Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fénelon, évêque et pasteur en son temps (1695-1715)

 | 
Philippe Guinet
, 
Gilles Deregnaucourt

Fénelon, les pouvoirs et la société de son temps

Les préoccupations politiques de Fénelon

Charles Engrand

Texte intégral

  • 1 Pour les conceptions et les projets de Fénelon en matière de gouvernement du royaume, cf. R. MOUSN (...)
  • 2 SAINT-SIMON Louis de Rouvroy, comte de, Mémoires, éd. Y. COIRAUT, coll. La Pléiade, Gallimard, Par (...)

1La nomination de Fénelon à l'archevêché de Cambrai en 1695, si prestigieuse qu'elle soit en apparence, n'en constitue pas moins pour le prélat une première désillusion. Homme en vue à la Cour, il se trouve ainsi écarté du siège épiscopal de Paris dont la vacance est proche et, par là-même, privé d'audience au sein de l'Église de France proprement dite. En 1697, il subit un second revers puisqu'il reste de fait exilé dans sa marche lointaine, sans possibilité de paraître à la Cour, en raison de la querelle du quiétisme. Au cours de l'année 1699, il est officiellement démis de sa charge de précepteur du duc de Bourgogne tandis qu'il est privé de son appartement au château de Versailles. Cependant, malgré le grave désavantage d'une défaveur aussi manifeste de la part du Roi, il ne cesse jamais de demeurer un homme d'influence, préoccupé par les problèmes politiques de l'heure et essayant, dans la mesure de ses possibilités, d'infléchir les solutions qu'on leur apporte1. Pour se livrer à ce jeu subtil de suggestion et de pression, Fénelon a recours aux échanges épistolaires, à la rédaction de mémoires politiques ou aux entretiens qu'il accorde aux personnages influents de passage à Cambrai. Dans une page célèbre de ses Mémoires, Saint-Simon rend compte de la rapide évolution sur ce point de la situation de l'Archevêque. Il oppose l'isolement initial rigoureux d'un homme soigneusement évité par beaucoup à la multiplication ultérieure de visiteurs soucieux de réserver l'avenir2.

  • 3 G. LIZERAND, Le duc de Beauvillier, 1647-1714, Paris, 1933, 625 p.
  • 4 Ch. ENGRAND, « Clients du Roi. Les Colbert et l'État (1661-1715) », dans Un nouveau Colbert, Actes (...)
  • 5 SAINT-SIMON, éd. Y. COIRAUT, op. cit., t. IV, 1985, 1545 p., p. 843.
  • 6 SAINT-SIMON, idem, t. I, 1983, 1664 p., p. 433 et t. IV, op. cit., p. 245.

2Au début de sa carrière à la Cour, Fénelon avait profité de l'appui du groupe familial des Colbert et il continue d'en bénéficier, durant son séjour à Cambrai, par l'intermédiaire de ses amis intimes dont il est le guide spirituel, les ducs de Beauvillier et de Chevreuse, tous deux gendres de Colbert. Paul de Beauvilber (1648-1714), duc de Saint-Aignan, pair de France et premier gentilhomme de la Chambre du Roi, doit sa réussite à l'ancienne protection de Madame de Maintenon envers le clan Colbert. Chef du Conseil des Finances en 1685, il est choisi comme gouverneur du duc de Bourgogne en 1689, puis des ducs d'Anjou et de Berry. Appelé en 1691 au Conseil d'En-haut par Louis XIV qui s'écarte ainsi de la règle qu'il s'était jusqu'alors imposée d'en exclure les gentilshommes, il devient un familier écouté et influent3. Client du roi, il tire de ses charges 200 000 livres de revenus annuels. Honoré Charles-Albert de Luynes, duc de Luynes et de Chevreuse (1646-1712), pair de France, a obtenu, en 1670, la charge de capitaine des 200 chevau-légers de la garde du Roi, fonction très enviée car elle permet d'approcher souvent la personne du souverain. Vers 1694, au retour de ses campagnes militaires durant la guerre de la Ligue d'Augsbourg, il commence à jouer auprès de Louis XIV le rôle d'un conseiller occulte, ce qui fait de lui un ministre d’Etat officieux puisqu'il ne paraît jamais au Conseil. Son audience s'accentue encore à partir de 1704 : le contrôleur général des Finances et les secrétaires d'Etat sont tenus de collaborer avec lui, plus particulièrement ceux de la Guerre et des Affaires étrangères4. Sa tâche est facilitée par ses relations d'amitié avec le chancelier Pontchartrain et avec Chamillart, contrôleur général des Finances, puis secrétaire d'Etat à la Guerre durant plusieurs années. Elle l'est plus encore par ses liens de parenté avec ceux des autres membres de la famille Colbert qui participent au gouvernement du royaume comme Torcy, secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères et bientôt Desmarets, en charge du contrôle général des Finances à partir de 1708. Le rôle politique des deux soutiens de Fénelon est d'autant plus marquant qu'il règne entre eux un accord exceptionnel fondé sur une confiance réciproque absolue et sur un idéal religieux commun5. Ils bénéficient aussi de l'union longtemps sans faille de tous les Colbert à la Cour6.

  • 7 FENELON François de Salignac de La Mothe, Correspondance, éd. J. ORCIBAL, J. LEBRUN et I. NOYE, Pa (...)

3Grâce aux ducs de Beauvillier et de Chevreuse, Fénelon recueille nombre d'informations utiles tandis qu'il dispose de puissants relais au cœur même du gouvernement royal. La méthode utilisée par le prélat pour faire connaître et éventuellement triompher son point de vue transparaît explicitement dans plusieurs lettres de 1710 où il demande au duc de Chevreuse de se concerter avec Beauvillier, Torcy, Desmarets et Voysin, tous quatre membres du Conseil d'En-haut7.

  • 8 L'inviolabilité du courrier expédié par la Poste n'était guère garantie. Torcy, Grand-Maître et Su (...)
  • 9 Le Cateau-Cambrésis, ch.-l. de c., arr. de Cambrai, dép. du Nord.
  • 10 FÉNELON, Œuvres, éd. de Saint-Sulpice, Lyon-Paris, 1843-1852, t. III, 1843, 912 p., pièce 163, p.  (...)

4Les échanges épistolaires demeurent donc le moyen privilégié par Fénelon pour remédier à son isolement forcé, à cinquante lieues environ de Versailles. Ses correspondants et lui-même multiplient les précautions pour tenter de préserver le caractère confidentiel de leur correspondance8. Certaines de leurs dispositions paraissent assez dérisoires comme le maquillage des noms propres remplacés par des pseudonymes ou des initiales. Si cet artifice pouvait égarer un lecteur indélicat et hâtif, il n'aurait pas résisté longtemps à la perspicacité d'un policier ou d'un magistrat du Roi. La garantie essentielle restait la recherche d'une voie sûre de transmission des plis pour ne pas se livrer aux hasards de la poste dont le secret restait trop mal assuré sauf à écrire, en cas de nécessité et d'urgence, de manière énigmatique. Fénelon recourt volontiers pour l'acheminement de ses lettres à ses neveux, l'abbé et le marquis de Fénelon, à des collaborateurs comme l'abbé de Langeron, à des membres du personnel de l'archevêché, tel le receveur du Cateau, tous chargés le plus souvent de rapporter la réponse des destinataires9. La crainte de la découverte de papiers compromettants est persistante. Les tentatives opérées par Fénelon pour récupérer les pièces écrites de sa main dans les papiers du duc de Bourgogne ou du duc de Chevreuse, après leur décès, le montrent à l'évidence10.

5À l'examen de la correspondance de Fénelon et des mémoires qui l'accompagnent, trois grandes séries de préoccupations politiques se dégagent : la guerre de Succession d'Espagne ; la querelle janséniste, source de division pour l'Église ; enfin, l'arrivée éventuelle du duc de Bourgogne au trône de France, depuis longtemps envisagée et entrée soudain, après la mort du Grand Dauphin, en 1711, dans le champ du probable immédiat

  • 11 FÉNELON, Œuvres, éd. de Saint-Sulpice, t. III, op. cit., p. 667-700, Mémoires concernant la guerre (...)
  • 12 FÉNELON, Œuvres, éd. de Saint-Sulpice, t. III, op. cit., p. 608-628, Examen de conscience sur les (...)
  • 13 FÉNELON, Les Aventures de Télémaque, éd. A. CAHEN, coll. Les Grands écrivains de la France, Hachet (...)

6La conduite de la guerre de Succession d'Espagne et la conclusion à n'importe quel prix de la paix constituent un thème permanent de la correspondance de Fénelon qui leur a consacré en outre neuf mémoires politiques de 1701 à 171111. Dans la Lettre à Louis XIV, l'Examen de conscience sur les devoirs de la royauté ou Les Aventures de Télémaque, il est aisé de relever une condamnation sans appel des conflits armés entre les États, dénoncés comme la honte de l'humanité. Selon l'Examen de conscience, la guerre ne doit jamais être faite qu'à regret et Ce plus courtement possible12. Et Mentor résume peut-être mieux encore la pensée profonde du prélat quand il dégage les aspects toujours négatifs, à ses yeux, des affrontements militaires : la guerre épuise un Etat et le met toujours en danger de périr, lors même que l'on remporte les plus grandes victoires13.

  • 14 FÉNELON, Œuvres, éd. de Saint-Sulpice, t. III, op. cit. p. 687-693, Mémoire sur la situation déplo (...)
  • 15 FÉNELON, Correspondance, éd. J. ORCIBAL, t. XIV, op. cit., pièce 1331, p. 166-167, Lettre de Fénel (...)
  • 16 Mémoires du marquis de Torcy, éd MICHAUD et POUJOULAT, Nouvelle collection des Mémoires pour servi (...)

7On devine aisément à quelles conclusions peuvent conduire de tels principes lorsque se déroule une guerre aussi longue, éprouvante et incertaine que celle de Succession d'Espagne, émaillée de graves revers militaires et de lourdes difficultés intérieures. Aux yeux de Fénelon, la situation déplorable de la France, complaisamment décrite dans un mémoire de 1710, ajoute une raison supplémentaire de hâter la paix14. La répétition continuelle de la nécessité d'atteindre cet objectif ne demeure pas sans conséquence. Au cours de la campagne de 1708, les hésitations du duc de Bourgogne ou ses décisions malheureuses dans les opérations s'expliquent sans doute en partie par un rapport de forces défavorable et par son inexpérience, mais elles sont aussi liées aux incertitudes et aux scrupules d'un homme qui doute de la valeur et de l'équité de sa propre cause. Même si les ducs de Beauvillier et de Chevreuse ne partagent pas totalement les vues idéalistes de l'Archevêque dans la manière de conduire les négociations, ils n'en renforcent pas moins, dans l'entourage du Roi, le groupe des partisans de la paix qui bénéficie de l'appui permanent de Madame de Mamtenon. Le duc de Chevreuse n'est heureusement pas retenu comme plénipotentiaire, à l'inverse de ce que paraît avoir souhaité Fénelon15. L'argument, constamment et peut-être imprudemment répété, de l'affaiblissement de l'économie, des ressources financières et des armées du royaume pour prôner et justifier une paix d'abandon, constitue une source de difficultés supplémentaires pour Torcy. Celui-ci ne manque pas de protester contre la diffusion de propos aussi défaitistes et d'appeler à plus de discrétion pour ne pas gêner davantage la tâche déjà si ardue des négociateurs16.

  • 17 G. DEREGNAUCOURT, De Fénelon à la Révolution : le clergé paroissial de l'Archevêché de Cambrai, Li (...)
  • 18 FÉNELON, Œuvres, éd. de Saint-Sulpice, t. III, op. cit., Plans de gouvernement ou Tables de Chauln (...)
  • 19 FÉNELON, idem, pièce 169, p. 892-893, Lettre de Fénelon au duc de Beauvillier, Cambrai, 25 décembr (...)

8Selon ses propres termes, Fénelon ne se montre pas seulement soucieux du bien de l'État, mais aussi de celui de l'Église car celle-ci constitue un fondement essentiel du système monarchique. Dès 1699, l'année même où est publié le bref de condamnation des Maximes des Saints, Fénelon se pose en adversaire déterminé du jansénisme renaissant. Il adopte cette attitude dans son diocèse où pourtant le péril paraît mince et tente de se prémunir contre toute dérive ultérieure de son clergé en confiant la direction du séminaire aux Sulpiciens17. Surtout, il ne cesse d'intervenir pour obtenir du gouvernement royal une politique d'extrême fermeté contre les disciples rigoristes de saint Augustin. À cet effet, il sollicite et relance de manière assidue les confesseurs du Roi, les pères de La Chaise et Le Tellier ou ses amis, les ducs de Beauvillier et de Chevreuse. Il agit de même à Rome, soit auprès des Jésuites, soit auprès du pape Clément XI. Son rôle est actif à chacune des étapes de la lutte antijanséniste, depuis la condamnation pontificale relative au cas de conscience du janséniste Petitpied en 1703 ou la promulgation de la bulle Vineam Domini en 1705 jusqu'à la tentative de déstabilisation du cardinal de Noailles en 1713. Dans les Tables de Chaulnes, il expose un programme de combat pour déraciner le jansénisme en prônant, par exemple, la destitution des évêques rebelles à l'acceptation de la bulle Vineam Domini dans leur diocèse et l'exclusion des supérieurs et professeurs de séminaire imbus de la doctrine détestée18. Dans une lettre de la fin de l'année 1712, il dénonce encore le parti janséniste qui ne cesse de croître sans mesure tous les jours19.

9Les convictions doctrinales peuvent expliquer cette hostilité obsessionnelle même si celle-ci ne s'est manifestée chez Fénelon qu'avec retard. En effet, le mysticisme de l'archevêque de Cambrai, même expurgé, du moins en apparence, des excès ou des dérives du pur amour marque une nette opposition avec les austérités de l'augustinisme. Dans cette volonté de lutte ouverte, il entre aussi quelques calculs politiques. Partir en guerre contre les jansénistes ne manque pas d'offrir de belles opportunités pour obtenir un soutien ouvert des Jésuites et se rapprocher de Rome comme pour jouer un rôle de premier plan dans les débats théologiques de l'Église de France et recouvrer, peut-être, la faveur du Roi et de Madame de Maintenon.

  • 20 SAINT-SIMON, Mémoires, éd. Y. COIRAUT, t. V, 1724 p., 1985, op. cit., p. 147-148.

10Au cours de ses années cambrésiennes, Fénelon consacre aussi beaucoup d'attention au duc de Bourgogne avec lequel il renoue directement en 1702, sans avoir jamais cessé de s'en préoccuper. Il garde présente à l'esprit la possibilité de voir quelque jour le prince accéder au trône de France. Il offrirait ainsi à son ancien précepteur une revanche sur les humiliations et les amertumes d'autrefois en le plaçant à un rang éminent dans l'État comme dans l'Église. En maître de l'écriture, Saint-Simon évoque ce rêve soigneusement dissimulé, mais inlassablement caressé par l'Archevêque. Aux visiteurs reçus dans son palais épiscopal, il ne livre jamais un mot sur la Cour, sur les affaires..., jamais rien qui pût laisser soupçonner ce qu'il avait été, ni ce qu'il pouvait encore être... À mesure que les temps orageux s'éloignaient, que ceux de son dauphin s'approchaient..., cette ambition se réveillait fortement quoique cachée sous une mesure qui certainement devait lui coûter20.

  • 21 FÉNELON, Correspondance, éd. J. ORCIBAL, t. XII, Les Nouvelles controverses, 1703-1707, 1990, 371  (...)
  • 22 Cf. supra, p. 5, note 18.

11Par l'intermédiaire des ducs de Beauvillier et de Chevreuse ou directement en correspondant avec le prince lui-même, Fénelon s'attache à parachever l'œuvre d'éducation depuis longtemps entreprise. Il souhaite notamment poursuivre la formation spirituelle et morale du duc de Bourgogne en insistant davantage, selon l'expression qu'il emploie, sur l'intérieur que sur l'extérieur21. Il préconise le développement d'une piété fondée sur l'amour de Dieu et la pratique de l'oraison. L'écrit le plus important pour la préparation du futur souverain demeure l'Examen de conscience sur les devoirs de la royauté, déposé par précaution dans l'hôtel du duc de Beauvillier chez qui le futur dauphin vient le consulter et le méditer. Pour le service de Dieu, de l'Église, de l’État et du Peuple, ce document dresse un programme qui exige l'inverse des pratiques habituelles de Louis XIV22. Comme un futur gouvernant ne saurait rester désarmé devant les luttes intestines de l'Église, Fénelon insiste aussi pour que son ancien élève soit bien instruit de la doctrine catholique sur la grâce afin d’éviter toute faiblesse à l'égard du jansénisme.

  • 23 FÉNELON, Correspondance, éd. J. ORCIBAL, t. XIV, op. cit., nombreuses lettres de Fénelon adressées (...)
  • 24 J.-C. PETITFILS, Le Régent, Fayard, Paris, 1986, 727 p., p. 117, 136, et 140.

12Le prélat se montre également soucieux d'amener le duc de Bourgogne à mieux défendre et assurer sa renommée. Il l'engage ainsi en 1708, après les premiers revers, à se raidir contre l'adversité et surtout à ne pas quitter l'armée en difficulté avant la fin de la campagne. Il le persuade enfin de remédier par de nouveaux comportements à la rumeur qui se répand d'une incapacité à opérer des choix et à décider23. Cette réputation fâcheuse est d'autant plus mortifiante que le propre neveu du Roi, Philippe d'Orléans, fait preuve, en Italie et en Espagne, de bravoure et de talent dans les opérations militaires24.

  • 25 SAINT-SIMON, Mémoires, éd. Y. COIRAUT, t. IV, op. cit., p. 217.
  • 26 SAINT-SIMON, idem, p. 216.
  • 27 SAINT-SIMON, idem, p. 244.

13Tout ce travail de mise en condition pour exercer la fonction royale trouve enfin sa pleine utilité quand le Grand Dauphin s'éteint, en avril 1711. Devenu héritier présomptif de la couronne, le duc de Bourgogne suscite beaucoup d'espoirs chez Fénelon lui-même et ses partisans comme les ducs de Beauvillier, de Chevreuse, de Saint-Simon et de Charost ou d'autres encore, tel le comte de Boulainvilliers, que l'on regroupe parfois sous le terme commode et peut-être excessif d'opposition aristocratique. L'événement met en avant de manière éminente à la Cour, les ducs de Beauvillier ou de Chevreuse et à Cambrai, Fénelon chez qui se précipitent gens de Cour, officiers généraux ou subalternes en fonction sur la frontière25. Ceux-ci s'efforcent de rencontrer à tout prix un des hommes clefs du gouvernement à venir. Au château de Versailles, les deux ducs savourent aussi un moment de gloire : tout s'empresse autour d'eux, rapporte Saint-Simon, et chacun proteste d'avoir été de leurs amis dans tous les temps26. Le mémorialiste relève même une transformation de la personne du duc de Beauvillier, devenu un homme consolidé, nerveux, actif, allant droit au fait et se dépouillant de ses entraves27.

  • 28 FÉNELON, Correspondance, éd. J. ORCIBAL, t. XIV, op cit., pièce 1462, p. 363-364, Lettre de Fénelo (...)
  • 29 Abbé Cl. FLEURY, Opuscules de M. l'abbé Fleury, publiés par L. E. RONDET, Nîmes, P. Beaume, 1780-1 (...)

14Deux priorités s'imposent à l'Archevêque. Il lui faut multiplier les conseils au prince pour qu'il adopte une attitude qui le rende digne d'occuper les fonctions qui l'attendent, à brève échéance désormais. Il est temps de se faire aimer, craindre, estimer, écrit le prélat tandis qu'il préconise l'entente la plus étroite possible et une franche collaboration avec Louis XIV28. Le duc de Bourgogne paraît s'appliquer et lui aussi se métamorphoser si l'on en croit les dires d'un Claude Fleury, son ancien sous-précepteur ou d'un Saint-Simon, d'autant plus que le Roi contraint ministres et secrétaires d’État à travailler avec son petit-fils29. On peut néanmoins exprimer quelque réserve sur cette soudaine aptitude à exercer le métier de Roi dont le prince n'avait pas jusqu'alors donné d'exemple si probant. Il s'agit de témoignages à révoquer en doute, au moins partiellement, pour leur caractère partisan.

  • 30 FÉNELON, Correspondance, éd..J. ORCIBAL, t. XIV, pièce 1395, p. 260-265, Lettre de Fénelon au duc (...)
  • 31 Cf. supra, p. 5, note 18.
  • 32 Abbé Cl. FLEURY, Avis à Louis de Bourgogne, puis Dauphin, in Opuscules de l'abbé Fleury, t. III, p (...)

15Il est indispensable aussi aux yeux de Fénelon de se préparer à gouverner c'est-à-dire, selon lui, non seulement de finir la guerre, mais de rendre au-dedans du pain aux peuples moribonds, de rétablir l'agriculture comme le commerce... et de tempérer Ce despotisme, cause de tous les maux du royaume30. À cet effet, il se concerte avec le duc de Chevreuse et élabore en Picardie, au cours du mois de novembre 1711, les fameuses Tables de Chaulnes ou Plans de gouvernement pour être proposés au duc de Bourgogne31. Ce programme implique de profondes transformations, une fois la paix rétablie, dans l'organisation du gouvernement et de l'administration : création de six conseils au côté du Conseil d'État, mise en place d'une succession d'États diocésains, provinciaux et généraux, suppression des intendants, réforme fiscale et promotion de la noblesse. D'autres plans de réforme sont d'ailleurs élaborés à l'intention du prince comme celui de Claude Fleury dans son Avis au duc de Bourgogne dans la même forme de rédaction inachevée que les Tables de Chaulnes ou celui de Saint-Simon32. De tels projets politiques agitent la Cour, mais n'entraînent pas l'adhésion de tous les serviteurs du Roi. Ils entament même la belle unanimité apparente de la famille Colbert. Torcy, le secrétaire d'État aux Affaires étrangères et Desmarets, le plus talentueux peut-être des contrôleurs généraux de Finances de l'Ancien Régime, se tiennent l'un et l'autre à l'écart de canevas qu'ils paraissent désavouer. Ils se rangent auprès du vieux monarque en restant fidèles à l'ancienne manière de gouverner. Desmarets ne fréquente-t-il pas depuis l'âge de 16 ans les bureaux du Contrôle général où son oncle Colbert l'a jadis introduit ? Tous deux inscrivent leur action dans une longue continuité familiale et personnelle. L'un connaît l'âpreté des négociations internationales, l'autre mesure mieux que quiconque l'immense effort financier accompli par le royaume. Ils ne partagent pas la morgue de l'aristocratie contre les intendants dont ils connaissent l’efficacité. Ils se défient de projets encore imprécis, visant à bouleverser l'État au profit d'un groupe social dont la compétence pour la gestion des affaires publiques reste alors plus affirmée que démontrée.

  • 33 SAINT-SIMON, Mémoires, éd. Y COIRAUT, t. IV, p. 409-428.
  • 34 Ch.-I. CASTEL, abbé de SAINT-PIERRE, Annales politiques, Londres, 1757, 2 vol., 678 p., t. II, p.  (...)
  • 35 B. M. Amiens, Fonds ancien, Belles-Lettres, B. 938, t. III, pièces 10 et 11, t. IV, pièces 10 et 1 (...)

16La mort prématurée du Dauphin en février 1712, à l'âge de trente ans, provoque une déception considérable chez tous ceux qui avaient placé leurs espoirs dans l'avènement d'un prince qu'ils voyaient pacifiste, réformateur et restaurateur du rang de la noblesse. Saint-Simon, par exemple, avoue avoir été tenté de fuir la Cour à jamais33. L'abbé de Saint-Pierre fait état, chez les admirateurs de Louis de Bourgogne, d'une immense consternation liée à sa grandeur d'esprit, à son désir de diminuer les maux du peuple et à son aversion pour la guerre34. Malgré les conventions du genre, les nombreuses oraisons funèbres prononcées lors de services religieux solennels consacrés à la mémoire du défunt, à Paris comme en province, renvoient au comme en province, renvoient au même portrait idéalisé tandis qu'elles formulent et amplifient les regrets de beaucoup35.

  • 36 FÉNELON, Œuvres, éd. de Saint-Sulpice, t. III, op. cit., pièce 161, p. 885, Lettre de Fénelon à Ch (...)
  • 37 FÉNELON, Œuvres, éd. de Saint-Sulpice, t. III, op. cit., p. 721-722, Projet de Conseil de Régence. (...)

17Fénelon, pour sa part, ne peut qu'assister à l'anéantissement de tous ses projets et exprimer avec sobriété, mais avec force la douleur qui le transperce. Dans une lettre au duc de Chevreuse, il livre sans détour le fond de sa pensée : Dieu nous a ôté toute notre espérance pour l’Eglise et pour l'Etat. Je suis saisi d’horreur et malade de saisissement, sans maladie36. Certes, dans les deux années qui précèdent sa propre mort, l'archevêque de Cambrai rédige encore, comme par habitude, quelques mémoires sur l'organisation de la régence à venir et continue de s'inquiéter des progrès du jansénisme37. Ces problèmes ne paraissent plus le concerner véritablement d'autant plus que le décès de ses amis, le duc de Chevreuse en 1712 et le duc de Beauvillier en 1714, assombrit davantage encore les dernières années de sa vie.

  • 38 FÉNELON, Correspondance, éd. J. ORCIBAL, t. XIV, op. cit., pièce 1358, p. 208, Lettre de Fénelon a (...)
  • 39 SAINT-SIMON, Mémoires, éd. Y. COIRAUT, t. V, p. 150-151.
  • 40 FÉNELON, Correspondance, éd.. J. ORCIBAL, t. XIV, op. cit., pièce 1479, p. 412-413, Lettre de Féne (...)

18Dans une personnalité aussi complexe que celle de Fénelon, on ne peut réduire la finalité des préoccupations politiques à la seule satisfaction d'une ambition individuelle. Cette passion ne lui était pourtant pas étrangère et la description qu'il en a laissée trahit une expérience personnelle : elle naît insensiblement, elle prend racine, elle pousse, elle étend ses branches sous de faux, prétextes. On ne commence à la sentir que quand elle a empoisonné le cœur38. Cependant, l'archevêque de Cambrai réussit à faire tête au destin qui broie ses affections les plus chères et qui traverse, de rechef, le chemin de sa réussite. Il soutient ce face à face tragique avec beaucoup de courage et de hauteur, de dédain et d’élégance, à la grande admiration de Saint-Simon39. Déjà, en 1711, il avait constaté amèrement l'avancée insensible de la vieillesse, s'accoutumant à elle sans se déprendre de la vie40. Désormais, en un ultime effort, il ne lui reste qu'à tenter, une nouvelle fois, de se détacher du monde et de soi-même.

Notes

1 Pour les conceptions et les projets de Fénelon en matière de gouvernement du royaume, cf. R. MOUSNIER, « Les idées politiques de Fénelon », XVIIe siècle, numéro spécial sur Fénelon, 1951-1952, p. 190-206, article repris dans R. MOUSNIER, La Plume, la Faucille et le Marteau, Paris, PUF, 1970, 404 p., p. 78-92 ; F.-X. CUCHE, Une pensée sociale catholique, Fleury, La Bruyère, Fénelon, Paris, 1991, 612 p.

2 SAINT-SIMON Louis de Rouvroy, comte de, Mémoires, éd. Y. COIRAUT, coll. La Pléiade, Gallimard, Paris, 1983-1988, t. V, 1985, 1724 p., p. 145-146.

3 G. LIZERAND, Le duc de Beauvillier, 1647-1714, Paris, 1933, 625 p.

4 Ch. ENGRAND, « Clients du Roi. Les Colbert et l'État (1661-1715) », dans Un nouveau Colbert, Actes du Colloque pour le tricentenaire de la mort de Colbert, dir. R. MOUSNIER, Sedes, Paris, 1985, 338 p., p. 85-97, p. 95-96.

5 SAINT-SIMON, éd. Y. COIRAUT, op. cit., t. IV, 1985, 1545 p., p. 843.

6 SAINT-SIMON, idem, t. I, 1983, 1664 p., p. 433 et t. IV, op. cit., p. 245.

7 FENELON François de Salignac de La Mothe, Correspondance, éd. J. ORCIBAL, J. LEBRUN et I. NOYE, Paris, Klincksieck, puis Librairie Droz, Paris-Genève, 1972-1992, 15 vol. (jusqu'à la fin de l'année 1711), t. XIV, Guerre, négociations, théologie, 1708-1711, 1992, 503 p., notamment pièce 1360, Lettre de Fénelon au duc de Chevreuse, Cambrai, 23 février 1710, p. 210-212.

8 L'inviolabilité du courrier expédié par la Poste n'était guère garantie. Torcy, Grand-Maître et Surintendant général des Postes depuis 1699, dut en partie à sa connaissance des secrets épistolaires sa survie politique au temps de la Régence (W. ROTH, Jean-Baptiste Colbert, marquis de Torcy, dans R. MOUSNIER, Le Conseil du Roi de Louis XII à la Révolution, Paris, 1970, p. 175-203, p. 185-189).

9 Le Cateau-Cambrésis, ch.-l. de c., arr. de Cambrai, dép. du Nord.

10 FÉNELON, Œuvres, éd. de Saint-Sulpice, Lyon-Paris, 1843-1852, t. III, 1843, 912 p., pièce 163, p. 886-887, Lettre de Fénelon au duc de Chevreuse, Cambrai, 8 mars 1712 ; pièce 161, p. 887, Lettre de Madame de Maintenon au duc de Beauvillier, Saint-Cyr, 15 mars 1712 ; pièce 171, p. 894, Lettre de Fénelon au duc de Beauvillier, Cambrai, 3 mai 1713.

11 FÉNELON, Œuvres, éd. de Saint-Sulpice, t. III, op. cit., p. 667-700, Mémoires concernant la guerre de Succession d'Espagne. Une autre communication devant analyser au plus près les idées de l'Archevêque sur ces problèmes, nous n'évoquons ici que les principes généraux qui les inspirent.

12 FÉNELON, Œuvres, éd. de Saint-Sulpice, t. III, op. cit., p. 608-628, Examen de conscience sur les devoirs de la Royauté, p. 610.

13 FÉNELON, Les Aventures de Télémaque, éd. A. CAHEN, coll. Les Grands écrivains de la France, Hachette, Paris, 1927, 2 vol. , 380 et 557 p., t. II, p. 189.

14 FÉNELON, Œuvres, éd. de Saint-Sulpice, t. III, op. cit. p. 687-693, Mémoire sur la situation déplorable de la France en 1710.

15 FÉNELON, Correspondance, éd. J. ORCIBAL, t. XIV, op. cit., pièce 1331, p. 166-167, Lettre de Fénelon à Chevreuse, Cambrai, 18 novembre 1709, p. 167.

16 Mémoires du marquis de Torcy, éd MICHAUD et POUJOULAT, Nouvelle collection des Mémoires pour servir à l'Histoire de France, Paris, 1839, t. VIII, 735 p., p. 519-735, p. 595 et 722-723.

17 G. DEREGNAUCOURT, De Fénelon à la Révolution : le clergé paroissial de l'Archevêché de Cambrai, Lille, PUL, 1991, 434 p., p. 285-286.

18 FÉNELON, Œuvres, éd. de Saint-Sulpice, t. III, op. cit., Plans de gouvernement ou Tables de Chaulnes, concertés avec le duc de Chevreuse pour être proposés au duc de Bourgogne, p. 711-723, titre IV, Église, p. 714-716, p 716. Le duc de Chevreuse recevait volontiers Fénelon dans sa résidence de Chaulnes, bourg picard, à quatorze lieues.de Cambrai (Chaulnes, ch.-l. de c., arr. de Péronne, dép. de la Somme).

19 FÉNELON, idem, pièce 169, p. 892-893, Lettre de Fénelon au duc de Beauvillier, Cambrai, 25 décembre 1712.

20 SAINT-SIMON, Mémoires, éd. Y. COIRAUT, t. V, 1724 p., 1985, op. cit., p. 147-148.

21 FÉNELON, Correspondance, éd. J. ORCIBAL, t. XII, Les Nouvelles controverses, 1703-1707, 1990, 371 p., pièce 894, p. 9, Lettre de Fénelon au duc de Beauvillier, Cambrai, 27 janvier 1703.

22 Cf. supra, p. 5, note 18.

23 FÉNELON, Correspondance, éd. J. ORCIBAL, t. XIV, op. cit., nombreuses lettres de Fénelon adressées à ce sujet au duc de Bourgogne au cours des mois de septembre, octobre et décembre 1708, p. 54-94, passim. Cf. aussi pièce 1266, p. 101-103, Lettre de Fénelon à Chevreuse, Cambrai, 3 décembre 1708.

24 J.-C. PETITFILS, Le Régent, Fayard, Paris, 1986, 727 p., p. 117, 136, et 140.

25 SAINT-SIMON, Mémoires, éd. Y. COIRAUT, t. IV, op. cit., p. 217.

26 SAINT-SIMON, idem, p. 216.

27 SAINT-SIMON, idem, p. 244.

28 FÉNELON, Correspondance, éd. J. ORCIBAL, t. XIV, op cit., pièce 1462, p. 363-364, Lettre de Fénelon au Père Martineau, confesseur du duc de Bourgogne, mi-avril 1711.

29 Abbé Cl. FLEURY, Opuscules de M. l'abbé Fleury, publiés par L. E. RONDET, Nîmes, P. Beaume, 1780-1783, 4 t. en 5 vol. , t. III, 644 p., Portrait du Dauphin, p. 152-153, SAINT-SIMON, Mémoires, éd. Y. COIRAUT, t. IV, op. cit., p. 222-224 et 244.

30 FÉNELON, Correspondance, éd..J. ORCIBAL, t. XIV, pièce 1395, p. 260-265, Lettre de Fénelon au duc de Chevreuse, Cambrai, 4 août 1710, p. 264.

31 Cf. supra, p. 5, note 18.

32 Abbé Cl. FLEURY, Avis à Louis de Bourgogne, puis Dauphin, in Opuscules de l'abbé Fleury, t. III, p. 254-284. SAINT-SIMON, Mémoires II, suivi de Lettre anonyme au Roi et œuvres diverses, éd. Y. COIRAUT, coll. Folio, Gallimard, Paris, 1993, 612 p., p. 338-343, Projets de gouvernement du duc de Bourgogne, Dauphin.

33 SAINT-SIMON, Mémoires, éd. Y COIRAUT, t. IV, p. 409-428.

34 Ch.-I. CASTEL, abbé de SAINT-PIERRE, Annales politiques, Londres, 1757, 2 vol., 678 p., t. II, p. 411.

35 B. M. Amiens, Fonds ancien, Belles-Lettres, B. 938, t. III, pièces 10 et 11, t. IV, pièces 10 et 11, t. IX, pièce 9, Oraisons funèbres prononcées aux Invalides, à Saint-Denis, à la Sainte-Chapelle, à Notre-Dame de Paris et à l'église Notre-Dame du Havre.

36 FÉNELON, Œuvres, éd. de Saint-Sulpice, t. III, op. cit., pièce 161, p. 885, Lettre de Fénelon à Chevreuse, Cambrai, 27 février 1712.

37 FÉNELON, Œuvres, éd. de Saint-Sulpice, t. III, op. cit., p. 721-722, Projet de Conseil de Régence. Idem, pièce 169, p. 892-893, Lettre de Fénelon au duc de Beauvillier, Cambrai, 25 décembre 1712, p. 893.

38 FÉNELON, Correspondance, éd. J. ORCIBAL, t. XIV, op. cit., pièce 1358, p. 208, Lettre de Fénelon au vidame d'Amiens, Cambrai, 23 février 1710.

39 SAINT-SIMON, Mémoires, éd. Y. COIRAUT, t. V, p. 150-151.

40 FÉNELON, Correspondance, éd.. J. ORCIBAL, t. XIV, op. cit., pièce 1479, p. 412-413, Lettre de Fénelon à la duchesse douairière de Mortemart, Cambrai, 27 juillet 1711, p. 412.

Auteur

Université Charles de Gaulle - Lille III

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540