Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fénelon, évêque et pasteur en son temps (1695-1715)

 | 
Philippe Guinet
, 
Gilles Deregnaucourt

Fénelon, les pouvoirs et la société de son temps

Fénelon face à la guerre et à la frontière

Lucien Bély

Texte intégral

  • 1 Correspondance de Fénelon, t. XIV, Guerre, négociations et théologie 1708-1711, texte établi par J (...)
  • 2 Ibidem, p. 356, Fénelon au duc de Chevreuse, p. 356, 25 mars 1711.

1Les défaites militaires françaises pendant la guerre de succession d'Espagne permirent aux armées de la Grande Alliance de s'avancer vers le royaume de France et Cambrai pouvait être une des cibles de la coalition et l'objet d'un siège. Le 3 mai 1710, Fénelon envisagea cette hypothèse : selon lui, si les ennemis prenaient Cambrai, ils n'auraient point la Somme à passer pour entrer en France et ils pourraient aller jusqu'à Pontoise sans trouver un seul ruisseau. Il ajoutait néanmoins : Je comprends bien que tout cela demande une grande bataille1. Cambrai était aussi une des villes que Louis XIV serait tenté d'offrir comme garantie de ses engagements diplomatiques. De là, pour Fénelon, l'inquiétude quant aux opérations militaires et l'attention portée aux négociations de paix. La cité était un lieu de passage avant le début des campagnes pour les généraux et les officiers, un lieu où les blessés étaient soignés après les combats, et enfin le centre d'une province que les troupes françaises ou ennemies fourrageaient volontiers. Le 25 mars 1711, le prélat écrivait : Mais voilà le torrent des militaires qui va fondre sur nous. Je vais être le maître d'une grande Hôtellerie pleine2.

  • 3 Ibid., p. 207, Fénelon à Vincenzo Alamanni, 10 février 1710. Je n'apporterai aucun élément nouveau (...)

2Cela explique que Fénelon ait été soucieux d'être bien informé sur les affaires politiques et militaires. Dans ce contexte de guerre sur la frontière du nord, c'est la situation du prélat, surtout sa situation politique, que je me propose d'étudier, en tentant de retrouver les hommes qu'il rencontrait, et par là les entretiens qu'il avait, les informations qu'il glanait, les réflexions qu'il développait, l'influence qu'il conservait, enfin l'action qu'il menait, même s'il affirmait : Je ne me mêle point de la politique...3. Je m'en tiendrai aux pires moments de la guerre de succession d'Espagne, en examinant aussi les préoccupations de paix. Je me limiterai au témoignage de ces échanges épistolaires publiés, car ils ont le mérite de donner des impressions ou des réactions spontanées et immédiates. Je classerai les interlocuteurs de l'archevêque en groupes caractéristiques : les princes, les hommes d'Église, les ministres, les hommes de guerre, enfin les négociateurs en tout genre.

  • 4 Ibid., p. 31, le duc de Bourgogne à Fénelon, 15 mai 1708.
  • 5 SAINT-SIMON, Mémoires, A. de Boislisle éd., t. XVI, 1902, p. 130-131, cité dans Correspondance de (...)

3C'est grâce à cette guerre que Fénelon eut la joie de revoir son cher duc de Bourgogne, lorsque celui-ci vint commander l'armée de Flandre. Le prince annonçait le 15 mai 1708 : Je serai demain à Cambray sur les neuf heures ; j'y mangerai un morceau à la poste, et je monterai ensuite à cheval pour me rendre à Valenciennes4. Le petit-fils de Louis XIV n'avait pas l'autorisation de coucher à Cambrai, mais il put y dîner à la poste, ce qu'il n'avait pu faire en 1702, et l'archevêque vint le saluer. Saint-Simon a ajouté des détails qui lui furent sans doute rapportés par ses amis : Le jeune prince embrassa tendrement son précepteur à plusieurs reprises ; il lui dit tout haut qu'il n'oublierait jamais les grandes obligations qu'il lui avait, et, sans jamais se parler bas, il ne parla presque qu'à lui, et le feu de ses regards lancés dans les yeux de l'archevêque, qui suppléèrent à tout ce que le Roi avait interdit, eurent une éloquence, avec ces premières paroles à l'archevêque, qui enleva tous les spectateurs5. Selon le mémorialiste, dans cette entrevue qui était aussi un événement et observée comme tel, la maigre conversation à voix haute se complétait ainsi d'un beau dialogue muet des regards. Mais cette présence se transforma bientôt en drame en raison de la défaite d'Audenarde et de la perte de Lille.

4Ce qui toucha l'archevêque alors, tout autant que les défaites françaises, ce fut la polémique qui se déchaîna entre les partisans de Vendôme et ceux du duc de Bourgogne. Une lettre du futur cardinal Alberoni, alors secrétaire de Vendôme, lettre que plus tard Saint-Simon a reproduite et longuement critiquée, une lettre de Campistron, homme de lettres attaché également à Vendôme et surnommé « le singe de Racine », une lettre du comte d'Évreux, de la maison de Bouillon, à son beau-père Crozat qui la fit circuler, servirent de base à des attaques virulentes contre Bourgogne qui furent reprises par des chansons, des ponts-neufs et des vaudevilles. C'était par ces formes que s'exprimait une opinion publique qui était encore fortement bridée. Il suffit de voir la place que Saint-Simon accorda à la justification du jeune homme face à la « cabale » - c'est son terme - de Vendôme.

  • 6 Correspondance, t. XV, Commentaire, p. 53, note 7. (Lettre de Mme de Maintenon à la princesse des (...)
  • 7 Correspondance, t. XIV, p. 82, Fénelon au duc de Bourgogne, 15 octobre 1708.
  • 8 Ibid., p. 86-87.
  • 9 Ibid., p. 93, Fénelon au duc de Bourgogne, 17 novembre 1708.
  • 10 Ibid., p. 103, le duc de Bourgogne à Fénelon, 5 décembre 1708.

5Une telle rumeur frappait aussi le maître à travers l'élève et Mme de Maintenon se fit l'écho de ces insinuations : On ne parlé plus que du Télémaque où M. de Cambrai a appris à notre prince à préférer un roi pacifique à un conquérant...6. Dès le 24 septembre, les reproches du prélat furent nets à l'égard du jeune prince tout en se dissimulant sous des conseils. L'enquête de Fénelon porta sur le déclenchement de la bataille d'Audenarde et sur la possibilité de secourir Lille, alors que les ennemis étaient mal retranchés autour de la ville. Dans sa lettre du 15 octobre 1708 au duc de Bourgogne, les remarques s'appuyaient sur un témoignage : J'ai vu un homme de service, qui m'a dit avoir mené M. d'Artaignan dans cette plaine, parce qu'il la connaissait parfaitement. Il soutient qu'il n'y avait qu'à se donner la peine de l'aller voir, pour reconnaître que tout était uni et ouvert...Il ajoute qu'il prit la liberté de parler hautement ; que personne ne daigna ni l'écouter, ni prendre la peine d'aller voir, et qu'en un mot presque personne ne voulait entendre opiner pour le combat...7. À côté des faits, Fénelon s'inquiétait de la rumeur, le 25 octobre : C'est une chose inouïe, qu'un prince, qui doit être si cher à tous les bons Français, soit attaqué dans les discours publics, dans les lettres imprimées, et jusque dans des gazettes, sans que presque personne ose contester les faits qu'on avance faussement contre lui8. Cette colère montre assez l'impuissance face aux bruits et aux rumeurs puisque la monarchie, en contrôlant l'information, interdisait le débat public et laissait à sa place s'installer la polémique diffuse des cabales. Le seul recours, même pour un petit-fils de France, était le roi et, le 17 novembre, Fénelon conseillait une confession humble et ingénue de certaines choses9. Le monarque pouvait imposer le silence, choisir entre les deux camps qui s'affrontaient et finalement exercer là aussi une forme de justice, en matière de réputation - un tribunal d'honneur-, qui n'a pas été souvent prise en compte. Le duc de Bourgogne répondit encore le 5 décembre 1708 à son Mentor. Il confessait une erreur de jugement à Audenarde, puisque son ordre d’attaquer trois bataillons aurait finalement lancé la bataille sans que l'armée française fût prête : Les trois bataillons d'Oudenarde sont vrais...10. Il restait plus vague quant aux hésitations face au siège de Lille.

  • 11 Ibid., p. 165, Fénelon au duc de Bourgogne, 15 novembre 1709.

6L'archevêque rencontra le jeune prétendant Stuart, reconnu comme Jacques III par la France, qui combattait incognito dans l'armée de Flandre - cet incognito, parfait selon le cérémonial, fut jugé blessant par des témoins qui considéraient que le jeune roi avait été mal traité. Le 15 novembre 1709, Fénelon écrivait au duc de Bourgogne : J'ai vu plusieurs fois assez fièrement le roi d'Angleterre, et je crois, Monseigneur, devoir vous dire la bonne opinion que j'en ai11. Un portrait suivait qui était comme une leçon pour le malheureux prince français. C'était aussi l'évocation de ces fantômes politiques qui hantèrent désormais la scène européenne, rois en exil et prétendants.

  • 12 Correspondance de Fénelon, t. XII, Les nouvelles controverses, texte établi par J. ORCIBAL, avec l (...)
  • 13 Correspondance, t. IV, p. 32, le duc de Bourgogne à Fénelon, 21 mai 1708.
  • 14 Ibid., p. 63, Fénelon à M***, 1er septembre 1708.
  • 15 Ibid., p. 117, Fénelon au baron Karg, 7 janvier 1709.

7Fénelon avait aussi à compter avec la présence à Valenciennes de Joseph-Clément de Bavière, Électeur de Cologne et évêque de Liège, un autre exilé : allié de Louis XIV, banni de l'Empire, ce prince ecclésiastique était pensionné par la France. En 1705, alors que Joseph-Clément hésitait encore à être ordonné, Fénelon qui avait eu des entretiens spirituels avec lui écrivait au baron Jean-Frédéric Karg : Quand ces grands princes se donnent de bonne foi à l'Église, non seulement ils la protègent dans les pays où elle a un pressant besoin de protection contre les protestants, mais encore leur vertu édifie plus que celle des autres évêques d'une moindre naissance12. Le duc de Bourgogne informa aussi son précepteur des difficultés de protocole lors d'une rencontre avec Joseph-Clément : L'Électeur de Cologne a fait savoir à M. de Vendôme qu'il désirait me voir ; et à cause des inconvénients du cérémonial, et que je ne lui pourrais pas donner autant qu'il prétendrait, if a été convenu que je ne le verrais qu'à cheval, et je crois que ce sera le jour de la revue de l'armée...13. Enfin une lettre de Fénelon témoigne des difficultés éventuelles de préséance entre les deux hommes d'Église, lors d'une procession, si tous deux étaient présents, car l'Électeur s'était découvert un goût très marqué et bien tardif pour le faste des cérémonies religieuses : une affaire de croix, de rochet, de camail, de chape, de mitre et de crosse14. Fénelon cédait volontiers sur tout pour ne pas froisser le prince bavarois, si proche de la famille royale. Prince en exil que l'archevêque devait ménager et prélat instable que Fénelon devait contrôler, Joseph-Clément était un voisin encombrant. Dans le sillage de l'Électeur, Fénelon eut affaire au baron Karg de Bebenburg qui était le chancelier du prince, mais aussi l'interlocuteur de Versailles. Fénelon se méfiait de lui sur le plan théologique, le supposant gagné aux idées jansénistes, mais c'est lui sans doute qu'il félicitait en janvier 1709 de ses écrits pour la défense des intérêts de l'Électeur15. La défiance en matière religieuse allait avec la prudence pour les affaires politiques.

  • 16 Lettre de Bouillon au Roi, Arras, 22 mai 1710, Saint-Simon, Mémoires, t. XX, p. 15, Correspondance (...)
  • 17 Correspondance, t. XIV, p. 276, 9 octobre 1710.
  • 18 Ibid., p. 361, Fénelon à François de Beauvau du Rivau, 30 mars 1711.
  • 19 Ibid., p. 411, Fénelon au duc de Chevreuse, 27 juillet 1711.
  • 20 Ibid., p. 35, Fénelon à Dom F. Lamy, 22 juin 1708. Sur Pasionnei, A. CARACCIOLO, Domenico Passione (...)
  • 21 Correspondance, t. XIV, p. 130, Fénelon à Domenico Passionei, 16 mars 1709.
  • 22 Ibid., p. 351, Clément XI à Fénelon, 14 mars 1711.

8Homme d'Église lui-même, Fénelon avait à s'occuper d'affaires religieuses et il s'engagea avec vigueur dans la lutte contre le jansénisme. Mais des hommes d'Église, comme lui, se mêlaient ou étaient mêlés aux affaires politiques. Je prendrai quelques exemples. Un de ses correspondants était le cardinal de Bouillon, doyen du Sacré Collège, qui connaissait une profonde disgrâce et qui en rapportait les principales péripéties à son ami de Cambrai. Lui-même en disgrâce, Fénelon restait très discret. Bouillon forma en janvier 1709 le vœu de passer la fin de sa vie à Vicoigne ou à Valenciennes pour mourir entre les mains de Fénelon. Ces retrouvailles n'eurent pas heu. Le 13 mai 1710, Bouillon envoya à Fénelon une lettre, sans doute ostensible et destinée à le laver de toute complicité dans ce qui allait arriver. Le cardinal avait en effet gagné Arras et fait mine d'aller visiter son abbaye de Vicoigne : le 22 mai, il se faisait enlever par des cavaliers ennemis, commandés par son neveu, le prince d'Auvergne :...je reprends la liberté que ma naissance de prince étranger, fiés de souverain, me donne...16 écrivit-il. C'était une défection et une trahison, car les temps avaient changé où de grands seigneurs pouvaient passer, s'ils étaient mécontents, au service de l'ennemi. D'autant plus que les Bouillon n'étaient princes étrangers que par courtoisie. Bouillon envoya encore à M. de Cambrai des documents pour rappeler les « criantes vexations »17 dont il avait été l'objet et qui l'avaient conduit à défier son souverain et à passer du côté de ses ennemis. Fénelon parlait encore en 1711 d'utiliser la médiation du cardinal dans des affaires qui regardaient l'évêque de Tournai, mais il se défendait :...car personne n'est plus loin que moi d'approuver ou d'excuser le procédé de M. le C. de Bouillon : personne n'est plus éloigné que je le suis d'avoir aucun commerce avec lui18. En juillet 1711, le même Fénelon était obligé de se justifier quant à ses relations avec le cardinal et quant à « un très vif commerce de lettres » que l'on supposait : Ce que j'ai à désirer est que le Roi lise mes lettres, en daignant se mettre en ma place par rapport à un homme aussi dépité que ce cardinal l'était, et ce que j'ai à craindre est que le Roi en entende parler à des gens mal intentionnés sans les lire lui-même19. Face à l'ancienne génération, la nouvelle était aussi curieuse de connaître l'auteur du Télémaque. Ce fut ainsi la rencontre avec Domenico Passionei. Celui-ci avait apporté la barrette au nonce Gualterio, mais il indisposa plus tard le nonce Cusani, et reçut pour mission de veiller aux intérêts du Saint-Siège et de l’Église dans les négociations de paix et dans les pays du nord. Représentant officieux puis officiel du pape à La Haye, à Utrecht puis à Baden, il fut en rapport avec la diplomatie française pour en obtenir une nonciature. Ce fut un échec, mais il se fit connaître dans les intrigues politiques ou mondaines, avant de s'attacher au prince Eugène. Plus tard, il fut cardinal et bibliothécaire de l'Église. Dans une lettre à Dom François Lamy qui avait, semble-t-il, organisé le séjour à Cambrai de l'abbé, Fénelon multipliait les mises en garde contre l'ambition et l'assurance de Passionei, mais il avouait : Jamais liaison n'a été faite plus promptement que la nôtre. Je l'ai aimé des que je l'ai vu. Il a été accoutumé à nous dès le premier jour, et toute la maison le voit avec complaisance20. Ainsi se confirmait ce don de séduction que toute l’Europe des négociateurs ne put que constater au cours des années suivantes. Le 16 mars 1709, ce fut néanmoins sur sa tâche religieuse que Fénelon insista, mais n'était-ce pas aussi un conseil personnel : Le pays où vous êtes est propre à montrer combien l'esprit humain s'égare dès qu'il suit sa vaine présomption21. Fénelon, qui vivait à proximité des terres protestantes, se souciait en effet d'une occupation par les ennemis d'une partie du territoire français. Le pape Clément XI le 14 mars 1711 signalait à l'archevêque, comme métropolitain, les dangers qui menaçaient la foi catholique à Lille et qui conduisaient des fidèles à choisir la « secte de Calvin »22.

  • 23 Ibid., p. 329, Fénelon au P. Le Tellier, 5 février 1711.
  • 24 Ibid., p. 357, Fénelon au duc de Chevreuse, 25 mars 1711.

9Dans le même esprit, une autre question à laquelle s'intéressa Fénelon, à la lisière des affaires politiques et religieuses, ce fut le sort de l'évêque de Tournai, ville qui avait été prise par les alliés. Les États généraux avait déjà nommé des chanoines dans cette cité que l'évêque avait abandonnée. Fénelon, craignant un schisme dans l'Église de Tournai, voulait que l'évêque François de Beauvau revînt de Paris et se fixât dans le voisinage à portée de consoler, d'édifier, d'animer, de secourir les peuples, de réprimer les entreprises des séducteurs, et d'éviter le schisme23. Car ce que redoutait le prélat, plus que les tentatives des protestants, c'était l'influence des jansénistes dans les Pays-Bas qui arriveraient dans les bagages de l'ennemi. Fénelon montrait aussi dans ses lettres que Beauvau ne tenait nullement à reprendre son siège de Tournai tout en cherchant à se servir de ses déboires pour obtenir un siège épiscopal plus important. L'archevêque fit de longues réflexions sur le serment que l’évêque aurait peut-être à prêter et c'était ainsi la question de la souveraineté qui se trouvait posée. Fénelon plaçait la résidence d'un évêque parmi ses fidèles ainsi que les fonctions spirituelles au-dessus de la fidélité à un prince particulier et au-dessus du statut temporel. N'allait-il pas jusqu'à reprocher à son prédécesseur d'avoir prêté serment à Louis XIV, dès 1677, sans attendre la cession de Cambrai à la France par un traité de paix ? Lorsque Beauvau réapparut, Fénelon lui proposa de l'argent : Il n'a rien voulu. Il n'a pas même voulu demeurer ici, et il a mieux aimé aller demeurer à Valenciennes avec M. le chevalier de Lux/embourg/et M. de Bernières, quoique je n'aie rien oublié pour le mettre en liberté céans. Il y aurait été avec plus de bienséance que chez ces messieurs. Mais je n'ai osé le presser plus longtemps à cause de ma situation de disgrâce, qui peut l'empêcher de vouloir demeurer céans24. Cette constatation est douloureuse. Néanmoins Fénelon faisait un portrait favorable de ce prélat. En effet l'archevêque, tout au long de ses lettres, donnait son jugement sur les ecclésiastiques français, appréciant leur caractère, leur doctrine, leur mode de vie, et à travers ces portraits, il conseillait le gouvernement, par l'intermédiaire du duc de Chevreuse ou du P. Le Tellier. Ce sont les cadres futurs de l'Église que Fénelon travaillait à installer. Ce mélange de disgrâce, maintenue par le roi et dénoncée par l'archevêque, et de faveur, par les échanges de lettres avec Bourgogne, Chevreuse ou Le Tellier, caractérisait bien la situation ambiguë de M. de Cambrai.

  • 25 SAINT-SIMON, Mémoires, A. de Boislisle éd., t. XV, p. 402-403.
  • 26 Correspondance, t. XIV, le duc de Chevreuse à Fénelon, 9 avril 1709.
  • 27 Ibid.

10Car c'est grâce aux deux derniers surtout qu'il pouvait toucher le roi. Saint-Simon a révélé, - et pourquoi ne pas le croire - que Chevreuse était un véritable ministre de Louis XIV, même s'il ne faisait pas partie du Conseil : il venait travailler avec le roi par les derrières25. Saint-Simon parle d'un véritable incognito. Les lettres que Fénelon envoyait au duc sur les affaires générales étaient donc bien destinées à aider Chevreuse dans son travail de gouvernement. Comment imaginer que ces échanges épistolaires fréquents n'aient pas été autorisés, voire encouragés ? Le gouvernement n'avait-il pas besoin des avis clairs et nets, audacieux et intelligents d'un homme comme Fénelon ? La correspondance avec Le Tellier alla dans le même sens pour ce qui concernait le champ religieux puisqu'il s'agissait là de lutter contre le jansénisme. Cette confiance cachée à l'égard du prélat explique sans doute les jugements terribles de Chevreuse en 1709 sur les membres du Conseil du roi. Le Chancelier de Pontchartrain et Chamillart sont inutiles pour les grandes affaires ; M. de Torcy est, selon le duc, très bon secrétaire, entend même assez bien les intérêts des princes et le nôtre, n'est pas incapable de fournir des expédients, et sait les tours des négociations26. Mais ce n'était pas suffisant. Quant à Beauvillier, il surmonte autant qu'il peut sa timidité naturelle27. En donnant cet état terrible du Conseil, Chevreuse n'invitait-il pas son ami de longue date à suppléer ces défaillances, à prendre la plume ? Le fait que Fénelon pût formuler ses avis ne signifiait nullement que le gouvernement cherchât à les suivre à tout prix. À son tour, Fénelon se faisait informateur, en livrant des indices sur certaines sensibilités du temps.

  • 28 Ibid., p. 102, Fénelon au duc de Chevreuse, 3 décembre 1708.
  • 29 Ibid.
  • 30 Ibid., p. 102-103.
  • 31 Ibid., p. 103.

11Chamillart, qui avait le secrétariat d'État à la Guerre, fut contraint de venir sur place en Flandres en 1708 et une lettre de Fénelon au duc de Chevreuse montre que le prélat a rencontré alors le ministre : M. de Chamillart me dit en passant ici, que tout était désespéré pour soutenir la guerre, à moins qu'on ne pût tenir les ennemis affamés dans cette fin de campagne entre te canal de Bruges, l'Escaut, et notre frontière d'Artois. Toutes ces espérances sont évanouies. Mais M. de Chamillart, qui me représentait très fortement l'impuissance de soutenir la guerre, disait d'un autre côté qu'on ne pouvait point chercher la paix avec de honteuses conditions. Pour moi, je fus tenté de lui dire : Ou faites mieux la guerre, ou ne la faites plus. Si vous continuez à la faire ainsi, les conditions de paix seront encore plus honteuses dans un an qu'aujourd'hui. Vous ne pouvez que perdre à attendre28. Il fut tenté de parler, mais il ne parla pas. Le regard était critique à l'égard d'un ministre et à l'égard de la politique du gouvernement, dont le correspondant de Fénelon était proche s'il n'en faisait pas officiellement partie. Il conseillait une paix immédiate dans l'urgence et cette impatience rageuse s'explique aussi par la situation du prélat dans une zone de combats. Ses lettres notaient avec fièvre la plus mince espérance de paix et ne se privaient pas de multiplier les projets pour l'après-guerre, les voyages pour le duc de Luynes ou l'édition de saint Augustin. Le jugement de Fénelon s'appuyait sur une analyse terrible puisqu'il continuait en décrivant le découragement de l'armée, le dégoût des officiers, le relâchement de la discipline, le mépris du gouvernement, l'ascendant des ennemis, le soulèvement secret des peuples, et l'irrésolution des généraux, dès qu'il s'agit de hasarder quelque grand coup29. Comme toujours, il revenait en arrière, cherchait les origines de la politique belliqueuse de Louis XIV, mais constatait surtout son essoufflement et son échec : Le branle donné du temps de M. de Louvois est perdu30 et il concluait : On ruine et on hasarde la France pour l'Espagne31. Ainsi ce fin politique renouait avec ses idées anciennes qui voyaient dans la guerre de Hollande la cause de tous les maux et avec ses diatribes véhémentes qui négligeaient la capacité de tout redressement français. Il ne comprenait pas que la guerre sans doute avait changé de nature, et en même temps le gouvernement de la France.

  • 32 Ibid., p. 108, Fénelon à Michel Chamillart, 22 décembre 1708.
  • 33 Ibid., p. 140, Fénelon à Michel Chamillart, 24 avril 1709.
  • 34 Ibid., p. 157-158, Fénelon à Daniel-François Voysin, 22 septembre 1709.

12En 1708, il défendait les franchises du Cateau-Cambrésis face aux injonctions de Chamillart qui voulait y installer un régiment : l'archevêque soulignait que les Espagnols avaient respecté les privilèges du lieu. Il ajoutait à propos de l'indignation des peuples : Ils ne manqueront pas de dire que ma disgrâce, dont il n'est pas juste qu'ils souffrent, est la cause de leur malheur...32. En 1709, l'archevêque eut à fournir des blés alors que la conjoncture économique était terrible et sa correspondance témoigne de ces discussions âpres où le prélat défend avec vigueur la cause des peuples face aux besoins des troupes. Comme toujours, il sait être audacieux :...si le Roi juge qu'il doive ôter le dernier morceau de pain à ses peuples pour le donner à ses troupes, je ne puis que laisser avec une parfaite soumission exécuter les ordres de Sa Majesté...33. Il dénonce tout aussi vivement les pillages qu'elles commettent : Tout ce pays est dans une extrême souffrance. Il est ravagé cruellement par les ennemis, et les nôtres le fourragent terriblement de leur côté... Avec Voysin, qui remplaça Chamillart et qui avait été intendant du Hainaut, l'archevêque répétait ses plaintes : Le pays où nous sommes se trouve, Monsieur, tout auprès de cette dernière extrémité, et pensa trouver un allié : Enfin nous sommes persuadés que vous serez favorable à un pays que vous avez gouverné avec tant de sagesse et de désintéressement34. C'est autour de ces questions de ravitaillement qu'il eut des contacts avec les intendants dont il laisse deviner qu'ils sont aussi ses informateurs, ainsi pour Bernières.

  • 35 Ibid., p. 441, Fénelon au duc de Chevreuse, 19 septembre 1711.
  • 36 Ibid., p. 235, Fénelon au duc de Chevreuse, 4 mai 1710.
  • 37 Ibid., p. 389, Fénelon à Eugène de Savoie, fin mai 1711.
  • 38 Ibid.

13Fénelon avait aussi à rencontrer les hommes de guerre, qui sont souvent ses hôtes. Il est en particulier le directeur spirituel du vidame d'Amiens, fils du duc de Chevreuse, et il suit avec attention la carrière du chevalier de Luxembourg. Il jugeait aussi les généraux. Le 19 septembre 1711, il écrivait à propos de Villars : La réputation du général est avilie. Il n'est ni aimé ni estimé des principaux officiers35. Lui-même avait imaginé sa propre conduite si les victoires ennemies le chassaient de sa ville : Si les ennemis prenaient Cambray, je me retirerais au Quesnoy, à Landrecy, et puis à Avesnes. J'irais de place en place jusque dans la dernière de la domination du Roi. Je ne prêterais aucun serment, lorsque le Roi n'aurait plus aucune place dans mon diocèse ; alors je ne m'en irais jamais volontairement, et je me laisserais mettre en prison plutôt que de quitter mon troupeau36. C'est finalement dans cet état d'esprit qu'il écrivit à Marlborough, le général anglais, pour demander la protection du Cateau et le duc anglais lui répondit avec un respect marqué. Fénelon écrivit aussi à Eugène de Savoie, le général impérial, demandant la protection d'un prince qui aime sincèrement la vraie religion, dont la maison a souvent soutenu la catholicité avec tant de zèle, et dont l'Europe entière estime les grandes qualités37. Par cet hommage un peu appuyé, le prélat voulait empêcher que les Allemands, les Anglais ou les Hollandais ne fissent un « exercice public et ouvert » de leur religion pour y attirer les catholiques : Cette séduction des esprits faibles ne pourrait que troubler un pays qui a toujours été jaloux de conserver l'ancienne religion38. Défense du royaume face aux ennemis, défense des privilèges locaux et des populations face aux armées et aux requêtes des ministres, défense de la foi catholique face aux séductions de protestants et des jansénistes : telles étaient les préoccupations de Fénelon au milieu des combats. Dans ce contexte de guerre, la collecte des informations, les échanges épistolaires et la conversation avec les voyageurs lui permettaient de rester vigilant, son prestige intellectuel et son autorité naturelle étaient des atouts pour intervenir localement, enfin ses liens anciens avec la Cour lui facilitaient les conseils souvent audacieux et les jugements rudes.

  • 39 Ibid., p. 167, Fénelon au duc de Chevreuse, 18 novembre 1709.
  • 40 Ibid.
  • 41 Sur ce sujet, voir l'ouvrage de Guy THUILLIER, La première école d'administration. L'Académie poli (...)

14C'est à propos de la paix qu'il est possible d'examiner ce qu'étaient précisément ces conseils. À la fin de 1709, Fénelon évoquait les bruits qui désignaient l'abbé de Polignac comme l'un des futurs négociateurs. Fénelon le disait accoutumé aux négociations : Il a de l'esprit avec des manières agréables et insinuantes39. Mais il récusait ce choix d’un professionnel de la négociation : Mais je voudrais qu'on choisît un homme d'une droiture et d'une délicatesse de probité qui fût connue de tout le monde, et qui inspirât la confiance même à nos ennemis. En un mot je ne voudrais point un négociateur de métier, qui mît en usage toutes les règles de l'art. Je voudrais un homme d'une réputation qui dissipât tout ombrage, et qui mît les cœurs en repos40. Outre les réticences manifestes quant à la personnalité de Polignac (qui fut un rival de Beauvillier auprès du duc de Bourgogne), c'était aller contre tous les efforts de Torcy et contre l'évolution même des relations internationales : le métier de négociateur s'affirmait et bientôt allait s'appuyer sur une meilleure organisation du secrétariat des Affaires étrangères et de ses archives, sur une académie politique41, sur des manuels du négociateur. Fénelon n'avait pas compris que l'État voulait avoir, là aussi, des agents expérimentés et fidèles. Le prélat n'avait pas vu s'affirmer cette administration nouvelle qui était soucieuse d'efficacité, par des enquêtes et des réformes, grâce à du personnel compétent et bien formé, à l'aide de pratiques rigoureuses et réglées.

  • 42 Correspondance, t. XIV, p. 137, le duc de Chevreuse à Fénelon, 9 avril 1709.
  • 43 Ibid., p. 179, Fénelon au duc de Chevreuse, 19 décembre 1709.
  • 44 Ibid., p. 248, Fénelon au duc de Chevreuse, 24 juin 1710.
  • 45 Ibid., p. 220-223, Fénelon au duc de Chevreuse, 20 mars 1710. Sur les négociations de Gertruydenbe (...)

15Le duc de Chevreuse, dans la même lettre de 1709 où il lui décrivait l'état du conseil, évoquait la situation européenne. Il considérait que le débarquement en Ecosse aurait pu faire naître une guerre civile en Angleterre et que c’était le seul moyen de garder l'Espagne dans la maison de France. Pour le duc, cette entreprise était possible, mais c'étaient les hésitations françaises qui l'avaient fait échouer. Il considérait aussi que la Hollande désirait la conservation de la France parce qu'elle craignait la concurrence de l'Angleterre et selon lui les Hollandais ne demanderaient qu'une médiocre augmentation de barrière42. Cette conviction présida à toutes les ouvertures du côté de la Hollande qui furent autant d’échecs. Néanmoins Chevreuse indiquait ce qui finalement fut le fruit des négociations futures : Lille serait rendu à la France, mais Tournai lui serait ôté. Or, en 1713 encore, rien n'était sûr. Le duc considérait que l’Empereur devait être content de l'Espagne et des Indes pour l'archiduc Charles, mais il pressentait néanmoins qu’il le serait encore plus en possédant, à la place, tous les États italiens, ce qui arriva finalement. Ce mélange d'hypothèses, d'aveuglements et d'intuitions correspond bien à ce qu'est une vision politique toujours fragile et mouvante. À la fin de l'année 1709, Fénelon évoquait l'idée de préliminaires qui déciderait à fond de presque tout43, or c'était la méthode suivie par Torcy, lequel s'était rendu à La Haye pour négocier en 1709, mais ces préliminaires de La Haye qui envisageaient le départ de Philippe V d'Espagne avec l'appui de Louis XIV avaient abouti en fait à une impasse, même s'ils furent encore la base des négociations en 1710. Cette même année 1710, Fénelon reprenait l'analyse de Chevreuse quant aux Hollandais : Ils se croient perdus s'ils ne détrônent pas le roi d'Espagne, et ils se croient presque dam la même extrémité, s'ils achèvent de renverser la France, pour aller détrôner le roi d'Espagne44. L'archevêque introduisait subtilement la notion d'équilibre tant désiré45, notion qui allait être la référence pour l'Europe pendant des décennies. Le prélat était d’autant plus sensible à ces négociations avec les Hollandais qu'ils connaissaient certains des intermédiaires, négociateurs ou agents secrets. Surtout il tenta de faire parler ceux qui partaient en 1710 pour Gertruydenberg : le maréchal d'Huxelles et Polignac, mais il obtenait aussi des confidences d'Helvétius, ce médecin empirique qui avait été chargé de négociations. Ensuite il dénonça la lenteur de la négociation, affirmant que les ennemis en riaient, mais il négligeait alors le facteur temporel : une donnée essentielle de la négociation qui était aussi une guerre d'usure.

  • 46 Correspondance, t. XIV, p. 258, Fénelon à Vincenzo Alamanni.
  • 47 Ibid.

16Fénelon exprimait d'autant plus nettement le désir de paix qu'il décrivait un engrenage qui conduisait à la ruine de l'Europe catholique. Il voyait une collusion entre les protestants et les jansénistes qui étaient d'accord sur la grâce, sur la prédestination, sur la liberté, sur les dévotions abusives qu'il faut retrancher, et sur la puissance de Rome qu'il faut rabaisser46. Si les ennemis perçaient la frontière, ils trouveraient aussi l'appui des protestants « mal convertis » dont la France était pleine selon lui. Si la maison de France était abattue, il n'y aurait plus que la maison d'Autriche pour défendre le catholicisme. Or cette maison était « en danger de finir bientôt » ou serait trop faible. Ainsi l'Empire passerait bientôt dans Ces mains des hérétiques, qui domineraient jusques dans toute l'Italie47. Ce danger était prochain selon Fénelon. L'homme d'Église tentait de susciter, en particulier en Italie, le réflexe de la solidarité catholique, comme au temps de la guerre de Trente Ans, mais il oubliait que la grande coalition avait intégré justement l'Empereur et que les relations internationales avaient peu à peu oublié ou contourné les enjeux religieux.

  • 48 Ibid., p. 253, Fénelon au duc de Chevreuse, 8 juillet 1710.
  • 49 Ibid., p. 286, Fénelon au duc de Chevreuse, 2 novembre 1710.

17L'autre crainte mieux fondée touchait les négociations parallèles de l'Espagne. Dès juillet 1710, Fénelon dénonçait les manœuvres de Bergeyck qui était le principal ministre de Philippe V dans les Pays-Bas espagnols, que Louis XIV avait toujours traité avec distinction et qui désormais se mêlait de négocier avec les ennemis. Les intérêts sont contraires, les acteurs seront opposés et jaloux48. Il n'avait pas tort car la France et l'Espagne s'éloignèrent l'une de l'autre dans ces années-là. Fénelon rencontra Bergeyck à l'automne 1710, alors que celui-ci gagnait Paris et il raconta l'entrevue dans sa lettre du 2 novembre. Pour le Flamand, l'échec de Gertruy denberg avait bien tourné autour de la « bonne foi » de la France. Mais Bergeyck avait un discours très optimiste dont Fénelon craignait le pire effet sur Louis XIV : Il soutient que la nouvelle dîme / l'impôt du dixième/ va relever toutes les affaires et rétablir toutes les finances, que les troupes seront facilement payées, que les peuples ne seront point trop chargés, que l'on crie mal à propos, qu'un grand royaume comme la France ne manque jamais, que les peuples ne se soulèvent que dans l'abondance, que plus ils sont abattus par la misère, moins ils sont à craindre, qu'enfin les ennemis, presque aussi las que nous, désireront la paix sans exiger l'évacuation de l'Espagne, dès qu'ils verront que la dîme nous met en état de commencer une guerre offensive, ou du moins de faire durer la défensive avec quelque succès49. Ce cynisme ravageur, doublé d'un bel optimisme, convenait sans doute mieux à la réalité des choses en cette année 1710 où tout se joua. Fénelon avait l'honnêteté de rapporter un tel discours qu'il jugeait trompeur et dangereux. Pour lui, il fallait la paix tout de suite, sans attendre que le roi d'Espagne fût sauvé, sans attendre que les ennemis eussent repris eux-mêmes le contrôle de la péninsule. Plus qu'un pacifisme en action, il faut bien constater un pessimisme défaitiste.

  • 50 Ibid., p. 261, Fénelon au duc de Chevreuse, 4 août 1710.

18Cette inquiétude fut à l'origine de la longue lettre au duc de Chevreuse, le 4 août 1710, alors que les discussions de Gertruydenberg s'étaient révélées un échec. Alors Fénelon envisage le pire : une bataille perdue et le Roi serait contraint de se retirer « de ville en ville » tandis que son royaume serait « ravagé et démembré ». Il pensait à juste titre que la dureté des ennemis provoquerait un sursaut populaire, mais que cela ne durerait pas devant les nouvelles exigences de la monarchie. La France est comme une place assiégée, écrivait le prélat50.

  • 51 Ibid.
  • 52 Ibid., p. 262.
  • 53 Ibid.
  • 54 Ibid.
  • 55 Ibid., p. 263.
  • 56 Ibid,, p. 264.

19Puis venait l'accusation majeure : la guerre n’avait été que l'affaire du roi qui était « ruiné et décrédité » : Il faudrait en faire l'affaire véritable de tout le corps de la nation51. Pour cela il fallait s'adresser aux Français, au moins leur parler, écrit Fénelon. C'est ce qu'avait tenté le roi en 1709 en envoyant sa lettre aux gouverneurs de province et cet appel avait fait une vive impression qu'il serait utile d'étudier plus en détail, si cela se révélait possible. Que Fénelon reprenne l'idée signifie que, dans son esprit, la nation devait sinon remplacer un roi discrédité - cette idée eût été proche du crime de lèse-majesté-, du moins agir à sa place. Une telle audace s'appuyait sur l'exemple des puissances maritimes :...comme on persuade aux Anglais et aux Hollandais que c'est par leur choix et par leurs intérêts qu'ils la font52. Là la pensée de Fénelon semble se troubler, puisqu'il ne paraît pas croire que cette guerre pût être faite pour les intérêts de la nation. Simplement la nation devait réparer les erreurs du roi, qui était seul à l'origine du conflit et, par là, se sauver de l'invasion. Pour trouver des ressources, il convenait de faire appel aux hommes les plus sages et les plus considérables de la nation53. Est-ce la peine de souligner l'archaïsme de cette proposition ? C'est le retour des assemblées des notables que le Roi consulterait l'un après l'autre, Fénelon ayant la prudence de ne pas demander la réunion des États généraux. Il sentait qu'un tel changement pourrait émouvoir trop les esprits, et les faire passer tout à coup d'une absolue dépendance à un dangereux excès de liberté54. Fénelon proposait une taxe sur les aisés, mettant en cause les financiers et les usuriers - complices du renforcement de l'État - tout en répétant ses attaques contre un despotisme obéré et banqueroutier55. Il était surtout sensible au fait que le gouvernement était méprisé au-dedans de la France et il y voyait la cause de la « hauteur » des ennemis. Il attendait donc une réforme du royaume : Non seulement il s'agit de finir fa guerre au dehors, mais il s'agit encore de rendre au dedans du pain aux peuples moribonds, de rétablir l'agriculture et le commerce, de réformer le luxe qui gangrène toutes les mœurs de la nation, de se ressouvenir de fa vraie forme du royaume, et de tempérer le despotisme cause de tous nos maux56. Cette analyse et cette critique du gouvernement, véritable appel au dialogue politique et à la réforme, peuvent sembler audacieuses et originales, mais elles reprenaient la tradition des revendications nobiliaires, les idées communes lors des conspirations au nom du bien public, les thèmes habituels des États généraux ou autres assemblées de notables, bref Fénelon rappelait ce devoir de révolte dont Arlette Jouanna a si bien décrit les métamorphoses. Par son influence lointaine, il permettait la survie de cette tentation frondeuse, mais sous des couleurs nouvelles : le bonheur des populations, la paix européenne à n'importe quel prix, des prétentions territoriales justes.

20Le prélat ne comprenait pas la mutation qui avait marqué la fin du règne de Louis XIV. Sa réflexion ne pouvait qu'alimenter le désir de paix qui marquait une partie du personnel gouvernemental et qui s'était affirmé dès que la question de la succession d'Espagne se posa de façon urgente à l'Europe. Louis XIV et peut-être son fils furent des partisans de la guerre, mais cette guerre ne ressembla pas à celles qui l'avaient précédée. Elle semblait inévitable et nécessaire. Bien sûr Louis XIV avait choisi de placer un Bourbon sur le trône d'Espagne, mais la présence d'un Habsbourg d'Autriche à Madrid n'aurait pas été sans conséquence funeste - deux siècles l'avaient prouvé. Cette guerre était sans doute d'emblée tout autant que l'affaire d'une maison royale, celle d'une nation, et d'abord l'affaire des grands marchands qui rêvaient de dominer le commerce colonial et qui furent aussi à l'origine de la prospérité du XVIIIe siècle.

21D'une façon étonnante, Louis XIV négligea les avis défaitistes de ses conseillers. Il faut mesurer la capacité qu'avait le monarque de s'appuyer sur un État plus fort, plus discipliné, plus efficace. Face à Fénelon, qui fut peut-être le partisan d'une paix humiliante et d'une société archaïque, et qui n'était pas sans influence sur les ministres et le duc de Bourgogne, le roi imposa, dans la dernière partie de son règne, appuyé sans doute sur des forces sociales nouvelles, une vision plus audacieuse, qui, en utilisant la guerre, assurait à long terme un équilibre politique, les traités d'Utrecht et la paix relative du XVIIIe siècle, une régence sans heurts et une monarchie éclairée, une stabilité intérieure et une prospérité économique.

22Entre une disgrâce qu'il tenait à rappeler et une faveur qu'il tenait à employer, entre l'aveu d'incompétence dans les affaires politiques et le souci de composer un programme pour le futur, entre la couverture d'un secret inviolable et le désir de diffuser ses avis avec une rude franchise, Fénelon jouait un jeu courageux et dangereux.

23Son long séjour à Cambrai l'avait éloigné de la Cour de Versailles, trop longtemps pour qu'il pût se targuer d'une information sérieuse et il n'en pouvait que grappiller des bribes au hasard des rencontres ou des correspondances. Ses conseils étaient à la fois systématiques et caricaturaux, d'autant plus que la peur s'installait sur la frontière. Ses critiques excessives et passionnées cessaient d'être crédibles. Néanmoins il restait une personnalité dont l'intelligence, l'honnêteté, le prestige étaient sans doute immenses et dont les jugements pouvaient éclairer, même s'ils n'étaient pas suivis.

24Car le regard pénétrant de l'archevêque avait bien des sujets à observer, entre ces jeunes princes qui achevaient leur formation, ces ecclésiastiques ambitieux, ces ministres aux abois, ces négociateurs impuissants. Même s'il n'avait pas une vue globale, même si son jugement était faussé par trop de préjugés, Fénelon avait su faire de Cambrai un point d'observation dans un royaume bouleversé.

Notes

1 Correspondance de Fénelon, t. XIV, Guerre, négociations et théologie 1708-1711, texte établi par J. ORCIBAL, avec la collaboration de Jacques Le Brun et Irénée Noye, Genève, 1992, p. 234, Fénelon au duc de Chevreuse, 3 mai 1710. Ce livre sera cité comme Correspondance, t. XIV.

2 Ibidem, p. 356, Fénelon au duc de Chevreuse, p. 356, 25 mars 1711.

3 Ibid., p. 207, Fénelon à Vincenzo Alamanni, 10 février 1710. Je n'apporterai aucun élément nouveau, me contentant de suivre l'admirable édition de la correspondance établie par Jean Orcibal avec la collaboration de Jacques Le Brun et d'Irénée Noye. C'est pour moi une occasion de rendre hommage à la mémoire de Jean Orcibal qui, il y a sans doute près de quinze ans, m'avait demandé de lui rendre visite pour évoquer longuement à propos des conférences de Gertruydenberg les négociateurs secrets que Fénelon mentionnait et dont Jean Orcibal recherchait l'identité et la trace - il s'interrogeait sur Admiraut.

4 Ibid., p. 31, le duc de Bourgogne à Fénelon, 15 mai 1708.

5 SAINT-SIMON, Mémoires, A. de Boislisle éd., t. XVI, 1902, p. 130-131, cité dans Correspondance de Fénelon, t. XV, Guerre, négociations et théologie 1708-1711, Commentaire par J. ORCIBAL, avec la collaboration de Jacques Le Brun et Irénée Noye, Genève, 1992, p. 24-25, note 1. Cet ouvrage sera cité désormais comme Correspondance, t. XV, Commentaire.

6 Correspondance, t. XV, Commentaire, p. 53, note 7. (Lettre de Mme de Maintenon à la princesse des Ursins, s.d.).

7 Correspondance, t. XIV, p. 82, Fénelon au duc de Bourgogne, 15 octobre 1708.

8 Ibid., p. 86-87.

9 Ibid., p. 93, Fénelon au duc de Bourgogne, 17 novembre 1708.

10 Ibid., p. 103, le duc de Bourgogne à Fénelon, 5 décembre 1708.

11 Ibid., p. 165, Fénelon au duc de Bourgogne, 15 novembre 1709.

12 Correspondance de Fénelon, t. XII, Les nouvelles controverses, texte établi par J. ORCIBAL, avec la collaboration de Jacques Le Brun et Irénée Noyé, Genève, 1990, p. 178, Fénelon au baron jean-Frédéric Karg, 25 mai 1705. Sur le baron Karg, Correspondance du baron Karg de Bebenbourg, chancelier du prince-évêque de Liège JosephClément de Bavière, archevêque électeur de Cologne, avec le cardinal Paolucci, secrétaire d'État, 1700-1719, L. JADIN éd., Bruxelles-Rome, 1968.

13 Correspondance, t. IV, p. 32, le duc de Bourgogne à Fénelon, 21 mai 1708.

14 Ibid., p. 63, Fénelon à M***, 1er septembre 1708.

15 Ibid., p. 117, Fénelon au baron Karg, 7 janvier 1709.

16 Lettre de Bouillon au Roi, Arras, 22 mai 1710, Saint-Simon, Mémoires, t. XX, p. 15, Correspondance, t. XV, Commentaire, p. 215.

17 Correspondance, t. XIV, p. 276, 9 octobre 1710.

18 Ibid., p. 361, Fénelon à François de Beauvau du Rivau, 30 mars 1711.

19 Ibid., p. 411, Fénelon au duc de Chevreuse, 27 juillet 1711.

20 Ibid., p. 35, Fénelon à Dom F. Lamy, 22 juin 1708. Sur Pasionnei, A. CARACCIOLO, Domenico Passionei tra Roma e la Republica delle Lettere, Rome 1968.

21 Correspondance, t. XIV, p. 130, Fénelon à Domenico Passionei, 16 mars 1709.

22 Ibid., p. 351, Clément XI à Fénelon, 14 mars 1711.

23 Ibid., p. 329, Fénelon au P. Le Tellier, 5 février 1711.

24 Ibid., p. 357, Fénelon au duc de Chevreuse, 25 mars 1711.

25 SAINT-SIMON, Mémoires, A. de Boislisle éd., t. XV, p. 402-403.

26 Correspondance, t. XIV, le duc de Chevreuse à Fénelon, 9 avril 1709.

27 Ibid.

28 Ibid., p. 102, Fénelon au duc de Chevreuse, 3 décembre 1708.

29 Ibid.

30 Ibid., p. 102-103.

31 Ibid., p. 103.

32 Ibid., p. 108, Fénelon à Michel Chamillart, 22 décembre 1708.

33 Ibid., p. 140, Fénelon à Michel Chamillart, 24 avril 1709.

34 Ibid., p. 157-158, Fénelon à Daniel-François Voysin, 22 septembre 1709.

35 Ibid., p. 441, Fénelon au duc de Chevreuse, 19 septembre 1711.

36 Ibid., p. 235, Fénelon au duc de Chevreuse, 4 mai 1710.

37 Ibid., p. 389, Fénelon à Eugène de Savoie, fin mai 1711.

38 Ibid.

39 Ibid., p. 167, Fénelon au duc de Chevreuse, 18 novembre 1709.

40 Ibid.

41 Sur ce sujet, voir l'ouvrage de Guy THUILLIER, La première école d'administration. L'Académie politique de Louis XIV, Genève, 1996.

42 Correspondance, t. XIV, p. 137, le duc de Chevreuse à Fénelon, 9 avril 1709.

43 Ibid., p. 179, Fénelon au duc de Chevreuse, 19 décembre 1709.

44 Ibid., p. 248, Fénelon au duc de Chevreuse, 24 juin 1710.

45 Ibid., p. 220-223, Fénelon au duc de Chevreuse, 20 mars 1710. Sur les négociations de Gertruydenberg, L. BÉLY, « Les larmes de Monsieur de Torcy, essai sur les perspectives de l’histoire diplomatique, à propos des conférences de Gertruydenberg, marsjuillet 1710 », Revue Histoire, économie et société, 3e trimestre 1983, p. 429-456.

46 Correspondance, t. XIV, p. 258, Fénelon à Vincenzo Alamanni.

47 Ibid.

48 Ibid., p. 253, Fénelon au duc de Chevreuse, 8 juillet 1710.

49 Ibid., p. 286, Fénelon au duc de Chevreuse, 2 novembre 1710.

50 Ibid., p. 261, Fénelon au duc de Chevreuse, 4 août 1710.

51 Ibid.

52 Ibid., p. 262.

53 Ibid.

54 Ibid.

55 Ibid., p. 263.

56 Ibid,, p. 264.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540