Version classiqueVersion mobile

Député-paysan et fermière de Flandre en 1789. La correspondance des Lepoutre

 | 
Edna Hindie Lemay
, 
Jean-Pierre Jessenne

Section II. 16 Octobre 1789 - 30 Avril 1790

Correspondance du député Lepoutre. Paris, 17 octobre 1789 — 30 avril 1790

Texte intégral

Octobre 1789

1 De Paris 17 octobre 1789

2 Ma Chère Épouse
Je suis à mon logement depuis deux jours, je suis parfaitement bien logé avec Monsieur le curé de Saint-Pierre, SCHEPPERS, CHOMBART et WARTEL. Je ne puis avoir de satisfaction qu’après que j’aurai reçu de vos nouvelles. Voilà la cinquième lettre que je vous écris sans recevoir de vos réponses. Je vous avoue que je suis très inquiet de la situation actuelle de votre santé ; le changement de lieu, quant à moy, ne me coûte rien, mais ce n’est pas le même pour plusieurs membres de notre Assemblée, surtout le Clergé et la Noblesse, il semble qu’ils ont une certaine crainte de se voir entourés de sept à huit cent mille habitants qui sont dans cette grande ville de Paris. J’ay de plus à vous faire part que je n’ay reçu qu’environ deux cents francs en argent, le reste est tout en billets de la Caisse d’Escompte. J’en ay à présent pour mille francs et pour dix sept cents francs de billets d’ordre pour les mois de juillet, août et septembre. J’ay été dans le cas de prester à Monsieur SCHEPPERS cinq louis, mais je peux pour le présent les luy remettre provenant de cette petite somme que j’ay reçue à Paris au Trésor Royal. Ce qui me fait de la peine, c’est que je ne peux encore vous en faire parvenir de sitôt, car il n’a pas plus d’argent dans Paris non plus qu’ailleurs.

3 […]

4 Après demain, nous aurons notre première sçéance a l’archevêché, l’objet sera concernant les assemblées provinciales et municipales. On nous a remis un plan qui sera discuté de suite, j’espère que l’on pourra finir cet article avant la Toussaint. Cet objet est désiré de toutes les villes, bourgs et villages du royaume. J’ay cru que le 14 on auroit autorisé les habitants de chaque lieu de nommer leurs officiers municipaux, mais plusieurs honorables membres ont représenté que cette nomination étoit prématurée qu’il était à préférer attendre que les assemblées provinciales fussent organisées.

5 Entre temps, il arrivera plusieurs décrets de l’Assemblée et sanctionnés par le Roy pour autoriser les municipalités à tenir la main cy-devant jusqu’à ce qu’il soit autrement ordonné.

6 Au moment que je vous écris, je viens de recevoir votre lettre datée du 13 courant. J’apprends avec satisfaction que vous se portez bien, mais vous me dites de plus que deux de nos frères se trouvent incommodés, pire encore avec le brave Père NICAISE que j’apprends qu’il aura de la peine à se rétablir comme devant son épaule.

7 Vous me marquez que nous avons des précautions à prendre concernant le Clergé. Je vous donne avis que mardi prochain, on doit définir l’objet de tous les biens du Clergé ; il y a grande apparence qu’ils seront déclarés appartenir à la Nation ; d’après cela, je crois, leurs inquiétudes cesseront, ils auront sans doute beaucoup de peine à s’y conformer. J’ay parlé à CRETAL. Il m’a dit d’écrire à sa femme concernant le beurre qu’il m’avoit parlé ; c’est égal pour luy pour autant qu’elle puisse en avoir. Le beurre du chirurgien est arrivé hier après mon départ de Versailles ; cela ne fait rien pour l’objet, il me fera tenir l’argent à Paris.

8 Vous aurez sans doute reçu l’adresse de mon logement à Paris, au cas de faute c’est chez GESLAIN, Hôtel de la Réunion rue Moineaux, butte Saint Roch.

9 Je vous prie de dire beaucoup de choses obligeantes de ma part à toute notre famille et à tous nos amis. Je suis très sincèrement, ma chère Épouse

10 votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

11 De Paris le 22 octobre 1789

  • 1 Cf. la lettre du 10 septembre 1789, concernant les hôpitaux de Paris.

12 Je viens de recevoir une de vos lettres en date du 16 courant, elle m’a été renvoyée de Versailles, j’espère que vous aurez reçu celle du 14 contenant l’adresse de mon hôtel à Paris. Vous me faites part que vous avez de l’embarras pour la conduite des labours ; il en est de même ici à cause des pluies continuelles. Je vous ay marqué dans une de ces lettres que nous aurions logé tous dans la même hôtel, il n’est pas encore cela. Nous ne sommes que deux Monsieur le curé de Saint Pierre et moy : nos Messieurs ont trouvé le logement peu agréable et ils ont pris un logement prés du Palais Royal où ils sont à trois avec leurs domestiques  ; cependant je me trouve fort bien et fort bon compte. Je ne paye que trente six livres pour ma chambre sous condition que la domestique feroit le nécessaire de ma chambre tous les jours moyennant une récompense. J’ay la satisfaction de me retrouver en la compagnie de M. NOLF, c’est un brave compagnon. Dimanche dernier, nous avons été voir la Salpétrière 1 , où il y a au moins huit mille filles bâtardes que l’on fait travailler à la broderie au profit de la maison ; ils sont peut-être cinquante religieuses de même naissance et la dame prieure.

  • 2 Suite aux troubles à Paris et à la réception d’une députation de la commune sollicitant la rédacti (...)
  • 3 Pour traiter les désordres et émeutes de l’été, les comités des rapports et des recherches avaient (...)
  • 4 Le 21 octobre 1789, création du comité des recherches de la ville de Paris pour recevoir les dénon (...)

13 On s’occupe sans relâche de la formation des Assemblées provinciales. On ne pourrait avancer aussy tôt qu’on (espérait à cause des troubles qui subsiste encore dans ce moment à Paris à cause de la disette de pain ; hier on a décrété une loy martiale 2 pour empêcher tout attroupement ; cette loy sera envoyée dans toutes les villes du royaume, on doit aujourd’huy le faire afficher dans tous les coins de rue pour en informer le peuple  ; la troupe et la Milice bourgeoise auront un drapeau rouge à la tête de chaque bataillon, s’il arrive quelque attroupement, ils seront sommés de se rendre tranquillement chez eux par trois fois ; en cas de refus, on fera feu sur eux comme ennemis de la Nation et du repos publicq. Il est de toute nécessité de former une grande police, car nous avons encore beaucoup d’ennemis à combattre ce n’est pas que la populace agit de son propre mouvement, il est soudoyé par des gens de la plus haute extraction. J’espère que l’on aura sous peu connaissance de ceux qui font agir cette machine infernale. On vient de nommer un comité de recherche de douze membres 3 pour faire les recherches les plus exactes, joint à un comité de la commune de Paris 4 et aux commandants de chaque district ; on ne manquera pas non plus de faire les grandes recherches dans les provinces concernant l’exportation du grain et l’accaparement. Il est très sur que l’on veut faire crier famine au milieu de l’abondance. Vous voyez que la tranquillité n’est pas encore tout à fait rétablie ; il faudra faire exemple de quelques uns des notables ou chefs de cette cabale avant que nous puissions l’obtenir.

14 Je vous envoye le journal de nos assemblées de chaque jour, il y manque quelques numéros que je pourray rejoindre au premier envoye que je vous feray.

15 J’ay bien des choses à vous faire parvenir, il faudrait pour cela que j’ay une occasion de voiture ce qui n’est pas commun. Je suis obligé de faire près de trois quart de lieue pour me rendre à notre Assemblée ; il faudra bien encore quinze jours avant que la salle qu’on nous prépare fusse achevée, pour lors, je n’auroy pas plus de cinq minutes. J’attends de vos nouvelles le plus souvent que vous pourrez. Je désire que vous puissiez prendre patience comme je suis obligé de le faire, car je ne vois point encore quand nous aurons la satisfaction de nous revoir.

16 Mes compliments à tous nos parents et amis et suis très sincèrement

17 ma Chère Amie, votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

18 De Paris le 24 octobre 1789

19 Ma chère Épouse,
Je viens de recevoir votre lettre du 20 octobre 1789. J’apprends avec satisfaction que le sieur CATTEAU de Tourcoing vous a rendu une visite. Il aura pu vous faire plus de détail que je ne puis vous faire par lettre ; de plus il a fréquenté nos assemblées plusieurs fois pendant son séjour qu’il a été à Versailles. J’ay reçu une de ses lettres avant-hier pour des motifs qui le regarde à son particulier. Le sieur POUTRAIN nous a quitté il a bien quinze jours, je crois que je vous en ai fait part dans une de mes lettres.

20 Votre réflexion que vous me faites concernant les moutons, je serois du même avis que cette denrée ne seroit pas cher cet hiver, ny à Paris non plus qu’en d’autres endroits ; il y a peut-être à présent cent vingt mille habitants de moins à Paris que les années précédentes, et au surplus ce sont tous ceux qu’on disoit cy devant aristocrates ; ainsi voilà autant de moins de grands dépensiers et chacun sera dans le cas d’économiser pour subvenir au payement des impôts. Je ne peux vous dire combien vaut le mouton à présent mais je vous en donneray des nouvelles à ma première. Si vous les vendez maigres ce sera un peu moins de fumier dans notre cour, objet qui sera sensible au mois de mars ; je sais que nous n’avons pas profité les années précédentes. Prenez vos conseils aux frères, voyez ce qu’ils pourront vous dire et aussi combien Antoine pourroit vous les faire valoir. S’ils sont chers comme vous me marquez, il faudra plus de deux tiers de leur valeur gras pour les remplacer. Je prévois que toutes les denrées seront encore chères pendant cet hiver mais nous ne pouvons pas tout à fait dire combien le mouton vaudra au mois de mars.

21 Je vous avois marqué dans ma dernière le trouble qui se présentait à Paris. Aujourd’huy tout paroit assez tranquille, mais il ne faut point croire que la chose puisse durer longtemps dans une ville aussy peuplée, il est à craindre que les trois mois d’hiver seront très dangereux. Je désire que nos travaux puissent finir pour ce temps. J’espère que dans quinze jours, nous serons fort avancés sur l’objet des Assemblées provinciales. Hier on a discuté sur les biens du Clergé ; je ne vois aucune raison à porter, qui seront déclarés appartenir à la Nation. Vous en aurez un arrêté je crois au premier ordinaire.

22 Je vous envoyé deux petites brochures qui représentent le tableau de dépenses que doit faire un curé ; si vous avez occasion faites en parvenir un à mon frère l’abbé sans dire qui vient de moy. Je ne suis point gêne à luy écrire souvent, il ne m’a pas répondu à ma dernière, je me trouve de même à l’égard de plusieurs de ceux à qui j’ay écrit, sinon au sieur LEZAIRE, il ne manque pas chaque fois de me répondre.

  • 5 Le député du Nord fait allusion à la protestation contre la suppression des privilèges et des dîme (...)

23 Je n’ay plus aussi souvent conversation avec mes co-députés, bien souvent ce n’est qu’à l’Assemblée que nous nous voyons. Le plus souvent, c’est avec le sieur SCHEPPERS et CHOMBART. Quant à M., je ne le voye que rarement. Je me trouve plus souvent avec le sieur comte de LANNOY [député de Lille] et le marquis d’AOUST député de Douay. La trame que le Clergé et les Nobles de notre Province ont cru ourdir se trouve pour le présent sans force ny vigueur. Le temps des aristocrates est finy 5 .

24 Je crois vous avoir marqué que le beurre que vous avez envoyé pour le sieur BLANQUET, chirurgien de Mgr le Dauphin luy étoit arrivé et celui du maître des postes de Dijon également. Je n’ay encore rien reçu. Celui de Versailles a venu chez moy, je n’étois pas à hôtel pour ce moment et quant au directeur des postes, je luy ay écrit aujourd’huy en réponse de sa lettre que j’ay reçue il y a trois jours. Je luy demande qu’il fasse parvenir à mon adresse à Lille une feuillette de vin suivant la convenance que nous avions fait ensemble à Versailles ; celuy-là vous le recevrez sans frais parce que je payeray à Paris comprise la voiture. Il sera déchargé au dépôt de Lille et la lettre remise chez RENART pour qu’il vous en donne avis de suite ; ce sera du vin de noces ou du moins pour le désert quand nous nous remarierons.

25 Je ne trouve pas l’air de Paris aussi bonne que l’air de Versailles à beaucoup prés ; c’est une ville malpropre dans bien des quartiers, mais quoy que cela j’espère que je m’y formeray comme j’ay fait à Versailles.

26 Je désire que vous eussiez du beau temps comme nous en avons depuis quelques jours. Attendant de vos nouvelles le plus tôt que vous pourrez ; mes compliments à Monsieur le curé qu’il n’y aura pas de moindre prix pour les curés que douze cents livres, une maison, un jardin et une enclotte.

27 Je suis très sincèrement ma chère Epouse votre très affectionné Mary P.-F. Lepoutre

28 Votre adresse n’est pas mal. Le cousin DESURMONT reçoit le Point du Jour depuis le 16 ou le 17.

29 De Paris le 28 octobre 1789

30 Ma chère Amie,
[…]

31 Avant hier, il est arrivé dans notre salle un petit malheur, on y avoit construit une galerie pendante pour satisfaire à la curiosité des étrangers ; une portion de cette galerie a croulé. Ils sont tombés au moins une vingtaine. Il y a eu trois députés de blaissés, du nombre est le duc de CASTRIES, un député de Lorraine, celuy-ci est encore en danger de sa vie.

32 Hier nous avons voté un don patriotique, qui regarde les députés seulement, pour un vieillard âgé de cent vingt ans. Il est né au mont Jura, il a fait demander s’il auroit pu se présenter dans notre Assemblée, il a été reçu aussy honorablement que n’auroit été un premier ministre. Il avoit une fille qui luy fait compagnie âgée de quarante ans qu’il a eu de son troisième mariage, il étoit âgé pour lors de quatre vingts ans. Un chacun se preste à luy fournir de quoy passer le peu de temps qu’il pourra encore de vivre, que ce soit des jours de douceur pour luy. Il peut arriver qu’il aura entre deux à trois mille écus pour retourner dans sa petite chaumière du Mont Jura.

33 Je crois vous avoir marqué dans une dernière que nous ne restons que deux de notre députation à l’hôtel que je vous ay fait parvenir mon adresse ; il y a plusieurs autres députés qui Les ont venu remplacer. Il y a entr’autre un curé avec son neveu et un gentilhomme avec son domestique et je crois dans peu de jours qu’il en viendra encore trois.

34 Je vous préviens qu’il circule encore quelque trait malicieux dans notre province. On veut m’y compromettre. Selon les rapports que j’ay pu apprendre que l’on a fait lecture d’une lettre dite écrite par moy ou venante de Linselles dans plusieurs auberges de Lille.

  • 6 Alors qu’à Liège, une révolution de type français s’est imposée depuis août, c’est effectivement d (...)

35 Je vous prie de vous informer au cousin VERMESCH s’il a appris quelque chose, cette lettre, dit-on, a été lue en présence d’un ami de M. Vous scavez quelle réputation il a eu pour un moment dans notre province ; je ne connois rien de ma part qui auroit pu porter atteinte à sa réputation et je ne crois pas que son nom eu jamais été marqué dans aucune lettre que je vous ay fait parvenir. Mais ne manquez pas de conduire cette affaire avec toute prudence et de m’en donner avis à votre première. Que ceci ne vous donne aucune inquiétude parce que très souvent celuy qui crache en l’air, le crachat luy tombe sur la figure. On parle beaucoup des troubles qui subsistent actuellement dans le Brabant 6 et que l’on a pris un certain nombre des instigateurs et qu’il y a au moins cent familles de compris des plus notables de la province. Et on y comprend plusieurs abbayes qu’on dit s’être emparé de leur temporelle. Vous en aurez sans doute quelques nouvelles à m’en dire, et aussy le prix du bled de notre marché de Lille. Je vous envoye deux numéros du journal de notre Assemblée.

36 Attendant de vos nouvelles, je suis sincèrement, ma chère Amye

37 votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

38 Mes compliments à mon frère et nos enfants.

39 Vous pouvez continuer l’adresse sans enveloppe.

40[Lettre du 31 octobre non publiée]

Novembre 1789

41 De Paris le 2 novembre 1789

  • 7 L’idée que les biens du Clergé étaient mal utilisés et pouvaient être légitimement affectés à des (...)

42 Ma chère Amie
Je suis fort satisfait de recevoir de vos nouvelles plus fréquemment que cy-devant ; il faut convenir que la circulation directe a été gênée parce que les lettres qu’ils avoient pour Versailles devaient revenir à Paris. Je viens de recevoir votre dernière en date du 30 octobre [n. p.]. Je suis bien charme d’apprendre que le sieur LAMBIN vous a rendu une visite avec Monsieur DELECOURT. Il vous aura sans doute fait un détail exact de notre position que nous avions à Versailles pour lors, mais il n’aura pas pu prévoir tout ce qui devoit arriver à Paris. Aujourd’huy, on a décrété les biens du clergé à la disposition de la Nation et à la surveillance des provinces7. La portion des curés ne pourra pas estre moins de douze cents francs, une maison et un jardin, et ils seront dotée à l’avenant de la population. Ainsy pour le plus grand nombre dans notre province, ils pourront avoir deux mille jusque trois mille livres.

43 Il n’y aura plu à l’avenir autant de maisons religieuses des deux sexes. Les moines et les chanoines seront portionnés comme les autres, mais ils n’auront plus de portions à six et dix milles francs. La chose a passé à 568 voix pour et 346 contre et quarante qu’ils n’ont point voulu donner leurs voix. Le surplus des biens de toutes ces maisons religieuses sera pour former des établissements pour l’éducation des pauvres et des maisons de travail ; ainsy il n’y aura plus que ceux qu’ils ne veulent point travailler qui pourront être pauvres. On supprime entièrement la mendicité. Mais quand les biens ont été déclarés être à la surveillance des provinces, cela a changé tout à fait les opinions. Tous les membres de notre bailliage ont voté pour. Cependant à regarder les choses sur l’advenir, il y aura moins d’établissements pour les enfants de famille. Il avoit plus de dix mille curieux qui s’étoient rendu aux environs de l’archevêché, pour scavoir de quelle manière on auroit décrété sur un objet aussy important.

44 Il faut que je convienne que je ne vous avois point compris dans votre avant-dernière. Vous m’avez marqué que ODON devoit faire une vente de ses moutons, j’ay cru absolument qu’il n’était plus d’intention de les tenir pendant l’hiver, suivant que vous me dites qu’il en vendrait une vingtaine à la fois. Pour lors, le berger pourrait acheter des « six dents » *. pour compléter les écuries et acheter les « quatre dents » * pour les prendre vers le commencement d’avril, suivant le marché qu’il pourrait faire et que mon frère Constantin luy fasse compagnie. Quant au prix du gras à présent, il se vend à la boucherie à l’avenant de dix à douze sols la livre, mais tout cela peut changer d’icy au temps de la vente que nous ferons de nos moutons gras. Je vous ay dit dans ma dernière que vous pouviez disposer de cet objet.

45 Quand aux obits que vous pourriez faire dire des messes à l’intention de nos pères et mères, sans pour cela qu’il faudroit appeler personnes ou du moins y appeler tant de monde qu’à l’ordinaire.

46 J’ay reçu une lettre de Monsieur PICHON, directeur des postes de Dijon. Il me marque que le vin de Bourgogne est fort cher ; il faudra payer pour une feuillette 125 sans y compter la voiture et je crois que la voiture coûtera cinquante livres. Ainsy il nous coûtera 16 patars le flacon. C’est d’un grand prix mais cependant je suis d’intention d’en prendre une feuillette (120 litres) pour nous servir d’appui quand nous ferons la petite causette ensemble. Ce vin ne sera livré qu’au mois de mars, le charroye ne se fait qu’en cette saison. J’espère que nous serons ensemble pour ce temps-là. Vous voierez par les journaux que nous aurons bientôt des Assemblées provinciales et municipales, vous sçaurez de la manière qu’on traitera l’organisation de ces assemblées.

47 Des compliments à toute notre famille !

48 Je suis très sincèrement ma chère Amie votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

49 De Paris le 5 novembre 1789

50 Ma chère Épouse
Je ne croiois pas avoir manqué de vous écrire au moins deux fois la semaine et suivant que vous me marquez vous étiez impatiente depuis deux jours je ne crois pas de m’avoir oublié autant que cela, il se pourroit bien qu’ayant profité d’un moment de promenade pour me dissiper, m’auroit fait cet échapatoir. J’ay reçu la votre le quatre au soir par laquelle vous ne me donnez pas beaucoup de renseignements de l’objet que je vous avois demandé. Je peux croire que c’est un trait de malice qu’il aura voulu mettre en jeu pour se dédommager du chagrin qu’on luy a causé à Lille de ne pas vouloir mettre en exécution tous les conseils qui leur fournissait. Je sçais que la Noblesse et le Clergé n’ont plus osé s’assembler comme ils faisoient cy-devant ; ces deux ordres sont bien dangereux dans notre province. Ils ont cherché tous les moyens possibles pour persuader que tous les décrets qui se passoient dans notre Assemblée auroient été sans valeur, il faudra cependant qu’ils conviennent de tout à présent. Le Roy vient d’accepter le décret des biens du Clergé à la disposition de la Nation, comme vous voyez les articles dans les journaux et de sanctionner la suppression des parlements qui sera peut-être parvenu chez nous avant ma lettre.

  • 8 P.F. Lepoutre anticipe en fait sur un découpage qui ne sera achevé qu’en janvier 1790. En effet, a (...)

51 Nous sommes actuellement occupés à la division du royaume en quatre-vingt départements ou environs. Je crois qu’il pourra être décrété aujourd’huy. D’après cela, on nommera combien il faudra de membres pour exercer les offices de chaque département, si la chose a lieu comme le plan du comité de constitution nous l’a présenté. Nous serons réunis avec la Flandre maritime et le Hainaut français parce que chaque département contiendra 584 lieues carrées. Je ne peux vous certifier dans ce moment que la chose aura lieu de cette manière ; le plan de constitution des provinces vous parviendra sous peu de jours 8 .

52 On est encore toujours dans l’inquiétude pour la subsistance dans Paris. Hier pendant toute la journée, le Peuple n’abandonnoit pas les portes des boulangers. On nous fait espérer que cette crainte finira bientôt. Nous n’avons que cet objet à redouter dans Paris et cependant le pain n’est pas plus cher qu’il y a trois mois ; il vaut actuellement trois sols la livre, mais il est bien bluté.

53 Il est surprenant que notre province ne montre pas plus de patriotisme ; cependant il est de toute nécessité que toutes les provinces tiennent pour ainsy dire par la main si l’on veut sauver l’État. Mais avant que tout soit remis dans un parfait équilibre, il faudra encore plus d’un an.

  • 9 Louis-Séraphim du Chambge, baron de Noyelles (1732-1794), député de la noblesse de Lille : le 14 d (...)

54 Le village d’Hallennes sur les marais vient de faire parvenir à l’Assemblée un don de cent écus. Ils ont fait circuler leur arrêté dans la Flandre maritime et également, je suppose, dans la notre. Peut-être que cet objet encouragera leurs voisins ; chaque jour on nous fait lecture du procès-verbal des dons patriotiques ; on m’a fait part qu’une dame se disposait à en faire un de dix millions, je ne dois pas vous l’annoncer comme une chose sûre. Je désire qu’à votre première vous me donniez un peu de détail comment le peuple aura goûté les arrêtés que je vous ay envoyés et que je vous envoye aujourd’huy, surtout concernant les biens du Clergé, car absolument les habitants de notre province se laisseray bien encore amadouer par la persuasion de nos anciens aristocrates, suivant que j’ay pu apprendre, le baron de NOYELLES 9 , un de nos députés de la Noblesse, fait le pire qu’il peut dans ses environs et dans la ville de Lille. Mais on m’a dit aussy que rien n’a influé sur le petit Peuple. Il a été obligé de demander des soldats pour garder son château.

55 Je désire bien, mon Amie que le beau temps revienne pour pouvoir achever la remise. Je vous plains dans ce moment, si vous avez d’aussi fâcheux temps que nous à Paris depuis quelques jours. Vous ne me donnez pas de nouvelles des morts et des mariages qu’ils arrivent dans notre voisinage, je suppose que tout est en stagnation pour cette année. J’espère que vous ne m’oublierez pas pour du beurre, je ne crois pas d’en avoir assez jusqu’à mon retour. Ce n’est pas qu’il presse pour le présent, car j’en ay encore au moins pour quinze jours.

56 Je vous prie de dire mille choses obligeantes à mon frère de Reckem des bontés qu’il a de vous rendre visite de temps en temps de même que toute notre famille à mon frère Constantin et nos enfants. Je désire que le Seigneur vous conserve la santé et à nous revoir le plus tôt possible. En attendant le moment, je suis sincèrement ma chère Amie

57 votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

58 4 heures du matin

59 Adresse à Messieurs les députés du Bailliage de Lille en Flandre à l’Assemblée Nationale à l’Hôtel de la Réunion rue des Moineaux.

60 De Paris le 7 novembre 1789.

61 Ma chère Épouse,
[…]
J’espère que nous nous avancerons beaucoup cette semaine concernant les Assemblées provinciales. Il m’a été dit qu’un de nos députés se disposoit à nous quitter dans deux trois jours, vous connaissez sans doute. C’est M. Il ne voit plus rien peut-être qui puisse tourner en sa faveur, je vous prie du silence sur cet objet. C’est que le dernier décret qu’il a été fait concernant les biens du Clergé luy ôte entièrement toute espérance de ce coté là. Il nous parvient des nouvelles du Brabant fort alarmantes, il y a eu un chocq des plus vifs. On dit treize cents Autrichiens restés sur le carreau et quatre cents citoyens et que les états de Brabant ont dégradé les armes de l’Empereur et qu’ils tolèrent la circulation de la monnaye frappée à son coing jusqu’à qu’il soit autrement pourvu par eux pour cet objet. On dit quatorze mille bourgeois de Gand bien armés et ainsy des autres places du Brabant. Mais on ne dit rien des Flamands ny des Tournaisiens. Peut-être resteront-ils expectateurs tranquilles.

62 J’ay reçu le beurre de M. BLANQUET, chirurgien de Mgr le Dauphin et il vous fait des grands compliments sans vous connoitre ; le moment pourroit bien arriver que vous puissiez le connoitre, mais il faudrait pour cela que vous veniez à Paris.

63 Je vous prie de vous rassurer sur les dangers qu’il y a dans Paris concernant les voitures. Je ne peux vous dire autrement, il y a quelquefois dans de certains passages quelque danger surtout le soir, et pour lors bien souvent, je suis rentré dans mon hôtel. Si vous appreniez quelque chose de particulier dans nos environs, je vous demande de m’en faire part.

64 Des grands compliments à toute notre famille et à tous nos enfants et aussy à mon frère Constantin. Je suis très sincèrement

65 ma chère Amie votre tres affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

66 De Paris le 11 novembre 1789

  • 10 Il s’agit de M. de Quarteveille, propriétaire des Wattines, qui fut président du parlement de Doua (...)

67 Ma Chère Épouse,
J’ay été charmé d’apprendre par votre dernière en date du 6 courant que vous aviez été chez Monsieur LEGRAND. J’auray été encore d’autant plus satisfait si vous auriez pu avoir conversation avec Monsieur le Président 10 , parce que vous sçavez que je n’ay plus de confiance aux dires de LEGRAND ; il pourroit bien que sa sœur vous aura parlé d’après les discours qu’elle aura entendus, mais je ne peux jamais croire que Monsieur le Président seroit de mauvaise humeur pour une surcy de paiement de quelques mois et au surplus mon ordinaire n’étoit que de payer à la nouvelle année. Dans le temps que vous avez été à Lille, il ne connoissoit point encore la suspention des parlements. Peut-être que cette révolution pourra luy être sensible.

  • 11 Sous l’Ancien Régime, les parlements se considéraient comme les gardiens des lois fondamentales du (...)

68 Hier on a décrété que la Chambre des Vacations de Rouen 11 seroit supprimée et qu’il seroit choisi d’autres membres parmi leur corps pour les remplacer et ils seront poursuivis comme coupables de forfaiture par devant le Châtelet de Paris. Vous voirez par les journaux de quoy s’agit pour cet objet.

69 Avant hier on a arrêté un homme de grande qualité, un comte ou baron convaincu d’avoir formé de faux billets de la Caisse d’Escompte, suivant le rapport qu’on m’a fait il n’était point possible de les pouvoir distinguer d’avec les vrais billets. Il sera poursuivi sûrement comme faux monneyeur, peut-être pourra-t-on découvrir encore quelques complices.

70 Nous sommes occupés à présent de la démarquation des provinces. Je vous ay dit dans quelques unes de mes lettres que nous aurions été réunis, les deux Flandres avec le département de Valenciennes. Mais je ne peux rien encore certifier pour cet article parce que tout cela peut changer de contenu. J’espère que vous me direz quelque chose de la manière de voir des habitants de nos environs surtout concernant les biens du Clergé, répondez moi franchement. Je peux croire que vous n’estes pas sans montrer les journaux à quelqu’un, je n’ay aucune réponse de personne de ceux à qui j’ay écrit sinon de vous.

71 Vous me dites que Madame SCHEPPERS vous a proposé que son homme pourrait bien nous rejoindre à notre hôtel, tout cela pourrait arriver, mais je ne suis point tenté de le croire. Nous sommes pour le présent très tranquilles, il n’y a plus d’inquiétude pour le pain, il n’y a que l’argent qui manque. Je crains bien que je ne pourray pas vous faire parvenir de l’argent. Nous ne pourrons jamais recevoir plus d’un mois à la fois. Je vous marqueray peut-être davantage à ma première que je vous écriray, je suis pressé de sortir pour me rendre à l’Assemblée.

72 Je désire que le Seigneur vous conserve la santé, des compliments à toute notre famille, je suis très sincèrement

73 Ma chère Amie votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

74 Des compliments à Monsieur le curé.

75 De Paris le 12 novembre 1789

76 Ma chère Épouse
Je viens de recevoir votre lettre du 9. Vous me faites part que Monsieur le curé trouve la déclaration du Roy portant sanction concernant les contributions patriotiques obscur. Il doit prévoir qu’il n’y aura peut estre pas cinquante personnes dans notre paroisse qu’ils auront un revenu net qui excédera quarante écus et en dessous de cette somme on est sujet à aucune déclaration, ce ne sera qu’un don de pure volonté, de plus on ne fera aucune perquisition et quant aux argenteries on doit les regarder comme argent reposant ; pour lors la contribution doit se faire à la valeur du poids et non à la valeur de l’achat puisque si vous les portiez à la monnaie, vous ne recevriez que la valeur du poids.

77 On a hier décrété plusieurs articles de Constitution concernant la division du royaume : il y aura quatre vingt départements ou environ, nous serons réunis à la Flandre maritime, le Hainaut et Cambrésis, cette réunion n’est point encore tout à fait sure. Nous s’assemblerons avec ces provinces pour en former la démarcation quand nous saurons au juste le nombre de départements.

  • 12 La question des députés suppléants demeure confuse au cours de la première année de l’Assemblée na (...)

78 Monsieur WARTEL a demandé hier un passeport illimité pour luy retourner en Flandre et le sieur POUTRAIN est arrivé sûrement pour le représenter. Le Président luy a refusé et je crois qu’il aura de la peine à l’obtenir parce que son suppléant n’a pas été élu dans les formes prescrites 12 . Je vous instruiray de tout à ma première. Je me recommande à vos prières, portez vous bien.

79 Ma chère Amie votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

80 Je vous envoye quelques brochures pour vous amuser le soir et vous connoitrez quel titre prendra le Roy à la tête des décrets qui paroiteront dans la suite.

81 De Paris le 15 novembre 1789

82 Ma chère Épouse,
J’ay reçu votre lettre en date du 10 par laquelle vous me dites que vous ne pouvez pas faire de proposition d’acheter des moutons à cause que vous ne pouvez pas payer comptant. Je peux dam ce moment ci subvenir à vos besoins de la somme de six cents francs que j’ay reçue hier. Je trouverai moyen j’espère de vous les faire tenir sous peu de jour à Lille. Pour lors, si c’est un profit d’acheter, vous pourrez peut-être par ce petit secours faire le marché.

83 Suivant le dire de M. TIBERGHIEN les laines seront point chères cette année. Je luy peux répondre qu’il ne peut point assurer le fait, car j’ose espérer que le crédit renaîtra avant que le temps soit venu de tondre les laines.

  • 13 Voir lettre du 9 octobre et la note sur la Caisse d’escompte.

84 Le plan que Monsieur NECKER nous a présenté hier de former une caisse nationale, en numéraire absolu au moins de cinquante millions et on pourra former par ce moyen deux cents millions de billets nationaux, y compris la Caisse d’Escompte. Pour lors, il y aura cinquante à soixante millions à l’appui du commerce. Il n’a encore rien de décrété dans ce moment pour cet objet, mais vous en aurez le résultat dans quelques jours 13 .

85 Quant à Monsieur WARTEL, il sera chez lui avant que ma lettre vous parvienne. Il est parti avant hier après midi, il luy a coûté un peu d’embarras pour obtenir son passeport. S’il avait été un sujet avantageux pour notre province, il nous auroy causé de la peine par son départ, mais c’est le contraire. Il vient de rendre un beau service à POUTRAIN. Il luy a fait part de se rendre à Paris pour le représenter en qualité de suppléant, sans nous avoir fait aucune proposition, et aujourd’huy POUTRAIN se trouve obligé de retourner en province, parce qu’on a fait parvenir à notre Président une réclamation des électeurs de Lille contre son élection, parce qu’elle n’a point été faite suivant l’ordre prescrit ; il n’est pas douteux que cela causera un peu de rumeur dans la province.

86 En parlant de province, je vous diray que notre département sera fort agrandi, nous serons unis à la Flandre maritime et le petit canton de la Gorgue, le Hainaut français y compris le territoire de Saint-Amand et peut être l’enclos du canal de Douay à Lille y compris le petit canal du Pont de Don à la Bassée. Je pourroy vous faire part de la démarcation absolue à une première lettre que je vous écriveray. Le département contiendra 824 lieues carrées. Nous aurons six districts administratifs et un chef-lieu de département. Je ne doute pas que ce changement frappera les esprits comme plusieurs de nous au commencement que le plan nous a été présenté. Mais aujourd’huy un chacun croit d’y trouver un avantage de la forme de cette division. Il y aura comme cy devant une municipalité pour chaque village qui seront choisis par les habitants du lieu. Chaque habitant qui paye trois journées d’impôt direct sera admis aux assemblées du village, ou assemblée primaire. Il n’y aura plus d’esprit de province qui a toujours jusqu’ici tenu les François comme peuple séparé l’un de l’autre, par cette division d’usage et de coutume. Cependant pour les premières années chacune des provinces actuelles auront encore un ordre de choses particuliers jusqu’à ce que chacune de ces provinces auront mise leurs affaires particulières au niveau l’une de l’autre. Quant à moy, je vois un grand avantage de se former en grand département, c’est que je crois que nous serons le département le plus peuplé du royaume et que notre province aura l’avantage d’être frontière depuis Dunkerque jusqu’à Condé, et des rivières et des beaux chemins.

87 Vous m’avez navré le cœur en disant que vous avez bien souvent versé des larmes depuis mon absence, mais vous ne m’en avez parlé que cette fois cy, il faut cependant ma chère Amie nous résigner à la patience jusqu’à que nous eussions finy la Constitution. Je ne voudrois pas quitter ma mission au moment que nous sommes pour mille écus. Je désire que le Seigneur vous donne la constance de supporter avec patience ce peu de temps que nous serons encore sans nous rejoindre. La femme de SCHEPPERS a fait part à son homme que le bruit étoit que je demandais ma démission ; aussy il y a sûrement de la malice cachée dans tous ces faux bruits qu’on fait circuler, car je ne peux croire d’autres qui ont fait parvenir de tels mensonges que ceux qu’ils avaient eux-mêmes le désir d’abandonner leur devoir.

88 Vous me faites part aussy que pour animer les esprits ou patriotique qu’il faut expliquer plus nettement. Il faut convenir que les sentiments d’intérêt particulier domine encore parmi un grand nombre des habitants de notre province et que les sentiments de l’aristocratie porte encore la loy. Avec encore un peu de patience tous ces anciens préjugés se dissiperont et vous pouvez être assurée que toutes les affaires iront bien dans la suite. Je vous envoye les journaux à l’ordinaire. J’attends de vos nouvelles le plus tôt que vous pourrez. Mes compliments à tous nos parents et amys. Je suys très sincèrement

89 ma chère Épouse votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

90 Des compliments au sieur Curé.

91 De Paris le 17 novembre 1789

92 Ma chère Épouse,
J’ay reçu votre lettre du 13. Je suys charmé d’apprendre que vous avez été vous désennuyer chez le cousin LECOMTE à la /este de Saint Martin, il paroit par votre rapport qu’il est fort aisé à tous ces Messieurs de raisonner bien tranquillement au coin de leurs foyers. Ils vous disent qu’ils désirent de me voir de retour, vous pouvez dire que je ne peut point ajouter beaucoup de croyance à leur dire, puisqu’avant mon départ, plusieurs ont su promettre de me venir voir à Versailles. Il faut croire que c’est en partie des mots et non des faits. Si je vous ay parlé de M. LEGRAND, ce n’est pas que j’en ay une parfaite connaissance, ainsy la prudence est de ne rien dire qui puisse le compromettre. Tant mieux si je suis trompé, il en a assez d’autres sans qu’il fusse de la partie.

93 Je suis bien content que le berger à acheté les trente moutons que vous me proposiez, puisque pour compléter le troupeau il en fallait autant, mais je ne peux pas certifier que le mouton sera aussy cher au mois de mars qu’il n’est à présent, et sur quoy on ne peut rien préjuger.

94 Je vous ay marqué dans une dernière que je vous auroy fait recevoir six cent francs. J’ay trouvé heureusement tout à fait une bonne occasion du sieur de RANCE, capitaine du régiment de Flandre, que j’ay salué ce matin pour cette raison. Il m’a témoigné de m’obliger de tout ce qu’il peut me rendre service pour notre province. Il doit partir de Paris vendredy prochain, il arrivera dimanche à midy à Lille. Je le prier ay de le remettre chez le sieur RENARD, notre neveu au marché aux poulets. Lequel sera prié de vous le faire tenir sitôt reçu par une lettre que je luy feray parvenir, que j’espère qu’il voudra bien vous rendre ce service. Je suys très fâché que je ne puis point vous remettre davantage pour le présent, il se pourra peut-être que dans quinze jours j’en auroy reçu.

  • 14 Le 17 novembre, indignés d’apprendre la protestation du parlement de Metz, les députés décrètent l (...)

95 On vient de porter un décret contre le parlement de Metz, en Lorraine, de se rendre à la barre de notre Assemblée concernant un arrêté qu’il avoir pris le douze de ce mois contre un décret de notre Assemblée et sanctionné par le Roy, faisant l’objet de loy de la Constitution 14 . Vous aurez le précis par les journaux au premier ordinaire. Le Haut Clergé de cette province s’étoit assemblé les quatre et cinq de ce mois concernant leurs biens que le décret du 2 a prononcé être à la disposition de la Nation. Ils y avoient appelé les curés de leurs provinces pour les engager à se réunir avec eux pour former une réclamation contre le décret de l’Assemblée. Mrs les curés ont eu la force de s’y refuser tous, disant que nulle corporation ne pouvait s’opposer contre les loys que la Nation elle se prescrit. Nous aurons un pareil décret à faire contre l’État du Cambrésis, aussy pour les biens du Clergé et je ne doute pas que ceux de la Flandre viendront après. Toutes ces démarches sont très déplacées et infructueuses.

96 Je vous envoye le discours de Monsieur NECKER qu’il a venu prononcer samedy dernier dans notre Assemblée concernant l’établissement d’une caisse nationale qui ne sera décrétée que vendredi ou samedi.

97 Je vous assure depuis que nous résidons à Paris que nous avançons à grands pas et nos descendants auront de la peine à croire qu’une Nation aussy douée que la Nation française ait pu faire une révolution en si peu de temps et vous pouvez hardiment persuader qu’il faut l’union entière de toutes les provinces du royaume si l’on veut sauver l’État. Ainsy ma chère Amye, je prie le Seigneur qu’il vous conserve en santé et nous en patience et fermeté.

98 Vous me ferez part, j’espère, de quelle manière aura été reçu Monsieur WARTEL à son arrivée à Lille. Je ne doute pas que cet abandon aura causé du trouble et il n’est pas mauvais de s’en défier. Attendant de vos nouvelles, je suys très sincèrement ma chère Amie

99 votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

100 De Paris le 20 novembre 1789

101 Ma chère Épouse,
Je viens de recevoir deux lettres en date du 15 et 17 [n. p.] de ce mois, votre exactitude dans ce moment m’a mis un peu hors du courant de mes réponses. Je dis hors du courant parce que j’étois toujours en avant sur vous et aujourd’huy me voilà au niveau. Vous me demandez, mon Amie, comment vous déclarerez le quart de nos revenus. Je ne trouve point beaucoup de difficultés. Vous connoissez comme moy les revenus de nos biens quoy qu’il en a une grande portion sur l’étranger et que nous ne sommes point obligés de le déclarer. Moy je considère que si nous déclarons trois cents florins pour être le quart de notre revenu, nous faisons dans cette somme un don de cinquante florins et pour notre état, ce n’est point trop, de plus avant de faire cette déclaration, vous pouvez encore réfléchir sur l’état de nos affaires.

102 J’espère que sous peu de jours, vous recevrez les six cents francs que je vous ay envoyé. Vous pouvez être assurée que c’est plus que mon quart à moy pour le présent, mais je crois que cela changera bientôt que la bourse du capitaliste s’ouvrira.

103 La démarcation de notre département n’est point encore tout à fait arrêtée. Je crois que nous serons réunis, les deux Flandres, le Hainaut, le Cambrésis et une lisière du pays d’Artois. Tout ce qui est enfermé par le canal de Douay à Lille et alors depuis La Bassée jusqu’à Gravelines, toutes ces réunions n’auront point encore notre quantième ; une fois cet objet arrangé, on pourra commencer à former les Assemblées provinciales, comme vous pourrez voir par les journaux moyennant de réunir tous les articles décrétés à ce jour.

104 La ville de Lille, je peux dire les habitants viennent de faire parvenir à notre Président leur adresse et adhésion, remerciements des arrêtés et décrets qui ont été faits par notre Assemblée. Il nous ont fait parvenir des copies de toutes leurs délibérations et un exemplaire du libelle que Monsieur LEFEBVRE de LA SERRE a avoué être de luy. C’est cette brochure incendiaire que je vous ay parlé, elle a été imprimée à Douay, alle a circulé au village avant d’entrer dans Lille. Ils en ont envoyé exemplaire au comité des rapports, pour être jugé par notre Assemblée.

105 Vous recevrez demain ou après-demain une quantité de réponses à cette brochure que vous distribuerez à nos amis pour les détromper des fausses alarmes que les ennemis du bien ont voulu faire croire au Peuple et surtout à ceux de la campagne. Nous aurons cependant encore quelques secousses à attendre avant de parvenir au but que nous tendons. Il y a sûrement encore quelque anguille sous roche qui remuera avant d’expirer.

106 Vous me faites part que le Peuple croit d’avoir le bled au prix de 25 livres le sacq pour la nouvelle année et que c’est d’après la déclaration de la femme d’un de nos députés ; défiez-vous, je vous prie, de nous compromettre. Je ne doute pas de votre prudence, mais c’est qu’il est si dangereux de faire croire au Peuple un bien qu’on ne peut pas confirmer. Je désire que le prix soit diminué à mon retour, mais il sera encore toujours trop cher pour les pauvres cette année.

  • 15 Anne-Pierre, marquis de Montesquiou Fezensac (1739-1798), député de Paris-ville, s’est prononcé en (...)

107 Il faut que je vous dise que je n’ay plus de boucles d’argent et ny aucun député de notre Assemblée. Nous avons déclaré hier unanimement que tous les députés remettront au trésor de l’Assemblée en forme de don patriotique toutes leurs boucles ; un membre a déclaré que tous les habitants de Bordeaux en avaient fait autant. On m’a soutenu que toutes les boucles du royaume formait un numéraire de plus de deux cents millions. Vous avez sans doute examiné le discours de Monsieur NECKER, il vous parroit sans doute effrayant, nous ne devons rien craindre, la France ne manque pas de ressource, car le plan de Monsieur de MONTESQUIOU 15 il nous restera au dessus du besoin de l’été, trente deux millions chaque année sans toucher des biens du Clergé.

108 Je désire que nos habitants de province reviennent de l’alarme qu’a pu leur causer toutes ces mauvaises brochures qu’ils ont circulé dans nos environs. Je suis un peu pressé pour l’Assemblée. Je vous souhaite une parfaite santé et je suis très sincèrement ma chère Épouse

109 votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

110 Monsieur de RANCE m’a venu saluer ce matin, il ne sera de retour à Lille que vendredi prochain.

111 De Paris le 23 novembre 1789

112 Ma chère Épouse,
Je vous envoye comme je vous avois promis dans ma dernière une certaine quantité de lectures imprimées. Je vous prie de les faire distribuer aux notables de notre paroisse. J’en ay fait parvenir aux paroisses voisines, telles que Bousbecque, Roncq, Halluin etc.

  • 16 Selon l’index établi par les descendants de Lepoutre, il s’agit de Lefebvre de La Serre, qualifié (...)

113 Vous connaissez à présent sûrement ceux de notre province qui voudraient encore s’opposer au bien général. Ils voudraient je suppose, jouir comme icy devant des abus oppressifs du Peuple ; ce sera pour eux un vain effort. Il pourroit bien arriver que LEFEBVRE de LA SERRE 16 serait forcé de paraître à la barre de notre Assemblée ; le rapport du comité n’est point encore fait, il pourra avoir lieu aujourd’huy ou dans une séance du soir de cette semaine.

114 J’espère que vous ne trouverez point mauvais de ce que je suis aussy bref aujourd’huy. La raison c’est que je suis empêché de faire les envoyes dans les paroisses que je viens de vous citer.

115 Nous avançons à grands pas à notre Constitution. J’espère que la semaine prochaine il paraîtra quelque chose de bien solide pour l’organisation des assemblées de département.

116 J’attends de vos nouvelles avec impatience ; des grands compliments à nos frères sur les terres d’Empire, les nouvelles de ces provinces sont fort alarmantes. Je suis très sincèrement, ma chère Épouse

117 Votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

118 De Paris le 26 novembre 1789

119 Ma chère Amie
J’ay reçu deux de vos lettres d’une poste en date du 20 et 21 ; par la première vous me faites part que vous estes satisfaite des moutons que vous avez ordonné d’acheter. Je ne doute pas que le marché soit bon si les moutons sont sains. Je crois que leur laine payera la moitié de leur nourriture ; pour lors je ne crois pas qu’on puisse perdre. Après ceux-là, tachez de vous mettre au fait pour ce moment de ces sortes de marchés car pour le moment, il faut que je vous dise que ces sortes d’attentions me sont comme étrangères ; mais ce n’est rien, je me crois encore assez de courage pour faire un petit noviciat.

120 Vous me parlez de Monsieur WARTEL et de l’accueil qui reçoit de ses bons amis de Lille. Je ne suis nullement trompé de la froideur qu’on lui marque, et il faut être de son caprice pour quitter une mission d’une telle importance au moment le plus nécessiteux et le plus intéressant de nos commettants.

  • 17 L’archevêque d’Aix est Jean de Dieu-Raymond Boisgelin de Cuçé (1732-1804) : en 1774, il a prononcé (...)
  • 18 Cf. lettres des 11 et 17 novembre 1789. La Révolution française est contre toute forme d’associati (...)

121 On a décrété hier le soir à la faveur des États du Cambrésis contre un arrêté qu’ils avaient pris contre les décrets de l’Assemblée et qui auroit pu induire le Peuple en erreur. De plus vous le trouverez inclus dans le journal. Nous avons fort avancé dans la scéance du matin, comme vous pourrez voir de même. Le mal qui se trouve c’est que nous avons pour notre Président, Monsieur l’archevêque d’Aix 17 , qu’il n’est point assez fort pour supporter le poids de cette charge, surtout dans ce moment où il faut porter des décrets contre des parlements et autres corporations 18 .

122 Et surtout s’il se trouvait des corporations du sentiment du curé de Tourcoing, suivant ce que vous m’en dites, il a fait un singulier personnage. Je suis trompé que les douze soldats qu’ils luy ont rendu une visite ont été aussy dociles, il faut bien croire que l’argent est une grande ressource dans de pareils cas et les habitants de Tourcoing aiment leur curé, je suppose comme le Français aime son Roy

123 Les lettres que je vous ay envoyées hier circuleront dans plusieurs paroisses. J’en envoyerai encore aujourd’huy une quantité. Vous ne manquerez pas d’en faire tenir entr’autres aux bons patriotes de notre village. Ils auront peut-être de la peine de se voir incorporés et avec égalité des autres habitants de notre châtellenie. Si c’est une perte pour eux, tant pire, car je ne vois pas d’autre moyen que de confondre son bien particulier au bien général ; voilà le chemin de la Paix et de l’union

124 Vous me faites part qu’au comité où se trouvait M. WARTEL étoit pour faire l’élection d’un suppléant à M. ; cela ne peut être avant que tous les districts du département ne soient assemblés et rien ne peut avoir lieu qu’après qu’on aura formé la loy d’organisation de toutes ces différentes assemblées.

125 Le sieur POUTRAIN qu’il est encore actuellement à Paris à la demande seule de Monsieur WARTEL. Je doute très fort qui ne sera pas accepté par le comité de vérification. Ainsy vous pouvez juger que si la commune de Lille feroit une assemblée pour élire un représentant à l’Assemblée Nationale, l’élection serait illégale et nulle parce que les habitants de la campagne n’y auroient point concouru.

126 Suivant les différentes nouvelles qu’on reçoit de tous les quartiers du royaume, il pourrait bien arriver quelque petite révolution et la cause ne peut avoir lieu que par les parlements et le haut Clergé et un petit nombre de la Noblesse. Nous devons attendre tranquillement et toujours avancer au but de notre mission.

127 Attendant l’heureux moment qui pourra mettre fin à nos travaux, je suis très sincèrement ma chère Amie

128 Votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

129 Des compliments à Monsieur le curé de Saint Pierre

130 De Paris le 28 novembre 1789

131 Ma chère Épouse
Je viens d’apprendre par votre dernière en date du 24 courant [n.p.], qu’on a fait courir un bruit que plusieurs de nous avoient pris le temps de se promener et même de dire que le sieur CHOMBART avoit été vu à la dédicace de son village, que Monsieur SCHEPPERS et mcry étions venus jusqu’à Lille ; aucun de nous n’a jamais quitté son poste, c’est à dire seulement être absent d’un jour de sa mission, c’est le premier point que les ennemis de la liberté ont cru devoir mettre en avant et faire croire par là qu’ils n’étoient que faiblement représentés par leurs députés.

  • 19 Un bénéfice est un revenu attaché à une charge ecclésiastique et tiré de biens d’Église (terres, r (...)

132 Quant au bois montant que Messieurs du chapitre de Saint-Pierre de Lille exposent en vente, il pourra arriver qu’on leur en demandera compte. Mais je peux regarder leur réponse à venir qu’ils avoient besoin d’argent, je ne doute pas qu’ils se serviront de ce voile. Mais Monsieur le curé de Bondues, je doute beaucoup qu’il puisse se tirer d’embarras avec les mêmes raisons car il ne peut démeubler un bénéfice 19 , sans je crois prouver une nécessité urgente, ce que j’ay peine à croire quant à luy, mais celuy de Neuville. Je regarde cet objet pour fort peu de choses, attendu que le produit ne peut être que fort peu de chose en valeur.

  • 20 Nous renvoyons au schéma (voir documents annexes) dressé par J.P. Jessenne pour avoir une vue d’en (...)

133 Vous me demandez ce que veut dire payer trois journées d’impôt direct, c’est que celuy qui payera un écus de capitation ou de vingtième sur ses biens de fond ou autrement quelconque, moyennant que ce soit des deniers réversibles à la Caisse Royale ou Nationale, ceux-là seront déclarés actifs et auront voix délibérative aux communautés pour nommer le maire ou officiers de la dite communauté et ils auront de même voix délibérative au canton pour nommer les membres des districts et du département ; voila donc un habitant actif celuy qui payera un écus ou environs dans notre province 20 .

134 Quant à la jument, je n’ay point d’autre conseil à vous donner que celui de la vendre. Si vous ne doutez rien quant à la morve *, exposez la sur le marché, mais si vous auriez le moindre doute, il faudroit mieux la faire tuer que de vous exposer à certains reproches et à critique publique. Vous connaissez trop combien est dangereux de subir le jugement de la populace.

135 Je suppose que vous aurez reçu des nouvelles de l’arrivée de Monsieur de RANCE et que vous m’accuserez la réception des six cents francs qu’il a bien voulu se charger pour me rendre service. Quand vous les recevrez du sieur RENART, vous luy remettrez un billet de reçu par vous pour sa décharge parce que le sieur de RANCE m’a laissé son billet par lequel il s’engage remettre au sieur RENART la dite somme de six cents francs.

136 Je vous envoye encore quelques lettres avec les journaux et je serais charmé que vous en envoyez chez le cousin ROUZE pour luy les faire tenir au sieur LEZAIRE son beau-frère à Neuville ; il ne m’est pas possible que je puisse joindre une lettre à tous ceux que j’en envoye, le cousin LAMBLIN de Bondues, LECOMTE de Bousbecque, le sieur LEZAIRE de Roncq, LEMESRE d’Houplines et plusieurs autres même mon frère CUVELLE. Je les ai fait parvenir purement qu’à leur adresse sans avoir le temps d’y joindre un mot de lettre.

137 Je vous en préviens et vous pourriez leur dire en cas que vous rencontriez quelqu’un de ces Messieurs que c’est faute de temps que je n’ay pas pu leur donner de mes nouvelles en particulier. Je vous avoue que je n’ay tout au plus le temps de répondre aux lettres que j’ay la satisfaction de recevoir de votre part. Les nouvelles que nous avons reçues jusqu’à présent du Brabant ont été très alarmantes, mais aujourd’huy on m’a dit que l’Empereur rétablissait les États de Brabant dans leurs anciennes situations et à fait fermer l’Université de Louvain et que pour ce moment, il leur accordoit une tref. Je vous prie de dire beaucoup de choses de ma part aux chers frères et que je compatis à leur sort pour ce moment. Jesuis attendant des nouvelles ma chère Épouse

138 votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

Décembre 1789

139 De Paris le 1 er Décembre 1789

140 Ma chère Amie
[…]
Vous avez mémoire que je vous ay demandé plusieurs fois comment le publicq pensoit dans nos environs, concernant les députés de notre province. Je vous répète cette demande pour que vous puissiez me donner quelques éclaircissements dans mes soupçons.

141 […]

  • 21 Le 28 octobre 1789, Rousselet (membre du comité des rapports depuis le 5 oct.) avait rendu compte (...)

142 Monsieur le doyen de Roubaix fait croire que le Roy a pleuré quand il a sanctionné le décret d’émission des vœux monastiques 21 . Je doute qu’il soit bien informé sur cet objet ; il connoit mieux ce qui ce passe à Tourcoing qu’à Paris ; votre curé qui est une de ses créatures pourrait fort bien venir chez vous pour y recueillir quelques articles à joindre à la feuille des aristocrates. Je vous ay déjà dit que la malice étoit à son comble, mais j’espère qu’on ne sera plus longtemps sans le dévoiler.

143 S’il m’échappe quelques propos dans certaines lettres, je vous recommande d’avoir de la discrétion, car aujourd’huy certains esprits mettent tout en usage.

144 J’espère que vous m’accuserez la réception des six cents francs que je vous ay envoyés par Monsieur de RANCE. J’ay appris qu’il a eu quelques jours de retard dans la route et qu’il n’a arrivé à Lille que le mardy ou le lundy. Je ne vous ay pas marqué la quantité de beurre dont j’ay besoin, mais bien le temps que je seray sans. Je vous prie d’observer que celuy qui se met en route sam connoitre jusqu’où il doit conduire ses pas, ne peut limiter le temps qui luy faudra pour parvenir à son but. Je vous ay marqué cependant que nous marchions à grands pas, tel que vous voierez par les journaux. Mais quand il s’agira de faire la répartition des impôts à chaque province, j’attends qu’il y aura beaucoup de débats de part et d’autre ; ainsy je ne vois pas d’autre moyen à prendre que la patience, malgré le désire que j’ay de me rendre au sein de ma famille. Attendant cet heureux moment, je vous prie de faire mes compliments à toute notre famille et je suis très sincèrement, ma chère Amie

145 votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

146 De Paris le 7 décembre 1789

147 Ma chère Amie,
[...]
Vous me dites d’avoir distribué les lettres au Peuple, mais vous ne me donnez aucune réponse de leur façon de voir. Quant aux habitants de la franchise de Linselles, ils ne croient plus pouvoir jouir de leurs anciens privilèges. Ils ont raison de se regarder réunis au corps des braves citoyens français, parce que sous peu de jours le loy générale se mettra au jour et où un chacun reconnaîtra la douceur et les avantages que chaque individu jouira sous la régie de cette nouvelle loy. Sûrement vous aurez reçu quelques plaintes de ce que je n’avois aucune relation avec nos MM. de Linselles, c’est que je croiois que la perte de leurs anciens privilèges leur étoit chère au coeur et que pour cette raison je les regardois comme tenir un peu de l’Aristocratie. J’ay écrit un petit mot au cousin VERMESCH cependant il y a quelques jours ; peut-être viendra-t-il vous saluer ? et demander mon adresse à Paris. Quant au sieur POUTRAIN, il continue sa résidence à Paris, non en qualité de député et ni même en celle de suppléant, de revenir en Flandre dans ce moment luy causeroit un peu de honte, il vaut mieux, quant au publicq qui reste encore un peu de temps, par ce moyen, ils croiront qu’il est nécessaire à l’Assemblée.

  • 22 Les notaires sont des officiers royaux chargés de dresser les actes et contrats auxquels les parti (...)

148 Vous me faites part du mariage du sieur LEZAIRE avec Mademoiselle DELPLANQUE de Chisoin [Cysoing] et je crois qu’il fait un bon parti. Comme elle est fille unique et que son père est notaire, je ne doute pas qu’il me fera l’amitié de m’écrire sur l’objet des charges de judicatures, que peut-être les notariats y seraient compris sous condition cependant du remboursement du prix de leur création. Le Comité de Judicature n’a point encore fait son rapport. Je ne sçais pas si les notariats seront compris dans les charges supprimées22.

149 Mercredy prochain on décrétera l’objet des finances, la Caisse d’Escompte sera supprimée de nom et sera rencorporée dans la Caisse Nationale sous le titre de Caisse ou de Banque. Il y aura dans chaque département une caisse sous la surveillance de l’Assemblée provinciale ; il n’y aura plus de receveur intermédiaire que le Trésorier du département et chaque année le compte sera rendu publicq et même chaque mois, on pourra connaître la balance des finances.

150 J’espère que vous me ferez parvenir du beurre le plus tôt que vous pourrez, car à la fin de cette semaine, sans secours, je seray obligé de vivre le matin et le soir à la façon parisienne qui est de manger du pain secq. je ne doute pas que la remise n’est achevée, car depuis sept à huit jours, il ne gèle plus à Paris, je crois qu’il est de même en province. Il faut, ma chère Amie, nous soutenir en patience encore quelques quinzaines avant d’avoir la satisfaction de pouvoir nous embrasser. Je désire que le Seigneur vous conserve la santé. Mes compliments à tous nos enfants et à mon frère Constantin et je suis sincèrement ma chère Amie

151 votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

152 De Paris le 8 décembre 1789

153 Ma chère Amie,
Suivant le rapport que vous me faites dans votre lettre en date du 4 qu’il arrive assez souvent du retard à mes lettres que je vous envoye, il pourroit bien que les gros paquets que je vous fait parvenir pourroit mettre le directeur de la petite poste de mauvaise humeur, à cause que mes lettres peuvent l’obliger de faire le voyage de Lille à Linselles pour une seule lettre.

154 […]

155 J’espère que le commerce reprendra avant trois mois parce que plusieurs grandes villes où il y a de bons négociants sont d’intention de souscrire pour former des ateliers d’ouvrages ou manufactures pour donner de l’employe aux pauvres et leurs intentions sont de plus de ne porter des habillements que des étoffes de la fabrique française. Ce n’est pas pour cela que vous ne devriez pas vendre du lin, il peut vous arriver que vous aurez besoin d’argent, ordinairement on se sert de ce qu’on a.

  • 23 Le 2 décembre 1789, l’Assemblée nationale décrète : les officiers municipaux en exercice et les co (...)

156 Vous me faites part que le sieur WARTEL ne recevra point d’honneur de son retour et aujourd’huy que chacun connoit de quelle intention il étoit ; croyez-vous qu’à présent il soit d’un autre sentiment, non, ma Chère, il paroitra bientôt une brochure qui porte pour titre : « Lettre d’un habitant des provinces Belgiques à ses compatriotes sur la vente des biens ecclésiastiques. » imprimé à Ypres et déclaré d’une imprimerie de Paris. Des braves citoyens de Lille et de Quesnoy ont découvert la trame, se sont rendus sur les lieux chez un commandant du district de l’imprimeur, luy ont fait le rapport de leur mission et se sont rendus chez le dit-imprimeur. Ils ont formé un procès-verbal contenant le fait et le nom des auteurs, qui sont Monsieur LEFEBVRE, doyen des chanoines de Comines, Monsieur GOSSE, curé du dit-lieu, vous n’avez pas l’idée de la mauvaise foy de ces concitoyens. Ils ne cherchent que le moyen de faire soulever le peuple et faire couler le sang. Il ne seroit pas étonnant que vous n’en auriez pas des nouvelles de sitôt parce que ces Messieurs ont enlevé tous les exemplaires et la planche du dit imprimeur. Je crains qu’il n’arrive une mauvaise secousse d’icy peu de jours dans notre province. J’ay appris que Monsieur le Garde des Sceaux a autorisé le Lieutenant-Général de la gouvernance de convoquer une assemblée générale pour nommer des députés pour remplacer le baron de NOYELLES et WARTEL et de plus nommer des suppléants. J’ay un grand doute de cette assemblée et je ne connoissois rien avant Lundy et mon doute le voici, c’est que je crois que cette assemblée n’aura d’autre but que de tromper la religion de nos braves citoyens de la campagne, en leur faisant voir sous un voile masqué que les intérêts de notre province sont altérés par les décrets de l’assemblée ; mais ce qu’il a de remarquable, il n’y a que les aristocrates, comme je crois, qui ont réclamé cette assemblée prématuré ; il a été formé un décret le deux décembre sanctionné par le Roy qui empêche de former aucune assemblée avant qui soit ordonné par l’Assemblée Nationale, pour que tout se fasse sous l’organisation de la nouvelle Constitution 23 .

157 Le sieur POUTRAIN est encore toujours à Paris. Je ne l’ay vu qu’une seule fois depuis qu’il séjourne dans la capitale, mais si son nom n’a pas été marqué en régie, c’est un défaut du secrétaire-rapporteur. J’ay reçu le beurre que vous m’avez envoyé et n’ayez pas de doute que je feray mon possible pour économiser, pour que cette portion puisse me suffire pour parvenir au but que j’aspire avec grande impatience. Je me recommande à vos prières. Des compliments à toute notre famille et suis très sincèrement ma chère Amie

158 votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

159 De Paris le 12 décembre 1789

160 Ma Chère Amie,
J’ay été bien satisfait de recevoir votre lettre aujourd’huy et en même temps d’apprendre que vous avez reçu les six cents francs que j’avais confiés au sieur de Rancé ; au moment que je la reçue, j’étais occupé d’écrire au sieur RENART et je luy marquois mon inquiétude de ne pas recevoir de vos nouvelles.

  • 24 Allusion à l’adresse envoyée à l’Assemblée nationale par les curés des villes et châtellenie de Li (...)

161 Vous me dites que je n’ay point compris votre demande concernant l’émission des voeux monastiques. Cela pourroit bien être mais je ne crois pas vous avoir annoncé aucune maison supprimée, je veux dire aucun ordre, mais que l’on auroit réuni plusieurs communautés en une et quant à Monsieur notre curé que vous me dites que vous ne sçavez pas sa façon de penser, je le crois et je sçais vous dire qu’aucun curé du doyenné de Roubaix n’ont souscrit à l’adhésion et adresse qui a été présentée à l’Assemblée Nationale et je ne doute pas que celuy de Tourcoing n’y étoit pour un bon quantième 24 .

  • 25 Voir supra note de la lettre du 27 août 1789.

162 Quant au cousin VERMESCH je ne sçais pas de quelle manière il aura conçu ma lettre. Je luy ay fait part que sous peu de jours il paroitra un nouveau code de loys et que cet objet donnera beaucoup de changements à l’ancien régime et usage. Je l’ay prévenu pour qu’il puisse aviser à quelques moyens qui luy auroit pu être avantageux, de plus que j’auroy été charmé qu’il auroit pu être associé au sieur LEMESRE d’Houplines pour la révision du compte de Messieurs les baillis d’État 25 , comme ayant été collecteur tous deux et très expérimentés en calcul, et quant à ce que vous me dites concernant le compte qu’il vous demande, j’ignorois si vous étois encore redevable, mais je serois fort charmé de sçavoir comment il aura connu ma lettre. Je n’avois d’autre but que celuy de luy faire du bien, si il étoit en mon pouvoir.

163 Je vous ay marqué dans ma dernière que le sieur LEFEBVRE, chanoine de Comines étoit de concert avec le curé du dit-lieu, je me suis mépris. Ainsy, si vous auriez déclaré que le curé étoit de son sentiment à quelqu’un, je vous prie de les détromper et que c’est une méprise de ma part.

164 Le comité des recherches ne tardera pas à faire son rapport à l’Assemblée concernant surtout le libelle imprimé à Ypres ; il ne faut qu’un petit nombre de sujets comme luy pour soulever nos braves habitants de la campagne et vous pouvez assurer qu’ils n’ont d’autre vue de tromper le Peuple sous le voile de la religion.

165 J’avois une lettre à envoyer au cousin LECOMTE, mais d’après ce que vous m’informez concernant VERMESCH, je différeray de lui écrire jusqu’à ce que vous m’eussiez donné de vos nouvelles, cependant ce que j’avois à luy marquer pouvoit le regarder personnellement.

  • 26 Le terme « occupeur à brouhette » sert à désigner un petit exploitant qui ne dispose ni de train d (...)

166 J’ay reçu une lettre du sieur CATEAU de Tourcoing contenant des instances pour que je fasse en sorte de luy procurer un employe dans ce nouvel ordre choses. Je luy ay marqué dans la lettre que je luy ay écrite que personne n’obtiendra aucune place ny charge par des protections personnelles et que toute place ou charge se donnera par élection au scrutin. Ainsçy il doit sçavoir que je peux moins pour luy dans ce moment qu’un occupeur à brouhette 26 qui sera déclaré habitant actif dans sa paroisse.

167 J’ay vu avec plaisir que Monsieur de LA GRANVILLE doit faire un don patriotique de 127 marcs d’argent et encore plusieurs autres. Croyez qu’aussitôt qu’il y aura quelques braves citoyens de cette classe qui feront paroytre au Peuple leur dévouement pour le bien général, notre province reviendra de l’erreur qu’on a cherché jusqu’à ce moment à inculquer dans les esprits.

168 Le sieur RENART dans sa lettre se plaint extrêmement et que suivant le dire commun, nous aurons beaucoup de place à donner. Je vous prie de le remercier de ce qu’il a bien voulu me rendre service d’après ce que je luy avois marqué dans ma lettre et aussy de lui dire que je ne manqueray de l’obliger en ce qui pourra dépendre de moy et faites luy entendre que je n’auray point aucune autorité plus que les autres citoyens.

169 Il fait beaucoup de brouillard à Paris, ce qui cause que nombre de personnes sont attaquées de rhumes, je suis du nombre. Je désire avec impatience de voir finir nos travaux pour avoir la satisfaction de nous réunir. Attendant l’heureux moment, je suis, ma chère Amie

170 votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

171 De Paris le 15 décembre 1789

172 Ma chère Amie,
Vous me faites part dans votre lettre du 11 que le sieur VERMESCH ne vous a point vu depuis que je luy écrit et que vous apercevrez qu’il y a de l’humeur de sa part. Il peut avoir pris pour luy ce que je disois pour autruy dans une phrase de ma lettre mais soit, je voudrois bien que vous alliez chez luy autant qu’il n’auroit pas venu chez vous depuis votre dernière et luy demander de voir ma lettre que je luy ay écrit. Et s’il ne vous a point encore payé laissez luy la charge de payer le cours de rente de la veuve LIBERT sous condition de luy satisfaire son temps perdu pour cet objet.

173 Vous m’avez fait plaisir de m’apprendre que vous avez acheté deux feuillettes de vin (tonneau de 115 litres) au sieur CARICHON et au même prix que l’année passée. J’espère qu’il ne vous en manquera du prest à boire quand j’auray la douce consolation de vous revoir. Je ne peux cependant pas vous fixer le temps au juste. La constitution des Assemblées provinciales et municipales paraîtra la semaine prochaine, au moins j’espère ainsy. Suivant la déclaration du sieur MARLIERE, médecin de chevaux, que vous me dites avoir été présent quand on a tué notre jument, n’y a connu aucune atteinte de morve *. Je suis bien satisfait de cette nouvelle.

  • 27 La fiente de pigeon était un des engrais très recherché dans cette agriculture flamande intensifié (...)

174 Vous aurez sans doute reçu une visite de CRETAL, domestique du sieur SCHEPPERS. Je sçais qu’il a été logé chez le curé d’Annoeullin à son passage, comme je luy avais conseillé. Et je sçais aussy que mon frère s’a fait connoitre pour être aristocrate et que les habitants d’alentour sont en partie de ce sentiment. Je ne suis plus surpris de ce qu’il ne m’a pas répondu aux dernières lettres que je luy ay écrites. Sous le voile de la religion, on y trouve l’intérêt et l’ambition. Je ne vous diray pas de lui écrire concernant le pigeonnier du sieur Louy de FOUQUIERE 27  ; je prendray sous peu de jours de luy écrire moi-même et quant au pigeonnier que DELATTRE vous a proposé, je l’ay trouvé extraordinairement cher l’an passé et de plus, comme je me trouve chaque jour avec beaucoup de seigneurs et fermiers du Cambrésis et Artois, peut-être pourray-je en acheter en étant à Paris. Je vous en donneray des nouvelles à ma première.

  • 28 Cf. la lettre du 11 nov. 1789. Réunie au royaume enl532, la Bretagne a été dotée d’un parlement en (...)

175 Hier le soir, on a décrété que la chambre des vacations du parlement de Rennes en Bretagne, seroit appelée à la barre pour expliquer leurs motifs au sujet des décrets de l’Assemblée sanctionnés par le Roy et envoyés par son Garde des Sceaux pour être enregistrés et publiés, ce qu’ils ont refusé de faire jusqu’à ce jour ; c’est le dernier des parlements qu’il faut rappeler à l’ordre 28 .

176 Il n’y a encore rien de fini pour l’objet des finances, cet objet est remis à jeudy prochain. Quand nous aurons arrangé cet article et la constitution militaire qui ne tardera non plus de s’arranger, il y aura encore la loy judiciaire qui demandera encore beaucoup de temps, avant que tous les points qu’elle doit renfermer soient arrêtés. Si le trésor royal seroit en fonds et rétabli en argent, je pourvois vous faire parvenir douze à quinze cents francs mais je ne peux dans ce moment parce que je n’ay que du papier et qu’on ne trouve pas à changer dans l’état de crise où sont encore les finances.

177 Je vous souhaite des bonnes fêtes de Noël et je vous prie de dire mille choses obligeantes à tous nos frères et sœurs quand vous en aurez l’occasion. Je me recommande à vos intentions et embrassez nos enfants pour moy, ce que je désireray bien de faire, en attendant l’heureux moment, je suys ma chère Amie

178 votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

179 P.-S. Vous trouverez ci-inclus la réponse à la lettre anonyme qu’on a fait circuler dans nos environs ; il y en a encore plusieurs autres, me dit-on encore plus mauvaises que la première et qui ne sont rien moins que pour soulever le peuple de nos Provinces-Belgique ; on m’apprend qu’il est arrivé beaucoup de troupes à Lille et aux villes aux environs, que l’on dit être pour observer la conduite des Impériaux où des Brabançons. Mais quant à ces derniers, il n’y a rien à craindre ; ils ont envoyé un extraordinaire au Roy, chargé d’un paquet de dépêches que le Roy n’a pas Jugé à propos d’ouvrir pour ne pas compromettre sa dignité, lequel paquet a été renvoyé à l’Assemblée ; il n’y a encore rien de décidé, sçavoir s’il sera ouvert dans notre Assemblée. Les plus instruits disent qu’ils réclament l’approbation des Français pour se déclarer républicain. Le temps nous en instruira.

180[La lettre du 22 décembre n’a pas été publiée]

181 De Paris le 27 décembre 1789

182 Ma chère Amie
J’ay vu avec beaucoup de satisfaction la lettre que vous m’avez écrite en date du 22 du courant par laquelle vous me faites part que le sieur VERMESCH vous a rendu une visite et il vous a déclaré d’avoir envoyé ma lettre que je luy avais adressée au sieur LEMESRE d’Houplines. Son rapport est très vrai puisque j’ay reçu une lettre du sieur LEMESRE lequel me fait part de la réception de cette lettre et il me fait la demande si une souscription de six cents livres tournois, en don patriotique seroit accepté par l’Assemblée Nationale, y jointe une adresse contenante adhésion et avouement aux décrets de l’Assemblée Nationale. Je luy ay répondu de ne point mettre en retard une aussy généreuse délibération faite par les habitants de sa paroisse et que je seroy charmé de voir que les braves habitants de campagne de notre province les imitassent sur cet objet, non pas tout à fait pour le don patriotique volontaire au dessus du quart de son revenu, mais seulement de se réunir plusieurs paroisses pour former une adresse contenante leurs adhésions et avouement aux décrets de l’Assemblée Nationale, à l’imitation pour ainsi dire de toutes les autres provinces du royaume.

183 Je vous ay dit que j’ay vu avec plaisir votre lettre ; c’est au détail que vous me faites de la conduite et régime qu’ont formé les habitants de Bousbecque d’avoir nommé quatre juges pour déclarer suivant leurs connaissances et consciences la faculté des habitants du lieu et que ce nouvel ordre de choses s’a fait fort tranquillement. Je vous charge de faire part au cousin COUROUBLE ou autres notables de Bousbecque, que j’ay communiqué leur conduite et façon de régire à plusieurs membres de notre Assemblée et que tous ont applaudit à cette conduite et qu’on ne peut pas douter du vray patriotisme qui les anime. Je désire encore quelque chose de leur part, c’est de se réunir plusieurs paroisses pour former une adresse à l’Assemblée Nationale contenant leur adhésion et avouement aux décrets, de même que j’ay fait au sieur LEMESRE et que c’est le seul rempart qu’on doit bâtir contre le reste des aristocrates et sur lequel on pourra planter l’étendard de la Liberté.

184 Vous me parlez de mon frère le curé d’Annoeullin, il me surprend d’avoir occasion de se plaindre à CRETAL de ce qui ne reçoit pas de mes nouvelles. Après luy avoir écrit deux lettres desquelles je n’ay point eu de réponse, j’ay cru que mes nouvelles luy étoient indifférentes et que j’auroy pu le gêner dans sa solitude et je ne suis point disposé à lui écrire de sitôt, hors qu’il me fasse parvenir une de ses lettres en réponse de celles que je luy ay fait parvenir.

185 […]

186 Quant à votre carton * je n’ay rien à blâmer de votre conduite à son égard et je sçais croire qu’il n’auroit point resté aussy longtemps, si j’eus été chez nous parce qu’il m’avait déjà fait prévoir par sa conduite que notre convention n’auroit point été de longue durée et je suys trompé de votre patience à son égard. Je réclame votre prudence. Il est sorti, c’est tout.

187 Quant au prix du mouton, je ne puis vous donner une parfaite instruction, concernant le prix qu’il se vend aux marchés de Sceaux ou Poissy, mais je sçais que le boucher de Paris le vend depuis dix jusqu’à quatorze sols la livre et comme je crois que la petite quantité que vous avez de gras n’est point suffisante pour envoyer au marché de Paris et que vous devrez en faire acheter pour compléter la bande. Je pourray vous donner avis à ma première, je vous avois déjà dit je crois de vous marquer le prix. Les grands embarras que nous avons dans ce moment sont la cause que je n’ay pas rempli ma promesse pour cet objet.

188 J’ay reçu une lettre de nos enfants que CRETAL m’a remis à son retour. Ils me marquent que leur cousin Auguste CUVELIER avoit fort bien fait à Douay, qu’il a été cinquième et troisième et qu’eux, ils ont obtenu les places de dixième et cinquième. Je suys assez content de leurs places et j’espère qu’ils n’oublieront pas les représentations que je leur ay fait plusieurs fois de profiter de leur temps actuel destiné pour leur éducation. Je demande que vous leur donniez chacun écu de nouvel an, au dessus de leur ordinaire, mais je désire qu’il en soit fait usage plutôt en faveur des pauvres qu’en autre dépense.

189 Je serais charmé que J.-B. LEDUC envoiasse son garçon pour une quinzaine de jours à Paris. Je luy ferois voir des machines de mécanique qui pourraient luy servir d’un grand avantage 1 o de scier du bois que trois personnes peuvent faire plus que quinze ; 2 o la construction d’une grue qu’un homme seul peut monter six mille de poids ; 3 o une autre machine pour monter des bateaux contre le courant le plus rapide.

190 Je vous souhaite une parfaite santé de même qu’à toute la famille et je vous prie de présenter mes respects à tous nos frères et sœurs et que je leur souhaite une bonne année. Je me recommande à vos prières et à celles de nos enfants. Je vous engage à avoir patience encore quelques quinzaines et attendant l’heureux moment de nous réunir, je suis très sincèrement

191 ma chère Amie votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

192 De Paris le 30 décembre 1789

  • 29 La question des pensions avait été ouverte par Camus le 26 décembre 1789, un état des pensions, do (...)

193 Ma chère Amie
Je suis trompé des plaintes que vous me faites de ce que vous ne recevez pas mes lettres. Je suis en ordre, je vous écrit deux fois la semaine exactement et j’ay reçu hier le soir la votre en date du 25 [n. p.]. Je vous ay écrit le 23 et le 26 [lettres non conservées] ; dans le premier paquet, j’avois joint plusieurs brochures intéressantes avec les décrets et instructions de la constitution des municipalités et la seconde les journaux comme dans la première et la liste des pensions établies sur le Trésor Royal29. Vous connoitrez par cette première liste combien on accumuloit de pensions sur une seule tête et plusieurs de ces pensionnaires en avoient le double ; certains et d’autres un tiers en sus, non rapporté sur cette liste.

194 Un membre de l’Assemblée avoit fait une motion tendant à suspendre le paiement des dites pensions jusqu’au mois de juillet prochain comme vous voirez par vos journaux et qui sera décrété aujourd’huy ou demain. Hier soir, on a décrété un refus de neuf cent mille francs que les Genevois faisoient offre en forme de don patriotique à la Nation. Vous connoitrez par l’explication du journal qui feroit mention que les Français ne sont pas pour recevoir aucun don d’une nation étrangère.

195 Monsieur le baron d’ELBHECQ suppléant du baron de NOYELLES est arrivé pour prendre la place de ce brave aristocrate autrefois religieux de Saint Cyr prés de Versailles. Il nous a fait une visite depuis son arrivée. Il s’est déclaré être du parti des bons patriotes ; la suite en décidera.

196 Notre département n’est point encore limité. Je crois toujours pour sûr que les deux Flandres, le Hainaut et le Cambrésis forneront notre département, il faudroit encore l’inclus du canal de Douay à La Bassée et une lisière du Bas-Artois, jusqu’à Saint-Omer pour compléter la surface d environ 310 ou 12 lieues carrées. L’assemblée de notre généralité doit se faire aujourd’huy après-midy pour cet objet ; cette division donne beaucoup de conférences entre les différentes provinces du royaume, mais j’espère que cela finira cette semaine et que toutes les provinces du royaume seront assemblées pour le 24 janvier 1790 pour former les nouvelles municipalités et par tout le royaume les ci-devant consuls échevins, et autres noms que chaque magistrat avoit, seront partout du même nom le maire et officiers municipaux. Les comptes des ci-devants intendants, subdélégués, trésoriers, états provinciaux, baillis d’état et magistrats pourront être révisés. J’oublie toujours que vous avez les journaux, cependant, c’est un article que vous pouvez bien en instruire le Peuple, je veux dire ceux qui y ont un certain intérét. À mon avis je croiois bien peu qu’on aurait remué et furonné sur tant d’objets quand je suis parti de chez nous. Ceux qui croient et disent qu’on ne fait rien et qu’on avance point, qu’ils viennent passer une quinzaine de jours et suivre les scéances, ils connoitront combien il coûte de peine et d’assiduités pour former une nouvelle Constitution dans un empire comme l’empire François.

  • 30 Cette lettre n’a pas été conservée ou P.F. Lepoutre fait une erreur de date.

197 Dans votre lettre du 28 30 vous me dites que DELANNOY devoit vous venir voir, mais qu’il n’avoit pas venu, je n’ay pas continué correspondance avec luy, il m’auroit coûté à tant de peines de plus puisque je luy écrit plusieurs lettres et il ne m’a point répondu comme plusieurs autres.

198 Je me suis informé du prix du mouton aux bouchers de Paris. Ils m’ont dit qu’ils achètent le bon au prix de douze sols la livre cependant j’ay un peu doute à les croire. Mais une douzaine de jours et même trois semaines avant d’envoyer sur Paris si vous ne trouvez pas à mieux vendre chez vous, vous me donnerez avis, je feray une éclipse d’un jour pour moy voir le marché de Sceaux qui n’est qu’à trois lieues de Paris. Vous serez sans doute obligée d’en acheter peut-être une cinquantaine pour faire une bande, car vous n’en avez pas assez ou peut-être vous arrangerez vous encore avec le cousin FAVIER de Leers pour cette fois.

199 Le fils de Monsieur SCHEPPERS et Monsieur CREPY, son beau-père partent aujourd’huy de Paris. Ils seront de retour à Lille vendredi à midi. Je les ay priés de vous faire des compliments, s’ils en avaient l’occasion et ils vous diront que nous avons mangé trois jours ensemble et que je me porte bien.

200 Je vous répète les souhaits que je vous ay fait dans ma dernière, une nouvelle année très heureuse parfaite santé et patience, je vous ay embrassé beaucoup de fois par mes lettres, mais je voudroy bien que ce fut en effet. Attendant ce jour, je suis ma chère Amie votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

201 P.-S. Pour une meilleure sûreté de la réception de nos lettres je trouve à propos de numéroter chacune des nôtres et par ce moyen nous connoitrons si la poste est en défaut ou retard et si le cas arrive je pourray me faire rendre justice.

202 Si vous connaissez quelque chose de particulier sur quelqu’objet qui mérite un peu d’en parler de même que mon frère Constantin, je voudrais bien que vous me le marquiez chaque fois que vous m’écriverez.

203 Je commence par celle-ci à numéroter N o 1.

Janvier 1790

204 N o 2 de Paris le 1er Janvier 1790

205 Ma chère Amie
La réception que je viens de faire de votre lettre en date du 29 décembre [n.p.] et celle de tous mes enfants y inclus m’a fait supposer pour unmoment que je me trouvais au sein de ma famille et de voir tous nos enfants nous entourer avec empressement, nous présenter à l’envie leur respect et obéissance, devoir que je ne doute pas qu’ilsne remplissent tous à votre égard.

206 Quoyque je ne sois point présent et qu’aucun d’eux ne néglige de faire son possible de pouvoir profiter du temps destiné à leur éducation ce que je leur ay beaucoup de fois recommandé et que je répète encore aujourd’huy plus que jamais et que je ne désire rien plus que de les voir un jour capables de s’attirer la confiance du publicq et pouvoir rendre service à leurs concitoyens par leurs conseils. Voilà je crois l’ambition que l’homme doit avoir, c’est d’être utile à ses frères.

207 Au rapport de la déclaration que vous avez faite du quart de nos revenus, je crois que nous ne serons point répréhensibles pour cet objet, de plus, vous pouvez dire que vous l’avez faite conditionnelle jusqu’à mon retour. Il y aura bientôt du regret pour ceux qu’ils auront voulu se soustraire par le point d’intérêt. Toutes les déclarations sont enregistrées, mais c’est qu’il y a un décret qui dit que la déclaration du quart de revenu de tous les citoyens du royaume sera imprimé et rendu publicq à la fin des deux mois de prolongation qu’on a accordés, ce qui donnera occasion à un grand nombre de décharger leur conscience par le point de l’ambition.

208 Je ne suis nullement surpris du nom d’Aristocrate qu’on donne à certains habitants de notre village et surtout à Mme. Sûrement que ce sera un grand changement pour elle, puisqu’elle n’aura plus rien à commander.

209 La perte qu’il y aura sur la laine de nos moutons qui sera tondues avant la Chandeleur ne sera pas assez forte pour engager à les nourrir quinze jours de plus. Quand il y aura dix patards de moins à la cotte sur les 60 cela n’est point assez pour dédommager la nourriture moyennant qu’ils soient gras. L’achat que le berger vous propose de faire et de partager par moitié au profit ou à la perte. La chose peut fort aisément s’arranger, moyennant qu’il en achète une quantité égale à celle que nous avons. Pour lors, il feroit le quart des frais pour la route et de faire deux lots pour la vente. Je ne peux pas vendre la moitié des nôtres ny en faire le prix conditionnel parce que je ne les connois pas, mais je suis content de faire moitié avec luy pour l’achat.

210 Vous me faites part du patriotisme de CUVELIER, marchand de tabac, qu’il a fait un don de dix écus. Je voudrois qu’il y auroit de temps en temps des habitants de nos environs dans notre Assemblée. Ils connoitroient le zèle du cœur français de concourir au bien de la Patrie. Avant-hier un des districts de Paris à présenté un don patriotique d’une douzaine de mille francs ; une pauvre femme voulant être dunombrede ces braves voisins n’avoit d’autre moyen que vingt quatre sols, a demandé de pouvoir mettre douze sols pour avoir la consolation d’avoir contribué avec ses voisins.

211 Les habitants de la ville de Sens en Bourgogne ont venu présenter un don de quatorze mille francs et demander la permission de pouvoir poser la première pierre d’un pont qu’ils doivent faire construire au nom de l’Assemblée comme représentant la Nation et de leur permettre de poser une pyramide en pierre et d’y pouvoir graver les noms de tous les députés.

212 La prolongation du temps que je vous ay proposé ne peut point être tout à fait juste. Peut-être que j’auray dit du trop ou du peu. Je vous exhorte d’avoir toujours bon courage et patience. Je vous remercie de l’offre de gauvre que vous me faites ; il n’est pas possible qu’ils puissent arriver sans êstre toutes en poussières, mais vous voudrez bien me faire plaisir de m’envoyer une petite potée de beurre de la contenue de dix à douze livres pour un de mes amis fermier du Cambrésis et cela le plus tôt que vous pourrez et qu’il soit bon, je dis bon, c’est que je sçais que ce n’est plus la saison du bon beurre.

213 Je n’ay point encore pouvu trouver du fumier de pigeon, comme je crois qu’il sera fort rare cette année à cause que les pigeonniers ont été obligés d’être fermés pendant la remise, et qu’on aura manqué de tirer sur les pigeons en Artois comme dans les autres provinces. C’est que si je n’en trouve pas, vous fumerez avec des tourteaux * et des cendres, comme l’an passé, moitié tourteaux et moitié cendres.

214 Je pourroy encore m’informer sur cet objet et si je n’en peux trouver je vous le marqueray. Je n’ay point encore parlé au sieur PILAT de Brebières, peut-estre qu’il pourra m’en procurer par la connaissance de ses amis.

215 Vous direz à nos enfants que j’ay reçu leurs lettres avec plaisir et que je suis fort content de Charlotte, que l’année prochaine elle pourra écrire aussy à son père. J’aurois soin de leur envoyer leurs et rennes de Paris, quand je pourroy en trouver l’occasion. Que l’agneau de Charlotte soit bien engraissé, il viendra à Paris avec les autres moutons et il sera vendu à son profit sans frais.

216 Si vous aviez besoin d’argent, je pourrois dans ce moment vous procurer six cents francs, vous pourriez pour cet objet parler à VERMESCH ; comme MM. d’Houplines ont fait la proposition d’envoyer six cents francs de don patriotique à notre Président ; c’est que par cette raison vous recevrez les deniers à Lille et moy je le foumiray à Paris pour eux. Si cela peut réussir, vous m’en ferez part sitôt que vous aurez reçu ma lettre.

217 Je vous prie d’embrasser mes enfants pour moy et que je me recommande toujours à leurs prières et que j’espère d’être content de leur conduite à mon retour. Attendant l’heureuxmoment de nous revoir, je suis très sincèrement

218 ma chère Amie votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

219 Je vous envoye encore une portion des pensions que je vous prie de ne point égarer. Je pourroy les faire relier à la fin.

220 N o 3 de Paris, le 5 janvier 1790

221 Ma chère Amie,

222 Je suis charmé qu’il n’y a point de faute de la part de la poste. Vous me faites part d’avoir reçu ma lettre du 27, mais je crois que vous ne les recevez pas trop exactement, qu’il y a un peu de retard. J’ay reçu la votre du 1 er hier le soir. J’ay appris avec plaisir que les habitants de Linselles avoient nommé des juges et que, suivant votre rapport, ils en ont montré l’exemple. J’espère pour lors que le nouvel ordre des choses ne souffrira pas beaucoup de difficultés.

223 Je vous avoye dit dans ma dernière que notre département auroit été fixé. Nous attendons cette définition assurée pour cette semaine. Nous serons toujours unis les deux Flandre, le Cambrésis et le Hainaut françois. La difficulté se trouve encore du coté du Bas-Artois. Nous réclamons nous-autres ce qu’il se trouve enclos du canal depuis Douay jusque La Bassée ; Carvin est un peu cher aux Artésiens. Cependant, je crois que la chose aura lieu mais il faudra qu’il soit décrété par l’Assemblée. D’après cet arrangement, on pourra convoquer les habitants des campagnes comme ceux des villes et bourgs à se choisir chacun leurs officiers municipaux.

224 Nous avons tenu une sçéance hier depuis neuf heures du matin jusqu’à sept heures du soir ; l’objet était très intéressant. C’étoit la suspension des pensions à commencer du 1° janvier jusqu’au mois de juillet et de supprimer celles que jouissent nos mauvais citoyens qui se sont réfugiés à l’étranger. Vous voyez que je n’ay pu me rendre au marché de Sceaux pour vous donner des nouvelles assurées comme je vous avoye promis dans ma dernière lettre, mais je ne crois pas y manquer lundi prochain.

225 Vous me faites part d’une triste nouvelle touchant mon frère ODON, c’est un accident qu’on oseroit en tirer partie de les vendre.

226 Je vous avait dit dernièrement de parler au sieur VERMESCH concernant le don patriotique que devoient faire les habitants d’Houplines, que vous auriez pu le recevoir à Lille et que j’aurois pu le fournir pour eux à Paris. Il n’en est plus question. Je viens de recevoir une lettre du sieur LEMESRE contenant l’adresse et une lettre de change payable à vue par un banquier de Paris.

227 Les notables de Quesnoy nous ont adressé une lettre contenant une adresse à l’Assemblée de leur dévouement le plus sincère et de leur adhésion la plus parfaite à tous les décrets qui sont émanés de l’auguste Assemblée et qu’ils sont prêts à défendre jusqu’à la dernière goutte de leur sang.

228 Les Compagnies Franches du dit Quesnoy ont fait un don patriotique de tous les objets qu’ils avoient en argent qu’ils ont remis à la monnaie de Lille.

229 Vous avez remarqué par les journaux que vous recevez que le compte de MM. les baillis de Lille sera rendu par devant ceux qui seront nommés pour les remplacer et même de dix ans si on l’exige.

230 J’ay appris que le curé d’Annoeullin a fait sa déclaration pour quart de la somme de quatre cents francs. Je trouve que cette déclaration est bien généreuse de sa part. Je vous prie de dire de ma part à tous nos chers amis et aussy à tous nos domestiques que je leur souhaite une heureuse année et qu’ils peuvent espérer que les années futures leur seront plus favorables que celles qu’ils ont passé depuis dix ans.

231 Attendant la satisfaction de recevoir de vos nouvelles, je suys

232 Ma chère Amie votre affectionné Mary P.-F. Lepoutre

233 P.-S. Peut-être que le mouton se vend plus cher à Lille qu’on ne pourroit vendre au marché de Sceaux ou de Poissy ; au reste, je vous en donneroy des nouvelles dans huit jours.

234 N o 4 de Paris le 9 janvier 1790

235 Ma chère Amie,

236 La lettre du 4 que je viens de recevoir m’annonce que vous avez reçu mes lettres dont j’étois inquiet de sçavoir si elles vous étoient parvenues et vous me faites part que les échevins se plaignent de ne point connoitre les décrets qu’on fait parvenir à notre paroisse. Il fait observer un fait, suivant l’usage ancien de Linselles. Je crois que les ordonnances n’étoient point toutes publiées, mais bien enregistrées et que sous l’ancien régime, le gouvernement n’avoit aucun droit sur la franchise et que jusqu’à que les ordres d’organiser la nouvelle municipalité, ils suivront l’ancien usage. Je ne doute nullement que le changement causera certaines inquiétudes et peut-être des plaintes, vous connaissez ma façon de penser sur cet objet.

237 Monsieur le baron d’ELBHECQ se montre jusqu’à ce jour un bon et vrai patriote et je crois qu’on pourra avoir fait de faux supposé à cet égard touchant ce qui a été imprimé à Ypres. Mais si vous aviez connaissance des autres membres, dont vous le dites quatrième, je voudrois bien que vous me marquiez le nom de deux que j’ignore. Il y en a un qui ne faut pas citer parce que son nom est répandu dans toute l’Europe, vous ne sauriez vous imaginer combien une bonne ou une mauvaise réputation circule dans ce moment.

  • 31 De nombreux libelles contre l’Assemblée nationale circulent dans les provinces belgiques et fronti (...)

238 Il me parait, ma chère amie, que vous ne me parlez pas ouvertement sur l’objet des aristocrates. Je me suis imaginé que certain libelle 31 pourroit bien circuler dans nos environs, par la raison que vous me dites de prendre patience, vous le supposez sur le fait d’une si longue absence et moy je l’ay pris d’une autre manière. Je vous invite et même je vous prie de ne rien tenir en silence pour touchant ce qui regarde l’objet de ma mission. N’ayez aucun doute de m’informer car dans ce moment il faudrait des choses extraordinaires pour me causer affectation. Je suis déterminé à concourir au bien de la chose publicq et rien ne peut me faire peine concernant les libellés que peuvent forger certains mauvais citoyens.

239 Hier la Chambre des Vacations du parlement de Bretagne s’a rendue à la barre de notre Assemblée pour se justifier de leur désobéissance à l’enregistrement des décrets de l’Assemblée. Aujourd’huy il sera peut-être décrété à leur charge de se rendre aux prisons du Châtelet et il se peut qu’ils seront déclarés coupables de forfaiture et de criminels de léze-nation.

240 Le don patriotique que les Messieurs d’Houplines m’ont envoyé a été présenté hier à l Assemblée avec celuy de MM. de Quesnoy ; la petite ville de Péronne a annoncé à l’Assemblée que le quart du revenu des habitants qui sont au nombre de quatre milles se montait à la sommes de quatre vingt mille francs. Une autre ville point grande cependant que j’ay oublié le nom a fait parvenir à l’Assemblée quatre vingt mille francs de vrai don patriotique. Les Hollandais, dit-on, ont donné un emprunt à la caisse d’escompte, quatre vingt millions en écus de France. Ainsy le numéraire ne tardera pas à se faire voir comme cy-devant joint à celuy que nos usuriers tiennent enfermé dans leurs coffres.

241 Vous me faites part que notre petite Charlotte est attaquée de la petite vérole et suivant votre rapport, elle n’en aura pas beaucoup. Tant mieux car la peau d’une fille, surtout à son visage cause quelquefois impression à certains sujets pour cause du premier coup d’œil.

242 Il me parroit que je ne seray plus longtemps à voir le berger avec une bande de moutons, mais vous ne me dites pas que vous en avez fait acheter ou si vous ferez avec le cousin FAVIER de Leers. Je ne puis vous donner aucune nouvelle du marché aujourd’huy, mais lundy prochain, je me rendray au marché de Sceaux et vous pourrez recevoir des nouvelles le vendredi suivant. La bourgeoisie de Paris demande fortement la diminution du pain et de la viande deux sols de moins à la livre, ainsy cela pourra faire plus que les frais de route, mais cette réclamation n’est point encore assurée.

243 Je suis chargé de vous prier de vouloir acheter une pièce de toile de la contenue de 70 à 80 aulnes de la largeur convenable à faire des chemises sans rien couper. Il faut que ce soit une belle toile et le prix je n’ay point d’ordre fixe ; mais vous connaissez le prix de la toile des chemises à manchettes que je porte. Si vous pouvez à votre première lettre que vous m’écriverez vous m’en marquerez le prix avec quelques échantillons que vous inclurez dans votre lettre ; ce n’est pas que le brave député m’a voulu toutes ces conditions au contraire il se réfère à tout ce que vous ferez et il m’a dit d’être content.

244 Le beurre que vous devez m’envoyer sous peu fera plaisir à Monsieur MORTIER, député du Cambrésis, car dans ce moment, il est un peu indisposé, cela pourra luy procurer une certaine douceur que nous n’avons pas l’avantage de trouver à Paris.

245 Je désire que vous disiez mille choses obligeantes de ma part aux cousins et cousines LIBERT et leur présenter mes souhaits de bonne année et que j’espère qu’ils n’oublieront pas la règle de multiplication. Ce que j’attends de trouver chez mon cousin ROUZE à qui je vous demande de présenter ces mêmes souhaits de bonne année. Attendant le jour de nous voir tous ensemble, je suis

246 ma chère Amie votre très affectionné Mary

247 P.-F. Lepoutre

248 P.-S.-Le grain dans certaines provinces est diminué d’un sols à la livre et on m’a dit que le marché de Lille est toujours bien fourni et qu’il diminue beaucoup depuis deux ou trois marchés.

249 N o 5 de Paris le 12 janvier 1790

250 Ma chère Amie,

251 Je me suis rendu au marché de Sceaux avant hier dimanche avec Monsieur le curé de Saint-Pierre, nous avons pris notre logement chez le sieur VINGLEMME aubergiste, pour attendre et voir le marché. Il n’y avait que trois ou quatre cents boeufs qui s’a vendu en sorte au prix de dix à onze sols la livre et très rapidement. Des moutons, il pouvoit y avoir quinze cents à deux milles ; le tout ensemble ne faisoit point douze cents livres de poids, et point gras ; le prix du bon, je veux dire le plus gras se vendait au prix de douze à treize sols la livre, de manière que le mouton manque dans ce moment. Si les moutons de chez GAHYDE de l’an passé ou des pareils eussent été sur le marché, j’auroy pu les vendre 80 livres, la couple au moins. Je me suis trouvé avec le sieur MORSALINES, notre ancien commissionnaire de Poissy, lequel a un garçon, m’a-t-il dit en Allemagne sûrement pour le commerce des moutons de ce pays là. Il m’a fait part qu’il n’y avait point de moutons à tirer de ces provinces et que sûrement ils seront très chers après Pâques. Le dit sieur MORSALINES m’a donné son adresse à Paris, que tous les mardy, il ne manque pas de s’y trouver. Pour lors, j’auray l’occasion de scavoir le prix sam falloir me rendre au marché. Vous pourrez vous consulter avec Antoine et Pierre CASTELAIN pour ces objets et peut-être n’y aura-t-il rien à faire encore cette année. Il n’est pas douteux qu’ils seront également fort chers dans notre région et l’on dit que la sortie est entièrement défendue des terres d’Empire. Il y avoit cependant un marchand d’auprès d’Ath, il avoit les moutons de l’abbaye de Cambron, qui m’a dit que les religieux de cette communauté étoient rentrés depuis trois semaines, mais qu’ils étoient encore sous une espèce de servitude à l’égard des commissaires qu’on avoit établis dans le temps pour la régie de leurs biens.

252 Si vous engagiez à faire plusieurs bandes, je crois qu’il serait nécessaire d’avoir un homme bien au fait pour veiller à ceux qui seront encore dans vos écuries. Versailles a été suffisant les années passées, mais comme vous ne pouvez pas veiller à ces sortes d’objets, c’est pourquoy je vous conseille d’avoir un berger que vous puissiez vous fonder sur luy.

253 J’ay été charmé d’apprendre par votre dernière que vous n’étiez point gênée d’argent et quant au payement des maigres moutons, vous aurez toujours le temps de vendre les moutons gras avant qu’ils vous soient livrés.

254 Je me trouve depuis trois ou quatre semaines visité de temps en temps de mon humeur rhumatisme et je ne le trouve pas de meilleur humeur que les années précédentes. Nous sommes encore toujours en combat avec les aristocrates, mais leurs efforts, comme je l’espère, deviendront inutiles. Quand on aura organisé les municipalités, que je suppose que Linselles aura reçu son envoyé comme les autres villages de notre province. Je vous avoye toujours marqué dans mes lettres que nous aurions été absolument unis, les deux Flandres. Il pourroyt arriver que nous aurions une portion de l’Artois à la place de la Flandre maritime, quoyque ce changement n’est encore qu’un projet et réclamé par plusieurs villes voisines de Saint-Omer.

255 Je désire que le Seigneur vous conserve la santé. Je finy, j’ay encore quatre lettres à répondre après celle cy. Attendant de vos nouvelles, je suis ma chère Amie votre affectionné Mary P.-F. Lepoutre

256 Dans le 11 139 il est dit Flandre, Brabant et Haynaut trois, c’est une faute de l’imprimeur, ce ne sera qu’un département.

257 N o 6 de Paris le 14 janvier 1790

258 Ma chère Amie

259 […]

260 À votre première, je serois charmé de sçavoir comment l’Assemblée de notre paroisse sera comportée au sujet de la nomination des nouveaux officiers municipaux, que la convocation doit se faire partout, huit jours après la réception de l’ordonnance. Ce changement devra sans doute causer un peu plus de troubles que dans d’autres paroisses à cause de l’ancienne régie que les habitants de la franchise jouissoient depuis plus de deux siècles. J’attends avec impatience de recevoir cette nouvelle et de sçavoir le nom de ce qu’ils auront élus pour former ce nouveau corps de magistrats.

261 Je vous prie de présenter mes respects à tous ceux et celles qu’ils ont eu la bonté de souvenir de moy, pour me souhaiter une heureuse année par vos organes que vous me faites parvenir par votre lettre Je désire que le Seigneur vous conserve la santé et vous procure bon courage et patience jusqu’à nous revoir. Attendant cet heureux moment

262 Je suis ma chère Amie votre affectionné Mary P.-F. Lepoutre

263 P.-S. Je vous envoye une liste des pensions, je serois charmé que ces sortes d’objets ne soient point brouillés pour moy pouvoir les faire relier quand j’en auroy reçu la distribution entière.

264 Je vous recommande de ne pas oublier la pièce de toile que je vous ay proposée dans ma dernière et d’envoyer quelques échantillons et leur prix.

265 N o 7 de Paris le 16 janvier 1790

266 Ma chère Épouse.

267 Suivant le rapport que vous me faites par votre dernière en date du 12, les habitants de Linselles font la déclaration du quart de leurs revenus avec un peu de lenteur et croyez vous qu’il y en aura qui contribueront pour former un don patriotique effectif comme ont fait les braves citoyens d’Houplines et de Quesnoy, action qui sera toujours mémorable pour leur postérité.

268 Vous me demandez pourquoy on a accordé deux mois de prolongation. C’est qu’un grand nombre de ceux qui jouissent d’un revenu par pension sont encore aujourd’huy dans une position incertaine, à quoi seront réduites ces dites pensions et que dans le courant de deux mois tous ces objets seront arrangés.

269 Vous me dites que Madame de RONCQ a quitté son château. Je n’en suis point du tout surpris, un tel caractère n’est pas à pouvoir supporter une humiliation de cette nature sans en ressentir un crève-coeur ; au reste il faut avouer que c’est changer de condition bien subitement, de haut et puissant Seigneur, n’être que de riches citoyens et qu’ils ne seront respectes que par leurs vertus et leurs talents.

  • 32 Après les journées des 5-6 octobre 1789, parmi les complots préparant la fuite du roi, il y eut ce (...)

270 Vous me dites aussy que vous avez appris par la Gazette que l’on avoit fait une tentative pour enlever le Roy 32 . Je ne vous donne pas de pareil avis pour éviter quelques doutes qui pour royent vous saisir dans de pareilles circonstances. Cependant puisque vous êtes informée de cette première tentative, je vous diray que mercredi dernier, on a fait une levée de deux cents douze à vingt soldats de la Garde Nationale soldée, qu’ils étoient attroupés aux Champs Élysées. Ces gens étoient payés par le clergé et une portion de la Noblesse, dit-on. Je sçais qu’on voudrait expulser l’Assemblée de Paris, il y a sûrement encore un grand nombre d’ennemis de la Révolution, mais j’espère que sitôt qu’on aura organisé les municipalités que leurs forces se trouveront anéanties.

271 Quant à la plantation de douze cents de terre en tabac que les DELANNOY et VANDAMME vous proposent, je ne suis point au contraire ; mais c’est qu’il faut observer que je n’auroy point de fiente de pigeon cette année à cause de la destruction des pigeons et qu’on les a chassés comme gibier dans les campagnes. Vous pourriez cependant suppléer par d’autres engrais tels que le wagage * fumier et tourteaux *, il faut encore observer qu’il faut se choisir une terre qu’elle n’est pas fort seiche de son naturel ; il faut faire vos conventions qu’ils fourniront toutes les plantes ; ils pourront essemer un pacque chez nous, mais le tout à leurs frais particuliers, sauf chez nous qu’ils pourraient prendre pour les fumer ce qui se trouverait plus avantageux pour la production des plantes. La plus grande difficulté qui se trouve dans de pareilles entreprises c’est le convenu du prix et quelquefois, la nourriture qu’ils ne manqueront pas de vous faire la proposition ; si vous vous arrangez, tachez de vous trouver le moins obligé possible et quant au prix, il y a plusieurs convenances différentes à faire pour ces sortes d’entreprises et vous me marquerez combien le tabac se vend cette année, car je n’ay aucune connaissance de cet objet.

272 Vous avez reçu le décret qui a été porté contre la Chambre des Vacations du Parlement de Rennes ; hier ils se sont rendus à la barre pour entendre prononcer le décret par notre Président et se sont retirés de suite sans pouvoir avancer aucune proposition pour leur justification.

  • 33 Du 7 décembre 1789 au 16 janvier 1790, à la suite des rapports concernant les événements de Toulon (...)

273 On a finy aussy hier l’affaire de Monsieur d’ALBERT de RIOMS, Commandant général de la Marine de la ville de Toulon 33 . Cette affaire nous a fait perdre au moins une semaine de nos opérations pour la Constitution ; on a prolongé encore d’un mois la déclaration du quart des revenus qui sera jusqu’au 5 mars définitivement arrêté et cela la cause est que les possesseurs de bénéfices ont réclamé qu’il ne leur était pas possible d’avoir fini pour le premier février.

274 Je vous ay marqué dans ma dernière que le cousin DESURMONT aurait pu me donner connaissance de son banquier de Paris. Comme j’espère qu’il me fera ce plaisir, mais il faut que je vous dise que je ne pourray pas vous faire recevoir de l’argent avant le commencement de février. Je croyois qu’il n’y avoit plus de difficultés au Trésor Royal pour recevoir nos mandats de traitements. Je m’y suis rendu avant-hier. On ne peut payer avant le mois prochain et je ne pourray augmenter la somme que je vous ay proposée parce que l’on ne payera que tous les mois ; mais si vous étiez gênée, je pourrois créer une lettre de change sur mes mandats.

275 Attendant la satisfaction de recevoir de vos nouvelles, je suys très sincèrement

276 ma chère Épouse votre très affectionné Mary P.-F. Lepoutre

277 P S.- Le beurre que vous m’avez envoyé ne m’est point encore parvenu ; vous me marquerez le prix de la quantité. J’espère que dans huit jours, vous recevrez des nouvelles satisfaisantes.

278 N o 8 de Paris, le 21 janvier 1790

279 Ma chère Amie,

280 Je viens de recevoir votre lettre du 15 par laquelle vous me faites part que vous êtes incertaine des noms de ceux qu’ils étaient associés à Monsieur LEFEBVRE, doyen des chanoines de Comines et quant à Monsieur le baron d’ELBHECQ je ne crois pas qu’il eut jamais été compromis dans cette affaire et je puis vous certifier que depuis qu’il est membre de l’Assemblée à la place de Monsieur de NOYELLES, il s’a toujours montré comme un bon et vrai patriote. Ainsi si l’on vous tenoyt quelque propos à son égard et qu’ils fussent contraires à son mérite, vous pourriez démentir certaines calomnies qu’on pourroit faire sur son compte. Au surplus, s’il vous arrivait de recevoir quelques libelles, je vous prie de ne point vous en affecter, et si vous me trouveriez compromis dans le nombre de ceux qu’on inculperoit, c’est égal, il faut supposer que c’est un dernier effort que font les ennemis de la Révolution.

281 Quant aux imprimés que je vous ay envoyés, il ne m’est pas possible de me rappeler d’une fois à une autre ce que je vous fait parvenir, mais quant à celuy qui porte pour titre « Le confident Patriote », c’est un supplément qu’on aura joint à ceux qui vous auront été remis. Vous connoissez à qui vous les avez prestés. Ainsy vous pouvez connoitre suivant moy, celuy qui vous en a fait le cadeau, tel qui soit, il faut le regarder comme du papier blanc et s’il est contre le bien publicq, il faut mieux le brûler que de le faire circuler.

282 J’ay remis l’échantillon de toile que vous avez inclus dans votre lettre aujourd’huy, à celuy qui m’en a fait la proposition. Je n’ay point de réponse à faire à présent parce que je ne sçauray que demain sa résolution d’après que son épouse aura vu son échantillon. Vous me dites qui coûtera 18 à 20 sols de droits pour parvenir à Paris, ce n’est pas sans doute à l’aulne, car sy on devrait payer ce droit à l’aulne, je crois qu’il ne serait plus question de convenir du marché. Mais si c’est pour les droits d’entrée de France, c’est fort peu de chose. Il convient de sçavoir s’il ne faut pas qu’il y soit attaché un plomb ; vous vous souvenez de ce qu’il nous a arrivé pour une de nos toiles sortant de la franchise de Monsieur HOVYN.

283 Vous me mettez en inquiétude en me faisant part que vous vous êtes trouvée approchant sans argent, après avoir satisfait et liquidé avec ceux que vous m’avez nommés. J’espère recevoir des nouvelles de mon cousin DESURMONT sous peu de jours relativement à ce que je vous ay marqué dans ma dernière et s’il arrive que je ne reçois point de ses nouvelles cette semaine, je tacheray de trouver un moyen de façon ou d’autre de vous faire tenir environ six cents fr.

284 J’ay parlé aujourd’huy au sieur MORSALINES de Poissy. Les marchés de Sceaux et Poissy n’ont point changé de prix depuis que j’ay été à Sceaux, le boeuf à dix à 11 sols et le mouton à 11, 12 & 13 sols : mais je ne peux vous dire que nos grands moutons se vendraient à proportion sur ce prix. Après-demain, il y aura au marché de Poissy des moutons flamands et tondus d’après ce que le sieur MORSALINES m’a dit. Je pourroy luy en demander des nouvelles, jeudy et vous en donneray avis samedi ou dimanche. Je seroys fort d’avis de le reprendre comme commissaire pour cette année ; je suys connu de luy pour estre député et je ne doute pas qu’il fera son possible pour faire valoir notre marchandise homme franc et loyal. De plus il ne faudra pas passer par le change des louis, moyennant peut-estre un écu de trois livres par mille livres. L’argent sera remis par la diligence à Lille à notre dépôt où nous le désignerons.

285 On nous a fait apercevoir, ma chère Amie, que nos travaux ne finiront point encore de sitôt. Je vous ay, je crois, dit plusieurs fois que je ne pouvois vous dire l’époque où se termineront notre mission ; ce ne sera rien qu’un mois de plus, moyennant que ce temps soit reconnu avoir été employé à l’avantage de nos concitoyens. J’espère que le Seigneur daignera vous accorder santé et courage, et attendant de vos nouvelles et la satisfaction de nous embrasser, je suys très sincèrement

286 Ma chère Épouse votre très affectionné Ami P.-F. Lepoutre

287 P.-S.-Monsieur SCHEPPERS m’a dit de n’avoir point encore avoir reçu son beurre aujourd’huy. Je serois charmé de sçavoir si nos enfants ont été souhaiter une heureuse année à leur oncle, le curé d’Annoeullin. Vous me dites dans une de vos précédentes lettres que vous n’avez pas reçu de ses nouvelles depuis le mois de septembre ; c’est un fait qui m’a beaucoup frappé mais cependant, je crois luy écrire aujourd’huy pour luy communiquer que le long et ancien procès concernant la réclamation que faisoient les États d’Artois de sa paroisse sera terminé et décidé estre du département de Flandre et je crois luy faire parvenir une collection de procès-verbaux ; par ce fait, il se trouvera de suite au courant de ce qui s’a passé dans notre Assemblée.

288[La lettre no 9 du 24 janvier 1790 n’a pas été publiée]

289 N o 10 de Paris le 26 janvier 1790

290 Ma Chère Amie,

291 Je me suys rendu hier au marché de Sceaux comme je vous avoye proposé dans ma dernière lettre, la quantité de bœufs qui se trouvaient au marché n’étoit pas grande et se vendoit à l’avenant de 10 à 11 sols la livre comme le marché précédent, cependant il y a eu de renvoyés et la raison est que les marchands vendeurs y trouvent de la perte à cause que le bœuf est augmenté dans les provinces au moins d’un cinquième depuis trois ou quatre semaines. J’ay vu cinq bœufs qu’on vouloit vendre vingt cinq louis la pièce du poids environ de huit à neuf cents, le poids de chez nous.

292 Les moutons se sont vendus à l’ordinaire depuis dix sols jusqu’à treize sols suivant leur qualité, il n’y avoit tout au plus que deux mille moutons et du poids environ de quarante livres en sorte de manière que j’en ay vu vendre au prix de cinquante deux francs le couple mais avec la laine ; les moutons flamands que je vous avoye parlé dans ma dernière ont été vendu au marché de Poissy 70 livres et ils n’étoyent point gras.

293 J’ay trouvé Monsieur MORSALINES, notre commissionnaire de Poissy, lequel je dois parler encore ce matin, si j’ay un peu de loisir. Il m’a fait connaître à plusieurs bons bouchers lesquels m’ont dit d’aller au rencontre de nos moutons jusqu’au Bourget, moyennant que je leur fasse sçavoir le jour que le berger doit s’y trouver et ce sont des bouchers à payer comptant sur les lieux. Ce qu’il y aura de pire c’est que je ne sçais point comment le faire sçavoir au berger pour qu’il y prenne son logement.

294 Vous me dites qu’il a acheté cinquante quatre moutons au prix de dix écus, mais vous ne me faites pas part de combien il y en aura des nôtres dans sa bande, s’il n’arrive point de la diminution au marché, je crois qu’on pourra gagner au moins six francs à la pièce au dessus des frais. Peut-être serons nous tentée de faire acheter ceux de la Basse Cerne et DANSETTE ; mais il faut encore différer une semaine pour sçavoir si le prix continuera.

295 Vous me parlez des habitants d’Houplines, que l’on dit que le don volontaire qu’ils ont fait parvenir à l’Assemblée servira pour leur quantième ou quart de leurs revenus ; il faut désabuser le Peuple d’une pareille fausseté. Ils seront dans le cas de faire leur déclaration encore comme toutes les autres paroisses. Vous me faites part aussy que vous devez finir le compte avec le cousin VERMESCH et que vous avez l’intention de luy demander de retenir une somme quelconque et que je pourrois remplacer à Paris, il ne faut pas vous tromper, le produit du quart de revenus ne sera pas envoyé par chaque paroisse en particulier et peut-être que le payement ne se fera qu’en trois termes différents comme il est prescrit par l’ordonnance. Si ma lettre vous arrive en temps, je vous conseille de ne pas luy en parler et je pourroy aujourd’huy ou demain me convenir avec le banquier du sieur DESURMONT pour vous en faire recevoir à Tourcoing ; cela me fait de la peine de voir que vous êtes aussy gênée et il est malheureux que je ne puisse vous faire parvenir plus de six cents francs dans ce moment comme je vous l’ay marqué dans ma dernière.

296 J’espère que vous avez vendu vos laines au sieur TIBERGHIEN au prix de trois livres la cotte, sinon que c’est un homme que je crois que l’on doit avoir de la confiance. Je ne trouve pas que ce soit cher, car cette année notre troupeau doit peser au moins cinq à six livres, mais aussy je sçais que le commerce est fort ingrat en ce moment. Je reçois ses compliments que vous me faites de sa part, mais je ne reçois pas avec beaucoup de satisfaction l’excuse qu’il vous dit de me faire de ce qu’il n’a pas répondu à la lettre que je luy ay écrite. Je ne croiay pas recevoir des Tourcoignois un pareil compliment de vous dire qu’il n’avoit pas pu comprendre ma lettre à cause du stile et de la dictature. Je vous prie à l’avenir de ne plus vous charger de pareilles commissions.

297 Le labour des fèves que vous me proposez, je serois d’avis aux lins avant et de mettre les fèves à la houe au mois de mars.

298 Quant à l’argent, je pourray vous faire recevoir à Tourcoing. Je prendray mes arrangements aujourd’huy ou demain pour cet objet. Attendant de vos nouvelles, je suis

299 ma chère Épouse votre affectionné Mary P.-F. Lepoutre

300 N o 11 de Paris le 28 janvier 1790

301 Ma chère Amie

302 […]

303 Vous me dites que vous n’êtes plus d’intention de faire planter du tabac à cause de mon absence. Je ne vous ay donné aucune certitude à cet égard, je ne peux mettre ce fait qu’en supposition. Si vous croyez y avoir de l’avantage, il ne faut pas laisser d’en faire la plantation sous un peut-être et de plus, je crois qu’ils seront chers l’année prochaine, car il ne faut plus douter que le reculement des barrières aura lieu assuré et que la plantation sera libre suyvant moy par tout le royaume.

304 Vous me parlez du beurre, je vous ay marqué que je l’ay reçu, il y a plus de huit jours. Vous me marquez le prix à la livre, mais vous ne dites pas le prix du pot et de l’emballure, je luy déclarerois le tout pour 20 sols.

305 Nous sommes occupés actuellement à la division de notre département en districts, il est convenu qu’il y en aura huit ; mais la démarcation des limites du côté de l’Artois n’est point encore terminée. Je ne doute pas que nous aurons un grand débat à soutenir. J’attends qu’il faudra de toute nécessité que l’Assemblée prononce pour nous arranger. Au plus nous avançons dans nos travaux, au plus nous avons d’embarras, chaque jour nous avons deux scéançes à soutenir jusqu’à dix ou onze heures de nuit. Il faut vous dire sur cela que nous avons trois assemblées par semaine des volontaires. Cette assemblée est formée par les amis de la Constitution et elle porte le titre.

306 J’attends que vous me marquerez à votre première comment les élections se seront passées et si Linselles a formé une assemblée sans exception de franchise et châtellenie comme cy-devant Attendant la satisfaction de vos nouvelles le plus tôt possible, je suis

307 ma chère Amie votre très affectionné Mary P.-F. Lepoutre

308 P.-S.-Vous recevrez des compliments du sieur VERMESCH de ma part

Février 1790

309 N o 12 de Paris le 2 février 1790

310 Ma chère Amie,

311 J’ay la consolation de recevoir deux de vos lettres une en date du 29 et l’autre en date du 30 que vous me dites avoir mis au même courrier, cependant je les ay reçues d’un jour d’intervalle, et que j’espère qu’il aura arrivé la même chose à l’égard de ma dernière, dans la quelle j’ay inclus le billet d’ordre de Monsieur le baron d’ELBHECQ.

312 J’ay été au rendez-vous du sieur MORSALINES. Un des BONTE avoit vendu à Poissy 75 francs jeudy et 72 francs hier à Sceaux suivant les rapports du dit sieur MORSALINES. Les moutons flamands n’étoient qu’au poids de 70 à 75 livres de sorte donc que le mouton est encore au prix de 10 ou 11 sols au moins ; ce qui est à observer que les moutons flamands n’ont pas de laine, au lieu que les moutons des autres provinces, il n’y en a aucun qui soit tondu et suivant l’estimation que font les bouchers de la valeur de la laine des autres provinces ils ne l’estiment que pour les frais du marché. Pour lors il ne faut point attendre que nos moutons seront vendus à la livre au prix des moutons en laine.

313 Je n’ay encore reçu aucune nouvelles du berger. Je suis bien sur cependant qu’il m’écrira avant qu’il n’arrive au marché. Peut-être qu’il ne sera qu’au marché de Poissy à cause du mauvais temps qu’il a fait les premiers jours : s’il est pour le marché de Poissy, il faudra que je loge dehors. Il y a sept lieues de Paris, ainsy il ne me sera pas possible de faire la route sur un jour.

314 Si le berger vous envoye une lettre pour acheter les moutons de DANSETTE et ceux de la Basse Cerne, ils ne pourront point partir avant le 24 du mois ou bien c’est que Pierre CASTELAIN seroit de retour le 12, s’il vend au marché de Sceaux, pour lors, il pourroit partir le 16, mais si il n’est qu’au marché de Poissy, il lui faut huit jours de plus. Il y en aura encore sans doute des nôtres à mettre avec, mais s’ils ne sont point gras, il vaut mieux différer encore trois semaines pour qu’ils soient bien perfectionnés.

315 Si vous faites acheter les moutons du cousin LECOMTE, je voudrois bien que mon frère Constantin fasse compagnie et qu’il prenne beaucoup d’attention pour la pourriture, car il y en a un grand nombre de péry dans la Picardie de cette maladie ; ainsi il faut avoir beaucoup d’attention cette année et quant au prix suivant les rapports de mon frère ODON ; ils ne vaudront pas plus de trente deux livres ou sept écus au plus et il y en a une portion qui viennent de Calve qui ne sont point des grands moutons et peut-être a-t-il encore les moutons de son frère CAROUBLE qui ne sont point bien ordinairement, ainsy il faut acheter à choisir un bon quatre vingt seulement, il vaut mieux donner vingt patars de plus à la pièce et pouvoir choisir.

316 Vous me faites part que mon frère le curé d’Annoeullin vous a rendu visite. Il croira sûrement que j’en étois informé déjà. Je luy ai écrit le 30 janvier et il recevra ma lettre le 3 février. Je luy ai envoyé plusieurs brochures et je luy ai fait l’offre de luy faire parvenir les procès verbaux de notre Assemblée à commencer au premier octobre, pour le mettre au courant des opérations de l’Assemblée Nationale.

  • 34 À la suite de nombreuses rumeurs de complots et de la tentative effective de Favras, le roi se ren (...)

317 Nous attendons que le Roy se rendra dans notre Assemblée demain ou après demain et que ses intentions sont de se déclarer chef de la Révolution et le protecteur de la nouvelle Constitution 34 . Si cela arrive, il portera le dernier coup de mort aux aristocrates. Jusqu’à ce moment, ils n’ont cessé de chercher le moyen de renverser l’édifice, mais il n’y a plus rien à craindre, ils ne sont point assez forts. On a lu aujourd’huy le projet de réforme à faire des tribunaux subsistants, dans lequel sont compris les parlements ; ainsy ils seront dépouillés de la tutelle du Roy puisque nous l’avons émancipé en le déclarant Roy des François et le restaurateur de la liberté.

318 Je viens de recevoir deux libelles envoyés de Douay à mon adresse, sans lettres ni signature et pour lequel on me demandait quatre florins trois patars de port. Je les ay remis de suite à la poste pour qu’ils soient remis à l’auteur ou à la poste de Douay. Je ne sçais si mes collègues en ont reçu de pareils.

319 Je vous envoye une deuxième liste des pensions secrètes, tirée du livre rouge, mais il n’est pas si bien fait que le premier. Vous recevrez aussy les derniers décrets qui donnent explication des doutes que plusieurs paroisses avoient sur plusieurs objets pour l’organisation de leur municipalité. Vous en aurez deux, vous pourriez en donner un, s’il étoit encore temps pour instruire les habitants de Linselles ; ils seront cependant envoyés de suite et sanctionnés par le Roy.

320 Si j’avoys été aussi informé qu aujourd’huy que vous n’étiez pas gênée d’argent, je ne m’aurois pas mis moi-même dans l’embarras ; dans ce moment, je me trouve riche en papier de la caisse d’escompte et sans argent, mais j’espère cependant trouver un moyen de m’en procurer. Quand vous aurez l’occasion, je vous prie de présenter mes respects à tous nos frères et sœurs. Je vous souhaite une parfaite santé et bon courage et espérons que nous serons réunis ensemble au courant de cette année ; attendant ce moment heureux

321 Je suis ma chère Amie votre affectionné Mary P.-F. Lepoutre

322 N o 13 de Paris le 5 février 1790

323 Ma chère Épouse,

324 Je vous avoye marqué dans ma dernière que le Roy étoit d’intention de venir au milieu des représentants de la Nation. Ce jour heureux est arrivé. Il est venu hier nous prononcer un discours et nous parler franchement comme un père au milieu de ses enfants, dont je vous envoye plusieurs extraits de ce discours imprimé. Je vous prie d’en envoyer à vos amis, et particulièrement à Monsieur notre curé, peut-être jugera-t-il pour un bien d’en faire la lecture au prône de la messe paroissiale.

325 Je regarde le jour d’hier comme un des plus beaux jours de ma vie, aucun de notre As semblée n’a pu se contenir sans donner des larmes de joie et d’attendrissement et vous en serez convaincue en faisant la lecture. Je désire qu’il soit lu chez nous à haute voix, tous nos domestiques assemblés et je demande que vous leur donniez quelque potées de bière pour boire à la santé du Roy le Monarque si bienfaisant et de l’Assemblée Nationale qui ne cesse de travailler presque jour et nuit à chercher le moyen de les soulager et de les rendre heureux dans leur état.

326 Il y a eu illumination hier la nuit dans tout Paris et les aristocrates se sont mis au lit, très malades et affectés de ce coup mortel que le Roy leur a porté. Je les crois assez prudents pour ne plus tenter la contre-révolution.

327 Vous me parlez de la plantation du tabac, ce n’est pas que je vous ordonne de faire cette convention. Je vous laisse la liberté de faire ce que vous jugerez faire pour le mieux sans vous gêner. Je sçais que c’est un grand embarras surtout quand il faut le coudre et qu’il fait du mauvais temps.

328 Quant aux échantillons que je vous ay demandés, il n’y a rien de pressé pour cet objet et peut-êstre deviendront-ils inutiles, parce que je ne suis point d’intention de faire venir des toiles sans préalablement être bien sûr de les recevoir comptant.

329 Vous me faites part que les municipalités commencent à s’organiser dans les paroisses de nos environs. J’espère que tout se passera tranquillement jusqu’à un certain point ; mais l’assemblage des électeurs de tout le département est plus à redouter. Nos limites avec l’Artois n’est point encore arrêté et le chef-lieu n’est point encore fixé non plus. Il faudra que le comité de constitution fasse son rapport pour que l’Assemblée Nationale prononce le décret qui arrangera toutes difficultés.

330 […]

331 Je vous exhorte à avoir encore un peu de patience dans vos travaux. Attendant de vos nouvelles, je suis très sincèrement

332 ma chère Épouse votre très affectionné Mary P.-F. Lepoutre

333 PS.- À l’instant que je fermois ma lettre, j’ay reçu une adresse de la nouvelle municipalité d’Houplines sur la Lys. L’élection faite, leur brave curé a chanté le Te Deum à action de grâces.

334 Cette adresse m’est envoyée pour la présenter à l’Assemblée Nationale. Je désire que les autres paroisses prennent la même résolution

335 De Paris le 7 février 1790

336 Ma chère Épouse,

337 […]

  • 35 Le Pays de Lalleu est un ensemble de quatre principaux villages situés dans le Bas-Pays de Béthune (...)
  • 36 Deux éléments principaux ont joué en faveur de Douai : le fait que la ville était siège du parleme (...)

338 Il faut que je vous dise que Lille ne sera pas le chef-lieu de notre département, ce sera Douai en considération de la perte que cette ville a fait de son parlement. Nous avons été assemblés hier le soir avec tous les députés d’Artois et de Flandre pour former la démarcation de nos limites respectives ; les villages ci-devant contestés par l’Artois qui sont Annoeullin, Bonvin, Provins et Mons en Pevelle seront annexés au département de Flandre ; il y aura encore plusieurs autres endroits qui seront réunis à la Flandre maritime, tel que La Gorgue et une partie du pays de Laleu 35 . Nous avons eu ce matin une grande discussion dans notre Assemblée à raison du chef-lieu ; à la fin l’Assemblée Nationale a décrété en faveur de Douay 36 . Je ne crois pas une perte pour la campagne, mais plutôt pour les habitants de la ville de Lille.

339 Vous me dites que le grain que vous avez mis sur le marché a été vendu 24 et demy, c’est un peu de diminution à la vérité, mais c’est toujours très cher. Aujourd’huy, j’ay mangé avec un officier qui revenoit du Havre de grâce, le pain vaut quatre sols la livre et il y a beaucoup de provinces dans le royaume qui paient le pain à ce prix là ; ainsy nos provinces-Belgique jouissent du meilleur marché, peut-être, du royaume. Mais je crains qu’il sera encore bien cher plus tard, si vous ne vous trouvez pas obligée de vendre, tant pour l’emplacement de vos greniers que pour faire de l’argent pour subvenir à vos besoins, je ne crois pas qu’il sera meilleur marché q u’aujourd’huy.

340 Je vous fait part que le reculement des barrières aura lieu selon le rapport qu’en a fait le comité d’agriculture et de commerce et que nous n’aurons plus de commis dans l’intérieur du royaume. Ainsy les fabriquants de Tourcoing et de Roubaix gagneront sept pour cent sur les droits qu’ils étaient obligés de payer dans l’intérieur du royaume pour faire circuler leur marchandises.

341 On dit que le Roy doit partir sous peu pour Rambouillet pour se dissiper un peu, mais cela n’est point confirmé. C’est tout au plus si je trouve un moment pour vous écrire. Nous avons deux assemblées générales tous les jours et une les dimanches ; voyez si nous pouvons trouver le temps de manger et dormir !

342 Attendant de vos nouvelles, je suis ma chère Amie

343 votre affectionné Mary P.-F. Lepoutre

344 P.-S. Je vous préviens que le berger sera au moins un jour plus tard à revenir que dans ses autres voyages ; s’il est possible, j’ay envie de luy faire voir notre Assemblée.

345 […]

346 N o 15 de Paris le 13 février 1790

347 Ma chère Amie, Dans votre lettre que je viens de recevoir en date du 9, il semble que vous me faites une invitation de vous venir voir. Je suis très fort de cette intention sitôt que l’organisation de notre département sera formée. Pour lors pourroy je prendre une vacance de sept à huit jours, pour autant que tout soit en ordre dans notre province.

348 Vous me faites part que vous êtes d’intention d’acheter des toiles de concert avec mon cousin DESURMONT ; si vous me demandez mon avis sur cet objet, vous connaissez cet article mieux que moi, mais je crois comme vous qu’il y aura à gagner sur ces sortes de marchandise si le commerce reprend sa vigueur comme on l’espère. Ainsy, je vous laisse la liberté de faire ce que vous jugerez à propos pour le mieux.

349 J’ay reçu une lettre d’avis aujourd’huy de Monsieur HOVYN de Menin, que la pièce de toile qu’il m’envoye est en route depuis le 10, ainsy j’attends pour demain. Le commissaire me marque qu’il a payé 5 l. 7 s. 6 d. à la réception et expédition qu’il faudra que je rembourse au voiturier en augmentation de la toile et il ne me donne aucune autre explication concernant le prix. Je suppose qu’il n’a point de changement, que ce sera au prix de 48 sols comme vous l’avez marqué.

350 J’ay reçu aussy une lettre de Monsieur PICHON, directeur des Postes de Dijon, lequel me mande que le vin qu’il a mis dans sa cave pour moy. Il me fait part que c’est le temps de le voiturer pour estre arrivé au bon temps pour pouvoir le tirer vers la fin de mars, c’est à dire quinze jours après qu’il sera arrivé et il me marque qu’il le fera emballer dans une double futaille pour éviter qu’on en tire en route et il me dit de le conserver pour faire nos noces.

351 Si le cousin VERMESCH achète le notariat du sieur DIRDOUCK, je luy conseille de travailler de suite, pour obtenir ses provisions. J’ay été aujourd’huy chez le sieur DESJOBERT, secrétaire du Roy et agent de la Flandre pour luy remettre 28 livres pour le sieur LEZAIRE pour compléter la somme qu’il a coûté pour obtenir le scel de ses provisions et il aura soin de vous faire tenir cette petite somme à Lille ou chez vous.

  • 37 Au sujet de ce décret, cf. la lettre du 1er décembre 1789.

352 On a aujourd’huy décrété la suppression des ordres religieux 37 . Je ne vous expliqueray pas le décret, vous le trouverez inclus dans le journal du jour

353 Nous devons nous assembler demain à dix heures du matin pour se rendre en corps à l’église de Notre-Dame, cathédrale de Paris, pour y entendre la messe qui sera suivie du Te Deum. Je crois que le Roy s’y rendra avec la famille royale ; la commune de Paris nous y attendra et nous serons escortés par la Garde Nationale.

354 Je vous envoye ci-inclus plusieurs exemplaires qui portent pour titres « L’Assemblée Nationales aux Français. ». Je vous prie d’en envoyer un au maire de Bousbecque et un au maire de Linselles et de leur faire mes compliments et un chez le sieur LEZAIRE de Roncq. Il paroit que le Peuple ne se trompe pas au choix qu’il fait pour ses officiers municipaux. Suivant votre rapport, on attendoit que Madame LAURAGUAY devoit donner la démission aux anciens, le despotisme n’a plus lieu et le régime féodal est aboly pour toujours, ce qui cause un grand changement dans le nouvel ordre des choses. Vous ne m’avez pas fait part qui sera le secrétaire greffier.

355 […]

356 ma Chère Amie, votre affectionné Mary P.-F. Lepoutre

357 P.S. Je ne sçais pas ce que vous me dites touchant mon frère de Reckem ; il semble que vous voulez me faire part qu’il est blessé à la jambe puisque vous me dites qui sera bien trois semaines sans pouvoir marcher.

358 J’ay écrit au curé d’Annoeullin, de qui j’attendais des nouvelles la semaine dernière ; je crois que mes attentes seront encore une fois sans succès.

359 Si vous faites compte avec CASTELAIN, il faut observer qu’il doit payer moitié des frais que coûte celuy qui le représente pendant le temps qu’il est en route pour acheter et vendre les moutons gras mais point quand il sortira pour acheter des maigres. La vente des moutons vendus sur

le marché de Poissy à la somme de

4 850,10

y compris deux qu’il a vendu en route pour 49 livres

Droit de caisse

81,40

Reste

4 768,60

360 N o 16 de Paris le 17 février 1790

361 Ma chère Épouse,

362 La lettre que vous m’avez fait parvenir en date du 12 me fait présumer que vous aurez joui d’un moment de satisfaction, dimanche le soir au retour de Pierre CASTELAIN. Il vous aura sans doute fait rapport de l’embonpoint auquel il m’a trouvé, malgré la besoigne continuelle que nous sommes obligés de supporter chaque jour

363 Vous me dites que vous auriez désiré d’être à sa place, quelle douce consolation me procureriez vous, si vous pouviez de temps en temps me rendre une visite. Je ne peux pas trop m’étendre sue ce sujet de crainte d’éveiller le chat qui dort.

364 Vous me parlez de payer les cinquante livres de gros que vous avez déclaré pour le quart de nos revenus. Je ne vous conseille pas de payer à l’ancien collecteur, sinon que le magistrat ne le continue pour le trésorier de la paroisse, pour lors, vous pourrez payer le tiers ou la moitié selon les moyens que vous aurez. Vous sçavez que le dernier payement de cette contribution ne doit se payer que le 5 avril 1793 ; mais ce que je vous prie de ne point négliger de satisfaire à nos impôts ordinaires.

365 […]

  • 38 Voir le schéma en annexe pour l’organisation d’ensemble de la justice. L’une des innovations impor (...)

366 J’ay présenté hier à MM. les députés du bailliage de Lille, le plan que j’ay tracé pour former les cantons de notre district ; il m’a paru que cet arrangement pourra avoir lieu de manière que Linselles sera un chef-lieu de canton où se formera l’Assemblée primaire de tous les électeurs des paroisses que je vas vous marquer : Comines, Wervicq, Bousbecq, Roncq et Bondues, de sorte que ce sera dans ces assemblées qu’on nommera les députés qui devront se rendre au chef-lieu du département, il y aura dans chaque chef-lieu de canton un juge de paix et quatre prud’hommes, pour juger les causes de l’importance de 50 livres sans « appelle », s’il n’y a point de changement à mon plan 38 . J’ay jeté mes vues sur VERMESCH pour juge de paix ; il y en aura onze au moins dans notre district, sans y comprendre la ville de Lille.

367 Je vous envoyerai sous peu de jours la déclaration exacte de ce qui sera arrêté. J’attends de vos nouvelles le plus tôt possible et suis très sincèrement.

368 ma chère Amie votre très affectionné Mary P.-F. Lepoutre

369 N o 17 de Paris le 21 février 1790

370 Ma chère Épouse, Par votre lettre du 16 vous me faites part que le retour de Pierre CASTELAIN vous a trompé agréablement de le voir plus tôt que vous l’attendiez. J’ay trouvé à propos de luy faire prendre la diligence pour sa santé et quant aux frais je ne trouvais que fort peu de différence, puisqu’il falloit quarante francs pour le change des louis, de sorte que la voiture ne luy coûtera rien.

371 Ma lettre du seize vous aura peut-être mis dans l’embarras à cause de cette lettre de payement que je me suis chargé de payer à Lille le 24 chez RENART, comme je vous l’ay marqué. La pièce de toile de Monsieur HOVYN, j’ay reçu le montant et les frais de voiture. Vous ne devez payer que les soixante aulnes, les 31.7 s. 6 d. ont été compris dans les frais de voiture ; ainsy faut payer 144-0-0 au sieur HOVYN.

372 Si Pierre CASTELAIN auroit acheté des moutons, je crois qu’il auroit bien fait. Le dernier marché, BONTE a vendu 79 francs et Alexandre 80 francs et LALOU avait de la petite marchandise et il a encore vendu 69 francs. Ce n’est pas que je veuille vous exciter à faire acheter, peut-être sont-ils fort augmentés chez nous et que les nôtres ne sont point encore gras.

373 Vous avez reçu le décret de la suppression des ordres religieux, leurs traitements seront pour les Mendiants de 700 livres jusqu’à cinquante ans, 800 livres depuis cinquante jusqu’à soixante dix et mille livres pour l’âge au dessus. Les Moines par la même règle auront 9, 10 et douze cents livres ; les Frères qu’ils ont fait des voeux auront 3, 4 et 5 cents livres par la même règle que les précédents. Je crois qu’il y aura beaucoup de religieux qui fixeront leur demeure à la campagne et pourront se rendre très utiles à l’éducation de la jeunesse.

374 Vous me dites que nos cousins DESURMONT continuent de faire acheter des toiles. Je crois que la spéculation sur cet objet sera avantageux parce que suivant votre rapport, ils sont à fort bas prix pour le moment. Celle que vous avez envoyé pour le sieur PAULTRE, il la trouve fort belle mais elle luy coûtera 41.3s.0 l’aulne de Paris, et la pièce contenait 38 aulnes. Je n’ay point encore pu m’informer quelle qualité seroit la demande du jour mais c’est égal toutes les qualités seront toujours à la sortie et le gain ne se présentera pas encore si vite qu’il ne paroit plus d’argent.

375 Quant au domestique carton que vous avez gagé, je crois, comme vous qu’un enfant de famille remplira mieux son devoir qu’un autre, au moins toujours aussi bien.

376 Vous recevrez peut-être sous peu de jours la feuillette de vin du sieur PICHON, directeur des Postes de Dijon. Je l’ay fait adresser chez le sieur RENART pour être remboursé des frais de port et de voiture. Comme je crains que RENART seroit quelquefois sans argent, je vous prie de luy remettre en main pour cet objet, mais je vous donneray avis encore avant que le vin ne soit arrivé et je pourray vous marquer approchant le jour qui pourra arriver.

377 On a écrit une lettre à Lille. Je crois pouvoir soupçonner le membre qui l’a écrite, mais je désire que vous fassiez votre possible tant par RENART ou d’autres de vos connaissances pour en connaître l’auteur. Cette lettre contient en substance que nous avons signé à quatre le consentement avec les députés de Douay pour leur accorder le chef-lieu de département, de manière que les habitants de Lille l’ont cru pour un moment. Et la maison du curé de Saint-Pierre et de Monsieur SCHEPPERS ont été en danger d’estre pillées. Ainsy, je vous prie S’entremettre le sieur RENART, sçavoir s’il ne sçaurait me donner des nouvelles sures et sçavoir qui en est l’auteur.

378 J’attends de vos nouvelles le plus tôt possible et je suis très sincèrement

379 Ma chère Amie votre très affectionné Mary P.-F. Lepoutre

380 N o 18 de Paris le 24 février 1790

381 Ma chère Épouse,

382 J’ay vu avec beaucoup de plaisir la lettre que vous m’avez écrite le 19 par laquelle vous me faites part quand je pourrois prendre un peu de vacances. Vous voulez venir à ma rencontre, je voudrois que cela arrive bientôt, mais je ne peux vous dire dans ce moment quand ce sera, je ne crois pas que cela puisse être avant les Pâques. Peut-être pourrai-je faire compagnie à Pierre CASTELAIN à son dernier voyage.

383 Le vin que le sieur PICHON doit envoyer à mon adresse ne sera pas longtemps à arriver. J’attends de ses nouvelles chaque jour, qu’il me mandera quand il arrive à Lille.

384 Vous me dites que mon cousin VERMESCH seroit curieux de savoir combien coûtera l’obtention de ses provisions de notaire. Je sçais que le sieur LEZAIRE a payé trois cent huit à dix livres. Quand la charge luy sera adjugée, il pourra m’envoyer les pièces nécessaires pour cet objet et si je peux l’obtenir pour moins. Je feray ce qui dépendra de moy pour les avoir à meilleur compte et il est possible.

385 Je viens de recevoir en ce moment une lettre de Monsieur le procureur de Lille, rue de la Clef dans laquelle se trouve inclus l’extrait baptistaire du cousin VERMESCH, lequel me demande d’obtenir du chancelier ses lettres de naturalisation ; il me fait part qu’il n’a pu obtenir aucune charge à Linselles à cause qu’il n’était point regnicole ; peut-être vous viendra-t-il saluer pour cet objet, vous luy direz que je feray mon possible pour qu’il soit naturalisé le plus tôt que je pourray

386 Monsieur le curé vous a rendu visite me dites-vous et il n’a pas trouvé bon d’annoncer au Peuple le discours du Roy ; eh bien vous luy ferez mes compliments et lui direz que je le crois encore un peu aristocrate, mais qu’à la prochaine élection, nous tacherons de le mettre en charge, pour lors, il sera j’espère bon citoyen et Français.

387 Le sieur LAMBIN de Comines n’est pas celuy à qui vous devez payer les impôts, celuy-ci est avocat-notaire, l’autre c’est son oncle et il est collecteur de Bousbecq. Comme vous estes souvent gênée à pouvoir sortir, vous n’auriez qu’à faire apporter la quittance chez vous par le cidevant sergent J.-B. THEZE, comme il a fait déjà plusieurs autres choses pour des petits payements de cette espèce.

388 Quant au reculement des barrières aux frontières du royaume, que Henry HENNION vous parle, pour sçavoir le temps approchant, que cela pourra être décrété, vous lui direz que je ne peux pas encore le dire à présent, mais je crois sitôt les départements organisés que cela pourra avoir lieu, mais point avant.

389 Les moutons qui sont achetés chez le cousin LECOMTE me paraissent un peu cher, mais suivant le rapport que vous me faites qu’ils sont plus forts que l’an passé. Mais vous ne me dites pas le temps qu’ils sont livrés, car vous sçavez qu’un mois plus tôt ou plus tard fait un objet d’un écus à la pièce.

390 Vous me parlez de Toussaint GRAVE, concernant la réclamation que fait cette famille, ce n’est pas peut-être qu’ils ont l’idée qu’on peut traiter cette affaire sans en avoir connaissance et de plus ce sont toutes choses étrangères dans ce moment ; mais j’aime à croire qu’il leur sera fait justice quand les tribunaux seront établis et il y aura des juges qui traiteront les affaires des pauvres gratis.

391 Je crois vous avoir marqué dans ma dernière que l’on avoit pendu le marquis de FAVRAS après avoir fait son amende honorable au portail de l’Église de Notre-Dame. Il a été à l’Hôtel de Ville où il a fait son testament signé de sa main et dicté par luy. Il a été exécuté vers les huit heures du soir.

392 J’avois dit à Pierre CASTELAIN de vous faire part que je ne pouvais pas être plus qu’au demi-Carême sans avoir du beurre, si quelquefois il aurait oublié de vous le dire, c’est pour vous prier de s’en souvenir.

393 Monsieur MORSALINES de Poissy m’est venu saluer avec le maire et un autre échevin, lesquels m’ont apporté un don patriotique de deux cent vingt six livres en argent ; cela me donnera l’occasion de faire passer un billet de la Caisse d’Escompte, car je vous assure que nous sommes dans une grande disette d’argent dans ce moment à Paris et que l’on craint que le trésor royal manque à ses payements à cause que plusieurs provinces ne fournissent pas leurs impôts.

394 J’attends de vos nouvelles le plus tôt possible et suis très sincèrement ma chère Amie votre affectionné Mary P.-F. Lepoutre

395 P.-S. Je voudrais bien que vous me fassiez part de ce que l’on dit touchant la suppression des ordres religieux. J’en ay écrit au Père Augustin CUVELLE pour sçavoir s’il trouvera sa pension assez forte pour qu’il puisse vivre sans inquiétude et la façon de penser des autres religieux de son ordre.

396 N o 19 de Paris le 28 février 1790

397 Je suis charmé d’apprendre par votre lettre du 23 que tous les payements que je vous ay chargé de faire ne vous gène pas dans l’état de vos finances. Cela me fait plaisir que Barthélemy DUBOIS aura pu recevoir au jour marqué.

398 Vous pourrez faire part au cousin VERMESCH que je me suis rendu chez le sieur DESJOBERT, secrétaire du Roy, agent de la Flandre wallonne, où j’ay remis son extrait de baptême. D’après toutes les déclarations que j’ay faites en sa faveur des charges qu’il a exercées depuis sa résidence en France et le choix qu’on a fait la communauté de Bousbecque pour leur greffier secrétaire, tous ces objets réunis ont fourni des raisons pour former la requête à présenter à Monsieur le Garde des Sceaux pour obtenir ses lettres de naturalité. J’avois été chez Monsieur le Garde des Sceaux pour m’informer combien auroit coûté l’obtention de ses lettres, avant de me rendre chez le sieur DESJOBERT. Le premier secrétaire de la Chancellerie m’a dit que cet objet coûtera environ deux cents livres et le premier commis de Monsieur DESJOBERT m’a dit de même. Il aura encore de plus à payer, ce sera l’enregistrement à la chambre des vacations du parlement de Douay. Je ne sçais combien on luy demandera pour cet enregistrement.

399 Le premier commis de Monsieur DESJOBERT m’avoit promis de m’envoyer sa requête minutée pour la présenter moi-même et pouvoir l’appuyer en qualité de député à l’Assemblée Nationale. Je ne l’ay point reçue, peut-être me la fera-t-il parvenir aujourd’huy ? S’il n’y a point d’empêchement, il obtiendra ses lettres mercredi prochain de mars et vous pourrez aussi luy faire part que s’il le trouve bon, je payeray ce que coûtera (obtention de ces lettres à Paris et qu’à ma première, je pourroy peut-être luy faire part combien luy coûtera l’enregistrement à Douay.

400 Quant au sieur LEPERS, maire de Linselles, vous me présentez deux objets qui font son inquiétude. La Garde qu’on commence à négliger, vous luy ferez voir le journal 123 que je vous envoyé ; il y trouvera les derniers décrets qu’ils ont été portés pour le règlement de loye et de police concernant la sûreté publicq. Et quant à la visite des cabarets les jours de dimanche et fêtes pendant les offices et les heures de retraites, il peut suivre l’ancien usage. Et quant au prix des amendes, la coutume de Lille fait mention du prix des amendes, quoiqu’à Linselles le prix soit différent des autres villages. Il peut prendre tel parti qu’il veut, mais je crois que celuy de la coutume est le meilleur, attendu qu’il n’y aura plus de franchise puisque le régime féodal est aboli. Et il a le droit de prendre la garde pour se faire escorter quand il fait ses visites de police. Et dites luy que quand il y aura quelque chose à consulter qu’il m’écrive tous ses doutes. Je me feray un plaisir de le pouvoir obliger.

401 Je crois pouvoir assurer que Linselles sera chef-lieu de canton. Nous devons terminer cet objet aujourd’huy sans faute. Pour lors l’assemblée primaire se formera des habitants actifs des paroisses de Bon dues, Roncq, Halluin, Bousbecq, Wervick-France et ceux de Linselles ; le Roy fera parvenir sous peu les ordres pour la convocation. Il peut encore y avoir des changements pour les chefs-lieux de cantons, parce que nous ne sommes point tous du même avis. J’avois formé tous les cantons de notre district, au commencement tout était bien, mais aujourd’huy, on veut y faire quelques changements.

402 Je n’ay point encore reçu d’avis du sieur PICHON concernant la feuillette de vin qu’il doit envoyer à mon adresse. Je me rendray chez Monsieur GIBERT caissier des postes à Paris, à qui je dois remettre le montant ; je sçauray s’il l’a envoyé oui ou non. Quand vous l’aurez reçu, il faut vous informer au cousin DESURMONT ce que l’on doit faire pour coler un vin, parce que celuy-ci il faudra huit jours après son arrivée, le faire coler et le mettre en bouteilles 15 jours après.

403 Les arrangements que vous avez faits avec les VANDAMME et DELANNOY ne sont point mal. Je crois qu’ils pourront gagner des bonnes journées, si le tabac vient beau parce que je crois aussy qu’ils seront chers l’année prochaine au rapport du reculement des barrières et que la plantation sera libre partout le royaume. Du moins, il y a beaucoup de nos MM. qu’ils pensent comme moy sur cet objet.

404 Je vous prie de faire mes compliments à tous mes frères et soeurs et je désire voir le moment à pouvoir nous réunir en famille, car voila onze mois que je me trouve privé de cette consolation. Vous ferez aussy tous mes compliments au sieur LEFEBVRE et que je le prie d’avoir de la fermeté et si les membres qui composent les magistrats et étoient d’un avis réunis, je voudrois qu’ils fassent parvenir une adresse à l’Assemblée Nationale à l’imitation de ceux d’Houplines et de Quesnoy. Faites mes compliments au sieur VERMESCH et à tous ses amis ; embrassez nos enfants pour moy, attendant que je puisse le faire moi-même.

405 Je suis très sincèrement ma chère Épouse votre très affectionné Mary P.-F. Lepoutre

Mars 1790

406 N o 20 de Paris le 1 er Mars 1790

407 Ma chère Épouse

  • 39 Le « pot-de-vin » était une pratique commune en matière de location foncière en France du Nord. Le (...)

408 La demande que vous me faites concernant nos cousins FAVIER ne doit avoir aucun doute ; on a décrété que les biens du Clergé étaient à la disposition de la Nation et à la surveillance des provinces ; deuxième raison, on vient de décréter le sort de leur traitements que vous avez reçu les décrets inclus dans les journaux que je vous fais parvenir deux fois la semaine. Les baux subsistant continueront, mais ils ne sont plus en pouvoir d’en accorder de nouveaux, tant que l’Assemblée Nationale n’eut prononcé à cet égard et je ne peux pas croire qu’à l’avenir, il leur soit encore laissé aucune administration, ces objets là seront, comme j’ay dit, sous la direction des provinces où ces biens seront situés. Si mon cousin FAVIER n’est point à la fin de son bail, c’est sûrement en vue de profiter du pot de vin 39 , mais s’il était à son avantage de faire un nouveau bail et que le prix serait en dessous des terres voisines, tout ce que je pourray lui dire sur cet objet, c’est que je ne payeray pas de pot de vin avant d’avoir la sûreté de l’existence de ce bail qu’on veut luy accorder ; il pourroit bien estre qu’on ne supprimerait pas les baux faits durant le temps qu’ils sont encore en jouissance, jusqu’à l’époque qu’il leur sera payé trois mois d’avance de leur traitement ; ainsy se réservant de ne payer le pot de vin qu’on luy exige qu’autant que le département n’eut confirmé son bail valable ; à tenir cette conduite, il n’y a rien à risquer pour luy.

409 Quant aux commis, il n’y a encore rien de déterminé, mais je suis très persuadé que le reculement des barrières aura lieu pour le mois de may prochain ou environs. Mais quant aux commis qu’ils ont actuellement leur poste aux frontières, tous ces articles seront mis en délibération quand les départements seront organisés et d’après les renseignements qu’ils pourront fournir à l’Assemblée.

410 Je vous prie de dire mille choses obligeantes de ma part au cousin et cousine FAVIER et quant au cher cousin, je l’invite à venir boire un peu d’eau de la Seine, on m’a certifié qu’elle est très efficace pour la guérison de la goutte ou pour de pareilles humeurs, ce qu’il y a de certain c’est que je n’ay encore vu aucune personne depuis que je suis à Paris, attaquée de ce mal.

411 Attendant la satisfaction de vous revoir, je suys

412 ma chère Épouse votre très affectionné Mary P.-F. Lepoutre

413 N o 21 de Paris le 5 mars 1790

414 Ma chère Épouse,

415 Quand je vous ay dit que j’aurois profité du moment que notre département seroit organisé pour avoir la satisfaction de me rendre au sein de ma famille je n’ay pas cru pouvoir vous assurer que ce seroit pour les Pâques. Je crains qu’il sera bien la fin d’avril avant que je puisse venir quoyque cependant, il en a beaucoup, comme vous dites qu’ils prennent cette liberté.

416 Suivant le rapport que vous me faites, le berger ne viendra pas encore de sitôt. Je ne le voirai que vers les Pasques. Puisqu’il n’a encore rien acheté et si les moutons sont difficiles à engraisser, il n’y aura point de profit cette année sur cet objet dans notre basse-cour. Je suis bien satisfait d’apprendre qu’il ne vous manque point d’argent, car à Paris il est d’une rareté extraordinaire. Le change des billets coûte jusqu’à cinq pour cent de change, jamais l’agiotage n’a été plus en vigueur qu’il n’est à présent. Je crains qu’il n’arrive quelque mauvais sort à la caisse d’escompte. Plusieurs croient que l’agiotage sort de son sein et est en partie construit par ses agents. Vous me dites que vous avez payé le collecteur et que vous croyez avoir payé treize patars pour les rentes. Ce n’est point des rentes, mais plutôt le vingtième propriétaire de la disme, parce que cet article se trouve séparé dans le cahier des vingtièmes.

417 Les tourteaux * que vous achetez au cousin DESTOMBES sûrement sont des tourteaux quinnebuge *, puisque vous les payez 16-4-0 le cent et encore devez vous les faire charger à Lille ; le 25 février le prix était de 15 livres les plus chers. Il peut vous faire cette avance, il tirera l’intérêt de son argent au moins à 12 %, puisque c’est quinze patars au cent de tourteaux qu’il gagne. Dites luy quoiqu’étant à Paris, je sçais peut-être aussi bien que luy combien les huiles et les tourteaux * se vendent et les prix ne sont point changés depuis trois semaines.

418 Je suis charmé d’apprendre qu’on a chanté une messe d’action de grâce du choix sans doute que le peuple a fait de son nouveau magistrat. Plut à Dieu que la prochaine convocation se passe aussi tranquillement. Je crains que l’assemblée primaire qui se fera à Tourcoing ne soit trop nombreuse. Un caprice a fait jouer le ressort depuis deux jours, de manière que les habitants qui devront se trouver à cette première assemblée seront peut-être au nombre de cinq mille. Si vous avez encore deux meules de bled à renfermer, j’espère que les ouvriers ne seront point sans emplois encore de sitôt. Et voilà bientôt le moment qu’on devra se remettre en campagne pour la remise * de mars, si le temps est aussi favorable dans notre province qu’il est à Paris, je suis sûr que c’est une satisfaction de voir les campagnes.

  • 40 Il s’agit en fait du décret qui sera officiellement adopté le 15 mars 1790. Ce décret, très import (...)

419 Vous trouverez dans les journaux des décrets bien intéressants concernant les droits féodaux ; on a décrété hier la restitution du tiers des marais ou autres biens communaux que les seigneurs s’étaient appropriés sur leurs vassaux 40 . Ainsi les habitants de Flandre et d’Artois rentreront dans la possession d’un bien qu’on leur avait usurpé depuis dix ans ou environ et cette loy aura son effort rétroactif pour trente ans, pour tous les triages qui se sont faits dans tout le royaume pour l’obtention de lettres patentes du Roy ou plutôt de ses ministres.

420 Ce décret causera bien de la joie aux habitants des paroisses qu’ils avaient des marais ; cet objet seul pourra décharger une grande partie de leurs impôts.

421 Je me suis rendu chez l’ambassadeur d’Allemagne dimanche dernier pour faire légaliser l’extrait baptistaire de M. VERMESCH, parce qu’il fallait de toute nécessité qu’il fut légalisé par un ministre ou un gouverneur des terres d’Empire. Voila six fois que je me rends chez M. le Garde des Sceaux pour cet objet, je crois cependant aujourd’huy que je pourray relever toutes les pièces et qu’ils seront scellées du scel extraordinaire. Je me suis rendu deux fois chez Monsieur DESJOBERT, secrétaire du Roy et agent de la Flandre ; c’est luy qui m’a formé la requête. Je vous feray part à ma première combien j’auray payé, que je suppose que le cousin VERMESCH ne tardera pas de vous rembourser sitôt qu’il en aura connaissance.

422 Je désire que le Seigneur vous continue de la santé et de la patience et je vous prie de faire mes compliments à toute notre famille, je suis

423 ma chère Épouse votre très affectionné Mary P.-F. Le poutre

424 N o 22 de Paris le 10 mars 1790

425 Ma chère Épouse,

426 Dans votre lettre du 4 mars que je viens de recevoir, vous me dites que je ne répond pas à votre demande. J’avoue que je n’ay point réfléchi sur l’objet des biens en substitution, ou fie de commis, cette clause est relative à l’ordre judiciaire, qui n’a point encore été mis en délibération. On traitera ces matières dans peu de jour, mais en attendant, je pourray m’informer aux membres du comité de constitution, leur façon de penser à cet égard.

427 La lettre que j’ay trouvée inclus dans la votre ne peut être d’aucune utilité et de plus elle n’est revêtue d’aucun caractère ; l’Assemblée Nationale de France ne s’engagera jamais dans aucune affaire étrangère ; ainsy je vous prie de ne point vous prester à ces sortes de choses. Le Roy a fait remettre à l’Assemblée Nationale des paquets contenant les réclamations des Brabançons, sans les ouvrir et il a été décidé que l’Assemblée ne devoit pas les ouvrir non plus. Ainsy vous jugez que quelques particuliers ne sont point à même de pouvoir attirer l’attention de l’Assemblée dans ce moment.

428 [...]

429 Vous me parlez que les Ursulines n’ont point fait leur déclaration exacte du mobilier de leur maison et que mon cousin DESURMONT vous en a fait sa plainte. Tous ces objets sont à la surveillance des officiers municipaux et c’est à eux à y tenir la main. Leur devoir est de suivre exactement le décret de l’Assemblée Nationale, revêtue de la sanction du Roy. Je ne doute pas que leur pasteur ne mette un voile sur ces sortes d’objets.

430 Le curé d’Annoeullin, mon frère, vient de m’envoyer la déclaration du produit de sa cure, avec un certificat joint des officiers municipaux de sa paroisse. Il y a joint aussy celle du curé de Bauvin que j’ay remis hier au comité ecclésiastique pour les faire enregistrer.

431 MM. les curés de Wambrechies, Marquette et Baisieux me les ont envoyés aussy et je leur ay fait part qu’ils peuvent se tranquilliser sur ces objets

432 Vous ferez part au cousin VERMESCH, sitôt que vous aurez reçu ma lettre que dans le courant de cette semaine, je pourray luy envoyer ses lettres de naturalité ; elles sont actuellement chez M. LATOUR du PIN, Ministre de la guerre pour être signées. M. DESJOBERT, secrétaire du Roy m’en a donné avis hier, ils ont été scellés par le sceaux extraordinaire et j’attends à chaque moment que l’on me les envoieras à mon hôtel. Je ne peux vous dire combien il coûtera encore aujourd’huy, mais vous en aurez des nouvelles au courant de cette semaine.

433 Je vous avois dit, je crois, que Linselles aurait pu être chef-lieu de canton ; la carte est changée totalement, puisque de douze cantons que j’avois cru qu’ils auroient été adoptés, ils sont réduits à huit pour la campagne. De manière qu’il y aura certains cantons qu’ils auront vingt quatre à trente âmes dans leur arrondissement. Celuy de Seclin aura trente villages dans son arrondissement et celuy de Tourcoing qui contiendra les villages de Marcq en Baroeul, Mouvaux, Bondues, Linselles, Bousbecq, Halluin, Roncq, Neuville, Wattrelos, celuy-ci aura au moins trente six mille âmes de population. Ainsy voila six mille citoyens qui devront s’assembler pour former une assemblée primaire. Je souhaite de tout mon coeur qu’ils puissent s’entendre, mais je crains beaucoup surtout dans des endroits frontières comme Tourcoing et aussy que leur curé n’est peut-estre point encore trop zélé patriote.

  • 41 À la veille de la Révolution, Saint-Domingue, la Guadeloupe, la Martinique et autres îles américai (...)

434 Vous trouverez dans les journaux beaucoup de décrets qui sont bien avantageux pour les habitants de campagnes, surtout celui qui abolit le triage des marais et qu’il oblige à tous seigneurs de restituer le tiers qu’ils avoient usurpé sur leurs vassaux. Le décret concernant les colonies d’Amérique qui était un objet de la plus haute importance pour la France, heureusement vient de se terminer au grand contentement de Paris et de toutes les provinces du royaume 41 .

435 L’ordre des finances sera, j’espère, bientôt arrangé. J’attends que ce sera pour la fin de cette semaine et la semaine prochaine nous aurons après cela l’ordre judiciaire, le traitement des curés, la vente des domaines du Roy et du Clergé à fixer telles ou telles portions qui seront vendues. [...]

436 Attendant de vos nouvelles, je suis très sincèrement,

437 ma chère Épouse, votre très affectionné Mary P.-F. Lepoutre

438 Je vous prie de ne point trouver mauvais que ma lettre se trouve défigurée. Je ne m’en suis aperçu quand ma lettre était approchant finy.

439 N o 23 de Paris le 14 mars 1790

440 Ma chère Épouse,

441 Le rapport que vous me faites par votre lettre en date du 9 de ce mois concernant les advestures * que tout se trouve cette année sur nos campagnes d’une position à espérer une bonne récolte ; ces objets ne diminuent pas mon zèle à me rendre au sein de ma famille, au moins pour quelques jours, pour avoir la douce consolation de nous revoir ; mais dans ce moment je ne peux pas encore terminer le temps quand je pourray avoir cet avantage.

442 Vous me faites part que le sieur DERVAUX, greffier, a donné des ordres au régisseur des eaux de vie, de ne plus délivrer aux ci-devants privilégiés, sans qu’ils en acquittent les droits comme les autres habitants de la paroisse ; c’est un objet qu’il n’est pas de grande conséquence pour Messieurs les curés et vicaires, mais je regarde cet impôt estre de la nature des impôts indirects, je vous en donneray une instruction positive à ma première. Je n’ay pas eu le temps d’en conférer avec les membres du comité de constitution, mais je diray que le sieur DERVAUX ne doit pas fabriquer le droit de donner des ordres, sans en avoir préalablement reçu lui-même des officiers municipaux de la paroisse, il doit sçavoir qu’un magistrat n’est pas sous les ordres d’un greffier.

443 Je ne doute pas que le sieur LEPERS, maire de Linselles aura un peu plus d’embarras que n’auront ses voisins jusqu’à ce que le département soit organisé ; les tribunaux mettront ordre à tous ces anciens abus et il faut espérer que cela aura lieu dans peu, mais je luy conseille de ne pas fléchir sous un greffier et il est en place pour recevoir les envoyes faits par l’Assemblée Nationale et les mettre en exécution selon sa prudence ordinaire. Quant à l’adresse que je vous ay proposée que ses Messieurs auroient fait parvenir à l’Assemblée, je crains que cela pourroit quelquefois causer dans les esprits des ci-devants privilégiés de la franchise. Ainsy ce n’est pas que ces adresses soient tout à fait nécessaires qu’il conduise cette affaire comme il le jugera le mieux, mais dites luy qu’il agisse avec franchise à mon égard que je me préteray à l’informer sur les articles qui pourroit se trouver embarrassé.

444 Le sieur SCOUTTEN dont vous avez inclus la lettre dans la votre ne peut espérer en ce moment aucune protection de ma part sur les objets qu’il propose parce que toutes ces charges seront distribuées par les départements, les districts et même par les habitants des villages. Vous n’aurez rien à lui répondre, je luy écriray sous peu de jours.

445 [...]

446 Vous trouverez ci-inclus une quittance de cent quatre vingt dix sept livres que j’ay payé pour des lettres de naturalité du cousin VERMESCH. Je ne doute pas qu’il vous en aura déjà fait part parce qu’il doit les avoir reçues dans le courant de la semaine.

  • 42 Les 14 et 21 mars 1790, l’Assemblée nationale décrète la suppression des gabelles à partir du 1er (...)

447 Le beurre que vous dites estre en route me fera plaisir quand il sera arrivé, car je suis sans depuis quelques jours. Je vous envoye encore une portion du relevé des pensions, je ne sçais pas quand nous recevrons les dernières ; on ne doit pas estre trompé en voyant une masse de pensions aussy nombreuses à la charge de l’État, que nos finances étoient dans un état de crise des plus alarmant, mais nous allons venir au dessus de toutes inquiétudes ; nous pourrons libérer les dettes sans en surcharger le peuple davantage que le quart du revenu pour cette fois ; l’année prochaine, les impôts seront diminués au moins de soixante à quatre vingt millions. La remise que les seigneurs seront obligés de faire du tiers des marais qu’ils avoient usurpés sur leurs vassaux doit faire je crois une grande satisfaction aux habitants des campagnes ; il doit se décréter demain un article sur l’objet des gabelles dont nos libellistes de provinces, ces gens incendiaires n’ont pas manqué de vouloir persuader le peuple qu’ils auroient été surchargés de falloir supporter la dette arriérée de ces provinces soumises à la régie de la gabelle 42 .

448 [...]

449 Bon courage et patience en attendant ce jour heureux de nous revoir.

450 Je suis très sincèrement, ma chère Épouse votre très affectionné Mary P.-F. Lepoutre

451 N o 24 de Paris le 17 mars 1790

452 Ma chère Amie

453 J’ay reçu votre lettre en date du 12 [n. p.] par laquelle vous me faites part que le bled est un peu diminué ; j’en suis charmé car c’est encore trop cher pour le pauvre peuple le prix qui se vend aujourd’huy. Il est vray que je vous avois dit que je ne croyois point que cette denrée auroit été susceptible de diminution et je crains encore que cette diminution ne sera pas pour longtemps. C’est que dans ce moment un chacun a besoin d’argent pour acheter des fumures pour la remise de leur mars *. Quant à ce que vous aurez encore à vendre, je n’ay point d’ordre à vous donner. Vous conduirez cet objet suivant votre prudence ordinaire. Suivant votre rapport vous n’aurez pas grand embarras pour la remise des mars puisque vous avez déjà un tiers des fèves de remis.

454 Quant aux semailles des lins, la partie des vingt deux cents est une terre un peu froide ; je seray d’avis de ne pas vous presser trop vite pour celle là, à moins que le labour ne vous engage par sa beauté et aussy le beau temps.

455 Le lin en botte que vous avez sera un garand quand vous vous trouverez avoir besoin d’argent. C’est une marchandise qui ne coûte point d’entretien, moyennant que vous la mettiez dans un endroit qui ne fasse point trop humide.

456 La linnuise que vous aurez à vendre ne sera pas une grande quantité. Je vous conseille d’en tenir encore comme l’an passé, pour en semer au moins deux bonniers et quant au prix que les marchands huiliers l’achètent, le prix est de douze francs la raziére.

457 J’ay reçu le beurre que vous m’avez envoyé ; cette potée me durera plus longtemps que les autres potées à raison que je suis seul pour en manger de cette dernière potée. Vous me dites que le beurre doit estre bien cher à Paris en raison de la cherté en province. Je ne peux vous dire au juste combien il se vend à présent, mais le prix ordinaire est de quarante sols la livre.

458 Le vin que vous recevrez sous peu, je vous conseille de le mettre de suite dans votre cave, puisque la franchise n’aura plus lieu sitôt que le département sera organisé et que l’ordre des impôts sur les consommations sera arrangé. Il ne pourra jamais qui avoir une légère différence, mais vous serez obligée d’en faire votre déclaration au bureau d’Halluin.

459 Vous me dites que je ne vous parle plus de prendre une vacance. Vous connoissez les motifs qui nous retiennent à notre mission. Ainsy nous sommes obligés de consacrer nos plaisirs et même notre fortune pour le bien de la Patrie. Il me parait que nous serons tous très satisfaits d’avoir tiré nos frères de la servitude du despotisme et de la tyrannie féodale. Si vous examinez bien tous les décrets qui sont contenus dans les journaux que vous recevez deux fois la semaine, vous voierez que le but de l’Assemblée Nationale n’est autre chose que le soulagement du Peuple, corriger les abus qui nous ont grevés jusqu’à ce jour, plus encore dans d’autres provinces que dans la notre. Je vous engage à la patience jusqu’au temps que nous puissions nous réunir et que nous voirons couler le reste de nos jours sous le règne de la liberté.

460 Je vous embrasse de tout mon cœur et suis très sincèrement

461 ma chère Amie votre très affectionné Mary P.-F. Lepoutre

462[La lettre du 19 mars 1790 n’a pas été publiée]

463 N o 26 de Paris le 21 mars 1790

464 Ma chère Amie,

465 Pour ne point manquer aux règles que je me suis formé de vous donner deux fois la semaine sans les extraordinaires.

466 C’est donc pour vous faire part que j’ay parlé au sieur MORSALINES de Poissy ; d’après ses rapports, j’ay à vous communiquer que le prix des moutons baisse depuis trois marchés de suite. Vous vous me dites le contraire que dans les environs il n’y a plus rien à vendre et que les bouchers de Bruges et Ostende les ont tous achetés, je luy ay fait observer ce que vous m’aviez écrit touchant cet objet, il m’a répondu que très souvent c’est l’ordinaire quand le mouton est cher qu’il diminue aux marchés de Paris ; la diminution peut estre environ de quatre à cinq francs le couple pour ce moment surtout pour les moutons flamands et il m’a fait part aussy que pour le grand marché de Pâques, il croit qu’il y aura un marché considérable, suivant les avis qu’il en a reçu. J’espère d’apprendre par votre première lettre quand CASTELAIN devra se mettre en route ou si vous avez préféré vendre aux bouchers flamands.

467 [...]

468 Attendant de vos nouvelles le plus tôt possible, je suis ma chère Amie votre très affectionné Mari P.-F. Lepoutre

469[La lettre du 22 mars 1790 n’a pas été publiée]

470 N o 27 de Paris le 27 mars 1790

471 Ma chère Épouse,

472 Je crois que si j’avois effacé le nom de LEPOUTRE du portrait que je vous ay envoyé, vous ne l’auriez point reconnu pour le mien, car je vous avoue que je ne pouvois pas my reconnoitre. Mais cependant si nos enfants me connaissent et trouvent qu’il y a un peu de ressemblance, je m’en procureray pour en avoir chacun un pour mémoire de moy et de la longue absence du sein de ma famille.

473 [...]

474 Nos travaux, ma Chère, sont encore toujours très pénibles et la plus grande inquiétude de notre Assemblée, c’est encore toujours sur le manque d’argent. Il y a encore beaucoup de mauvais citoyens qu’ils enragent de voir cette nouvelle Constitution de jour à autre avancer. Je crois que je ne dois pas m’expliquer sur ces objets, les journaux vous en instruisent.

475 Vous trouverez deux brochures concernant les droits féodaux que vous pourrez en donner une au sieur LEPERS, maire de Linselles ; je crois que cela pourra lui faire plaisir vous pourrez y joindre quelques lettres circulaires concernant la convocation de l’assemblée primaire, quoiqu’il en recevra du magistrat de Tourcoing ; je leur en fait parvenir il y a deux jours une suffisante quantité, pour les envoyer à chaque paroisse qui sont comprise dans l’arrondissement du canton.

476 J’ay reçu hier une lettre de Monsieur le Magistrat de Tourcoing en forme de requête contre les grands baillis des États de Lille, concernant un ordre qu’ils ont reçu d’eux au mois de juillet dernier de donner le pain au moindre prix que sa valeur aux pauvres et aux ouvriers de leur paroisse. Aujourd’huy ils réclament l’indemnité qui leur est due pour cet article qui monte au total à la somme de 5 544 livres de francs. Si vous aviez occasion de voir mon cousin DESURMONT, vous pourrez luy dire que je prendrai très fort en considération leurs intérêts.

477 Concernant ce que l’on vous a dit du curé il est très faux et vous pourrez en toute sûreté laver la tête au menteur.

478 Vous me faites part que vos labours pour les lins sont trop sèches pour semer, mon frère Constantin ne trouveroit-il pas à propos de leur faire passer l’erche et puis les mettre sur un rondelage. C’est que par ce moyen, il pourrait arriver que les mauvaises herbes pourraient germer.

479 Je suis sincèrement

480 ma chère Amie votre très affectionné Mary P.-F. Lepoutre

481[La lettre du 29 mars 1790 n’a pas été publiée]

Avril 1790

482 N o 29 de Paris le 3 avril 1790

483 Ma chère Amie,

484 [...]

485 Je ne suis point trompé que vous me dites que nos colzats se trouvaient augmentés depuis quelques jours, mais j’attends qu’à votre première vous me direz qu’ils ont perdu ce qu’ils avaient profité, car le temps a tellement changé mardy vers six heures du soir du chaud au froid et qu’il continue encore de manière qu’il n’a point fait aussi froid à Paris de tout l’hiver. Ce qu’il a procuré le plus ce sont des rhumes, un grand nombre de députés en sont attaqués et j’ay l’avantage d’estre du nombre. Mais j’espère que ce ne sera qu’un rhume de deux ou trois jours comme à l’ordinaire. Peut-estre me marquerez-vous aussy que vous avez eu de la pluie mercredi le ma tin à pouvoir semer vos lins, il a plu abondamment à Paris, mais la pluie n’a pas duré longtemps.

  • 43 La manufacture et la vente du tabac sont un monopole du gouvernement depuis le XVIIe siècle ; en 1 (...)

486 Nous avons en ce moment un article des plus intéressant à traiter pour les Provinces-Belgiques. Le comité des impositions demande à faire son rapport et peut-estre y comprendra-t-il la suppression de la ferme au tabac. Voilà deux assemblées que nous avons les membres des Provinces-Belgiques seulement pour combiner la manière dont on pourra imposer au moins nuisible à la culture du tabac, si la ferme vient à estre supprimée 43 . Il est très certains que les tabacs seront très chers pour quelques années jusqu’à ce que la plantation en soit bien établie par tout le Royaume. Mais c’est qu’il faudrait trouver un moyen quelconque pour remplir le vide qu’occasionnera au trésor royal la suppression de la ferme, peut estre seulement pour une année.

487 Vous me donnez de l’inquiétude en me disant que le sieur HOVYN vous avait soulagé de vos peines quand il vous a rendu visite. Si je connaissais le sujet qui vous cause ces peines et que je puisse y remédier, vous avez tort de ne point vous déclarer. Mais si c’est pour cause d’absence, ma foy, ma chére Amie j’en souffre autant que vous, mais sitôt que vous pourrez m’annoncer que les assemblées primaires sont finies et en bon ordre, je tacheray d’obtenir une permission de m’absenter de l’Assemblée pour quelques jours. Ainsy je prie le Seigneur qu’il veuille vous conserver la santé ; faites mes compliments à tous nos frères et sœurs et je vous prie d’embrasser nos enfants pour moy et de leur dire que je me recommande toujours à leurs prières. Espérons que le terme ne sera plus bien long à nous revoir. Je vous embrasse de cœur

488 et suis très sincèrement ma chère Amie votre très affectionné Mary P.-F. Lepoutre

489 N o 30 de Paris le 4 avril 1790

490 Ma chère Amie

491 L’observation qu’a faite mon cousin DESURMONT est juste. Wervicq n’est pas sur la liste qu’on a fait imprimer ; cette omission est un défaut de l’imprimeur, il y en a encore plusieurs autres. Autrement il doit estre du canton de Quesnoy, comme étant le chef-lieu le plus voisin. Ceux qu’ils ont divisé le district en canton n’ont pas pris toutes les précautions nécessaires pour qu’il n’arrive pas beaucoup de réclamations sur l’irrégularité qu’il se trouve dans plusieurs cantons ; et j’aime à croire qu’à la convocation suivante, il sera sûrement fait un grand changement ; peut-estre que mon cousin DESURMONT vous en donnera-t-il quelques éclaircissements.

492 [...]

493 Le berger aura une route favorable si ce temps là continue, car le froid qu’il fait est plus avantageux aux moutons gras que les chaleurs de la semaine dernière. Je n’aurois point été fâché que Pierre-François eut fait compagnie. À la vérité, il auroit pu perdre une semaine de ses études. Mais quant aux habillements, moyennant qu’il aurait eu un fraque pour conserver son habit des poussières et qu’il auroit pu ôter quand il auroit été avec moi à Paris.

494 Quant à Louis, vous connaissez plus que moy au point où il se trouve dans ce moment, si ses frères disent qu’il n’est point encore assez avancé pour se rendre au collège de Lille. Je ne suis point au contraire que vous le mettiez à Tourcoing, ce que je crains qu’il aura trop de retour chez le cousin DESURMONT, que cela pourra luy faire perdre du temps. Au surplus, vous ne risquez rien de le mettre jusqu’au Saint Rémy, alors nous pourrons juger à quoy sa capacité le destine.

495 Si je fais marché pour de l’orge et de l’avoine, si je paye le marché, je seroy peut estre obligé de prendre dans la caisse après la vente des moutons, peut-estre deux ou trois cents francs pour me soutenir en argent. Je suis peut-estre encore riche en tout environ de trois mille francs mais c’est que je n’ay pas beaucoup d’argent pour cela.

496 Attendant de vos nouvelles et l’arrivée du berger, je suis ma chère Amie votre très affectionné Mary P.-F. Lepoutre

497 P.-S. Croiriez-vous que voilà prés de quatre semaine que j’ay écrit à mon frère le curé d’Annoeullin et que je luy demandois sa réponse sur certains objets. Sa lettre est encore à m’arriver. Cependant je luy envoyé pour le plus ordinaire deux fois la semaine des brochures avec des décrets et débats de l’Assemblée.

498 J’ay reçu ce matin une lettre de Monsieur HOVYN de Menin. Je luy ay envoye un paquet il y a deux jours que j’ay adressé à Jacques CUVELLE pour le luy remettre.

499 N o 30 de Paris le 7 avril 1790

500 Ma chère Amie,

501 [...]

502 Vous me dites que vous vous êtes effrayée de voir l’effigie que je vous ay envoyée. Vous me dites que j’ay la mine dure et que je suis révérend. Vous ne devez pas attendre de me voir autrement, ma chère, c’est un portrait tiré à ma présence et vous ne devez pas douter qu’il est tout à fait ressemblant, quoy que je vous ay dit que je ne me reconnoissois pas moi-même. Beaucoup d’autres m’ont bien reconnu, au reste vous en jugerez le différent quand vous voirez l’original.

503 Quant à la déclaration du quart de revenu, je ne peux croire qu’elle soit faite suivant l’équité et en conscience. Je n’entends pas que nous devrions faire un deuxième dans notre paroisse du produit du revenu, ainsy je regarde qu’un grand nombre ont masqué avec leur domino, le reste qu’ils n’ont point déclaré.

504 Nous ne sommes point encore parvenus au point de ne pas nous méfier des aristocrates, ils ne cesseront leurs efforts qu’à la dernière extrémité. Je viens de recevoir une dénonciation du sieur LEMESRE d’Houplines pour le remettre au comité de recherche. Ils croient encore toujours pouvoir parvenir à une contre Révolution. Le Clergé ne laisse rien à faire pour s’attirer la noblesse et ne manque de fomenter au tant comme ils peuvent. Mais il est à espérer qu’ils feront des vains efforts.

505 [...]

506 Attendant de vos nouvelles, je suis sincèrement

507 ma chère Amie votre très affectionné Mary P.-F. Lepoutre

508 N o 31 de Paris le 11 avril 1790

509 Ma chère Amie,

510 [...]

  • 44 Depuis plusieurs mois, les tensions sont allées en s’amplifiant dans les quatre régiments en garni (...)

511 Je viens d’apprendre qu’il a arrivé un grand trouble à Lille parmi la garnison 44. On m’a dit que quatre régiments sont sortis par la porte de La Madeleine pour se battre en forme de bataille, deux régiments contre deux autres. Et que les deux plus faibles se sont battus en retraite et réfugiés dans la citadelle et que le commandant d’un régiment est tenu prisonnier ; sitôt la nouvelle arrivée il est parti un courrier express à francq estrier pour en connaître la cause.

512 Je suis fâché d’apprendre que vous avez mal au sein, j’espère que cet accident n’aura pas de suites fâcheuses. Je me rappelle que vous avez eu nombre de fois des petits abcès et que cela vous duroit tout au plus une semaine. Je crois qu’à votre première lettre vous m’apprendrez votre guérison, au moins je l’espère ainsi. Et moy pour le présent je me porte bien, Dieu merci, la saison vient que toutes les humeurs soient en mouvement, autant les bonnes que les mauvaises.

513 [...]

514 On m’a dit que les magistrats de Roncq et de Bousbecq portent des écharpes différentes aux autres paroisses et l’on dit que Madame de RONCQ peut encore quelque chose sur le magistrat et l’on dit de même à Bousbecq. J’ay cependant peine à croire ce rapport, car le sieur LEZAIRE de même que le cousin COUROUBLE ne sont pas pour fléchir pour les ci-devants Seigneur.

515 On va traiter incessamment l’objet de la plantation du tabac, sçavoir s’il sera permis d’en planter par tout le royaume ou si l’on tiendra encore des commis dans l’intérieur comme ci-devant. Ces articles intéressent très fort nos Provinces-Belgique. C’est pour cette raison que je ne pourray peut-estre pas me rendre à Poissy à cause que je suis obligé de me trouver au comité d’agriculture et de commerce deux ou trois fois par semaine pour traiter sur cette matière et pour trouver un moyen de remplacer vingt six à vingt huit millions que fournissoit la ferme aux tabacs. Sitôt cet objet arrêté le reculement des barrières pourra avoir lieu de suite. Je vous envoie la feuille des pensions que vous m’avez dit qu’il vous manquoit dans la troisième classe et une certaine quantité d’autres feuilles sur la cinquième. Peut-estre que j’en renverray une malle remplie de papiers que le berger viendra, ou bien la tiendray-je jusqu’à que je revienne.

516 Attendant de vos nouvelles le plus tôt possible et surtout marquez si vous souffrez encore de votre sein très sincèrement

517 ma chère Amie, votre très humble et affectionné Mary P.-F. Lepoutre

518 P.-S. Vous voirez par les journaux combien nos travaux sont intéressants pour la Nation dans ce moment, et je crois pouvoir vous dire qu’il n’y a plus à redouter une contre-révolution, quoique de temps à autres, nous avons encore des assemblées très orageuses, mais plus rien ne peut nous effrayer. Vous avez reçu le livre rouge, vous voies comment on arrangeait le peuple François et bien vous en recevrez encore bien d’autres sur les pensions au comptant.

519 N o 32 de Paris le 13 avril 1790

520 Ma chère Amie,

521 [...]

522 Je n’ay reçu encore aucune nouvelle de Pierre CASTELAIN ; cependant suivant qu’il vous écrit le 7 avril, il doit à présent avancer Paris. Je ne peux pas vous dire encore si je pourray me rendre à Poissy vu les grandes affaires que nous traitons dans ce moment.

  • 45 La veille, 12 avril 1790, dom Gerle avait proposé que la religion catholique soit reconnue officie (...)

523 Vous recevrez le prochain ordinaire des journaux qu’ils contiendront des décrets de la plus haute importance. Le salut de la France est encore en danger ; la maladie est considérable ; il faut de toute nécessité y appliquer un grand remède, et il sera fait 45 .

524 Vous me dites que CASTELAIN vous donne avis de faire acheter les moutons GAHYDE et DUQUESNOY de Roncq et il vous annonce que les BONTES sont de renvoyer avec six cents. Il faut pour hasarder d’acheter dans une pareille circonstance qu’il soit informé que la marchandise manquera en fait de moutons flamands. Autrement ce serait agir un peu témérairement. Je sçauray comme tous les marchés se sont passés, parce que je parleray au sieur MORSALINE de Poissy.

525 [...]

526 Attendant de vos nouvelles, le plus tôt possible, je suis ma chère Amie votre très affectionné Mary P.-F. Lepoutre

527 N o 33 de Paris le 18 avril 1790

528 Ma chère Amie, Je n’ay pas répondu à la lettre que vous m’avez écrite l’avant dernière à cause que j’attendois me trouver à Poissy avec CASTELAIN et que sûrement il vous aura donné plus de détail que je n’auray pu faire sur ma lettre.

529 Il vous fera rapport que j’ay retenu de la caisse la somme de trois cents francs et de plus quinze écus que j’avois déboursé pour les bandages qui vous seront remis par mon frère de Reckem. J’ay trouvé à propos de faire faire ce deuxième par une explication que m’a faite le sieur DELAHAYE qui étoit chez moy au moment qu’on a rapporté le premier ; il m’a dit de suite qu’il en avait vu la veille qui était construit tout autrement que celuy qu’on m’avait rapporté. D’après ses explications, je l’ay prié d’en commander un et je crois que ma soeur se servira du deuxième par préférence au premier.

530 Vous me demandez que je vous fasse parvenir un billet de la caisse d’escompte de trois cents francs, pour vous satisfaire en entier, le quart de revenu que vous avez déclaré et moy au contraire, j’ay retenu une pareille somme en écus. Je suis fâché que cette retenue pourra quelquefois gêner l’état de vos affaires. Je pourrai, j’espère dans une quinzaine de jours vous faire parvenir peut-estre six cent francs en billets de la caisse d’escompte, qui sont aujourd’huy en valeur comme les assignats qui vont circuler comme argent monnayé et qu’ils gagneront trois pour cent par an au porteur et les billets de la caisse d’escompte, les représenter au moment qu’ils seront formés et qu’ils seront échangés pour des assignats que Von a décrété de mettre en circulation pour la somme de quatre cents millions et qui seront retirés au fur et à mesure qu’on vendra les biens du Clergé et les domaines du Roy.

  • 46 Cette remarque de Lepoutre se réfère peut-être à la proposition (9 avril 1790) de Chasset (rapport (...)

531 Je ne crois pas devoir m’expliquer sur cet objet. Vous en aurez connaissance par les journaux de tout ce qui s’est passé depuis mercredi dans notre Assemblée, vous remarquerez comme on a travaillé en faveur du haut Clergé 46 .

  • 47 Depuis le 9 avril, on discutait le remplacement de la dîme tant ecclésiastique qu’inféodée qui ava (...)

532 Je suis charmé d’apprendre que les magistrats se montrent avoir de la fermeté, car il dépend beaucoup du commencement de faire exécuter les loys qu’on leur fait parvenir. Je crois que les habitants des campagnes seront bien satisfaits des derniers décrets, surtout de celuy qui abolit les dismes au premier janvier 1791 47  ; il faut de toute nécessité qu’elles soient encore perçues cette année comme cy-devant pour subvenir aux frais du culte et au traitement des ministres des autels.

533 Ce commandant que vous me dites êstre en prison, qui est le Marquis de LIVAROT était hier au bureau du secrétariat de notre Assemblée à neuf heures du soir. Je ne comprends pas comment il a pu obtenir son élargissement. J’ay appris aujourd’huy qu’on tenoit information à sa charge à Lille et qu’il avoit bien trente dépositions contre luy et plusieurs autres et peut-estre que sous peu de jours le comité des recherches fera son rapport à l’Assemblée concernant le trouble qui s’est passé à Lille et que les auteurs seront déclarés et connus.

534 Je viens de recevoir une lettre de mon cousin DESURMONT avec des effets à recevoir sur Paris pour la somme de trois cent vingt neuf livres quinze sols, ce qui ne manquera pas de me donner un embarras de plus.

535 Je crois que vous avez bien fait de retenir Louis à Linselles jusqu’au Saint Rémy ; c’est qu’alors on le placera selon sa capacité.

536 Il n’est pas sur que CASTELAIN reviendra dans trois semaines sur Paris, ou il faut qu’il trouve à acheter à meilleur compte que onze écus, s’il ne vient pas d’augmentation, ce sera faire la route pour rien comme le dernier marché.

537 Il me paroit que vous avez de la défiance de me croire. Vous me dites que je prolonge toujours le temps de vacances que je vous ay proposé de prendre et il parroit que vous me donnez du temps jusqu’au Saint Martin pour mon retour absolu. Je ne peux pas encore vous dire que ce sera la fin de nos travaux, mais aussy je vous prie de revenir de vos doutes et je vous promets de vous voir avant ce temps là, si le Bon Dieu m’en fait la grâce.

538 Je suis bien aise que vous se portez mieux et que votre mal de sein est guéri. C’est le renouvellement de la saison qui l’a occasionné.

539 J’ay examiné la liste des toiles que vous avez achetées ; il y a la somme de prés de vingt deux cents livres, je crois que vous aurez du profit, mais en revanche vous serez obligée de sortir peut-estre une petite portion de vos louis, si les marchands de lin ne viennent pas à votre secours. Pour moy je feray ce que je pourray, mais ce ne sera pas avant quinze jours. Je seroy charmé que vous s’informiez si le sieur HOVYN de Menin reçoit les envoyes que je luy fait à l’adresse de Jacques CUVELLES. Je n’ay plus reçu de ses nouvelles depuis le 30 mars.

540 Je désire que le Seigneur vous conserve la santé et je me recommande à vos intentions. Attendant de vos nouvelles, je suis très sincèrement ma chère Amie votre très affectionné Mary P.-F. Lepoutre

541 N o 34 de Paris le 22 avril 1790

542 Ma chère Épouse,

543 Vous me faites souvenir du jour de mon départ ; effectivement, hier il y a un an que je suis sorti de chez nous. Personne de nous n’aurait pu croire que notre mission auroit été d’une aussi longue durée. Il faut cependant encore quelques mois pour arriver à la fin de nos travaux, mais aujourd’huy nous pouvons espérer que nous n’aurons plus autant de difficultés que par le passé.

544 CASTELAIN vous a fait part que j’avais l’intention de prendre une vacance, mais il ne faut point croire que je puisse encore sortir de sitôt. Je ne peux pas quitter avant que l’objet du tabac ne soit tout à fait terminé. Cet article nous est trop intéressant, surtout pour les habitants de notre département. Surtout encore pour notre voisinage. La suppression de cette ferme cause un vide au trésor de vingt huit à trente millions et qu’il faut trouver un moyen de le remplacer.

545 [...]

546 Je crois que le commerce reprendra vigueur rapidement. Les commerçants et négociants attendaient avec impatience le moment que les domaines du Roy et les biens du Clergé fussent aliénés pour former hypothèque et répondre à la valeur de ce papier-monnaie. Je ne doute pas que le Clergé ne fera encore quelques efforts, surtout quand ils voyeront le décret qu’il autorise les départements et les districts à régir leurs biens et sanctionné par le Roy.

547 Le sieur HOVYN de Menin m’a fait l’amitié de m’écrire et il me marque qu’il reçoit exactement les journaux que je luy envoye. Si vous n’aviez point envoyé comme je vous marque dans ma dernière, c’est pour vous prévenir qu’il ne sera pas nécessaire de vous en informer. Il craignoit encore, suivant ce qu’il me marque par sa lettre, la désunion des Flandres avec les Brabançons.

  • 48 Le général Van der Mersch est le très populaire commandant des troupes qui soutiennent les patriot (...)

548 J’ay appris hier que le sieur VANDERMERSCH de Menin, leur général est reconnu innocent de toutes les calomnies que l’on voulait l’inculper. J’espère que le bon ordre pourra se rétablir entre ces provinces ; il était très à craindre s’il eut arrivé le moindre accident au sieur VANDERMERSCH 48 .

549 Je vous prie de présenter mes respects à tous mes frères et sœurs et vous pouvez leur dire que j’attends le moment favorable pour me rendre dans ma famille pour quelques jours.

550 Attendant cette satisfaction, je vous embrasse et suis

551 ma chère Épouse, votre affectionné Mary P.-F. Lepoutre

552 N o 35 de Paris le 25 avril 1790

553 Ma chère Épouse,

554 Je viens de recevoir votre invitation qui corniste à vous venir rendre une visite. J’espère que j’en profiteray quand nous aurons fini le remplacement de la ferme au tabac ; cet objet, comme je vous l’ay déjà dit est très intéressant pour notre province, au moins pour ce moment que la culture en soit continuée. Mais si on permet la plantation libre par tout le royaume, cette culture tombera peut-estre peu à peu attendu que nous avons plusieurs parties du royaume que leur tabac vaudra infiniment mieux que celuy de notre province. Cependant on pourra encore tirer parti de cette culture pendant un certain temps, car avant que la plantation soit bien établie, il faudra encore plusieurs années, et comme on vante les tabacs du Languedoc avoir plus de qualité que celuy de Saint Vincent, pour lors nous serions à porté de nous procurer de la culture du royaume, ce qu’il faudrait pour mélanger le notre, pour le mettre en fabrique.

555 Je suis charmé d’apprendre que CASTELAIN se trouvera au marché de Poissy pour le 6 may. Je n’oserois pas vous promettre que la vente sera avantageuse car il paroit que cet article n’a pas fort bien vendu au dernier marché de Poissy.

556 Le sieur WARTEL fils d’Avelin m’a fait l’amitié de me venir voir. Il a fort bien le temps de se promener attendu qu’il est de renvoye du dernier marché avec une troupe de cent trente ; on ne luy a pas offert plus de quarante cinq livres ; il m’a dit que si on luy aurait offert quarante huit qu’il les aurait donné ; ce qu’il y a de certain c’est que ses moutons ne sont pas gros, car il y a eu des moutons Normands vendus soixante dix livres, mais bien gras ; si notre lot est bien conditionné, on pourra encore se tirer d’embarras.

557 Vous me parlez de mon frère le curé d’Annoeullin. Je ne crois plus de luy écrire, puisque voila deux lettres que je luy envoye dont je n’ay eu aucune réponse, cependant je luy ay demandé à chaque fois et je luy ay envoyé deux fois la semaine, jusqu’à la semaine dernière, les journaux avec plusieurs autres objets. Je ne suis plus d’avis de le continuer et la prochaine entrevue, il motivera ses raisons.

558 « L’Abeille patriote » ou feuille de tous les jours que je reçois de Lille exactement chaque jour m’annonce un grand trouble à Bruxelles et il paroit que le sieur VANDERMERSCH n’est pas tout à fait innocent, suivant le dire des Aristocrates du pays. Je crains qu’il ne se répande beaucoup de sang dans cette affaire.

559 Quant à ce qui circule à la charge de Monsieur NECKER, il ne faut pas croire trop légèrement, aujourd’huy, on a bien de la peine à démêler le faux d’avec le vray, on pourrait bien l’inculper à tort.

560 Quant au tabac que je vous parlay, je viens d’apprendre que le comité ne permetteroit pas cette culture que quatre lieues de rayon sur les frontières. Et le droit d’entrée pour les toiles, suivant ce même comité, ils seront de cent vingt francs par quintal, ainsy ce serait à l’advenant de quarante sols à l’aulne de Paris. Dans huit jours, je pourroy vous donner une parfaite connaissance concernant l’entrée sur plusieurs articles venant de l’étranger. Attendant de vos nouvelles, je suis très sincèrement

561 ma chère Amie votre très affectionné Mary P.-F. Lepoutre

562 N o 36 de Paris le 28 avril 1790

563 Ma chère Épouse

564 Vous me faites apercevoir que l’envie ou les mauvais parleurs se font entendre en ce moment à notre déplaisir, puisqu’ils font circuler au publicq que le propriétaire reprendra la ferme que nous occupons. Il y a environ dix ans qu’un pareil bruit s’a répandu, aussy nous pouvons croire que nous avons quelques ennemis secrets. Mais pour cela, je ne crois pas que vous devez vous affecter, ce sont des chiens qu’ils aboyent sans pouvoir mordre.

565 Le marché de lundy à Sceaux n’a pas été autrement que celuy de Poissy. Le sieur WARTEL a vendu le prix qu’il avoit refusé le mardi précédent. Alexandre de La Bassée a vendu le prix de 64 livres suivant le rapport de Monsieur MORSALINES fils, il avoit de gros moutons. Il y a eu deux bandes de moutons flamands de renvoyées ; ainsy nous ne pouvons pas espérer de profiter sur la bande qu’elle est en route.

566 [...]

567 Il me paroit ma chère Amie, par tous les rapports que vous me faites qu’il convient que je vienne faire une revue de bien des choses. Eh bien, quand l’objet de la ferme aux tabacs sera terminé, je crois pour lors que j’auray la satisfaction de me rendre au sein de ma famille, pour une huitaine de jours au moins pendant que l’on traitera l’ordre judiciaire. C’est un article qu’il n’est pas de la portée de beaucoup de monde car il faut des grands jurisconsultes pour en poser la base.

568 Vous voierez par les journaux que nous marchons certains jours à un train de poste. Nous avons eu hier une Assemblée qu’elle a commencé et fini par des grands débats concernant le Président et il a fini par donner sa démission. Vous en connaître ? : la cause par le journal.

569 Attendant la douce consolation de vous embrasser, je suis très sincèrement ma chère Amie

570 votre affectionné Mary P.-F. Le poutre

571 P.-S. Je vous envoie deux exemplaires du procès-verbal de notre département que vous pouvez en donner un au sieur LEPERS, maire de Linselles et luy faire mes compliments.

Notes

1 Cf. la lettre du 10 septembre 1789, concernant les hôpitaux de Paris.

2 Suite aux troubles à Paris et à la réception d’une députation de la commune sollicitant la rédaction d’une loi de toute urgence, l’Assemblée nationale adopte (21 octobre 1789) un projet de loi contre les émeutes et les attroupements. Au cours de la discussion, deux députés se sont opposés à la loi martiale : Robespierre condamne les mesures violentes ; Mirabeau veut accorder à l’exécutif les moyens pour assurer les subsistances.

3 Pour traiter les désordres et émeutes de l’été, les comités des rapports et des recherches avaient été créés le 28 juillet 1789, avec des membres renouvelables jusqu’au printemps 1790. Les 12 membres du comité des recherches étant renouvelés le 20 octobre, Lepoutre se trompe en écrivant que le comité venait d’être créé.

4 Le 21 octobre 1789, création du comité des recherches de la ville de Paris pour recevoir les dénonciations et dépositions sur les complots, attentats, faux bruits, etc. Il est composé de 12 membres tirés de l’assemblée des représentants de la Commune, parmi lesquels se trouvent Brissot et Condorcet. (P. Robiquet, Le Personnel municipal de Paris pendant la Révolution, Paris, 1890, p. 169-170).

5 Le député du Nord fait allusion à la protestation contre la suppression des privilèges et des dîmes lancée par le clergé du Cambrésis en septembre et officiellement adoptée par les États du Cambrésis le 17 octobre. Les protestataires espéraient, avec quelque raison, que les autres états provinciaux septentrionaux, largement dominés par les ex-privilégiés, suivraient. Le danger conduisit l’Assemblée constituante à interdire toute réunion des états provinciaux (26 octobre). L’affaire aura cependant plusieurs rebondissements jusqu’à la fin novembre.

6 Alors qu’à Liège, une révolution de type français s’est imposée depuis août, c’est effectivement dans les jours qui ont précédé cette lettre qu’aux Pays-Bas autrichiens, les diverses protestations contre la politique de l’empereur Joseph II ont convergé dans un mouvement concerté sous la direction des deux dirigeants rivaux Van der Noot et Vonck. Le premier très conservateur défend plutôt les traditions d’autonomie des États et des villes ainsi que les prérogatives du clergé catholique belge - on appelle ses partisans les statistes ; le second et les patriotes qui le suivent - les Vonckistes - sont très proches des idées défendues par les patriotes français et se reconnaissent dans la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. Pour la suite des allusions aux événements de la révolution brabançonne on se reportera à l’introduction et à la chronologie du début de section.

7 L’idée que les biens du Clergé étaient mal utilisés et pouvaient être légitimement affectés à des dépenses d’intérêt public, comme l’assistance et l’éducation, était très répandue en 1789 et souvent reprise dans les cahiers du Tiers. Étant donné les difficultés financières considérables auxquelles était confrontée la Constituante, la proposition de l’évêque Talleyrand de mettre ces biens à la disposition de la Nation est apparue légitime à la majorité des députés. En fait, la mesure n’avait en soi aucune portée anti-religieuse, mais elle va entraîner une totale révision du statut de l’Église dans l’État et la Nation. Les modalités d’utilisation de ces biens devenus nationaux sera précisée au fil des mois.

8 P.F. Lepoutre anticipe en fait sur un découpage qui ne sera achevé qu’en janvier 1790. En effet, au-delà du principe de la formation de départements de superficies identiques, 324 lieues carrées en fait, le comité de Constitution passera près de trois mois à adapter les limites théoriques aux découpages traditionnels des provinces, en tenant compte des très nombreuses interventions des délégations de « pays » ou de villes qui souhaitent peser sur la fixation des limites et plus encore sur l’attribution des chefs-lieux. Ainsi, les lettres des semaines qui suivent ce début novembre font plusieurs fois allusion aux tractations qui ont cours pour la fixation des départements du Nord et du Pas-de-Calais. Le rapport de Bureaux de Pusy, membre du comité de Constitution, sur la situation septentrionale résume parfaitement les conflits et les choix, nous le citons assez longuement car, présenté le 8 janvier, il éclaire beaucoup de passages de la correspondance : « Les deux Flandres, le Hainaut et l’Artois augmentée du Calaisis, de l’Ardrésis et du Boulonnais forment deux départements ; et quoique le premier, composé des deux Flandres et du Hainaut, soit un peu faible en superficie, il n’en est pas moins intéressant par sa population, par son agriculture et par son commerce. Il existe deux difficultés dans cette partie : l’une réside dans l’excessive longueur du département de Flandre qui a plus de quarante lieues de l’est à l’ouest ; et l’autre est relative à la limite qui doit séparer la Flandre de l’Artois. Pour lever la première faite par le ville de Saint-Omer [...] il faudrait violenter deux provinces qui ont demandé à rester à peu près dans leurs anciennes limites. Et le comité pense que le vœu de la commune de Saint-Omer ne doit pas l’emporter sur celui de la Flandre et de l’Artois manifesté par leurs députés... » (A.P., vol. XII, 8 janvier 1790). Saint-Omer, qui aspire à être chef-lieu et que Lepoutre évoque dans sa lettre du 12 janvier, plaide en faveur d’un découpage méridien avec création d’un département maritime et d’un autre intérieur.

9 Louis-Séraphim du Chambge, baron de Noyelles (1732-1794), député de la noblesse de Lille : le 14 décembre 1789, il démissionne et, le 29 décembre, il est remplacé par son cousin, Pierre-joseph du Chambge, baron d’Elbhecq (1733-1793), dont le nom figure sur l’Arc de Triomphe. Noyelles émigre et meurt en Belgique.

10 Il s’agit de M. de Quarteveille, propriétaire des Wattines, qui fut président du parlement de Douai.

11 Sous l’Ancien Régime, les parlements se considéraient comme les gardiens des lois fondamentales du royaume. En dehors de Paris, le pouvoir royal avait organisé un parlement dans les provinces au fur et à mesure de leur acquisition ou réunion. Pendant les deux siècles de la monarchie absolue, l’autorité du Parlement de Paris avait été presque illimitée sur la police, la législation, les finances, l’assistance et l’instruction publiques, sauf lors de la réforme de Maupeou en 1771. Responsable de la convocation des États généraux, le Parlement de Paris avait très vite mis le tiers état contre lui en décidant que les États seraient tenus selon les formes de 1614.
Le 3 novembre 1789, à la suite d’une motion d’Alexandre de Lameth et des interventions de Target et de La Rochefoucauld, l’Assemblée nationale décrète la mise en vacances des parlements et la prorogation des chambres des vacations (comités réduits qui siègent pendant les vacances) ; tous se conforment à cette décision sauf Rouen et Metz qui protestent et Rennes qui refuse d’enregistrer le décret sanctionné par Louis XVI. Le 9 novembre, le garde des sceaux avise l’Assemblée d’un arrêt de la chambre des vacations du parlement de Rouen (connu pour son opposition au pouvoir royal), que l’Assemblée nationale condamne le lendemain.

12 La question des députés suppléants demeure confuse au cours de la première année de l’Assemblée nationale : le règlement du 3 mai 1789 avait tenté de mettre de l’ordre dans les élections ayant eu lieu sur la base du règlement général du 24 janvier 1789 (article 48). Ensuite, aux mois d’octobre et novembre suivants, des textes modifient profondément la réglementation antérieure, consacrant la disparition des ordres et permettant aux assemblées électorales de désigner à l’avance des suppléants en cas de démission du député titulaire (A. Castaldo, op. cit., p. 165-167). En effet, la liste des 1315 députés ayant siégé révèle que seulement un certain nombre de députations ont des titulaires et suppléants, ce qui fut le cas pour Lille.

13 Voir lettre du 9 octobre et la note sur la Caisse d’escompte.

14 Le 17 novembre, indignés d’apprendre la protestation du parlement de Metz, les députés décrètent la comparution à la barre de ses magistrats. Mais finalement ces derniers décident de se conformer au vœu de l’Assemblée nationale et ils enregistrent sans réserve tous les décrets. Ils sont alors dispensés d’apparaître à l’Assemblée et l’affaire de Metz est terminée.
Tous les parlements des provinces sont supprimés par décret du 30 septembre 1790 et celui de Paris le 15 octobre suivant.

15 Anne-Pierre, marquis de Montesquiou Fezensac (1739-1798), député de Paris-ville, s’est prononcé en faveur de la réunion des trois ordres pour discuter des problèmes financiers ; il a été un des 47 nobles qui ont rejoint le tiers état le 25 juin 1789. Membre du comité des finances, il est un orateur important préoccupé par le rétablissement du budget de l’État. Le 26 septembre 1789, il fait un rapport sur l’exposé de Necker visant à combler l’énorme déficit et le 18 novembre, il présente l’État financier du royaume.

16 Selon l’index établi par les descendants de Lepoutre, il s’agit de Lefebvre de La Serre, qualifié de « contrôleur général ». À l’époque, il y avait beaucoup d’officiers fiscaux désignés sous le nom de contrôleurs, pourvus de privilèges abolis dans la nuit du 4 août.

17 L’archevêque d’Aix est Jean de Dieu-Raymond Boisgelin de Cuçé (1732-1804) : en 1774, il a prononcé le sermon au sacre de Louis XVI ; en 1776, il est entré à l ’Académie française ; en 1787-1788, il a été membre des deux Assemblées des Notables et président des États de Provence. Membre du comité des finances, président de l’Assemblée nationale (23 novembre-4 décembre 1789), c’est un orateur important intervenant sur des questions pratiques : finances, division du royaume, biens de l’église.

18 Cf. lettres des 11 et 17 novembre 1789. La Révolution française est contre toute forme d’association d’individus car les corporations impliquent des privilèges.

19 Un bénéfice est un revenu attaché à une charge ecclésiastique et tiré de biens d’Église (terres, rentes, dîmes...) ; théoriquement, celui qui jouit d’un bénéfice en perd le fruit quand il cesse d’en exercer la charge, mais il est de nombreux cas d’appropriation personnelle ou familiale, y compris par des laïcs.

20 Nous renvoyons au schéma (voir documents annexes) dressé par J.P. Jessenne pour avoir une vue d’ensemble des nouvelles collectivités territoriales et du système électoral qui constituent un pan essentiel de l’œuvre constituante.

21 Le 28 octobre 1789, Rousselet (membre du comité des rapports depuis le 5 oct.) avait rendu compte des lettres de deux religieux et une religieuse demandant que l’Assemblée nationale s’explique au sujet de l’émission des vœux. Target avait proposé leur suspension et le lendemain Rousselet avait pris la défense des vœux monastiques perpétuels. Les rumeurs concernant cette question se répandent. La discussion à l’Assemblée nationale ne reprendra que le 17 décembre quand Treilhard (membre du comité ecclésiastique) fait un rapport sur les ordres religieux ; le 13 février, l’Assemblée adoptera le décret suspendant l’émission des vœux.

22 Les notaires sont des officiers royaux chargés de dresser les actes et contrats auxquels les parties veulent donner un caractère d’authenticité. Vers la fin de l’Ancien Régime, ces offices sont très importants à Paris, atteignant des prix de 300 à 400.000 livres. Ils sont abolis en principe dans la nuit du 4 août ; le décret d’application n’est cependant adopté que le 29 septembre 1791. Les officiers sont remplacés par des notaires publics et le remboursement des charges est fixé en référence aux acquisitions faites depuis 1771.

23 Le 2 décembre 1789, l’Assemblée nationale décrète : les officiers municipaux en exercice et les corps établis pour administrer continueront d’exercer leurs fonctions. Aucune élection nouvelle aura lieu avant l’organisation prochaine des municipalités. (A.P. vol. X, p. 355)

24 Allusion à l’adresse envoyée à l’Assemblée nationale par les curés des villes et châtellenie de Lille pour lui faire hommage et manifester leur acceptation des décrets jusqu’alors adoptés. Le doyenné est une circonscription ecclésiastique intermédiaire entre la paroisse et le diocèse ; le doyen est un curé désigné par l’évêque.

25 Voir supra note de la lettre du 27 août 1789.

26 Le terme « occupeur à brouhette » sert à désigner un petit exploitant qui ne dispose ni de train de labour, ni d’attelage et effectue ses charrois à la brouette. Le terme peut donc être opposé à « laboureur ». Nous renvoyons à notre introduction pour la présentation d’ensemble de ces catégories paysannes.

27 La fiente de pigeon était un des engrais très recherché dans cette agriculture flamande intensifiée grâce aux divers amendements et fumures qui ont permis de supprimer la jachère. Sous l’Ancien régime, les pigeonniers étaient, en France septentrionale, une exclusivité seigneuriale ; ils étaient le plus souvent construits dans les grosses fermes.

28 Cf. la lettre du 11 nov. 1789. Réunie au royaume enl532, la Bretagne a été dotée d’un parlement en 1553. Le 28 novembre 1789, l’Assemblée nationale est informée que les magistrats de Rennes allaient s’opposer au décret du 3 novembre. Le 15 décembre, ils sont mandés à la barre de l’Assemblée où ils sont reçus le 8 janvier suivant. Après avoir expliqué leur position légale, « la bataille des bretons » s’engage le lendemain entre les pro-parlementaires et les pro-Assemblée nationale. Le 16 janvier 1790, les parlementaires bretons seront invités à écouter le décret qui désapprouve « leur conduite et les motifs allégués pour se justifier » et les déclare inaptes aux fonctions de « citoyens actifs » tant qu’ils n’auront pas demandé à prêter le serment de fidélité à la constinition. Cette cérémonie humiliante leur sera épargnée lorsque Le Chapelier obtient leur pardon dans un mouvement d’apaisement après la venue de Louis XVI à l’Assemblée nationale le 4 février 1790. (Cf. H. Carré, La Fin des Parlements, 1788-1790, Paris, 1912, p. 154-173).

29 La question des pensions avait été ouverte par Camus le 26 décembre 1789, un état des pensions, dons et autres étant annexé au rapport du comité des finances soumis à l’Assemblée. Le 4 janvier 1790, l’Assemblée demande au roi de fixer le montant de la liste civile et décide la création du comité des pensions avec 12 membres. L’Assemblée adopte un décret qui restreint le montant d’une pension à 3.000 livres par an, avec paiement différé au 1er juillet 1790. Le 10 avril, le comité des pensions signe le « Livre Rouge » qui établit toutes les pensions accordées depuis le 19 mai 1774 et jusqu’au 6 août 1789, à un montant total de presque 228 millions de livres. Le 21 avril, on publie l’État nominatif des Pensions sur le Trésor Royal qui vont de 600 livres ou moins jusqu’à 20.000 livres par an. (A.P. vols. XIII et XIV). Le 9 juin 1790, Louis XVI fixe le chiffre de sa liste civile.

30 Cette lettre n’a pas été conservée ou P.F. Lepoutre fait une erreur de date.

31 De nombreux libelles contre l’Assemblée nationale circulent dans les provinces belgiques et frontières. Le 12 janvier 1790, Démeunier lit une lettre de Dunkerque au sujet de deux libelles dont il est accusé d’être l’auteur. L’Assemblée décide de préparer un projet de règlement concernant la liberté de la presse et de s’adresser aux commettants pour expliquer la situation.

32 Après les journées des 5-6 octobre 1789, parmi les complots préparant la fuite du roi, il y eut celui de l’ancien officier des gardes du comte de Provence, le marquis de Favras. Il est arrêté avec sa femme le 25 décembre 1789. Il est la seule personne à être condamné à mort par le tribunal du Châtelet ; il sera exécuté le 19 février 1790.

33 Du 7 décembre 1789 au 16 janvier 1790, à la suite des rapports concernant les événements de Toulon, on discute longuement de « l’autorité » et de « l’insubordination » (deux mots-clefs de toute révolution interprétée comme un changement radical dans les relations entre les hommes). Le commandant du port, le comte d’Albert de Rioms, avait traité les insurgés de la « lie du peuple » et voulait les empêcher de porter la cocarde nationale. Ricard de Sealt insiste sur l’imprudence dont a fait preuve le commandant en proférant des insultes vis-à-vis du peuple ; il souligne que ce commandant mérite néanmoins la reconnaissance de l’Assemblée pour des services rendus. Grâce au bon sens de Charles de Lameth, l’Assemblée décide qu’il n’y a pas lieu d’inculper d’Albert de Rioms.(cf. E.H. Lemay, « L’Assemblée constituante à la conquête de l’autorité », dans M. Vovelle, L’Image de la Révolution française, Congrès Mondial pour le Bicentenaire de la Révolution, Paris 6-12 juillet 1989, éd. Pergamon Press, vol. I, p. 33-37).

34 À la suite de nombreuses rumeurs de complots et de la tentative effective de Favras, le roi se rend à l’Assemblée le 4 février 1790 pour affirmer sa volonté de « maintenir la liberté constitutionnelle », c’est-à-dire la Révolution en cours.

35 Le Pays de Lalleu est un ensemble de quatre principaux villages situés dans le Bas-Pays de Béthune, aux confins du Nord et du Pas-de-Calais, et disposant d’un statut particulier sous l’Ancien Régime.

36 Deux éléments principaux ont joué en faveur de Douai : le fait que la ville était siège du parlement et l’action du député et jurisconsulte Merlin. La rivalité entre Lille et Douai ne cessera pas et en 1804, la première obtiendra le transfert de la préfecture.

37 Au sujet de ce décret, cf. la lettre du 1er décembre 1789.

38 Voir le schéma en annexe pour l’organisation d’ensemble de la justice. L’une des innovations importantes est l’instauration d’un juge de paix par canton. Ces juges de paix sont élus par les citoyens actifs parmi les éligibles. La fonction ne requiert aucune compétence juridique spécifique car le rôle du juge de paix est avant tout conçu en termes de conciliation, notamment pour les affaires civiles. C’est en cas d’échec de la conciliation que le juge de paix juge, avec l’assistance de prud’hommes, les causes inférieures à cinquante livres. Mais le juge de paix intervient aussi en matière pénale dans le cadre des tribunaux de police correctionnelle dont la composition varie selon la population cantonale.

39 Le « pot-de-vin » était une pratique commune en matière de location foncière en France du Nord. Le fermier en place qui voulait renouveler son bail versait au propriétaire un supplément au loyer officiel ; ce supplément s’appelait « pot-de-vin ». Il arrivait qu’un candidat locataire nouveau surenchérisse sur le locataire en place pour le supplanter. Ces pratiques se réglaient souvent à l’amiable, par exemple en octroyant aussi un « pot-de-vin » au locataire partant ; parfois la rivalité dégénérait et le nouveau locataire était victime du « mauvais gré », c’est-à-dire des menaces de son prédécesseur, souvent soutenu par les villageois ; l’incendie de la ferme de celui qu’on considérait comme un usurpateur était alors courant.

40 Il s’agit en fait du décret qui sera officiellement adopté le 15 mars 1790. Ce décret, très important pour beaucoup de villages, prévoit la restitution aux communes des biens communaux que l’on considère comme usurpés par les seigneurs dans les trois décennies qui ont précédé la Révolution. Ces usurpations étaient en fait de deux types : le pur et simple accaparement ou, en cas de partage officiellement mis en œuvre conformément aux ordonnances royales ou provinciales, l’attribution au seigneur du tiers des communaux en vertu de ce que l’on appelait, en France du Nord, le droit de triage. Pour connaître les implications régionales de ces dispositions, on se reportera notamment à G. Lefebvre, op.cit., (1924) 1972, p. 377.

41 À la veille de la Révolution, Saint-Domingue, la Guadeloupe, la Martinique et autres îles américaines, les Indes orientales et l’île de France forment les colonies françaises qui ensemble ont 19 députés siégeant à l’Assemblée nationale. Au cours du XVIIIe siècle, les colonies américaines, selon M. Dorigny, « ont manifesté un esprit d’autonomie interne sans cesse réaffirmé vis-à-vis de la métropole... Ce rêve d’autonomie constituait alors ce qu’on appelait « l’esprit américain » ; il fut encore renforcé par la victoire des Insurgents des États-Unis contre l’Angleterre ». (« Colonies » dans A. Soboul, Dictionnaire Historique de la Révolution Française (ci-après, D.H.R.F.), Paris, 1989). À Paris, les colons se réunissent au club Massiac (dès le mois d’août 1789) où l’on rencontre des députés monarchiens comme Malouet, des patriotes comme les Lameths, des banquiers comme Laborde de Méréviile, tandis que les amis des mulâtres et des esclaves (notamment Brissot et l’abbé Grégoire) se rencontrent à la Société des Amis des Noirs (fondée en 1788).
Le 8 mars 1790, Barnave (rapporteur du comité des colonies) prononce un long discours soulignant l’intérêt national du commerce avec les colonies et propose un projet de décret. Il est vivement applaudi et, malgré l’opposition de Mirabeau et de Pétion, l’Assemblée adopte le décret qui donne plein pouvoir aux assemblées coloniales pour leur politique intérieure.

42 Les 14 et 21 mars 1790, l’Assemblée nationale décrète la suppression des gabelles à partir du 1er avril prochain (Cf. note, lettre du 9 août 1789).

43 La manufacture et la vente du tabac sont un monopole du gouvernement depuis le XVIIe siècle ; en 1721, la culture est réservée à certaines provinces privilégiées (Artois, Cambrésis, Flandre, Hainaut, Alsace et Franche-Comté). Le monopole royal est contrôlé par les fermiers généraux et en 1789 produit un revenu d’environ 30 millions de livres par an. Selon les nouveaux principes entrés en vigueur, tous les privilèges sont supprimés. Cependant, au printemps 1790 il faut penser à remplacer les anciennes recettes gouvernementales, ce qui explique la longueur des débats avant la suppression du monopole le 12 février 1791 par un vote de 372 voix contre 360.

44 Depuis plusieurs mois, les tensions sont allées en s’amplifiant dans les quatre régiments en garnison dans la place militaire de premier ordre que constitue la capitale des Flandres. Le 8 avril 1790, des chasseurs du régiment de Normandie ont assassiné un grenadier du Royal Vaisseaux ; dans les jours qui suivent les rixes entre les soldats de régiments différents se sont multipliées et ont entraîné des morts et des blessés. Il faudra l’intervention concertée de la commune, de la Garde nationale et du Ministère de la Guerre pour ramener le calme, surtout gagné, le 21 avril, par le remplacement des quatre régiments de la ville (Cf. Lille au jour le jour sous la Révolution par un bourgeois de Lille, préface de P. Pierrard, Tallandier, 1989, p. 37).

45 La veille, 12 avril 1790, dom Gerle avait proposé que la religion catholique soit reconnue officiellement comme religion d’État. La motion provoqua de telles tumultes que la séance fut levée. Le 13 avril, l’Assemblée décrète qu’il n’y a pas lieu d’adopter une telle motion et le débat sur le remplacement des dîmes continue. Le 19 avril, plus de 300 députés (membres du clergé et quelques nobles) signent une protestation rédigée par l’évêque d’Uzès, Béthisy de Mézières, contre le décret du 13 avril. Ces députés se réunissent dans l’ancien couvent des Capucins (rue Saint-Honoré) et sont connus sous le nom des « Noirs ».

46 Cette remarque de Lepoutre se réfère peut-être à la proposition (9 avril 1790) de Chasset (rapporteur du comité des dîmes) d’accorder à l’archevêque de Paris un salaire de 50.000 livres par an et aux évêques des villes de 100.000 habitants un salaire de 25.000 livres ; le salaire minimum des curés est porté à 1200 livres par an. Ou bien Lepoutre se réfère à la décision du 16 avril 1790 quand l’Assemblée décrète que les dettes du clergé sont à la charge de la nation.

47 Depuis le 9 avril, on discutait le remplacement de la dîme tant ecclésiastique qu’inféodée qui avait été supprimée. Le 14 avril, un décret avait confié la gestion des biens de l’Église aux administrations locales, les ecclésiastiques étant salariés et le culte mis au rang des dépenses publiques. François de Bonal (1734-1800), évêque de Clermont-Ferrand depuis 1776, député du clergé pour Riom, déclare ne pas pouvoir participer à la délibération : un tiers de l’Assemblée adhère à sa déclaration.

48 Le général Van der Mersch est le très populaire commandant des troupes qui soutiennent les patriotes belges ; les divisions entre Statistes et Vonckistes, qui s’exacerbent à cette époque pour des raisons politiques fondamentales, mais que le correspondant de Lepoutre semble ramener à une rivalité entre Flamands et Brabançons, place en situation difficile ce vieux chef de guerre plutôt proche de Vonck.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2520/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 150k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search