Version classiqueVersion mobile

Député-paysan et fermière de Flandre en 1789. La correspondance des Lepoutre

 | 
Edna Hindie Lemay
, 
Jean-Pierre Jessenne

Section I. Printemps 1789-15 octobre 1789

Correspondance d’Angélique Delputte. Linselles, 19 mai 1789 — 13 octobre 1789

Texte intégral

Mai 1789

1 Linselles ce 19 mai 1789

2 Monsieur et mon chez Mary
J’ai reçu l’honneur de la votre directement quand la mienne partait pour la poste du 15 may.

3 Le cousin FAVIER est venu le samedi 16 du courant. On a compté ses moutons à 10 écus ; je lui ai dit que ses moutons n’étaient que chaudés et qu’ils ont beaucoup dépéri sur la route ; Pierre lui a dit aussi. Il a dit que s’il l’avait laissé pour 10, qu’il croyait qu’on les aurait pris. Je n’en ai plus parlé, c’est la dernière fois qu’on aura des affaires ensemble pour cet article. Tout le reste est à conter quand vous serez de retour.Mais vous m’épouvantez, quand vous parlez du mois de septembre ; c’est encore un long temps.

4 Notre berger, il ne va pas bien avec. Le chirurgien l’a coupé ouvert, directement dessus la jointure du long du doigt, qu’il craignait que la matière aurait pu calciner l’os ; il a fait une grande ouverture ; il a fait continuer les cataplasmes d’eau blanche et il espère dans huit jours, qu’il faudra aller au chirurgien lui-même. Quoiqu’il promène un peu à la cour et dans les écuries. Il prend des soupes et il boit de la tisane.

5 Vous me mandez de vos locataires : les deux du milieu ne m’ont pas parlé. Le [ ?] d’Halluin m’a dit qu’il ne pouvait pas de ce que les autres faisaient, Jean-Philippe en a dit autant. Jean-Philippe et Sébastien viennent sarqueler. Suivant moi, que ceux-là resteront ; vous me marquerez si je dois les faire avertir par le sergent pour imposition quand il ira avertir les autres de sortir. Il y a eu les garçons pour lier qui restent à « les bois », qui m’a parlé et la fille de la veuve ONCHOIR, que vous connaissez mieux que moi ; je lui ai dit que je vous en aurais fait part. Elle m’a demandé si c’étoit pour venir en journée ; j’ai dit ; quand on en aurait eu besoin et, il y a bien trois semaines et je n’entends plus rien. Le frère de GALLOIS en a parlé à mon frère et il a dit qu’il me l’aurait dit ; selon moi, il n’y a rien qui presse ; mais pour les [ ?] je louerais que la moitié des terres.

6 Nous aurons aujourd’hui tout sarquelé le bonnier Christophe ; les autres, il ira plus vite que je crois. Nos lins promettent bien, Dieu merci. Nos fèves et avoisnes sont belles ; les bleds du Moulin, on a peur de les voir comme ils changent et nos trèfles du Moulin sont fameux, j’en donne depuis samedy ; les vaches vont au jardin depuis lundy. Nos bleds sont tous beaux, Dieu mercy, il n’y a que les 24 cens à colzas, qui ont du mal à se raccommoder, mais les trèfles sont beaux.

7 On a entrepris le clocher de Linselles par des gens de L[ ?]. pour le prix de dix sept mille huit cents florins.

8 Je compte aller demain avec du grain voir comme ça ira. Il y a encore un prix de vingt sols au sac. J’ai salué Madame SCHEPPERS.

9 Votre lin rouit, il rendra bien du lin.

10 Je finis, cher Amy, en vous embrassant de toutmon cœur. Des grands compliments demon frère et de tous vos enfants ; ils vous embrassent et ils prient Dieu tous les jours pour laconservation de votre santé et ils vous demandent la bénédiction

11 Monsieur et cher Amy votre très attachée femme
Angélique Delputte

12 De grands compliments à vous Messieurs.

13 Linselles ce 26 mai 1789

14 Monsieur et mon cher Mary,
J’ai reçu l’honneur de la votre le 24 du courant, par laquelle vous me mandez du beurre, que votre potée ne peut plus résister au combat ; cela me fait plaisir que vos MM. et vous le goûtent bien ; je vous en fait parvenir une autre de sitôt.

15 Je compte aller chez le cousin VERMESCH, pour lui donner ordre pour ce jardin du Gave, à cause qu’il se trouve des amateurs pour y mettre leurs vaches. En parlant du Gave, quand ils ont été travailler au mois d’avril, ils ont trouvé les arbres nécessaires à couper ; j’ai envoyé VITAL et DELPORTE pour faire les fagots. Olivier a demandé pour avoir la rame comme à l’ordinaire ; je lui ai fait dire que je vous l’aurais fait savoir, vous me direz ce que je dois faire. J’ai vendu les 16 moutons qu’on engraissait au sieur ROISLEURS, pour le prix de dix écus la pièce ; les moutons sont comme ça, il y a du plus et du moins, il y en a trois ou quatre que ce n’est pas grand chose. On les livre aujourd’huy.

16 J’ai été à Lille, mercredi avec six sacs de bled. J’ai vendu 6 livres et 20 sous de la ville et on ne paye pas ma tonte. J’ai été saluer Madame SCHEPPERS ; elle m’a remis les 50 louis que Madame SCHEPPERS avait bien voulu vous en faire le change. Elle doit venir me voir lundy le lendemain de la Pentecôte.

17 Je dois envoyer notre chariot, pour elle venir avec sa famille pour nous, se consoler dans nos misères.

18 Nous allons finir nos sarquelages de lin ; si vous seriez encore tant soit peu fermier, vous feriez 50 lieues de route pour voir vos avestures * ; comme tout change. Le lin le premier semé est à trois ou quatre paumes et les autres en suivant ; jusque là, ils ont belle apparence, Dieu merci, quoique on entende parler des voisins, qu’ils ont du froid feu et brisé.

19 Vos bleds, mon frère me dit encore, au moment où je vous écris, qu’il ne sait pas d’où qu’il vient. Vos lins cuvés, j’en ai fait faire une épreuve de deux bouquets, ils m’ont rapporté passant trois livres et demi de lin et qu’on en pourra faire trois à quatre bottes par jour et la couleur est encore bien pour l’année.

20 J’ai beaucoup de compliments à vous faire de nos frères, parents et amis. J’aurais de la peine à épargner votre part de boisson à cause que tout le monde s’intéresse de votre santé et pour savoir des nouvelles et je n’ai jamais rien à leur dire autre que vous se portez bien. C’est l’essentiel.

21 M. DESTOMBE m’a chargée de vous en faire aussi.

22 J’embrasse vos filles pour vous et elles ne cessent de prier Dieu tous les jours pour vous. On continue de dire la messe du Saint Esprit toutes les semaines.

23 Votre berger, il ne va pas pire.

24 Toute la famille et vous enfants vous demandent la bénédiction et moi, je finis en vous embrassant de tout mon cœur.

25 Monsieur et cher Amy votre très attachée femme
Angélique Delputte

26 Des compliments à vos Messieurs. Il y a trente livres de beurre dans cette potée sans le sel et l’autre je ne l’ai pas pesée ; je juge qu’il y en a environ 16 à 18 livres à 10 patars.

Juin 1789

27 Linselles le 5 juin 1789

28 Monsieur et mon cher Mary
En réponse à la votre que j’ai reçue le 3 juin ; que j’étais inquiète d’être si longtemps sans avoir de vos nouvelles et que Madame MONET qu’elle m’avait fait l’honneur de venir me voir dimanche, que j’ai vu votre lettre ; vous me parlez du cousin FAVIER, que je n’ai pas fini de compter avec lui. Tout est noté et ainsi à votre retour de Versailles, que j’espère avec la grâce de Dieu et je crois bien qu’il voudra bien entrer dans les journées de Versailles.

29 Pendant que CASTELAIN est malade, quoiqu’il n’a parlé que du chirurgien ; mais, moi, je lui parlerai bien des journées. La pension de Louis est toujours là. En parlant de CASTELAIN, il a souffert beaucoup d’un genou, lundy et mardy. J’ai envoyé à M. CORNILLE ; il n’avait pas venu depuis le jeudy, qu’il avait du mieux avec sa main ; il n’était pas là. J’ai envoyé à M. WAVRIN à Tourcoing, il m’a dit que c’était une humeur et qu’il n’y aurait pas de mauvaise suite. CORNILLE est venu jeudy et il en a dit de même ; il a fait purger un peu à la fois et il se ménage beaucoup ; il est fort soulagé et il a encore de la peine à marcher.

30 Comme je crois que vous aurez reçu votre beurre, je vous prie de faire comme une femme de ménage, de mettre de suite de l’eau de sel dessus.

31 J’ai été à Lille mercredy avec six sacs de grains, que j’avais besoin d’avoine pour les chevaux et un sac de fèves, que j’engraisse une vache Cateau que j’avais des doutes qu’elle serait venue « beurloir » *, qu’on dit au village.

  • 1 Face à la rareté des grains et à la cherté (Voir note, lettre de M. Lepoutre du 3 juillet), toutes (...)

32 En parlant de Lille, j’ai vendu 6 livres, il avait baissé huit jours devant, mais mercredy dernier, il a repris. On aurait tout mis dessus quatre chariots, le bled des fermiers. Il y avait un peu de bled de M. les États, qu’ils ont fait venir des terres d’Empire 1 . Je crains des misères aux mois de juillet et août. J’ai payé votre avoine à ELOY. J’en ai payé 51 razières à dix pour trois belles et mercredy, j’en ai pris à M. DURIEZ à 9 l. 4 patards ; j’avais décompté devant elle.

33 J’ai payé la pension des garçons et chez ERRANT, je payais cent soixante florins. DELOBEL n’est pas encore venu pour son bled et je n’ai encore rien reçu pour la linnuise *. Il me semble que l’argent est rare partout ; ce n’est pas que je sois encore en misère pour cet article.

34 Je prévois bien, cher Amy, par votre lettre du 28 que c’est des longues affaires et que c’est longtemps d’être absent de l’un et l’autre ; mais tachez toujours de conserver votre vie et votre santé, nous en avons besoin tous les deux.

35 Le curé d’Annoeullin ne m’a pas encore venu voir, mais j’ai appris qu’il se porte bien par deux hommes de Don qui sont venus à la quête, que leur maison était brûlée, que leurs enfants faisaient leur première communion à la Pentecôte.

36 Mme SCHEPPERS m’a fait l’honneur de venir me voir lundy avec son aimable famille. Elle m’a fait plaisir. J’ay taché de les amuser le mieux qu’il m’était possible, mais il a fait une pluie pendant qu’on dînait, que cela a empêché d’aller promener ; mais ils avaient leur violon avec eux, qui était M. DANELLE, un homme très gai.

37 J’ai profité de la voiture de Melle MONET, pour aller saluer M. le cure. Elle demandait que je lui fasse compagnie ; il m’avait demandé le matin, pour aller prendre sa soupe le mardy, qu’il attendait Monsieur le doyen de Roubaix ; je lui avais promis, mais j’ai été dans le cas de me dédire, à cause qu’il y avait trop d’ouvrage et que le berger n’était pas bien et il m’a dit de vous faire des compliments.

38 Nous sarquelons nos bleds et nos oliettes * ce matin ; il ne manque pas de cruauds dans les bleds de colzas surtout et c’est un mal général. Du côté d’Halluin, c’est encore pire, les bleds ne sont pas si brillants que dans nos endroits. Je croyais de congédier la grande bande cette semaine, mais je ne peux pas encore. Nos fèves sont en partie toutes ôtées ; on a partage la bande en deux pour les fèves et pour les bleds. Nos lins promettent bien jusque là, mais le bonnier Christophe est un peu périssable, surtout avec ces pluies ; il est à 4, 5, 6 paumes et les autres un peu en dessous à proportion, mais d’une belle couleur jaune comme l’or.

39 J’ai embrassé vos enfants pour vous. Vos garçons sont venus promener avec la voiture ; je vous ai recommandé dans leurs prières et ils vous demandent tous, la bénédiction. Je finis, mon cher, en vous embrassant et vous souhaitant une santé parfaite.

40 Vous ferez de grands compliments à vos Messieurs, sans oublier Madame DAUBRESSE et sa famille.

41 Monsieur et cher Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

42 Vos filles vous font de grands compliments et Charlotte a voulu vous donner une fleur. J’ai les compliments de M. WAVRIN

43 Vous me dites si vous pouvez lire mon écriture et surtout « l’ordografe » (sic)

44 Linselles ce 12 juin 1789

45 Monsieur et mon cher Mary
J’ai reçu l’honneur de la votre le 11 du courant, directement quand la soupe était à table, chez Monsieur le curé que j’étais à cause du refus que j’avais fait, huit jours auparavant.

46 J’ai été à la dédicace d’Halluin, dimanche passé ; j’ai été dîner à la Basse Cerne. Mes deux filles ont été chez mon frère CUVELLE pour définir en un jour. On vous a porté la santé premier avec applaudissement. Ils m’ont chargé de vous faire tous des compliments ; nous avons été à la maison de ville un moment, alors que je devais aller souper chez mon frère CUVELLE. Sortant de la maison de ville, j’ai fait rencontre de votre aimable compagnon de Lille, qui est M. LEZAIRE de Neuville ; il est inquiet de ne pas avoir reçu de vos nouvelles. Je lui ai certifié que c’était qu’il n’y avait encore rien de méritant et, que quand vous auriez quelque chose, que vous l’auriez écrit de suite et que je vous l’aurais fait parvenir. Il m’a demandé de pouvoir m’embrasser pour vous. Il me parle d’un trop bon cœur pour pouvoir lui refuser, je vous prie d’y faire attention. Il m’a témoigné beaucoup d’amitié à votre égard et des grands compliments de sa part.

47 DELOBEL m’a venu payer les 50 razières de bled et m’a mandé d’avoir encore douze à la fin ; je lui ai accordé sous condition de faire le prix le 17 du courant ; vous lui aviez parlé du poids de 70 livres, il a été fort surpris du poids par le rapport du meunier ; il ne pèse que 58 et BLICQ le pureur a été trompé aussi ; il m’a mandé d’en avoir un sacq dans sa maisonen grand sacq pour lui le peser, je lui ai promis.

48 On dit que le mariage entre l’homme et la femme n’est un, mais, moi, je trouve bien différence aujourd’huy. Il est vrai que je ne peux promener dans la cour ; mais il y a une différence entre la Cour royale ou une cour de fumier, breffe à célir [ ?].

49 L’on disait, jeudi le matin, que les trois ordres étoient réunis, que Mme SCHEPPERS avait reçu une lettre ; je n’ai pas vu apparence de cela dans la votre. Vous me parlez de l’incommodité mada[ ?] cela me surprend ; je n’ai pas entendu de nouvelles depuis le mercredi 3 juin, que j’ai été lui dire bonjour pour savoir si elle n’avait pas reçu de nouvelles. Elle m’a dit qu’elle avait reçu lettre le jour avant et que vous vous portiez bien. Je n’avais pas encore reçu la votre. Elle me voulait faire rester pour dîner et j’avais promis à Melle MONET que j’étais plus à la porte du marché ; vous m’aviez averti de livrer vos laines lundi 15 juin.

  • 2 Un « emplâtre vésicatoire » est un onguent émolient qui, appliqué ici au genou, provoque au bout d (...)

50 Le berger souffre encore toujours de son genou et on n’y voit rien ; il ne repose ni jour ni nuit. Il a envoyé à Courtrai à ce chirurgien, qui a vu Angélique ODON ; ses remèdes ne font rien. Hier CORNILLE est venu, il conseille d’y mettre un emplâtre vésicatoire 2 pour faire virer. Je lui ai demandé qu’il ne craignait pas quelquefois de sur les nerfs ; il m’a dit : non, qu’il l’a fait à sa femme et huit jours après, qu’elle a été guérie. Il dit que c’est une haut chacre qui vient du sang et suivant lui, si on ne le fait pas déloger qu’elle pourrait encore se jeter sur une autre partie.

51 Il se prépara un mariage dans notre ferme entre Pierre-Antoine DELANNOY, le carton et Séraphine Élodie, la servante ; ils m’ont mandé un de ces maisons ; j’ai dit que je vous le marquerais et je ne crois pas que vous le refuserez et il m’a mandé du lin, pour lui faire pendant l’hiver, mais les DELANNOY surtout le père, est fort au contraire. Il m’a demandé pour médiatrice envers son père, j’ai dit que je ne voyais pas tant de différence, que l’un vaut bien l’autre. Pierre-Antoine a dit que s’il ne pouvait pas l’épouser ; qu’il s’en ira, qu’on ne le verra jamais plus ; ce n’est point pour sa beauté, il en a parlé au curé. Il a dit qu’il faut bien prier Dieu et y aller en douceur et moi, j’ai dit que je ne veux pas que ce soit au public dans la ferme.

52 Vous recevrez ma lettre un jour plus tard, à cause que, quand j’étais embarrassée d’écrire, le cousin DUMONT est venu pour recevoir la bière de mon frère le curé ; je lui ai payé 60 écus et, alors, mon frère Isidore DELPUTTE, nous avons été voir les avestures. Les lins, malgré les froidures, ils montent encore un peu. Le bonnier Christophe est à 6-7 paumes, on commence à voir des fleurs ; je crois que ce sera celui-là le plus tou... et vos bleds ; quand nous avons passé au 24 cens, au chemin de Menin, il a dit que s’il avait 6 bonniers de bleds comme celui-là, qu’il ne désirerait plus rien d’autre au monde, comme il y a mal dans leurs endroits remplis de cruauds et d’ordures.

53 COUROUBLE en a encore labouré cette semaine.

54 Des compliments de tous ceux dont je vous parle et de M. F. RANNE.

55 J’espère que je recevrai de bonnes nouvelles à votre première.

56 Je finis, cher Amy, en vous embrassant et en vous souhaitant une santé parfaite. Vos filles vous embrassent et vous demandent la bénédiction.

57 Monsieur et mon Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

58 Linselles ce 22 juin 1789

59 Monsieur et mon cher Amy,
C’est pour répondre à la votre datée du 10 juin que j’avais peu de temps, pour répondre à tous les articles, que vous me mandez et en même temps pour savoir de vos nouvelles et surtout de votre santé. C’est toujours ce qui m’intéresse le plus, quoique j’espère que je ne serai pas longtemps à avoir de vos nouvelles ; car, quand il y a huit jours que je ne reçois pas de lettre, je suis toujours inquiète.

60 Dimanche dernier, il est venu un certain nommé François LOIPPE, frère à un jeune qui a sarquelé l’année passée. Il m’a demandé une de ces maisons à louer je crois que vous devez connaître. Il a été domestique dans nos environs, pendant dix sept ans. Il peut faire toutes sortes d’ouvrages ; je crois qu’il vous conviendra. Il s’est présenté, si cela convient de venir avec son beau-frère, pour être varlet d’août * ; il ne peut pas prendre place d’ouvrier, à cause qu’il est trop éloigné de sa maison pour porter à manger. J’ai dit que je vous l’aurais fait savoir et que j’aurais eu des nouvelles dans douze jours. Je vous prie de m’indiquer le prix que vous donnez à ces varlets d’août * et combien, il m’en faut. Il faudra un cinquième piéteur *, il n’y en a que quatre ; peut-être que je pourrais parler aux VENDAME et des varlets *, il m’en faut beaucoup cette année. Je crois qu’il y aura plus d’ouvrage cette année, que les « Août » seront retardés.

61 Nos bleds commencent à épier ; nos avoisnes viendront avec les bleds et nos oeillettes * aussi, que je crains.

62 Nous avons du mauvais temps depuis vendredy-samedy ; c’est des orages continuellement ; aujourd’huy, c’est du vent et de la pluie.Vos fèves, sur le devant de la ferme,ils tombent un peu ; ils étaient de quatre à cinq pieds de haut, ils commencent à fleurir. Nos avoines sont belles, pas périssables mais pour faire du grain. Nos bledssont raides, si ceserait dix jours plus tard, ils tomberaient. Vos lins sont tombés, c’est dommage surtout pour ceux aux bonniers pour le lin.

63 […]

64 Vous me mandez de vos linnuises *, il en reste encore aux environs de 13 raziéres et on le fera purer dans une douzaine de jours. Ils ont baissé beaucoup de sur la semaille ; on n’en a plus demandé après que vous étiez parti.

65 Vous me mandez du jardin du Gavre, je l’ai loué à la veuve MARESCAUX pour douze livres de gros, à condition que je dois payer taille et autres ce qui se doit payer. Mais elle doit mettre le chemin en règle, le jardin jusqu’à Saint Éloy, la grange jusqu’à may. On pense le mettre au plus offrant, mais il y avait un marchand de bêtes, qui avait grand goût, qui l’aurait bien fait valoir, mais, pour payer, il était douteux et ainsi ç’aurait été faire du bruit à rien. Vous n’aurez pas de peine à le louer 24 le tout.

66 HERBAUX m’est venu parler dimanche ; il avait enterré sa cousine, ma sœur MARESCAUX, pour lui avoir le demi-bonnier ; à ce que j’entend, il serait bien d’accord comme ça. Ils sont de si bonnes gens, ils parlent d’un si bon cœur, qu’on nesaurait refuser.Vous me direz votre prix et pour touchant la maison aussi.

67 Il y a un beau lin d’apparence ; il a été pendant huit jours, qu’il ne faisait rien, mais depuis dix jours, il change du matin au soir ; il est depuis 6 jusqu’à huit paumes ; il ne commence qu’à fleurir ; il est tout tombé, d’une sorte, il faut voir le temps.

68 Je vous donne la mesure du bonnier Christophe, il est tombé aussi, mais il se défleurit et l’autre, le bonnier Pouplie est une bonne paume en dessous et l’autre est pour avoir aussi du lin ; mais je crois que vos linnuises * vont mal, elles sont un peu fourchues. On parle en Flandre qu’ils se vendent à un assez beau prix : on dit depuis 13 couronnes jusqu’à 15, mais avec cette pluie elles seront refroidies. Vous me direz plus tard, s’il viendrait des amateurs ou bien des amoureux, si je pourrai les écouter. Pour vos lins, ce n’est pas pour moi.

69 Vous vous plaignez, cher Ami, que vous devez toujours coucher seul ; moi peut-être que je m’en loue très fort. J’ai une compagnie, que nous sommes toujours d’accord. Elle dort quand je vais coucher, elle dort encore quand je me lève. Je fais un rempart entre nous deux, il n’est jamais défait.

70 Le curé de Linselles est venu dîner avec le curé d’Annoeullin ; ils ont vu votre lettre ; ils ont voulu savoir ce que vous aurez dit. J’ai dit que c’était article de ménage. Vous ferez attention pour me rendre des nouvelles de suite. Je finis en vous embrassant, en espérant de vous revoir. Je vous souhaite une bonne santé

71 mon cher Mary votre très attachée femme
Angélique Delputte

72 Vous direz à vos Messieurs que je leur fait de grands compliments et à Mme DAUBRESSE et son beurre est en route.

73 Si vous désirez une tranche de jambon Margo, vous me le direz. Je dois en cuire un pour la ducasse.

74 Linselles ce 30 juin 1789

75 Monsieur et mon bon Amy,
J’ai reçu l’honneur de la votre datée du 18 le 23 et celle du 25 le 29 du courant à huit heures du soir, quand les parents étaient tous partis, hors que mon frère et ma soeur de Rekkem et les enfants de mon frère CUVELLE. Mon frère était venu le jour avant et sa famille était restée, mon frère et ma soeur ODON avec leur famille ; le cousin DESURMONT est venu et il est retourné le même jour, mais sa famille est restée. Les demoiselles TIBERGHIEN sont venues et m’ont surprise agréablement. Mon frère de Wervicq avec sa famille. On n’a jamais eu une compagnie de jeunes gens aussi nombreuse. Les jeunes gens sont assez bien divertis, mais les frères et sœurs on voyait bien qu’il n’y avait pas de « maître du logis ». On a cependant exécuté vos ordres ; on vous a porté la santé premier et dernier. Ils vous souhaitent tous une santé parfaite et des grands compliments de leur part en espérant de vous revoir en bonne santé.

76 Je vous avais parlé des lins venus de sur terre, pour savoir vos intentions ; j’avais parlé aux deux frères Isidore, Pierre-Joseph de Rekkem de venir le jeudi, à cause qu’il a toujours plu les deux jours de la dédicace, qu’on n’a pas pu sortir, ni voir aucune aveture *. Ils ont vendu leurs lins, tous les deux, pour voir la différence des leurs aux nôtres. Isidore a vendu 18 écus et Pierre-Joseph, il est mieux monté, il a vendu 24 écus. Depuis 12 jours, il n’a pas passé un jour sans pleuvoir. Ces deux bonniers, derniers semés, ce qui est tombé n’a pas grande qualité, il est vert ; mais ce qui est droit est beau. Hier SEYNAVE de Bousbecque m’est venu demander si j’étais d’intention de lui vendre ou non ; je lui ai dit que j’avais demandé votre avis et que j’attendais votre réponse. C’est pour Jean-Baptiste TOPS, Pierre HENNION ne m’a pas encore parlé et j’attend votre réponse, sitôt cette lettre reçue, à cause que je dois lui rendre réponse samedi. Les lins de cette année, le pied ne me plaît pas, ils sont broque mais la couleur est bonne, à ceux qui ne sont pas tombé suivant ma connaissance.

77 Mon frère Constantin m’a fait demander ce que vous voulez qu’on sème, les plants de colzas et aussi les naveaux *, sur quelle campagne vous voulez qu’on les sème.

  • 3 Au sujet de la lettre de cachet envoyée à Necker, voir la lettre de Lepoutre du 3 juillet 1789.

78 Vous me mandez si le cousin DESURMONT a reçu votre lettre ou non. Quand il est venu dimanche, il sçavait des nouvelles de Versailles, qu’il avait apprises à Lille le samedy, disant que le Roy avait envoyé une lettre de cachet à Monsieur NECKER 3 et que M. NECKER avait répondu au Roy qu’il ne fallait pas lui envoyer une lettre de cachet, puisqu’il y avait longtemps qu’il avait demandé sa démission et que le Tiers État l’avait parlé et qu’il vous avait répondu qu’il ne vous aurait pas quitté jusqu’à la mort. Je sçaurais volontiers si c’est vrai ou non.

79 Je vous fait compliment dessus votre arrangement dans votre ménage ; je ne vous avais pas demandé un compte aussi exact. On demande souvent combien vous êtes pour l’ordinaire à présent je leur pourrai répondre. Je pense pas vous gêner en vous demandant cela.

80 Tachons, cher Amy de prendre patience dans notre état ; je ne cesse jamais de prier le Seigneur pour la conservation de votre santé et de vos jours.

81 Aujourd’hui, nous avons dîné en famille, nous avons bu une bouteille à votre santé, du moins, un verre de vin. Tous vos enfants se portent bien ; ils vous font de grands compliments et vous demandent la bénédiction. Louis vous écrit deux lignes pour vous voir son écriture, mais il ne savait pas écrire. Mon Frère vous fait des compliments et moi, je finis en vous embrassant et en attendant de vos bonnes nouvelles. Je suis très parfaitement

82 Mon cher Mary votre très attachée femme
Angélique Delputte

83 Le berger, il va du mieux avec, on a mis une emplâtre pour faire tirer. J’avais peur qu’il sçauroit encore jeté sur d’autres parties, mais j’espère que cela se dissipera.

84 Des compliments à vos Messieurs, s’il vous plaît.

Juillet 1789

85[Lettre du 1er juillet non publiée]

86 Linselles ce 3 juillet 1789

87 Monsieur et mon cher Mary,
En réponse de la votre, que j’ai eu l’honneur de recevoir le 2 du courant datée du 27 juin avec la plus grande joie, que je ne saurais vous l’exprimer et surtout que vous réussissez bien dans vos opérations que je vous souhaite profisiate [profitables ?], que j’espère que les choses iront avant. J’ai fait parvenir une copie de votre lettre à vos enfants pour les encourager à leurs devoirs ; Ils étaient partis quand j’ai reçu votre lettre.

88 J’ai fait pic ter * un demi-bonnier de trèfle pour faire foin, qu’il est encore bien bon, malgré les pluies qu’il a fait Nous l’avons fait étuchir * comme du lin et il s’est bien conservé ; je compte d’en faire encore pic ter demain et ensuite faire faucher la prairie. Vous me marquerez combien je dois payer pour ces deux sortes d’ouvrages au cent, étant nourris. Mon frère a été voir les prairies de rivière, il a rapporté toutes bonnes nouvelles et que les herbes sont fortes et il a ordonné de les faire faucher la semaine prochaine, on y avait pas encore pensé. Mais le cousin LECOMTE est venu me faire plaisir de me mander à dîner jeudy et il m’a prévenu de prêter attention à cause que la pluie les avait abattus et quelles auraient pu périr. Mon frère Isidore est venu l’aprés-midi, je les ai priés d’aller voir les lins, pour en faire l’estimation ; nous avons parcouru le quatre bonnier, j’étais fin lasse à l’ordinaire, je leur ai mandé leur prix ; ils hésitaient à le dire. Je leur ai mandé si vingt écus était trop ; ils ont dit que si on m’en offrait 18 et même 17, à tout prendre, que je le pris à cause que les deux plus jeunes étaient beaucoup moindres, ils sont tombés avant qu’il eut fleuri, il n’y aura pas de linnuises * dessus ; ce n’est pas nous seuls, le pureur m’a dit aujourd’hui qu’il est venu purer vos linnuises * que c’est un mal général. Ils sont pour faire beaucoup de lin, mais pas grande qualité, il faut voir le temps ; s’il vient grande chaleur, il en pourrira.

89 Pierre HENNION est venu me payer un sacq de bled qu’il avait eu aujourd’hui. Il m’a mandé si les lins étaient vendus, j’ai dit : non, que je vous avais demandé et que vous ne me le défendiez pas, que c’est une marque que vous y consentez et qu’il aurait venu mardy et je ne sais pas si les taupes ne viendront pas ce jour-là aussi.

90 Si nous avons des misères dessus nos lins, j’espère que le Bon Dieu nous renvoyera dessus nos bleds, car je vous assure que c’est un charme de les voir fleurir. Ils sont blancs comme des damas. Ils ont encore augmenté de ces pluies. Il a des épis à assommer des boeufs avec. On dit qu’il n’a pas de fautes dans les épis de seigle et ainsi il y a à espérer une bonne récolte, si le Bon Dieu nous les conserve.

91 Le cousin DESURMONT n’a pas reçu votre lettre, il s’en plaint. Le cousin LECOMTE, vous lui avez fait grand plaisir ; quand vous lui auriez mis deux louis dans sa main, vous ne lui auriez pas fait plus de plaisir ! Je vous dis en amie, écrivez autant que vous pouvez à vos amis, vous leur ferez grand plaisir et à M. LEZAIRE, je ne sais pas si vous avez écrit ou non. Le reste, cher Ami, ce sera pour l’ordinaire prochain.

92 Des grands compliments de mon frère, de Catherine et Charlotte. Je finis avec le désir de vous embrasser

93 Mon cher Ami votre très attachée femme Angélique Delputte

94 De grands compliments à vos Messieurs et le berger à CRETAL. Antoine CASTELAIN vous fait des compliments.

95 Linselles ce 10 juillet 1789

96 Monsieur et mon Mary
Je vous fait part de la joie que tout le monde vous complimente aujourd’huy ; mais je le répète encore : « Tachez de conserver votre vie » car j’ai appris par des voix volontaires que vous aviez été en grand danger.

97 Je vous fait part que j’ai acheté un cheval au cousin LIBERT du Gavre. François LECOQUE m’avait dit qu’il en avait un à vendre. Mon frère Constantin a été voir mercredy, pendant que j’étais allé à Lille, il lui plaisait assez bien, a demandé son dernier prix, disant que j’avais toute confiance en lui, qu’il n’attendait pas d’être trompé. Le cousin a dit qu’il ne connaissait aucun défaut, hors qu’il avait les pieds un peu pleins par dessous, mais que cela ne l’avait jamais gêné pour faire des routes et qu’il mangeait beaucoup, qu’il avait envie de rajeunir son écurie ; il l’a eu à deux ans et voilà onze ou douze ans qu’il l’a et il a les jambes aussi lestes qu’un poulain. Le prix est de onze louis davantage, je ne l’aurais pas laissé à proportion de celui de François ; vous n’en avez pas un de si fort dans votre écurie.

  • 4 L’usage du « charbon de terre » ou houille s’était répandu au cours du siècle ; en France, le char (...)

98 Je compte d’envoyer à Toumay lundy avec deux chariots pour avoir du charbon ; je crois que vous êtes de mon sentiment de ne pas envoyer à Mons 4  ; ROUSE y a été, il a eu un cheval qui a venu malade en route. Il a été dans le cas de laisser sa voiture en route et puis de l’aller chercher après, ce n’est pas tout profit.

99 Je ne sais si vous connaissez un certain nommé DESPATURE à Marcq, ferme à M. LARIANDRIE, marié avec la fille de la cense Duquesne ; un cheval vient malade à la maison de son beau-père ; on a été chercher DESPATURE pour solliciter ce cheval d’entrer dans l’écurie ; un quelqu’un lui va demander, comme il allait, il se retourne pour lui rendre raison, reçoit un coup de pied du cheval et tombe raide-mort. Sa femme s’est tellement saisie qu’on l’a administrée le lendemain, une famille de dix enfants tout jeunes. Le Seigneur de Marcq devait faire son entrée au village, c’était jeudy, qui était le lendemain de sa mort. C’était des joies mêlées de pleurs pour cette famille. SAMAIN m’avait demandé pour lui y aller jeudy ; il n’avait pas venu du lundy de la dédicace ; je lui ai permis de faire rencontre du lieutenant d’ENTIERE de TEVLIN. Il a dit que vous soutenez les intérêts de fermy [fermier ?] comme il n’a eu député, que vous raisonnez en règle, que cela lui fait plaisir, que cela lui coûtera une bouteille, quand vous serez de retour.

100 Je suis dans le cas de finir ma lettre plus vite que je n’avais la volonté à cause que DUMORTIER a venu m’amener une vache et une truie pour engraisser.

101 Je vous fait des compliments de vos deux nièces ODON, qui sont venues ramener quatre vins de la dédicace de Mouscron. Charlotte, mon père, vous fait présent d’une fleur, voilà la deuxième qu’elle vous donne ; je vous souhaite une santé parfaite. Des compliments de mon frère et de vos enfants.

102 Mon cher Mary votre très attachée femme
Angélique Delputte

103 Nos foins sont bien pris. Les dix cents sont en mottes et les autres aussi ; encore un demi-bon nier de trèfles. Le grain diminue de 5 à 6 livres au sacq de mercredi dernier.

104 Linselles ce 14 juillet 1789

105 Monsieur et mon cher Mary
J’ai reçu votre lettre datée du 7 du courant par laquelle je vous ai marqué que nos bleds sont d’une belle apparence et que Messieurs sont surpris. Quand je parle de nous, je ne dis pas une province, ni même un village, nous ne sommes que deux, Nicolas WATTEL et nous, aussi bien montés. Il y en a entre autres des fermiers, qui ont du bon, du médiocre et il en a aussi qui n’ont pas sarquelé leur bled, pour pouvoir mieux les picter *, mais on espère beaucoup de grains, à cause qu’ils ont bien fleuri et qu’ils fleurissent encore et qu’il a des forts épis.

106 Vous me demandez si le pauvre monde peut encore vivre ; jusque-là, on n’entend pas encore de misères ; au village, il y a de l’ouvrage. Nous avons eu les sarquelages, qu’ils ont duré longtemps. Nous avons le cueillage du lin ; pour ceux, qui ont du courage, ils en sortent encore tellement. Pour les sacqs de bled que j’ai vendus, ils ont soin de me venir payer cependant ; j’en ai vendu beaucoup et je ne crois pas de perdre un double.

  • 5 La majeure partie des transports de grain entre la région et l’étranger, que ce soit à l’importati (...)

107 Pour la dédicace, les bouchers ont dit qu’il n’apparaissait pas qu’il fit du pauvre temps ; mais bien les boulangers, pour les bateaux, ils n’en ont pas beaucoup fait. Vous me mandez le prix du grain ; je ne vous en parlais point à cause qu’il n’y avait pas grand changement ; le prix de nos grains est à 35 livres la raziére et tout le monde est surpris qu’il ne diminue point à cause qu’il passe des bateaux continuellement depuis quatre à cinq semaines, quelquefois huit à dix bateaux par jour et on ne sait pas où ils vont. Il est vrai qu’on en met dessus le marché à cause qu’il ne se trouve presque plus de bleds chez les fermiers. Il s’en trouve de ce grain de bateau qui est échauffé, pourri, propre à incommoder les pauvres gens qui le mangent 5  ; nous sommes abimés des pauvres de Tourcoing et de Roubaix, des ménages entiers qu’il nous vient, des grands vencent [ ?], qui disent qu’ils n’ont pas d’ouvrage. DELANNOY-DELCOURT en a présenté à deux ou trois, ils n’ont pas venu ; ils disent qu’ils gagnent davantage à aller mendier leur pain et qu’ils n’ont pas tant de peine. On va faire la garde pour tacher d’évader tous ces fainéants et je crois qu’il y aura un « maréchaussée » avec eux et il y en a de vrais pauvres, qui ont cinq à six enfants, qui n’ont jamais mendié leur pain et que les filages ne vont pas. Hier, il m’en est encore venus demander du lin pour filer à loié et je vais faire tirer du lin pour leur donner de l’ouvrage, pour les tenir dans le courage ; ceux-là sont plus à plaindre que ceux qui vont à l’aumône.

108 Vous ne m’avez pas parlé dans votre dernière du beurre de Mme DAUBRESSE, je crois que vous l’aurez reçu, attendu que Mme SCHEPPERS m’a dit qu’elle l’a mis à l’ordinaire, que j’ai été dîner mercredi dernier chez elle et j’ai porté une potée de crème, pour elle et sa famille et elle m’a fait promettre d’y aller mercredi en huit pour aller promener dans leur jardin ; je ne sais pas si mon saloir de beurre sera plein ou non ; s’il l’est, je voudrais bien y aller.

109 J’ai loué votre maison à LOIPE pour le prix ordinaire, dans les conditions que vous avez dit et je l’ai loué pour varlet d’août *, pour deux mois, pour 98 livres. S’il tombe qu’il faut du secours pour picter, il est en état. Depuis, je fais part que j’ai loué votre demi bonnier avec la maison du Gavre pour le prix de 12 livres de gros ; il aurait volontiers eu la grange avec ; j’ai dit qu’elle était louée jusqu’en mai, que plus tard quand vous serez de retour, que vous pourrez s’entendre.

110 Le cousin DELANNOY-DELCOURT a venu hier voir si je recevais de vos nouvelles, pour savoir comme vous vous portez, qu’il était inquiet de ne plus recevoir de vos nouvelles ; je lui ai demandé si vous aviez répondu ; il m’a dit que non, mais comme je vous avais parlé, qu’il était venu avec votre lettre et qu’il m’avait chargé de vous faire des compliments, cela m’a échappé de mémoire, je vous prie de vous souvenir de lui.

111 Vos deux garçons viendraient volontiers vous voir, je ne serais pas au contraire non plus, attendu qu’ils ont une belle occasion de François LECOQUE, qu’il doit aller voir son frère à Paris. Ils pourraient prendre une voiture pour eux trois, si vous y consentez. Je conviendrais de leur faire chacun nouveaux habits, leurs vacances commencent le 19 d’août ; vous me direz votre intention.

112 De vous revoir, il n’aura pas d’apparence du mois de septembre, que je suppose.

113 Nous commençons à cueillir le lin du bonnier Christophe, depuis samedy. Hier, il pleuvait assez bien. Ils n’ont pas beaucoup fait, il commençait à bleuir par le pied et rougir de la tête, il n’est pas fort long, c’est un lin de 6 à 8, fort tombé et beaucoup de lin et ils continueront les autres de suite.

114 Le berger, il continue d’aller mieux. Sa main n’est pas encore entièrement guérie. Son genou se fortifie. Il compte à la Saint Christophe de reprendre ses moutons. Mais je ferai encore venir VERSAILLE pour faire ses fumiers. Il m’a dit de vous demander s’il pouvait acheter quatre ou cinq bêtes de refus comme l’année passée, vous me le marquerez, sitôt cette reçue. Vos cartons * sont revenus de Tourcoing avec leur voiture de charbon ; ils en ont 93 raziéres pour 34 écus, tous frais faits. Je suis assez contente de ce nouveau cheval.

115 Des compliments de mon frère et de vos deux filles et ils vous demandent la bénédiction, tachez de vous bien porter, voila tout mon désir. Je finis, cher Ami en vous embrassant de coeur et je suis

116 Monsieur et mon cher Amy votre très attachée femme
Angélique Delputte

117 Des compliments à vos Messieurs. Le clocher de Linselles est démoli et on pend les cloches dans un devant chez FACON.

118 Linselles ce 21 juillet 1789

119 Monsieur et mon citer Mary
Celle-ci est pour répondre à vos deux lettres en date du 11 et l’autre du 17 courant. Dans la première, vous me marquez de bonnes nouvelles, hors que la démission de M. NECKER, que je vois bien que c’est un coup de foudre pour tous.

120 J’ai reçu la votre le quinze et je devais partir pour Courtrai, le lendemain pour rendre visite au père NICAISE avec les sœurs. Mon frère et les domestiques de la maison avaient entendu parler du trouble qui était arrivé, mais moi, je ne savais rien ; on me l’a dit étant sur la route, que je ne voulais pas le croire, mais, étant à dîner, dans la ville, on me l’a certifié, par des gens qui ne me connaissaient pas. Je vous assure que ma peine était au comble. Le samedi soir, je ne savais plus sur quel saint me réclamer. J’ai envoyé un express à Lille de bon matin, pour avoir des nouvelles d’un coté ou de l’autre. Il a été à la poste, il n’y avait pas de lettre ; il a été chez RENARD, là, il était prêt à partir pour me rapporter les nouvelles de ce qui s’était passé le 14 et le 15 par un imprimé. Cela m’a un peu remis ; mais alors le mardi 21 que j’ai reçu votre lettre, ma joie a été au comble que je ne saurais vous l’exprimer. Vous auriez dit que toute la famille le devait savoir ; il est venu cet après-midi des parents de tous cotés. Mon frère de Rekkem est venu, de chez mon frère CUVELLE de chez le cousin DESURMONT, qu’ils se plaignent beaucoup de ne pas recevoir de vos nouvelles. Mon frère Isidore était venu la semaine passée et m’avait fait promettre d’envoyer des nouvelles. J’ai envoyé le berger, nous avons vidé un couple de flacons pour boire à votre santé ; dans ce moment-çy, vous devez être élevé des santés qu’on porte, M. le député. Samedi, on a dit à Lille, qu’on a bu plus de vingt pièces de vin de joie à ces premières nouvelles.

121 Vous ne parlez pas du beurre, je compte d’en mettre à la poste samedy prochain, que vous étiez à la fin et que vous ne saviez pas où le faire adresser. Je compte bien à présent, que vous ne sortirez pas de Versailles, suivant toutes les nouvelles qu’on entend.

122 Votre fouin est presque tout renfermé ; vos lins sont menés pour les étendre sur les prairies.

123 Je finis, cher Ami, en vous souhaitant une bonne santé, car je ne doute pas que vous vous êtes fait du mauvais sang tous ces temps passés. J’ai embrassé vos enfants pour vous et toute la famille ne cesse de prier Dieu tous les jours pour la conservation de vos jours ; mon frère vous fait des grands compliments, comme de même tous vos enfants et je finis en vous embrassant de cœur

124 mon cher Amy, votre attachée femme
Angélique Delputte

125 Des compliments à vos Messieurs. Je compte d’aller demain à Lille livrer un saloir de beurre ; j’irai saluer Mme SCHEPPERS pour la commission que vous m’avez donnée.

126 Linselles ce 25 juillet 1789

127 Monsieur et mon très cher Mary,
J’ai reçu votre lettre datée du 20 le 24 courant vous me marquez que vous craignez que je n’aurais pas reçu vos lettres, il y a celle du 16 avec les imprimés de vos ouvrages ; j’ai encore envoyé aujourd’hui à Lille. Elle n’était pas encore arrivée, mais RENART a reçu la lettre de mon frère le curé d’Annoeullin qui lui a envoyée de suite. Vous me mandez mon avis pour nos enfants, mon intention est qu’ils sont jeunes ; la mémoire d’avoir été voir un père à Versailles, dans une Assemblée aussi noble que la votre, que ce sera un heureux souvenir pour eux ; il est vrai qu’il en coûtera ; mais c’est pour nos enfants que nous travaillons. L’occasion de François LECOCQUE ou si vous préférez mieux qu’ils prennent la diligence, il en coûtera davantage. Celui que je vois, il n’en coûterait pas tant. Ils prendraient une voiture pour eux trois ou si vous voulez que je parle à Mme SCHEPPERS pour son garçon, à cause qu’ils sont souvent ensemble ? Aujourd’hui, nos domestiques les ont trouvés à quatre SCHEPPERS venant et les deux nôtres qui montaient la garde, qui l’attend de la rue des Tours dans la rue des Malades, chez MARTEL.

128 Il n’est pas nécessaire que je vous explique le désastre qui s’est fait mercredy dernier. Vous en êtes informé par M. SCHEPPERS, mais je peux vous dire que cela ne s’est pas fait en honneur comme dans Paris, de faire un désastre comme on a fait. C’est une pitié de voir tous ces meubles coupés, brisés, fracassés. Aujourd’hui, on tirait encore l’argenterie hors de la rivière ou l’abreuvoir St Jacques.

129 J’avais fait apprêter douze sacqs de grains pour le marché, que mon frère de Rekkem est venu à nouvelles, qu’il est très inquiet de vous, m’a très fort déconseillée, disant qu’on parle beaucoup de tumultes et de révoltes. J’avais besoin de mener un saloir de beurre et il fallait de l’avoine pour les chevaux. Je n’ai pas pris de grain ; il ne gâterait pas pour huit jours, le bled diminue. J’ai demandé à MARES combien valait le bled de fermier, il m’a dit depuis 25 jusque 28 livres, la raziére, on n’en a venu offrir 24 et 6 patars, je l’ai laissé à prendre à la maison et l’argent sur main. Il y a eu beaucoup de fumier qui étaient en route pour Lille, l’un l’a ramené, l’autre l’a déchargé au Cabu, au Pont à Marcq ; c’était un parler fameux sur la route de Lille ce jour-là, j’étais bien contente de ne pas en avoir ; j’en ai encore aux environs de 30 à 40 raziéres à vendre ; je crois de désirer encore un peu de le vendre, à cause que le grain pour faire de la « fleur » vient rare. Vous me direz votre intention là-dessus. Les magasins, on dit qu’ils sont pleins jusqu’au cinquième étage : et laisser le pauvre monde de Lille gémir comme ça.

  • 6 Voir la lettre de Lepoutre du 30 juillet 1789.

130 Vous me direz, mon cher Amy, si vous avez été dans un si grand danger qu’on le dit aujourd’hui, qu’on a miné par dessous votre salle avec de la poudre pour vous faire sauter, fait par les « cabaleux » et que la brouille de Paris l’a fait commaîttre 6 .

131 Je vous ai envoyé 17 livres de beurre à 9 patars deux doubles ; je souhaite que vous en puissiez faire présent d’une portion à vos amis de Versailles, ce serait une marque que vous seriez tant plus vite de retour. Vous me faites connaître par votre dernière lettre, que vous espérez de finir, tout au moins une lueur d’espérances que cela ne dure plus longtemps.

132 Mon père, Charlotte vous demande, si elle peut presser d’engraisser l’agneau, parce qu’elle veut qu’il soit tué à votre retour. Le marché de bled à été fort tranquille. Le sieur DELANNOY, nous l’avons parlé aujourd’huy, après basse-messe ; j’avais laissé ma lettre ouverte, à cause qu’il était allé à une foire de chevaux. Il vous fait mille compliments de remerciements et on doit faire la garde demain à deux bandes de six et deux maréchaux. Au moment que je crois finie ma lettre, je reçois la votre datée du 16 avec les deux paquets de brochures, mais le plus gros était ouvert quand RENARD votre neveu l’a reçu.

133 Cher Amy, vous me mandez conseil, il n’est pas nécessaire, prenez votre plaisir et surtout votre sûreté ; ne changez pas si vous avez besoin d’argent, je peux vous assister. J’ai entendu parler le cousin DESURMONT, je crois que vos journées ne seront pas moins d’un louis ; je suis pressée, il nous attend pour dîner, voilà qu’il est prés de onze heures. Tachez de vous bien porter.

134 Je finis en vous embrassant de cœur. Des compliments de mon frère et de tous vosenfants, ils vous demandent la bénédiction.

135 Mon cher Amy votre très attachée femme
Angélique Delputte

136 Des compliments à vos Messieurs.

137 Linselles, ce 28 juillet 1789

138 Monsieur et mon cher Mary
J’ai reçu votre lettre en date du 24 du courant par laquelle, vous me marquez votre inquiétude, elle ne pouvait pas être semblable à la mienne, qu’il y a 10 à 12 jours, mais enfin nous en sommes sortis en santé, que le Bon Dieu en soit loué ! Je prend part à la joie dont vous jouissez à présent et à la tranquillité que tout le monde ressent, car je vous assure, que dimanche, étant à Tourcoing, qu’on était arrêté à tout moment, pour avoir des bonnes nouvelles et que tout le monde prend part à la joie, dont vous jouissez d’avoir vaincu vos ennemis ; tant que parents et amis, tous sont en joie. Le cousin DESURMONT était tellement consterné par ces pauvres nouvelles qu’il ne savait plus manger, étant un peu l’auteur de votre députation. Demain, je lui enverrai la lettre que j’ai reçue pour lui être apaisé un moment, mais, je vous prie, quand vous aurez un moment de loisir, si vous n’avez pas le temps de lui en dire beaucoup, dites peu, il en sera très charmé. Il m’a communiqué aussi que les députés devaient s’absenter d’ici à trois ou quatre jours pour plaider la cause qu’on aurait donné aux députés de Versailles entr’autres. On dit qu’il n’était pas juste qu’une famille aurait fait l’avance, pour une châtellenie. Je vous avais parlé dans ma dernière qu’on avait parlé d’un louis, mais à présent on parle de trente six francs ; on me l’avait dit, il y a quinze jours à Courtray de ces trente six francs par un M. MARCHANT de Lannoy, mais je faisais plutôt attention aux mauvaises, qu’ils disait, qu’à cela.

139 Monsieur LEZAIRE est venu dimanche pendant que j’étais à Tourcoing, pour avoir des brochures ; il n’avait pas réfléchi que j’avais des parents, il a donné commission à son beau-frère le cousin ROUZE ; il est venu hier, je lui en ai délivré une portion et encore à d’autres qui sont venus, mais j’ai fait attention à ce que vous m’avez dit, autre que LEZAIRE personne ne les aura.

140 DELANNOY-DELCOURT est venu hier soir à la maison, qu’il montait la garde le premier pour avertir un domestique pour aujourd’hui. Nous avons parlé un peu en particulier, il m’a dit qu’il ne montait que la garde de nuit ; moi, j’ai dit que ce n’était comme rien qu’il fasse faire de jour ; il m’a dit qu’il n’était pas d’avis, mais qu’il était bien obligé de la faire à cause qu’il y en avait une bande de vingt à vingt-cinq du côté du Triez, qui ont comploté entre eux, disant que si les fermiers veulent qu’on conserve leur bled, qu’ils n’ont qu’à le conserver eux-mêmes et ils ont dit que le premier qui montera la garde entre eux, qu’ils le pendront, mais j’espère que cela se remettra. On dit aussi que dimanche on a pillé l’abbaye de Saint-Amand, que les moines en sont tous sortis, qu’il y en avait un de venu à Tourcoing.

141 Vous me parlez de venir à Versailles, il n’y a pas d’apparence pour le présent ; je suis contente quand je reçois vos lettres et que vous vous portez bien ; je demande que vous fassiez attention à la dernière, que je vous ai écrite pour les enfants ; ils sont jeunes, ce sera un heureux souvenir pour eux. Le cousin DESURMONT est allé tenter de vous venir voir. Mais, quant à moi, je ne peux pas quitter la maison. Vous dites de prier Dieu pour vous, je ne fais pas prier pour moi ; quand je prie Dieu, je suis toujours à Versailles ; mais je fais prier par de pauvres gens et je les paye pour cela et plus d’un, et la messe du Saint-Esprit est toujours dite les jeudy.

142 Aujourd’huy, nous aurons trois bonniers de lin de liés. Nous avons essuyé beaucoup de pluie tous ces temps ; quoique cela, les bleds se sont restés droits à cause qu’il n’a pas fait de vent. Nous renfermons le foin des « deux cents ». Il y en a deux voitures pas trop petites ; nous faisons cette année 29 cents de foin de trèfle. Je compte qu’il sera encore plus de quinze jours avant qu’on peut commencer à picter * à la moisson ; les bleds sont fort tombés cette année.

143 Je finis, cher Amy, en vous embrassant de coeur et des grands compliments de mon frère et de vos enfants et ils ne cessent de prier Dieu pour la conservation de vos jours.

144 J’y ai joint une lettre de Louis qu’il m’a trouvé chez le cousin DESURMONT.

145 Monsieur et mon cher Mary votre très attachée femme
Angélique Delputte

146 Linselles ce 31 juillet 1789

  • 7 Sur la Grande Peur septentrionale, sur la formation de gardes nationales et sur la répression des (...)

147 Mon très cher Mary,
Je ne puis passer sous silence le bruit, qui se fait dans nos environs, pendant trois ou quatre heures à la ronde et encore davantage pour rien 7 . Mercredy dernier, à trois ou quatre heures le matin, il est venu une nouvelle disant que ces brigands qu’on avait expulsés de Paris, venaient, et qu’ils brûlaient, tuaient et massacraient tout ce qu’ils trouvaient. On a tapé la cloche à plusieurs villages, en partie de Comines sont sauvés à Wervicq ; la ville était tout en alarme, on ne faisait pas encore la garde, toute la ville s’est mise sur armes ; des ménages entiers de Comines se sauvaient avec leurs meubles ; beaucoup quand ils sont venus à Wervicq n’étaient qu’à moitié habillés et ils n’en savaient pas, à force qu’ils étaient pressés de s’enfuir. Beaucoup, à la Place, se sont sauvés en grande partie, chez le cousin GHESQUIERE et les femmes étaient sauvées au dessus de la Lys et elles filaient sur les prairies. On disait là que c’était les Anglais qui venaient ; tout çà s’est répandu depuis Premesques jusqu’à Menin et peut-être encore plus loin de l’autre coté à Lannoy, Tourcoing, Mouscron et encore plus loin. Là on disait que c’était les Bretons qu’ils venaient, comme si ces gens-là leur auraient voulu du mal. À Mouscron, jusqu’au curé, a-t-on dit, qui sauvait dans l’église tous ses meubles, ma soeur ODON s’est tellement saisie de voir tout ce monde s’enfuir, qu’elle en est indisposée. On dit que ce perturbateur est pris à Lomme au dessus de Lille. À présent on fait partout la garde en règle, jour et nuit. À Bousbecque, il y a une garde volante, cet-à-dire stable, à la place. Aujourd’huy, on leur avait dit qu’il y avait deux fainéants de nos cotés ; ils venaient mandier l’aumône à la maison, justement ils les ont pris dans la cour et ils les ont conduits chez le bailly.

148 Aujourd’huy, j’ai été chez Jean-Baptiste VANDAME, proposer pour des varlets d’août * ; ses deux garçons viendront et luy, plus tard ; j’en-aurai besoin à journée. On a parlé du lin à faire pendant l’hiver ; si vous aimez qu’il soit fait à la maison, ils s’engagent à venir à trois pendant l’hiver, vous me le marquerez de suite à cause qu’il y en a beaucoup qui demandent de l’avoir à leur maison.

149 J’ai les cinq picteurs *. Jean-Baptiste DHALLUIN s’est fait avancer disant que si je l’avais demandé, il n’aurait pas refusé. J’en ai parlé à son père, qui l’a accordé de suite ; je dois dimanche faire arroser le picquet, comme à l’ordinaire. Il commence encore à pleuvoir cet après-midi. Nos lins sont tous liés, nos foins de trèfles sont tous en mont ; nous avons semé un bonnier de rapes et on a commencé à semer le blancon * de colza. J’ai donné des ouvriers autant que j’ai pu pour lier le lin et au mois d’août, ils pourront me le vendre.

150 Mon frère Isidore et mon frère de Rekkem et à Mouscron sont venus cette semaine à nouvelle pour savoir comme vous vous portez, qu’ils sont inquiets. Je les ai rassurés de votre santé et que les nouvelles sont bonnes et ils vous font de grands compliments, comme ici, toute la famille et vos enfants de Lille aussi ; ils vous demandent la bénédiction ; je vous embrasse de cœur

151 Monsieur et cher Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

Août 179

152 De Linselles le 7 août 1789

  • 8 Voir note, lettre de Mr Lepoutre du 2 août 1789.

153 Monsieur et mon cher Mary,
J’ai reçu votre lettre datée du 2 le 6 courant par laquelle vous me marquez que vous avez appris qu’il y avait de la brouille pour la disme. Ce n’a pas été dans nos environs, mais c’est dans les villages à droite de Lille On a parlé que les pauvres voulaient prétendre quelque chose, mais je ne sais rien de positif ; mais Monsieur le curé m’a dit hier que l’abbaye de Saint-Amand et de Flines ont été sommées et ont forcé l’abbé de signer un écrit qu’ils avaient fait pour une somme d’argent qu’ils voulaient avoir. Ils l’ont obligé avec le couteau sur la gorge à signer 8 . Mais, à Linselles, les décimateurs ont envoyé 600 F pour distribuer aux pauvres. On en a donné la moitié dimanche passé en argent et le reste en pains. Pour chez nous, on vient d’avertir pour disme à l’ordinaire, on ne parle de rien. Tout est tranquille jusque là. DELPORTE remplit la fonction de dismeur ; il a préféré d’être à journée et ses jours commenceront le premier jour qu’il dismera du bled à 10 patars par jour ; mais quand il pleuvera, il ne viendra pas ; je lui ai dit pour l’encourager, qu’il aurait eu sa raziére de bled comme d’ordinaire.

154 J’en ai loué cinq pour varlet d’août * pour commencer et alors, quand j’en aurai besoin, j’en prendrai en journée.

155 Nos œuillettes viendront avant que l’août soit finit ; elle est très belle. Il y a huit jours c’était une admiration de les voir en fleur. Nos bleds commencent à jaunir, ils prennent une belle murison. Mercredi dernier, le bled a encore augmenté, le bled de fermier, il n’y avait pas de bled de magasin sur le marché, ils ont très mal fait de ne pas en mettre, il y a eu beaucoup de monde qui n’a pas été servi, dans les magasins on n’avait pas son tour.

156 Le grain valait depuis 30 livres jusqu’à un louis, la raziére.

157 Voilà la sentence d’un homme qui a été pendu le 28 juillet 1789 :

« Nous, par jugement prévôtal et en dernier ressort, avons déclaré et déclarons le dit Pierre-Michel MONNET dûment atteint et convaincu d’être un des chefs de turbulence dit « Mazarin », d’avoir tenu aux habitants du village de Fretun, châtellenie de Lille, des propos séditieux, tendant à leur persuader méchamment qu’ils étaient propriétaires du marais du dit Fretun, d’avoir supposé des ordres pour piller les advestures * y croissantes, ce qui aurait engagé quelques malintentionnés, habitant de ce même village, à couper des avoines vertes, d’avoir fait entendre que, moyennant de l’argent, il tacherait de conserver les grains croissant sur les dits marais, pour répartition de quoi, condamnons le dit Pierre-Michel MONNET à être pendu et étranglé, jusqu’à ce que mort s’en suive, à une potence. »

158 Je vous marque ceci, mais peut-être en êtes vous informé. Votre cheval, dit « Poulin » dépérit, il ne nous pourra plus servir ainsi ; nous serons dans le cas d’en acheter un autre.

159 Pour touchant vos enfants, nos différons. Juste au moment que je vous écris, mon cousin DESURMONT était venu avec Monsieur POLLET, désiraient de venir vous voir à Versailles, mais comme la route est un peu douteuse et pour vos enfants aussi. Ils seront à quatre de compagnie, qui prendraient une voiture à Tourcoing avec deux chevaux à eux, mais il faudrait encore huit jours pour voir si les routes seraient encore inquiétées et ainsi vous répondrez à celle-ci.

160 Étant ici, je reçois votre lettre du 4 suivant que j’ai entendu du cousin DESURMONT, il sera charmé de les avoir, moyennant un abonnement, comme vous dites ; s’il arrivait autre, je vous en ferai part. Je n’ai rien d’autre à vous proposer.

161 C’est qu’on me vient de dire ; Jean SELOSSE à Halluin, va tout mourant si vous douteriez, pour votre lettre de rente, vous me ferez part comme je dois agir sitôt.

162 De ce que je vous ai parlé de M. le curé, il est venu hier demander un chariot pour aller chercher M. le vicaire. Ces bruits se calment. Je n’ai pas le temps de vous donner des explications, n’attend après ma lettre. M. le curé, M. DELCOURT de même que ces Messieurs de cet après-midi vous font des compliments et je finis avec le désir de pouvoir vous embrasser et je vous souhaite une parfaite santé.

163 Monsieur et mon cher Mary, votre très attachée femme
Angélique Delputte

164 De Linselles ce 9 août 1789

165 Monsieur et mon cher Mary,
J’ai reçu votre lettre le 1 er août datée du 30 juillet. Je comprend bien par votre silence, que vous ne savez pas, pour dire, qu’il y a eu du vraisemblable, mais grâce au Bon Dieu, toutes les choses ont bien tourné. Je ne cesse de faire prier le Seigneur, pour qu’il vous préserve de tout malheur.

166 Vous me mandez de vos avestures, vos bleds sont beaux, d’une apparence d’avoir beaucoup de grains et en gerbes, depuis deux cents et demi, jusqu’à trois cents, hors que vos colzatiers, qui sont un peu moindres, mais ils sont aussi bien revenus. Il y a des choques *, que ce ne sera pas le premier coup de piquet *, qui passera au travers. C’est ce que les ouvriers m’ont dit dimanche. Mais les pluies qu’il a fait, ils sont restés droits. Je ne crois pas qu’il y en ait eu plus de six cents de terre de tombée, avant vendredy dernier, mais ce jour-là il a fait une pluie avec du vent qui a abattu les avoines, surtout celles derrière les granges. Les bleds, il n’y a pas de dégats, les grains sont faits. Les fèves, je ne sais pas comment on les pourra picter *, surtout le bonnier de devant voilà six semaines qu’elles sont tombées ; les autres ne vont pas si mal, elles sont pour avoir beaucoup de grains ; j’en ai compté entre autres 46 cosses sur une tige, mais pas toutes pour avoir du grain. Vos lins, il y en aura deux bonniers de renfermés aujourd’hui ; les autres, il faudra encore attendre un peu, car ils ont été cueillis verts. La linnuise * n’est pas morte et cette denrée-là sera très rare cette année. Il est heureux que vous en avez encore de l’an passé, douze razières, qu’on tachera de conserver ; je ne peux pas vous dire encore combien de gerbes il y aura, ils sont à peu prés tous à dix paumes, la qualité, comme ça, ils ont eu beaucoup de pluies en chaîne, mais ils n’ont pas gâté. Le mesurage pour le cueillage, on en a trouvé soixante deux cents et demi ; il y avait un lit dessous les halots * où il n’y avait pas de lin ; nous l’avons mis pour en payer soixante-deux cents, c’est au bonnier.

167 Le garçon de BENY du Blaton est venu hier pour payer les gluis *, que son père avait demandés pour couvrir sa grange, il en avait eu huit cents, moins un quarteron, il n’y en a pas deux voitures. Les feures en ont fait l’estimation à 24 livres le cent ; c’est de la paille de cette année, qui ne vaut pas tant que l’année passée. Il m’a dit de vous faire des compliments et en même temps de vous demander des nouvelles touchant les tabacs, que vous lui aviez promis à votre départ ; par ici, il augmente de sept à huit florins ; le sec est augmenté de beaucoup, je vous prie, à votre prochaine, de m’en donner des nouvelles.

168 J’ai toujours oublié de vous faire part que Monsieur DESTOMBES est fait curé de Sainte-Catherine à Lille et on m’a dit aujourd’hui que celui qui doit le remplacer est M. FREMAUX, le vicaire de Frelinghien, celui avec qui, nous avons dîner ensemble aux funérailles du cousin LEPOUTRE chez le curé. Il sera toujours le 12 août avant qu’on puisse commencer à pic ter * suivant le soleil qu’il fera.

169 J’ai eu des visites cet après-midi de mon frère de Rekkem et des cousins DESURMONT. Ils vous saluent ; ma sœur ODON, il va bien avec. Un bruit a circulé jusqu’à deux lieues au dessus de Gand. Nous avons fait une moie de foin de trèfle. Nous en avons eu des fameuses cette année.

170 Vos domestiques sont à tirer l’avron * quand ils ont le temps, on n’en a jamais eu autant que cette année et c’est un mal général. Nous avons laissé nos colzatiers en dernier et il y a beaucoup de fermiers qui n’en sortiront jamais ; nous avons été dans le cas d’en faire faucher du coin du chemin du Blanc-Four. Dessus les vingt quatre cent, il n’y avait pas de bled ; c’est avrons aux environs de 40 verges dessus la terre Petit. Beaucoup de fermiers le laissent pour le bétail ramasser leurs trèfles pendant l’hiver ; mais il n’y aura pas assez de bétail pour tout ramasser.

171 Vous êtes peut-être surpris que je ne vous fait pas de compliments de M. le curé. Voilà bien trois ou quatre semaines, qu’on dit qu’il est marchand de grains et on ne peut pas désabuser le pauvre peuple de cela ; moi-même, j’ai dit que j’étais sûr que cela était faux et qu’il n’avait pas d’argent pour cela. On dit que c’est de Madame, quand vous aviez fait des compliments. Il y a trois semaines, j’avais envoyé Catherine avec la lettre, pour qu’il puisse la voir. Il avait dit qu’il serait venu rendre une visite, il n’est pas venu. Dimanche, j’ai été à confesse, après avoir fini, il m’a demandé si j’avais reçu de vos nouvelles, comment vous vous portez ; j’ai dit que j’en avais reçu une hier, que vous lui faisiez des compliments, que j’aurais été charme, qu’il aurait vu la lettre. Il m’a dit de venir l’après-midi, il n’est pas encore venu. Hier le garçon est venu, comme je vous ai dit. Étant dans la salle à deux, il me parle du curé, du bruit qui circule ; moi, je dis qu’on est bien sûr que cela est faux. Étant vicaire, ils ont de la peine à vivre et qu’il n’a pas si longtemps qu’il est curé pour lui faire cela. Il me dit qu’on dit, qu’il est appelé à Paris et que je dois lui faire compagnie. Voilà le babillage du monde. Je ne sais pas ce que je dois faire pour le mieux, d’ y aller ou non. Si vous me dites votre avis, ne le marquez pas sur la lettre, mettez dessus un petit billet, à cause que je suis souvent dans le cas de la faire voir, que tout le monde est amateur de voir de vos nouvelles.

172 Je finis, cher Amy, en vous souhaitant une parfaite santé.

173 Votre très attachée femme
Angélique Delputte

174 Des compliments, mon cher Amy, à vos Messieurs.

175 De Linselles ce 11 août 1789

176 Monsieur et mon cher Mary,
J’ai reçu votre lettre datée du 5 le 8 courant, avec la joie au cœur d’apprendre de bonnes nouvelles. Nous avons exécuté vos ordres j’ai régalé les domestiques d’un coup à boire ; je leur ai lu la lettre ; ils étaient très charmés de savoir que vous vous souvenez d’eux ; ils ont dit qu’ils n’auraient pas manqué de se souvenir de vous dans leurs prières. Je suis de votre intention de ne plus envoyer les enfants ; s’il arrivait que ce bruit se calmait et que vous seriez charmés de les voir, vous me le marquerez.

177 Le garçon du Béni m’a apporté la lettre de Lille. Je ne l’ai pas tout lue sans envoyer chercher un flacon ; nous avons bu à votre santé ; voyant que vous étiez tous en joie, nous nous sommes aussi réjouis.

178 Votre cheval, j’ai été dans le cas de vendre sa peau ; quand il était couché, il fallait l’assister à se relever. C’est tout nourriture perdue. Il avait les poumons tout en grains. Mon frère s’en est allé aujourd’hui à Roncq, chez le brasseur ; on m’a dit qu’il en avait un à vendre ; pour ce moment, je suis un peu dans l’embarras ; la noire Margot, elle diminue, je ne sais pas si c’est à cause des avoines qui ne nourrissent pas comme les autres années ou si c’est que l’autre est trop fort pour elle.

179 Dimanche dernier, je comptais d’aller dîner chez M. DELCOURT, qui m’avait reproché que je n’y allais jamais. Avant la grand-messe, j’ai rencontré M. le curé qui m’a dit d’aller dîner chez lui ; je l’ai remercié que je devais aller chez M. DELCOURT.

  • 9 Sous l’Ancien Régime, pour être pourvu d’une cure par l’évêque, il fallait avoir 25 ans et être or (...)

180 Il m’a dit qu’il avait mandé M. DELCOURT et M. FREMAUX, le nouveau vicaire, à dîner, je lui ai accordé. Il m’a mandé si j’avais des nouvelles, je lui ai dit que j’en avais reçu hier soir. Je lui ai montré la lettre, il me semblait que cet article : « extinction du casuel des curés de campagne » ne faisait pas plaisir ; il disait qu’ils auraient été dans le cas de dire leur messe et faire les services gratis 9 . Je vous prie, à votre première, de le marquer ; après que nous avions dîné, voilà M. le vicaire de Quesnoy qui arrive avec ses lettres pour lui être vicaire à Linselles ; M. FREMAUX est devenu blanc comme un mort. M. le curé et DELCOURT étaient tout saisis. M. le curé a dit que c’était un abus du vicariat et qu’il n’eut pas été surpris, qu’il allait écrire en conséquence pour FREMAUX rester, que ce n’était pas juste, qu’il n’était arrivé qu’hier le soir, qu’il coûtait beaucoup de partir, qu’il comptait de pouvoir obtenir quelque chose et il est parti de suite pour Lille, où il disait d’avoir de bons amis. Ce matin Catherine a été à la messe, elle a dit qu’il était gai. Je crois qu’il pourra rester, ça faisait déjà de la peine à tous les paroissiens, s’il avait fallu le quitter.

181 Mon frère Isidore est venu dimanche ; je lui ai fait voir la lettre du 4 août. En conséquent des cousins de la Basse Cerise, si on avait eu ces connaissances-là, il y a deux ans, ç’aurait été pour un grand coup pour eux.

182 On va commencer à picter * demain les bleds, ils sont d’une belle couleur ; j’ai fait battre du seigle de dîme pour mettre dans les mangeoires, un peu.

183 Vos enfants vous font des compliments et mon frère et ma sœur Angélique, qui est venue hier. Vos enfants vous demandent la bénédiction et on prie tous pour que le Bon Dieu bénisse vos travaux, préserve de tout malheur et portez-vous bien.

184 Mon cher Mary votre très attachée femme
Angélique Delputte
Le cousin et la cousine du Gavre vous saluent.

185 De Linselles ce 13 août 1789

186 Monsieur et mon cher Mary
J’ai reçu votre lettre datée du 9 le 12 au soir ; je suis satisfaite d’entendre que vous jouissez d’une tranquillité parfaite. Mais cela me fait de la peine, que vous me dites que vous devez vous coucher sans souper ; c’est pire que les pauvres gens de nos côtés. Peut-être que c’est par faute de vent ou d’eau ; si c’était faute de grain, je vous en enverrais plutôt, il y en a encore dessus vos greniers. Je vous fait part que je crains beaucoup que nous serons inquiétés pour le glanage cette année. On m’a dit ce matin que voilà trois dimanches de suite qu’on publie à Roncq le glanage pour les pauvres ; les véritables pauvres n’en sont pas trop contents, disant pour leur raison, que pendant l’hiver, les fermiers diront qu’ils ont eu le glanage et qu’ils ne seront pas autant assistés. On a demandé au lieutenant, pourquoi il publie ça, il a dit que c’est par ordonnance des États de Lille. Si c’est par ces Messieurs de Lille, il devrait être par tous les villages ; on n’a pas entendu parler ! Je crois plutôt que ce serait Madame de RONCQ et le lieutenant qui auraient fait cela pour se faire aimer des pauvres parce qu’on dit que Madame depuis sa brouille, ne couche plus dans son château. Elle va tous les jours à Lille et elle revient le matin, du moins la semaine passée.

  • 10 Les glaneuses évoquées ici par Angélique Lepoutre-Delputte font partie du personnel embauché pour (...)

187 Mon frère a été ce matin pour accorder le cheval du brasseur, très cher pour son âge, il n’a pas pu l’avoir pour moins de douze louis et il est trois ans plus âgé que celui du cousin LIBERT, ce sera pour en faire un attelage et Margo ira seule ; je craignais que pendant les ouvrages elle aurait manqué. Nous avons commencé à picter * hier ; il tombe assez bien de javelles, ils sont encore verts, je comptais qu’il en aurait tombé plus mûres, nous ne serons pas gênés pour le pictage, quoique nous aurons des avoines qui viendront en août. Nous comptons de lier demain et nous avons quatre glaneuses à l’ordinaire 10 . Aujourd’hui, cet après-midi, nous allons chez le cousin LIBERT, pour payer son cheval ; il n’a pas voulu recevoir quand il est venu lundi ; je passerai par chez BENY du Blaton pour lui dire des nouvelles.

188 Toute la famille vous fait des compliments ; vos enfants vous demandent la bénédiction et on vous souhaite une bonne santé.

189 Monsieur et mon cher Amy votre très attachée femme
Angélique Delputte

190 Je suis pressée pour partir.

191[Lettre du 18 août 1789 non publiée]

192 De Linselles ce 21 août 1789

  • 11 Pour le Point du Jour, cf. la note, lettre de Lepoutre du 16 juillet 1789.

193 Monsieur et mon cher Mary
[…]
Le berger Pierre CASTELAIN a été hier à Tourcoing et Leers, chez le cousin FAVIER. Il tombe bien qu’il n’a pas le goût de faire un achat de moutons à présent et surtout que je n’avais pas l’intention de laisser aller le berger. Mais pour le mois de mars, si par malheur, vous y seriez encore, il pourrait bien venir vous voir à Versailles et le cousin FAVIER lui ferait compagnie. Le cousin et la cousine vous font des compliments. Le cousin DESURMONT demande la continuation du « Point du Jour » 11 et le sieur Charles TIBERGHIEN, notre marchand de tissus, désirerait que vous l’abonniez, pour trente numéros, à cause qu’il a son beau-frère, venu en vacances pour un mois et que vous le fassiez adresser à Tourcoing, parce qu’il a une poste, comme vous verrez dans l’inclus, je suppose à chacun leur adresse.

  • 12 Dans la nuit du 4 août 1789, l’abolition du régime féodal comprend la suppression de la dîme ecclé (...)

194 Monsieur le curé m’a fait l’honneur d’une visite avec Monsieur FREMAUX. Il m’a invité à sa soupe pour dimanche. Il fait sa bienvenue avec les autres fermiers ; on a parlé encore de ces dismes ; il m’a dit que cela n’aurait pas eu lieu, parce qu’il avait vu des imprimés, disant que deux évêques ou archevêques avaient parlé à l’Assemblée et que les dismes auraient été comme à l’ordinaire 12 . Ce sera un bonheur pour M. le curé de Bousbecque, cette année ses dismes lui vaudront six cents livres de gros.

195 Mon frère m’a dit de vous dire qu’il compte faire apprêter sa terre, pour mettre le colza au 28 dix du Moulin et les douze cents de la Baille, si vous avez une autre idée, vous le marquerez. Nos Planchons * sont beaux, bien levés, pas trop épais, nos rapes * de même. Nous avons semé un bonnier de rapes de linnières et six cents à les 14 cens de rapes d’éteules, quoique le bled n’est pas encore renfermé et du planchon, il y en a une bonne vingtaine de cents.

196 Aujourd’hui, nous avons eu un orage à midy ; il a plu jusqu’à quatre heure, cela a fait du bien à toutes nos avestures *, surtout pour le tabac. Nous avons environ vingt deux cents de terre en javelle *, parce qu’il faut toujours qu’ils soient pictés * un jour d’avance, qu’on puisse les lier. Nos cahots * sont tous couverts.

197 Je vous citerai les gerbes que nous avons sur la quantité de terre.

198 Au six cents avoinier, il y en a 1 660.

199 Au vingt quatre cents du Chemin de Menin, sans le planchonnier 5 219.

200 Au dix du Moulin 2 876.

201 Au quatorze cents Cateau 3 558.

202 Au douze cents de La Baille 390.

203 Ainsi, vous voyez que je ne vous en ai pas trop dit et les gerbes ne sont pas moins grosses que les autres années à cause qu’ils disent qu’ils n’en savent pas faire plus petites, que les bleds sont trop forts.

204 Nous avons picté * le bonnier Vienne ; il y a là une avoine comme vous n’avez jamais eu, depuis que vous êtes fermier, en grain et en paille, j’en avais fait picter, il y a huit jours, pour mêler avec la vieille, à cause que dessus les marchés, on a que de la paille pour quatre florins. Nos bleds mûrissent depuis deux jours, mais demain, s’il pleut encore, nous ferons picter l’avoine derrière les granges, nous aurons des javelles de bled. Nous n’avons pas encore de bled de renfermé, mais ils sont ajustés, ils peuvent se purifier, je vous dirai la pesanteur de vos gerbes, quand vous en tenez sur la main, au milieu elles tombent du cote de l’épi, que nous avons fait cela, cher Amy, plusieurs fois ensemble. Ainsi, vous voyez par là que je ne vous en ai pas trop dit.

205 Lundy, j’avais fait venir les valets d’août * à cinq, mais la semaine prochaine, s’il fait beau, ce ne sera pas assez, j’en prendrai à journée.

206 Vous m’avez dit dans votre lettre datée du 15, qu’on avait apporté une javelle à votre président ; voulez-vous que je vous en envoye une, je suis sur qu’elle surpassera celle-là ; vous me le marquerez, il sera encore temps.

207 LAURESTE est arrivé pour payer ses cercles ; il a vu nos bleds, il a dit qu’ils sont fameux ; il ne s’en savait ravoir ! Il couche ici. Il a dit qu’il faudra direr les œillettes la semaine prochaine. Ainsi, cher Amy, je vais prier le Seigneur pour la conservation de vos jours. Mon frère et vos enfants vous font des compliments et vous demandent la bénédiction et la famille vous souhaite une santé parfaite.

208 Monsieur et mon cher Mary votre très attachée femme
Angélique Delputte

209 LAURESTE vous fait des compliments.

210 De Linselles ce 25 août 1789

211 Monsieur et mon cher Amy
Celle-ci est pour m’informer de l’état de votre santé ; je crains que vous ne soyez venu malade ou qu’il ne vous soit arrivé quelque chose ? Voilà la quatrième lettre que j’envoye à votre adresse aujourd’hui, j’ai envoyé Pierre-François expressément à Lille pour voir s’il n’aurait pas trouvé de lettre à la poste ; il n’y avait rien. Vous devez savoir que lorsque je suis un jour plus qu’à mon ordinaire, sans recevoir de vos nouvelles, je suis très inquiète surtout avec tous ces cabaleux.

212 Au moment où je vous écris, M. LEGRAND me rend une visite, qui n’est pas des plus agréable. Il me dit que M. De FOREST était venu à Lille et qu’il était surpris de ce qu’on n’avait pas encore fait le premier payement. J’ai dit qu’on n’était pas accoutumés de le faire de si bonne heure, que c’était toujours tout au plus vite, vers la Saint Rémy et que cette année, on n’avait pas dépouillé de colzas et que l’an passé, on n’avait pas dépouillé de lin, du moins qu’on n’en avait pas encore fait d’argent. Il m’a dit que les grains étaient chers et qu’il en faisait bien de l’argent. J’ai dit que ce n’était pas tout le profit du fermier, quand le bled était cher, qu’on a des pauvres à proportion et que vous avez été dans le cas d’en prendre beaucoup pour subvenir à leurs besoins ; j’ai bien prévu là qu’il y avait de la jalousie. J’ai dit que j’étais à vous écrire une lettre et que je vous en aurais informé. Je ne sais si vous l’adopterez. Je suis encore au fond de passant mille écus, qu’on lui porterai la moitié. Je crois que c’est 2 200 livres. Dans tous les cas, si vous ne recevez rien de la province, comme les bleds sont de grand prix, j’en pourrais faire battre pour semence, quoique l’ année soit avancée, mais avec du beau temps, on y pourrait encore subvenir ; au bout, la pension des enfants est payée. Il n’y a plus que leur pain au boulanger. J’ai encore toujours deux muids de vieux bled à vendre, j’ai mêlé un peu de seigle dans les manne * et à présent, nous aurons du nouveau grain pour manger.

213 Hier et aujourd’hui, nous avons dirés nos œillettes *. Ils étaient à vingt quatre à travailler. Tous les enfants ont assisté ; on dit qu’elle est belle. Elle est mise en mont. Depuis jeudy, nous n’avions pas fait beaucoup à la moisson, parce que vendredy et samedy, il a plu. Dimanche, nous avons lié un bonnier de bled. Nos avoines sont toutes pictées *. Cet après-midi nous avons lié les quatorze cents de trèfles, au bout du grand jardin, encore 49 gerbes ; il y en avait trois cents au cent. Nous avons de quoi battre cette année et beaucoup de meules à faire, demain, la première. Nous avons encore à picter les 28 cents, les trois bonniers de colzatiers, les sept cents de trèfles et ils sont au 22 cents de trèfles avec tout beau temps ; nous en sortirons encore bien.

214 J’ai embrassé vos enfants pour vous et ils vous font des compliments et ils vous demandent la bénédiction. Mon frère vous salue aussi et je vous recommande de ne plus être si longtemps sans me donner de vos nouvelles. Quand vous n’avez pas le temps de beaucoup donner, donnez m’en peu. Je vous souhaite une bonne santé et je fais prier Dieu.

215 Monsieur et mon Mary votre très attachée femme
Angélique Delputte

216 Linselles le 28 août 1789

217 Monsieur et mon cher Époux,
J’ai reçu l’honneur de la votre, datée du 23 le 26 courant. J’ai été rassurée de mes inquiétudes.

218 […]

219 Vous me demandez si l’on n’est pas inquiété pour la chasse. Pour le présent, non ; mais quand la moisson sera finie, je ne sais pas comment tout cela ira. Vous me dites qu’on ne peut chasser que son occupation ; mais si on venait fracasser nos advestures *. Je crois bien que cela n’arrivera pas – comment doit-on agir ? ou pour mieux dire, comment on devrait s’y prendre ? Ce sera à force de bras. Y a-t-il une amende ou devra-t-on laisser faire ? Dites-moi votre intention.

220 Vous me parlez de mon frère le curé d’Annoeullin, qui ne vous écrit pas ; il m’avait promis quand il est venu au mois de juin, de me rendre une visite au mois d’août et je ne l’ai pas vu et je n’ai rien entendu. Il doit être plus libre que vous d’écrire, je ne me gênerais pas ; mais quant à moi, ne me laissez plus inquiète, si vous n’avez pas le temps d’écrire une page, n’en écrivez qu’une demie, que je sache que vous vous portez bien, voilà mon désir !

221 Je sens bien à présent que ce sera de longs ouvrages.

222 J’ai vendu un peu de fèves, de poires, de pommes ; il n’y a pas plus de trois sacqs pour le grand jardin. Ce n’est que du glannage, le petit, il va un peu mieux, j’en ai vendu pour 28 écus, sous condition qu’ils soient cueillis. C’est à DUMORTIER, notre marchand de l’an passé. Il m’a dit qu’il avait de l’avoine dîme à vendre, mais je crois qu’il ne faut pas se gêner cette année, à cause qu’il n’en manque pas. Cette année, les avoines sont très bien, le bonnier Vienne fait en gerbes 5852, on en aura de cent gerbes dix avots ; mercredi, nous avons fait une moie * de 9 000.

223 Hier matin, il a plu un peu, on compte de renfermer. À midi, pendant qu’on dînait, il a plu comme un orage. Aujourd’huy en suivant le midi, nous avons renfermé les quatre couverts et nous avons retourné les javelles. À quatre heures, on a commencé à lier et le temps est encore variable. Les dix du Rouissoir, ils font 2 407. Les 24 cens, avec la Planchonnier 6 906. Les 20 cens de trèfle font 6336, des grosses gerbes et on lie les 22 de trèfles et on coupe les colzatiers, à cause que la paille ne mûrit pas si bien.

224 Des compliments de tous ceux dont je vous ai parlé et de toute la famille. Vos enfants demandent la bénédiction ; des compliments à vos Messieurs.

225 Mon cher Amy votre très attachée femme
Angélique Delputte

226 J’aurai soin de votre beurre.

Septembre 1789

227 De Linselles ce 1 er septembre 1789

228 Monsieur et mon cher Mary,
J’ai reçu la votre datée du 23 août, par laquelle vous me parlez de m’envoyer des imprimés. Je ne les ai pas encore reçus, j’espère qu’ils me parviendront demain et, pour votre beurre pour Paris, je crois de l’envoyer à Lille à M. SCHEPPERS, il faut que j’y envoye un express, pour qu’il le mette au messager, je craindrais trop qu’il pourrait fendre le pot et que le beurre ne conserve pas. Ce sera le 9 ou le 5 quand nous aurons fini notre moisson. On fait du bon ouvrage, à présent ; voilà deux jours qu’on lie et qu’on renferme continuellement. Dimanche nous n’avons lié que douze cents de terre, car l’ouvrage n’était pas bon à cause du trèfle dans les colzatiers, le trèfle était très fort. Demain nous aurons tout picté * avant midi. Il ne nous restera à lier que treize cents de terre des 28 cents. Demain nous allons faire encore une moie *, aux environs de 9 000. Jeudy, avec tout beau temps, nous comptons de faire une moye de bled et le reste d’avoine et nous renfermerons et remplirons les granges des deux cotés à la fois et alors avec tout beau temps, nous pourrons régaler les ouvriers, jeudy soir.

229 Au 22 cents du pré Vienne, il se trouve en gerbes 6 275

230 Au colza, les 24 cens 1 067

231 Au 1 er cent des 25, 2 218

232 Le bonnier des 25 cens n’est pas encore entièrement porté

233 L’avoine, les 6 cens, 1 851

234 Aux 7 cens, où l’on fait les moyes * 2 116.

235 Aux colza, les gerbes ne sont pas si fortes, à cause du trèfle et il n’y aura pas tant de grains.

236 Mon frère d’Annoeullin est arrivé dimanche après-midi, avec un petit cheval. Hier, après-midi, il est allé à Tourcoing et de là, chez mon frère à Rekkem et chez le vicaire et mon frère CUVELLE. Mercredy soir, il vient coucher à la maison. Nous avons un mariage à la dédicace de Bousbecque M. DESURMONT avec Melle T1BERGH1EN. Ils sont passés à la maison en allant chez leur oncle LECOMTE. J’ai été invité avec toute la famille. Dimanche, les enfants y ont été, et, pour demain, chez COUROUBLE, ils nous ont invités, je ne sais pas si nous aurons le temps ; pour moi, je ne sais pas si j’aurai assez de courage, pour aller à la dédicace sans mon homme. Les garçons sont allés rendre une visite chez leur oncle ODON et de là, ils sont allés à Leers, chercher Louis. Il m’est venu cette après-midi, un parent de Tourcoing, il vous est parent au troisième degré, il est venu pour implorer votre secours. Vous devez savoir le procès, mais comme ils n’ont pas les fonds pour pouvoir le poursuivre, ils disent qu’ils ont leur généalogie et que cela leur est sûr, qu’il doit leur revenir. J’ai dit que je vous l’aurais marqué, mais que je ne comptais pas que vous auriez le temps de travailler à cela à présent et que j’étais bien assuré que vous auriez fait votre possible. Vous me direz votre avis là-dessus. Il me semble qu’il y a de la jalousie partout.

237 Au moment où je vous écris il m’est venu une lettre de LEGRAND qu’il faut aller par tout huit jours pour payer les deux années qu’on doit.

238 Je finis, cher Ami, en vous souhaitant une santé parfaite. Des compliments de toute la famille.

239 Monsieur et cher Mary, votre très attachée femme
Angélique Delputte

240 De Linselles ce 6 septembre 1789

241 Monsieur et mon cher Mary,
J’ai reçu la votre datée du 2 septembre le 5 par la petite poste, par laquelle vous me marquez que vous m’avez envoyé les procès-verbaux. J’ai reçu depuis le 17 juin jusqu’au 8 août ; hors que du 24 et du 25 août, que vous aviez écrit dessus, que je pouvais les faire voir à des amis ; mais depuis le 9 jusqu’au 23, il n’y en a pas eu. Cependant te paquet était bien fermé, mais de vous dire s’il a été ouvert et après recacheté, vous devez savoir ce que vous avez mis dedans.

242 Monsieur le curé d’Annoeullin est parti vendredi. Il m’a remis l’argent de sa bière, que j’avais payée à DUMONT.

243 Nous avons fini notre récolte jeudy, un moment avant la pluie ; les derniers bleds ont bien fait aussi ; le bonnier des 25 a fait entre 11 et 15 voitures. Les 28 cents, il y en avait 24, je ne peux pas vous dire au juste, parce que je n’ai pas le registre. Nous étions charmés d’avoir fini notre moisson et les domestiques se sont assez bien divertis. Pour finir, je leur ai donné une goutte pour boire à votre santé et ils ont dansé jusqu’à minuit, tout cela s’est très bien passé. Pendant qu’on dansait à la maison, il est venu une madame de vent qu’elle a dansé au bonnier Vienne (sic). De votre vie, vous n’avez vu un pareil ouvrage ; vous savez la quantité, qu’il y en avait, il n’en reste plus que 19 cahots * de droit. Tout ce qui me console, c’est que nous sommes à quatre fermiers dans nos environs, qui ont subi le même sort. Il a fait un vent et une tempête, comme l’an passé, dans des endroits. Le lendemain à midi, quand il a été un peu desséché, on a été relever les cahots ; après une bonne heure de travail, il a commencé à pleuvoir et il a plu toute la nuit. Hier, après-midi, j’ai fait délier toutes les gerbes et il a encore plu pendant la nuit. Demain, s’il fait beau quand j’aurai 50 ouvriers, je leur donnerais à tous de l’ouvrage ; il y a deux bonniers de fèves à lier, le bonnier d’oeillettes * a écourter pour la première fois et le bonnier d’avoine. Les dix cents qui sont tout prés n’ont rien ; jugez si ce n’est pas assez d’ouvrage pour une femme pour passer la dédicace. Vous m’avez fait sortir les larmes des yeux, quand vous m’avez marqué que vous n’étiez pas encore invité à la dédicace ; vous y êtes encore demandé le premier. Je n’ai demandé personne ; malgré cela, je crois qu’il y aura toujours des parents qui viendront, surtout les jeunes gens.

244 Vous m’aviez parlé dans votre lettre du 29 que vous auriez été de retour pour Toussaint et à présent, vous me dites que je vous demanderais, l’année prochaine à la dédicace, je n’y comprend plus rien. Vous avez des peines, me dites-vous et, moi, je crois que je n’ai pas moins d’embarras ; mais tachez de conserver votre santé.

245 […]

246 En attendant la satisfaction de vous voir

247 Mon cher Mary, votre très attachée femme
Angélique Delputte

248 Des compliments à vos Messieurs.

249 Linselles le 11 septembre 1789

250 Mon cher Mary
J’ai reçu votre lettre datée du 6 le 11 à midi. J’étais très inquiet d’être si longtemps sans recevoir de vos nouvelles ; cependant la petite poste m’a dit qu’elle n’est arrivée qu’hier à Lille. Vous me parlez du prix du grain. Le bled de fermier vaut encore depuis 30 jusqu’à 32. J’en ai livré un sac q cette semaine à DUMONT. DANSETTE m’a dit qu’il valait 32. La récolte n’est pas partout aussi agréable que dans nos environs. La dîme a été très bonne cette année. Ce n’est pas que je suis encore embarrassée pour l’argent ; mais je ne serais pas faché d’en recevoir et je serais encore plus charmé de vous recevoir en personne. Attendant cet heureux moment, j’espère que vous me marquerez à votre première. J’aurai soin du beurre que vous me mandez. Touchant Charlotte, elle est ma compagne de lit je n’aime pas trop de m’en faire quitte.

251 Je ne comprend pas ce que vous me dites : peut-être pour l’année prochaine, que nous serons obligés de nous réunir ; je vous prie de m’expliquer ce que cela signifie. Vous me parlez de mon frère le curé d’Annoeullin. Le jour que j’ai écrit, il n’était pas à la maison et il n’était pas trop bien portant ; peut-être que c’était le cahos du cheval. Vous me parlez du curé de Tourcoing. Je ne sais s’il a été si bien reçu que vous me dites. Il est arrivé le soir, le lendemain, après sa messe, il y avait des pauvres, qui l’attendaient. Il a fait l’aumône, cela a relevé un peu sa plaie. Le dimanche suivant c’était la dédicace de La Marlière où les curés vont chanter la grand-messe ; il a demandé la garde pour le conduire ; on lui a refusée ; il a été obligé d’aller seul, à ce que M. le curé a dit. C’est toujours un brave gens, quoique curé. Ils ne sont pas tous braves comme les autres, depuis que je sais sa sortie de Versailles. À ce brouile, il n’est pas pardonnable pour un curé d’avoir si peu de charité. Je serais bien charmé que vous voudriez parler à M. le curé de Saint Pierre, comme restant à Lille, s’il ne pourrait pas connaître une brave maison pour mettre nos enfants en pension. Je les ai retirés de chez Monsieur PETIT, chez qui, ils ne voyent pas bon exemple ; la femme s’est retirée de son mary. Leurs Professeurs m’ont rendu visite le lendemain de la dédicace. Ils étaient venus dîner chez le cousin VENANT. On en a parlé ; ils conseillent de les mettre au collège. Les pensions là sont très chères et c’est misère quand on leur parle du collège ; ce serait pour les mettre à quatre avec leur cousin VENANT.

252 La dédicace s’est assez bien passée pour les jeunes gens, mais pour moi, ça n’a qu’été comme çà !! Sont venus RENART de Lille, mon frère de Rekkem, les nièces de Mouscron ; de chez mon frère CUVELLE, personne n’est venu, je suppose qu’il faut qu’ils soient priés pour venir. On a bu à votre santé toue les deux jours et ils vous font des compliments. Le lendemain, c’était tous jeunes gens, de chez LECOMTE, de chez COUROUBLE, au soir de chez DELANNOY-DELCOURT. Le bal a duré jusqu’à douze heures. J’ai fait cesser, ils se sont bien divertis. Il y avait deux de chez le cousin DESURMONT.

253 Hier, j’ai fait relier l’avoine du bonnier Vienne et l’après-midi, on l’a renfermé ; j’ai trop d’embarras à présent, pour pouvoir le faire battre en campagne. Hier j’ai fait écorner les oeillettes * pour la deuxième fois. Je comptais finir aujourd’hui, mais j’ai compté sans l’ote. J’avais fait commencer une meule d’avoine et de fèves et renfermer de l’avoine à la grange, il n’en reste plus que deux voitures. Il a fait à midi, une pluie des plus forte, qui a duré jusqu’à cinq heures ; j’ai fait couvrir la moie * avec la bache et je ne sais quand on pourra achever.

254 Vos enfants vous demandent la bénédiction et vous font de grands compliments. Je vous souhaite une santé parfaite. Portez vous bien, nous en avons besoin tous les deux.

255 Mon cher Mary, votre très attachée femme
Angélique Delputte

256 Des compliments à vos Messieurs.

257 Ce 18 septembre Linselles en 1789

258 Monsieur et mon cher Mary
J’ai reçu votre lettre du 10 le 16 du courant. Je ne sais pas pourquoi ces lettres sont si longtemps sur la route.

259 […]

260 Vous me parlez de vos lettres, celles qui sont titrées : « Assemblée Nationale », je ne paye pas le port. Au moment que je vous écrit, je viens de recevoir votre lettre datée du 15. Vous me surprenez en ne parlant pas d’avoir reçu des nouvelles du beurre de Paris. Il a été à Lille le 7 au matin et elle avait promis à Benjamin, qu’il aurait été le 10 à Paris et le votre a été porté le 16 à Lille et Mme SCHEPPERS a promis de le mettre dans son emballage de suite pour l’envoyer. Le beurre de M. le chirurgien devra attendre au moins 15 jours, parce que les vaches vont en prairies et vous devez savoir que le beurre n’est jamais aussi bon. S’il voulait l’avoir avant vous, vous me le marquerez.

261 Dimanche, j’ai été faire un tour jusqu’à Rekkem, quoique ce ne fut pas dédicace. Il n’y avait que moi, je savais que ma sœur était un peu indisposée. Mon frère ne laisse jamais passer huit jours sans me rendre une visite, pour avoir de vos nouvelles, comment vous vous portez ; ma sœur a une descente au nombril, il y a longtemps que cela a commencé. Elle ne l’a jamais déclaré, cela l’empêche de supporter de grandes fatigues. L’après-midi, nous sommes revenus par Neuville ; ma sœur nous a accompagnés ; mon frère était allé à Avelin. Je suis entre un moment dans la cour, parce que les enfants étaient avec moi. Il y avait là beaucoup de fermiers qui m’ont accostée parce que j’étais la femme de leur député pour savoir comment vous vous portez et avoir des nouvelles, il fallait boire du vin et c’était à s’empoisonner ; je suis sortie de suite. LEZAIRE je ne l’ai pas vu, mais le lendemain les enfants y ont été, il fait des compliments. J’ai été dire bonjour à M. le curé. Cousin DESURMONT m’a suivie sachant que j’étais partie, pour savoir comment vous vous portez. Tout cela mènerait trop loin pour vous faire un détail. Ce sera pour l’ordinaire prochain. Vous verrez par l’inclus de cette lettre, qu’on vous prie de faire attention. Je leur avait dit que ce n’était pas encore le moment mais que cela n’empêchait pas que vous l’auriez pu savoir. Vous m’en direz des nouvelles. J’en ai dit un mot au cousin DE SURMONT, il m’a dit qu’il a levé l’ argent par billets.

262 Nous avons fini de lier les fèves hier et la meule a été terminée lundy. On a fait du bon ouvrage ; mais il faudra encore en faire une grande meule la semaine prochaine ; le bonnier derrière les granges où il y a 4 078 bonnes. Le bonnier à la Baille ils sont renfermés dessus les « Chenettes », il y en a 3 851. Les 14 cens, il y a 3 018. Le dernier bonnier, au « Gavre » on m’a dit aujourd’hui que tout est lié et que c’était très bon. J’avais donné commission à HERBAUX. On m’a dit qu’il y en avait 204 cents, il faut que les gerbes ne soient pas grosses ; il y a bien de la vesce dedans.

263 Le pot de beurre pour Paris coûte 7 patars. Il y a dix livres et demi de beurre à onze patars. Le votre, il coûte onze patars de pot et 25 de beurre au même prix, mais pour l’emballure, il faut que je parle à Mme SCHEPPERS, mercredy, je dois aller à Lille, je lui demanderai… et je crois que j’aurai des nouvelles pour les garçons, que j’aurai à M. le curé de Saint Pierre. Je vous prie de lui faire des compliments et à tous vos Messieurs et vos enfants vous font des compliments et je les ai embrasses pour vous et ils vous demandent la bénédiction. On prie tous Dieu pour la conservation de vos jours. Les frères vous saluent aussi.

264 Mon cher Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

265 Vous me donnerez, je vous prie des nouvelles de suite. Je dis d’aller à Lille

266 Linselles le 12 septembre 1789

267 Monsieur et mon cher Mary,
Je n’ai plus d’autre satisfaction que quand je reçois de vos nouvelles. Je compte recevoir une lettre aujourd’hui, mais il me semble que j’en serai privée. Vous me parlez de m’envoyer le traitement du deuxième mois. Si c’était égal pour vous, vous ne m’enverriez qu’au troisième pour en avoir un peu davantage. Je pourrai contenter M. LEGRAND, je serai exempt de sa visite en faisant le payement parfait. Je tacherai de faire un peu de deniers avec ce que je pourrai. Il y avait dessus le grenier, cent cinq potées de lin de dire que j’ai envoyées à Louis LEPOUTRE, pour qu’il les vende. Il m’a dit qu’il aurait fait comme pour lui-même ; il m’a dit qu’il ne croit pas pouvoir les vendre plus que 28 patars et ces sortes là ne renchérirons pas à cause qu’il n’en manque pas cette année. Le cousin DUMONT, j’ai fait son état il porte sept cent quarante sept livres, il me semble que je puis être aussi hardie que lui ; il est bien venu recevoir la bière de l’abbé, j’ai envoyé Catherine hier avec l’état ; il a dit qu’il y serait allé dimanche. Il a été un peu surpris ! Il me semble que ceux qui sont bons, savent où je suis et ceux qui doivent payer différent tant que vous soyez de retour. Je deviens aussi franche que les autres ! Il tient son jour de vente jeudy. Il a envoyé demander les garçons, mais ils sont partis hier pour Annoeullin, tous les trois. Le cousin VERMESCH me doit, déduction faite de ce qu’il a payé, il me revient encore 421 F ; vous me marquez qu’il doit payer quelque chose à cause de cette lettre de rente de Bousbecque ; je vous prie de me le dire, il m’en avait parlé du vivant de sa femme (il y a dix jours qu’ elle est morte) de me payer, j’avais dit quand vous seriez de retour qu’ils seraient venus ensemble.

268 Vous me dites que vous êtes surpris du prix du grain ; ce n’est que le bon bled à faire fleur *. Le seigle, pendant l’août, ne valait que 8 florins le sacq, mais à présent, il en vaut bien onze à cause de sa qualité, cette année ; ainsi ceux qui voudront prendre une razière de bled de magasin, métilonné * avec, ce serait encore du bon pain. Mais la grande misère, c’est que les commerces ne vont pas. Il n’y a rien qui vaille, si ce n’est le bled. On dit qu’ils sortent encore du coté de Quesnoy, mais je ne sais rien de sûr ; ce n’est que le pauvre monde qui le dit. Cependant, voilà deux dimanches que M. le curé annonce la défense au prône de la messe.

269 Vous me parlez d’établir des états provinciaux ; ce serait très nécessaire, parce qu’on craint des misères pendant l’hiver. Vous me direz, je vous prie, ce que ce mot de « veto » signifie ; on me le demande et je ne sais que dire.

270 Vous me mandez ce que le public dit de vous, je peux vous dire que dans nos environs, tout le monde aspire à vous revoir et que, hors du village, je ne sais ce qu’on débite ; je ne sors pas assez pour en être informée ; mais le jour de notre dédicace, l’aprés-midi, nous avons été à trois, mon frère, RENART et moi au village chercher les jeunes gens ; quand j’étais prête à sortir, il est venu un homme de Comines, apparemment, un homme en règle, je ne sais pas son nom, il m’a dit qu’on parlait de vous avec beaucoup d’éloges et louanges. Je sais qu’on n’en parle pas tant à Linselles, qu’on en parle à Comines, mais de nos côtés, on en est très satisfait. Moi, je lui ai répondu que j’étais bien persuadée que vous auriez fait votre possible, mais qu’on ne pouvait faire au goût de tout le monde. Si je sortais davantage, j’entendrais plutôt quelque chose. Le cousin DESURMONT craignait beaucoup, il y a une dizaine de jours d’être pillé, on voulait le faire passer pour un marchand de grains. Il a fait mettre des affiches ; « que ceux qui pouvaient prouver qu’il avait acheté du grain hors que sa provision, il leur aurait donné 50 louis » et depuis, je n’en ai plus entendu parler ; je crois que tout cela est tranquille.

271 Nous avons aujourd’huy, tout renfermé nos fèves. Demain, nous comptons de voiturer le fumier sur le 28 cens. Dessus le 10 cens du Moulin, on a mené les fonds des étables qu’on a nettoyées pendant l’été. Je crois, jeudy, qu’on commencera à planter le colza, nos plantes sont très belles avec du corps. Nous avons encore les wartries * du Gavre à renfermer ; je suppose que ce sera pour samedy ou lundy ; mais il y a là une belle avesture * en fait de vesce. Mon frère, qui a été dimanche faire un tour a dit que les warrats * sont encore forts. Vous ne laisseriez pas cette aventure pour cent écus.

272 Vous me parlez de la disme ; on ne peut pas en parler beaucoup, attendu qu’on ne sait pas ce qu’il faudra payer, mais on dit que ce sera de longs ouvrages avant que tout soit arrangé.

273 En attendant la satisfaction de vous voir, je prie le Seigneur qu’il conserve vos jours. Des compliments de mon frère et de vos enfants et je finis en vous embrassant de cœur

274 Mon cher Amy votre très attachée femme
Angélique Delputte

275 De grands compliments à vos Messieurs.

276 Ce 24 de Septembre 1789

277 Monsieur mon cher Époux
J’ai reçu votre lettre datée du 19, le 23 avec la plus grande satisfaction, car, je vous assure, qu’elle m’a donné une pinte de bon sang. Cela fera oublier la misère, que j’ai eue depuis trois à quatre semaine d’icy. Monsieur FREMAUX m’a rendu une visite hier après-midi, nous avons bu une bouteille à votre bonne santé ; il vous fait des compliments.

278 Vous me parlez des œillettes *, j’avais dans mes deux dernières lettres oublié de vous en parler, on dit quelles sont belles. Le cousin DESTOMBES est déjà venu deux fois ; la première fois qu’il est venu, je n’étais pas informé des prix. Je comptais d’aller à Lille mercredy passé, mais je n’avais pas reçu de vos nouvelles pour vos enfants. Aujourd’huy il est venu, j’ai parlé de vingt deux et demi, il m’a dit que c’était neuf patars plus cher qu’au faubourg ; j’ai dit que les miens étaient peut-être mieux conditionnés, qu’elles étaient belles et sèches, il ne m’a pas su démentir, mais il craint que le « pureur » n’a pas les « puroirs » pour l’accommoder en règle, surtout pour la conduite au faubourg. Je crois bien qu’il aurait dit cela pour m’épouvanter un peu. J’ai dit qu’à moins de 22, elles ne seraient pas encore sorties. Il m’en a offert 21 et 6 patars et quand il est parti, il m’a dit qu’on ne saurait pas se battre pour deux ou trois patars. Je crois bien que j’en aurai toujours 22.

279 SAINT PIERRE est aussi venu, je lui ai demandé combien j’en aurai de razières, il m’a dit aux environs de 90, c’est à dix avots, je le juge, là aussi, il m’a demandé le prix. J’ai dit que je n’en étais pas encore informé, que je devais aller à Lille vendredy et que j’en aurais été informé, mais je lui ai dit : si je vous le laissais à 22 et demi, vous ne différeriez pas de le prendre, pour savoir ce qu’il aurait dit ; il m’a dit que non, il ne pourrait pas mettre ce prix-là et ils doivent revenir samedy tous les deux. Je suppose que j’aurai à faire à DESTOMBES. Je compte de faire le prix pour les tourteaux *, mais vous me dites qu’ils seront défendus. Je n’en parlerai pas suivant moi, il est temps de le défendre, ils commencent à sortir à force. Hier il y en a un à Roncq, qui en a acheté 25 000 pour l’étranger. Les tourteaux de colza valent 18 F. Je ne peux pas encore vous dire combien les bleds reviendront ; je n’en ai pas encore de battus, hors que l’épicage, on n’a pas encore eu le temps de battre, mais lundy, les VANDAME m’ont promis de venir à quatre avec Isidore. Ils m’en battront une bonne volée, avant de faire les pommes de terre. On est embarrassé à voiturer le fumier et à planter le colza, on a commencé au déjeuner, ils plantent à quatre. On est encore dans les cas de les norier. Vous me direz le prix que vous payez au cent et si vous n’avez pas compté plus de 3 patars pour leur nourriture, l’an passé.

280 Je vous apprend que nous avons un mariage entre Pierre DELANNOY et Séraphine, ils doivent s’épouser le 6 octobre. On m’a dit aujourd’huy que COUROUBLE ne vous a pas écrit. Il y a huit jours, il m’avait dit en revenant de Neuville qu’il devait vous écrire ; c’est à cause de cela que je ne vous ai pas écrit ; on m’a dit qu’il n’a pas eu le temps.

281 En attendant la satisfaction de vous revoir le plus tôt possible, je prie le Seigneur qu’il vous conserve la santé et je suis

282 Mon cher Amy votre très attachée femme
Angélique Delputte

283 J’espère à votre première que vous me direz que vous avez reçu votre beurre ; demain je serai informé du prix des emballures. J’irai saluer Mme SCHEPPERS.

284 Je vous prie de faire des compliments à M. le curé de Saint Pierre et que je le remercie de ses bonnes attentions.

285 Des compliments de mon frère Pierre-Joseph et de frère Constantin et de vos filles. Elles vous demandent la bénédiction. Les garçons ne sont pas encore revenus d’Annoeullin.

286 De Linselles ce 26 septembre 1789

287 Monsieur, mon cher Époux,
J’ai eu la satisfaction de recevoir votre lettre étant à Lille datée du 22, le 25. Vous me dites avoir été douze jours sans recevoir de mes nouvelles, depuis le onze jusqu’au 18, il y a 7 jours et je vous en avait dit la raison, bref à ceci. Je suppose que vous êtes comme moi, que c’est là, votre régal. Je vous écris aujourd’hui à cause que rien ne se saurait passer, sans que vous en soyez informé. Nous avons été avec le cousin VENANT à Lille, pour aller chez Monsieur VERLEY ; nous luy avons demandé de pouvoir mettre nos enfants en pension, il nous a répondu, qu’il pouvait prendre des petits, mais si c’était des grands, qu’il ne pouvait pas les prendre, à cause qu’il avait des enfants de seigneurs et qu’ils n’aimaient pas de mettre leurs enfants où il y avait des grands pensionnaires ; il me semble qu’il a beaucoup de goût pour les enfants de seigneurs ; je lui ai fait voir l’adresse de Monsieur le curé de Saint Pierre ; il a dit qu’à son respect, il les aurait pris ; nous lui avons demandé le prix de sa pension, il nous a dit qu’il était à quatre cents francs. Nous lui avons demandé s’il n’y avait pas de demi-pension. Il nous a dit, qu’il y en avait qu’il donnait le déjeuner du matin et la soupe à midi. Nous lui avons dit que ce n’était pas suffisant, qu’il fallait une portion ou deux après la soupe ; il nous a dit qu’il aurait pu faire un sacrifice avec vingt quatre livres de gros par an, de donner uns portion ou deux. Il me semble que le sacrifice aurait été agréable pour lui à ce prix là et ç’aurait été à les mettre à une table différente.

288 Nous n’avons pas trouvé à propos de les mettre là. On avait indiqué à la cousine VENANT, par le curé de Sainte Catherine de les mettre chez Monsieur WALLAERT du coté de Saint Étienne, qui n’avait jamais eu de pensionnaires hors que ces quatre clerques rouges qu’il est en état de nourrir à cause de M. DESTOMBES, qui lui avait donné connaissance des enfants que c’était ; il a dit qu’il les aurait pris à trois cents francs par an, pleine pension et qu’ils auraient été nourris comme le maître. Avec ces raisons-là, nous n’avions plus rien à dire, car il me semble que c’est un homme tout d’une pièce. Vous devez le connaître, il doit être de Tourcoing ; ils seront mieux là, car il n’y a pas tant de garçons pour faire endever l’un et l’autre, ils ne seront qu’à 7.

289 Je vous fait part que j’ai vendu les oeillettes * pour le prix de 22 louis la raziére, aujourd’hui, au cousin DESTOMBES, sous condition d’avoir trois pots d’huile blanche en dedans le marché. On dit que cette huile, avec l’âge, devient aussi bonne que l’huile d’olive. En tous cas, elle est toujours bonne pour brûler ; il me semble que c’est autant que 22 et demi pour limer à Lille. À Annoeullin, les enfants ont dit qu’elle valait 21 à 22.

290 Vous me marquerez, si vous êtes d’intention d’avoir du bled du pays, cette année.

291 J’ai dîné chez Melle MONET, nous avons bu à votre bonne santé, elle vous fait des compliments ; de là, j’ai été chez Mme DUPREZ, elle n’était pas satisfaite que je n’ai pas été dîner. Elle m’a fait promettre pour la prochaine occasion. Pour nous consoler ensemble, le prix des emballures est de 8 à 9 sous, la différence n’est jamais grande. Elle était surprise que je n’avais pas encore de nouvelles du reçu du beurre des collèges des enfants.

292 Ils vous demandent la bénédiction et toute la famille vous salue.

293 Mon cher Amy votre très attachée femme
Angélique Delputte

294 Je mets ma lettre à la poste de Tourcoing.

Octobre 1789

295 de Linselles ce 2 octobre 1789

296 Monsieur et mon Mary,
J’ai reçu votre lettre du 27, le 1 er octobre. Celle-ci est pour vous faire part, que nous avons renfermé notre wartrie * mardy dernier, jour de beau temps. Le cousin LIBERT nous a assisté de deux voitures. Si nous avions encore été en campagne avec la pluie qu’il a fait jeudy, ce serait du fumier et elle est très bonne.

297 Lundy, on a pure les oeillettes *, je me suis trompé d’une raziére en tout, je ne compte que 15 cents dans ce bonnier et long du sentier, il y en avait qui n’avaient plus de tête, il y en a eu 36 razières et demie ; je compte que vous recommencerez encore ; je crois qu’on profite toujours le [ ?] des plantes et qu’on est toujours en misère de planter colza, on l’a livré hier et pour l’argent, il faudra encore différer trois ou quatre semaines.

298 Mais on a eu des tourteaux pendant l’hiver qui ne sont pas payés.

299 Voilà trois jours qu’il pleut, nous n’avançons pas beaucoup au plantage du colza ; les dix cents sont tous plantés et les 28 cens, on n’en a encore planté que deux jours. Nous avons de la chance que les fumiers sont menés dessus le 28 cens et deux rangs sur les 14 cens Catteau pour mettre du sucrion * pour donner [ ?]. Je ne sais si nous aurons des plants pour davantage ; elles sont belles mais elles ne dépouillent pas beaucoup.

300 On commence à battre à la razière à quatre, les trois VANDAME et Isidore. Ils ont vanné le bled de deux jours, ils avaient battu 860 gerbes, il y avait onze razières et un bon panier ; nous en aurons qui feront davantage. Au réserve des bleds de colzatiers, on dit cette année depuis 2 avots jusqu’à 6 ; je dis 2 avots, les gerbes qui avaient beaucoup de vert, puisqu’elles n’avaient qu’une poignée d’épis. Nous ne pouvons pas nous plaindre.

  • 13 Allusion à la partie du territoire de Linselles dite Franchise de Blaton, cf. note, lettre de Mr L (...)

301 Hier, on a chanté la messe d’action de grâces pour la récolte. Avec la pluie, je suis allé avec le chariot, j’avais besoin d’aller chez le clerc pour parler en faveur de Louis et Charlotte, je n’y étais pas encore allée, je crois qu’ils seront là très bien. De là, je suis allé chez le cousin VENANT pour prendre jour, pour conduire les garçons à Lille, ce sera lundy ; je prendrai la potée de beurre pour M. le chirurgien, je la conduirai à Lille ce jour-là. Étant prête à sortir de la petite poste, les enfants l’ont appelée pour savoir s’il n’y avait pas une lettre de leur père, ils savaient bien qu’il y avait deux jours que j’attendais des nouvelles. Ils me l’ont apportée, je l’ai ouverte, étant là. J’ai lu quelques articles pour savoir un peu sa façon de penser, ils ont lu mes imprimés pendant que je lisais la lettre. Ils ont trouvé qu’on a renvoyé la vaisselle du Roy pour battre monnaie ; quant aux vaisselles d’église, cela ne plaisait pas bien à la mode de la cousine. Je vous dirai comme il a été dit : le cousin VENANT a dit : « Si j’étais Roi, je mettrais tout mon royaume à égalité, même payage, même poids et même mesure ». J’espère que vous me marquerez si cela n’aura pas lieu ; toute la Franchise s’attend à payer comme les autres 13 . De plus, si ce n’était pas comme ça, ceux du village qui ne sont pas de la franchise ne seraient pas contents.

302 De là, j’ai été à L’Étoile pour chercher le chariot ; mon oncle ROUZE y était, j’ai parlé un peu pour savoir sa façon de penser ; il m’a dit qu’on sait bien que la Reine dépense beaucoup d’argent et le comte d’ARTOIS aussi. On débite ici que l’Assemblée à déclaré la guerre à l’Angleterre, je vous prie de me dire si cela est vrai ou non. Beaucoup de gens sensés disent que nous devrons payer davantage, dans cette province cy attendu qu auparavant, on ne payait pas à proportion des autres provinces, vous devez le savoir à présent.

303 Je crois, moi, pour la rente de LIBERT, que ce n’est qu’à la nouvelle année, vous me le direz.

304 Mon cher Ami, j’ai à vous dire de ne pas s’inquiéter du Qu’en dira-t-on. Vous l’avez dit beaucoup de fois et il est impossible de faire au goût de tout le monde. Ainsi ne vous faites pas de mauvais sang, faites tout pour le bien.

305 On m’a déjà dit que plus d’une fois, vous vous étiez mordu les lèvres, que tout n’allait pas à votre goût. Je laissais les imprimés chez le cousin VENANT pour les faire circuler ; je ne sais pas si les nouvelles viendront jusqu’à moi.

306 Vous me parlez du vin, je ne sais pas si vous le savez, j’attend deux demie-pièce de Macon, au courant de ce mois. Il a voulu les envoyer pour obtenir son pardon et s’il n’est pas bien conditionné, on ne le paiera pas. J’ai laissé quatre vingt florins chez RENART pour payer la voiture. Le vin blanc est tout fini du mois d’août. J’en ai pris chez DESURMONT 50 flacons. Je n’en suis pas content, il est trop nouveau. De plus il nous en faut du bon pour faire nos noces quand vous serez de retour, avec la grâce de Dieu. J’espère que vous ne vous dédirez plus, que ce sera pour la nouvelle année, quoique beaucoup de monde disent que ce n’est pas possible, que ce ne sera pas encore fini, vous me le marquerez en vérité. Il ne faut pas vous faire de peine pour moy, si je ne reçois pas d’argent, je peux encore m’en passer, si ce n’est pour LÉGRAND. Je n’en ai pas besoin, j’ai encore un bon mille florins. En tous cas, j’ai du bled au grenier ; avec une voiture, on a beaucoup d’argent ? De plus, il me faut souvent trois ou quatre verres de vin pour avaler la misère.

307 Tachez de vous bien porter, nous tacherons d’en sortir. Des compliments de mon frère et de vos enfants et ils vous demandent la bénédiction.

308 Mon cher Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

309 Vous pouvez prendre ce vin, si vous voulez, je pourrai le payer.

310 De Linselles ce [non daté] Octobre 1789

311 Mon cher Amy,
J’ai reçu votre lettre, avec vos imprimés très bien cachetés et bien conditionnés, par les mains du sieur CRETAL, à qui vous les aviez déposés. Ils me sont arrivés le mardy vers le soir à la maison, à cause que leur voiture s’est cassée en route, cela leur a donné du retard. J’ai été au comble de la joie d’apprendre, que vous seriez de retour vers la Toussaint, car, pour le mois d’avril, tout cela m’inquiétait beaucoup. Ma lettre était justement fermée, quand la petite poste attendait après qu’elle était venue pour apporter une lettre que vous verrez dans l’inclus de cellecy. Je compte aller à la fin de la semaine à Lille pour contenter ces deux Messieurs, le Bon Dieu pourvoira au reste. Je n’ai pas encore vendu de lin, parce que du nouveau, il n’y en a pas encore de fait ; du rouy en mars, du court bleu, je le donne tout à filer, je le donne au pauvre monde, qui n’ont pas d’ouvrage, parce que les « filés » ne vont plus. Je n’ai à vendre que celui qui était chez Jean-Pierre DHALLUIN et encore, il n’est pas entièrement fait.

312 M. CRETAL a couché ici, il voulait partir ce matin, je l’ai retenu à dîner. Hier, à Pont-à-Marcq, il a rencontré le cousin Père MATERNE, Capucin ils sont venus ensemble, jusqu’au château de Bondues. Il est resté là et doit venir dîner à la maison.

313 À ce que j’entends, il ne vous manque pas d’emploi, mais tachez toujours de conserver votre santé ; je suis peinée de vous entendre dire que vous devez vous coucher sans pain et que le pain que vous devez manger a un mauvais goût. Tout cela est contraire à la santé. Cela me doit d’être bien douloureux, d’en avoir tant dans ces granges et dessus son grenier et d’être réduit à cette extrémité.

314 M. CRETAL me dit bien des choses de nouveau que nous ignorions encore. Il me semble qu’un hiver entier ne sera pas trop pour nous raconter tout ce que vous aurez vu. Je finis parce que les picteurs * rapportent la javelle *, je n’ai pas le temps de vous en dire davantage. Ne soyez pas surpris, si je ne vous écris plus cette semaine, car je n’aurai pas le temps.

315 Au revoir et portez vous bien. Des compliments de mon cousin le Père MATERNE. Je vous apprend qu’on a administré DELATTRE hier, il est pris d’une hémorragie.

316 De Linselles le 6 octobre 1789

317 Monsieur et mon cher Mary
J’ai bien reçu votre lettre en date du 1 er octobre 1 789 le 5 au soir, quand je suis rentrée de Lille où j’avais conduit les enfants en pension, chez M. WALLAERT, je crois qu’ils seront là très bien.

318 […]

  • 14 Comme son mari, Angélique Delputte utilise le terme dîme pour désigner des droits seigneuriaux (cf (...)

319 Les imprimés me sont revenus et je n’ai parlé à personne, si vous ne seriez pas à Versailles, je saurais plutôt la pensée du monde. On entend bien dire que si on ne payait plus de dîme du tout, ce serait le profit des seigneurs, qui loueront leurs terres à proportion. On l’entend déjà dire de ceux qui font de nouveaux bails 14 . Faites tout comme vous voulez, ce sera encore les terres qui paieront tout, on dit beaucoup de choses, surtout la semaine passée on disait que vous étiez nommé ministre des Finances, que le Roi vous avait ennobli. D’autres disaient que vous étiez fait gouverneur de Lille. Le monde parle beaucoup ; moi, j’ai dit, que je vous aurais fait gouverneur de votre ferme et que vous auriez été tout de suite de retour.

320 J’espère que vous me direz le vrai du bruit qui circule sur M. WARTEL. On dit qu’il se tiendrait bien du coté de la Noblesse. M. SCHEPPERS m’en a donné un petit échantillon, entre nous, quand j’étais lundy. J’avais mis notre voiture au « Singe d’Or », l’hôtesse me demande si vous ne parlez pas de M. WARTEL, j’ai dit non, mais que je n’avais pas reçu de lettre depuis le 27 du mois ; elle m’a dit qu’on disait à Lille qu’on l’avait « dégradé » à la lanterne ; je ne sais pas ce qu’elle a voulu me dire avec cela. Demain, je compte aller à Lille avec le reste du vieux grain. J’en ai encore 12 sacqs et trois de nouveaux, pour savoir les prix. J’irai dire bonjour à Melle MONET, qu’elle m’a prié lundy de vous faire des compliments et elle m’a beaucoup sollicitée pour que j’y aille ; peut-être que j’apprendrai quelque chose des nouvelles que vous me dites.

321 Mon cher Amy, je vous prie de me dire le sujet de vos peines, je prévois bien que vous en avez et tout cela m’afflige d’autant plus ; si vous n’aviez plus d’argent et que vous ne sauriez pas en recevoir, je pourrai vous en envoyer, vous me direz par quel moyen.

322 Mon frère de Rekkem vous fait des compliments, il est revenu par ici de la vente de chez le bailly d’Halluin, qui se fait aujourd’huy. Il couche ici et la cousine veut rester à « Trois Roys » et elle va tenir les terres Druelle.

323 Je prie Dieu, que le Seigneur vous conserve la santé pour pouvoir supporter vos misères avec patience. Mon frère vous fait des compliments de même que tous vos enfants et ils vous demandent la bénédiction et Charlotte me fait dire qu’elle va rester à l’école avec son petit Louis et elle a donné commission pour engraisser l’agneau pour les Roys et j’attends de vos nouvelles le plus tôt possible, pour que je ne sois pas inquiète.

324 Monsieur et mon cher Amy Votre très attachée femme
Angélique Delputte
Votre beurre part demain pour Versailles.

325 Il y a 39,15 F patars de pot et 8 patars d’emballure et la serviette, vous la mettrez de coté ; elle est à nous et le prix, je vous le dirai à ma première. Il pleut ici toujours depuis mercredy.

326[Lettre du 9 octobre non publiée]

327 De Linselles ce 13 octobre1789

328 J’ai reçu votre lettre en date du 7 courant et une datée du 9 le 12. Par celle du 7, j’ai été rassurée de ma grande inquiétude. Je sentais bien que j’avais quelque chose, et je ne savais quoi ; vous me dites que vous êtes rassuré de vos inquiétudes. Cela me fait plaisir. Vous me marquez que vous pourriez bien aller prendre résidence à Paris ; cet endroit-là ne m’épouvante plus autant que le temps passé, parce que je vois bien que vous êtes beaucoup aimés des Parisiens ; mais prenez toujours garde du Clergé et de la Noblesse, je crois qu’ils ne se convertiront qu’à la force. Tâchez toujours de conserver votre vie et notre santé. Je prie Dieu et je fais prier pour la conversion de vos jours.

329 Vous me parlez du beurre pour la femme de CRETAL, si elle peut avoir quinze jours de patience, je pourrai livrer. Mes provisions ordinaires sont presque épuisées, du moins cette semaine. Mme SCHEPPERS, mercredy, m’en a demandé pour un de ses amis. Je compte d’en avoir fini dans quinze jours. Si elle en veut pour ce temps-là, vous me le marquerez. Le beurre sera bon, mais pas d’un goût aussi fin qu’à présent, mais il ne sera peut-être pas aussi cher qu’à présent non plus. Je n’ai pas d’occasion d’aller à Lille. CRETAL pourrait lui écrire que si elle en souhaite, qu’elle fasse mettre son saloir au Cheval Volant à notre adresse ; je le ferai prendre par le messager. Je vous prie de marquer si elle en prend ou non.

330 Nous ne pouvons pas avancer dans nos labours, hier, il a encore plu toute la journée. Samedi on a semé le sucrion *. Je crois qu’il restera des plants pour sept cens, que nous mettrons auprès des « 28 cens ». Mon frère Isidore nous avait invités à la dédicace de Geluwe. Dimanche on nous a dit qu’il était tombé malade samedy ; nous avons poursuivi notre chemin pour voir comment il allait, il y avait du mieux. Il avait consulté le médecin, qui lui avait fait des saignées, qui lui avaient fait beaucoup de bien. J’ai tout trouvé ; les femmes et les hommes n’étaient pas venus. Le Père NICAISE était là : il va comme ci, comme ça. Il a eu le malheur durant cet été d’avoir l’épaule déboîtée ; il s’en ressentira toujours. Ma sœur ODON et Angélique sa fille sont revenues avec nous dimanche et elles sont restées jusqu’au matin. Ce matin, j’ai envoyé voir comment allait mon frère. Il allait beaucoup mieux, il commençait à promener. Nous avons bu plusieurs fois à votre santé et il aspire au moment de vous revoir, pour être tous ensemble ; ils vous font tous de grands compliments.

331 M. CATTEAU de Tourcoing est venu dimanche faire nos compliments. J’étais très fâchée de ne pas y être, pour pouvoir nous expliquer ensemble. Il a dit que vous nous portiez très bien. J’ai prié ma sœur en passant de lui dire, quand il aurait eu un moment de loisir, de venir jusque chez nous, que je l’aurais volontiers régalé d’une bouteille.

332 Mon frère vous fait des compliments, comme de même tous vos enfants ils vous demandent la bénédiction. Je finis, cher Ami, et vous embrassant de cœur.

333 Mon cher Amy votre très attachée femme
Angélique Delputte

334 Des compliments à vos Messieurs

Portrait supposé d’Angélique Lepoutre-Delputte, d’après gravure originale (selon la tradition familiale rapportée par M. Adolphe Lepoutre propriétaire du document)

Notes

1 Face à la rareté des grains et à la cherté (Voir note, lettre de M. Lepoutre du 3 juillet), toutes les autorités, intendants, états provinciaux et échevinages des villes, étaient intervenues pour limiter la pénurie et les troubles qui ne manquaient pas d’en découler. Ces interventions prenaient des formes diverses, parfois contradictoires, notamment en matière de circulation des grains. Alors qu’en année normale la région du Nord était exportatrice de céréales, la crise de 1789 entraîna le recours aux importations aidées par le gouvernement. Ces importations furent surtout assurées par des grands négociants (Devinck, Vanlerberghe) qui s’approvisionnèrent essentiellement en Angleterre, aux Provinces-Unies et dans les ports d’Allemagne du Nord. En fait l’approvisionnement aux Pays-Bas autrichiens, évoqué par Mme Lepoutre, fut marginal car la récolte belge n’avait pas été bonne et l’interdiction des exportations de Belgique avait été décrétée le 31 décembre 1788 ; toutefois, des sorties frauduleuses furent constatées et, le 17 mai 1789, le gouverneur général des Pays-Bas consentit aux États de Flandre wallonne un prêt de 2 000 sacs à rendre dans les six semaines. (Voir G. Lebefvre, op. cit. (1924), 1972, p. 345).

2 Un « emplâtre vésicatoire » est un onguent émolient qui, appliqué ici au genou, provoque au bout de 8 à 24 heures d’application un soulèvement de l’épiderme et l’accumulation de liquide dans une ou des ampoules qui seront, le cas échéant, percées pour permettre à la sérosité de s’écouler en vue de la guérison.(Marie-Laurent Dorvault, 1815-1879, L’Officine ou Répertoiregénéral de pharmacie pratique, Paris, Asselin et Houzeau, 1910, p. 669 et suiv., p. 1422 et suiv.).

3 Au sujet de la lettre de cachet envoyée à Necker, voir la lettre de Lepoutre du 3 juillet 1789.

4 L’usage du « charbon de terre » ou houille s’était répandu au cours du siècle ; en France, le charbon était extrait à Anzin où avait été créée la Compagnie des mines d’Anzin en 1757. Les Lepoutre, pour qui la frontière n’est guère un obstacle aux échanges divers, comme les lettres en témoignent, s’approvisionnent aux Pays-Bas ; ils vont aux mines de Mons ou à Tournai, beaucoup plus proche, où ils achètent sans doute du charbon acheminé par l’Escaut et probablement un peu plus cher.

5 La majeure partie des transports de grain entre la région et l’étranger, que ce soit à l’importation ou à l’exportation, se fait par voie fluviale sur l’Escaut, la Lys, l’Aa, etc., avec transit par les ports des Pays-Bas ou par Dunkerque. Les habitants qui, en situation de pénurie, refrisent les exportations et craignent les spéculations ou les ventes de mauvais grains, bloquent souvent des péniches transportant les céréales. Angélique Delputte y fera plusieurs fois allusion.

6 Voir la lettre de Lepoutre du 30 juillet 1789.

7 Sur la Grande Peur septentrionale, sur la formation de gardes nationales et sur la répression des troubles, on se reportera à l’introduction, au tableau chronologique qui ouvre cette partie et aux notes des lettres de Mr Lepoutre des 20 et 30 juillet ainsi que du 4 août 1789.

8 Voir note, lettre de Mr Lepoutre du 2 août 1789.

9 Sous l’Ancien Régime, pour être pourvu d’une cure par l’évêque, il fallait avoir 25 ans et être ordonné prêtre dans l’année. Quand nécessaire, les curés sont aidés par des vicaires nommés par l’évêque. On comptait en 1789 environ 40.000 curés et peut-être 50.000 vicaires.

10 Les glaneuses évoquées ici par Angélique Lepoutre-Delputte font partie du personnel embauché pour la moisson ; elles ramassent les tiges et épis que l’équipe chargée de lier les gerbes ou javelles a laissé tomber. Après cette opération et la mise en tas des gerbes, les pauvres du village sont autorisés à glaner les épis oubliés sur le sol ; selon l’usage courant du XVIIIe siècle, ne sont autorisés à glaner que les habitants assistés inscrits sur une liste établie par les administrateurs de la collectivité villageoise qui fixent aussi la date à laquelle peut commencer ce glanage communautaire.

11 Pour le Point du Jour, cf. la note, lettre de Lepoutre du 16 juillet 1789.

12 Dans la nuit du 4 août 1789, l’abolition du régime féodal comprend la suppression de la dîme ecclésiastique. Cet article est débattu à fond le 10 août. Les ecclésiastiques, Gouttes et Sieyès, avec Lanjuinais (docteur en droit canonique) veulent sauver des aspects de la dîme ou obtenir son rachat. La question est très controversée et c’est seulement le lendemain, 11 août, que l’opposition à la suppression est rompue quand l’abbé Duplaquet (député du tiers état) démissionne de sa prieuré et se remet à la justice de la nation pour recevoir un traitement. Après lui, un groupe important de curés viennent renoncer à la dîme ; ils sont suivis par des évêques sous les applaudissements de l’Assemblée.
Par la suite, le clergé sera salarié par l’État après la nationalisation de leurs biens. Cf. la note, lettre de Lepoutre du 12 octobre 1789.

13 Allusion à la partie du territoire de Linselles dite Franchise de Blaton, cf. note, lettre de Mr Lepoutre du 9 août 1789.

14 Comme son mari, Angélique Delputte utilise le terme dîme pour désigner des droits seigneuriaux (cf. note, lettre Lepoutre du 15 septembre). L’allusion à un transfert des prélèvements seigneuriaux supprimés sur les loyers des terres n’est pas une fiction ; pour les terres que les ex-seigneurs possèdent effectivement, ceux-ci sont enclins à compenser la perte des cens ou champarts par un relèvement du loyer. La pratique est attestée dans de nombreuses régions (Voir notamment J.N. Luc, Paysans et droits féodauxen Charente-Inférieure pendant la Révolution française, Paris 1984) ; les fermiers Lepoutre ont tout lieu de craindre cette pratique.

Table des illustrations

Légende Portrait supposé d’Angélique Lepoutre-Delputte, d’après gravure originale (selon la tradition familiale rapportée par M. Adolphe Lepoutre propriétaire du document)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2517/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 317k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search