Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fénelon, évêque et pasteur en son temps (1695-1715)

 | 
Philippe Guinet
, 
Gilles Deregnaucourt

Fénelon, les pouvoirs et la société de son temps

Fénelon, introducteur de l’art français en Cambrésis ?

Félicien Machelart

Texte intégral

1Lorsque Fénelon arriva à Cambrai en 1695 il découvrit une ville médiévale entourée de remparts et dominée par un nombre considérable de clochers et clochetons entourant la masse imposante de la cathédrale Notre-Dame, témoin majeur de l’architecture gothique ; quelques édifices modernes venaient d’y ajouter une note baroquisante dans le goût des Pays-Bas méridionaux. Comment un prélat français, venant de Versailles, a-t-il réagi devant cet ensemble architectural ? A-t-il voulu lui donner une nouvelle inflexion, plus classicisante, dans la mesure où il allait être concerné par les importants chantiers ouverts pendant son épiscopat et les années qui suivirent ? Fénelon a-t-il introduit l’art français en Cambrésis, participant ainsi à la francisation d’un territoire jusqu’alors tourné vers les pays et l’art du Nord ? Ces questions se posent d’autant plus que les textes et les documents d’archives restent très laconiques sur le rôle de l’archevêque dans le domaine de l’art.

  • 1 FÉNELON, Œuvres. I, Édition établie par J. LE BRUN, Paris, Gallimard, 1983, p. 55 (Bibliothèque de (...)

2Les conceptions esthétiques de Fénelon n’ont pas été traitées pour elles-mêmes par le prélat. On les trouve cependant, utilisées comme éléments de comparaison dans ses écrits relatifs à l’éloquence et à l’écriture. Tout d’abord, dans une œuvre de jeunesse rédigée vers 1680, Les Dialogues sur l’éloquence en général, et sur celle de la chaire en particulier, Fénelon rapporte l’opinion d’Aristote sur les antithèses qui doivent être naturelles, faisant alors une beauté solide : C'est la manière la plus courte et ta plus simple d'exprimer tes choses. Mais chercher un détour pour trouver une batterie de mots (dans te sens de batterie de tambour) cela est puéril D’abord tes gens de mauvais goût en sont éblouis, mais dans ta suite ces affectations fatiguent l'auditeur. Arrive ici une première allusion à l’architecture exprimant la pensée constante de l’écrivain : Connaissez-vous l'architecture de nos vieilles églises qu'on nomme gothique ? - Oui, je la connais, on la trouve partout - N'avez-vous pas remarqué ces roses, ces pointes, ces petits ornements coupés et sans dessein suivi, enfin tous ces colifichets dont elle est pleine ? Voilà en architecture ce que les antithèses et Ces autres jeux de mots sont dans l'éloquence. L’architecture grecque est bien plus simple, elle n’admet que des ornements majestueux et naturels, on n’y voit tien que de grand, de proportionné, de mis en sa place. Cette architecture qu’on appelle gothique nous est venue des Arabes ; ces sortes d’esprits, étant fort vifs et n’ayant ni règle ni culture, ne pouvaient manquer de se jeter dans de fausses subtilités. De là leur vint ce mauvais goût en toutes choses. Ils ont été sophistes en raisonnements, amateurs de cohifichets en architecture, et inventeurs de pointes en poésie et en éloquence. Tout cela est du même génie. - Cela est fort plaisant. Selon vous un sermon plein d’antithèses et d’autres semblables ornements est fait comme une église 6âtie à ha gothique. - Oui, c’est précisément cela1.

  • 2 Idem, p. 535.

3Dans son Discours à l’Académie, le 31 mars 1693, Fénelon reprit la même comparaison avec l’architecture gothique mais à propos du style et en passant par la peinture : On a enfin compris, Messieurs, qu’il faut écrire comme les Raphaëls, les Carraches et les poussins ont peint, non pour chercher de merveilleux caprices et pour faire admirer heur imagination en sejouant du pinceau, mais pour peindre d’après nature. On a reconnu aussi que les beautés du discours ressemblent à celles de l'architecture. Les ouvrages les plus hardis et les plus façonnés du gothique ne sont pas les meilleurs. Il ne faut admettre dans un édifice aucune partie destinée au seul ornement ; mais visant toujours aux belles proportions, on doit tourner en ornement toutes les parties nécessaires à soutenir un édifice2.

  • 3 FÉNELON, Lettre à l'Académie, Paris, Classiques Larousse.

4Vingt ans plus tard, en 1714, dans sa Lettre à l'Académie, l’archevêque de Cambrai reprit les mêmes idées et la même comparaison, avec davantage d’insistance : Il est naturel que les modernes, qui ont beaucoup d’élégance et de tours ingénieux se flattent de surpasser les anciens, qui n’ont que ha simple nature. Mais je demande la permission de faire ici une espèce d'apologue. Les inventeurs de l'architecture qu’on nomme gothique, et qui est, dit-on, celle des Arabes, crurent sans doute avoir surpassé les architectes grecs. Un édifice grec n’a aucun ornement qui ne serve qu’à orner l'ouvrage ; les pièces nécessaires pour le soutenir, ou pour le mettre à couvert, comme les colonnes et la corniche, se tournent seulement en grâce par heurs proportions. Tout est simple, tout est mesuré, tout est borné à l'usage. On n’y voit ni hardiesse, ni caprice qui impose aux yeux Les proportions sont si justes que rien ne paraît fort grand, quoique tout le soit ; tout est borné à contenter la vraie raison. Au contraire, l'architecture gothique élève sur des piliers très minces une voûte immense qui monte jusqu’aux nues. On croit que tout va tomber, mais tout dure pendant Bien des siècles. Tout est plein de fenêtres, de roses et de pointes, ha pierre semble découpée, comme du carton : tout est à jour, tout est en l'air. N’est-il pas naturel que les premiers architectes gothiques se soient flattés d’avoir surpassé par leur vain raffinement ha simplicité grecque ?3

5Ce dernier texte, Fénelon l’a écrit dans son palais de Cambrai, au pied de la flèche de sa cathédrale. Cet édifice, comme l’a montré Jacques Thiébaut dans sa remarquable thèse, était un maillon essentiel de l’évolution du premier âge gothique. La flèche, plus récente, culminant à près de 110 mètres, suscitait l’admiration avec ses 365 ouvertures qui la découpaient. Fénelon semble bien y faire allusion dans sa critique. La cathédrale, vendue pour être démolie pendant la période révolutionnaire, ne trouva, semble-t-il, aucun défenseur. La mode n’était décidément plus au gothique dans la logique du développement des idées de Fénelon, à Cambrai peut-être plus qu’ailleurs : ne venait-on pas, en 1789, d’habiller l’Hôtel de Ville d’une façade néoclassique ? Paradoxalement, les démolisseurs n’ayant pas eu le temps de s’attaquer à la tour surmontée de sa flèche, on imagina, après le Concordat de 1801, de l’utiliser comme mausolée à la mémoire de Fénelon considéré comme l’un des plus illustres des Français. Privée du soutien de la nef, la tour s’écroula bientôt anéantissant le projet.

  • 4 Pour les édifices présentés dans cette communication, nous renvoyons à notre thèse de 3e cycle (no (...)
  • 5 Abbé E. GRISELLE, « Un panégyrique de saint Ignace de Loyola, par Fénelon, à Cambrai, en 1703 » Bu (...)

6Avec la cathédrale, toutes les églises et chapelles gothiques de Cambrai et du Cateau ainsi que l’abbatiale de Vaucelles disparurent dans la tourmente. Seules survécurent les églises construites aux XVIIe et XVIIIe siècles. Elles constituent actuellement l’essentiel du patrimoine monumental du Cambrésis. L’une des plus remarquables est l’ancienne église des Jésuites de Cambrai qui devint par la suite chapelle du Grand Séminaire4. Chef d’œuvre de l’architecture baroque des anciens Pays-Bas, elle est le point final de l’évolution des églises de la Contre-Réforme en Belgique et dans le Nord de la France. Achevée en 1694, quelques mois avant l’arrivée de Fénelon, elle fut visitée par l’archevêque qui y prêcha notamment le 31 juillet 1703. Le texte de son panégyrique de saint Ignace n’a pas été conservé bien qu’on en possède un résumé5. Aucune indication ne permet cependant de savoir comment Fénelon appréciait l’édifice. Étant donné cependant que l’on peut dire que le baroque des Pays-Bas est un prolongement original du gothique régional imprégné de l’art italien de la Renaissance, les critiques du prélat devaient être identiques à celles qu’il formulait au sujet du gothique médiéval. Le non-respect des proportions classiques et la surcharge décorative devaient certainement lui déplaire.

7L’œuvre des Jésuites avait stimulé les autres communautés religieuses du Cambrésis. Des chantiers importants s’ouvrirent dès 1695. Le 13 octobre, l’abbé de Saint-Aubert, Henry Denis, passa un contrat avec Antoine Caby, architecte et maître tailleur de pierre de Lille pour la reconstruction de la grande néve et les deux petites avec le clocher de son abbatiale devenue l’église paroissiale Saint-Géry. Les travaux devaient être exécutés conformément au plan signé du Sieur Volant Desverquains.

  • 6 Correspondance de Fénelon, t. V, Paris, Klincsieck, 1976 : Chronologie.

8Jean Volant, sieur Desverquains, né en 1658, était le fils du Lillois Simon Volant, ingénieur et architecte du roi, collaborateur de Vauban. Ingénieur-architecte également, Jean Volant avait fait partie de la mission envoyée par Louis XIV auprès du roi de Siam. Avec lui, la rigueur classique française allait se manifester pour la première fois dans un édifice cambrésien. La sobre façade de Saint-Aubert, conçue avec deux ordres superposés, surmontés d’un fronton triangulaire, élimine tout décor inutile. On y retrouve les qualités de l’architecture grecque chère à Fénelon. Celui-ci est-il intervenu pour le choix de l’architecte et du projet ? Aucun texte ne permet de le dire. Il convient cependant de rappeler que lors de son arrivée à Cambrai au début d’août 1695 l’archevêque logea un certain temps chez le comte de Montberon, gouverneur de la ville, qui avait sa résidence dans l’abbaye de Saint-Aubert, voisine du palais épiscopal. Le gouverneur et son épouse, l’une de ses principales dirigées, furent ensuite les hôtes assidus de l’archevêque. L’abbé de Saint-Aubert figure également plusieurs fois dans la liste des invités à la table du prélat6. Nul doute que les conversations portèrent souvent sur les travaux de l’abbatiale dont Fénelon pouvait suivre l’évolution, les trouvant devant lui chaque fois qu’il sortait de son palais. Les événements semblent confirmer cette hypothèse. En effet, dans la nuit du 18 au 19 février 1697, alors que l’archevêque était à Versailles, le feu consuma la partie droite du principal corps de logis du palais archiépiscopal, anéantissant la bibliothèque. La reconstruction fut très vite envisagée. Un projet fut réalisé par l’architecte parisien Pierre Bullet ; il nous est connu grâce à trois dessins conservés au National Museum de Stockholm que nous a fait connaître M. René Faille. Le choix d’un architecte de Paris, spécialiste des demeures privées s’explique aisément. Le projet ne fut cependant pas celui qui fut réalisé. Les travaux furent entrepris sur des données nouvelles par l’architecte Caby qui avait déjà la charge de l’abbatiale de Saint-Aubert.

9Le palais de Cambrai, détruit à l’exclusion du portail plus ancien, est mal connu. Des plans et des descriptions, comme celle de l’abbé Ledieu, secrétaire de Bossuet, mettent en évidence la coexistence d’éléments anciens avec un bâtiment moderne, en brique et chaînages de pierre. Fénelon s’y était fait aménager un appartement très commode dont les grandes fenêtres donnaient sur les jardins à la française. Une nouvelle galerie reliait ce palais à la cathédrale. La correspondance du prélat fait plusieurs fois allusion à ces travaux qui semblent l’avoir préoccupé. Malheureusement, la destruction de l’ensemble de la cathédrale et du palais, des lacunes archivistiques, l’absence d’iconographie ne permettent pas d’approfondir le dossier qui aurait pu montrer l’application concrète des conceptions esthétiques de Fénelon.

10Une autre intervention personnelle du prélat pourrait être envisagée au Cateau. Cette petite ville du Cambrésis a connu une histoire originale. Fief personnel de l’archevêque-duc de Cambrai, comte du Cambrésis, Le Cateau constituait avec les villages voisins une sorte d’enclave ne reconnaissant qu’une seule autorité, celle de son seigneur-archevêque. En 1705, celui-ci accéda à la demande des Catésiens en leur permettant d’édifier un beffroi. Cet édifice n’avait pas de raison d’être puisque la ville n’avait jamais bénéficié d’une loi octroyant des libertés communales. La signification symbolique du beffroi était alors perdue de vue mais on désirait sans doute en posséder un à l’image des autres villes de la région.

11La documentation, une fois de plus trop sommaire, nous apprend qu’après avoir eu le consentement deMonseigneur ; Messieurs du Magistrat avec Messire Jean Louis de Blondel, gouverneur châtelain de cette ville et châtellerie, ont passé au rabais dans l'hôtel de ville, les ouvrages nécessaires à la construction d’icelui beffroi (...) Le directeur dudit ouvrage estoit Mre Jacq Nicolas, demeurant à Valenciennes. Le 28 avril 1705, le châtelain-gouverneur a posé la première pierre où étaient gravées les armes de Monseigneur François de la Mothe Fénelon, archevêque de Cambrai, notre prince et seigneur.

12Construit au début du XVIe siècle, l’hôtel de ville du Cateau présente toujours sur sa façade latérale l’aspect caractéristique des édifices publics qui intégrèrent les premiers l’art italien de la Renaissance. La note médiévale régionale reste présente avec le pignon « à pas de moineaux ». Ce dispositif a été modifié par Jacques Nicolas pour la façade principale. Sur l’emplacement de la « bretèque » traditionnelle, tribune plaquée en avant de la façade, il éleva une tour dont la masse semble écraser l’hôtel de ville. Une nouvelle façade fut appliquée sur l’édifice ancien afin d’en harmoniser les structures avec celles du beffroi. On retrouve ici une réalisation d’esprit classique avec la superposition des ordres : toscan, dorique pour la façade et la tour, puis ionique, corinthien et composite pour la tour qui est surmontée d’une flèche complexe, concession au baroque régional. Aucune allusion dans les dossiers d’archives et dans la correspondance de Fénelon, ne permet d’envisager une intervention de celui-ci.

13Il en est de même pour l’édifice majeur du patrimoine catésien, l’abbatiale Saint-André, devenue la paroissiale Saint-Martin. Entreprise en 1634 par l’architecte jésuite Jean du Blocq, abandonnée pendant la guerre de Trente Ans, la construction de cette église ne fut terminée qu’en 1701 par le même Jacques Nicolas mais d’après les plans d’origine. L’abbatiale présente de ce fait les caractéristiques de l’architecture maniériste propre aux anciens Pays-Bas. Fénelon ne fut pas impliqué par ces travaux, d’autant plus que ses relations avec l’abbaye étaient assez conflictuelles. Ce fut finalement à Cambrai dans le cadre du très important chantier que fut celui de l’abbaye bénédictine du Saint-Sépulcre que l’influence de Fénelon apparaît le plus nettement. Au moment de l’arrivée de l’archevêque, l’abbé, dom Louis de Marbaix, venait de décider la reconstruction du chœur de son église. Celle-ci était restée inachevée depuis près d’un siècle : en 1602, on s’était contenté de reconstruire un chœur et un transept sans réaliser la nef. Projetant une reconstruction totale, on décida de démolir ce chœur démodé puisque construit dans un gothique finissant et d’en élever un nouveau plus moderne. Au cours des travaux on retrouva les fondations d’une église plus ancienne beaucoup plus vaste. Le projet s’en trouva modifié pour donner au nouvel édifice la même importance. On dut alors faire appel à un technicien, l’architecte douaisien Anselme Estiennes, dont le rôle fut très éphémère. En fait, le véritable maître d’œuvre fut celui qui était alors le prieur de l’abbaye, Joseph Dambrinne, dont la notice biographique précise qu’il fut l’administrateur de la fabrique et l’architecte de la nouvelle église. Personnalité de premier plan, juriste, professeur de théologie, dom Dambrinne devint vite un conseiller écouté de Fénelon qui le chargea de plusieurs missions et le proposa comme candidat à l’épiscopat. Sa réputation le fit appeler à titre d’expert lorsque le chapitre métropolitain décida d’aménager le chœur de la cathédrale en 1718.

  • 7 A. D. Nord, 3 G 354, pièce 7768.

14La décision d’une construction totale, chœur et nef, fut prise en renonçant toutefois à élever un nouveau clocher. L’ancien, qui datait de 1542, fut conservé ; il devait s’écrouler pendant la Révolution. Ayant obtenu l’accord de Fénelon pour un échange de terrain avec la paroisse Saint-Nicolas voisine, les travaux furent activement menés. Le chantier ouvert le 13 février 1696 fut achevé en 1702, date du chronogramme, jadis gravé sur la façade, qui rappelait le nom de l’abbé : EXTRVXIT LVDOVICVS MARBAIX. Cet abbé était alors gravement malade et Fénelon, dans sa correspondance, se montre préoccupé de lui assurer un excellent successeur. Celui-ci fut évidemment Joseph Dambrinne qui fut béni par l’archevêque dans l’abbatiale toute neuve, le 28 septembre 1703. Le texte du sermon de Fénelon a heureusement été conservé7. Il nous donne un précieux renseignement puisqu’on y trouve l’unique appréciation du prélat relative aux édifices cambrésiens. Rappelant les devoirs qui incombent à un Père abbé, il précise : Ne commencez point comme tant d’autres par bien régler le temporel, par orner des quartiers. Je ne scaurais louer ceux qui commencent ainsy, qu'on ne me vienne pas dire d'un abbé pensant faire son éloge qu’il fait de beaux batimens quy nourit bien ses religieux qu’il s’étudie à parer des autels : Je diray qu’il ne fait rien moins que ce qu’il doit faire et qu’il n’est pas même encore à l'A.B.C. de son devoir. Voicy néanmoins une Église magnifique quy me plaist a voir mais uniquement à cause que je suis persuadé que les louanges de Dieu y sont et y seront chantées d’une manière quy corresponde à la majesté de celuy pour quy elle a esté bastie.

  • 8 Un voyage en Flandre, Artois et Picardie en 1714 publié d’après le manuscrit du sieur Nomis, par A (...)

15Cette appréciation élogieuse de Fénelon se trouve développée dans le journal de voyage du sieur Nomis, un Parisien amateur d’art qui supportait mal les fautes commises envers les règles de l’architecture classique dans la plupart des églises de la région. Dans sa description de Cambrai en 1714, il écrit à propos de l’abbatiale du Saint-Sépulcre : Une des plus belles églises de Cambray, c’est celle de l'abbaye du Saint-Sépulcre, de Cordre de Saint-Benoît. Elle est moderne, claire, belle, nullement embarassée. Les ouvertures des fenêtres sont d'une proportion admirable, elles fournissent une lumière douce et modérée. Tout est pavé de marbre dans le chœur et ses bas-côtez. Une partie de la nef l'est aussy, on a observé l'ordre corinthien dans la nef, et le dorique dans les bas-côtez (...) Cette église a au devant de son frontispice une assez belle place ; ce qui lui donne un agrément particulier8.

16L’abbatiale du Saint-Sépulcre est devenue, depuis 1804, la cathédrale Notre-Dame de Cambrai. Gravement endommagée par un incendie en 1859, elle fut restaurée et agrandie par l’architecte Henri de Baralle qui construisit le lourd clocher attenant. La guerre de 1914-1918 causa de graves dommages à l’édifice en même temps qu'elle anéantissait en grande partie son environnement constituée de vestiges importants des bâtiments monastiques. Ceux-ci étaient dus à dom Joseph Dambrinne et à son successeur, dom Placide Pouillaude, qui avait bénéficié de la sollicitude de Fénelon qui lui avait conféré les ordres sacrés. L’ensemble de l’abbaye, complété par une résidence à la campagne, avait belle allure et témoignait d’un ordonnancement au décor discret d’esprit nettement français.

17Comme on peut en juger, la discrétion des documents est compensée par l’impression d’une présence constante de l’archevêque derrière le vaste projet du Saint-Sépulcre. Cette même impression se retrouve dans l’aménagement du chœur de l’ancienne cathédrale en 1718, donc après la mort du prélat. Le chapitre métropolitain, qui comptait alors de nombreux ecclésiastiques français, entreprit de moderniser le chœur de la cathédrale gothique grâce à un important don anonyme. L’intermédiaire n’était autre que le chanoine Des Anges, ancien secrétaire de Fénelon, qui conseilla de faire appel au célèbre ornemaniste parisien, Gilles-Marie Oppenord. Celui-ci modifia complètement l’aspect intérieur du chœur : colonnes et sol en marbre (comme à Chartres), stalles du chœur en hémicycle de part et d’autre du trône épiscopal, nouveau sanctuaire délimité par les quatre piliers de la croisée du transept, maître-autel face au peuple au centre de ce sanctuaire, mobilier Louis XV, etc. Tout a malheureusement disparu avec l’édifice, à l’exception toutefois du buste en marbre de Fénelon, exécuté par Jean-Louis Lemoyne. On peut d’ailleurs noter qu’avant la réalisation des travaux, les plans furent envoyés au cardinal de La Trémoille, ambassadeur de France à Rome, qui venait d’obtenir le siège de Cambrai mais aussi à Pantaléon de Beaumont, neveu de Fénelon, évêque de Saintes. Cet aménagement « à la française » fut imité par les chanoines de Saint-Géry et de Sainte-Croix ainsi que par les religieux de Saint-Aubert. L’influence de Fénelon semble donc, au terme de cette enquête, avoir été décisive : Fénelon a bien introduit l’art français en Cambrésis.

1. L’ancienne cathédrale de Cambrai Gravure XVIIIe siècle

2. L'ancienne église des Jésuites de Cambrai, devenue par la suite chapelle du Grand Séminaire
Carie postale ancienne

3. L'ancienne abbatiale Saint-Aubert de Cambrai, devenue par la suite l’église paroissiale Saint-Géry
Carte postale ancienne

4. Pierre BULLET, Projet pour le palais archiépiscopal de Cambrai
Stockholm, National Museum d’après une photographie de R. Faille

5. L’Hôtel de Ville et le Beffroi du Cateau
Carte postale ancienne

6. L’ancienne abbatiale Saint-André du Cateau

7. Intérieur de la cathédrale, ancienne abbatiale du Saint-Sépulcre, de Cambrai, au lendemain de l'incendie de 1859
Photo M. Delcroix

8. L’abbaye du Saint-Sépulcre de Cambrai
Gravure de F. Pilsen, XVIIIe siècle
A. Clocher érigé par d. Antoine Grisel, abbé en 1542.
B. Eglise construite par d. Louis Marbaix, 1702.
C. Verger, jardin et édifices construits par d. Joseph Dambrinne, abbé.
D. Grange, moulin, pigeonnier et autres édifices par d. Placide Pouillaude, abbé.

Notes

1 FÉNELON, Œuvres. I, Édition établie par J. LE BRUN, Paris, Gallimard, 1983, p. 55 (Bibliothèque de la Pléiade).

2 Idem, p. 535.

3 FÉNELON, Lettre à l'Académie, Paris, Classiques Larousse.

4 Pour les édifices présentés dans cette communication, nous renvoyons à notre thèse de 3e cycle (non publiée), Naissance et développement de l’art baroque en Cambrésis, Lille III, 1977, ainsi qu’aux articles suivants : « Architectes et sculpteurs de l’église des Jésuites de Cambrai », Revue du Nord, 1976, LVIII, no 230, p. 435-450 ; « Religieux architectes en Cambrésis aux XVIIe et XVIIIe siècles », Revue du Nord, 1980, LXII, no 245, p. 415-430 ; « Une œuvre inconnue de l’architecte lillois Jean Vollant-Desverquains : l’abbatiale Saint-Aubert de Cambrai », Ensemble, Fédération Univ. et Polytechnique de Lille, 1980, no 3 ; « L’aménagement du chœur de l’ancienne cathédrale de Cambrai par G. M. Oppernord et le premier monument funéraire de Fénelon », Bulletin de la Société de l’histoire de l’Art français, Année 1980, Paris, 1982.

5 Abbé E. GRISELLE, « Un panégyrique de saint Ignace de Loyola, par Fénelon, à Cambrai, en 1703 » Bulletin de la Société d’études de la province de Cambrai, t. V, p. 36-37.

6 Correspondance de Fénelon, t. V, Paris, Klincsieck, 1976 : Chronologie.

7 A. D. Nord, 3 G 354, pièce 7768.

8 Un voyage en Flandre, Artois et Picardie en 1714 publié d’après le manuscrit du sieur Nomis, par A. EECKMAN, Lille, 1896, p. 35.

Table des illustrations

Légende 1. L’ancienne cathédrale de Cambrai Gravure XVIIIe siècle
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2489/img-1.jpg
Fichier image/, 228k
Légende 2. L'ancienne église des Jésuites de Cambrai, devenue par la suite chapelle du Grand SéminaireCarie postale ancienne
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2489/img-2.jpg
Fichier image/, 156k
Légende 3. L'ancienne abbatiale Saint-Aubert de Cambrai, devenue par la suite l’église paroissiale Saint-GéryCarte postale ancienne
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2489/img-3.jpg
Fichier image/, 140k
Légende 4. Pierre BULLET, Projet pour le palais archiépiscopal de CambraiStockholm, National Museum d’après une photographie de R. Faille
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2489/img-4.jpg
Fichier image/, 173k
Légende 5. L’Hôtel de Ville et le Beffroi du CateauCarte postale ancienne
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2489/img-5.jpg
Fichier image/, 144k
Légende 6. L’ancienne abbatiale Saint-André du Cateau
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2489/img-6.jpg
Fichier image/, 167k
Légende 7. Intérieur de la cathédrale, ancienne abbatiale du Saint-Sépulcre, de Cambrai, au lendemain de l'incendie de 1859Photo M. Delcroix
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2489/img-7.jpg
Fichier image/, 173k
Légende 8. L’abbaye du Saint-Sépulcre de CambraiGravure de F. Pilsen, XVIIIe siècleA. Clocher érigé par d. Antoine Grisel, abbé en 1542.B. Eglise construite par d. Louis Marbaix, 1702.C. Verger, jardin et édifices construits par d. Joseph Dambrinne, abbé.D. Grange, moulin, pigeonnier et autres édifices par d. Placide Pouillaude, abbé.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2489/img-8.jpg
Fichier image/, 220k

Auteur

Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540