Version classiqueVersion mobile

Député-paysan et fermière de Flandre en 1789. La correspondance des Lepoutre

 | 
Edna Hindie Lemay
, 
Jean-Pierre Jessenne

Section I. Printemps 1789-15 octobre 1789

Correspondance du député Lepoutre. Versailles, 5 mai 1789 — 15 octobre 1789

Texte intégral

Mai 1789

1De Versailles ce 8 mai 1789

  • 1 À partir de la dernière semaine d’avril 1789 les députés aux États généraux s’installent à Versaill (...)

2Ma chère Amie,
C’est pour faire part que j’ai reçu la chère votre le 6 du courant par laquelle vous me marquez que vous jouissez d’une santé parfaite et également toute notre famille et que
nos ouvrages de remise de mars * s’ançoient beaucoup ; tout cela me soulage de la moitié de mes travaux. [Lettre non retrouvée]. Vous m’avez parlé de la jument, mais j’espère que cet accident ne tournera point à mauvaise suite parce que la nature a opéré. Je ne vous répéterai rien de ce qu’il se passe à Versailles1, CASTELAIN pourra vous en donner quelques détails, il se promène aujourd’hui dans Versailles aux appartements du Roy et au parc et jardins. De plus je vous fait part que j’ai retenu cinquante louis de la caisse que vous remettrez dans la masse pour faire compte avec le cousin FAVIER. Je ne lui ai point écrit particulièrement, je vous prie de lui faire des compliments de ma part, également à ma cousine son épouse, que je prie de m’excuser de ce que je ne luy écrit depuis mon séjour à Versailles. J’espère cependant que sous peu j’auray cet honneur.

3Je vous prie d’embrasser nos enfants pour moi et dites à notre petite Charlotte que je lui apporterai bien des choses quand je reviendrai de Versailles. Je finis en vous embrassant.

4Ma chère Amie, Votre affectueux Mary
Pierre François Lepoutre

*

5De Versailles ce 12 May 1789

6Ma Femme,
Comme je crois que le cousin FAVIER ne sera pas longtemps
sans venir faire compte avec vous, concernant la vente des moutons du marché de Poissy du 7 courant et suivant la lettre qu’il nous a fait parvenir, il déclare les moutons en sorte au prix de onze sous la pièce, cependant après le rapport de Pierre CASTELAIN et le calcul que j’en ay fait ils ne montent qu’à 31 et demi y compris les deniers à Dieu des bergers à l’avenant de quatre patars par mouton. J’ay trouvé à propos de vous en faire parvenir le tableau pour vous faciliter l’arrangement du compte que vous ferez avec le dit cousin FAVIER. Je n’ai rien de particulier à vous marquer en ce moment, sinon que nous n’avançons fort peu jusqu’à présent dans nos assemblées des États Généraux, mais nous espérons que sous peu, les choses changeront de conduite quoy que tout prenne la meilleure fin possible, on peut encore douter que la clôture ne se fera peut-être pas au mois de septembre.

  • 2 Tout au long de la correspondance, il sera régulièrement question de la rétribution des salariés em (...)

7J’ay reçu le beurre que vous m’avez fait l’amitié de m’envoyer, bien conditionné. Nos Messieurs et moy y faisons grande feste et aussi du scel que vous y avez joint, j’espère quand le temps du bon beurre sera venu à votre connaissance que vous nous en ferez parvenir une autre potée s’il est encore temps à l’arrivée de celle cy. Je vous prie de me mander comment se comportent nos advestures * si le lin est bien blanchi et le deuxième s’il est bien rouy et s’ils sont de bonne qualité ou non, et aussy si vous avez pris quelques arrangements avec les nouveaux locataires si les anciens sont venus près ou point ; pour cet objet vous pourrez reprendre ceux qu’ils pourraient encore vous convenir mais sous condition qu’ils se rangeront exactement à la demande pour l’ouvrage nulle saison exceptée et sous condition aussy qu’ils déchargeront toutes les charges du fond comme d’autres locataires2.

8Je vous prie aussi qu’à la première occasion que vous aurez de vous trouver à Lille de faire beaucoup de compliments de ma part à Mademoiselle HONNET et luy dire que si je ne luy ay pas écrit, c’est que je n’ay encore rien de méritant à luy marquer. Mais qu’à la première occasion qui sera d’un peu de mérite, je ne manqueray pas de lui en faire part. Je crois le temps aussy beau dans notre province qu’il est à Versailles. Voila huit à dix jours qu’il fait de grandes chaleurs ; chez nous on voit tout changer du matin au soir et les légumes commencent à devenir communes mais toujours chers à l’ordinaire. Des compliments à toute notre famille à mon frère Constantin et à nos petits enfants. Je me recommande à leurs prières.

9Je finis avec le désir de vous embrasser de tout mon cœur
Ma bonne amie et suis votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

*

10De Versailles, ce 19 mai 1789

11Ma chère et bonne Amie,
J’ai la satisfaction d’avoir reçu vos deux lettres, la première en date du 10 courant et la seconde du 18
[Lettres non retrouvées]. Dans votre première vous me mandez que nos advestures * dans leur position actuelle vous font espérer que nous pourrons attendre une assez bonne récolte, pour la quantité apparente qu’ils présentent pour le moment. De plus vous me demandez le prix des fourrages que vous devez vous fixer. Pour cet objet, je ne puis vous dire autre chose sinon que de vous informer du prix qu’ils se vendent dans nos environs et vous pouvez faire payer 10 à 15 patars de plus que vos voisins attendu la grosseur et longueur qu’ils ont au dessus de beaucoup d’autres. Dans celle du 15, vous m’informez que l’on a voulu faire la retrouve du grain dans vos greniers et que l’on veut obliger de le vendre au marché à l’exclusion et préjudice des habitants de nos communes, horreur de leur part. Vendez avec toute assurance vos grains aux habitants de notre paroisse pour autant que ce soit pour leur consommation actuelle et non pour en faire des amas dans des greniers. Si on vous inquiète pour cet objet, répondez que les ouvriers qu’ils nous ont aidé à la sueur de leur corps sont les premiers qui doivent être secourus dans ce moment de disette et même vous pouvez y comprendre les boulangers du village par portion pour une semaine de leur consommation ordinaire puisqu’ils ne peuvent se pourvoir au marché, parce qu’à l’heure qu’on leur permet d’entrer au marché le plus souvent le tout est vendu dans ce moment, et s’il avait quelques voisins qui se trouveraient embarrassés pour cet objet, faites-moi parvenir sitôt pour autant qu’ils viendraient vous demander votre protection, je crois que je pourrais leur être utile dans ce moment.

  • 3 En 1789, le comte d’Artois a deux médecins à son service : M. De La Bordère, premier médecin en Cou (...)

12Vous me faites part de l’indisposition du berger ; cela m’a fait de la peine, je crois que s’il avait cru mon conseil à son premier passage à Versailles, il n’aurait point été aussi compliqué qu’il n’est. Je lui ai offert un médecin, un des premiers de Versailles pour autant que c’est le médecin du comte d’ARTOIS3 et de Madame LOUISE. Je désire que son accident ne prenne point mauvaise suite et je lui recommande beaucoup de ménagements et quant au loyer de domestique, je crois qu’il gagne une couronne par mois et douze patars de denier à Dieu que vous lui donneray de plus, demandez lui, je le crois assez bon garçon pour ne point vous mentir. Je n’ay point encore beaucoup de choses à vous marquer pour le présent de notre assemblée aux États Généraux, nous espérons que sous peu de jours, les trois ordres se réuniront pour concourir aux délibérations en commun. De plus, depuis que nous tenons assemblée, ils ne nous sont venus que par commissaires. Cependant je crois qu’ils s’y trouveront obligés attendu qu’ils ne peuvent rien délibérer sans que les trois ordres ne fussent réunis. Nous avons pris tous les ménagements possibles pour que notre conduite soit irréprochable par devant la nation. Vous pouvez croire que toute l’Europe entière fixe ses vues sur notre conduite, comme il n’a encore rien qui transpire dans ce moment, un peu de secret pour cet objet.

13Jusqu’à présent nous vivons en commun pour le beurre que vous m’avez fait parvenir, nous luy livrons une si forte attaque que je serois fort trompé qui puisse me défendre encore une semaine, sinon que vous luy fassiez parvenir du secours. J’espère que vous ne manquerez pas de vous en souvenir car pour moi le beurre est la moitié de mes aliments. Je vous prie de dire beaucoup de bonnes choses à mon frère Constantin et que je le prie de vouloir se prester pour ce moment cy à veiller sur la conduite de nos ouvriers et de prendre à leur égard le moyen de douceur mais de ne rien flatter et de reprendre son sujet en particulier s’il est possible et je me repose sur sa conduite pour ce sujet.

14J’ai appris avec bien du plaisir que notre fille Catherine se trouve au nombre des ouvriers en campagne et qu'elle remplit tout à fait son devoir, je lui demande de continuer dans ce moment cy jusqu’à que les lins fussent sarquelés, dites luy de ma part que je suis fort satisfait de cette conduite et que je lui marquerai ma satisfaction à mon retour des États Généraux. Embrassez la s’il plaît pour moy de même que la petite Charlotte et tous nos enfants quand vous aurez occasion de les voir.

15Faites souvenir à mon frère Constantin que les planches qu’ils sont le long des écuries de moutons de même que celles qui sont à l’épangrie de les faire mettre sur le grenier de même que toutes les autres planches qu’on pourrait trouver autour des édifices parce que dans ce moment de chaleur ils rendissent et peuvent se gâter. Je vous prie de faire des compliments à M. et Mme DUPLOUY, de même qu’à tous nos parents et amis. Espérant que je pourrai vous donner des nouvelles sûres dans l’ordinaire prochain, je finis et ne m’attendez pas avant le Saint Rémy parce que nous ne croyons pouvoir sortir avant les États Généraux finis. Comme vous me devez encore une réponse, j’espère que je la recevray avant que vous ne répondiez à celle-ci. Je suis
Ma chère et bonne
Amie,
votre très humble et affectionné
Mary
P.-F. Lepoutre

  • 4 Scheppers, 55 ans, négociant à Lille, est un des trois collègues de Lepoutre. Cf. la lettre du 16 j (...)

16Des grands compliments de nos Messieurs. Et le sieur SCHEPPERS4 est trompé de ce que vous n’avez point encore été recevoir les 1 200 F dont vous portez le billet d’ordre.

17Vous me marquerez la quantité de la première et de la deuxième potée de beurre et le prix.

*

18De Versailles ce 28 mai 1789

  • 5 La veille, une députation du tiers état s’était présentée à la chambre du clergé au sujet de la vér (...)

19Ma chère Amie,
[…]
Depuis que nous sommes à Versatiles, on pourrait croire que la grande partie des choses que nous regardons comme abus aurait déjà passé à l’examen de notre assemblée pour les corriger et les améliorer. Point du tout et vous pouvez croire que l’on a fort peu opéré pour tous ces objets. Entre vous et moy, je peux vous dire qu’il n’y a encore que fort peu de choses qu’il nous fait espérer un bon succès, je crains bien qu'il faudra que le Roy prononce car il y a beaucoup d’impériorité parmi les deux ordres des privilégiés. L’ordre du clergé a de la peine à se démasquer
5. Mais nous attendons aujourd’hui une délibération définitive de leur part, alors nous saurons de la manière que nous devrons nous conduire à leur égard. L’ordre de la noblesse s’a conduit avec plus d’impériorité, car il nous a fait parvenir par une députation qu’ils nous ont remis une déclaration contenante qu’ils avaient vérifié leurs pouvoirs dans leur chambre particulière et qu’ils se croient bien et légalement constitués. Cependant notre chambre ou pour mieux dire les représentants de la Nation siégeant dans la salle des États Généraux regardons comme illégal tout ce qu’ils ont opéré jusqu’à présent, parce que nous voulons que les deux ordres se rendent dans notre salle comme étant la salle des États Généraux pour travailler en commun à la vérification des pouvoirs et nous constituer en États généraux.

20Les ordres réunis, j’espère que je pourray vous donner des nouvelles sûres la première fois que je vous écriveray. Je n’ay point fait parvenir aucune de mes nouvelles au curé d’Enneulin, parce qu’il n’avait rien qu’il méritoit son attention, mais je crois de lui écrire demain.

21J’espère que vous ne tarderez pas à nous faire parvenir du beurre le plus tôt possible et je crains bien qu’il nous en manquera avant qu’il nous soit parvenu. J’espère que vous trouverez le moyen d’amuser Mme SCHEPPERS et son aimable famille. Comme je sais qu’ils doivent vous rendre une visite lundy prochain, je vous prie de leur dire beaucoup de bonnes choses de ma part et que nos Messieurs se portent bien. Je ne vous donne point le plan de ma conduite cet ordinaire, ce sera pour l’ordinaire prochain, je ne doute point que vous y trouverez quelqu’abus, dans ce cas, vous me ferez parvenir votre motion que je présenterai aux États Généraux.

22On parle beaucoup d’émeutes et pillages dans plusieurs provinces. Il vient de se faire un ravage affreux entre Saint-Quentin et Cambray, ils étoient au nombre de quatre cents, ils ont pillé plusieurs abbayes, châteaux et mis le feu dans plusieurs endroits. Beaucoup de compliments aux frères enfants et amys. Je finy et je voudrois bien satisfaire mon désir de pouvoir vous embrasser de tout mon cœur. Je suis
ma chère
Amie, votre très affectueux Mary
P.-F. Lepoutre

[…]

Juin 1789

23De Versailles ce 5 juin 1789

24Ma chère Amie,
J’ay reçu votre lettre le 1
er juin [Lettre non retrouvée] et le beurre le 3, vous me mandez que Olivier COUQUE vous a demandé le bois qu’on a coupé aux arbres du Gavre, je trouve sa demande juste puisque suivant les clauses de son bail il avait droit des fèves et rejets ; de plus je lui ay laissé les branches des halots * que j’ay fait abattre, mais pour votre sûreté faites voir le bail à mon cousin VERMERSCH. C’est lui qui l’a fait et il vous tranquillisera sur cet objet. C’est sous condition que le dit Olivier doit en payer l’ouvrier. Vous me mandez aussi que Madame SCHEPPERS devoit vous faire l’honneur d’une visite ; je vous priay dans ma dernière que vous lui auriez fait beaucoup de compliments de ma part, mais par la grande assiduité à notre Assemblée et la longue tenue de séance jusqu’à dix et onze heures le soir, ma lettre étoit écrite deux jours avant son départ, ne pouvant trouver le moment libre pour la poster. J’ai reçu une lettre de Melle HONNET, elle me parle de vous avoir rendu visite, qu'elle y a eu beaucoup de satisfaction mais elle ne me marque pas qu’elle étoit de compagnie avec Mme SCHEPPERS. Je scays qu’elle n’est pas trop bien portante pour le présent et le mauvais temps qu’il a fait ce jour l’aura peut-être détournée.

  • 6 Louis XVI aimait beaucoup son fils aîné, le premier dauphin, mort à 10 ans. Pendant trois jours, al (...)
  • 7 Les conférences de conciliation entre les commissaires des trois ordres sur la vérification des pou (...)

25Je vous annonce la mort de M. le Dauphin arrivée hier à une heure du matin, il y aura deuil à la Cour, je crois que nous serons obliges de porter le manteau de voile à la place de celuy de soie que nous portons actuellement6. Cette mort nous causera encore du retard dans nos opérations. Il y a une cabale à la cour causée par les membres de la noblesse, que l’on ne scaurait comprendre. Nos commissaires sont encore en conférence avec ceux des deux autres ordres pour chercher des moyens de conciliation ; jusqu’à présent nous ne pouvons point encore dire quel sucés ces conférences nous produiront, elles doivent finir demain que nous croyons. M. de NECKER a fait parvenir aux trois ordres un mémoire de conciliation7 et le Roy n'entend pas user de son autorité, mais s’il arrive que les trois ordres ne puissent convenir après une discussion dans chacune leur chambre respective, alors le Roy sera notre conciliateur et pourra prononcer pour arranger les différents qu’ils se rencontreraient. Dans une huitaine, j’espère que je pourrai vous dire chose absolue sur cet objet.

  • 8 À Versailles, les députés sont invités à dîner à tour de rôle dans les maisons des grands : soit ch (...)

26Vous me dites que si j’étois encore tant soit peu fermier, je ferai la route de 50 lieues pour voir les advestures *, je crains bien que l’idée d’estre fermier pourrait bien se perdre d’après une longue habitude des grandeurs de la cour et les invitations communes qu’on reçoit pour dîner chez les principaux, tels que ministres, prélats et autres premiers bourgeois de Versailles. Aujourd’hui, j’ay eu l’honneur de dîner chez Monseigneur l’évêque de Tournay8 et si la mort du Dauphin n’eut point arrivé sitôt, nous devions être conduits chez la Reine après son dîner par le dit évêque de Toumay. Vous entendez qu’il vous convient de toute nécessité de vous rendre bien au fet de la régie de nos labours. Mais cependant malgré toutes ces grandeurs apparentes, je n’ay encore rien de plus consolant, premier d’apprendre que vous se portez bien, que je désire que le Bon Dieu voudra vous la continuer cette santé, deuxième c’est le rapport d’une belle dépouille apparente de nos labours. Si je n’étais qu’à quinze lieues de chez vous, je m’auray fait l’honneur de vous rendre plusieurs visites. Prenez encore un peu de patience, ce temps arrivera peut-être plus tôt que nous ne croions. Attendant cet heureux jour, je suis très sincèrement
Ma chère Amie, votre affectueux Mary
P.-F. Lepoutre

*

  • 9 Après une dernière tentative de conciliation avec les ordres privilégiés, Sieyès incite les députés (...)

27De Versailles le 10 juin 17899

28Madame et bonne Amie,
J’ai reçu votre lettre datée du 5 juin, le 8 courant, vous me confirmez de plus en plus de l’espérance que vous avez d’une grande dépouille apparente en tous genres d’advestures *, c’est un grand délassement pour moy de nos grandes occupations d’apprendre ainsi des bonnes nouvelles pour l’avenir. Vous me mandez que le bled augmente encore dans notre province, eh bien c’est un mal général dans tout le royaume, car aucun de nos Messieurs de l’Assemblée générale ne me donne aucune nouvelle de leur province de la diminution du pain. Mardy 9 courant, il a augmenté de dix sols par boisseau en farine, au marché de Saint Germain, à trois lieues de Versailles et on craint partout les deux mois prochains.

29Je ne peux vous donner ces bonnes nouvelles que je vous avais promis dans ma dernière ; je vous dirai seulement que nous sommes dans une position actuelle à beaucoup craindre et à tout espérer ce sera le courant de la semaine prochaine qui fera la décision ; c’est le moment que nous devons implorer le secours du Seigneur, pour qu’il veuille y mettre sa grâce je ne dirai rien de plus cet ordinaire parce que je crois que vous estes assez informée par votre gazette.

30Vous m’avez parlé l’avant dernière du fourrage qu’on vous demandait. Vous voyez à présent si vous en avez encore beaucoup de trop, s’il vous en reste faite faire des gluys * comme nous avons fait l’an passé pour pouvoir nettoyer les grauches du bétail qu’ils y séjournent et qu’ils nous ont si bien régalé la dernière campagne et les pailles d’avoine il faut les mettre sur les écuries des moutons pour les avoir à commodité. Les lins qu’il a été rouy, le dernier, je voudrais bien qu’on le fasse curer sur le regain des prairies chez nous et sur les autres prairies ; celuy qui est chez Jean-Philippe DHALLUIN, vous le ferez mener chez Adrien LESAGE, je suppose qu’il a fini le petit bleu qu’on luy a mené, vous me direz si vous avez eu de la confiance d’en faire mener chez l’oncle de SEYNAVE. Vous me direz aussi s’il vous reste encore beaucoup de linnuisses *, ce sera bientôt le temps de la faire purer après la fleur des lins pour la purger de son tourteau *. Je vous prie de me donner des nouvelles comment se comportent nos chevaux, scavoir si vous en avez acheté un nouveau à la place du poulain, que nous appelons, je doute beaucoup qu’il puisse vous servir pour la remise prochaine, je laisse le tout à votre prudence ordinaire. Vous vous souviendrez de faire couper les arbres : pêchers et autres pour la sève Saint Jean pour que je puisse avec facilité les arranger au mois de mars prochain. Vous me direz si vous avez loué votre jardin du Gavre, à qui et combien ? Vous me dites que DELOBEL n’a point encore pu payer son bled, je ne croiois pas luy donner plus de 3 semaines de crédit et voila passé trois mois. Je vous conseille beaucoup de le voir pour cet objet, il ne faut pas trop le prolonger parce que nous ne savons pas les autres crédits qu’il peut avoir. Il pourrait fort bien se servir de notre argent pour payer comptant aux autres ; cependant je le crois honnête homme, vous me direz dans votre première si vous aimez que je lui écrive ou si vous préférez luy parler vous-même. Vous me dites tant de bonnes choses apparentes de nos lins je vous prie de me faire parvenir leur longueur en fil de soie dans votre lettre et si le temps est favorable dans notre province pour leur production.

  • 10 La dédicace ou ducasse est célébrée dans toute la France du Nord le jour de la fête du Saint Patron (...)

31Je vous prie s’il est possible de me faire parvenir une potée de beurre d’une douzaine de livres pour moy en faire un cado à Madame DAUBRESSE en reconnaissance de ses amitiés qu’elle nous a toujours marquées comme elle continue à le faire encore actuellement et j’ay été bien satisfait de trouver à Versailles de nos anciennes connaissances et chez qui j’ai du plaisir de me trouver pour me dissiper un peu quand j’ai un moment à moy. Nous serons bientôt dans le temps d’inviter nos parents à la dédicace10 Je profite de cette occasion pour les inviter tous à venir faire dédicace à Versailles, pour lors j’auray la satisfaction de me trouver au milieu de notre famille et vous pouvez les persuader de ma part que je me préteray de tout mon possible à chercher les moyens de leur procurer les amusements à ne point se plaindre du séjour qu’ils auront fait à Versailles, il convient de leur dire que les louis ne sont point chers, ainsi s’ils veulent que je les introduise chez les principaux de la Cour, je crois pouvoir leur assurer cette satisfaction.

32Je crois pouvoir vous dire, mon amie, qu’il conviendrait de faire un arrangement entre nous, et je trouve que c’est un abus, car depuis que je suis à Versailles je me trouve toujours seul à mon coucher. Nous pourrions présenter une requête aux États Généraux pour corriger ces sortes d’abus. J’attends que vous me donnerez votre avis pour cet objet, je ne vous excite pas cependant à venir à Versailles pour plaider à cette cause. J’établirai un procureur pour y solliciter.

33Je vous prie de faire beaucoup de compliments de ma part à toute notre famille que vous trouverez à vous divertir ensemble. J’espère que vous voudrez bien y joindre une portion de flacons pour leur dessert de plus pour et à mon nom.

34J’espère que le Seigneur voudra bien vous conserver la vie et santé pour que je puisse à mon retour jouir de leur aimable compagnie. Attendant cette satisfaction je suis très sincèrement, ma bonne Amie
Votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

35P.-S. Nos Messieurs vous font tous de grands compliments ; je vous prie d’en faire de ma part à Monsieur le curé, Madame BRULOY et à Messieurs les vicaires.

  • 11 Tous les jours, il y avait un départ du courrier de Versailles à Paris et à midi, un départ de Pari (...)

36Des grands compliments à mon frère Constantin et nos enfants. J’ay écrit à ceux de Lille, il y a quelques jours. Vous me direz si vous avez trouvé aujourd’hui mon cachet sur les lettres que je vous fait parvenir parce que je crains que nos lettres sont interceptées par la poste11.

*

37De Versailles ce 18 juin 1789

  • 12 Lundi 15 juin, Sieyès avait souhaité que les députés du tiers état prennent le titre d’Assemblée de (...)

38Ma chère Amie
J'ai reçu votre lettre datée du 12 juin le 16 du courant ; vous me marquez que vous attendiez une bonne nouvelle de ma part concernant notre mission aux États Généraux, ma dernière vous a fait prévoir une lueur d’espérance et celle-cy est pour vous faire part de ce qu'il suit. Lundy
12, nous nous sommes rendu à 8 heures du matin pour travailler au grand ouvrage de notre constitution, on a formé des motions concernant la forme à prendre pour notre constitution ; on a discuté toute la journée sur cet objet jusqu’à dix heures le soir. On a levé la séance. Le mardi, on a encore discuté jusqu’à deux heures après-midi, à quatre heures, nous nous sommes rassemblés pour voter au choix des motions qu’on avoit discutées, on a formé l’appel qu’il a duré jusqu’à neuf heures du soir. On a cru pour lors commencer à travailler à notre constitution, le débat pour cet objet, a duré jusqu’à près une heure du matin, sans rien finir on a levé la séance. Le mercredi à huit heures du matin, on a commencé l’appel, il a finy à douze heures à midi. Voilà le moment de notre constitution sous le titre de Chambre Nationale. Nous avons procédé de suite à prester notre serment afin de pouvoir commencer à opérer avec sûreté. La formule du serment était : « Je jure à Dieu, au Roy, à la Patrie de soutenir avec fidélité les droits et liberté de la Nation. » Cela a été suivy d’une acclamation de : « Vive le Roy ! » par plusieurs reprises par le peuple qui se trouvait pour lors dans notre salle au nombre peut-être de trois à quatre mille personnes. Après, nous avons procédé à former un arrêt par lequel on a supprimé tous les impôts illégalement constitués et l’on a de suite permis que la perception serait continuée jusqu’à ce que l’Assemblée Nationale en eut autrement ordonné quoy qu illégalement perçue et l’on a garanti la dette nationale. Jamais on a vu d’assemblée plus attendrie jusqu’au point d’attirer des larmes de joie de toutes les spectateurs (sic). Je vous annonce cecy pour que vous participiez avec nos commettants du bonheur et de la félicité de la liberté que jouira pour toujours la Nation Française. Quel heureux souvenir pour nos descendants de cet heureux succès, et on bénira à jamais les bontés et bienveillances de notre Monarque. Il aime son peuple et il en sera aimé, et pour dire plus adoré. Je dis ainsy pour exprimer combien son peuple luy sera dévoué.

39Le tout s’est ainsi opéré sans le concours des deux ordres privilégiés, hors que nombre de MM. les curés qui se sont venus réunir à nous pour y vérifier leurs pouvoirs, mais nous espérons que la majeure partie des curés et je crois qu’ils seront suivis de plusieurs évêques et prélats pour pouvoir participer et concourir au rétablissement de l’État et de la Nation. Quant à la noblesse, nous ne pouvons encore rien prévoir de leur réunion ; ils ne s’attendaient point que les ci-devant nommés Tiers État auraient pu agir avec autant d’énergie et de fermeté. Ils se trouvent actuellement dans un état de surprise jusqu’au point que je ne saurais vous l’exprimer. Je crois donc pouvoir vous dire qu’il ne sera plus parlé d’ordre aux États à venir. On dira j’espère aux États Nationals (sic)

40J'apprend dans ce moment que je vous écrit que le pain augmente encore dans notre province. Nous compatissons tous à la misère du peuple. On va travailler de suite pour pourvoir aux besoins des provinces et soulager le pauvre s’il est possible, et c’est une larme générale dans tout le royaume ; tacher de les consoler pour un meilleur avenir par ce soin qu’on aura de tenir une meilleure régie pour cet objet. Je vous prie de consoler Pierre CASTELAIN, faites luy des compliments de ma part. Je compatis beaucoup à ses souffrances. Quant au mariage que vous m’annoncez qui pourra se faire de deux de nos domestiques, veillez sur leur conduite et je ne suis point au contraire que vous leur donniez une de nos maisons.

41Je vous prie de faire beaucoup de compliments à tous nos parents et amis. Je ne vous répète pas cet arrangement que je vous avois proposé dans ma dernière ; je me trouve assez occupé de jour pour désirer des nuits tranquilles. Tachez de vous bien porter, voila mon désir. Des compliments de nos Messieurs. Ils se portent bien. Je vous donneray plus de détails à mon premier ordinaire.

42Ma bonne Amie, votre affectueux Mary
P.-F. Lepoutre

*

43De Versailles ce 25 juin 1789

  • 13 [n. p.], non publiée ; nous indiquerons sous cette forme les lettres évoquées par l’un des deux épo (...)

44Ma chère dame et bonne Amie,
J’ai reçu votre lettre en date du
22 juin et une avant en date du 19 [n.p.]13, par celle du 19, vous me mandez comment je tiens ménage à Versailles, vous me mettez un peu dans l’embarras pour pouvoir vous en donner une parfaite explication, mais cependant je veux vous satisfaire le mieux qu’il me sera possible.

45Je commence ma journée à me lever, d’après bien souvent, je me mets au bureau chez moi jusqu’à sept ou huit heures à écrire ou à faire quelques lectures des brochures qui nous sont remises concernant nos opérations aux États Généraux ; à huit heures nous se mettons à table pour manger un morceau de pain et boire quelques verres de vin ; après cela nous nous rendons à l’Assemblée jusqu’à trois et cinq heures l’après-midi. Alors nous avons le temps de venir dîner dans notre appartement. Notre cuisinier a la précaution d’avoir son dîner prêt à manger depuis trois heures jusqu’à que nous soyons de retour de notre Assemblée. Nous ne sçanons pas à une heure prés quand nous sortirons de notre besoigne. Pour le présent, nous faisons ordinaire avec Monsieur SCHEPPERS. Après mon dîner je me promène aux jardins du Roy ou bien dans les galeries du château. Je n’ay plus d’envie de proposer un arrangement à prendre ; je me trouve assez arrangé par le besoigne que nous avons à supporter. Je crois que je vous ai donné assez d’explications pour cet objet.

46Vous me parlez d’un nomme LOIPPE pour une des maisons ; je le connais, même ils sont deux, il en a un qui conduit les chevaux et l'autre est un peu à sa mode et pas beaucoup de sentiments ; je ne dis pas pour cela qu’il n’est pas un bon ouvrier. Consultez vous avec mon frère, il le connaît peut être mieux que moy. Les domestiques de mois, je leur donne trois couronnes pour un mois à ceux qu’ils sont de la première classe et en dessous suivant leur capacité à l’ouvrage. Quant à nos advestures *, vous me faites part de très bonnes choses puisqu’ils périssent plutôt d’abondance que de misère. Quant au lin curé, vous pouvez donner ordre qu’on le travaille, mais au prix ordinaire qui est de 14 livres le sacq et retenir les émouqures *, pour la façon, donnez le prix d’une botte de lin. Pour ce lin bleu, je ne puis vous dire le prix qu’il peut valoir, faites le estimer par un marchand de votre connaissance.

47Quant au jardin du Gavre, vous avez très bien pensé de le louer, et je ne suis point au contraire que vous ne conveniez avec HERBAUX pour le tout au prix que vous me marquez, sous condition qu’il entretiendra les édifices en bon et dû état.

  • 14 Samedi 20 juin 1789, une séance royale est annoncée, les portes de la salle des Menus-Plaisirs sont (...)

48J’espère que vous aurez reçu ma lettre du 19 courant par laquelle je vous marquois que nous étions dans une satisfaction des plus parfaite. Je suis dans le cas de vous dire qu’il s’est bien passé des événements à Versailles depuis ce temps là14. Je vous diray que la cabale s’est formée à la Cour par le haut clergé et la haute noblesse, que vendredi le soir, ils ont sçu tromper la religion du Roy jusqu’au point de luy tenir séance royale dans la salle nationale, duquel samedy le matin nous avons été advertis par des héraus d’armes qu’on ne pouvait plus tenir séance dans cette dite salle pour la raison qu’on devoye y placer le trône royal. Nous avons été obligés de nous assembler au Jeu de Paume ce jour-là. Cette séance royale étoit dite pour le lundy 22, elle a été remise au 23, nous avons été dans le cas de nous assembler au Jeu de Paume, mais comme nous attendions la majeure partie de Messieurs du clergé, qui devaient se réunir à nous, le Jeu de Paume n’était point assez considérable pour tous se placer.

49Nous avons trouvé nécessaire de nous rendre à la paroisse de l’église Saint Louis pour attendre ces Messieurs du clergé. Ils se sont rendus à la dite église à une heure après-midi, deux archevêques et trois évêques, en tout cent quarante neuf qui faisaient la majeure partie de leur ordre. On les reçut avec acclamations et aux cris répétés de Vive le Roy et ils ont remis leurs pouvoirs sur le bureau pour être vérifiés en commun. Le 23, jour de la séance royale, nous se sommes rendus dans notre salle les trois ordres réunis attendant sa Majesté. Il nous a prononcé un fort beau discours, mais son règlement n’a pas convenu à l’Assemblée du Tiers État. La séance levée par le Roy nous a dit de nous séparer et de nous rassembler le 24 dans notre chambre. L’Assemblée Nationale a resté en séance pour délibérer et rétablir ce que le Roy croyait pouvoir annuler, cependant il nous a fait présenter un règlement sauf un peu de réforme à y faire qu’il fait voir les bontés qu’il a pour son peuple. Le 24, Messieurs du clergé sont venus se réunir à nous dans notre Assemblée avec une augmentation de plusieurs de leurs membres.

  • 15 L’archevêque de Paris est Leclerc de Juigné (1728-1811), élu (28 avril 1789) député du clergé pour (...)

50Et aujourd’huy 25, Monseigneur le duc d’ORLÉANS à la tête de cinquante nobles de son sentiment qui sont pour voter par tête et nous espérons que plusieurs de ces Messieurs se réuniront encore avec nous. Il s’est passé hier une scène assez violente à Versailles contre l’archevêque de Paris15. Le peuple le croyoit de la partie opposante de la réunion, il est venu de Paris une troupe de monde pour le recevoir à la sortie de la séance du clergé, sept à huit cents pour l’attendre. Ils ont commencé par lui jeter de la boue, ensuite des pierres, ils l’ont conduit ainsi jusqu’à son appartement ; il doit sa vie en partie à quelques uns de nos Messieurs, qui se sont trouvés heureusement prés de chez luy. Ils dissuadèrent le peuple de leurs mauvais sentiments qu’ils avoient à son égard ; le peuple s’est retiré pour ce moment à raison de l’amour et du respect qu’il a pour les députés de la Nation. Ainsi vous pouvez voir combien nous sommes chéris et aimés de tous les habitants de Versailles et de ceux de Paris.

51Je vous dis ceci pour votre dessert ; espérez que sous peu, j’auray la satisfaction de vous faire parvenir quelques nouvelles tout à fait consolantes. Je vous souhaite à tous une santé parfaite telle, Dieu merci, que je possède à présent.

52Je vous prie mon amie d’embrasser tous nos enfants pour moy, également tous nos parents et amis qu’ils vous feront l’amitié de vous venir voir à votre Dédicace. J’attends de vos nouvelles sitôt que vous aurez reçu celle-ci. Je suis avec respect et amitié
Ma chère et bonne Amie votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

*

53De Versailles le 27 juin 1789

54Ma bonne Amie,
Je ne peux passer sous silence ce qui s’est passé aujourd’hui dans notre Assemblée avant midi ; je vous fait part qu’un évêque et plusieurs curés encore se sont rendus dans notre Assemblée Nationale pour vérifier leurs pouvoirs et se réunir à nous pour concourir et participer à la régénération de l’État et de la Nation. L’ordre de la noblesse qui fait encore la majeure partie a reçu aujourd’huy une lettre du Roy conçue en ces termes. « Uniquement occupé à faire le bien général du royaume, mais désirant par dessus tout que l’Assemblée des États Généraux s’occupe des objets qui intéressent la Nation, d’après l’acceptation volontaire que votre ordre a fait de ma déclaration du 23 de ce mois j’engage ma fidèle noblesse à se réunir sans délai aux deux autres ordres, au clergé pour hâter l’accomplissement de mes vues paternelles. Ceux qui sont liés par leur pouvoir peuvent y aller sans donner de voix jusqu’à ce qu’il en eut de nouveau, ce sera une nouvelle marque d’attachement que le clergé me donnera. Sur ce je prie Dieu, mon cousin qu’il vous ay, à sa sainte garde ».

55Ainsy vous pouvez annoncer que les trois ordres sont réunis à l’Assemblée Nationale, qui sera dite États Généraux et que tout se conduira au désir de nos commettants, attendu que notre Constitution est de voter bar tête. Je crois que tout durant le temps de la tenue des États Généraux nous n’aurons peut-être pas un jour aussi satisfaisant qu’aujourd’hui. Engagez vos enfants à bien remplir leurs devoirs à l’étude car rien ne vaut au dessus de l’éducation.

  • 16 Le 26 juin 1789, une députation des citoyens de Paris se présente pour féliciter le tiers état sur (...)

56Des grands compliments à tous nos chers amis ; je vous prie de leur part que la grande partie des habitants de Versailles ont accompagné la majeure partie des députés pour se rendre au château en criant : « Vive le Roy, vive la Reine avec des acclamations de joie extraordinaire. Le Roy et la Reine se sont mis au balcon pour témoigner leur reconnaissance. La fermeté que l’Assemblée Nationale a tenu après la séance royale de mardy dernier a sauvé la France. Je peux vous assurer que l’on a jamais vu un peuple respecter les députés de la Nation autant comme font ceux de Paris et de Versailles. Hier il nous est venu une députation des électeurs de Paris16 pour nous témoigner la reconnaissance qu’ils avoient d’avoir été fermes le 17 courant et la sage conduite que nous avions prise. Je vous donne avis que mon cœur est en route pour venir participer avec nos commettants à la joie que ce jour heureux procurera à toute la France, quand il sera arrivé, il vous témoignera sa satisfaction. Je désire que vous se portiez bien, pour moy j’espère que je supporterai avec plaisir toutes ces fatigues qu’ils pourront s’advenir ;
je suis avec amitié ma chère, votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre
[…]

Juillet 1789

57De Versailles ce 3 juillet 1789

58Ma chère Femme,
J’ay reçu votre lettre datée du 30 juin le 3 juillet par laquelle vous me marquez que notre famille et nos parents se sont assez bien divertis à votre dédicace. Je sens combien de satisfaction j’auray jouy si j’avois pu me trouver avec eux ; cependant je me trouve satisfait d’apprendre qu’ils se sont assez bien divertis.

59Quant aux lins sur terre je ne puis vous aider de beaucoup de conseils.

60Vous avez pu vous concerter avec les frères pour cet objet ; peut estre que Jean-Baptiste TAUPE ne vous achètera pas le tout quoyqu’il ne faut douter de rien pour le paiement, mais si vous lui vendez, n’engagez pas les prairies pour étendre au mois de mars ; je suis trompé que Pierre HENNION ne vous a point parlé et convenir comme les années précédentes, au surplus je vous laisse la liberté de faire comme vous le jugerez bon à cet égard et quant aux terres pour semer des plantes, je croys qu’il conviendra de prendre celles que le lin sera premier dépouillé pour pouvoir jouir de la bonne saison pour semer et quant aux râpes je laisse à mon frère Constantin où il trouvera que ce soit pour le mieux.

  • 17 Ainsi nous apprenons que la rumeur du prochain renvoi de Necker circulait déjà en province, comme c (...)

61Depuis ma dernière lettre du 25 il nous a passé des faites de grande importance et il ne manque pas d’employé pour ce moment. Vous me demandez si Monsieur NECKER a reçu une lettre de cachet17, je ne crois pas que ce fut vrai, il n’en a pas été parlé à Versailles, mais il nous a dit qu’il ne nous quittera pas, dut-il mourir avec nous. Je pourray vous en donner à ma première lettre plus grande certitude. Il m’a fait l’amitié de me demander à son dîner pour le cinq pour lors je seray peut estre plus informé de cet objet.

62Dans ma dernière je ne vous ay pas fait part de la réunion totale des trois ordres, cela est arrivé le 27 à 5 heures du soir. Au moment de cette réunion tout le peuple de Versailles s’est transporté en foule vers le château en cryant : « Vive le Roy vive la Reine », quand ils sont arrivés vers la grille, on l’a fermée pour scavoir ce qui causoit leur attroupement, mais il leur a été ouvert de suite, le Roy s’est rendu au balcon avec la Reine pour témoigner au peuple combien ils jouissaient de la satisfaction de cette réunion, la Reine prenant la main de son mary et portant l’autre sur sa poitrine pour témoigner combien elle était sensible à cette réjouissance. Elle a commencé à le marquer premier par ses larmes, ensuite elle a pris son petit Dauphin dans ses bras pour le présenter au peuple. Il y a eu illumination dans Versailles et Paris pendant trois jours et trois nuits, je dis illumination, c’était pour le soir, accompagnée de feux de joye et d’artifice, voilà pour cet objet.

  • 18 Le 30 juin 1789, à l’ouverture de l’Assemblée nationale, six membres du clergé et 123 nobles protes (...)

63Le mardi trente les trois ordres se sont rassemblés dans notre salle, l’ordre de la noblesse18 a témoigné se tenir encore à son droit de voter par ordre avec la minorité du clergé, cette séance nous a donné une occasion de nous expliquer avec eux pour cet objet.

  • 19 Le 7 juin 1789, pour faciliter les délibérations entre un si grand nombre de personnes, le tiers ét (...)
  • 20 L’évêque d’Autun, Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord (1754-1838) : fin 1788, il était rapporteu (...)

64Aujourd’hui, ils conviennent de se procurer d’autres pouvoirs de leurs commettants pour pouvoir opérer et opiner avec nous dans l’Assemblée Nationale. C’est un sacrifice qu’ils sont obligés de faire mais ils ne s’attendaient pas que la séparation des ordres auroit eu lieu. Pour le présent je me trouve au milieu des princes du sang, cardinaux, archevêques, évêques et autres dignités, nous sommes formés en Assemblée par bureaux au nombre de 30 et nous sommes à quarante membres par chaque bureau, dans le notre nous n’avons qu’un évêque qui est celuy de Nancy19. Nous avons eu hier le matin une séance des plus satisfaisante, il y a eu plusieurs prélats qui ont présenté des motions, comme aussi plusieurs seigneurs ! Jamais je n’ay entendu mieux discourir que Messieurs l’évêque d’Autun et l’évêque de Chartres20. Tous étaient de notre opinion. Pour le présent nous allons travailler avec courage au bien de l’État et de la Nation.

  • 21 Le député fait ici allusion à la crise de subsistance qui sévit particulièrement au printemps et da (...)

65Je vous avais demandé une petite potée de beurre pour Madame DAUBRESSE, je suis surpris qu’il ne soit point encore arrivée. Je serais charmé de savoir si mon frère l’abbé a reçu ma lettre que je luy ay écrite, je vous prie de m’en faire part à la première que vous m’écriverez. J’ay appris par quelqu’un de MM. les députés qu’il était tombé des grêles dans notre province, cependant vous ne m’en faites aucune mention, on dit aussi que le grain est diminue considérablement dans notre marché, jusqu’à un tiers passé, si cela est vrai, je le désire car vous ne sauriez croire combien il y a de pauvres et d’indigents qu’ils viennent des villages voisins de Versailles, mendier leur pain. Il arrive assez souvent que les boulangers sont obligés d’en refuser pour de l’argent21.

66Il y a à pleurer à chaque moment d’entendre les plaintes de ces pauvres gens.

67Il nous est venu hier une députation de boulangers de Paris disant qu’ils n’avaient plus de farine dans leur ville pour y vivre vingt quatre heures mais qu’ils connaissaient encore beaucoup de grains en dépôt aux environs de Paris. On ne manquera pas d’en faire la visite car nous craignons qu’il n'arrive des révoltes dans Paris comme il est déjà arrivé une émeute considérable pour nous défendre et soutenir nos intérêts. Ils sont encore à vingt cinq à trente mille prêts à venir à la moindre nouvelle qu’ils apprendront que l’on nous inquiéteroit dans nos travaux. Je ne peux pas vous donner un détail de tout ce qui se passe pour le présent, il me faudrait une main de papier pour tout contenyr.

68Attendant de vos nouvelles, je suis avec respect
ma chère Femme votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

*

69De Versailles ce 7 juillet 1789

70Ma chère femme et bonne Amie
J’ay reçu votre lettre datée du 3 juillet par laquelle vous me marquez que les pluies sont fréquentes dans notre province. Il parait que l’inconstance du temps est chez nous comme à Versailles. J’ay appris avec beaucoup de plaisir que vous espérez de faire une bonne récolte si le Bon Dieu vous la conserve ; il y a bien de la différence d’une province à une autre car il y a plusieurs de nos Messieurs qui me disent que la récolte de chez eux sera très médiocre et nous sommes aujourd’huy dans la grande inquiétude à pouvoir trouver le moyen à pouvoir procurer du pain dans bien des provinces ; hier un curé de la Beauce fit une représentation dans notre Assemblée des plus affligeante, disant que le peuple de sa province sera obligé de manger des légumes et mauvaises herbes étuvées avec sel et poivre, voilà leur nourriture ; qu’il n’y avait plus de pain à pouvoir trouver dans leur malheureuse province ; samedi, il nous est venu une députation de boulangers de Paris au nombre au moins de vingt à vingt cinq avec un avocat à leur secours. Ils nous ont venu communiquer que Paris était dans le plus grand danger de manquer de pain avant qu'il soit huit jours.

71Cependant Monsieur NECKER ne manque pas de fournir à cette grande ville presque double provision pour qu’il n’arrive pas de trouble dans un peuple aussi nombreux que celuy de Paris et c’est une vérité que je vous dit parce que je le sçays de sa bouche propre. Dimanche étant à manger chez luy il nous a proposé son inquiétude ; il était d’une consternation affligeante et on prétend qu’il y a encore du grain dans bien des magasins secrets pour plus d’un an à nourrir tout le royaume. Voilà comme certains mauvais riches cherchent le moyen de renverser ce pauvre NECKER en jetant la famine dans le royaume pour faire croire qu’il a mal administré ; cependant la bienfaisance de notre brave Monarque a fait venir de l’étranger pour la subsistance de son peuple, au moins pour vingt cinq millions de bleds, seigles, orges et ris. Il y en a d’arrivé dans plusieurs ports de l’Europe qu’on attend à chaque instant ; il y en a d’achetés venus et à venir le nombre de 1 404 463 quintaux, tant farines, bleds, seigles, orges et ris. Il est venu chez Monsieur NECKER dimanche quand nous avions justement dîner, un homme nous dire que si on voulait lui donner dix sols par quintaux il faisait fort de trouver des accapareurs de grains ; on a pas manqué de tenir note de ses rapports. Je crois que l’on fera de suite une recherche exacte dans toutes les provinces pour obliger tous ces mauvais riches à vendre leur bleds

  • 22 Le lendemain Mirabeau proteste contre le rassemblement des troupes autour de la capitale et invite (...)

72Nous sommes entourés de beaucoup de troupe chez nous22, c’est-à-dire à 10 à vingt lieues de Versailles et celle qu'elle est actuellement résidente n’est pas d’accord ensemble. Hier il s’est arrivé une grande brouille entre les hussards et les gardes françaises ; ils sont sortis au nombre de quatre vingt au moins pour se combattre ; il y a eu deux hussards de tués sans que je puisse vous dire ce qui aura arrivé pendant la nuit.

73Nous sommes à présent toujours assemblés les trois ordres réunis tant dans notre salle qu’en bureau et plusieurs des Messieurs de la noblesse sont allés dans leurs provinces chercher de nouveaux mandats de leurs commettants.

  • 23 L’élection contestée des évêques de Tournai (prince de Salm-Salm) et d’Ypres (M. d’Arberg) n’est di (...)

74On doit aujourd’hui juger dans notre Assemblée si Monseigneur l’évêque de Tournay pourra résider aux États Généraux ou point. Vous sçavez qu’il a eu des difficultés à son élection et on doit faire son rapport ce matin. Je crois cependant qu’on ne trouvera pas beaucoup de difficultés parce qu’il a un traité fait par Louis XV et sa famille qu’il regardait comme naturalisés les Princes de Salm et leurs descendants23.

75Vous me demandez combien vous devez payer aux ouvriers pour piéter * et faucher étant nourris, le prix de six patars du cent. Je vous prie de me marquer le prix du grain et si les pauvres gens peuvent encore manger du pain leur saoul, car dans les environs de Versailles, c’est une misère affreuse. Ils n’ont point d’ouvrage et point d’argent.

  • 24 Néanmoins, le jour même (7 juillet), l’Assemblée élit les 30 membres (un par chacun des 30 bureaux) (...)

76Nous n’avons rien conclu cette matinée24 nous avons quitté la séance à trois heures un quart après-midi. J’avais différé d’achever ma lettre pour sçavoir s’il y aurait quelque chose d'intéressant, mais demain je crois que nous travaillerons à la constitution générale du royaume. J’espère vous donner des nouvelles intéressantes, l’ordinaire prochain.

77Tachez de vous bien porter, je finis en vous embrassant de cœur et je suis ma bonne Amie votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

78Des compliments de nos Messieurs.
P.-S. Le rapport de Monseigneur l’évêque de Tournay n’a point été présenté, ce sera pour demain ou quelques jours après.

*

79De Versailles ce 11 juillet 1789

80Ma chère Femme,
J’ay reçu votre lettre du 7 le 10 courant
[Lettre non retrouvée]. Vous me marquez que vous avez vendu les lins, je ne suis point fâché mais je ne peux pas vous dire si je tiendray un tiers avec eux puisque je ne connois point leur qualité, vous pouvez en disposer comme vous le jugerez bon pour cet objet. Le beurre que vous m’avez envoyez, je l’ay reçu et Madame DAUBRESSE vous fait mille compliments également sa famille. Vous me marquez que vous avez appris qu’il avait eu une émeute à Versailles, je crois vous l’avoir marqué dans ma dernière en date du 7 courant. Le trou qu’il y avait, étoit entre la troupe, ils sont des bons amys à présent ; je vous ay marqué je crois que nous avions beaucoup de troupes dans nos environs, peut estre au nombre de cinquante mille au moins ; il se pourrait que ce soit pour éviter que les Parisiens ne se soulèvent. Je peux vous assurer que le moindre obstacle que nous aurions, ils ne manqueroient pas de venir à notre secours ; je ne crois pas que nous serons jamais dans le cas d’avoir besoin de secours parce que notre mission ne tend point à leur en procurer l’occasion. Mais il pourvoit bien arriver que nous sortirions de Versailles et nous rendre dans une ville plus avancée dans le royaume pour opérer nos travaux avec plus de tranquillité. Nous sommes actuellement en besoigne de former la Constitution du gouvernement et du royaume. Je ne vous donne pas un grand détail sur cet objet parce que je crois vous en faire parvenir des imprimés.

81Vous pourrez vous instruire à loisir de tout ce qu’il s’est passé depuis que nous sommes à Versailles. Il a été fait une adresse au Roy concernant les troupes qu’ils environnent Paris et Versailles et il a répondu que ce n’était pas pour troubler en aucune manière les délibérations de l’Assemblée Nationale, que ce n’était que pour assurer la sûreté et la tranquillité de ses peuples. Mais si l’Assemblée trouverait à propos de la transporter à Soissons ou à Noyon, pour lors qu’il se rendrait à Compiègne pour se trouver plus à portée à pouvoir communiquer avec l’Assemblée Nationale.

82Je vous prie de pouvoir payer à Mme SCHEPPERS cent vingt livres de francs pour le gage de mon domestique que son mary a payé à ma décharge. C’est que je crois pas avoir trop d’argent devers moy pour le temps que nous résiderons à Versailles. Quand j’examine les grands travaux que nous aurons à refondre une loi vicieuse pour en former une bonne et sur forme inviolable. Il en sera de même concernant les finances car il y a des abus considérables à corriger. Vous voyez donc d’après tout ce que je vous annonce, nous ne sommes point encore prêts à partir de Versailles de sitôt. Vous pouvez assurer le public que nous reviendrons j’espère couverts de lauriers, malgré qu’on ne laisse point encore de cabales en arrière, mais armés de patience et de fermeté nous pourrons surmonter les obstacles.

83Vous recevrez un paquet d’imprimés qui seront adressés chez le sieur RENART notre neveu, qui luy sera remis par le sieur RENART négociant de Lille qu’il m’a promis de luy remettre samedi ou dimanche prochain. Je vous prie de ne rien égarer de tout ce que je vous ferai parvenir, mais que vous pourrez faire voir à vos bons amis toujours sous condition qu’ils ne soient point brouillés. Ils pourront connoitre avec certitude ce qu’il s’est passé depuis notre constitution. J’ay reçu une lettre de mon cher ami LEZAIRE. Il me témoigne beaucoup de reconnaissance de ce que je luy ay fait parvenir des nouvelles. [...] Je crois demain qu’on fera le rapport de Monseigneur l’évêque de Toumay. Je crains qu’il ne sera point admis aux États Généraux à cause qu’il a un serment à la Cour d’Empire, je vous en donneray avis avec ma première que vous recevrez avec le paquet que je vous envoyrai.

84Quant à l’achat d’un cheval, je vous laisse toute liberté pour cet objet et pour tout ce qui concerne notre art et agriculture, car il semble que j’ay perdu la moitié de mes connaissances pour la culture ; je crois qu’il me faudra au moins un mois pour me remettre dans mon assiette ordinaire. J’espère que le Bon Dieu vous conservera la santé car vous en avez grand besoin dans ce moment. Je vous prie de faire mes compliments à Monsieur le curé et dites luy qu’on jugera la cause de notre évêque demain qui sera lundy 13 courant.

85Des compliments à toute notre famille, à mon frère Constantin, à nos enfants. Embrassez les pour moy et je me recommande toujours à leurs prières et aux vôtres. Et je suis
Ma bonne Amie votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

86P.-S.- J’ay à vous annoncer la démission de Monsieur NECKER arrivée hier ; il est parti de Versailles à quatre heures et demy de l’après-midi avec son épouse, je ne peux vous communiquer tout à fait ceux qui rempliront le ministre.

87J’avois besoin de beurre mais différez de m’en envoyer, parce que nous ne sçavons pas tout à fait où sera notre résidence dans ce moment. Vous voyez qu'il ne faut pas trop flatter le publicq du bien que je vous ay annoncé précédemment, je vous donneray avis d’ici à deux ou trois jours. Quoique ma lettre fut d.0ite du 11 elle ne part que le 12.

*

88Versailles le 16 juillet 1789

  • 25 Les rumeurs avaient beaucoup circulé, dont celle du déplacement de l’Assemblée nationale. Le 10 jui (...)
  • 26 M. de Kullier est sans doute M. de Hulin, né à Paris en 1758, soldat puis sergent aux gardes suisse (...)

89Ma chère Femme,
J’ay reçu votre lettre du dix courant jour remarquable au rapport de M. NECKER ; la cabale a été si violente, ce jour là à la Cour que le 11, on luy donna sa démission à midi. Il est parti ce même jour avec sa femme pour se rendre à Genève, lieu de sa naissance ; son départ ne fut connu à Paris que le dimanche à midi ; le trouble s’est répandu dans toute la ville ; ils ont commencé à s’attrouper de façon que pendant la nuit, il y avait plus de cinquante mille Parisiens sous les armes
25 ; le lundy au matin, ils se sont rendus aux Invalides, les ont sommé de leur donner l’artillerie qui était à leur garde, ils ont pris toutes les munitions de guerre, telles que canons, poudre et boulets, alors ils se sont rendus au Champ de Mars pour livrer un combat aux troupes qu’ils y étaient campées ; il y a eu trois régiments qui se sont réunis à la troupe bourgeoise, alors, ils se sont formés par compagnies de cinquante à soixante hommes ; ils avaient à chaque compagnie cinq à six soldats pour leur donner la marche ; ils ont enlevé toutes les munitions de guerre qu’il avait dans Paris et avant qu’il fut soir, ils étaient plus de 150 000 hommes sous les armes, tout un chacun s’armait de ce qui leur tombait sous les mains ; alors nous ont envoyé une députation pour nous communiquer l’état des choses et pour obtenir du Roy l’éloignement des troupes qui les environnement tant à Paris qu’à Versailles et on apprenait qu’il en venoyt encore de toutes parts. Le 14 au matin un escadron de hussards s’est présenté au quartier Saint Antoine a répandu une alarme générale et a excité la fureur du peuple. Il s’est porté dans le quartier de la Bastille pour connoitre les intentions du gouvernement ; sur l’avis qui en a été donné au Comité, il a invité monsieur de KULLIER26 commandant de la garde de Paris et deux compagnies de gardes françaises à aller au secours qu’on disoit avoir été attaqué par les hussards.

  • 27 Le « comité » des électeurs de Paris, cf. la note supra.
  • 28 Ethis de Corny, cf. la note supra.
  • 29 Le prévôt des marchands, Flesselles, était aussi président du « comité » des électeurs de Paris et (...)
  • 30 Les pertes : parmi les assaillants, 98 morts, 60 blessés et 13 mutilés ; parmi les défenseurs, un t (...)

90À peine étoit il arrivé que les hussards ont disparu. Bientôt après une partie du peuple a appris que le gouverneur de la Bastille avait fait tirer sur les citoyens. Ce même peuple s’était emparé de trois invalides de la Bastille qu’il a emmené à l’Hôtel de Ville. Le Comité27 voulant prévenir les malheurs qui pourraient arriver à la Bastille a envoyé trois députations l’une composée de quatre membres pour conjurer Monsieur le marquis de LAUNAY de ne point faire tirer le canon de la Bastille et afin de calmer le peuple de recevoir une garde bourgeoise. Ces MM. après avoir couru le plus grand danger sont venus sans avoir eu aucun succès. Une autre députation s’y est présentée avec un drapeau et un tambour et a fait le signe de la paix. On l’a laissé entrer dans la cour de la Bastille et bientôt une décharge a fait tomber à leurs côtés les citoyens morts et blessés, Monsieur ETBRUY de CORNY28 était de cette députation et a rendu compte au Comité. Je ne peux vous faire un détail exact de ce qui s’est passé, mais je vous diray qu’on a pris la Bastille d’assaut et que le gouverneur a été tué par un grenadier, on luy a coupé la tête et on l’a mise sur une pique, le prévôt des marchands29 a subi la mort et encore plusieurs autres tellement que Paris étoit dans le plus grand trouble que l’on puisse s’imaginer, ce qui nous a obligé de tenir séance jour et nuit pendant quarante huit heures. On attendoit à chaque moment une sortie de Paris pour venir à Versailles. Hier matin le Roy nous a fait dire qu’il se rendrait dans notre Assemblée pour se concerter avec nous des moyens qu’il y avait à prendre pour rendre le calme dans sa ville de Paris ; il y a eu au moins six à sept cents hommes de tués30.

Discours du Roy aux États Généraux du 16 juillet 1789

91« Messieurs, Je vous ay assemblés pour vous consulter sur les affaires les plus importantes de l’État. Il n’en est pas de plus instante et qui affecte plus sensiblement mon cœur que les désordres affreux qui régnent dans la capitale. Le chef de la Nation vient avec confiance au milieu de ses représentants leur témoigner sa peine et les inviter à trouver les moyens de ramener l’ordre et le calme. Je sais qu’on a donné d’injustes préventions. Je sais qu’on a osé publier que vos personnes n’étoient pas en sûreté ; seroit-il donc nécessaire de rassurer sur des bruits aussy coupables démentis d’avance par mon caractère connu. Eh bien c’est moy qui ne suis qu’un avec ma Nation. C’est moy qui me fie à vous ; aidez moy donc dans cette circonstance à assurer le salut de l’État ; je l’attends de l’Assemblée Nationale, le zèle des représentants de mon peuple unis pour le salut commun m’en est un sur garant. Comptant sur l’amour et la fidélité de mes sujets, j’ay donné ordre au troupes de s’éloigner de Paris et de Versailles ; je vous autorise et je vous invite à faire connaître mes dispositions à la capitale. De cette fois vous pouvez assurer le publicq que la Patrie est sauvée ». Le Roy s’est rendu dans notre Assemblée accompagné seulement du capitaine aux gardes.

92Après qu’il a eu fermé son discours, on a commencé par crier : « Vive le Roy » à plusieurs reprises. Il s’est retourné de pied accompagné de toute l’Assemblée. Je regarde ce jour comme le plus beau de son règne et le plus heureux que la Nation française n’a encore jouy depuis la création de la monarchie ; vous pouvez juger le changement subit qui nous arrive de temps en temps. Je vous fait part qu’on a chanté le Te Deum dans toutes les églises de Versailles. On a envoyé de suite une députation à Paris pour leur annoncer la paix et notre députation n’était pas encore revenue à dix heures du soir ; les Parisiens ont été à leur rencontre prés d’une demi-lieue. Vous voyez quelle satisfaction que le peuple ressent dam ce moment, nous sommes accablés de caresses et de remerciements de notre fermeté de conduite.

  • 31 À Versailles, riche en hôtellerie, le logement avait été organisé par la municipalité à la demande (...)

93Je crois que nous voilà concentrés à Versailles encore pour quelques mois peut-estre jusqu’au mois de novembre et nous n’aurom pas encore finy les deux tiers de nos opérations ; ainsi vous pouvez en toute sûreté me faire parvenir du beurre le plus tôt que vous pourrez, il nous coûte extraordinairement à Versailles ; il se pourrait bien arriver que je changeray de logement ; il me coûte quatre vingt livres de francs par mois. Je me trouve proprement logé mais fort cher, de plus soixante francs pour mon domestique, six francs au moins par jour pour ma nourriture ; il me coûte chaque jour huit à neuf florins31. Je demande votre avis pour cet objet. Il me coûte beaucoup de faire séparation d’avec nos Messieurs parce que cela fera causer chez nous.

  • 32 Le Point de Jour, journal fondé par Barère, paraît du 19 juin 1789 au 31 septembre 1791. Très appré (...)

94Je vous fait parvenir une portion d’imprimés que vous recevrez adressée à Monsieur RENART, pour vous être remis sitôt, je vous prie de ne rien égarer, surtout la feuille du Point du Jour32. Vous pouvez le prester par portions au sieur LEZAIRE en le priant de vous les remettre et de luy dire de les tenir proprement. J’aurai encore bien des choses à vous marquer à la première que je vous feray parvenir. Je me recommande toujours à vos prières, également à ceux de nos enfants. Recommandez qu’ils fassent leur possible pour profiter dans leurs études et éducation. Beaucoup de compliments à toute notre famille et à tous nos amis. Il faut que je me rende à l’Assemblée ; je finis en vous embrassant de cœur et je suis
Ma chère
Amie votre très affectueux Mary
P.-F. Lepoutre

*

95De Versailles le 17 juillet 1789

  • 33 Le 15 juillet 1789, Louis XVI se rend à l’Assemblée nationale pour annoncer le retrait des troupes  (...)
  • 34 Parmi les premiers émigrés on relève les princes, Artois, Bourbon, Conti et Condé, ainsi que les mi (...)

96Ma chère femme
C’est pour vous faire part que j’ay reçu votre lettre datée du 10 courant. Vous recevrez avec un paquet de brochures, une lettre en date du 16. Comme je sais que le porteur ne doit partir que le 22 de Paris, cette lettre vous informera de beaucoup de choses qui nous est arrivé depuis huit jours. Celle-ci est pour dire que le Roy a donné sa démission à tous ses ministres
33 et qu’il redemande Monsieur NECKER ce qu’il nous a été communiqué hier à 10 heures le soir dans notre assemblée par un espress qu’il nous a fait apporter cette nouvelle avec une lettre écrite de sa main pour le faire parvenir de suite à ce brave ministre. Nous sommes au comble de la joie depuis deux jours. Aujourd’huy, il est allé à Paris sans garde, sinon un peu de gardes bourgeoises de Versailles qui l’ont escorté jusqu’au pont de Sève. La garde bourgeoise de Paris vient le recevoir jusque là et à l’entrée de Paris il y a un char qui l’attend tiré par les habitants de Paris ; là, il sera escorté par ce qu’il y a de mieux dans la bourgeoisie de Paris. Le comte d’ARTOIS est parti ce matin avec ses enfants pour l’Espagne, il ne reste que son épouse bien attristé de son départ. Les princes de CONTY et CONDÉ sont partys eux aussi ; toutes les POLIGNACQ et encore d’autres que je ne says point leurs noms34 ; pour ce moment il ne reste plus beaucoup de ceux qu’ils étoient de la partie de la cabale. La Reine se trouve pour le moment un peu dépourvue de son conseil. On dit que Madame POLIGNACQ a sur la banque d’Angleterre 25 millions ; mais on ne scait pas par où elle pourra y parvenir parce que l’on croit que son passage sera intercepté. Versailles pour le moment actuel est changé dessus dessous. Ceux qui jouissaient des avantages de l’aristocratie sont tombés et l’esclavage a trouvé sa liberté. Je finis en vous embrassant de cœur, je dois partir pour l’Assemblée et vous recevrez d’autres nouvelles sous peu. Je suys
ma bonne Amie votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

*

97De Versailles le 20 juillet 1789

98Ma chère Amie
[…]
Je vous ay marqué que
nous jouissons à présent d’une tranquillité parfaite et que nous avions vaincu les ennemis de la liberté, que sous peu de jours, nous aurons formé la Constitution de l’État et du royaume et que nous attendons M. NECKER aujourd’huy ou demain au plus tard et que toute la cabale était sortie de Versailles le 17 d’un grand matin, mais nous ignorons encore jusqu’à présent leurs retraites. On dit le comte d’ARTOIS en Espagne, à Vienne, en Autriche ; d’autres disent qu’il est encore à Rambouillet ; on ne sait rien de positif sur cet objet les POLIGNAC et plusieurs autres, je ne scais pas leur nom.

  • 35 Autant par habitude très ancienne de prendre les armes chaque fois qu’un péril menaçait le village (...)

99J’ay écrit au sieur LEZAIRE, je luy ai marqué de vous rendre une visite et que vous luy auriez remis quelques brochures. Je vous prie de ne point sortir les trois petites brochures qui portent pour titre « Procès verbal de l’Assemblée Nationale » no 1, no 2, no 3, parce que j’en auray une collection entière à la fin de nos opérations. J’ay écrit aussi à mon frère l’abbé et je suis dans l’incertitude si ma lettre luy parviendra. Vous pourrez en avoir des nouvelles par le sieur RENART parce que je l’ay mise à son adresse. Je croyois d’écrire au sieur DELANNOY et luy marquer que la précaution que nos officiers municipaux prenoient d’établir une garde de paroisse étoit très sage35. Vous me ferez plaisir de luy dire qu’il sera de toute nécessité parce que la canaille qu’on a expulsé de Paris qu’il est tout à craindre qu’ils se répande dans les provinces et le nombre est considérable. On parle beaucoup de misères dans nos environs et plusieurs villes établissent une milice bourgeoise pour leur sûreté. Vous me faites part que nos enfants viendraient volontiers me voir à Versailles, je serais très charmé de les voir et peut estre aussy satisfait qu’eux. Mais il y a une raison que les frais en seront fort grands tant pour leur logement que pour leurs frais de route car les voitures en poste sont fort chères. Je suis persuadé que leur voiage coûtera plus de cent écus sans les frais de les habiller : ainsy je vous laisse la directrice de leur démarche. Il y a encore une autre raison, c’est que je seray aux assemblées, je crains beaucoup qu’ils ne sauraient à quoy passer leur temps, ne connaissant personne, ils se trouveraient fort embarrassés. Vous me ferez connoître vos intentions à la première que vous m’écriverez.

100Des grands compliments à toute notre famille et nos amis, je suis pressé, il faut que je me rende au bureau. Je suis très sincèrement
ma bonne Amie votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

101sept heures du soir

*

102De Versailles le 24 juillet 1789

103Ma chère Amie,
Je suis fort inquiet de ce que je ne reçois pas plus souvent de vos nouvelles ; je crains qu’il ne vous soit arrivé quelque chose. Votre dernière est datée du 14 courant. J’ay trois ou quatre lettres qui sont à votre adresse, une que vous recevrez avec un paquet de brochures que le sieur RENART, négociant à Lille, remettra au sieur RENART, notre neveu. J’ay appris qu’il devoit faire quelque retard à Paris c’est pourquoi je vous ay écrit le 17 pour vous en avertir.

  • 36 Ici, Lepoutre se réfère à la discorde qui a duré jusqu’à ce que l’ancienne municipalité soit rempla (...)
  • 37 Comparons cette remarque de Lepoutre avec ce qu’écrit quelques jours plus tard le marquis de Ferriè (...)

104Ma dernière était pour répondre à la votre datée du 14. J’ay à vous faire part que nous n’avons plus rien à craindre pour le présent. Nous sommes occupés du grand œuvre de la Constitution, j’espère que nous pourrons continuer sans obstacles, d’autant que tous les ennemis de la Liberté ont tous pris la fuite ; il y en a quelques uns qui ont été immolés par la vengeance des Parisiens, les derniers sont MM. FOULON et l’Intendant de Paris qu’ils ont été exécutés avant hier sans beaucoup de forme de procès ; ils commencent premier par les pendre aux cordes des lanternes, après leur coupent la tête et traînent leur cadavre par la ville et leurs têtes au bout d’une pique. Ils ont une liste qu’elle contient tous ceux qui ont mérité leurs poursuites et qu’ils regardent criminels de vers la Nation. Il s’est passé un fait tragique à Saint Germain une bande de gens sans aveu joints de la populace de même lieu, ont commis pareil attentat à l’égard du meunier du lieu, le déclarant coupable d’avoir accaparé des grains, mais qu’il a été reconnu innocent d’après les informations qui ont été faites et rapportées dans notre Assemblée. Nous en avons encore délivrés trois qui se trouvaient embarrassés, sans notre secours qu’ils auroient péri. Il n’y a plus rien à craindre sinon la discorde qui pourrait arriver entre Parisiens concernant le commandement qu’ils pourraient prétendre exercer d’une part par les Électeurs et les Directeurs de district36. Hier, on a arrêté une invitation et leur promettant que sitôt la Constitution, il serait nommé un tribunal pour examiner et condamner tous ceux qui seraient reconnus coupables de crimes de lèse-nation. Même il règne à présent une union et une concorde entre tous le membres sans distinction d’ordres n’y d’état qu’il semble que c’est une même volonté, cardinaux, prélats, princes, ducs et barons, tout est confondu dans notre Assemblée37 ; je désirerais que vous puissiez venir voir le beau spectacle de cette Assemblée ; il n’est pas possible de voir rien de plus majestueux. Le bureau de notre Président est élevé sur un coté au milieu de la salle, le bureau des secrétaires un marche plus bas et nous sommes tous assis en amphithéâtre autour de la salle ; nos assemblées sont très intéressantes à présent et nous n’avons que le temps qu’il nous faut pour manger. Bien souvent, sortie à trois heures pour y rentrer à cinq et qu’il a duré hier jusqu’à douze heures. Aujourd’huy ce sera je crois de même. Vous aurez des explications tant par la Gazette que par mes lettres.

105Je vous prie de faire part à tous mes amis, que si je ne leur donne pas de nouvelles en particulier, c’est qu’il me manque du temps. Car il m’en faut un peu pour dormir et le surplus pour manger. Dites leur que je les invite à venir voir cette Assemblée où se trouve réunis les plus grands esprits qu’il y ait peut-être dans l’univers.

106Attendant la satisfaction de recevoir de vos nouvelles et de votre santé qui m’intéresse beaucoup, je suis très sincèrement
ma chère Amie votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

107Au moment que je vous écris, j’ay reçu votre lettre du 21. Je suis rassuré de mes inquiétudes.
Le beurre que vous me ferez parvenir, adressez le à l’adresse ordinaire parce que je crois rester au même logement.

*

108De Versailles ce 30 juillet 1789

  • 38 Voir G. Lefebvre, La Grande Peur, Paris, (1932), 1988, p. 88, le chapitre sur « Paris et l’idée de (...)

109Ma chère Femme
[…]
Vous avez appris me dites vous que nous avons été en danger de notre vie. Je ne peux vous dissimuler que nous avons été dans une position fort dangereuse pendant cinq à six jours ; je ne peux vous donner un juste détail de tout ce qu’il a été projeté contre nous, parce que nous n’en sommes point encore tout à fait bien informés, mais je peux vous dire pour le présent que nous jouissons d’une parfaite tranquillité depuis quelques jours. On nous avoit informés que les Anglois avaient formé projet d’hostilité contre le port de Brest
38, mais MM. les députés de cette province avoient envoyé un ordre à leur milice bourgeoise se joindre à la troupe réglez pour s’opposer à toutes les entreprises que pourraient faire les Anglois dans les ports de leurs provinces. Le 16 du courant nous avons reçu une lettre de l’Ambassadeur d’Angleterre conçue en ces termes : « Il m’est revenu de plusieurs cotés qu’on cherchoit à insinuer que ma Cour avoit fomenté en partie les troubles qui ont affligé la capitale depuis quelques temps, qu’elle profitoit de ce moment pour armer contre la France et que même une flotte étoit sur les cottes pour coopérer hostilement avec un party de mécontents. Tout dénués de fondement que soient ces bruits, ils me paraissent avoir gagné l’Assemblée Nationale et le Courrier National qui rend compte des 23 et 24 de ce mois, laisse des soupçons qui me peinent d’autant plus que vous sçavez combien ma Cour est éloignée de les mériter. Il est dit plus bas dans cette lettre le complot affreux qui avoit été proposé contre le port de Brest, l’empressement que j’ay eu à mettre le Roy et ses ministres sur leurs gardes ; la réponse de ma Cour qui correspondait si fort à mes sentiments et qui repoussoit avec horreur la proposition qu’on luy faisoit enfin les assurances d’attachement qu’elle répétoit au Roy et à la Nation. Vous me faites part alors de la sensibilité de sa Majesté à cette occasion. »

110J’omets le reste pour la longueur, vous le trouverez inséré dans la gazette.

  • 39 Par la phrase « représentants de la nation de l’Empire français », Lepoutre semble exprimer toute s (...)
  • 40 Lepoutre veut dire que la Constituante ne laissera subsister que les douanes à la frontières du roy (...)

111Je vous fait part de l’arrivée de M. NECKER avant hier à 11 heures le soir. Hier il est venu dans notre Assemblée nous témoigner de la joie qu’il avait de se trouver au milieu des représentants de la Nation de l’empire françois39. Je saurois vous exprimer combien sa présence nous a été sensible et satisfaisante, il a été reçu avec acclamations et répétées par plusieurs reprises. Je crois pour le présent que la grande partie des intrigants sont sortis du royaume ; il en a beaucoup qui se sont retirés en Angleterre, d’autres à la cour de Bruxelles, d’autres qui sont arrêtés et gardés à vue. J’espère que nous n’aurons plus rien à craindre et que nous pourrons parvenir au jour heureux de notre Constitution. Nous y travaillons sans relâche et nous avons l’avantage que tous les obstacles qu’ils étoient le plus à craindre sont levés. Le vote par tête est absolu ; chaque individu contribuera aux impôts quelconques suivant son état sans distinction d’ordre ; il ne subsistera aucun privilège ; une répartition égale dans toutes les provinces. Je crois que la cabale sera supprimée, les barrières aux extrêmes frontières40 ; peut estre plus de fermiers généraux, plus de pouvoirs arbitraires entre le Roy et la Nation. Je ne veux point encore vous donner un récit juste pour le présent, mais espérez que tout se passera à notre plus grande satisfaction.

  • 41 La Grande Peur est très largement alimentée par les rumeurs annonçant l’arrivée de brigands, parfoi (...)

112Je vous prie de dire beaucoup de bonnes choses de ma part au sieur DELANNOY et aux autres officiers municipaux de notre paroisse, que je suis charmé d’apprendre qu’ils ont formé une garde et que je les avertis qu’il y a un grand nombre de brigands qu’ils ont été forcés de sortir de Paris et qu’ils se répandent dans les provinces et qu’ils causent bien des alarmes dans certains endroits, mais que l’on espère d’en venir à bout par l’exactitude qu’on a eu partout de monter une garde bourgeoise41.

113Monsieur le curé que je vous prye de luy faire mes compliments pourrait de son coté en exhortant le peuple à la tranquillité et leur faire part que le grain diminue dans toutes les provinces du royaume et que l’on travaille sans relâche pour la félicité publique.

114Les émeutes qui se sont faites dans bien des endroits nous ont causé du retard dans nos opérations. Nous ne connaissons à présent que la Franche-Comté et là c’est à cause d’un membre du parlement que vous serez informée sûrement par votre gazette.

  • 42 En principe, chaque députation aux États généraux a son bureau de correspondance auquel elle envoie (...)

115Je vous prie à votre première de me donner quelques nouvelles sur la conduite de nos advestures *. Vous direz à ceux qu’ils aimeront avoir des nouvelles des États Généraux pourront s’adresser chez Monsieur COUVREUR, avocat dans la rue des Jésuites, que le bureau de correspondance42 est chez luy.

116Des compliments à toute notre famille et dites à Charlotte qu’il ne faut point engraisser l’agneau sitôt, que si ses frères viennent me voir, ils luy diront le temps qui faudra commencer. Je désire de tout mon cœur que vous jouissiez d’une parfaite santé et je suis entièrement
ma chère Femme votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

117Des compliments de nos Messieurs.

Août 1789

118De Versailles le 2 août 1789

  • 43 Nous rappelons que la dîme est la taxe due à l’Église et consiste en un prélèvement d’une partie de (...)
  • 44 Pierre-Joseph-Victor, baron de Besenval (1721-1791), commandant des Gardes suisses aux Invalides, e (...)
  • 45 M. le duc de La Vauguyon et son fils, cf. la lettre du 16 juillet 1789.

119Ma chère Amie
J’ay reçu votre lettre datée du 28 de juillet, le 1
er août au soir. J’ay été surpris d’apprendre que vous n’étiez pas encore parfaitement informée du calme qu’il reignoit à Paris de même qu’à Versailles. J’ay appris que dans notre province on se refusoit au payement de la disme et qu’on ne vouloit pas souffrir les discimateurs dans les lieux où ils ont droit de les rendre par adjudication et qu’ils ne veulent plus payer que trois par cent et de ces trois il sera réservé un tiers pour les pauvres43. Peut estre serez vous dans la même situation pour la nôtre ; si vous seriez inquiétée pour cet objet de la moindre chose, faites vos rapports de suite à Monsieur LEGRAND pour qu’il veule y prester son pouvoir, mais ne vous exposez pas de poursuivre cette cause de vous-même, quoique j’espère que cela n’aura lieu dans nos environs, au moins vous m’en ferez part sitôt que vous aurez reçu ma lettre. Vous me parlez encore de nos enfants. Je ne sais plus trop vous conseiller de les laisser venir pour la crainte que j’ay pour la route, sinon de prendre la diligence ou d’avoir une bonne compagnie avec eux, car il a beaucoup de brigands répandus partout. Je vous diray que M. LIR m'est venu voir ce mutin ; il m'a dit d'avoir été arrêté trois ou quatre fois, mais non pas par des brigands ; c’étoient des gens de la campagne qu’ils étoient armés pour voler au secours de Crépy et les environs de Besançon qu’on disait couper les bleds verts ; je crois de vous en avoir fait mention dans ma dernière. Nous avons chaque jour du nouveau qui nous arrive ; on vient d’arrêter M. de BUZENVALLE44 général suisse qui fuioit de la France. Je crains beaucoup qu’il n'échappera pas non plus que plusieurs autres qu’ils ont déjà subi le sort de leurs mérites. Nous avons M. de VAUGNION45 arrêté au Havre de Grâce avec son fils, ils étoient disposés de partir pour l’Angleterre. Tous ceux qu’ils se sont prestés à la cabale ou aux mauvais conseils, car je vous assure que MM. les Parisiens ne leur feront point grâce d’un cheveu.

  • 46 Jean-Baptiste Wartel (1724-1805) est un des quatre députés du tiers état de Lille, cf. la lettre du (...)

120Je vous ay parlé de la disme ; hier le matin il est venu chez nous deux chanoines de chapitre de Cambray nous consulter comment ils auroient agi dans ce moment et nous faisant part que les habitants de leurs environs étoient dans la résolution de ne plus payer la disme non plus que les Flamands et dans ce moment ils étoient bien embarrassés. Ce matin il est venu un chanoine de Saint Pierre de Lille demander à parler au sieur WARTEL46 qui étoit sorti. Je croys que ce chanoine étoit de la société de ceux de Cambray. Ils désirent que l’Assemblée Nationale le prononce un arrêté en faveur des discimateurs, et faire comprendre aux particuliers de la campagne de continuer à payer la disme jusqu’à ce qu’il soit autrement ordonné par l’Assemblée Nationale. Leur demande est très juste et je sauray croire qu’il sera parlé de cet objet dans son temps ; mais pour le présent, je doute beaucoup que l’on ne voudra point se mêler de cette affaire dans un moment auquel nous sommes très occupés de la Constitution.

121Vous me faites part que mon cousin DESURMONT étoit fort inquiet de ce qui ne reçoit point de mes nouvelles. Je suis d’intention de luy faire parvenir le Point du Jour que je vous ay fait parvenir quelques exemplaires ; pour lors il aura chaque jour de la semaine si le trouve bon un détail de tout ce qui se passe dans notre Assemblée. Je pourrois m’épargner quelques minutes, pour me dissiper un moment. Vous me parlez que le sieur DELANNOY vous a fait part que plusieurs personnes du village refussoient au service de la garde ; si ce sont les journaliers qui doivent gagner leur journée pour vivre, ils ont une espèce de raison et il conviendrait pour le bien qu’ils fassent service comme les autres habitants, mais que la paroisse leur paye leurs journées.

122Je vous prie de traiter les pauvres avec beaucoup de douceur, ceux, surtout qui sont de votre connaissance et aidez-les suivant votre prudence ordinaire. Vous ne manquerez pas de me marquer si nos enfants viendront ou point parce que je dois leur chercher un logement avant qu’ils soient arrivés. J’ay beaucoup de plus à vous marquer, ce sera pour l’ordinaire prochain. Je vous remets ici inclus un petit résumé que vous ne ferez voir qu’à M. le curé ou à ceux qu’ils connaissent ce que peut signifier ces sortes discours.

123Je finy et je désire bien avoir la satisfaction de nous expliquer ensemble, attendant ce moment je suis ma chère Amie
votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

124P.-S. J’ay reçu le beurre que vous m’avez envoyé, je ne crois pas que j’en auray assez pour ma provision. Ce résumé que je vous envoye est de mon bureau.

*

125De Versailles ce 4 août 1789

  • 47 Depuis les troubles du printemps 1789, les cours de justice de la région ont multiplié les condamna (...)

126Ma chère Amie
J’ay reçu votre lettre du 31 le 3 août au soir, par laquelle, vous
me faites part d’une fausse alarme qui s’est répandue dans notre province et dans ses environs ; je ne trouve pas que ce fusse un grand mal parce qu’il engagera toutes les paroisses à veiller avec plus d’exactitude à l’extirpation de tous ces gens sans aveu. On nous marque que les prisons de Lille en sont pleines et que l’on ne manque pas de les soumettre à un rigoureux examen et qu’ils sont de suite exécutés quand on les trouve coupables47. Il y a fort peu de provinces qui maintiennent les lois mieux que notre Flandre. Je vous avais parlé dans ma dernière qu’on se refusait à payer la disme, nous avons formé hier un arrêté qu’on fera circuler dans toutes les provinces contenant qu’un chacun doit continuer à payer les anciennes impositions jusqu’à ce que l’Assemblée Nationale puisse former un nouveau cadastre de toutes les impositions quelconques. J’espère que cela pourra peut estre apaiser le peuple car dans ce moment, on ne peut pas autoriser une pareille confusion et qui ne manqueroyt pas de se perpétuer sur toutes sortes d’impositions.

[…]

127Nous sommes à présent dans un perpétuel employé ; c’est tout ce que je peux faire de trouver un moment à moy pour répondre à vos lettres. Vous m’aviez dit dans votre avant-dernière que l’on devoit former une assemblée de Notables de notre province pour arrêter le traitement que nous aurions eu de notre mission. Je ne crois pas que cette assemblée eut été pour cela, mais bien pour former une adresse à notre Assemblée contenant l’adhésion de tous nos arrêtés et remercier notre auguste Assemblée. Je dis « Auguste » d’autant que c’est une portion de ce qu’il y a de plus respectable dans le royaume, cardinaux, archevêques, évêques, princes du sang et grand nombre d’autres princes. S’il arrivoit que les cousins de la Basse Cense auroient besoin de parler au duc d’ORLÉANS ce moment leur serait une très bonne occasion et c’est le personnage le plus aimable de notre Assemblée. Je me suis trouvé il y a deux jours assis auprès de luy et de l’archevêque de Bordeaux pendant une grande partie de notre Assemblée. Je vous assure que j’avois toute satisfaction de converser avec eux.

[…]

128Je vous prie de faire beaucoup de compliments de ma part à tous nos frères et sœurs et autres parents et dites leur que j’espère de revenir content de mon voiage et de ma mission à Versailles et que je les invite de venir me voir. Je leur procurerai l’entrée de notre salle en qualité de parents de députés.

129Je désire que le Seigneur vous conserve la santé, attendant le moment de pouvoir vous embrasser je suis ma chère Amie
votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

130P.-S. Vous ne serez pas surprise du changement de cachet c’est que j ay perdu l'autre.

*

131De Versailles ce 5 août 1789

  • 48 Le récit enthousiaste de Pierre-François Lepoutre est à la fois exact et significatif de la dynamiq (...)

132Ma chère Femme
La France sera à jamais recommandable au dessus de toutes les puissances de l’Univers. Je ne peux vous laisser ignorer ce qu’il s’est passé à notre Assemblée d’hier au soir qui a duré jusqu’à deux heures du matin. À neuf du soir, un membre de la noblesse a présenté une motion disant qu’on ne pourroit pas corriger les abus sans que préalablement le Clergé et la Noblesse ne se dépouillent de tous leurs droits et privilèges abusives qu’ils possèdent actuellement. Cette motion a été appuyée par un autre membre de la Noblesse et accueillie de toute l’Assemblée sans distinction d’état, tellement qu’un chacun s’est porté à l’envie de se dépouiller de ses droits et prétentions anciennes qu’ils auront lieu à la fin des États Généraux finy
48.

Arrêté du 4 août 1789 en abrégé

Impôts également répartis sur tous
Droits féodaux rédun bles [ ?] (sic)
Justice seigneuriale supprimée
Droit de chasse et de pêche supprimés
Rivières et ruisseaux des riverains pour la pêche
Justice gratuite
Cessation de vénalité
Extinction du casuel des curés des campagnes
Augmentation des portions congrues
Dismes rachetables
Suppression du droit de colombier
Main morte et servitudes abolies
Garaines abolies
Rentes en graines et en argent rachetables

Privilèges de corps
Provinces ou villes supprimées
Employe civil et militaire et ecclésiastique conféré indistinctement
Droit de dépôt supprimé
Pluralité de bénéfices abolie
Examen et retranchement des pensions
Médaille frappée pour être présentée au Roy et le proclamer Restaurateur de la Li berté Françoise
On fera parvenir un imprimé sous peu dans toutes les provinces qui portera la joie complète à tous citoyens

133Je crois qu’il sera établi une feste générale dans tout le royaume en mémoire de cette heureuse journée du 4 août. On doit chanter un Te Deum à la Chapelle Royale, où tous les membres de notre Assemblée se rendront ; je crois que ce sera samedy prochain. Je ne peux pas vous donner un détail fort étendu pour le présent parce que le procès verbal n’étoit pas encore rédigé. Vous recevrez en entier les Arretés procès verbaux la semaine prochaine. Vous pouvez dire que ce ne sera qu’une même loy par tout le royaume ; ainsi voila Linselles réuni aux impositions communes, avec tous les citoyens de la châtellenie, puisqu’il n’y a aucune province ni ville qui réservent aucun privilège.

134Je ne sçais plus trop vous conseiller d’envoyer nos enfants à Versailles dans ce moment pour la crainte qu’il y a dans les routes. Je vous prie de donner une potée de plus aux ouvriers en réjouissance du grand jour du quatre août. Dites leur de ma part que je les exhorte à prendre encore un peu de patience et que j’espère que leur misère sera soulagée et que je me recommande à leurs prières et qu’ils considèrent que je ne cesse de travailler pour eux et que nous espérons que le Bon Dieu bénira nos travaux.

135Je leur fais des compliments à tous, également à toute notre famille. Porté vous bien. Je le désire de tout mon cœur

136Ma chère Femme, Votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

137L’Assemblée a duré jusqu’à 4 heures du soir, alors j’ay dîné.

*

138De Versailles ce 9 août 1789

139Ma chère Épouse,
J’ay reçu votre lettre datée du 4 le 7 au soir
[Lettre non retrouvée]. J’ay appris avec plaisir que vous êtes rassurée pour le présent, que nous n’avons plus rien à craindre concernant notre personne. Je ne vous fait point parvenir notre Arrêté du quatre courant contenant tous les articles que je vous ay marqués dans ma dernière lettre parce que la rédaction n’est pas encore tout à fait discutée, mais il sortira de la presse le 10 au soir ; pour lors, je pourray vous le faire parvenir dans le courant de la semaine ; il est incroyable que l’état des choses eussent pu avoir une suite aussi favorable. On peut regarder la Nation Françoise comme une Nation neuve et qu’elle se trouve libre à faire une cotte de loy suivant sa lumière et pour sa meilleure prospérité. Il n’y aura plus de seigneurs féodaux, il n’y aura plus de terres fiefs, il n’y aura plus de droits de chasse, un chacun sera libre de chasser sur sa propriété seulement. Les dismes seront rachetables pour l’année prochaine parce que, pour cette année, il y a beaucoup de provinces que la récolte est finie.

140Vous me faites part que devez faire commencer à piéter * vos bleds et qu’ils sont d'une dépouille plus que moyenne. J’espère que nous aurons une suite de beau temps mais ne négligez pas de faire couvrir surtout au commencement, et les laisser plus longtemps à renfermer je trouve que le grain acquiert une meilleure qualité.

  • 49 La gabelle est la taxe sur le sel, denrée très importante en particulier pour la conservation des a (...)
  • 50 La Flandre bénéficiait, sous l’Ancien Régime, de la franchise du tabac, c’est-à-dire des libres cul (...)
  • 51 Allusion à l’un des épisodes les plus graves des troubles de juillet 1789 : le 23, environ 600 vill (...)

141Nous sommes quelquefois exposés de nous coucher sans souper par faute de pain, on a de la peine à pouvoir subvenir à l’approvisionnement en farine et les boulangers se trouvent bien souvent sans pain avant qui soit midy. Vous me demander : la raison de l’augmentation du sel, c’est que les habitants de Picardie et des autres provinces où la gabelle a lieu, viennent acheter du sel dans nos provinces d’Artois et les transportent en Flandre et transgressent la loy d’imposition sur cet objet49. Et il est de même pour le tabac, on le transporte par voitures par la Lorraine tellement que de ville à Vautres, ils sçavent le faire parvenir jusqu’à Paris. Ainsi vous pourrez faire part à M. BOUY que voilà ce que je connois pour le présent concernant les tabacs ; mais je suis presque persuadé que le reculement des barrières aura lieu et que peut-estre la circulation du tabac pourra devenir dans le Royaume. Il peut voir dans sa sagesse s’il doit former des magasins de cet objet, de plus je suis tenté de croire que la franchise de notre paroisse sera supprimée comme celle d’Haubourdin et Templemars50 et qu’il n’y aura qu’une seule régie pour la généralité du royaume. Je sens que ce n’est point une fort bonne chose pour nos amis les habitants de notre franchise ; je ne peux point voir aucun moyen pour qu’ils puissent s’en exempter. Il nous est parvenu hier une requête des habitants de Templeuve en Révèle, concernant l’emprisonnement d’un habitant de leur paroisse et plus que la moitié n’osent plus coucher chez eux. La raison est qu’ils ont été au moins au nombre de six cents sommer l’abbaye d’Anchin pour être remboursés des frais d’un procès et de la réparation de leur église qui monte environ à soixante mille francs51. Ils ont forcé le prieur à donner son obligation pour cette dite somme, mais dans ce moment ils sont dans un repentir et une affliction extrême ; ce n’est que pleurs du matin au soir par toute la paroisse pour ce que la majeure partie des hommes sont sauvés sur les terres d’Empire. Leur curé nous a écrit une lettre de recommandation et marquant combien cette affaire l’afflige. Nous devons dans ce moment nous rendre chez Monsieur le Garde des Sceaux pour solliciter la grâce de ces pauvres habitants de Templeuve et la délivrance de celuy qui se trouve aux prisons. Nous n’avons pour ainsi dire que le temps d’aller à la messe et nous devons être assemblés toute la journée pour finir une portion du grand objet de constitution concernant le trouble qu’il est arrivé dans notre province ; le même jour, il est arrivé pareil dans plus de vingt quartiers du royaume ; on en a échappé partout pour la peur.

142Je vous souhaite beaucoup de santé pour pouvoir supporter cette grande fatigue de la moisson. Je me recommande à vos intentions

143Ma chère femme Votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

*

144De Versailles ce 12 août 1789

145Ma chère et bonne Amie,
J’ay reçu votre lettre en date du 7 courant, le 10 au soir par laquelle vous me faites part que vous serez obligé d’acheter un cheval pour remplacer un de nos attelages. Je vous prie de ne rien négliger pour cet objet parce que l’on ne peut pas conduire un labour comme le nôtre, surtout une année comme celle cy sans avoir cinq chevaux au moins, attendu que la récolte est attardée de trois semaines. Le grain est diminué à Versailles d’au moins le quart ou du moins le pain ; il ne vaut à présent que trois sous la livre et nous ne doutons plus qui nous manquera du pain pour souper comme il est arrivé plusieurs fois.

146Hier il est arrivé à Versailles que l’on devoit rompre un jeune homme qui avait tué son père, on l’a conduit sur l’échafaud, escorté de quelques gardes de la prévôté, suivis d’un grand nombre d’habitants peut estre au nombre de trois à quatre mille personnes ; arrivé sur l’échafaud, quelques uns ont crié « grâce » par deux ou trois reprises, tellement que l’officier de justice un peu entrepris par ces cris répétés a laissé le patient tranquille, craignant que le Peuple se seroit vengé contre luy et la garde de la prévôté, n’a fait aucune résistance pour tenir le peuple dans l’ordre. Vous me marquez aussi qu’un garçon de Fretin a été pendu à Lille pour fort peu de chose en comparaison de celuy que je vous parle. Vous me dites aussi que les abbayes de Flines et de Saint Arnaud ont été forcées de souscrire une obligation par contrainte, pour mieux dire les prieurs de ces abbayes ; mais vous ne marquez pas que l’on a poursuivi les auteurs de cet attroupement. Il en est autrement pour les habitants de Templeuve en Pévèle ; ils se sont rendus à l’abbaye d’Anchin au nombre peut-estre de six cents, ont forcé la prieur de signer ou leur donner une obligation de soixante mille francs qu’ils disaient avoir droit de réclamer contre cette abbaye, pour frais d'un procès de réparation de l’église de leur paroisse. Ils n’ont pas eu beaucoup de peine d’obtenir une souscription, se sont retournes fort contents à leur village avec cette obligation, mais peu de jours après on a levé un des principaux occupeurs de cette paroisse, lequel est peut-estre encore en prison à Lille. Dimanche nous avons reçu une requête souscrit de Monsieur DUSART, lieutenant général et une lettre de leur curé, nous priant de vouloir intercéder pour ces pauvres gens devers le Roy. Nous nous sommes rendus chez Monsieur le Garde des Sceaux pour luy présenter cette requête et le prier d’obtenir du Roy la sortie de prison de cet homme et la sûreté des autres habitants de cette même paroisse. Ils étoient au moins trois cents sauvés sur les terres d’Empire et le reste n’osait plus loger chez eux. Nous attendons demain au plus tard leur sûretés.

[…]

147Quant à la disme, elle ne peut être interdite cette récolte et pour celle que nous récoltons il faut qu’elle soit rachetée avant que les occupeurs en soient déchargés. Mais toutes dismes ecclésiastiques sont abolies pour l’année prochaine et à jamais. J’auray, j’espère, à ma première, quelques particularité vous faire part. Je n’ay point tout à fait compris si nos enfants viendront ou point me voir à Versailles. Je vous prie de me le marquer parce que j’ay retenu une chambre pour eux ; s’il était autrement je diray au propriétaire de la louer autrement.

148Il est une heure du matin, je vous souhaite le bonjour et je suis attendant de vos nouvelles ma chère Amie, votre affectionné Mary
P-.E Lepoutre

149J’ay sommeil.

*

150De Versailles le 15 août 1789

151Ma chère Amie
J’ay reçu votre lettre du 11, le 13 au soir par laquelle, vous me marquez que vous êtes obligée d’acheter un cheval. Je ne vous conseille point d’en acheter de grand prix, sinon que vous auriez envie de le mettre à la place de la jument, pour lors, vous la feriez travailler seule et je crains qu’elle ne durera pas longtemps ; il faut la rafraîchir avec du son et du lait battu *. Je ne doute pas que vous soyez dans l’embarras, car quand il faut acheter des chevaux, c’est toujours une grande inquiétude. Vous me dites qu’on commence à piéter * les bleds ; je désire qu’il fasse du beau temps chez vous, comme il a fait depuis quinze jours à Versailles et la moisson est approchant finy dans les environs. On a apporté une javelle de bled, avant hier à notre Président dans notre Assemblée enjolivée de fleurs et accompagnée d’une adresse faisant mention que les fleurs venoient du jardin de son épouse. Je suis charmé que nos enfants ne soient plus d’intention de venir à Versailles quoyque cependant on ne dit plus grand chose à présent concernant les brigands sinon dans Paris, il y en a encore un grand nombre. Je ne doute pas que ce voyage les amuseroit beaucoup car il y a quantité de promenades et châteaux royals aux environs de Versailles. Toute l’Assemblée a été en corps avant hier chez le Roy. On a été à la messe à la Chapelle, on a chanté un Te Deum.

  • 52 Par « casuel » on entendait les redevances perçues par le clergé à l’occasion des baptêmes, mariage (...)
  • 53 La portion congrue était une rétribution payée par les gros décimateurs, curés primitifs, au prêtre (...)

152Vous me faites part que Monsieur le curé ne trouve point bien de ce qu’on ne payera plus de casuel52, il y en a beaucoup cependant qu’ils ne sont point fâchés. Je me suis informé à plusieurs curés pour savoir ce qu’ils comprenaient par le casuel supprimé, ils n’entendent pas que tout doit se faire « gratisse », de plus je crois qu’il leur sera fait une portion congrue suffisante pour qu’ils puissent être à leur aise. Il voira par l’Arrêté que je vous ay envoyé combien les choses vont être changées. Quant aux portions congrues53, il n’y a encore rien de fixé ; je me suis expliqué pour cet objet avec plusieurs de notre Assemblée. Il a été proposé que chaque curé auroit eu quinze cents francs pour la décharge d’une cure où il auroit sept à huit cents habitants, mais qu’il seroit fait une augmentation à ceux qu’ils auroient des paroisses plus nombreuses. Il me fait de la peine pour les curés de notre province, ils n’ont plus de représentants dans notre Assemblée pour soutenir leurs intérêts. Mgr l’évêque de Toumay n’est point encore remplacé et je ne crois pas que M. DUPONT, curé de Tourcoing soit encore à Versailles, car je ne l’ay plus vu depuis le départ de son évêque ; je trouve que son absence est très déplacée. Je suppose qu’il a bien vu qu’il n’auroy pas pu briller dans l’Assemblée comme dans la chaire de Tourcoing.

[…]

153J’ay été hier deux fois chez M. le Garde des Sceaux pour obtenir la grâce d’un homme de Lille, qui a été pris après cette émeute, qui sa fait le 20 juillet, que l’on craint qu’il sera pendu, mais j’espère que nous pourrons obtenir sa grâce.

  • 54 Dans le débat sur le traitement des députés, les sommes proposées varient entre 15 et 24 livres par (...)

154Je n’ay point reçu nouvelles positif de ceux de Templeuve, mais je crois qu’ils sont mis en liberté suivant le rapport que M. le Secrétaire du Garde des Sceaux m’a fait hier le soir. À chaque instant, il y entre des députés pour intercéder pour des pauvres malheureux tenus en prison et la plus grande partie c’est tous pour des émeutes. On est occupé à nous faire un traitement54, mais je ne peux vous dire à combien il sera taxé par jour. Je pourrai vous le marquer dans ma première que je vous écriveray. Je vous souhaite une parfaite santé et embrassez nos enfants pour moy. Je suis très sincèrement
ma chère Amie votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

[Lettre du 16 août non publiée]

*

155De Versailles ce 23 août 1789

  • 55 Le curé Nolf et Lepoutre entrent au club des Jacobins puis passent aux Feuillants en juillet 1791. (...)

156Ma chère Épouse,
[…]
Monsieur NOLF
55 curé de Saint-Pierre de Lille est arrivé le 16 à Versailles pour remplacer Monseigneur l’évêque de Toumay. Il loge avec nous au numéro 14. Je me trouve fort enchanté de son aimable compagnie, je luy ai fait offre de manger de mon beurre et il me fait usage, c’est pourquoy je vous prie d’en tenir mémoire de nous en faire parvenir une potée vers le demi mois de septembre, mais vous me ferez plaisir d’en envoyer une potée de 10 à 12 livres de suite à Paris à l’adresse que je vous ay ci-inclus et qu’il soit arrivé au plus tard pour le 10 de septembre et priez Madame SCHEPPERS de bien vouloir vous aider pour cette expédition.

  • 56 Le 11 juillet 1789, une motion en faveur d’une déclaration des droits de l’homme avait été proposée (...)

157Voilà huit jours que nous sommes occupés à former un arrêté qui comprendra les Droits de l’Homme et du Citoyen56 et j'espère que nous finirons aujourd’huy ou demain, je vous en feray parvenir un exemplaire sitôt qu’il sera sorti de la presse. Ce sera un ouvrage qui servira de base à tout l’Univers. Il n’est pas possible de vous imaginer combien cet objet demande de discussions et quelles sont très vives et nous avons été deux jours sur un article seulement ; il nous reste encore quatre articles à discuter, ils ne sont pas aussi dangereux à discuter que les articles précédents. Il y a beaucoup d’objets que je serois charmé que vous en eussiez des exemplaires, je tache rai de vous en envoyer sous le cachet noir ou rouge de l’Assemblée Nationale pour vous éviter d’en payer le port.

158Je vous ay marqué dans une de mes lettres que nous pourrions rester jusqu’au mois d’avril prochain. Et bien si il faut tout arranger de suite, je sçais croire que nous serons au moins jusqu’à ce temps là.

159Vous me faites part que nos enfants sont encore dans l’intention de me venir voir ; si la route n’etoit point si frayeuse, je ne serois point contraire mais ils ne pourront pas faire cette route pour moins de 16 à 20 louis, sinon qu’ils auraient quelques compagnons pour faire la route de pieds à petites journées ; cependant je ne serois pas d’avis qu’ils marchassent le soir pour crainte des mauvaises rencontres qu’il pourroit leur arriver. Vous ne m’avez rien marqué dans votre dernière lettre quel effet a produit les derniers arrêtés que je vous ay envoyés, sçavoir si vous avez des difficultés avec vos voisins concernant la chasse parce que dans nos environs de Versailles et Paris, ils ont formé des attroupements pour chasser dans les chasses du Roy comme tout ailleurs, mais suivant notre arrêté nul ne peut chasser sinon sur son occupation ou sur sa propriété.

160Je vous répète et vous prie de ne point manquer d’envoyer cette potée de beurre que je vous demande, c’est pour le Directeur des Postes de Dijon qu’il m’a promis à ma demande de me faire parvenir le meilleur vin possible et à bon compte. Nous voilà au point d’avoir des correspondances dans tout le royaume.

161Mes compliments à toute notre famille et nos amis. J’espère que vous avez du beau temps comme nous en avons à Versailles pour récolter nos beaux bleds que vous me dites. J’attends de vos nouvelles le plus tôt possible et suis très sincèrement ma chère épouse

162Votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

163Des compliments de nos messieurs.

*

164De Versailles le 27 août 1789

165Ma chère Épouse
En réponse à la votre que j’ay reçue en date du 21 du courant vous me faites part que mon frère vous propose la place des blés de février pour y planter du colsat, ce sont des parties de terre qu’il faut prendre pour cet objet. J’espère d’après la pluie que vous me dites qu’il a fait que vous aurez de belles plantes. J’apprends avec satisfaction que nos blés donneront des gerbes plus que nous n’aurions espéré et avec cela nous avons du très beau temps pour les renfermer. Je vous recommande de ne point vous laisser manquer d’ouvriers en ce moment. D’ailleurs vous connaissez trop combien vaut l’ouvrage de cette nature fait sur son temps. Je vous ay marqué dans ma dernière que vous auriez envoyé à Paris une petite potée de beurre, vous me marquez combien vaut le pot avec son emballage et le prix du beurre ; l’argent me servira pour mes dépenses de quelques jours. Vous me dites que Monsieur FREMAUX croit que la suppression des dismes n’aura pas lieu, vous pourrez luy dire qu’il n’est pas bien informé et que les décrets prononcés par l’Assemblée Nationale ne sont point à révoquer par aucun Conseil ni Parlement.

166Nous avons finy l’arrêté contenant les Droits de l’Homme et du Citoyen, c’est un grand pas de fait pour la Constitution. Je ne peux pas vous en faire parvenir un extrait parce qu’il n'est pas encore sorty de l’imprimerie ; il est beaucoup changé de celuy que je vous avois inclus dans une de mes lettres, mais c’est celui-là quy a été discuté et que l’on a trouvé des matières pour en construire l’édifice.

  • 57 Tout ce passage fait référence à la très complexe organisation de l’administration et de la justice (...)

167Il est arrivé à Versailles deux députés de la ville de Lille pour nous consulter sur les moyens à prendre pour le renseignement et document que les Magistrats de cette ville doivent nous procurer pour nous servir d’instructions dans les moments qui sera question de rapporter en commun tous les frais de chaque province pour en pouvoir faire une répartition conforme aux payages qu’on a chacun à supporter ; il en sera de même à l’égard de MM. les quatre baillis. Cet objet-là est différent de celuy des Magistrats de la ville parce que les états n’ont pas de commun avec la ville. Je crains que nous aurons un grand débat avec MM. les baillis, ils viennent d’obtenir un arrêt du Conseil qui les autorise à faire un emprunt de deux cent cinquante mille francs, pour subvenir aux frais de la châtellenie57. Je voudrois que vous parliez au sieur DELANNOY pour luy faire part de s’entendre avec plusieurs fermiers de notre province et de voir Monsieur COUVREUR avocat rue des Jésuites, chez qui se tient le bureau de correspondance, pour scavoir de luy, qui est nommé pour le recouvrement des comptes des baillis d’état, attendu que cet objet regarde les habitants de la campagne. Il est juste que quelques uns des habitants notables de notre châtellenie fussent un peu instruit de ce qui se passera dans ces opérations. Dites luy de voir le sieur GOEMAN de Comines, comme membre du comité de rédaction, ils pourront se concerter ensemble et se réunir avec les quatre suppléants du bureau de correspondance qui sont COUVREUR, CUVELIER, BRAMS et POUTRAIN et les sieurs FLORIN de Roubaix. Mais aussi j’espère que cela se fera sans causer de brouille dans notre province, comme il se manifeste dans plusieurs autres. Je vous ay dit que je crains du débat avec les baillis, c’est parce que le Roy ne peut, luy même faire aucun emprunt qui ne soit sanctionné par l’Assemblée Nationale et que le conseil a du s’arroger le droit de les autoriser. Je crois pouvoir regarder cet emprunt illégalement autorisé. Nous aurons connaissance de tous ces objets dans leur temps.

168Je vous rappelle de ne rien communiquer jusqu’à ce que je vous écrive. À ma première, je pourrai vous donner une parfaite instruction. Je vous souhaite une parfaite santé de même qu’à notre famille. Je suis
ma chère Épouse, votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

*

169De Versailles ce 29 août 1789

  • 58 Nous rappelons qu’il s’agit du receveur et régisseur des biens de M. de Quarteville, propriétaire d (...)

170Ma chère Épouse
Je viens de recevoir votre lettre datée du 25, j’ay été bien surpris que vous ne recevez pas de mes lettres. J’espère que vous on aurez reçu avant que celle-cy vous parvienne, car je crois d’en avoir deux en route et que celle que je vous écris sera la troisième. Vous me faites part que le sieur LEGRAND
58 vous a rendu visite pour vous demander de l’argent, s’il vient vous faire de pareilles demandes, dites luy que je crois d’être de retour vers la Toussaint pour lors que je prendray mes arrangements pour cet objet, ou bien si cela ne vous met pas dans l’embarras de luy donner douze cents francs. Je ne ferai pas au contraire que vous le luy donniez, vous seriez tranquille de ses visites de ce genre. Je crois bien qu’il est comme vous me dites, qu’un peu de jalousie pourrait être logée chez luy.

171Vous n’avez peut estre point encore vendu du lin en bottes, si vous en avez, ce serait un peu de secours, et quant à votre vieux grain, pour le peu que vous en avez encore, je crois que cette denrée ne diminuera de sitôt et si vous pouvez trouver le temps de faire battre des semences, vous en profiterez beaucoup. Et je vous conseille de faire battre s’il est possible de l’avoigne à la campagne pour vous estre plus tranquille pendant la remise dans vos ouvrages de cette saison.

  • 59 La remarque concerne la décisive question de la circulation des grains ; depuis plusieurs décennies (...)

172C’est encore tous les jours des plaintes qu’on nous présente pour la disette de blés. Les provinces du Midi ont fort peu de dépouilles cette année. Ils seront dans le cas d’acheter plus que la moitié de leurs nourritures cette année. Nous venons de faire un arrêté qui permet la libre circulation dans toutes les provinces du royaume et d’empêcher l’exportation à l’étranger, sous la peine rigoureuse d’être poursuivi comme criminel de lez-Nation59.

173Suivant les rapports que vous me faites, nous aurons de quoy a faire de l’argent cette année par la vente des blés de notre dépouille. J’espère que vous aurez bientôt tout renfermé. Dans nos environs il n’est plus question de la récolte, voilà bien huit jours que tout est fini et malgré cela, Paris est sans pain ; il y a deux jours, les Parisiens ont fait comme moy, ils se sont couchés sans souper faute de pain et on est encore aujourd’hui une grande inquiétude pour cet objet et nous sommes servy à l’ordinaire du pain qu’il a très mauvaise odeur, cela provient que les grains se sont gâtés dans les bateaux.

174Je vous fait parvenir par le nommé LIBERT, domestique du sieur LAGARDE, avocat de Lille, tous les procès verbaux que nous recevons chaque jour des opérations de notre Assemblée. Vous pourrez vous instruire de tout ce qui s’est passé depuis le 17 juin jusqu’au 25 de ce mois. Je vous envoye ci-inclus la « Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen ». Je vous prie d’en envoyer une copie au sieur LEZAIRE et luy prester quelques numéros des procès-verbaux, s'il aime d’en avoir. J’ay joint aussi les trois derniers du Point du Jour que vous mettrez avec les autres. J’ai fait abonnement pour Messieurs de Tourcoing suivant votre demande ; je crois qu’ils en ont déjà reçu plusieurs numéros.

  • 60 La veille, Roussier a soulevé un très vif débat en proposant l’insertion de la formule, « Le gouver (...)

175Nous sommes occupés du grand ouvrage de la Constitution. Je vous assure qu’on ne peut pas se figurer les débats que nous aurons à supporter ; il y a dans notre Assemblée au moins un cent de tapageurs60 qui ne sont point trop disposés à faire le bien, ce qui prolongera peut estre nos opérations. Voilà trois jours qu’on discute sur les premiers articles, sans avoir rien arrêté. Nous n’avons point d’autre temps à nous que deux heures du matin et deux heures de l’après-midi, depuis quatre heure jusqu’à six pour faire notre dîner. Nous ne quittons jamais séance avant onze heure de nuit. J’espère que cela nous procurera l’avantage de ne plus falloir dormir.

176De ce que je vous ay parlé dans ma dernière, je ne serois pas fâché que DELANNOY s’informe un peu avec le sieur GOEMAN au sujet des commissaires qui seront nommes pour la recherche et là levée des comptes de MM. les baillys d'État ; ce n’est pas que je vous dise de falloir beaucoup de démarches pour cet objet parce que je crois recevoir des nouvelles par Monsieur LAGARDE sitôt son retour à Lille.

177Je vous envoye ci-inclus un petit mémoire que vous ferez parvenir au cousin DESURMONT, attendant que je puisse vous communiquer quelques articles de la Constitution, objet qui sera très intéressant.

178Des compliments à tous nos parents et amis, je suis
ma chère Épouse, votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

Septembre 1789

179De Versailles le 2 septembre 1789

  • 61 Notons que Lepoutre semble mal comprendre les discussions sur la composition de la législature. Le (...)

180Ma chère Épouse,
J’ay reçu votre lettre en date du 28, le lundy au soir. J’espère que le frère CRETAL vous aura remis le même jour lundy un paquet contenant des procès-verbaux de notre Assemblée depuis le 17 juin jusqu’au 25 août. Il était chargé d’une lettre que j’avais inclus un extrait des Droits de l’Homme et du Citoyen sur quoy se formera la base de la Constitution de la monarchie française. Nous sommes occupés à présent de ce grand ouvrage, j’espère que les débats finiront bientôt, il est à souhaiter pour la tranquillité du royaume ; il n’est pas possible de vous en former l’idée combien ces débats sont importants. Le plus grand point que l’on agite à présent, c’est de sçavoir si le Roy aura droit de sanction et du veto ; plusieurs sont d’avis que pour former une bonne loy, il faut qu'elle soit sanctionnée par le Roy et un grand nombre sont d’un sentiment contraire. Monsieur le comte de MIRABEAU a présenté hier un plan, qui pourra j’espère concilier les différentes opinions pour cet objet. Je crois que l’Assemblée Nationale sera permanente. On a présenté un projet de former deux chambres, l’une serait la Chambre Nationale et l’autre la Chambre du Sénat composée de cent membres tirés des provinces et confirmée par le Roy ; cette dernière proposition sera acceptée parce que l’on aperçoit que le despotisme pourroit reprendre une nouvelle fois racine
61.

181MM. DERANCE et LAGARDE députés de la bourgeoisie armée de Lille auront sans doute déclaré combien nos assemblées sont fatiguantes dans ce moment. Ils ont été témoins plusieurs jours.

[…]

182Vous me faites connoitre à chaque lettre que vous m’écrivez des objets de satisfaction concernant la dépouille de nos grains. J’espère que vous serez bientôt débarrassée de ce grand employe, suivant le rapport que vous m’avez fait à votre dernière et que vous aurez le temps de régaler vos amis à la dédicace et vos ouvriers. Je voudrais bien y participer, mais je crois que j’auroy de la honte à me rendre à ce régal parce que je n’y suis point appelé, mais j’espère que vous me mettrez dans votre souvenir à celle de l’année prochaine.

183J’attends de recevoir sous peu des nouvelles du beurre que je vous ay demandé pour Paris ; le temps commence à presser pour qu’il soyt parvenu pour le 10 septembre. J’espère aussi que vous m’en ferez parvenir une potée pour passer le reste de cette campagne, mais je ne peux pas vous dire le temps que finira notre assemblée. Je vous fait part que nous pouvons recevoir un traitement de quatre mois que nous recevrons au Ministre des Finances ; ainsi j’espère que ce secours pourra me procurer mes besoins jusqu’à mon retour.

184Portez-vous bien. Beaucoup de divertissement à notre dédicace, de grands compliments à tous nos parents et amis et particulièrement à nos enfants et à mon frère Constantin et embrassez la petite Charlotte pour moy et attendant le moment que je puisse vous en faire autant, je suis
ma chère Épouse votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

*

185De Versailles le 6 septembre 1789

186Ma Chère Amie
J’ay reçu votre lettre datée du premier de ce mois, le 5 au soir. J’ay appris avec beaucoup de plaisir que vous avez fini votre récolte du moins je l’espère comme cela et suivant les rapports que vous me faites du produit de chaque campagne à leur particulier, la dépouille est supérieure à bien des années. On espère que le grain pourra diminuer un peu ; cependant il y a encore beaucoup de provinces qui n’ont pas dépouillé plus de deux récoltes. Un député de l’Alsace hier m’a lu une lettre qui venoit de recevoir de chez luy. On luy marquait que, le dernier marché, le grain valait trente francs pour-cent, quatre vingt livres poids de mars. Vous me marquez de payer les propriétaires, ils vous témoignent d’estre un peu de mauvaise humeur. Je n’en suis pas beaucoup surpris à cause qu’ils sont dépourvus de tous leurs droits féodaux et de leur droit de chasse exclusive ; je suys fâché qu’on vous presse ainsy pour les payements dans un moment que vous serez peut estre embarrassée d’argent.

187Nous devons dans peu de jours recevoir un traitement de quatre mois à 18 francs par jour et cinq francs par poste ; cet objet pourra monter à cent louis sitôt que j’auray reçu je tacheray de trouver un moyen de vous faire recevoir à Lille cinquante ou soixante louis et peut estre plus. Je ne peux pas me démunir du tout par ce que je ne suis plus bien riche à présent et si nous restons plus longtemps que jusqu’au Toussaint, peut estre que je pourray encore vous en faire parvenir. Je vous marqueray sitôt que j’auray reçu l’arrangement que je prendray à cet égard. J’ay à vous prier d’une chose, c’est de me faire parvenir une potée de beurre de quarante livres environ pour le chirurgien de Mgr le Dauphin, il loge dans la même maison que nous et c’est un homme qui nous fait beaucoup de plaisir, même jusqu’à me fournir du pain bis qu’il fait venir du village. Je crois que si j’avais eu l’avantage de les connoitre, comme je les connais aujourd’huy, j’aurois pris la petite Charlotte avec moy, sa femme m’a sollicité plusieurs fois de la faire venir et qu’elle se chargerait de son entretien. Elle auroit été à l’école aussi bien à Versailles qu’à Linselles. Ce sera peut estre pour l’année prochaine que nous serons obligés de se réunir.

[…]

  • 62 Située sur la rive gauche de la Seine entre Bougival et Port-Marly, « la machine de Marly » aliment (...)

188Nous continuons tous les jours deux séances. On est encore sur le point de la sanction royale et le vote et sur la permanence des Assemblées qui sera tenu une assemblé tous les ans de la durée de quatre mois. La comtesse d’ARTOIS vient de sortir de Versailles il y a deux jours, on dit qu’elle va rejoindre son mary et d’autres disent qu’elle va en Savoye. Il y a quinze jours on a vendu tous les chevaux et depuis on a vendu toute la vaisselle et autres meubles, tellement qu’il ne reste plus d’équipage ny de domestiques attaché à ce Prince. Il se trouve beaucoup de gens sans service qui luy étaient attachés. Je vous écrit cette lettre à quatre heures du matin, je pars de suite pour Paris avec Monsieur NOLF, curé de Saint Pierre à Lille. Nous avons été dimanche dernier à Marly, nous avons monté sur le haut de la tour où les eaux montent cinq cents deux pieds de hauteur par la force des pompes62. Je vous souhaite une bonne dédicace, cuvez un flacon pour moy avec nos parents. Dites leur beaucoup de compliments de ma part de même qu’à mon frère Constantin et tous nos enfants et que je me recommande à leurs prières. Je désire que le Seigneur vous conserve la santé et je suis,
ma chère Amie votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

*

189De Versailles ce 10 septembre 1789

190Ma chère Épouse
J’ay reçu votre lettre datée du 6 septembre le 9 au soir. Vous me marquez que vous avez reçu les procès-verbaux que je vous ay fait parvenir. Vous estes inquiète du nombre, il doit y voir quarante quatre numéros.

  • 63 Le règlement intérieur de l’Assemblée constituante (voté le 29 juillet) stipulait que le procès-ver (...)
  • 64 César-Guillaume de La Luzerne (1738-1822), évêque de Langres, élu président de l’Assemblée national (...)

191Je vous avoye marqué que les procès-verbaux63 suivaient les délibérations de notre As semblée, c’est moy qui s’est trompé sur cet objet et notre imprimeur ne peut point nous suivre dans ce moment à cause que l’on fait imprimer une multitude de projets tant sur le veto que sur la sanction royale. Il n’est pas possible que nous puissions lire tout ce qui nous est distribué chaque jour. Nous venons de passer plusieurs assemblées très vives et jusqu’au point que notre président a donné sa démission64 hier à midy et je crois qui a fort bien fait par rapport à sa personne. Je doute qu’il ne paraîtra plus dans notre Assemblée. C’est Monsieur de LA LUZERNE, évêque de Langres, frère d’un ministre ou du moins il laissera passer quelques jours. Nous venons de finir les points principaux de la Constitution. Il y aura une Assemblée permanente et une Assemblée générale tous les ans ; le Roy aura droit de refuser la loy pour deux sessions seulement ; il ne sera plus parlé du mot de veto à l’advenir.

192J’ay appris avec plaisir que vous aviez finy votre récolte heureusement avant la pluie ; suivant votre rapport, il ne vous manque pas d’embarras dans ce moment causé par la tempête. J’espère que vous aurez eu du beau temps pour rétablir ce désordre. Je crois qui ne doit pas manquer d’ouvriers à présent. [...]

  • 65 En 1788, Paris comptait 48 hôpitaux : ceux administrés par l’Hôpital général (la Salpétrière, Bicêt (...)
  • 66 Après la « révolution municipale » de juillet 1789 qui se solde par une ouverture plus ou moins mar (...)

193Je vous dit dans ma dernière que je partais pour Paris à la clôture de ma lettre et, en effet, nous sommes partis de suite avec le sieur NOLF, curé de Saint Pierre de Lille. Il m’en a coûté approchant une pers de souliers que j’ay usé à promener. J’ay vu le Palais Royal, les Enfants Trouvés, il y en aura cette année au moins cinq à six mille, l’Hôtel-Dieu65 où il y a prés de trois mille malades pour le présent, tous proprement logés et gardés par des religieuses. Je vous avoue qu’il faut avoir une vocation parfaite pour se cloîtrer dans cette maison. Je ne sçaurais vous donner un détail exact de toutes les particularités qu’il y a dans cette grande ville ; pour le moment que j’y ay séjourné tout y était parfaitement tranquille, mais le lendemain, jour de la Vierge, il y a encore eu une grande fermentation que l’on a heureusement apaisé. Il y a au moins trente mille hommes armés qui patrouillent nuit et jour pour y tenir le bon ordre. Il vient de se passer un fait très cruel à la ville de Troyes, le merre de cette ville, un garçon âgé de soixante ans ou environ, connu pour son grand mérite digne d’occuper la place qu’il possédoit. Il a été appelé pour exhorter le peuple qu’il était en trouble, de se remettre en ordre. Il a été saisy par la canaille, ils luy ont arraché les yeux, l’ont pendu, ensuite traîné son corps dans toutes les rues de la ville66.

  • 67 Cette remarque de Lepoutre reflète l’anxiété de plusieurs députés devant la situation instable du p (...)

194Il est grand temps qu’on établisse des Assemblées provinciales67 dans toutes les provinces pour porter le calme. J’espère qu’ils seront bientôt formées, parce que l’on y travaillera de suite. Sitôt la Constitution, on forme un Code de loy judiciaire, qui sera envoyé dans toutes les provinces. Vous devez recevoir à présent mes lettres franc de port, ceux du moins qui sont titrées « Assemblée Nationale » et cachetées du grand cachet de l’Assemblée.

195Quand vous m’écrirez mettez à la place du mot Tiers, député du bailliage de Lille à l’Assemblée Nationale à Versailles. Je désire que le Seigneur vous conserve la santé et patience dans vos embarras. Embrassez nos enfants pour moy et suis
ma chère Épouse votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

*

196De Versailles le 15 septembre 1789

197Ma chère Amie,
[…]
Je vous ay parlé de notre petite Charlotte, je ne doute pas que son absence ne vous couterez beaucoup de vous en priver ainsy je ne voudrois pas vous ôter cette satisfaction ; tâchez de luy procurer l’éducation proportionnée à son âge ; j’ay fait proposition au sieur NOLF, curé de Saint Pierre touchant une maison qu’il pourrait nous indiquer pour mettre nos enfants en pension, il m’a dit d’y réfléchir et vous en aurez des nouvelles à la première que je vous écriray, il n’est pas du tout d’avis de les mettre au collège à cause du peu d’entretien, surtout pour la tête.

[…]

  • 68 Nous nous trouvons face à une ambiguïté caractéristique de la complexité des prélèvements d’Ancien (...)

198Je serois charmé, ma chère Amie, d’apprendre de vous de quelle manière le publicq raisonne sur nos opérations et quant à moy particulièrement. Il n’est pas douteux que l’on parle dans notre province comme dans d’autres, surtout sçavoir si les occupeurs trouvent mauvais de ce que l’on a supprimé les dysmes, mais cependant, ils doivent s’attendre que ces objets là devront estres remplacés par d’autres impositions dans les premières années et qu’il faudra fournir de toute nécessité à la portion d’un curé et du vicaire et autres nécessités que les paroisses seront obligées de supporter les frais que les discimateurs étoient obligés, mais ceux qui payent des dismes féodales, telle que la nôtre celles-là ne sont point supprimées jusqu’au temps qu’elles ne seront point rachetées68 ; il y aura pour tous ces objets beaucoup d’arrangements à faire avant que tout soit dans l’ordre.

199La tranquillité n’est point encore rétablie partout car, il y a deux jours, qu’on a emprisonné bien vingt cinq personnes aux prisons de Versailles. Ils vouloient brûler la maison d’un boulanger à cause qu’il vendoit une sorte de pain meilleur deux liards plus à la livre, tellement que si la Garde bourgeoise et la troupe n’eussent point été à son secours, il est très assuré qu’il n’auroit pas échappé à leur fureur ; mais quant à nous, vous pouvez vous tranquilliser, nous n’avons plus rien à craindre, j’espère. Attendant de vos nouvelles le plus tôt possible concernant le reste de votre récolte et de toute notre famille que je vous prie de leur faire mes compliments. Je suis un peu surpris que les cousins LECOMTE et COUROUBLE n’ont pas trouvé bon de répondre aux lettres que je leur ay écrit ; vous saurez peut-estre me dire la cause de leur silence ? Je suis très sincèrement
ma chère épouse votre très affectionné Mary
P. F. Lepoutre

*

200De Versailles ce 19 septembre 1789

201Ma chère Amie,
Votre silence me cause des inquiétudes ; voilà huit jours que je n’ay pas reçu de vos nouvelles. Je crains que vous soyez incommodée, plût à Dieu le contraire, car vous êtes persuadée que je n’ay rien de plus cher au monde que la satisfaction de vous posséder, quoyque dans ce moment nous sommes un peu éloignés l’un de l’autre ; cela finira peut-estre plus tôt que nous le croyons. Pour le présent, j’espère que nous allons avancer à grands pas et que nous pourrons nous séparer vers la Saint Eloy, ou Noël au plus tard. Ce terme ne doit point affliger par ce que ce ne seront plus les mêmes députés qui formeront l’Assemblée Nationale l’année prochaine. On formera de suite une nouvelle élection.

202Je vous envoyé ci-inclus une adresse d’un maître de pension pour nos enfants. Nous pouvons être assuré qu’ils seront bien d’après le rapport que m’en a fait Monsieur le curé de Saint Pierre ; de plus nos enfants connaissent cette maison. Je vous avois priée dans mon avant dernière de faire part du prix du beurre que vous avez envoyé à Paris la quantité et ce qu’avait coûté l’emballure. Je n’ay reçu aucune nouvelle pour cet objet ny de son arrivée.

203L’alarme concernant la disette des blés ne finiy point encore ; nous venons de former un décret portant la circulation libre dans toutes les provinces du royaume et défense des plus rigoureuse de l’exporter à l’étranger. Nous venons d’apprendre qu’on l’exporte de notre province à l’étranger par Comines, Lannoy et plusieurs autres endroits. Les arrêtés du 4 au 5 août dernier reparoiteront bientôt avec la promulgation du Roy. C’est que le clergé cherchait à revenir sur ses pas de même que la noblesse, l’un pour les dismes, l’autre pour les droits féodaux. Ce n’est pas que le Clergé sera privé du tout, car les curés seront je crois pour plusieurs au moins plus partagé qui ne le sont à présent. Je viens de recevoir une adresse des MM. du Magistrat de Tourcoing qui réclament une indemnité de ce que les baillis d’État et MM. du bailliage ont obligé de vendre le pain à moindre prix que la valeur du grain. Aujourd’huy, ils se refusent à remettre la perte qu’ils ont été obligés de supporter. J’auray occasion de leur faire parvenir le résultat sous peu de jours.

204Nous venons de finir un arrêté qui prolonge la perception de la gabelle jusqu’au premier octobre 1790 au prix de six sols la livre aux provinces de grande gabelle et une diminution proportionnelle aux provinces de petite gabelle et on a supprimé en entier le régime de cette gabelle qui est la poursuite personnelle qui sont la prison, la galère, et perquisition et recherches dans les maisons. Il y a eu une émeute à Orléans, on a fait rapport de deux cents de tués et on en a pendu une vingtaine. On y doit envoyer des troupes pour y rétablir l’ordre.

205J’espère qu’à la première lettre que je recevrai d’apprendre que vous aurez finy toute votre récolte de mars * et le produit que nos œlliettes * auront fait de même que le prix qui vaillent. Nous sommes disposés d’empêcher la sorty des tourteaux * à l’étranger, vous pourriez en prévenir nos frères pour qu’ils se précautionnent de faire leurs provisions s’ils en ont besoin et je crois que cet objet sera défendu pour toujours de sortir du royaume, au moins à la délibération des habitants de la province. Je désire que le Seigneur vous conserve la santé de même que toute notre famille. Attendant de vos nouvelles le plus tôt possible, je suis
ma chère Amie votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

206P.-S. Je n’ay encore rien reçu de mon traitement mais espère recevoir sous peu.

*

207De Versailles le 22 septembre 1789

208Ma chère Amie
Je viens de recevoir votre lettre en date du 18, le 21 au soir. J’étois dans une grande inquiétude, il y avait prés de douze jours que je n’avois reçu aucune de vos nouvelles. Je craignois que vous ne fussiez incommodée. Je vous prie à l’avenir de m’écrire plus souvent, je ne reçois aucune récréation sinon que par vos lettres.

[…]

209Nous avançons un peu à la fois vers notre but ; mais ce sont des objets de si grande importance qu’on ne peut précipiter et il faut préalablement bien réfléchir et discuter avant de décréter.

210L’état des affaires sont des plus alarmantes concernant les finances ; hier le Roy a fait charger six voitures de sa vaisselle y compris deux voitures de celle de la Reine pour être conduit à la Monnaye de Paris ; l’Assemblée Nationale apprenant ce qui se passoit chez le Roy a ordonné de suite au Président de se rendre vers sa Majesté pour luy témoigner combien cette démarche était sensible à l’Assemblée et pour le prier de rappeler les voitures qu’ils étoient déjà parties. Sa Majesté a répondu que comme il manquoit de numéraire que cela ne luy causoit aucune peine de même que la Reine. Cependant les six voitures ont été jusqu’à Paris mais n’ont point été déchargées.

211Les Parisiens ayant eu connaissance de la marche qu’avoit suivie l’Assemblée Nationale à cet égard, n’ont pu voir qu’avec attendrissement les bons sentiments du monarque et ont prétendu que la vaisselle seroit escortée et reconduite de suite au Roy. Chaque jour, il nous est présenté des dons gratuits que l’on fait à la Nation, beaucoup de dames se dépouillent de leurs bijoux et on parle beaucoup de se taxer volontairement du centième de son bien payable en dix années et j’espère que cela aura lieu. Moy je donneray volontiers un centième de ma propriété au bien estre de la Nation. je crois qu’on pourra faire circuler cette proposition dans les provinces pour engager les capitalistes à pourvoir au bien de l’État. Il ne m’est pas possible de vous donner plus de détails quant à présent.

212Je vous envoye deux réponses du Roy concernant les arrêtés du quatre août et jours subséquents et celuy qui concerne la circulation du grain. Je suis pressé par la Poste, je vous souhaite une parfaite santé. Embrassez bien nos enfants pour moy. Des compliments à mon frère et à toute la famille. Attendant de vos nouvelles, je suis
Ma chère Amie votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

213P.-S. Après avoir cacheté vos lettres mettez y mon adresse puis, après mettez-y une enveloppe adressée à Messieurs les députés du bailliage en Flandre à l’Assemblée Nationale, rue Neuve Notre-Dame 14. Pour lors, je seray franc de port

*

214De Versailles le 27 septembre 1789

  • 69 Le 7 août 1789, Necker avait exposé la mauvaise situation des finances de l’État, réclamant un empr (...)

215Ma chère Épouse,
Je viens de recevoir votre lettre du 22, je suis très satisfait d’apprendre que vous avez finy votre advesture * de mars. Je vous avoye dit dans mon avant dernière que je vous auroys fait parvenir à Lille une portion de mon traitement. Je ne croiois pas devoir manquer à ma parole, mais c’est que je suis obligé de vous dire que je n’ay encore rien reçu et je ne peux vous dire quand je recevray. La caisse royale est sans argent, je vous ay fait prévoir dans ma dernière lettre que les affaires de l’État étoient très alarmantes et que le numéraire manquoit. Je vous ay dit aussi qu’on parloit de faire un don gratuit d’un centième de son bien-fonds, ou la valeur équivalente, ce qu’un chacun auroit désiré de faire, pour pouvoir rétablir l’ordre dans les finances du royaume. Monsieur NECKER est venu mardy dernier nous rendre compte du triste état des affaires et qu’il n’avoit plus lieu de former d’emprunt mais que si on ne portait pas de suite un remède efficace que le royaume étoit en grand danger. Il nous a présenté plusieurs moyens et entr’autres, celuy de donner le quart de son revenu pour une fois seulement, sous le titre de don patriotique, ce que nous avons délibérés hier et adopté
69. Je ne m’expliqueray point davantage pour cet objet, parce que je vous envoye ci-inclus les délibérations d’avant-hier le soir et celle d’hier. Je vous prie de le faire voir aux notables de vos connaissances et me donner réponse de suite de leur façon de penser sur cet objet. Quant à moy je le regarde comme un prêt que nous en retirons des intérêts à grande usure attendu que c’est le dernier sacrifice que la Nation se fait à elle-même et qu’à l’avenir les impositions diminueront chaque année, attendu les grandes réformes qui seront faites comme vous voirez par cette brochure.

[…]

216Ma chère Amie, je crois m’être trouvé dans un alternatif plus embarrassant que le jour d’hier concernant le décret que nous avons prononcé. D’une part j’y voiois la plus urgente nécessité d’accepter et quant à mon particulier je m’y prestois avec le plus grand zèle possible, mais regardant en après tous mes braves commettants, je craignais consentir à une chose qu’ils pourraient regarder d’une autre vue que moy. C’est pourquoy je vous prie de m’en donner nouvelles le plus tôt possible pour ma tranquillité sur cet objet. Nous avons quitté la séance à six heures du soir pour aller dîner.

217Nous devons présenter la requête aujourd’huy au Ministre des finances pour obliger les MM. grands baillis à payer aux habitants de Tourcoing une indemnité proportionnelle aux autres provinces. Je crois que je pourroy leur en donner avis sous peu de jours.

218Quant aux dismes, il se pourrait bien que cet objet pourra à l’avenir servir pour payer premier la portion des curés et autres bénéficiers et le surplus sera versé à la Caisse Nationale en décharge des impôts de chaque province. Je vous dis cela comme un préjugé que je fais et on ne peut encore rien faire de sûr, il faut avant tout en connoitre leur valeur en général.

  • 70 À la demande (19 septembre 1789) du duc d’Aiguillon, président du comité des Finances, qui pense qu (...)

219Nous commençons d’avancer à la Constitution et dans le courant de cette semaine, on commencera à la formation des Assemblées Provinciales et Municipales. Et nous avons deux jours la semaine les vendredis et samedis destinés pour l’objet des finances70. Vous ne m’avez encore rien dit concernant les habitants de la Franchise, espèrent-ils de conserver leurs anciens droits ; quant à moy, je crains beaucoup que cet avantage leur sera ôté, comme tous les autres privilégiés de cette espèce. Je ne peux leur rendre aucun service, attendu que nombre de provinces et pour mieux dire toutes, renoncent à leurs anciens privilèges et adhérent à tous les arrêtés de l’Assemblée Nationale. Donnez-moi une réponse sur ce sujet.

220Monsieur WARTEL est d’intention de demander un mandat au Ministre des Finances pour nous recevoir notre traitement de la province. Si cela arrive, je vous en donneray avis sitôt, pour lors vous pourriez recevoir à ma place ce qui ne peut être payé jusqu’à ce jour. J’ay reçu le beurre que vous m’avez envoyé et j’ay reçu nouvelles du Directeur des Postes de Dijon que son beurre étoit arrivé à Paris, et il m’a mandé de luy marquer le montant, qu’il me le fera remettre par son confrère de Versailles. Il m’a fait beaucoup de remerciements de même que Madame son épouse et a offert ses services tant à moy que pour mes amis et serait charmé d’avoir occasion à pouvoir m’obliger. Je suis assez d’intention de luy demander une fillette de vin qu’il m’a promis de la faire parvenir à mon adresse à Lille si je luy demande, mais avant vous me direz votre façon de penser. Car il faut observer qu’il faudra nous retrancher d’un quart de notre revenu pour cette année ; ainsi comme vous régissez toutes les affaires du ménage de ce moment, vous avez parfaite connaissance. J’attendray de luy répondre jusqu’à ce que vous m’eussiez donné de vos nouvelles.

221Je vous prie de faire mes compliments de doléances au sieur le cousin VERMESCH et que je participe beaucoup à la perte qu’il vient de faire de sa chère épouse. Je désire que le Seigneur veuille bien vous conserver la santé pour pouvoir supporter avec patience le double employe que vous êtes obligée de soutenir dans ce moment. Assurez de nos respects tous nos chers parents et amis et mon frère et notre famille et dites à Charlotte que je demande que son agneau soit gras pour crier : Roy, Roy, la veille des Roys.

222Attendant cet heureux moment, je suis très sincèrement
ma chère Amie votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

223Beaucoup de compliments de nos MM. Je crois pouvoir vous assurer qui s’est donné pour plus d’un million à l’Assemblée sous le titre de don patriotique pour subvenir au bien de l’État Vous en voirez une petite esquisse dans la brochure.

Octobre 1789

224De Versailles ce 1er octobre 1789

225Ma chère Amie,
J’ay reçu vos lettres en date du 24 et 26 septembre. Par la dernière, vous me faites part que vous avez trouvé à mettre nos enfants en pension chez le sieur WALLART centre de Saint Étienne. Je suis fort satisfait parce que je crois qu’ils seront répétés comme ils étoient ci-devant. Vous me demandez dans votre première combien vous devez payer aux planteurs de colzas, le prix était cy-devant de dix neuf patars du cent ; d’après cela vous connaissez l’usage concernant la nourriture de ce temps, mais aujourd’huy vous devez sçavoir si vous payez les planteurs vous-même à journées ou si c’est GALOIS qu’il a fait le prix de leurs journées et qu’il doit leur payer. Il est juste que l’ouvrier doit avoir sa journée payée à plus grand prix qu’en d’autres temps ; au reste vous arrangerez cela suivant votre prudence.

  • 71 Lezaire est notaire à Neuville-en-Ferrain ; il est souvent cité et semble être un des personnages d (...)

226Le sieur CATTEAU de Tourcoing m’est venu voir à Versailles, il étoit porteur d’une lettre du sieur LEZAIRE de Neuville, par laquelle il me dit qu’il n’avoit rien de particulier dans ce moment, et qu’il attendoit avec grande impatience nos délibérations sur l’établissement des Assemblées Provinciales71. On est présentement occupés sur ces sujets.

227Le patriotisme se prouve toujours de plus en plus. Hier une députation de Paris s’est présentée à la barre avec un décret qu’ils avoient fait à leur district, sur lequel ils déclarèrent se soumettre à payer le quart de leurs revenus. Et nous attendons que toutes les provinces en feront autant.

228On a arrêté qu’on inviteroit le Clergé de porter à la Monnaie argenteries qui sont superflues (dans toutes les églises du royaume) à la décence et au culte divin ; il en sera fait un dénombrement par ordre des évêques et par devant les officiers municipaux de chaque paroisse. Je crois que cela ne produira qu’un petit objet parce que je crains que la bonne volonté ne se trouvera pas dans nombre d’abbayes et maisons religieuses.

229Ma chère Amie, je vous avais marqué dans ma dernière que vous m’auriez donné des nouvelles sur la façon de penser des nobles de nos environs au rapport de l’arrêté qu’il a été fait samedi dernier concernant le payement de son quart de revenu pour une fois. Nous attendons le moment qu’on le fera circuler dans les provinces et j’espère par ce moyen que les affaires des finances seront rétablies pour toujours. Nous aurons pour plus de cent millions d’abus à corriger, ainsy cette somme sera de moins à payer et j’espère qu’après qu’on aura formé tous les arrangements des provinces, que nous aurons toujours de moins en moins d’impôts à payer. L’avantage ne pourra se faire voir avant deux ou trois ans. Si vous avez l’occasion d’aller à Lille, informez-vous de ce qui dit dans cette ville de plus particulier concernant notre députation. Je ne serois point trompé que vous m’appreniez quelque chose. Je vous envoye cy-inclus quelques brochures contenant l’arrêté des impôts et l’autre la réponse du Roy concernant la sanction. Vous me demandez ce que veut dire le mot de veto, cela ne signifie autre chose qu’un refus et il ne luy est accordé que pour une législation intermédiaire que après il est obligé de sanctionner. Je seroy trop long à vous donner tous ces détails. J’attends de vos nouvelles et je suis très sincèrement
ma chère Amie votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

*

230De Versailles le 7 octobre 1789

231Ma chère Épouse
Je viens de recevoir votre lettre datée du 2 courant, par laquelle vous me faites part d’avoir tout fini votre récolte de fèves et la majeure partie des fumiers sont charriés. Je ne suis point trompé que vous n’estes point avancée à planter colzats. Car si vous passez de la pluie comme il en fait icy le labour ne doit pas être fort bon. Il me paroit d’après votre rapport que nos blés rendront bien du grain. Paris est encore toujours dans la plus vive alarme pour le pain. Avant hier, on n’auroy pas trouvé une livre de pain pour un écu ; ce même jour avant-hier, nous avons eu une Assemblée des plus vives à raison que le Roy n’avoit point assez satisfait l’Assemblée par l’acceptation de la majeure partie de la Constitution que je regarde comme approchant finy, de même que les Droits de l’Homme et du Citoyen en société ; notre séance s’a levée à quatre heures de l’après-midi avec charge à notre Président de se transporter vers le Roy avec une députation de douze membres, pour luy demander l’explication de sa réponse qu’il nous avoit fait sur cet objet.

  • 72 Parmi les rares députés du tiers état présents au banquet, Menard de la Groye, conseiller au présid (...)

232Les Parisiens ont appris que le jeudy 1er octobre, il avait été présenté un repas pour les gardes au Roy aux officiers et état-major du régiment de Flandre qu’il étoit arrivé deux jours auparavant et que dans cette fête on y avoit tenu beaucoup de propos indiscrets contre la Nation et l’Assemblée Nationale jusqu’au point de menacer l’Assemblée et ils avoient donné, suivant le rapport douze francs à chaque grenadier pour les corrompre, par bonheur que leurs intrigues n’ont pas réussy. Dans cette Assemblée, le Roy, la Reine et le Dauphin s’y étaient rendus ; on a bu à la santé du Roy et des autres et celle du comte d’Artois, étant dans la chaleur du vin ils ont commencé par prendre leurs cocardes nationales et de les fouler aux pieds, en disant au diable la Nation. Il y avoit plusieurs de nos députés72 dans cette assemblée, mais n’ont osé dire le mot ; les femmes de Paris ont été informées de cet excès, sont venues avant-hier au nombre d’au moins cinq à six milles et elles ont amené avec elles deux pièces de canon, quand elles sont arrivées au vis à vis de notre salle, il s’est formé un détachement de peut-être douze à quinze cents, se sont rendues à notre Assemblée à l’advenant de six cents au moins, se sont assises au milieu de nous ; leur première demande a été du pain, ensuite ils ont dit qu’ils venaient à Versailles pour exterminer toutes les gardes du corps et qu’ils vouloient le sang du dernier, ils étaient armés de sabre et de pistolets et bâtons à piques ; il faut que je vous dise qu’ils n’ont commis aucune insolence dans notre Assemblée et il y en a eu douze qui ont accompagné notre président vers le Roy en députation et elles sont entrées dans son cabinet avec notre président ; leurs demandes consistaient en la diminution du pain et de la viande que le Roy a répondu qu’ils seroyent satisfaits sur cet objet.

233Vers les huit heures du soir, la Milice parisienne a commencé à descendre dans Versailles accompagnée de la troupe qui s’est mêlée avec eux de manière que le premier coup s’est porté sur un garde du corps qu’il a eu le bras cassé d’un coup de fusil ; vers les neuf heures il y a eu une rude décharge des deux partis mais qu’il n’a eu que des blessés ; la nuit s’est passée fort tranquille jusqu’à sept heures du matin ; alors ils ont commencé à se mettre en mouvement, se sont rendus vers le château et il en était arrivé pendant la nuit au moins trente mille avec dix sept pièces de canon ; les premiers gardes du corps qu’ils ont pu prendre ont eu de suite la tête tranchée, sans autre forme de procès que de leur faire dire : « Je demande pardon à Dieu et à la Nation » et on promenoit leurs têtes sur des piques. Il n’y a péri qu’un bourgeois, mais plusieurs de blessés ; vers neuf heures ils ont capitulé avec le Roy en disant qu’ils vouloient l’emmener avec eux à Paris ; il a acquiescé à leur demande et sous condition qu’ils laisseraient la vie, à ses gardes ce qu’ils ont accepté. Quand toutes les parties ont été d’accord, vers midy toute la troupe s’est mise en marche avec le régiment de Flandre sauf les officiers et un détachement de dragons, qui se sont mêlés avec la Milice bourgeoise et ils emmenoient avec eux toutes les gardes du corps en forme de prisonniers et ils avoient envoyé les têtes d’avance à Paris. Vers une heure à midy, la Reine, le Roy et ses enfants ont monté en voitures accompagnés de Monsieur et Madame, Mesdames tantes du Roy et Madame Élisabeth tellement que le Roy et la famille royale est logé au Louvre à Paris.

234Nous croions que sous peu de jours, nous nous rendrons prés du Roy pour continuer nos travaux ; je ne peux pas vous dire encore le jour précis que nous serons à Paris, mais sitôt qu’il y aura un local préparé, nous partirons. J’espère que vous aurez assez de force pour ne point vous alarmer de cet objet ; vous pouvez vous assurer que les Parisiens ne sont que pour soutenir la bonne cause. J’espère qu’à ma première lettre, je pourray vous donner une parfaite connaissance du lieu que je seray résident à Paris ou à Versailles. Il nous faut de toute nécessité convenir à la circonstance et j’espère pour le présent que nos travaux finiront plutôt.

235Nous avons hier décrété dans les formes ordinaires le plan que M. NECKER nous avoit présenté concernant l’impôt patriotique du quart du revenu que peut avoir chaque citoyen d’après l’examen qu’en a fait notre comité des finances. Vous en recevrez un exemplaire dans peu de jours avec l’adresse au peuple ; on ne devra payer qu’en trois termes, au premier avril 1790 et avril 1791 et avril 1792 pour que personne ne soit embarrassé de falloir fournir son quart en une seule fois, mais ceux qui le paieront en une seule fois, ils auront diminution de l’avance qu’ils font et ceux qu’ils auront point au dessus de quatre cent livres de revenus ne seront point assujetti à déclaration, sinon qu’à un don volontaire. Je crois qu’un chacun voudra contribuer au bien de l’État pour cette fois que j’espère que nous n’aurons jamais de nouveaux impôts et quant au désavantage de notre province pourra supporter quant à certains objets, nous aurons d’autres objets qui nous dédommageront.

236Vous me demandez si on a déclaré la guerre à l’Angleterre, vous devez bien croire qu’on éloigne jusqu’au moindre article qui pourroit en donner sujet ; la guerre que l’on peut présumer, c’est que plusieurs villes se font un accord de ne point porter d’habits que des étoffes des fabriques de la Nation ; on a fait une motion sur cet objet, mais qu’on ne peut point dans ce moment mettre en délibération sans avoir préalablement bien examiné.

237Vous me demandez quand je seray de retour, je ne peux plus vous rien assurer, ce sera peut-être plus tôt que vous ne croiez. Je ne suis plus inquiet de ce qui se disoit dans notre province pour le présent, je suis informé parfaitement de ce qui le faisoit agir.

238Je me recommande à vos prières et soyez tranquille sur les suites, j’espère que tout ira bien, je suis
Ma chère Épouse votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

*

239De Versailles le 9 octobre 1789

  • 73 Le nombre exact de tués est difficile à déterminer : probablement une vingtaine selon les rapports.

240Ma chère Amie,
Je vous ay fait part dans ma dernière de l’état des choses qui s’est passé dans la nuit du cinq au six, mais je ne vous avoye pas dit combien il avoit péri de gardes du corps
73 ; ce n’est pas que je puisse vous dire tout à fait le juste, mais suivant le rapport des habitants de Versailles, on dit une vingtaine, mais pas le nombre des fuyards, il n’est pas possible d’en faire un juste détail ; on nous dit qu’ils ont repris leur poste à Paris dans l’intérieur de l’appartement du Roy, accompagnés toujours d’un nombre égal de milice bourgeoise, et il en est de même pour le cartier de la Reine. Hier on m’a fait part qu’un noble aristocrate de ma connaissance s’étant trouvé dans une si grande terreur de l’arrivée de ces vénérables dames de Paris, il n’a pas trouvé mieux que de se rendre à l’abbaye de Saint Cyr à une demy lieue de Versailles. Il a pris le parti de se faire religieuse pour quelques jours. Il vient de rendre le voile et l’habit, pour prendre un passeport pour se rendre auprès de sa femme, pour crainte sans doute de la visite de nos aimables poissardes de Paris.

  • 74 La ville de Versailles, si importante avant 1789, perdra beaucoup au déplacement de la royauté à Pa (...)

241Il y a beaucoup d’apparences que nous se rendrons auprès du Roy, suivant les dernières nouvelles que j’en ay appris que l’on prépare un salon pour y tenir nos sçéances. Je ne peux encore rien vous dire de vray sur cet objet cependant, car nous voyons tant de choses nouvelles que nous ne sommes pas assurés pour le lendemain. La ville de Versailles74, c’est-à-dire ses habitants sont dans la plus grande désolation, ils appréhendent que le Roy fasse à l’avenir son séjour à Paris ; si jamais cela arrive, je vous promets que Versailles sera un triste séjour parce qu’il n’y a ni fabrique ni commerce.

  • 75 La Caisse d’escompte, créée en 1776, associait des banquiers qui assuraient le réescompte des effet (...)

242Je ne vous avois rien marqué dans ma dernière, touchant notre traitement. Je viens de recevoir sept cents quatre vingt dix sept livres en billets de la Caisse d’Escompte75 ; d’après je suys encore un peu embarrassé pour en faire le change ; pour l’argent par bonheur je ne suis pas tout à fait sans et pour tenir un peu de monnoye je suis en dette. J’espère cependant que nous recevrons quatre mois d'une fois, pour lors je vous en feray recevoir à Lille.

243Je vous prie s’il vous est possible de voir la femme de CRETAL, logée hôtel garni en face de la diligence de Menin, maison de Monsieur HUBERT, rue du Boucher. Je luy dois deux cents livres de francs pour son service, il seroit charmé que vous voudriez livrer du beurre à sa femme pour cette somme. Si vous ne pouvez point luy livrer, je vous prie de m’en faire part, je le payerais quand j’auroy l’argent.

244Je vous envoye cy-inclus trois imprimés qui contiennent les Droits de l’Homme et du Citoyen et plusieurs articles de la Constitution reçus et accepté par le Roy ; vous y trouverez une adresse que je vous prie de montrer à vos amis et bons patriotes. Je vous fait part que vous ne devez rien craindre pour tout ce qui s’est passé, nous sommes tous en parfaite santé et nous ne sçavons pas encore si nous serons Parisiens ouy ou non comme je l’ay marqué.

245Attendant de vos nouvelles le plus tôt possible, portez vous bien, je suis très sincèrement
ma chère Amie votre très humble Mary et Ami
P.-F. Lepoutre

*

246De Versailles le 12 octobre 1789

247Ma chère Épouse
J’ay reçu votre lettre en date du 6 octobre par laquelle vous me demandez à quel convenu j’ay loué la maison du Gavre. Je n’ay d’autre convention que celle de luy avoir dit qu’il pouvait continuer d’habiter la maison et que nous aurions pu faire notre accord au mois de may parce que OLIVIER avoit le droit des édifices jusqu’à ce terme. Vous pouvez vous arranger pour cet objet suivant votre prudence. De ce que vous me parlez de nos Messieurs, il y a peut-être de l’inconséquence de la part de son fils d’avoir lu quelques lettres dans certain comité et que cela aura pu lui procurer quelques mauvais soupçons de la part des communes ; il avoit circulé qu’on avoit envoyé une circulaire dans les communes pour la faire signer par les habitants. Je vous prie de me marquer si vous en avez eu connaissance.

  • 76 Après les événements des 5-6 octobre, l’Assemblée nationale décide (12 octobre 1789) de suivre le r (...)

248Vous soupçonnez que j’ay des peines, je n’en ay d’autre que d’être privé de votre compagnie. Quant à notre traitement, je n’ay encore reçu que fort peu d’argent pour faire l’appoint des billets de la Caisse d’Escompte. Je ne suis point sans argent et je crois changer mes billets pour de l’argent quand nous serons à Paris. Suivant les rapports que nos commissaires nous ont fait à l'Assemblée, nous serons placés au manège prés des Tuileries, nous aurons nos bureaux aux Feuillants et aux Capucins76. Nous sommes fort tranquilles à présent à Versailles, mais notre départ cause une deuxième alarme aux habitants. Cependant il faut nous rendre auprès du Roy, je crois que nous y serons la semaine prochaine. Cette catastrophe aura sans doute causé des inquiétudes dans notre province comme tout ailleurs. Je vous assure que suivant tous les rapports, il était de toute nécessité pour ce moment que le Roy se transportasse à Paris. J’espère que les provinces tiendront une parfaite union ensemble, pour lors tout ira bien.

  • 77 Depuis la suppression des dîmes en août, l’idée de la nationalisation des biens de l’Église était e (...)

249Il nous a été faite une motion par Monsieur l’évêque d’Autun qui nous fait qui nous communique l’abandon général de tous les biens du Clergé77. Il dit que le Clergé est propriétaire et non comme d’autres propriétaires qu’ils ne sont que usufruitiers, que par cette raison la Nation a le droit de profiter de cette ressource dans un temps où il n’a point d’autre moyen pour sauver l’État. Je suis tenté de croire que tout aura lieu concernant cet objet ; mais pour arranger toutes choses les dismes pourraient continuer encore un an ou deux jusqu’à qu’on aura arrangé chacun une portion convenable pour une honnête subsistance suivant leur état. Cet objet pourra produire suivant le rapport de l’honorable membre, à deux milliards cent millions, sans les autres avantages que la Nation recouvrera par les abus subsistants et la conformité des impôts qui seront supportés par tout un chacun suivant ses biens et facultés.

250Vous pouvez encore me répondre à celle-cy à Versailles et s’il arrive que je seray à Paris, j’ay prié les demoiselles HULOT qui loge dans la même maison que nous de vouloir les remettre sous enveloppes pour les faire parvenir à notre adresse à la capitale. Soyez tranquille je me porte bien et je désire que ce soit cette semaine que nous nous rendions à notre nouveau logement.

251Avant hier le soir, il nous est arrivée une députation de la commune générale de Paris pour nous annoncer qu’ils désirent ardemment nous posséder dans le sein de leur ville et nous ont dit que nous ne serons troublés en aucune manière dans nos délibérations, ont déclaré tous les membres de notre Assemblée inviolables et sacrés et qu’ils ont envoyé dans toutes les provinces qu’ils nous auroient garantis de toute insulte.

252Les dons patriotiques continuent encore toujours ; les Bénédictins de Saint Martin des Champs ont venus faire offre de tous leurs biens à la Patrie, qui vaut au moins deux millions de revenus sous condition qu’on voudrait leur accorder une portion de quinze cents livres chacun et leur liberté ; comme je crois que les autres religieux non nécessaires au bien de l’État seront partagés ; attendant tous ces grands changements il faudra au moins encore un an.

253Je désire que le Seigneur vous conserve la santé de même que toute notre famille et soyez tranquille tout ira bien. Je vous le répète et plutôt peut-être que vous ne croyez, j’auray la distraction de vous embrasser. Je suis très sincèrement
ma Chère Épouse votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

254Des compliments à nos Messieurs. J’ai fait parvenir au sieur LEZAIRE le journal de nos Assemblées et je crois vous l’envoyer deux fois la semaine pour le recevoir le mercredi et le samedi.

*

255De Versailles le 14 octobre 1789

  • 78 Cf. la lettre du 7 octobre 1789.

256Ma chère Épouse,
J’ay reçu votre lettre en date du 9 courant
[n. p.]. Vous me marquez que vous ne recevez pas de mes nouvelles. J’ay cependant écrit le 7 et le 9 et le 12. Dans ma dernière, j’ay marqué que nous devions nous rendre à Paris, prés du Roy, pour continuer la suite de nos travaux. Je me suis rendu à Paris pour me procurer un logement, j’ai eu l’avantage de trouver une maison à nous loger à six maîtres et trois domestiques, chez un traiteur dans le voisinage des Tuileries. Vous trouverez cy-inclus une adresse pour la première que vous écrirez en réponse de celle-cy. Nous devons loger samedy prochain dans ce nouvel appartement. J’attends avec impatience, la réponse de celle du 7. Il ne faut avoir aucune inquiétude en raison de ce grand changement qu’il est arrivé le 6 à Versailles. Vous pouvez dire que cet événement étoit nécessaire pour sauver la France, car il y avoit une trame infernale qu’elle auroit sans doute réussi par le moyen de transporter le Roy à Metz78 en Lorraine, ce qui auroit causé la perte absolue de toute la France.

  • 79 Cf. la lettre du 16 juillet 1789 pour Poutrain, suppléant, qui remplace Wartel lors de sa démission

257Vous marquez que l’on est inquiet de ce que le sieur POUTRAIN est à Versailles ; on ne doit avoir aucune inquiétude sur cet objet, il ne fait pas plus qu’un grand nombre de suppléants qui s’y trouvent également comme luy. J’ay eu deux ou trois de ses visites depuis qu’il est arrivé et je crois qu’il sera rendu chez luy pour dimanche prochain. Monsieur WARTEL luy a fait la proposition de le remplacer79 ; je ne crois pas qu’il voudroit accepter cette proposition, suivant la réponse qu’il m’a faite à cet égard, il ne trouve pas que notre mission soit assez amusante pour l’envier. Le sieur LAMBIN de Commines doit me rendre une visite ce matin. Il est venu hier me parler pendant que j’étais à Paris. Vous me dites que le cousin DESURMONT acceptera volontiers le décret du 6 portant que l’on payeray le quart de son revenu payable en trois termes comme il est prescrit par l’arrêt. J’espère que cela aura lieu dans toutes les provinces car il nous arrive chaque jour des adresses de remerciements et d’adhésion à tous les décrets.

258Le patriotisme du François se fait connoitre chaque jour de plus en plus par les dons patriotiques qu’on envoyé à notre Président tant des villes, villages et des particuliers ; ils se montent au moins à la somme de quatre à cinq millions. Je vous avois dit dans ma dernière que les biens du Clergé auraient été vendus au profit de la Nation pour subvenir aux dettes de l’État ; cet objet a été très fort discuté hier, plusieurs curés ont soutenu pour l’affirmative, mais on n’a rien décidé. La discussion a été renvoyée à une autre scéance.

259Vous me parlez que les piéteurs * vous demandent une augmentation au rapport de quatorze cents de fèves qu’ils ont en plus à piéter. C’est à vous à connoitre si il leur est du. Je sçais que la convention est faite autrement, mais nous ne pouvons pas retenir leur salaire. Vous connaissez plus que moy si il leur est du. Je n’ay point encore reçu la potée de beurre que vous me dites être partie de Lille le 7 courant. Je ne doute pas qu’il n’arrive à sa destination peut-être aujourd’huy ou demain avec quelqu’une de vos lettres. Je crains que l’on aura de la peine à faire de bons ouvrages dans nos labours, s’il pleut dans notre province comme il fait chaque jour icy depuis une quinzaine. Je vous avois demandé des nouvelles de ma sœur Angélique. J’espère que son accident n’aura pas de mauvaises suites puisque vous ne m’en faites aucune mention. Mon cousin DESURMONT vous a proposé de me faire tenir de l’argent par son banquier de Paris. J’espère que je n’aurois pas besoin de ce secours parce que l’on paye cent mille écus chaque jour à la Caisse d’Escompte. J’avois pris mes billets hier avec moy, pour en recevoir. J’y arrivay trop tard pour cette fois ; il me sera du à la fin de ce mois trois mille six cents livres. Sitôt que nous serons à Paris, j’espère pouvoir vous faire recevoir à Lille six à sept cents écus pour subvenir à vos besoins du moment. Donnez moy je vous prie de vos nouvelles au moins deux fois la semaine ; attendant cette satisfaction, je suis très sincèrement ma chère Amie,
votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

Portrait de Pierre-François Lepoutre. (Collection des portraits de MM. Les députés à la Constituante) [Coll. Particulière]

Notes

1 À partir de la dernière semaine d’avril 1789 les députés aux États généraux s’installent à Versailles. Reçus par le roi au château le 2 mai, les cérémonies d’ouverture se déroulent lundi 4 mai : la procession va de l’église Notre-Dame à l’église Saint-Louis. La Fare (1752-1829), évêque de Nancy et député du clergé, livre le sermon demandé par le roi. Les députés portent le costume réglementaire : le haut clergé en chape rouge, soutane violette et bonnet carré ; le bas clergé en soutane, manteau long et bonnet carré ; la noblesse en manteau noir avec un parement d’étoffe d’or, veste analogue au parement du manteau, culotte noire, bas blancs, cravate de dentelle, chapeau à plumes blanches retroussé à la Henri IV ; le tiers état en habit, veste et culotte de drap noir, bas noirs, avec un manteau court de soie ou de voile, cravate de mousseline, chapeau retroussé de trois côtés, sans ganses ni boutons. Le 5 mai, les États sont ouverts dans la salle des Menus-Plaisirs : Louis XVI, Barentin (garde des sceaux) et Necker (ministre des finances) prononcent les discours. Le tiers état est très déçu : il avait obtenu (27 décembre 1788) le doublement du nombre de ses députés par rapport aux ordres privilégiés ; aujourd’hui, pour avancer ses espérances, il lui faut obtenir le vote par tête ; les autorités laissent la question en suspens. Le 6 mai, le tiers état (ou les communes, comme il préfère s’intituler) attend les ordres privilégiés qui se sont installés dans leurs salles respectives. Le tiers état est décidé de ne pas se constituer légalement tant que le clergé et la noblesse ne se réunissent pas avec lui dans la grande salle pour vérifier les pouvoirs en commun.

2 Tout au long de la correspondance, il sera régulièrement question de la rétribution des salariés employés par M. et Mme Lepoutre et des relations entre eux. Il faut surtout relever que l’emploi de main-d’œuvre dans cette grande exploitation s’insère dans un système de relations complexes. D’abord, il est plusieurs types de salariés : des domestiques permanents rétribués le plus souvent à la fois en nature, sous forme de nourriture et de logement dans la ferme, et en argent ; des saisonniers embauchés pour certains gros travaux comme la moisson : ce sont les picteurs ou pieteurs * et valets d’août * qui sont dans la plupart des exploitations payés en pourcentage de la récolte qu’on nomme souvent « gagnage » et qui s’établit communément à une gerbe sur dix pour les premiers nommés ; des journaliers employés pour toutes sortes de tâches, du travail du lin au sarclage, de la récolte du colza au battage, et rétribués à la journée. Les rares renseignements sur le salaire agricole suggèrent que la journée commune devait être payée entre 10 et 15 sols. Mais au-delà de ces catégories, les modes de rémunérations varient beaucoup selon les activités et les lieux ; on verra par exemple dans la suite de la correspondance que certains travaux d’entretien des champs sont rétribués à la superficie, etc. Enfin, les relations entre employeurs et employés incluent souvent d’autres types de services : le prêt d’instruments ou d’attelages par le fermier ou la location d’une maison comme l’évoque ici P.F. Lepoutre. Il va de soi que ce système de relations complexes rend très difficile l’appréciation du niveau de vie des travailleurs de la terre ; on en connaît néanmoins la tendance à la baisse du salaire réel au XVIIIe siècle (Voir par exemple F. Braudel, E. Labrousse, dir., Histoire économique et sociale de la France, Paris, PUF, 1970, rééd. 1993, t. 2.).

3 En 1789, le comte d’Artois a deux médecins à son service : M. De La Bordère, premier médecin en Cour et M. Forestier, médecin ordinaire, en Cour.

4 Scheppers, 55 ans, négociant à Lille, est un des trois collègues de Lepoutre. Cf. la lettre du 16 juillet 1789.

5 La veille, une députation du tiers état s’était présentée à la chambre du clergé au sujet de la vérification des pouvoirs ; l’évêque de Chartres (Lubersac, cf. la lettre du 3 juillet 1789) propose en vain de se rendre sur le champ à l’assemblée des communes. Lepoutre écrit le matin, avant la séance, quand les communes attendent avec empressement la réponse du clergé qui, en fait, viendra annoncer la demande du roi de reprendre les conférences des commissaires conciliateurs des trois ordres.
Au sujet de la méfiance vis-à-vis du clergé exprimée par Lepoutre, une partie de l’opinion publique urbaine du Nord se montre anti-cléricale, des libéraux ayant eu contact avec les loges maçonniques ouvertes à Dunkerque et Douai en 1743, à Lille et Saint-Quentin en 1744, à Arras en 1745. (P. Pierrard, Histoire du Nord, Paris, 1978, p. 253-254). Avant 1789, les curés se sont souvent opposés au haut clergé. Ils soutenaient les plaintes des communautés paysannes demandant la fin des dîmes et du casuel, la fin de l’énorme inégalité entre les « monastères stériles » et des cures pauvres, l’établissement d’une véritable démocratie dans l’Église. (P. Pierrard, Histoire des curés de campagne de 1789 à nos jours, Paris, 1986).
En outre, la question religieuse revêt une dimension originale du fait que les diocèses chevauchent la frontière. Par ailleurs, l’Église est un des plus grands propriétaires, possédant 40 % des terres en Cambrésis. L. Trenard note que « ce clergé, généralement aisé et généreux, s’est montré, dans ses cahiers de doléances, soucieux de réformes de structure et, dans certains cas, compréhensif de la situation ». Mais l’historien souligne que les notables avaient peu de respect pour le clergé. Les brochures de 1789 reflètent cette opinion au cours de la campagne préélectorale. (L. Trenard, Histoire des Pays-Bas Français, Toulouse, 1972, p. 363-364 et Christianisme et Pouvoirs politiques, Lille, 1973, p. 60-62).

6 Louis XVI aimait beaucoup son fils aîné, le premier dauphin, mort à 10 ans. Pendant trois jours, alors que le tiers état voulait le rencontrer, il est resté inaccessible, enfoncé dans sa douleur. Lepoutre se réfère au règlement vestimentaire : en temps de grand deuil le tiers état devait porter le costume habituel, sauf que le manteau n’était plus de soie, mais de voile.
Notons ici que le costume réglementaire des députés est complètement abandonné à la mioctobre suivant, lors du transfert de l’Assemblée à Paris.

7 Les conférences de conciliation entre les commissaires des trois ordres sur la vérification des pouvoirs ont lieu les 23 et 25 mai 1789, sans résultat ; le 28 mai, le roi demande la reprise des conférences ; le 29 mai, après un long débat le tiers état accepte la reprise des conférences qui ont lieu en vain les 30 mai, 3 et 4 juin en présence des commissaires du roi. À la fin de cette dernière conférence, Necker présente un projet de conciliation, que les ordres privilégiés acceptent le lendemain, mais pas le tiers état sachant très bien que le vote par tête dépendait de la réunion des trois ordres dans la salle commune.

8 À Versailles, les députés sont invités à dîner à tour de rôle dans les maisons des grands : soit chez les ministres, soit chez le chef de leur propre députation qui était toujours un membre des ordres privilégiés. Salm-Salm, évêque de Tournai, chef de la députation de Lille, aura ses pouvoirs annulés en juillet 1789 et sera remplacé le mois suivant par le curé Louis-Joseph Nolf (1746-1805), cf. les lettres des 7 et 16 juillet 1789.

9 Après une dernière tentative de conciliation avec les ordres privilégiés, Sieyès incite les députés à se constituer en assemblée active et à commencer la vérification des pouvoirs. Le 13 juin, trois curés poitevins rejoignent le tiers état, puis l’abbé Grégoire et d’autres curés les jours suivants.

10 La dédicace ou ducasse est célébrée dans toute la France du Nord le jour de la fête du Saint Patron de la paroisse ; elle constituait jusqu’à une époque récente la principale fête de la communauté villageoise et elle était marquée par trois types principaux de manifestations : une messe solennelle et des vêpres, des banquets familiaux où étaient invités les membres de la famille habitant dans les localités environnantes, des bals. Selon les lieux, le nombre de jours de fête variait et il y avait toujours « rebond » le dimanche suivant.

11 Tous les jours, il y avait un départ du courrier de Versailles à Paris et à midi, un départ de Paris pour arriver à Lille deux jours plus tard. Linselles était à 10 km au nord-ouest de Lille. Durée totale du trajet : trois jours minimum. « Les lettres adressées aux députés sont confiés immédiatement au facteur de l’Assemblée, tandis que les autres pièces restent au bureau de correspondance, pour examen et tri... » (A. Castaldo, Les Méthodes de travail de la Constituante, Paris, PUF, 1989, p. 258).

12 Lundi 15 juin, Sieyès avait souhaité que les députés du tiers état prennent le titre d’Assemblée des représentants connus et vérifiés de la nation française. Pendant deux jours les grands orateurs (Malouet, Mirabeau, Mounier, Rabaut Saint-Etienne) se sont prononcés sur cette question en soi révolutionnaire : les uns voulant ne pas heurter les ordres privilégiés et les autres pensant qu’il fallait être un peu plus audacieux. Après plusieurs propositions et de longues discussions, le tiers état vote par 491 voix contre 90 en faveur de la motion Sieyès et se proclame Assemblée nationale, mercredi 17 juin 1789. En même temps, une résolution est prise concernant la levée des impôts, comme l’indique Lepoutre. Une étape décisive est ainsi franchie.

13 [n. p.], non publiée ; nous indiquerons sous cette forme les lettres évoquées par l’un des deux époux et que nous n’avons pas publiées dans ce volume.

14 Samedi 20 juin 1789, une séance royale est annoncée, les portes de la salle des Menus-Plaisirs sont fermées et le tiers état se rend à la salle du Jeu de Paume où le serment est prononcé. Le 22 juin, les députés sont trop nombreux pour la salle du Jeu de Paume et se réunissent avec des députés du clergé à l’église Saint-Louis. La séance royale a lieu mardi 23 juin ; le 24 juin, 148 membres du clergé répondent à l’appel général du tiers état ; le 25 juin, 47 nobles (le duc d’Orléans inclus) rejoignent le tiers état. Le 27 juin, le roi cède et prie les députés des ordres privilégiés qui ne l’ont pas encore fait, de rejoindre le tiers état. Ainsi, les États généraux sont terminés et, le 30 juin, les séances de l’Assemblée nationale commencent.

15 L’archevêque de Paris est Leclerc de Juigné (1728-1811), élu (28 avril 1789) député du clergé pour la ville de Paris ; le 26 juin, il rejoint le tiers état, donc après l’incident désagréable qui lui est arrivé selon Lepoutre.

16 Le 26 juin 1789, une députation des citoyens de Paris se présente pour féliciter le tiers état sur sa conduite le 17 juin.

17 Ainsi nous apprenons que la rumeur du prochain renvoi de Necker circulait déjà en province, comme circulaient beaucoup d’autres rumeurs depuis la séance royale du 23 juin quand le roi avait essayé d’arrêter la Révolution.

18 Le 30 juin 1789, à l’ouverture de l’Assemblée nationale, six membres du clergé et 123 nobles protestent contre la réunion des ordres. Ils prétendent devoir rentrer chez eux pour solliciter de nouveaux pouvoirs auprès de leurs commettants. En attendant, pendant la première quinzaine de juillet un petit nombre de ces députés continuent à se réunir séparément dans leurs propres chambres.

19 Le 7 juin 1789, pour faciliter les délibérations entre un si grand nombre de personnes, le tiers état avait décidé de répartir ses députés entre 20 bureaux de 30 membres chacun, choisis alphabétiquement et remplacés tous les quinze jours, le principe étant de briser les liens provinciaux et faire prédominer l’idée d’unité nationale. À la suite de la réunion des ordres (3 juillet) les chiffres sont fixés à 30 bureaux de 40 membres qui se rencontrent l’après-midi pour préparer les débats en séance plénière du lendemain. Lepoutre se trouve dans le même bureau que La Fare (cf. la lettre du 8 mai 1789). La discussion dans les bureaux convenait aux orateurs timides, mais elle s’est révélée encombrante dans la pratique. Vers le mois de septembre les débats ont lieu plus souvent dans des comités spécialisés, établis pendant l’été. Dorénavant les bureaux ne serviront que pour l’élection des présidents et secrétaires.

20 L’évêque d’Autun, Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord (1754-1838) : fin 1788, il était rapporteur à l’Assemblée des Notables et membre de la Société des Trente à Paris. Orateur important à l’Assemblée nationale (sur les différentes sortes de mandats, les finances et l’octroi des droits civiques aux juifs du midi de la France).
L’évêque de Chartres, Jean-Baptiste-Joseph de Lubersac (1740-1822) : en 1775, évêque de Tréguier où il rencontre Sieyès qu’il fait chanoine et grand vicaire. Le 24 juin 1789, avec quatre autres évêques il est à la tête de la majorité du clergé qui rejoint la grande salle où siège le tiers état. Par la suite, Lubersac fréquente le club des Impartiaux puis le club Monarchique ; en juin 1791, il émigre en Angleterre.

21 Le député fait ici allusion à la crise de subsistance qui sévit particulièrement au printemps et dans l’été 1789. Ces crises ou « chertés » ont été fréquentes jusqu’au milieu du XIXe siècle mais de 1710 à 1788, elles furent plutôt atténuées par rapport à la période précédente ; la gravité de la crise de 1789 paraît donc d’autant plus lourde. Pourtant le mécanisme est classique : mauvaise récolte 1788 à cause d’orages dévastateurs, gel brutal et prolongé au cours de l’hiver 88-89 qui oblige à resemer les céréales d’hiver ; la pénurie de céréales entraînent un hausse des prix des subsistances qui doublent en France du Sud, qui triplent ou quadruplent au Nord ; comme la population a augmenté et le secteur du textile est aussi en difficultés, tous ceux qui vivent d’un salaire et doivent acheter leur pain subissent une brutale dégradation de leurs conditions de vie. L’un des signes de cette dégradation est la multiplication des errants et des mendiants tandis que tous ceux qui produisent, vendent ou stockent céréales et pain sont l’objet de la défiance, voire de la violence des pauvres. Dans l’introduction au Florilège des cahiers de doléances du Nord (P. Marchand, éd., op. cit., 1989), on trouvera plusieurs documents sur les manifestations septentrionales de cette crise. Voir aussi E. Labrousse La crise de l’économie française à la fin de l’Ancien régime et au début de la révolution, Paris, PUF, 1944 ; F. Hincker, La Révolution française et l’économie, Paris, Nathan, 1989.

22 Le lendemain Mirabeau proteste contre le rassemblement des troupes autour de la capitale et invite l’Assemblée à demander au roi leur renvoi. Lepoutre décrit un incident arrivé entre des hussards (soldats de la cavalerie légère) et des gardes françaises (le régiment le plus nombreux de la maison du roi, environ 5.000 hommes en 1789).

23 L’élection contestée des évêques de Tournai (prince de Salm-Salm) et d’Ypres (M. d’Arberg) n’est discutée qu’à la fin de la séance du 14 juillet (matin), suivant le rapport de Merlin (dont une seule copie existe à la Bibliothèque municipale de Lille, Ez 1292). Merlin, au nom du comité de vérification, demande à l’Assemblée de décider si « deux évêques étrangers par la naissance et la situation de leur évêché, mais ayant une partie de leur diocèse sur le territoire français, possédant des fiefs dans cette même partie, peuvent être électeurs ou éligibles pour les États généraux de France, c’est-à-dire être représentants de la nation ». L’avis du Comité est défavorable. L’affaire n’est discutée que le 20 juillet 1789 : plusieurs membres soutiennent la validité de leur élection par des faits historiques, des principes du droit public et la renonciation forcée (donc illégale) de la Flandre entière par François Ier après la défaite de Pavie. « Cet argument sentimental se brisa contre les considérations positives : il convenait peu de réclamer contre les cessions de François Ier, Louis XIV et Louis XV, si l’on reconnaissait pour valables les cessions faites à la France de l’Alsace, la Lorraine et la Corse... Il n’en restait pas moins que les deux évêques avaient prêté serment à l’empereur ». (p. 27-28 du rapport de Merlin selon C. Richard, « L’Élection des évêques d’Ypres et de Tournai aux États généraux de 1789 », dans Annales de l’Est, 1908, t. 2, p. 172). Bouche d’Aix avance les arguments contre les deux évêques qui ne sont ni « habitants, ni naturels français » : ainsi, à ses yeux il n’est pas possible de les admettre pour coopérer à des lois qui ne seront pas obligatoires pour eux. Par 408 voix contre 288, leur exclusion est votée. (M.J. Mavidal et M.E. Laurent, Archives Parlementaires de 1787 à 1860 (ci-après, A.P.), première série (1787-1799), Paris, 1888, vol. VIII, p. 251).

24 Néanmoins, le jour même (7 juillet), l’Assemblée élit les 30 membres (un par chacun des 30 bureaux) du premier comité de constitution. Le 14 juillet, un nouveau comité est formé, plus restreint : deux députés du clergé (Champion de Cicé et Talleyrand), deux députés nobles (Clermont-Tonnerre et Lally-Tolendal) et quatre députés du tiers état (Bergasse, Le Chapelier, Mounier et Sieyès). Deux mois plus tard, après la démission de Bergasse, Mounier et Lally-Tolendal, le comité définitif est élu (12 septembre) : Démeunier, Le Chapelier, Rabaut Saint-Etienne, Sieyès, Talleyrand, Target, Thouret et Tronchet y siègent jusqu’à la fin de la Constituante.

25 Les rumeurs avaient beaucoup circulé, dont celle du déplacement de l’Assemblée nationale. Le 10 juillet 1789, une députation de l’Assemblée porte un message de Mirabeau au roi lui priant d’éloigner les troupes, qui étaient environ 30.000 autour de la capitale. Le 11 juillet, dans le secret total Necker est renvoyé : Paris l’apprend le lendemain. En même temps, les ministres démissionnent ou sont renvoyés : La Luzerne (marine), Montmorin (affaires étrangères), Puységur (guerre), et Saint-Priest (intérieur). Ils sont remplacés par Breteuil (président du conseil des finances), La Vauguyon (affaires étrangères), Laporte (marine), Foulon (contrôleur général des finances) et le maréchal de Broglie (guerre). Or ces personnes, notamment Breteuil, sont considérés comme plus proches de la Cour. Dimanche 12 juillet : à partir de 12h., des orateurs (tels Camille Desmoulins et Hulin, cf. note 26) haranguent la foule au Palais-Royal et des manifestations commencent à avoir lieu dans les rues. Vers 17 h. le régiment du Royal-Allemand charge la foule dans les Tuileries ; vers 22 h. les régiments suisses interviennent aux Champs-Élysées, mais doivent ensuite se replier ; au milieu de la nuit 40 des 54 barrières de l’octroi sont incendiées. Lundi 13 juillet : vers 6 h. le couvent Saint-Lazare est pillé par la foule ; l’assemblée des électeurs de Paris forme un comité permanent et constitue une milice bourgeoise ; à 17 h., une délégation des électeurs parisiens, conduite par Ethis de Corny (procureur du roi et de la ville), se rend aux Invalides pour réclamer des armes ; l’Assemblée nationale demande au roi le rappel des ministres disgraciés et l’éloignement des troupes.
Le 14 juillet, à 10 h. la foule envahit les Invalides pour saisir les armes et puis se tourne vers la Bastille, cherchant d’autres armes. Quatre députations du « comité » des électeurs de Paris essayent de négocier avec le gouverneur. À 13 h 30, les défenseurs tirent sur la foule ; à 15 h 30. un détachement de gardes françaises, sous le commandement de Hulin, arrive avec des canons. À 17 h. la Bastille capitule et le gouverneur Launay est massacré une heure plus tard.

26 M. de Kullier est sans doute M. de Hulin, né à Paris en 1758, soldat puis sergent aux gardes suisses avant de passer au service de Genève et assister à la révolution de 1782-1783. Ayant harangué la foule le 12 juillet, le 13 il prétend vouloir venger le renvoi de Necker ; le 14, il est aux Invalides et en revenant entre en contact avec les gardes-françaises qu’il dirige vers la Bastille (cf. la note précédente). Par la suite Hulin sera général et présidera le conseil de guerre qui condamne à mort le duc d’Enghien. (J. Godechot, La Prise de la Bastille, Gallimard, 1965, p. 289).

27 Le « comité » des électeurs de Paris, cf. la note supra.

28 Ethis de Corny, cf. la note supra.

29 Le prévôt des marchands, Flesselles, était aussi président du « comité » des électeurs de Paris et avait été accusé de laisser le peuple sans défense.

30 Les pertes : parmi les assaillants, 98 morts, 60 blessés et 13 mutilés ; parmi les défenseurs, un tué et trois blessés.

31 À Versailles, riche en hôtellerie, le logement avait été organisé par la municipalité à la demande de Laurent de Villedeuil, secrétaire d’État de la maison du roi. Les prix des logements payés par des curés et des membres du tiers état vont de 30 à 100 livres par mois. Lepoutre avait pris domicile au 14, rue Neuve Notre-Dame, comme ses collègues de Lille, Scheppers (négociant et directeur de la chambre de commerce de Lille), Wartel (avocat à Lille) et plus tard, en août, le curé de Saint-Pierre de Lille, Nolf (cf. la lettre du 5 juin). Seul le quatrième député du tiers état de Lille, Chombart (propriétaire à Herbes) était descendu au no 1, rue de la Pompe.
Lors du transfert à Paris en octobre 1789, les députés eurent plusieurs semaines devant eux pour trouver des locaux convenables. Lepoutre se rendit à l’hôtel de l’Union, rue des Moineaux, butte Saint-Roch, avec le curé Nolf et Wartel. Lorsque ce dernier démissionna en 1790, il fut remplacé par Poutrain (fermier et bailli à Mérignies) qui se rendit au même hôtel que Chombart et Scheppers : l’hôtel de la Chine, rue Neuve des Petits-Champs, vis-à-vis du Trésor royal.

32 Le Point de Jour, journal fondé par Barère, paraît du 19 juin 1789 au 31 septembre 1791. Très apprécié par les députés patriotes, ce journal est « moins sec, plus personnel et plus nuancé » que, par exemple, le « récit discret, anonyme, terne des événements en cours » de Gaultier-Biauzat, le Journal des débats et des décrets. (Cf. E.H. Lemay, « Écouter et renseigner : le journalisme du député-constituant, 1789-1791 », dans P. Rétat, La Révolution du Journal, 1788-1794, Paris, CNRS, 1989, p. 161-168.)

33 Le 15 juillet 1789, Louis XVI se rend à l’Assemblée nationale pour annoncer le retrait des troupes ; le 16 juillet, il rappelle Necker après avoir renvoyé les ministres récemment engagés ; le 17 juillet, à l’Hôtel de Ville de Paris le roi épingle à son chapeau la cocarde tricolore.

34 Parmi les premiers émigrés on relève les princes, Artois, Bourbon, Conti et Condé, ainsi que les ministres Breteuil et Broglie, tout le clan des Polignac, le comte de Vaudreuil.

35 Autant par habitude très ancienne de prendre les armes chaque fois qu’un péril menaçait le village ou les récoltes que par imitation des exemples parisien et plus généralement citadins, beaucoup de villages constituent des gardes locales formées d’habitants volontaires. Ce mouvement qui conjugue la vocation au maintien de l’ordre et la mobilisation citoyenne aboutira à la formation de la garde nationale où se retrouve la même ambivalence.

36 Ici, Lepoutre se réfère à la discorde qui a duré jusqu’à ce que l’ancienne municipalité soit remplacée par une nouvelle équipe. Lors des élections primaires dans les 60 districts de Paris (21 avril 1789), 407 électeurs avaient été élus qui, au second tour (12-19 mai), avaient élu les 20 députés du tiers état aux États généraux. La décision des électeurs de rester mobilisés rend inévitables les difficultés entre leur comité permanent et les districts, surtout sur la question de la milice parisienne. Selon M. Genty, « Le 14 juillet, vers trois heures encore, le district des Blancs-Manteaux réclama des explications au prévôt des marchands sur les fusils et munitions qu’il n’avait toujours pas reçus.... Le 15 juillet, la capitale consacra sa liberté en portant à sa tête des dirigeants désignés par elle... » : Lafayette, commandant de la garde nationale, et Bailly, maire de Paris (tous les deux, députés aux États généraux). Le 25 juillet, l’assemblée des électeurs est remplacée par une nouvelle assemblée des représentants des districts qui s’octroie l’administration municipale et, au mois d’octobre, met en place un conseil de ville pour les questions administratives et un comité des recherches pour les problèmes de police. (M. Genty, L’apprentissage de la citoyenneté, Paris 1789-1795, Pairs, Messidor/Éditions Sociales, 1987, p. 24-34, « La réorganisation de Paris, juillet-octobre 1789 »).

37 Comparons cette remarque de Lepoutre avec ce qu’écrit quelques jours plus tard le marquis de Ferrières, député de Saumur : « L’insurrection est universelle contre la noblesse. Il y a, dans les députés des communes, des gens qui nous haïssent, et cela, sans savoir pourquoi. Leur haine est d’autant plus forte, plus active, qu’elle n’a point d’objet déterminé. Ils ne songent pas qu’ils seront eux-mêmes les victimes des soulèvements qu’ils excitent, que le peuple, qu’ils animent contre nous, retombera avec encore plus de force sur eux... » (Marquis de Ferrières, Correspondance inédite, 1789, 1790, 1791, Paris, 1932, p. 99-100).

38 Voir G. Lefebvre, La Grande Peur, Paris, (1932), 1988, p. 88, le chapitre sur « Paris et l’idée de complot » : « Tous les yeux étaient fixés sur l’Assemblée et sur la capitale ; toutes les oreilles recueillaient avidement les avis qui en provenaient. Ainsi les bruits qui s’y colportaient avaient une importance essentielle ».
Pendant cette période (20 juillet-6 août 1789) la rumeur circule qu’une escadre anglaise s’approche de Brest. Le 26 juillet, le duc de Dorset, ambassadeur d’Angleterre, écrit à Montmorin (ministre des affaires étrangères) pour disculper son gouvernement de toute ingérence dans les troubles qui agitent la France et particulièrement dans le complot contre le port de Brest. Le 27 juillet, la lettre est lue à l’Assemblée nationale par La Rochefoucauld-Liancourt, président.
Delaville-Leroulx, député de Lorient, demande à sa ville d’envoyer des secours pour la défense de Brest car, dit-il : « Des avis certains nous instruisent que les Anglais ont visité plusieurs bâtiments français dans la Manche, et nous avons lieu de croire qu’ils sont les auteurs des complots horribles qui nous effrayent.... » (Joseph Delaville-Leroulx, Correspondance, 30 avril 1789-25 août 1790, A.D. du Morbihan, BB12-13 : Lettre no 41, 25 juillet 1789, à la municipalité de Lorient.).

39 Par la phrase « représentants de la nation de l’Empire français », Lepoutre semble exprimer toute sa fierté en tant que député participant à l’Assemblée nationale. Le sens général du terme « empire » signifie un ensemble de territoires relevant d’un gouvernement central, quelle que soit la forme de celui-ci.

40 Lepoutre veut dire que la Constituante ne laissera subsister que les douanes à la frontières du royaume. En effet, cette mesure, réclamée depuis plusieurs décennies par les physiocrates et les économistes met fin aux cloisonnements intérieurs qui caractérisaient la France d’Ancien Régime où existaient trois statuts douaniers : dans la majeure partie des provinces du centre du royaume, regroupées dans les cinq grosses fermes, le commerce intérieur était libre (en dehors des péages seigneuriaux ou des octrois urbains) ; certaines province périphériques payaient des taxes sur les produits entrant dans les premières citées mais non vers l’étranger ; une troisième catégorie de provinces, « réputées étrangères » payaient à la fois vers l’étranger et vers l’intérieur du royaume. La Flandre entrait dans cette catégorie. La perception des taxes douanières – et d’autres impôts indirects – était affermée à des financiers, des fermiers qui n’ont évidemment rien à voir avec les exploitants agricoles homonymes ; les plus puissants de ces fermiers étaient les fermiers généraux des cinq grosses fermes ; souvent détestés à la fin de l’Ancien Régime, ils furent vite rangés parmi les « aristocrates ». On dispose sur ce sujet d’une étude récente et d’autant plus utile qu’elle porte sur un secteur voisin de la Flandre : J. Clinquart, Les services extérieurs de la ferme générale à la fin de l’Ancien Régime, l’exemple de la direction des fermes du Hainaut, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1995.

41 La Grande Peur est très largement alimentée par les rumeurs annonçant l’arrivée de brigands, parfois dénoncés comme étant à la solde des « aristocrates » et toujours appréhendés comme fauteurs des pires destructions, notamment contre les céréales qui, en juillet, sont sur le point d’être récoltées. La multiplication des errants a favorisé ces rumeurs. Le plus souvent elles sont sans fondement, mais elles suscitent la formation des gardes dites bourgeoises, c’est-à-dire formée des habitants (Voir note supra et G. Lefebvre, op. cit. (1932), 1988.

42 En principe, chaque députation aux États généraux a son bureau de correspondance auquel elle envoie les nouvelles concernant les travaux constitutionnels. Dans ce cas, il se trouve à Lille, chez l’avocat Couvreur, rue des Jésuites.

43 Nous rappelons que la dîme est la taxe due à l’Église et consiste en un prélèvement d’une partie de la récolte, notamment de céréales, à raison d’une gerbe sur dix en moyenne. Le refus de payer la dîme est une des manifestations de la transformation de la Grande Peur en un mouvement hostile à certains privilèges et prélèvements seigneuriaux ou ecclésiastiques. On remarquera une notation très significative : ce n’est pas l'Église elle-même qui est visée mais ce que l’on considère comme un excès – on demande 3 % au lieu de 10 – et surtout un mauvais usage – on veut qu’une partie soit utilisée pour l’assistance considérée comme une fonction normale que le Clergé assume mal. Le refus, surtout spectaculaire dans le Hainaut-Cambrésis, mais signalé aussi à Mouvaux ou à Baisieux près de Linselles, persistera après le 4 août quand les décrets prévoiront l’abolition mais différée en 1790. Lepoutre est concerné, car il était fermier des dîmes et assurait donc la collecte en gardant une partie du produit évidemment.

44 Pierre-Joseph-Victor, baron de Besenval (1721-1791), commandant des Gardes suisses aux Invalides, est sur une liste de proscription dressée par les émeutiers parisiens au Palais-Royal dans la nuit du 13-14 juillet 1789. Sur son chemin de retour à Paris, Necker apprend l’arrestation de son ami, accusé de complot contre la nation. Traduit en justice, le tribunal du Châtelet l’acquitte (29 janvier 1790).

45 M. le duc de La Vauguyon et son fils, cf. la lettre du 16 juillet 1789.

46 Jean-Baptiste Wartel (1724-1805) est un des quatre députés du tiers état de Lille, cf. la lettre du 16 juillet 1789.

47 Depuis les troubles du printemps 1789, les cours de justice de la région ont multiplié les condamnations ; le 28 juillet, le chef des émeutiers de Fretin est pendu à Lille ; le 1er août, deux émeutiers sont pendus à Valenciennes, puis dans les jours suivants à Condé, Cambrai et Lille encore. Voir le récit des troubles et de la répression dans G. Lefebvre, op. cit., (1924), 1972, p. 356.

48 Le récit enthousiaste de Pierre-François Lepoutre est à la fois exact et significatif de la dynamique de renoncement joyeux aux privilèges qu’a enclenché les propositions des nobles évoqués dans la lettre. Il s’agit du vicomte de Noailles et du duc d’Aiguillon, deux nobles libéraux ; leur initiative avait en fait été préparé au club breton avec l’idée, justifiée par le cours des événements, que le sacrifice des privilèges proposé par des privilégiés aurait un effet d’entraînement plus puissant. Les décrets des 7 et 11 août, qui reprennent les dispositions de la Nuit du 4 août, confirmeront l’abolition mais sous conditions, par exemple de rachat des droits seigneuriaux réels comme les cens et les champarts.

49 La gabelle est la taxe sur le sel, denrée très importante en particulier pour la conservation des aliments. Le poids de cet impôt était très différent d’une province à l’autre et certaines étaient totalement exemptées. Les Flandres et l’Artois, rattachées tardivement au royaume, étaient dans ce cas. Évidemment, dans une province limitrophe comme la Picardie qui était « pays de grande gabelle », il était tentant de venir acheter le sel en contrebande dans une région où l’absence de taxe le rendait meilleur marché.

50 La Flandre bénéficiait, sous l’Ancien Régime, de la franchise du tabac, c’est-à-dire des libres culture et vente. En revanche, le tabac flamand était protégé de la concurrence étrangère par d’importants droits de douanes établis en 1721 et révisés en 1749. Les entrées ne pouvaient se faire théoriquement que par Dunkerque, Comines et Werwicq sous le contrôle de la ferme générale. Les cultivateurs se plaignaient de l’efficacité insuffisante de la lutte contre l’importation frauduleuse en provenance des Pays-Bas autrichiens. Il n’est pas étonnant que la question du tabac revienne souvent dans la correspondance. P.F. Lepoutre évoque en outre « les franchises de notre paroisse », allusion probable à une partie du territoire de Linselles qui dépendait de la seigneurie de Blaton, aux Pays-Bas autrichiens, et de ce fait ne relevait ni de la justice, ni des dispositions fiscales françaises. On peut donc supposer que l’entrée du tabac « belge » y était autorisée, ce qui devait évidemment favoriser la fraude (Voir à ce sujet T. Leuridan, Histoire de Linselles, Lille, 1883 et G. Tyran, Les Franchises de Blaton et Linselles de la conquête française à la Révolution, Lille 3, mémoire de maîtrise, dir. A. Lottin, 1973).

51 Allusion à l’un des épisodes les plus graves des troubles de juillet 1789 : le 23, environ 600 villageois de Templeuve et Cappelle-en-Pévèle ont attaqué l’Abbaye d’Anchin, à Pecquencourt près de Douai. Ils ont obligé l’abbé à renoncer à la dîme et à s’engager au remboursement des frais d’un procès en cours. G. Lefebvre, op. cit., (1924), 1972, p. 360.

52 Par « casuel » on entendait les redevances perçues par le clergé à l’occasion des baptêmes, mariages, sépultures. Beaucoup de cahiers de doléances demandaient leur suppression, estimant que la dîme devait couvrir tous ces services.

53 La portion congrue était une rétribution payée par les gros décimateurs, curés primitifs, au prêtre qui remplissait à leur place les fonctions curiales.

54 Dans le débat sur le traitement des députés, les sommes proposées varient entre 15 et 24 livres par jour. Finalement, le 19 septembre l’Assemblée décrète une indemnité de 18 livres par jour à partir du 27 avril précédent, sauf pendant les absences ; elle ajoute 25 sols par lieue ou 5 livres par poste pour le voyage à Paris.

55 Le curé Nolf et Lepoutre entrent au club des Jacobins puis passent aux Feuillants en juillet 1791. Mais contrairement à Lepoutre, Nolf revient aux Jacobins en septembre. (cf. les lettres des 5 juin et 16 juillet).

56 Le 11 juillet 1789, une motion en faveur d’une déclaration des droits de l’homme avait été proposée par La Fayette qui avait discuté du sujet avec Thomas Jefferson dès janvier. D’ailleurs depuis lors, les projets s’étaient multipliés (Condorcet, Brissot, Servan et des députés tels que Target, Mounier, Thouret, Sieyès). Le 17 août, Mirabeau présente le projet du comité des cinq ; mais le lendemain l’Assemblée décide de discuter le projet du 6e bureau. Le 26 août 1789, après de longs débats le texte définitif (17 articles) est adopté ; il figurera en préambule à la constitution de 1791. À la date du 23 août, l’article relatif à la liberté des cultes vient d’être adopté.

57 Tout ce passage fait référence à la très complexe organisation de l’administration et de la justice locales en Flandre wallonne. Résumons sommairement : les Magistrats des villes, c’est-à-dire les administrations municipales ou échevinages, gardaient une puissance affirmée dans les affaires urbaines conformément aux traditions des Pays-Bas peu bouleversées par la monarchie française ; les Magistrats de Lille, Douai et Orchies envoyaient aussi 8 députés aux États de Flandre wallonne ; ils y retrouvaient les baillis – ou principaux officiers seigneuriaux – des quatre seigneurs haut-justiciers (Phalempin, Cysoing, Wavrin, Comines). C’est en contrôlant ces quatre baillis que le roi de France s’assure la maîtrise des états provinciaux, notamment en matière fiscale, fut-ce au prix de fréquents conflits entre intendants et baillis d’un côté, Magistrats de l’autre. La châtellenie, quant à elle, est le cadre d’exercice de la justice royale inférieure. Sur tous ces points l’ouvrage essentiel est : P. Guignet, Le pouvoir dans la ville au XVIIIe siècle, Paris, EHESS, 1990.

58 Nous rappelons qu’il s’agit du receveur et régisseur des biens de M. de Quarteville, propriétaire des Wattines.

59 La remarque concerne la décisive question de la circulation des grains ; depuis plusieurs décennies l’idée que les disettes étaient dues aux entraves au commerce intérieur était défendue par de nombreux économistes et fut reprise par plusieurs contrôleurs généraux des finances. Les tentatives de libéralisation qui s’ensuivirent suscitèrent la défiance d’une large partie de l’opinion publique qui voyait volontiers dans la circulation des grains la main des spéculateurs, a fortiori si les marchandises étaient destinées à l’exportation. Mais la très grande majorité des Constituants est favorable aux thèses libérales et il est significatif que l’instauration du libre commerce intérieur des grains soit l’une des premières mesures de la Constituante. Malgré les précautions pour empêcher l’exportation, la question ne cessera pas de revenir en débat dès que la pénurie et la cherté se manifesteront. À la thèse libérale, certains hommes politiques, comme Robespierre, opposeront la nécessité d’assurer au peuple « le droit à l’existence » qui, selon eux, légitime le contrôle du commerce des grains, denrée vitale. Sur cet enjeu crucial on peut lire S.L. Kaplan, Le pain, le peuple et le roi, (1976), Paris, 1986 ; E.P. Thompson, F. Gauthier, G.R. Ikni et alii, La guerre du blé au XVIIIe siècle, Paris, éd. de la passion, 1989.

60 La veille, Roussier a soulevé un très vif débat en proposant l’insertion de la formule, « Le gouvernement français est une démocratie royale » dans le premier article de la constitution. Le 29 août, la discussion des principes de la constitution continue, révélant une Assemblée divisée sur la forme du gouvernement et les pouvoirs à donner au roi. Le 31 août, des messages arrivent de Paris annonçant que l’assemblée patriotique du Palais-Royal menace les députés : « Si la partie de l’aristocratie, formée par une partie du clergé, une partie de la noblesse, et 120 membres du tiers état ignorants ou corrompus, continue de troubler l’harmonie et veut encore la sanction absolue, 15.000 hommes sont prêts à éclairer leurs châteaux et maisons et les vôtres particulièrement » (A.P., vol. VIII, p. 513).
Dans une lettre à Lorient (18 septembre 1789), Delaville-Leroulx écrit au sujet des discussions sur la constitution : « Il n’y a pas 30 ecclésiastiques, ni 30 nobles qui opinent avec le tiers et par contre, près de 100 membres des communes sont toujours de l’avis du clergé et des nobles » (op. cit.).

61 Notons que Lepoutre semble mal comprendre les discussions sur la composition de la législature. Le 10 septembre, c’est par un vote de 490 voix contre 89 et 122 abstentions que l’Assemblée opte pour une chambre unique. Le 11 septembre, à propos du veto royal, les constituants trouvent un compromis en adoptant le veto suspensif par un vote de 673 voix contre 325 et 11 abstentions.

62 Située sur la rive gauche de la Seine entre Bougival et Port-Marly, « la machine de Marly » alimentait en eau les bassins et fontaines des parcs de Versailles et de Marly. Construite par deux Liégeois, un expert en hydraulique et un charpentier, elle est commencée en 1681 et inaugurée par Louis XIV trois ans plus tard. Son but : élever l’eau prise dans la Seine 165 m. plus haut en franchissant 1.200 km., d’où un entretien très coûteux. Malgré sa faible productivité et le bruit infernal qu’elle faisait, la machine suscitait la plus vive admiration par la complexité de son système et le magnifique travail de charpenterie. À la veille de 1789, elle ne fonctionnait presque plus ; démontée en 1817, elle est remplacée par une machine à vapeur. (S. Hoog, dans F. Bluche, Dictionnaire du Grand Siècle, Paris, Fayard 1990, p. 985).

63 Le règlement intérieur de l’Assemblée constituante (voté le 29 juillet) stipulait que le procès-verbal (un bref sommaire des débats, sans aucune analyse) serait établi par des notes prises par six secrétaires, élus pour un mois, trois à la fois tous les quinze jours. Après son adoption par l’Assemblée nationale, le procès-verbal est signé par le président et deux secrétaires avant d’être transmis à l’imprimeur, Baudouin qui avait les instructions de livrer la version imprimée au domicile de chaque député. À la fin du mois, chacun devait recevoir un ensemble relié inquarto des procès-verbaux du mois avec les annexes. Le rythme de publication n’étant pas toujours maintenu, le 23 mars 1790 un député se plaint que le procès-verbal n’a pas été reçu depuis six semaines ; il demande qu’il soit imprimé et distribué dans les trois jours suivant son adoption par l’Assemblée.

64 César-Guillaume de La Luzerne (1738-1822), évêque de Langres, élu président de l’Assemblée nationale le 31 août 1789, démissionne le 9 septembre après avoir perdu le contrôle d’une séance extrêmement tumultueuse. Il est remplacé par Clermont-Tonnerre. La Luzerne démissionne de l’Assemblée nationale en décembre 1789 ; il émigre au début de 1791 et ne rentre en France qu’en 1814 ; il devient alors membre de la commission des évêques.

65 En 1788, Paris comptait 48 hôpitaux : ceux administrés par l’Hôpital général (la Salpétrière, Bicêtre, les Enfants Trouvés...) servaient comme maisons de retraite et de traitement pour les vieillards, infirmes, enfants trouvés, et de détention pour les femmes de la rue ; ceux administrés par le bureau de l’Hôtel-Dieu (comprenant l’Hôtel-Dieu lui-même, Saint-Louis...) traitaient les malades des deux sexes. (cf. C. Bloch, L’Assistance et l’État en France à la veille de la Révolution, Paris, 1908 ; Genève, Slatkine, 1974).

66 Après la « révolution municipale » de juillet 1789 qui se solde par une ouverture plus ou moins marquée des administrations urbaines à de nouvelles personnalités de la bourgeoisie, les municipalités et les gardes bourgeoises tentent partout de rétablir l’ordre et de mettre un terme aux émeutes de subsistance. L’épisode de Troyes, au cours duquel le maire, Huez, a été tué, est un de ceux parmi les plus tragiques qui ont convaincu la majorité constituante de l’urgence de l’établissement des autorités locales. On notera le terme méprisant du député Lepoutre à l’égard des émeutiers qualifiés de « canaille » ; le ton contraste avec la bienveillance, manifestée dans plusieurs lettres, à l’égard des « pauvres » subissant les difficultés du temps.

67 Cette remarque de Lepoutre reflète l’anxiété de plusieurs députés devant la situation instable du pays : ils réclament un plan de formation des assemblées provinciales et des municipalités qui, dans un esprit de liberté locale, prendraient en main les affaires courantes. Le 30 juillet 1789, dans une Motion pour l’établissement des assemblées provinciales proposée par M. Duport dans les Bureaux (Paris, s.d.), on lit : « Les assemblées provinciales peuvent seules remplir cet intervalle trop grand qui sépare l’Assemblée nationale des dernières classes du peuple ». Le 27 août, Bureaux de Pusy se réfère aux désordres qui sévissent dans le pays pendant cette période de transition : « Les lois sont sans force, les tribunaux sans autorité... Ce n’est qu’en établissant les assemblées provinciales et les assemblées municipales que vous pouvez faire renaître l’ordre ; ces assemblées recevront de vous les lois que vous prononcerez et vous recevrez d’elles les instructions qui manquent dans vos cahiers ». (A.P. vol. VIII, p. 492 et M.-V. Ozouf-Marignier, La Formation des départements. La Représentation du territoire français à la fin du XVIIIe siècle, Paris, 1989, p. 19-38).
Le 7 septembre 1789, Sieyès entre dans le débat sur l’organisation du corps législatif et réclame un comité restreint pour travailler au plan de municipalités et de provinces. Thouret présente le résultat de ces travaux dans un Rapport sur les bases de la représentation proportionnelle (29 septembre 1789) qui propose un découpage départemental du pays.

68 Nous nous trouvons face à une ambiguïté caractéristique de la complexité des prélèvements d’Ancien Régime : Lepoutre parle de « dîme féodale », non pour désigner la dîme ecclésiastique, mais les droits seigneuriaux sur la terre, notamment ceux en nature comme le champart ou terrage fixés en pourcentage de récolte. Ce sont ces droits qui ont été déclarés rachetables car assimilés à des propriétés.

69 Le 7 août 1789, Necker avait exposé la mauvaise situation des finances de l’État, réclamant un emprunt de 30 millions. Accordé par l’Assemblée nationale le 9 août, l’emprunt est un échec. Le 27 août, Necker propose un emprunt de 80 millions à 5 % pour pallier l’échec du 9 août. Le 24 septembre, il demande une contribution d’un quart de revenu, la « contribution patriotique », qui est accordée deux jours plus tard.

70 À la demande (19 septembre 1789) du duc d’Aiguillon, président du comité des Finances, qui pense que « le rétablissement des finances doit marcher avec l’établissement de la constitution et la constitution avec elles », l’Assemblée décide de traiter les affaires financières et constitutionnelles deux fois par semaine (vendredi et samedi), les divers rapports étant distribués la veille.

71 Lezaire est notaire à Neuville-en-Ferrain ; il est souvent cité et semble être un des personnages du Nord avec qui le député de Linselles a le plus d’échanges politiques. À plusieurs reprises dans les lettres qui suivent Lepoutre utilise ce terme d’assemblées provinciales ; il veut parler bien sûr de l’ensemble des nouvelles collectivités territoriales que l’Assemblée constituante projette d’établir et sur lesquelles elle débat entre septembre et décembre 1789 (Voir aussi note plus spécifique infra). Les termes pour désigner ces collectivités ne sont pas initialement fixés et le député reprend des désignations usitées dans les réformes tentées depuis 1750, notamment en 1787.

72 Parmi les rares députés du tiers état présents au banquet, Menard de la Groye, conseiller au présidial du Mans, écrit à sa femme (2 octobre 1789) : « Hier, ma chère amie, je fus témoin d’un spectacle très agréable. C’était un dîner splendide donné par MM. les gardes-du corps dans la salle de l’opéra au château de cette ville à tous les officiers militaires des différens corps et particulièrement à ceux du régiment de Champagne arrivé ici depuis quelques jours. Il y avait un grand nombre de spectateurs auxquels la famille royale daigna se réunir... ». Le 6 octobre, il ajoute à sa description du banquet : « On se permit des réflexions fâcheuses contre l’Assemblée nationale. On l’accusa hautement de vouloir trop restreindre l’autorité du roi et de porter atteinte à ses droits légitimes qu’on se promit de conserver et de défendre envers et contre tous. Cette disposition des esprits s’augmenta beaucoup encore dans un nouveau festin que les gardes-de-corps se donnèrent samedi dans leur hôtel. Un grand nombre d’entre eux s’enyvrèrent et tinrent, s’il faut en croire le bruit public, des propos fort inconsidérés. On ajoute que pour annoncer leur résolution de résister par la force à ce qu’ils appelaient les ennemis du roi et de la noblesse, ils arborèrent et firent prendre à plusieurs autres militaires des cocardes noires (emblème de la reine) en se moquant de ceux qui portoient la cocarde nationale. Ce récit, vrai ou faux, a transpiré bientôt dans Paris où il a causé une étrange fermentation... ». (Menard de la Groye, Correspondance (1789-1791), Conseil général de la Sarthe, 1989, p. 114 et 118.).
Au total, trois facteurs essentiels ont contribué aux journées des 5-6 octobre 1789 : les rumeurs sur le banquet, l’inquiétude suscitée par la lenteur royale à signer les décrets du mois d’août et par les bruits faisant état de projets de fuite vers Metz, et les difficultés de l’approvisionnement du blé à Paris malgré les bonnes récoltes de l’été.

73 Le nombre exact de tués est difficile à déterminer : probablement une vingtaine selon les rapports.

74 La ville de Versailles, si importante avant 1789, perdra beaucoup au déplacement de la royauté à Paris. Tout « un prolétariat de gagistes tombés sans emploi et d’ouvriers de Bâtiments à faire vivre ; des ressources financières à trouver... dans une ville où abondaient mendiants, filles et aventuriers... » (F. Evrard, Versailles, ville du roi (1770-1789), Paris, 1935, p. 511-512).

75 La Caisse d’escompte, créée en 1776, associait des banquiers qui assuraient le réescompte des effets commerciaux et émettaient des billets qui circulaient surtout en région parisienne. Depuis 1787, plusieurs tentatives de Calonne puis Necker allaient dans le sens d’une association plus grande avec l’État pour convertir la Caisse en une sorte de banque centrale autorisée à consentir des prêts au Trésor royal et à émettre des billets. Mais l’opinion publique continuait à se défier de la spéculation et plusieurs constituants, dont Mirabeau, liés à des financiers et banquiers concurrents, s’opposaient à ce projet. Ils allaient empêcher que la Caisse d’escompte ne serve à émettre des assignats gagés sur les biens nationaux (Voir l’article de F. Hincker dans D.H.R.F, 1989, p. 178).

76 Après les événements des 5-6 octobre, l’Assemblée nationale décide (12 octobre 1789) de suivre le roi à Paris. Les séances à Versailles sont interrompues jeudi 15 octobre et reprennent à l’Archevêché de Paris lundi 19 octobre en attendant d’entrer dans la salle du Manège des Tuileries, lundi 9 novembre. Les comités et les bureaux de l’Assemblée nationale sont installés dans les couvents des Feuillants et des Capucins avec une galerie couverte pour les relier au Manège.

77 Depuis la suppression des dîmes en août, l’idée de la nationalisation des biens de l’Église était en l’air : elle est proposée par Talleyrand (10 octobre 1789) et après de longues discussions, elle est adoptée (2 novembre 1789) par un vote de 568 voix contre 346 voix et 40 voix nulles.

78 Cf. la lettre du 7 octobre 1789.

79 Cf. la lettre du 16 juillet 1789 pour Poutrain, suppléant, qui remplace Wartel lors de sa démission.

Table des illustrations

Légende Portrait de Pierre-François Lepoutre. (Collection des portraits de MM. Les députés à la Constituante) [Coll. Particulière]
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2516/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 344k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search