Version classiqueVersion mobile

Fénelon, évêque et pasteur en son temps (1695-1715)

 | 
Philippe Guinet
, 
Gilles Deregnaucourt

Fénelon après Fénelon

Fénelon commenté par le marquis de Mirabeau ou un Fénelon pré-physiocratique

Catherine Jacques

Texte intégral

1. « Les Éloges des hommes à célébrer »

1Mirabeau entreprend à la fin de 1769, ou au début 1770, ce qu'il appellera ses Éloges des hommes à célébrer qui consistent en des Commentaires historiques et philosophiques sur leurs écrits.

  • 1 Cet éloge fut publié en Suède en 1774 par Fougt sous le titre d'Extrait des éloges des hommes à cé (...)

2Pendant près de vingt ans (jusqu'à la fin des années 1780), il composera neuf éloges : ceux de Sully, de Louis XIV, de Colbert1, de Vauban, de Fénelon, de Boisguilbert, de l'Abbé de Saint-Pierre, de l'abbé Terrasson, de Montesquieu. À l'exception de l'Éloge de Montesquieu rédigé dans les années 1780, l'ensemble de ces textes a été lu lors des « Mardis ».

  • 2 Journal créé par Baudeau le 4 novembre 1765 sur le modèle anglais du Spectator d'Addisson. Dès sep (...)

3Ils sont d'abord destinés à être lus en fin de séance des « Mardis » ou dîners économistes qui se déroulent toutes les semaines en l'hôtel parisien du Marquis, rue Vaugirard. Le premier eut lieu entre le premier et le 15 septembre 1767. Ces réunions, sans doute inspirées du club de l'Entresol, reçurent des hôtes de marque comme le Maréchal de Broglie, le Duc de La Rochefoucauld, le Duc de Nivernois, le Maréchal de Belle-Isle, et des étrangers : le Prince de Weimar, l'évêque de Massalski, les ambassadeurs Galitzin et Stackelberg et le chancelier Creptowicz. Les convives dînaient et lisaient leurs écrits destinés à paraître dans les Éphémérides2, journal de propagande de la « secte », créé par l'abbé Baudeau le 4 novembre 1765.

  • 3 G. WEULERSSE, Le mouvement physiocratique en France (de 1756 à 1770), t. 1, Paris, 1910, p. 133 ; (...)

4Tenues pendant l'hiver et le printemps, ces assemblées débutaient et se clôturaient toujours par des discours de Mirabeau ou de Dupont de Nemours3.

5Mirabeau y donna lecture de ses Éloges des Hommes à Célébrer, à l'exception de celui de Montesquieu, rédigé après la cessation de ces séances.

  • 4 DUPONT de NEMOURS, « Discours pour la clôture des Assemblées économiques tenues cette année chez l (...)
  • 5 MIRABEAU, « Discours prononcé à la clôture de la huitième année des assemblées économiques chez le (...)
  • 6 Lettre du 20 août 1772 du marquis de Mirabeau au Margrave de Bade. op. cit., publié par C. KNIES, (...)
  • 7 MIRABEAU, Éloge de l’abbé Terrasson, Bibliothèque Royale de Belgique, ms. 20798 B.

6Pendant l'hiver 1772-1773, il y prononce l'Éloge de Fénelon, l'Éloge de Colbert et le début de l’Éloge de Boisguilbert4. Il poursuit pendant l'hiver 1773-1774 sa lecture de l'Éloge de Boisguilbert et entame celle de l'Éloge de l'abbé de Saint-Pierre5. Des doutes subsistent au sujet de la lecture des Éloges de Sully, de Vauban, de Louis XIV et de l'abbé Terrasson. L'Éloge de Sully est très certainement lu peu de temps avant sa parution dans les Éphémérides de 1770 à 1771. Celui de Vauban est rédigé avant le 20 août 17726 et probablement présenté à l'assemblée après celui de Sully durant l'hiver 1771-1772. L'Éloge de Louis XIV a dû suivre ceux de Sully et de l'abbé Terrasson, de janvier 1776 à avril 17777.

  • 8 Il fut à nouveau publié par le P. Boscovich - selon G. Weulersse - en 1789, sous le titre trompeur (...)
  • 9 Les manuscrits conservés à la Bibliothèque Royale de Belgique semblent en effet avoir été découpés (...)

7Seul l'Éloge de Sully a paru sous forme de feuilleton dans les Éphémérides (1770-1771)8. Pendant la deuxième vie du périodique de juin 1774 à 1776, Mirabeau espère mais sans succès y publier une partie de ses Eloges9.

1/ Le choix des Hommes à célébrer

  • 10 J.-C. PERROT, Une Histoire intellectuelle de l'économie politique (XVIIe-XVIIIe siècle), Editions (...)
  • 11 Diderot ne leur sera d'ailleurs jamais franchement hostile malgré ses rapports étroits avec Galian (...)
  • 12 J.-C. PERROT, op. cit. p. 80.

8Le choix des penseurs « à célébrer » correspond à la conception de l'évolution historique définie par les physiocrates. Selon J.-C. Perrot, un véritable mythe des origines (...) se développe ici. Les textes fondateurs commencent avec Bois-guilhert et Vauban ; des années 1700 à l'Esprit des lois (1748), la discipline est pourvue d'une préhistoire où s'entassent pêle-mêle Ces « erreurs archaïques » chez Melon, Dutot, etc. ; puis d'une histoire primitive lorsque paraissent Cantillon, Dangeul, Herbert ; avec l'article « ‘Fermiers » de l'Encyclopédie, F. Quesnay ouvre l'ère de la science en 175610. Ce schéma d'évolution - également adopté par les adversaires des physiocrates - est utilisé par les économistes pour légitimer leur nouvelle Science en la fondant sur l'œuvre d'auteurs déjà reconnus. Il n'est pas étonnant qu'à la fin des années 1760, au moment où la physiocratie est sévèrement attaquée dans ses fondements doctrinaux, le Marquis ait cherché à la justifier historiquement. Il ressentait la nécessité de trouver des justificatifs extérieurs à la logique interne de ce système de pensée économique. Au début des années 1760, la physiocratie jouissait cependant d'une sympathie plus ou moins unanime. Les philosophes étaient proches de l'« École »11. Galiani lui-même s'exprime en faveur d'une relative liberté de la circulation des grains. L'opinion publique semble favorable et des édits sur la liberté de circulation des grains (mai 1763 et juillet 1764) sont proclamés. Mais, dès 1767/1768 et surtout dès 1770, les critiques à l'égard de la « secte » apparaissent en pleine lumière : Voltaire avec L'homme aux quarante écus (1767), Galiani avec le Dialogue sur le commerce des blés (1770), Grimm dans sa correspondance, Linguet avec les Réponses aux docteurs modernes (1771), Mably avec les Doutes proposés aux philosophes économistes sur l'ordre naturel et essentiel des sociétés politiques, etc.12 Il devient donc urgent pour l'école physiocratique, mise sur la défensive, de s'inscrire au sein d'une filiation intellectuelle qui la légitimerait. Lorsque Mirabeau entreprend ses Eloges, certains membres de l'École se sont déjà placés sous le patronage de « précurseurs » prestigieux. Dupont de Nemours rédige peu de temps avant les Eloges une Notice (...) des différents écrits modernes qui ont concouru (...) à former la science de l'économie politique qui paraît en 1769 dans les Éphémérides. Cependant, c'est naturellement à Mirabeau que revient la tâche d'approfondir le sujet. Principal propagandiste et vulgarisateur des idées de l’École, il la dote également de sa conception de l'évolution historique.

9Dès le début de sa carrière littéraire, il manifeste un goût prononcé pour l'histoire. Dans le Mémoire concernant l'utilité des États provinciaux (1750), il tente de justifier la place de la noblesse d'épée par son rôle historique. Les premiers écrits, dont L'Ami des Hommes (1757), offrent un projet de société sous la forme d'une monarchie féodale, basée sur la noblesse, réduite à un pouvoir tempéré par des corps intermédiaires et laissant les détails de l'administration à des pouvoirs locaux. Ce système prend appui sur le monde paysan et les nobles et non sur les citadins et les financiers ; il aurait trouvé son apogée sous Henri IV et Sully. Le Marquis persévère et recherche les solutions aux problèmes de la monarchie française du XVIIIe siècle dans cette forme quasi mythique de monarchie féodale.

10Cette « vision historique » des physiocrates aboutit à l'idée que la monarchie française est corrompue mais que le système monarchique reste néanmoins le gouvernement idéal. Aussi, dans ses Éloges, le Marquis entreprend de démontrer deux axiomes : premièrement, que la monarchie française, se corrompt depuis la fin du règne de Henri IV et de Sully, et a atteint un point de rupture sous le règne de Louis XIV et de Colbert en 1661 ; deuxièment, que la France fut à l'origine un royaume prospère et bien gouverné par des monarques ayant des qualités de véritables pères (cette idée apparaît déjà dans le Traité sur la Monarchie - manuscrit non publié et rédigé, selon E. Fox-Genovese, en 1758 - où il souligne l'identité entre l'autorité paternelle et celle du souverain).

  • 13 Voir sur ce point la thèse défendue par C. LARRÈRE, L'invention de l'économie au XVIIIe siècle. Du (...)

11L'analyse de ces Éloges est d'autant plus intéressante que l'auteur y reprend les postulats de base de ses conceptions antérieures à sa conversion « physiocratique ». Le but ultime qu'il y poursuit vise néanmoins à démontrer la nécessité de ramener la monarchie française sur le droit chemin grâce à l'application du despotisme légal, concept élaboré en étroite collaboration avec Quesnay. Par la même occasion, l'auteur entend démontrer la justesse de l'ensemble des thèses physiocratiques aux points de vue politique et économique. L'essentiel des propos de Mirabeau et de la Secte consiste à mettre en exergue l'intérêt d'un système politique englobant les questions économiques. De cette façon, la physiocratie propose une réforme interne de la société mais elle n’imagine cependant à aucun moment que la solution à la crise de l'ancien régime puisse passer par une rupture révolutionnaire des structures préexistantes. Elle ne peut par conséquent être comprise comme le premier système économique de l'époque contemporaine13.

  • 14 A. de TOCQUEVILLE, Mélanges. Fragments historiques et notes sur l'Ancien Régime, la Révolution et (...)

12Dès lors, nous comprenons mieux les équivoques entretenues par de nombreux historiens et penseurs à l'égard de Mirabeau. Songeons à l'appréciation bien connue de Tocqueville sur notre personnage : Rien de plus singulier que cette invasion des idées démocratiques dans un esprit féodal14.

13La plupart des économistes de l'époque contemporaine - et en premier lieu Marx - qui se sont penchés sur le système physiocratique ont omis de prendre en compte sa dimension politique. Ils y ont décelé un modèle économique en avance sur son temps qui aurait permis la conceptualisation de nos systèmes économiques contemporains. Cette analyse se révèle trop étroite et elle ne prend pas en compte l'aspect politique du projet physiocrate, fils d'ancien régime, anti-progressiste et antidémocratique.

14À la fin des années 1760, les préoccupations politiques deviennent prédominantes parmi les disciples de Quesnay et elles peuvent expliquer non seulement les attaques de plus en plus virulentes des encyclopédistes contre l'École mais aussi sa chute précipitée.

  • 15 Voir L. ROTHKRUG, Opposition to Louis XIV. The Political and Social Origins of French Enlightenmen (...)

15Le point de départ des réflexions historiques de Quesnay et de Mirabeau est la monarchie absolue de Louis XIV. Sur ce point, ils ne font guère preuve d'originalité puisque l'opposition au centralisme du pouvoir et à l'ambition impérialiste a nourri tout le siècle des Lumières françaises15. L'Éloge de Sully illustre encore le temps prospère et heureux de la monarchie tandis que les textes suivants, dont l'Éloge de Fénelon, dénoncent les abus de l'absolutisme de Louis XIV. L’ensemble se termine par l'analyse de deux œuvres de Montesquieu - les Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence (1734) et de l'Esprit des Lois (1748)-, qui imposent un tournant décisif dans l'histoire des idées. Ce tournant sera jugé favorable au développement de la pensée physiocratique.

2/ Les manuscrits de la Bibliothèque Royale Albert Ier de Belgique

1. Description externe

  • 16 Ces manuscrits mesurent 35 cm X 22, 5 cm. Ils sont reliés en maroquin rouge, décorés de dentelles (...)
  • 17 Il s'agit de deux manuscrits : une analyse de La cause de la grandeur et de la décadence des Romai (...)
  • 18 Manuscrit contenant une analyse des écrits de Pélisson (né à Béziers en 1624 et mort en 1G93, il f (...)
  • 19 Manuscrit qui comprend une analyse du Détail de la France.., du Factum de la France..., des Causes (...)
  • 20 Analyse de la Dissertation pour l'éducation d'un Prince, manuscrit de 38 feuillets avec 3 feuillet (...)
  • 21 Analyse du Projet pour rendre la paix perpétuelle en Europe et du Discours sur la polysinodie, man (...)
  • 22 Commentaire de Séthos : de 188 feuillets avec 3 blancs au début et 4 en fin. Un éloge de l'Abbé de (...)
  • 23 Les feuilles du manuscrit ont en filigrane soit un griffon couronné et surmonté d'une fleur de lys (...)

16Il s'agit de sept manuscrits contenant six Éloges des hommes à célébrer16 : les Éloges de Montesquieu17, de Louis XIV18, de Boisguilbert19, de Fénelon20, de l'abbé de Saint-Pierre21 et de l'Abbé Terrasson22. Ils forment un ensemble matériel presque uniforme (reliure, cuir, feuilles de reliure, papier et écriture23).

  • 24 Le Marquis de Longo est né le 12 octobre 1738 et décède le 4 janvier 1804, il fut professeur d’éco (...)
  • 25 Lettre du 25 avril 1787 du Marquis de Mirabeau au Margrave de Bade (op. cit., C. KNIES, t. 1, Heid (...)
  • 26 Ces manuscrits sont des mises au net prêtes pour l'imprimeur. Une partie des brouillons se trouve (...)
  • 27 J. BLOGIE, Répertoire des catalogues de ventes de livres imprimés. Catalogues français appartenant (...)

17Jusqu'à la fin de sa vie, Mirabeau cherchera à les faire publier. En 1777 déjà, il fait part à son ami milanais, Longo24 du souhait de réaliser une édition entière de son œuvre. Dix ans plus tard, il en parle au Margrave de Bade et fait allusion à des accords avec une imprimerie italienne qui se serait engagée à publier ses « Hommes à célébrer ». On pourrait ainsi expliquer la présence d'annotations en italien dans trois des manuscrits (Éloge de Montesquieu-deux manuscrits - et l'Éloge de Louis XIV). Dans une lettre à Longo, le Marquis annonce l'envoi de son commentaire de l'Esprit des lois25. L'ensemble des manuscrits préparés pour l'édition aurait dû suivre le même chemin26. On perd ensuite toute trace précise de ces documents jusqu'à leur achat en 1852 par la Bibliothèque Royale de Belgique lors de la vente de la bibliothèque du Palais-Royal et de Neuilly du roi Louis-Philippe d'Orléans27.

2. Contenu

  • 28 MIRABEAU, Éloge du Président de Montesquieu. Causes de la grandeur et de la décadence des Romains,(...)

18Mirabeau n'a que peu d'égards pour le contenu des ouvrages qu'il analyse. Il ne les utilise que pour démontrer le bien-fondé de ses théories : il tortionne et manipule véritablement le sens des ouvrages pour leur faire dire ce qu'il veut. Par moment, il en oublie l'objet de ses analyses et s'égare dans de longues tirades sur la physiocratie ou relate diverses anecdotes. Un passage relatif à Montesquieu est éloquent : Cependant, comme à défaut de principes, il n'a pu rien fonder sur Ce solide et (qu') il avoit trop de génie et de volonté pour ne pas sentir son côté foible à cet égard, il a mis tout son art à déguiser son propre embarras, à donner Pair de (a certitude à des résultats qui nous jettoient dans Ce vague, à multiplier les perspectives pour nous tenir en suspens sur le choix, des illusions et, en tant qu'« Ami de l'humanité », Mirabeau s'est senti la mission de montrer un homme (Montesquieu) comme celui-là à la postérité, comme un guide fautif, un témoin récusable, but qu'il poursuit également dans tous les Éloges précédents :...j'ai montré les erreurs en ce genre de grands hommes qui l'ont précédé, tels que Sully, Fénelon, Vauban et certes nul autre ne scauroit se plaindre d'être traité comme eux mais la qualité d'auteur ne fut qu'accessoire chez ceux-ci, elle est principale chez Montesquieu28.

  • 29 MIRABEAU, Éloge de Boisguilbert, Bibliothèque Royale de Belgique, Ms. 20797 B, (Suite de Boisguilb (...)
  • 30 Lettre à Longo du 5 septembre 1775, citée par M. RIPERT, Le Marquis de Mirabeau, ses théories poli (...)

19Le Marquis est cependant moins sévère à l'égard de Boisguilbert qu'il considère comme le précurseur de la science œconomique...29 ; il ne lui manque que le produit net, qui étoit réservé au docteur, et un tel édifice dérange Sien des choses, mais à cela près vous admirerez la trempe du génie et l'âme de l'auteur30.

2. L'Éloge de Fénelon

20 L'Éloge de Fénelon se compose des commentaires de la Dissertation pour l'éducation d'un Prince et des Aventures de Télémaque.

  • 31 Weulersse en publie de minces extraits dans G. WEULERSSE, Les Manuscrits économiques de Fr. Quesna (...)

21Seul le commentaire de la Dissertation fait ici l'objet d’une analyse. La Bibliothèque royale Albert Ier ne possède pas le texte se rapportant aux Aventures de Télémaque mais les Archives Nationales de Paris (cote M.783, no 7)31 en possèdent le brouillon.

  • 32 A. CHÉREL, Fénelon au XVIIIe siècle en France (1715-1820). Son prestige, son influence. Paris, 191 (...)

22Le genre des Eloges est très en vogue dans les années 1770 et Mirabeau y sacrifie à loisir. Nous pouvons supposer qu'il rédige son « Fénelon » durant l'année 1772. Il le lit à ses convives durant l'hiver 1772-1773, peu de temps après une vague d'engouement pour l'archevêque de Cambrai qui débute avec la parution de son portrait gravé par Savart d'après Vivien dans la série des Hommes illustres, publiée par Ficquet et Savart32. Mirabeau se conforme à la mode du moment mais il la tourne au profit de la propagande des idées physiocrates qu'il place ainsi dans la filiation intellectuelle d'un être honoré et vénéré.

  • 33 Idem, p. 417.

23 L'Éloge de Fénelon par Mirabeau, comme l'ensemble des Éloges, se conforme dans les grandes lignes aux règles fixées par Thomas dans son Essai sur les Éloges où l'auteur a compilé son expérience du genre. Mirabeau ne se borne pas à une simple évocation historique. Il dépeint, comme le prescrit Thomas, de longs tableaux faits pour réveiller de grandes idées ou de grand sentiments33.

  • 34 DUPONT DE NEMOURS, « Discours pour la clôture des assemblées économiques tenues cette année chez l (...)

24Dans son discours de clôture des assemblées économiques de l'année 1773, Dupont de Nemours décrit l'Éloge de Fénelon en ces termes :... vous avez avec lui (Mirabeau) couvert de fleurs et de larmes la cendre révérée du trois fois bon et tendre Fénelon. Télemaque vous a causé l'émotion vive et pure qu'il est en possession de faire éprouver à tous les bons cœurs. Vous avez admiré Ces conseils que Mentor aurait pû donnée à Idomée et la Direction de conscience d'un roi, vous a inspiré la plus Haute vénération pour Ce vertueux prélat qui l’a dictée et pour le sage qui le commentait34.

25A première vue, il est étonnant que Mirabeau reprenne Fénelon parmi les fondateurs mythiques de la physiocratie. Nous apercevons néanmoins de nombreuses raisons qui ont pu déterminer ce choix.

  • 35 Fr.-X CUCHE, Une pensée sociale catholique. Fleury, La Bruyère, Fénelon, Paris, 1991, p. 494.

26Comme le souligne Fr.-X. Cuche, Fénelon a réagi en aristocrate face au problème de la naissance de l'Etat moderne. Son attitude présage celle d'une fraction de la noblesse éclairée du XVIIIe siècle : à la fois novatrice mais aussi marquée d'une volonté de retour en arrière35. Mirabeau n'est certainement pas resté insensible à cet aspect de la pensée de Fénelon. En effet, avant sa rencontre avec Quesnay, il incarne le prototype du noble passéiste. Dans son ouvrage à succès, L'Ami des Hommes (1757), il espère démontrer notamment que l'amélioration de la monarchie se fera par l'instauration d'un modèle suranné de société traditionnelle et féodale où la noblesse retrouverait une partie de son pouvoir perdu.

27Ensuite, il ne faut pas perdre de vue que, dans l'esprit du Marquis, l'économie et la politique forment un tout et que notre auteur s'est toujours senti nettement plus à l'aise dans le commentaire des théories politiques. Faut-il rappeler toutes les difficultés qu'il éprouva à comprendre le Tableau Economique de Quesnay ?

28La physiocratie au sens large n'est pas l'œuvre de Quesnay seul. Elle prit forme grâce à la collaboration de Mirabeau et du Docteur. Quesnay a réussi à convaincre Mirabeau de modifier son langage historique et traditionnel en un style « économiste » et, en revanche, le Marquis a persuadé le Docteur de l'importance de la dimension sociale de l'économie politique.

29Quesnay ne crut pas en l'amélioration de la monarchie par le moyen du modèle féodal proposé initialement par Mirabeau. Après d'âpres discussions, Mirabeau se fit peu à peu à l'idée de la subordination du Monarque aux lois naturelles et positives, base du Despotisme légal.

  • 36 E. FOX GENOVESE, The Origins of Physiocracy. Economie Revolution and Social Order in Eighteenth Ce (...)

30Les deux physiocrates prennent l'examen de la monarchie absolue et de son évolution depuis Louis XIV comme point de départ de leurs réflexions36. À l'instar de Montesquieu, ils voient en la monarchie la forme essentielle de gouvernement idéal. Mais cette forme française de gouvernement monarchique aurait subi une grave détérioration qui expliquerait en partie les malheurs de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Ils proposent donc de restaurer une monarchie « idéale » en appliquant la théorie du Despotisme légal et, pour en démontrer le bien fondé, Mirabeau choisit d'argumenter à partir des écrits de Fénelon.

  • 37 MIRABEAU, Éloge de l'abbé de St. Pierre, 1er cahier, juin 1776, p. 1. BR, ms. no 20800 f° B.

31Au début de l’Éloge de l'abbé de St. Pierre, le Marquis nous éclaire sur ses intentions et sur les raisons du choix opéré en faveur de Fénelon : L'ordre politique extérieur, qui assure la concorde et la paix de puissance à puissance, et plus encore l'ordre politique intérieur, qui la maintient au dedans des sociétés, fait donc partie essentielle et nécessaire de la science économique. C'est dans ce sens que nous avons compris l'illustre Fénelon dans le nombre de ceux qui ont écrit dans le genre économique, non qu'il ait traité spécialement ni de l'agriculture, ni des finances ; ces objets n'ont été en quelques sortes envisagés dans (e Télémaque, ni même dans la Direction d'un Prince que du côté moral et comme devant entrer au premier rang dans les considérations d'un homme spécialement chargé de maintenir l'ordre et le bonheur des sociétés mais tout ce qui concerne la politique est de notre ressort quand elle est dirigée vers l'amélioration du sol et de ses habitants37.

  • 38 Fr.-X. CUCHE, op. cit., p. 470.

32Enfin, Fénelon a affirmé « une priorité de principe pour l'agriculture » ainsi que son hostilité au mercantilisme. Sa volonté de limiter l'investissement industriel et son appui à la politique de liberté du commerce38, ne pouvaient que séduire l'âme physiocrate de Mirabeau. Toutefois, les physiocrates ont élaboré un système bien plus complexe, construit autour de deux axes : le Produit net et le Despotisme légal.

  • 39 MIRABEAU, Éloge de Fénelon, p. 7, ms. 20796 B, Bibliothèque royale de Belgique.

33Sur le premier axe, le sentiment de Mirabeau est qu' il (Fénelon) le sentoit, et faute d'avoir ramenée le tout par principes et par calculs au droit à la subsistance il ne pouvoit le (le produit net) définir. En attendant il va s'égarer dans les lois fondamentales, des coutumes constantes, des formes39.

  • 40 Fr. QUESNAY, « Droit naturel », dans Fr. Quesnay et la physiocratie. INED, Paris, 1958, p. 740-741

34L'Éloge de Fénelon offre aussi au Marquis l'occasion de mettre en exergue le rôle de l'instruction au sein du programme physiocrate. Quesnay ne s'intéressa qu'indirectement à l'instruction, même si son article « Droit naturel » l'envisage comme loi fondamentale de toutes les autres lois positives40. Il laissa le développement de cette idée aux soins de ses disciples et c'est là que Mirabeau émit des considérations originales, voire d'avant-garde. Dans son livre Les Devoirs, rédigé en 1776 et paru en 1780, il fut le premier à réclamer l'instruction obligatoire et gratuite pour tous.

  • 41 MIRABEAU, op. cit., p. 8.

35Pour l'École physiocrate, l'instruction est fondamentale car les lois de la nature doivent être respectées sinon le désordre s'installera sur la terre. Ces lois doivent par conséquent être connues de tous et enseignées. Il faut dès lors... préparer les esprits par l'instruction41 car elle créera une véritable communauté d'opinion, garante de l'ordre naturel.

  • 42 Fr.-X. CUCHE, op. cit., p. 425.
  • 43 MIRABEAU, op. cit., p. 24.

36Comme stabilisateur social, l'instruction indiquera à chacun sa place au sein de la société et mettra en lumière les avantages de chacune. Nous retrouvons cette idée chez des penseurs du XVIIe siècle qui voient dans l'instruction un moyen de favoriser l'accomplissement personnel et la pleine efficacité sociale de chacun dans sa condition d'origine42. Mirabeau reprend cette formule à son compte dans l'analyse des Directions : En éclairant l'homme naturel sur la source et sur l'essence de ses droits, elle a comme effet de reconcilier l'homme social avec ses semblables, par la connaissance des droits de tous. Le pauvre voit que le riche n'a comme lui que sa propriété qui ne scauroit jamais être exclusive ; que ce riche ne peut jouir de sa fortune que par une distribution qui la subdivise en autant de propriétaires, que son revenu renferme des parts ; que tout ce qui attaque cette fortune s'attaque à [a propriété de tous. Le riche (...) reconnait pourtant du moins si l'instruction la saisi dés son enfance qu'il n'est lui-même qu'un canal de distribution qu'il ne peut sans se nuire lui-même en intercepter la marche régulière43.

  • 44 MIRABEAU, op. cit., p. 18.

37En aucun cas, l'instruction n'est synonyme d'égalité entre les hommes, ni même un moyen de promotion sociale, comme en avança l'idée Diderot. Pour Mirabeau,...ce n'est pas certes dans l'instruction que les hommes sont égaux car ils ne reçoivent pas les mêmes avances de la nature, non, la nature a distribué les dons mais c'est nous qui classifions les dons sans nous rendre compte que des dons jugés par nous inférieurs sont vitaux aux supérieurs44.

3. Conclusion

38Au travers de ce rapide aperçu, on constate combien l'intérêt de Mirabeau pour l'œuvre et les idées elles-mêmes de Fénelon est faible, même si le mélange subtil de conceptions « progressistes » au point de vue économique et passéistes au niveau politique - surtout par rapport à la noblesse - chez Fénelon correspond tout à fait à la sensibilité du Marquis.

39Mirabeau a utilisé et mis à contribution les auteurs dont il fit les Éloges. Ils sont l'occasion de « démontrer » l'excellence des idées physiocrates et de leur assurer une généalogie prestigieuse. Avec Fénelon, le marquis trouva et exploita une œuvre qu'il soumit à sa « relecture physiocratique ». À vrai dire, on ne sait si Fénelon y gagna ou si la physiocratie s'en sortit fortifiée.

Notes

1 Cet éloge fut publié en Suède en 1774 par Fougt sous le titre d'Extrait des éloges des hommes à célébrer. Article de Boisguilbert, alors qu'il n'y est question que de la politique menée par Colbert. Boisguilbert n'est cité qu'une seule fois. Il s'agit probablement du texte de deux séances, inséré ensuite dans l'Éloge de Boisguilbert selon la version de la Bibliothèque Royale de Belgique (ms. 20797 B).

2 Journal créé par Baudeau le 4 novembre 1765 sur le modèle anglais du Spectator d'Addisson. Dès septembre 1768, il est dirigé par Dupont de Nemours, Baudeau ayant été appelé en Pologne. Il fait faillite en mai 1772. Baudeau essaie de le remettre sur pied à la fin 1774 mais en juin 1776, il échoua à nouveau.

3 G. WEULERSSE, Le mouvement physiocratique en France (de 1756 à 1770), t. 1, Paris, 1910, p. 133 ; A. JOBERT, Magnats polonais et physiocrates français (1767-1774), Paris, 1941, p. 17 ; J. HECHT, « La vie de François Quesnay », dans François Quesnay et la physiocratie, t. 1, Paris, INED, 1958, p. 269.

4 DUPONT de NEMOURS, « Discours pour la clôture des Assemblées économiques tenues cette année chez le Marquis de Mirabeau » (1773), dans Carl Friederich von Baden brieflicher Verkehr mit Mirabeau und Dupont, bearbeitet und eingeleitet durch einen Beitrag zur Vorgeschichte des Ersten Französischen Revolution und Der Physiockratie, publié par C. KNIES, Heidelberg, t. 2, 1892, p. 112.

5 MIRABEAU, « Discours prononcé à la clôture de la huitième année des assemblées économiques chez le Marquis de Mirabeau le 13 mai 1774 », dans op. cit., publié par C. KNIES, t. 2, Heidelberg, 1892, p. 197.

6 Lettre du 20 août 1772 du marquis de Mirabeau au Margrave de Bade. op. cit., publié par C. KNIES, t. 1, Heidelberg, 1892, p. 65.

7 MIRABEAU, Éloge de l’abbé Terrasson, Bibliothèque Royale de Belgique, ms. 20798 B.

8 Il fut à nouveau publié par le P. Boscovich - selon G. Weulersse - en 1789, sous le titre trompeur des Hommes à célébrer pour avoir en ces derniers âges mérité de leur siècle et de l’humanité relativement à l’instruction politique et économique : ouvrage posthume de M. le Mis de Mirabeau, 2 vol., s. 1., 1789.

9 Les manuscrits conservés à la Bibliothèque Royale de Belgique semblent en effet avoir été découpés en feuilleton par Mirabeau. L'abbé Baudeau ne les a-t-il pas acceptés ou bien Mirabeau avait-il d'autres projets ? Peut-être songeait-il déjà à une édition complète de ses œuvres ?

10 J.-C. PERROT, Une Histoire intellectuelle de l'économie politique (XVIIe-XVIIIe siècle), Editions de l'école des hautes études en sciences sociales, Civilisations et Sociétés 85, Paris, 1992., p. 68.

11 Diderot ne leur sera d'ailleurs jamais franchement hostile malgré ses rapports étroits avec Galiani.

12 J.-C. PERROT, op. cit. p. 80.

13 Voir sur ce point la thèse défendue par C. LARRÈRE, L'invention de l'économie au XVIIIe siècle. Du Droit naturel à la physiocratie, Paris, 1992, p. 7.

14 A. de TOCQUEVILLE, Mélanges. Fragments historiques et notes sur l'Ancien Régime, la Révolution et l'Empire, voyages-pensées entièrement inédits, (2° édit.), Paris, 1877, p. 150.

15 Voir L. ROTHKRUG, Opposition to Louis XIV. The Political and Social Origins of French Enlightenment, Princeton, 1965.

16 Ces manuscrits mesurent 35 cm X 22, 5 cm. Ils sont reliés en maroquin rouge, décorés de dentelles dorées sur les bords. Sur la tranche, nous trouvons un soleil en fils d'or sur le haut et en dessous le nom de « Mirabeau », puis la mention « Manuscrit » et suit à nouveau un soleil doré. Selon le Conservateur en chef de la Bibliothèque Royale de Belgique, M. P. Cockshaw, la reliure daterait de la fin du XVIIIe-début XIXe siècle. L'ensemble des manuscrits est relié à l’aide de feuilles de papier qui portent toutes un filigrane GF. Il s'agit probablement d'un papier de réemploi provenant de Londres et fabriqué vers 1720.

17 Il s'agit de deux manuscrits : une analyse de La cause de la grandeur et de la décadence des Romains de 72 feuillets avec 3 feuillets blanc au début et 3 en fin, une autre de l'Esprit des lois de 188 feuillets avec 3 feuillets blancs en début et 3 en fin.

18 Manuscrit contenant une analyse des écrits de Pélisson (né à Béziers en 1624 et mort en 1G93, il fut l'homme de confiance de Fouquet de 1657 à 1661. En 1670, il fut nommé historiographe de Louis XIV) : 41 feuillets avec 3 feuillets blancs au début et 4 en fin.

19 Manuscrit qui comprend une analyse du Détail de la France.., du Factum de la France..., des Causes de la rareté de l'argent.., de la Dissertation de la nature des richesses.. et du Supplément du Détail de la France..., de 201 feuillets avec 2 feuillets blancs au début et 4 en fin.

20 Analyse de la Dissertation pour l'éducation d'un Prince, manuscrit de 38 feuillets avec 3 feuillets blancs au début et quatre en fin.

21 Analyse du Projet pour rendre la paix perpétuelle en Europe et du Discours sur la polysinodie, manuscrit de 311 feuillets avec 3 feuillets blancs au début et 3 en fin.

22 Commentaire de Séthos : de 188 feuillets avec 3 blancs au début et 4 en fin. Un éloge de l'Abbé de Saint Pierre par d'Alembert est inséré au début du manuscrit. Il s'agit très certainement d'une erreur du relieur car il aurait dû être placé au début de l'Éloge de l'abbé de Saint Pierre.

23 Les feuilles du manuscrit ont en filigrane soit un griffon couronné et surmonté d'une fleur de lys, soit la mention « Auvergne 1742 » qui a pu être identifiée : il s'agirait d'un papier fabriqué en 1768 à Paris.
L'écriture est en grande partie la même, seuls quelques feuillets sont couverts d’une écriture plus serrée et moins lisible. L'examen des manuscrits autographes conservés aux Archives Nationales de Paris nous fait penser qu'à l'exception de quelques feuillets, il ne s'agit pas de l'écriture du Marquis.

24 Le Marquis de Longo est né le 12 octobre 1738 et décède le 4 janvier 1804, il fut professeur d’économie politique à Milan. En 1780, il fit publier le manuscrit du Marquis deMirabeau les Devoirs à Milan. F. VENTURI, Illuministi italiani. Riformatori Lombardi, Piemonteri, e Toscani, t. 3, Milan-Naples, 1958, p. 215-286.

25 Lettre du 25 avril 1787 du Marquis de Mirabeau au Margrave de Bade (op. cit., C. KNIES, t. 1, Heidelberg, 1892, p. 94) et Lettre du 20 mai 1788 au Marquis de Longo dans « Lettres inédites du Marquis de Mirabeau », publiées par D. MEUNIER dans Correspondant, no 250, 1913, p. 708.

26 Ces manuscrits sont des mises au net prêtes pour l'imprimeur. Une partie des brouillons se trouve aux Archives Nationales à Paris (voir G. WEULERSSE, Les manuscrits économiques de Fr. Quesnay et du Marquis de Mirabeau, Paris, 1910).

27 J. BLOGIE, Répertoire des catalogues de ventes de livres imprimés. Catalogues français appartenant à la Bibliothèque Royale Albert 1er, t. 2, Bruxelles, 1985, col. 700 ; Catalogue des livres provenant des bibliothèques du feu roi Louis-Philippe. Dont la vente aura lieu le 8 mars 1852 et les 26 jours suivant à 7 heures précises du soir, Rue des bonsenfants, 28, salle Sylvestre. Par le ministère de Me Bonnefois de Laviaille commissaire priseur, rue de Choiseul, 11, t. 1, Paris-Londres, 1852, p. 28.

28 MIRABEAU, Éloge du Président de Montesquieu. Causes de la grandeur et de la décadence des Romains, Bibliothèque Royale de Belgique, ms. 20793 B, p. 1.

29 MIRABEAU, Éloge de Boisguilbert, Bibliothèque Royale de Belgique, Ms. 20797 B, (Suite de Boisguilbert sur le Détail de la France. De la liberté des grains. 2e partie), p. 10.

30 Lettre à Longo du 5 septembre 1775, citée par M. RIPERT, Le Marquis de Mirabeau, ses théories politiques et économiques, Paris, 1901, p. 64.

31 Weulersse en publie de minces extraits dans G. WEULERSSE, Les Manuscrits économiques de Fr. Quesnay et du Marquis de Mirabeau, Paris, 1910, p. 117-118.

32 A. CHÉREL, Fénelon au XVIIIe siècle en France (1715-1820). Son prestige, son influence. Paris, 1917, p. 413-415.

33 Idem, p. 417.

34 DUPONT DE NEMOURS, « Discours pour la clôture des assemblées économiques tenues cette année chez le Marquis de Mirabeau (1773) », dans op. cit., publié par C. KNIES, t. 2, Heidelberg, 1892, p. 112.

35 Fr.-X CUCHE, Une pensée sociale catholique. Fleury, La Bruyère, Fénelon, Paris, 1991, p. 494.

36 E. FOX GENOVESE, The Origins of Physiocracy. Economie Revolution and Social Order in Eighteenth Century France, London-Ithaca, 1976, p. 171.

37 MIRABEAU, Éloge de l'abbé de St. Pierre, 1er cahier, juin 1776, p. 1. BR, ms. no 20800 f° B.

38 Fr.-X. CUCHE, op. cit., p. 470.

39 MIRABEAU, Éloge de Fénelon, p. 7, ms. 20796 B, Bibliothèque royale de Belgique.

40 Fr. QUESNAY, « Droit naturel », dans Fr. Quesnay et la physiocratie. INED, Paris, 1958, p. 740-741.

41 MIRABEAU, op. cit., p. 8.

42 Fr.-X. CUCHE, op. cit., p. 425.

43 MIRABEAU, op. cit., p. 24.

44 MIRABEAU, op. cit., p. 18.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search