Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fénelon, évêque et pasteur en son temps (1695-1715)

 | 
Philippe Guinet
, 
Gilles Deregnaucourt

Fénelon après Fénelon

Les imprudentes commémorations le Fénelon le 1793 à 1947

Gérard Gayot

Texte intégral

1Fort préoccupé, de son vivant, des affaires du monde et en quête de l’état d’oraison qui l’en faisait sortir, effrayé par l’État Léviathan et cherchant à s’y faire une place, tantôt dandy, tantôt ermite, ou missionnaire, en tout cas complexe, ambigu, voire Janus, comme l’a dit ici-même François-Xavier Cuche, Fénelon mort, l’homme et l’œuvre ne pouvaient être que commodes ou encombrants pour ceux qui en organisèrent la commémoration ou qui furent priés d’y participer. Il était prévisible que l’Église de France et les autorités ecclésiastiques de Cambrai prissent l’initiative de célébrer tel épisode de la vie de Fénelon ou telle partie de son entreprise spirituelle pour le plus grand bonheur des fidèles. Mais, étant donnée la richesse de l’activité intellectuelle du doux et glorieux archevêque, il était tout aussi prévisible aux XIXe et XXe siècles que d’autres institutions, laïques cette fois, s’emparassent, dans des circonstances jugées favorables, d’un fragment de mémoire fénelonienne pour en tirer le meilleur parti auprès des citoyens. Quelle fût locale, régionale ou nationale, laïque ou ecclésiastique, l’organisation qui en appela à la mémoire de Fénelon, le fit rarement pour lui rendre un simple hommage ou pour établir la vérité historique. Le plus souvent, on s’en servit de bouclier pour se défendre, ou de baume pour tenter de cicatriser les blessures que la France et l’Église avaient reçues, parfois l’une de l’autre, au cours de leur histoire.

  • 1 Cambrai, Archives diocésaines. Ce précieux dossier m’a été confié par M. Félicien MACHELART, profe (...)

2Un dossier « Fénelon », déposé aux archives diocésaines de Cambrai1, bien classé, composé de coupures de presse, des correspondances active et passive des archevêques sur cette question, de discours imprimés ou dactylographiés avec leurs précieux brouillons, a permis d’esquisser l’image de Fénelon commémoré, convoqué pour prêcher la paix et apaiser les souffrances des fidèles et des citoyens après des temps de haine et guerre civile, de Fénelon appelé pour tenter de réconcilier les Français, en trois circonstances.

  • De 1793 à 1826, une période un peu « folle » pour Fénelon où après avoir été presque entièrement récupéré par la faction napoléonienne, il fit une rentrée, ou plutôt on lui fit faire une rentrée très remarquée dans le giron de l’Église de France, sous le règne de Charles X.
  • En février 1914, lorsque monseigneur Chollet, qui venait d’être promu à Cambrai, préparait activement le bicentenaire de la mort du Cygne. La cérémonie était prévue en juillet car en août-septembre 1915, c’est trop tard. Il y aura trop de personnes à la mer, aux eaux, à la campagne.
  • Le 17 juillet 1947, quand fut inauguré le buste de Fénelon, sculpté par le « camarade » Auricoste, membre du Parti communiste français, en présence de monseigneur Chollet, toujours archevêque de Cambrai. Celui-ci termina audacieusement son discours par un chapitre sur la politique de Fénelon, inspirée selon lui par une tradition qui va de saint Pierre à l'an 1947 après Jésus Christ, donc période de l’occupation allemande comprise...

De l’apothéose laïque au retour dans l’Église

3En 1793, à Cambrai, en pleine campagne de déchristianisation et d’éducation républicaine, règne autour de Fénelon une odeur étrange de sainteté laïque. Si la rue de l’Évêché est logiquement débaptisée et appelée « rue de la Mitre renversée », la rue Sainte-Anne devient rue Fénelon ! Sous le maître-autel de la cathédrale, dans le caveau, le cercueil de l’ancien archevêque est défoncé, les lames de plomb arrachées pour faire des balles, mais les ossements sont soigneusement replacés dans le sarcophage, en présence d’un juge de paix. Le 13 vendémiaire an III (4 octobre 1794), Maximilien Farez, agent national du district de Cambrai, recommande une enquête sur les monuments des arts ayant échappé au vandalisme et méritant un transfert au musée. Une attention particulière au buste de Fénelon est exigée. À la fin de la grande tourmente des cultes religieux, le squelette du ci-devant archevêque est intact, son nom a été respecté, son honneur est plus que sauf.

4Au début de l’Empire, en 1804, on retrouve la pierre tombale, un nouveau cercueil est confectionné et placé sous bonne garde, dans l’attente d’un nouveau mausolée. C’est alors que Dumolard, sous-préfet de Cambrai, forme le projet grandiose de translation solennelle dans une crypte aménagée sous le clocher de l’ancienne cathédrale. Le préfet Dieudonné donne son accord, le procureur impérial Farez est chargé du programme de la fête et le maire fixe la cérémonie au 28 thermidor... le 15 août 1804. C’est une authentique apothéose laïque qui attend Fénelon : derrière deux chars portant les effigies de Napoléon et de Fénelon, le cercueil de celui-ci avec, au sommet du catafalque, une lyre, un caducée et une couronne ; de croix, point. À 4 h de l’après-midi, tous les fonctionnaires, les instituteurs avec leurs élèves se rendront en cortège place Notre-Dame. De là, la procession gagnera la chapelle de la fondation Van der Burch. Derrière les chars marcheront les personnages officiels, chacun ayant en main une œuvre de Fénelon : le préfet avec le Télémaque, le sous-préfet avec le Dialogue sur l'éloquence, le commandant d’armes les Directions pour la conscience d’un roi, le président du tribunal les Dialogues des morts, le maire le Testament, le procureur impérial l'Éloge de Fénelon par La Harpe, le curé de Notre-Dame le Traité du ministère des pasteurs, le curé de Saint-Géry les Sermons, le doyen du chapitre métropolitain les Œuvres spirituelles, Monseigneur l’Évêque le Traité de l’existence de Dieu.

  • 2 Sur Mgr Belmas, voir L. MAHIEU, Vie de Mgr Belmas, Paris, 1934, 2 vol. (commode travail d’éruditio (...)

5Monseigneur Belmas, ancien prêtre constitutionnel promu évêque de Cambrai après le Concordat2 et bon dernier dans la procession projetée par le sous-préfet, fait observer à Portalis, ministre des cultes : Une telle pompe aurait été Te mode en 1793, elle ne l’est plus après le Concordat, quelque illustre qu'eût été le personnage. Allusion perfide au transfert des restes de Marat au Panthéon ? Peut-être, mais Belmas se montre aussi un fin analyste de l’esprit concordataire en affirmant que le clergé de son diocèse n’a pas à grossir les rangs d’un cortège qui prend l’allure d’une procession de l’appareil d’État. Or Fénelon appartient au clergé de Cambrai. Portalis se range à l’avis de l’évêque et les préparatifs de la cérémonie sont suspendus. Le 28 thermidor 1804, alors que le préfet et l’évêque sont au camp de Boulogne pour recevoir leur Légion d’Honneur des mains de l’Empereur, le maire de Cambrai fait transporter le cercueil à l’oratoire de la maison Van der Burch. Sans tambour ni trompette, ni défilé, mais il a Fénelon chez lui ! Le corps de Fénelon est presque « municipalisé » après la laïcisation de son œuvre. Belmas, mortifié, s’incline. Dumolard décide ensuite de faire loger les ossements de l’archevêque dans un caveau creusé dans le cœur de l’ancienne cathédrale dont la flèche s’est écroulée le 30 janvier 1809, après un ouragan de grande force. Un mausolée de marbre en forme de pyramide terminée par un cinéraire est prévu avec les statues de la bienfaisance, de la piété, de la sagesse et de l’éloquence aux quatre angles. Il en coûtera 110 000 F à la commune, financés par une souscription et un supplément d’octroi. Hélas pour Fénelon ! En avril 1810, l’Empereur vient en visite à Cambrai et le produit du supplément d’octroi pourvoit aux dépenses de fêtes et aux frais de réception.

6Il fallait élever un monument à la mémoire du Cygne. La Société d’émulation de Cambrai et le maire reprirent le projet, après la deuxième Restauration. Les temps avaient changé, Fénelon aussi. En tout cas, il ne risquait plus, à ce moment de l’histoire de France, d’être statufié en grand officier de morale ou en chevalier d’éducation civique. Après trois jours pendant lesquels le public défila de 8 h à 20 h devant son cercueil, Fénelon fut transporté, le 29 octobre 1822, dans l’ancienne église de l’abbaye du Saint-Sépulcre, devenue nouvelle cathédrale. Les ossements, inventoriés en présence de monseigneur Belmas, furent déposés le 21 juillet 1824, dans une urne, elle-même scellée à un sarcophage incorporé dans l’édifice qu’installait David d’Angers. Lors de l’inauguration solennelle de ce monument, le 7 janvier 1826, Belmas écrivit dans son panégyrique de Fénelon : Quelle ressemblance puis-je donc me trouver avec mon auguste prédécesseur, sinon que moi aussi je me suis trompé ?

7Ainsi, au terme d’une longue bataille autour des ossements et des livres de Fénelon, l’Église de France et de Cambrai pouvait, en toute bonne foi, se croire et se déclarer seule propriétaire de l’homme, de l’archevêque et de l’œuvre. Tout paraissait enfin en ordre. La Restauration des Bourbons avait permis de restaurer Fénelon désormais prince de l’Église dans sa cathédrale, à l’abri de toute profanation et de toute récupération politique, dans la Sainte Église et hors de l’État ; Belmas tenait sa revanche de 1810. Était-il sûr de l’avoir prise en 1826 ? Sur la mairie de Cambrai, il pouvait en être certain. Mais, sur le fond de l’affaire - c’est-à-dire : l’Église, Fénelon et ses princes, ses évêques étaient-ils dans le monde ou hors du monde, dans l’État ou hors de l’État ? -, il pouvait en douter. D’ailleurs, après avoir comparé, peu humblement, son erreur d’avoir prêté serment en 1791 avec celle du quiétisme que reconnut Fénelon en 1699, Belmas ne se hasarda pas à poursuivre la comparaison entre l’égaré par la passion d’État qu’il fut, et qu’il était encore, et la victime de la raison d’État que fut le Cygne.

Que faire de Fénelon en 1914 et en 1915 ?

8Tenir Fénelon à l’écart des querelles entre l’Église et l’État, telle fut la ligne de conduite des autorités ecclésiastiques. Silence, sur toute la ligne de front, sur le quiétisme, les Maximes des Saints, la haine du despotisme, et tonnerre d’applaudissements pour l’unité de l’Église, la charité et l’innovation pédagogique.

9Dans ces conditions, nul inconvénient à ce que le maire du Cateau, Constant Loze, achetât en 1882 à Messieurs Lempereur et Morcrette, propriétaires de la manufacture du Palais, une partie du parc et de la demeure seigneuriale des archevêques de Cambrai, devenue habitation et jardin du directeur de la fabrique. Le préfet proposa au maire de solliciter du Ministère des Beaux-Arts un buste de Fénelon, bienfaiteur du Cateau, afin d’en orner le jardin. Denechau sculpta, le maire commanda à un professeur du Cateau le dessin de deux branches de chêne et d’olivier sur un piédestal en pierre à écaussine, et, le 21 avril 1885, le buste fut inauguré. Bel hommage, simple et sans arrière-pensée, des gens du Cateau, rendu au pasteur qui avait ouvert ses caves et ses greniers à leurs ancêtres, en temps de disette.

  • 3 Sur Jean Chollet, voir H. QUILLIET, Mgr Chollet, l'évêque de Verdun, Lille, 1911.

10Dès 1911, on s’agita à l’archevêché en prévision du bicentenaire de la mort de Fénelon (7 juillet 1715). Pour couper court à des rumeurs selon lesquelles les Cambrésiens n’étaient pas en possession de son vrai corps, le tombeau fut ouvert, les ossements expertisés, et la conclusion tomba : le vrai Fénelon mesurait 1,80 m. L’anthropométrie et la médecine légale avaient sans doute beaucoup progressé depuis 1793, mais la découverte ne tira pas d’embarras Jean Chollet, jeune évêque de Verdun, promu à Cambrai le 20 novembre 1913. Auteur d’une thèse de doctorat sur la théorie théologique de la lumière, professeur de théologie morale à la Faculté catholique de Lille, hostile au ralliement de l’Église à la République et à son adaptation, Chollet ne pouvait laisser passer le bicentenaire de la mort de son illustre prédécesseur sans le célébrer3. Mais quel Fénelon présenter au clergé et aux fidèles de Cambrai encore échauffés par des débats internes sur les rapports et la séparation entre Rome, l’Église et l’État ? Quel pasteur mettre en scène, le rebelle ou le soumis ? Quelle histoire convoquer ? Assurément, pas toute l’histoire, lui conseilla Albert Delplanque, Doyen de la Faculté des Lettres de Lille, le 8 février 1914 :

Fénelon est une gloire de l'Église de Cambrai. Fénelon est une gloire de (Église de France. Mais je suis persuadé qu'il faudrait, pour les fêtes de ce centenaire, laisser résolument de côté le Quiétisme, et les livres des Maximes , et la soumission qui fut, en somme, très belle, mais sur laquelle courent toujours des légendes ; l'Histoire est, en général, moins simple et moins belle que la légende. Il y a, certes, à louer dans Fénelon, et dans la vie de Fénelon, en dehors de tout cela. D'ailleurs, il est très probable, Monseigneur, que vous confieriez à un évêque, devant plusieurs évêques réunis, Ce soin de louer Fénelon ; et il va sans dire qu’il le touerait comme il conviendrait. On ferait pour Fénelon à Cambrai ce qu'on a fait pour Bossuet à Meaux, il y a quelques années (1904, bicentenaire de la mort de Bossuet). À Meaux, il n’a guère été, que je sache, question du gallicanisme (encore que l'éloge profane de (Bossuet a été confié à Jutes Lemaître) ; à Cambrai, qu'il ne soit pas non plus question de quiétisme. Il y a tant de choses qui rendent, en dehors de cela, ta mémoire de Fénelon admirable et sympathique. Le bon combat qu'il a mené contre te jansénisme (pour ne signaler que ce point) compense Sien, à mon humble avis, l'erreur quiétiste de Fénelon.

11Monseigneur Chollet n’eut pas à suivre les précieux conseils de prudence donnés par le doyen Delattre. En juillet 1915, les Cambrésiens avaient autre chose à penser qu’aux Maximes des Saints et au pur amour.

Monseigneur Chollet et la politique... de Fénelon (17 août 1947)

12En juin 1936, alors qu’on fêtait le jubilé épiscopal et sacerdotal de Jean Chollet, la société d’émulation de Cambrai lança l’idée d’élever, entre la chapelle de l’ancien grand séminaire et la cathédrale, un monument à Fénelon. L’archevêque souscrivit à cette initiative à la gloire de l'un des plus hauts représentants de notre culture classique. Il aurait pu choisir dans l’œuvre de l’académicien une page un peu plus « Front populaire ». Ce n’était pas son genre, ni son inclination, et puis, il ne pouvait pas savoir que le même projet allait lui être imposé 11 ans plus tard, après l’« étrange » défaite, l’occupation, la libération et les débuts de la restauration de la France.

13Au titre des dommages de guerre, le ministère de l’Éducation nationale, section des Beaux-Arts, avait décidé d’offrir à Cambrai, en 1947, une statue de Fénelon. Recommandé par le R.P. Regamey, directeur de la commission d’art sacré, Auricosta ou Auricoste, petit-fils du peintre Weerts de Roubaix, réalisateur du monument des déportés de Compiègne et membre du Parti Communiste Français, avait été désigné pour exécuter la statue. Il faut regarder la photographie parue dans Paris-Presse du 15 août représentant le « camarade » sculpteur, la cigarette aux lèvres, donnant le dernier coup de ciseau au Cygne, pour imaginer le remue-ménage que provoqua la commande de l’État à Cambrai (voir illustration). Les personnalités ecclésiastiques se déclarèrent scandalisées par le geste de Fénelon, la main sur le cœur : expression de pieuse contagion et de foi vive comme ta chaux ; (Fénelon) ou position « à l’ordre » du franc-maçon ? Elles reprochèrent aussi à l’artiste le visage trop tourmenté du doux archevêque et l’évocation trop imprécise de ses ornements sacerdotaux. Et surtout, la pierre des Charentes, beaucoup trop blanches, ne s’harmonisait pas avec les vieux édifices de la place. Alors, Auricoste jeta de l’eau douce sur la statue et une patine de 20 ans apparut. Ce fut bien le seul miracle qui eut lieu en ce jour de l’inauguration de la statue de Fénelon.

Paris-Presse, 15 août 1947

14Car, pour le reste de la cérémonie, monseigneur Chollet dut dépenser des trésors de patience et d’ingéniosité pour déjouer les pièges tendus par les militants politiques et éviter les tentatives de récupérations, faciles en la circonstance : les ministres communistes venaient d’être révoqués en mai, et depuis juin, une vague de grèves déferlait sur la France. Libre au maire du Cateau d’attirer Fénelon dans le camp de la gauche, à Achille Delattre, ministre belge venu du Borinage d’évoquer leur ancien et illustre pasteur des pauvres sans dire un mot de l’évêque ni de Dieu, libre même à monseigneur Grente de louer sans risque l’académicien Fénelon au nom de l’Académie Française, mais Chollet, archevêque de Cambrai, devait parler au cours de la messe du 17 août 1947 du sentiment religieux de Fénelon. Et il n’en pouvait pas parler pour ne rien dire, surtout pas lui.

  • 4 A. CHERRIER, Y.-M. HILAIRE, « L’épiscopat français a-t-il collaboré ? Les rebondissements d’une po (...)

15Le conservatisme et le pétainisme de Chollet étaient justement légendaires dans le diocèse et dans l’Église de France. De retour de la zone libre de Grenoble, en octobre 1942, dans son diocèse, il avait réaffirmé sa préférence pour une société aristocratique et hiérarchique, ajoutant que l’égalité était contre nature et conduisait tout droit à l’égoïsme. Il avait promis aux autorités allemandes d’admonester ses curés et de les rappeler à l’ordre pour leurs sermons non conformistes. En automne 1943, il avait rédigé une brochure d’une trentaine de pages destinée aux évêques et aux archevêques de France. Il y expliquait que la France avait expié ses péchés en 1940 comme elle avait expié, avec la Grande Guerre, le péché d’entrée en République. La France battue était à la merci de son vainqueur et devait se soumettre à ses volontés. Aussi dénonçait-il le caractère malfaisant et vicieux de la dissidence et de la désobéissance gaulliste. Le cardinal Liénart trouva l’analyse et les arguments justes mais jugea inutile de les publier. On comprend pourquoi l’« inquiétude catholique en France », pour reprendre un titre de François Mauriac dans le Figaro du 1er novembre 1944, était grande à la Libération et pourquoi les catholiques résistants du Nord réclamaient une épuration de l’épiscopat. À ceux-là, Émile Guerry, ancien combattant de la guerre 14-18, coadjuteur de l’archevêque de Cambrai, avait répondu dès le 27 octobre : l’épiscopat avait défendu les droits de la personne humaine, il avait sauvé l’âme de la jeunesse française et sauvegardé l’indépendance spirituelle de l’Église. Un an plus tard, ce fut la presse socialiste du Nord qui se déchaîna : « l’abbé Crossé », dans le journal Nord-Matin, accusa l’épiscopat de collaboration, Guerry riposta de son mieux avec des arguments que l’on allait retrouver dans son livre, paru chez Flammarion au cours de l’été 1947, L’Église catholique en France sous l’épuration, dont André Latreille dira qu’il s’agissait d’une « falsification de l’histoire ». Guerry dont « l’abbé Crossé » avait rappelé que le lien qui l’unissait à Chollet était comparable, selon Chollet, aux relations entre le Père, le Fils et le Saint Esprit4. Décidément, le secrétaire de l’Assemblée des cardinaux et des archevêques, Monseigneur Chollet, devait parler.

16Dans la Basilique métropolitaine de Cambrai, chez lui, le vieux prélat de 85 ans tint un discours d’une haute tenue théologique. Il ne résista pas à la tentation - ses brouillons en témoignent - de rompre quelques lances avec son prédécesseur sur le pur amour des hommes pour Dieu. Sans doute faut-il, comme Fénelon, faire la guerre aux âmes propriétaires d'elles-mêmes, mais c’est une erreur, c’est aller trop loin, c'est passer la mesure que de tout donner à Dieu, de se désintéresser de notre image d’homme, de séparer corps et âme que Dieu a unis. Pur jeu de plume ou d’esprit ? Rien n’est moins sûr : il est bien possible qu’en 1947, lassé par un demi-siècle de combats dans le siècle, l’archevêque ait souhaité parfois céder à la « coupable » inclination fénelonienne d’abandonner et d’abîmer son moi dans une foi dévorante et obscure. Mais il ne se déroba pas sur le terrain où chacun l’attendait, son clergé, ses fidèles et les laïcs : la politique de Fénelon.

Sa politique s’inspire d’une tradition qui va de saint Pierre à l'an 1947 après Jésus Christ : « Loyalisme sans inféodation ». Mais il n’hésite pas à écrire « que c’est Dieu et non le Roi qu'il faut mettre devant les yeux des Évêques quand il s’agit de choses purement spirituelles. C’est là une règle invariable pour lui.

  • 5 Ce commentaire doit beaucoup à Étienne Dejonghe, Université de Lille 3, qui m’a aidé à « lire » mo (...)

17En trois phases qui, comme toujours en des circonstances dramatiques, ne furent comprises que par les initiés et par... l’historien5, monseigneur Chollet allait à l’essentiel. Avec une certaine habileté scolastique et historique, il replaçait d’abord la politique de Fénelon et de l’Église dans la longue durée, pour ne pas dire l’éternité, mettant sur le même plan 1947 et 1940, ou tout autre moment crucial de l’histoire de l’Église et de l’histoire de France. Fénelon ne perdait pas pour autant de son actualité. En citant, au sujet de ses démêlés avec le roi de France, le principe du « loyalisme sans inféodation », monseigneur Chollet reprenait, mot pour mot, la défense de monseigneur Guerry dans la polémique qui l’avait opposé à la Croix du Nord et à Nord-Matin, et couvrait ainsi, non sans courage, son coadjuteur. Mais le citoyen-évêque Chollet savait qu’on lui reprochait avec véhémence d’être allé trop loin dans le loyalisme, et que l’Église était accusée par ses propres fidèles de s’être ruée dans la servitude de la République, de Blum, de Pétain, de De Gaulle et de tous les Césars. En rappelant, pour conclure, qu’en matière spirituelle les évêques devaient n’avoir que Dieu en vue et non pas le Prince, il prophétisait : l’épiscopat ne se compromettra plus. Il ne faisait pas amende honorable, c’eût été lui demander l’impossible, mais, pour parodier la fable, il jura qu’on ne l’y reprendrait plus.

18Fénelon, célèbre pour sa charité avant et après sa mort, s’est prêté à tout de 1793 à 1947. Ou plutôt, les hommes, d’Église ou pas, lui ont beaucoup demandé. Mort, il ne pouvait pas refuser de leur donner mais, de son vivant déjà, il n’avait jamais rien su leur refuser.

19Vers 1810, une grande voix tonna contre les cérémonies, mausolée et statue, organisées ou élevés à la gloire de Fénelon. Louis Sébastien Mercier adressa au maire et aux habitants de Cambrai une lettre sur les commémorations de Fénelon qui aurait pu décourager les historiens de tenir leur colloque. Elle n’y est pas parvenue. La preuve, cette belle lettre a trouvé place dans ces actes...

  • 6 Archives historiques et littéraires du Nord de la France, Valenciennes, 1852, 3e(...)
  • 7 Donnez-lui une soupe, mais non à la Rumfort. La soupe économique est le minimum de la charité, et (...)
  • 8 Bossuéliser, c’est-à-dire composer et débiter des oraisons funèbres.
  • 9 Au style piquant et singulier de cette lettre, on reconnaît l’auteur du Tableau de Paris et de l’a (...)

Mercier et le Monument de Fénelon 6
Mercier, l’auteur du Tableau de Paris, surnommé l’homme aux paradoxes, avait une manière toute particulière d’envisager les choses ; plus il avança en âge, plus il attaqua les idées reçues, plus il lança ses foudres contre Boileau, Descartes, les peintres célèbres de nos grandes écoles, et tout ce qui était respecté et vénéré de temps immémorial. Lorsqu’au commencement de ce siècle la municipalité de Cambrai découvrit et exhuma les cendres de Fénelon qui faillirent être dispersées durant les tristes orgies de la Révolution, elle organisa une souscription pour élever un monument à l’illustre prélat et y déposer ses précieux restes. Mercier, alors âgé de près de 70 ans, trouva dans cette circonstance l’occasion de se signaler, et il adressa aux Cambrésiens la lettre au moins singulière qui va suivre ; c’est ce qu’on peut appeler son paradoxe d’adieu :
Avoir découvert le crâne, ou la ci-devant calotte noire ou rouge de Fénelon, c'est absolument la même chose, car ce n’est point ce crâne, pas plus que la calotte, qui a enfanté les Sons et excellents ouvrages de l'archi-pontife.
Laissez la dépouille des morts où elle se trouve, ne touchez point à leurs cendres : c'est ainsi qu'il faut les honorer ; apothéoses ! est-ce bien (la main sur la conscience), pour les morts qu’elles se font ? Et qu'allez-vous faire ? allumer des flambeaux en plein jour, sonner toutes les cloches, vous mettre, vous prosterner en procession... l'homme n'est point là.
Vous payerez ensuite un statuaire pour couvrir de colonnes jaspées des ossemens ; je vous le répète d'une voix haute :Fénelon n’est pas là.
Les cabaretiers, aubergistes et limonadiers seront enchantés du tombeau et des pierres qui pleurent ; ils y gagneront, ils diront aux voyageurs : restez chez nous jusqu'à demain, mous vous ferons voir des marbres sculptés et des épitaphes en or, mais la gloire de Fénelon n'en sera pas plus étendue pour cela. Tout ce qui pense vit de Dieu. Fénelon n’est plus sur cette misérable terre, il est dans le monde des esprits. Bâtissez une chaumière, donnez-la à un indigent, et mettez sur la porte :l'esprit de Fénelon. Entendez-vous cela ! Fénelon aimera mieux qu'on fasse quelque bien à un pâtre qu'à un doreur ; autorités constituées ? Les tombeaux ne logent personne. Laissez fa pourriture aux vers, et ne l'enfermez ni dans un sarcophage, ni dans un reliquaire ; c'est dans le monde des esprits que nous devons voir toutes choses ; ne nous attachons point au matériel : l'union de l'âme avec le corps est accidentelle, passagère, humiliante, quand la séparation est faite, n’allez pas rappeller l'accident ; le squelette de Fénelon m'afflige, je suis bien fâché qu'on l'ai trouvé ; ce n’est ni l'avant-bras, ni les phalanges de ses doigts qui ont écrit ce que nous lisons. J'aimais me figurer que Fénelon avait à peine un corps, ou qu'il était dissous tout entier, ainsi que sa soutanelle et son rochet. Pompes funèbres, qu’annoncez-vous l'erreur, l'erreur des plus folles dépenses et le triomphe des plus basses superstitions ?
Tailleurs de marbre, c'est l'orgueil qui vous appelle, on vous remontre en tout lieu.
J’ai vu J.-J. (Rousseau manquer de bois pour se chauffer pendant l'hiver ; à sa mort on fit venir des statuaires.
Il y a peut-être dans vos murs un Fénelon qui manque de soupe7. Apprenez à le connaître, déterrez te mérite ; voilà un estimable orgueil. Vous voulez honorer la mémoire d'un célèbre écrivain, oh ! que ce soit du moins d’une manière utile. ‘Réimprimez ses œuvres, non ce Télémaque, débris d'Homère, roman médiocre, mais bien cet admirable Traité de l'existence de Dieu, ouvrage unique et qui porte la conviction dans tous Ces cœurs. Distribuez ce livre qui n’est pas assez répandu, parce qu’il n’est pas futile comme les amours d'Eucharis.
Qui a fait ce livre ? oh ! vous ne le possédez pas, cet auteur ! Il est dans une région où il sourit de vos hommages, et doit il applaudit à ma pensée.
Eh ! Si chaque vide voulait bâtir pour ses morts de magnifiques niaiseries, des mausolées, puis baiser leurs ossements, encenser leur pourriture et mettre le marbre dam l'attitude de la douteur, processionner, puis Bossuéliser8. Ne serait-on pas en droit de dire à tous les municipaux ; épargnez votre cire, laissez en paix vos cloches ; ne perdez point de temps en processions, en futiles discours, donnez aux indigents Ce prix de vos fêtes ; Il y entre naturellement de la vanité, car ne les présidez-vous pas ? Le nom de Tendon appartient à l'univers et non à votre vide ; ce n’est pas vous qui l’immortaliserez, ce n’est point le sculpteur, ce n’est point même locateur à grandes paroles qui rendra sa mémoire plus auguste ;Fénelon est dam le monde des esprits. Si vous n’entendez pas ces mots ou si nous ne voulez pas Ces entendre, son esprit ne descendra point au milieu de vos coûteuses, froides et inutiles cérémonies, mais il visitera la cabane du pauvre, bâtie en son nom et à l'exemple de sa charité ; il soufflera avec joie sur le volume plein du saint nom de ‘Dieu, et réimprimé par vos soins ; il hâtera ainsi la conversion de quelque malheureux incrédule, au cœur endurci, il guérira en lui la plus déplorable des maladies, la goute séreine de l'âme, car l'athée est un véritable aveugle, et le livre de Fénelon est le mieux fait que je connaisse pour lui rendre la vue. Réimprimez donc ce livre ?
Un poète a dit le cygne de Cambrai Ne vous servez point de cette mauvaise expression : que jamais Ce nom d’un animal emplumé ou sans plumes ne soit applicable à l'homme.
Luxe de la mort ! décoration des mausolées ! fastes des tombeaux ! pompes funèbres, vous êtes la plus froide des extravagances humaines.
Sur une simple pierre, gravez le nom de Fénelon, ce nom dira tout. Tout être intelligent a son nom ; ce nom est distinct, et nul ne peut s’en emparer. (Bâtissez la chaumière, et si vous ne me comprenez pas, suivez la folie ordinaire, perdez le temps et l'argent, l'esprit de Fénelon saura bien sur qui descendre.
Signé : MERCIER9

20Cette lettre excentrique se trouve, en autographe, dans les archives de la ville de Cambrai ; on en a publié un extrait mutilé, tronqué et inexact dans un article, piquant du reste, composé par M. Charles Monselet sur Sébastien Mercier, reproduit dans une compilation que les contrefacteurs Meline, Lans et Compagnie, de Bruxelles font paraître en cette ville sous le titre de Revue de Paris. C’est dans le tome XI (novembre 1850) de la nouvelle série de ce pastiche, pet. in-12, qu’on retrouvera la prétendue reproduction de la lettre que nous donnons ici en entier et telle qu’on peut la lire aux archives municipales de Cambrai, si les amateurs d’autographes ne l’ont pas dépaysée.

Notes

1 Cambrai, Archives diocésaines. Ce précieux dossier m’a été confié par M. Félicien MACHELART, professeur à l’Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis, responsable des archives diocésaines de Cambrai. Je l’en remercie.

2 Sur Mgr Belmas, voir L. MAHIEU, Vie de Mgr Belmas, Paris, 1934, 2 vol. (commode travail d’érudition).

3 Sur Jean Chollet, voir H. QUILLIET, Mgr Chollet, l'évêque de Verdun, Lille, 1911.

4 A. CHERRIER, Y.-M. HILAIRE, « L’épiscopat français a-t-il collaboré ? Les rebondissements d’une polémique et la genèse du livre de monseigneur Guerry » dans Revue du Nord, t. LX, no 237, avril-juin 1978, p. 397-404, Actes du colloque « Églises et Chrétiens pendant la Seconde Guerre mondiale dans le Nord-Pas-de-Calais »

5 Ce commentaire doit beaucoup à Étienne Dejonghe, Université de Lille 3, qui m’a aidé à « lire » monseigneur Chollet. Mais selon la formule convenue, je suis entièrement responsable de ce qui est écrit ici.

6 Archives historiques et littéraires du Nord de la France, Valenciennes, 1852, 3e série, t. 3, (texte d’Arthur Dinaux).

7 Donnez-lui une soupe, mais non à la Rumfort. La soupe économique est le minimum de la charité, et voilà pourquoi tous les gouvernements de ce bas-monde l’ont adoptée.

8 Bossuéliser, c’est-à-dire composer et débiter des oraisons funèbres.

9 Au style piquant et singulier de cette lettre, on reconnaît l’auteur du Tableau de Paris et de l’an 2240, et de plusieurs autres ouvrages vraiment originaux.
Copié à Cambrai, le 18 mars 1818, sur la lettre autographe qui se trouve dans les archives de la ville.

Table des illustrations

Légende Paris-Presse, 15 août 1947
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2495/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 251k

Auteur

Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540