Version classiqueVersion mobile

Député-paysan et fermière de Flandre en 1789. La correspondance des Lepoutre

 | 
Edna Hindie Lemay
, 
Jean-Pierre Jessenne

Introduction

Texte intégral

1Elle n’a pas d’autre ambition que de mettre à la disposition du lecteur les informations utiles pour mesurer la portée historique de la correspondance qui constitue l’essentiel de cet ouvrage.

I. UNE CORRESPONDANCE EXCEPTIONNELLE

2Nombreux sont les députés qui, en 1789, ont écrit à des correspondants de leur province d’origine ; pourtant, à plus d’un titre, l’échange épistolaire entre Pierre-François Lepoutre et son épouse constitue un document singulier.

Les correspondances des députés à l’Assemblée Constituante

3À l’ouverture des États généraux en mai 1789, il ne semble pas qu’il y eut une règle formelle obligeant les députés à tenir un journal ou à écrire des lettres sur les séances auxquelles ils allaient participer. Mais spontanément, dans l’enthousiasme de l’époque, beaucoup écrivaient à leurs parents, à leurs femmes ou leurs amis pour raconter leur voyage à Versailles, leur installation dans la ville royale, et, plus important, l’événement extraordinaire qu’était la convocation des États généraux après un intervalle de 175 ans. D’autres – surtout dans les rangs du tiers état – avaient reçu la consigne de tenir leurs commettants au courant de leur participation aux séances. Un peu partout en France, des comités de correspondance dans les municipalités sont créés lors des élections au printemps 1789. À Lille, c’est chez l’avocat Couvreur que se tient le bureau de correspondance, selon Lepoutre.

4Des 1315 députés des trois ordres et de leurs suppléants ayant siégé à l’Assemblée constituante, il ne reste qu’environ une centaine de correspondances de députés individuels et neuf correspondances de délégations provinciales où plusieurs députés écrivaient à tour de rôle à leur municipalité. Ces correspondances peuvent être classées selon la durée (quelques mois ou deux ans) et selon les destinataires (municipalités ou individus).

5En ce qui concerne le premier critère, rappelons que les séances se sont tenues durant 29 mois (mai 1789 à septembre 1791), soit 126 semaines. Les deux tiers de ces correspondances s’étendent sur des périodes brèves (de quelques mois en 1789 à plusieurs mois en 1789-1790) et en conséquence elles contiennent peu de lettres, souvent moins d’une vingtaine. Exceptionnellement dans ce groupe, le négociant Delaville-Leroulx écrivait 189 lettres pendant seize mois. Le dernier tiers de ces correspondances couvre toute la période de 1789 à 1791, mais ici encore seulement un tiers d’entre elles contient plus de 100 lettres par correspondant, c’est-à-dire une moyenne d’une lettre par semaine. Quatre députés écrivaient deux fois par semaine (Bouchette, Maupetit, Menard de la Groye et Vernier), et un seul (Legendre) trois fois par semaine avec 395 lettres. Enfin, il faut ajouter à ce dernier groupe Lepoutre dont la correspondance, y compris les lettres de son épouse, contient 468 lettres. En conclusion, les députés qui écrivaient régulièrement pendant toute la durée de la première assemblée nationale sont en très petit nombre.

  • 1 Correspondance de MM les députés des communes de la province d'Anjou, avec leurs commettants relat (...)
  • 2 A.C. Saint-Séver IID31-34 et Bayonne AA51 : correspondance de Basquiat de Mugriet et de Lamarque.
  • 3 A.D. Morbihan, BB12-13 : « Deux registres de correspondance de Delaville-Leroulx, 30 mai 1789 - 25 (...)
  • 4 F. Mège éd., Gaultier de Biauzat, député du Tien état aux États généraux de 1789. Sa vie et sa cor (...)
  • 5 A. Corre et Delourmel éd., « L.-F. Legendre, correspondance l789-1791 », dans La Révolution frança (...)

6À qui sont destinées ces correspondances ? Environ un tiers s’adresse aux municipalités et deux tiers aux individus. Quelques exemples parmi les premières : les lettres de deux députés angevins pendant une très brève période d’avril à octobre 17891 et celles de deux députés du bailliage des Landes (dans la généralité d’Auch) écrivant aux municipalités de Saint-Séver et de Bayonne2. L’unique député de Lorient dans le bailliage d’Hennebont, Delaville-Leroulx écrivait à sa municipalité et recevait des réponses qui sont conservées3. Gaultier de Biauzat écrivait à Clermont-Ferrand pendant toute la période, ses lettres étant destinées aux villes de la sénéchaussée selon un réseau établi préalablement4. Pendant deux ans, Legendre maintenait une correspondance abondante avec la municipalité de Brest qui diffusait ses lettres dans un bulletin imprimé5.

  • 6 C. Looten éd., « Lettres de F.-J. Bouchette », Annales du Comité flamand de France, t. XXIX, Lille (...)
  • 7 H. Queruau-Lamerie éd., « Lettres de Michel-René Maupetit », Bulletin de la commission historique (...)

7La majeure partie des correspondances s’adresse à des membres de la famille ou à des amis. Bouchette écrivait à un ami de Bergues dans les Flandres pendant toute la période6 et Maupetit à un ami, magistrat à Mayenne, qui faisait lire ses lettres dans divers cercles de la ville7.

  • 8 Marquis de Ferrières, Correspondance inédite, 1789, 1790, 1791, éd. par H. Carré, Paris, 1932.
  • 9 F. Mirehouse, François Menard de la Groye, correspondance, 1789-1791, Conseil général de la Sarthe (...)

8Enfin, une dizaine de correspondances sont adressées aux épouses des députés. Trois seulement d’entre elles sont importantes en volume car elles s’étendent de 1789 à 1791. Le marquis de Ferrières (député de la noblesse de Saumur) écrivait chaque année d’avril à octobre (172 lettres) lorsque sa femme restait à Marsay pour surveiller les travaux du domaine8. Menard de la Groye (député du tiers état du Mans) écrivait environ deux fois par semaine (246 lettres) à son épouse9. Reste le troisième mari-écrivain, Pierre-François Lepoutre.

Un témoignage exceptionnel

9Cette correspondance complète pendant toute la durée de la Constituante est, à notre connaissance, la seule qui subsiste aujourd’hui. Environ deux fois par semaine, le couple échangeait des lettres. Le député donnait des conseils ou des instructions concernant la gestion de la ferme à Linselles, tout en racontant à sa femme les diverses étapes de la Révolution en cours. Mme Lepoutre donnait les nouvelles de la ferme, demandait avis à son mari et le tenait au courant de la vie locale.

10Ainsi, nous avons la chance aujourd’hui de pouvoir éditer une correspondance unique dans les annales de la première étape de la Révolution française. Elle est unique par son volume, par le fait qu’elle enjambe la période entière de la Constituante, et parce que Lepoutre est le seul des 34 fermiers ayant siégé dans la majorité silencieuse, dont les lettres sont disponibles.

  • 10 Concernant toutes ces listes, cf. E.H. Lemay, Dictionnaire des Constituants, 1789-1791, Voltaire F (...)
  • 11 Au total, il y eut 149 grands orateurs qui ont parlé très souvent (ibid., vol. II, p. 996-97), 692 (...)

11En effet, si de nombreux historiens se sont penchés sur les grands acteurs de la Révolution française et les biographies, parfois polémiques, de Barnave, de Mirabeau, de Robespierre ou de Sieyès ne cessent d’intéresser les lecteurs, la foule des participants silencieux à cette Révolution est en revanche peu connue. À la suite de leur élection aux États généraux, leur présence aux séances est signalée par les signatures apposées au serment du Jeu de Paume. À l’Assemblée nationale, leurs noms figurent sur les seules listes de votants disponibles (concernant les assignats, 29 septembre 1790, et le rattachement d’Avignon, 4 mai 1791) et/ou sur diverses listes de droite, de gauche ou des membres des clubs des Jacobins (décembre 1790) et des Feuillants (juillet 1791)10. C’est seulement ainsi qu’il est possible de vérifier la présence d’environ 623 députés qui n’ont jamais prononcé une parole en séance plénière11.

12Lepoutre figure dans ce dernier groupe, mais contrairement à la plupart des députés silencieux, son assiduité aux séances est confirmée par sa correspondance. Il est vrai que parfois il s’absentait de l’Assemblée nationale, car il s’occupait aussi du magasin de toiles qu’il avait ouvert à Paris. Sa lettre du 27 novembre 1790 révèle qu’il était dans son magasin la veille quand un débat important sur les protestations soulevées par la Constitution civile du Clergé eut lieu. À d’autres occasions, il n’est pas sûr qu’il comprenait le fond des problèmes constitutionnels discutés, notamment sur la question de la composition de la législature (2 septembre 1789). Néanmoins, on peut dire qu’en général, Lepoutre représente admirablement le noyau de cette majorité silencieuse et patriote de l’Assemblée nationale constituante. Comme beaucoup d’autres, il n’a jamais été membre ni du bureau de l’Assemblée (c’est-à-dire la présidence et le secrétariat), ni d’aucun des comités qui ont été créés. Il a participé aux travaux de la Constituante par sa seule présence et ses votes, en vue de la « régénération » du pays sans garder de rancune particulière envers l’Ancien Régime. Sans des hommes comme lui, la Révolution française n’aurait pas réussi à s’installer dans la longue durée de l’Histoire.

Les deux auteurs : Lierre-François Lepoutre et Marie-Angélique Lepoutre-Delputte

13Pierre-François Lepoutre est né en 1735 dans la ferme des Wattines qu’il exploite à Linselles, à 15 km au nord de Lille, près de Tourcoing qui n’était alors qu’un bourg. Cette ferme était déjà occupée par ses parents Constantin Lepoutre et Catherine Destombes ; ceux-ci avaient eu une fille et deux fils en plus du futur député : Angélique, mariée à Pierre-Joseph Delputte, du village de Reckem situé juste par-delà la frontière dans ce qui était alors les Pays-Bas autrichiens, Josse, devenu curé et Constantin, célibataire resté à Linselles.

14Pierre-François Lepoutre a épousé, en 1770, Angélique Delputte, originaire de Reckem et issue de la belle-famille de sa sœur. Le couple Lepoutre a eu dix enfants dont cinq survivent en 1789 : Josse Benjamin (né en 1772), Pierre François (1773), Catherine Françoise (1775), Louis François (1776), Charlotte Angélique (1782).

15Pour comprendre la signification de l’élection de ce paysan flamand et la portée historique de la correspondance échangée avec sa femme, il importe de mieux les situer dans le contexte rural de la France septentrionale.

II LES LEPOUTRE DES WATTINES PARMI LES PAYSANS DU NORD

  • 12 Pour connaître ces paysans du Nord, nous continuons de nous référer à ce qui fut l'une des premièr (...)

16Deux préjugés se conjuguent pour ériger en fausse évidence l’idée qu’il n’y eut pas de paysans aux États généraux : le premier veut que la paysannerie constituait un bloc uniformément pauvre et analphabète ; le second suppose que la bourgeoisie s’érigea sans coup férir en représentante de tout le tiers état, y compris de l’énorme majorité rurale – puisqu’on estime que 80 % des quelque vingt-huit millions de Français vivaient à la campagne à la fin du XVIIIe siècle. Le cas septentrional dément à la fois ces deux préjugés et Pierre-François Lepoutre illustre à merveille ce double démenti12.

Collectivité villageoise et diversité sociale dans les campagnes

17On s’interdit toute compréhension des processus sociaux et politiques villageois si l’on considère que dans le monde rural du XVIIIe siècle ces deux données sont incompatibles.

18La communauté de résidence et de mise en valeur d’un terroir crée des liens indéniables entre les villageois. Ces liens sont de multiples types : décisions communes au cours d’assemblées d’habitants, pratiques agricoles collectives comme l’exploitation de communaux ou la vaine pâture, interdépendance économique, relations de voisinages souvent prolongées par les liens familiaux du mariage au parrainage, identité de référence culturelle notamment en matière religieuse. Tous ces éléments de rapprochement n’empêchent évidemment pas les tensions au sein des villages, mais ils favorisent la convergence des réactions notamment face à tout ce qui est ressenti comme étranger à la communauté ou menace contre elle. Ces données influent inévitablement sur les comportements à l’égard des profondes différences sociales entre les acteurs de la vie rurale.

  • 13 Cette exceptionnelle implantation foncière du clergé profite surtout aux grandes abbayes et aux ch (...)

19La diversité sociale, dans les campagnes septentrionales, relève d’abord, et comme ailleurs en France, des inégalités liées à la société de privilèges. Le clergé et la noblesse sont exemptés d’impôts royaux ; le premier ordre perçoit la dîme ; les deux sont propriétaires fonciers à raison de chacun 20 % des terres, ce qui pour le clergé est nettement supérieur à la moyenne nationale13 ; à la terre, sont le plus souvent associées les prérogatives seigneuriales : le prélèvement de taxes en argent ou en nature, des exclusivités (chasse, banalités...), le pouvoir de justice et de nomination des administrateurs locaux.

20Toutefois ces droits et la propriété non-paysanne ne sont pas une exclusivité des privilégiés, puisque la bourgeoisie citadine, dans une région de forte densité urbaine, est aussi propriétaire – de 15 % des terres en moyenne – et parfois pourvue des prérogatives seigneuriales.

  • 14 L'une des récriminations rurales les plus fréquentes porte sur le monopole des citadins dans la re (...)

21Notons que, dans les provinces septentrionales, les charges liées à ce complexe d’Ancien Régime sont plutôt faibles par rapport à la plupart des régions françaises ; pourtant, les décennies qui ont précédé la Révolution ont été indéniablement marquées par la multiplication des signes de rejet par le Tiers rural des charges considérées comme indues ou des privations de droit jugées indignes14. Par ailleurs, la répartition de la propriété foncière contribue d’une autre manière à l’inégalité en favorisant l’hétérogénéité de la paysannerie.

22En effet, d’un point de vue social, les paysans ont des conditions extrêmement disparates qui dépendent certes de la répartition de la part de propriété qui revient à ceux qui vivent directement du travail du sol – soit environ un tiers des superficies dans le Nord étudié par G. Lefebvre – mais aussi de la structure des exploitations. À cet égard, la moyenne, inférieure à 5 hectares, s’avère fort trompeuse.

23Les propriétaires non exploitants que nous venons d’évoquer pratiquent le plus souvent la location de leurs domaines en grands blocs ; ainsi, dans la plupart des villages, la petite minorité de gros cultivateurs qui prend en location ces exploitations, parfois appelées censes et incluant bâtiments et terres, monopolisent une partie importante du terroir dans des domaines qui dépassent fréquemment cinquante hectares. Le plus souvent on désigne alors ces « gros censiers » par le terme de fermiers. Ils dominent la société villageoise par leurs revenus mais aussi par l’importance de leurs attelages, par l’ampleur des bâtiments occupés, par le fait qu’ils emploient une main d’œuvre nombreuse et qu’ils exercent régulièrement des fonctions collectives confiées par le seigneur ou par la communauté villageoise.

24Au-dessous des grands fermiers viennent les laboureurs qu’on peut définir comme des exploitants moyens mais indépendants, dans la mesure où, d’une part, ils mettent en valeur une superficie comprise le plus souvent entre 10 et 30 ha, qui garantit l’entretien de la famille et la vente de quelques surplus, d’autre part, ils possèdent un train de culture (au moins deux chevaux, un charrue, un chariot...).

25À un niveau social plus bas, ceux que dans le Nord on appelle les ménagers ne peuvent vivre de leur seule exploitation de quelques hectares ; ils partagent leur temps entre leur petite ferme et le travail chez les grands fermiers qui, en échange, prêtent leurs attelages, etc. Ces ménagers sont très vulnérables aux aléas économiques et climatiques.

26Enfin, les manouvriers ne disposent que d’un jardin et, parfois, d’un ou deux lopins ; leurs principaux revenus proviennent d’un travail salarié soit comme saisonniers dans les fermes soit comme travailleurs du textile.

27À cette hétérogénéité paysanne, il faut ajouter que les métiers agricoles sont loin d’être les seuls à la campagne : on trouve dans certains villages des membres des professions libérales (arpenteurs, notaires) ; dans tous, les petits commerçants et surtout les artisans sont nombreux (jusqu’à 25 % des chefs de famille), ils exercent des activités très variées et sont pour la plupart assimilables aux classes moyennes villageoises.

28Partout aussi, se trouvent des pauvres plus ou moins pris en charge par la Pauvreté ou Table des pauvres, institution communautaire d’assistance ; la conjoncture économique et la croissance démographique se conjuguent pour multiplier le nombre des démunis à la veille de la Révolution. Au total, il est certain que la majorité des ruraux, voire près des trois quarts d’entre eux, sont en situation de dépendance socioéconomique.

29Toutefois ce tableau général mérite de sensibles nuances non seulement régionales mais selon les « petits pays ».

Des originalités de la Flandre intérieure et du Ferrain

  • 15 Les données plus spécifiques sur ce « pays » se trouvent dans G. Lefebvre, op. cit., (1924), 1972, (...)

30La plaine qui s’étend du secteur de Saint-Omer et Cassel à l’Ouest jusqu’au sud de Lille à l’Est, pour n’être qu’une infime partie de la grande plaine de l’Europe du Nord-Ouest, n’en est pas moins à la fois singulière et divisée15.

  • 16 Voir, sans exagérer les généralisations, l'utile article de synthèse d'A. Derville, « L'agricultur (...)

31Quatre grandes caractéristiques rurales peuvent y être considérées comme spécifiques : une exceptionnelle densité de population autour de 200 habitants au km2 ; une propriété privilégiée inférieure à la norme régionale mais en revanche une propriété bourgeoise plus présente ; une paysannerie plutôt moins hétérogène qu’ailleurs en raison d’une moyenne des exploitations inférieure et d’une moindre puissance des grandes fermes ; une forte intensification agricole grâce à des amendements très variés et à la diversification des cultures qui ont permis la disparition de la jachère bien avant le XVIIIe16.

32Le Ferrain est un petit pays au Nord de Lille qui correspond à ce schéma avec quelques particularités. Sur cette espèce de croupe argileuse qui prolonge en plus bas les Monts de Flandre (65 m d’altitude à Linselles), la bourgeoisie s’est montrée très conquérante en matière foncière puisqu’elle contrôle 27 % du sol (contre 17 % dans l’ensemble de la Flandre) ; cette présence n’affecte pas la propriété nobiliaire conforme à la moyenne, mais elle relègue au dessous de 10 % la propriété ecclésiastique et elle affaiblit la propriété paysanne inférieure à 30 %. Globalement, l’émiettement de la propriété foncière est plutôt supérieure à la moyenne flamande déjà très faible (notamment chez les paysans qui ne sont que 2 à 3 % à posséder plus de 5 ha). Même s’il faut ne jamais oublier la distinction entre propriété et exploitation, il est évident que la structure de celle-là influe sur la répartition de celle-ci : 70 % des exploitants disposent de moins de 1 ha, 19 % entre 1 et 5 ha et les exploitations de plus de 30 ha sont peu nombreuses.

  • 17 S. Lescure, op.cit., 1997, p. 12.

33Par ailleurs, ce pays du Ferrain pratique l’agriculture dite « à la flamande » comme en témoigne les statistiques agricoles du village même de Linselles17. En 1802, seuls 5,7 % de la surface agricole est considérée comme jachère – contre environ 30 % dans le Pas-de-Calais voisin en 1810 – ; un peu moins de 40 % des terres sont consacrées aux céréales et, trait exceptionnel, 17 % des surfaces sont vouées aux oléagineux, environ 15 % aux légumineuses et plantes fourragères diverses, ce sont là les signes d’une agriculture à la fois plus productive et déjà fortement engagée dans la commercialisation.

Les Lepoutre des Wattines, paysans mais d’exception

34En fait la famille dont nous avons déjà évoqué les origines et la composition rentre parfaitement dans le schéma général qui vient d’être esquissé tout en y occupant une place spécifique. Pierre-François Lepoutre est un membre très caractéristique de la fermocratie, cette petite oligarchie paysanne de grands fermiers locataires qui appartiennent bien au village et à la paysannerie mais sont manifestement situés au sommet de la pyramide de la société rurale. Contentons nous de regrouper quelques indices dont beaucoup se retrouveront dans la correspondance et dont quelques uns sont le fruit de recherches complémentaires.

  • 18 En 1686 après la conquête française. Rappelons que sous l'Ancien Régime, en France, les parlements (...)
  • 19 Voir notamment les lettres des 13 novembre 1789, 20 et 23 août 1790.

35La ferme des Wattines et la majeure partie des terres exploitées sont louées à un magistrat du parlement de Flandre à Douai, M. Forest de Quarteville-Ingilliard, membre de cette noblesse de robe à l’anoblissement relativement récent, surtout dans une province où le parlement n’a été institué qu’à la fin du XVIIe siècle18. Ce privilégié propriétaire foncier et seigneur semble peu s’occuper de sa terre de Linselles car les fermiers des Wattines règlent les affaires de location avec un bourgeois de Lille, gérant les intérêts de Forest de Quarteville, un certain Legrand à l’égard duquel les Lepoutre ont d’ailleurs peu de bienveillance19.

  • 20 Pour la superficie, un acte du receveur des biens de M. de Forest de 1786 indique 32 bonniers 7 ce (...)
  • 21 Voir la couverture de cet ouvrage ; S. Lescure a élaboré un plan de la ferme à partir des indicati (...)
  • 22 C'est la différence essentielle avec la cense picarde à cour fermée.

36Les Wattines font indéniablement figure de grosse exploitation pour la région. Les recherches n’ont pas permis jusqu’à présent d’établir avec précision la superficie exploitée : en croisant diverses données, on peut tenir pour plausible une étendue proche d’une cinquantaine d’hectares. D’ailleurs, on retrouve au fil de la correspondance tous les attributs des grandes censes : importance des chevaux avec quatre ou cinq bêtes de trait disponibles, importance aussi de l’élevage ovin, emploi d’une main–d’œuvre permanente de cinq personnes en moyenne et de saisonniers nombreux20. Parmi les signes extérieurs du statut de grands fermiers que méritent les Lepoutre, une mention spéciale peut être réservée à la maison et aux bâtiments qui demeurent visibles à Linselles21 : a l’écart, au nord du village, à la croisée de deux chemins, se dresse en effet une belle cense flamande ou Hofstede ; à côté de la maison de briques se dresse un porche monumental ; les granges, l’écurie, les étables, etc. sont disposées autour d’une cour carrée non parfaitement close22 ; un fossé entourait le tout ; les matériaux des bâtiments du XVIIIe siècle sont évoqués à plusieurs reprises dans les lettres : la brique et les tuiles, signes d’aisance, devaient dominer mais une partie des édifices restaient en torchis et paille de seigle.

37À toutes ces caractéristiques conformes aux signes distinctifs usuels de la fermocratie, les Lepoutre ajoutaient une capacité remarquable à multiplier les sources de revenus en tous genres ; la correspondance, notamment celle d’Angélique Lepoutre-Delputte, évoque bien sûr les divers produits de la ferme, mais aussi l’organisation de la vente des moutons rassemblés dans la région, la vente des toiles, la location de maison en propriété, etc. Toutes ces activités sont conduites avec un souci spéculatif évident qui conduit à différer les ventes en prévision des hausses, à attendre les lois sur le tabac pour moduler les plantations, à rechercher les marchés les plus intéressants pour les moutons. Nous sommes ainsi plus près de l'entrepreneur capitaliste que du cliché de la paysannerie coupée du marché et condamnée au vase clos économique.

  • 23 Lettre du 20 novembre 1789.

38Pour autant, on ne dispose que d’indications contradictoires sur le niveau de richesses. Outre le capital d’exploitation, la famille possédait plusieurs biens fonciers et immobiliers dans les alentours mais ces biens ne devaient pas atteindre une valeur considérable ; en novembre 1789, le député estime son revenu annuel à 2000 livres23, ce qui le situerait au niveau de la moyenne bourgeoisie urbaine ou des curés aisés du Cambrésis. Pourtant à plusieurs reprises, la fermière fait part de ses difficultés de trésorerie notamment quand il s’agit de payer le régisseur du propriétaire : tactique ou difficulté réelle, les deux peut-être. En tout cas, l’appartenance à l’oligarchie villageoise ne fait pas de doute.

  • 24 Pour ces caractéristiques communes de la fermocratie voir J.-P. Jessenne, op.cit., 1987, deuxième (...)
  • 25 Archives familiales et généalogiques de la famille Lepoutre aimablement communiquées.
  • 26 Somme équivalant à 7800 francs or (cf. tableau des unités de compte infra). La densité et les cara (...)

39D’autres traits caractéristiques de la fermocratie peuvent être relevés24. Ces grands fermiers se sont constitué en véritable dynastie. On sait qu’un arrière-grand-père de Pierre-François, Josse, né vers 1620, était déjà fermier des Wattines, tandis que des ancêtres plus lointains sont repérés comme censiers à Halluin25. Par ailleurs, le mariage de Pierre-François et d’Angélique relève aussi de comportements très caractéristiques : on se marie entre jeunes issus de la même sphère des grands fermiers, on n’hésite pas à sortir du village mais sans aller très loin dans ce cas et en confirmant des liens de parentèle préexistants. Les apports financiers des deux époux sont en outre conséquents : 1 500 florins pour Pierre-François en sus du capital d’exploitation, 4 650 florins en argent et 1 600 en nature pour Angélique26.

  • 27 Pour l'écriture, on pourra se reporter aux fac-similé illustrant ce volume. La qualité de rédactio (...)

40Nous ne pouvons achever ce rapide portrait socio-culturel sans évoquer un autre trait conforme aux signes distinctifs de la fermocratie : la maîtrise tout à fait satisfaisante de l’écriture et du français y compris pour l’épouse, même si la langue écrite révélée par ses lettres est un peu plus chaotique et proche de l’oral27.

  • 28 Les marguilliers sont les administrateurs élus de la fabrique qui est l'institution chargée de l'e (...)
  • 29 Linselles a un statut complexe et relevait d'une dizaine de seigneuries différentes. Ce point est (...)

41Finalement, à l’archétype du parfait grand fermier d’Ancien Régime, il ne manque qu’un attribut : la détention de fonctions officielles dans la collectivité villageoise. En effet, alors que Constantin Lepoutre, père de notre député, avait été échevin de Linselles de 1750 à 1756, Pierre-François a seulement exercé les fonctions de marguillier de la paroisse de 1773 à 177528 ; en revanche, il ne semble avoir détenu strictement aucune fonction civile dans l’administration seigneuriale et villageoise. D’ailleurs, la correspondance ne révèle aucune relation familière avec les multiples seigneurs du lieu29 ; il apparaît ainsi comme un membre d’excellence de la communauté sans être très lié au système seigneurial. Nous débouchons ici sur les possibles raisons de son élection en 1789.

III. LES ÉTATS GÉNÉRAUX : LE ROYAUME, LA GOUVERNANCE DE LILLE

42Pour comprendre comment notre fermier des Wattines s’est retrouvé pendant plus de deux ans dans l’une des plus illustres assemblées de l’histoire de France, il faut avoir à l’esprit les très grands traits de la procédure des États généraux de 1789 et les particularités de la situation flamande.

Une large consultation à l’échelle du royaume et au secours de la monarchie

  • 30 On aborde là le vaste thème historique du contexte culturel de la Révolution, les travaux sur ce s (...)

43La tradition de convoquer les délégués des trois ordres afin que le roi puisse les consulter sur des problèmes importants concernant le royaume remonte au Moyen Âge ; la fréquence et les résultats ont varié jusqu’en 1614, date à partir de laquelle les monarques s’abstiennent de procéder à une convocation perçue comme un signe de partage du pouvoir. On mesure donc que si Louis XVI s’est résolu, le 8 août 1788, à convoquer les États généraux, c’est évidemment parce que l’État royal était dans l’impasse, à la fois financière à cause du risque de banqueroute, et « politique », en raison de l’hostilité des parlements et plus largement, des adeptes de nouvelles conceptions de l’autorité30.

  • 31 Cette ambiguïté explique le retentissement de la brochure de Sieyès Qu'est-ce que le tiers état ? (...)

44La convocation soulève immédiatement le problème de la composition et du fonctionnement de l’assemblée dont la réunion est prévue pour la fin avril 1789. Combien chaque ordre aura-t-il de députés ? Votera-t-on par ordre ou par tête ? Si la procédure de 1614 est appliquée, les privilégiés auront deux fois plus de députés que le tiers état et le vote par ordre leur assurera une majorité automatique de deux contre un. L’enjeu étant considérable, le débat dans les milieux éclairés est intense ; il donne lieu à d’innombrables publications. Le 27 décembre 1788, Louis XVI et son principal ministre, Necker, prennent une demi-mesure : ils décident le doublement du Tiers ; ce changement laisse en suspens la question cruciale du rapport entre la monarchie et les ordres31.

45Finalement le Règlement royal du 24 janvier 1789 fixant la procédure électorale relève aussi du dosage entre tradition et innovation politique. Nous renvoyons au schéma pour la description du déroulement.

  • 32 F. Furet propose une éclairante analyse de l'ambivalence de ce règlement dans « La monarchie et le (...)

46En ce qui concerne la portée politique, on peut souligner qu’il s’agit d’une consultation large ; en effet tous les chefs de famille inscrits sur les rôles d’imposition et âgés de plus de 25 ans peuvent participer aux assemblées locales et, en principe, être élus députés ; par ailleurs, la rédaction d’un cahier de doléances par chaque communauté, notamment d’habitants, dans les campagnes, ne peut que contribuer à élargir le débat public ; enfin, du côté des privilégiés, la décision d’appeler tous les curés à siéger dans les assemblées de bailliage revient à assurer au bas clergé paroissial une nette suprématie numérique sur les prélats et sur le haut clergé régulier. En revanche, les délibérations par ordres séparés dans les assemblées de bailliage et le fait que les députés élus soient censés n’être que les porteurs des doléances de leur corps à un roi qui décide en toute souveraineté procèdent d’une conception ancienne de la monarchie et de la nation32.

L’originalité de l’application flamande

  • 33 Nous ne pouvons ici entrer dans le détail ; on se reportera aux cartes et aux précisions données p (...)

47La situation des provinces du Nord dans leur ensemble est originale puisqu’elles n’étaient pas françaises en 1614, que les circonscriptions administratives très complexes ne comportaient pas partout des bailliages et qu’enfin plusieurs petites provinces gardaient des états provinciaux qui prétendaient avoir le monopole de la représentation aux États généraux33.

  • 34 Bailliages d'Avesnes, de Bailleul, de Cambrai, du Quesnoy, gouvernances de Douai et de Lille ; il (...)
  • 35 Équivalent septentrional de bailliage.

48Le roi publie donc un règlement particulier le 19 février 1789. Ce règlement prévoit l’application au Nord de la procédure générale et l’élection de 36 députés, dont 18 du Tiers, dans six circonscriptions34. La gouvernance35 de Lille constitue l’une de ces circonscriptions ; on doit y élire 4 députés du tiers état, 2 du clergé et 2 de la noblesse. Ces dispositions soulèvent un flot de protestations, en particulier de la part des états provinciaux qui sont bafoués dans leurs prétentions. À l’occasion de ces débats, les publications se sont multipliées et il est certain qu’ont dû se constituer bien des réseaux de relations qui joueront un rôle important dans la suite des événements.

  • 36 C'est-à-dire un peu plus tard que dans la plupart des régions françaises, sauf Paris, à cause du r (...)

49Cette suite c’est notamment la tenue d’une cascade d’assemblées qui se déroulent entre la mi-mars et le 20 avril36.

Les assemblées de la gouvernance de Lille et l’élection inattendue de Pierre-François Lepoutre

  • 37 Voir dans la correspondance (note, lettre du 9 août 1789) et E. Bodin, op. cit., 1997, p. 14.
  • 38 Ces cahiers, conservés aux archives communales, ont été publiés par J. Brenne, Lomme avant 1789, u (...)

50On sait peu de chose de l’assemblée de la communauté villageoise de Linselles. En fait, le village a tenu deux assemblées dans la mesure où la partie relevant des Franchises de Blaton et de Linselles fut considérée comme une communauté spécifique37. Ces assemblées ont sûrement été présidées par Joseph Desreveaux, notaire et bailli de Linselles ainsi que de plusieurs villages environnants. Son influence explique peut-être la similitude entre les cahiers de Lomme et de Linselles ; ces cahiers sans grande originalité, étaient néanmoins assez virulents contre les privilèges et le système seigneurial38. En bref et faute de renseignements plus précis, on peut observer que le comportement des habitants de Linselles est conforme à celui de beaucoup de villageois septentrionaux sur deux points.

  • 39 Lettre du fils de l'avocat et député J.B. Wartel, à son oncle le 2 avril 1789, publié par A Lestie (...)

51D’abord, ils acceptent une influence extérieure, mais ils l’adaptent localement et ils proposent un cahier à la fois revendicatif et exempt d’atteinte au pouvoir royal ou de projet révolutionnaire global. Cette capacité villageoise à faire prévaloir un point de vue spécifique, tout en ne refusant pas les suggestions extérieures, semble d’ailleurs surprendre des citadins qui s’étaient fait forts de diriger les opérations ; le récit du fils de l’avocat lillois Wartel, qui fut l’un des meneurs de « la campagne électorale », est à cet égard significatif ; après avoir évoqué la conduite des opérations lilloises, il écrit : « En même temps, il falloit aller dans les différents villages pour guider les campagnards qui vouloient faire tout à leur tête, sans rien entendre... Nous n’éprouvâmes cependant pas de grandes difficultés, mais plusieurs de nos confrères ne furent pas aussi heureux où ils allèrent présider en qualité de baillis. On vouloit qu’ils demandassent la suppression des gens de loi, celle des dîmes, des terrages, des droits de chasse, de plantis, de lods et ventes et qu’on fixât le prix des fermages des terres à la moitié de la valeur actuelle. Il fallut bien écrire ces doléances ridicules pour ne pas s’exposer à être abîmé »39. Ce texte éclaire remarquablement à la fois la suffisance et la prétention politique de ce bourgeois, l'attitude d’acceptation sélective des influences par les villageois mais aussi leur capacité à imposer des revendications spécifiques.

52Le second point commun à beaucoup d’assemblées de communautés villageoises s’avère le choix de députés qui peuvent se prévaloir du statut de membres d’excellence de la communauté. Ainsi Linselles élit un authentique paysan mais très nettement placé au sommet de la hiérarchie sociale et culturelle locale, nous l’avons montré.

  • 40 Nous retrouvons là un facteur de consécration des fermiers comme représentants de leur communauté (...)

53Des considérations plus « politiques » ont-elle joué ? Sans donner une portée rétroactive aux engagements de Pierre-François Lepoutre en faveur de la révolution constituante, on peut quand même observer qu’en dehors de la perception de dîmes, il n’était pas engagé dans le système de pouvoir, notamment seigneurial, de l’Ancien Régime, ce qui permet de supposer une facile conjonction avec les aspirations communautaires40. Mais ceci n’est pas suffisant pour expliquer, au-delà de la reconnaissance dans son village, la consécration comme élu du Tiers de la gouvernance.

  • 41 Cf. note supra.

54L’assemblée générale de la gouvernance de Lille s’ouvre le 25 mars 1789 à l’église Saint-Étienne de Lille sous la présidence de François-Joseph-Marie Dusart, lieutenant général. Après les cérémonies communes, les délibérations ont lieu par ordre ; pour rédiger un cahier au nom de la circonscription, le tiers état, évidemment composé des élus des villages et des villes, désigne 19 commissaires dont seulement deux fermiers. Pourtant, au moment de l’élection des quatre députés, la direction des opérations par les élus des villes est prise en défaut. Là encore le fils Wartel donne la mesure des luttes d’influence et de la surprise du résultat. Il raconte : « Les députés particuliers des villes de Lille, La Bassée, Armentières, Lannoi, Comines et des bourgs de Tourcoing, Roubaix... se concertèrent pour nommer un avocat, un négociant, un manufacturier et un agriculteur ; ils espéroient que les suffrages de la campagne se seraient désunis et qu’ils pourraient donner la loi ; mais ils furent bien surpris lorsqu’au premier scrutin, mon père n’eut que leurs voix au nombre de 108 (sur environ 380), tandis que les suffrages des campagnes se réunissoient sur un même sujet. On sentit clairement que leur parti étoit bien lié ; on les pressentit, adroitement, ils voulurent avoir un second député de leur classe ; on leur représenta, mais en vain, qu’un laboureur suffisoit, ils n’entendirent pas raison ; ils étoient les plus forts, il fallut capituler. On leur dit alors : eh bien, nommons M. Wartel, puis nous nommerons un second député de la campagne et ensuite un négociant... »41. Il apparaît ainsi évident que Pierre-François Lepoutre est élu grâce à la conjonction de rapports de force locaux largement établis sur la question de la répartition des rôles entre villes et campagne, question posée de longue date à cause du monopole urbain sur la représentation du Tiers aux états provinciaux. Ce contexte provincial n’explique pas pourquoi ce fut lui plutôt qu’un autre délégué villageois.

  • 42 P. Bodin a calculé qu'Angélique était en contact avec lui 70 fois au cours de toute la période soi (...)

55Sur ce point, on est réduit à des conjectures à partir de quelques indices dans la correspondance. L’un des plus explicites se trouve dans une lettre d’Angélique Delputte du 28 juillet 1789 ; elle y évoque l’inquiétude suscitée par les événements du 14 et souligne que le cousin Desurmont, de Tourcoing, était consterné par les violences au point « qu’il ne savait plus manger » et ce d’autant plus, écrit-elle à son mari, qu’il était « un peu l’auteur de votre députation ». En fait, il est plausible de penser que ce cousin, marchand-brasseur au réseau relationnel sans doute assez large, élu du bourg de Tourcoing, futur notable et donc probable membre du « parti de la ville » dans la lutte d’influences relatée par Wartel, ait joué les intermédiaires en proposant Pierre-François comme deuxième candidat des campagnes, alors que le premier élu, Chombart, était issu de Herbes au sud de la gouvernance. D’ailleurs, pendant toute la durée du séjour du député à Versailles, puis à Paris, Desurmont est de très loin le personnage de l’importante parentèle Lepoutre avec qui Angélique entretient les relations les plus régulières42 ; on verra dans les lettres que ces contacts comportent une dimension politique manifeste : échanges d’informations, conseils... En sus de ce probable « coup de pouce », l’élection du fermier de Linselles doit certainement aussi beaucoup au fait que le réseau de relations de cet entrepreneur de culture, de ce membre d’une vaste famille n’est pas négligeable, y compris à Lille même. En revanche on ignore s’il appartenait à des cercles plus constitués.

  • 43 France septentrionale entendue au sens large puisque des cas de figure identiques se retrouvent pa (...)

56Ainsi l’élection de notre fermier flamand infirme avec force le schéma convenu d’une maîtrise absolue de la députation et de l’expression politique par la bourgeoisie urbaine ; pour autant, elle ne dément pas la prééminence d’une élite socio-culturelle, mais, en France septentrionale au moins43, cette élite inclut des membres de l’oligarchie paysanne des grands fermiers qui semblent capables de s’ériger en porte-parole de communautés villageoises moins passives politiquement qu’on ne l’a longtemps prétendu. Il va de soi pourtant qu’en quittant Linselles, pour quelques semaines, croit-il, Pierre-François Lepoutre part vers un monde et une histoire à laquelle rien ne le préparait, le Versailles des États généraux.

IV. UN DÉPUTÉ DANS LA RÉVOLUTION FRANÇAISE

Versailles, une grande ville en effervescence

57Avec une population d’environ 70 000 habitants, Versailles était devenue une extension du château, résidence de la famille royale, des princes, des princesses et des grands du royaume. Ils étaient servis par une vaste domesticité et protégés par des soldats qui vivaient à l’extérieur du château. L’annonce de la convocation des États généraux fit venir une foule de personnes en quête d’emploi ou d’aventures. Pendant les trois jours précédant le 4 mai, les carrosses de Paris transportèrent de centaines de spectateurs pour assister à la procession religieuse. Les nombreux cafés de la ville ne désemplirent pas : 251 cabaretiers et 65 limonadiers tenaient boutique à Versailles en 1789, sans oublier les Suisses des barrières et les tenanciers de baraques donnant à boire.

  • 44 Pour plus de détails, cf. E.H. Lemay, La VieQuotidienne..., op. cit., première partie, « vie matér (...)

58Les premiers députés arrivèrent au cours de la dernière semaine d’avril 1789. L’installation de si nombreuses députations venues de toute la France exigeait du gouvernement de grands efforts d’organisation pour prévoir la vie quotidienne de ses hôtes. Où loger tout ce monde ? Les appartements recherchés devaient s’accorder aux bourses de différents groupes de la société, au confort dont chacun avait l’habitude. Un bureau d’accueil était ouvert où une liste de logements disponibles pouvait être consultée. Il fallait penser aux repas. Malgré la protestation des restaurateurs, un service de tables d’hôtes était organisé où pouvait manger la moitié des députés à des prix variables. Enfin, le lieu de réunion devait être aménagé pour plus de 1 200 personnes. Construit en 1741, l’hôtel des Menus-Plaisirs servait de lieu de dépôt pour les décors des fêtes de la Cour. Le magasin de l’hôtel avait été transformé en une salle de séances pour les deux Assemblées des Notables en 1787 et 1788. En 1789, il fallut l’agrandir et les travaux ne commencèrent que le 2 mars. Puis on manqua de sièges. Il fallut en fabriquer une quantité considérable et en faire venir d’autres des châteaux environants44.

59L’ouverture des États généraux rendit la vie sociale encore plus trépidante et Versailles devint un vrai carrefour de réceptions. Le château fut ouvert à tous et le soir on y donna des représentations théâtrales. Une fois installés dans leurs logements, leurs repas étant assurés, les députés cherchaient à se rencontrer entre eux, à repérer des connaissances dans la ville, ou à se distraire en visitant Paris. Ils étaient sollicités par les nobles de leur province en vue de resserrer les liens à des fins politiques. Il est possible que pour la première fois dans leur vie beaucoup de députés du tiers état furent invités à la table du député noble, chef de sa délégation.

  • 45 E.H. Lemay, « Pourquoi le club breton au printemps 1789 ? », dans Région, Nation, Europe : Unitéet (...)

60Dans la ville, les cafés fournissaient des lieux de rencontre. Ainsi, n’étant pas chaperonnés par des nobles et en conformité avec les consignes qu’ils avaient reçues de leurs commettants, les députés bretons se rencontrèrent dès le 30 avril au café Amaury pour se consulter sur la stratégie à adopter. Chaque jour, ils se réunissaient entre eux en « chambre nationale, provinciale ou comité de Bretagne » selon les termes employés par Delaville-Leroulx ; puis, dans un second temps, ils ouvrirent leurs portes aux députés des autres délégations45.

L’ouverture des États généraux

61Les cérémonies d’ouverture des États généraux inaugurèrent une longue période d’incertitude pour le tiers état. Plusieurs petits signes indiquèrent à ses membres que ceux qui gouvernaient encore la France vivaient selon les normes du passé. Le protocole n’avait pas changé depuis 1614. Au château, contrairement aux députés moins nombreux du clergé et de la noblesse, ceux du tiers état étaient obligés de traverser un long couloir et une porte ouverte à un battant pour être reçus par le roi. Des consignes très strictes réglaient le costume à porter : celui du tiers état était noir et très simple pour le distinguer des ordres privilégiés habillés en grande cérémonie. Une dernière humiliation fut infligée : la longue attente subie à l’entrée des Menus-Plaisirs, le 5 mai 1789, avant d’être installés à leur place selon l'ordre des bailliages de 1614.

62Cependant, on aurait peut-être oublié ces manières désobligeantes de la part du gouvernement si la question du vote par tête n’avait pas été laissée en suspens par Necker dans son long discours. C’est de cette disposition que l’avenir politique du tiers état dépendait.

****

63Selon Angélique Delputte (20 avril 1790), Lepoutre est parti de la ferme des « Wattines » le 21 avril 1789, mais la date exacte de son arrivée à Versailles n’est pas connue. Il était accompagné de son berger Castelain, selon sa première lettre de Versailles en date du 8 mai. Assista-t-il aux cérémonies d’ouverture ? Ce n’est pas sûr, car il ne les mentionne pas ou bien ces cérémonies ne l’ont pas ébloui et il laisse à son berger le soin de les décrire à son épouse lors de son retour. Dans ses premières lettres, Lepoutre est surtout préoccupé par la gestion de la ferme qu’il vient de quitter.

64Le spectacle des cérémonies mis à part, qu’en est-il de l’atmosphère ressentie par Lepoutre fraîchement arrivé dans la ville royale ? Est-ce par pudeur qu’il ne parle pas des cafés ou autres distractions qu’il aurait connus ? Il avait l’habitude de fréquenter Lille, mais Versailles devait être autrement mouvementée. Néanmoins, après un séjour d’un mois, il avoua franchement que cette nouvelle vie n’était pas pour lui déplaire : « Je crains bien que l’idée d’être fermier pourrait bien se perdre d’après une longue habitude des grandeurs de la Cour et les invitations communes qu’on reçoit pour dîner chez les principaux, tels que ministres, prélats et autres premiers bourgeois de Versailles ». (5 juin 1789)

  • 46 À Paris, il alla au club des Jacobins dès le début de 1790 et son nom fut sur la liste de la fin d (...)

65Fréquenta-t-il le café Amaury où se tenait le comité breton ?46 Ou serait-il resté un peu isolé, à fréquenter les gens qu’il connaissait déjà à Versailles ? Il s’y était installé à la même adresse que ses trois collègues de Lille et avait retrouvé une certaine Madame Daubresse dont le fils lui rendit quelques services dès son arrivée. Il mentionne aussi des « anciennes connaissances » chez qui il eut « du plaisir de me trouver pour me dissiper un peu ». (10 juin 1789). Ainsi, avec ses occupations parlementaires, la gestion de sa vie courante (un domestique lui préparait ses repas), les visiteurs qui arrivaient de son pays, la correspondance entretenue et quelques visites chez des connaissances sur place, il est fort possible que Lepoutre n’était pas au courant de toute la trame des cabales, intrigues, rumeurs qui remplissaient l’atmosphère très lourde de Versailles depuis quelques mois déjà.

Le blocage des États généraux

66Les discours d’ouverture avaient déçu le tiers état dont le doublement avait été acquis auparavant. À Versailles, il n’y avait qu’un moyen de faire progresser les revendications : le vote par tête et la réunion des trois ordres, qui feront l’objet de la longue lutte parlementaire des mois de mai et juin. Ainsi, très vite la décision est prise de ne pas se constituer légalement avant l’arrivée dans leur salle, la grande salle des Menus-Plaisirs, des députés du clergé et de la noblesse. Dans sa deuxième longue lettre (19 mai), Lepoutre accorde un petit paragraphe à l’activité parlementaire quasiment stationnaire. Comme d’autres membres du tiers état, il souligne la nécessité de tenir une « conduite irréprochable » devant la nation et devant l’Europe entière. Il demande à sa femme de la discrétion dans cette affaire.

67Sa troisième lettre (28 mai) souligne un peu plus les difficultés : il s’étonne que depuis leur arrivée à Versailles, aucun des abus dont il fallait s’occuper n’avait encore été examiné. Il confie à sa femme : « Je peux vous dire qu’il n’y a encore que fort peu de choses qu’il nous fait espérer un bon succès ». Il envisage la nécessité de l’intervention du roi pour faire céder les ordres privilégiés. Malgré les conférences de conciliation, la situation reste bloquée. Dans sa quatrième lettre (5 juin), Lepoutre explique que les obstacles proviennent d’une « cabale à la cour causée par les membres de la noblesse que l’on ne saurait comprendre ». C’est à ce moment peut-être, que Lepoutre et d’autres de la majorité silencieuse, prennent conscience de la puissance politique de l’ancien ordre social. À cause de l’entêtement égoïste de la majorité des députés privilégiés, résistant pendant des semaines aux demandes du tiers état, les Etats généraux furent immobilisés. La conduite des nobles forgera le comportement plus combatif des principaux orateurs dans les semaines et mois qui suivront et ce comportement jaillira sur celui des nombreux députés silencieux, comme Lepoutre.

Le cheminement politique d’un député de base

68La situation politique empirait de jour en jour. Lepoutre ne lui accorde que quelques lignes dans sa lettre du 10 juin où il renvoie sa femme aux gazettes pour en savoir plus. Le tiers état se trouvait dans une conjoncture critique, la situation pouvant évoluer dans un sens négatif : la dissolution des États, l’intervention de l’armée, le renvoi des députés et la fin des espoirs soulevés. Louis XVI était entouré de diverses factions qui lui donnaient des conseils contradictoires. Pour la première fois, le 18 juin, Lepoutre consacre presque la totalité de sa lettre à décrire les événements révolutionnaires qui avaient eu lieu au cours des dernières séances. Il ne mentionne aucun nom des orateurs dont on discutait les motions. La veille, les députés du tiers état se sont constitués en Assemblée nationale. Lepoutre rapporte le concours des curés, l’espoir qu’ils seront suivis par les évêques et l’opposition de la noblesse étonnée par la fermeté des députés du tiers état. Il comprend l'importance de leur victoire, pour eux et leurs descendants. C’était, selon lui, une victoire gagnée avec la coopération du monarque « qui aime son peuple et qui en sera aimé ».

  • 47 Dans sa lettre du 25 juin 1789, Lepoutre raconte le déplacement au Jeu de Paume sans mentionner le (...)

69Il est inutile de suivre le cheminement victorieux du tiers état au cours des jours suivants ; les repères les plus importants sont fournis dans la chronologie et les lettres de Lepoutre décrivent les événements avec enthousiasme, notamment lors des dates marquantes du 17 juin47, des 4 et 26 août 1789, et du 14 juillet 1790 « grande fête à jamais mémorable ». L’importance de ces conquêtes politiques pour les hommes de son état est bien comprise, comme l’est aussi un autre sujet considéré de « la plus haute importance » : le droit de guerre et de paix. Le décret voté « servira de base pour tous les peuples de l'univers » (19 mai 1790). Le bon sens pratique de Lepoutre saisit pleinement les avantages que la Révolution en cours apporte à lui-même et à ses descendants. C’est ainsi que l’on doit comprendre son attitude envers Louis XVI : le roi aimé en 1789 devient, après sa fuite en 1791, « notre imbécile de roi » qui a « perdu la confiance du peuple ».

70La Révolution s’accomplit aussi dans la vie quotidienne. Lepoutre s’intéresse à l'organisation des municipalités dans la nouvelle division départementale du pays. Il tient sa femme au courant des discussions avec ses collègues de la généralité pour fixer les limites des frontières administratives. La crise des finances est ressentie par le manque d’argent dans la vie courante. Elle sera résolue en partie par l’émission des assignats « objet de la plus grande importance d’où va dépendre le salut de l’État » (31 août 1790). Cette crise résulte aussi des pensions accordées par le Trésor royal dont Lepoutre envoie la liste à sa femme dès la fin de 1789. Six mois plus tard, il se réjouit lorsqu'on retranche « de la masse énorme des pensions, une somme de 40 millions annuelle » (3 juillet 1790). À la fin de janvier 1790, Mme Lepoutre est encouragée par son mari à continuer la plantation du tabac. Le député-fermier suit le débat sur le monopole en séance plénière et fréquente les réunions du Comité concerné quoiqu’il n’en soit pas membre. Lorsque le monopole est supprimé en février 1791, il voit les avantages pour le commerce et la perspective d’une augmentation des prix.

71Quelle position politique occupe Lepoutre au sein de sa députation ? D’après le parcours parlementaire des députés du bailliage de Lille, seuls les noms du curé Nolf, du baron d’Elbhecq et de Lepoutre figurent sur la liste des Jacobins (décembre 1790) ; en juillet 1791 les trois iront aux Feuillants, retrouvant leurs collègues Chombart et Poutrain. En septembre 1791, le curé et le baron reviendront aux Jacobins. Ainsi, dans ce groupe des députés des trois ordres du bailliage de Lille, Lepoutre fait partie de ceux qui s’alignent avec la majorité révolutionnaire de la Constituante. Et cela se constate dans sa correspondance.

72Il se comporte en patriote souhaitant « une concorde entre tous les membres sans distinction d’ordres ni d’état qu’il semble que c’est une même volonté, cardinaux, prélats, princes, ducs et barons, tout est confondu dans notre Assemblée ». Ce spectacle lui semble si beau qu’il voudrait que sa femme puisse le voir aussi (24 juillet 1789). Une dizaine de jours plus tard, il exprime les mêmes sentiments de satisfaction devant la réunion complète des trois ordres, les nobles ayant cessé de se rencontrer en chambre séparée. Se sentant à son aise à bavarder dans l’Assemblée avec le duc d’Orléans et l’archevêque de Bordeaux, il est prêt à présenter le duc à son cousin si ce dernier en a besoin (4 août 1789).

73Lepoutre était-il naïf ou exprimait-il trop d’optimisme ? Les grands savent être aimables, mais cela ne veut pas dire qu’ils céderont leurs privilèges. Il est vrai que quelques heures plus tard, ils les abandonneront tous. Malgré cela, dans les mois qui suivent Lepoutre aura souvent l’occasion de se référer aux « aristocrates » comme étant tous des ennemis (grands et petits) de la Révolution en cours.

74Afin de mieux comprendre ce cheminement et la correspondance, nous pensons utile de rappeler sommairement les lignes de faîte de l’histoire de la Constituante qu’ont vécue Pierre-François Lepoutre et son épouse.

V. LES GRANDS ÉPISODES DE LA CONSTITUANTE

75La correspondance des Lepoutre est logiquement scandée par les débats essentiels qui occupent les députés et par les événements vus de Paris ou de province. Pour en clarifier la très dense chronologie, on peut découper la session de la Constituante en cinq périodes. Suivant ce découpage, dans le corps de cet ouvrage, nous avons regroupé les lettres en cinq chapitres. Au début de chacun d’eux, un tableau chronologique rappelle les principaux événements nationaux et régionaux. Dans cette introduction, nous nous bornerons à souligner les problèmes majeurs auxquels les Constituants se trouvent confrontés.

Section I. 5 mai – 15 octobre 1789 : Révolution et fondation nationale

76Représentants des trois ordres à Versailles, les nombreux députés du tiers état réussissent à faire tomber les barrières de l’Ancien Régime avec la réunion des ordres dans une Assemblée nationale. Dans une salle réunissant environ 500 députés n’ayant pas encore une procédure parlementaire à suivre, ce n’était pas facile. En dépit de la fameuse brochure de l’abbé Sieyès proclamant que la nation était surtout composée du tiers état, il n’est pas certain qu’au début tous ses députés se rendaient compte de leur force. Grâce au bon sens juridique des nombreux hommes de loi, la décision fut prise dès le 6 mai de ne pas se constituer légalement pour laisser venir le clergé et la noblesse.

77La longue attente dans la grande salle des Menus-Plaisirs permet de travailler sur le règlement intérieur qui ne sera voté qu’à la fin de juillet. Au début, la confusion est totale et la première séance du 6 mai s’est déroulée dans un bruit terrible, un chaos où personne ne s’entend. On choisit comme président de salle le plus âgé des députés. Chaque question est écoutée au cas par cas. C’était trop lent. Alors on adopte la procédure anglaise où dix ou douze personnes parlent pour ou contre une motion avant le vote. Il faut du temps pour développer une tactique parlementaire. Au mois de juin, des alliances entre les délégations provinciales commencent à se tisser pour emporter la décision. Les réunions au café Amaury sont en train de donner des fruits.

78Le 10 juin, Sieyès propose de se former en assemblée active. Il a fallu une semaine de discussions, particulièrement longues dans la nuit du 16 juin, pour faire voter la proclamation d'Assemblée nationale le lendemain. Grâce au génie de quelques orateurs, la masse des députés du tiers état, aidée par de nombreux curés, réussit à atteindre leur but. À partir du 27 juin les trois ordres sont en principe réunis. Ils le sont définitivement au mois d’août.

79En juillet, le travail sur la Constitution commence, mais des événements extérieurs interrompent plusieurs fois la vie parlementaire. Le roi tente encore de s’imposer en renvoyant Necker et en remplaçant les autres ministres. Paris bouge, la Bastille tombe et Louis XVI doit céder à la pression de la foule. À l’Assemblée, les mandats impératifs sont annulés, libérant les députés de leurs attaches provinciales. La proposition d’une déclaration des droits de l’homme vient mobiliser les députés occupés à leurs travaux constitutionnels. Elle demande des semaines de discussion car les avis sont partagés. Puis, de l’extérieur vient encore la pression conduisant à la nuit du 4 août : nuit mémorable pour tous ceux présents, rendant la France « à jamais recommandable au dessus de toutes les puissances de l’univers », écrit Lepoutre (5 août). Une fois votés les divers décrets abolissant les privilèges du passé, l’Assemblée revient à la déclaration des droits de l’homme qui remplit une dernière semaine de discussion (20 au 20 août). Après son adoption, Lepoutre écrit : « Un grand pas de fait pour la Constitution », dont elle n’était que le préambule.

80Septembre voit la défaite des Monarchiens avec les deux votes en faveur d’un système unicamérale et du veto suspensif. C’est un moment décisif car on assiste au départ des premiers révolutionnaires, notamment Mounier qui avait réussi le changement en Dauphiné avec l’accord des notables. Lui et ses amis sont en faveur d’une monarchie constitutionnelle « à l’anglaise ». Ils ne se sont pas rendu compte que les combats du printemps et de l’été avaient créé trop de méfiance envers les anciens privilégiés, les nobles entourant le roi et ceux le dédaignant pour son attitude indécise. La noblesse et tous ceux qui s’opposent aux décrets de l’Assemblée nationale deviennent des « aristocrates », ceux qui « trament des complots », qui forment des « cabales », qui « intriguent », selon Lepoutre. La rancune contre l’ancienne noblesse augmente de jour en jour malgré les efforts d’une minorité libérale (les anciens du club des Trente : le duc d’Aiguillon, Duport, les Lameth et le vicomte de Noailles) dirigeant le club des Jacobins à ses débuts et active dans les débats parlementaires.

81Puis le roi tarde à sanctionner les décrets, le pain manque à Paris, les rumeurs affluent sur un éventuel départ de Versailles. Enfin, complot ou non, en octobre les femmes de Paris vont à Versailles pour ramener le roi dans sa capitale. C’est une nouvelle époque qui commence après un « événement nécessaire pour sauver la France », écrit Lepoutre (14 octobre).

Section II. 16 octobre 1789 – 1er mai 1790 : la consolidation d’un nouvel ordre

82Pendant cette période, les députés avancent leurs travaux constitutionnels en respectant plus ou moins les principes énoncés au mois d’août.

83On abolit la gabelle, les lettres de cachet, le monopole de la compagnie des Indes ; on vote le décret général sur l’abolition des droits féodaux. Les protestants et les comédiens accèdent aux droits civiques ; les juifs du pays entier doivent attendre la fin de l’Assemblée constituante. La plus grande réussite de cette période est la division du pays en départements. Elle réussit grâce aux efforts pour rapprocher les divers points de vue concernant les anciennes frontières provinciales. Un consensus est obtenu et le principe des 83 départements est adopté assez rapidement ; les découpages territoriaux sont l’objet de longues palabres entre les députés des différentes provinces. Mais l’activité législative débouche sur des décrets qui suscitent des divisions plus profondes.

84En premier, le décret du marc d’argent, voté il est vrai à une petite majorité, car il soulève l’indignation de beaucoup de députés. Si l’on peut considérer qu’il est en accord avec les mœurs de l’époque, il faut admettre qu’il est en contradiction flagrante avec la déclaration des droits de l’homme. C’est un décret maladroit, qui sera modifié en août 1791, mais en attendant il permet aux détracteurs de la Constitution en cours d’élaboration (notamment Robespierre) de critiquer sévèrement ceux qui le défendaient.

85Les principes nouveaux sont aussi en cause dans le désaccord manifesté entre les défenseurs des droits des citoyens de couleur dans les colonies (Grégoire) et les porte-paroles des intérêts des colons blancs (Barnave). L’esclavage en soi n’est pas encore en discussion, mais les députés savent que les intérêts des colons coïncident avec le maintien du statu quo contre tous les hommes de couleur, libres ou non. La réputation libérale de Barnave sera largement entamée sur cette question.

86La crise financière, rappelée par Necker assez régulièrement, trouve une solution partielle dans la mise à la disposition de la nation des biens du clergé, votée le 2 novembre. « Il y avait plus de 10 000 curieux qui s’étaient rendu aux environs de l’Archevêché, pour savoir de quelle manière on aurait décrété sur un objet aussi important », écrit Lepoutre (2 novembre 1789). Ainsi, après l’abolition de la dîme, l’Église est encore attaquée dans sa richesse matérielle, avant de voir son règne spirituel affaibli par l’abolition des vœux monastiques et des ordres religieux en février 1790. Au fur et à mesure que le temps passe, l’Église se sent de plus en plus menacée, jusqu’à la crise du mois d’avril quand l’Assemblée rejette la motion de dom Gerle proposant de déclarer la religion catholique comme religion d’État. C’est l’occasion pour l’opposition de se manifester ouvertement : elle signe une protestation dont un des signataires est Virieu. Son élection comme président le 26 avril 1790 occasionne « de grands débats » selon Lepoutre. Virieu, accusé d’être un opposant politique, démissionne. Mais, la fissure au sein de l’Assemblée nationale ira en se creusant.

87Entraînés à la tactique d’assemblée, les députés développent une vie politique extra-parlementaire pendant cette période. On assiste à l’installation des clubs qui, font partie de la vie quotidienne d’un bon nombre de ces députés : au couvent des jacobins, vers la fin novembre 1789 on retrouve ceux qui avaient fréquenté les Bretons à Versailles ; en février 1790, les Impartiaux se rassemblent et à la fin d’avril, les Cordeliers.

Section III. 1er mai – 30 novembre 1790 : Harmonie et désaccords

88Durant le deuxième été de la Révolution française, la famille royale s’est éloigné des Tuileries en passant plusieurs mois à Saint-Cloud (24 mai-30 oct. 1790). Le 3 juin 1790, le roi avait assuré l’Assemblée nationale qu’il reviendrait périodiquement à Paris pour rester en communication « prompte et facile » avec elle. Il est notamment présent à la fête de la Fédération quand l’harmonie semble régner entre tous les participants des événements en cours.

89Toutefois, l’Assemblée nationale continue à dépouiller Louis XVI de ses anciennes prérogatives. Au début du mois de mai, pendant la discussion largement entamée depuis mars sur la réorganisation judiciaire, le roi est privé de toute intervention dans la nomination des juges désormais élus par le peuple. Quelques semaines plus tard on attaque une autre prérogative, celle de déclarer la guerre. Pendant une semaine le droit de déclarer la guerre ou la paix est discuté. Les uns veulent le laisser à l’Exécutif comme le moyen le plus efficace de combattre une agression et le plus en conformité avec les mœurs de l’époque dans les relations internationales. Les autres, y compris Lepoutre, veulent le donner entièrement au pouvoir législatif car la guerre implique la participation de tous les hommes de la nation. Enfin, un compromis est trouvé : le droit de paix ou de guerre appartient à la nation, mais la guerre ne peut être décidée que sur proposition du roi et avec sa sanction. En juin les nobles, qui avaient déjà perdu leurs privilèges, sont attaqués. La noblesse héréditaire, les titres de noblesse ainsi que les livrées et armoiries sont tous abolis. La protestation des nobles donne lieu à une nouvelle liste de signatures.

90Pendant ces mois, le travail sur la réorganisation de l’Église est poursuivi, malgré le fait que Bonal (évêque de Clermont-Ferrand) réclame un concile national qui se prononcerait sur la question. Il soutient l’autorité du pape dans le domaine de l’Église et rappelle à l’Assemblée qu’elle avait promis de respecter tout ce qui est du domaine religieux (1er et 2 juin 1790). La Constitution civile du Clergé est décrétée en juillet. De nouvelles circonscriptions ecclésiastiques, calquées sur celles des départements, réduisent le nombre des évêques et simplifient l’organisation du personnel. Curés et évêques seront désormais élus et tous soumis au serment de fidélité à la Constitution institué par la loi. Le traitement des membres du clergé est fixé et la résidence devient obligatoire. Plus tard dans le mois, à contrecœur Louis XVI sanctionne le décret. Il ne sait pas que le pape condamne la Constitution, car ses ministres reçoivent la nouvelle trop tard et ne l’informent pas. À la fin du mois, il envoie une lettre, rédigée par Champion de Cicé, à Pie VI dans laquelle il exprime l’espoir d’arriver à un compromis avec l’Assemblée sur la question religieuse. Le mois suivant, la nouvelle Constitution est promulguée, mais la situation ne se stabilise pas pour autant.

91Août est marqué par les troubles à Nancy. La répression des mutins, ordonnée par La Fayette rend le ministère impopulaire auprès des Parisiens. Au camp de Jalès dans le Vivarais, la contre-révolution se manifestait avec un rassemblement de 20 000 royalistes. Le problème religieux ne fait que renforcer les rangs de l’opposition au sein de l’Assemblée nationale, surtout dans le clergé. Le 30 octobre, 30 évêques-députés signent le texte rédigé par Boisgelin, l’Exposition des principes sur la Constitution civile du Clergé, qui réfute le texte du mois de juillet. L’Exposition circule, reçoit la signature d’autres prélats et soulève la sympathie des opposants à la Révolution un peu partout dans le pays. L’affaire est l’objet principal du rapport de Voidel à l’Assemblée nationale (26 novembre) quand Bonal redemande un concile national. Louis XVI, quant à lui, décide de préparer la fuite.

92Pendant cette période, la situation des finances continue à empirer. Les 19 et 21 décembre 1789, l’Assemblée avait décrété une caisse de l’Extraordinaire. Ses ressources étaient le produit des ventes de biens nationaux, de la contribution patriotique et des autres recettes extraordinaires, qui permettaient l'émission des bons aux créditeurs du gouvernement. Ces derniers, espérait-on, pourraient ainsi acheter les biens. En principe, les assignats devaient être détruits au fur et à mesure qu’ils reviendraient à la Caisse à l’occasion de chaque vente des biens nationaux. Hostile à toute nouvelle émission et en désaccord général avec l’Assemblée nationale, Necker démissionne le 3 septembre 1790. Le 29 septembre, l’émission de 800 millions d’assignats est votée, avec une petite majorité et après avoir été longuement débattue. À présent, les assignats sont transformés en papier monnaie dans lequel Lepoutre a entière confiance, comme il l’écrit à son épouse qu’il encourage à considérer ces assignats comme monnaie courante. Il comprend très bien la nécessité de ce papier monnaie pour faire renaître le commerce (28 septembre 1790). La correspondance revient souvent sur le problème de la pénurie d’argent (19 mars, 21 et 29 mai 1791) et sur la difficulté de changer de gros assignats en petits (juillet-août 1791).

Section IV. 1er décembre 1790-30 juin 1791 : De l’aggravation des divisions à la fuite du roi

93En réponse au texte qu’avaient fait circuler les évêques de France, le 27 novembre l’Assemblée avait décrété que, dans les deux mois qui suivaient, tous les prêtres en exercice, désormais salariés de l’État, devaient prêter serment à la Constitution, conformément aux exigences des dispositions de juillet précédent. Le roi sanctionne le décret vers la fin décembre. La guerre est à présent ouverte entre les deux camps. Elle a été provoquée par la maladresse des évêques voulant marquer leur désaccord avec l’Assemblée nationale et par l’intransigeance de Voidel qui, au comité des recherches, a pris très au sérieux son rôle de prévenir l’Assemblée de tous les dangers menaçant le pays. Personne n'a pris la mesure des attaches profondes qui, dans certaines régions, liaient le bas clergé avec le peuple et, dans d’autres, avec la hiérarchie ecclésiastique.

94Ainsi l’année 1791 s’ouvrait avec la prestation du serment requise des députés du clergé, fréquemment déchirés entre leur adhésion à la Révolution et leur engagement envers l’autorité spirituelle. Les uns n’hésitaient pas à prêter serment mais souvent pour le répudier plus tard ; les autres devenaient les réfractaires ou non-assermentés. L’Assemblée exige le serment simple et refuse d’entendre la formule de Bonal que ce dernier fait imprimer et diffuser : jurer en exceptant formellement les objets dépendant essentiellement du spirituel. Le 10 mars, le pape condamne officiellement la Constitution civile du Clergé, rendant encore plus douloureuse, à travers le pays, la décision de prêter serment. Fait révélateur, le 12 mars 1791, Lepoutre est furieux d’apprendre que son frère Josse, curé d’Anneulin, qui avait prêté serment à la fin février, s’est rétracté une semaine plus tard.

95La question religieuse aggravait les tensions politiques. Il ne s’agissait plus seulement d’une minorité aristocrate s’opposant à une majorité révolutionnaire, mais au sein des révolutionnaires, les clans, les partis, les factions (comme on disait à l’époque) se formaient et divisaient l’opinion. La Constituante se trouvait affectée par ces divisions. Alors, au sein du comité de Constitution, on tente de renouer avec l’autorité exécutive que, par méfiance, on s’était efforcé de reléguer au second plan. Le Comité travaille sur la question de la résidence des fonctionnaires, sur l’organisation du ministère et de la Garde Nationale. Les critiques à présent viennent des plus radicaux dans la majorité : Buzot, Pétion, Prieur et Robespierre accusant le rapporteur, Démeunier, de vouloir donner trop d’importance aux ministres dans sa tentative d’arrêter la Révolution.

96Qu’en est-il de l’ambiance à Paris au cours de ce premier semestre de 1791 ? Déjà en avril 1790, le ministre plénipotentiaire de Parme (le bailli de Virieu) avait noté les craintes d’une contre-révolution dans le pays ; à présent, elles sont bien plus fortes. Depuis des semaines des rumeurs circulaient sur un départ imminent du roi ; le départ de ses tantes en février ne calme pas les esprits. La fin du mois voit la tentative des « chevaliers du poignard » pour libérer le roi. Un mois plus tard, pour empêcher les désordres, la municipalité décide la fermeture du club des Monarchiens. En avril, le roi est empêché de célébrer Pâques à Saint-Cloud.

97Pendant un bref moment au début du printemps, l’Assemblée et la ville se sont retrouvées en hommage à un grand orateur qui a su les émouvoir sur le podium : Mirabeau, l’homme du compromis, celui qui a œuvré pour sauver et la Révolution et le roi. Héros du jour, il est le premier mort à entrer dans le Panthéon. Honni après la découverte de sa correspondance dans l’armoire de fer, son cercueil sera expulsé en novembre 1793. Mentionné par Lepoutre un certain nombre de fois, il est le seul des grands orateurs à qui il accorde un éloge : « Le plus grand publiciste de l’Europe » écrit-il à son épouse, en souhaitant que Linselles lui dédie une messe. (5 et 6 avril 1791).

98La mort de Mirabeau accentue les options politiques du triumvirat (Barnave, Duport et Alexandre de Lameth) en faveur d’une conciliation entre le pouvoir législatif et un pouvoir exécutif renforcé. C’est en vain, car les événements iront plus vite qu’eux, renforçant le clan des radicaux qui se rencontrent à l’hôtel de Manon et Jean-Marie Roland installés depuis peu à Paris. En mai, Robespierre marque un point important dans la lutte politique en faisant voter le décret interdisant aux Constituants de siéger dans la future Assemblée législative. Dans un élan naïf de patriotisme, pour laisser leurs places à d’autres, les Constituants renoncent à toute tentative de seconder la mise en place de la Constitution qu'ils avaient élaborée avec tant de peine. N’était ce pas la condamner d’avance à présent que les ennemis de cette « monarchie constitutionnelle » viennent autant de la gauche que de la droite du champ politique. Les « modérés », que sont devenus beaucoup de révolutionnaires de 1789-1790, perdent le contrôle du club des Jacobins. Dans ce lieu, à présent fréquenté par des étrangers, la radicalisation des orateurs est en avance sur celle qui se dessine au sein de l’Assemblée nationale. L’épopée de Varennes ne fait que renforcer l’opposition et ternir définitivement l’image du roi.

Section V. 1er juillet – 30 septembre 1791 : La monarchie quand même !

99Sauver la Constitution et la monarchie constitutionnelle suppose le maintien du fragile compromis entre le roi, l’Assemblée constituante et la nation. La manière de régler les suites de Varennes engage donc l’avenir du régime.

100Le débat est au cœur des journées des 13, 14 et 15 juillet. Le monarque est-il inviolable ? Pour Buzot et Pétion, il ne l’est pas et ils demandent sa mise en jugement. Duport souhaite que l’Assemblée forme un front uni avec le roi pour terminer la Constitution. Barnave livre son grand discours défendant le roi. C’est lui qui avait accompagné Marie-Antoinette dans le carrosse au retour de Varennes. La question se règle en camouflant la fuite du roi en enlèvement et en décrétant qu’il serait censé avoir abdiqué s’il rétractait son serment à la Constitution ou s’il prenait la tête d’une armée contre la nation.

101En apprenant que l’Assemblée nationale avait, en grande partie, adopté le décret des comités concernant le roi, le soir même (15 juillet), le club des Jacobins lit et approuve une pétition qui demande l’abdication du roi. Mais elle est retirée le lendemain quand, à l’Assemblée nationale, le roi est suspendu de ses fonctions en attendant son acceptation de la Constitution. Le même jour (16 juillet), 176 députés (sur un total de 212 en décembre 1790) sont passés des Jacobins aux Feuillants, y compris Lepoutre. Il écrit : « Nous avons plus à craindre des ennemis du dedans que de ceux du dehors » en se référant aux dangers d’anarchie si la « Nation » voulait « changer l’ordre du gouvernement » (16 juillet). Les 176 députés sont rejoints par d’autres, jusqu’alors non-affiliés et pendant quelques semaines un total de 351 députés fréquentaient le couvent des Feuillants. Ainsi, le parti du triumvirat est gagnant dans la lutte contre les plus radicaux aux Jacobins. Toutefois, un petit nombre de députés (56) vont réintégrer les Jacobins pendant l’été 1791. Par ailleurs, des Parisiens militants de certains clubs sont mécontents des décisions de l’Assemblée nationale. Une pétition demandant la déchéance du roi est portée au Champ-de-Mars où une manifestation est réprimée dans le sang (17 juillet).

102Pendant la révision de la Constitution au mois d’août, le Comité soumet, au fur et à mesure, les articles à l’approbation de l’Assemblée sans entrer dans une discussion générale. La Constituante décrète l’unité et l’indivisibilité du royaume. Roederer conteste le caractère représentatif du roi, affirmant qu’un roi héréditaire ne peut représenter la nation. Robespierre appelle le roi « le premier fonctionnaire public » et, avec le concours de Pétion, il obtient que l’Assemblée décrète l’inaliénabilité de la souveraineté. La question du cens d’éligibilité est réglée par la suppression du marc d’argent, mais on augmente le cens pour être électeur.

103La révision une fois terminée, la Constitution est adoptée par l’Assemblée nationale, puis soumise au roi en septembre 1791. Il n’eut d’autre alternative que de la sanctionner. Les députés, fatigués par un si long séjour loin de chez eux, sont rentrés en espérant reprendre une vie normale sous la nouvelle Constitution. Dans moins d’un an tout sera à refaire.

VI. LA RÉVOLUTION AU NORD

104La Révolution française contribue très largement à « nationaliser » le rythme des événements ; pour autant, les provinces, voire les petits pays, vivent aussi la période selon une scansion qui peut avoir ses originalités. Le Nord n’échappe pas à la règle et la correspondance, les lettres d’Angélique Lepoutre-Delputte notamment, se font l’écho de quelques moments et problèmes spécifiques des deux premières années de la Révolution en Flandre.

  • 48 En l'absence de toute synthèse récente et approfondie sur la période révolutionnaire dans le Nord- (...)

105Pour guider le lecteur nous proposons donc d’une part une rubrique régionale dans les tableaux chronologiques qui commencent chaque partie de la correspondance ; d’autre part, dans les lignes qui suivent, une synthèse sommaire de quelques traits saillants de la révolution au Nord jusqu’en septembre 179148.

  • 49 Les meilleures études sur le sujet restent celles de G. Lefebvre, op. cit., (1924), 1972 et La Gra (...)

106En fait, quand la révolution est devenue française entre juin et août 1789, le Nord connaît des dynamiques politiques et sociales semblables à celles de la plupart des autres régions : les troubles frumentaires, notamment urbains, se multiplient jusqu’en juillet ; les rumeurs de complot et les échos de la Prise de la Bastille circulent ; les tensions multiples aboutissent à l’extension de la Grande Peur, à partir du foyer situé au sud de la Picardie, mais le mouvement affecte peu les Flandres maritime et intérieure ; les cibles les plus visées sont très nettement les seigneuries tenues par les grandes abbayes, surtout dans un triangle allant du sud de Lille au Cambrésis et au Valenciennois49.

107Après le mois d’août où se conjuguent la moisson et la sévère reprise en main par des autorités locales souvent pérennisées au prix de quelques concessions, l’acceptation de la Révolution constituante semble largement prévaloir dans la région même si, de-ci de-là, on outrepasse les lois ou on anticipe sur elles par exemple en refusant de payer les droits seigneuriaux ou la dîme. Mais les signes d’une indéniable adhésion à la grande refonte de la Nation sont nombreux et on en trouvera trace dans la chronologie : citons la formation de gardes nationales et les fêtes, la très forte prise en charge des administrations locales par les villageois dans le cadre des municipalités élues, un réel intérêt pour l’œuvre entreprise dont témoigne la diffusion de nouveaux journaux et la création de sociétés politiques, celles-ci étant toutefois avant tout urbaines.

  • 50 On suivra clans la correspondance les considérations très significatives sur le tabac.
  • 51 Voir chronologie en début de première partie pour plus de précisions. Sur cet aspect spécifique, l (...)

108Dans cette période, l’une des originalités du contexte régional tient à la présence de la frontière et à la proximité des Pays-Bas autrichiens. Cette situation a deux conséquences nettement perceptibles dans les récits d’Angélique Lepoutre-Delputte. En premier lieu, les affaires de contrebande et les effets éventuels d’une modification des conditions douanières pèsent fortement sur l’ordre public et sur les activités, même agricoles50. Par ailleurs, l’opinion publique régionale ressent les soubresauts de la révolution brabançonne ; celle-ci, commencée au printemps 1789, se caractérise par la gravité des divisions entre deux mouvements largement en désaccord sur le sens du refus de la tutelle autrichienne51. Malgré les succès contre l’Empire et la conquête de l’autonomie à la fin de 1789, ces divisions aboutissent à de tels antagonismes que la reconquête par le nouvel empereur Léopold est consommée un an plus tard. Il semble difficile de prétendre que ces événements de Belgique aient influencé nettement les comportements politiques dans le Nord ; on perçoit néanmoins un courant de sympathie pour les patriotes belges hostiles à l’Ancien Régime et favorables à la Révolution française, les Vonckistes, réfugiés à Lille en mai 1790 et pour l’une des figures de leur révolte le général Van der Mersch. Ce courant favorise peut-être, notamment chez les membres des sociétés politiques, une sensibilité particulière aux menaces des monarchies européennes traditionnelles, sensibilité qui se manifestera avec force après la déclaration de guerre en avril 1792.

  • 52 L'ouvrage classique sur le sujet est l'étude ancienne de J. Peter et C. Poulet, Histoire religieus (...)

109Dans la période qui nous concerne, les tensions, qui ne disparaissent jamais complètement malgré le climat dominant d’adhésion à la Révolution, ressortent davantage de problèmes diffus qui donnent lieu à des poussées de violence : ce sont des émeutes de subsistance ou des manifestations pour arrêter les transports de grain, des troubles dans les régiments stationnés à Lille, des affaires de récupération de communaux ou de refus de payer les droits seigneuriaux. La nouvelle de la fuite du roi, le 20 juin 1791, semble avoir été particulièrement ressentie et avoir fait franchir un palier supplémentaire à ces tensions. Il faut dire qu’entre temps un élément spécifique de la situation septentrionale s’était manifesté avec netteté : malgré l’élection d’un évêque et de curés constitutionnels, environ 85 % des desservants, auparavant en place dans les paroisses du département, avaient refusé de prêter serment à la Constitution ; cette proportion classe le Nord parmi les départements les plus réfractaires de France. Le trouble s’installait d’autant plus dans les consciences que les prélats d’Ypres et de Tournai, rejoints et relayés par d’autres évêques septentrionaux émigrés, multipliaient les appels aux fidèles pour qu’ils n’acceptent pas le nouveau clergé. Pour autant, il est excessif de considérer que toutes les autorités locales et l’ensemble des habitants des campagnes basculent alors dans l’anti-révolution ; des travaux récents montrent que beaucoup de municipalités rurales tentent de faire prévaloir une conciliation qui permettrait de sauvegarder la loi et l’ordre nouveaux sans mettre en cause les convictions traditionnelles52. Le lecteur verra qu’Angélique Lepoutre-Delputte, tout en vivant douloureusement les tensions, adopte au fond cette position.

110Mais avant d’aborder ces lettres, il convient de préciser les orientations qui ont présidé à leur édition.

VII. CHOIX ÉDITORIAUX ET LECTURES DE LA CORRESPONDANCE

111Le parti pris fondamental de cette édition est de mettre à la disposition du lecteur les lettres le plus fidèlement et le plus largement restituées qu’il était possible, en y ajoutant les informations et les notes jugées nécessaires à la compréhension. Cette démarche explique quelques choix éditoriaux qu’il convient de préciser d’emblée. Elle signifie aussi impossibilité, faute de place, d’envisager un commentaire et une interprétation détaillés des documents. Nous laissons donc au lecteur le soin de tirer les enseignements historiques qui lui semblent pertinents et nous nous contenterons, pour terminer cette introduction d’énumérer quelques uns des nombreux centres d’intérêt des lettres qui suivent.

La restitution des lettres

112Nous avons voulu que cette édition soit la plus complète possible. Toutefois, le nombre de pages envisageables nous a contraints à quelques suppressions. Elles sont de deux types. D’une part nous avons complètement écarté une petite centaine de lettres (dont une vingtaine du député) sur les quelque 468 conservées par la famille Lepoutre ; ces lettres supprimées étaient pour la plupart soit des redites manifestes, soit des concentrés de très longues et parfois confuses notations dont la signification nous a semblé difficile à établir ; nous avons indiqué ces lettres supprimées au fil de la correspondance en précisant la date. D’autre part, nous avons parfois effectué des coupures dans les lettres elles-mêmes – coupures indiquées comme suit : [...] – en veillant à ne pas fragmenter les phrases ou modifier le sens des interprétations ; il s’agit donc en général de paragraphes entiers que nous avons considérés comme peu éclairants.

113La restitution des textes proposés repose presque systématiquement sur la transcription littérale de la lettre originale. On mesurera mieux ainsi les qualités d’écriture de nos deux paysans flamands avec toutefois chez Mme Lepoutre davantage d’emprunt à la langue orale et une tendance à la succession un peu chaotique des idées et des phrases. Les seules modifications apportées consistent d’une part en une homogénéisation des noms et de l’usage des majuscules, d’autre part en des compléments de ponctuation pour clarifier le texte, surtout dans les lettres d’Angélique Lepoutre-Delputte.

114Dans chacune des grandes sections, nous avons groupé d’abord les lettres du député puis celles de sa femme ; une présentation en vis-à-vis eût été séduisante, compte tenu des renvois de chacun aux lettres de l’autre, mais elle eût entraîné un gonflement trop considérable du nombre de pages.

115En plus des tableaux chronologiques déjà cités, l’appareil critique comporte des notes de bas de page, un glossaire des termes agricoles souvent utilisés – indiqués * dans le texte – et un tableau des unités de mesure et de compte les plus courants. Nous espérons ainsi aider à la compréhension de ce témoignage exceptionnel, notamment sur quelques thèmes qui ressortent avec force de la correspondance.

Des centres d’intérêt parmi d’autres

116Tout en laissant à chaque lecteur, le soin de rechercher et d’interpréter les sujets qui l’intéressent particulièrement, nous pouvons dégager trois types de matière historique densément présents dans cette correspondance.

117Elle constitue d’abord une évocation très concrète de l’histoire générale de la Révolution. Même si la personnalisation entraîne bien sûr une hiérarchisation subjective des événements, la plupart sont évoqués par un témoin à la fois mêlé et un peu étranger à cette histoire. Par ailleurs, les notations sur les conditions de vie et les préoccupations quotidiennes, à Versailles puis Paris, fourmillent.

118Sur un deuxième registre, la correspondance des époux Lepoutre constitue un excellent témoignage sur une dynamique régionale de la révolution constituante. On perçoit bien, notamment au travers des lettres d’Angélique, l’espèce de mise en phase politique entre les grandes étapes ou mesures révolutionnaires et les comportements citoyens dans ces campagnes flamandes dont l’historiographie a grossi à l’envie l’attitude d’emblée anti-révolutionnaire : ainsi le lecteur suivra les inquiétudes et la joie aux nouvelles de la révolution de l’été 89 ; il comprendra l’importance qu’a revêtue l’élection des premières municipalités ; il notera l’importance accordée à la garde nationale et aux fêtes des fédérations, etc. En contraste avec les notations plutôt positives sur l’opinion publique rurale jusqu’à l’automne 1790, on perçoit bien la dégradation et l’accumulation des tensions après cette époque avec l’envahissement des comportements collectifs par le problème religieux. À côté de ces grands engagements, c’est une multitude de préoccupations qui s’enchevêtrent : des problèmes de subsistance à la contrebande, de la révolution brabançonne aux rumeurs de guerre, des contributions patriotiques aux problèmes des assignats. Enfin, les nombreuses notations de personnes, avec qui le député ou sa femme sont en relation pour des motifs très variables, constituent un remarquable exemple de réseau relationnel et de la manière dont il se dilate sous l’effet des nouvelles fonctions du député. Nous touchons là au troisième grand objet par lequel cette correspondance constitue un document historique de premier plan.

119Elle nous fait pénétrer à la fois dans l’histoire d’une exploitation agricole, d’une famille, d’un couple et de deux personnes qui vivent loin l’une de l’autre une tranche de vie exceptionnelle. Sur le premier point, il ne faut pas chercher un document comptable ou technique précis ; mais l’évocation des pratiques culturales et de la diversification des activités et les références constantes aux marchés agricoles montrent avec force un exemple d’intensification agricole très éloigné des idées reçues sur l’archaïsme de l’agriculture française ; pour autant les indices de vulnérabilité ne manquent pas. Indéniablement, la famille, à la fois nucléaire et élargie, occupe une grande place dans la vie de ces paysans : on pourra s’intéresser aux relations avec les enfants et à leur éducation, à l’entraide et aux échanges économiques entre frères et sœurs, cousins et cousines, aux réjouissances et aux peines (dédicaces, maladies, deuils...). Mais ce couple, séparé beaucoup plus longtemps qu’il n’était initialement prévu nous livre ses impatiences, ses retrouvailles clandestines pour éviter les rumeurs politiques, etc. ; on pourrait aussi souligner l’ampleur des responsabilités dont se trouve ainsi investie « la chef d’exploitation » par interim. Enfin, rappelons-le, la position particulière du député transforme ces lettres en un exemple très intéressant de cheminement politique qui affecte aussi l’épouse d’abord courtisée et célébrée en tant que conjointe d’une célébrité, mais plus tard soumise à des tiraillements de plus en plus vifs quand l’opinion villageoise se divise notamment sur les questions religieuses. Quelques passages nous font vivre avec force la dramatisation où se trouvent plongés nos deux auteurs.

Notes

1 Correspondance de MM les députés des communes de la province d'Anjou, avec leurs commettants relativement aux États généraux de 1789, Angers, 1789, 2 vols.

2 A.C. Saint-Séver IID31-34 et Bayonne AA51 : correspondance de Basquiat de Mugriet et de Lamarque.

3 A.D. Morbihan, BB12-13 : « Deux registres de correspondance de Delaville-Leroulx, 30 mai 1789 - 25 août 1790 ».

4 F. Mège éd., Gaultier de Biauzat, député du Tien état aux États généraux de 1789. Sa vie et sa correspondance, Clermont-Ferrand, 1890, 2 vols.

5 A. Corre et Delourmel éd., « L.-F. Legendre, correspondance l789-1791 », dans La Révolution française, t. XXXIX-XL, 1900.

6 C. Looten éd., « Lettres de F.-J. Bouchette », Annales du Comité flamand de France, t. XXIX, Lille, 1908-1909.

7 H. Queruau-Lamerie éd., « Lettres de Michel-René Maupetit », Bulletin de la commission historique et archéologique de la Mayenne, t. XVII, 1901.

8 Marquis de Ferrières, Correspondance inédite, 1789, 1790, 1791, éd. par H. Carré, Paris, 1932.

9 F. Mirehouse, François Menard de la Groye, correspondance, 1789-1791, Conseil général de la Sarthe, 1989.
Une importante partie de la correspondance des députés, surtout celle qui a été publiée, a fourni les éléments de base au livre d'E.H. Lemay, La Vie Quotidienne des députés aux États généraux 1789, Paris, 1987, cf. la bibliographie, p. 257-65. Toute la correspondance, publiée ou non, ainsi que les journaux, mémoires et autres écrits des Constituants, forment les sources du très beau livre d'un collègue qui a fait le tour de la France en quête de ces matériaux : T. Tackett, Par la volonté du peuple. Comment les députés de 1789 sont devenus révolutionnaires, Paris, Albin Michel, 1997, 360 p., p. 333-346, liste de 172 « témoignages collectifs et individuels ».

10 Concernant toutes ces listes, cf. E.H. Lemay, Dictionnaire des Constituants, 1789-1791, Voltaire Foundation, Oxford (Universitas, Paris), 1991, 2 vols.

11 Au total, il y eut 149 grands orateurs qui ont parlé très souvent (ibid., vol. II, p. 996-97), 692 députés qui ont parlé plus rarement et 623 silencieux.

12 Pour connaître ces paysans du Nord, nous continuons de nous référer à ce qui fut l'une des premières grandes thèses d'histoire sociale : G. Lefebvre, Lespaysans du Nord pendant laRévolution française, (1924), rééd. Paris, Seuil, 1972 ; depuis, de nombreux travaux universitaires, pour la plupart inédits, ont approfondi et diversifié les connaissances, voir M. Aubry, Répertoire des travaux de recherchesoutenus,Région Nord-Pas-de-Calais, période moderne, Lille 3, CHRN, 1989, 133 p. Si l'on considère la région, on pourra se reporter au livre de J.-P. Jessenne, Pouvoir au village et Révolution, Artois, 1760-1848, Lille, 1987.

13 Cette exceptionnelle implantation foncière du clergé profite surtout aux grandes abbayes et aux chapitres cathédraux.

14 L'une des récriminations rurales les plus fréquentes porte sur le monopole des citadins dans la représentation du Tiers aux états provinciaux ; nous revenons sur ce point infra.

15 Les données plus spécifiques sur ce « pays » se trouvent dans G. Lefebvre, op. cit., (1924), 1972, et dans des mémoires de maîtrise qui portent sur ce secteur ou ses confins notamment E. Leleu, L. Nison, D. Vaira, Bourghelles et Camphin en Pévèle, deux villages de Flandre wallonne au XVIIIe siècle, Lille 3, dir. M. Deyon, 1976, 2 t., 370 p. ; D. Terrier, P. Toutain, Comines au XVIIIe siècle..., Lille 3, dir. MM. Deyon, et Lottin, 1976, 2 t., 266 p., 93 p. ; S. Tréla, Bouvignies et Coutiches (1670-1789), étude démographique, économique et sociale de deux paroisses rurales du Pévèle, Lille 3, dir. M. Deyon, 1970, 319 p. Enfin, le mémoire de maîtrise déjà cité de S. Lescure (1997), offre de très utiles développements sur toutes les questions agricoles abordées dans ce paragraphe de l'introduction.

16 Voir, sans exagérer les généralisations, l'utile article de synthèse d'A. Derville, « L'agriculture flamande des origines médiévales aux descriptions de 1800 », Histoire et société rurale, no 4, 1995, p. 47-68.

17 S. Lescure, op.cit., 1997, p. 12.

18 En 1686 après la conquête française. Rappelons que sous l'Ancien Régime, en France, les parlements sont avant tout des cours de justices souveraines qui jugent surtout en appel.

19 Voir notamment les lettres des 13 novembre 1789, 20 et 23 août 1790.

20 Pour la superficie, un acte du receveur des biens de M. de Forest de 1786 indique 32 bonniers 7 cents de terre pour la ferme des Wattines soit 45 ha (Archives du Nord, 13 J 99 ; cité par E. Bodin, op.cit., 1997, p. 17). Toutefois les lettres suggèrent l'exploitation probable de quelques parcelles en propriété ; l'addition des superficies cultivées évoquées par Mme Lepoutre confirme l'estimation. Sur la main d'œuvre, diverses lettres permettent de comptabiliser entre une dizaine de salariés temporaires pour la moisson jusqu'à 25 pour la récolte des oeillettes en septembre 1790.

21 Voir la couverture de cet ouvrage ; S. Lescure a élaboré un plan de la ferme à partir des indications des lettres et du cadastre de 1831 ; la similitude d'ensemble avec la disposition actuelle est nette, op. cit., 1997, p. 21.

22 C'est la différence essentielle avec la cense picarde à cour fermée.

23 Lettre du 20 novembre 1789.

24 Pour ces caractéristiques communes de la fermocratie voir J.-P. Jessenne, op.cit., 1987, deuxième partie ; on trouvera un autre exemple pour l'Île-de-France dans J.M. Moriceau, G. Postel-Vinay, Ferme, entrepriseet famille.Grande exploitation et changements agricoles, Paris, CTHS, 1992, 397 p.

25 Archives familiales et généalogiques de la famille Lepoutre aimablement communiquées.

26 Somme équivalant à 7800 francs or (cf. tableau des unités de compte infra). La densité et les caractéristiques de ce système familial ont été particulièrement étudiées par E Bodin, op. cit. 1997, notamment chapitres I et II. Le contrat de mariage est conservé aux Archives départementales du Nord (tabellion de Lille 6518/52, 3 mai 1770) ; M. et Mme A. Lepoutre possèdent aussi un exemplaire.

27 Pour l'écriture, on pourra se reporter aux fac-similé illustrant ce volume. La qualité de rédaction dont témoignent les lettres d'Angélique Lepoutre-Delputte est d'autant plus remarquable que nous avons affaire à une personne qui n'est pas originaire du royaume de France mais d'un village de Flandre « belge » où le flamand devait être davantage en usage ; on peut supposer un probable bilinguisme.

28 Les marguilliers sont les administrateurs élus de la fabrique qui est l'institution chargée de l'entretien des lieux et objets nécessaires pour le culte ; au Nord, la confusion entre affaires paroissiales et affaires communautaires est très forte.

29 Linselles a un statut complexe et relevait d'une dizaine de seigneuries différentes. Ce point est repris dans une note infra.

30 On aborde là le vaste thème historique du contexte culturel de la Révolution, les travaux sur ce sujet sont presqu'aussi nombreux que les écrits dits philosophiques au XVIIIe siècle. Pour trouver des mises au point récentes, on pourra se reporter à R. Chartier, Les origines culturelles de larévolution française, Paris, Seuil, 1990 et à K. Baker dir., The French Revolution and the Modernisation of Political Culture, t. I, The Old Regime, Londres, Pergamon, 1987 (Nombreuses contributions en langue française).

31 Cette ambiguïté explique le retentissement de la brochure de Sieyès Qu'est-ce que le tiers état ? diffusée en janvier 1789.

32 F. Furet propose une éclairante analyse de l'ambivalence de ce règlement dans « La monarchie et le règlement électoral de 1789 », K. Baker dir., op. cit., 1987, p. 375-386.

33 Nous ne pouvons ici entrer dans le détail ; on se reportera aux cartes et aux précisions données par P. Marchand, Florilège des cahiers de doléances du Nord, Lille III, CHRN, 1989, première partie.

34 Bailliages d'Avesnes, de Bailleul, de Cambrai, du Quesnoy, gouvernances de Douai et de Lille ; il faut y ajouter la ville franche de Valenciennes.

35 Équivalent septentrional de bailliage.

36 C'est-à-dire un peu plus tard que dans la plupart des régions françaises, sauf Paris, à cause du retard initial dans l'attente du règlement particulier.

37 Voir dans la correspondance (note, lettre du 9 août 1789) et E. Bodin, op. cit., 1997, p. 14.

38 Ces cahiers, conservés aux archives communales, ont été publiés par J. Brenne, Lomme avant 1789, un village du Nord sousl'Ancien Régime, Paris, A. Bonne, 1958, 263 p., p. 256-257.

39 Lettre du fils de l'avocat et député J.B. Wartel, à son oncle le 2 avril 1789, publié par A Lestienne, « Les élections des députés de Lille aux États généraux », Bulletin de laCommission historique du Nord, t. XXXV, 1938, repris par P. Marchand éd., op. cit., 1989, p. 176-179.

40 Nous retrouvons là un facteur de consécration des fermiers comme représentants de leur communauté largement rencontré en Artois : l'hégémonie de ces grands exploitants est souvent confirmée en 1789 à condition qu'ils n'aient pas été engagés du côté des seigneurs dans des conflits avec les villageois, J.-P. Jessenne, op. cit., 1987, 1ère partie.

41 Cf. note supra.

42 P. Bodin a calculé qu'Angélique était en contact avec lui 70 fois au cours de toute la période soit près d'une fois par semaine, op. cit., 1997, p. 112.

43 France septentrionale entendue au sens large puisque des cas de figure identiques se retrouvent par exemple en Île-de-France, J. Dupâquier, Ainsi commença laRévolution, campagne électorale et cahiers de doléances dans le bailliage dePontoise, Pontoise, 1990, 520 p.

44 Pour plus de détails, cf. E.H. Lemay, La VieQuotidienne..., op. cit., première partie, « vie matérielle ».

45 E.H. Lemay, « Pourquoi le club breton au printemps 1789 ? », dans Région, Nation, Europe : Unitéet diversitédes processus sociauxetculturels de laRévolution française, Actes du colloque à Besançon, 25-27 nov. 1987.

46 À Paris, il alla au club des Jacobins dès le début de 1790 et son nom fut sur la liste de la fin de l'année.

47 Dans sa lettre du 25 juin 1789, Lepoutre raconte le déplacement au Jeu de Paume sans mentionner le serment (20 juin) qu’il a signé.

48 En l'absence de toute synthèse récente et approfondie sur la période révolutionnaire dans le Nord-Pas-de-Calais, on se reportera aux quelques ouvrages d'histoire régionale cités dans la bibliographie. On peut aussi consulter un ouvrage de vulgarisation, sommaire mais richement illustré : Le Nord en Révolution, ouvrage collectif, Conseil général du Nord, 1989. Notons que de nombreux travaux universitaires inédits nuancent des aspects importants de l'histoire locale érudite, utile mais souvent vieillie (Voir le répertoire cité plus haut, M. Aubry, op. cit.).

49 Les meilleures études sur le sujet restent celles de G. Lefebvre, op. cit., (1924), 1972 et La Grande Peur, (1932) rééd., Paris, A. Colin, 1988. Sur les aspects spécifiques de la Grande Peur dans la région du Nord, on pourra se reporter à l'utile mise au point de L.N. Berthe à la fin de Dubois de Fosseux, secrétaire de l'Académie d'Arras (1 785-1 792) et son bureau de correspondance, Arras, 1969.

50 On suivra clans la correspondance les considérations très significatives sur le tabac.

51 Voir chronologie en début de première partie pour plus de précisions. Sur cet aspect spécifique, le classique H. Pirenne, Histoire de Belgique, Bruxelles, 1926, t V, livre IV et, pour une vision plus récente, L. Dhondt, « De l'apogée de l'Ancien Régime aux ambiguïtés de l'époque révolutionnaire », dans J. Crayebecks et E. Witte dir., Histoire de Flandre, Bruxelles, 1983, p. 161-164.

52 L'ouvrage classique sur le sujet est l'étude ancienne de J. Peter et C. Poulet, Histoire religieuse du département du Nord pendant larévolution de 1789 à 1802, Lille, 2 t., 1930. Un exemple de recherche nuançant davantage les analyses : D. VanLancker, Engagementset refus politiques dans les campagnes dudistrict de Lille au début de laRévolution, , Lille 3, mémoire de maîtrise, dir. D. Rosselle, J.P. Jessenne, 1993.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2513/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 243k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search