Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fénelon, évêque et pasteur en son temps (1695-1715)

 | 
Philippe Guinet
, 
Gilles Deregnaucourt

Fénelon après Fénelon

Fénelon et le Borinage : tradition, mythe et réalité

Jean-Marie Cauchies

Texte intégral

À la mémoire de Pierre Ruelle, de l'Académie royale de Langue et de Littérature françaises de Belgique, Borain de naissance (Pâturages) et de cœur, qui éveilla ma curiosité et me stimula dans mes recherches

  • 1 J.-M. CAUCHIES, Colfontaine, dans H. HASQUIN (dir.), Communes de Belgique. Dictionnaire d'histoire (...)

1Le vieux bassin houiller du Borinage ou Couchant de Mons, proche de la frontière française, est limité au sud par une vaste forêt domaniale, riche encore de 760 hectares, dite de Colfontaine. Ce nom est aussi, depuis les fusions de 1977, celui d'une nouvelle entité communale, réunissant les villages de Pâturages, Wasmes et Warquignies, que ne faisait toutefois que jouxter le territoire boisé avant d'être partiellement cédé, lors de sa constitution, à l'entité susdite. L'ensemble forestier s'étendait en effet sur les communes d'Eugies, Sars-la-Bruyère (toutes deux intégrées depuis 1977 à celle de Frameries) et Dour. En partie propriété des évêques puis archevêques de Cambrai, au Moyen Âge et sous l'Ancien Régime, il passa au XIXe siècle entre les mains du grand industriel Henri De Gorge, avant son acquisition par l’État belge en 1908. Il se compose du bois de Colfontaine proprement dit, ou Bois l’Évêque, et de plusieurs autres bois, formant un bloc aux bords très découpés en raison des essartages et des injures du temps1.

2La mémoire locale veut que le nom du Bois l'Évêque fixe spécialement le souvenir de Fénelon l'archevêque. Une bâtisse de fringante allure, à l'orée de la forêt, contrastant avec l'habitat environnant et baptisée du nom de « Belle Maison », aurait été édifiée à l'initiative du prélat, par les soins de l'architecte François Mansart, voire « offerte » par les habitants à l'archevêché pour que le titulaire du siège vienne y confirmer les enfants. Fénelon l'utilisait assurément comme pied-à-terre au cours de ses tournées pastorales et il y fit des séjours, intermittents ou fréquents - les « avis » divergent sur ce point-. Il y aurait trouvé l'inspiration littéraire nécessaire à la composition de son Télémaque, en « rêvant » dans la forêt...

3Mais voici que l'avenue rectiligne et spacieuse qui y mène depuis le nord serait aussi de ses œuvres, en vue de faciliter le transport de coupes de bois vers le village de Pâturages et, au-delà, les rivages de la Haine. On voit encore aujourd'hui de façon répétée, jalonnant son parcours sur les murs de plusieurs habitations, l'inscription didactique libellée comme suit : Avenue Fénelon (sic). Homme de lettres. Archevêque de Cambrai. Construisit la Belle Maison et ouvrit l'avenue. 1651-1715. Il fit en outre aménager des chemins forestiers, dits « d'amélioration ». Lors de la bataille de Malplaquet (1709), à peu de distance de la forêt (7/8 km. à vol d'oiseau depuis la Belle Maison), l'archevêque, personnellement présent, aurait prodigué des secours aux blessés. D'ailleurs, ses idées nouvelles, généreuses, « démocratiques », lui ont attaché les populations de la contrée, qui n'ont pas manqué de baptiser des enfants de son propre patronyme.

4Tenter de fournir un répertoire exhaustif des affirmations relatives à la présence de Fénelon aux marches du Borinage serait une entreprise de grande ampleur et quelque peu fastidieuse sinon vaine, que nous ne prétendons pas réaliser ici. Mais posons les jalons essentiels de la tradition, ainsi que quelques autres.

  • 2 Ch. WARLOMONT, « Courte notice sur la présence et l'habitation de Fénélon dans le Hainaut », dans (...)
  • 3 R., « Après le bois de Colfontaine, le bois de Baudour », dans Bulletin officiel du Touring Club d (...)
  • 4 I.D., « Fénelon à Pâturages », dans Jadis, t. XI, 1907, p. 136. La question précise (ibid., p. 97) (...)
  • 5 M. VANHAMME, « A propos de la « Maison Fénelon ». La mise en pratique dans le Hainaut des idées de (...)

5D’abord sans doute, quatre pages seulement, qui se révéleront être une véritable étude - « pilote », souvent citée par la suite, sortent en 1857 de la plume de l'érudit tournaisien Charles Warlomont : Courte notice sur la présence et l'habitation de Fénelon (sic) dans le Hainaut2. Cinquante ans plus tard, paraissent conjointement un article anonyme dans le Bulletin officiel du Touring Club de Belgique, revue de grande diffusion, qui offre à ses lecteurs une photographie de la Belle Maison, existant en carte postale, fort répandue et reproduite par la suite3, ainsi qu'une note dans une publication périodique alors très prisée, Jadis, revue de questions et réponses à l'usage des amateurs d'histoire4. En dépit de son titre, une étude de 1938, dont le sous-titre indique le contenu réel, n'a qu'un lien plus que ténu avec notre sujet5.

  • 6 Due au premier président d'honneur de la Ligue des Amis de Colfontaine, le juge Albert Libiez, déc (...)
  • 7 C. BRONNE, La Maison de Fénelon à Pâturages, dans Revue du Touring Club de Belgique, 53e année, no(...)
  • 8 L. PIÉRARD, « Fénelon à Cambrai », dans Synthèses. Revue mensuelle internationale, t. II, 1947, p. (...)

6Une brochure de bonne tenue, publiée sans doute une première fois dans l'entre-deux-guerres et rééditée en 1947, La Forêt de Colfontaine. Guide du promeneur, y consacre au contraire quelques lignes précises dans une contribution intitulée « Le passé de Colfontaine »6. La même année, la Revue du Touring Club de Belgique s'intéresse à nouveau, sous la plume du futur académicien Carlo Bronne, à la Belle Maison et en livre derechef une reproduction7. Avec l'inauguration dans la cité archiépiscopale, en août 1947, du célèbre monument, c'est le moment que choisit aussi Louis Piérard, homme politique borain et écrivain, pour traiter du prélat dans une revue belge et faire état de sa venue dans la maison d'Eugies8.

  • 9 E. COLIN, « Colfontaine et son hôte : Fénelon », dans Hainaut tourisme, no 122, juin 1967, p. 95-1 (...)
  • 10 À quelque 4/5 km. au nord du bois.
  • 11 Cf. Le Journal de Mons et du Borinage, mardi 28 septembre 1965, p. 4 ; La Province, mercredi 29 se (...)

7Après en avoir déjà traité à travers des articles préparatoires dans la revue provinciale Hainaut tourisme, en 1967-1968, Edmond Colin consacre trois pages (sur une centaine) à Colfontaine dans son livre soucieux de vulgarisation, d'honnête valeur, même s'il ne brille pas d'un éclat exceptionnel au sein de la vaste bibliographie fénelonienne, publié en 1972 chez l'éditeur bruxellois Louis Musin : Connaissance de Fénelon9. Cet amateur érudit, de son état chimiste et industriel de la céramique à Quaregnon10, est parti de faits locaux pour remonter à l'évocation d'une figure de dimension nationale voire internationale, qui l'a séduit. Le stimulant de son inspiration fut, en 1965, l'initiative officielle prise par l'Administration communale de Pâturages en commémorant le 250e anniversaire de la mort de l'archevêque, à travers une exposition (« Fénelon et son temps ») et en présence de personnalités cambrésiennes11.

  • 12 Tels ceux d'A. AUDIN et Ch. CAMBIER, De Fénelon à Bosquetia... Histoire, légendes et figures des p (...)
  • 13 A. ANDRÉ, Eugies dans l'histoire, Saint-Ghislain, 1980, p. 89, 105-107, 246-248 (Publication extra (...)

8Depuis lors, le récent quart de siècle n'a plus guère fourni de sang neuf dans divers ouvrages de vulgarisation12, ressassant le plus souvent les clichés traditionnels, sinon avec l'Eugies dans l'histoire d'Albert André (1980), monographie consacrée au village portant sur son sol la Belle Maison, que traverse l’ombre d'un œil plus interrogateur13.

  • 14 À propos des visites de l'archevêque dans le Hainaut considéré globalement.
  • 15 E. COLIN, Connaissance de Fénelon..., op. cit., p. 95-96.
  • 16 Ibidem, p. 7. Remarquer, en dépit de ses intentions lyriques, la lucidité d'un L. PIÉRARD, Fénelon (...)

9Confronter la tradition, véhiculée par ces divers écrits et d'autres encore, à la réalité historique que révèlent documents et observations du terrain sera notre objectif. On raconte dans le pays... (Warlomont), on rapporte... (Bronne), la tradition affirme... (revue Jadis), disent les premiers ; à moins qu'ils ne déclarent qu'il est hors de doute et bien prouvé... (Warlomont14), ou qu'ils ne penchent pour une présence certaine, renouvelée, voire la sanction irréfutable apportée par les sentiments locaux15 - tant pis si les témoignages probants font défaut ! Car s'il est une « Maison Fénelon », le prélat, clame haut et clair Edmond Colin, n'a pu que venir en ses murs16... On notera que la prudence relative de Charles Warlomont, observateur extérieur à la région, contraste dans l'ensemble avec les certitudes (ou les désirs...) de plumes ultérieures, surtout si elles sont issues du terroir.

  • 17 A.D. Nord, 3 G 1311 ; un autre document de la même époque, non daté (même cote), mentionne aussi 3 (...)
  • 18 Citons par exemple des procès verbaux de ventes de bois en 1717 et 1719 : A.D. Nord, 3 G 1310.
  • 19 Même cote (10 février 1616).
  • 20 Cf. J.-M. CAUCHIES, Eugies, dans Communes de Belgique... (cité n.o1 supra), t. I, p. 445, et surto (...)
  • 21 A.D. Nord, B 2182/72965 et B 1494/16540 (copies du temps). Sur Meslin(-l'Évêque), dans le pays d'A (...)

10Le nom de « Bois l'Évêque » est usité au temps de Fénelon, ainsi dans ce document du 18 juin 1705 relatif à l'imposition des bois archiépiscopaux pour le compte des États de Hainaut : Il est encore que ledit seigneur archevesche possede aussi a ce titre trois cents bonniers ou environ de bois a Colfontaine dits le Bois l'Evesque17. Au XVIIIe siècle, la comptabilité locale et les documents de ventes de bois parleront couramment de la seigneurie de Colfontaine et Bois l'Evesque a Eugies18. Mais un acte original de 1616 atteste déjà l'existence du toponyme : Nous mayeur, eschevins, marchans, bosquillons (bûcherons) et ouvriers du Bois l'Evesque soubsignéz...19. Il peut être bien antérieur encore, puisque la mense épiscopale cambrésienne détenait depuis le XIIIe siècle la seigneurie en question20. Deux actes de l'archiduc Philippe le Beau, souverain des Pays-Bas, en date des 10 janvier et 14 février 1503, ordonnant la mainlevée de biens et revenus appartenant à l'évêque de Cambrai, mentionnent parmi les lieux concernés Melin et Caufontaine, pays de Haynnau21.

  • 22 Cf. Le patrimoine monumental..., loc. cit., ainsi que le rapport dactylographié établi le 30 octob (...)
  • 23 Cette remarque judicieuse est formulée par A. ANDRÉ, op. cit., p. 107 (qui souscrit pour le reste (...)
  • 24 C. BRONNE, op. cit., p. 218, se limitait d'ailleurs à parler d'une « longue bâtisse au toit à la M (...)

11Une étude architecturale approfondie ne permet pas de dater la Belle Maison d'avant le troisième tiers du XVIIIe siècle, bien plus tard que le passage éventuel de Fénelon en ces lieux22. Quant à François Mansart, il était mort dès 1666 ; ici toutefois, fruit d'une confusion fréquente dans le grand public, le « Mansart » identifié par la communis opinio pourrait être Jules Hardouin-Mansart (1646-1708), petit-neveu du précédent et contemporain de notre prélat23. Mais ne doit-on pas simplement dire que la bâtisse fut pourvue d'une toiture à la Mansart24, c'est-à-dire avec lucarnes à croupe ?

  • 25 D'après Le Journal de Mons..., loc. cit, (discours du bourgmestre de Pâturages) ; l'assertion est (...)
  • 26 Mais rien ne le certifie... L. PIÉRARD, loc. cit., semble être le seul auteur de notre temps qui, (...)
  • 27 Ce point a fait l’objet d'un débat lors du colloque et sera traité ailleurs dans ses actes.
  • 28 A.D. Nord, 3 G 2428. C. WARLOMONT, op. cit. (n.o2), p. 323, citant plusieurs travaux historiques l (...)

12On a gonflé considérablement le souvenir des séjours de Fénelon : il aime se réfugier à la Belle Maison, il y vit en exil durant plusieurs années, d'où la plaque commémorative suivant laquelle il y séjourna de 1695 à 171525. Excusez du peu ! Tout se passe comme si Fénelon, déjà exilé de la cour et confiné dans son diocèse - fait historiquement avéré-, était devenu de surcroît persona non grata dans sa propre cité - affabulation et erreur d'interprétation ! Le Père Irénée Noyé, éditeur de la correspondance fénelonienne, interrogé ex abrupto par nos soins, est formel : aucune indication sur Colfontaine, Pâturages ou Eugies ne figure dans le corpus des lettres épiscopales. L'homme y vint-il donc ? Ce n'est certes pas impossible26. En parcourant, fût-ce plus modérément qu'on ne le pense d'ordinaire27, son diocèse, notre archevêque est passé dans la région de Mons. Un compte du receveur de Colfontaine et dépendances fournit en 1697 de maigres données : Au chartier quy at conduit le bagage de Monseigneur a Haumont - au départ de la seigneurie boraine ?-, at esté payé XIIII lb. et À deux ouvriers quy ont travailléz dix sept jours a accomoder les chemins dans le Bois l'Evecque - pour le passage du maître des lieux ?-, at esté payé XIIII lb.28.

  • 29 Carte de cabinet des Pays-Bas autrichiens levée à l'initiative du comte de Ferraris, Bruxelles, Pr (...)
  • 30 A.D. Nord, 3 G 1313.

13La célèbre carte de cabinet du comte de Ferraris, établie dans les années 1770, montre à l'orée nord-est de la forêt deux bâtiments situés sur Eugies et identifiés « Colfontaine »29, tandis qu'un document du 7 mai 1759 parle d'un contrat passé « en la maison seigneuriale » de ce nom30. Peut-être s'agit-il dans les deux cas de la Belle Maison, voire, dans le second, d'une construction antérieure. Il est vrai qu'on pourrait identifier un soubassement en moellons actuellement visible comme un vestige d'un édifice plus ancien. Quoi qu'il en soit, tout ceci nous éloigne bien dans le temps de Fénelon.

  • 31 Que met en doute A. DELATTRE, Colfontaine, op. cit., p. 23, en considérant que l'oeuvre contribua (...)
  • 32 La revue Jadis, loc. cit. (n.o4), mentionne cette « prétention populaire » courante à Saint-Souple (...)
  • 33 Henri GLAESENER, « La maison de Fénelon à Meslin-l'Évêque », dans Revue d'histoire littéraire de l (...)

14Une relation directe entre la forêt et la composition du Télémaque31 est affirmée en d'autres beux de repos avec autant de légèreté, ainsi sur la Selle32, ou à Meslin-l'Évêque, dans le pays d'Ath : On imagine volontiers Fénelon promenant ses mystiques rêveries au milieu de ces bocages embaumés et mêlant, dans son imagination, les réminiscences des paysages homériques aux gracieux tableaux qui s'étalaient sous ses yeux pour construire ainsi son Télémaque33.

  • 34 Nous ignorons où le juge A. Libiez (La Forêt de Colfontaine..., op. cit., p. 6) a trouvé l'informa (...)
  • 35 Cf. n.o 29 supra. H. WATELET, Une industrialisation sans développement. Le bassin de Mons et le ch (...)
  • 36 Feuille « Pâturages » ; on retrouve sur ce même plan les rues Dry (actuellement A. Descamps) et du (...)

15Pour l'avenue, on ne dispose pas d'une documentation cartographique qui permettrait d'établir son existence, et donc son percement, au début du XVIIIe siècle34. La carte de Ferraris montre plutôt un chemin ordinaire joignant Eugies à Pâturages, approximativement selon le tracé actuel de la voirie mais de façon moins rectiligne toutefois, avec en outre des diverticules qui ne sont plus visibles aujourd'hui ni sur des cartes ni sur le terrain : rien ne laisse deviner alors la présence d'une grande allée charretière35. La forêt, pour sa part, semble pourvue en chemins d'exploitation bien nets. Un aménagement de l'espace entre le bois et le centre de Pâturages est par contre très apparent dans l'Atlas cadastral parcellaire de la Belgique (plan P. C. Popp, vers 1860), avec une « rue de la Belle Maison » qui n'est autre que notre avenue36.

  • 37 On cite les chiffres respectifs de 23/24000 et 11/12000 tués (ou blessés) chez les Alliés et les F (...)
  • 38 H. DRUON, Fénelon, archevêque de Cambrai, t. 1, Paris, 1905, p. 257. Cf. aussi L. TRENARD, « Sous (...)

16La bataille de Malplaquet (11 septembre 1709), la plus meurtrière du XVIIIe siècle37, a vu refluer vers Cambrai nombre de soldats. Ils y ont été accueillis et abrités dans les hôpitaux, le séminaire, le palais archiépiscopal lui-même38,... mais pas dans une Belle Maison aux dimensions modestes, à supposer qu'elle ait existé alors. Et l'on voit mal notre prélat parcourir le soir des faits un champ de bataille d'ailleurs occupé et fermé par les Alliés, Hollandais en particulier, restés maîtres du terrain...

  • 39 A. LOTTIN, Les temps modernes (XVIe-XVIIe-XVIIIe siècles), dans P. PIERRARD (dir.), Les diocèses d (...)
  • 40 Chansons populaires de l'ancien Hainaut recueillies par A. LIBIEZ, t. I, Bruxelles, 1939, p. 27-29 (...)
  • 41 Non autrement identifié, ibidem, p. 7 et 15, n.o1 (son recueil en possession du juge Libiez compor (...)
  • 42 Archives de l’État à Mons, Registres paroissiaux, Fonds I, 1098/1, no 315 (naissance et baptême le (...)

17L'attachement populaire à Fénelon n'est certes pas pure légende. L'archevêque a pu le mériter par différents comportements, notamment et surtout à la suite des événements de Malplaquet39. Mais quand ? pour quels motifs ? à travers quelles manifestations ? Il nous faut introduire ici un détail ténu mais peut-être capital du dossier. Il s'agit d'un couplet tiré d'une chanson sur la bataille de 1709, trouvée dans un recueil écrit à Wasmes entre 1780 et 1784 par un dénommé Thomas Descamps et publiée en 1939 par Albert Libiez, juge et érudit pâturageois40. On soulignera que le village de Wasmes est situé à peu de distance de la forêt ; quant à Thomas Descamps41, il pourrait s'agir, d'après les registres paroissiaux et de l'état civil, d'un charbonnier né en 1749 et mort en 1808 à Wasmes42. La chanson relate :

L'Évêque de Cambrai
Auprès de Cofontaine
Comme un bon chirurgien
En a refait centaines.

  • 43 A. LIBIEZ, dans Chansons populaires..., op. cit., p. 29 n.o5, n’hésite pas lui-même à écrire que l (...)

18De là à célébrer la présence de Fénelon à Colfontaine, pour y soigner de nombreux blessés, il n'y eut qu'un pas sans doute bien aisément franchi43. Ne peut-on supposer qu'une mention heureuse pour la rime conjuguée à l'expression d'une réalité seigneuriale se soit trouvée à la source de toute notre « affaire » ?

  • 44 H. DRUON, op. cit., p. 259 n.o1.
  • 45 Nous remercions Mme Anne-Marie Lequeu-Bourgueil, présidente du Cercle d’histoire locale et régiona (...)
  • 46 Nous exprimons notre gratitude a MM. Yves Castiaux, de la Société d histoire des familles du Haina (...)

19Et le prénom « Fénelon » (ou, comme on l'écrit plus souvent, Fénelon) ? Un auteur signale la fréquence de l'usage dans le Cambrésis, sans préciser son affirmation44. Il ne faut rien exagérer, mais pas davantage nier le fait. Pour notre part, nous avons eu connaissance à ce jour de trois cas certains et précis : un Fénelon Oreins né à Wihéries en 1893, un Fénelon Bouillon né à Frameries en 1895, un Georges Léon Fénelon Hublard né à Wihéries encore en 190 745. En dépit d'un sondage portant sur quelque mille naissances pour le XVIIIe siècle, aucun résultat n'a été engrangé. Il en alla de même au terme d'un dépouillement exhaustif des tables de naissance de Pâturages et Eugies entre 1871 et 1900 (10 891 noms)46. Remarquons que ce n'est - évidemment - pas dans les premières décennies, mais près de deux cents ans après le ministère de l'archevêque, que le phénomène est modestement observable.

  • 47 R. MOUSNIER, « Les idées politiques de Fénelon », dans XVIIe siècle, 1951-1952, no spécial 12-13-1 (...)
  • 48 E. COLIN, Connaissance..., op. cit., p. 87 : « En fait, tout démontre que Fénelon rêvait bien d'un (...)
  • 49 A. AUQUIER, « Quand Fénelon séjournait à Colfontaine... ». dans Nord Éclair, 23 juillet 1990 (où o (...)
  • 50 J.-M. CAUCHIES, Pâturages, dans Communes de Belgique... (cité n. 1 supra) t. II p. 1171-1172.

20En 1951, Roland Mousnier attribuait à Fénelon dans ses écrits (Télémaque, Tables de Chaulnes) la paternité d'« une espèce de socialisme agrarien », prônant une redistribution des terres par l'État aux familles selon leur composition, un « socialisme d'État, agraire et chrétien » sous l'égide du roi et de l'aristocratie47. Edmond Colin évoquera plus vaguement les idées « socialisantes » de son héros48. Et un article du journal régional Nord Éclair, en juillet 1990, lui reconnaîtra, pour sa pensée et son écriture, la qualité de « démocrate »49. Or, la fin du XIXe siècle est le temps de la conquête politique du Borinage par le socialisme, avec l’élection dans l'arrondissement de parlementaires du Parti Ouvrier Belge et l'accession de ce dernier au pouvoir dans de nombreuses communes boraines, telles, en 1895, Frameries et surtout Pâturages, où les socialistes emportent tous les sièges du conseil50.

  • 51 Cf. l’analyse pertinente de L. BERTAUX, « La vie politique du Borinage », dans Revue de l'Institut (...)
  • 52 L. COGNET, « Fénelon (François de Salignac de la Mothe-, archevêque de Cambrai, 1651-1715) », dans(...)

21On ajoutera à cela le caractère frondeur du Borain, défiant envers l'autorité, volontiers anticlérical mais croyant, voire mystique, appréciant le contact direct avec le Dieu de sa Foi51. Or Fénelon - dont il n'a pourtant pas lu les œuvres -, le « doux » Fénelon popularisé au temps des Lumières, puis auréolé de légendes aux XVIIIe et XIXe siècles52, ne passe-t-il pas pour un grand frondeur, un esprit libre, sensible, prélat et seigneur sans doute mais si soucieux du bien, du développement économique de la région (voir l’avenue...), si ému du sort misérable de ses habitants (on était pourtant loin encore de l'essor industriel et de ses conséquences sociales...) ?

  • 53 A. DELATTRE, Mes souvenirs, Cuesmes, 1957, p. 321, 324 (chapitre intitulé « Avec Fénelon, de Pâtur (...)
  • 54 Cf. le travail volumineux de F.-X. CUCHE, Une pensée sociale catholique. Fleury, La Bruyère et Fén (...)

22Bourgmestre de Pâturages, député, ministre, Achille Delattre raconte dix ans plus tard, dans ses Souvenirs, sa visite à Cambrai en 1947, à l’occasion de l'inauguration du monument édifié en l'honneur de Fénelon. Quoique Ministre (du Combustible et de l’Énergie) écrit-il fièrement, je ne m'attendais quand même pas à être l'objet de tant d'attention de la part du Haut clergé de Cambrai en raison même de ma qualité de socialiste anticlérical connu. Et plus loin : Pour ma part, j'avoue que l'accueil simple du Haut Clergé français m'avait favorablement surpris. Je le trouvais si différent du nôtre !53. Voilà donc ce qui exprime une certaine pensée officielle du monde politique socialiste borain : Fénelon - et ses successeurs-, c'est le « bon » clergé. Et de capter ainsi un héritage intellectuel, bien antérieur à Rerum Novarum, aux dépens d'une autre famille d'esprits et de militants, les chrétiens sociaux54. Mais les prêtres et surtout les prélats du temps et du lieu, ce sont les adversaires. Voici la « douce persuasion » face à l'intransigeance !

  • 55 D. BLUME, « Les « sectes religieuses » du Borinage », dans Revue de l'Institut de. Sociologie... ( (...)

23Les milieux du protestantisme, bien ancré dans le Borinage et présent depuis la Réforme, ont assuré eux aussi à Fénelon une réputation relativement bonne, faite de tolérance, de compréhension. Ainsi se développe la légende de la rencontre et de la discussion courtoise, en la maison du bois bien entendu, entre l'archevêque et l’aveugle pâturageoise Célestine Dascotte, évangélisatrice de renom... malheureusement née en 1768, soit cinquante-trois ans après le trépas de son prétendu interlocuteur55 !

24Terminons-en par quelques évocations que consacre à Fénelon la littérature régionale boraine de notre siècle. Ainsi Vital Brassart, de Quaregnon, commune limitrophe de Pâturages au nord :

  • 56 Pavillon-estaminet de forme ronde, dénommé « Tour du Lait Buré » (ou lait battu), voisin de la Bel (...)
  • 57 Cité dans Nord Éclair, loc. cit. (n.o 49 supra).

Voici le ‘Lait Buré' 56 , puis La ‘Belle Maison'
Près d'un hêtre géant, car trois fois centenaire,
Planté la pour charmer l’asile solitaire
Où Fénelon, proscrit, trouva bel horizon 57.

25Ou l'instituteur Pierre Harnould, d'Eugies :

Du temps que notre terre était terre française (sic)
Fénelon délaissant sa ville de Cambrai
Ses travaux de penseur et ceux du diocèse
Venait chercher ici la paix de la forêt.

Car, à deux pas, s'étend le bois de Colfontaine,
Et l'évêque, dit-on, ne quittait sa maison
Que pour aller s'asseoir au bord de la fontaine
Ou s'en aller rêver, seul sous les frondaisons.

26Ou encore, autres citoyens uginiens, l'historien local Albert André, ancien échevin, et son père, Joseph André, ancien bourgmestre de la commune :

J'aime mon beau village et veux le faire aimer,
Ce fief seigneurial, si imprégné d'histoire
Où se manifesta la verve péremptoire
D'un illustre prélat, lorsqu'il vint affirmer
Sa nouvelle idéologie
Dans mon village, dans mon Eugies.

  • 58 A. ANDRÉ, Eugies dans l'histoire, op. cit., p. 278, 279.

J'aime mon beau village et veux le faire aimer.
Le toit à la Mansart, tout près du bois l'Évêque,
C'est celui sous lequel Fénelon l'archevêque
Le cygne de Cambrai est venu proclamer
Sa féconde pédagogie
Dans mon village, dans mon Eugies 58.

  • 59 La Forêt de Colfontaine, op. cit., p. 7, indiquait seulement : « Par tradition, on sait qu'un ermi (...)
  • 60 Nous remercions M. Georges Depestel, président du Cercle Royal Borain de Bruxelles, de nous avoir (...)

27Voici plusieurs années, nous avions personnellement assisté à la représentation, par la troupe d'amateurs du Cercle Royal Borain de Bruxelles, d'une courte œuvre théâtrale et musicale de l'écrivain et chansonnier borain Henri Tournelle, intitulée « Légende de l'fontaine du r’mite ». Plaçant un ermite dans la forêt au temps de Fénelon59, l'auteur lui fait notamment dire, dans une conversation avec des autochtones, que l'archevêque vient parfois ici même s'associer à mes prières et c'est en son honneur que ce lieu a été nommé Ce (Rois l’Évêque. S'inspirant d'une chanson traditionnelle célèbre sur trois Borains partis à Vienne exposer à Joseph II leurs doléances, il relate en outre un voyage de ces autochtones, charbonniers de leur état, à Cambrai, afin d'informer « l'monseigneur » de la misère de ses sujets60...

  • 61 A. DELATTRE, Mes souvenirs, op. cit., p. 323.
  • 62 E. COLIN, Colfontaine et son hôte..., op. cit., no 122, p. 95.

28 Sous les frondaisons séculaires de notre forêt, le grand Archevêque fit de multiples promenades, pleines de poésie et auprès de nos murmurantes fontaines, il s'arrêta souvent pour se laisser aller à ses pensées créatrices, dans l'ambiance délicieusement berceuse qui les entoure, dira, au comble du lyrisme, le ministre Delattre, déjà cité, dans son discours à Cambrai, en 194761. Puis, comme en échos : Fénelon, dont le nom s'est à jamais intégré à notre terre jusqu'à en être devenu le synonyme... (Colin)62, l'homme qui trouva en terre boraine le repos et la paix (journal La Province, 1965), etc.

  • 63 Idem, Connaissance..., op. cit., p. 94. Cf. encore A. AUDIN et C. CAMBIER, op. cit., p. 205 et n.o(...)

29Doit-on déplorer le silence des sources historiques sur la présence de l'ecclésiastique ? Peu importe, la ferveur locale les compense - ferveur à vrai dire toute relative et circonstancielle -, les sentiments restent déterminants, « à défaut de documents, disparus ou incendiés, il existe dans le pays une légende... »63. Voilà déjà qui est bien ! Pour le surplus, la biographie de Fénelon, en particulier sa disgrâce, et les idées qu'il professait sont très approximativement connues, et cela suffit au bonheur des auteurs.

  • 64 Fénelon étoit un homme de quotité qui n'avoit rien, et qui, se sentant beaucoup d'esprit, et de ce (...)

30Le duc de Saint-Simon a écrit de Fénelon qu'il était d'un esprit et d'un commerce enchanteurs64. Aurait-il donc exercé cet enchantement sur les Borains ? Un simple phénomène de transfert géographique pourrait être à la base de toute la tradition : la bataille de Malplaquet, les soins aux blessés à Cambrai transposés à l’orée de la forêt de Colfontaine. Et tout cela à cause d'une modeste chanson ?

31Que reste-t-il à dire, à faire, sinon à composer une trame romanesque de plus ? Nous la baptiserions volontiers, en toute sympathie pour le personnage titulaire, « Fénelon, ou l'Arlésienne de Colfontaine »...

Notes

1 J.-M. CAUCHIES, Colfontaine, dans H. HASQUIN (dir.), Communes de Belgique. Dictionnaire d'histoire et de géographie administrative, Bruxelles, 1980 : 1. Wallonie, t. I, p. 328-329. Le passage du bois de Colfontaine à la commune du même nom est souvent omis par les auteurs de travaux récents, voire ignoré d'eux ; fait exception à cette négligence Y. COUTIEZ, « La Révolution française a sauvé le bois de Colfontaine », dans Annales du Cercle d'histoire et d'archéologie de Saint-Ghislain et de la région, t. IV, 1986, p. 589, n.o1.

2 Ch. WARLOMONT, « Courte notice sur la présence et l'habitation de Fénélon dans le Hainaut », dans Annales du Cercle archéologique de Mons, t. I, 1857, p. 321-324. Cette étude est notamment utilisée, sans aller plus loin, par É. DONY, Histoire, du Hainaut de 1433 à nos jours, Charleroi, 1925, p. 262, n.o4.

3 R., « Après le bois de Colfontaine, le bois de Baudour », dans Bulletin officiel du Touring Club de Belgique, 13e année, no 14 (158), 30 juillet 1907, p. 229-230. L'auteur entend militer pour la défense des bois de la région contre une exploitation trop intensive ; nous sommes d'ailleurs alors à la veille de l'acquisition du massif forestier par l'État.

4 I.D., « Fénelon à Pâturages », dans Jadis, t. XI, 1907, p. 136. La question précise (ibid., p. 97) portait sur la localisation de la demeure où la tradition faisait revoir par l'écrivain son premier manuscrit du Télémaque.

5 M. VANHAMME, « A propos de la « Maison Fénelon ». La mise en pratique dans le Hainaut des idées de l'archevêque de Cambrai relatives à l’éducation des filles », dans Revue de l'Université de Bruxelles, t. XLIII, 1937/38, p. 418-421.

6 Due au premier président d'honneur de la Ligue des Amis de Colfontaine, le juge Albert Libiez, décédé entre-temps, victime de la guerre : La Forêt de Colfontaine. Guide du promeneur, 2e éd., Pâturages, s. d. (1947), p. 6-7. Dans une autre partie du fascicule, intitulée « La forêt domaniale de Colfontaine », p. 25-26, l'inspecteur principal des Eaux et Forêts, Prosper Quiévy, accumule plusieurs détails classiques de la tradition locale fénelomenne (chemins d’amélioration, Belle Maison, Télémaque, Malplaquet).

7 C. BRONNE, La Maison de Fénelon à Pâturages, dans Revue du Touring Club de Belgique, 53e année, no 20, 15 octobre 1947, p. 217-218 (article reproduit en grande partie par M. RENARD, Le Borinage, terre d'énergie, Bruxelles, 1950, p. 113-115) ; on y devine des échos tirés de Warlomont, Vanhamme ou La Forêt....

8 L. PIÉRARD, « Fénelon à Cambrai », dans Synthèses. Revue mensuelle internationale, t. II, 1947, p. 334-344.

9 E. COLIN, « Colfontaine et son hôte : Fénelon », dans Hainaut tourisme, no 122, juin 1967, p. 95-100 ; no 128, juin 1968, p. 105-108. Idem, Connaissance de Fénelon. Essai, Bruxelles, 1972.

10 À quelque 4/5 km. au nord du bois.

11 Cf. Le Journal de Mons et du Borinage, mardi 28 septembre 1965, p. 4 ; La Province, mercredi 29 septembre 1965, p. 6. Dans son allocution à l'occasion du vernissage, le député-bourgmestre Arthur Nazé devait révéler un projet - qui ne vit jamais le jour - d'implantation d'un musée consacré à Fénelon, son époque et le folklore local, à la Belle Maison.

12 Tels ceux d'A. AUDIN et Ch. CAMBIER, De Fénelon à Bosquetia... Histoire, légendes et figures des pays de Colfontaine, Frameries, Quévy, Bruxelles, 1978, p. 204-205 (ou sont assenées au lecteur comme des vérités premières les hypothèses les plus fantaisistes à propos des activités de l'archevêque dans la contrée), ou de J. PIÉRARD, Mon pays, le Borinage, Mons (Fédération du tourisme du Hainaut), 1978, p. 36, 79-81 (avec une bonne photographie du bâtiment, p. 78).

13 A. ANDRÉ, Eugies dans l'histoire, Saint-Ghislain, 1980, p. 89, 105-107, 246-248 (Publication extraordinaire du Cercle d'histoire et d'archéologie de Saint-Ghislam et de la région, 3) ; le même auteur, p. 104, fait d'abord justice de la « légende amusante » selon laquelle les Uginiens, ou habitants d'Eugies, auraient fait don du bois - pas seulement de la maison donc ! - à l'évêché cambrésien pour prix du sacrement de confirmation... C'est à tort que le dictionnaire Communes de Belgique... (cité n.o1 supra), t. II, p. 1171, illustre la notice Pâturages au moyen de la Belle Maison, « où séjourna Fénelon » (bien que nous soyons l’auteur de cette notice, nous n'en avons pas choisi l'illustration et moins encore la légende téméraire !). Le Patrimoine monumental de la Belgique, t. IV (Province de Hainaut, arrondissement de Mons), Liège, 1975, p. 137-138, tout comme A. ANDRÉ, loc. cit., situent à bon droit dans le passé la bâtisse sur le territoire uginien (l'erreur de localisation est également commise avec insistance par J. PIÉRARD, loc. cit.) Par contre, il faut en faire aujourd'hui un élément du patrimoine de la nouvelle commune de Colfontaine (1977), qui inclut Pâturages et non Eugies.

14 À propos des visites de l'archevêque dans le Hainaut considéré globalement.

15 E. COLIN, Connaissance de Fénelon..., op. cit., p. 95-96.

16 Ibidem, p. 7. Remarquer, en dépit de ses intentions lyriques, la lucidité d'un L. PIÉRARD, Fénelon à Cambrai, op. cit., p. 336 : « J'aime à évoquer, quelle que soit la vérité historique, l'image du grand prélat-écrivain errant à Colfontaine et dans les environs ».

17 A.D. Nord, 3 G 1311 ; un autre document de la même époque, non daté (même cote), mentionne aussi 300 bonniers de bois taillés à Eugies, imposés pour contribuer aux charges fiscales des États (droits de vingtièmes extraordinaires).

18 Citons par exemple des procès verbaux de ventes de bois en 1717 et 1719 : A.D. Nord, 3 G 1310.

19 Même cote (10 février 1616).

20 Cf. J.-M. CAUCHIES, Eugies, dans Communes de Belgique... (cité n.o1 supra), t. I, p. 445, et surtout A. ANDRÉ, op. cit., p. 84 sq. Le ministre d'État et président d'honneur des Amis de Colfontaine A. DELATTRE, dans une brochure intitulée simplement Colfontaine, Cuesmes, s. d. (1962), p. 20-21, fait montre de bon sens historique en soulignant que le nom de Bois l'Évêque put être donné à la forêt par « le public en général » dès ce temps lointain, quatre siècles avant Fénelon donc ; A. ANDRE, op. cit., p. 89-90, 97, partage cet avis mais n'en a trouvé la plus ancienne mention qu'en 1510.

21 A.D. Nord, B 2182/72965 et B 1494/16540 (copies du temps). Sur Meslin(-l'Évêque), dans le pays d'Ath, cf. infra.

22 Cf. Le patrimoine monumental..., loc. cit., ainsi que le rapport dactylographié établi le 30 octobre 1990 par Olivier Berckmans, attaché au Patrimoine, pour une proposition de classement éventuel du bâtiment (dont nous devons la communication à l'aimable intervention de Mme Michèle Callut, de la Direction de l’Aménagement du Territoire et du Logement - Monuments, sites et fouilles, près le Ministère de la Région wallonne, à Mons).

23 Cette remarque judicieuse est formulée par A. ANDRÉ, op. cit., p. 107 (qui souscrit pour le reste erronément à l'édification de la maison sous l'épiscopat fénelonien ; cf. p. 105 : « À défaut de documents probants, il est admis... », ou encore p. 248 : « Voilà le grand homme qui a vécu dans sa résidence épiscopale d'Eugies... »). Cf. Bertrand JESTAZ, « Mansart (Jules Hardouin, dit Hardouin-Mansart ou seulement) », dans F. BLUCHE (dir.), Dictionnaire du Grand Siècle, Paris, 1990, p. 957.

24 C. BRONNE, op. cit., p. 218, se limitait d'ailleurs à parler d'une « longue bâtisse au toit à la Mansard (sic) » et L. PIÉRARD, Fénelon à Cambrai, op. cit., p. 336, d'un « beau toit bleu à la Mansart ».

25 D'après Le Journal de Mons..., loc. cit, (discours du bourgmestre de Pâturages) ; l'assertion est notamment répétée par J. DEROUBAIX, Le dictionnaire du Hainaut, Mouscron, 1989, p. 158 et 532 (sub verbis Colfontaine et Eugies). La plaque de pierre posée à proximité de la Belle Maison est reproduite par E. COLIN, Colfontaine et son hôte..., op. cit., p. 100, et J. PIÉRARD, op. cit., p. 42 (qui concède néanmoins, p. 79, que l'archevêque vécut alors là « de façon intermittente »...). La Forêt de Colfontaine..., op. cit., p. 7, parlait simplement d'un « asile » pour l'archevêque de passage dans le Borinage. D'autres, tels E. Colin et A. André, opinent pour un « pied-à-terre » de circonstance.

26 Mais rien ne le certifie... L. PIÉRARD, loc. cit., semble être le seul auteur de notre temps qui, se posant la question, ait interrogé - en vain - divers prédécesseurs bien informés, depuis Ramsay, collaborateur du prélat.

27 Ce point a fait l’objet d'un débat lors du colloque et sera traité ailleurs dans ses actes.

28 A.D. Nord, 3 G 2428. C. WARLOMONT, op. cit. (n.o2), p. 323, citant plusieurs travaux historiques locaux antérieurs, relevait déjà les dates de 1696 et 1702. La venue de Fénelon à Mons est en effet bien attestée en mai de ces deux années : F. MACHELART, « Fénelon et Valenciennes », dans Valentiana, no 15, juin 1995, p. 52-53 ; en 1696, sa tournée pastorale l'amène en effet à faire étape à l'abbaye d'Hautmont, tandis qu'en 1702, il visite Saint-Ghislain et confirme des enfants à Roisin, dans le Haut-Pays, bordant au sud-ouest le Borinage.

29 Carte de cabinet des Pays-Bas autrichiens levée à l'initiative du comte de Ferraris, Bruxelles, Pro Civitate (Crédit communal de Belgique), 1968 : vol. V, cartes Mons 54/1 et 3.

30 A.D. Nord, 3 G 1313.

31 Que met en doute A. DELATTRE, Colfontaine, op. cit., p. 23, en considérant que l'oeuvre contribua à la disgrâce de Fénelon, elle-même antérieure à « son arrivée » à Pâturages-Eugies : toujours le mythe de l'« exil borain »...

32 La revue Jadis, loc. cit. (n.o4), mentionne cette « prétention populaire » courante à Saint-Souplet et Saint-Benin, près du Cateau, en Cambrésis.

33 Henri GLAESENER, « La maison de Fénelon à Meslin-l'Évêque », dans Revue d'histoire littéraire de la France, t. XXXVII, 1930, p. 70-76 (citation à la p. 72). Au village de Meslin-l'Evêque (Belgique, Hainaut, arrondissement et commune d’Ath), autre possession de longue date de la mense épiscopale cambrésienne, existe aussi une « Maison de Fénelon », prétendument construite par ses soins et « sans doute », « probablement » lieu de séjour (et de retraite secrète, qu'il laisse volontairement ignorer dans sa correspondance, d'où les silences de cette dernière...) à l'usage du prélat en disgrâce et de surcroît en mauvaise santé ( !), à tout le moins en 1699 et 1700. On retrouve donc dans le pays athois les mêmes topoi que dans le pays borain : mais l'auteur conclut néanmoins que le Télémaque fut écrit à Versailles. Cf cependant J. DUGNOILLE, Meslinl'Évêque, dans Communes de Belgique..., op. cit., t. II, p. 984, qui accrédite encore avec prudence l'hypothèse de la construction du logis par Fénelon et de la composition du Télémaque. Pour sa part, l'abbé (et curé de Meslin-l'Évêque) J. COPPENS, Le blason de Fénelon, dans Cercle royal d'histoire et d'archéologie d'Ath et de la région et musées athois. Bulletin, 19e année, no 105, mai 1985, p. 272-273, ne se prononce pas, sans l'exclure, sur la présence de l’illustre prélat dans sa paroisse (simple pied-à-terre lors des visites pastorales ou résidence pour des périodes prolongées ?).

34 Nous ignorons où le juge A. Libiez (La Forêt de Colfontaine..., op. cit., p. 6) a trouvé l'information suivant laquelle Fénelon « crée un chemin en prenant à bail emphytéotique des terrains intercommunaux ».

35 Cf. n.o 29 supra. H. WATELET, Une industrialisation sans développement. Le bassin de Mons et le charbonnage du Grand-Hornu du milieu du XVIIIe au milieu du XIXe siècle, Louvain-la-Neuve-Ottawa, 1980, p. 115 (Recueil de travaux d'histoire et de philologie. Université de Louvain, 6e série, fasc. 32 - Cahiers d'histoire de l’Université d’Ottawa, 12), fournit une carte du réseau des communications dans le bassin de Mons, avec l'axe Mons-Quiévrain et les chaussées s’y rattachant, qui ne laisse apparaître pour Pâturages qu'une voie dessinée depuis la limite de son territoire côté Wasmes, vers Hornu, identifiable avec l’actuelle « Route provinciale » partant de l'église de Pâturages.

36 Feuille « Pâturages » ; on retrouve sur ce même plan les rues Dry (actuellement A. Descamps) et du Grand Passage, coupées à angle droit par notre voirie. L'article de C. WARLOMONT, Courte notice..., op. cit., p. 321-322, confirme bien pour la même époque le nom ancien de l'avenue Fénelon et la qualifie alors de « vieille chaussée pavée », bordée toutefois d'un petit nombre d'habitations seulement.

37 On cite les chiffres respectifs de 23/24000 et 11/12000 tués (ou blessés) chez les Alliés et les Français, sur des contingents forts de 120000 et 100000 hommes : A. LOTTIN (dir.), Les grandes batailles du Nord de la France. Paris, 1984, p. 137-138. Dans un article fouillé et bien documenté (avec aperçu bibliographique), J. GODET, Une boucherie : Malplaquet 1709, dans Hainaut tourisme, no 224, mai 1984, p. 91-99, mentionne l'activité de Fénelon en faveur des blessés (p. 99) en la situant sans équivoque à Cambrai même.

38 H. DRUON, Fénelon, archevêque de Cambrai, t. 1, Paris, 1905, p. 257. Cf. aussi L. TRENARD, « Sous la domination française, 1677-1770 », dans Idem (dir.), Histoire de Cambrai, Lille, 1982, p. 162, 166 (Histoire des villes du Nord/Pas-de-Calais, II).

39 A. LOTTIN, Les temps modernes (XVIe-XVIIe-XVIIIe siècles), dans P. PIERRARD (dir.), Les diocèses de Cambrai et de Lille, Paris, 1978, p. 148 (Histoire des diocèses de France, 8).

40 Chansons populaires de l'ancien Hainaut recueillies par A. LIBIEZ, t. I, Bruxelles, 1939, p. 27-29 (Ministère de l’Instruction publique. Commission de la vieille chanson populaire).

41 Non autrement identifié, ibidem, p. 7 et 15, n.o1 (son recueil en possession du juge Libiez comportait quarante-six chansons, dont huit qui illustrent des événements et des personnages des XVIIe et XVIIIe siècles, ainsi que Napoléon Ier, sont répertoriées dans l'édition comme « patriotiques et historiques »).

42 Archives de l’État à Mons, Registres paroissiaux, Fonds I, 1098/1, no 315 (naissance et baptême le 5 septembre 1749) ; État civil, 585, registre des décès - Wasmes, année 1808, f. 10 r. (le 2 juillet 1808, en son domicile). Ses parents avaient déjà donné le jour, le 2 mai 1741, à un autre fils baptisé Thomas, mort et inhumé dès le 4 mai suivant : ibidem, Registres paroissiaux, Fonds I, 1097/11, no 2195, et 1102, no 1208.

43 A. LIBIEZ, dans Chansons populaires..., op. cit., p. 29 n.o5, n’hésite pas lui-même à écrire que le prélat « demeurait au temps de la bataille de Malplaquet dans la Belle Maison »...

44 H. DRUON, op. cit., p. 259 n.o1.

45 Nous remercions Mme Anne-Marie Lequeu-Bourgueil, présidente du Cercle d’histoire locale et régionale de Dour, M. le Juge de paix Bouillon à Boussu et M. le Greffier en chef Wambersy à Mons (Tribunal de première instance) pour leur concours dans notre travail d’identification. L. PIÉRARD. Fénelon à Cambrai, loc. cit., signale pour sa part dans son village natal, c’est-à-dire Frameries (où il avait vu le jour en 1886), le cas de quatre frères prénommés Archimède, Ulysse, Raphaël et Fénelon.

46 Nous exprimons notre gratitude a MM. Yves Castiaux, de la Société d histoire des familles du Hainaut, Walter De Keyzer et Joël Sotteau, conservateur et garde-collections aux Archives de l’État à Mons, pour les patients relevés effectués pour nous venir en aide.

47 R. MOUSNIER, « Les idées politiques de Fénelon », dans XVIIe siècle, 1951-1952, no spécial 12-13-14 (Tricentenaire de la naissance de Fénelon), p. 195, 202.

48 E. COLIN, Connaissance..., op. cit., p. 87 : « En fait, tout démontre que Fénelon rêvait bien d'une royauté aux tendances libérales, voir (sic) même socialisantes, pourrait-on dire aujourd'hui ».

49 A. AUQUIER, « Quand Fénelon séjournait à Colfontaine... ». dans Nord Éclair, 23 juillet 1990 (où on lit encore : C'est après sa disgrâce en 1699 à la Cour du Roi Louis XIV qu'il vint à Colfontaine avec Ce titre d'Évêque de Cambrai..).

50 J.-M. CAUCHIES, Pâturages, dans Communes de Belgique... (cité n. 1 supra) t. II p. 1171-1172.

51 Cf. l’analyse pertinente de L. BERTAUX, « La vie politique du Borinage », dans Revue de l'Institut de Sociologie de l'Université libre de Bruxelles, 1950, no 2/3 (Le Borinage. XXIIe Semaine sociale universitaire), p. 330-331.

52 L. COGNET, « Fénelon (François de Salignac de la Mothe-, archevêque de Cambrai, 1651-1715) », dans Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique, t. V, Paris, 1964, col. 163 ; K. HEITMANN, « Fénelon, François de Pons de Salignac de la Mothe (1651-1715) », dans Theologische Realenzyklopädie, t. XI, Berlin-New York, 1983, p. 83.

53 A. DELATTRE, Mes souvenirs, Cuesmes, 1957, p. 321, 324 (chapitre intitulé « Avec Fénelon, de Pâturages à Cambrai »), Sur Achille Delattre, cf. J. PUISSANT, L'évolution du mouvement ouvrier socialiste dans le Borinage, Bruxelles, 1982, p. 560 n.o31 (Académie royale de Belgique. Mémoires de la Classe des Lettres. Collection in-8°, 2e série, t. LXV, fasc. 5 et dernier) et A. AUQUIER, Ces vies hors du commun, Wasmes, 1995, p. 35-52 (Collection « Notre passé ») : Achille Delattre (1879-1964). Une autre personnalité socialiste boraine de la même génération, L. PIÉRARD, Fénelon à Cambrai, op. cit., p. 344, confesse pour sa part, à propos d'un grandseigneur... compatissant, secourable, hu main pour tes pauvres gens à qui tout est peine et misère : Tel fut M. de Cambrai, prélat un peu hérétique l'odeur de roussi n'est pas pour nous déplaire-....

54 Cf. le travail volumineux de F.-X. CUCHE, Une pensée sociale catholique. Fleury, La Bruyère et Fénelon, Paris, 1991.

55 D. BLUME, « Les « sectes religieuses » du Borinage », dans Revue de l'Institut de. Sociologie... (cf. n.o 51 supra), p. 398-399 ; É. M. BRAEKMAN, Histoire de l’Église protestante de Dour, Bruxelles, 1977, p. 30-31 et 33-34 (Société d'histoire du protestantisme belge. Études historiques, no 5), émet pourtant de très sérieuses réserves sur la « tolérance » de l’archevêque et mentionne (d'après E. Colin) ses « séjours fréquents et prolongés » à l’orée du bois de Colfontaine. À propos de Célestine Dascotte (1768-1838), cf. ibidem, p. 3538, ainsi que J. VERLINDEN, Histoire de l’Église protestante de Pâturages, Bruxelles, 1982, p. 11-13, 15-20 (Société d'histoire du protestantisme belge. Études historiques, no 7 ; cet auteur, p. 8 n.o9, comme bien d'autres, tient aussi pour acquis le séjour de Fénelon à la Belle Maison).

56 Pavillon-estaminet de forme ronde, dénommé « Tour du Lait Buré » (ou lait battu), voisin de la Belle Maison, à l'orée du bois, toujours en activité.

57 Cité dans Nord Éclair, loc. cit. (n.o 49 supra).

58 A. ANDRÉ, Eugies dans l'histoire, op. cit., p. 278, 279.

59 La Forêt de Colfontaine, op. cit., p. 7, indiquait seulement : « Par tradition, on sait qu'un ermite... vécut dans le bois, mais il est impossible de fixer à quelle époque ».

60 Nous remercions M. Georges Depestel, président du Cercle Royal Borain de Bruxelles, de nous avoir procuré le texte du scénario de la « Légende » (que mentionnent également A. AUDIN et C. CAMBIER, De Fénelon à Bosquetia..., op. cit. n.o12 supra, p. 60). Sur Henri Tournelle (1893-1959), alias Jules-Henri Lefebvre, cf. A. AUQUIER, Quaregnon. Passé... présent, Quaregnon, 1986, p. 143.

61 A. DELATTRE, Mes souvenirs, op. cit., p. 323.

62 E. COLIN, Colfontaine et son hôte..., op. cit., no 122, p. 95.

63 Idem, Connaissance..., op. cit., p. 94. Cf. encore A. AUDIN et C. CAMBIER, op. cit., p. 205 et n.o 1 : Fénelon, de toutes façons, a marqué ce Borinage pour lequel il s'était surpris à penser d'amour)... En tous cas, si Fénelon n'est jamais venu à la Belle Maison' - une thèse qui existe (merci de le concéder !)-, la tradition qui l'y situe naît bien vite et imprègne fortement l'esprit des gens d'ici ! (à propos, plus précisément, des lendemains de Malplaquet).

64 Fénelon étoit un homme de quotité qui n'avoit rien, et qui, se sentant beaucoup d'esprit, et de cette sorte d'esprit insinuant et enchanteur, avec beaucoup de talents, de grâces et du savoir, avait aussi beaucoup d'ambition : SAINT-SIMON, Mémoires, texte établi et annoté par Gonzague TRUC, t. I, Paris, 1953, p. 256 (Bibliothèque de la Pléiade) ; cf. aussi t. III, 1950, p. 961 : Une figure fort singulière, mais noble, frappante, perçante, attirante.. un commerce enchanteur... ; t. IV, 1952, p. 606 :... Un homme.. qui sembloit enchanter, defaçon qu'on ne pouvait le quitter, ni s'en défendre, ni ne pas chercher à le retrouver.

Auteur

Facultés universitaires Saint-Louis à Bruxelles Université catholique de Louvain

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540