Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fénelon, évêque et pasteur en son temps (1695-1715)

 | 
Philippe Guinet
, 
Gilles Deregnaucourt

Fénelon, les pouvoirs et la société de son temps

Fénelon, Guy de Sève et le Père La Chaize face à la commission d’inspection de 1702 à l’université de Douai

Gilbert Dehon

Texte intégral

  • 1 Pour les aspects plus techniques de cette affaire, on peut reprendre mon étude dans les Mélanges d (...)

1En 1970, dans les Mélanges de Science religieuse, j’avais traité de la commission d’enquête instituée par le Conseil d’Etat à l’Université de Douai en 17021. C’était une étude technique, résumant autant que faire se pouvait l’ensemble des événements, à partir de lettres et de mémoires du temps. Cependant, il m’a paru nécessaire d’insérer cette analyse dans un ensemble politique et religieux plus cohérent, pour mieux découvrir quels en étaient les tenants et les aboutissants.

1. Les faits

2En 1681, l’Intendant Le Pelletier, pour réformer l’Université de Douai récemment conquise et nouvellement dotée par le roi, fit élaborer un règlement d’accession aux chaires.

3Il s’agissait de rendre son lustre à une institution dominée par la bourgeoisie douaisienne sous le régime espagnol.

4Mais la faculté de théologie posa immédiatement des problèmes : trois professeurs furent expulsés par l’Intendant en 1682 pour avoir refusé solennellement d’enseigner les Quatre Articles du Clergé de France. Ils furent immédiatement remplacés (d’autorité) par l'Intendant. Mais on ne trouva, dans ces régions, de gallicans que jansénistes. En 1691, la « Fourberie de Douai » permit d’éloigner plusieurs professeurs favorables à Antoine Arnauld, par suite d’une simple mystification. Pour les remplacer, la Faculté de Théologie imagina un stratagème : on était nommé à la dernière chaire, celle de catéchisme, qui dépendait des fonds privés de la faculté, et de là on « passait » aux chaires royales par cooptation, et montée hiérarchique normale. Bien entendu, sous la garde du vice-chancelier, Adrien Delcourt (le chancelier, le chanoine Jacques Gilbert, étant exilé pour jansénisme), la faculté de théologie n’acceptait dans ses rangs que les professeurs les plus éloignés de la pensée janséniste.

5En 1702, le recteur, et surtout le vice-recteur Louis Monnier de Richardin, fort prévenu en faveur du parti janséniste, appuyés tous deux par le lieutenant-délégué de la Gouvernance, qui venait de prendre un jugement contre Adrien Delcourt, soutenus par l’évêque d’Arras, secrètement favorable aux jansénistes (de même que son vicaire général Delacroix), parvinrent à obtenir du Conseil d’Etat l’arrêté du 8 juillet 1702, qui instituait une commission d’inspection et garantissait du même coup la tenue du concours pour l’accession à la chaire de catéchisme. Ainsi, les jansénistes espéraient rentrer dans cette institution dont ils avaient été chassés par ruse en 1692. Ils bénéficiaient de l’appui de Bossuet, et, plus secrètement, de celui du Cardinal de Noailles.

2. Pourquoi cette crise se produit-elle en 1702 ?

6Les circonstances d’abord : une chaire était vacante. Mais aussi, un climat qui pouvait faire espérer la réussite. La querelle du gallicanisme s’était terminée par l’échec du roi en 1692-93. Les jansénistes douaisiens, qui étaient entrés dans la faculté de théologie à la faveur de la querelle gallicane, avaient été les principales victimes du changement de politique survenu en 1692. Diverses influences nouvelles (comme celle d’Arnauld de Pomponne) contrariaient désormais l’influence du P. La Chaize auprès du roi. Le parti des jésuites avait souffert en 1699 de la condamnation de Fénelon. Mais en 1702, Bossuet n’appréciait sans doute pas avec assez de précision la situation romaine tout à fait nouvelle créée par l’élection du pape Clément XI le 24 novembre 1700. En effet le Cardinal Jean-François Albani avait été, avec le Cardinal de Bouillon, l’un des principaux soutiens de la cause de Fénelon à Rome en 1699, lors de la condamnation des Maximes des Saints. D’autre part, l’accession du duc d’Anjou au trône d’Espagne mettait la partie la plus importante du diocèse de Fénelon sous la coupe d’un de ses disciples les plus fidèles. Il était donc inopportun d’attaquer de front, comme le firent Bossuet et le très jansénisant Guy de Sève, évêque d’Arras, une forteresse ultramontaine dont Fénelon était le métropolite.

7Mais cette action quelque peu téméraire trouve son origine dans les ennuis du Cardinal de Noailles qui manoeuvrait Bossuet en sousmain. L’affaire du Cas de Conscience était en train de se développer aux dépens du Cardinal, tandis que celle des Réflexions morales prenait une tournure franchement désagréable pour le prélat.

3. Fénelon : une attitude très nuancée

8D'abord, Fénelon déteste les polémiques qui sévissent alors dans l'Eglise. Ami des jésuites, il ne se range pas moins aux côtés du nouveau pape pour déplorer leur attitude dans la querelle des rites chinois (que ce pape condamna en 1715 par la bulle ex illa die).

9À ce propos, il écrit d’ailleurs au P. La Chaize en septembre 1702 : Plût à Dieu que les jésuites et leurs adversaires n’eussent jamais publié leurs écrits et qu’on eût épargné à la religion une scène si affreuse.

10Il a toujours eu le souci d’apaiser les contestations. Et, dans la situation où se trouvait son diocèse, il a essayé d’échapper au piège des doctrines opposées de Louvain et de Douai. Une phrase de son rapport au duc de Beauvilliers, en septembre 1702, en dit long sur son estime pour Louvain et Douai : Tout ce pays est rempli d'ecclésiastiques qui ont étudié à Louvain et qui occupent les principales places. Ils sont même les seuls ecclésiastiques savants et zélés ; mais la plupart sont entêtés de la mauvaise doctrine. Il ajoutait à leur propos : Je ne puis les exdure des emplois à remplir, car je me ferais lapider.

11Le métropolite reproche donc aux Louvanistes leur mauvaise doctrine, et aux Douaisiens, leur manque de zèle et de compétence. Il a des mots très durs pour Adrien Delcourt qui dirige la faculté de théologie. Cet écrivain confidentiel fut, il est vrai, plus homme d’affaires que professeur. Plus accoutumé aux ruses qu’à l’écriture, il avait d’ailleurs des façons de faire et de se présenter qui devaient déplaire au très aristocratique métropolite de Cambrai. Son style était, lui aussi, très particulier. Lorsqu’il se trouve en mission à Paris, il écrit au jeune jésuite Charles Boucqueau, (un Nivellois comme lui...) : Je suis ici alerte comme un chat maigre. Dans le même registre félin, on trouve des expressions comme celle-ci : Messieurs les proviseurs (de la dot) seront les dupes de ce prélat (Guy de Sève, évêque d’Arras) qui se sert d’eux comme le singe se sert de la patte du chat.

12L’allure particulière d’Adrien Delcourt, si elle déplaisait à Fénelon, amusait beaucoup le P. La Chaize, qui lui fit multiplier à l’infini mémoires et démarches, pour le plus grand plaisir du roi, qui, probablement, trouvait la plaisanterie fort agréable. D’ailleurs Delcourt, qui se vantait de savoir les manières de Paris, où l'on sait faire bonne mine à mauvais jeux ne comprenait pas bien l’ironie au second degré du P. La Chaize, qui avait dit au roi que Delcourt partait en bon flamand, et le roi avait répondu cela est bon. Toutes choses qui réjouissent fort Delcourt, qui n’a pas compris qu’il était aussi apprécié pour le caractère récréatif de sa personne. Mais le métropolite de Cambrai n’a vraiment pas beaucoup d’estime pour le doyen de la faculté de théologie : M. Delcourt qui s'y est déclaré contre le jansénisme n’a ni assez de science ni assez de conduite pour soutenir le bon parti. Il est violemment haï et attaqué. Monsieur d’Arras prévenu par le parti, ne cherche qu’une occasion pour le pousser à bout.

13Fénelon est sans doute injuste envers Nicolas-Joseph de la Verdure, professeur de théologie, qu’il crut nécessaire de consulter deux fois lors de la querelle du quiétisme, et que, trois ans plus tard, il range un peu vite parmi les vieux professeurs peu en état d’enseigner utilement.

14Adrien Delcourt ne se faisait d’ailleurs pas d’illusions à propos de Fénelon : il écrit au P. Charles Boucqueau, jésuite : Je doute si Monsieur de Cambray voudrat se mesler de cela. Ce prélat ne me paroit pas favorable à la bonne cause, quoy que sa disgrâce l'ait rendu plus modéré, et moins remuant que les autres prélats.

15D’ailleurs, Bossuet lui-même lors de la querelle du quiétisme, avait pu craindre que l’attachement de Sève à Fénelon ne fût dommageable à la cause qu’il défendait. Il écrivait le 5 janvier 1699 : Monsieur d’Arras quoique sans s’expliquer ouvertement, est tout cambrésien dans le cœur... s'il y a quelque évêque qu'on puisse soupçonner defavoriser les intérêts de M. de Cambrai, c’est celui-là quoique ilsoit de mes amis.

4. L’action du métropolite de Cambrai

16L’attitude de Fénelon trouve ses raisons dans sa stratégie personnelle. Pour échapper à l’influence jansénisante de l’université du Brabant, et pour écarter la faculté de théologie de Douai, qu’il trouve peu efficace, Fénelon, ancien élève des sulpiciens, compte sur Monsieur Tronson, qu’il sollicite vivement dès 1695. Il se heurte d’ailleurs très vite aux inquiétudes doctrinales du supérieur de Saint-Sulpice. Qui lui refuse sa collaboration. Pourtant Fénelon écrivait à Tronson : Quand je vous demande un directeur un peufort sous le supérieur, c’est queje connais les besoins du pays : on y est fort opposé au séminaire ; les docteurs de Louvain et de Douai en méprisent les études et en craignent fa réforme.

17Fénelon avait d’ailleurs confié le poste de supérieur à Chanterac, son collaborateur le plus proche.

  • 2 H. HILLENAAR, Fénelon et les Jésuites, La Haye, 1967.

18Toutefois, le Cygne de Cambrai ne demeura pas inactif : il tenta d’abord de remplacer la commission royale par une inspection pontificale. Dans le mémoire qu’il adressait à Rome, il crut bon de souligner l’état déplorable de la faculté de théologie de Douai ainsi que la faiblesse de ses professeurs. Selon H. Hillenaar, il aurait aussi composé un mémoire secret à l’usage du roi, sur les affaires de Douai2. Sa solution était la suivante : que le monarque, pendant quelque temps encore, nomme luimême les professeurs, en choisissant des hommes savants et capables. Après quoi, la saine doctrine étant redevenue maîtresse de la faculté, on pourrait rétablir la liberté du concours pour les postes à pourvoir : Ainsi cette université se rétablirait et se purifierait tout ensemble.

19Ces deux démarches (l’une vers Rome, l’autre vers Versailles) n’eurent guère d’effets. Dans l’urgence, il fallait rétablir ou renverser la situation. Le P. La Chaize et le roi agirent à court terme, et sans s’embarrasser des nuances de l’analyse fénelonienne. Par contre, la dénonciation du complot au duc de Chevreuse, dès le 24 juillet 1702, était beaucoup plus efficace. Fénelon voyait dans cette affaire M. de Sève. Il décrivait sommairement les commissaires nommés par le conseil d’Etat le 8 juillet 1702 : Monsieur de Marillac s’est souvent déclaré avec chaleur contre les jésuites ; Argouges de Rannes, gendre de Le Pelletier, ne leur sera pas favorable ; l’Intendant Voysin a toujours paru prévenu contre eux', quant au conseiller Leblanc, il a été mis hors de l'Intendance de Rouen pour avoir été convaincu defavoriser le passage des écrits du parti janséniste et de Bossuet, il écrit : ‘Enfin, vous connaissez M. de Meaux.

20Fénelon ne semble pas avoir découvert que le Cardinal de Noailles manipulait tout ce monde grâce à Bossuet. Pourtant, quand l’affaire échoue, à l’automne 1702, Bossuet lui-même rend compte à Noailles, le 27 octobre 1702, comme le note H. Hillenaar : Il y a, Monseigneur, environ un mois que Monsieur de Marillac m’écrivit qu'on avait sursis à notre commission pour l'université de Douai etje n’en ai point ouï parler depuis.

21Selon le Journal de Louis Monnier de Richardin, le Conseil d’Etat avait aussi refusé son brevet au premier des concurrents en théologie, un certain Hawarden. L’affaire était donc close en faveur de la faculté de théologie.

5. Adrien Delcourt : les raisons d’une victoire

22Adrien Delcourt sortit donc victorieux de l’épreuve que le clan de Noailles avait imposée à sa faculté. Comment la chose fut-elle possible ? Le vice-chancelier, mal soutenu par Fénelon, souvent trahi par ses collègues, parvint également avec beaucoup de peine à mobiliser les jésuites de Douai en sa faveur. Les commissaires eurent le tort d’attaquer un jésuite, le P. Weidert, ce qui donna plus de zèle aux professeurs du collège d’Anchin. Cependant, il semble que Delcourt ait été protégé : dans sa correspondance au R.P. Ch. Boucqueau, il cite souvent N.A. : notre ami. Quel était ce puissant protecteur que Delcourt suggère de rencontrer tous les jours ? C’est un laïc, car Delcourt veut qu’il communie pour le succès de leurs affaires. Sans quoi, il lui aurait demandé de dire une messe aux intentions de leur cause. Ce n’est pas M. de Pontmarin, lieutenant délégué du lieutenant général de Montbron, qui réside, lui, à Cambrai. Mais sans doute Montbron, favorable à Delcourt, a-t-il doublé Pontmarin. S’agit-il d’une personne qui oeuvre dans l’ombre pour le lieutenant général de Cambrai ? La chose est possible, mais non certaine.

23Enfin, il faut rendre hommage à l’immensité du travail réalisé par Delcourt dont le P. La Chaize connaissait Ces talents. Certificats de villes, de collèges, mémoires, réponses, tout cela est remis régulièrement au P. La Chaize. Certes, parfois, des rumeurs peu élogieuses vont jusqu’au roi, et au P. La Chaize, qui est bien prés d’éconduire Delcourt : J’ai vu hier ce R. Père de la Chaise, qui m’a renvoyé fièrement à Monsieur Chamillart, à Messieurs les Commissaires et à un bon avocat écrit-il à son ami Boucqueau. Mais les nuages ne font que traverser le ciel, et la faveur revient bientôt. Delcourt, connu de longue date, apprécié par le P. La Chaize et par le roi, est un homme protégé. A tel point qu’en 1710, quand Malborough s’empare de la ville, il fait au vainqueur un discours élogieux : Malborough a délivré Douai de la tyrannie française, de l’empire des jésuites, qui ont fomenté la fourberie de Douai ! Plaisant retournement chez un homme que tout le monde donne pour l’auteur de la fourberie de Douai (1691-1692). Au retour des Français, Delcourt n’est nullement inquiété. On ne trouve qu’une note de 1739, au secrétariat à la guerre qui dit qu’on peut lui rappeler la chose de temps en temps. Mais à l’époque, Delcourt a quelques ennuis avec Versailles...

24Ainsi, l’affaire de l’inspection s’est clôturée par la victoire de ce curieux « homme de l’ombre » qui dirigeait la faculté de théologie. Ce fut le triomphe d’un défenseur de l’orthodoxie, mais aussi, la récompense d’une longue fidélité à la France et au Très Chrétien.

Notes

1 Pour les aspects plus techniques de cette affaire, on peut reprendre mon étude dans les Mélanges de Science religieuse, XXVIIe année, no 1, avril 1970, G. DEHON, « Un épisode de la querelle janséniste à l’Université de Douai : la commission d’enquête de 1702 », p. 49-58.

2 H. HILLENAAR, Fénelon et les Jésuites, La Haye, 1967.

Auteur

Faculté libre des Lettres Université Catholique de Lille

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540