il se présentent, d’avoir la satisfaction de vous embrasser avant la Saint Jean. Attendant ce doux moment, je suis, ma chère amie votre affectionné Mary

24 P.-F. Lepoutre

25 N o 41 de Paris le 16 mai 1790

26 Ma chère Épouse
Par la lettre que j’ay reçue en date du 11 [n. p.], vous me faites part que vous avez commencé à sarqueler nos linières et qu’elles sont fort belles. C’est une consolation pour moy d’apprendre que la dépouille à faire pour cette année est de toute beauté en apparence, en tous genres d’avestures *. Mais je crains bien que je ne pourray pas avoir la satisfaction de les voir encore de sitôt, d’après ce que j’apprends concernant la vacance qu’a fait Monsieur CHOMBART. Je me résous à prendre patience et je vous invite à faire comme moy et au surplus, je suis très persuadé de votre grandeur d’âme à cet égard, que vous ne voudriez pas que je m’expossasse au mépris de mes commettants, pour n’avoir que la courte consolation de nous voir pour sept à huit jours seulement. Mais quant à votre proposition de nous faire un rendez-vous incognito, cela pourra se faire plus facilement quand vous serez un peu débarrassée du sarquelage et moy des grands objets que nous traitons dans ce moment.

  • 4 Un des plus grands débats constitutionnels de l’Assemblée nationale concerne le droit de déclarer (...)

27 Nous aurons aujourd’huy une scéance que nous devons traiter des objets de la plus haute importance. Ce sera de sçavoir si le Roy aura le pouvoir de faire la guerre ou la paix, sans intervention de la Nation 4 Je suis d’un sentiment pour la négative et j’aime à croire que cette question passera de cette manière.

28 Les grandes affaires que nous avons depuis quinze jours a mis en retard le rapport que doit faire le comité des impositions concernant la ferme aux tabacs. Mais je crois qui se fera bientôt et j’espère que la plantation aura lieu par tout le royaume, ou du moins les Provinces-Belgique et l’Alsace pourront continuer la plantation, mais non pas avec cette même liberté qu’ils avoyent ci-devant, si l’Assemblée prononce suivant l’avis de certains membres de ce comité.

29 Quant au loier du jardin du Gavre que vous me dites que HERBAUX ne vous en offre que neuf cents livres de gros, y compris la grange et sûrement avec la petite maison qui en fait partie, je ne trouve pas que ce soit cher. Mais il n’y a pas d’autre chose à faire puisque vous n’êtes pas à portée pour l’habiter par vous-même. Mais si vous convenez avec, tachez de ne luy accorder qu’un bail de six ans, s’il veut bien y consentir.

30 Quant au sieur VANDERMERSCH, la feuille que je reçois tous les jours ne m’en fait plus aucune mention depuis une douzaine de jours. Je crains qu’il ne soit trouvé coupable à la fin. Ce seroit bien un grand malheur pour ces provinces car je crois que les Flamands ne seroient pas de bonne humeur s’il falloit que leur général périsse.

31 Je n’ay pas de nouvelles à vous donner concernant les derniers marchés de moutons. Je n’ay pas trouvé le moyen de saluer le sieur MORSALINE mardy dernier et au surplus je crois que ces informations nous deviendront inutiles pour cette campagne.

32 Au moment que je finis ma lettre le sieur LEPERCQ de Roubaix est arrivé pour me saluer.

33 Attendant de vos nouvelles le plus tôt que vous pourrez, je désire que le Seigneur vous accorde la santé et patience et bon courage. Attendant la satisfaction de nous voir incognito, je suis très sincèrement ma chère Amie,

34 très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

35 N o 42 de Paris le 19 May 1790

36 Ma chère Femme,
J’apprend par votre dernière en date du 15 qu’après le compte que CASTELAIN vous a rendu de l’argent provenant du dernier marché de moutons, il vous restait y compris le produit des moutons vendus en route, environ la somme de deux cents francs, sur quoi CASTELAIN doit déduire le prix de son chien perdu et le loyer de celuy qui le représente à la maison, de manière que ce n’est point perdre.

37 [...]

38 Je vous préviens qu’il arrivera bientôt un renforcement d’employés dans nos frontières ; ce n’est pas pour cela que le reculement des barrières aura lieu encore de sitôt, puis qu’il faut avant tout avoir connaissance parfaite des dettes de l’Etat et sçavoir aussi si il sera nécessaire de continuer la ferme aux tabacs ou si l’on pourra la supprimer ; cet article est inséparable de la ferme des traites, ainsy il pourra se passer encore quelques mois avant que cet objet soit arrangé ; je crois pouvoir annoncer qu’il n’y aura aucun changement pour cette année dans la plantation des tabacs.

39 Il sera décrété aujourd’huy, j’espère l’objet de la plus haute importance que l’on puisse traiter dans notre Assemblée, qui est de sçavoir si il sera délégué au Roy le pouvoir de faire la guerre ou la paix, sans l’intervention des Représentants de la Nation ; je crois qu’il sera décidé pour la négative, ce qui servira de base pour tous les peuples de l’univers, vous en aurez une parfaite connaissance par les journaux au premier ordinaire.

40 Vous avez appris que la commune de Lille a fait une soumission pour acheter pour dix millions de biens nationaux ci-devant biens du Clergé, Arras doit en faire pour dix millions, le Cambrésis pour quinze millions, Douay pour huit millions, de manière que les quatre cents millions sont depuis longtemps plus que remplis. Attendant de vos nouvelles, ma chère Amie,

41 votre très affectionné Mary
P. F. Lepoutre

42 N o 43 de Paris le 23 May 1790

43 Ma chère Amie
[...]
Nous venons enfin de terminer le décret concernant la guerre et la paix, objet de la plus haute importance pour toutes nations de l’Europe, vous le trouverez inséré dans le journal d’hier. Pendant notre Assemblée qui a duré depuis neuf heures du matin jusqu’à six heures du soir, j’ay sorti un moment pour prendre un rafraîchissement. Je me suis trouvé avec des Anglais, lesquels m’ont demandé comment ce décret aurait passé ; je leur ay répondu « en faveur de la Nation ». Ils m’ont dit de suite : « Eh bien non si cela passe ainsy, venez en Angleterre, vous serez porté en triomphe ». Vous voyez combien ce décret pourra influer sur toutes les nations.

44 Il y avoit sur les terrasses et dans les Tuileries au moins cinquante mille habitants de Paris qu’ils attendaient le résultat de ce décret. Quand le premier article a été décrété un citoyen en a été faire rapport et a lu le décret tel qu’il était passé. Le peuple a commencé par crier : « Vive la Nation », « Vive nos députés » « Vive les pères de la Patrie ». À notre sortie, tout ce peuple s’a rangé en haye et n’a cessé d’applaudir jusqu’à ce que tous les députés fussent sortis. Je ne sçauray pas vous pindre la joye qu’il y avait hier dans Paris.

45 Les cendres que vous me parlez que GALOIS vous a demandé vingt deux doubles, je ne les ay jamais payé plus que quatre patars.

46 Si le peu que je vous envoye soulage l’objet de vos finances, je ne vous conseille pas de vendre vos lins car j’espère que le commerce pourra reprendre sa vigueur sitôt que nous aurons fini notre Constitution.

47 Je ne peux m’expliquer de plus dans ce moment, je suis pressé par la poste. Je vous souhaite une parfaite santé et, attendant de vos nouvelles,

48 Je suis très sincèrement ma chère Amie votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

49 N o 44 de Paris le 26 May 1790

50 Ma chère Amie,
Je suis charmé d’apprendre par votre lettre en date du 21 que vous aurez bientôt fini le sarquelage des lins et des fèves, ce sont toujours le plus d’employes.

51 Vous me témoignez que d’après le sarquelage, vous avez la volonté de venir à ma rencontre avec tous nos enfants, cela me sera doux ; quand je pourroy faire cette démarche, je ne peux non plus vous dire aujourd’huy quand je seroy un peu moins gêné pour pouvoir profiter de cette satisfaction et je ne peux non plus vous dire où sera le poste de notre réunion, mais je suppose que ce sera à Douay, parce que là où loge la diligence de Paris.

52 Je suppose que vous aurez reçu un paquet qui contenait ma dernière lettre et trois billets de la caisse d’escompte que j’ay confié au sieur WATTEL de Tourcoing pour le remettre au sieur et cousin DESURMONT pour vous le faire de suite et peut-estre vous l’aura-t-il apporté lui-même.

53 Vous me parlez du sieur CHOMBART, il n’est point encore de retour à Paris. Je crois qu’il n’arrivera qu’à la fin du mois. Il trouvera bien des choses finies en son absence.

  • 5 Le Châtelet était le tribunal de la prévôté et vicomté de Paris ; à la fin de l’Ancien Régime, il (...)

54 Il arrive de temps en temps quelques scènes tragiques. Hier l’après-midi, les habitants du faubourg Saint Antoine ont pendu trois personnes convenues de vols. Ils n’ont plus de confiance au Châtelet 5 , ils font les exécutions par eux-mêmes, sans aucune forme de procès.

55 Les décrets qui ont été portés samedy, ont bien causé de la joie dans Paris et sûrement qu’il en sera de même pour tout le royaume, mais je crois qu’il n’en aura pas été ainsy parmi le conseil de la reine et des ministres. Nos aristocrates ont beau enrager, je crois qu’ils ne pourront plus nous susciter un pareil appas que ce dernier, mais heureusement que tout retourne contre eux.

56 Vendredi prochain, nous devons avoir un rapport du comité ecclésiastique, concernant le traitement des curés particulièrement. Cet objet est très pressant parce que dans bien des endroits on leur refuse la portion congrue.

57 J’ay été hier à l’hôtel où se trouve ordinairement Monsieur MORSALINES pour m’informer du prix des moutons. Suivant son rapport il n’y a pas eu de changement et il est certain qu’ils n’augmenteront pas jusqu’au mois de septembre à cause de la grande quantité de légumes et des cerises que l’on commence à vendre.

58 Voilà un certain temps que vous ne me donnez plus de nouvelles de notre sœur Angélique de Reckem. Je suis inquiet de sçavoir si le bandage dont elle se sert procure du soulagement et si elle sera bientôt débarrassée de son fruit. Je crains qu’il n’arrive du trouble dans les provinces brabançonnes ; Monsieur HOVYN m’a fait part dans sa dernière lettre qu’il y avoit une grande fermentation parmi le peuple flamand qui voulait se rendre à Anvers pour délivrer leur général VANDERMERSCH et hier j’ay appris qu’un régiment impérial de cavalerie étoit venu fondre sur les Patriotes, qu’il avoit eu beaucoup de sang répandu et qu’il en étoit resté huit cents de ces derniers sur le carreau.

59 Vous avez fort bien fait de ne pas vous fier au sieur WILLANT, ci-devant vicaire de Linselles. Je sçais croire qu’il n’a fait cette démarche que pour se procurer les moyens à servir la patrie des aristocrates.

60 J’ay écrit aujourd’huy au sieur LEMESRE d’Houplines. Je luy ay fait part que vous aviez reçu le montant des deux lettres de change qu’il m’avait fait parvenir et je l’ay invité à vous rendre une visite pour recevoir les billets que je vous ay envoyés.

61 Je vous marqueray dans ma première lettre le jour que je pourray me rendre à Douay. Je suppose que ce sera pour un jour de mercredi pour votre plus grande commodité et c’est que ce jour de mercredi ne donne aucun soupçon, à cause que l’on croit que vous sortez pour votre marché et quant au cousin DESURMONT que vous me dites qu’il pourroit vous faire compagnie, vous pouvez luy en faire la proposition, vous auriez un compagnon de route fort agréable et moy je serais très flatté d’avoir la satisfaction de sa conversation.

62 Attendant de vos nouvelles le plus tôt que vous pourrez, embrassez nos enfants pour moy et des compliments à mon frère Constantin et à toute notre famille, je suis sincèrement

63 ma chère Amie votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

64 N o 45 de Paris le 30 May 1790

  • 6 Le 29 mai 1790, le président, Briois de Beaumetz, lit une proclamation de Louis XVI destinée à êtr (...)

65 Ma chère Amie,
[....]
Vous pouvez être assurée pour le coup, que les ennemis du bien publicq sont abattus. Le Roy vient de nous faire parvenir une proclamation par laquelle il dénonce que ceux qu’ils cherchent les moyens de parvenir à une contre-révolution 6 , il les regarde comme ses ennemis, attendu que luy, il n’a d’autre but que de concourir avec l’Assemblée Nationale, à procurer à son Peuple le bien qu’il doit attendre de cette Révolution. Nous avons reçu cette proclamation hier le soir ; après que la lecture en a été faite, le Peuple a commencé à faire retentir notre salle par des cris répétés de « Vive le Roy » et je suis très persuadé qu’il aura entendu l’allégresse de son Peuple étant dans son appartement. Je crois que la ville sera illuminée ce soir.

66 Je suis disposé à me rendre à Douay par la diligence le mardi 8 du mois de juin pour y coucher le mercredi le soir. S’il n’y a point d’empêchement de votre part, j’auray la satisfaction de vous y attendre. Je ne peux pas vous dire le nom de l’auberge, mais je crois qu’il ne vous sera point difficile de la trouver. Je dois vous prévenir cependant que ce voyage me coûtera au moins cinquante écus. S’il y avoit du contraire de votre part, que vous ne puissiez pas vous y rendre, je vous prie de m’en donner avis de suite que vous aurez reçu ma lettre. J’ay pris le jour du mardy pour qu’il vous soit plus facile de soustraire au publicq vos démarches, parce que vous ne devrez sortir de chez vous que le mercredy.

67 Attendant la douce consolation de nous embrasser réellement

68 Je suis très sincèrement ma chère Amie votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

69 Je vous prie de ne point oublier de prendre avec vous une potée de beurre d’une douzaine de livres.[...]

70[La lettre no 46 du 2 juin n’a pas été publiée]

Juin 1790

71 N o 47 de Paris le 5 juin 1790

72 Ma chère Femme,
Je viens de recevoir votre lettre en date du 1 er juin [n. p.] ; je suis charmé d’apprendre par cette, que le cousin DESURMONT a bien voulu changer vos billets pour des écus, je crois qu’on a moins de peine de trouver de l’argent en province qu’à Paris.

73 Le sieur LEMESRE du quel j’ay reçu une lettre hier par laquelle il me témoigne beaucoup de gratitude et il me promet de vous rendre une visite sous peu de jours avec le sieur DUHOU de Quesnoy. Il me fait part aussi du patriotisme qu’il règne dans tous les cœurs, dans leur canton et particulièrement dans sa paroisse.

  • 7 Dès le 13 juillet 1789, la nouvelle municipalité de Paris avait créé une milice bourgeoise de 48.0 (...)

74 Jeudy, jour du Saint Sacrement, l’Assemblée Nationale s’a rendu à Saint Germain l’Auxerrois pour accompagner le Roy et la famille royale à la procession. Peut-estre que les Parisiens ne verront plus de sitôt une pareille cérémonie dans la capitale. Et le Roy est parti hier pour Saint Cloud, il doit revenir demain. Il nous a fait annoncer son départ par son ministre de la guerre et ii nous a fait communiquer aussi qu’il venoit de donner des ordres de faire parvenir à tous les régiments de France de pouvoir s’affilier avec la Garde Nationale 7 . C’est encore un coup de foudre pour nos ennemis intérieurs.

75 Il me paroit par votre lettre que vous n’aviez point encore reçu celle que je vous ay marquée le jour que je me promettais de me rendre à Douay pour avoir la consolation de nous réunir pour un moment, car je ne crois pas pouvoir rester plus de quatre jours. Ce sera peut-estre une grande peine pour nous quitter n’ayant qu’un si court temps pour nous voir.

76 Je ne vous donneray point de détaille concernant Pierre SIX pour la charge de notaire qu’il vient d’acheter. Nous aurons le temps de nous expliquer quand nous serons à Douay.

77 Nos MM. CHOMBART et NOLF, curé de Saint-Pierre ne sont point encore de retour. Je crois que nous se croiserons dans la route parce que je suppose qu’ils partiront de Lille mardy prochain et je partiray de Paris le même jour pour me rendre à Douay. Comme je crois que vous serez arrivée au poste avant moy, je vous prie de choisir un logement tranquille et hors du grand passage pour éviter la rencontre de beaucoup de gens de connaissance. Je ne quitteray pas Paris, cependant, sans en faire part à mes collègues. Je ne trouve pas à propos de faire comme le curé de Saint-Pierre, il était parti de quatre jours qu’on ne sçavoit pas son absence. Nous en avons été informé par la gazette de Lille. Je crois qu’il est venu quêter un peu d’encens, comme étant un membre attaché à l’hôtel. Cela lui est plus habituel que les autres.

78 J’espère que vous recevrez ma lettre avant votre départ ; ainsy je n’attends plus qu’une de vos lettres et vous recevrez cecy comme la dernière, car je ne crois plus de vous écrire avant de nous avoir vus. Vous ferez mes compliments à mon frère Constantin et quant aux enfants j’espère qu’ils feront compagnie, pour lors j’auray la satisfaction de les embrasser. Attendant ce doux moment, je suis très sincèrement

79 ma chère Amie votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

80[La lettre no 48, de Douay le 13 juin 1790, n’a pas été publiée]

81 N o 49 de Douay le 15 juin 1790

82 Ma chère Amie
J’ay trouvé une occasion aujourd’huy pour vous écrire une seconde lettre, celle-cy est pour vous prier de faire parvenir une dizaine de livres de beurre dans un pot emballé comme celuy que vous m’aviez amené. Ce Monsieur avec qui je dois partir demain m’a fait l’amitié de m’inviter à sa soupe pour le dîner, dont j’ay accepté et durant le repas il a été parlé du beurre qu’ils ont présenté à table, qu’ils disoient être du beurre de Landrecies. Cependant que je n’ay pas goûté fort bon, mais eux, ils ont tous dit qu’ils auroient désiré d’en avoir du pareil ; mais ils ont su convenir que le beurre de Flandre étoit préféré, de manière que j’ay du faire offre de leur en faire parvenir une pareille potée. Ils ont accepté volontiers mais sous condition de le satisfaire. Je trouve qu’il sera très mal de ma part de recevoir attendu que la voiture qui nous conduira ils me la donne gratisse. C’est pourquoy je vous prie de mettre le plus tôt possible une pareille potée à la diligence de Douay à l’adresse de Monsieur PAUTIER, marchand brasseur, au Barlet, pour le sieur BAUDART officier au régiment des chasseurs de Picardie, à Douay.

83 J’espère que vous l’expédierez de suite, parce qu’ils doivent partir pour la Lorraine en dedans huit ou dix jours.

84 Je suis très sincèrement ma chère Amie votre affectionné Mary

85 P.-F. Lepoutre

86 N o 50 de Paris le 19 juin 1790

87 Ma chère Épouse,
[...]
Quand j’ay arrivé chez moy à Paris, je me suis trouvé surchargé de lettres et d’envoyes de l’imprimeur de notre Assemblée, de manière qu’il m’a fallu au moins deux heures pour voir les lettres et refeuilleter en gros tous les envoyes. Vous trouverez ci-inclus de quoy vous entretenir deux ou trois jours ; de ce coup vous trouverez le traitement des curés et des évêques et la continuation de la disme pour cette année seulement. Il y a eu beaucoup de réclamations faites concernant la disme pour payer en argent, mais il a été décrété qu’elle sera payée en nature comme à l’ordinaire.

88 Vous me faites part que le bruit court que le sieur CHOMBART ne reviendra plus à Paris. Il n’est point encore revenu, mais je ne crois pas qu’il puisse faire une pareille sottise de donner sa démission. Je l’attends mercredi prochain avec le sieur NOLF, curé de Saint-Pierre ; à l’exemple de ces messieurs j’auray du avoir plus de confiance dans ma courte absence que j’ay fait, cependant je suis très content de ne point avoir prolongé plus longtemps car une partie de nos Messieurs se sont informés à Monsieur SCHEPPERS si j’étois incommodé à cause que je ne paroissois plus ; ainsi vous voiez combien il est intéressant de ne point quitter son devoir sans une permission.

89 Les deux lettres de change que vous m’avez remis ne sont point preste à recevoir encore de sitôt ; celle de 130 livres, son échéance est passée depuis le 10 juin. Je me suis rendu hier chez le sieur DUPUIS pour la recevoir. Il m’a dit qu’il n’avoit pas d’argent du sieur PREVOST son frère pour me payer en ce moment. J’ay trouvé à propos de luy donner encore quatre jours de grâce avant de luy faire signifier le protest, il m’a témoigné que cela luy faisoit un grand plaisir, à cause de son beau-frère et que lundy sans faute, j’aurois reçu de ses nouvelles. Quant à celle de huit cent sept livres, elle n’est recevable, que le dernier jour de Juin, ainsy je ne vous feray parvenir aucun billet avant l’échéance de cette dernière. Je crains cependant que celle de 130 livres que je serois dans le cas de renvoyer au cousin DESURMONT avec son protest.

90 Je suis chargé d’un grand nombre de lettres à écrire. Je finis et attendant de vos nouvelles, je suis très sincèrement

91 ma chère Épouse votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

92 N o 51 de Paris le 22 juin 1790

  • 8 Samedi 19 juin 1790 (soir) : Menou occupe le fauteuil présidentiel en l’absence de Sieyès. Plusieu (...)

93 Ma chère Amie,
Il n’est plus question à présent de la sortie que j’ay fait parmi nos MM. Les grands travaux qu’ils nous ont occupés ont fait oublier de suite cette petite absence. Vous trouverez dans les journaux la sçéance de samedi soir qui porte le dernier coup d’humiliation à la Noblesse8 puisqu’ils ne peuvent plus porter d’autres noms que celuy du baptême et de leur famille plus d’armoiries ni de livrées pour leurs domestiques. Je crois que vous ferez bien à la première occasion de faire la proposition à Monsieur LEGRAND de faire retirer le pilori de suite pour éviter que le Peuple ne se porte point à les abattre, comme ont fait ceux de Wambrechies.

94 Suivant le rapport que vous me faites, les lins sont d’une grande apparence ; depuis huit jours le temps n’est plus au froid mais bien à une extrême chaleur. Je ne doute pas qu’il en soit de même chez nous. On commence dans les environs de Paris, à picter * les seigles et dans les provinces du midy la récolte est presque achevée.

95 Il y a encore des troubles dans plusieurs endroits du royaume et nommément à Lille. Je vous diray à vous qu’il y a trois députés de Lille qui logent à notre hôtel depuis huit jours ; d’après la grande fête qui s’est faite le 6 juin il s’a élevé un malentendu entre la Garde Nationale et le club des Amis de la Révolution. Des trois députés qui sont actuellement à Paris le sieur DUHEM de Quesnoy est du nombre. Et nous devons nous assembler aujourd’huy chez Monsieur de LANNOY, je ne doute pas que ce ne soit pour ce sujet. Il nous est arrivé des dépêches de la municipalité et de la Garde Nationale, qui tendent je crois, à vouloir dissoudre cette société. Je n’en suis point assez instruit dans le moment ce sera pour la première que je vous ecriveray.

96 Vous me parlez que le sieur NOLF se présente pour estre admis dans la garde volontaire de Linselles. D’après sa conduite qu’il a tenu jusqu’à présent, je serois d’avis, moy, de ne pas l’admettre et il est très à craindre qu’il pourrait troubler l’ordre de la société.

97 Au sujet de la couverture qui doit estre faite sur la petite grange, vous le ferez faire pareil au dernier ouvrage qu’il a été fait l’année avant dernière. Comme nous ne savons pas les sentiments de notre propriétaire et vu le bruit qu’il circule à raison de notre marché, je crois qu’il est prudent de ne point employer plus de paille que notre obligation qu’exige le bail.

98 Je crois que vous ferez bien de faire construire la buje en briques au travers le chemin derrière la maison DUTHOIT puisque voilà six ans qu’on nous invite à la faire. Ce seroit se montrer opiniâtre que de s’y refuser davantage.

99 Si l’ordonnance pour le redoublement n’est point encore parvenue à Linselles et dans les villages voisins, je crois que vous ne feriez point mal de parler au sieur LEPERS et au cousin COUROUBLE pour les prévenir qu’il se trouve un grand nombre de vagabonds et des environs d’Haudenarde et que les Etats du Tournésis viennent d’en faire la réclamation à la municipalité de Lille et à la gouvernance pour travailler de concert ensemble pour cet objet

100 Je seray obligé aujourd’huy de faire protester la lettre de change de 130 livres ; voilà les quatre jours de grâce que j’avois accordés, expirés sans que j’eusse reçu aucune nouvelle du créeur de la dite lettre. Mais pour celle de 807 livres, je crois qu’il n’a rien à craindre.

101 Vous direz à Charlotte que je la remercie de la belle fleur qu’elle m’a envoyée et que quand je reviendray, je luy apporteray quelque chose de beau. Attendant ce moment je suis très sincèrement

102 ma chère Amie votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

103 P.-S. Il y a deux de ces MM. Députés qui sont partis ce matin, mais le sieur DUHESME est resté, il ne doit partir que demain. J’attends que les sieurs CHOMBART et NOLF seront de retour aujourd’huy à midi.

104 N o 52 de Paris le 26 juin 1790

105 Ma chère Amie,
[...]
Je vous fait part du retour de nos MM. CHOMBART et NOLF, ils sont arrives mardy dernier. Il paroit d’après les rapports du sieur CHOMBART que le patriotisme ne règne point trop dans les villages de son quartier et il parroit que la révolution ne les intéresse pas beaucoup et même j’ose croire qu’ils en sont mécontents à cause que les curés de son alentour sont pour la majeure partie tous aristocrates. Et je ne doute pas qu’il en soit de même dans nos environs, car aucune paroisse n’a fait parvenir des adresses comme ont fait ceux des paroisses méridionales.

106 Je vous avois fait part dans ma dernière que je n’aurois pas admis le sieur NOLF de Linselles dans le corps des volontaires. Je suis aujourd’huy plus que jamais du même avis, car il ne peut faire autre chose que de troubler leur société. Je serois charmé d’apprendre la façon auquel on traite nos enfants les aînés quand ils se trouvent en compagnie, soit à Lille ou à Linselles. Je demande que vous leur demandiez et qu’ils vous en fassent un récit exact et avec franchise. Cet objet m’intéresse dans ce moment et j’espère que vous m’en donnerez des nouvelles de suite que vous en serez instruite.

107 [...]

108 Je vous avois promis étant à Douay que j’aurois pris une vacance vers la fin de juillet. Je crains beaucoup que je ne pourrais pas faire cette démarche sans compromettre ma réputation à l’égard de mes commettants, car je sçais que nos MM. n’ont pas été vus d’un bon oeil d’un chacun pendant le temps de leurs vacances, quoyqu’on puisse dire les papiers publicqs de l’accueil et honneurs qu’ils ont reçus.

109 [...]

  • 9 Le jour même (26 juin et non le 16), la demande de François d’Escars (de Châtellerault) pour un co (...)

110 Vous remarquerez dans le numéro 319 9 de la manière que seront traités le députés qui se sont absentés ou qu’ils voudraient s’absenter à l’avenir ; il leur sera déduit tout le temps de leur absence.

111 Nous sommes encore toujours accablés de travaux de la plus haute importance et je n’en vois pas encore la fin. Prendre patience et courage puisque nous ne pouvons pas faire autrement.

112 Attendant de vos nouvelles le plus tôt que vous pourrez, je vous souhaite une bonne dédicace et je vous prie de présenter mes respects à tous nos frères et soeurs, neveux et nièces et embrassez-les pour moy.

113 Je suis très sincèrement

114 ma chère Amie votre très humble et affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

115 N o 53 de Paris le 29 juin 1790

116 Ma chère Amie
J’ai été charmé d’apprendre par votre lettre en date du 25 juin, que vous estes rendue à l’invitation du sieur HOVYN pour profiter de la récréation de la fête de Saint Jean et je ne peux douter que vous aurez reçu de sa part beaucoup d’honnêteté, je crois que je pourroy sous peu de jours luy faire parvenir des brochures relatives à son commerce.

117 Mon cousin DESURMONT me propose par sa lettre de me venir voir à Paris pour le jour de la Fédération et il me dit de m’envoyer cinq à six pièces de satin turcq, pour échantillon. Il me fait part qu’il en a bien pour une centaine de louis, qu’il voudrait les vendre à Paris dans son voyage et il me propose d’y joindre sept à huit pièces de toiles ; quant à ce dernier article je crois qu’il pourra en faire une meilleure sortie que les satins, mais il faudra pour cela accorder du crédit ; je dois luy répondre aujourd’huy ou demain. Je pourray luy marquer le prix qu’il pourra vendre le satin turq et concernant les toiles, je ne peux pas dire de prix sans voir leur qualité.

118 Si le temps est aussy favorable chez nous pour les colzats qu’il n’est icy, vous n’aurez pas d’embarras, pour les mettre en meule, il fait de temps en temps une petite pluie tout à fait avantageuse pour les nourrir. Vous me dites que vous n’aurez pas de peine à vendre les lins, si je vous le permets dans ce moment. Vous devez vous souvenir que je vous ay dit plusieurs fois que je n’avois pas d’ordres à donner, mais seulement du conseil ; ainsy vous pouvez disposer comme vous le jugerez bon pour le mieux.

119 Vous me faites part que vous seriez charmée que je vous fasse parvenir les billets de la caisse d’escompte, sitôt l’échéance de la lettre du sieur TIBERGHIEN. Je crois que je n’auray aucune difficulté à recevoir. Je pourray vous les faire parvenir dans le courant de cette semaine ou au commencement de l’autre et j’y joindray quatre ou cinq cents francs de mon traitement parce que j’espère que nous aurons bientôt des assignats.

120 Vous me faites part qu’on a arrêté un abbé à Wervicq chargé de plusieurs sacqs remplis de louis, je ne doute pas que cette affaire sera envoyée à notre Assemblée. Vous voyez quelle confiance on peut avoir à cette espèce d’hommes. Je les crois capables de tout entreprendre quand il s’agit de l’intérêt. Ils n’en feroient pas de même pour le soutien de la religion qu’ils ne cessent de réclamer. Nous serons bientôt débarrassés de la constitution du Clergé et de leur traitement qui sera assigné à chacune des classes et à proportion de leurs besoins, je désire bien que cet article soit fini. Vous voyez par les journaux combien il leur sera alloué tant aux évêques qu’à tous les autres bénéficiaires.

121 Le sieur LEMESRE, maire d’Houplines m’a fait parvenir une adresse pour la première division du canton d’Armentiéres, pour estre présentée à l’Assemblée Nationale. J’en ay fait la lecture hier le matin, cette adresse contenoit plusieurs articles de pétition concernant l’agriculture, les pétitions contenues pour en former un décret s’il y a lieu.

122 Je vous invite à la grande fête de la Fédération, qui aura lieu le 14 juillet au Champ de Mars ; il y a présentement plus de vingt mille ouvriers qui y sont employés pour la préparation ; un chacun aspire cet heureux jour, auquel vingt cinq millions d’hommes lèveront les mains vers le ciel pour jurer ce pacte d’union et de fraternité, on croit qu’il y viendra au moins quatre cent mille étrangers. Le Roy a fait publier que tous ceux qui viendraient vendre des b oeufs ou des moutons aux marchés de Sceaux ou de Poissy auront deux pour cent au dessus de leur vente. Cette gratification pourra engager les marchands étrangers à ne pas laisser manger d’approvisionnements à Paris pour cette grande fête et cette gratification aura lieu vers le 8 ou le 10 jusqu’au 25 juillet.

123 Si vous ne me faites point l’amitié de vous rendre à mon invitation, j’espère que vous ne serez pas sans vous former des sociétés pour participer avec tous les Français de ce jour à jamais mémorable.

124 Je vous remercie de l’envoye que vous m’avez fait du bouquet que j’ay trouvé inclus dans la lettre pour me souhaiter la bonne fête de Saint Pierre.

125 Je vous prie d’embrasser nos enfants pour moy et des grands compliments à tous les frères et sœurs. Je suis très parfaitement

126 ma chère Amie votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

127 P.-S.- Les lettres concernant la disme, vous en envoyerez à ceux que vous jugerez convenable.

Juillet 1790

128 N o 53 de Paris le 3 juillet 1790

129 Ma chère Épouse
Je suis bien charmé d’apprendre par votre dernière en date du 29 juin, que tous nos parents se sont réunis chez vous à la dédicace, cela me fait d’autant plus de plaisir que vous aurez de la satisfaction de vous concerter avec nos frères pour le prix des lins, s’il arrive que vous eussiez la volonté de les vendre, si le temps n’est point trop contraire ; je présume d’après votre rapport qu’ils sont encore d’une passable longueur. Je suis bien aise que vous me dites qu’il n’y a qu’un peu de bled de versé au moment que nous sommes, le grain doit être bien formé aussy l’intérêt ne peut estre grand.

130 Vous me dites que le publicq participe à la douce consolation que nous avons goûté à notre entrevue à Douay ; cela me fait plaisir car je croyois qu’on auroit pris cette démarche en mauvaise façon.

131 Vous me faites part de la délivrance de ma sœur Angélique de Reckem et que tout est bien ; je voudrois qu’il fut né français, ce petit neveu. Il paticiperoit le bonheur qu’aura la Nation dans peu d’années, au lieu que tout au contraire je vois les Provinces-Belgique Flamandes et Brabançonnes tomberont au contraire, je le crains dans une plus mauvaise servitude qu’ils n’étoient ci-devant.

  • 10 Le duc d’Orléans, futur Philippe Égalité (1747-exécuté 1793), député de Crépy-enValois, avait fait (...)

132 Vous me proposez que mon cousin DESURMONT est d’avis d’envoyer les toiles que vous avez d’achat en commun sur Paris. Je luy ay écrit il y a trois jours et je luy ay marqué que les toiles étaient encore d’un grand prix, qu’il n’auroit pas de peine à s’en débarrasser avec profit et surtout si elles sont arrivées un peu de moment avant la grande fête de la Confédération générale du royaume Les étrangers qu’on attend pour ce grand jour seront sûrement très considérables, car on parle qu’il pourroit bien y avoir plus de deux cent mille étrangers. On prend toutes les précautions nécessaires pour ce grand jour. Les ennemis du bien général voudraient bien encore se remuer pour la dernière fois, mais j’aime à croire que toutes leurs trames seront inutiles comme les autres fois ; on parle beaucoup du retour du Duc d’ORLÉANS 10 , on prétend qu’il a annoncé son retour pour la grande fête, mais il faut le voir pour le confirmer.

133 Les opérations de l’Assemblée Nationale viennent de plus en plus intéressantes pour le peuple. On vient de retrancher de la masse énorme des pensions, une somme de quarante millions annuelle, que la Nation sera soulagée de manière que quand on aura fini les retranchements qui doivent se faire sur un grand nombre d’objets, toutes les sommes réunies se porteront au moins à 100 millions.

134 Je vous envoye ci-inclus la somme de seize cent francs en billet de la caisse d’escompte portant promesse d’assignats et un autre billet de la valeur de cent trente livres protesté que vous ne manquerez pas de faire parvenir de suite à mon cousin DESURMONT parce que le temps est très pressant qu’il lui soit remis, pour que le protet soit valide. De cette dite somme que je vous envoye, vous remettrez cinq cents livres au dit cousin DESURMONT dont un billet de deux cents livres qu’il m’a envoyé pour le faire contresigner et un effet de trois cents livres que j’ay reçu pour luy. Je vous avois marqué que j’auray pu vous envoyer quatre à cinq cents livres de mon traitement, il ne m’est pas possible dans ce moment sans m’exposer à la disette moi-même.

135 Vous recevrez deux paquets par le même courrier, parce que celuy qui contiendra les assignats, vous devrez en payer double port, parce que la Poste doit répondre de la somme qui se trouve inclus par la valeur des billets.

136 J’attends avec impatience l’arrivée de mon cousin DESURMONT. J’espère qu’il arrivera au moins trois ou quatre jours avant la Confédération. Je vous prie de dire beaucoup de bonnes choses à mon frère de Reckem et à ma soeur son épouse et je me recommande pour donner le nom au premier enfant qui leur viendra. Attendant de vos nouvelles, je suis très sincèrement

137 ma chère Épouse votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

138 N o 54 de Paris le 6 juillet 1790

139 Ma chère Épouse,
[...]
Je suppose que vous aurez conclu le marché avec les HENNIONS pour vos lins puisque vous n’aviez tout au plus que trois louis d’or de différent. Si vous n’avez pas arrêté le marché, j’ay à vous annoncer que les lins que nous avons vu dans les environs de Douay sont tous manqués et il en est de même dans le Cambrésis et en Picardie. Et vous connaissez la dépouille qu’il y a de cet article dans les environs, ce n’est pas que je vois au contraire que vous ne vendiez, je sçais que vous avez assez d’employe dans les lins. Mais quant aux lins en botte, si vous n’avez point besoin d’argent pour conduire vos affaires, je vous conseille de ne point vendre à présent, il pourrait arriver une guerre de mer entre les Anglais et les Espagnols, mais quant à la France j’espère que nous trouverons le moyen de nous en débarasser ; au reste je ne dois pas m’étendre sur cet article, je crois que vous avez vos gazettes qui vous en instruisent.

140 [...]

141 J’espère qu’à votre première vous pourrez me donner un détail exact concernant nos enfants ; il me paroit que vous voudriez me tenir silence sur cet objet. Cependant vous devez sçavoir qu’aujourd’huy, j’ay besoin d’en avoir connoissance, sans quoy je ne vous en aurois pas parlé. L’on m’a dit que le sieur DERVAUX notaire-greffier est devenu le premier patriote et bon citoyen et que c’est luy qui se montre le plus zélé de notre paroisse dans ce moment. Je serais charmé de sçavoir cela parce que pour lors, je pourray luy faire parvenir ma façon de penser sur certains objets.

142 Le prix des toiles dont vous m’avez envoyé les échantillons, les trois plus fines pourraient se vendre à l’advenant de cinq francs l’aulne de Paris et l’autre un écu. Je n’ay pas eu bien le temps de m’en informer au juste, mais il est certain qu’il y aura un profit de sept ou huit patars à l’aulne de chez nous, tout frais faits du moins je le crois ainsy.

  • 11 La première grande fête révolutionnaire est la fête de la Fédération du 14 juillet 1790. « Voici u (...)

143 Je suis surpris d’apprendre qu’il aura trois députés de Linselles pour la Confédération qui se fera à Paris le 14 juillet, j’aurois voulu que vous m’eussiez marqué leurs noms. Je voudrois bien que nos enfants fussent du nombre, ils auroient été témoins d’une feste qu’aucune des annales des siècles passés n’en présentent de pareilles. Il y a plus de 25 000 ouvriers qui travaillent pour ainsy dire jour et nuit pour la décoration de cette grande fête au Champ de Mars 11 Tout un chacun s’y preste pour accélérer cet ouvrage. Il y a eu au moins douze mille volontaires qu’ils prennent l’ouvrage pour l’arrangement des terres quand les ouvriers ont fini leurs journées. Les dames coiffées en chapeau se font un honneur de se mettre à l’ouvrage. Les calotins qui y vont par curiosité se trouvent forcés, ceux-là, et encore sont-ils obligés d’accepter et de le faire de bonne humeur.

144 Je vous envoye quelques petites brochures qui pourront vous instruire la marche que tiendront les députés de la Garde Nationale et les députés de la troupe disciplinée de même que la nôtre et celle du Roy et de sa famille.

145 [...]

146 Nos travaux sont approchant toujours de même ; nos sçéances tiennent assez souvent jusqu’à quatre à cinq heures ; les jours qu’il n’y a pas de sçéances le soir. Nous sommes occupés de l’ordre judiciaire qui ne sera pas finy peut-être en quinze jours.

147 Vous aurez sous peu de jours le rapport qu’a fait le comité des pensions. Il y aura sur cet article une réduction de plusieurs millions (quarante) par années et j’espère qu’il y aura beaucoup au dessus pour acquitter toutes les dettes de l’État avec les deniers qui proviendront de la vente des biens nationaux, ci-devant dits biens du Clergé.

  • 12 Ces incendies volontaires se rattachent aux pratiques de « mauvais gré » évoquées plus haut, mais (...)

148 Il y a dans beaucoup d’endroits du trouble concernant la perception de la disme en nature. Bien des paroisses se refusent à la payer sinon en argent et d’un car t en de la contenue des baux des anciens preneurs. Je suppose que tout reste tranquille dans nos environs puisque vous ne m’en avez fait aucune mention contraire jusqu’à présent. Mais s’il arrivait du mécontentement, il faudrait en faire l’estimation par expert et la recevoir en argent pour éviter de mécontenter le peuple car il y a plusieurs fermes brûlées dans le Cambrésis 12 et l’on croit que c’est à cause que les fermiers se sont refusés à céder aux habitants qu’ils veulent encore recevoir cette année en nature et suivre en cela le décret de l’Assemblée.

149 J’auray sûrement beaucoup de choses à vous marquer touchant le faste que nous attendons et quant à moy je voudrois de bon cœur qu’elle fusse passée.

150 Attendant de vos nouvelles et le cousin DESURMONT, je suis très sincèrement

151 ma chère Épouse, votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

152 de Paris le 10 juillet 1790

153 Ma chère Épouse
J’ay reçu vos deux lettres hier le soir. J’ay été charmé d’apprendre que la lettre que j’avois chargée à la poste, vous étoit parvenue avec les seize cents francs et un effet de 13 0 livres que j’avois fait protester pour estre remis de suite au cousin DESURMONT. Sûrement, vous n’aurez pas manqué de luy envoyer de suite comme je vous l’avoye marqué.

154 J’étois presque assuré que vous auriez conclu le marché avec les HENNION pour les lins. J’en suis content parce que ce sera un employe de moins que vous aurez à veiller. Cependant je crois que cette espèce de marchandise pourra augmenter, à cause du peu de dépouille qu’il y aura dans plusieurs provinces. Je vous ay marqué dans ma dernière de ne point vendre vos lins en botte, sinon que vous auriez besoin d’argent pour l’arrangement de vos affaires ; vous voyez qu’on vous offre deux patars de plus à la botte en deux jours d’intervalle. Suivant la lettre écrite par Benjamin, j’auray la satisfaction de voir mon cousin DESURMONT aujourd’huy s’il est parti mercredi comme vous me le marquez. Et si tous les députés de la Garde Nationale des villages voisins se réunissent pour me venir voir, il me paroissera pour un moment trouver au sein de ma famille et j’espère que leur présence redoublera ma satisfaction le jour de la grande fête ayant les habitants de notre paroisse témoins de la splendeur de cette grande cérémonie. Vous trouverez la formule du serment dans le journal d’hier, du Roy de l’Assemblée Nationale et de tous les députés réunis au Champ de Mars, tant de la troupe réglée que de tous autres corps y appelés. Les travaux pour l’arrangement des terres viennent de finir hier heureusement ; il n’y a que la charpente à placer.

155 Mercredi dernier, je me suis promené sur le Champ de Mars après le dîner attendant la sçéance du soir. Il y avoit pour le temps que j’y étois, au moins quatre vingt mille ouvriers de différents sexe et de toutes qualités. De manière que j’ay vu des dames coiffées en panaches se mettre la bricole pour tirer des tombereaux chargés de terre. Hier, on m’a certifié que le Roy s’est rendu pour voir les ouvrages et qu’il a pris une brouette et qu’il a brouetté avec les autres. Je ne crois pas qu’on luy aura permis de faire une grande tâche. Je ne peux vous exprimer l’enthousiasme qu’il règne en ce moment à Paris et je suis persuadé qu’il redoublera encore à l’arrivée des députés qu’ils vont arriver chaque jour de tous les quartiers du royaume. Les députés de la Bretagne viennent en forme de troupe disciplinée. Ils logent sous la tente chaque jour c’est-à-dire qu’ils sont campés tous les jours et ils amènent du canon avec eux. On croit qu’ils feront au moins huit cents y compris les Toulousains.

156 Vous me faites mention du sieur NOLF qu’il a été présenté à la municipalité, mais vous ne dites pas si c’est en qualité de garde nationale ou pour une inconduite pour quelque mauvais propos de sa part.

157 Je suis affligé d’apprendre que J.-B. VENANT va être réduit à la misère. Je plains beaucoup ses enfants et sa femme. J’ai une occasion de le placer de suite dans une grande ferme auprès de Reims en Champagne, non en qualité de fermier mais en directeur de labour ; voilà bien six mois qu’un député me demande de luy procurer quelqu’un de notre province, et qu’il voudroit avoir un homme avec sa famille. J’ay fait ma proposition au cousin DESURMONT dans ma dernière lettre. Je luy ay écrit pour sçavoir s’il n’auroit point connu quelqu’un pour remplir ce poste. Je pourray vous en donner des nouvelles à ma première lettre, il faut avant que je m’explique avec mon cousin DESURMONT.

158 Concernant l’objet de Jean-Charles THEAS, pour le loyer de sa maison, je crois que vous recevrez parce que l’année courante est une date privilégiée en faveur des propriétaires et au reste la perte ne serait pas bien considérable. Je suppose que le beau-fils de LAMBIN dit J.-B. CAUX vous demandera à le remplacer. Vous pourrez luy louer.

159 Je suis charmé d’apprendre que ma sœur Angélique se trouve bien d’après sa dernière couche. Je craignois beaucoup pour elle à cause de ses accidents et vous me dites qu’elle se loue du sangle. Je suppose qu’on pourra trouver des personnes qui pourraient en faire de pareilles chez nous, autrement je luy conseillerais d’en commander un deuxième, pendant que je suis à Paris.

160 À la première occasion je vous prie de présenter mes respects à tous mes frères et sœurs et que je les remercie beaucoup des intentions qu’ils ont pour moy et que j’espère de les voir dans le courant de cette année.

161 Le jour de cette grande fête à jamais mémorable, je vous engage de donner un régal aux domestiques et de leur donner quelques potées pour boire à la santé du Roy et de l’Assemblée Nationale qui ne cesse de travailler pour ainsy dire nuit et jour pour pouvoir leur procurer du soulagement dans leur misère.

162 Et vous, ma chère Amie, je vous invite à participer avec nos enfants, et mon frère Constantin de la réjouissance que tous les Français patriotes jouiront ce jour-là.

163 Je finis en vous embrassant de cœur et suis très sincèrement

164 ma chère Épouse, votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

165 P.-S. On croit qu’il y aura au moins quatre mille âmes au Champ de Mars le jour de la Confédération ; il y aura beaucoup d’ordres donnés pour ne pas laisser entrer trop de monde pour éviter qu’il n’arrive de trouble. Tous les habitants seront sous les armes de manière qu’il ne pourra arriver aucun dérangement dans l’intérieur de la ville.

166[La lettre no 56 du 13 juillet 1790 n’a pas été publiée]

167 N o 57 de Paris le 16 juillet 1790

168 Ma Chère Amie
J’ay reçu hier le soir votre lettre en date du 12. J’ay été charmé d’apprendre que l’on a fait aucune difficulté pour la reddition des dismes et le maire a très bien agi d’y envoyer des gardes volontaires pour établir l’ordre et la tranquillité. Il paroitra sous peu de jours un décret qui ordonnera aux officiers municipaux de surveiller aux deniers et je crois qu’il sera enjoint à tous preneurs de dismes appartenant au Clergé des terres d’Empire, de ne payer le montant qu’aux officiers municipaux, parce qu’on apprend que le produit des biens du Clergé de France situé sur terre d’Empire sont saisis et mis en séquestre.

169 Vous me faites part que les frères et sœurs ont conclu de vous rendre une visite le jour de la Confédération générale qui a eu lieu le 14 juillet pour toute la France. J’auray bien voulu après la cérémonie me trouver au milieu d’eux pour participer en famille de cette grande fête et qui durera à Paris jusqu’à mercredy prochain.

170 La marche a commencé à neuf heures précises et la réunion au Champ de Mars n’a été complète qu’à trois heures de l’après-midy. Il ne m’est pas possible de pouvoir vous donner un détail exact de toutes les cérémonies. Vous apprendrez par les journaux que je vous feray parvenir, une parfaite instruction, car, pour moy, il ne m’est pas possible de tout vous expliquer dans ce moment. Je peux vous dire cependant qu’on était alarmé du mauvais temps et de la pluie continuelle, on a trouvé un moyen pour faire dissiper tous les nuages par la décharge répétée d’une centaine de coups de canons.

171 J’ay reçu la visite hier de MM. les volontaires de la Garde Nationale, Linselles, Wambrechies et Bousbecq et du sieur GOEMANE de Comines. Nous devrons dîner ensemble avec toute la Garde Nationale de Tourcoing y compris mon cousin DESURMONT et le sieur POLLET. J’aime à croire que nous ferons une /este flamande, ce repas aura lieu demain.

172 Vous me dites que les volontaires augmentent chaque jour, ce sera bien autre chose quand nos MM. seront de retour. D’après le rapport qu’ils feront de ce qu’ils ont vu à Paris. On verra toute la jeunesse se faire un honneur d’entrer au service, pour défendre la patrie.

173 Suivant les rapports que m’a fait le sieur DUPONT, il a passé considérablement de l’argent sur l’étranger par Bousbecq. Il paroit que Madame MAPPLOT y a contribué avec son chariot qu’elle en a fait conduire par plusieurs reprises vers Menin.

174 Je ne peux vous donner plus de temps à écrire dans ce moment, car j’ay au moins sept à huit lettes à répondre. Je vous souhaite une parfaite santé et j’espère qu’à votre première vous me donnerez un récit de la fête qui s’est faite à Linselles, à l’imitation de celle de Paris.

175 Attendant de vos nouvelles, je suis très sincèrement

176 ma chère Amie votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

177 N o 58 de Paris le 20 juillet 1790

178 Ma chère Épouse,
La lettre que vous m’avez écrite en date du 15, m’a fait un grand plaisir. Vous me faites part de la fête de la Fédération s’est faite à Linselles avec toute la splendeur que peut avoir un pareil jour. Je suis très persuadé que tous les frères et sœurs voudraient bien qu’on fisse une pareille chez eux. Je ne doute pas qu’ils auront senti combien la Nation française doit espérer de consolation de cette nouvelle Constitution. J’ay réfléchi déjà plusieurs fois, qu’au moment où nous sommes, qu’il doit se vendre un si grand nombre de biens nationaux en France. Ils pourraient profiter de cet avantage pour se fixer une habitation en France, moyennant d’acheter chacun un établissement et vendre ce qu’ils ont de possession dans leur territoire. Pour moy si j’étois libre, je vous assure, je ne manqueray pas de voir quelques parties pour en faire l’acquisition. Il est très certain que l’on peut se procurer de beaux établissements, à bon marché, moyennant d’avancer un peu dans la France.

179 Vous me demandez que je vous donne des explications de ce qui s’est passé à Paris, quand j’aurais écrit sans discontinuer depuis le 14 au matin à six heures jusqu’à ce moment. Je vous assure que je ne pourrois que vous en donner qu’un léger détail.

  • 13 Pendant la préparation de la fête, « le chanteur des rues Ladré écrivit, sur l’air d’une récente c (...)

180 Je vous diray que le jour du 14 à six heures du matin, les députés de la Garde Nationale de toute la France ont commencé à se rallier, près de la barrière du Temple sur le boulevard. À neuf heures la marche a commencé pour faire environ une lieue et demy de route pour se rendre au Champ de Mars. À onze heures la municipalité de Paris s’est rendue au Pont tournant de la place Louis XV pour recevoir l’Assemblée Nationale après avoir été une demy-heure au moins à la grande pluie, dont plusieurs de nous étaient mouillés jusqu’à la chemise. Nous avons commencé à filer avec les autres, je peux vous assurer depuis la place de Louis XV jusqu’au Champ de Mars, il y avait plus de cent cinquante mille personnes qu’ils étoient en haie des deux côtés de la route, mouillés comme si ils eussent sortis de l’eau et malgré cela, ils n’avoient rien de rabattu dans leur gaieté. C’étoit un répété continuel de vive nos Députés, vive la Nation, suivy de la chanson : « Ca ira, ça ira, ça ira... » 13

181 Arrivé à Chaillot, il s’est fait plusieurs décharges de plus de cent canons. On avoit fait un pont de bateaux pour passer la Seine. Arrivé au Champ de Mars jamais je n’ay vu un plus beau coup d’oeil, il y avoit au moins deux cent mille dames placées sur les gradins, tout au tour du Champ ; dès quatre heure du matin, ils avoient pris leurs places et en sont sorties à six heures de l’après-midy.

182 Il étoit trois heures avant que tous les drapeaux fussent tous entrés à leur poste ; après la cérémonie, la Garde Nationale s’est rendue au château des Enuis, où il y avait quinze mille couverts pour les députés de la Fédération. Le soir il y avoit une illumination par toute la ville. Le jeudi la garde parisienne a donné des repas et des bals dans tous les quartiers de la ville, le soir il y a encore eu illumination ; le samedi on a donné bal au Champ de Mars, il y avoit au moins quatre cent mille personnes des deux sexes. Le dimanche la Garde Nationale de Paris a passé la revue de Monsieur de LA FAYETTE ; l’après-midy une compagnie de baigneurs ont jouté sur la rivière ; le soir il y a eu un feu d’artifice sur le Pont Neuf, près de la petite place d’Henry Quatre suivy de l’illumination de la maison du Roy, illuminations aux Champs Élysées, bal à la Halle, où vingt mille personnes dansoient à la fois, un autre bal sur la place de la Bastille ; je crois pouvoir vous assurer qu’il y avoit plus de quinze cent mille personnes qu’ils se pro menoient dans toutes les places de divertissements et continuellement on entendait dire : « Mon frère, ma soeur, camarade, réjouissons-nous. Vive la Liberté ».

183 Hier il y avoit au moins quarante endroits différents où on donnoit à manger aux députés de la Fédération et le canon ronflait dans plusieurs quartiers de la capitale et les bals ont duré pendant toute la nuit, de manière qu’aujourd’huy à quatre heures du matin, ils passoient dans la rue avec le violon et toujours chantant : Vive la Liberté, vive la Nation.

184 Vous ne pouvez pas vous imaginer comment tous ces jours se sont passés en joie et allégresse et ce qu’il y a de plus consolant, c’est qu’il n’a arrivé aucun trouble.Je crois qu’il n’y a pas un orteil de froissé dans tout Paris.

185 Nos Messieurs doivent me venir saluer ce matin, pour me faire leurs adieux et ils doivent loger aujourd’huy au Bourget, pour arriver dimanche à Linselles ; je vous assure qu’ils auront bien des choses à raconter, quand ils arriveront chez eux. Ils m’ont témoigné qu’ils étoient bien contents ; hier ils ont passé la revue du Roy aux Champs Elysées et suivant le rapport qu’on m’a fait, le Roy s’est informé de quel département étoit leur division. On luy a répondu que c’étoit le département du Nord, ci-devant la Flandre, voyez quel beaux hommes.

  • 14 Cf. lettre du 29 août 1789.

186 Les toiles sont entrées hier dans Paris. Nous avons été avec mon cousin DESURMONT les relever à La Vilette, on les a conduit à la douane 14 et, aujourd’huy, je crois qu’elle seront conduites chez moy. Nous avons trouvé un amy nommé Monsieur BERNARD négociant qu’il veut bien les relever de la douane sur son nom et qu’il s’est chargé d’en payer les droits qui sont à l’advenant de deux sols de l’aulne de Paris et il pourroit bien être qu’il en prendroit une portion pour luy. Je pourray vous en donner des nouvelles à ma première que je ne manqueray pas de vous écrire, sitôt que nous aurons pris nos arrangements sur cet article. Je ne peux encore vous dire qu’il en fera la vente mais j’espère que l’on pourra toujours profiter d’une pièce de dix sols à l’aulne de Lille.

187 Mon cousin DESURMONT se porte bien, il vous fait ses compliments et je ne crois pas qu’il sera de retour chez luy pour la Saint Christophe ou bien il faudra rencontrer une bonne vente de suite.

188 Je vous prie de présenter mes respects aux frères et sœurs à la première occasion de même aux autres parents qui vous ont fait l’amitié de se rendre chez vous pour participer à la fête. Embrassez bien vos enfants pour moy et attendant de vos nouvelles sur la conduite du lin et des bleds. Ici pour le présent il fait très beau temps depuis dimanche et j’espère qu’il continuera.

189 Je suis très sincèrement ma chère Épouse

190 votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

191 N o 54 de Paris le 25 juillet 1790

192 Ma chère Amie,
Je suis persuadé qu’au retour de nos Messieurs députés de la Garde Nationale de Linselles, ils n’auront manqué de vous rendre une visite et je suis presqu’assuré qu’ils peuvent vous entretenir au moins une journée par la déclaration des faits qu’ils sont à leur connaissance et qu’ils ont participé. Ils sont partis de Paris encore quelques jours trop tôt pour voir terminer toutes les réjouissances qu’ils ont suivi cette grande fête. Aujourd’huy il y a encore aux Champs Elysées un repas de vingt à trente mille couverts, qu’on dit estre donné par la Reine et qui sera suivi au soir d’une illumination.

193 Je viens de perdre la compagnie de mon cher cousin DESURMONT. Il est parti hier par la diligence d’Amiens pour rejoindre son ami, Monsieur POLLET. Il n’a sorti que fort peu de marchandises avant son départ et je me trouve chargé de tout puis qu’il n’a rien reçu de ce qu’il a vendu. J’auray sûrement le moyen de commencer un fond de boutique, pour le temps que finiront mes occupations à l’Assemblée Nationale.

194 Je crois que nous avons porté le prix pour la vente des toiles un peu trop haut. Je vous avois marqué dans une de mes lettres que vous auriez pu profiter à l’adevenant de dix sept sols par aulne de Flandre. Je ne peux pas vous le garantir aujourd’huy, ou bien il faut que je trouve de meilleurs acheteurs que ceux qu’ils se sont présentés jusqu’à présent. Cependant j’aime à croire que je ne seray pas longtemps sans en vendre, à cause qu’il y a plusieurs personnes commises pour annoncer le dépôt de cette marchandise. Mon cousin DESURMONT ne sera pas sans vous rendre une visite à son retour, il vous fera un rapport détaillé de ce qui concerne cet objet.

195 J’ay appris avec beaucoup de satisfaction que la fête qui a eu lieu à Linselles le 14 juillet et jours suivants, que le tout s’est passé sans aucun trouble et je ne suis pas moins satisfait d’apprendre que nous avons un colonel dans notre famille. Je vous prie de luy faire le compliment pour moy et luy dire que je désire qu’il fasse son possible à bien discipliner sa troupe.

196 Vous me parlez qu’il a été chanté une messe en musique suivie d’un Te Deum après la prestation de serment. Je crois devoir vous rappeler que le 14 juillet on avoit chanté une messe solenelle et que la garde volontaire avoit pres té serment devant les officiers municipaux ; je ne comprends pas pourquoy le deuxième serment. Je ne suis point trompé que Messieurs les curés de nos environs ont de la peine à se conformer au nouveau régime cy-devant ; ils se croyent des estres séparés des citoyens, alors quaujourd’huy ils ne font plus qu’un corps commun avec les autres.

197 J’espère que vous m’apprendrez par votre première que vous aurez renfermé une grande partie de vos foins, attendu le beau temps que nous avons depuis une dizaine de jours, et j’espère qu’on pourra commencer à lier du lin au moins le premier cueilli. Voilà la saison, ma chère, que je voudrois bien pouvoir participer aux grands embarras que vous aurez à supporter pendant le temps de la récolte. Ce n’est pas que je doute des soins que mon frère pourra y porter.

198 Je viens d’apprendre que le bailly de Menin veut inquiéter les habitants du Cornet d’Halluin. Il porte comme raison qu’ils ne sont plus regardés comme citoyens actifs en France. Cependant il a été convenu à l’échange du territoire qu’ils resteraient obligés à subvenir au soulagement des pauvres du lieu, comme par le passé.

199 J’ai remis une requête à Monsieur le duc d’ORLÉANS il y a quelques jours pour un de ses fermiers de Comines, qu’il réclame une modération attendu la perte qu’il a faite par la grêle, il y a quatre à cinq ans de même la perte qu’il a souffert par ses colzas engelés. J’attends d’avoir des nouvelles dans peu de jours.

200 À la première occasion que vous aurez d’aller à Lille, je ne serois pas faché que vous rendiez une visite à Madame SCHEPPERS, attendu que MM. ses fils m’ont fait l’amitié de me rendre visite à Paris. De même que ces Messieurs DURIEZ, que je vous prie de faire des compliments de ma part à Madame DURIEZ, leur mère.

201 Je souhaite que le Seigneur vous conserve la santé pour pouvoir supporter les grands travaux que vous aurez à surveiller pendant le temps de la récolte.

202 Attendant l’heureux moment que je pourray participer avec vous à tous ces soins, je suis très sincèrement

203 ma chère Amie, votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

204 P.-S. Je ne sais pas si vous avez bien compté les semaines qu’ils se sont écoulées depuis le temps que nous se sommes vus à Douay. C’est que je dois vous dire que je suis sans beurre depuis huit jours. Je vous prie de ne point négliger de m’en faire parvenir le plus tôt possible.

205 N o 55 de Paris le 27 juillet 1790

206 Ma chère Épouse,
Je vous avoye marqué dans ma dernière qu’il y auroit eu un grand couvert aux Champs Elysées ; cette fête n’a pas eu lieu, mais le peuple n’a pas moins dansé une grande partie de la nuit.

207 Comme le beau temps continue, j’espère qu’à votre première vous m’apprendrez que les lins seront tous liés et que vous faites commencer à couper les bleds ; on dit partout que la récolte est presque double à proportion de beaucoup d’années, surtout où il y avoit des capitaineries.

208 Je n’ay pas encore vendu de toiles depuis le départ de mon cousin DESURMONT. Je crains que je seroy obligé de les mettre entre les mains d’un commissionnaire. Je différeray cependant encore une quinzaine de jours avant de le faire, mais vous concevez que je ne peux pas rester chez moy tout le jour pour attendre les marchands, comme un homme de boutique. Si je voudrois vendre en détail on m’en demande la quantité pour faire trois ou quatre chemises à la fois, mais je ne peux m’y résoudre, parce que j’auray plusieurs pièces en coupons.

  • 15 Après la victoire sur les Autrichiens en novembre 1789, les états généraux de toutes les provinces (...)

209 Vous me parlez que les Brabançons craignent que la France reste passage aux Autrichiens sur son territoire, vous pouvez rassurer mon frère Pierre-Joseph sur cet objet. Mais vous devez luy dire que les Brabançons manquent au droit des gens en arrêtant des hommes qui vont chez eux pour l’arrangement de leurs affaires, qu’on les saisit au corps sans aucune information préalable de leur conduite et qu’ils n’ont d’autre motif que la jalousie que le congrès a conçu contre l’Assemblée Nationale de France. Et si les Brabançons ne changent pas leur système je crains qu’ils se trouveront à la fin sous le despotisme du Clergé et de la Noblesse, position beaucoup pire que celle qu’ils avoient sous l’Empereur 15 .

  • 16 La veille, sur la proposition de Charles de Lanreth, l’Assemblée nationale avait discuté l’affaire (...)

210 Malgré toute « la bonne harmonie qui règne actuellement en France », on ne doit pas cependant se laisser tromper par la conduite un peu flatteuse des aristocrates ; hier le soir, nous avons tenu sçéance jusqu’à minuit sur l’objet de la mauvaise conduite des officiers municipaux de Montauban 16  ; on les a destitués de toutes fonctions jusqu’à ce que leur procès fusse instruit par le tribunal de Toulouse où on a renvoyé leur cause.

211 Hier on a décrété les pensions, que pourra avoir le militaire en cas de retraite, comme vous voyez par le journal et aujourd’huy, nous devons continuer l’ordre judiciaire et un chacun espère que nous finirons nos travaux vers la Toussaint ; moy, je crains que nous n’aurons pas encore fini pour ce temps, attendu le grand nombre d’affaire que l’on doit encore traiter.

212 Je suppose que vous aurez reçu la visite de mon cousin DESURMONT avant que vous receviez ma lettre. Au moins à la première occasion, je vous prie de luy faire mes compliments et j’espère que vous n’aurez pas oublié de m’envoyer du beurre, car j’ay de la peine à m’habituer à manger le pain sec, surtout le matin.

213 Je vous prie d’embrasser nos enfants pour moy et que je me recommande toujours à leurs prières, des compliments à mon frère Constantin de même qu’à toute la famille. Je suis très sincèrement

214 ma chère Amie, votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

215 N o 56 de Paris le 29 juillet 1790

216 Ma chère Amie,
Je vous avoye marqué dans ma dernière lettre du 27 que je ne croyois pas que la France n’auroit jamais permis aux troupes autrichiennes de passer sur son territoire, parce qu’il y avoit un décret du 28 février qui empéchoit toute introduction de troupes étrangères dans la France sans que préalablement en avoir obtenu la permission par un décret de l’Assemblée Nationale et sanctionné par le Roy. Peu de moment après que j’ay eu mis ma lettre à la poste, il nous a été communiqué plusieurs envoye des villes frontières qui avoisinent l’empire du côté du Luxembourg et sur les rives de la Meuse, que Monsieur de HOUILLE commandant du Roy dans ce quartier avoit communiqué aux maires et officiers municipaux de laisser passer par leur ville et territoire les troupes autrichiennes qui leur demanderaient passage, attendu l’ordre qu’il venoit de recevoir du Ministre des affaires étrangères et du Ministre de la guerre qui avoit été très sollicité par l’ambassadeur de Vienne résidant à notre Cour et dont il a obtenu ce passage à l’insu du Roy. L’Assemblée Nationale dit : est accordé par le Roy.

217 Cet objet a été pris en considération par l’Assemblée et on a nommé six commissaires pour se rendre chez les ministres pour qu’il soit rendu par eux un compte exact de nos affaires politiques. Vous verrez par le journal les décrets que l’Assemblée Nationale a portés à cet égard. J’y joint deux exemplaires pour que vous en fassiez parvenir un, si vous le jugez convenable à mon frère Pierre-Joseph de Reckem ; je regarde la position des Brabançons très alarmante dans ce moment, et s’ils ne prennent une résolution ferme de supprimer et abbatre leur congrès, qui n’est composé que de nobles et du clergé faratique, je le répète, je les regarde comme perdus. Ils vont se faire égorger pour soutenir cette vermine rongeuse dans leurs biens et possessions tandis que le peuple produira son sang pour les soutenir.

  • 17 Par « potentats despotes » Lepoutre veut dire l’empereur Léopold II (frère de MarieAntoinette), le (...)

218 Les affaires de la France au dehors avec les puissances étrangères nous donnent en ce moment-cy beaucoup d’inquiétudes ; il me semble que toutes les couronnes de l’Europe ont envie de se coaliser pour empêcher la Constitution française, qui sûrement ne contournera pas en faveur des potentats despotes 17 qui craignent tous que leur Nation ne prennent la résolution d’imiter la Nation française.

219 Nous avons un armement qui se fait en Angleterre très considérable qui va déjà au nombre de quarante quatre vaisseaux de ligne à trois ponts ; l’Espagne de son côté continue également ses armements et promet, dit-on, de procurer des troupes au Roy de Sardaigne pour former un corps d’armée avec le Roy de Naples.

  • 18 Léopold II (1790-1792), en se rapporchant de la Prusse, obtint l’arrêt du soutien prussien aux pat (...)

220 Les princes d’Allemagne qui se trouvent actuellement à la Diète de Ratisbonne et au congrès de Darmstadt sont excités par les nobles immédiates d’Alsace et ceux de la Haute-Alsace de même que par l’évêque de Spire et le Cardinal de ROHAN, que ces deux derniers ne manqueront pas d’attiser le feu de tout leur pouvoir, pour former cause commune avec Léopold et le Roy de Prusse de manière dans ce moment je crois que nous Français, nous se trouverons obligés de nous tenir sur la défensive 18 .

221 Je ne serois pas trompé que l’on donnasse la démission à plusieurs ministres attendu le mécontentement qui se fait entendre de toute part à leur égard. Je pourray vous donner des explications plus complètes à ma première. Attendant de vos nouvelles, je suis très sincèrement,

222 ma chère Amie, votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

223 N o 57 de Paris le 31 juillet 1790

224 Ma chère Épouse,
Je viens de recevoir votre lettre en date du 28, par laquelle, vous me faites part des visites de vous ont fait MM. les députés qu’ils ont venu à Paris pour la Fédération générale. Je suis charmé d’apprendre qu’ils sont tous satisfaits de leur voyage et de l’accueil qu’ils ont reçu de la Garde Nationale parisienne. Je trouve qu’ils ont bien fait de ne pas recevoir le présent sieur NOLF au Petit Bondues, puisque jusqu’à présent il s’est toujours montré d’un esprit contraire à la Révolution.

225 Je ne peux comprendre la conduite de notre curé à l’égard du refus qu’il a fait de chanter le Te Deum. Il ne pourroit pas en agir de cette manière dans bien des endroits du royaume, sans s’exposer au plus grand danger. Il est heureux pour luy qu’il ne lui soit rien arrivé.

226 [...]

227 Vous me dites aussy que vous n’avez encore rien reçu de votre marchand de laine ; cela me surprend, mais vous avez sûrement tenu les billets contenant huit cents livres que je vous ay fait parvenir et que j’avois reçu pour luy à Paris. C’est peut-être pourquoy il ne se gène pas, parce qu’il croit que vous avez ! fait usage des dits billets. Et vous devez vous attendre que je n’auray pas d’argent à vous envoyer provenant de la vente des toiles. Je ne crois pas recevoir autre chose que des assignats. J’ay reçu le montant des deux premières pièces portant 326-16-0 déduction faite des intérêts, il m’a été remis 247-0-0 en argent.

  • 19 Perrotin de Barmond (1759-1795), député du clergé pour Paris-ville, a beaucoup parlé au sujet de s (...)

228 Je vous avois parlé il y a deux jours que nous étions dans une inquiétude concernant le danger présent d’une guerre apparente par une coalition qu’auroit pu faire plusieurs puissances de l’Europe, pour venir nous troubler par la jalousie qu’ils portent contre la France de l’heureuse Révolution qui s’opère. Aujourd’huy, je vous annonce que les esprits se tranquillisent par la prise qu’on vient de faire du sieur SAVARDIN reconnu pour un des conspirateurs. Il s’étoit sauvé des prisons de l’abbaye le 13 de ce mois et il vient d’estre arrêté à Chalons sur Marne avec l’abbé BARMONT et le sieur AGGE, député de la Garde Nationale d’Alsace ; je vous envoye un extrait du procès-verbal cy-inclus, qui vous instruira du fait 19 .

229 Vous ferez remarquer à mon frère Constantin que dans le journal du 28 juillet au matin, il contient un décret qui autorise les municipalités des frontières de se présenter aux directoires des districts pour se faire procurer des armes pour se défendre contre toutes les hostilités que pourraient entreprendre les ennemis de la Patrie et ils peuvent demander toutes provisions nécessaires tant poudre que balles et même du canon. Le tout suivant qu’il sera jugé nécessaire par le directoire.

230 Vous me dites que nos enfants demandent que je leur achète des sabres. Je veux bien convenir à leur demande, mais la grande difficulté est de les faire parvenir. Si je peux rencontrer quelqu’un de ma connaissance, qu’il soit dans le cas de prendre la diligence de Lille, je pourray profiter de l’occasion.

231 J’espère que vous me donnerez des nouvelles de la conduite de nos dépouilles * et que vous me ferez parvenir du beurre le plus tôt que vous pourrez. Attendant ça de votre amitié je vous suis très sincèrement

232 ma chère Amie, votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

233 P.-S. S’il est arrivé une petite difficulté au rapport de l’aunage des deux pièces de toile, mon cousin DESURMONT a garanti 38 aunes, que s’il y avoit de moins il l’aurait diminué et le surplus qu’il abandonnait, il s’est trouvé 38 aunes juste à chacune des pièces. La marchande ne voulut retenir une aulne par pièce, disant que mon cousin l’avoit conditionné dans son marche. À quoi je n’ay pas consenti ; mais je lui ay dit d’en faire part au cousin DESURMONT, s’il a fait son marché sous cette condition.

  • 20 Lors de la discussion la veille au club des Jacobins, le marquis de Girardin (l’ami de Rousseau) p (...)
  • 21 Le prince de Rohan-Guéménée (1734-1803), cardinal-évêque de Strasbourg, impliqué dans l’affaire du (...)

234 Je viens d’apprendre que hier le soir au club des Jacobins 20 , il a été question de faire l’état actuel de la France concernant la guerre. Il a été démontré par plusieurs membres de cette assemblée que nous n’avons pas beaucoup à craindre sur cet objet, moiennant une précaution à prendre du côté du Dauphiné, par rapport aux puissances de Naples, de Sçavoie et Espagne et du côté de l’Alsace tous les efforts que pourraient faire tous ces petits princes leur deviendraient inutiles. La municipalité de Strasbourg vient de saisir et arrester les meubles du cardinal ROHAN 21 , leur archevêque qu’il croyoit les faire transporter sur terre d’Empire.

Août 1790

235 N o 58 de Paris le 4 août 1790

236 Ma chère Épouse,
[...]
Les enfants ont raison de dire que j’ay oublié de leur acheter des boutons. J’étois avec mon cousin DESURMONT quand il en a acheté pour ses enfants sans me rappeler que je devois en acheter aussy.

237 Mademoiselle HONNET vient de me faire parvenir une lettre, par laquelle elle me reproche de mon silence à son égard et en même temps elle me demande d’acheter un sabre pour son neveu, pareil à ceux que je dois acheter pour mes enfants ; c’est d’après leurs déclarations qu’elle sçait que je dois en acheter pour eux. Ils se sont déclarés en dînant chez elle le 30 juillet.

238 La vente des toiles ne se fait pas rapidement. J’en ay fourni ce matin quatre pièces, pour examiner, je ne suis pas sûr encore pour cela de faire marché ; j’ay remarqué à mon cousin DESURMONT que si je ne vendais pas d’icy à quinze jours, que j’auray fait insérer dans le Journal de Paris la quantité de toiles qui se trouvoit en dépôt à l’Hôtel de la Réunion. Il m’a venu hier un marchand de fèves, je n’ay pas pu faire marché, sa demande étoit pour des grosses.

239 Vous me parlez du prix des colzas et que je puisse vous en donner avis quand on sera parvenu au temps pour les battre. Je n ay point d’autre nouvelle à vous donner concernant cet objet que ce que j’apprends par la Feuille de Lille que je reçois tous les jours. Le prix du jour est de trois écus à quinze livres et les tourteaux * à douze et treize livres.

240 Je suis trompé que le sieur TIBERGHIEN ne vous a pas encore payé vos laines mais je suppose que vous avez tenu les billets que je vous ay envoyés pour son compte en attendant qu’il aurait venu pour les changer pour des écus, je crois de vous en avoir parlé dans une dernière.

241 Vous croyez dites-vous d’acheter des habits pour les garçons et de les habiller à l’uniforme, il faut observer pourtant sçavoir si les escoliers peuvent entrer en classe avec ces habillements, s’il n’y a pas d’obstacles c’est bien mon plaisir.

242 Vous me dites que si je vendois de la toile en détail, vous pourriez vous servir des coupons, cecy est à merveille mais aussy, il vous faut convenir que ce n’est pas l’état d’un député de province, étant à sa mission pour l’Assemblée Nationale d’en tenir une boutique en détail.

243 J’ay reçu le beurre que vous m’avez envoyé, je vous prie quand vous m’en envoyez encore, de vous souvenir de ne plus mettre du scel par dessus, parce que tout ce scel se trouve pétrifié avec le beurre quand il arrive à Paris.

244 [...]

245 Je suis très sincèrement,

246 ma chère Amie, votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

247 N o 59 de Paris le 7 août 1790

248 Ma chère Amie,
La lettre en date du trois que je viens de recevoir m’apprend que vous avez acheté un cheval, que vous me dites de mettre avec la grise jument. Si j’ay bien compris, je crois que vous m’avez marqué par votre avant-dernière que vous craignez aussi pour cette jument grise. Comme je ne connais plus nos chevaux, sinon les deux que j’ai vu à Douay, je ne sçais pas si c’est cette jument ou une autre que je ne connois pas.

249 J’ay mis hier à la diligence cinq sabres qu’ils seront remis chez le sieur RENART. Il y en a un pour le neveu de Mademoiselle HONNET qu’il pourra choisir un des deux que j’ay marqué leur prix un à quinze et un à dix sept. Elle m’avoit écrit pour cet objet, je suppose que le partage en sera fait demain avant le soir, parce qu’ils arriveront à Lille vers dix heures du mat in. Ils m’ont coûté tous ensemble 80 livres et il coûtera trente sols de port. Si MM. de la garde volontaire de Linselles trouvent à propos que je leur en achète, je peux en avoir de bien beaux à douze francs.

250 J’ay vendu toutes les plus fines toiles, je veux dire celles qui étaient marquées à cinq livres. Ils ne sont vendus que 4-15-0. En sorte, hier j’ay été au marché pour tout vendre les grosses à une seule personne, Je n’ay pas pu convenir ; il ne les vouloit payer que 33 sols une qualité et 30 sols la classe des moindres. Mais s’il m’en offriroit trois lyvres, je serais tenté de les luy accorder. J’attends ce matin quelques MM. députés pour m’acheter des fines trois ou quatre pièces. Je voudrois de bon coeur estre débarrassé de cet article, parce que cela me fait perdre beaucoup de temps et c’est toujours le matin qu’ils me viennent parce qu’en d’autres temps ils ne me trouveraient point chez moy.

251 Suivant votre rapport il me paroit que nos bleds feront trois cents au cent, en sorte, je trouve, que ce sera une pleine dépouille *. Si le temps vous est aussy beau qu’à Paris, vous me marquerez à votre prochaine que vous en avez une portion de liée. Je suppose que vous ne négligerez pas de faire couvrir comme les années précédentes surtout les premières et, pour autant qu’ils soient bien secqs d’eau et qu’il n’y eu point de verdure dedans. Je vous conseille de ne pas vous laisser prendre avec beaucoup de javels *, quitte à les laisser quelques jours de plus en campagne pour les laisser purifier.

252 Je suis charmé que M. TIBERGHIEN vous a envoyé un peu d’argent, car pour moy pour le présent, il m’est tout à fait impossible de vous en procurer. Mais quand j’auray reçu une certaine quantité de billets de la vente des toiles, je vous les feray parvenir ; mais ce sera pour le présent des assignats en forme, ils doivent commencer à sortir le dix de ce mois.

253 Je vous avois marqué dans certaine lettre que je craignois que les Brabançons auroient été obligés de se soumettre à Léopold, comme ils étoient cy-devant à l’Empereur. Eh bien, je suis encore aujourd’huy dans le même sentiment et j’aime à croire que tout cela pourra encore avoir lieu cette campagne, attendu que les nouvelles sont qu’il vient de faire sa paix avec le Roy de France.

254 Le sieur CRETAL m’est venu saluer hier ; il m’a fait un récit de son affaire. Je ne peux en aucune manière l’aider attendu que ce qu’on luy a saisi étoit des tabacs. On le feroit encore aujourd’huy de même puisque la ferme au tabac n’est point encore supprimée et je suis encore incertain si elle le sera pour l’année prochaine.

255 J’attends sous peu des nouvelles de mon cousin DESURMONT, mais si vous le voyez avant qu’il m’écrive, vous luy donnerez avis de ce que je vous marque concernant les toiles et si je n’en reçois pas de ses nouvelles, je compte de lui écrire vers le milieu de la semaine prochaine. Je luy demanderay son dernier prix pour que je puisse accélérer la vente.

256 Je vous souhaite une parfaite santé, du beau temps, bon courage et patience. Je suis très sincèrement,

257 ma chère Amie, votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

258 N o 60 de Paris le 10 août 1790

259 Ma chère Amie,

260 Dans votre lettre du 6, vous me faites part que nos MM. de la Garde Nationale de Linselles n’ont pu obtenir des armes. Il faut que le directoire du district n’avoit point encore reçu le décret du 28 juillet. Sûrement ils ne seront plus longtemps sans en avoir et surtout d’après la nouvelle que vous me communiquez que l’on a arresté à Halluin quatorze brigands ou déserteurs. Comme mon frère Constantin est déclaré leur commandant, il convient de sa part de se concerter avec MM. les officiers municipaux, pour qu’ils fassent une ordonnance de discipline très sévère, pour éviter que cette jeune troupe ne cause aucune insubordination. Car il est du plus grand danger d’armer des hommes qu’ils ne voudraient pas se soumettre à une exacte obéissance et surtout c’est d’avoir la précaution de ne pas les voir armes quand ils sont à se divertir au cabaret les dimanche ou festes. On doit leur inspirer qu’ils ne sont armes que pour maintenir l’ordre et la tranquillité et se défendre contre l’ennemi s’il s’en présentait.

  • 22 Louis-Joseph de Bourbon, prince de Condé (1736-1818), cousin du roi, opposé à la réforme de Maupeo (...)

261 On nous crie dans les rues de Paris chaque jour, que le prince de CONDÉ 22 doit entrer en France par le Dauphiné à la tête de soixante mille hommes ; mais heureusement que l’on adjoute aucune croiance à ce bruit et, au surplus, c’est qu’on ne craint pas les attaques de terre.

262 Je commence à vendre un peu de toiles, hier j’en ay vendu encore trois pièces à des députés et suivant mon calcul il pourra y avoir une douzaine d’écus de profit à la pièce. Il ne me reste plus que quatre pièces de la deuxième classe. Il me paroit qu’on feroit mieux son compte avec les fines que les autres. Quand j’auray reçu pour deux à trois mille francs, je tacheray pour lors de vous faire parvenir des assignats.

263 Vous me faites part que notre garçon Pierre-François a du regret pour le collège, j’en suis faché, car je voudrois bien pour leur avantage qu’ils profitassent de l’éducation que nous tacherons de leur procurer encore deux ou trois ans au moins, car aujourd’huy on est fort peu de chose sans éducation.

264 Je suis bien charmé, ma chère Amie, que le beau temps continue maigré le grand employe que cause une récolte, on se trouve pour l’ordinaire content le soir que les ouvrages qu’on a commencés sont bien réussis et, j’espère que moiennant encore une quinzaine de beaux jours vous pourriez avoir fini votre récolte. Mais je vous prie cependant de ne pas trop presser à renfermer. Il vaut mieux les laisser purifier un jour ou deux de plus en campagne.

265 Je vous diray, ma chère, qu’il ne se passe presque pas de jours que des membres de notre Assemblée ne sollicite d’acheter des biens nationaux dans leur province, tant ils désirent d’avoir chez eux des cultivateurs flamands. Je vous assure qu’il y en a entre autre qu’ils m’y font penser sérieusement par les grands avantages qu’ils me font apercevoir. Dernièrement un député du Berry me fit la proposition de me rendre chez luy pour acheter toute l’exploitation d’une abbaye de son voisinage, où l’on pourroit avoir plus de 50 boeufs en pature pour engraisser, cinq à six cents moutons, des vaches autant qu’on voudroit tenir, une vingtaine de juments poulainières, une vigne qui fournissoit du vin trop pour la consommation de l’abbaye et me certifie que l’on pourra avoir tout cela pour environ cent mille francs. Il pourra bien arriver qu’avant que je revienne pour bon de ma mission, que je pourrois faire un tour dans ce pays pour examiner si dans un marché de cette nature on ne pourroit pas profiter la moitié au marché. Rien n’aura lieu avant de nous avoir concertés ensemble.

266 Je vous souhaite une parfaite santé et je suis sincèrement

267 ma chère Amie, votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

268 N o 61 de Paris le 15 août 1790

269 Ma chère Amie,
Dans votre lettre en date du 10, vous me parlez d’un homme qu’il a servi l’état pendant dix années, moyennant qu’il eut fait son service en brave soldat, c’est assez pour qu’on prenne en considération de luy fournir sa subsistance à un âge avancé et aussy caduc que vous me le déclarez. Il y a encore une raison de plus, c’est qu’il a depuis longtemps résidé en France et qu’il a toujours travaillé à rendre service au publicq ; ainsy je crois qu’on ne fera aucune difficulté à le traiter comme les autres pauvres, en égard encore à son âge, s’il arrive qu’on luy fasse refus, vous m’en donnerez avis.

270 Vous me dites qu’il y a des brigands dans nos environs et qu’ils sont connus. Je ne crois pas qu’ils pourront échapper à la surveillance de nos officiers municipaux ; nos braves volontaires doivent se prester en pareil cas et faire connoitre qu’ils sont établis pour maintenir le bon ordre et surveiller à la sûreté publicque. Ils pourraient se concerter avec les gardes volontaires des paroisses voisines pour tâcher de concert à surprendre en flagrand délit de pareils sujets.

271 Je vous envoye ci-joint neuf assignats portant ensemble la somme de deux mille livres que j’ay endossé à mon ordre, j’y ay joint un tarif qui vous servira au besoin pour sçavoir combien il y a d’intérêt à retenir à chaque jour de chaque mois ; je n’ay pas chargé ma lettre comme le précèdent envoye que je vous ay fait et cela pour vous éviter 1’embarras de faloir vous rendre à Lille pour les relever au bureau de la poste, mais sitôt que vous les aurez reçus, je vous prie de m’en accuser la réception pour ma tranquillité ; dans cette somme, il y a sept cents livres de mon traitement et quatre cent livres provenant de la vente des toiles, j’en ay fait parvenir pour huit cents livres à mon cousin DESURMONT, qouy que cependant la recette que j’ay fait ne se monte pas tout à fait à huit cents livres, mais j’attends de recevoir dans peu de jours six à sept cents livres, provenant des satins et d’une grosse pièce de toile. En vérité je ne sçais pas quand je pourrais finir cette vente, je voudrois bien cependant être quitte de ce double embarras ; mon cousin me fait part qu’elles augmentent chez nous et à Paris, il n’y a plus de vente faute d’argent.

272 Vous me faites rapport de la dépouille * des lins, il n’y a que trente huit cents gerbes, ce n’est que quatre vingt gerbes au cent, en sorte, vous ferez bien de ne point compter plus de quarante sept cents à payer aux marchands. Mais au surplus, j’espère bien que je seray chez nous quand il s’agira d’arranger définitivement le compte.

273 Vous trouverez un billet d’assignat de plus que je vous avois marqué plus haut dans ma lettre, c’est qu’au moment que je vous écrivois, il m’est venu le nommé Louis DUBOIS me prier d’insérer les dix assignats dans ma lettre et m’a payé dix sous en argent que je vous prie de faire tenir pour samedy prochain chez le sieur RENART pour être remis au sieur Barthélemy DUBOIS son père.

274 J’espère d’apprendre à votre première lettre, que vous aurez renfermé une portion de bled, si vous avez d’aussy beau temps qu’il fait à Paris depuis quinze jours vous aurez la satisfaction de faire du très beau rentrage.

275 Attendant de vos nouvelles et surtout l’accusation des assignats que je vous envoye je suis très sincèrement

276 ma chère Amie, votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

277 Ma chère Amie, je vous fait mention dans ma lettre des assignats que je dois envoyer, vous ne les recevrez que demain.

278[La lettre No 62 du 16 août 1790 n’a pas été publiée]

279 N o 63 de Paris le 17 août 1790

280 Ma chère Amie,
[...]
On croira, ma chère Amie, pour ce moment qu’il y a entre nous des objets de haute importance, attendu que voilà trois jours de suite que je vous écris. Dans celle d’hier, je crois de vous avoir marqué que vous ne deviez point payer le port du paquet qui contient les assignats, attendu que j’en avois fait la décharge en le mettant à la poste, parce que le directeur ne veut répondre d’aucun effet qu’il ne soit surchargé et visé par son commis. J’espère que vous aurez reçu le paquet en temps pour faire remettre chez RENARD, l’assignat qui est à l’ordre du sieur DUBOIS pour samedy prochain.

281 Je suis charmé d’apprendre la volonté de nos frères est d’avoir LEOPOLD pour leur souverain, car je ne vois pas d’autre chemin à prendre que celui-là et d’abattre et supprimer le Congrès qui n’est composé que de membres déposés du Clergé et de la Noblesse. Nos fugitifs françois qui sont réfugiés dans ce pays là voudraient bien nous susciter des ennemis, mais les Français ne goute en aucune manière les Allemands, car aucune guerre de terre ne peut les effrayer.

282 Je viens de recevoir hier deux lettres du sieur Michel BECQUART, occupeur du duc d’ORLEANS à Comines. Il m’avait fait remettre une requête au temps de la Confédération par un député des volontaires de Wambrechies. Cette requête je l’ay remise en main propre au duc d’ORLEANS. J’ay eu depuis plusieurs conférences avec Monsieur DELATOUCHE son chancelier, en présence de M. le duc d’ORLËANS pour l’indemniser des pertes que les grêles et la gelée luy ont causé les années précédentes. Et j’apprends par sa dernière lettre que le sieur MOREL, receveur du duc d’ORLEANS, résidant à Comines, vient de faire vendre ses lins et ses foins. Suivant sa déclaration, la vente n’a point monté plus qu’à un cinquième de sa valeur. Je crois que je me présenteray aujourd’huy ou demain au conseil du dit duc d’ORLEANS concernant cet objet.

283 Je vous souhaite bonne santé et bon courage, ma chère Amie et je suis très sincèrement

284 votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

285 N o 64 de Paris le 21 août 1790

286 Ma chère Épouse,
Je suis charmé d’apprendre que les volontaires de la Garde Nationale de Linselles ont obtenu des armes ; peut-estre que les autres paroisses ne ‘pourront en obtenir de sitôt car le décret concernant la distribution d’armes qu’on doit faire aux communautés des frontières n’est point encore sanctionné. Vous me faites plaisir de me dire que les fusils sont enfermés hors du temps de service.

287 Suivant le rapport que vous me faites du nombre de gerbes, que produisent nos campagnes, il ne vous manquera pas de matières à remplir les granges et il est certain que les pailles sont fort longues si deux cent cinquante gerbes font une grosse voiture. Si je n’étois qu’à vingt lieues de chez nous, je tacheroy de me rendre jeudy prochain pour participer de la fête avec les autres. Il me conviendra encore pour cette fois-cy remettre la partie à l’année prochaine.

288 Vous me parlez que le temps est venu pour faire la réparation de la couverture à l’écurie des vaches ; il est vrai, ma chère Amie, il parroit valoir mieux que vous l’eussiez fait avant de renfermer les foins, à cause des cailloux et des chaux qu’ils tomberont en dedans. S’il étoit possible d’y faire entrer des petites gerbes de fourrage entre la couverture et le foin, je vous conseille de le faire pour éviter la mauvaise poussière de tomber dans le foin. Et quant à la matière que vous employerez, soit pannes ou thuiles, proposez le à J.-B. LEDUC. Il connoit qu’il n’y a qu environ douze ans qu’on a tout renouvelé les lattes, sçavoir s’il y aura du profit d’oter des thuiles pour y remplacer des pannes ; et quant à l’ouvrier que vous devez prendre, suivez de même son avis, si celuy de Linselles voudrait faire son devoir, il vaudroit mieux le prendre qu’un étranger.

289 Je ne suis pas trompé que mon frère le curé d’Annoeullin m’a un peu chancelé à vous répondre quand vous luy avez demandé s’il avoit répondu à ma dernière lettre. C’est sûrement une raison suffisante de dire qu’il n’avait pas eu le temps ; c’est un fait qu’il me sera aisé à retenir pour quand j’auray l’occasion de le voir. Le temps que j’ay employé pour luy rendre service est passé, oublié pour luy, tout est effacé de sa mémoire. Vous me faites part qu’il dit que l’Assemblée n’a pas de mots ; où a-t-il vu que les curés n’auront pas douze cents livres comme il a été décrété ? II aura vu peut-estre par quelque papier aristocrate que les curés auraient reçu leur portion congrue, comme par le passé. Mais ces sortes de papiers auront obmis le supplément qui leur sera fourni pour compléter la somme jusqu’à la concurrence de douze cents livres. Je crois pouvoir vous dire qu’une grande partie de l’ordre du Clergé sont de mauvaise foy. Je vois cela tous les jours dans notre Assemblée.

290 Je n’ay plus rien vendu des toiles depuis les dernières lettres que je vous ay écrite, je ne sçais pas quand je pourray finir cette vente. Peut-estre seray-je obligé de les mettre entre les mains d’un commissionnaire. Je viens de recevoir aujourd’huy une lettre de mon cousin DESURMONT qu’il me dit que les toiles de cinq quatre grises sont augmentées de trois patars argent bas l’aulne et il croit par cette raison quelles augmenteront de même à Paris et il me fait la proposition de m’informer s’il ne pourroit point encore envoyer douze à quinze pièces de satin. Je pourray lui en donner avis demain quand je luy écriveray.

291 J’espère que vous m’apprendrez par votre première que vous avez reçu le paquet contenant pour la valeur de deux mille livres d’assignats et que vous aurez approchant fini votre récolte. Attendant de vos nouvelles trois jours de suite pour répondre aux trois lettres que je vous ay écrites le dimanche, lundy ey mardy. Je vous prie d’embrasser nos enfants pour moy et suis sincèrement très sincèrement

292 ma chère Amie, votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

293 P.-S. J’ay reçu aujourd’huy une lettre du sieur GOEMANE de Comines par laquelle il me demande de luy faire parvenir les journaux de notre Assemblée et mon cousin DESURMONT me fait la même demande. Cela me fera sept ordinaires à envoyer dans la province deux ou trois fois la semaine et de plus mon cousin m’a envoyé un effet à recevoir à Versailles pour la fin du mois d’août.

294 Vous voirez par les journaux que je vous envoye que nous travaillons encore toujours comme si nous ne commencions que nos travaux. Avant hier la sçéance a tenu depuis neuf heures du matin jusqu’à près de six heures du soir sans manger.

295 N o 65 de Paris le 23 août 1790

296 Ma chère Épouse,
Par la lettre que je viens de recevoir en date du 20 de ce mois, j’apprends avec satisfaction que le paquet contenant pour deux mille livres d’assignats vous est parvenu, ainsy j’espère que le paquet que j’ay mis à la poste à l’adresse du sieur Jean FOLLET le même jour luy sera parvenu aussy et dans lequel j’avois inclus pour huit cents livres des dits assignats à l’adresse du cousin DESURMONT.

297 Vous me dites que vous avez reçu une lettre de Monsieur LEGRAND par laquelle il vous demande de vous rendre le mercredi suivant pour vous payer en entier le rendage de I 789 ; je remarque, ma chère amie, que ces Messieurs voudraient bien prendre un peu leur revanche, en poursuivant leurs fermiers en dessus de l’ordinaire ; car mon usage est de payer un demi rendage au commencement de septembre et le parfait à la nouvelle année. Vous pouvez faire cette représentation que l’ordinaire est de payer en deux termes comme je viens de vous l’annoncer et si vous voyez que cette proposition ne peut pas convenir, donnez luy tous vos assignats en payment. Il ne peut pas vous les refuser et vous pouvez luy dire que vous estes obligée de me fournir de l’argent et que je vous envoye des assignats en échange ce qui m’est arrivé plusieurs fois de prendre l’argent à la caisse, provenant de la vente des moutons.

298 Je suis bien satisfait d’apprendre que vous avez fini votre récolte. Je vous avois marqué dans ma dernière que si je n’avois pas été à vingt lieues de chez nous pour participer à la fête, mais j’aurois été trompé que tout aurait été fini.

299 Il m’est arrivé hier un fait singulier. On a remis à la portière de l’hôtel où je loge des billets de la caisse d’escompte pour me les remettre et même elle a donné son reçu au particulier qui les luy remetta. Ces billets montent à sept cents francs et quinze livres un sous en argent, peut-estre recevrai-je aujourd’huy des remerciement s de celuy qui me les a fait parvenir car pour mon particulier, je n’ay aucune connaissance qu’il me doit une pareille somme. Je pourray vous donner des éclaircissements de cet objet à. ma première lettre.

300 Il me semble que mon frère le curé d’Annoeullin a passé quelques jours chez nous avec un peu de satisfaction puisque vous me dites que Benjamin luy a fait compagnie et qu’il vous a remis cinquante écus pour une pièce de toile que vous luy achéterez ; vous devriez luy dire d’en venir acheter à Paris, car la vente ne vas pas du tout en ce moment.

301 Il arrive encore de temps en temps des sçéances très orageuses ; samedy dernier et hier nous avons tenu sçéance depuis neuf heures du matin jusqu’à six et sept heures du soir, vous connoitrez la raison pourquoy par les journaux.

302 Je crois vous avoir parlé dans le temps du sieur Michel BECQUART de Comines fermier de Monsieur le duc d’ORLÉANS, m’avoit fait parvenir une requête pour que je voulusse le présenter à Monsieur d’ORLÉANS ou à son conseil. Cette requête contenoit une réclamation d’indemnité qui lui est dû à cause des pertes qu’il a subi l’année des grêles, il y a cinq ou six ans ; il m’a encore fait parvenir depuis un placet sur le même objet que j’ay fait voir au sieur d’ORLÉANS ; je crains que je ne pourroy rien obtenir parce qu’il me paroit qu’on a mis dans l’esprit du duc d’ORLÉANS quelques défaveurs à son égard, cependant j’ay encore envie de faire une dernière tentative pour cet objet.

303 Je vous recommande d’engager nos jeunes soldats à s’instruire et se discipliner autant comme ils le peuvent pour qu’ils se trouvent capables de faire face à l’ennemi, au cas où il se présenterait et doivent estre tout disposés à voler au secours de leurs frères d’armes à la première réquisition qui leur seroit faite.

304 Embrassez nos enfants pour moy et attendant de vos nouvelles, je suis

305 ma chère Amie, votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

306 N o 66 de Paris le 28 août 1790

307 Ma chère Épouse,
Les bruits qui se sont répandus à la charge de Monsieur le duc d’ORLÉANS sont faux. Si l’on avoit dit le prince de CONDÉ il y aurait eu plutôt du vraysemblable, puisqu’il a fait annoncer de ne plus revenir en France sinon qu à la tête d’une armée de quarante mille hommes et que l’on supposoit la réunion du comte d’ARTOIS. Mais tout ces bruits ne sont pas capables d’alarmer des Français qui viennent de conquérir leur liberté et nous avons plus de deux millions de volontaires armés qui attendent l’ennemi de pied ferme et qu’ils ne manqueraient pas de le repousser s’ils se présentaient. Ainsi vous ne devez avoir aucune inquiétude sur cet objet.

308 Vous me parlez que vous avez des assignats approchant pour payer le rendage de 1 789. Je crois vous avoir marqué que vous pouviez vous en servir en toutes sortes de paiement et qu’on ne pourrait vous les refuser au moins sur le territoire français.

309 Vous me dites que si le sieur LEMESRE d’Houplines venoit pour recevoir les 450 livres environ, vous ne pourriez pas le payer. Vous me donnez de l’inquiétude car pour moy dans ce moment, je ne peux pas vous envoyer aucun effet avant que j’eusse reçu mon traitement du mois d’août. Je vous ay dit que j’avois joint à la somme que je vous ay envoyée seize cents livres provenant de mes traitements et, depuis le temps, je n’ay pas vendu aucune pièce de toile. À la vérité, il m’a été remis sept cent quinze livres en billets de la caisse d’escompte que j’ay changé en assignats et que je ne dois pas m’en démunir, puisque je ne sçais pas d’où cela m’est envoyé ; car depuis qu’ils m’ont été donnés, je n’ay reçu encore aucun renseignement, c’est quasi un mystère pour moy. Je feray mon possible pour que mercredi prochain, il soit remis chez le sieur RENART par le facteur de la diligence, les sabres, épées boutons gands, dont vous me demandez. Je croiois quant aux boutons et gants que vous auriez pu trouver toutes ces choses là à Lille, mais puisque vous aimez qu’il en soit fait achat à Paris, je tacheray de vous obliger sur cet objet.

  • 23 Rappelons que Legrand est le receveur du propriétaire de la ferme « Les Wattines » à Linselles don (...)

310 Je ne suis pas du tout content de la conduite de Monsieur LEGRAND 23 à votre égard et je le suis encore moins des termes qu’il s’est servi dans sa lettre qui vous a envoyée. Il me commence par me traiter de négligent dans l’entretien des couvertures de pailles et que depuis nombre d’années il n’en a pas été employé, au surplus, il demande que lui en soit fait une justification. Je vous prie de conduire cette affaire, de manière que sa grande connaissance et surveillance supposée tombe à sa confusion. Je vous préviens de ne pas vous expliquer sur cette affaire qu’en présence de M. de FOREST et il convient que vous eussiez la patience de luy laisser faire valoir son tort avant de vous expliquer. Vous avez beau jeu puisque vous avez la preuve en mains, s’il veut me faire passer pour un négligent, il sera sûrement trompé que je ne l’ay point été jusqu’au point de négliger de marquer les pailles que j’ay employées chaque année et certifier par les ouvriers qui les ont placées. Je vous prie de ne point fléchir à son égard, car je veux commencer à m’apercevoir qu’il cherche à hourdir une trame contre nous et je crains bien que nous aurons un peu de difficulté quand il s’agira de faire la déduction de la dis me sur le parfait de notre bail actuel.

311 Si je ne craindrais pas de me compromettre par devers nos commettants, je ferai volontiers la démarche de me rendre chez nous pour pouvoir s’expliquer avec le propriétaire sur plusieurs objets. Mais je voudrois avant que vous consultiez quelques personnes bien sensées, sçavoir si mon retour pour une quinzaine de jours ne pourrait pas causer quelques murmures ou quelques ombrages de voir qu’un de leurs députés à l’Assemblée Nationale abandonne leurs intérêts.

312 Je vous prie de me répondre de suite sur ce dernier article, parlez-moy franchement et avec votre grandeur d’âme ordinaire, car il s’agit dans ce moment de sacrifier son intérêt particulier pour le bien général et aussy pour l’honneur de nos enfants.

313 Je désire que vous puissiez finir la récolte des fèves et avoines aussy favorablement que 1a récolte des bleds et attendant des nouvelles sitôt que vous aurez finy votre affaire avec M. de FOREST. Je vous prie d’embrasser mes enfants pour moy et suis très sincèrement

314 ma chère Amie, votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

315 P.-S. Je vous renvoye la lettre de Monsieur LEGRAND, j’en ay relevé une copie. Je ne peux m’expliquer sur nombre d’objets très intéressants, les journaux vous en donneront au moins quelques explications.

316 N o 67 de Paris le 31 août 1790

317 Ma chère Amie,
Vous craignez que Monsieur de FOREST vous refuse vos assignats en payement, il ne peut pas les refuser à cause qu’ils sont décrétés forcé et vous avez le droit de faire valoir les intérêts qui sont à un pour cent depuis le 15 de ce mois. Vous me donnerez les raisons à votre première.

318 Vous me marquez que je vous envoyerois les sept cents livres de billets qui m’ont été remis il y a une dizaine de jours ; je ne peux pas m’en démunir encore de sitôt et avant que je puisse connoitre si, absolument, c’est une restitution ou des effets qu’on m’a remis pour les faire passer à ceux à qui ils appartiennent, mais je pourray la semaine prochaine envoyer 400 livres.

319 Quant aux sabres, épées, gants et boutons, je crois que vous les aurez reçus par la diligence et à l’adresse du sieur RENART le premier de ce mois de septembre ; il y en a un que vous recevrez dix sept francs et l’autre quinze l’épée, je ne vous marque pas le prix à cause que c’est pour mon frère Constantin.

320 RENART votre neveu vient de m’écrire pour que je voudrois écrire en sa faveur au sieur LEZAIRE de Roncq pour que je luy fasse obtenir une commission mais il ne me dit pas en quoy il voudrait être employé. Les charges et commissions seront distribuées à ceux qui auront la capacité pour les remplir, ainsy tachez de sçavoir en quoy il voudroit être en commission.

321 Il ne faut pas penser, ma chère Amie, qu’aucun membre du Clergé revienne de ses anciens préjugés ; nous voyons des exemples tous les jours et ils font connoitre pour des gens de mauvaise foy ; ainsy on ne gagne rien à leur présenter la raison, ils n’en feront qu’à leurs caprices autant qu’ils en ont le pouvoir.

  • 24 A l’origine les assignats, gérés par une Caisse de l‘Extraordinaire, n’étaient que des bons à inté (...)

322 Vous voirez par les journaux que nous sommes en ce moment à traiter un objet de la plus grande importance d’où va dépendre le salut de l’État. Le projet est décrété pour deux milliards d’assignats qui ne porteront pas d’intérêts, qui serviront à rembourser toutes les dettes exigibles de manière que si cela a lieu, les impôts seront diminués de passer cent millions sur cet objet et ces assignats serviront à l’acquisition de biens nationaux 24 .

  • 25 Le 16 août 1790, l’Assemblée nationale apprend que des soldats du régiment des Suisses de Châteauv (...)

323 On aime avant de décréter que le publicq fasse connoitre son voeu et il ne sera rien décidé avant le 10 septembre. Il y a dans ce moment de grandes fermentations à Nancy occasionnées par la troupe ; il est arrivé une députation de la Garde Nationale de cette ville qui se présentera aujourd’huy à la barre de l’Assemblée, pour faire rapport de tous les faits qui ont contribué à cette insurrection ; je crois qu’on sera obligé de faire un grand exemple de quelques sujets de l’état-major 25 .

324 Vous me faites souvenir de la voiture que j’ay profité pour mon retour quand je me suis rendu à Douay et vous croyez que je puisse encore profiter de cette voiture ; point du tout, parce que Monsieur DEMAIRE à qui cette voiture appartient n’a plus d’occasion de se rendre à Douay puisque toute sa famille est en Lorraine et il ne croit pas de se rendre chez luy avant la fin de l’année.

325 Je vous remercie de votre invitation à la Dédicace, je ne crois pas que je pourrais en profiter. Je vous prie de présenter mes respects à tous mes frères et soeurs, neveux et nièces et que j’espère que je pourray me trouver dans leur société avant la fin de l’année.

326 Attendant de vos nouvelles surtout pour ce qui regarde Monsieur de FOREST, je suis très sincèrement

327 ma chère Amie votre très affectionné Mary P.-F. Lepoutre

Septembre 1790

328 N o 68 de Paris le 4 septembre 1790

329 Ma chère Amie,
Je vous avois dit la vérité dans mon avant-dernière lettre que j’aurois pu prendre une vacance ; moyennant que vous m’auriez fait connoitre que ma présence n’auroit pas causé quelque surprise à mes commettants. Ce que j’apprends à cet égard par votre lettre ne me présente que votre façon de penser ; vous ne me faites pas connoitre ce qu’en peuvent dire les gens bien sensés, car vous sçavez comme moy qu’il est dangereux de s’attirer la disgrâce du publicq. Cependant, je suis très fort d’intention de prendre une petite vacance surtout en apprenant la conduite de M. LEGRAND. Il me paroit que cet homme vient dangereux et qu’il est plus difficile de traiter avec luy qu’avec le propriétaire. C’est pourquoy je crois qu’il sera prudent de ma part, de luy faire connoitre que je ne suis pas aussi négligent qu’il voudroit peut-estre le faire croire. Je veux m’apercevoir, ma chère Amie, qu’il pourrait bien y avoir quelque menée sourde dans ce moment à notre affaire et cela à cause que la déduction de la disme que nous aurons le droit de demander sur notre rendage.

330 Vous me faites part que vous croyez de battre colza, je suppose que vous n’aurez pas commencé à cause de la pluie, car icy voilà trois jours qu’ils ne sont pas favorables pour cette sorte d’ouvrage.

331 Vous me dites que ceux qui vendent pour estre payés en assignats vendent trente à quarante patars de plus à la razière. Eh bien, il y a encore avantage malgré le grand intérêt du change. Je suis informé que l’on cherche très fort à faire tomber les assignats surtout dans notre province et cela se fait par l’instigation des aristocrates ou gens pareils à celui de qui j’ay parlé plus haut dans cette lettre. Nous avons beaucoup d’ennemis à vaincre, nous ne sommes pas encore à la fin de nos combats, mais j’espère qu’il n’aura jamais lieu jusqu’à effusion de sang comme celuy qui vient de se passer à Nancy où le régiment de Château-Vieux-Suisse vient d’estre défait par la Garde Nationale de Metz et des villes voisines. Il y a au moins la moitié du régiment de tué et le reste est fait prisonniers. Il y a aussi un grand nombre de Gardes Nationaux de péris, mais on ne sçait point encore le nombre exact ; mais aujourd’huy le calme y est rétabli heureusement.

332 Nous sommes à la veille de décréter encore deux milliards d’assignats, qui ne porteront point d’intérêts, pour rembourser toute la dette exigible de l’État, de manière que si cette opération réussit, nous aurons pour cent millions d’impôts de moins à payer, et on exposeroit tout de suite tous les biens nationaux en vente. Je vous envoye ci-inclus deux assignats de deux cents livres qui vous serviront pour payer votre quart de revenu sous le titre de contribution patriotique.

333 La vente de nos toiles ne va pas ; je crois aujourd’huy de chercher un brave commissionnaire pour les vendre. Le tableau que nous avons formé avec mon cousin DESURMONT pour le prix ne cadre pas avec celuy des marchands. Quand ils seront entre les mains d’un commissionnaire, ils seront vendus le prix courant des marchés.

334 Quant à la couverture de l’écurie des vaches, je trouve la proposition de J.-B. LEDUC fort bien, quant au bois qu’il faut faire sçier à Mouscron je ne peux donner aucun ordre, parce que je ne sçais pas moi-même à quoy ils sont destinés, mais pour les amonument, il faut prier mon frère ODON de vouloir les vendre le plus tôt possible.

335 Je ne vous parle pas de notre neveu RENART. Je luy ay écrit et j’attends sa réponse de même que de vos nouvelles. Attendant, je suis très sincèrement

336 ma chère Amie votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

337 [...]

338 N o 69 de Paris le 9 septembre 1790

339 Ma chère Épouse,
Par la deuxième lettre que vous m’avez fait parvenir en forme de supplément à celle du 31 aoust, vous me répétez la grande discussion que vous avez du supporter avec Monsieur LEGRAND au sujet des assignats. Je ne crois pas que Monsieur de FOREST vous fasse la moindre difficulté, à cause qu’il doit sçavoir que ce sont des assignats forcés et que personne ne peut les refuser en payement ; il n’y a que le cas qu’il faudrait rendre de l’argent. Je suis fâché que je ne peux pas estre présent dans pareille occasion.

340 D’après votre rapport, il ne me paroit pas que les colzas soient aussi abondants en grains qu on vouloit le faire croire au commencement, car des colzas à treize havots et non secq ne feront pas plus de trois razières quand ils seront purifiés.

341 Je ne peux pas encore vous communiquer le jour que je pourray me rendre au sein de ma famille à cause que nous devons traiter l’objet de la plus haute importance, qui est de décréter une émission de deux milliards d’assignats pour satisfaire toutes les dettes exigibles.

342 Deuxième objet qui me retiendra quelques jours de plus, c’est le rapport que le comité des impositions doit faire relativement au reculement des barrières, dans lequel sera compris le tarif des droits d’entrée des manufactures des étoffes étrangères qu’ils entreront en France.

343 Quant à l’entrée des toiles, il a été question de mettre cent vingt livres au quintal qui est le poids de cent livres poids de mars. La vente de celles que j’ay à ma commission ne va pas ; j’ay eu une marchande qui m’a venu avant hier, elle ne pouvait m’en donner que trois livres dix sous, à tout prendre, les vingt deux pièces et quant aux grosses, il ne luy en falloit point.

344 Je n’ay point encore reçu aucun renseignement concernant les sept cent quinze livres qui m’ont été remis par la portière. Elle ne me donne d’autre renseignement qu’il luy est venu un grand garçon demander après moy ; me trouvant absent il luy a remis comme je viens de vous dire, en luy demandant sa signature comme quory elle avoit une telle somme. Le temps pourra peut-estre m’en instruire.

345 Je vous prie d’embrasser mes enfants pour moy et attendant la satisfaction de vous voir je suis très sincèrement,

346 ma chère Amie votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

347 P.-S. J’espère qu’à votre première lettre, vous me ferez part d’avoir reçu les deux billets d’assignats de deux cents livres chacun.

348 N o 70 de Paris le 11 septembre 1790

349 Ma chère Épouse,
Je vous avois marqué dans ma lettre du 31 août que les assignats avec quoy vous deviez payer votre fermage de 1789 portaient un intérêt de un pour cent depuis le 15 du dit mois d’aoust, attendu qu’il y avoit quatre mois d’écoulés à ce terme depuis le 15 avril. Peut-être ne me suis-je pas bien expliqué, ou vous ne m’avez pas bien compris.

  • 26 Le comité de mendicité, créé le 21 janvier 1790, enquête sur la pauvreté et suggère des remèdes au (...)

350 Vous me parlez de cet ancien militaire qu’on persiste à luy refuser de l’assister, dites luy qu’il prenne encore un peu de patience, que la loy concernant la mendicité n’est point encore décrétée. Cet objet est ajourné à jeudi prochain ; le comité de mendicité 26 doit faire son rapport que d’après cela, je crois qu’il sera enjoint aux directoires de chaque district de fournir une somme quelconque pour subvenir au soulagement des pauvres de chaque paroisse ; mais s’il luy manquoit absolument la subsistance nécessaire pour luy vivre, dans ce cas vous pourrez en proposer de ma part au sieur LEZAIRE, maire de Roncq ou mon cousin ROUZE pour le communiquer à son frère.

351 Mon cousin DESURMONT vient de m’écrire. Il me marque comme vous que les assignats perdent jusqu’à trois un quart pour cent ; c’est bien une marque qu’il n’y a pas de bonne foy dans nos provinces ny de patriotisme et que la plus grande partie des capitalistes sont de mauvais citoyens qu’ils voudraient faire renaître l’ancien régime et la cupidité les entraîne à un agiotage indigne.

352 On avoit arrêté que l’on n’auroit point décrété avant le dix la grande émission d’assignats de deux milliards, cet objet est ajourné au dix sept et il sera peut-estre le 21 avant qu’on porte décret parce que l’on attend pour recevoir les pétitions que les provinces et le commerce pourront faire à cet égard.

353 Vous m’avez marqué que je ne risquois rien de me servir des sept cents livres de billets qu’on m’avoit remis ; vous regardiez cela comme une restitution qu’on me faisoit ; hier je viens de recevoir une lettre du sieur POLLET de Tourcoing par laquelle il me remercie de ce que je luy envoye des assignats pour des billets de la caisse d’escompte ; il me marque en même temps la surprise de ce que je ne luy parle pas des 722-10-0 que le nommé BROTIER, huissier de Paris m’a remis ; je n’ay point parlé à BROTIER quand il a apporté ce t argent et je n’ay reçu aucune nouvelle de Monsieur POLLET que je devois recevoir de l’argent pour luy ; ma foy, je remercieray des pratiques de cette espèce, il y a étourderie des deux parts ; l’huissier remet de l’argent à son hôtel sans me parler, l’autre attend que je luy envoyerai cet argent sans me donner avis que je devois en recevoir, mais au reste aujourd’huy tout ira bien pour le sieur POLLET.

354 Je crains qu’il n’en sera pas de même pour moy, parce que je me suis dégarni de mes petits moyens pour secourir vos besoins, de manière que je me trouve aujourd’huy n’avoir que le mandat du mois d’août que je ne peux recevoir qu’au commencement de septembre sauf à y perdre beaucoup sur le change comme j’ay fait avec les autres en les changeant à la caisse d’escompte pour des assignats.

355 À la vérité j’ay toujours du secours à prendre sur les toiles et j’ay dans ce moment un effet que je viens de recevoir pour mon cousin DESURMONT portant la somme de deux cent cinquante cinq livres dont je ne luy envoyeray qu’un assignat de deux cent livres. Pour lors vous serez obligée de luy remettre les cinquante cinq livres, sauf les déductions des intérêts sur le billet jusqu’au 1er septembre et je vous prie de faire rentrer au sieur POLLET les quinze livres un sous qui m’a été remis en argent.

356 Je me trouve, ma chère amie, n’avoir devers moy que la somme de dix louis pour vivre jusqu’au premier novembre, sauf à changer mon mandat de traitement du mois d’aoust, ce que je seray obligé de faire si je prends une vacance ; mais il faut que je vous observe encore une chose, c’est que je crois que les députés ne sont pas payés du tout pendant le temps de leurs vacances ; s’il en est ainsy, mon voyage me coûtera au moins vingt cinq louis d’or, pour trois semaines que je me trouveray au sein de ma famille. J’attendray le retour du sieur CHOMBART, pour lors, je sauray de la manière qu’on aura traité avec luy pour le temps de son absence.

357 Je vous souhaite une parfaite santé et vous prie d’embrasser mes enfants pour moy et attendant la satisfaction de nous voir, s’il est possible vers la fin de ce mois, je suis très sincèrement

358 ma chère Amie votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

359 N o 71 de Paris le 12 septembre 1790

360 Ma chère Amie,
Les deux lettres que vous m’avez fait parvenir n’ont aucun rapport dans leur contenu qui soit relatif à l’objet qu’on me dit circuler dans le publicq ; mais tous s’accordent sur le fait de dire que cette lettre est sortie en premier des mains du curé de Linselles et donnée au sieur FAVIER, curé d’Ascq, membre de la société aristocratique qui ne tardera pas cependant à se dissoudre par le serment qu’ils devront faire tous sous peu de jours. Je suppose que cette grande affaire pourra avoir lieu pour la nouvelle année ; ce sera l’étrenne qu’ils présenteront à leurs paroissiens.

361 Si vous avez été chez le curé, comme je vous ay prié dans ma dernière, je ne doute pas que vous aurez pu recueillir quelques renseignements. Si absolument, c’est luy qui est l’auteur de cette lettre, il est très certain qu’il aura chancelé dans ses premières réponses et si, au contraire il est innocent, j’aime à croire qu’il aura cherché le moyen de se disculper, en vous déclarant celuy qui en est l’auteur ; car je nay aucun doute de dire qu’il est parfaitement instruit de cette affaire. J’espère qu’à votre première, je trouveray des instructions qui formeront ma conduite à cet égard.

362 Vous trouverez ci-inclus deux assignats, un de deux cents et un de trois cents livres. J’ay este obligé d’escompter mes mandats pour subvenir à votre demande, de manière qu’à présent je suis liquidé de toutes mes prétentions sauve le mois courant. Mais je me suis conservé un assignat de trois cents francs et un peu d’argent que j’ay reçu des mouchoirs que vous avez envoyés. Peut-estre que vous n’avez point presté attention que je vous ay marqué qu’il n’en falloit que vingt huit, attendu que Madame FRICAUD en avoit pris deux des cinq premiers que vous m’aviez envoyés. De sorte qu’il m’en reste cinq puisqu’il en avait trente dans le dernier ballot.

363 Vous m’avez marqué que vous croyez que les toiles auroient arrivé avec les mouchoirs. Point du tout, il m’a été remis un petit ballot par le facteur du courrier extraordinaire qu’il contenait des gilets. Je me suis rendu de suite chez le directeur du cabriolet pour l’instruire et luy faire part de cette erreur. Le lendemain il m’a envoyé chercher le ballot et je n’ay encore reçu aucune nouvelle des toiles. Je m’y rendray encore aujourd’huy pour sçavoir s’il n’y a pas de défaut de sa part. Voilà quatre jours que j’ay les mouchoirs. Je suis un peu inquiet concernant les toiles.

  • 27 Du 30 septembre 1790 au 2 août 1795, parution de La Feuille villageoise, rédigée par Cérutti, Grou (...)

364 Vous trouverez ci-inclus deux brochures contenant les obligations de Monsieur CAMUS, vous en donnerez une au cousin SEYNAVE avec la Feuille Villageoise 27 . Cette brochure pourra un peu rabattre la fumée des obstinés calotins.

365 J’attends de vos nouvelles et j’espère qu’elle me seront d’une importance à me tranquilliser, je suis très sincèrement

366 ma chère Amie votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

367 P.-S. Il sera fourni bientôt des armes aux Gardes Nationales surtout dans nos frontières pour qu’ils soient en force pour désarmer les fugitifs Brabançons qui entrent à force dans notre territoire. Il viendra sous peu de la troupe pour former un cordon tout le long des frontières.

368[La lettre no 72, du 15 septembre 1790 n’a pas été publiée]

369 N o 73 de Paris le 18 septembre 1790

370 Ma chère Amie,
Vous me mettez dans l’inquiétude en ce que je ne reçois pas de vos nouvelles. Voilà trois jours de plus qu’à l’ordinaire que j’en suis privé. Vous avez appris par ma dernière que je ne pouvois pas prendre de vacances avant la fin du mois ou au commencement d’octobre, à raison du décret concernant les assignats ou quittances nationales, qui n’aura lieu que le 24 de ce mois et je suis presque assuré qu’il faudra décider ce décret par l’appel nominal.

371 Il se présente beaucoup d’opinions sur cet article, pour et contre, mais je crois qu’on adoptera l’opinion du sieur HAUSON, qui consiste à laisser au créancier le choix de prendre des assignats ou des quittances nationales, et qu’après la vente des biens nationaux, s’il resteroit encore des billets ou assignats, il seroit fait un emprunt à quatre pour cent pour rappeler tous les assignats ou quittances pour les anéantir dans la caisse de l’extraordinaire.

372 Il a été fait un rapport concernant la libre plantation du tabac par tout le royaume, je n’ay pas pu vous le faire parvenir parce qu’il ne nous est pas encore distribué.

373 Il a pour objet que tous seraient libres de fabriquer le tabac du cru de la France, sans pouvoir le mélanger avec des tabacs étrangers et qu’il y auroit une régie nationale laquelle auroit seule le droit de fabriquer les tabacs venant de l’Amérique ; de manière que cette régie pourrait vendre son tabac plus cher à raison de sa meilleure qualité.

  • 28 A la suite d’une adresse (faite le matin même) de la municipalité de Versailles dénonçant des atte (...)

374 Il se passe aujourd’huy peut-estre une scène bien alarmante aux environs de Versailles. Trois mille brigands se sont attroupés pour dévaster le parque et pour détruire le gibier qu’il est réservé pour le plaisir du Roy. Il est parti de suite un détachement de la Garde Nationale parisienne pour se réunir à celle de Versailles, pour chasser ou tuer s’il le faut tous ces brigands 28 C’est encore un effet de l’aristocratie expirante, depuis que le Roy a donné sa sanction aux règles et constitution du Clergé ; la partie des Noirs est devenue comme des enragés.

375 Je pourrays m’expliquer plus amplement quand j’auray la satisfaction de me trouver auprès de vous et au sein de ma famille, je ne peux pas encore vous dire aujourd’huy le jour, mais la fin de cette semaine, je pourray vous le marquer. Attendant ce moment, je suis très sincèrement

376 ma chère Amie votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

377 P.-S. Il faut que je vous dise qu’il y a au moins neuf dixième des habitants de Paris qu’ils demandent des assignats.

378 N o 74 de Paris le 22 septembre 1790

  • 29 Depuis octobre 1789, des rumeurs circulaient sur les absences, mais en fait, la liste des absents (...)

379 Ma chère Amie,
C’est pour vous instruire de la demande que vous me faites, concernant notre Assemblée. Vous me dites que l’on fait courir le bruit qu’un grand nombre de membres se retirent ; il y a à la vérité en ce moment un peu plus d’absences qu’à l’ordinaire et cela à raison de la remise et de la vendange mais je crois pouvoir vous assurer que le nombre des députés se monte encore à neuf cents ou un mille et le nombre ne manquera pas de s’augmenter chaque jour par ceux qui reviennent de leurs vacances 29 .

380 Mais ceux qu’ils font circuler le bruit qu’ils croient que l’on n’en pourra pas sortir ce sont ceux qu’ils voudraient voir une certaine révolution. Ils ont raison de dire qu’ils ne croient plus d’en pouvoir sortir parce que toutes les trames qu’ils ont ourdy jusqu’à ce jour on a toujours réussi à dévoiler leurs intrigues.

381 Je suis charmé d’apprendre que vous avez fini toute la récolte de mars * et que vous avez fait battre le reste des colzas ; je suppose que vous aurez fait marché avec le cousin DESTOMBE puisqu’il n’y avoit que cinq patars de différent à la razière et pour estre payé de suite, mais en assignats. Je ne ferois aucune difficulté de recevoir des assignats moyennant que vous puissiez avoir du numéraire pour payer les ouvriers et les petites dettes courantes. Vous aurez occasion de vous défaire d’une partie en payant les collecteurs.

  • 30 Le 19 septembre 1790, à Paris, une fête funèbre est organisée en l’honneur des défenseurs de l’ord (...)

382 On a célébré avant-hier au Champ de Mars, le service et pompes funèbres de nos braves frères d’armes qu’ils ont péri à la malheureuse journée du trente et un aoust 30 . Jamais on n’a vu au moins vingt cinq mille hommes armés qui se sont trouvés à cette cérémonie, tous rangés en bataille. Le Champ de Mars était aussy rempli que le jour de la Fédération, mais d’une position bien différente car personne n’en est sorti sans donner des larmes.

383 Vous me parlez encore de ce pauvre militaire que la municipalité de Roncq luy refuse de quoy se substanter ; envoyez moy de suite son congé et faites moy mention du nombre d’années qu’il réside en France et joignez-y son baptistaire, s’il en a un, pour lors je feray ce que je pourroy en sa faveur. Je vous dis de me l’envoyer de suite parce que ce sera la dernière lettre que je recevray avant que je prenne une vacance ; s’il arrive du contraire dans mes arrangements, je vous en feray à la première lettre que je vous écriray.

384 Nous devons traiter définitivement vendredy prochain et jours suivants l’objet des assignats ou quittances nationales. Je vous assure que cet article me donne bien de l’inquiétude. Nous avons peut-être quatre cinquième de Paris qu’ils demandent des assignats ; nous avons certaines villes de commerce qui réclament contre, Lille est du nombre, mais malgré le pour et le contre, j’espère qu’on arrivera à concilier tous les esprits et cela ce seroit de décréter pour la somme de deux milliards de billets monnaye, au choix des créanciers, ou assignats ou quittances nationales et qu’après la vente des biens nationaux s’il resteroit encore des dits billets-monnaies (ce qu’il n’est pas à présumer) pour lors on feroit un emprunt à quatre pour cent pour faire rentrer le reste et les éteindre, ce seroit une raison de rassurer les derniers porteurs de ces billets.

  • 31 Après la mise à la disposition de la nation des biens du clergé (2 nov. 1789), puis l’abolition de (...)

385 On a décrété hier le soir le traitement des religieuses 31 , qui sera de sept cent livres pour celles de chœur et de trois cent livres pour les sœurs converses, ainsy il y aura des maisons qui seront diminuées et d’autres augmentées.

386 Je désire bien que nos opérations finissent, car, je vous assure que le temps commencent d’estre bien long, voilà près de dix huit mois que je suis sorti de ma famille ; attendant la consolation de nous embrasser, je suis très sincèrement

387 ma chère Amie votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

388 P.-S. Je vous prie de m’envoyer de suite le congé de ce militaire parce que je ne sortirai pas de Paris avant d’avoir obtenu quelque chose en sa faveur, s il est possible.

389 N o 75 de Paris le 24 septembre 1790

390 Ma chère Amie,
Je viens de recevoir votre lettre en date du 21, rentrant chez moy venant de l’Assemblée, par laquelle vous croyez que Monsieur de FOREST aura donné des ordres de recevoir vos assignats pour l’année de fermage ; je ne dois pas en douter puisque personne ne peut les refuser, encore qu’on dise qu’ils perdent au change à cause de la pénurie de l’argent et cela causé par la malice des agioteurs. Ils n’en ont pas moins leur valeur intrinsecq, puisque les effets royaux qui perdent actuellement quinze pour cent sur la place ne sont payés qu’avec des assignats de même que les lettres de change.

391 Puisque je suis avoir parlé d’assignats, il n’a rien été décrété aujourd’huy sur leurs émissions et peut estre que la discussion continuera encore quelques jours et je crois pouvoir vous dire qu’il n’y a que cette résolution pour sauver l’État et rétablir le commerce, qui est de décréter pour huit cent millions d’assignats et huit cent millions de quittance de finance, au choix des créanciers, de manière que les quatre cent millions, qui sont déjà en émission, portant intérêt de trois pour cent, seront confondus le 13 avril prochain avec les autres et que l’intérêt en sera supprimé. Il y a apparence que tous les biens nationaux seront exposés en vente dans tous les districts du royaume dans le courant du mois d’octobre prochain ; on évalue les biens nationaux à plus de quatre milliards puisqu’il est prouvé que les biens du Clergé montent en revenu à la somme de cent trente deux millions sans y comprendre les biens qui sont dans les villes et les bois. Je crois que l’on ne doit pas craindre de voir paroitre une émission de douze cent millions d’assignats, en y comprenant ceux qui sont déjà dans le commerce, puisqu’ils ne feront que circuler de mains en mains pour libérer à chacun des dettes, et se porter à leur destination qui est l’acquisition des biens nationaux.

392 Ceux qui demandent des quittances de finance ne connaissent pas leurs intérêts, puisque les assignats nous diminuent cent vingt millions d’impôts au lieu que les quittances de finances les augmenteraient considérablement et la vente des biens nationaux ne se feroit pas, attendu que les créanciers les tiendraient dans leur porte-feuille et ne serviraient qu’à augmenter la cupidité des agioteurs.

393 Il sera fabriqué du billon de monnaie peut-estre pour vingt cinq ou trente millions pour faciliter le change et pouvoir payer les ouvriers et on demande beaucoup qu’il soit fait des assignats de 25, 30 et 100 livres, ce qui pourroit favoriser l’appoint.

394 Vous me faites plaisir en m’apprenant que vous faites charrier le fumier, c’est une marque que les travaux sont en règle et vous aurez donc fini avant de falloir planter colza.

395 Je suis fâché que vous vous trouverez en besoin d’argent et que je ne peux en aucune manière vous en fournir en ce moment. J’ay vendu à la vérité deux pièces de toile ; mais je ne les ay pas encore reçu et j’espère que la vente se fera beaucoup mieux vers la Toussaint quand le calme sera rétabli.

396 Il y a grande apparence que nous pourrons souhaiter une heureuse année au Roy avec la nouvelle Constitution ; nous espérons que nos successeurs pourront se rendre à Paris vers la Noël pour se réunir à nous pour cette grande cérémonie ; je vous diray à ma première si je pourroy prendre vacances et je vous marqueray le temps que je pourroy arriver chez nous.

397 Attendant, je suis, ma chère Amie votre affectionné Mary

398 P.-F. Lepoutre

399 P.-S. Je ne vous envoye plus des opinions concernant les assignats parce qu’ils seront décrétés avant que ma lettre vous soit parvenue.

400 N o 76 de Paris le 28 septembre 1790

  • 32 Le lendemain, on vote en faveur d’une émission de 800 millions d’assignats, transformés en papier (...)

401 Ma chère Épouse,
Je ne peux pas encore dans ce moment vous marquer précisément quand je pourroy me rendre au sein de ma famille. Les objets dont nous sommes encore occupés qui sont les assignats me retiennent, mais j’espère que sous peu de jours, cet article sera terminé 32 . Vous me dites que vous avez observé qu’il y avoit plus d’opinions contre que pour, cependant je ne crois pas qu’il soit possible d’adopter d’autres mesures que celle de décréter une émission d’assignats, proportionnée à la dette exigible, déjà échue ou à échoir à court terme ; mais je ne crois pas qu’il en sera décrété pour deux milliards d’un seul coup.

402 On se plaint partout du manque et la majeure partie des ateliers sont arrestés faute d’avoir de quoy payer leurs ouvriers. Si on ne prend pas le parti de remplacer par un numéraire fictif le numéraire métallique qu’on croit réservé dans les coffres des agioteurs ou sorti du royaume. Comment voulez-vous faire renaître le commerce. Il faut donc convenir qu’il faudra des assignats sans intérêts mais une quantité seulement au besoin. Et surtout une portion de moindre valeur pour pouvoir former l’appoint, tels que des assignats de 150, de 100 et de 50, de manière que ces coupons faciliteront les payements. C’est justement ce que les agioteurs craignent le plus, parce que l’on trouvera moyen de se passer de leur commerce qui est de vendre l’argent et cela dans les villes. Je crains cependant que cette opération pourra gêner un peu les habitants de la campagne ; au reste il n’y a encore rien d’arresté.

403 La malice de certaines personnes soit de Lille, ou résidant à Paris pour ce moment font circuler la calomnie que Monsieur SCHEPPERS depuis trois mois ne fréquente pas l’Assemblée et que par cette raison ils ne peuvent pas compter sur son suffrage. Si pareille proposition vous étoit faite, vous pourriez leur dire que cela est de la plus grande fausseté et que presque tous les jours nous dînons ensemble et très souvent je me trouve auprès de luy à l’Assemblée. Je vous prie s’il est possible de faire passer le bruit contraire à la calomnie soit par les marchands de files ou d’autres qui sont d’usage à parler beaucoup du monde quand ils sont à Lille pour leurs affaires.

404 Je dois me rendre aujourd’hui ou demain chez quelques marchands de toiles mais je crains bien que je ne pourroy pas encore faire d’affaires parce que dans ce moment personne ne se preste à former des magasins. Ils attendent tous les décisions des affaires de finances.

405 Je voiray aujourd’hui si je peux obtenir quelque chose en faveur de ce vieux militaire, je pourray vous en donner des nouvelles dans le courant de cette semaine, de même que du jour de mon départ de Paris s’il peut avoir lieu.

406 Vous avez appris qu’il faudra procéder à la nomination d’un évêque pour notre département, attendu que l’archevêque de Cambrai a accepté la régence de l’évêque de Liège. Cet évêque sera choisi dans le nombre des curés de notre département à commencer par nommer MM. LEFEBVRE de Comines, DUPONT curé de Tourcoing, DESBONNET, vicaire de Saint-Étienne et GOSSE, curé de Comines. Cette première nomination ne peut servir que de badinage et vous apprendrez que dans peu de jours qu’on en substituera d’autres que je crois qu’ils commencent à intriguer un peu secrètement, le temps nous instruira.

407Je suis très sincèrement

408 ma chère Amie votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

Octobre 1790

409[La lettre no 77 du 2 octobre 1790 n’a pas étépubliée]

410 N o 78 de Paris le 7 octobre 1790

411 Ma chère Amie,
Votre silence me force à me rendre au sein de ma famille. Je n’ay plus reçu de vos nouvelles depuis le 24 [n.p.] ; ma chère Amie, je me dispose à prendre une vacance de huit ou dix jours. Je partiray de Paris par le cabriolet pour estre dimanche ou lundi ; ne faites aucune démarche parce que je suis incertain du jour que j’arriveray à Lille et, pour lors, je pourray prendre un fiacre ou une chaise de poste.

412 Je vous prie de ne point prévenir mon arrivée, parce que je ne voudrois recevoir de visites que de nos parents.

413 Je vous envoye quelques journaux avec des brochures assez intéressantes. Je ne vous donne point de détails, nous aurons le temps de nous expliquer quand nous serons ensemble.

414 Attendant la satisfaction de nous embrasser, je suis très sincèrement

415 ma chère Amie, votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

416 N o 79 de Paris le 31 octobre 1790

417 Ma chère Amie,
J’espère que la route pour votre retour vous aura été aussy favorable que la mienne pour me rendre à Paris ; je n’ay pu arriver à mon hôtel que vers onze heures et demy du soir, trois heures plus tard que l’ordinaire et cela à cause de la lenteur des postillons et d’un petit accident qu’il survenu à notre voiture.

418 Je n’ay pas pu vous donner de mes nouvelles hier comme je vous Pavois promis à cause qu’il fallut approchant toute la matinée pour arranger mon petit ménage et mon pacq’outille. De manière qu’il était dix heures du matin quand j’ay sorti de mon hôtel pour me rendre à l’Assemblée et la séance n’a fini qu’à [ ?] heures et demy, en sorte que je n’ay pas eu le temps de changer les billets de la caisse d’escompte pour les assignats, mais j’espère aujourd’huy ou demain que je trouveray un moment favorable pour en faire le change.

419 Monsieur SCHEPPERS, mon cher collègue, m’a chargé de vous faire des compliments de sa part ; il m’a témoigné beaucoup de satisfaction de ce que j’avois été saluer Madame son épouse et je vous prie qu’à la première occasion que vous aurez de vous rendre à Lille de l’aller saluer. Je vous assure que j’ay reçu chez elle toutes les accueils possibles, jusqu’au point que la matinée de mon départ, il était midy quand j’en suis sorti. Les heures ne passoient point sans m’en apercevoir. Je vous diray que je n’ay pu faire mes adieux à mes enfants et chez RENART que très précipitamment.

420 J’ay été chez LEGRAND dans la matinée, là je n’ay point reçu autant de satisfaction que j’auray désiré. Nous se sommes échauffés un peu tous les deux sur l’objet des assignats que vous luy avez remis pour notre fermage, il me faudroit trop de temps pour vous en donner un détail exact, ce sera pour quand je seray de retour. Mais s’il arrivoit qu’il viendrait vous rendre visite, vous savez comment on doit recevoir des gens de caractère. Cependant à la fin de notre discussion, il m’a paru rentrer un peu dans la raison.

421 Vous trouverez dans les journaux quelques articles concernant le reculement des barrières qu’il aura lieu pour le premier de décembre prochain. Nous devons décréter le reste ce matin et je pourray à l’ordinaire prochain vous faire parvenir le tarif des droits qu’ils seront exigés à l’entrée et à la sortie des marchandises du royaume. On a supprimé tous les droits subsistant dans l’intérieur de manière qu’au jour du 1er décembre, on pourra traverser toute la France sans payer un liard, sinon les barrières qui seront établies sur les chemins pour subvenir à l’entretien.

422 Je pourray, j’espère, vous donner de plus amples explications à ma première, car pour le moment, je vous assure que les affaires que nous traitons me sont pour ainsy dire étrangères. Mais je crois que dans deux jours, je me trouveray au fait comme auparavant.

423 Je vous prie d’embrasser mes enfants pour moy. Faites mes compliments à mon frère Constantin et à nos amis. Je me recommande à vos intentions et suis très sincèrement

424 ma chère Amie votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

Novembre 1790

425[La lettre no 80 du 1er novembre 1790 n’a pas été publiée]

426 N o 81 de Paris le 3 novembre 1790

427 Ma chère Amie,
Le sieur CRETAL domestique de Monsieur SCHEPPERS vous remettra dimanche prochain un paquet contenant huit assignats, deux de trois cents livres et quatre de deux cents. J’y ai joint une lettre qui vous annoncera à qui vous devez les remettre.

428 Hier il m’est venu un marchand pour acheter toutes les toiles que j’ay en magasin se montant de quarante quatre pièces y compris les six pièces que François TERRAIN m’a laissées à son voyage à Paris ; il y en a encore quinze pièces en commission et dix sept pièces de grosse à mon cousin DESURMONT à mon particulier et six pièces de fines encore à luy seul ; je les ay laissé à tout prendre, les fines à faire des chemises, y compris celles de François TERRAIN à 3-15-0. Je n’ay pas pu faire marché pour les fines, il ne m’en a offert que 3-9-0 et pour les grosses 8-10-0. Cependant je crois que je pourray encore faire marché parce qu’il m’offre tout au comptant. Je dois en écrire aujourd’huy au cousin DESURMONT pour qu il me fasse parvenir son avis sur cet objet.

  • 33 En 1788, un conte intitulé Père Duchesne, connaît un grand succès dans les salons parisiens. En 17 (...)

429 Je vous envoye le projet de loy pour l’exécution du nouveau tarif des droits d’entrée et de sortie du royaume ; il est certain qu’il y aura des articles qui seront supprimés ou qu’il leur sera fait quelques changements, mais comme vous recevez les journaux des débats et décrets, vous voirez les changements qui y seront faits. Vous y trouverez aussy les pièces justificatives de la procédure du Châtelet et au prochain ordinaire, je vous enverray la collection entière du Père Duchesne 33  ; je ne l’ay pas joint aujourd’huy à cause que le volume auroit été trop gros.

430 Vous recevrez à l’avenir mes lettres cachetées de mon cachet, il n’y aura plus le cachet de l’Assemblée, ce sera une griffe à la place.

431 J’espère, ma chère Amie, qu’à votre première lettre que vous me ferez parvenir, vous me donnerez un détail de l effet qu’aura produit ma présence pour un moment dans le pays ; je sçais que NOLF a écrit à son cousin le curé de Saint-Pierre concernant l’exécution testamentaire de sa tante de Tourcoing. Elle avait déclaré le curé de Saint-Pierre son exécuteur testamentaire. Il m’a dit de ne pouvoir l’accepter à cause de sa mission de député.

432 Les assignats que les intérêts sont coupés, que je vous ay dit de remettre au sieur BENY, s’il vous témoigne quelques scrupules de les recevoir, vous pouvez me les renvoyer, je luy en feray parvenir des autres.

433 J’attends avec impatience à recevoir de vos nouvelles et suis

434 ma chère Amie votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

435 P.-S. Je crois qu’il me sera retenu sur mon traitement le temps que j’ay été présent, de manière que mon voyage me coûtera une vingtaine de louis sans celle de la maison.

436 N o 82 de Paris le 7 novembre 1790

437 Ma chère Épouse et Amie,
Vous me mettez dans une grande inquiétude de me laisser aussi longtemps privé de vos nouvelles ; il est très certain que depuis mon départ, il vous sera parvenu sûrement quelque chose d extraordinaire à pouvoir s’entretenir et en même temps j’aurois été informé de votre santé car voilà douze jours de passés que je regarde estre un des plus long termes que j’ay été de vos nouvelles.

438 Vous recevrez, je crois, aujourd’huy une visite du sieur CRETAL peut-estre accompagné de sa femme, lequel vous remettra le paquet contenant des assignats que je vous ay marqué dans ma précédente lettre ; je vous avois marqué, je crois, que l’on retenoit le traitement des députés pendant leur absence. On a exécuté la retenue à mon égard comme aux autres de manière que je recevray 90 écus de moins sur le traitement du mois d’octobre ; je regarde cependant cette retenue comme injuste à l’égard de ceux qu’ils ne prennent des congés pour un très court temps comme j’ay fait.

  • 34 Le 28 octobre 1790, le comte de Buttafoco (député de la noblesse corse) s’est levé pour répondre a (...)

439 Il nous arrive encore des sçéances très bruyantes, hier à la sçéance du soir, il s’est présenté une députation de Piana de Corse à la barre 34 . Ils ont là une pétition dans laquelle ils se plai gnoient de deux de leurs députés, notamment d’un curé qui avoit fait parvenir des écrits incendiaires qui tenoient à rien de moins qu’à faire soulever le peuple pour le point de la religion ; il est de fait qu’ils ont cru de bouleverser la France par ce motif mais heureusement ils n’ont pas à faire à des esprits faibles comme les Brabançons ; je me borne à ce petit détail pour cet ordinaire ; j’espère que vous me donnerez occasion par votre première de m’entendre au plus long.

440 Attendant, je suis très sincèrement,

441 ma chère Épouse votre affectionné Mary
P.-F. Le poutre

442 N o 83 de Paris le 8 novembre 1790

443 Ma chère Épouse,
Les grands embarras et les occupations redoublées que j’ay depuis mon retour à Paris, me font douter si je vous ay demandé deux douzaines de mouchoirs pareils à ceux que j’ay emportés avec moy. Madame FRICAUT m’avoit prié pour une douzaine et Monsieur MORTIER pour une douzaine et aujourd’huy Madame GESLAIN en demande une douzaine aussy. De manière qu’en voilà trois douzaines que je vous prie de me faire parvenir par le courrier extraordinaire ou par la diligence mais je vous préviens de vouloir bien en faire le choix par vous-même et d’en prendre trois douzaines de différentes façons et aussy de les séparer l’un de l’autre ; je veux dire de ne point me les envoyer en pièces entières et il conviendra d’en faire façonner au moins la moitié par une bonne (ingère. Pour lors vous pourrez les envoyer comme un paquet de linge à mon adresse et je vous prie d’en faire l’expédition, le plus tôt possible.

444 Vous me mandez, ma Chère, que votre remise de bled avance, cela me fait croire que vous n’aurez pas eu d’autre inquiétude avec les chevaux. Si le temps est aussi favorable chez nous qu’à Paris, vous ne devez avoir aucun embarras pour cet objet, car il n’a fait que deux pluies depuis mon retour, mais assez abondantes.

445 Vous me dites que vous avez reçu dans votre voiture le sieur DELANNOY-DELECOURT qu’il vous a fait part que les petits ci-devant nobles ne croient pas que leurs titres resteront supprimés. Eh bien, ils peuvent croire qu’ils ne parviendront pas à les rétablir sinon que par les armes et encore faudroit-il qu’ils soient les plus forts et je ne doute pas qu’ils ne feront encore quelques tentatives sur cet objet. Prévenez-en mon frère Constantin comme colonel de la garde volontaire de notre paroisse que nous sommes parvenus au moment que nous devons faire connoître notre énergie et notre courage pour soutenir notre liberté. J’apprends avec plaisir que ma présence pour un moment chez nous, suivant votre rapport, a rétabli un peu la tranquillité dans les esprits chancelants.

  • 35 « Société des Amis de la Révolution » : est-ce le titre exact ou Lepoutre se trompe-t-il avec « Am (...)

446 La caisse de change dont vous me parlez établie à Lille pour faciliter le commerce et déjouer l’agiotage, est réellement établie. Une société des Amis de la Révolution 35 se sont réunis et nous ont fait parvenir une adresse de cet établissement.

447 J’attends que sous peu, je pourray me défaire de mon magasin de toile. Il me paraît que cette marchandise hausse un peu. Je viens d’en vendre une pièce ce matin pour mon cousin DESURMONT dans la qualité des grosses ; je trouve qu’il profitera à l’advenant de six cent sur cette pièce. Pendant que je vous écrit ma lettre, je viens d’en vendre encore une pièce de la qualité des grosses au même prix de la précédante, mais ce n’est pas pour recevoir de l’argent de sitôt parce que c’est à la dame GESLAIN que je pourray vous donner une plus ample explication au prochain ordinaire.

448 Je finis en vous embrassant de volonté et suis très sincèrement

449 ma chère Épouse votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

450 N o 84 de Paris le 13 novembre 1790

451 Ma chère Épouse
Je suis charmé d’apprendre que le sieur CRETAL vous a rendu une visite avec son épouse. Il vous aura instruit de bien des choses que j’auroy pu avoir oublié de vous entretenir relativement aux événements qui se sont passés depuis notre premier départ.

452 Quant à la vente des toiles, j’attends une réponse de mon cousin DESURMONT. Je luy ai marqué dans ma dernière que j’avois eu un marchand qu’il m’avoit offert 3-0-0 à tout prendre les fines y compris celles de Franz TERRAIN, je ne les ay pas laissées à moins de 4-0-0, mais si je pouvais en avoir 3-13-0, je crois que je conclurais le marché. Comme vous me faites part que vous deviez vous rendre à Tourcoing mercredy dernier, vous aurez sans doute fait le calcul ensemble à combien je peux les vendre pour vous en retirer un bénéfice honnête ; ainsy j’attendray une lettre de mon cousin DESURMONT avant de faire le marché.

453 Vous me dites, ma chère Amie, que vous croyez que j’ay apporté le calme dans notre canton, cela me fait un grand plaisir ; cependant on veut me faire croire qu’il n’en est pas de même à Lille, mais on ne peut me dire sur quel motif est fondé leur mécontentement. J’aime à croire que c’est un objet de jalousie qu’il n’est pas de saison de développer dans ce moment.

454 Quant à la retenue que l’on m’a fait sur mon traitement, je vous en ay donné le détail dans ma dernière lettre, mais je ne suis pas de votre avis qu’il n’y a pas de l’injustice, puisque certains députés ont reçu en entier leur traitement après avoir été des deux à trois mois absents ; le décret pour cet objet n’a été porté définitivement pendant que j’étais chez nous. On doit traiter aujourd’huy définitivement l’article du tabac, je crains bien encore qu’on ne rejette la plantation libre par tout le royaume, il y a quinze jours, on auroit pas eu la même difficulté à la faire admettre qu’aujourd’huy il est certain que notre Assemblée sera très bruyante, car les députés d’Alsace et ceux des provinces-Belgique ne sommes pas d’avis de nous voir privés de l’avantage de cette culture.

455 Comme vous me parlez que vous aurez bientôt fini votre remise, ne fait pas labourer la place du tabac avant que je vous fasse part si la plantation pourra se perpétuer dans nos cantons.

456 Je vous prie de faire mes compliments par le canal de mon frère Constantin à la garde volontaire de notre paroisse et que je les invite à continuer leurs fermetés à soutenir la Constitution, qu’ils doivent se tenir sur leur garde plus que jamais, car les aristocrates ou pour mieux dire, les ennemis de la liberté veulent encore se remuer dans plusieurs parties du royaume.

  • 36 Lors du remaniement ministériel du 4 août 1789, Necker et Montmorin sont restés en place et Louis (...)

457 Je ne peux vous donnez d’autres nouvelles dans ce moment sinon que le Garde des Sceaux n’est pas d’intention à donner sa démission, mais je crois qu’on trouvera des moyens de l’y forcer36.

458 Je suis attendant de vos nouvelles le plus tôt possible, je finis en vous embrassant de cœur, ma chère Épouse,

459 votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

  • 37 Le 12 novembre 1790, un duel a lieu entre le duc de Castries (1756-1842, député de Paris hors-les- (...)

460 P.-S. Je viens d’apprendre que le sieur Charles de LAMETH a reçu un coup d’épée au bras donné par Monsieur de CASTRIES aussy député. Je crains qu’une pareille affaire pourra causer du trouble dans Paris, car le sieur de LAMETH est un député estimé de tous les braves parisiens 37 .

461 N o 85 de Paris le 16 novembre 1790

462 Ma chère Épouse,
Je vous avois marqué dans ma dernière lettre que je craignois qu’il auroit arrivé un trouble dans Paris pour la cause du sieur Charles de LAMETH et de Monsieur de CASTRIES. Je ne me suis point trompé dans ma conjoncture, car vers le midy, le peuple s’est attroupé et s’est transporté à l’hôtel de ce dernier, ont forcé toutes les portes et ont dévasté entièrement toute la maison. Il n’y a rien été conservé sinon le portrait du Roy ; on évalue le fracas à cent mille écus. Non content de ce premier fait, un détachement de cinq cents hommes s’est rendu à la maison de campagne distante de cinq lieues de Paris et on en a fait autant. Voilà comme le peuple de Paris respecte et venge les outrages faits aux braves députés défenseur de la liberté.

463 Je suis charmé d apprendre que tous ces Messieurs, pour qui j’ay envoyé des assignats pour des billets de caisse d’escompte qu’ils m’avoient donnés pour échanger leurs sont bien parvenus. Il est de fait aujourd’huy qu’on a pas beaucoup de confiance aux facteurs des postes quand il faut faire parvenir des effets quoique chargés et d’en payer double port. Un de ma connaissance est en cause pour un objet de six mille francs qu’ils ne luy sont pas parvenus.

464 Je vous ay parlé dans ma dernière lettre que nous devions traiter l’objet du tabac, cet article n’est point encore finy, il sera mis en discussion encore aujourd’huy et peut estre ne sera-t-il pas encore terminé. Nous avons beaucoup de partisans contre la libre plantation du tabac dans tout le royaume, si jamais nous serions privés de cette culture, cela porterait un grand préjudice aux petits cultivateurs et aux fabricants de notre province. Vous connoitrez par les journaux le résultat de cette grande affaire.

465 Comme je n’ay pas pu mettre ma lettre à la poste hier, je vous envoye le journal de notre sçéance. Vous y voirez le choque des opinions et l’agitation qu’il y a eu sur cet article, qu’il a finy par un décret d’ajournement et de renvoye au comité pour qu’il présente un projet de remplacement au plus court delay possible.

466 Quant au vin que vous me parlez, je vous conseille de prendre la demi-pièce de rouge, mais je ne peux plus avoir la même confiance aux fournisseurs de vin ; je crois qu’il vient fort peu de vin en province qu’il soit pur.

467 Je vous avois demandé dans une de mes lettres ce qu’il se disait en publicq de ma petite vacance ; je vous ay aussi marqué que les habitants de Lille n étoient pas aussi contents que ceux de notre voisinage, sur quoy vous me faites part que vous avez parlé à mon frère Isidore, qu’il étoit surpris que j’étois retourné et qu’à Tourcoing, on était bien informé de la vérité ; je vous prie de me parler franchement et sans déguisement, parce que j’ay besoin de sçavoir le parler du publicq pour ma gouverne et je voudroy bien aussi que vous demandiez à Benjamin ce qu’il a appris sur cet objet.

468 Vous me faites part par votre lettre que la sécheresse est encore dans les terres et qu’une grande pluie ferait grand bien. Eh bien, le 13 du courant, il a fait une pluie dans le département de Maine et Loire et un département voisin d’une telle abondance que la rivière de la Loire et de l’Ailier ont cru si rapidement que dans la même journée ils ont monté quinze à vingt pieds au dessus de leur niveau ordinaire, de manière que la route de Lyon à Paris est coupée. Le pont qui servoit de passage sur la Loire est emporté par le torrent de l’eau et il y a un dégât considérable dans les campagnes. Il y a un endroit bien de six lieues carrées entièrement couvert d’eau et l’on craint que les graines qui sont en terre ne soient tous emmenées par le courant des eaux. Et il en est approchant de même du débordement de la rivière de l’Ailier. Un endroit que j’ay oublié le nom, les malades d’un hospital ont été obligés de monter au second étage, pour se sauver de l’eau. On a décrété hier des secours provisoires pour le soulagement des habitants et le rétablissement des rives de ces rivières, il vous en sera fait mention dans le journal.

469 J’attends le retour de CRETAL samedy prochain. Il n’est pas parti lundy comme vous me le marquez. Il ne part qu’aujourd’huy mercredy, ainsy à son arrivée j’espère d’apprendre bien des choses tant bonnes que mauvaises.

470 Il circule encore dans ce moment un écrit incendiaire, qui porte pour titre : « Instruction aux habitants de la campagne, pour l’achat des biens nationaux » et chaque jour j’apprends que l’aristocratie augmente de plus en plus dans la ville de Lille et je crains que les habitants des campagnes ne s’en trouveront bientôt corrompus, par leur facile croiance au mal.

471 Attendant de DOS nouvelles le plus souvent possible, je suis très sincèrement,

472 ma chère Épouse votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

473[La lettre no 86 du 20 novembre 1790 n’a pas été publiée]

474No86 [sic] de Paris le 23 novembre 1790

475 Ma chère Amie,
Vous me marquez que si la culture du tabac serait interdite dans notre province, cela causerait beaucoup de dérangement et surtout aux petits cultivateurs. Je le sçais comme vous, ma chère amie. Vous avez vu dans les journaux combien il y a eu de débats sur cet objet et le décret pour la culture libre partout le royaume aurait passé à la grande majorité, si un nombre très considéré pour ses talents n’eut pas demandé le mode de remplacement d’impôt qui se prélevoit sur cette consommation, de manière que ce grand objet a été ajourné. Cependant malgré l’opposition qu’on a voulu porter au droit de cette culture que nous réclamons, j’aime à croire que nous parviendrons à avoir la libre culture comme ci-devant.

476 Quant aux droits d’entrée pour les lins, vous avez vu par le tarif que je vous ay fait parvenir qu’il n’y aura aucun droit sur cette matière de même que sur les laines et comme sur plusieurs autres objets qui sont de matière première.

477 La nouvelle que vous m’annoncez du sieur BOUY fils m’a tellement frappé que je m’en suis trouvé indisposé pour le moment ; on ne peut pas prendre un tableau plus effrayant. Mon Dieu, quelle alarme aura causé cette nouvelle à sa tendre épouse et à toute sa famille.

478 Quant à M. DUPARCQ, vous me dites qu’il propose de me faire parvenir un placet pour intercéder pour luy par devers M. DONAZAN ci-devant fermier général de la correspondance des Flandres ; toutes ces commissions pourront estre du ressort du département et non plus comme ci-devant des fermiers généraux. Je crois que sous peu de jours, cette compétence sera décidée. Je pourroy peut-estre mieux réussir par le sieur LEMESRE d’Houplines que par les cy-devant fermiers, je connoitray cela dans le temps.

479 Je vous ay marqué dans ma dernière que j’avois vendu une pièce de toile pour Franz TERRAIN à un député de Saint Domingue au prix de 41-13-0. Aujourd’huy le même député m’en demande encore quatre pièces de la plus belle qualité, jusqu’au prix de six à sept livres l’aulne. Comme vous estes à portée de M. HOVYN, vous pourrie* convenir avec luy de vous en faire remettre quatre pièces à Lille, pour quelles soient emballées et envoyées à mon adresse par le courrier extraordinaire, comme les mouchoirs qu’ils me sont parvenus. Mais cependant, j’aimerais que vous fassiez le choix par vous-même et comme il est à présumer que le payement des dites toiles me sera fait en billets d’assignats il conviendrait de sçavoir si le sieur HOVYN se trouverait content de les recevoir de cette espèce. Et au surplus comme cette marchandise sera à mon risque, je crois pouvoir tirer un gain honnête à mon profit. Par cette raison, vous pourriez prévenir que par sa lettre d’avis, il y comprenne le petit gain avec le prix principal et comme ce sera pour recevoir en assignats, je crois que quinze à vingt sous à l’aulne, ne seroit pas trop.

480 Je crois que je pourroy en sortie quelques pièces de nôtres aux compagnons de ce député d’Amérique. Il m’a rendu visite hier à mon hôtel concernant l’affaire des héritiers de Melle GAYE qui me sont venus trouver chez moy pendant ma vacance. Il connoit parfaitement l habitation et leurs plantations. Il se prestera, m’a-t-il dit à leur faire rendre compte, moyennant qu’il soit pourvu de bonne et légale procuration.

481 Quant aux mouchoirs que j’ay reçus, Madame FRICAUD et Madame GESLAIN en prendront chacune une douzaine et Monsieur MORTIER une demi-douzaine, de manière qu’il en faut une douzaine du n o 2.

482 Attendant la satisfaction de recevoir de vos nouvelles, je suis très sincèrement

483 ma chère Épouse votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

484 N o 87 de Paris le 27 novembre 1790

485 Ma chère Épouse,

486 Vous trouverez cy-inclus deux paires de lunettes que vous m’avez demandées ; vous voirez qu’une a la vue plus vieille, comme il pourvoit estre que leurs vues ne soient point tout à fait l’une comme l’autre, si elles ne conviennent pas, vous me les renvoirez et vous me ferez part de ce qui leur manque, le prix est de quatre francs les deux pers.

487 Vous me dites que les tourteaux * augmentent encore chaque jour, je ne doute pas que le peuple commence à murmurer puisque voilà le prix d’un cent de tourteaux approchant au père d’une razière de colza. J’attends sous peu de jours une décision du département sur cet objet, ainsy il pourra arriver qu’au premier décembre cet article sera prohibé avec le reculement des barrières, pour le département seulement.

488 Vous me dites que fort peu de choses relativement au parler du publicq, je sçais fort bien que les papiers circulent aujourd’huy dans toutes les parties du royaume et même à l’étranger, mais je ne crois pas estre inséré dans ces papiers ; c’est un autre fait que vous pourrez m’instruire. Tout ce que je vous recommande, c’est d’avoir de la retenue de ne pas communiquer mes lettres trop légèrement et surtout aux calotins. Ne prenez aucune inquiétude, je ne crains pas de trouver le moyen à pouvoir dévoiler le mystère.

489 Je suis parfaitement instruit des propos que des mal intentionnés ont fait circuler sur le compte de Monsieur SCHEPPERS, mon cher collègue. C’est assez d’être homme employé pour le publicq, pour estre critiqué dans ses meilleures actions.

490 Vous avez très bien fait de ne pas tolérer à l’égard de SAMAIN ; il ne m’a plus paru estre un garçon à qui j’aurois continué mon attachement.

  • 38 La veille, 26 novembre 1790 (soir) une séance extraordinaire a été convoquée pour écouter le rappo (...)

491 J’ay été hier le matin 38 très attaché à mon magasin de toiles ; toutes les pièces ont été examinées une par une sans pouvoir faire marché, il ne m’a offert 3-10-0 pour cinq qu’il avoit choisi, il y en avoit quatre en commun et une au compte de mon cousin DESURMONT, de manière que le profit pour les quatre pièces ne montoit qu’à 140 livres suivant le tarif des achats.

492 J’attends que vous me ferez expédier les quatre pièces que je vous ay demandées par ma dernière lettre, le plus tôt que vous pourrez. Peut-estre seroit-il convenable de faire participer au boni, s’il y en a, mon cousin DESURMONT attendu que vous avez travaillé en commun dans le premier achat.

493 Je vous souhaite une parfaite santé et suis ma chère Épouse,

494 votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

Notes

1 Sous l’Ancien Régime, l’opinion publique oppose souvent la mauvaise influence des ministres à la bonne volonté royale. Jusqu’à la chute de la monarchie en 1792, les ministres continuent à être très impopulaires sauf Necker considéré, enl788-1789, comme seul capable de sauver le pays.

2 Le 27 avril 1790, Démeunier (comité de constitution) fait un rapport sur l’organisation de la municipalité de Paris. Le débat s’étend du 4 au 21 mai : 48 sections remplacent les 60 districts dont la permanence est supprimée. Les sections sont des circonscriptions électorales devant se séparer après les scrutins et ne pouvant s’assembler en dehors des opérations électorales que dans certaines circonstances et à la demande de 50 citoyens.

3 La ville d’Arras et surtout son maire Dubois de Fosseux sont à l’initiative d’une proposition tendant à organiser une fédération générale des Gardes nationales (cf. infra, lettre du 6 juillet à propos de la fête de la Fédération). Le projet est de la faire précéder d’un grand rassemblement à Lille pour toute la France du Nord ; il aura effectivement lieu le 6 juin. En soi, la démarche n’a rien d’original puisque les rassemblements de gardes nationaux ont commencé dans plusieurs régions dès l’automne 89. Il est difficile de dire si la première proposition nationale fut effectivement arrageoise.

4 Un des plus grands débats constitutionnels de l’Assemblée nationale concerne le droit de déclarer la guerre et la paix. Annoncé par Thouret le 15 mai 1790, il a lieu du 16 au 22 mai avec des discours prononcés par 49 députés (4 membres du clergé, 30 nobles et 15 membres du tiers état). Le vote ira dans le sens souhaité par Lepoutre : un compromis donnant au roi le pouvoir de proposer la guerre et à l’Assemblée législative le pouvoir de la décréter ; cette décision est enfin soumise à la sanction royale.

5 Le Châtelet était le tribunal de la prévôté et vicomté de Paris ; à la fin de l’Ancien Régime, il ne jouissait pas d’une bonne réputation. L’incident auquel se réfère Lepoutre est rapporté dans Le Moniteur (vol. IV, p. 460). Le 24 mai 1790, trois hommes, ayant volé des couverts d’argent dans une auberge, sont arrêtés pour être enfermés au Châtelet. Lorsqu’un des trois crie que pour un écu, il sortirait le lendemain, le peuple furieux arrache les trois individus des mains de la garde et les tue.

6 Le 29 mai 1790, le président, Briois de Beaumetz, lit une proclamation de Louis XVI destinée à être envoyée dans tous les départements pour rétablir l’ordre et l’union. Le roi se montre en accord avec la révolution en cours et prêt à punir toute contre-manifestation. Après lecture, l’Assemblée décrète la nomination d’une députation au roi pour le remercier. (A.P. vol. XV, p. 737-38).

7 Dès le 13 juillet 1789, la nouvelle municipalité de Paris avait créé une milice bourgeoise de 48.000 hommes pour protéger la ville contre un coup d’État militaire de la cour et les désordres engendrés par la misère et la disette. Cette création fut imitée dans la plupart des villes importantes du royaume. Dans les campagnes, la panique engendrée par la Grande Peur avait fait armer des gardes pour se protéger contre les brigands. En 1790, l’organisation officielle de ces gardes se met en place et un premier décret est adopté par l’Assemblée nationale (12 juin) lorsque Target (au nom du comité de constitution) propose une garde pour Caen. On demande qu’elle soit généralisée pour tous les citoyens actifs du royaume, c’est-à-dire que toutes les milices fassent partie de la garde nationale avec un uniforme et la cocarde nationale « aux termes de la proclamation du roi ». (A.P. vol. XVI, p. 184).
« La Garde nationale n’est pas, initialement, destinée à protéger le royaume contre une agression extérieure, elle n’assure que sa police intérieure, se borne à imposer le respect des lois et doit donc réprimer toute atteinte à la Constitution et à l’ordre public ». (Cf. R. Dupuy « Gardes nationales », D.H.R.F, Paris, 1989).

8 Samedi 19 juin 1790 (soir) : Menou occupe le fauteuil présidentiel en l’absence de Sieyès. Plusieurs députations se présentent. La demande d’Alexandre de Lameth d’enlever les quatre figures (représentant les provinces) enchaînées en bas de la statue de Louis XIV est accordée. Puis Lambel, un député relativement obscur de Villefranche-de-Rouergue, demande « qu’il soit fait défense à toutes personnes de prendre les qualités de comte, baron, marquis, etc. ». Lameth et Lafayette appuient cette motion ; le marquis de Foucauld s’y oppose et le comte de Faucigny demande l’ajournement de la discussion jusqu’à lundi. Après un débat où l’abbé Maury parle longuement, soulignant qu’une monarchie sans noblesse est nulle, le décret est voté dans la nuit. Le 24 juin, 147 députés nobles signent une « Protestation contre l’abolition de la noblesse ».

9 Le jour même (26 juin et non le 16), la demande de François d’Escars (de Châtellerault) pour un congé de 15 jours soulève une protestation sur le nombre considérable des absents. Un règlement pour les absences est demandé et on parle de 400 absents. La question reviendra souvent : le 2 juillet 1790, on estime indigne de l’Assemblée un appel nominal ; le 21 octobre, on décrète que le retour des députés en congé sera annoncé et inscrit au procès-verbal ; le 22 juin 1791, suppression des congés, rappel des absents et instauration d’un appel nominal le 12 juillet suivant.

10 Le duc d’Orléans, futur Philippe Égalité (1747-exécuté 1793), député de Crépy-enValois, avait fait partie des 47 nobles ayant rejoint le tiers état le 25 juin 1789. Depuis lors, il est soupçonné de fomenter des complots politiques et le Palais-Royal est considéré comme un loyer d’intrigue. Sur l’intervention de La Fayette, le roi l’envoie en Angleterre d’où il écrit (6 juillet 1790) à l’Assemblée nationale. Il expose sa conduite pendant les événements de l’année précédente et exprime le souhait de rentrer en France. Le 11 juillet, de retour, il prête serment devant l’Assemblée qui l’applaudit fortement.

11 La première grande fête révolutionnaire est la fête de la Fédération du 14 juillet 1790. « Voici une fête dont l’idée jaillit presque au jour de l’événement lui-même ; qui, très vite, prend dans la rêverie des hommes un caractère d’innovation absolue. Dès le 18 juillet 1789, Charles Villette formule le souhait d’une fête nationale neuve, « pour une révolution qui n’a point d’exemple ». » (M. Ozouf, La Fête révolutionnaire, 1 789-1799, Gallimard, Paris, 1976, p. 44).
« Mais la festivité parisienne n’est elle-même que l’aboutissement de tout un mouvement parti de la province puisque c’est le 29 novembre 1789 qu’eut lieu la première fédération à Etoile, près de Valence, aux origines d’un mouvement qui de Dole à Pontivy, Besançon, Lyon, Strasbourg ou Lille s’est propagé au printemps 1790, à travers toute la France. Mais il est vrai que c’est la célébration parisienne du 14 juillet, à son tour imitée dans toute la France, qui offre le modèle achevé, acte de confiance et acte de foi dans une unité nationale concélébrée autour du nouveau régime ». (M. Vovelle, « Fêtes révolutionnaires », D.H.R.F., Paris, 1989).
La célébration aura lieu au champs de Mars qui est aménagé en conséquence (autel entouré de gradins) par les ouvriers, c’est-à-dire le peuple parisien, dont parle Lepoutre.

12 Ces incendies volontaires se rattachent aux pratiques de « mauvais gré » évoquées plus haut, mais ils visent des fermiers qui sont aussi percepteurs de droits seigneuriaux et de dîmes et qui tentent de prélever la dernière année de dîme ainsi que les droits rachetables. Or, dans le Cambrésis, on assiste à un mouvement particulièrement net de refus paysan d’acquitter des charges qu’on englobe dans les privilèges d’Ancien régime purement et simplement abolis. En fait, il faudra attendre la Convention montagnarde pour que l’abolition soit légalement généralisée (17 juillet 1793).

13 Pendant la préparation de la fête, « le chanteur des rues Ladré écrivit, sur l’air d’une récente contredanse de Bécourt, le Carillon national, quelques couplets de circonstance à partir d’une expression à la mode : « Ah !, ça ira »... Le ça ira eut d’emblée un grand succès parmi les patriotes qui travaillaient à l’aménagement du champ de Mars et au cour de la journée du 14 ». (R. Brécy, « ça ira », DHRF, Paris, 1989).

14 Cf. lettre du 29 août 1789.

15 Après la victoire sur les Autrichiens en novembre 1789, les états généraux de toutes les provinces belges avaient promulgué l’acte de constitution des Etats-Belgiques Unis (11 janvier 1790). Les intérêts communs étaient confiés à un Congrès souverain composé sur la base des états généraux ; en fait cette assemblée est dominée par les Statistes, qui au fil des mois se sont de plus en plus liés aux conservateurs, aux privilégiés et au clergé catholique pour éliminer les Vonckistes (cf. introduction et chronologie). Cette évolution explique la remarque de P.F. Lepoutre.

16 La veille, sur la proposition de Charles de Lanreth, l’Assemblée nationale avait discuté l’affaire de Montauban et décrété la suspension de la municipalité (dont l’élection en février avait été favorable aux « aristocrates ») en attendant l’instruction de leur procès par le tribunal de Toulouse.
En avril, mai et juin 1790, des émeutes contre-révolutionnaires avaient eu lieu à Nîmes et à Montauban. Dans les deux villes, les mêmes forces sociales et religieuses s’étaient affrontées : bourgeois protestants dominant l’activité économique et favorables à la Révolution, contre anciens dirigeants catholiques, nobles et clergé appuyés par le petit peuple catholique. Ces derniers voulaient restaurer « l’influence de la religion catholique, rendre au roi son autorité, tout en conservant le pouvoir local. Dans les deux villes, ils réussirent à s’emparer de la municipalité mais non du commandement de la Garde nationale. C’est sur ce terrain que se joua le conflit. Vainqueurs à Nîmes, les patriotes protestants furent victimes à Montauban. Le résultat fut cependant identique : les deux municipalités « aristocrates » ne tardèrent pas à être destituées par l’Assemblée ». (A.M. Duport, « Protestants », DHRF, Paris, 1989).

17 Par « potentats despotes » Lepoutre veut dire l’empereur Léopold II (frère de MarieAntoinette), le roi de Prusse Frédéric-Guillaume II et d’autres princes de l’Allemagne, qui devaient nécessairement craindre l’influence de la Révolution française dans leurs pays.

18 Léopold II (1790-1792), en se rapporchant de la Prusse, obtint l’arrêt du soutien prussien aux patriotes belges. L’accord de Reichenbach (27 juillet 1790) entre l’Angleterre, la Prusse et l’Autriche laisse le champ libre à cette dernière en Belgique. Néanmoins, l’Assemblée nationale à Paris refuse (28 juillet 1790) la traversée du territoire français aux troupes autrichiennes envoyées contre la Belgique. Elles ne le feront qu’en novembre sous la conduite du général Bender, permettant ainsi à l’archiduchesse, Marie-Christine (sœur de Marie-Antoinette) et son mari, Albert de Saxe-Teschen, de rentrer à Bruxelles. (L. Bély, Les Relations Internationales en Europe (XVIIe-XVIIIe siècles), Paris, PUF, 1992, p. 643-645).

19 Perrotin de Barmond (1759-1795), député du clergé pour Paris-ville, a beaucoup parlé au sujet de son arrestation (28 juillet 1790) à Châlons-sur-Marne en compagnie du chevalier de Bonne-Savardin et d’un officier de la garde nationale d’Oberheim. Ils sont accusés de vouloir passer à l’étranger, et Barmond d’avoir aidé un traître, Bonne-Savardin, à se soustraire à la justice. Le 18 août, l’abbé Barmond comparaît à la barre de l’Assemblée nationale qui le décrète en état d’arrestation chez lui. Acquitté plus tard, il reprend sa place à l’Assemblée. Après la Constituante, il se cache à Paris puis émigre en Hongrie où il meurt.

20 Lors de la discussion la veille au club des Jacobins, le marquis de Girardin (l’ami de Rousseau) prononce un discours sur les relations extérieures de la France. Il fait un éloge du décret « si juste, si sage, si magnanime » du 22 mai 1790 par lequel la France renonçait à toute guerre offensive, (cf. A. Aulard, La Société des Jacobins, Paris, 1889, 6 vols., vol. I, p. 200-202.)

21 Le prince de Rohan-Guéménée (1734-1803), cardinal-évêque de Strasbourg, impliqué dans l’affaire du collier (1784-85), est député du clergé d’Alsace. Au cours de la séance du 30 juillet 1790, le président informe l’Assemblée de l’arrivée d’un paquet concernant Rohan ; Chasset s’interroge sur l’expédition à l’étranger des meubles de l’évêché de Strasbourg et sur le statut du cardinal : est-il français ou étranger ? L’Assemblée décide de mander Rohan à la barre, mais il ne revient pas ayant émigré sur la rive droite du Rhin. En juillet 1791, son nom figure sur la liste des absents.

22 Louis-Joseph de Bourbon, prince de Condé (1736-1818), cousin du roi, opposé à la réforme de Maupeou en 1771, il fit figure de libéral à l’Assemblée des Notables. Cependant, il est contre le doublement du tiers état en 1789 et émigre après le 14 juillet. Il rejoint l’entourage du comte d’Artois à Turin ; en 1791 il rassemble une petite armée d’émigrés à Worms (Rhénanie). Ses proclamations incitent l’Assemblée nationale à prendre des mesures contre les émigrés et les prêtres réfractaires.

23 Rappelons que Legrand est le receveur du propriétaire de la ferme « Les Wattines » à Linselles dont Lepoutre tient le bail. Ce propriétaire est Forest de Quarteville-Ingilliard, haut magistrat au parlement de Flandre.

24 A l’origine les assignats, gérés par une Caisse de l‘Extraordinaire, n’étaient que des bons à intérêt gagés sur les biens nationaux et devant être détruits au fur et à mesure de la vente de ces biens. Le projet dont il est ici question ne constitue que l’une des émissions successives d’assignats. Toutefois, Necker y est hostile et il démissionne le 3 septembre. Le véritable changement de nature s’opère quelques jours plus tard, le 28 septembre, quand la Constituante instaure le cours forcé de l’assignat et supprime l’intérêt dont il est porteur. L’assignat est ainsi devenu un véritable papier-monnaie. Peu après une nouvelle émission est décidée y compris en petits coupures de 80 et 100 livres (alors que les premiers assignats valaient 1000 livres). La spirale de la perte de confiance, de la spéculation et de la chute de la valeur de ce papier-monnaie va très rapidement s’enclencher.

25 Le 16 août 1790, l’Assemblée nationale apprend que des soldats du régiment des Suisses de Châteauvieux en garnison à Nancy se sont mutinés à la fois par opposition aux officiers accusés « d’aristocratie » et pour des revendications à propos de leur solde. L’Assemblée décrète que les soldats rebelles seront traités comme des criminels de lèse-nation. Le 18 août, La Fayette écrit à Bouillé lui demandant de réprimer ces troubles. Après une nouvelle sédition des Suisses, la mutinerie de la garnison suisse de Nancy est réprimée par Bouillé le 31 août : 33 Suisses sont exécutés et 41 envoyés aux galères. Le 2 septembre, Paris manifeste contre le ministère après avoir pris connaissance de la répression à Nancy. Le lendemain, l’Assemblée félicite Bouillé pour son action.

26 Le comité de mendicité, créé le 21 janvier 1790, enquête sur la pauvreté et suggère des remèdes au gouvernement. Le 30 mai 1790, son rapporteur, La Rochefoucauld-Liancourt aborde le problème de l’augmentation du nombre des mendiants à Paris et fait adopter par décret l’ouverture des ateliers, l’établissement de passeports comme moyen de contrôle, etc. Le 12 juin, toutes les propositions pour faire éloigner de Paris les étrangers sans ressources sont adoptées et le comité ouvre une grande enquête sur le nombre et l’état des pauvres du royaume. Le comité continue à soumettre des rapports sur la question de la mendicité les 31 août, 1er septembre et 31 janvier 1791.

27 Du 30 septembre 1790 au 2 août 1795, parution de La Feuille villageoise, rédigée par Cérutti, Grouvelle et Rabaut Saint-Etienne (pasteur protestant, député du tiers état de Nîmes aux États généraux) et plus tard Ginguenné. « L’originalité de La Feuille villageoise réside dans l’effort délibéré des rédacteurs pour atteindre les ruraux et les gagner à la Révolution », (M.A. Edelstein, La Feuille Villageoise, Paris, 1977). Bien que le prix du journal soit inférieur aux prix des autres journaux, il est sans doute trop cher pour bien des villageois. La lecture publique peut cependant être assurée par des personnalités locales. Notons ici que, vu la date de sa lettre, Lepoutre a dû envoyer un prospectus du journal.

28 A la suite d’une adresse (faite le matin même) de la municipalité de Versailles dénonçant des attentats commis par des braconniers (2.000 selon le rapport des comités), l’Assemblée nationale adopte un décret autorisant le maire de Paris et La Fayette à aider la Garde Nationale de Versailles à rétablir l’ordre.

29 Depuis octobre 1789, des rumeurs circulaient sur les absences, mais en fait, la liste des absents du 18 juillet 1791 ne comporte que 129 noms. Aussi, lors de l’appel nominal des votants pour et contre les assignats (29 sept. 1790), il y eut un total de 913 députés (dont 210 membres du clergé, 183 nobles, 511 membres du tiers état et 9 députés des colonies).

30 Le 19 septembre 1790, à Paris, une fête funèbre est organisée en l’honneur des défenseurs de l’ordre, victimes des événements de Nancy le 31 août précédent.

31 Après la mise à la disposition de la nation des biens du clergé (2 nov. 1789), puis l’abolition des vœux monastiques (13 févr. 1790), l’Assemblée nationale prépare la Constitution civile du Clergé, votée le 12 juillet 1790 et sanctionnée par Louis XVI le mois suivant. Ensuite dans les séances du soir, l’Assemblée nationale discute et adopte les divers articles concernant les ordres religieux, notamment leur traitement. Le 21 septembre, suivant des propositions allant de 600 à 900 livres, l’Assemblée décrète un maximum de 700 livres pour les religieuses et 350 pour les soeurs converses. (A.P. vol. XIX, p. 121.).

32 Le lendemain, on vote en faveur d’une émission de 800 millions d’assignats, transformés en papier monnaie sans intérêt, et la mise en vente d’une tranche équivalente de biens nationaux. Des 913 votants, 494 (en grande majorité, tiers état) seront pour et 419 (en grande majorité, clergé et noblesse) contre l’émission.

33 En 1788, un conte intitulé Père Duchesne, connaît un grand succès dans les salons parisiens. En 1789, le personnage apparaît dans une pièce de théâtre sous les traits d’un marin-soldat. En septembre 1790, deux périodiques prennent le nom de Père Duchesne ; l’un d’eux est publié par Hébert, membre du club des Cordéliers. Son Père Duchesne est un pamphlet de 8 pages (petit format) vendu à la criée dans les rues de Paris. (J. Guilhaumou, « Père Duchesne », DHRF, Paris, 1989).

34 Le 28 octobre 1790, le comte de Buttafoco (député de la noblesse corse) s’est levé pour répondre aux calomnies répandues contre lui et l’abbé Peretti della Rocca, grand vicaire d’Aleria (député du clergé corse). L’affaire est renvoyée au comité des recherches. Le soir du 6 novembre, une députation de l’assemblée électorale de Corse s’est présentée pour dénoncer deux de ses députés. La partie droite de l’Assemblée interrompt l’orateur et demande que les Corses soient chassés de la salle. Le côté gauche répond par des applaudissements. Salicetti défend ses compatriotes et Buttafoco se défend lui-même contre les accusations, demandant un tribunal pour les juger (lui et l’abbé). (A.P. vol. XX, p. 289-91 et 304). Les noms des deux députés (Buttafoco et Peretti) paraissent sur au moins trois listes de droite. Après la Constituante ils émigrent et rentrent en Corse quelques années plus tard.

35 « Société des Amis de la Révolution » : est-ce le titre exact ou Lepoutre se trompe-t-il avec « Amis de la Constitution » ? Selon J.-R. Suratteau, à Lyon les « Amis de la Révolution » n’est pas la même société que celle des « Amis de la Constitution ». (Cf. la lettre du 17/18 décembre 1790).

36 Lors du remaniement ministériel du 4 août 1789, Necker et Montmorin sont restés en place et Louis XVI avait nommé l’archevêque de Bordeaux, Champion de Cicé (1735-1810, député du clergé aux États généraux), garde des Sceaux. En novembre 1790, début d’une nouvelle crise ministérielle au cours de laquelle des ministres proches de La Fayette remplacent les anciens. La crise est provoquée par la commune de Paris dont une députation est conduite par Bailly à l’Assemblée nationale (10 nov. 1790). (Pour plus de détails sur cette crise, cf. M. Genty, op.cit., p. 82-86.) Le 12 novembre 1790, le garde des Sceaux adresse une lettre à l’Assemblée se plaignant que toute la ville de Paris est en train de le dénoncer ; il voudrait se justifier des griefs que l’Assemblée aurait contre lui. Le 21 novembre, il démissionne de sa charge, reprend ses fonctions de député, mais en fait s’absente jusqu’à la fin de la Constituante. Membre du club des Monarchiens, Champion de Cicé retrouve ses amis à Londres où il séjourne (1795-1802).

37 Le 12 novembre 1790, un duel a lieu entre le duc de Castries (1756-1842, député de Paris hors-les-murs) et le comte Charles de Lameth (1757-1832, député d’Arras, jacobin et futur feuillant) qui est blessé. Le lendemain, l’hôtel de Castries est mis à sac et le duc émigre en Suisse. À la séance du soir, une députation parisienne demande une loi contre le duel.

38 La veille, 26 novembre 1790 (soir) une séance extraordinaire a été convoquée pour écouter le rapport de Voidel sur les protestations de plusieurs évêques et chapitres du royaume contre la politique menée à leur égard sans le consentement du pape. Bonal (cf. note 28, lettre du 18 avril 1790) renouvelle sa demande de concile national pour régler ces problèmes ; il ajoute : « Nous chercherons, dans toute la pureté des vues qui doivent nous animer, à concilier, autant qu’il sera en nous, les intérêts de la nation avec ceux de la religion sainte que nous devons tous regarder comme le bien national le plus précieux ». Les évêques et de nombreux curés se lèvent en signe d’adhésion. (A.P. vol. XXI, p. 9). Le 27 novembre, après discussion pendant la séance du soir, l’Assemblée décrète que tous les ecclésiastiques fonctionnaires de l’État devront prêter serment à la constitution sous peine d’être réputés démissionnaires. Lepoutre ne fait aucune référence à ces deux séances du soir.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search