Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fénelon, évêque et pasteur en son temps (1695-1715)

 | 
Philippe Guinet
, 
Gilles Deregnaucourt

Fénelon, les pouvoirs et la société de son temps

Le ministère pastoral décrit par le curé de Rumegies, un contemporain de Fénelon

Henri Platelle

Texte intégral

  • 1 Cet exposé s’appuie sur l’édition commentée que nous avons publiée en 1965 : H. PLATELLE, Le Journ (...)

1Avec cet exposé1 nous sortons en apparence du programme bien centré du congrès puisqu’il va être question d’un village du diocèse de Tournai, une paroisse qui n’a donc jamais été soumise au gouvernement de Fénelon. Mais en fait, malgré cet excursus géographique, nous demeurons au cœur des préoccupations de ces deux journées, à savoir le ministère pastoral à cette époque précise, et nous pourrons même le saisir d’une manière directe et vivante grâce à un document exceptionnel, sans équivalent dans la région au cours de ces années. La haute figure de Fénelon nous apparaîtra également au détour du récit et sous un éclairage particulièrement flatteur.

1. Un village sous la crosse et son curé mémorialiste

2Quelques mots tout d’abord pour présenter les lieux, les hommes, le cadre administratif et politique. Les cartes ci-jointes permettront de suivre facilement ces explications.

3Rumegies, situé à huit kilomètres de Saint-Amand, est actuellement un village de 1258 habitants, qui appartient au canton de Saint-Amand (rive gauche) et à l’arrondissement de Valenciennes. Au XVIIe siècle, cette localité faisait partie de la seigneurie de Saint-Amand qui groupait en un bloc compact le bourg abbatial et neuf villages des environs. Dans tout cet ensemble, l’abbé possédait le droit de haute justice, exercé en son nom par l’échevinage de Saint-Amand aux rouages assez complexes.

  • 2 Rappelons ici la succession des guerres et des traités : « La grande guerre » (1635-1659) conclue (...)

4En ce qui concerne la dépendance politique supérieure, Rumegies et toute la seigneurie abbatiale relevaient de la province du Tournaisis qui, depuis 1521, avait été enlevée à la France et appartenait à l’Espagne. Le souverain était représenté dans cette unité (l’une des dix-sept provinces des Pays-Bas) par le bailli de Tournai-Tournaisis. Cette situation se prolongea jusqu’en 1668. À cette date, le traité d’Aix-la Chapelle mettant fin à la guerre dite de Dévolution attribua à la France Tournai et son bailliage. Ces territoires furent alors incorporés à l’intendance de la Flandre wallonne, dont le chef-lieu était Lille2. Il en fut ainsi pendant une quarantaine d’années. En 1709, au cours de la désastreuse guerre de Succession d’Espagne, Tournai fut enlevé par les adversaires de Louis XIV et au traité d’Utrecht, en 1713, le roi de France dut abandonner Tournai et le Tournaisis, à l’exception toutefois de Saint-Amand et de ses dépendances, ainsi que de Mortagne sans ses dépendances. La frontière était désormais fixée à peu près à l’endroit où elle se trouve aujourd’hui. Seuls des ajustements de détail furent encore opérés au XVIIIe siècle, grâce aux conventions des limites (1769, 1779).

5La situation de Rumegies est donc bien claire. Terre espagnole jusqu’en 1668, ce village passa à cette date sous la domination française et y resta malgré les aléas de la guerre et de la politique internationale. Des constatations analogues peuvent être faites pour la partie sud du département du Nord (Hainaut méridional, Cambrésis). Malgré une chronologie légèrement différente pour les conquêtes, c’est également le traité d’Utrecht qui fut ici décisif. Qu’on se souvienne aussi des terribles batailles de Malplaquet (1709) et de Denain (1712) pour prendre conscience du poids de la guerre et de son cortège de misères.

6La dépendance ecclésiastique est plus intéressante encore à observer. Rumegies ainsi que la terre de Saint-Amand appartenaient depuis l’origine au diocèse de Tournai. Ce diocèse, issu de la cité romaine des Ménapiens, était immense dans son principe et couvrait presque toute la Flandre. Il fut donc pour cette raison amputé des trois quarts de son territoire en 1559 quand la volonté de Philippe II et du pape Paul IV créa quatorze évêchés nouveaux dans les Pays-Bas. Ce traitement de choc ne laissait au diocèse de Tournai que son quart méridional, où se trouvaient précisément Rumegies et Saint-Amand : situation par conséquent inchangée dans cette zone.

7Cette histoire permet de comprendre les métamorphoses du diocèse de Cambrai, exactement limitrophe. On peut suivre cette évolution compliquée sur la carte que nous avons dressée. Ici aussi, à l’origine, un diocèse démesuré, calqué sur une cité romaine, celle des Nerviens ; ici encore, un redécoupage en 1559, qui sacrifia la moitié nord de l’évêché, mais qui laissa tout de même à la nouvelle métropole de Cambrai, créée pour la circonstance, un territoire allant des limites actuelles du département de l’Aisne aux abords de Grammont et de Hal sur la route de Bruxelles. C’est le diocèse qu’eut à gouverner Fénelon, partagé à peu près équitablement entre la maison d’Autriche et la France (en tout 582 paroisses et 99 succursales, selon un relevé de 1724). Par souci d’être complet, il faut signaler le troisième état du diocèse de Cambrai, identifié par la Révolution avec le département du Nord, situation qui dura jusqu’en 1913. À cette date une ultime transformation coupa le diocèse en deux, Cambrai conservant les quatre arrondissements du sud et cédant les trois autres au nouveau diocèse de Lille.

8Faisons maintenant connaissance, au moins d’une manière sommaire, avec la population du village de Rumegies, c’est-à-dire cette communauté paroissiale confiée aux soins du pasteur. Par une chance extraordinaire, nous pouvons la dénombrer exactement grâce à un relevé très précis effectué en 1673 sur l’ordre des. États de Tournai-Tournaisis, relevé à but fiscal évidemment, car on commença toujours à compter les hommes pour pouvoir les taxer. Selon ce document, Rumegies comptait alors 754 habitants répartis en 166 familles ou ménages. C’était le village le plus peuplé de la Terre de Saint-Amand, la petite capitale ayant pour sa part 3010 âmes et toute la seigneurie, 6011. Retenons de tout ceci que Rumegies était pour l’époque un village assez important, mais dont la population était très vulnérable.

  • 3 Le registre I (1577-1614) semble avoir disparu ; il a fait heureusement l’objet d’une analyse et d (...)

9On s’en aperçoit en consultant les registres paroissiaux dont la série conservée sur place à la mairie couvre environ 150 ans3.

10Alors que dans les années normales la moyenne des décès était de 13 à 15 par an, les chiffres s’élèvent brutalement durant les années noires : 42 en 1676, 43 en 1693, 180 en 1709 et il est probable qu’il faudrait même doubler ce dernier nombre, en raison de tous les paroissiens qui moururent au dehors, pendant l’exode. Ces soubresauts tragiques étaient évidemment le résultat des fléaux qui conjuguaient leurs effets : la guerre, la famine, les épidémies, les impôts nationaux et les contributions de guerre exigées par l’ennemi, les inondations... Le journal du curé Alexandre Dubois fournit là dessus tous les renseignements désirables.

11Le dénombrement de 1673 utilisé plus haut donne la profession des chefs de famille et on s’aperçoit sans surprise que la majorité (3/5) se consacre au travail de la terre : ce sont les « censiers » ou laboureurs, les « manouvriers », les bergers, les « cartons » ou charretiers, les maréchaux et enfin les serviteurs ou servantes. Le reste de la population vit du filage de la laine, à moins qu’il ne s’agisse expressément de « pauvres » (un dixième des familles).

12De cette masse émergent seulement deux dignitaires : le mayeur ou maire et le curé. Le maire, nommé par l’abbé de Saint-Amand, n'était qu’un auxiliaire (et un auxiliaire modeste) de l’échevinage de Saint-Amand. Sa fonction l’appelait pourtant à s’acquitter d’une tâche délicate, celle de répartir la taille au prorata des ressources de chacun, de manière à parfaire la somme exigée du village.

  • 4 Le concours existait également dans le diocèse de Cambrai, mais ici l’évêque avait davantage de po (...)

13L’autre dignitaire, c’est le curé qui est indiscutablement le personnage le plus important du village (il n’en va pas de même partout, car le seigneur du village peut résider sur place et emporter alors la prééminence). Ces curés restent très longtemps en charge : quatre pasteurs seulement se succédèrent à Rumegies sur une période de 126 ans (1613-1739) : le plus éphémère exerça son ministère pendant 21 ans et Alexandre Dubois, notre curé chroniqueur, passa 53 ans dans sa paroisse. Autre fait notable : ils avaient en général de la parenté dans le village ou dans les envions ; c’étaient donc des enfants du pays. On le comprend mieux si l’on considère leur mode de nomination. Tout d’abord ils se présentaient à un concours organisé par l’évêque pour une ou plusieurs cures vacantes. Ensuite parmi ceux qui avaient subi l’épreuve avec succès le prélat retenait trois noms qu’il communiquait au collateur canonique, l’abbé de Saint-Amand. Ce dernier octroyait la cure à l’un des lauréats et l’évêque lui accordait les pouvoirs spirituels, c’est-à-dire la cura animarum. On voit qu’à travers ce jeu institutionnel assez équilibré un ecclésiastique pouvait dans une certaine mesure choisir sa cure4.

14Nous pouvons maintenant prendre directement connaissance de notre curé mémorialiste. Quand Alexandre Dubois arriva à Rumegies en 1686 (sans doute suivant le processus indiqué plus haut) il venait de Saint-Amand, où pendant deux ans il avait été titulaire de la chapellenie Notre-Dame dans l'église paroissiale, sorte de sinécure, d’ailleurs peu payée qui ne l’obligeait qu’à célébrer les quelques messes prévues par le fondateur. À Rumegies, il retrouva une nombreuse parenté et y exerça sa charge pendant 53 ans, aidé par un vicaire à partir des premières années du XVIIIe siècle. Il mourut le 8 octobre 1739 à l’âge de 84 ans.

15Nous verrons dans un instant ce qu’a été son ministère pastoral. Mais dès l’abord il faut mettre en vedette ses fonctions d’officier d’état-civil, si l’on peut se permettre cette expression évidemment anachronique. Noter les baptêmes, les mariages et les sépultures était pour le curé l'un de ses devoirs essentiels, souvent rappelé par les synodes et ordonnances royales. Mais les documents conservés sont bien loin de présenter le caractère anonyme et rigoureux de leurs équivalents modernes. L’historien dans un sens y trouve son avantage, en raison des additions intercalaires ou en fin de volume : c’est là par exemple que le curé Dubois écrivit son journal à partir de 1694, sur les pages blanches d’un registre clôturé en 1693 à la suite d’une réforme administrative de Louis XIV. Mais cette relative fantaisie ne va pas sans inconvénient, car on peut se demander si tous les relevés sont bien exhaustifs. On a des raisons d’en douter, en particulier en ce qui concerne le décès des jeunes enfants et l’on sait combien la mortalité infantile était sévère en ces années-là.

16Quant au Journal du curé Dubois (son Liber memorialis, comme il dit), il fut commencé en 1694, mais la narration reprend les faits à partir de 1688 et c’est en volume un tiers de cette histoire qui a été composé d’un seul trait. Le reste de l’œuvre (tout au moins jusqu’à 1720) a été rédigé de la même manière par longs passages couvrant un an ou deux. En définitive on pourrait dire que le livre de l’abbé Dubois tient à la fois du journal et des mémoires.

2. Un pasteur au milieu de son troupeau

17Ce sont évidemment les affaires de la paroisse qui préoccupent le curé de Rumegies. Entendons par là le temporel de la cure (car c’est un homme qui savait compter), la situation spirituelle et morale de son troupeau, la guerre avec son cortège de misères matérielles et morales. Notre curé a écrit sur ces sujets des pages pittoresques ou tragiques qui méritent de devenir classiques. Nous nous limiterons ici, étant donné l’orientation de notre exposé, aux aspects les plus directement pastoraux.

1/ La vie religieuse

18Le témoignage d’Alexandre Dubois nous met en présence d’une population pénétrée par les influences chrétiennes, mais fort lourde à manier. Visiblement l’assistance à la messe le dimanche est le grand moment de la semaine. C’est là que les nouveaux riches, par ailleurs si cupides et si durs à eux-mêmes, étalent leur luxe vestimentaire ; c’est là que les jeunes garnements font parade de leurs armes. Le curé y prêche régulièrement, s’acquittant de cette tâche comme d’un devoir sacré imposé par le concile de Trente. L’après-midi, les vêpres sont chantées, suivies du catéchisme. Mais la pratique religieuse, au sens que l’on donne habituellement à cette expression, est loin d’être universelle. Le curé note la négligence des paroissiens à fréquenter les sacrements, à assister à la messe du dimanche et surtout aux vêpres, tout au moins pendant les périodes de beau temps, (en raison évidemment de la concurrence des travaux agricoles. En revanche tout le monde semble désireux de recevoir les derniers sacrements. Dans les registres paroissiaux, la formule omnibus sacramentis munitus (muni de tous les sacrements) se retrouve à côté du nom de presque tous les défunts adultes ; et quand elle fait défaut, on s’aperçoit qu’il s’agit d’une mort subite. En 1709, l’année terrible qui vit périr au moins le quart des habitants du village, le curé note : Tous ceux qui sont morts ont été administrés, de quoi on remercie le Seigneur.

  • 5 J. DESILVE, Le protestantisme dans la seigneurie de Saint-Amand de 1562 à 1584, Valenciennes, 1910

19Dans cette population, les habitudes de charité envers les pauvres coexistent avec une grande âpreté au gain. Les paysans travaillent dur ; certains d’entre eux s’enrichissent même d’une manière scandaleuse, mais tous font l’aumône. Je crois que Dieu les sauvera par ce moyen remarque le curé à la fin d’un tableau plutôt sévère. Cette générosité était si notoire qu’elle attirait de loin de nombreux miséreux : Les pauvres disaient : « il faut aller mendier sur la Terre de Saint-Amand ; ce sont des gueux ils donnent plus que les autres ». Je peux dire à l'honneur des riches du village qu’ils ne refusaient point un pauvre, quand ils n'auraient dû donner qu’un morceau. Ainsi donc le pays de Saint-Amand passait pour être peuplé de gueux, c’est-à-dire d’hérétiques, de protestants. Le fait était évidemment inexact, (le témoignage des registres paroissiaux le prouve) mais cette réputation remontait au siècle précédent où la région avait été soumise à une forte influence protestante. Les troubles avaient même été extrêmement violents de 1562 à 1584. Après un siècle il ne restait à Rumegies, semble-t-il, que quelques familles protestantes, auxquelles le curé fait de temps en temps allusion5.

2/ Transformation des mœurs

20La guerre entraîne avec soi, de façon presque inévitable, des transformations sociales et morales : enrichissement rapide des personnes qui ont des denrées à vendre (éternel problème du « marché noir ») et, d’autre part, le développement des habitudes de violence en particulier dans la jeunesse : double expérience avec laquelle nos contemporains ont pu eux aussi se familiariser. Le trait du mémorialiste se fait particulièrement acéré à propos des nouveaux riches : ils tirent peu de satisfaction de leur argent, nous dit-il, car ils ne songent qu’à thésauriser. Le seul plaisir qu’ils se permettent, c'est de se vêtir au-delà de leur état, ce qui dans la société ancienne constituait un véritable désordre.

  • 6 Voir l’édition du Journal, p. 114.
  • 7 « L’héritage », dans la coutume locale, c’est pratiquement l’immeuble, la terre, en particulier le (...)

21Voici la page sarcastique consacrée à ces tenues ostentatoires et à la triste réalité qui se cache derrière6 : Une marque de ce qu'on pose, c’est de voir les enfants de ces personnes qui ont des denrées à vendre, vêtus d'une façon tout autre qu'il appartient aux paysans : les jeunes hommes avec des chapeaux galonnés d’or ou d’argent, et ensuite du reste ; les filles avec des coiffures d’un pied de hauteur et les autres habits à proportion. Et comme leurs pères et mères sont riches, ils sont d'une insolence inouïe à fréquenter les cabarets chaque dimanche, malgré les statuts synodaux et toutes les prédications qu'on leur fait assez souvent à ce sujet. On peut pourtant dire que toutes leurs richesses ne leur servent qu’à se vêtir au-delà de leur état ; car pour ce qui est de s'en faire du bien, Dieu ne leur fait point cette grâce. Ils vivent presque tous misérablement chez eux. On a vu les plus riches du village vendre un misérable cochon, et ainsi se passer de viande le reste de Cannée. On les voit avoir plusieurs belles héritages7, de belles grandes fermes et n’oser brasser une ou deux fois chaque année. On les voit manger du mot fromage avec leur pain, pour vendre leur beurre. Et pour ce qui est des autres commodités de la vie, ils n’en jouissent d’aucune. Ils sont chez eux d'une malpropreté insupportable. La plupart n'ont qu’une chemise sur le corps et l'autre à la lessive ; et si l'on excepte les dimanches quand ils sont à l'église ou au cabaret, ils sont d’une telle malpropreté que les filles deviennent un remède de concupiscence aux hommes et les hommes aux filles.

  • 8 La coutume du « mauvais gré » dérivait des concessions de terre pour une très longue durée. Il s’e (...)
  • 9 Édition du Journal, p. 110.

22Un tel comportement après tout ne faisait pas d’autres victimes que les intéressés eux-mêmes. Il en allait tout autrement pour l’esprit de violence qui semble régner dans la région, stimulé par l’habitude du port d’armes et le dérèglement produit par les guerres. L’insécurité, les meurtres, les incendies, les vols, la pratique du « mauvais gré »8, tout cela désolait le curé de Rumegies. Le seul remède qu’il entrevoyait, c’était une justice expéditive rendue sur place par un meurt-de-faim de bailli, c’est-à-dire un officier de justice qui toucherait une part des amendes et confiscations, ce qui stimulerait son zèle. Écoutons-le, au moment où il vient de raconter comment trois meurtres se sont produits à Rumegies dans l’espace de six semaines9 : Plût à Dieu que ces trois malheurs, qui sont arrivés en si peu de temps dans notre village, n’en causent encore beaucoup d’autres, car de la manière qu'on voit les affaires, on appréhende que ce ne sera point encore la fin. Ce pourquoi il faudrait des exemples réels pour réprimer l'esprit sanguinaire de certaines personnes, qui ne font que menacer et qui, étant des vilains, on les craint plutôt de nuit que de jour. On ne saurait regarder sans un grand déplaisir toute la jeunesse de cette paroisse marcher toujours armée ou de fusil ou de marteau d'armes ou de pistolet de poche. Il n’y a si petit morveux qui ne porte son fusil sur l’épaule, même et jusqu'à l'église, et cela sous prétexte que c’est la guerre. Ils apprennent par là, dés leur jeunesse, à devenir insupportables des fautes de leurs frères ; ils deviennent querelleurs et se font craindre et deviennent superbes. De là vient encore cet abus intolérable que lorsqu’ils occupent une terre d’un maître, personne ne serait assez hardi de les reprendre, encore bien qu’ils ne paient ni maîtres, ni taille. N’avons-nous point vu les moies de colza brûlées en 1688 ? N'avons-nous point vu plusieurs personnes tomber dans des embûches du soir et n’en sortir qu’à demi mortes ? Ne voyons-nous point des terres achetées par des paysans d'ici et n'oser les labourer, payer eux-mêmes les tailles et les terres demeurées en friche ? Ne voyons-nous point à l’heure qu'il est plusieurs terres qu’il faut que la communauté paie les tailles et personne n’oserait les labourer ? Il serait trop long de rapporter tout ce qui arrive de ce que tout le monde se mêle de porter les armes.

3/ Relations ambiguës

23Comment en définitive se dessine la figure de ce curé au milieu de cette population croyante et rude, avide et charitable ? Visiblement, par son double rôle de chef et de père, par une longue familiarité acquise au prix de toute une vie, il ne fait qu’un avec le village. Quand il parle de notre pauvre communauté, on sent que ses entrailles s'emeuvent comme s'il s’agissait de ses fils. En chaire il parle avec autorité, qu’il s’agisse de religion (il n'y en a point un seul capable de soutenir le contraire à ce qu’on leur prêche) ou en matière profane (puisqu'il lui arrive de publier les ordonnances royales). Avec le mayeur et les « commis », il participe à la répartition des taxes à payer ou, inversement, il préside à la distribution des secours. Quand une mauvaise affaire éclate dans le village (assassinat d’un soldat), c’est lui qui doit se charger de difficiles négociations. En temps de pénurie, il sacrifie ses revenus et, aux moments tragiques, il fait face avec courage aux circonstances. En 1709, alors qu'une sorte de peste sévit dans la localité, le curé et le vicaire ont fait leur devoir, qui était du matin jusqu’au soir et du soir au matin, sans trouver le temps de manger, tous les paroissiens étant malades, de sorte que le jour de la dédicace 1709, nous avions sept corps morts.

24Et pourtant entre ce pasteur et son peuple, par ailleurs si proches, les relations ne sont pas dépourvues d’ambiguïté. Contre cet homme si bien admis une hostilité est toujours prête à éclater, surtout lorsqu’il semble réclamer un avantage matériel à son profit. Il est frappant en effet de voir la population accepter plus facilement de contribuer aux dépenses de l’église que d’aider le curé à rebâtir son presbytère, lequel avait été incendié de manière criminelle par un homme du pays en 1670. Une nuit, en 1688, quelques malveillants, quelques mécontents libertins viennent couper les arbres du jardin du presbytère. Les dîmes sont une cause permanente de friction. A. Dubois doit plaider au sujet des dîmes « novales » (celles des terres nouvellement défrichées) et quand il prend des mesures parfaitement légitimes pour assurer un meilleur recouvrement de la grande dîme, c'est un tollé général : On n'entendait que de menaces de brûler, de tuer, de faire affront, que de le classer de la cure. Et jusqu'à ses plus grands amis de la paroisse, ils lui ont tous fait la guerre. Une sorte d’anticléricalisme instinctif semble donc se mêler à des remations très familières.

25Inversement le curé était sans illusion sur ses paroissiens ; il les aimait, mais il les jugeait avec ironie ou sévérité. Tous les paysans s'enrichissaient claque jour, note-t-il dans un passage, mais ils furent dégraissés d'une Sonne manière par les contributions et les arrérages de cinq années. Et ailleurs il va jusqu’à parler de la noirceur de leur âme. Une commisération paternelle, telle semble être la clé de cette longue histoire de dévouement et d’autorité.

3. Un écho des grandes querelles religieuses. Fénelon vu par le curé de Rumegies

26Le Journal nous transmet encore un écho précieux des grandes querelles religieuses de la fin du règne de Louis XIV (gallicanisme, jansénisme, quiétisme), ainsi que de leur retentissement dans le cadre restreint d’un diocèse. Comme toujours, notre auteur est bien informé et, cette fois, sa curiosité est aiguillonnée par d’ardentes convictions. Il est donc à l’affût des nouvelles qui peuvent venir de Tournai, de Douai ou de Lille. Bref, il ramasse tout ce qui peut nourrir sa passion, dans un sens ou dans l’autre.

1/ Un curé gallican et janséniste

27Très nettement A. Dubois est gallican et janséniste, positions qui n’ont rien d’original, mais qui précisément font de lui un cas typique. Digne fils spirituel des deux premiers évêques français de Tournai, Mgr de Choiseul et Mgr Caillebot de la Salle, il apparaît en même temps comme le reflet d’une large partie du clergé de ce diocèse. Bien entendu, ces attitudes très répandues se présentent ici au travers d’une personnalité, et c’est ce qui en fait le principal intérêt. Le curé Dubois apporte en ces matières son tour d’esprit sarcastique habituel ainsi que de vigoureux partis pris (contre les jésuites, ou les ordres mendiants) ; son zèle pastoral et son attachement au diocèse de Tournai interfèrent constamment avec ses thèmes dogmatiques ; enfin l’âge aidant, un remarquable apaisement se fait chez lui, si bien qu’il finit par être un simple spectateur des controverses suscitées par la bulle Unigenitus. Comme on le voit, ce cas typique nous présente aussi l’histoire d’un homme bien particularisé.

2/ Fénelon et le quiétisme. Son obéissance à l’Église

28Nous ne pouvons pas ici nous attarder sur le gallicanisme et le jansénisme chers à notre auteur. Nous nous limiterons donc au quiétisme et nous constaterons sans surprise que l’antiromanisme qui est à la base de gallicanisme du curé de Rumegies transparaît dans ses explications sur le quiétisme. On admirera en tout cas le portrait qu’il donne au passage du grand archevêque de Cambrai.

  • 10 Édition du Journal, p. 74.

29Le quiétisme, on le sait, dérive de l’enseignement de Molinos, un auteur spirituel espagnol, mort en 1696, qui diffusa une spiritualité de l’abandon. Celle-ci prônait une attitude passive entre les mains de Dieu, ce qui pouvait mener à des expressions équivoques et à des conséquences dangereuses. Le curé de Rumegies se méfie de cette mystique inquiétante ; mais il donne à son développement une conclusion piquante où l’on retrouve ses obsessions habituelles10 : Un de ses grands crimes (à Molinos) est de n’avoir point eu pour amis les pères jésuites, tant il est vrai que les vertus d’Italie aussi bien que les vices nous doivent être bien suspectes pour nous qui sommes si éloignés et à qui on en fait tant accroire. Les moins ignorants du pays en porteront toujours tel jugement qu’il leur semblera bon être conforme à la religion des Wallons, qui est la plus régulière et ta plus conforme à l'esprit de Jésus-Christ, chef de la véritable Église.

30Pris au pied de la lettre ce couplet sur la « religion des Wallons » va loin, puisqu’il prétend ériger en règle de l’orthodoxie le jugement de l’église locale en opposition à celui de Rome, mais en fait il s’agit avant tout de la méfiance spontanée du paysan du Danube à l’égard d’une capitale lointaine et suspectée.

  • 11 Molinos avait été condamné en 1687. C’est au même moment que Madame Guyon, femme très pieuse mais (...)
  • 12 Edition du Journal, p. 116.

31Notre auteur revient sur ce sujet à deux reprises à propos cette fois de Fénelon et de son livre Maximes des saints sur la vie intérieure11. Le bel éloge de l’archevêque qu’on trouve dans ces deux passages pourrait étonner sous la plume d’un curé janséniste, alors que Fénelon a durement combattu cette doctrine. Mais tout s’explique si l’on remarque que la controverse antijanséniste se place dans la vie du prélat après 1700 et que ces textes ont été écrits avant cette date. Voici ce que dit notre auteur en 169712 : On apprend d’Italie que le fameux docteur Molinos est mort dans sa prison. On assure qu'il a donné toutes les marques de repentance qu’on pouvait désirer. On a dit quelques chose de lui plus Haut. On dit que l'hérésie de ce docteur fait des progrès en France. On accuse même Monseigneur de Cambrai de ta vouloir autoriser, au sujet d’un livre qu'il a mis au jour en cette année 1697 intitulé « Maximes des saints » auquel Monsieur l'évêque de Meaux a répondu. Les livres de part et d’autre sont à l'Inquisition. On attend que le Saint-Père donne son sentiment, à quoi Monseigneur de Cambrai se soumettra volontiers, comme il a témoigné par un écrit public qu'il a donné à ce sujet. On ne saurait assez déplorer le malheur que cause ce livre Maximes des saints ; point qu'on croit que ce prélat ait voulu enseigner le quiétisme. On est trop persuadé de sa catholicité ; mais comme ce prélat est étranger en ce pays, ses ennemis sont ravis de trouver quelque apparence de mal, pour rendre inutile le zèle infatigable que ce saint archevêque exerçait dans le diocèse de Cambrai. S’il n’avait point été un des plus pieux des plus savants, des plus orthodoxes hommes de France, le roi ne l'aurait point choisi pour être le précepteur des Messeigneurs les ducs de Bourgogne, de Berry et d’Anjou. On dit que Sa Majesté l'a disgracié au sujet de ce livre et on allègue pour raison que c’était Monsieur de Fénelon, archevêque de Cambrai, qui devait marier Monseigneur le duc de Bourgogne avec la fille du duc de Savoie, et le roi a choisi pour cette cérémonie Monsieur l'évêque de Meaux On verra dans la suite à quoi cette grande affaire aboutira et on en parlera en son temps.

  • 13 Édition du Journal, p. 116.

32Comme promis, le curé mémorialiste donne en 1699 le dénouement de cette pénible affaire. On remarquera combien il frémit devant le caractère « horrible » de la condamnation romaine et combien en même temps il admire la soumission immédiate et totale de l’archevêque. D’autres témoins et certains auteurs modernes ont contesté la pleine sincérité de cette soumission. Le curé de Rumegies pour sa part n’en doute pas et c’est au moins un fait d’opinion fort important, surtout de la part d’un témoin si intéressé et si proche. Voici ce dernier texte13 : Enfin, après que le livre de Monseigneur l'archevêque de Cambrai intitulé « Explication des maximes des saints sur la vie intérieure » eut été un an à l'Inquisition, nous venons d’apprendre que le Saint-Père l'a condamné d’une horrible manière. On ne pense point que les hérésiarques de l'autre siècle pussent avoir été condamnés d’une telle force ; il faut voir la bulle pour le croire ; elle est du 12 mars de cette année 1699. On a extrait de ce livre vingt-trois propositions, dont voici la première, qui paraît servir de fondement à toutes les autres : « Il y a un état habituel d’amour de Dieu, qui est une charité pure et sans aucun mélange du motif de l'intérêt propre... ; ni la crainte des châtiments, ni le désir des récompenses n’ont plus de part à cet amour. On n'aime plus Dieu ni pour le mérite, ni pour la perfection, ni pour le bonheur qu’on doit trouver en l'aimant ». Toutes les autres propositions roulent toutes sur cela.

33 Cependant pour consoler en quelque façon Monsieur de Cambrai d'un jugement auquel il ne s'attendait point, le pape lui a écrit une lettre toute remplie de belles paroles et très édifiante pour sa personne. Il lui a fait justice dans cette lettre. C’est le plus digne prélat, Ce plus humble, le plus savant, le plus exemplaire qu'il y ait peut-être dans l'Église universelle. Il en a donné des marques lorsqu’il apprit la condamnation de son livre. Dans l'instant, il est allé dans une paroisse de Cambrai, est monté en chaire, prêche l’obéissance qu’on devait au Saint-Siège, qu’il était le premier à y obéir ; et pour marque qu’il venait de recevoir la condamnation de son livre et qu’il le condamnait aussi de tout cœur et pour marque de sa bonne foi, qu’il en allait faire un mandement pour tout son diocèse pour le condamner aussi et pour faire défense de le lire. C'est ce qu'il a fait avec beaucoup d'édification.

Conclusion

34Cet exposé s’est limité volontairement aux aspects pastoraux du Journal, en délaissant bien des pages tout aussi vigoureuses, traitant des querelles religieuses ou des misères de la guerre. En tout cas dans notre perspective nous avons découvert une communauté groupée autour de son pasteur, tandis qu’à l’arrière-plan se profilent quelques grandes figures d’évêques. Nous n’avons pas parlé de Mgr de Choiseul, le premier évêque français de Tournai, le modèle du curé de Rumegies, mais nous avons pu saisir le rayonnement de Fénelon, qui grâce à ses vertus et à son génie pénétrait au-delà des frontières de son diocèse de Cambrai. Nous sommes ici loin de l’idéalisme du Télémaque, mais c’est au profit d’une peinture franche, directe où pourtant transparaît toujours une ardente conviction. Ce ne sont pas des qualités si courantes.

Le diocèse de Cambrai et ses métamorphoses

Le diocèse de Cambrai et ses métamorphoses

Les abbayes et prieurés

Les abbayes et prieurés

Source : Fond de carte emprunté à Dom J. BECQUET, « Les abbayes et prieurés du diocèse d’Arras », Revue Mabillon, juillet-septembre 1970.

Notes

1 Cet exposé s’appuie sur l’édition commentée que nous avons publiée en 1965 : H. PLATELLE, Le Journal d’un curé de campagne au XVIIe s., collection Chrétiens de tous les temps, Paris, Cerf, 1965, 208 p. (Cet ouvrage est depuis longtemps épuisé ; une réédition serait souhaitable). Dans cet article l’annotation sera donc réduite au minimum ; elle ne portera que sur quelques points essentiels et sur le problème de Fénelon.

2 Rappelons ici la succession des guerres et des traités : « La grande guerre » (1635-1659) conclue par le traité des Pyrénées ; la guerre de Dévolution (1667-1668) terminée par le traité d’Aix-la-Chapelle ; la guerre de Hollande (1672-1678) achevée par le traité de Nimègue ; la guerre de la Ligue d’Augsbourg (1688-1697) à laquelle mit fin la paix de Ryswick  ; et enfin la guerre de Succession d’Espagne (1702-1713) arrêtée par le traité d’Utrecht. Pendant toute cette période nos régions ne cessèrent pas d’être un champ de bataille et un enjeu.

3 Le registre I (1577-1614) semble avoir disparu ; il a fait heureusement l’objet d’une analyse et d’une édition partielle dans le Bulletin de la Société d'études de la province de Cambrai, t. XXVII, 1928, p. 242-247.

4 Le concours existait également dans le diocèse de Cambrai, mais ici l’évêque avait davantage de pouvoir. Il choisissait un seul nom parmi les lauréats du concours, le communiquait au collateur qui ne pouvait refuser. C’est assez voisin de la situation moderne. Cette procédure est décrite dans le Status generalis diocesis Cameracensis (1724), Paris, B.N., ms. lat. 9914, f°8.

5 J. DESILVE, Le protestantisme dans la seigneurie de Saint-Amand de 1562 à 1584, Valenciennes, 1910.

6 Voir l’édition du Journal, p. 114.

7 « L’héritage », dans la coutume locale, c’est pratiquement l’immeuble, la terre, en particulier le bien de famille. Il s’oppose à « catel » (meuble) ; mais ces notions ne s’identifient pas pleinement aux concepts romains de meubles et d’immeubles fondés sur la mobilité, cf. Ph. GODDING, « Le droit coutumier a-t-il eu recours à la fiction ? », dans Langage et droit à travers l’histoire. Réalités et fictions, Leuven-Paris, 1989, p. 93-105, ici p. 99.

8 La coutume du « mauvais gré » dérivait des concessions de terre pour une très longue durée. Il s’en suivait dans l’opinion populaire que l’occupant d’une terre ne devait pas être évincé contre son gré, par exemple à l’occasion d’une mise en vente faite par le propriétaire. Souvent l’ancien tenancier soutenu par une partie de la population recourait à la violence, en particulier à l’incendie, contre ces nouveaux acquéreurs. Cette mentalité a longtemps subsisté dans certains villages et il en reste encore quelque chose aujourd’hui. Cf. P. DAUTRICOURT, La criminalité et la répression au Parlement de Flandres au XVIIIe s., Lille, 1912, p. 158-160.

9 Édition du Journal, p. 110.

10 Édition du Journal, p. 74.

11 Molinos avait été condamné en 1687. C’est au même moment que Madame Guyon, femme très pieuse mais peu équilibrée, commençait à répandre à Paris, à Versailles et dans les cercles aristocratiques, des idées voisines de celles du docteur espagnol. En 1693-1694 sa doctrine fut examinée et condamnée par trois théologiens aux conférences d’Issy. Pour expliquer les 38 articles ainsi condamnés, Fénelon écrivit en 1697 son Explication des maximes des saints sur la vie intérieure, qui précéda de quelques semaines la publication par Bossuet de son Instruction sur les Etats d’oraison. Ce fut le début d’une des plus violentes querelles religieuses du temps. Fénelon, avec l’autorisation du roi, soumit son livre au jugement de Rome ; et le souverain de son côté en appela également au pape en sens opposé. Le procès en cour de Rome dura plus de deux ans. La volonté de Fénelon de se soumettre au jugement de Rome est contenue dans sa lettre à Innocent XII d’avril 1697, cf. L. MENTION, Documents relatifs aux rapports du clergé avec la royauté, 1893, t. I, p. 135. Fénelon avait été nommé archevêque de Cambrai en février 1695, au moment des conférences d’Issy. Ce n’était nullement une disgrâce et il fut sacré par Bossuet. La disgrâce vint en 1697, après la publication des Maximes des saints, quand il reçut l’ordre de quitter la cour et de se retirer dans son archevêché. On voit que sur tous ces points notre curé est bien renseigné. Présentation commode de toute cette affaire dans l’article « Fénelon » (A. Largent) dans Dictionnaire de théologie catholique, t. V, 2e partie, 1913, c. 2137-2169.

12 Edition du Journal, p. 116.

13 Édition du Journal, p. 116.

Table des illustrations

Titre Le diocèse de Cambrai et ses métamorphoses
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2487/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Titre Les abbayes et prieurés
Légende Source : Fond de carte emprunté à Dom J. BECQUET, « Les abbayes et prieurés du diocèse d’Arras », Revue Mabillon, juillet-septembre 1970.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2487/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 111k

Auteur

Université Catholique de Lille

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540