Version classiqueVersion mobile

Député-paysan et fermière de Flandre en 1789. La correspondance des Lepoutre

 | 
Edna Hindie Lemay
, 
Jean-Pierre Jessenne

Section II. 16 Octobre 1789 - 30 Avril 1790

Correspondance d’Angélique Delputte. Linselles, 16 octobre 1789 — 30 avril 1790

Texte intégral

Octobre 1789

1 De Linselles ce 16 octobre 1789

2 Monsieur et mon cher Amy
J’ai reçu la votre datée du 12. Je suis charmé d’apprendre que vous vous portez bien et qu’il ne vous coûte pas beaucoup de sortir de Versailles ; il est vrai qu’on doit se faire dans l’état où le Seigneur nous place. On m’a dit que M. CATTEAU a dit que vous vous portez comme un charme, que vous avez beaucoup grossi ; cela me soulage beaucoup. Ce n’est pas que vous auriez grand agrément d’être fermier à présent. Depuis une bonne quinzaine de jours, il pleut, ça rend les chemins malcommodes ; je suis tenue prisonnière dans la ferme. On me dit qu’il n’est pas possible que je puisse habiter en aucune campagne.

3 Nous finissons aujourd’huy de planter le colza, les sept cens, on a fini de charrier le fumier dessus ; quoiqu’il pleuve encore un peu en voilà 95 cens de plantés. Hier on a commencé de semer quoique cela, quand il sèche un jour, les semis sont encore beaux. Aujourd’huy, ça va bien, il fait beau. Demain on va commencer à défaire les pommes de terre, je ne sais pas quelle apparence elles auront. Il faut mettre quatre chevaux au chariot et en avoir dix cens de terre, jugez comme ça ira à la fin, vous qui êtes fermier.

4 La semaine prochaine, je dois faire ma lessive aussi, j’ai été au désespoir de vous avoir tenu ce propos. Je ne l’ai pas dit pour vous faire de la peine en aucune manière, de plus, vous devez me connaître. Vous savez avant votre départ, on disait que vous n’auriez plus été fermier et c’est encore le même discours, qui se débite par le pauvre monde. Quand je les contredis et que je ne suis pas contente de ces propos, ils me disent que comme la loi sera renouvelée, que vous autres, les députés, vous serez plus au fait de manier les affaires mieux que tout autre. Vous ne devez pas croire qu’on tient de pareils propos pour se moquer de vous et, même, on m’a dit plusieurs fois, que vous auriez voulu être dans votre ferme, que vous n’auriez pas eu tant d’inquiétudes. De plus on m’a dit que ce sont les députés flamands, qui ont le plus de religion et de meilleure conduite que tous les autres. Cela m’a été dit plusieurs fois et même M. le curé me l’a dit aussi.

5 Cela n’a été vu que de moi, soyez tranquille, au sujet de cette circulaire, que vous croyez circuler dans les paroisses ; on n’en a pas entendu parler. Mon frère a été hier avec le greffier, qui était au contrat de mariage de sa filleule, la fille Antoine DUCROQUET ; il en a parlé, sans rien dire que ça venait de vous. Il n’avait pas entendu parler.

6 Si vous devez encore arranger tout ce que vous dites et tout définir, il sera encore longtemps avant que nous puissions nous posséder ; mais, suivant moi, vous pourriez arranger, chacun vos provinces à Lille.

7 Je suppose que vous n’auriez pas oublié le cousin DESURMONT pour le journal dont je vous ai prié de continuer l’abonnement en sa faveur. Quant à moi, je serai toujours charmé de le recevoir. Pour lors, je serais sûre d’avoir de vos nouvelles deux fois la semaine.

8 Charlotte et Louis sont partis hier pour l’école, tout chantant. Je ne sais pas si ça continuera ; elle a dit qu’elle aurait été à la messe tous les jours pour prier Dieu pour vous.

9 Je vous souhaite une bonne continuation de votre santé. Des compliments de mon frère et de votre fille. Charlotte m’a embrassé pour vous et de même, je vous embrasse de cœur.

10 Mon cher Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

11 Je vous prie de faire des compliments à vos M.M.

12 Je vous assure que nos planteurs de colza ont été bien tendres cette année des fois.

13 De Linselles ce 20 octobre 1789

14 Monsieur et mon cher Amy
J’ai reçu votre lettre datée du 14 du courant par laquelle vous me marquez votre nouveau logement à Paris. Je souhaite que vous soyez plus tranquille qu’à Versailles, car on prévoit bien que la rasine [sic] des cabaleurs n’est pas encore toute défrichée. Monsieur CATTEAU m’a rendu une visite dimanche. Il vous plaint beaucoup dans vos travaux ; mais ce qui me console : il me dit que vous vous portez parfaitement, que l’air de Versailles vous faisait du bien. J’avais reçu la votre du 14, il a pris votre adresse. J’ai fait circuler les imprimés que vous m’avez envoyés. Il me semble que tout le monde loue beaucoup cette façon de prendre de l’argent que les malheureux ne sont pas en état de payer. Par là, dimanche, j’ai rencontré Monsieur le curé ; il me l’a dit sans que j’en ai parlé, que c’était très bien pensé, à cause que ce ne sera pas que ceux, qui auront de l’argent qui paieront. J’espère que vous ne me parlerez plus de cette lettre du 1er, que vous serez désabusé de vos pensées. Moi, on me dit que si j’avais épousé un homme avec moins d’esprit, il n’aurait pas été dans le cas d’aller à Versailles.

15 Je vous demanderais volontiers votre façon de penser sur les moutons. Nous autres, dans nos endroits, nous croyons qu’ils seront chers, maigres ; et bon marché, gras, à cause du pauvre temps qu’il fait ; de plus, pour les gras, vous devez mieux le savoir que nous, parce que vous êtes dans l’endroit et, chers, maigres, parce qu’il y en a beaucoup de péris et je dis beaucoup dans les fermes des villages voisins. Il y en a qui ont perdu plus de la moitié de leurs moutons ; j’ai eu peur pendant un moment, pendant que le berger était malade ; j’ai fait venir son père pour savoir ce qu’il aurait dit. Il m’a rassuré disant qu’il n’y avait pas de danger. C’était pour ceux des châteaux venant de chez COUROUBLE, l’année devant, à la vente de chez le bailli d’Halluin. Les quatre dents * ont été vendus 42 F ; les Antenais 35 F. Si vous étiez d’intention d’en faire acheter, lundy prochain, le 26 courant, on va faire la vente de François ODON à Halluin ; il va tenir un troupeau mêlé : Il y a des six dents et des quatre dents, on dit : des bons moutons.

16 Vous me parlez de ma sœur Angélique ; mon frère est venu dimanche ; elle a une sangle, ça la gène un peu ; on lui a défendu de faire aucun mouvement ; je crains que ce sera une infirmité qu’elle portera longtemps. Si elle devenait enceinte, ça pourrait encore empirer.

17 J’espère que vous n’oublierez pas l’abonnement du cousin DESURMONT que je vous ai rappelé la dernière fois. Je ne sais pas si je vous ai marqué qu’il m’a payé les trois mois.

18 Nous continuons de semer les deux bonniers de fèves, sur le devant de la porte, ils sont tous achevés. Mon frère dit : avec un peu plus d’ouvrage, les semis sont beaux et il espère que dans les autres campagnes, il ira mieux.

19 Les pommes de terre sont fameuses grosses et nombreuses. Je serai dans le cas de donner un peu plus que l’année passée, parce qu’elles sont plus en terre. Hier, ils ont travaillé toute la journée, ils n’ont su faire que trois quart de cens à quatre : les trois VANDAME et Charles-Louis du MARECHAL.

20 J’espère que je ne serai pas longtemps sans recevoir de vos nouvelles, pour savoir si vous commencez à vous habituer à Paris ; mais l’air n’y est pas si sain qu’à Versailles.

21 Je vous souhaite une bonne santé. Attendant de vos nouvelles le plus tôt possible, je suis en vous embrassant de cœur, cher Amy. Des compliments de mon frère et de vos enfants

22 Monsieur et mon Mary votre très attachée femme
Angélique Delputte

23 Vous me donnerez des nouvelles de suite pour ces moutons, si vous aimez d’en avoir je pourrai envoyer dimanche un express à Lille, pour avoir de vos nouvelles.

24 La potée de beurre a été mise le 4 à la diligence j’espère qu’ils l’auront reçue, il faut mettre de l’eau de sel tout de suite dessus.

25 De Linselles ce 23 octobre 1789

26 Monsieur et cher Époux,
J’ai reçu votre lettre du 17 courant, par laquelle vous me dites que vous êtes très bien logé, cela me fait plaisir, surtout que vous soyez de compagnie avec vos collègues ; vous vous plaignez que vous ne recevez pas de mes nouvelles plus souvent ; cependant je ne manque jamais de vous écrire deux fois par semaine et si vous aimez davantage, je suis contente. Quand je suis quatre ou cinq jours sans nouvelles, je suis très inquiète à tel point que je suis tentée d’envoyer un express à la poste. Vous me dites que vous ne pouvez pas m’envoyer d’argent, je ne veux pas que cela vous fasse aucune peine. S’il arrive que LEGRAND m’en demande encore, je peux lui faire face. Tout ce qui peut arriver, que je ne sois pas assez en fond. De plus DUMONT m’avait trois ou quatre semaines de temps, les voilà expirées. DESTOMBE est venu me parler hier ; il m’a dit dans quinze jours, mais on a eu beaucoup de tourteaux * ; il n’aura qu’aux environs de trois cents livres à recevoir. En parlant des tourteaux, DESTOMBE m’a demandé que vous le préveniez, quand il y aura apparence de voir interdire les tourteaux, cela lui fera un plaisir sensible, qu’il lui fasse savoir un peu à l’avance, pour qu’il prenne ses précautions. Je lui ai promis de vous alerter, j’espère que vous ne l’oublierez pas.

27 ELOY est venu me demander si vous auriez pris du wagage * cette année ? L’an passé, vous l’aviez différé trop longtemps. J’ai dit qu’il en fallait toujours mais que je n’avais pas d’argent à lui donner à présent. Il m’a dit que ce n’était pas pour l’argent qu’il venait ; il a promis de bien servir pour le mois prochain. Il m’a dit qu’ils avaient perdu leur mère depuis dix jours ; son rhumatisme lui était remonté et quelle en est morte.

28 Les deux jeunes locataires d’Halluin m’ont payé. Louis DALLE m’a donné sept écus comptés ; je lui ai dit que cela ne convenait pas d’être si revers et de ne pas savoir payer ses dettes, que je n’avais pas de crédit à lui donner. Il m’a proposé comme caution, la maison du père ; j’ai répondu qu’eux-mêmes ne savaient pas payer leurs dettes. Il m’a demandé deux mois de grâce ; j’ai dit qu’il ne devait pas manquer à sa parole et que je vous l’aurais marqué, mais je crains beaucoup pour le reste.

29 Nous mettons un peu à la fois à la remise. Le bonnier d’œillettes * est remis ; ils sont à présent aux quatorze cents de fèviers. Nous avons eu aux premiers jours de la semaine, trois jours de beau temps. Hier matin, il a fait un orage et depuis, c’est le brouillard. Les pommes de terre ne sèchent pas ; aujourd’huy, la cave sera pleine de pommes de terre de vaches. Il en reste encore plus d’un tiers à défaire et ensuite les bonnes.

30 J’attends Monsieur LECLERCQ dimanche, je suppose qu’il viendra. On m’a dit hier que Monsieur LAMBIN était de retour et qu’il avait dit qu’on avait trouvé à Paris beaucoup de farines empoisonnées. Si c’est vrai, ce sont de tristes affaires. Faites bien attention.

31 Je prie le Seigneur et je fais prier pour la conservation de vos jours. Portez-vous bien, c’est mon désir. En attendant la satisfaction de vous revoir, des compliments de mon frère et de vos enfants.

32 Monsieur et cher Mary, votre très attachée femme
Angélique Delputte

33 Des compliments à vos Messieurs.

34 Je vous prie de me marquer au juste comment je dois faire votre adresse, si c’est encore l’Assemblée Nationale et s’il faut la mettre sous enveloppe.

35[Lettres du 27 et 30 octobre non publiées]

Novembre 1789

36 De Linselles ce 1 er novembre 1789

37 Monsieur et mon cher Mary,
Je viens de recevoir votre lettre datée du 28 octobre, le 1 er novembre après-midi. J’étais inquiète depuis deux jours. Je comptais, depuis que vous êtes à Paris, que j’aurais eu vos lettres plus vite et ce n’est pas mieux. Vous me faites part d’un trait malicieux, qui circule dans notre province, à mon sujet. Je peux toujours vous dire que je n’ai rien et que personne ne voit vos lettres, hors que mon frère de Rekkem. Je suis bien sûr qu’il ne le répète à personne et qu’il tient bien le secret là-dessus. Hors le cousin DESURMONT est venu ici le 8 du mois passé, se plaignant de ne plus recevoir le journal de votre Assemblée ; je devais envoyer pour autre chose à Tourcoing, j’avais reçu la lettre du 14 que vous me marquiez un peu du nouveau de vos assemblées et que dans cette lettre, vous me parliez du sieur POUTRAIN, qui était pour lors à Versailles et que M. WARTEL lui avait fait la proposition de le remplacer. Je ne crois pas, m’avez vous marqué, qu’ils veuillent accepter cette proposition. Suivant la réponse qu’il m’a faite à cet égard, il ne trouve pas que notre mission soit assez amusante pour l’envier. Je ne sais pas si c’est cela ou non, il n’y a que cela qui pourrait avoir échappé ; autre chose. Je suis bien sûre pour ma part que rien n’a circulé ; ce n’est pas un déshonneur pour lui d’avoir dit ça. Ce qui le chagrine, c’est qu’il ne gagne pas tant à Paris qu’à Lille ; tâchez de vous en défier.

38 Je suppose que dans une dizaine de jours, on fera l’obit de la cousine ; je pourrai lui en parler et lui demander, s’il en a parlé dans les auberges à Lille.

39 Vous me parlez des mauvais airs, que vous respirez à Paris. Tachez de prendre une médecine pour vous éviter une maladie et aussi avec toutes ces voitures qui roulent, prenez garde au malheur ; je ne suis plus à mon aise, je crains toujours quelque chose.

  • 1 Au fil de ses lettres, Angélique Lepoutre-Delputte revient souvent sur la révolution brabançonne ; (...)

40 Vous me parlez du trouble des Brabançons, on dit beaucoup de misères, que c’est encore pire qu’en France 1 On dit qu’à Bruxelles, on a levé les ponts et que tout le monde vient en France. On dit à Ypres qu’ils ne veulent pas être de la même ligue, qu’on menace de mettre le feu à la ville, a-t-on dit. Je ne sais pas si c’est vrai ou non. et que VANDERMERSCH est fait colonel des Brabançons. Dans ma première, j’aurai vu la gazette, je pourrai donner plus de détails.

41 Je viens de recevoir vos imprimés ; je comptais trouver une lettre dedans, je n’ai rien vu. On n’a rien fait dans les terres depuis vendredy à quatre heures l’après-midi, il a presque toujours plu jusqu’à hier au soir, mais je crois qu’il va faire beau à présent. Ce n’est pas que la pluie a fait du mal pour les terres, surtout pour les semis. Vous me parlez du prix du bled, je ne peux vous le dire au juste, il doit valoir depuis 24 jusqu’à 27. Mercredy, je dois aller livrer du beurre et je prendrai un peu de bled, pour savoir le prix.

42 Il n’y a plus de règle à présent chez les boulangers, il y en a qui renchériront sur un jour le marché, leur pain de trois à quatre doubles et d’autre point. Il sort beaucoup de pain à présent pour l’étranger.

43 Je vous souhaite patience dans vos travaux. Portez vous bien. Des compliments de mon frère et de vos enfants

44 Mon cher Mary, votre très attachée femme
Angélique Delputte

45 De Linselles ce 3 novembre 1789

46 Monsieur et cher Amy,
[...]
Monsieur LEGRAND m’a encore envoyé une lettre, me disant que Monsieur le Président venait le deux de ce mois, que si je ne voulais pas le mettre de mauvaise humeur, qu’il fallait avant la Toussaint. J’ai envoyé Benjamin lui dire que je ne pouvais pas avant la Toussaint, que je devais faire battre, pour pouvoir vendre du bled, mais que le mercredy suivant, je n’aurais pas manqué, je compte d’y aller demain. J’avais de la peine de mes beaux louis d’or, je les ai en voyé chez DUPLOUY, pour pouvoir les changer et les laisser en dépôt tant que j’aurais de l’argent blanc. Les louis sont rares à présent ; je pourrai faire cela sans me gêner, je crois.

47 Je suis charmée que l’on a fini les pommes de terre hier, car aujourd’huy il pleut toute la journée ; il fait du sal temps. Malgré cela, on peut encore semer les trèfles ; mon frère me dit qu’on fait du bon ouvrage. Quand les VANDAME ont eu fini les pommes de terre, je leur ai dit qu’il fallait encore battre du bled une semaine et alors, qu’ils seraient libres d’aller travailler à leur bois. J’ai eu du bonheur de cette famille surtout pour les pommes de terre car, je crois, qu’on en serait jamais sorti, il fallait toutes les nettoyer une par une. Vous me direz le prix que vous avez l’habitude de donner pour épandre le lin. Je suppose qu’ils peuvent en faire deux ou trois botes par jour.

48 [...]

49 Des compliments de mon frère et de vos enfants et je vous souhaite une bonne santé, Monsieur et mon Mary, votre très attachée femme
Angélique Delputte

50 Je vous avais promis de vous donner des nouvelles de la Gazette ; elle ne dit pas grand chose, hors qu’elle dit dans l’article de Bruxelles, que tous les villages, qui voudront se révolter contre l’Empereur il y fera mettre le feu et les fera brûler. Le monde est en trouble partout.

51 De Linselles le 6 novembre 1789

52 Monsieur et mon Mary,
En réponse à la lettre que j’ai reçu le 4 du courant datée du 31 octobre [n.p.], par laquelle vous me donnez espérance de vous revoir aux environs de la nouvelle année ; cela me désennuie de beaucoup, quand ce serait quinze jours parés, cela ne ferait pas grand chose dessus le temps de huit mois. Ça me fait plaisir que vous me dites que vous vous portez bien et que vous vous faites au climat de Paris. Je craignais toujours que vous seriez tombé malade.

53 J’ai été mercredy à Lille, comme je vous ai marqué. J’ai été chez Monsieur LEGRAND ; il était justement sorti et M. le Président aussi. J’ai fait le compte avec sa sœur. Je lui ai mandé ce que pensait M. le Président de l’Assemblée Nationale. Elle m’a dit qu’il pensait que cela serait bien tôt fini et que tout aurait contourné pour le bien. J’ai payé à la femme de CRETAL les cent francs desquels, elle m’a donné quittance ; voilà deux cents et vingt francs que je lui ai donnés, sans ce que vous lui aviez donné et, à présent, vous dites que vous êtes aussi bien servi avec 6 F par mois. Ce serait une grande faute de le reprendre, c’était un beau gain pour luy.

54 Monsieur SCHEPPERS m’a dit mercredy, que je lui ai livré un saloir pour un de ses amis, que vous auriez encore pu vous rejoindre, qu’ils n’avaient loué leur place que pour un mots. Moi, j’ai dit que le logement était occupé par un curé et un gentilhomme. Elle s’est montrée toute honnête comme avant. Je n’ai pas fait semblant de l’autre Monsieur et elle non plus.

55 J’avais un saloir de beurre pour M. WALLAERT ; il a fallu promettre d’y aller dîner, il attendait M. FAVIER, curé d’Ascq et M. DESTOMBES curé de Sainte-Catherine. Je me suis dilatée un moment ; nous avons bien ri et nous avons bu à votre santé. Ils vous font des compliments et vos enfants aussi. Ils sont là très contents et bien ; ils ne sont qu’à quatre en tout. Ils n’ont pas tant d’occasion de faire endever l’un l’autre ; cela fera qu’ils se formeront un peu mieux ; mais je n’avais pas encore votre lettre, alors je ne peux pas vous dire quelle place ils ont. Pierre-François était venu le jour de Tous les Saints, il m’a dit qu’elles n’étaient pas encore données.

  • 2 Parmi les mesures les plus courantes adoptées par les autorités urbaines pour éviter la spéculatio (...)

56 J’ai été à Lille avec neuf sacqs de bled. Il a été vendu 26 et demi la raziére. Il faut que je vous conte un trait des Lillois. Mercredy, quand je revenais au Cheval Volant, le cousin ROUZÉ en sortait ; il me dit : « Ma cousine, vous avez bien fait de mettre vos grains sur le marché, car si vous l’aviez déchargé comme beaucoup font, de le mettre à coté de 4 cœurs rouges, vous auriez été à l’amende comme moi » 2 Je lui ai demandé s’il avait été à l’amende pour avoir mis son grain là ; il dit oui et qu’on avait voulu lui faire payer 50 florins. Je lui ai demandé s’il avait payé, il m’a dit non. Les boulangers ont disputé sa thèse ; ils disaient : si on insulte les fermiers comme ça, ils ne viendront plus au marché avec leur bled. De fait, comme il doit payer l’amende, il m’a dit qu’il n’y viendrait plus. Je lui ai demandé quelle raison ils alléguaient là dessus ; il m’a dit qu’ils avaient dit que c’était qu’ils avaient le dessein d’en mal agir. Voyez un peu s’il y a une ombre de bon sens, qu’on le mènerait à Lille pour le frauder. Il m’a dit que son grain était confisqué ; moi, je lui ai dit qu’il avait du bonheur, que la marchandise était bonne assez, qu’il ne fallait pas de caution et, moi, je crois que c’est encore un fait des caballeux. En tous cas, il est certain qu’il y a quelque chose la dedans.

57 Je vous prie de me dire – la Gazette du 31 nous marque que la provision de grains est achetée pour Paris et qu’on doit la livrer ; si cela est, à la bonne heure, on ne verra plus tant de misères pendant l’hiver.

58 Vous avez du bonheur d’être à Paris, parce qu’il fait toujours beau ; ici c’est toujours la pluie, sauf dimanche et lundy, qu’il a fait beau. Depuis huit jours, c’est du sale temps on ne peut rien semer, sauf que les trèfles qui sont au 22 cens.

59 Je ne peux pas vous faire des compliments du curé, il m’avait invité à dîner dimanche ; j’ai dit que je ne pouvais pas, que c’était un grand jour où j’aimais d’être bien, de rester à la maison, que je serais allé dans huit jours. Je lui ai envoyé le tableau des curés, je ne sais pas ce qu’il en dira et dimanche, j’irai faire vos compliments.

60 On a fait vos compliments à ma sœur MARESCAUX, cela lui a fait grand plaisir comme à mon frère, à Charlotte, à Louis, à Catherine. Ils vous demandent la bénédiction et moi, je reste avec le plaisir de vous attendre et de recevoir de vos nouvelles le plus tôt possible.

61 Monsieur et mon Mary, votre très attachée femme
Angélique Delputte

62 De Linselles le 9 novembre 1789

63 Monsieur et mon Mary,
J’ai reçu vos deux lettres l’une datée du 2 et l’autre du 5 les deux à la fois quand je partais pour la grand’messe. Je devais aller dîner chez Monsieur le curé, comme je vous l’avais marqué. Quand je fus de retour, j’ai trouvé une lettre à la maison par laquelle le cousin DESURMONT m’invitait à l’obit de la cousine pour aujourd’huy.

64 Avec mon frère, j’ai du faire l’état des livraisons, que j’avais faites aujourd’huy. Quand c’est pour recevoir de l’argent. Ils me font toujours plaisir parce qu’il est rare. Je profiterai de la poste de Tourcoing pour la remettre à Lille,

65 Monsieur le curé trouve tout cela pas si mal, il dit cependant que ceux qui auront une grande famille, ne trouveront plus si bien à établir leurs enfants. Il dit aussi, à propos des imprimés, qu’il les trouve fort obscurs. Il dit qu’ils ne donnent pas assez d’explications, touchant le quart des revenus. Le curé dit qu’il sera fort gêné au confessionnal, pour ceux qui en parleront, par exemple ceux qui auront un demi-bonnier de terre plantée d’arbres. Le revenu de cette terre n’est pas grand savoir si l’on doit payer pour les arbres avec. Il dit que ceux, qui ne déclareront pas juste commettront un péché mortel. Lui, s’il va les faire déclarer de trop est obligé de leur restituer. S’il déclare peu, il porte atteinte aux intérêts du Roy ; ainsi j’espère qu’on donnera plus d’éclaircissements. Sans quoi, vous ne recevrez pas beaucoup d’argent et aussi pour l’argenterie qu’on a, il y a beaucoup de façons de déclarer. J’espère que vous donnerez plus d’éclaircissements, car ce sont des matières très délicates ; je ne peux pas vous en dire davantage, parce qu’il est temps que je parte

66 Des compliments de Monsieur le curé et de M. BRULOIS et de toute votre famille. Je finis en vous souhaitant le bonjour, en attendant la satisfaction de vous revoir. Le reste ce sera pour l’ordinaire prochain.

67 Monsieur et mon Mary, votre très attachée femme
Angélique Delputte

68 La sœur du curé de Saint-Pierre, M. NOLF, a été trompée hier, elle comptait qu’une de ces deux lettres était de son frère

69 De Linselles le 10 novembre 1789

70 Monsieur et mon cher Époux
Je n’ai pas eu le temps de vous donner réponse à vos deux lettres que j’ai reçues, les deux à la fois, l’une du 2 l’autre du 5. Je n’oserai plus faire la proposition d’acheter des moutons, parce que je ne suis point en fond pour le pouvoir faire ; cependant j’oserais croire qu’on les aurait à bon compte, parce qu’il est gêné. Il a fait l’achat d’un troupeau mêlé en Flandre. Le temps est passé pour les livrer ; si vous pourriez m’assister d’un peu d’argent car il faudra payer comptant. Je n’enverrai pas, tant que je n’aurais reçu de vos nouvelles. Il est probable que les laines ne seront pas chères cette année. M. TIBERGHIEN m’a dit de venir quand vous serez de retour. Il m’a certifié que M. WARTEL est de retour à Lille depuis le 31 octobre. Je lui ai dit que j’avais peine à le croire, à les raisons que vous m’aviez données, mais j’ai fait semblant de rien, car j’ai entendu que son nom n’est pas trop bon à Tourcoing. C’est Madame TIBERGHIEN qu’on lui avait dit jeudy dernier à Lille.

71 Au sujet de l’obit, je ferai comme vous m’avez dit ; je ferai dire mes messes par Monsieur FREMAUX. Il doit venir me payer du beurre. Je lui en demanderai quatre. Pour du pain, on n’est pas quitte de le donner aux pauvres ; c’est continuellement des pauvres qui viennent.

72 Le cousin DESURMONT m’a dit que voilà passés trois jours qu’il n’a pas été à Lille. J’ai été hier chez J DESURMONT, payer le vin que j’avais eu et j’en ai demandé une fillette pour boire quand vous serez de retour, puisque vous me dites que celui de Dijon ne viendra pas avant le mois de mars et qu’il ne sera bon à boire que lorsque nous causerons ensemble.

73 J’ai versé bien des larmes cette année depuis qu’on ne se trouve plus ensemble. J’espère, comme vous me laissez entendre, que d’ici à deux mois, nous aurons cette satisfaction. Il me semble que vos ouvrages avancent à présent. Cela vous surprend que l’on ne montre pas plus de patriotisme ; on ne voit pas les misères et ainsi cela n’attendrit pas autant ; comme je vous ai dit dans ma dernière lettre, il faudrait expliquer cela plus nettement.

  • 3 Pour le baron de Noyelles, cf. la note, lettre de Lepoutre du 5 novembre 1789.

74 Vous me parlez du baron de NOYELLES 3 je n’en avais pas entendu parler, si ce n’est à Tourcoing hier. Ils ont dit qu’il a fait comme leur curé, qu’il s’est enfui, peut-être sans ses nippes, comme nos curés et concernant les biens du Clergé, ils donnaient leur avis que si c’était eux, ils hypothéqueraient les emprunts que le Roy a du faire à 4 %. À leur avis, ils seraient charmés d’avoir comme ça, leur argent en sûreté.

75 Vous me parlez des morts, je n’en connais pas d’autres que ceux que je vous ai parlé pour dire et des mariages, nous avons la fille de Jean-Baptiste LEDUC, qui était de noces dimanche, avec un certain LEFEBVRE, dîmeur sur Linselles. Il n’a rien de plus de nouveau, si ce n’est que dans notre église, les fondations sont toutes élevées, le trou du clocher est bouché et les neuf piles sont démolies, les nouveaux sont faits, l’église sera belle quand elle sera achevée.

76 Nos premiers bleds semés sont beaux et levés, mais on se plaint beaucoup des limaçons cette année. Nos 22 cents de trèfles sont presque achevés ; nous avons encore les 7 Cents d’avoine derrière les granges et les 19 cents de trèfles du Moulin. Le bonnier Vienne et le bonnier du Planchonnier où il faut encore mener du fumier ; si on peut, cela fera treize bonniers. Mon frère me fait vous demander si on mettrait la place des pommes de terre ; il dit que votre remise ne sera pas si grande l’année prochaine et que vous n’aurez pas beaucoup de place pour mettre les mars *.

77 Nous avons eu de la pluie et de la neige samedy toute la journée, ce qui a mouillé fortement la terre, mais dans les trèfles, on fait encore du bon ouvrage.

78 Le cousin LECOMTE m’a invitée à dîner pour demain avec toute la famille. C’est la Saint Martin, je ferai en sorte d’y aller et mon frère m’a dit qu’il viendrait me chercher.

79 On m’a dit aujourd’huy, qu’on a tiré le canon à Lille, hier. Mais je ne sais pas encore pourquoi on dit que ça va très mal sur les terres d’Empire, que les deux partis menacent de brûler. On dit que M. VANDERMERSCH a pris une ville et qu’il est présent à Luxembourg, qu’il en fait le siège. La Gazette n’en dit pas grand chose, sauf que l’archevêque de Malines a quitté Bruxelles malgré la défense qu’on lui avait faite de sortir.

80 J’aurai soin de votre beurre, mais vous ne me dites pas combien il vous en faut à peu prés et combien il vous en reste. Je souhaite que vous puissiez avancer pour finir d’autant plus vite.

81 Des compliments de mon frère et de vos enfants et je suis très sincèrement

82 Monsieur et cher Mary, votre très attachée femme
Angélique Delputte

83 J’ai dit : le vin de Macon parce que j’ai besoin de l’argent et qu’il devait l’amener, il y a deux mois, et il n’est pas encore venu.

84 De Linselles ce 13 novembre 1 789

85 Monsieur et mon cher Mary,
J’ai reçu votre lettre datée du 7, le 11 courant quand je partais chez LECOMTE ; quand je vous ai prié de me donner des nouvelles trois fois la semaine, ce n’est pas tant pour avoir des nouvelles de votre Assemblée. C’est votre santé qui m’intéresse le plus. Quand vous avancez, cela me fait toujours plaisir, puisque vous serez d’autant plus vite de retour.

86 Vous me parlez de Monsieur LEGRAND, qui est un des plus aristocrates de la ville. Je n’en ai pas entendu parler, mais j’ai encore une occasion de lui parler si vous avez quelque chose à me faire dire, je différerai tant que j’aurai de vos nouvelles. Hier j’ai reçu une lettre de lui, disant que nous nous étions trompés d’un louis, dans l’argent et il me dit de faire attention à l’argent que j’ai pris à la maison ; quand j’ai compté mon argent, il était entre onze heures à minuit, aprés vous avoir écrit une lettre ; je ne l’ai compté qu’une fois à la maison et avec sa sœur, nous l’avons compté trois fois et trois fois, c’était juste, c’est-à-dire la même somme de douze cents florins et louis avec, parce qu’il avait rebuté un Louis, quand Benjamin y avait été ; je n’ay encore rien reçu de la lettre de rente : Jean SELOSSE.

87 Le berger m’a importuné pour aller chez ODON, pour les « six dents » en disant qu’on aurait pu les avoir pour un louis. Il en a acheté trente à choisir parmi 42. Il perd sur l’offre, qu’il a offerte à la vente, parce qu’il avait trois florins au marché ; j’ai dit qu’il ne pouvait les livrer que jeudy prochain. Je ne l’ai pas dit, mais il me faut vendre du grain avant de pouvoir les payer. DESTOMBE n’est pas encore venu pour payer son œillette *, je n’ai encore rien reçu du lin de l’an passé. Je suis charmé de ce que vous me dites, que vous habitez votre nouveau salon, vous n’aurez pas tant de chemin à faire pour aller à votre Assemblée.

88 J’ai des compliments à vous faire du cousin LECOMTE. On a bu à votre bonne santé ; il me semble que tout le monde aspire à vous revoir. Il m’a dit de vous dire que vous ne pouvez pas faire comme le baron de NOYELLES, de vous habiller en religieuse parce qu’il avait trop d’occasions de rire avec vous.

89 Il fait encore toujours du sale temps, il mouille plus qu’il ne sèche. Ils sont au 18 cent de trèfle, on pensait y mener du fumier dessus la Planchoniére, mais ce n’est pas possible ; 1’ouvrage qu’ils font aux trèfles est très bon. Quatre vingt étaient à la messe du Saint Esprit ce matin.

90 Louis et Charlotte ont dit qu’il fallait faire des compliments à mon père ; comme de même à mon frère. Je ne sais rien de particulier à présent, il fait trop mauvais à marcher et ceux qui ont des imprimés, il les rendent à un domestique et avec cela, on ne sait rien faire de bon pour avancer.

91 Je finis en vous embrassant de cœur, portez vous bien

92 Mon cher Mary, votre très attachée femme
Angélique Delputte

93 De Linselles ce 15 novembre 1789

94 Monsieur et mon Amy,
C’est pour répondre à la votre en date du 11 que j’ai reçue le 14 du courant. Vous me demandez la façon de penser dans les environs. Il y en a beaucoup qui parlent sans fondement ; je fais cependant circuler les journaux. Ils ont été chez le cousin VENANT et aussi chez le curé. Il les rendent à nos domestiques et avec cela, je ne peux rien savoir. Pierre SIX est venu la semaine passée à la maison, on a parlé un peu, il m’a dit qu’il y en avait beaucoup qui disaient que si vous sauriez unir les trois provinces ensemble c’est-à-dire la Flandre maritime, le Hainaut-France, parce qu’on dit qu’il n’y a que ceux-là, qui ont de la religion ; mais j’ai dit que cela ne se pouvait pas, parce que ce ne sera qu’une même loi par tout le royaume et qu’il faut être tous ensemble, pour décréter, suivant moi. Je lui ai dit que c’était tous les évêques et archevêques qui disaient qu’ils devaient savoir leur religion et c’est pour vous dire. Depuis que les dîmes sont supprimées, on dit que le curé de Bousbecque n’est plus un homme, m’a dit LECOMTE ; moi, je lui ai dit qu’il voulait quitter sa cure, comme on m’avait dit. Il aurait bien fait, un autre aurait été charmé d’avoir sa place, je crois. À ce que j’entend, qu’on ne pourrait mieux faire, que, comme le cousin DESURMONT a dit, d’aligner les emprunts que le Roy a du faire, parce que si on va les vendre, il n’y aura pas assez d’argent pour les acheter. Ils seront vendus pour rien. Je vous demanderais volontiers votre façon de penser pour la déclaration de ses biens, pour payer le quart de ses revenus d’un an. Quand j’ étais chez le cousin LECOMTE, les papiers sont arrivés, pour noter les déclarations. Je suppose que cela devra se faire dans peu de jours, vous me direz votre façon de penser. On m’a rapporté aujourd’huy, par un domestique de mon frère Isidor, qu’il y a eu à Gand ou aux environs, un millier de soldats Autrichiens de tués, 8 à 9 cents de faits prisonniers et il m’a dit pour certain, que, mardy, il vient à Ypres et dans les environs, des Patriotes dit-on et qui ne font rien d’autre que de décrocher les armes de l’Empereur et d’y placer les leurs. Ils demandent aux magistrats pour qui ils sont, s’ils disent Patriotes, on ne leur dit rien ; il n’y en a pas de plus embarrassés que ceux des bureaux, qui sont payés par l’Empereur. On dit qu’il y en a beaucoup qui viennent en France. Il me semble que nos parents ne sont pas aussi à plaindre, que je ne l’aurais cru ; votre Empereur pourrait bien devenir trop faible.

95 Nous avons un temps très fâcheux depuis samedy à midi ; c’est une pluie continuelle et un vent fameux. Nous aurons encore trois ou quatre jours sans pouvoir semer ; nous autres, j’espère que nous remettrons ce qu’il est destiné, mais, il y en a qui n’ont pas encore semé la moitié de leur remise.

96 Je vous souhaite une bonne santé ; des compliments de toute la famille de mon frère et de vos enfants et je suis sincèrement

97 Mon cher Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

98[Lettre du 17 novembre non publiée]

99 De Linselles ce 20 novembre 1789

100 Monsieur et mon Cher Époux,
J’ai reçu votre lettre en date du 15 par laquelle vous me dites de me faire tenir de l’argent. Je n’en suis pas fâchée, parce que le temps se dispose au beau et l’on n’a pas le temps de battre du bled. On a fini ce midi de mener le purin et cet après-midi, on mène le fumier dans la Planchonniére. On en décharge deux monts à l’entrée de la campagne et puis, on va avec le reste plus avant, et les ouvriers ruotent * les colzas, qui sont d’une beauté parfaite, surtout les dix cens du « Moulin ». et nos bleds sont beaux, ils verdissent à force. Jusque là, il n’y a pas de bêtes.

101 Le berger a été hier chercher les moutons ODON, il a porté l’argent en même temps. D’après ce que disent mon frère et le berger, ils pèseront 90 en sorte et ainsi, on ne gagne pas un sou après ceux-là, qui vont mal. Ils ne sont pas de l’avant, mais si le temps permet, qu’on puisse aller dehors avec eux, ils ramenderont.

102 Vous me l’aviez bien dit que M. WARTEL aurait été de retour, avant que j’aie reçu ma lettre. On me l’a dit quand j’entrais dans Lille ; j’ai demandé chez RENART ce qu’on en disait. Ils m’ont dit que lundy, quand il a été au comité, on lui faisait compliment, on disait qu’on avait besoin d’un bon avocat, d’un brave citoyen et qu’il était bienvenu et de suite on lui tournait le dos, comme pour se moquer de lui et on m’a dit qu’ils étaient assemblés pour en élire un autre. Informé sur celui qui doit le remplacer, quand vous le saurez.

103 On dit qu’il y a beaucoup de misères dans le Brabant ; mais il me semble que les Flamands ne voient cela que d’un mauvais œil. Des soldats Autrichiens avaient besoin de passer par Courtray ; on a écrit une lettre aux magistrats, en demandant qu’ils seraient passés par là pour aller à Tournay, si on les aurait insultés. Le magistrat de Courtray a répondu que de leur part, ils n’avaient rien à craindre, mais de la populace, qu’il n’en répondait pas. Ceux de Courtray n’ont pas eu de réponse à cette demande ; les principaux de Courtray sont venus en France ; il est certain que, mercredy en revenant de Lille, nous en avons trouvé cinq à six voitures, tant chariots, que chaises. On leur a demandé pourquoi ils fuyaient ; ils disaient que les soldats autrichiens étaient venus dans leurs villes ; mais on n’a rien entendu depuis. On raconte beaucoup de misères et on ment beaucoup.

104 À Menin, le garçon d’un certain COUVREUR négociant, étant de garde (il était caporal) il était à l’auberge des « Trois Rois » dans la ville à dix heures du soir, a dit que ce n’était pas l’heure pour boire, qu’il était temps de se retirer, l’aubergiste a pris cela pour du vent. Il a été avec deux de sa maison, qui commençaient à être en ébriété ; ils sont allés trouver le caporal sur la rue, se sont jetés dessus à trois. Le caporal a crié : « au secours ». Un garde l’a entendu, a pris son sabre, a coupé à l’un la moitié du visage, à l’autre, il lui a coupé trois doigts ; il n’y avait plus qu’à se débarrassez de l’aubergiste, celui-ci avec un pistolet a cru bon de tirer, il y avait faute, l’assistant du caporal lui a percé le ventre et il est tombé mort ; ceci est vrai, mais on dit beaucoup et on ment encore plus.

105 On décharge le bateau de wagage *, ce sont les mesureurs. Je vous en donnerai des nouvelles à ma première, je suis pressée pour la Poste.

106 Des compliments de votre frère et de votre fille et suis en attendant de vos nouvelles, portez-vous bien.

107 Mon cher Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

108 De Linselles le 21 novembre 1789

  • 4 Après la nationalisation des biens du clergé le 2 novembre 1789 (cf. la note, lettre de Lepoutre d (...)

109 Monsieur et mon cher Amy,
Je viens de recevoir votre lettre en date du 17 courant. Je suppose que vous avez été surpris que je ne vous ai pas parlé du sermon de M. le curé de Tourcoing, dans ma dernière. Je ne savais rien de positif, c’est pourquoi, je n’ai pas voulu en parler ; aujourd’huy, je suis mieux informée ; le garçon de M. TIBERGHIEN avait besoin de venir à la maison ; je lui ai demandé des raisons du sermon de M. le curé. Il m’a dit que leur curé avait prêché à la basse messe le 15, puis avait recommencé à la grande messe, le même sermon ; il a dit qu’il n’y avait plus ni foi ni loy, ni Roy et que les communes allaient prendre conseil au fond des enfers et qu’on supprime les abbayes, qui étaient l’ornement de la France 4  ; de plus il fait reproche à un soldat, travaillant chez luy, que le militaire n’avait plus ni cœur, ni courage de ce qu’ils n’ont pas fait feu sur les citoyens, quand ça leur était commandé à Paris. Douze soldats gardes-frontières, avaient entendu du peuple les propos qu’il avait tenus en chaire. Ils se sont rendus chez lui le mardy à midi dix sept, comptant le trouver à table, il n’y était pas ; il était chez Monsieur DERVAUX, sur la place, sa servante a été l’informer de la visite des soldats. Il s’est écriés « Je suis pillé », s’en allant, il est passé par l’Hôtel de Ville, pour avoir la garde ; le capitaine des gardes lui a refusé en disant qu’il se débarrassait comme il voulait. Arrivant chez lui, les soldats lui ont dit, qu’ils venaient pour lui prouver qu’il y avait foi loy et Roy en France et qu’ils étaient tous disposés à répandre jusqu’à la dernière goutte de leur sang pour le prouver. Il leur a nié les propos qu’il avait tenue en chaire. On croit qu’il leur a donné pièce en main et ils se sont retirés.

110 Revenons à nos moutons, c’est-à-dire au sermon ; le grand monde de Tourcoing disait : « Notre curé a perdu la tête » et les Tourquennois s’interpellaient sur les rues en disant : « Allons entendre notre curé prêcher ». Il est devenu enragé et on dit deux de ses vicaires complices. L’un est réellement, puisqu’en faisant le catéchisme aux enfants, il a tenu son discours sur les députés et il n’a pas quitté avant d’avoir fini.

111 Je crois bien que vous êtes informé de tout, puisqu’on m’a dit à Lille mercredy qu’on en avait envoyé deux de Tourcoing, pour en faire le récit à la commune de Lille, pour avertir Paris. L’abbé CUVELLE, notre neveu était venu me le dire jeudy, mais il ne savait rien de positif. Il disait bien qu’on lui avait dit qu’il s’était allumé dans son sermon et qu’il était noir de rage et qu’il se donnait des « mea culpa » assez pour se défoncer l’estomac. Tout le monde disait ; si c’était l’aprés-midy, on dirait notre curé a bu une bouteille. Ne nous fâchons pas de ces discours, tachons de prendre patience dans nos misères ; ce n’est pas tant la gloire de Dieu qu’il a à cœur ; c’est l’ornement de la France puisqu’il l’a dit dans son sermon.

112 Je suis charmé que vous me dites que vous avancez beaucoup à Paris, vos misères finiront d’autant plus vite. Je prie le Seigneur qu’il vous donne la patience pour pouvoir supporter vos misères. Des compliments de toute la famille et croyez que je suis

113 Monsieur et mon Mary, votre très attachée femme
Angélique Delputte

114 Des compliments à Monsieur le curé de Saint-Pierre

115[Lettres des 24 et 27 novembre, et du 1er décembre non publiées]

Décembre 1789

116 Linselles ce 4 décembre 1789

117 Monsieur et mon cher Époux
Je pensais pour ce moment que vous m’aviez oubliée.

118 J’ai été six jours sans recevoir de vos nouvelles ; j’étais très inquiète. Je n’ai reçu qu’hier vos lettres datées du 28 novembre.

119 [...]

120 Je saurais volontiers de vous si vous ne mettez pas toujours vos lettres à la même poste, quelquefois je les reçois par la petite poste et souvent elles sont mises chez la veuve DUCROQUET ; par la petite, je dois payer 6 sous quelquefois 9 ; chez la veuve DUCROQUET, je ne paye rien et souvent je les reçois plus vite.

121 Nous finissons notre remise aujourd’huy.

122 Le cousin Louis LEPOUTRE est venu me payer le lin, que je lui avais envoyé pour le vendre. C’était ce lin de dîme, qui était chez Louis DALLE. Il l’a vendu à douze couronnes le sacq, il y en avait aux environs deux sacqs et demy et quelques bottes ; il m’a demandé si on aurait vendu celui qu’on fait à présent ; l’oncle du raseur n’en a pas encore deux sacs de faits. Les VANDAME, ils commencent cette semaine ; ils me disent qu’il en faut 5 bouges pour deux boites parce que les bouges ne sont pas grosses.

123 Je lui ai demandé le prix ; il m’a dit qu’on aurait de la peine à le vendre, plus que trente patars, que ces sortes de lins sont beaucoup diminués pendant cet été, de 8 patars à la botte et qu’il n’attend pas d’augmentation, parce qu’il n’y a plus aucun commerce qui vaille. Moi, j’ai dit que vous seriez venu pour le vendre, parce que vous m’aviez promis d’être de retour pour environ la mi-janvier tout au plus loin.

124 Notre deuxième wagage * est arrivé aujourd’huy, on le décharge.

125 Il me semble que Monsieur WARTEL a partout le même honneur, il est partout connu pour ce qu’il est, qu’il faisait pour la Noblesse et le Haut-Clergé. Vous me direz : POUTRAIN n’a pas voulu laisser mettre son nom dans les journaux, parce que c’est un autre nom qui est marqué.

  • 5 Louis-Philippe Joseph, duc d’Orléans (dit Philippe Égalité), 1747-1793, député de la noblesse de C (...)

126 Je ne peux pas vous parler des nouvelles du Brabant, parce qu’on ment beaucoup ; c’est par là comme du côté de Paris. On dit à présent que le duc d’ORLÉANS s’est exilé de la France, je n’en crois rien 5 .

127 Des compliments de mon frère et de vos enfants et de vos neveux et nièces et je reste en attendant de vos nouvelles le plus souvent que vous pouvez.

128 Monsieur et mon cher Mary, votre très attachée femme
Angélique Delputte

129 Votre potée de beurre sera mise dimanche à la diligence. J’espère que vous ne consommerez pas tout cela à Paris. J’en ai mis beaucoup pour que vous en ayez trop. Portez vous bien !

130 De Linselles ce 8 décembre 1789

131 Monsieur et mon cher Mary,
J’ai reçu votre lettre en date du 1 er décembre 1789, le 5, par laquelle je vous accuse réception des 600 F que je viens de recevoir du sieur RENART, notre neveu, qu’il a reçu des mains de Mette, ou Madame si vous voulez, VERRIN, qui tient une boutique dessous les Petites-Allées la première à droite en entrant par le petit marché ; j’en étais inquiète, mais si j’avais été aussi informée que RENART, j’en aurais été encore davantage parce que celui qui manque sur un point, manque en tout. Il l’a reçu hier soir et me l’a rapporté aujourd’huy. Vous aviez dit : tout en or et il y avait plus de la moitié en argent.

  • 6 Au sujet des vœux monastiques, cf. note, lettre de Lepoutre du 1er décembre 1789.

132 Vous n’avez pas bien compris dans ma lettre. Je vous ai demandé s’il était vrai qu’on ne pouvait plus faire de vœux monastiques 6 que Monsieur le doyen de Roubaix l’avait dit et qu’on avait peine à le croire, parce qu’on avait vu le contraire sur vos journaux et sur les gazettes, qui mentionnaient, que les hôpitaux et les maisons d’éducation n’étaient pas interdites. Vous voudriez quasiment me faire passer pour une « aristocrate », en me disant que le curé viendrait ici pour voir vos lettres ; je peux vous certifier que voilà plus de quatre mois que le curé n’a pas eu une de vos lettres entre ses mains et qu’il n’y a que mon frère de Rekkem et quelques fois Isidore, comme je vous l’ai dit, il y a peu de temps. Je ne sais ce que sont nos curés, je ne m’y fie pas, de plus, il ne vient pas ici assez souvent pour cela. Toutes les fois qu’il est venu, je vous en ai toujours fait part ; de plus j’ai assez d’embarras avec la ferme et la famille. Vous me demandez la façon de penser de ceux qui étaient à la maison, quand j’ai reçu vos lettres. Le curé a dit que vous répondiez aux lettres qu’il avait écrites et que cela était très bien, mais il n’a rien dit. S’il y avait eu quelque chose de méritant, je vous en aurais bien fait part.

133 J’ai été dimanche à Rekkem, pour me dilater, le cousin FAVIER d’Avelin y était. Il m’a dit qu’ils ont tous approuvé et surtout la chasse, parce qu’il y a beaucoup de gibier par là ; mais touchant les dîmes, beaucoup disent que les seigneurs loueront leurs terres à proportion, mais ce qui sera très bien, c’est qu’ils devront payer comme nous.

134 Le sieur CATTEAU de Tourcoing est venu me parler ce matin pour que je veuille intervenir en sa faveur, il m’a demandé une lettre de recommandation. Je lui ai dit que je devais vous écrire aujourd’huy et que j’étais bien sûre que vous auriez fait votre possible et que si vous pouviez quelque chose, vous l’auriez fait.

135 Le cousin VERMESCH est venu à la maison pendant que j’étais à Rekkem. Il a dit à Catherine qu’il avait reçu une lettre de vous et que je n’avais pas porté le compte du bled qu’il avait eu, en suite de la basse messe. Je ne sais ce que cela signifie. Comme j’attendais CATTEAU qui devait venir avec une lettre de votre main, aussi je n’y ai pas été.

136 Demain, je compte aller à Lille avec six sacqs de grains, je pourrai parler en passant. J’ai besoin d’avoir des tourteaux * pour les moutons.

137 Comme me l’a dit CATTEAU, on ne sera plus longtemps sans avoir des assemblées municipales, mais il me semble que ce sera encore de longs ouvrages

138 RENART m’a dit que M. de LA GRANVILLE se dispose à faire un don à la Patrie de 12 7 marcs d’argent et encore plusieurs autres.

139 J’ai des compliments à vous faire de toute la famille, des frères et de vos enfants ; ils étaient en vacance aujourd’huy, ils sont venus promener. Benjamin est cinquième et Pierre François, 11 e

140 Mon cher Mary, votre très attachée femme
Angélique Delputte

141 Linselles le 11 décembre 1789

142 Monsieur et mon Mary,
J’ai eu l’honneur de recevoir votre lettre en date du 7, le 9 courant. J’ai été informée, étant à Lille, par mon revendeur de bled que vous aviez écrit une lettre à ces MM. de Wambrechies. Il m’a dit que vous leur aviez fait grand plaisir et voilà tout ce que j’ai appris. Quant à moi, touchant les imprimés, je ne compte plus les faire circuler, parce que je n’ai plus aucune nouvelle, à moins que vous le jugiez nécessaire, vous me le marquerez.

143 Au sujet du cousin VERMESCH, je serais trompé qu’il vous écrirait ; il n’est pas encore venu depuis ce lundy, où je n’étais pas à la maison. Mercredy je savais qu’il était parti de Lille avant vous ; je comptais le trouver chez luy, sa fille m’a dit qu’il n’était pas encore rentré ; je ne sais pas pourquoi il est mécontent, c’est peut-être parce que j’ai loué le demi-bonnier du Gavre à HERBAUX et que MARECAUX ne l’a pas eu ! Je l’ai fait pour mettre la paix dans les deux familles ; il n’y a pas encore deux mois que MARECAUX est venu demander de louer le demi-bonnier, je luy ai dit ma surprise devant une pareille demande et que la semaille en était peut-être faite par HERBAUX.

144 Je ne sais pas si vous trouverez bons les ordres que j’ai donnés pour deux demi-pièces de vin de Mâcon ; mercredy quand j’ai été à Lille, la lettre de M. CARICHON était arrivée, annonçant trois demi-pièces de vin de première qualité au prix de (‘an passé ; je ne comptais en prendre, mais comme les vins ont beaucoup augmenté et que 1’on dit qu’ils sont bons, je me suis décidée d’en prendre deux pièces, puisque la demande n’était que de deux pièces et que j’espère que nous nous reverrons, avant que la vôtre ne soit arrivée. Nous ferons servir celui-là pour du vin de noce et de plus je sais que vous y êtes accoutumé ; il faudra encore et toujours vous entretenir.

145 J’ai fait tuer la jument noire par LORIDANT du Platon. Il m’a dit que MARLIERE est survenu pendant qu’il était embarrassé. Il l’a visitée ; il a dit que ce n’était pas la morve *, elle avait les entrailles saines ; il m’a dit que ce n’était rien d’autre que les moelles du dos qui se fondaient et qu’elle serait allé jusqu’à ce qu’elle tombe morte.

146 DELATTRE a demandé à mon frère, si vous aviez (‘intention de prendre cette voiture de fumier de pigeon, que vous avez prise l’année passée et si vous avez des nouvelles de Monsieur Louis de FOUQUIÈRE, s’il est encore fermier ou non ; l’an passé, il avait promis, s’il était fermier, qu’on l’aurait eu ; je vous prie de m’en donner des nouvelles, sitôt cette lettre reçue.

147 Portez-vous bien ; je tacherai de prendre patience encore quelques semaines comme vous dites, pourvu que ça ne dure pas trop longtemps ; encore faudra-t-il faire avec.

148 Des compliments de toute la famille et je suis sincèrement

149 Monsieur et mon cher Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

150 Des compliments à M. le curé de Saint-Pierre.

151 Nous faisons les labours pour le lin et on fait du bon ouvrage, meilleur qu’à la Saint Rémy.

152 De Linselles le 15 décembre 1789

153 Monsieur et mon cher Amy
J’ai eu l’honneur de recevoir votre lettre en date du 8 courant par laquelle vous me faites part, que vous avez reçu le beurre, que je vous ai envoyé et vous me dites que je ne dois pas douter de votre économie. Je n’en ai jamais douté surtout pour le beurre, je souhaite que vous le puissiez manger en joie et en santé, mais je désire que vous puissiez en faire présent de la moitié à vos amis de Paris. Cela marquerait que nous nous reverrons d’autant plus vite, mais selon ce que j’ai encore entendu aujourd’huy ce sera toujours pour l’année.

  • 7 Au sujet du don patriotique, cf. la note, lettre de Lepoutre du 27 septembre 1789.

154 Je viens cette après-midi d’avoir été faire la déclaration du quart de mes revenus d’un an avec le don patriotique 7 qui fait trois florins. Je ne vous en ai plus parlé depuis, parce que nous étions tous les deux de la même pensée. Le greffier m’a demandé si je voulais qu’on en fasse lecture pour exciter les autres à donner davantage ; j’ai dit : non, que je le donnais pour assister et sauver la Patrie et que les autres pouvaient faire à leur mode. Je n’ai pu aller que l’après-midy, pour la raison que je vous donne cy-après. J’ay demandé si j’étais la dernière ; on m’a dit : non, qu’il en attendait encore et il disait que Linselles aurait surpassé les autres villages. J’ai dit que je ne le croyais pas, que ç’aurait été Le Quesnoy. On m’a dit qu’il y avait eu beaucoup de monde de venu. On estimait à Linselles : mille cent et à Quesnoy on m’a dit que l’église donnait cent louis, je ne sais pas si c’est vrai.

155 Le domestique de M. SCHEPPERS, CRETAL, est venu lundy, soir à la maison il était surpris que vous ne m’aviez pas prévenu, cependant il m’a fait grand plaisir. Je n’ai pas voulu qu’il s’en aille avant le dîner ; il nous a conté beaucoup de misères, beaucoup d’histoires et de débats ; cependant il m’a fait plaisir en disant que vos chambres sont prés l’une de l’autre avec Monsieur le curé de Saint-Pierre.

156 Nous avons tiré la demi-pièce de vin de Jean DESURMONT chez DUPLOUY, je crois que je pourrai vous faire boire un nectar, pour nous boire, comme vous l’avez dit « à la causette » ; j’espère avec la grâce de Dieu et les prières que tout le monde fait pour la conservation de vos jours, que vous surmonterez les aristocrates. Je n’ai pas entendu dire qu’on ferait de nouveaux députés, je ne crois pas que cela se fera.

157 On dit de nos cotés que M. le doyen des chanoines est parti pour Hollande mais je ne sais pas si c’est certain ou non. Je vous fait des compliments de mon frère de Rekkem, de chez DUPLOUY et de toute la famille et je vous embrasse de tout cœur.

158 Mon cher Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

159 J’espère recevoir demain une de vos lettres à Lille, je dois y aller avec du grain. J’ai embrassé CRETAL pour vous.

160[Lettre du 18 décembre 1789 non publiée]

161 De Linselles le 22 décembre 1789

  • 8 L’Assemblée constituante a appliqué à la justice le principe fondamental de la traduction de la so (...)

162 Monsieur et mon cher Mary,
J’ai reçu votre lettre datée du 15 courant. J’espère que vous êtes rétabli de votre rhume, puisque vous n’en faites plus mention. Dimanche, après avoir reçu votre lettre. J’ai envoyé un mot au cousin VERMESCH pour le prier de vouloir bien venir à « l’Etoile », il s’y est rendu de suite ; je luy ai demandé s’il avait votre lettre, il m’a dit que non, qu’il l’avait envoyée dans une de ses lettres au sieur LEMESRE d’Houplines. Comme ils sont bien de concert ensemble et qu’il n’avait pas encore reçu de ses nouvelles, il compte le voir mercredy à Lille. Il m’a dit que lundy, on devait convoquer le peuple pour nommer les juges à Bousbecque et qu’il serait passé l’après-midy par la maison 8 II n’a pas manqué à sa parole. Il nous a dit qu’ils sont venus au nombre de vingt cinq et qu’ils en ont fait quatre qui sont : le cousin C. LEPOUTRE, Hilaire CABA, le charron et un certain DALLE et que tout s’est très bien passé. Aujourd’huy, ils sont assemblés pour les dons patriotiques. Je sais que leur curé a dit qu’il avait tout déclaré et même son argenterie. Le cousin COUROUBLE a dit qu’il fallait se montrer Français et généreux pour la Patrie.

163 Demain, je dois aller à Lille avec du grain 9 sacqs. Les deux demi-pièces de vin sont arrivées. Je dois prendre le cousin VERMESCH avec. Nous avons bu une bouteille à votre santé et il vous fait des compliments et quand il aura reçu des nouvelles, il vous répondra. D’après ce que j’entend dire pour Bousbecque, les faits sont quasiment certains, mais pour Linselles, on craint qu’il n’y aura rien.

164 Vous me parlez de mon frère le curé d’Annoeullin, je serais bien de votre avis ; si on avait accordé aux curés deux pièces de vin de plus par an, et si on avait laissé leurs biens, comme ils sont, vous n’auriez pas touché à la religion, on n’entendrait pas tant de murmures de leur part. Les prêtres de notre région disent : « On prend tous nos biens et on veut nous faire payer des impôts, n’est-ce pas terrible ? » Et moi, je vous dit qu’ils ne donneront plus eux-mêmes, tant de scandales à la religion, à courir de ducasses en ducasses, de donner occasion de faire jaser le monde et qu’ils n’ont pas le temps de visiter leurs malades et comme me disait un curé de nos environs, il nous faut trois jours par semaine pour nous rencontrer les curés ensemble.

165 DELANNOY n’est pas venu, comme il l’avait promis, je ne sais pas pourquoi. D’après ce qu’on dit, notre curé a été le premier à déclarer le quart de ses revenus. Madame BUTIN, dame de Linselles, n’y a pas encore été, qui sait si elle ira. Ma sœur MARECAUX m’a dit qu’elle en fait toujours un cas de conscience et elle vous fait des compliments. Le cousin LAMBLIN, son beau-frère est venu à la maison samedy dernier pour savoir la façon de déclarer le quart de ses revenus.]e lui ai dit que chacun doit savoir les revenus qu’il possède et que si on donne un peu plus en ce temps de crise comme nous sommes à présent en vue de sauver la Patrie, qu’on a du mérite, Je n’ai pas du tout parlé de sa belle-mère.

166 Je ne sais pas si vous le jugerez bon, je luy ai demandé deux tonneaux de bonne bière de saison, il m’a promis d’en livrer de la bonne.

167 Le cousin LAMBLIN se plaint beaucoup que leur greffier n’est pas sur les lieux, pour enregistrer les ordonnances qui leur arrivent, on les porte tantôt à un échevin tantôt à un autre, il craint d’avoir de l’embarras. D’après ce qu’on entend, la maréchaussée va voir, ils ont été chez le cousin VERMESCH, il était justement empêché d’enregistrer.

168 Il faut que je vous dise que je n’ai qu’un carton * et que j’ai donné le compte à BLONDEAU jeudy dernier. Il est allé à Lille deux fois sans que je sois allé avec lui et il est revenu les deux fois, tout juste en état de conduire ses chevaux ; le lendemain à huit heures et demie, il n’était pas encore levé. Le soir il n’a pas paru à son retour de Lille. Je lui ai demandé s’il croyait continuer comme ça, cette vie, il m’a répondu qu’il était libre de faire à sa mode ! le lui ai dit que non, qu’il n’était pas libre, mais que je luy aurais donné son compte et alors, qu’il aurait été libre et à 11 heures, il s’est levé et il est venu chercher son compte et je lui ai donné. Si vous aviez été ici, je crois que vous n’auriez pas été si longtemps.

169 Je vous souhaite de bonnes fêtes de Noël et j’ai embrassé vos enfants pour vous. Ils vous font les mêmes souhaits, de même que mon frère. Tachez de finir le plus tôt possible pour que nous puissions nous embrasser.

170 Mon cher Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

171[Lettre du 25 et 29 décembre non publiées]

Janvier 1790

172 De Linselles, le 1 er janvier 1790

173 Monsieur et Cher Mary,
J’ay reçu votre lettre en date du 27 avec toute la satisfaction possible et que vous me dites que vous êtes très satisfait : des habitants de Bousbecque, de leur façon d’agir pour faire des juges. J’avais toujours oublié de vous dire que Linselles l’avait fait huit jours avant Bousbecque, mais tout différent. Peut-être est-il bon également ; le magistrat a nommé six juges. Cela n’a pas été fait au plus de voix, comme à Bousbecque. Les juges nommés sont : Jean-Baptiste LEDUC, DEREUX, marchand de lin, le cousin VENANT, le cousin SIX, un certain DELOBEL et l’autre, on dit mon oncle ROUZE, voilà les six que le magistrat a nommés. On dit que c’était Mme DERVAUX. J’avais oublié de vous dire dans ma dernière que MARESCAUX m’avait fait des compliments de celuy de Wambrechies, j’ai oublié son nom, que vous luy avez écrit une lettre, que vous luy avez fait un sensible plaisir, qu’il vous en sera très reconnaissant à votre retour.

174 Mon frère ODON nous a rendu visite hier, cela m’a fait beaucoup de plaisir et surtout pour l’article des moutons. Je l’ai prié d’aller les voir ; il m’a dit toutes bonnes choses ; il en avait entendu parler avant à Tourcoing où j’ai été dans le cas d’en vendre deux cette semaine ; l’un était un « étique » et l’autre, il y avait une dizaine de jours qu’il ne mangeait pas pour engraisser. Je les ai vendu tous les deux, craignant le pire, pour 21 écus et demi et celui malade, il était très bon. J’ai dit entre nous deux ; mon frère ODON m’a déclaré sa grande misère touchant ses moutons ; il y a eu aux environs de deux mois, qu’ils ont eu le malheur d’avoir un chien enragé, il n’a pas manqué de donner la rage à tous les moutons ; ils ont été 51 jours sans rien voir ; le jour de Noël, il en a fait enfouir un et, à présent, on commence à en voir deux ou trois, qui font des mines extraordinaires, ils ne mordent pas, mais ils tombent sur leur tête et ils ne mangent pas grand chose. J’ai fait ma déclaration à Jean-Baptiste LEDUC ce matin. Je n’en ai pas parlé au garçon ; je sens bien que cela coûterait beaucoup à la mère de laisser aller son garçon à Paris, mais le père doit venir cet après-midi, pour nous s’expliquer.

175 Des compliments de mon frère ODON, de mon frère de Rekkem et encore de plusieurs autres qui vous font les mêmes souhaits.

176 Il faut que je finisse, vous savez l’ordinaire du jour de l’an. Tous les domestiques et les ouvriers vous souhaitent une année heureuse et les enfants vous demandent la bénédiction et je fous embrasse de cœur et je vous souhaite une santé parfaite ; j’ai embrassé vos enfants pour vous.

177 Monsieur, mon cher Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

178 J’ai acquitté, à l’égard de vos enfants de ce que vous m’aviez dit. Ils m’ont fait beaucoup de promesses et ils vous remercient.

179 De Linselles, le 4 janvier 1790

180 Monsieur et mon cher Mary,
Je viens de recevoir votre lettre datée du 1 er janvier aujourd’huy et j’ai dit la réception de celle du 30 décembre avant hier. Vous me parlez de numéroter nos lettres, je ne le trouve pas nécessaire, parce que je crois qu’il n’y en a pas d’égarées. Je crois bien que vous ne m’en avez pas écrit depuis le 15 décembre jusqu’au 22 et ainsi, voilà huit jours.

181 Dans celle du 30, j’ai reçu toutes les brochures avec tous les décrets et la liste des pensions, que j’ai distribuée avant même d’avoir eu le temps de les lire moi-même.

182 Ce n’est pas au greffier que je les ai envoyées, parce qu’on dit que les échevins se plaignent qu’eux-mêmes ne sont pas informés ; on murmure beaucoup là-dessus. Je ne sais pas si, dans nos villages, ils sont oui ou non obligés de les afficher. On dit qu’à Quesnoy, on affiche tous les envois qui viennent.

183 Les enfants ont été souhaiter une heureuse année à leur oncle à Wervicq. Il leur a dit que M. le Baron d’ELBHECQ était un des quatre, qui faisaient faire ces libelles à Ypres. Je vous préviens pour que vous y fassiez attention.

184 Jean-Baptiste LEDUC est venu chez nous. Il n’en avait pas encore parlé à son garçon, mais il m’a bien dit que dans sa rue, les marchands et luy avaient envie de faire tous ensemble un « don patriotique », je ne sais si leur bonne volonté continuera. Mon cher Amy, fous vous plaignez de ce qu’on dit : s’il n’y avait pas tant d’aristocrates, on ne murmurerait pas tant. Il nous faut prendre patience dans nos misères ; le Bon Dieu sait pourquoi, il nous a mis dans une si grande pénitence.

185 J’ai à vous faire part que Charlotte a la petite vérole (variole). Depuis trois jours elle a commencé, sans être pour ainsi dire, malade et elle ne l’est pas encore. Je la fais tenir chaudement et depuis deux jours, ils ne sont pas augmentés ; elle n’en aura pas beaucoup ; elle avait eu les rougeurs, il y a cinq semaines. Je croyais en premier que c’était encore une peste, que cette maladie, mais pas du tout, c’est la petite vérole.

186 Vous me parlez de me faire tenir de l’argent pour le sieur LEMESRE d’Houplines. Ne craignez-vous pas qu’on pourrait mal juger de ce côté là, à moins que je sois dans le cas de payer les moutons avant que le berger ne soit de retour ou que pour cela, je ne sois point gênée. Vous me donnerez votre avis là dessus. Je vous enverrai le beurre que vous me demandez, la semaine prochaine ; si c’est pour un de vos amis, je tacherai d’en envoyer du bon, que j’ai réservé pour moi.

187 J’ai eu la visite cet après-midi de FERRAND et sa femme et ensuite de M. FREMAUX, vicaire et du cousin LIBERT du Gavre. Ils vous souhaitent une heureuse année. Ce dernier, j’aurais voulu qu’il n’y ait pas tant de monde, nous aurions pu nous parler.

188 Je vous fait des compliments de toute la famille et croyez que je suis de tout mon cœur,

189 mon cher Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

190 De Linselles le 9 janvier 1790

191 Monsieur et mon Mary,
Dans votre lettre en date du 1 er janvier à propos des moutons, je crois qu’il ne sera pas possible d’en trouver des pareils aux nôtres. Ils sont d’un poids tel que je crois que vous n’en avez rarement vu et ainsi ce serait de faire moitié dans l’achat, à la perte ou au gain et pour couvrir les frais de la route. La difficulté, entre nous, c’est que je voudrais bien qu’ils partent d’ici dans quinze jours, le berger, lui, voudrait bien attendre après la Chandeleur. Il me dit qu’ils ne suivent pas tous, la première étable, ils consomment beaucoup, voilà 3 000 tourteaux, qu’il a donnés. Aujourd’huy j’ai envoyé à Lille avec les deux chariots, pour ramener 4 000 tourteaux, des quels Jean DUMORTIER en a demandé 1600, je suis dans le cas d’acheter des fèves mardy passé, j’en ai ramené 18 razières au prix de dix livres et demi à 11 livres. Ce n’est pas que je suis gêné pour l’argent, j’ai du bled à vendre et que je vend. Il n’y aurait que si je devais payer les moutons avant qu’il soit de retour de Paris, que je ne pourrais y subvenir.

192 Je viens de recevoir votre lettre en date du 5. Vous me parlez de vendre des moutons à Lille ; mercredy 6, le berger y a été pour voir le marché ils ont beaucoup diminué. Il y a eu un fermier, qui en avait une quantité, il n’a pu en vendre que trois, il a ramené le reste chez lui.

193 Les nièces de mon frère ODON sont venues souhaiter une heureuse année et elles vous la souhaitent de même et elles m’ont dit que c’était mieux avec leurs moutons. Quant au baron d’ELBHECQ, c’est un malentendu de la part des garçons, il s’agissait du baron de NOYELLE.

194 Il faut que vous m’excusiez de ce que je suis en retard d’un jour à vous écrire C’est mon embarras qui en a été la cause, j’ai eu du monde tous les jours. Mardy, pendant que j’étais à Lille, le cousin DESURMONT est venu, j’aurais bien voulu être à la maison pour lui causer ; je lui aurais proposé de l’argent que j’aurais pu tenir et que vous auriez fourni à Paris.

195 Le jour des Rois, mon frère Isidore et mon frère de Rekkem, les nièces ODON sont venus le jeudy ; le jeudy, les nièces CUVELLE. MOULIN, notre locataire est venu payer son loyer. Le cousin LECOMTE, bailly de Bousbecque est venu l’aprés-midy ; je lui ai demandé s’il avait reçu une de vos lettres que vous m’aviez dit lui écrire ; il m’a dit que non, mais qu’il comptait de vous écrire, pour vous souhaiter une heureuse année. Hier, j’ai fait le mesurage avec les ouvriers, j’ai fait mesurer par les garçons, pendant qu’ils étaient encore à la maison. Je doutais du premier, mais alors, ils en sont très bien sortis. Quand j’ai eu fini de compter, il était neuf heures. Ils ont commencé après le dîner.

196 Aujourdhuy, M. le curé avec M. BRULOIS sont venus me souhaiter une heureuse année. Je n’avais pas idée d’y aller cette année. J’avais envoyé Catherine le lendemain de l’an avec une douzaine de gaufres. Le dimanche, M. BRULOIS est venu chez DUPLOUY, pour me dire bonjour en disant que le curé était inquiet de ce que je n’allais pas pour ne pas tout déranger. J’ai dit que j’y aurais été le jour des Roys.

197 Ils vous font tous des compliments, tous ceux dont je vous ai parlé et vous font les souhaits du jour.

198 J’ai embrassé vos enfants pour vous. Charlotte est guérie de ses poquettes.

199 Attendant le plaisir de recevoir de vos nouvelles, je suis

200 Monsieur et mon Mary, votre très attachée femme
Angélique Delputte

201 L’imprimerie du quart des revenus ne sera pas mal à Linselles. Le curé m’a dit que M. BRU LOIS avait étrenné le gros livre des Franchises et moi, celui de la châtellenie et que avant-hier il n’y avait encore personne qui nous avait suivi. Je suis fort surpris de mon frère le curé d’Annoeullin ; je n’ai pas entendu de nouvelles de luy depuis le mois de septembre. DUMONT, le brasseur m’a demandé de bien vouloir envoyer chercher ses vidanges et si j’aurais pris de la bière ; je lui ai répondu que j’avais assez d’embarras sans m’inquiéter de cela, que je n’avais pas le temps, qu’il devait savoir ce dont j’avais besoin.

202 De Linselles le 12 janvier 1790

203 Monsieur et mon cher Époux,

204 Je crois avoir été mal informée, concernant les revenus et les dons patriotiques, que doivent faire les habitants de Linselles. J’ai été chez le cousin VENANT dimanche. Ils m’ont dit que la dernière Assemblée, qui était vendredy dernier, que le monde devait attendre son tour ; on en citait encore deux qui n’avaient pas encore été. M. BUTIN et les cousins LEROUX, mais ces derniers ont toujours l’intention d’y aller. Beaucoup de gens me demandent pourquoi ce retard ou cette prolongation de deux mois, je ne sais quoi répondre mais je dis que je crois que tout le monde sera obligé de payer. Si vous pouvez me le dire, vous m’en direz la raison.

205 Madame la comtesse de Roncq est partie, il y a environ quinze jours. Elle a payé leur nourriture à ses domestiques, à 20 sous par jour, jusqu’en may et on dit que c’est pour éviter le chagrin de voir tous ces nouveaux changements et qu’elle n’aura pas le droit de dire son mot. Elle est partie seulement avec sa femme de chambre et personne ne sait où elle est allée.

  • 9 Ce petit subterfuge est une des très nombreuses manifestations de l’importance que le couple accor (...)

206 Votre beurre sera demain à Lille ; Madame SCHEPPERS m’en avait demandé trente livres à envoyer à son homme à Versailles et elle a voulu se charger des deux potées pour les envoyer ensemble. Vous ferez attention, j’ai couvert la petite potée avec du beurre pareil à celui de la grande pour ne pas éveiller de jalousie ; vous en trouverez aux environs d’un pouce ; mais dessous c’est du bon beurre de saison 9

  • 10 Pour la rumeur concernant un enlèvement du roi, cf. la note, lettre de Lepoutre du 16 janvier 1790

207 J’ai appris par les gazettes qu’il y a encore eu de la brouille à Paris, qu’on a voulu enlever le Roy ? 10 On me l’a dit plusieurs fois, mais je n’en ai voulu rien croire, parce que vous ne me l’avez pas marqué, ça fait toujours du retardement dans vos ouvrages.

208 Nos labours de lin sont terminés hier, ils sont très beaux. Je n’ai pas encore loué de carton *, quoiqu’on m’en ait avancé beaucoup. Alexis, qui est resté chez BUTIN s’est proposé pour venir en journée, je ne l’ai pas refusé. Je ne crois pas en louer, avant que vous ne soyez de retour. Pour les autres labours, je ne crois pas les faire à présent ; s’il faisait du temps pour pouvoir mener du fumier dessus si toutefois vous aviez le dessein de mettre du tabac sur une pièce de dix à douze cents de terre. Pour les lins, il n’y a plus de demande ; je n’en ai pas vendu une botte, on ne les demande point. VANDAME et DELANNOY l’entre prendront. Vous y réfléchirez.

209 Je dois aller demain à Lille avec douze sacqs de bled, il vaut à présent entre 25 et 26 F. On fait de l’argent de ces bleds, cette année.

210 Charlotte est en mesure d’aller à l’école.

211 Je n’ai pas encore parlé à LEDUC, la mère ne voulait pas qu’on en parle à son garçon. Je compte recevoir de vos nouvelles aujourd’huy ; mais j’espère que ce sera pour demain. Des compliments de vos enfants. Ils vous demandent la bénédiction et je suis sincèrement

212 mon cher Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

213 De Linselles ce 15 janvier 1790

214 Monsieur et mon cher Époux,
J’ai reçu votre lettre en date du 9 courant, le 13 par laquelle vous me demandez le nom des deux autres. On m’avait cité le curé de Tourcoing et on voulait dire la femme de LA SERRE de Lille, mais le curé de Tourcoing, selon ce qu’on dit, ça ne peut pas être vrai, car il était comme le feu et l’eau avec le doyen des chanoines. Celui-ci avait dit, quand il avait appris que le curé était député, que ce curé était comme un bœuf de Flandre, qu’il n’avait pas d’éloquence. Et pour le baron d’ELBHECQ, je vous ai dit que c’était celui de NOYELLES. Au lieu de lire : « qu’on m’a dit », il faut dire « qu’on a dit ». Il circule tant de choses, qu’on ne peut pas en croire la sixième partie.

215 Mon cher Amy, vous me dites que je ne m’explique pas clairement au sujet des libelles qui circulent, je n’en ai pas encore vu, pas plus à vous qu’à d’autres, mais ce qui me peine, c’est que je m’aperçois que ce ne sera pas encore fini à Pâques, à beaucoup prés.

  • 11 Concernant les libelles en général, cf. la note, lettre de Lepoutre du 9 janvier 1790. Au sujet de (...)

216 Si vous pouviez vous rappeler dans votre mémoire, les imprimés que vous avez mis dans votre lettre datée du 5 janvier, je n’ai pas eu le temps de les voir avant de les avoir fait circuler. Ils me sont revenus avec dedans un imprimé qui avait pour titre « le Confident Patriotique » et c’est un vrai libelle. Le nom de l’imprimeur n’est pas marqué, ni où il a été imprimé. Il déclame premièrement contre la Reine, ensuite contre l’Assemblée Nationale, contre le marquis de LA FAYETTE et contre le gros BAILLY, qu’ils disent, je vous prie de bien vouloir m’informer, à votre première, s’il vient de vous ou non ? 11

217 Le neveu Jacques CUVELLE est venu hier, très à propos, souhaiter une heureuse année. Je lui ai proposé cette toile, il m’a offert ses services, s’il pouvait être utile ; il m’a dit que chez M. HOVYN à Menin, que vous connaissez, il y en a beaucoup et de toutes qualités. Je l’ai prié de bien vouloir m’apporter un échantillon et le prix ; il l’a rapporté aujourd’huy : le prix est de 26 patars argent bas, qui fait 48 sous de votre argent, la largeur de cinq quart, la longueur de 60 aulnes ordinaires, on dit 60 à payer, mais vous en trouverez toujours 4 à 51 aulnes de surplus, que vous ne payerez pas et ainsi, cela fait un objet, vous devez savoir qu’il coûtera 18 à 20 sous de droit, pour venir à Paris.

  • 12 La taille d’aumône est probablement une taxe décidée localement pour fournir des ressources à la P (...)

218 J’ai eu beaucoup de visites cet aprés-midy : le collecteur de Roncq ; je lui ai payé 215 francs, que les tailles d’aumônes 12 sont beaucoup augmentées ; le neveu LEPOUTRE, Alexis LEPERS, pour son rivage ; si ça avait duré, ma bourse aurait été vide. VIENNE de Roncq nous a fait rire un moment, avec sa dame la comtesse ; il nous a dit qu’elle s’était réfugiée dans un couvent et qu’on croit qu’on ne la verra plus !

219 Des compliments de tous ceux-cy et de vos enfants et croyez,

220 Monsieur et cher Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

221 Linselles le 17 janvier 1790

222 Monsieur et cher Amy
J’ai reçu vos deux lettres, dimanche, les deux à la fois, l’une en date du 12 et l’autre du 14. Vous me dites par celle du 12 que vous avez été au marché de Sceaux pour voir vendre les moutons et que le prix étaient pour les plus bas de 12 à 13 sols la livre. J’ai reçu hier une lettre de Poissy, que le berger avait écrite à son commissionnaire Thomas LE MAIRE il marque que le mouton ne vaut pas moins que dix grands sols la livre. Si vous en avez en laine à faire partir, avancez le plus tôt possible, vu qu’on ne voit point de moutons tondus. Voilà comment il parle. Le berger a été vendredy à la Basse Cense, pour voir les moutons. Ils ont dit qu’ils s étaient engages pour mardy, qu’ils attendaient un commissionnaire pour Bruges ; au cas où ils ne viendraient pas, ils étaient à son service, ou si le marchand de Bruges en avait besoin davantage ils viendraient jusqu’à la maison. Mon frère de Rekkem avait fait savoir, qu’il en avait à vendre chez son beau-frère au château d’Attiches ; il avait appris qu’il avait été à Avelin. J’ai envoyé le berger hier matin, mais il ne doit revenir que mercredy à Lille et il y en avait encore d’autres là aux environs. J’ai écrit une lettre au cousin FAVIER d’Elbhecque, pour qu’il veuille lui faire compagnie et m’assister dans ce moment cy. J’ai demandé au berger, avant qu’il ne parte, s’il avait encore l’intention de faire moitié dans son achat (je n’ai pas parlé des nôtres) à la perte ou au gain et d’intervenir dans les frais de route, pour sa moitié, pour son achat ; il m’a répondu que oui ; ainsi s’il a trouvé son besoin, ce sera pour partir lundy, le 29 courant, au marché de Sceaux.

223 Vous me demandez si on demande des laines et le prix. Le berger m’a dit que son père lui avait dit qu’elles se vendent aux environs de dix à quinze patars de moins que l’an passé ; mais pour les nôtres, le berger m’a dit qu’elles seront augmentées, parce qu’elles valent beaucoup plus que l’an passé, par la grandeur des moutons. Il en est venu deux me demander si j’avais l’intention de les vendre, l’un était votre amy MONTAIGNE et l’autre était le beau-frère de DELANNOY-DELCOURT. Je leur ai dit que l’ancien marchand avait la préférence ; je compte de lui faire savoir, de venir jeudy ou vendredy et de lui faire dire en conscience ce que vaut notre laine, ou bien que vous fassiez marché ensemble, quand vous serez de retour. Il est toujours bon qu’ils voyent les laines sur le dos des moutons. Le cousin LECOMTE a dit qu’il attendait après vous pour lui vendre ses moutons. Vous me parlez de prendre un autre berger. Les bons bergers sont en service et ainsi je serai dans le cas de faire avec VERSAILLES, mais mon avis est de n’en acheter que pour compléter notre troupeau, juste ce dont nous aurons besoin.

224 [...]

225 Je n’ai encore rien de nouveau à vous dire touchant les municipalités. On a publié dans tous les villages dimanche passé, pour les faire la semaine prochaine ; on m’a dit qu’à Bondues, mardy 26, on chantera une messe solennelle du Saint Esprit et ensuite, on fera l’élection ; à Linselles, on ne dit pas encore quel jour ce sera. On m’a dit aujourd’huy que DERVAUX est en état d’être greffier. DELANNOY-DELCOURT est venu à la maison, il n’en sait pas encore lui-même, il m’a prié de vous faire des compliments, comme de mon frère de Rekkem, l’abbé CUVELLE, vicaire, le cousin Louis LEPOUTRE.

226 Mon cher Amy, je vous souhaite une bonne santé

227 votre très attachée femme
Angélique Delputte

228 Ce sera pour l’ordinaire prochain.

229 De Linselles le 22 janvier 1790

230 Monsieur et cher Époux
J’ai reçu votre lettre datée du 16 courant. Vous me demandez si Linselles formera un don patriotique, je n’en entend plus parler pour dire qu’ils s’uniront tous ensemble pour faire leur don ; mais je puis vous dire, à ce qu’on m’a dit, qu’il y en a beaucoup qui ont été faire leur don, mais ce qui fait tort dans nos endroits, c’est qu’on dit que ces MM. d’Houplines, c’est tout ce qu’ils feront pour leur quart de revenu, qu’ils ne donneront pas davantage ; on dit qu’ils peuvent faire tant de bruit pour six cents francs. Je voudrais savoir la vérité pour pouvoir les dédire. Selon ce que m’a dit le cousin VERMESCH, il vous a écrit le contenu de ceux de Bousbecque et il attend de vos nouvelles ; il est augmenté de deux cents francs. Il doit venir demain pour finir le compte. Il a payé la lettre de rente de la veuve LIBERT. Je compte lui parler ou proposer que quand ils auront l’idée d’envoyer leur argent, que si, alors, vous seriez en fond, que vous me marqueriez combien vous pourriez me faire parvenir. Je préfère en parler à Bousbecque plutôt qu’à Linselles.

231 Mercredy à Lille, je n’ai parlé à personne d’Avelin et le berger n’a rien acheté au château ; ils ne voulaient pas vendre moins de onze écus et ils n’étaient pas gras et chez WARTEL, je les avais vendus le jour avant, il en était fâché ; il a dit à vos respects, il les aurait laissés dix patars de moins. Je viens justement d’avoir vendu les laines au sieur TIBERGHIEN ; il nous a fait l’amitié de prendre notre soupe. Il n’a pas pu mettre davantage que 13 F il m’en offrait 12 F en riant et enfin, il m’a dit qu’il m’en aurait 13 F à la conscience ; il a deux peaux qui passeront pour une cote avec les quatre du berger, il y en a 129 et c’est pour en payer 127 ; il n’en a que deux au dedans le marché ; je compte d’avoir comme l’an passé ; il a su me dire qu’ils valaient davantage aussi de six à huit patars, mais qu’il fallait observer qu’il y a beaucoup de déchets dans le commerce, toujours de 15 patars et que l’an passé, on touchait quinze jours plus tard. Vous vendiez l’an passé 13 F 6 patars, vous donniez trois peaux et deux cotes ; c’est pour vous dire tout uniment : c’est un homme qu’ on ne saurait pas laisser partir sans lui vendre. Vous le disiez vous-même les autres années et il n’était pas moindre cette année, sous condition qu’il ne fera pas livrer ses troupeaux, avant que vous ne soyez de retour ; il veut avoir un député à sa table. Autre chose qu’il m’a priée en grâce de vous dire, d’abord des compliments et ensuite que vous veuillez l’excuser de ce qu’il n’a pas répondu à votre lettre. C’est que votre lettre était tellement bien dictée, qu’il n’a pas pu vous comprendre et, pour vous dire en un mot, qu’il ne se trouvait pas en état de vous répondre. J’en ai débattu pendant une heure ; je ne voulais pas vous écrire ces sortes de discours, il m’a dit tout uniment de grâce, je vous en prie, il l’a fait voir à M. Philippe DESURMONT, il n’en savait pas plus que moi. Pour me donner un modèle, m’a-t-il dit, je sais qu’il y en a encore d’autres, qui renoncent à vous écrire, à cause de cela.

232 Le berger est revenu à midi, il en a acheté 54 à deux fermiers différents chez le sieur PLATEL de Loos et chez le sieur DUHAMEL à Englos tout pour le prix de dix écus. Le marché est encore meilleur chez DUHAMEL ; le berger m’a dit qu’il pressent aux environs de 90 et PLATEL un bon 80 bien gras. À la Basse Cense, ils n’ont pas encore vendu et chez DANSETTE non plus ; je crois qu’on les aurait eus pour un bon dix écus mais chez DANSETTE, on ne les aurait pas pour ce prix-là. Le père du berger m’a dit qu’ils valent une couronne et plus.

233 Nous profitons de cette petite gelée pour mener du fumier sur les 24 cens. Mon frère m’a fait mander quel labour, vous voulez qu’on lui donne ; il m’a dit que la terre est bien nette. Savoir si vous mettrez vos fèves à la houe * ou au lit avant. Il demande d’avoir une réponse rapide, pour faire le labour à proportion.

234 Je n’ai encore rien de particulier à vous dire touchant les municipalités dans les villages voisins ; on entend tout ce qui se fera pour lundy prochain et même à Roubaix, le maire est fait : c’est M. Constantin FLORIN. À Tourcoing ce sera M. Philippe DESURMONT. À Linselles, on entend rien.

235 Les moutons c’est pour partir lundy prochain 25 courant. Je ne serai pas gênée pour l’argent, ils doivent les livrer à Sequedin mardy. Dés que je donne mon billet d’acceptation, le marché suit.

236 Je prie Dieu qu’il vous conserve la santé, pour pouvoir vaincre les aristocrates. Je vous salue comme toute la famille et je suis sincèrement

237 mon cher Époux, votre très attachée femme
Angélique Delputte

238[Lettre du 24 janvier 1790 non publiée]

239 De Linselles ce 29 janvier 1790

240 Monsieur et mon cher Mary
J’ai reçu la votre en date du 24 courant [n. p.] par laquelle, j’apprend que c’était votre intention que les moutons seraient le lundy. Ils étaient prêts, mais le mauvais temps, la pluie ont empêché le départ, mardy. L’intention demeure d’être au marché de Sceaux lundy, mais je crains avec le mauvais temps que nous essuyons, que s’il en fait de même dans l’endroit où il est, qu’il ne pourra arriver que le jeudy. Le berger est parti le mardy matin de bonne heure pour prolonger l’achat d’un jour qu’il avait fait à Loos et Versailles ; il est parti ensuite avec les moutons, pour les conduire jusqu’au faubourg des malades, le berger en a encore acheté 24 à Lille, mercredy, d’après ce qu’il a dit à Catherine, à 2 patars moins cher que les autres et ainsi la bande sera de 131 ; je lui ai donné votre adresse pour qu’il vous fasse parvenir des nouvelles. À la Basse Cerise, ils regrettaient de ne les avoir pas vendus, quand il y a été ; ils n’étaient pas encore vendus mardy, chez DANSETTE non plus.

241 Le bled, mercredy a encore été vendu 25 et 5 gros, mais il ne serait pas surprenant qu’il y aurait eu du bled de mannée à 18 ou 19 à ce que l’on dit. Que les bons froments sont rares cette année et il arrive qu’on battra du bled de dîme, un cent de gerbes pour en avoir un havot rempli de cruaud et d’ordures et ainsi jugez de l’ensemble.

242 À ce que j’ai entendu, le cousin LECOMTE ne sera pas longtemps sans faire savoir pour faire l’achat de ses moutons ; je serai dans le cas d’envoyer Antoine CASTELAIN et pour le prix, je ne sais pas ce qu’ils valent, si ce n’est que mon frère ODON a dit que le sieur PLATEL de Loos avait été voir ses moutons et qu’il en avait offert 20 florins à prendre fin janvier avec les laines, mais ils sont un an plus jeunes que ceux de chez LECOMTE et il ne les a pas laissés moins que 21 florins.

243 Quant aux municipalités, à Linselles, à Bousbecque, à Roncq, il n’y a encore rien de fait. À ce que j’entend, ils aimeraient bien laisser faire les autres villages avant, pour prendre exemple, pour voir comment ils font. Il y a tant d’articles à observer et ils sont fort obscurs. Il est impossible de les pouvoir tous observer. À Halluin, le Maire c’est DELANNOY, menuisier, le frère du charpentier ; il n’y a que François LEMAITRE qui est rétabli, les autres sont tous nouveaux. GAHYDE, LEPERS, à la ferme du bailly, DUFLOS, PLOUY, ODON. les autres, j’ai oublié. À Bon dues, Jacques DELCOURT, maire, je ne sais que le cousin LAMBLIN. A Tourcoing, Philippe DESURMONT, maire et le cousin DESURMONT est dedans. À Lille, il n’y a que le maire de fait, qui est un négociant et voilà tout ce que je sais pour le présent.

244 Touchant ELOY, je n’avais pas fait attention sur le registre ; j’avais toujours idée que vous n’aviez pas payé l’an passé, j’ai trouvé le contraire. Vous ne devez que quarante et un florins et, par conséquent, je ne serai pas gêné en rien. J’en ai reçu cette année trois cents vingt neuf, je ferai déduction de quatre du cent ou je lui donnerai de l’argent à compte. Je crois que c’est à 30 patars du « muis », que vous payez. Si ce n’est pas comme ça, vous me le marquerez.

245 J’ai été à l’obit de notre père et mère, lundy passé et je ne suis revenu que mardy. Les frères et sœurs vous font des compliments et on a bu à votre bonne santé. Le Père NICAISE est infirme depuis trois semaines : il a eu une espèce d’érysipel au pied. On l’a percé, je crois que la « mortification » s’y fourrait ; il ne va pas trop bien avec.

  • 13 Cet homme du Jura, Jean-Jacob, âgé de 120 ans, a été présenté à l’Assemblée nationale le 23 octobr (...)

246 Mon frère le curé d’Annoeullin m’a rendu une visite. Je l’ai trouvé à la maison mardy, il est venu pour dîner. Il m’a chargé de vous faire des compliments et de vous souhaiter une heureuse année et il m’a dit qu’il n’avait pas reçu de lettres de vous, mais je crois que sous peu, il vous écrira. Il m’a prié de vous demander de lui faire parvenir l’estampe de cet homme du mont Jura, qui a 120 ans ; on lui a dit qu’on les vendait à Paris 13 Ce serait pour l’avoir en couleur et ils valent un écu. Il est parti à midi ; le chariot l’a conduit jusqu’à Lille et il n’est pas sorti de la maison depuis mardy ; sa visite m’a fait plaisir, mais il m’a dit qu’il n’est pas possible que vous puissiez être de retour à Pâques.

247 Au moment où je vous écris, je viens de recevoir votre lettre datée du 26. Vous me dites que je ne vous ai pas marqué la quantité de vos moutons. C’est un oubli de ma part, si je ne l’avais pas encore marqué. Il y en a 50 et 59 d’achat et puis 27 à Lille que le berger a achetés. Cela fera 131.

248 Je suis bien fâché que vous soyez inquiété de me faire parvenir de l’argent ; je n’en ai point parlé au cousin VERMESCH, de plus, je n’en ai pas besoin. J’ai compté ce matin, j’ai touché plus de deux cents livres de gros, le berger n’a demandé que trois louis et pour les laines, le berger vous en dira les raisons.

249 Je suis pressée pour la poste, je vous souhaite une bonne santé pour pouvoir supporter vos misères. Ceux qui lisent les journaux le disent, que vous travaillez à force et on dira dans la suite qu’il est incroyable de retourner un royaume en si peu de temps.

250 Des compliments de vos enfants et de mon frère et je suis

251 mon cher Époux, votre très attachée femme
Angélique Delputte

252 De Linselles le 30 janvier 1790

253 Monsieur et mon cher Mary,
Je viens de recevoir votre lettre datée du 26. Je profite du même messager, pour vous en voyer aussitôt des nouvelles. Vous me dites que je trouverai dans l’inclus, un billet d’ordres de M. le baron d’ELBHECQ de la valeur de 600 francs. J’ai fouiné partout et dans les imprimés de même, je n’ai pas trouvé de billet d’ordre et nous avons examiné le cachet avec mon frère, je ne crois pas qu’elle ait pu être ouverte ; je suppose que vous vous aurez cru la mettre dedans et que vous l’aurez oubliée ; vous m’en donnerez des nouvelles de suite.

254 J’ai fait parvenir une lettre pour le berger, je l’ai fait adresser au sieur LEPRETRE à Bapaume, pour qu’il vous fasse savoir son arrivée au Bourget, parce que les BONTE sont partis huit jours avant le berger et, s’ils le trouvent bon, ils pourront renvoyer de suite à Halluin. C’est pourquoi vous pouvez vous précautionner.

  • 14 Angélique Lepoutre-Delputte utilise, pour désigner les membres des nouvelles municipalités élues, (...)

255 Vous me dites encore du sieur TIBERGHIEN. Je suis bien sûr que ce que vous dites est entièrement faux ; il m’a parlé d’un trop bon cœur, pour que cela soit. Je mettrais mon doigt à couper que cela est faux. De plus il est fait échevin 14 de Tourcoing.

256 En attendant de vos nouvelles, je suis

257 mon cher Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

258 J’aurai soin de la toile et des échantillons.

259 Vous envoye lettre adressée à M. LEPOUTRE, député du bailliage de Lille en Flandre à l’Hôtel de la Réunion, rue des Moineaux à Paris.

Février 1790

260 De Linselles ce 2 février 1790

261 Monsieur et mon Amy,
J’ai reçu votre lettre en date du 28 avec le billet d’ordre que Benjamin m’a apporté dimanche soir, jetais très inquiète. Vous m’avez donné une erreur touchant le sieur TIBERGHIEN, vous n’aviez pas tant de droit que je n’ai pour votre oubli. De plus, j’en attend encore une pour les compliments de mon frère le curé d’Annouellin, sa gouvernante est venue hier, je luy ai dit d’avance.

262 Si le temps le permet, je compte aller à Lille mercredy prochain avec une voiture de grains, je ne manquerai pas d’aller saluer le sieur DELDICQUE et je vous ferai part de sa façon de penser ; comme je comprend que vous aimeriez que je fasse planter du tabac, vous m’indiquerez le plan que vous désirez que je fasse avec les entrepreneurs et comment vous avez fait les autres fois.

263 Concernant la pièce de toile, j’ai donné votre adresse à Jacques CUVELLE, pour qu’il la remette aux mains de M. HOVYN, pour qu’il vous fasse parvenir la dite toile ; ce sera un voiturier qui l’amènera et je luy ai dit qu’il l’envoye à son compte, et quand j’aurai des nouvelles, qu’elle sera à Paris, je lui enverrai l’argent et, concernant les échantillons, il faudra encore une douzaine de jours, avant qu’il puisse en envoyer, parce qu’il lui faut du temps pour faire son choix. Le neveu m’a envoyé des nouvelles par lettre et il ne s’explique pas très bien, vous en aurez des nouvelles plus tard.

264 Concernant les municipalités, à Linselles, ce sera pour lundy 8, à Bousbecque pour le 8 également, m’a-t-on dit ; à Neuville, ça a été le 1 er du mois, c’est le maire Jean-Baptiste CATTEAU, notre parent, fermier au Vert-Bois.

265 À Comines, c’est le sieur GOEMANE ; à Quesnoy c’est GHESQUIERE, brasseur, chez qui le cousin LEPOUTRE prenait sa bière, vous devez le connaître ; à Roncq, ça doit être pour jeudy prochain. On m’a dit aujourd’huy qu’à Bondues, il y a eu un peu de brouille, selon ce qu’a entendu dire notre domestique : le cousin LAMBLIN avait 21 voix et DELCOURT n’en avait que 19 et on m’a dit qu’on ne voulait pas avoir un étranger pour gouverner le village, j’en serai peut-être plus instruit demain ; à Marcq le maire est un certain SALEMBIERCOURTILEU, un homme qui s’y entend très bien ; un petit fermier du coté de Fives ; à Marquette, c’est DEBONNET.

266 Au sujet des mariages, à Linselles, DELATTRE épouse aujourd’huy la fille DUPUIS, nièce de mon frère ODON. La veuve BAILLEUR de Pont-à-Marcq doit épouser cette semaine un certain ROUZÉ, autrefois brasseur à Marcq, déchus de leur brasserie ; il reste à présent à Lille. On dit qu’il est un homme d’esprit.

267 Mon frère le curé d’Annoeullin m’a dit qu’il semblait bien qu’on aurait laissé le Haut Clergé, comme il était et qu’il aurait payé au Roy les deux tiers de leur revenu et que l’Assemblée aurait fait le bail des fermiers. Je saurais volontiers de vous si cela est vrai ou non.

268 J’ai reçu des compliments du cousin VERMESCH par le domestique ; demain, il doit venir à Lille sur notre chariot. On n’a rien fait en labours, il a toujours plu cette semaine. Je viens de recevoir une lettre de Poissy ; à ce qu’il me dit, le mouton ne domine pas ; mais il m’annonce que BONTE a vendu, le jeudy 28, 15 F et par conséquent, je crois qu’il achètera tout avant nous.

269 Je souhaite que votre rhume puisse finir avant le mien : je crois que c’est comme un air qui a régné.

270 Des compliments de vos enfants et de mon frère et suis en attendant de vos nouvelles.

271 Mon cher Époux, votre très attachée femme
Angélique Delputte

272 La petite poste vient de me dire qu’on a de la peine à Lille de faire les municipalités, il n’y en a encore que six de faits.

273 De Linselles ce 5 février 1790

274 Monsieur et mon Amy
Je me suis rendu à Lille chez Monsieur DELDICQUE, suivant que vous m’aviez dit dans votre lettre du 28. En arrivant j’ai parlé, M. DELDICQUE n’était pas chez lui ; sa femme m’a prié de bien vouloir passer l’après-midi. Je me suis excusé prés de sa femme, que si ça lui était égal, comme j’avais de la peine à marcher, j’aurais été charmé de le recevoir aujourd’huy, attendu que j’étais en ville. J’ai demandé l’heure à laquelle je devais me rendre ; elle m’a dit que je ne devais pas me gêner, qu’elle aurait demandé sa façon de penser à son homme et quand je me suis rendu l’après-midi, elle m’a donné tout de suite les 600 francs. Je n’ai pas dit grand chose, mais suivant ce que j’ai compris, il y a encore quelque chose. De plus à ce que l’on dit, le baron d’ELBHECQUE est un parfait honnête homme et, moi, je considère ces gens-là comme de braves gens.

275 Avec ces 800 francs, je voudrais récupérer mes louis, qui sont chez DUPLOUY depuis que j’ai fait l’échange pour porter l’argent à M. LEGRAND ; j’aurais ici 48 louis ; on dit à Lille qu’il faut donner 6 sous pour un louis et à Paris 20, il faut bien croire qu’ils sont bien rares à présent.

276 Je n’ai rien de particulier à vous dire, mais je sais qu’on a fait la municipalité hier à Roncq, mais je n’ai pas appris qui était le maire. A Houplines, c’est le sieur LEMESRE, qui est maire ; à Wambrechies, c’est un certain DELPORTE, à Bousbecque, on dit beaucoup que ce sera COUROUBLE ou BONDUELLE, ce sera une fameuse déception pour LECOMTE, ça n’ira pas bien, s’il ne l’est pas. A Linselles, le curé a fait une exhortation, pour qu’on choisisse un homme capable de mettre la paix dans la paroisse, c’est pour lundy prochain et à Bousbecque, c’est pour mardy.

277 J’ai parlé à BONTE, dit Saint Pierre ; mercredy à Lille, je lui ai demandé le prix des tourteaux de quintage. Il m’a dit 16 livres pesant entre 9 et 10 marcs. Je ne sais pas combien j’en dois prendre. Si M. Louis de FOUQUIERE avait encore son pigeonnier, je n’en prendrais pas tant. Pour les cendres, François de Marcq est venu dimanche passé, j’en ai retenu comme l’an passé.

278 Je suis inquiète de ne pas recevoir de vos nouvelles, ni de celles du berger, pour les moutons, je ne sais rien. Je n’ai pas encore appris à Halluin s’ils sont vendus.

279 Mon frère CUVELLE est venu hier à la maison souhaiter une heureuse année et il vous fait les mêmes souhaits.

280 Le grain a été vendu 24, mais c’est toujours le plus haut du marché. COUROUBLE a vendu 22 et on m’a dit que le bled de manée valait 17 et 18 pesant 245.

281 Je compte aller rendre visite aujourd’huy au cousin DESURMONT pour le féliciter de son nouvel emploi et pour demander de la bière.

282 Je vous souhaite une meilleure santé et je ne cesse de faire prier le Seigneur pour la conservation de vos jours.

283 Je suis en attendant de vos nouvelles le plus tôt possible

284 Monsieur, mon cher Époux, votre très attachée femme
Angélique Delputte

285 Des compliments de vos enfants.

286 Je profite de l’occasion de la servante du curé d’Annoeullin pour vous faire parvenir ma lettre aujourd’huy. Vous m’avez dit dans une de vos lettres que vous m’aviez marqué l’arrivée du beurre. Je suppose que vous aviez cru l’avoir marqué, mais je ne l’ai pas vu et pour le pot et l’emballage, je suppose que c’est à peu prés cela aux environs de 16 à 17 sous.

287 De Linselles ce 9 février 1790

288 Monsieur et mon cher Amy,
J’ai eu la consolation de recevoir votre lettre datée du 2 courant mais aussi, vous me percez le cœur, en me disant de vous revoir dans le courant de l’année. Si vous deviez être un si long temps, comme il y en a qui le prétendent, ne pourriez-vous pas obtenir une vacance de quinze jours ou trois semaines, comme il y en a tant qui l’obtiennent pour nous revoir au sein de notre famille. C’est bien malheureux pour nous d’être si longtemps éloignés l’un de l’autre.

289 J’ai été rendre visite au cousin DESURMONT, comme je nous l’avais marqué. J’avais entendu dire qu’il avait le dessein de faire acheter des toiles pour en être marchand et c’était pour me mettre d’accord avec lui, si vous y consentez. Les toiles grises, à présent, sont à très bon compte. J’en ai vu chez luy trois pièces de la largeur de six quarts, plus fines que nos toiles de ménage, un fil qui court depuis deux ans et demi jusqu’à trois ans, pour le prix de 18 patars. À ce prix là, il y a toujours à gagner. Comme vous êtes à présent dans l’endroit, vous pourriez vous faire des amis et créer des débouchés pour plus tard. Vous me direz votre façon de penser, si c’est en fin ou en gros pour le mieux qu’on doit faire les achats. Le cousin a un commissionnaire, qui va tous les lundy à Courtray et il est d’accord avec pour 24 patars à la pièce de toile ; je compte que je peux toujours mettre aux environs de 600 F. Vous me direz votre façon de penser.

290 En étant à Tourcoing, j’ai rencontré VERMESCH, qui était allé pour le notariat de DIRDANQUE d’Halluin ; la mise à prix est passée au dessus de luy pour le prix de trois mille cent quarante florins, c’était chez AMAND, M. DELAHAYE était là, mais j’ai dit qu’il était dangereux de postuler des places comme celles-là, au temps où nous sommes.

291 DELAHAYE a dit que le sieur LEZAIRE de Cysoing avait reçu une lettre de vous, datée du 30, disant que vous croyez beaucoup que ces places ne seront pas supprimées.

292 Au moment où je vous écrit, je reçois votre lettre : une bonne nouvelle ! Vous dites que le Roy est venu dans votre Assemblée et ce qui me fait plus de plaisir, c’est que les ennemis du bien public seront vaincus et que vous serez plus en sûreté.

293 On m’a dit que la dame de Roncq avait envoyé une lettre aux échevins, pour que son lieutenant soit fait maire de la paroisse, mais elle n’a pas été écoutée, puisque c’est le sieur LEZAIRE qui est maire et il a fait un nouveau sergent et il n’y a plus d’anciens échevins, qui soient en service. Tous sont nouveaux.

294 On m’a dit que la semaine passée, le curé de Linselles avait donné un repas et que ies DERVAUX, le cousin VENANT et encore plusieurs autres ont bu d’avance à la santé du maire, qui était VENANT ; c’était Madame qui le faisait vous savez qui je veux dire. On m’a dit qu’elle disait que ç’aurait été les mêmes échevins, puisque Madame LAURAGUAY ne les avait pas démissionnes, ni les sergents également. Elle faisait croire cela à tous, mais elle ne pourra pas réussir dans son dessein. Louis m’a rapporté la liste des municipalités.

Liste de ceux de Linselles

Liste de ceux de Bousbecque

Balthazar LEP ERS, maire

Cousin COUROUBLE, maire

Cousin LIBERT du Gavre

Baptiste DALLE

Pierre-Jean DELOBEL

Gille CASTELAIN

Jean-Baptiste DELANNOY de la Viscour

Antoine HASBROUCQUE

DELFORTERIE au près de Linselles

Alexis ROUCAU duchemin des vaches

DUQUESNOY de la Longue Cour

Jean-Baptiste ROUCAU

295 J’ai reçu une lettre de Poissy de Thomas LEMAIRE ; à ce que j’entend le marché est à l’ordinaire, comme vous me dites ; je n’ai pas encore reçu de nouvelles du berger, j’en suis inquiète, peut-être n’a-t-il pas reçu ma lettre.

296 J’ai envoyé le nouvel an au Père NICAISE lundy dernier : il m’a dit de vous faire des compliments et suivant ce qu’il m’a dit que ses laroses [ ?] qu’il a au pied, ils ne vont qu’entre les deux avec.

297 Le frère de Rekkem on espère qu’il y aura bonne suite, mais il faut du temps : il doit être trois semaines sans pouvoir poser le pied ; ils vous font des compliments, de même mon frère ODON et mon frère Isidore, qui était à Rekkem. Nous avons partagé la joie que vous avez ressentie le 4 février avec les domestiques et les ouvriers, ils ont demandé de pouvoir tirer quelques décharges pour tuer le reste des aristocrates, on a fait 7 à 8 décharges, en criant « Vive le Roy », « Vive l’Assemblée Nationale » ! Il y a eu des voisins qui sont venus demander, si vous étiez de retour, après avoir entendu ce bruit. Cela a duré pendant une heure. Ils vous font des compliments et ils vous remercient de vos bonnes intentions, on n’a pas encore eu tant de plaisir depuis votre départ. Les enfants étaient venus pour participer à la joie !

298 Ils vous saluent et vous demandent la bénédiction, espérant de vous revoir !

299 Mon cher Époux, votre très attachée femme
Angélique Delputte

300 De Linselles le 12 février 1790

301 Monsieur et mon cher Mary
J’ai reçu votre lettre en date du 7 courant par laquelle j’apprends que vous avez reçu des nouvelles du berger, qui doit vous rejoindre mercredy. J’aurais volontiers désiré d’être pour un peu de temps à sa place ; nous aurions eu la douce consolation de nous revoir et de nous parler ; mais j’espère que vous donnerez de bonnes nouvelles au berger et pour l’argent de vos moutons, vous verrez à faire pour le mieux. Je n’ai pas encore été payer les tailles chez DELATTRE et vous me direz si je dois payer les 50 F de gros du quart de nos revenus.

302 A présent, on commence à entendre, par endroits, les misères des anciens magistrats ; à Roncq, à ce qu’on entend, cette grille qu’on a fait au chœur ce pavé de marbre n’est pas encore payé ; la municipalité veut que les magistrats rendent leur compte ; ils disent que Madame est partie avec tous les papiers ; on est parti avant hier, pour aller chercher Madame. Le maire a dit qu’elle avait du beau mobilier dans son château, qu’on aurait pu le vendre, ce qu’elle a commencé de faire.

303 La maison nouvelle communale, on voudrait savoir avec quels deniers, elle a été payée. À Mouvaux, voilà trente ans que le clocher est bâti ; ils ont pris de l’argent à intérêt, il n’est pas encore à beaucoup prés, tout payé. On dit que ce sera le magistrat qui sera responsable.

304 Nous maillotons le lin, les marchands ne seront pas longtemps sans en mettre dans l’eau ; ils comptent faire comme l’an passé deux rouissages *. J’ai demandé quelques uns de nos domestiques : SAMIN de Comines, il reste l’autre des SAMINS, je ne sais pas ce que je dois faire le demander ou non, pendant le mois d’août, il était très paresseux. Pour carton *, je compte sur Pierre-Antoine DELANNOY. Alexis, je luy ai demandé, il avait dit à mon frère qu’il se serait bien loué ; je lui ai demandé, pour neuf mois, combien il voulait gagner, il m’a demande 15 francs de gros et deux avots de bled, qui fait 16 ; là-dessus, je n’ai rien offert, j’ai dit que je vous aurais consulté et que vous auriez dit votre façon de penser.

305 J’ai des compliments à vous faire de la part de DELANNOY-DELCOURT : il est venu hier, en voilà deux qui me le disent : NOLF, le garçon de Dorothée PICAVET avait cherché des suffrages pour être élu président, on lui a fait l’affront en disant qu’il n’avait pas un mot à dire et qu’il n’avait qu’à sortir.

306 En attendant vos réponses le plus tôt possible, vous me dites votre assiduité à votre Assemblée ; ne faites pas tort à votre santé, car vous avez grand besoin d’être ici.

307 Je reste en vous embrassant de cœur ; des compliments de vos enfants et je suis Monsieur mon Mary

308 votre très attachée femme
Angélique DELPUTTE

309 Antoine CASTELAIN, le père du berger m’a dit hier que les moutons de la Basse Cerne ne sont pas encore vendus. Les BONTE y ont été, ils ont offert onze écus à en avoir un en dedans et qu’on leur a laissé pour 11 et 12 patars sans rien en dedans, DANSETTE n’a pas encore vendu... Pour aller chez le cousin LECOMTE, on diffère tant que le berger sera de retour. Selon les dire, le mouton maigre augmente un peu.

310 Linselles le 16 février 1790

311 Monsieur Mon cher Mary,
J’ai eu la satisfaction de recevoir de vos nouvelles, plus tôt que je ne le croyais. Le berger est arrivé dimanche soir, j’ai été agréablement surprise. Il est arrivé à bon port avec sa charge d’argent. Quand on a dit que le berger était à la porte, toute la maison a sauté de joie, pour savoir comment vous vous portiez Il m’a dit que vous vous portiez parfaitement. Toute la famille a reçu le baiser que vous lui avez donné. Le lendemain, nous avons compté l’argent, en premier les moutons qu’il doit à Lille, ou s’ils ne sont pas à Lille, il ira chez eux, c’est-à-dire l’endroit qu’il a fait. Nous avons compté les frais de route qu’il a encore à faire, les deux moutons qu’il a vendus, qui sont encore à recevoir, les 206 francs que vous avez retenus, il nous reste en boni 262 francs ; j’ai noté le tout pour en faire le partage à votre retour.

312 Le berger a été à la Basse Cerne, pour voir si les moutons étaient vendus et pour faire vos compliments ; ils avaient été vendus jeudy dernier pour Dunkerque, à ce qu’il a dit et chez DANSETTE aussi. Ils n’ont pas beaucoup profité au dessus de l’offre que le berger avait faite, à ce qu’ont dit ceux de la Basse Cense.

313 Le berger compte toujours se reposer encore trois ou quatre semaines, sans autre nouvelle ; il doit aller chez le cousin LECOMTE vendredy pour en faire l’achat avec mon frère Constantin, mais je crois qu’ils ne feront rien, qu’il les tiendra trop chers.

314 Le cousin DESURMONT m’a rendu visite hier, il m’a dit qu’il continue de faire acheter des toiles, qu’il en a une dizaine d’achats et, hier, son commissionnaire devait encore en acheter cinq ou six. J’ai dit que j’y aurais été dans une dizaine de jours pour voir les achats qu’il avait fait. Il m’a prié de vous dire que vous auriez pu voir des débouchés pour pouvoir les sortir et il m’a dit aussi que depuis quatre jours, il n’a pas reçu les journaux et qu’il y en avait encore d’autres qu’il n’avait pas reçus auparavant.

315 Les sortes de toiles qu’il achète à présent sont d’une finesse comme vos fines chemises à manchettes et cela pour le prix de 24 patars, grises, largeur de 5cars ½.

316 Des compliments de tous ceux dont je vous parle ici et de toute la famille et vos enfants vous demandent la bénédiction. Charlotte vous remercie de vos belles fleurs. Elle a dansé de joie en voyant ces fleurs et qui venaient de son Père. Je vous souhaite une continuation de santé pour pouvoir supporter vos fatigues et je vous embrasse de cœur en attendant 1’heureux moment

317 Monsieur et mon cher Amy, votre très attachée femme
Angélique DELPUTTE

318 J’ai loué un carton * qui est ROUZÉ frère au cabaret du Pont-à-Marcq, aujourd’huy ; un carton de famille, dont je crois vous serez content, quand vous le verrez ; au prix de quatorze livres et demy par mois. Il est venu hier à ménage pour être carton égal ; il n’a pas voulu se faire argent ; il a dit que je luy aurais donné comme je donne aux autres.

319 Je dois aller demain à Lille, avec une voiture de grains ; il faut des tourteaux et des fèves et il faut ramener les vidanges du curé d’Annoeullin, frère qui sont au « pagus de la barque » à Lille

320 Linselles le 19 février 1790

321 Monsieur et mon cher Époux
Je ne saurais vous exprimer la joie que j’ai eue en recevant votre lettre datée du 13 courant par laquelle vous me dites de prendre une vacance, sitôt que l’organisation de notre département sera formée, pour sept à huit jours. Ce sera un court séjour, mais c’est toujours pour se voir et pouvoir se parler. J’espère le savoir d’avance, pour que je puisse venir à votre rencontre à Lille, tout au moins.

322 Quand vous aurez reçu la pièce de toile du sieur HOVYN, vous m’en ferez part, pour que j’envoye de l’argent à Jacques CUVELLE, pour qu’il la paye. Ce ne sera jamais plus de 48 écus, mais je ne sais ce qu’il faudra payer pour les frais de route.

323 Quand votre vin de Dijon sera arrivé, il sera mis en bouteille 15 jours après pour être prêt à boire pour nos noces.

324 Le cousin VERMESCH m’a dit de vous dire que si le notariat de Vandirke ne se passe définitivement que le 15 mars, qu’il ne peut pas se passer avant il serait charmé de savoir de votre part combien il devra payer pour les provisions. Le secrétaire greffier est DERVAUX nommé à la pluralité des voix.

325 Monsieur le curé m’a rendu visite cet après-midi. Il m’a dit qu’il a été très charmé que le Ray ait rendu visite à l’Assemblée et prononcé un discours. Il n’a pas trouvé à propos de lire le discours du Roy, parce qu’il avait à lire le mandement de Carême ; depuis, il attend de recevoir des ordres pour chanter une messe solennelle d’action de grâces et, alors, en recommandant cette messe, il pourra dire quelques mots du discours. J’ai envoyé vos exemplaires qui portent pour titre l’« Assemblée Nationale aux Français » aux maires que vous m’avez indiqués ; ça leur a fait plaisir, surtout à LEZAIRE de Roncq ; ils vous font tous des compliments.

326 Vous me dites de remettre 200 francs au sieur LAMBIN de Comines, ça ne me gêne pas du tout ; mais vous me direz si ce n’est pas luy, qui est collecteur de Bousbecque, je pourrai payer tout ensemble.

327 Vous me dites que vous ne m’avez pas compris concernant mon frère de Rekkem ; je vous ai dit qu’il a la cheville déboîtée, mais à présent, ça va mieux. Il compte d’aller à la messe dimanche, avec un cheval et de me rendre visite la semaine prochaine.

328 Henri HENNION m’a priée de vous demander de lui faire savoir si vous croyez que le reculement des barrières aura lieu sous peu ; il serait charmé de le savoir, pour qu’il fasse ses provisions de marchandises. De mon coté, je luy ai dit que ça n aurait pas lieu avant le mois d’octobre.

329 Je finis, cher Amy, en attendant la satisfaction de nous revoir.

330 Des compliments de toute la famille et je suis

331 Monsieur et mon Amy, votre très attachée femme
Angélique DELPUTTE

332 Mon frère avec le berger ont été chez le cousin LECOMTE. Ils en ont acheté 104, à choisir hors de 127 pour le prix de quarante livres, deux en dedans qui ne font pas de comptes. L’achat est meilleur que l’an passé, hors que les laines seront plus grosses.

333 Toussaint GRAVE me prie toujours de vous mettre en mémoire, l’article de son procès, je vous prie d’y faire attention ; il ne se passe pas une semaine sans qu’il vienne aux nouvelles, pour savoir comment vous vous portez et il prie Dieu pour vous.

334 Après ce beau temps, nous commençons à engraisser les trèfles avec des cendres, ainsi que les lins. Mon frère me dit qu’il croit que le curé d’Annoeullin tremble trop pour vous écrire ; les garçons y ont été dimanche.

335 Lundy, on fait les municipalités, il a été fait président.

336 Linselles le 23 février 1790

337 Monsieur et mon cher Époux,
J’ai reçu votre lettre en date du 17 courant par laquelle vous me dites que vous avez reçu la pièce de toile ; je ne peux pas vous dire au juste combien elle coûtera. Demain je dois envoyer de l’argent à Jacques CUVELLE, pour qu’il aille satisfaire Monsieur HOVYN et quant aux autres commissions, soyez sûr quelles seront exécutées.

338 Demain le berger doit aller à Lille pour payer les tourteaux *, je luy donnerai les 171-13-6 pour qu’il les remette à RENART, pour que celui-ci les remette à Barthélemy DUBOIS.

339 Samedy dernier, Balthazar LEPERS, notre maire est venu demander la confiance dont il a besoin de votre part pour les conseils. Il n’aime pas beaucoup de consulter le greffier ; il veut tenir sa place, c’est pourquoi il demande votre protection pour pouvoir remplir les fonctions de son état ; sans risquer les critiques. Vous savez Linselles, comme il est. Les anciens magistrats avaient tous donné leur voix, l’un sur l’autre, dans l’espoir d’être encore tous admis à la municipalité, mais cela n’a pas réussi à leur goût ; il y en a un, le maire voudrait qu’il ne soit pas. Il demande, concernant la garde, elle se néglige dans toutes nos paroisses, quoiqu’on n’entende parler d’aucune misère. Je crois qu’elle n’est pas nécessaire, d’ailleurs pour les dimanches soir ; on sonne toujours la cloche ; mais il n’y a plus personne, qui accepte de faire la visite. Il saurait volontiers à quel taux, il doit mettre l’amende, s’il serait soutenu par l’Assemblée.

340 Quand sera-t-il question de faire les chefs-lieux ; il y a tant d’articles qu’on se perd l’un dans l’autre. Si vous pouviez, sans vous gêner, donner un peu d’explications par écrit, cela lui ferait plaisir. Je luy ai dit de venir en toute confiance et que vous feriez tout ce que vous pourriez pour luy faire plaisir.

341 Nous profitons du beau temps de la saison pour voiturer les fumiers pour les fèves et les plantations de tabac. J’ai fait accord hier avec VANDAME et DELANNOY. D’abord, ils devront semer les plants, les cultiver à leur dépens ; ils auront un tiers du produit, jusqu’au prix de 25 florins du cent ; s’il arrive qu’ils rendent davantage, ce sera votre profit s’ils rendent moins que 25, ils auront la moitié des petites feuilles, sous condition qu’ils devront faire constater le filé, mais je dois livrer la matière, de plus ils auront la soupe quand ils le manotront *. Ils devront l’entretenir jusqu’à la livrance.

342 Je viens de recevoir, en ce moment, votre lettre du 21. Je donnerai de l’argent, pour qu’il le donne à RENART, pour la voiture de cette demi-pièce de vin. Je lui remettrai 26 écus, je ne sais pas si ce sera assez ou non. Dans huit jours, je pourrai peut-être aller à Lille. Je donnerai toujours la commission au berger de dire à RENART savoir s’il ne pourrait pas connaître le membre qui a fait cette lettre dont vous me parlez.

343 Je vous souhaite une parfaite santé ; des compliments de la famille.

344 Mon cher Amy, votre très attachée femme
Angélique DELPUTTE

345 Le berger m’a dit que vous étiez bientôt à la fin du beurre ; si vous en avez besoin, je vous prie de le faire savoir de suite, je pourrai en envoyer mercredy à Lille, car il faudra que j’y aille pour avoir des fèves. Je vous souhaite un bon reste de Carême.

346 Mon frère Isidore est venu hier avec Amélie, chez qui les enfants sont restés ; ils vous font des compliments. On m’a dit, dimanche, que le curé de Roncq a annoncé que le magistrat doit être assemblé pour ceux qui n’ont pas déclaré le quart de leur revenus et ceux qui seront en défaut, on l’écrira à l’Assemblée Nationale.

347[Lettre du 26 février non publiée]

348 De Linselles le 28 février 1790

349 Monsieur, mon cher Époux,

350 J’ai reçu votre lettre avec joie datée du 24. Vous me dites que nous pourrions nous voir avant les Pâques, (un terme de six semaines sur un an n’est pas important, je suppose que beaucoup de vos Messieurs en feront autant).

351 Le berger se plaint que ses moutons n’avancent pas beaucoup cette année. É ce que l’on entend, c’est un mal général ; Hier il est sorti pour en voir du côté de Baisieux sur la route de Lille à Tournay, on lui en avait proposés quand il est arrivé, les BONTE en avaient achetés le jour avant.

  • 15 Malgré les espoirs de beaucoup de Français, la Constituante fut évidemment dans l’impossibilité de (...)

352 J’ai été payer les tailles 15 chez DELATTRE, la somme montant à 533 livres 7 sols, je crois qu’il m’a demandé 13 patars pour les rentes des Wattines. Je ne sais pas si c’est lui qui est receveur, vous me direz si vous les payez d’ordinaire ; de plus, je n’ai pas payé pour ces deux maisons à Linselles, vous me marquerez si ce n’est pas à eux de payer leurs impositions.

353 Vous me dites que les moutons du cousin LECOMTE sont chers, mon frère ne trouve pas que ce soit hors de prix, parce qu’on pouvait choisir et en rebuter 23, c’est un avantage. C’est à prendre moitié le 25 mars, à la Notre-Dame et le reste après la tonte.

354 J’ai été hier chez le cousin DESTOMBES pour voir ses tourteaux, il avait dit qu’il aurait été charmé de m’en vendre, pour lui avoir compensation, quand il aurait acheté le colza, il n’aurait pas fallu donner tant d’argent. Nous avons fait le prix pour 5 milles à 16 francs 4 patars du cent étampés au poids de neuf livres et demi, secs ; mais je dois les envoyer chercher à Lille. Il augmente depuis trois ou quatre semaines, parce que tous les fermiers auront du tabac.

355 On a chanté la messe solennelle du Saint Esprit, jeudy dernier pour la municipalité ; au lieu de laisser faire du bruit, ils ont donné trois louis aux pauvres.

356 Vous me dites de faire des compliments à Monsieur le curé ; je suis contente de les faire, mais de lui dire qu’il est un peu aristocrate. C’était un peu trop pour une femme. Ce n’est pas que je croirais mentir ; mais je peux vous dire qu’il ne l’est, quand il est venu la dernière fois à la maison parce qu’il prévoit bien qu’ils sont obligés de céder. Je lui ai demandé pourquoi on disait à Linselles que l’Assemblée ne serait pas venue à bout et que vous n’en seriez pas sorti. Monsieur le curé s’est senti atteint, il a baissé le regard, n’a plus su quoi dire. On m’a dit cette semaine qu’il y avait quatre curés d’affichés sur la porte de Lille ; on les faisait passer pour des aristocrates, m’a-t-on dit et qui sont Bondues, Linselles et Neuville, et l’autre, il l’avait oublié. J’ai demandé si le curé de Bousbecque n’y était pas ; on m’a dit : non ! J’ai dit qu’il n’avait pas ce qu’il méritait, qu’il devait être le premier en tête.

357 Je ne suis pas gêné pour l’argent ; de plus, j’ai encore un peu de grain sur le grenier ; mais le tas de la grange est épuisé. Lundy, nous devons faire une « moye » de douze à treize milles, s’il fait beau, et puis nous en avons encore une de neuf milles, le plus beau bled de nos dépouilles. Nos colzas sont beaux, on ne peut pas désirer mieux, ils commencent à monter, nos bleds en herbe sont, aussi beaux, les limaçons ont donné un peu, il y a deux mois, mais ils repoussent à présent. On leur a donné des feuilles de choux à manger et on les a ramassés. Il a beaucoup plu sur les terres à présent, que lorsque vous partiez, l’an passé pour Paris.

358 Vous me demandez ce qu’on dit sur les religieux supprimés. Les aristocrates disent que la religion se perd et, cela, on sait pourquoi ils le disent, parce qu’ils ne sont pas venus à bout de leurs desseins. Les gens qui pensent bien disent qu’il n’y aura plus tant de scandales de donnés à la religion ; on n’a jamais vu, comme à présent, entendre dire par ces domestiques, que ces prêtres deviennent rouges, qu’ils arpentent les chemins. D’autres disent que ceux qui ont de grandes familles seront gênés pour l’établissement de leurs enfants. Notre curé m’a dit que tout cela était bien, mais qu’on n’aurait pas du permettre la sortie de ces religieux, parce qu’il n’y aura que les turbulents qui sortiront et qui seront dans le monde.

359 Au sujet des pensions, tout le monde dit que c’est bien, qu’ils pourront vivre honnêtement et de plus, faites aussi bien que vous voulez, il est impossible de faire au goût de tout le monde, parce qu’il y en a trop, qui ont leur intérêt particulier.

360 Des compliments de mon frère et de vos enfants et du cousin VERMESCH à qui j’ai parlé aujourd’huy. Il m’a dit qu’il était bien sensible à vos bonnes attentions et il m’a dit, que DERVAUX, quand il trouve un billet, qui était sur son nom, qu’il le déchirait tout de suite sur le nom de VERMESCH.

361 En attendant la satisfaction de nous revoir, je suis

362 Monsieur mon cher Amy, votre très attachée femme
Angélique DELPUTTE

MARS

363 De Linselles ce 4 mars 1790

364 Monsieur et mon cher Époux,
[...]
Vous trouverez cy-inclus, une lettre d’un « Impériaux Brabançon ». Il est venu cette semaine, pour savoir si je n’aurais pas voulu inclure sa lettre dans la mienne. Vous trouvez à propos de luy répondre ; je dois remettre la lettre à Barthélemy SIGIS à Linselles ; c’est son oncle qui l’a apportée, vous en ferez comme vous le trouverez bon. A ce que 1’on entend, ces gens-là apprennent beaucoup et je crois qu’ils ont à apprendre.

  • 16 Sur le général belge, voire note, lettre de Mr. Lepoutre du 22 avril 1790.

365 Monsieur VANDERMERSCH 16 est venu la semaine passée à Menin. On luy a fait beaucoup d’honneur ; on a chanté le Te Deum, je crois qu’il aurait mieux valu chanter le Miserere ; il a beaucoup d’impériaux dans le fond qu’on ne connaît pas. C’est pour savoir si vous avez l’intention de vendre votre achelins [ ?] ou vos planches qui sont sur le grenier. DANSETTE d’Halluin a envoyé le garçon BENY du Bla ton, qui en a besoin pour faire des nouveaux greniers dans une maison à Bourque. Le garçon BENY voudrait y demeurer, il doit se marier. Vous m’en donnerez ; des nouvelles de suite, si vous voulez les vendre ou non, et le prix ?

366 [...]

367 Nous avons parlé avec le cousin DESURMONT des couvents de Tourcoing. Pour les Ursulines, ces dames ont fait la déclaration de leur mobilier, dessus, des niaiseries de rien, comme vous verrez, tandis qu’elles ont tant de beaux meubles, je vous prie de faire attention à ceci. Le cousin DESURMONT m’a dit qu’il voudrait pour six francs de son argent, que l’Assemblée Nationale donnât une bonne goure à la municipalité de Tourcoing, pour avoir occasion de faire recommencer leur déclaration, le cousin n’en était pas content. Monsieur le curé a dit : « Voulez-vous qu’elles déclarent leurs pots de nuit ? « Comment, dit le cousin, leurs pots de nuit ? Elles n’ont pas moins de cent lits montés de deux matelas et des couvertures à proportion pour les pensionnaires et leur argenterie ? les lits pour la communauté ? de plus, elles ont prêté de l’argent. ? On sait qu’elles étaient accoutumées de faire des bâtiments, sans emprunter d’argent ! Voilà six ans, qu’elles ne font plus rien de nouveau. Vous pouvez faire des menaces à votre goût. ?

368 Ce n’est que pour les Ursulines. Les autres couvents ont assez bien déclaré, surtout les Récollets, ils ont déclaré jusqu’à leurs serviettes. Depuis, le cousin m’a dit aussi qu’il voudrait qu’on porte un décret : que celui qui critiquera l’Assemblée Nationale sera puni, cela ferait bien pour les prêtres.

369 [...]

370 Que le Bon Dieu vous conserve la santé. En attendant le moment de nous revoir, des compliments de mon frère et de la famille et je suis sincèrement

371 Monsieur et mon cher Amy, votre très attachée femme
Angélique DELPUTTE

372 De Linselles le 9 mars 1790

373 Monsieur et mon cher Époux,
Je suis charmé d’apprendre par votre lettre datée du 5 de mars que vous avez encore l’intention de prendre une vacance. Beaucoup de monde par ici prétendent que tous les députés, du moins, en partie auront une vacance à la fin de leur année et qu’on ne décrétera rien pendant leur vacance.

374 Il me semble que le greffier prend encore son ton de « Régisseur », comme cy devant. Sa medy, il a envoyé son sergent chez le cousin VERMESCH en disant de ne plus délivrer d’eau de vie aux ecclésiastiques sans qu’ils en payent l’impôt et la municipalité n’en était pas informée.

375 Monsieur le curé est venu hier avec M. DELCOURT me demander si j’avais reçu des ordres pour la Franchise. J’ai dit : « non ». Justement le maire était à la maison avec DELOBEL, premier échevin. Le cure a demandé au maire, s’il n’avait pas le droit de jouir de la franchise, aussi bien que les habitants. Je sais bien que cela ne subsistera plus longtemps, peut-être dix à quinze jours, trois semaines et ça finira et alors, nous paierons comme les autres. Le maire a dit qu’on en avait parlé à l’Assemblée, mais que rien n’a été délibéré. Le maire devait aller parler au greffier ce matin : par quel ordre, il avait commandé de faire payer les impôts aux prêtres, tandis qu’il n’avait encore reçu aucun ordre pour leur franchise. Les prêtres de la châtellenie, ils payent, eux, mais ce n’est qu’à Linselles que cela fait une différence, c’est pourquoi cela gène beaucoup le maire. Il m’a demandé votre adresse, il doit vous écrire sous peu de jours et vous demander de bien vouloir lui donner le projet pour faire parvenir cette lettre à l’Assemblée Nationale : il voudrait bien que cette lettre soit bien faite. Vous aussi, vous en avez vu de ces lettres et vous savez la façon de les rédiger. Le maire se plaint que les envois qui arrivent ne lui sont pas adressées en main ; elles sont chez le greffier ou à la longue cour. Je lui ai dit qu’il demande à voir l’adresse, il verra à qui elles sont adressées.

376 [...]

377 Je vous souhaite une bonne santé et patience dans vos misères, car il me semble qu’il y a quelque chose que vous ne me dites pas, je ne sais pas si c’est avec vos collègues ou pas.

378 Mon cher Amy, des compliments de vos enfants. Je les ai embrassés pour vous
votre très attachée femme
Angélique DELPUTTE

379[Lettre des 12, 15 et 18 mars non publiées]

380 De Linselles ce 23 mars 1790

381 Monsieur et mon cher Amy,
Je viens de recevoir votre lettre avec votre portrait, qui m’a fait bien plaisir ; je n’ai pas manqué de vous embrasser et vos enfants ont dit de venir demain, Charlotte et Louis. Si vous vous portez aussi bien que votre portrait, vous serez dans le cas d’agrandir votre lit ; je suis charmée de vousvoir aussi bien portant.

382 Vous me parlez de faire scier des lattraux, mais vous ne me dites pas de quelle longueur vous les voulez avoir, vous m’en ferez part à votre première.

383 Le sieur LAMBIN de Comines est fait maire de la ville. Je crois vous l’avoir marqué dans ma dernière. Dimanche, j’ai envoyé SAMIN. Il a dit qu’il y avait bien cinq semaines qu’il n’avait pas reçu de lettre de vous. Il doit venir dans le courant de cette semaine ; la joie était dans la famille ; sa femme était accouchée d’un garçon, la nuit du samedy au dimanche.

384 Vous me demandez le prix des avoines, elles valent à Lille, depuis un écu jusqu’à cinq livres et demi. Vous feriez pas mal d’en acheter une bonne quantité à ces prix-là. Je n’en ai pas encore acheté ; nous nous servons de notre dépouille ; nous en aurons encore aux environs pour six semaines. Pour le prix de l’orge et de la pamelle *, je n’en suis pas informé ; mais à ma première, je pourrai vous informer. Demain, on doit aller à Lille avec une voiture de bled, pour ramener encore des fèves pour les moutons et deux sacs d’orge, à faire moudre pour les chevaux ; les fèves ne valent que neuf livres, une couronne, les belles.

385 Vous me dites que je ne vous apprend pas quand le berger se mettra en route. Je vous ai dit qu’il a fait son achat à prendre à la semaine sainte et par conséquent, il compte partir le 1er avril pour le quinze à Poissy. Il n’aime pas de se trouver au marché de Sceaux le lundy, parce qu’il arrive souvent que c’est un mauvais marché, il n’est pas encore décidé, s’il prend tous les nôtres, oui ou non ; ils sont tous tondus, il y en a 50 qui sont bons ; les autres sont un peu en dessous. Chez les cousins LAMBLIN, ils sont bons aussi ; chez GAHYDE, ils ne sont pas mal ; il en aura toujours 130. On tond à présent ceux de chez GAHYDE.

386 Je ne paierai qu’un tiers, comme vous me dites, du don patriotique. Je crois qu’il n’y a encore personne de désigné pour le recevoir.

387 Vous me direz un peu, entre nous, s’il est vrai que Monsieur le curé de Saint-Pierre a fait une motion, touchant la suppression de toutes les religieuses. Cette motion n’a pas pu sortir et il n’y aura pas de journaux ce jour-là, le 18. C’est un frère Récollet, qui me l’a dit aujourd’huy ; si ce n’était pas vrai, j’aurai l’occasion de lui laver la tête.

388 Vous me dites que nous pourrions nous revoir dans deux ou trois mois, j’espère que vous ne vous dédirez plus, mais j’en doute encore. Voilà onze mois passés que nous sommes privés l’un de l’autre.

389 En attendant l’heureux moment, je suis, mon cher Amy, je vous embrasse de cœur votre très attachée femme

390 Angélique DELPUTTE

391 Nos fèves sont toutes remises hier ; nos lins ne sont pas encore semés et nous n’osons pas en faire la semaille, car les terres sont trop sèches. Elles n’ont plus de jus, si la pluie ne vient pas, elles ne lèveront pas. Personne n’a encore semé, si ce n’est le cousin LECOMTE de Bousbecque.

392 Mon frère Isidore est venu aujourd’huy, il n’a pas encore semé non plus. Il vous fait des compliments de même que toute la famille. Ils vous souhaitent de bonnes fêtes de Pâques, je vous les souhaite aussi. Vous me direz celui, qui mangeait de votre beurre, cy-devant et vous me dites que vous serez seul à présent pour cette potée. On prétend que le beurre part pour Dunkerque.

393 Il est très cher à présent.

394[Lettres des 26, 28 et 30 mars non publiées]

AVRIL

395 De Linselles le 2 avril 1790

396 Monsieur, mon cher Amy,
Voilà que j’ai écrit tous les mois de l’année ; si l’on nous avait dit cela avant que vous partiez, que vous auriez du être aussi longtemps sans se voir, les périls que vous avez traversés et, nous autres, les inquiétudes que nous avons eues et sans savoir encore à trois mois prés, quand nous nous reverrons, on aurait dit qu’il aurait été impossible d’être encore au monde.

397 Vous me parlez de votre portrait, je me suis effrayée quand j’ai vu votre mine d’un aussi révérend ; je me suis dit, comment pourrons nous nous remettre en ménage ? Votre front et vos sourcils et dessus vos yeux, c’est vous ; mais pour le reste, je ne sais rien reconnaître. Benjamin a acheté un cadre et l’a mis dedans.

398 Vous me surprenez quand vous me dites que vous ne concevez pas, qu’il faille deux magistrats dans Comines. On avait dit chez nous, trois ou quatre fois, qu’ils étaient partis pour Paris, à cette occasion et on disait aussi que c’était à cause que la ville avait fait beaucoup de dépenses et qu’elle avait beaucoup de dettes et voilà tout ce que l’on sait

399 Vous me dites de remettre au sieur LEPERS, maire, une brochure concernant les droits féodaux. De ceux-là je les ai, mais vous me dites d’y joindre quelques lettres circulaires et vous ne m’en avez pas encore envoyées.

400 [...]

401 J’avais été aujourd’huy chez DELATTRE pour payer les cents florins du quart de nos revenus, il m’a dit qu’il n’avait pas encore les cahiers ; il m’a dit qu’il viendrait à la maison. Je crois bien qu’on ne nous reprochera pas d’avoir déclaré peu, car c’est nous qui avons déclaré le plus au village. Vous me dites qu’on ne doit pas déclarer ses biens sur terre d’Empire, cependant, il y a eu des journaux qui ont marqué qu’on était oblige, je n’y comprend rien là-dedans. Il y a encore des gens de Linselles, qui ont l’idée que la Franchise ne sera pas abolie. Selon moi, cela ne sera plus longtemps sans qu’il paraisse ; je n’ai pas toujours la patience de les entendre parler. Ils disent que les Bretons les soutiennent. Il y a un suppléant à la place de WARTEL, on dit que c’est POUTRAIN, je ne sais si c’est vrai.

  • 17 Le tonlieu est une taxe à payer pour le passage d’un lieu à un autre, à un pont par exemple ; il p (...)

402 Vous me dites que vous n’avez pas encore acheté d’orge et que vous comptez de le voir aujourd’huy. N’êtes vous pas tous les jours ensemble à l’Assemblée avec PILAT. Le cousin DESURMONT m’a dit que les bonnes orges à Tourcoing, venant de Douay valent 9 florins, pesant 96 au cent, la raziére. J’ai reçu hier une lettre pour aller payer le tonlie 17 pour les laines, je suppose qu’on doit avoir un billet du marchand.

403 Nous avons semé un demi-bonnier d’avoine ; la semaine prochaine, nous sèmerons les quatorze cents aux lits avant. Nos bleds sont tous rondelés * du moins, demain ils le seront. Nos lins sont en rondelage *.

404 Le berger est parti mercredy, il est parti avant pour voir le marché de Lille. Il a dit que les moutons étaient très chers sur le marché. On lui a livré ses moutons au Moulin d’Or. Il s’est plaint que ses moutons étaient fort fatigués et, suivant ce que m’a dit son frère, le berger du château les autres étaient plus fatiguée que les nôtres. Je lui ai donné trois louis à cause de ce dur temps, il fait aussi froid qu’il n’a fait en hiver. Je ne sais pas le temps qu’il fait à Paris, mais ici, nous sommes contents que nos lins ne soyent pas plus avancés, à cause de la gelée. Tout est plus avancé qu’avant que vous ne partiez l’an passé. Nos abricots sont noués, les pèches sont en pleines fleurs. Je crains avec cette gelée, les asperges n’ont pas encore poussé.

405 Le cousin DELANNOY-DELCOURT est venu chez nous avec le dénommé CRETAL, frère du voiturier du sucrion * de la ferme PICAVET, qui a eu sa marchandise de carottes de tabac prise au pont de Saint Maxence par le district de Paris. Il se recommande à vos bonnes grâces. Je lui ai demandé pourquoi il ne se présentait pas aux députés de Douay et d’Arras ; il m’a dit qu’on ne pouvait pas avoir trop d’amis, il comptait d’aller leur parler. Vous en ferez à votre mode.

406 Des compliments de tous ceux dont je vous parle, ici de mon frère et de vos enfants qui vous embrassent de cœur et suis

407 mon cher Amy, votre très attachée femme.
Angélique DELPUTTE

408[Lettres des 6 et 9 avril non publiées]

409 De Linselles ce 10 avril 1790

410 Monsieur, mon cher Mary,
Je viens de recevoir votre lettre. Vous me mettez dans un doute ; je crains que vous ne m’ayez pas compris. Je ne sais pas ce que vous voulez me marquer avec ces C : Si vous avez bien examiné, je vous ai dit dans ma lettre que c’est le nombril qui s’est levé et pas autre part.

411 Je vous fait part que le père du berger a été voir aujourd’huy les moutons de DUQUESNOY ; là, on n’a pas été honteux de les faire 12 écus et pas gras. Il n’a rien offert, parce qu’il ne les aurait pas vendus pour dix ; de là, il a été chez GAHYDE. Il a été surpris de les trouver aussi bons ; il les a achetés à 9 écus justes, à les prendre le 21 ou 22 avril. Lundy, il doit partir pour aller en voir du côté d’Armentières ; on lui a dit qu’il y a là encore trois ou quatre fermiers, qui en ont à vendre et quand il aura fait l’achat, je vous en donnerai avis de suite.

  • 18 À propos des graves troubles lillois d’avril 1790, voir introduction, chronologie et note, lettre (...)

412 Vous me dites qu’il y a encore des aristocrates ; je crois que vous êtes informé de cet effort qu’ils ont tenté à Lille mercredy et jeudy. La garde bourgeoise a été en armes toute la nuit ; on a dit que les dragons chargeaient les louis d’or, il n’est pas nécessaire que je vous explique. On a dit qu’il y avait un courrier de parti pour porter la nouvelle à l’Assemblée à Paris18.

413 La pluie d’hier a continué jusqu’à ce matin, elle nous a empêché aujourd’huy de travailler sur les terres ; mais lundy, j’espère qu’il fera bon pour semer nos lins. J’ai appris aujourd’huy, que chez les cousins LAMBLIN et chez DANSETTE, que les colzas sont en difficulté.

414 Vous trouverez cy-inclus un imprimé de Madame que vous lirez, c’est le maire de Linselles qui me l’a donné. Le jour où Madame a donné ses tabatières à son magistrat, elle leur a commandé d’aller à leur rang, comme cy-devant, derrière le Saint Sacrement, le Jeudy Saint, pour accompagner Notre Seigneur au sépulcre. Le maire à été informé de l’ordre que Madame avait donné. Pour éviter la brouille dans ce moment dans l’église, il leur a fait savoir de ne pas se présenter. Ils savaient ce qu’il y avait à faire, ils se sont tenus tranquilles, si ce n’est ce dernier ici nommé, qui voulait se présenter, mais qui n’est pas allé avant : c’est LESAGE. On m’a dit que Madame avait demandé au maire de pouvoir comme à l’ordinaire, aller derrière le curé à la procession. Le maire, qui n’est pas manchot a répondu que les lois sont venus, que le Tiers État va devant et que la Noblesse va derrière. Je vous laisse à juger dans quel chagrin Madame se trouve ; on dit qu’elle est encore partie de Roncq ; elle se fait tellement haïr au village que les garçons la galteront aux premiers jours.

415 Je vous souhaite une bonne santé et patience dans nos misères. J’ai embrassé vos enfants pour vous et c’est ce que je tacherai de faire. Des compliments de vos enfants et de mon frère et je suis en attendant de vos nouvelles. Monsieur mon Amy

416 Votre très attachée femme
Angélique Delputte

417 À Linselles, le vieux Magistrat avait pris jour pour s’assembler le mardy du mois. Le maire a convoqué, lui aussi, et il l’a emporté. Le vieux n’a pas remué. Ils doivent encore s’assembler cette semaine.

418 De Linselles, ce 14 avril 1790

419 Monsieur mon Mary,
Pour répondre à la votre en date du 7 que je viens de recevoir, il faut que je vous rappelle une chose que vous avez peut-être oubliée et que, moi, je n’ai pas pensé de mettre en avant. Hier le receveur du « quart du revenu » est venu recevoir à la maison, comme il me l’avait promis. Je lui ai payé le tiers : cent florins, comme vous me l’avez dit. Si vous m’enverriez un billet de trois cents florins, je crois que je serais bien aise de le recevoir, puisque vous les recevez bien, il ne faudrait pas perdre après celui-là et moi, je pourrais prendre mon cent de florins que j’ai payé ; car je veux bien vous dire : avec mon commerce de toiles, je ne suis pas riche en argent et voilà le mois de may qui vient, les pensions des enfants qu’il me faut payer ; je n’ay pas encore eu l’occasion d’en parler aux marchands de lin. Ce n’est pas que la municipalité m’en a parlé, mais j’ai bien vu sur le registre, que cela aurait gêné, parce que j’avais déclaré de tout payer en un seul terme ; je vous prie d’y vouloir faire attention et de m’inclure un billet dans votre lettre.

420 Vous me marquez qu’il a plu à Paris et moi je vous dis qu’il a bien plu ici aussi ; on n’a pu que commencer le travail ce midy à l’avoisne. Cependant s’il fait beau comme je l’espère, il a fait un riche temps.

421 Je ne suis pas surpris que le sieur PILAT n’a pas encore eu de nouvelles parce que cette denrée-là serait bien augmentée, les fèves, il y a huit jours, ont enchéri de 20 à 25 patars le sacq et ainsi il est certain que l’orge et l’avoine augmenteront aussi ; cependant j’en ai beaucoup des deux sortes pour les chevaux. Je suppose qu’ils aiment de savoir comment se comportent les colzas de nos côtés et ils sont beaux.

422 Vous me dites qu’on vous a dit que les magistrats de Roncq et Bousbecque portent des écharpes différentes de celles des autres villages. Cela est très faux, puisqu’ils n’en ont pas encore portées. Vous avez du voir le contraire dans ma dernière surtout à Roncq. Les maires et les municipalités dans nos environs sont pour faire exécuter vos décrets, jusqu’au dernier point. Je ne sais pas comme ça ira à Tourcoing. Les curés ont du lire un décret que le maire avait envoyé ; il a été lu par un vicaire qui l’a très mal récité. Le maire et le magistrat en étaient très mécontents, je ne sais pas comment ils réagiront. Je suppose qu’ils seront obligés de recommencer la lecture ; ça a été le cousin DESURMONT qui me l’a dit en revenant de Mouscron. En parlant de Mouscron, j’ai beaucoup de compliments des frères et sœurs, cousins et amis. On a bu à votre bonne santé avec le vieux rouge ; il y avait neuf mois qu’on l’avait laissé, attendant votre retour.

423 Louis, je le laisserais encore aller à Linselles. Je ne trouve pas à propos de le mettre à Tourcoing, peut-être à la Saint Rémy. Il ira en sixième, il n’apprend pas beaucoup.

424 Mon mal de sein va mieux depuis deux jours ; je ne vous en avais pas parlé parce que, quand ils ont troué, il n’a suppuré que deux jours, je craignais toujours qu’il recommence, mais à présent, ça va mieux.

  • 19 Cf. la note, lettre de Lepoutre du 30 décembre 1789.

425 Avec ces pensions, il n’est pas surprenant qu’il y ait tant d’aristocrates, car suivant moi, il est certain que toutes ces pensions secrètes du livre rouge 19 ils n’en jouiront plus et ceux, que vous m’avez envoyés dans l’avant dernière lettre, je suppose qu’ils n’étaient encore marqués nulle part. Je suppose qu’on les fera circuler, comme les journaux ; il serait très bien pour le Peuple qu’il soit informé de tout cela.

426 Les maires doivent s’assembler le quinze au chef-lieu de canton, pour la première fois.

427 Nous avons mis le vin de Bourgogne en bouteille (56 bouteilles et 57 flacons). Je suis contente de la mesure de ces grandes bouteilles de Rekkem. J’ai fait ramener du Gavre, pour les mettre dans nos caveaux. J’ai fait venir Jean-Baptiste LEDUC, pour y mettre un châssis. Ils ferment tous les deux à clef ; nous en avons bu une bouteille à votre santé en famille ; il est très bon clair comme un rubis. Mon frère a dit qu’il sera tout juste pour boire à la Saint Martin, pour faire nos noces. Avec toutes les vacances dont vous me parlez, je n’y crois plus rien ; tachez de tout finir. Alors. Prions Dieu qu’il veuille conserver la santé à tous deux. C’est l’essentiel. J’ai différé jusqu’à ce matin de fermer ma lettre.

428 J’ai envoyé un domestique jusque chez Antoine CASTELAIN, pour savoir s’il n’était pas revenu. Il est revenu de suite avec le domestique et il m’a dit qu’il n’avait rien fait, qu’il était trop cher, il ne voulait pas les laisser moins de 11 ou 12 écus et quand le berger sera de retour, il fera à sa mode. Ce n’est pas qu’il manque de moutons, mais ils sont très chers.

429 Il a été à Lille plus mal que vous me dites avec ce trouble. Suivant ce que dit le public ; si ces deux régiments avaient péri, il ne serait pas resté un prêtre ni un noble en vie ; tout aurait été massacré. La ville de Lille ne tenait plus qu’à un fil. On dit qu’il y a eu des commandants en prison, que si les habitants de Lille savaient, on n’en ferait pas justice, ils défonceraient les prisons pour les avoir, pour en faire des saucisses avec.

430 Que le Bon Dieu vous conserve la santé ; des compliments de toute la famille et je suis sincèrement, mon cher Amy votre très attachée femme

431 Angélique Delputte

432 Je vous envoye notre liste des envois de toiles, vous verrez la largeur.

433 De Linselles ce 19 avril 1790

434 Monsieur et mon cher Époux
Celle-ci est pour vous annoncer l’arrivée du berger à bon port, la satisfaction de recevoir le baiser que vous lui avez donné pour moi et pour la famille et aussi l’assurance qu’il à donnée que nous pourrions avoir la satisfaction de vous posséder peut-être d’ici à huit jours. Quelle joie ce sera de nous revoir ; il y a déjà plus d’un an que nous ne nous sommes pas vus ; le temps d’une année est proche, puisqu’il n’y a plus que deux jours, vous êtes partis le 21 de la maison.

435 Je ne peux pas vous dire au juste, quand le berger partira, parce que je n’ai pas eu de nouvelles par son père. Depuis la dernière lettre que je vous ai écrite je sais toujours que son achat chez GAHYDE est pour partir le 21 ou le 22 ; mais si son père n’en a pas acheté d’autres, il sera obligé de différer trois ou quatre jours. Le berger est parti ce matin chez son père pour avoir des nouvelles s’il a acheté ou non. Le pire qu’il y a : c’est que celui qui remplace le berger est tombé malade ; du moins, son accident ordinaire lui est survenu ; il sera contraint de prendre des remèdes pour huit jours. Peut-être pourra-t-il se remettre.

436 Nous avons compté l’argent que le berger a rapporté. Nous avons fait le compte du cousin LAMBLIN, celui de GAHYDE et le notre. J’ai trouvé en mallie la somme de 50 F. 10 sous, cependant le berger m’avait dit que vous aviez compté, que vous trouviez que vous seriez venu à votre compte ; peut-être avez-vous oublié de compter les droits de caisse, ou bien la voiture. Tout l’argent, je ne peux pas vous dire combien il y avait de francs, je vous le dirai à ma prochaine.

437 Nous commençons à remiser nos linières aujourd’huy, peut-être pour pouvoir les semer demain ; nous n’avons pas eu d’orages comme du côté de Paris Dieu merci.

438 Les frères de Wervicq et de Rekkem vous font des compliments. Ils étaient venus aux nouvelles hier.

439 Je crois que le dernier ceinturon-bande pour ma sœur conviendra, mais l’autre ne pourra pas servir ; elle ne sera pas longtemps sans m’en donner des nouvelles. Elle vous remercie de la peine que vous vous êtes donnée ; sa santé est toujours comme à l’ordinaire. Elle ne savait, jusqu’au moment de recevoir les nouvelles. Je crois que ça ira beaucoup mieux que l’autre.

440 Suivant ce que le berger nous a dit et suivant les journaux, vous avez de fameux débats avec vos aristocrates. J’espère que vous en viendrez à bout.

441 Je suis pressé par la poste.

442 Nos bleds et nos colzas sont beaux ; si nous avons le bonheur de vous posséder, vous verrez quelque chose de beau. En attendant la satisfaction de pouvoir nous embrasser, je suis

443 Monsieur mon cher Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

444 Des compliments de mon frère et de vos enfants.

445 De Linselles le 20 avril 1790

446 Monsieur, mon cher Amy
Je vous écris celle-ci pour savoir de vous, quand j’aurai le plaisir de vous posséder ? Nous pourrons alors nous parler de beaucoup de choses, il est vrai qu’on s’écrit l’un à l’autre, mais il y a bien des choses qu’on ne dit pas. Voilà demain un an que vous êtes parti de la maison. Auraiton cru que c’était pour si longtemps ?

447 Je vous fait part que vous ne serez pas longtemps sans revoir le berger, il doit partir d’ici le 22 courant avec une troupe de cent quatorze. CASTELAIN en a acheté dimanche 55 du coté d’Armentières à deux fermes dont j’ai oublié les noms au prix de dix écus et demi et à l’autre endroit 11 écus et demi. Ce sont de fameux moutons ; ce sont encore les derniers le meilleur marché en comparaison. Peut-être que le berger en achètera encore demain sur le marché de Lille, s’il en trouve à bon compte.

448 Vous me dites dans votre lettre en date du 13 que nous pourrions bien nous désunir avec mon frère le curé d’Annoeullin, parce que je n’ai pas fait voiturer sa bière. Je lui ai proposé de la livrer jusqu’à barque à Lille et qu’il l’aurait envoyé chercher par ses paroissiens ; il n’a pas trouvé à propos, car il craignait n’en pas trouver à cause de mauvais chemins. Je lui ai dit que je me souvenais encore de l’an passé où j’ai eu deux chevaux qui n’ont plus porté verdefeuille [ ?] après qu’ils avaient été de retour du fumier de pigeon et d’avoir livré sa bière. Ma foi, si on se désunit pour cela, c’est parce qu’on a toujours trop fait auparavant. Il m’a bien dit que j’aurais été promener, mais à son frère, il ne l’a pas dit.

449 Nous avons semé aujourd’huy le reste des 22 cens et les 19 cens du coin du sentier de Menin. Demain si le temps continue au beau, nous sèmerons les dix cens. Je ne peux pas savoir comment ça ira, mais les labours sont très bons et mon frère dit qu’on fait du bon ouvrage. Ce qu’on a semé il y a trois semaines commence à lever ; ça n’avance pas beaucoup ; il fait trop froid. Hier matin, c’était encore bien gelé. Il y en a beaucoup qui labourent leurs lins dehors qui sont engelés, pour ressemer à la place. Mon amy, si nous pouvons nous voir, vous verrez de fameux bleds, plus beaux que je n’ai encore vus, pour le temps depuis que nous sommes mariés ; malgré la froidure, c’est comme des prairies ; si le Bon Dieu les préserve, il y a apparence d’une bonne récolte. Les colzas sont pour faire du grain, si l’année en veut.

450 Le garçon du cousin DESURMONT est venu nous inviter à l’obit de mon oncle. C’était hier, mais nous n’avons pas eu le temps d’y aller, c’était pour aujourd’huy.

451 Le Père Augustin CUVELLE est venu en vacance, il y a une douzaine de jours il m’avait chargé de vous faire des compliments, je l’avais oublié.

452 On disait dimanche que le général VANDERMERSCH était tenu prisonnier au château d’Anvers ; aujourd’huy, on m’a certifié qu’il est venu se réfugier à Lille, à l’Hôtel de Bourbon. Ce n’est pas qu’on dépose trop bien contre luy est-ce vrai ? Celui qui fuit, c’est qu’il se condamne. Ceux de Menin rappelleraient bien le Te Deum qu’ils ont chanté.

  • 20 Le 6 mars 1790, Necker avait remis à l’Assemblée un mémoire pessimiste sur l’état des finances et (...)

453 J’espère à votre première que vous me donnerez des nouvelles de Monsieur de NECKER, si ces bruits se vérifient ou non. Si c’était vrai, on ne pourrait plus se fier à personne en France 20

454 Le berger est parti ce matin pour aller payer les moutons des cousins LAMBLIN et GAHYDE, il n’est pas encore de retour ; je ne peux pas vous adresser ses compliments. Le Père Augustin m’avait chargé de vous dire que si vous viendriez en vacances, vous lui auriez fait savoir et que vous lui auriez indiqué un endroit sur votre route pour qu’il vienne vous saluer.

455 Des compliments de mon frère et de vos enfants ; on aspire tous au moment où nous nous reverrons et pourrons vous embrasser. En attendant cette satisfaction, je suis sincèrement

456 Monsieur et mon cher Mary, votre très attachée femme
Angélique Delputte

457 De Linselles le 23 avril 1790

458 Monsieur, mon cher Époux
J’ai eu la satisfaction de recevoir votre lettre du 18 courant le 6 [ ?] par laquelle vous me dites de prendre une vacance avant qu’il soit longtemps. Ilest nécessaire pour nous de pouvoir s’expliquer de vive voix. Hier le sieur DUHEM, médecin du Quesnoy, m’a rendu visite, en qualité de brave citoyen, pour être informé. Est-il vrai ce bruit qui circule depuis une douzaine de jours, dans nos environs. On dit que Monsieur le Président [de FOREST de QUARTTEVILLE] veut reprendre sa ferme. Je lui ai dit que je ne le savais que par les bruits du monde. Je lui ai dit que ce n’est jamais un bien pour nous, que les dîmes soient supprimées, de même que les biens du clergé qui seront à la disposition des districts et des départements. Il est certain que nous aurons la préférence au dessus de tout autre, pour un autre marché.

459 Le berger est parti hier à midy avec une troupe de cent trente huit ; lundy, il avait été chez le cousin LECOMTE, pour voir ses « refus », s’ils commençaient à être bons. Il en avait offert un louis, ils ne lui ont pas été accordés ; ils ne voulaient pas les laisser à moins de quarante livres, comme ceux qu’ils nous avaient vendus. Hier matin, il les a envoyés par son berger quand il a vu qu’il n’en voulait pas donner davantage.

460 [...]

461 Le clerc de VERMESCH m’a rapporté hier la quittance de la veuve LIBERT ; j’y avais été dimanche, nous avons fini le compte avec elle. MARESCAUX m’est enfin venu payer ; mais pour VERMESCH, c’est un homme que je ne connais pas encore. Je lui ai demandé ce que je lui devais ; il m’a, semble-t-il, voulu dire que vous vous seriez rencontrés ensemble. Ce n’est pas que j’avais l’intention de le payer, je lui ai demandé si vous aviez écrit une lettre ; il m’a dit que non. Il m’a beaucoup sollicitée pour que j’aille prendre sa soupe au dîner ; j’ai dit que je ne pouvais pas.

462 Nous avons semé tous nos vins, mais les dix cens ne sont pas encore rondelés à cause de la pluie qu’il a fait, mais elle a été hersé tout dedans.

463 Des compliments de mon frère et de vos enfants, ils vous demandent la bénédiction. En attendant le moment de nous revoir pour nous embrasser,

464 je suis mon cher Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

465[Lettre du 27 avril non publiée]

466 De Linselles ce 30 avril 1790

467 Monsieur et mon Époux,
Je viens de recevoir l’honneur de la votre. Elle me fait plaisir parce que je vois que vous commencez à discuter sur la culture du tabac. J’espère que cet article finira bien vite, pour que vous profitiez de la belle saison pour vos vacances. Je viens de recevoir une lettre du berger, qui m’écrit d’Arras. Il m’écrit comme vous, qu’il a été très mal à Poissy au marché du 22 et il me dit qu’on en a renvoyé un millier. On lui a dit en route que vous êtes de retour. Ce n’est pas vrai ! que vous seriez de retour. Il me prie de vous marquer, que, si vous pouviez l’aller joindre mercredy à Poissy, que vous lui feriez grand plaisir, il ne doit plus vous écrire, car il craint que vous ne soyez plus à Paris.

468 Vous me parlez de mon frère le curé d’Annoeullin ; les deux neveux CUVELLE étaient ici hier, le Père Augustin et le vicaire de Rekkem ; ce dernier m’a dit lui avoir écrit cinq à six fois, il n’a jamais daigné lui répondre et je crois, si vous me le permettez, que quand il me man dera du beurre, je fasse la sourde oreille et renonce à lui en envoyer ; si vous n’aviez pas tant fait pour lui, il ne serait pas si orgueilleux qu’il n’est. Ce n’est rien d’autre que l’intérêt qui domine tous ces prêtres.

469 Si vous allez mettre 40 sous à l’aulne de droits, sur les toiles, tout cela ne satisfera pas notre intérêt. Monsieur HOVYN m’a dit qu’il voudrait que ses toiles soient toutes plombées comme les nôtres, que cela ne doit souffrir aucune difficulté.

470 Il faut que je vous dise que je dois encore louer un carton * ; par bonheur, il a pris son congé de lui-même, car j’aurais été obligé de chercher une querelle d’Allemand. Celui du Pont-à-Marcq, ce sont deux frères ; il y a entre eux autant de différence qu’entre la nuit et le jour. Et même la cousine m’a dit mercredy qu’elle a beaucoup de peines de ses frères ; je vous en dirai davantage quand nous aurons la satisfaction de nous revoir. Ferdinand BLONDEAUX m’a avancé le carton de François ODON, qu’il a vanté encore meilleur laboureur que luy, il doit venir demain. Nos ouvrages de mars * sont tous finis ; les cartons vont chercher du wagage *.

471 Des compliments de vos neveux, de mon frère et de vos enfants. Ils vous demandent la bénédiction et je suis en attendant la satisfaction de nous revoir pour nous embrasser

472 Monsieur mon Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

Notes

1 Au fil de ses lettres, Angélique Lepoutre-Delputte revient souvent sur la révolution brabançonne ; sauf référence très particulière, nous n’ajouterons pas de note à ce sujet. Nous renvoyons à l’introduction (La Révolution au Nord), aux chronologies de début de section et aux notes des lettres de Mr Lepoutre ; sur le déclenchement des événements de Belgique, voir notamment celle de la lettre du député du 28 octobre.

2 Parmi les mesures les plus courantes adoptées par les autorités urbaines pour éviter la spéculation sur les grains figurait en bonne place l’obligation de vendre sur les marchés publics en stricte conformité avec les règlements en vigueur ; ainsi pensait-on éviter les surenchères, les trafics sur la qualité, etc. Les cultivateurs vendeurs de grain avaient plutôt intérêt, en période de cherté, à vendre sur des « circuits parallèles », à la ferme ou en divers autres lieux, directement à des marchands qui offraient alors des prix d’achat plus élevés ; des amendes sanctionnaient ces pratiques, mais beaucoup de citadins craignaient qu’une répression trop sévère n’incitât ces cultivateurs à ne plus venir en ville. La crainte se verra largement justifiée pendant la Révolution.

3 Pour le baron de Noyelles, cf. la note, lettre de Lepoutre du 5 novembre 1789.

4 Après la nationalisation des biens du clergé le 2 novembre 1789 (cf. la note, lettre de Lepoutre du 12 octobre 1789), ils sont mis sous la sauvegarde des autorités administratives locales (7 novembre 1789). Le 9 novembre, l’Assemblée décrète la suspension des nominations aux bénéfices à l’exception des cures ; puis le 13 novembre, on décrète que les bénéficiers devront déclarer les biens mobiliers et immobiliers dépendant de leurs bénéfices.

5 Louis-Philippe Joseph, duc d’Orléans (dit Philippe Égalité), 1747-1793, député de la noblesse de Crépy-en-Valois, Soissons, est fortement soupçonné de fomenter des complots politiques, notamment les événements des 5-6 octobre 1789. Sur l’intervention de La Fayette, le roi l’envoie en Angleterre vers la fin du mois d’octobre ; il ne revient que l’été suivant, réapparaissant à l’Assemblée nationale pour prêter serment le 11 juillet 1790.

6 Au sujet des vœux monastiques, cf. note, lettre de Lepoutre du 1er décembre 1789.

7 Au sujet du don patriotique, cf. la note, lettre de Lepoutre du 27 septembre 1789.

8 L’Assemblée constituante a appliqué à la justice le principe fondamental de la traduction de la souveraineté nationale dans le vote ; les juges - citoyens sont donc élus aux différents niveaux du système judiciaire (Voir schéma en annexe) ; l’élection évoquée par Mme Lepoutre est celle des juges de paix (Voir note, lettre de Mr Lepoutre du 17 février 1790).

9 Ce petit subterfuge est une des très nombreuses manifestations de l’importance que le couple accorde à la consommation, par le député, du bon beurre flamand ; l’envie de partager avec leurs relations ce produit dont nos fermiers sont fiers ne va pas jusqu’à garder le moins bon beurre pour donner le meilleur ; en effet le beurre dit de saison par Mme Lepoutre est en fait du beurre frais modérément salé alors que, pour pallier la baisse hivernale de lactation, on utilisait aussi du beurre d’été, stocké grâce à une forte salaison ; celle-ci dénaturait le goût et n’évitait pas complètement que le beurre ne devienne rance.

10 Pour la rumeur concernant un enlèvement du roi, cf. la note, lettre de Lepoutre du 16 janvier 1790.

11 Concernant les libelles en général, cf. la note, lettre de Lepoutre du 9 janvier 1790. Au sujet de Le Confident patriotique, voir la réponse de Lepoutre en date du 19 janvier. Toutefois, il existe un libelle intitulé Le Confident Patriote, de l’Imprimerie des Amis de la Liberté, et se trouve au pays des bons Patriotes, à l’enseigne de la sincérité, 1789, 8 pages. Cet écrit attaque : les intrigues journalières de la Cour pour faire regretter le « bon homme de Roi », les extravagances de la Reine, les « 1200 imbéciles » à l’Assemblée, La Fayette, le « gros Bailly », et ces « infâmes proscrits qui courent le monde, Conti, Condé ».

12 La taille d’aumône est probablement une taxe décidée localement pour fournir des ressources à la Pauvreté chargée de venir au secours des pauvres du village.

13 Cet homme du Jura, Jean-Jacob, âgé de 120 ans, a été présenté à l’Assemblée nationale le 23 octobre précédent. Il marche avec béquilles, conduit et soutenu par sa famille. Puis assis dans un fauteuil, il remet son extrait de baptême qui indique sa naissance à Saint-Sorlin (MontJura) le 10 octobre 1669, de parents serfs et très pauvres. La salle retentit d’applaudissements et l’Assemblée vote de lui donner une contribution pour alléger ses vieux jours. (A.P. IX, 484, 23 octobre 1789) Il est mort à Paris le 29 janvier 1790 et le 30 janvier il eut des obsèques solennelles à l’église Saint-Eustache (Collection de Vinck, Inventaire analytique par F-L. Bruel, t. II : La Constituante, Paris, Imprimerie Nationale, 1914, p. 367).

14 Angélique Lepoutre-Delputte utilise, pour désigner les membres des nouvelles municipalités élues, le terme ancien d’échevin qui qualifiait, en France du Nord et aux Pays-Bas, les membres des Magistrats de villes ou bourgs, dénommés échevinages. Les municipalités nouvelles étaient en fait composées d’un maire, d’officiers municipaux et de notables (en nombre variable selon la population communale), d’un procureur. Pour une vue d’ensemble sur ce point voir introduction et schéma en annexe.

15 Malgré les espoirs de beaucoup de Français, la Constituante fut évidemment dans l’impossibilité de supprimer les impôts directs ; le 25 septembre 1789, elle avait décidé de proroger la fiscalité d’Ancien Régime et de créer un impôt supplétif pour les Français jusqu’alors exemptés. Les municipalités furent chargées d’assurer la perception ; elles reproduisirent le plus souvent les modes de perception antérieurs. Pour la mise en place d’un nouveau système, cf. infra, note, lettre de Mr. Lepoutre du 17 février 1791.

16 Sur le général belge, voire note, lettre de Mr. Lepoutre du 22 avril 1790.

17 Le tonlieu est une taxe à payer pour le passage d’un lieu à un autre, à un pont par exemple ; il peut s’agir par extension d’une taxe douanière.

18 À propos des graves troubles lillois d’avril 1790, voir introduction, chronologie et note, lettre de M. Lepoutre du 11 avril 1790.

19 Cf. la note, lettre de Lepoutre du 30 décembre 1789.

20 Le 6 mars 1790, Necker avait remis à l’Assemblée un mémoire pessimiste sur l’état des finances et il avait proposé la création d’un « bureau de trésorerie » pour l’aider ou le remplacer dans ses fonctions. Son mémoire est examiné par le comité des finances. Le 12mars, le rapporteur, Montesquiou-Fezensac, réfute les observations contenues dans le mémoire de Necker. Le 30 mars, suite de la discussion révélant le désaccord entre les deux hommes ou entre les efforts de Necker de rétablir les finances et le travail du comité des finances, dépendant de l’Assemblée nationale. Le 10 avril, on lit une autre lettre de Necker : la situation n’a pas changé depuis son rapport du 12 mars ; il profite de l’occasion pour annoncer à l’Assemblée qu’il sent la nécessité de répondre aux injustes insinuations contenues dans les deux derniers rapports du comité des pensions au sujet de son administration de 1779, et « aux prétendues faveurs accordées aux gens en crédit dans les paiements du Trésor Royal ». (A.P.XII, 631) Sans doute que c’est à ces « insinuations » que se réfère Mme Lepoutre.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search