Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fénelon, évêque et pasteur en son temps (1695-1715)

 | 
Philippe Guinet
, 
Gilles Deregnaucourt

Conférence publique 16 septembre 1995

L’Église de Cambrai et de Tournai face aux problèmes de la formation religieuse, de l’éducation et de la pauvreté

Texte intégral

1. Jacques DELAPORTE. Archevêque de Cambrai

1Différents intervenants du colloque universitaire sur Fénelon nous ont aidés à découvrir l’état du diocèse quand Fénelon arrive à Cambrai en 1695. S’il peut compter sur des moyens d’action non négligeables, par exemple un nombre important de prêtres, de religieux et de religieuses et sur une organisation paroissiale complexe, son souci de pasteur va se polariser notamment sur trois préoccupations principales : la formation religieuse, l’éducation dont il a une expérience privilégiée et le souci des pauvres qui, en son temps, ne cessent de se multiplier à cause des ravages de la guerre, omniprésente pendant tout son Épiscopat.

2Les organisateurs du colloque m’ont demandé de situer l’Église de Cambrai aujourd’hui face à ces mêmes problèmes. Il fallait pour le faire en vérité que soit présent parmi nous Monseigneur Huard, Évêque de Tournai, dont le diocèse englobe aujourd’hui la partie nord-est du Hainaut alors partie prenante du diocèse de Fénelon. Je remercie vivement Monseigneur Huard d’être parmi nous et de répondre à nos questions.

3Dés mon arrivée à Cambrai en 1980, formation religieuse, éducation et pauvreté ont été très vite au centre de mes préoccupations. Déjà à cette époque le chômage est en croissance importante, les problèmes familiaux se multiplient, la pauvreté s’étend. Des questions culturelles nouvelles apparaissent. Face à ces besoins, un vieillissement et une diminution considérable du nombre de prêtres se prépare, ce qui va modifier la vie des paroisses, des mouvements et des aumôneries de jeunes.

4À la différence de Fénelon, j’ai été aidé dans le discernement des efforts à entreprendre par les progrès accomplis par notre Église pour une meilleure concertation face à ces questions, notamment depuis le Concile Vatican II. Par exemple, en ce qui concerne la catéchèse des enfants, la Conférence épiscopale française a publié des textes qui ont rendu d’énormes services au diocèse : en 1979 un texte de référence pour l’élaboration des parcours catéchétiques des enfants, en 1981 « Pierres vivantes », recueil de documents et de prières essentiels pour tout chrétien et enfin, en 1991 le Catéchisme pour adultes.

5Au plan régional, les trois diocèses de Lille, Arras et Cambrai collaborent régulièrement, non seulement à travers leurs Évêques mais par de nombreux services diocésains. C’est ainsi qu’a été créé en 1970, dix ans avant mon arrivée, le séminaire interdiocésain pour la formation des futurs prêtres.

6De même « les perspectives missionnaires de l’Église en France » élaborées en 1981 par les Évêques à Lourdes serviront de référence quand nous publierons des orientations diocésaines appelant :

7à partager la Bonne Nouvelle avec plus d’audace

8à partager davantage les responsabilités entre prêtres, religieuses et laïcs

9à progresser dans la communication entre les communautés.

10À plusieurs reprises, en 1981, 1984, 1989, une consultation diocésaine est organisée pour préciser et actualiser les objectifs qui découlent de ces orientations, notamment dans les trois domaines auxquels je me limiterai aujourd’hui. Fénelon n’a pu bénéficier de ce travail synodal particulièrement précieux pour l’Évêque et une Église diocésaine aujourd’hui. Ce travail synodal nous permet aujourd’hui, à force de persévérance, de disposer de conseils du Peuple de Dieu qui avec les prêtres associent les laïcs à l’organisation de la vie des paroisses, à l’orientation de la vie de l’Église dans les secteurs pastoraux. Au plan diocésain, nous avons maintenant une Assemblée diocésaine annuelle de 250 personnes et un Conseil diocésain de pastorale qui se réunit régulièrement avec l’Evêque pour préparer les orientations importantes.

1. La formation religieuse

11Dans le prolongement de la communication sur le séminaire si cher au cœur de Fénelon, je parlerai d’abord de ce lieu spécifique de formation qu’est Je Séminaire interdiocésain, dont je suis plus particulièrement responsable au nom des Evêques du Nord-Pas-de-Calais. Dans la ligne du Synode universel sur la formation des prêtres, notre équipe de formateurs s’efforce de donner aux jeunes une formation de pasteur alliant :

  • formation doctrinale étalée sur 6 années
  • initiation spirituelle par la pratique de l’oraison personnelle et de la prière communautaire de l’Église
  • formation à la vie communautaire pour préparer les futurs prêtres à un maximum de collaboration entre eux et avec des laïcs
  • initiation pastorale par différents types d’insertion dans les paroisses (très brève dans les premières années, cette insertion occupe les deux tiers du temps de la dernière année de séminaire).

12Lors d’une récente visite organisée par la Congrégation romaine dans tous les séminaires de France (comme elle le fait régulièrement dans l’ensemble des différents continents) il fut a particulièrement souligné la qualité de la formation du séminaire interdiocésain, formation si importante dans un monde où foisonnent les tendances culturelles et religieuses les plus diverses.

13Notre préoccupation en ce domaine concerne plutôt l’entrée des jeunes au séminaire. Ils ont en effet beaucoup de mal à envisager ce pas qui leur paraît déjà engager toute leur vie. D’où l’importance des efforts entrepris depuis 25 ans pour proposer des groupes de réflexion à des adolescents ou à des jeunes qui s’interrogent sur un tel avenir et aussi pour éveiller les communautés chrétiennes à leur responsabilité à l’égard des vocations sacerdotales.

14Par ailleurs, depuis une douzaine d’années, fonctionne au plan régional un parcours de formation pour les hommes (souvent mariés) qui ont accueilli un appel en vue de l’ordination au diaconat permanent.

15Un point très neuf par rapport à la formation, c’est l’éducation de la foi des enfants. Depuis près d’une trentaine d’années, de nombreux chrétiens ont accepté de collaborer à la catéchèse des enfants de 8 à 12 ans. Pour cette tranche d’âge, il y a près de 4000 catéchistes dans le diocèse (des femmes pour la majorité) qui reçoivent dans les paroisses et dans les différents secteurs pastoraux une formation doctrinale et pédagogique de la part des prêtres et d’une vingtaine d’animateurs pastoraux laïcs ou religieuses « embauchés » par le diocèse après avoir effectué une formation appropriée au CIPAC régional (centre de formation catéchistique). Cela permet de catéchiser un peu plus de 49 % des enfants du diocèse. Ce taux, s’il a diminué, reste supérieur à celui des diocèses voisins. Cette formation des catéchistes le prouve : plus l’on ose s’investir au service de la Foi, plus grandit l’appétit de la formation. Cela permet depuis plusieurs années d’élargir la formation des enfants :

  • avant 8 ans, par des propositions d’éveil à la foi des tout petits dans le cadre des paroisses
  • après 12 ans et la profession de foi, par des groupes de réflexion pour des adolescents, ce qui a permis dans les années suivantes de renouveler la proposition de la Confirmation.

16Pour les adultes, le Service diocésain de la formation permanente anime des séances de formation organisées en parcours de plusieurs soirées. Elles sont le plus souvent réalisées à la demande des prêtres et des Conseils pastoraux dans les secteurs, ce qui permet une adaptation plus grande au niveau culturel des personnes de la base, niveau resté souvent bas malgré les efforts récents de scolarisation.

17La formation permanente diocésaine organise aussi depuis une dizaine d’années des cycles plus longs de formation :

  • l'un pour des chrétiens actifs délégués par leur secteur, leur mouvement ou service : formation étalée sur deux années à raison d’un samedi par quinzaine.
  • d’autres parcours plus universitaires consistent en des cours de formation théologique, biblique, morale ou philosophique, réalisés en collaboration avec la faculté de théologie de Lille. Une reconnaissance officielle est décernée par l’Évêque aux participants au bout d’un cycle de 4 ans. Plus d’une centaine de personnes l’ont déjà suivi et continuent de le faire à Cambrai. 70 autres le font à Maubeuge.

18Il faudrait ajouter la formation dans chacun des mouvements ou services diocésains sous forme de journées d’étude ou de récollections et des propositions de formation spirituelle proposées par la Maison diocésaine de Raismes.

2. Éducation

19L’Archevêque actuel de Cambrai n’a pas été précepteur du Duc de Bourgogne ni l’auteur d’un traité sur l’éducation des filles. Mais il peut compter sur de nombreuses instances éducatives mises en place par ses prédécesseurs, et soumises actuellement à de profondes évolutions.

20Par exemple dans l’Enseignement catholique qui scolarise environ 20 % des 100.000 élèves des 4 arrondissements, le personnel éducatif a beaucoup changé. Les nombreux prêtres professeurs des années 50 ont disparu et sont remplacés par des laïcs qui reçoivent la formation nécessaire au Centre de formation pédagogique diocésain. Les religieuses en mission éducative sont elles aussi devenues peu nombreuses. Heureusement les Ursulines, dont parlait hier Monsieur Annaert, sont encore à Valenciennes.

21En contre-partie le statut de l’Enseignement catholique avec son caractère propre s’est peu à peu précisé. Ouvert à tous les enfants sans distinction, conformément à la loi, l’Enseignement catholique met en valeur l’atmosphère évangélique qui doit présider à l’enseignement, et aux relations élèves-enseignants. Chaque établissement doit donc élaborer un projet éducatif illuminé par le message de l’Évangile et attentif aux exigences des jeunes d’aujourd’hui. Par ailleurs l’Association de parents d’élèves APEL joue un rôle important. Certains de ses membres participent activement aux activités catéchétiques, liturgiques et apostoliques qui sont proposées selon les différents niveaux de scolarité ou selon la diversité des établissements : dans les écoles primaires au nombre d’une soixantaine, les sept lycées techniques ou les vingt-cinq lycées et collèges.

22Le CODIEC, Comité diocésain de l’Enseignement catholique, ainsi qu’un Conseil pastoral, soutient l’ensemble de ces efforts et organise des visites dans les établissements pour soutenir leur fidélité aux statuts de l’enseignement catholique. Il ne doit pas travailler dans un sens trop différent de ce que proposait Fénelon puisque, en inaugurant un parcours historique sur Fénelon en décembre dernier, les responsables de la Direction diocésaine de l’Enseignement catholique disaient combien ils se reconnaissaient dans des phrases de Fénelon telles que celle-ci : Faites-vous aimer des enfants, qu'ils soient libres avec vous et qu'ils ne craignent point de vous laisser voir leurs défauts....

23Dans l’Enseignement public, du collège à l’Université, ce sont les aumôneries scolaires qui assurent la catéchèse des 6e, 5e, la préparation de la confirmation, et aussi la proposition de groupes de réflexion, soirées débat et lieux d’accueil largement ouverts aux jeunes. Qui sont leurs animateurs ? Quelques prêtres et surtout des laïcs formés longuement à l’animation pastorale travaillent avec beaucoup de parents pour les différents niveaux.

24L’interrogation de tous ces animateurs comme de l’Évêque, c’est le petit nombre des jeunes atteint notamment à mesure qu’on avance dans les études ou l’entrée dans les dédales de la société actuelle. D’où l’importance de propositions complémentaires sous forme de temps fort qui rassemblent souvent des centaines de jeunes, comme le pèlerinage du Saint-Cordon ce 10 septembre dernier, comme le pèlerinage de Lourdes au cours de l’été, les rassemblements de Taizé, la prochaine fête diocésaine des confirmés...

25Les Mouvements éducatifs tels que scouts et guides, mouvement eucharistique des jeunes, ont vu leurs effectifs augmenter de façon significative depuis plusieurs années, en même temps que la qualité de leur formation humaine et chrétienne.

26Au plan diocésain, un Conseil pastoral permet à des animateurs adultes ou jeunes de confronter leurs expériences ou d’organiser ensemble des journées d’étude ou la formation de laïcs accompagnateurs.

27Il ne faudrait pas oublier la contribution des CPM (Centres de préparation au mariage) ou autres mouvements familiaux qui assurent une certaine éducation affective l’amour pour des jeunes dans les écoles qui en font la demande ou une préparation au mariage dans les paroisses. De même des groupes de prière permettent de leur côté à des jeunes de découvrir les chemins de la prière.

3. Les pauvres

28Le choc a dû être rude pour Fénelon de passer d’une présence dans les milieux favorisés de la Cour à la rencontre de paysans frappés par la famine ou la rigueur de l’hiver ou de se trouver affronté au reflux des innombrables blessés de Malplaquet. Dans un tout autre contexte, avec beaucoup d’autres chrétiens de ce diocèse, je vis depuis 1981 le choc des pauvretés modernes : imposition des quotas laitiers en agriculture, écroulement des piliers de l’économie de nos arrondissements : charbon, sidérurgie, textile. Dés 1981, les premières orientations diocésaines soulignent le nombre croissant de personnes en situation de pauvreté ou de grande détresse : chômeurs de longue durée, certains travailleurs immigrés, personnes alcooliques ou déstabilisées, zone de quart monde, etc. C’est un immense appel, dit le texte, que toutes ces personnes ou catégories plus démunies adressent à notre Eglise diocésaine et à l’amour pressant qui doit inspirer sa démarche missionnaire. Le Christ a aimé d’un amour de préférence les pauvres, les petits, les délaissés. Il a en priorité passé du temps avec eux et cherché à réintégrer dans la communauté ceux qui alors en étaient exclus. Il a fait ainsi découvrir l’amour universel du Père pour tous les hommes. L'Église de Cambrai doit se sentir tout entière dans ses membres et ses institutions engagée à partager cet amour préférentiel du Christ Sauveur pour les plus pauvres. Il y va de la révélation du visage même de Dieu à tous.

29Depuis lors, de nombreux chrétiens s’efforcent de servir les pauvres à la manière du Christ. J ai pu le vérifier en 1988 en faisant toute une série de visites pastorales uniquement sur ce thème. Le Secours catholique par exemple a multiplié le nombre de ses équipes de base et entrepris de former ses nouveaux militants pour qu’ils n’en restent pas à une générosité spontanée mais aillent jusqu’à une recherche des causes de ces situations et à une action en réseau dans des lieux significatifs d’aujourd’hui : l’insertion des allocataires du RMI, le soutien scolaire, l’animation des quartiers défavorisés, les jeunes en précarité.

30Les Equipes Saint-Vincent (féminines) et Saint-Vincent de Paul (masculines) sont surtout implantées dans les villes, agissent dans l’esprit de leur fondateur et luttent contre l'indifférence à l'égard des exclus. Ceux-ci en effet ont des besoins spirituels et pas seulement matériels. Ils ont parfois des façons de vivre qui nous interpellent et nous invitent à les traiter en partenaires, à recevoir d’eux autant ou plus que ce que nous leur donnons.

31Sur de tels chemins, la solidarité en actes devient Bonne Nouvelle. Des pauvres se reconnaissent d’Église, même s’ils sont marginalisés socialement. Le cas le plus typique est celui des adultes de plus en plus nombreux qui demandent le baptême chaque année. Ils proviennent souvent de ces catégories plus démunies. Je pense qu’ils vont d’autant plus enrichir notre Eglise diocésaine.

32C’est en vertu de toutes ces expériences que l’Assemblée diocésaine de mars 95 appelait les chrétiens à une attention toute spéciale aux quartiers défavorisés, aux cités exminières, aux villages plus isolés dont certains pourraient devenir des vrais déserts à mesure que les relations traditionnelles de proximité sont compromises par le chômage de longue durée et ses conséquences. Dans ces situations, dit l’Assemblée diocésaine, à force de persévérance et de proximité, il s’agit de faire naître des groupes de partage, serviteur de lien social et signe de Bonne Nouvelle.

33Pour ne pas tourner en rond dans nos difficultés locales, l’Église diocésaine a toujours encouragé les efforts du Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement CCFD et son action en direction des peuples du Tiers Monde dans un esprit de partenariat entre les Églises de là-bas et d’ici. Cela permet d'expliciter la dimension internationale des problèmes de chez nous et de lutter contre les différentes formes de racisme, ce sont souvent les mêmes causes qui provoquent le sous-développement là-bas et multiplient les plus pauvres ici. « Rien ne changera chez eux si rien ne change chez nous ».

34Un Conseil diocésain de la solidarité réunit avec un vicaire-épiscopal des représentants des différents services socio-caritatifs. En mai 1994 il a organisé à Valenciennes un rassemblement de tous les artisans de solidarité et instauré une confrontation de leurs expériences, dans la lumière d’une conférence de Monsieur Jean-Baptiste de Foucault. Par ailleurs le Conseil diocésain de la solidarité vient d’embaucher un chargé de mission pour assurer une coordination plus efficace des initiatives en cours et une collaboration plus habituelle avec les autres Associations sur le terrain. Peu à peu des prises de conscience se font dans les communautés chrétiennes. Les pauvres nous font respirer l’Évangile ; ils nous entraînent au partage et nous réapprennent l’essentiel.

***

2. Jean HUART. Évêque de Tournai

35Le Hainaut, province que couvre le diocèse de Tournai, fut naguère une des zones économiques les plus prospères de l’Occident grâce à ses mines de charbon et à de nombreuses industries lourdes. À présent, ses charbonnages sont fermés et le Hainaut est une des provinces belges les plus touchées par la crise économique et le chômage. Il bénéficiera de l’aide européenne appelée Objectif 1. Le diocèse connaît aussi le taux de pratique religieuse le plus bas du pays. L’évêque actuel est Mgr Jean Huard. Il est fils de mineur.

1. Aperçu historique

36Depuis le Concordat de 1801 entre le Pape Pie VII et Bonaparte, Premier Consul, les limites de ce diocèse coïncident avec celles du département de Jemappes, devenu treize ans plus tard la province du Hainaut.

37C’est le seul diocèse belge dont le siège épiscopal n’est pas au chef-lieu de sa province (Mons). Tournai était depuis le Ve siècle, la ville épiscopale d’un diocèse s’étendant de la rive gauche de l’Escaut à la Mer du Nord, comprenant donc les Flandres. La majeure partie de l’actuel diocèse de Tournai appartenait à l’ancien diocèse de Cambrai, dont le territoire s’étendait le long de la rive droite de l’Escaut.

38Le premier évêque du nouveau diocèse de Tournai, Mgr Hirn, était un prêtre français de grande valeur, qui s’était dévoué aux soldats de Napoléon blessés et malades ; il fut l’un des évêques qui s'opposèrent aux abus de pouvoir de l’Empereur et furent, pour ce motif, assignés à résidence. C’est son onzième successeur, Mgr Jean Huard, qui dirige à présent le diocèse.

2. Territoire et population

39La superficie de la province du Hainaut, et donc du diocèse de Tournai, s’élève à 3.796 km2, depuis que les cantons de Mouscron et Comines leur ont été rattachés, en 1967.

40En 1800, la population ne comptait que 100.000 habitants. En 1920, suite à l’industrialisation de la région, on en dénombrait 1.250.000. Par la suite, la démographie s’est stabilisée, mais la province a accueilli environ 200.000 immigrants, surtout italiens. La population est actuellement de 1.285.934 habitants.

41Les charbonnages du Borinage, du Centre et de Charleroi, qui avaient fait la richesse du Hainaut entre 1850 et 1959, sont désormais tous abandonnés. L’industrie métallurgique qui y était greffée a vu son déclin accéléré par la crise économique. La partie active de la population (350.000 personnes en 1974) ne cesse de décroître. En 1980, on en recensait 3 % dans le secteur agricole, 13,2 % dans le secteur secondaire et 56,5 % dans le secteur tertiaire. Depuis 1980, plus de 60.000 travailleurs sont au chômage (18,1 % de la population active, le taux de chômage le plus élevé en Belgique).

3. Profil religieux

42Plus de 90 % des Hennuyers sont baptisés à l’Église catholique, la plupart des mariages et des funérailles se font à l’église. La « communion solennelle » (profession de foi) des enfants est encore une habitude. Mais aux messes dominicales n’assistent que 95.000 chrétiens, ce qui donne le taux de fréquentation le plus bas du pays.

43Le diocèse de Tournai est divisé en 34 doyennés et 584 paroisses. Il dispose d’un peu plus de 600 prêtres diocésains, mais 60 % d’entre eux ont plus de 65 ans. En outre, il y a 38 diacres permanents. Le diocèse compte aussi 215 communautés de religieuses et 42 maisons groupant environ 250 religieux.

44Les écoles catholiques libres ont environ 125.000 élèves, soit à peu près 45 % de la population scolaire de la province.

45Sous l’impulsion du Pape Léon XIII, qui fut nonce en Belgique, le diocèse de Tournai disposa très tôt d’aumôniers pour les œuvres sociales.

46Outre les missionnaires originaires du Hainaut, 11 prêtres diocésains sont au travail dans les jeunes Églises d’Afrique et d’Amérique latine.

4. Orientations pastorales

47Depuis près de deux ans, le diocèse poursuit un projet pastoral Chemins d'Église, Chemins des hommes qui s’étalera sur plusieurs années et se couronnera par un rassemblement diocésain en mai 1997. La première année fut consacrée à une vaste évaluation de la situation ecclésiale tant au plan territorial (doyennés, unités pastorales, communautés locales) qu’au niveau fonctionnel (pastorale scolaire, institutions hospitalières, mouvements apostoliques, etc.). De cette enquête sont sorties plusieurs insistances : importance de la communication, besoin de formation des laïcs, ouverture aux jeunes, responsabilité accrue des laïcs dans les communautés notamment au sein de conseils pastoraux locaux. Dans cette mouvance, le diocèse a lancé un magazine diocésain Paraboles, publié une série de documents et une lettre pastorale de l’évêque : Le défi du désert (comme document de ressourcement dans le cadre du Carême).

48L’année 94-95 mise sous le titre Jeunesse de Dieu, Jeunesse des hommes a proposé aux communautés une démarche de rencontre jeunes et adultes sur les grandes questions de sens qui se posent aujourd’hui. Il s’agissait aussi de retrouver le visage toujours jeune de Dieu, du Père de Jésus-Christ. L’évêque a dressé un message inspiré de l’évangile do l’Epiphanie, Du Roi à l’enfant. Tout au long du mois du mai, auront lieu dans les sept régions pastorales des rencontres comportant un jeu scénique.

49L’année 95-96 aura pour thème Passion du Christ, passion des hommes. Elle aura pour but une redécouverte de la personne du Christ à travers l’Évangile et une plus grande sensibilisation aux aspects sociaux de la bonne nouvelle, dans une perspective théologale.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540