Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Fénelon, évêque et pasteur en son temps (1695-1715)

 | 
Philippe Guinet
, 
Gilles Deregnaucourt

Fénelon après Fénelon

Conclusion

Gilles Deregnaucourt and Philippe Guignet

Full text

1Lorsque nous nous engageâmes dans l'aventure intellectuelle de ce colloque sur « Fénelon, évêque et pasteur en son temps », nous étions partagés entre l'enthousiasme et la préoccupation. Enthousiasme pour un projet scientifiquement ambitieux porté par des forces collectives. Préoccupation pour un colloque consacré à une figure si abondamment étudiée que nous risquions un « voyage au bout de l'ennui » provoqué par l'incessant remuement, éventuellement dévotieux, des mêmes sources littéraires et épistolaires. Même si tout bilan se doit d'être balancé, il appert que le pari de renouveler nos connaissances sur Fénelon, archevêque de Cambrai, a été tenu et que les principaux thèmes du colloque ont produit les bons fruits scientifiques que les promoteurs en attendaient. Tout en se gardant de la double tentation du contre-pied systématique et de l'hagiographie complice, les communicants ont su replacer les choses dans leur exacte perspective, en bousculant le cas échéant les idées convenues sur le sujet.

  • 1 Sur ce point capital, on se reportera à M. DIERICKX, De oprichting der nieuwe bisdommen in de Nede (...)
  • 2 Archives du Séminaire de Tournai, ms. codex 115 (Status generalis Diœcesis Cameracensis), rédigé p (...)

2Quatre communications se sont inscrites dans le premier thème consacré au chef spirituel confronté à un puissant archevêché au carrefour de diverses influences. En s'installant dans une longue durée allant du remodelage diocésain de 15591 au Status generalis de 17162, Gilles Deregnaucourt rappelle, dans une communication liminaire, l'évolution de la géographie historique du diocèse ainsi que la densification du réseau institutionnel et ecclésiastique qui le structurait puissamment. Avec ses 13 chapitres, ses 174 prieurés, couvents et abbayes, le diocèse était doté d'un potentiel religieux sans égal qui trouvait du reste son pendant dans une puissance matérielle impressionnante, même si les 300 000 livres de revenus de M. de Cambrai doivent être ramenées à un peu plus de 100 000 livres, une fois les charges déduites. Les responsables pastoraux d'aujourd'hui ne peuvent qu'envier les formidables potentialités évangélisatrices que procurait une densité de 2,8 prêtres pour 1 000 habitants en 1716. Le bilan établi par cette communication suggère également quelques-unes des frontières invisibles internes qui établissaient des partages territoriaux divers dans cette immense entité s'étendant de Hal, au nord, à quelques lieux de Bruxelles, aux marges du Vermandois, au sud. Par exemple, la zone occidentale des champs ouverts se révèle moins bien pourvue en écoles et moins féconde en vocations que les zones plus herbagères du centre-est et du sud-est. Ce vaste diocèse n'était pas homogène dans sa structuration socio-culturelle interne. Des stratégies diversifiées de prise en charge devaient y être mises en œuvre pour répondre aux attentes spirituelles des fidèles.

3Pourtant ce ne fut pas, du moins en apparence, une réflexion sur les enjeux, les voies et les méthodes de l'évangélisation qui sollicita les premiers efforts de l'abbé Fénelon, fraîchement désigné comme archevêque de Cambrai. Il dut en effet immédiatement s'atteler à une réfutation en bonne et due forme des prétentions de l'archevêque de Reims, Charles-Maurice Le Tellier qui, comme il l'avait fait contre Mgr de Bryas en 1678, contestait la dignité archiépiscopale de M. de Cambrai. Fénelon sortit victorieux de cette controverse ; il est vrai que Louis XIV n'entendait pas engager une épreuve de force avec la papauté pour une question de préséance dont il ne percevait pas l'intérêt au moment où le royaume venait d'annexer, à Nimègue, une bonne partie de l’archevêché concerné. Comme le rappelle Philippe Guignet, ce qui importe avant tout dans cette affaire n'est pas qu'elle déboucha sur l'apaisement d'un conflit ouvert au milieu du XVIe siècle ; le plus remarquable, c’est que Fénelon ait réussi au fil des arguments à dessiner en creux ce que devait être la mission de l'Église et de ses pasteurs. Tout évêque doit être le garant d'une « bonne discipline dans l'Église ». En ce sens, il était homme d'ordre et du reste, dès le début de son épiscopat, il se comporta en prélat politique très au fait des usages du monde et familier des allées du pouvoir. Mais la sauvegarde de la juridiction hiérarchique des évêques et de son autorité de seigneur temporel n'avait de sens pour Fénelon qu'ordonnée à des fins spirituelles. Le thème fénelonien de l'humilité épiscopale est donc déjà bien présent dans l'argumentation dirigée contre les prétentions restauratrices de l'Église de Reims.

4Est-ce à dire que Fénelon était un précurseur dans sa théologie de l'épiscopat ? Après avoir écouté l'intervention de l'abbé Gottigny, il paraît difficile de le penser. Même si un ecclésiologue relève des aspects modernes dans le rôle que Fénelon assignait à l'Esprit-Saint dans la conduite de l'Église, il se dégage des écrits féneloniens un vision très classique du ministère pastoral. L'Église, avant d'être un corps mystique, est un corps organisé. En radicalisant à peine la pensée de Fénelon, on peut presque dire (même si la christologie n'est pas particulièrement présente dans sa réflexion théologique) que le Christ institua d'abord la hiérarchie qui, à son tour, donna aux apôtres la mission de constituer l'Église. En d'autres termes, l'Église est un État monarchique qui investit celui qu'elle veut pour gouverner les peuples, et la sauvegarde de la juridiction épiscopale est une condition de l'évangélisation. La profonde unité de la pensée fénelonienne apparaît donc ici. Face aux arguties de Charles-Maurice Le Tellier et dans une perspective parfaitement tridentine et ultramontaine, ne justifie-t-il pas la création des nouveaux évêchés par la nécessité de donner à des évêques plus nombreux et davantage mobilisés les moyens d'assurer « le salut de la religion », face aux « progrès de l'hérésie », à l'heure où les « hérétiques » n'étaient plus ceux de 1559 ?

5Les laïcs, dont Fénelon admettait assurément la mission de porteurs de la catéchèse, font figure de parents pauvres dans une telle ecclésiologie. Le comportement quotidien de Fénelon enclin à une certaine distance à l'égard des fidèles n'est évidemment pas contradictoire avec un sens hiérarchique très marqué. Il ne doit cependant pas être mal interprété : cet aristocrate de naissance et d'esprit agissait avec un réel respect du peuple chrétien qui lui était confié. Il témoignait d'un souci scrupuleux de tenir compte des situations concrètes vécues par le commun, ce que l'hagiographie fénelonienne ne manque pas de nous rappeler, mais davantage encore les mandements épiscopaux - ceux de Carême, en particulier - scrutés par François-Xavier Cuche, dans une tout autre perspective, qui mettent en lumière une singulière préoccupation anthropologique. Il ressort néanmoins des exposés comme des discussions que Fénelon ne pouvait être que conduit à une évangélisation « par en haut », utilisant à plein tous les leviers que lui offrait la hiérarchie ecclésiastique. C'est dire à quel point l'évaluation des effets de la pastorale de terrain conduite au fil des jours par le Cygne de Cambrai importait essentiellement.

  • 3 P. de BROGLIE, Fénelon à Cambrai d'après sa correspondance, Paris, 1884 (cet auteur déclare sans a (...)
  • 4 Voir les articles « Fénelon » de J. LE BRUN dans le Dictionnaire du Grand Siècle, sous la directio (...)

6La seconde des intentions de ce colloque était, de fait, d’apporter un éclairage particulier sur l'aspect le moins connu sans doute de la vie et des expériences de Fénelon : l'exercice de son ministère pastoral. L'énorme historiographie fénelonienne, on l'a dit en introduction, présente le plus souvent sa nomination au siège de Cambrai comme un exil - ce qu'elle ne fut pas d'emblée - et affirme qu'il fut un prélat exemplaire mais cette imposante littérature ne s'encombre guère d'analyses fouillées sur les vingt années d'épiscopat dans une existence hors du commun. Si des études comme Fénelon à Cambrai d'après sa correspondance de P. de Broglie, le Fénelon du cardinal de Bausset, Le vrai visage de Fénelon ou Fénelon dans son diocèse de Cambrai d'A. de La Gorce3 présentent diverses notations sur l'épiscopat du Cygne de Cambrai, celles-ci n'en constituent pas moins, le plus souvent, des gerbes de considérations lénifiantes, édifiantes et hâtivement vérifiées sur les faits et gestes du grand homme. Il en résulte la certitude, quasi hagiographique, que Fénelon compta au nombre des meilleurs évêques d'Ancien Régime, inlassable visiteur de son diocèse, rénovateur vétilleux du sacerdoce et consolateur des blessés et des réfugiés de la bataille de Malplaquet. Les meilleures et plus récentes notices sur Fénelon se contentent d'affirmer que l'auteur des Aventures de Télémaque se consacra « avec un grand zèle à ses tâches pastorales » et « administra saintement son diocèse »4.

7Plusieurs communications de ce colloque se sont efforcées de mettre à jour divers principes et divers aspects de la gestion épiscopale, de l'apostolat et de la pastorale de Fénelon. Il peut paraître, à l'issue de ces études - mais le débat demeure largement ouvert - que son long épiscopat resta bien en-deçà de ce que le reste de sa réflexion, de son œuvre et de son génie propre pouvait laisser espérer, que les traces tangibles de son activité effective sur le terrain ne furent pas tout à fait à la mesure de son projet pastoral, présenté avec fougue par Marguerite Haillant. Celle-ci met certes en lumière « le pasteur des peuples », tel qu'il apparaît dans Les Aventures de Télémaque ou dans Le Discours pour le sacre de l'Électeur de Cologne ; elle indique bien que Fénelon, pétri des paroles du Christ, des apôtres et des pères de l'Église, était conscient des qualités qui conviennent à un vrai pasteur et de la manière de les concrétiser. Il apparaît néanmoins que sa perspective pastorale demeura finalement essentiellement intellectuelle.

  • 5 Sur ce point, trop méconnu, de l'historiographie française, voir R. MOLS, « Saint Charles Borromée (...)
  • 6 Finalement, Fénelon nous paraît surtout et simplement l'héritier de l'idéal épiscopal et sacerdota (...)
  • 7 La thèse de Louis PÉROUAS, Le diocèse de La Rochelle de 1648 à 1724, Paris, 1964, décrit excellemm (...)

8Nos débats n'ont en fait guère éclairé les modèle pastoraux dont se réclamait sans doute Fénelon. Le modèle borroméen et de la véritable héroïcité des vertus pastorales de l'archevêque de Milan était si ancré dans les Pays-Bas hispano-tridentins, si incarné par quelques prédécesseurs sur le siège de Cambrai (nous pensons bien sûr à Mgr Van der Burch) et, de toute façon, si influent sur l'épiscopat de la réforme catholique, que Fénelon ne pouvait qu'en être l'héritier ; mais il était avant tout un produit de « l'École française » et de Saint-Sulpice, ce que nos travaux ne mirent pas suffisamment en relief. Il semble clair que Fénelon n’adhérait plus pleinement au modèle du bonus episcopus, à la fois héritier de saint Charles Borromée5 dans ses méthodes pastorales et de la spiritualité bérullienne puis sulpicienne dans son exaltation du sacerdoce, tel que le « siècle des saints », en France, en avait offert maints modèles (François de Sales, François de La Rochefoucault, Alain de Solminihac, André Frémiot, Barthélemy de Donadieu de Griet, Paul Godet des Marais et tant d'autres)6, tel que les Pays-Bas l'avaient également imposé (Antoine Triest, François Van der Burch, Paul Boudot, Victor Le Bouthillier...). Fénelon parvint en vérité à assumer une habile transition entre ce modèle et celui du prélat plus administratif du siècle des Lumières, qui, lui, participait de plus en plus de la logique administrative qui accompagnait alors le développement de l'État7. La communication de Philippe Desmette l'affirme, à propos des confréries ; celle de Christophe Leduc, traitant de l'entourage de Fénelon à Cambrai, illustre cette synthèse entre le zèle apostolique et évangélique d'une part, et l’efficacité gestionnaire d'autre part, laquelle reposait sur l'existence d'une véritable équipe de collaborateurs nouée par les liens de l'amitié, de la parenté, de la clientèle, et assurée de ses moyens de subsistance par la solidité du système bénéficiai dont Fénelon lui-même avait tiré profit.

  • 8 A. ALVIN, « Histoire du séminaire de Cambrai depuis sa fondation jusqu'au rétablissement du culte (...)
  • 9 Voir la thèse dactylographiéede G. DEHON, L'Université de Douai aux XVIIe et XVIIIe siècles, Lille (...)
  • 10 Il faut donc relire son Fénelon et les jésuites, La Haye, 1967 et son article « Fénelon, Louvain e (...)

9Il semble évident que les priorités pastorales de Fénelon furent la rénovation du sacerdoce et la formation des ordinands dans le cadre d'une spiritualité sulpicienne, mais aussi la surveillance, la régulation et la moralisation d'un clergé séculier qu'il souhaitait indemne de toute déviance doctrinale et disciplinaire, ce qu'avaient déjà suggéré quelques travaux8. Une autre communication de Gilles Deregnaucourt rappelle que près de la moitié des affaires instruites par l'officialité de Cambrai aux XVIIe et XVIIIe siècles le furent au cours des épiscopats de Bryas (1675-1695) et surtout de Fénelon. La communication d'Irénée Noyé renouvelle notre connaissance du soin que l'archevêque apporta à la formation des ordinands dans son séminaire, lève les incertitudes concernant le personnel qui en avait la direction entre 1700 et 1712 et évoque le règlement inédit donné par Fénelon en avril 1700, qui permet de saisir l'organisation des séjours des séminaristes et montre qu'il s'impliquait personnellement dans la réception des candidats et pour l'examen de leurs capacités. Gilbert Dehon, dont l'intervention recoupait largement aussi le troisième thème (« Fénelon, les pouvoirs et la société de son temps »), revient sur la querelle janséniste qui avait profondément troublé l'Université de Douai à la charnière des deux siècles9 et analyse les réactions de l'archevêque face à la commission d'inspection obtenue en juillet 1702 par le jansénisant Guy de Sève, évêque d'Arras, et combattue par Adrien Delcourt, vice-chancelier de l'Université avec l'appui discret des jésuites. Au vrai, comme s'efforce de le montrer Gilles Deregnaucourt, Fénelon souhaitait promouvoir une nouvelle image du prêtre, indispensable à l'affirmation d'une ecclésiologie résolument cléricale et hiérarchique, qui, dans les Pays-Bas, terres de Contre-Réforme vigoureuse et ultramontaine, avait trouvé un terreau fertile et dont lui-même était partisan. Dans cette perspective, il ne suffisait pas de surveiller, punir ou exclure les éléments douteux ou scandaleux du clergé, il fallait aussi tenir à merci ceux dont le rigorisme en matière de théologie sacramentelle et de théologie morale ainsi que l'ecclésiologie nourrie de réflexes richéristes et gallicans étaient de nature à contrarier la stratégie pastorale et disciplinaire de l'Ordinaire. On ne peut que déplorer, à ces égards, que le grand spécialiste qu'est Henk Hillenaar n'ait pu éclairer davantage les débats10.

10Mais l'action d'un évêque ne se mesure pas seulement au soin qu'il apporte à son séminaire et à la surveillance qu'il déploie à l'égard de son clergé. Émission de mandements, tenue de synodes, visites pastorales, catéchèse, transmission de la foi, promotion du laïcat régulation des dévotions, moralisation des fidèles, aide aux deshérités... constituent également la charge épiscopale. Homme de plume, Fénelon multiplia les mandements, en particulier les mandements définissant la discipline du diocèse. Ses mandements de carême ont fait l'objet de la belle communication de François-Xavier Cuche, dont il a été dit plus haut à quel point ils définissent l'anthropologie, l'ecclésiologie, la théologie et, dans une large mesure, la pensée politique et sociale du Cygne de Cambrai. Mais, à bien d'autres égards, Fénelon semble avoir assumé un héritage sans y apporter sa marque personnelle.

  • 11 Voir aussi l'article « Quiétisme » de J. LE BRUN dans le Dictionnaire de spiritualité ascétique et (...)

11Ainsi Jean Heuclin montre-t-il que l'archevêque manifesta une relative sympathie, sinon une simple compréhension, à l'égard d’une tradition érémitique d’une réelle ampleur en Cambrésis et en Hainaut ; il en percevait les aspirations religieuses mais entendait maintenir cette tradition et ses modes d'expression dans une certaine discrétion. Philippe Desmette quant à lui affirme, à juste titre, que Fénelon demeura dans une tradition à la fois de défiance et de mainmise cléricale distante sur les confréries, forme de sociabilité, de vie dévote et d'engagement chrétien qui, dans les Pays-Bas, jouissait d'une réelle adhésion populaire tout en commençant à être érodée par un certain processus de laïcisation dont l'Église ne mesurait peut-être pas les effets pervers. Philippe Annaert ajoute que la réflexion pédagogique de Fénelon en matière d'enseignement et d'éducation des filles avait plus rencontré et, au mieux, dynamisé que promu les pratiques locales, comme l'indiquent les expériences des ursulines de Mons et de Valenciennes. Enfin, selon Mayumi Murata la pratique pastorale de Fénelon ne fut que médiocrement influencée par sa certitude que le mysticisme, doté de sa propre logique, n'était ni hétérodoxe ni incompatible avec la pratique pastorale elle-même11.

  • 12 A. ARTONNE, L. GUIZARD, O. PONTAL, Répertoire des statuts synodaux des diocèses de l'ancienne Fran (...)
  • 13 A. PASTURE, « Les archives de la visite ad limina pour les deux anciennes provinces ecclésiastique (...)
  • 14 À l'exception notable du rapport du doyen de chrétienté de Lessines en 1705 ; voir A.D. Nord, 3 G (...)

12Finalement, il ne fut guère question de synodes diocésains et de visites pastorales au cours de ce colloque, alors que l'historiographie fénelonienne répète à l'envie que cet évêque fut un inlassable apôtre de son diocèse. Il est vrai que la correspondance de Fénelon évoque diverses visites, en telle paroisse ou en tel établissement régulier, mais ni les archives épiscopales, pourtant bien riches, ni les archives paroissiales, mises à profit par Philippe Desmette pour son étude, ne proposent de traces réellement tangibles de cette action sur le terrain. Un vif débat opposa quelques participants au colloque sur cette question des visites pastorales. Mais les faits et la conservation des archives sont têtus : aucun synode ou concile ne fut tenu entre 1661 et 173912. La dernière relation de visite cambrésienne ad limina date de...165613. Cela ne suffit certes pas pour mesurer la grandeur ou la portée d'un épiscopat, mais il demeure que l'on ne trouve nulle trace, ou presque, de visites pastorales, systématiquement menées par l'archevêque, ses archidiacres ou ses doyens14 dans les archives diocésaines et nulle mention de textes disparus. Dans un autre registre, Félicien Machelart démontre que Fénelon eut, dans une certaine mesure, une réelle influence sur l'introduction de l'art français en Cambrésis et en Hainaut, mais ne fut guère un grand bâtisseur.

  • 15 J. LE BRUN, article « Fénelon », dans le Dictionnaire du Grand Siècle, op. cit., p. 582. Il faut l (...)

13Faut-il, dès lors, parler d'action pastorale en demi-teinte ? Fénelon peut-il encore être considéré comme le prélat hors du commun qu'une certaine hagiographie se plaît à décrire, un évêque dont l'engagement fut en conformité avec le destin exceptionnel ? Faut-il même parler d'échec épiscopal ? Les questions méritent de demeurer posées. De fait, les échecs jalonnèrent sa destinée et n'épargnèrent, a posteriori, que sa création littéraire : échec politique d'abord puisque ses espérances d'une politique catholique, héritière de celle des « dévots », s'effondrèrent en 1697-1699 et davantage encore en 1712, à la mort du duc de Bourgogne ; échec ecclésiologique et religieux, ensuite, puisque la publication de la bulle Unigenitus, qu'il avait appelée de ses vœux, ne fit qu'exacerber les querelles qui déchiraient l'Église et obérer l'action du catholicisme face aux évolutions de la pensée et de la société et puisque, enfin, l'échec du quiétisme, excluant la mystique du champ du catholicisme, fut celui du dernier débat proprement théologique dans l’Église catholique, même si d'intenses querelles ecclésiologiques portant sur les pouvoirs dans l’Église, et d'autres, plus politiques mais non moins vives, relatives aux rapports entre cette Église, l'État et la société, devaient encore se déployer. Fénelon mesurait sans doute l'étendue de ces échecs qui, de toute façon, étaient « trop cohérents avec l'expérience fénelonienne de désappropriation pour être dus au hasard »15. L'échec pastoral, s'il se vérifie au fil des études à venir, ne s'inscrit-il pas dans cette logique, même s'il est vrai que le prélat eut à compter avec des conditions d'apostolat et de pastorale particulièrement exceptionnelles : une frontière mouvante qui écartelait son diocèse sous deux souverainetés, une situation de guerre quasi permanente, des ouailles dans la détresse et l'âpre compétition des pouvoirs politiques ?

  • 16 Document largement reproduit dans le numéro spécial de la revue XVIIe siècle, no 12-13-14, 1951-19 (...)
  • 17 Lettre au duc de Beauvillier, 5 décembre 1709.

14Les idées politiques et sociales de Fénelon n'avaient pas, en tant que telles, à se trouver au cœur des réflexions mais devaient être évaluées dans leurs effets sur l'exercice des fonctions pastorales et temporelles ainsi que sur les engagements politiques et diplomatiques du prélat. Les multiples facettes de la pensée fénelonienne sont également celles des engagements temporels de l’homme d'Église. Fénelon apparaît comme un grand féodal généreux qui, quoique tributaire de fantasmes politiques, disposa longtemps d'un crédit politique réel et d'un actif réseau d'influence. Nous avons vu, avec les réflexions de Christophe Leduc, qu'il manifestait un sens aigu de la famille, de la clientèle amicale et de la hiérarchie dans la famille, même si on ne peut le créditer d'avoir fait un usage évangélique du népotisme. Plus profondément encore, certains y discerneront l'ébauche d'une contradiction. Fénelon se plaisait certes à rappeler que le Ciel est un trésor éternel auquel on ne parvient qu'en mourant au monde et à ses plaisirs. Pourtant, il prit très au sérieux son rôle de seigneur de Cambrai, duc de Cambrai, comte du Cambrésis. Il suffit, pour se pénétrer de cette conviction, de relire le Mémoire sur la souveraineté de Cambrai qu'il adressa au chancelier Voisin en 1712. Ne va-t-il pas jusqu'à écrire que la cession du Cambrésis obtenue de l'Espagne à Nimègue était « nulle et insoutenable puisque c'est de l'Empire et de l'archevêque de Cambrai, vrai et légitime possesseur de ce droit, qu'il aurait fallu obtenir la cession »16. Fénelon était-il un bien peu loyal sujet de Louis XIV ? Nullement, il « aime la France », il se considère comme un sujet très attaché au roi et à la maison royale17. Mais il ne pouvait abandonner l'idée que l'Espagne avait laissé aux archevêques de Cambrai « comme un reste de souveraineté dans leurs terres particulières ». Ce fut donc tout naturellement que, pour mettre la conscience du roi en paix, il lui suggéra en 1696 de se faire accorder une « véritable cession de souveraineté » ! Il n'en fut évidemment pas question mais le propos dévoile la perception qu'avait Fénelon des relations internationales. Sa sympathie, bien relevée par Lucien Bély, pour les « fantômes politiques » hantant la scène européenne du temps n'a donc rien que de fondamentalement cohérent avec cette vision du monde.

15Cet homme à certains égards d'un autre temps demeura longtemps un homme d'influence. Charles Engrand décrit bien ses liens avec le clan Colbert et, de façon générale, les relais qui lui permettaient de faire porter ses réflexions jusqu'au cœur de l'État louis-quatorzien. L'isolement de Fénelon à Cambrai demeura bien relatif, même si l'unanimité fénelonienne du clan Colbert se brisa à la fin du Grand Règne. Il est vrai que ce grand chrétien, prisonnier d'une vision quasi onirique des vertus virtuelles des grands féodaux, pratiquait ce que Lucien Bély appelle sans ménagements un « pessimisme défaitiste ». La paix d'abandon qu'il préconisait, les scrupules constamment entretenus chez le duc de Bourgogne, conduisant l'héritier présomptif du trône à une paralysie de la volonté et de la décision politiques, apparaissent bien peu conformes aux réalités du gouvernement d'États qui s'affrontent dans une guerre longue, incertaine et dévastatrice. Peut-être est-il vrai, comme le souligna François-Xavier Cuche lors des discussions, que les idées de Fénelon regardent toujours à la fois vers l'avant et vers l'arrière et que le défaitisme fénelonien peut être interprété en termes de pacifisme foncièrement précurseur. Dès lors, le mythe de l’État faible et aristocratique qu'il cultivait dans les Tables de Chaulnes annoncerait certaines préoccupations du libéralisme politique et des tenants du « peu d'État ».

  • 18 A. CHÉREL, Fénelon au XVIIIe siècle en France (1715-1820), son prestige, son influence, Paris, Hac (...)
  • 19 A. M. RAMSAY, Histoire de la vie de M. François de Salignac de la Mothe-Fénelon, La Haye, 1723.
  • 20 Mgr Delaporte comme Félicien Machelart nous firent remarquer hors de la discussion que la Semaine (...)

16C'est ce qui fait la richesse de la postérité intellectuelle et politique de Fénelon. Les pièces du dossier ont déjà été rassemblées depuis la grande thèse d'Albert Chérel publiée en 191718. Mais l’on sait gré à Catherine Jacques, Charles Coutel, Jean-Marie Cauchies et Gérard Gayot de l'avoir enrichi sur des points importants. On sait assurément de longue date que l'image mythique, forgée dès 1723 par André Michel de Ramsay19, d'un Fénelon persécuté à cause de son Télémaque, prédicateur de la tolérance et de l'humanitarisme, proche des humbles et soucieux du bien-être des peuples, a parcouru un XVIIIe siècle reconnaissant dans le Cygne de Cambrai un précurseur des Lumières. Il appartenait à Catherine Jacques de mieux mettre en valeur l'utilisation récupératrice du message socio-économique de M. de Cambrai par le marquis de Mirabeau et les physiocrates. Charles Coutel a démontré avec fougue à quel point on était redevable à la IIIe République du volet pédagogique du discours hagiographique charrié par la légende fénelonienne. Il n’est en vérité guère étonnant que les fondateurs de la IIIe République aient contribué à l'exaltation de ce prince de l'Église, contemporain de l'apogée du tridentinisme. On nous permettra en effet d’ajouter qu'en un temps où la Semaine religieuse de Cambrai tirait à boulets rouges sur une République héritière des principes laïcisateurs de la Révolution et donc, à ses yeux, de ses principes anti-chrétiens20, il ne devait pas déplaire aux collaborateurs et aux fils spirituels de Jules Ferry d'avoir découvert en Fénelon le défenseur d'un humanisme laïcisateur pré-maçonnique.

  • 21 Il faut ici relire l'ouvrage décisif de F.-X. CUCHE, Une pensée catholique sociale. Fleury, La Bru (...)

17C'est dans le même sens d'une récupération sincère mais politicienne de Fénelon que Jean-Marie Cauchies a conclu le décorticage critique et plein de verve auquel il s'est livré sur la légende fénelonienne dans le Borinage. Dans cette région située au couchant de Mons et longtemps riche en charbonnages, la ferveur du souvenir de Fénelon n'a sans doute pas l'ampleur qu'on lui prête souvent, mais la popularité du prélat, magnifiée par l'épisode de Malplaquet, a suffi pour faire éclore des maisons où, dit-on, Fénelon aimait à se reposer, ainsi que des forêts ombreuses où le doux pasteur se récréait au cours de longues promenades solitaires. Les idées sociales de cet aristocrate, qui éprouvait une répulsion spontanée pour le monde de l'argent, ne pouvaient que plaire à des Borains, certes volontiers anticléricaux et tôt acquis, en majorité du moins, au socialisme, mais sensibles aussi à une religion du cœur au contenu théologique et ecclésial édulcoré. Gérard Gayot, qui s'est penché sur les conditions de production des commémorations de Fénelon au XXe siècle, a souligné lui-aussi la grande plasticité du souvenir fénelonien. Que toute arrière-pensée politiciennne ne soit pas absente des discours prononcés par les élus locaux appelés à prendre part à la liturgie des commémorations est une évidence. On concédera volontiers que la personnalité et la pensée de François de Salignac de la Mothe-Fénelon sont si complexes, chatoyantes et flexibles qu'elles se prêtent à des interprétations diverses qui ne sont pas, au fond, illégitimes. Assurément, la famille de pensée sociale-chrétienne, qui garde son identité organisationnelle en Belgique alors qu'elle s'exprime sous des formes pluralistes et plus confuses en France, trouve quelques-unes de ses racines dans la pensée sociale de Fénelon21. Il demeure qu'il n'est pas anodin que des esprits s'alimentant à d'autres sources, quelquefois bien opposées, trouvent dans le message fénelonien des éléments de réflexion ainsi qu'une vibration profondément humaine qui les émeut. Est-ce à dire que chaque époque sélectionne dans l’œuvre et l'action (même surévaluées - ce colloque l'a sans doute montré-) de Fénelon ce qui lui convient pour tenter de répondre à ses doutes et à ses aspirations ?

  • 22 Voir la notice de L. PÉROUAS dans le Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique, doctrine (...)
  • 23 Par les hasards du calendrier, nous mettons sous presse le texte de cette conclusion alors que Jea (...)

18Fénelon fut d'abord un chrétien de son temps. Il suffit de le comparer à son contemporain des provinces du centre-ouest Louis-Marie Grignion de Montfort qui mourut, épuisé par la tâche, en avril 171622. Tous deux n'avaient certes pas les mêmes responsabilités pastorales, la même formation théologique, le même caractère, le même mode de vie. Rares sont, a priori, les traits communs à ces deux témoins de la foi tant leur mémoire s'inscrit dans des codages idéologiques différents. Et pourtant, chez l'un comme chez l'autre, on constate la même dévotion mariale, le même moralisme exigeant, le même non-conformisme ecclésial (quoique sur des terrains très différents), le même souci des pauvres, des humbles et des délaissés. Tous deux ont vécu les mêmes valeurs, perçues comme civilisatrices, redynamisées par le concile de Trente, et inscrit leur action alors que l'onde christianisatrice produite par le coup de fouet missionnaire du XVIIe siècle atteignait son maximum d'intensité. Il est logique que les autorités ecclésiastiques de notre temps se sentent interpellées par ce que fut l'expérience pastorale et spirituelle du siècle des saints23. La conférence prononcée le soir du dernier jour du colloque par les pères Delaporte, archevêque de Cambrai, et Huard, évêque de Tournai, a bien montré les continuités et les infléchissements. Mais à ce moment, les historiens avaient terminé leur besogne en faisant prévaloir, sinon une impossible objectivité, du moins une volonté de connaître et de comprendre, ainsi qu'une stricte impartialité contre la passion des apologistes comme contre celle des détracteurs.

Notes

1 Sur ce point capital, on se reportera à M. DIERICKX, De oprichting der nieuwe bisdommen in de Nederlanden onder Filips II (1559-1570), Antwerpen-Utrecht, 1950 ; traduction française : L'érection des nouveaux diocèses aux Pays-Bas (1559-1570), Bruxelles 1967.

2 Archives du Séminaire de Tournai, ms. codex 115 (Status generalis Diœcesis Cameracensis), rédigé par le chanoine Marion, secrétaire de l'archevêché, après la mort de Fénelon.

3 P. de BROGLIE, Fénelon à Cambrai d'après sa correspondance, Paris, 1884 (cet auteur déclare sans ambages, p. 123, que l’étude de l'action épiscopale de Fénelon proprement dite ne présente guère d'intérêt !) ; Cardinal de BAUSSET, Histoire de Fénelon, t. III, Paris, 1830, p. 65-66 et 88-93 ; A. de LA GORCE, Le vrai visage de Fénelon, Paris, 1958 et « Fénelon dans son diocèse de Cambrai », La Revue française, 1961, no 126, p. 9-15.

4 Voir les articles « Fénelon » de J. LE BRUN dans le Dictionnaire du Grand Siècle, sous la direction de Fr. BLUCHE, Paris, Fayard, 1990, p. 581, et de A. LAVANÈRE dans le Dictionnaire des Littératures de langue française, Paris, Bordas, 1984, p. 799.

5 Sur ce point, trop méconnu, de l'historiographie française, voir R. MOLS, « Saint Charles Borromée, pionnier de la pastorale moderne », Nouvelle revue théologique, t. LXXIX, 1957, p. 600-622 et 715-747.

6 Finalement, Fénelon nous paraît surtout et simplement l'héritier de l'idéal épiscopal et sacerdotal de Saint-Sulpice, de Jean-Jacques Olier et de M. Tronson dont il fut l'élève.

7 La thèse de Louis PÉROUAS, Le diocèse de La Rochelle de 1648 à 1724, Paris, 1964, décrit excellemment cette transition.

8 A. ALVIN, « Histoire du séminaire de Cambrai depuis sa fondation jusqu'au rétablissement du culte en 1802 », Bulletin de la Société d'émulation de Cambrai, t. LXV, 1910, p. 63-404, et G. DEREGNAUCOURT, De Fénelon à la Révolution. Le clergé paroissial de l'archevêché de Cambrai, Lille, PUL, 1991.

9 Voir la thèse dactylographiéede G. DEHON, L'Université de Douai aux XVIIe et XVIIIe siècles, Lille, 1967, L. MAHIEU, Jansénisme et antijansénisme dans les diocèses d'Arras et de Cambrai, Lille, 1943 et J. KUSIAK, Fénelon et le jansénisme, mémoire de maîtrise sous la dir. d'A. LOTTIN, Université d’Artois, 1995.

10 Il faut donc relire son Fénelon et les jésuites, La Haye, 1967 et son article « Fénelon, Louvain et l'augustinisme », dans L'augustinisme à l'ancienne faculté de Louvain, sous la direction de M. LAMBERIGTS, Leuven, University Press, Peeters, 1994, p. 309-331.

11 Voir aussi l'article « Quiétisme » de J. LE BRUN dans le Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique, XII, 2, Paris, 1985, col. 2808-2812.

12 A. ARTONNE, L. GUIZARD, O. PONTAL, Répertoire des statuts synodaux des diocèses de l'ancienne France du XIIIe à la fin du XVIIIe siècle, Paris, 1969, p. 174.

13 A. PASTURE, « Les archives de la visite ad limina pour les deux anciennes provinces ecclésiastiques des Pays-Bas, Cambrai et Malines (1559-1800) », Bulletin de la Commission royale d'histoire, t. LXXXIII, Bruxelles, 1920, p. 281-532.

14 À l'exception notable du rapport du doyen de chrétienté de Lessines en 1705 ; voir A.D. Nord, 3 G 2858. Ce document laisse planer l'incertitude : peut-on plaider la disparition d'autres sources du même type, compte tenu du contexte particulier de l'épiscopat de Fénelon ? Cela paraît difficile : les archives des évêchés de la province de Malines regorgent de rapports de visites pastorales ; voir M. CLOET, N. BOSTYN et K. DE VREESE, Repertorium van dekenale visitatieverslagen betreffende de Mechelse kerkprovincie (1559-1801), Leuven, 1989. Mais il est vrai qu'à Cambrai, les visites de doyens ne faisaient pas forcément l'objet d'une relation écrite à l'Ordinaire ; voir G. DEREGNAUCOURT, « Les modes d’action et d'intervention des doyens de chrétienté en amont des procédures judiciaires dans les anciens Pays-Bas méridionaux (XVIe - XVIIIe siècles) », dans L'infrajudiciaire du Moyen Âge à l'époque contemporaine, sous la direction de B. GARNOT, Dijon, EUD, p. 223, d'après A.D. Nord, 3 G 2836.

15 J. LE BRUN, article « Fénelon », dans le Dictionnaire du Grand Siècle, op. cit., p. 582. Il faut lire et relire les pertinentes réflexions de ce grand spécialiste.

16 Document largement reproduit dans le numéro spécial de la revue XVIIe siècle, no 12-13-14, 1951-1952, p. 150-153.

17 Lettre au duc de Beauvillier, 5 décembre 1709.

18 A. CHÉREL, Fénelon au XVIIIe siècle en France (1715-1820), son prestige, son influence, Paris, Hachette, 1917.

19 A. M. RAMSAY, Histoire de la vie de M. François de Salignac de la Mothe-Fénelon, La Haye, 1723.

20 Mgr Delaporte comme Félicien Machelart nous firent remarquer hors de la discussion que la Semaine religieuse de Cambrai n'avait aucun caractère officiel et, de ce fait, n'était nullement le porte-parole autorisé de l’épiscopat. Ce n'est pas discutable. Il reste que la Semaine religieuse..., qu'on a tout lieu de croire largement diffusée parmi le clergé diocésain, était bien en harmonie avec le discours déclaré de la hiérarchie.

21 Il faut ici relire l'ouvrage décisif de F.-X. CUCHE, Une pensée catholique sociale. Fleury, La Bruyère, Fénelon, Paris, Cerf, 1991.

22 Voir la notice de L. PÉROUAS dans le Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique, doctrine et histoire, t. V, 1964, col. 1073-1081.

23 Par les hasards du calendrier, nous mettons sous presse le texte de cette conclusion alors que Jean-Paul II vient en France et se recueille sur la tombe de Louis-Marie Grignion de Montfort.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1996

Terms of use: http://www.openedition.org/6540