Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fénelon, évêque et pasteur en son temps (1695-1715)

 | 
Philippe Guinet
, 
Gilles Deregnaucourt

Pastorale et ecclésiologie

Entre rigorisme, richérisme et système bénéficial : Fénelon et l’affaire Charles de Noyelles, curé de Ghoy-Labuissière

Gilles Deregnaucourt

Texte intégral

  • 1 G. DEREGNAUCOURT, De Fénelon à la Révolution. Le clergé paroissial de l'archevêché de Cambrai, Lil (...)
  • 2 Id., « Les déviances ecclésiastiques dans les anciens diocèses des Pays-Bas méridionaux aux XVIe, (...)

1Les épiscopats de Bryas (1675-1695) et de Fénelon (1695-1715) constituèrent un temps fort de vigilance épiscopale en matière de mœurs et de discipline comme en matière d'orthodoxie doctrinale. Avec 49 % du total des 556 affaires instruites par l'officialité aux XVIIe et XVIIIe siècles, la période 1670-1720 fut particulièrement répressive1. Cette répression, qui s'accompagnait de la mise en place d'outils essentiels à la rénovation du sacerdoce comme le séminaire des ordinands, avait pour objectifs de punir et d'exclure les éléments douteux ou scandaleux, mais également d'élaborer une nouvelle image du prêtre, indispensable à l'affirmation d'une ecclésiologie résolument cléricale et hiérarchique qui, en ces Pays-Bas, terres de Contre-Réforme et de réformation catholique vigoureuses et plutôt ultramontaines, avait précocement trouvé un terreau fertile, peu entamé par une culture gallicane que ni les avatars doctrinaux qui troublèrent les universités de Louvain et de Douai au cours du XVIIe siècle, ni la conquête française ne parvinrent à imposer2.

  • 3 Ibid. Voir aussi J.-M. BAHEUX et G. DEREGNAUCOURT, Affaires de mœurs et de discipline laïques et e (...)
  • 4 Afin de ne pas alourdir de façon démesurée des références infrapaginales qui seront bien assez abo (...)
  • 5 G. DEREGNAUCOURT, De Fénelon à la Révolution..., op. cit.

2Le cas de Charles de Noyelles se distingue de la plupart des autres affaires instruites par l'official de Cambrai3, en raison de l'originalité et de la complexité d'une procédure aux multiples rebondissements (de 1679 à 1705 : 26 ans de chicane, des milliers de feuillets noircis par les greffiers de tribunaux, et encore n'ai-je pu mettre la main sur toutes les pièces !) et par l'exceptionnelle opiniâtreté et indépendance d'esprit dont fit preuve cet obscur curé de Ghoy-Labuissière, près de Binche, d'abord comme défendeur, bientôt comme plaideur et ex-curé. L'examen, hélas trop superficiel à ce jour, des liasses conservées aux A.D. Nord4 laisse apparaître une personnalité complexe et originale (à défaut d'être une exception) au sein du clergé séculier de l'archidiocèse de Cambrai. Le rigorisme de l'individu en matière de théologie sacramentaire et de théologie morale, sa conception du ministère paroissial, son ecclésiologie audacieuse, qui n'était pas exempte de réflexes richéristes, et sa détermination toute « gallicane » à défendre ses droits inhérents au système bénéficiai, tout cela tranche avec les attitudes cléricales et communément partagées par les prêtres diocésains et avec les stratégies pastorales et disciplinaires déployées dans le diocèse de Cambrai au temps de Fénelon5. La preuve en est sans doute que Fénelon, en personne, eut à intervenir dans cette affaire. Comme souvent, l'étude de « cas » s'avère précieuse à une compréhension nuancée d'une époque ou d'un phénomène historique et alerte contre toute tentation de généralisation précipitée. C'est donc à une étude de cas que j'invite ici.

  • 6 Communes de Belgique. Dictionnaire d'histoire et de géographie administrative (sous la dir. d'H. H (...)
  • 7 Archives du séminaire de Tournai, ms. codex 115, Status generalis dioecesis Cameracensis ann° 1716

3Le 15 septembre 1679, le promoteur de l'officialité de Cambrai ordonna d'informer contre Charles de Noyelles, curé de Ghoy-Labuissière, sur plainte des prévôt, lieutenants et échevins de la paroisse, lesquels furent cités à comparaître le 20 novembre. Labuissière était alors le siège d'une seigneurie qui possédait un château sur la rive sud de la Sambre ; cette seigneurie était d'une notable étendue mais d'expression assez théorique depuis que le conseil de Hainaut, après saisie en 1655, l’avait placée sous la régie d'un curateur ; elle comprenait les villages de Ghoy-Labuissière (ou Ghoy-sur-Sambre), Sars-Labuissière et Merbes-le-Château6. La cure de Ghoy, forte de 200 communiants en 1716, était à la collation du chapitre métropolitain et relevait du doyenné de Binche dans l'archidiaconé de Hainaut7.

  • 8 Charles de Noyelles prenait grand soin de faire état de son grade lors des instructions. Voir auss (...)
  • 9 A.D. Nord, 3 G 2976, titre patrimonial de Charles de Noyelles, 1665.
  • 10 G. DEREGNAUCOURT, « Le concours pour l'accès aux cures dans les anciens diocèses du Nord de la Fra (...)

4Les premières informations furent recueillies par Gérard Claus, doyen de chrétienté et curé d'Estinnes-le-Val, les 22, 23 et 24 novembre ; dès lors, la machine judiciaire se mit en marche et le premier procès du curé de Ghoy allait durer jusqu'en juin 1683. En 1679 Charles de Noyelles était âgé de 40 ans. Titulaire du grade de bachelier formé au terme de ses études de théologie au Grand Collège du Saint-Esprit de Louvain (l'un des plus anciens de l'Alma mater)8, il fut sans doute ordonné prêtre vers 1665 ou 1666 puisque en 1665 son père, Ursmer, « bourgeois » de Binche, constitua le titre patrimonial de son fils, d'une valeur de 200 livres par an, condition obligatoire à l’ordination aux ordres majeurs9. Je ne sais s'il fut directement promu à la cure de Ghoy ou s'il exerça préalablement d'autres ministères. Selon toute vraisemblance, son accès à ce bénéfice paroissial se fit après quelques années de vicariat ici ou là et par la voie du concours, puisque celui-ci était en usage dans l’archevêché de Cambrai depuis plusieurs décennies10.

5Les fautes reprochées à Charles de Noyelles paraissent a priori d'une grande banalité, semblables à celles dont se rendaient encore coupables bien des prêtres de cette époque en dépit de la grande diligence épiscopale à réprimer les abus et à travailler à l'amélioration globale du niveau moral et intellectuel du clergé. Le prêtre était accusé de propos iniurieux scandaleux et insolents, de diverses violences verbales et physiques à l'égard de tel ou tel de ses paroissiens, d'animosité à l'égard de son clerc pourtant approuvé par la hiérarchie et de nombreuses négligences ponctuelles dans l'exercice de son ministère pastoral. Comportements caractériels, négligences et insubordinations mineures : tels seraient les chefs d'accusation notés par un chercheur sur une fiche de dépouillement dans le cadre d'une étude sérielle. Et les détracteurs du curé de conclure qu'ils ne (pouvaient) espérer de pouvoir faire leur salut sous la conduite d'un tel pasteur (formule stéréotypée du discours judiciaire) et qu'iceluy soit privé de l'administration de sa charge en la manière que Monseigneur trouvera convenable.

6Une lecture plus attentive du dossier alerte bientôt le chercheur. Tel paroissien affirma que, dans un sermon traitant de l'ivrognerie, Charles de Noyelles aurait assuré que pendant que les hommes sont au cabaret, d'autres vont caioller leurs femmes et leurs filles, donnant fort à entendre qu'il voulait parler d'un habitant en particulier dont la fille estoit cognue avoir faict un fauxz bond à son honneur. Tel autre témoin jura que le curé avait traité un paroissien de Jean-Foutre parce qu'il n'estoit pas maistre de sa maison, que tous les cabaretiers estoyent dannés, qu'il avoit maltraicté de divers coups de baston le mayeur dudit Labuissière. Tel autre encore déclara qu’il refuse le plus souvent de dire vespres, qu'il aurait expulsé une paroissienne de l'office dominical en s'écriant : Voilà encor des femmes ! Sy elles ne se retirent, je n'acheveray la messe, qu'il ne se soucioit ni de Monseigneur ni du doyen, que les advocats sussent (sic), les procureurs prennent et les juges jugent et (qu')ils iront tous au diable (sans doute De Noyelles faisait-il l'objet de menaces de plainte de la part de ses ouailles). Telle paroissienne, enfin, se plaignit d'un refus d'absolution nonobstant qu'elle luy avoit apporté un billet du prieur du couvent des carmes de Sainte-Anne qu'elle avoit faict sa confession, et telle autre dénonce une récusation de parrain et de marraine lors d'un baptême (charges et impositions de novembre 1679). On ne sait quelle fut la riposte de la hiérarchie face à ces dénonciations puisque les conclusions du promoteur et la dernière comparution de l'inculpé (28 et 29 novembre 1679) se contentèrent de reprendre les chefs d'accusation et firent silence sur l'éventuelle sanction prononcée, sans doute une simple admonestation peut-être assortie d'une suspension temporaire de l'exercice des tâches pastorales et d'une mise à l'essai.

  • 11 Une affaire comme celle de Charles de Noyelles exprime aussi bien des tensions internes aux commun (...)

7Mais, comme en filigrane, émergent quelques accusations plus inquiétantes, en particulier dans la procédure de 1681 et après la montée au créneau de Claude Robaux de Lisbonne, prévôt de la seigneurie de Labuissière, contenante diverses plaintes à la charge dudit accusé (29 juin 1681)11. Les informations de novembre 1681 évoquent divers refus de confession, d'absolution, de célébration de mariage, une animosité farouche à l'égard des religieux, considérés comme de larges manches, qu'il haye de telle sorte qu'il ne peut souffrir qu'aucuns d'iceulx entendent les confessions dans sa paroisse ou y annonchent la parolle de Dieu, diverses violences verbales à l'encontre de pénitents et, toujours, le même état d'esprit rebelle à l'égard de la hiérarchie. Les informations de décembre, quant à elles, visent à confondre l’accusé dans son refus de se soumettre à l'interdiction temporaire d'exercer son ministère pastoral et à lui faire rendre raison des camouflets qu'il infligeait au desservant désigné pour le remplacer en dissimulant le calice et le crucifix de l'autel, en refusant de remettre les clés de l'église, etc.

8À ce stade de la lecture du dossier, l'attention doit se porter sur les réponses formulées par l'inculpé lors de ses interrogatoires. Dès le 29 septembre 1679, De Noyelles nia s'être s'immicé en aucune façon dans les conflits de la communauté de Ghoy, avoir exercé de violences et usé d'insultes à l'égard de tel ou tel de ses paroissiens, avoir tenu des propos irrévérencieux sur la justice et ses suppôts et prétendu qu'il disputeroit sa cause contre Monseigneur et sy Monseigneur ne luy faisoit raison, qu'il la disputeroit contre le pape ; il imputa sa querelle avec le mayeur aux difficultés engendrées par la présence des troupes françaises d'occupation dans la région de Binche, sans pour autant admettre les coups prétendument portés. Mais il persista dans sa dénonciation des travers de ses paroissiens, assumant son sermon sur l'ivrognerie et le « cocufiage » de certains époux qui fréquentaient les cabarets, rejetant les propos qu'on lui prêtait sur la damnation des cabaretiers mais s'obstinant dans leur dénonciation, affirmant qu'il n'avait pas expulsé les femmes de l'office dominical, mais les avait contraintes à se ranger dans le côté de la nef qui leur était réservé. En novembre 1681, sa défense prit un tour plus singulier encore : à l'accusation de refus d'absolution opposé à divers paroissiens, tel le prévôt Claude Robaux de Lisbonne (dont il avait tenté d'obtenir une mesure d'interdiction des danses), il répond qu'il n'a rien à dire la-dessus et qu'il at suivy les lumières que Dieu luy at donné lors que ledit sieur de Lisbonne s’est adressé à luy ; avait-il refusé d'entendre la veuve François Robert en confession, c'était qu'il auroit faict son debvoir pour ladite vesve estre de mauvaise conscience en ce temps là et non obéissante dans Ces choses de conscience à l'extérieur ; il mit aussi en avant les objections de sa conscience pour avoir différé un mariage. Mais De Noyelles ne reconnaissait pas les autres refus de célébration d'office qu'on lui imputait. Quant à son animosité à l'égard des religieux, il la justifiait par sa volonté de se conformer au Concile de Trente qui recommande aux curez d'enseigner en propre personne s'ils ne sont légitimement empeschés.

9En décembre 1681, il considéra que son médiocre respect des interdictions d'accomplir ses tâches pastorales avait été une « nécessité » pour lui, que les tracasseries dont il avait accablé le desservant chargé de le suppléer (tracasseries qu'il niait ou minimisait avec une évidente mauvaise foi pour certaines d'entre elles), procédaient de la croiance et (du) doute que (le prêtre remplaçant) n'y estoit suffisamment ou légitimement admis. À l'accusation d'avoir refusé l'extrême-onction à Jeanne Desprez, paroissienne à l'article de la mort à moins qu'elle ne luy promît de quitter absolument les danses en l'advenir en cas de guérison, il répondit qu'il n'avoit qu'à respondre à Dieu sur cet article, que la théologie enseignoit qu'il n'y avoit rien à respondre ; et De Noyelles d'observer semblable mutisme sur les questions relatives à la durée de son refus de sacrement. Aussi le promoteur s'opiniâtra-t-il : Interrogé pourquoy et par quel motif il se rend si difficil aux pœnitens ? At repondu n'y pouvoir respondre pour la supposition estre fausse. Interrogé si ce n'est en haine de la religion catholique et pour les (les pénitents) éloigné (sic) des sacrements en leurs inspirant une aversion ? At déclaré ne pouvoir respondre à cest article.

10Le sort de Charles de Noyelles était scellé. Les conclusions du promoteur (20 décembre 1681), le recollement et la confrontation des témoins en présence de l'official Guillaume Pelsers lui-même (26 février 1682), la fin de non-recevoir opposée aux demandes de devoirs justificatifs formulées par l’inculpé (20 mai 1683) et la conclusion définitive du promoteur (16 juin 1683) débouchèrent sur une sentence de suspension d'exercice des tâches pastorales. Trois ans s'écoulèrent alors sans que l'on sache rien de l'attitude du curé de Ghoy. Sans doute la mesure de suspension avait-elle été temporaire et/ou De Noyelles s'était-il obstiné à accomplir son ministère conformément à ses conceptions puisqu'une nouvelle action fut introduite en justice le 12 octobre 1686, avec ordonnance d'informer. Le premier interrogatoire fut conduit par Zacharie Maes, doyen de chrétienté de Mons, le 25 février 1687. Deux autres interrogatoires eurent lieu le 17 avril et le 13 août. Les chefs d'accusation demeuraient les mêmes, en particulier en matière d'administration des sacrements, et la défense de l'accusé ne varia pas. Ainsi affirma-t-il d'estre dans la disposition d'écouter et de ne refuser personne à confession, ne soient ceux qu'il croiroit se rire de ce sacrement et de le traiter indignement, de n'avoir rien à dire sur ses refus d'absolution sinon d'avoir touiours agi selon l'inspiration de Dieu en son tribunal, de n'avoir aucune animosité que contre le vice, ni aucune passion que la charité, de n'avoir iamais presché que contre les abus et le libertinage qui se comettent trop fréquemment dans sa cure en la première nuit des mariages, enfin de n'avoir récusé une marraine lors d'un baptême que pour son indécence et ses humeurs volages. Au terme de cette dernière instruction, Charles de Noyelles fut condamné derechef à la suspension d'exercice de ses fonctions pastorales et, condamnation plus grave qui devait désormais conditionner le reste de son existence, à la privation de son bénéfice (27 novembre 1687).

  • 12 62 % à Douai, 23 % à Louvain (chiffres ronds) au milieu du XVIIIe siècle. Voir G. DEREGNAUCOURT, D (...)
  • 13 Sur ce point et sur les développements qui suivent, et afin de ne pas alourdir les références infr (...)
  • 14 Dans une immense bibliographie se détachent bien sûr les travaux de J. ORCIBAL, L. WILLAERT, J.A.G (...)
  • 15 L. CEYSSENS, « La promotion de Nicolas du Bois à la chaire d’Écriture sainte à Louvain, 1654 », Bu (...)

11Cette première étape dans l'affaire Charles de Noyelles appelle quelques commentaires. J'ai indiqué plus haut que De Noyelles avait été étudiant à Louvain au début des années 1660. Au XVIIe siècle, Louvain contribuait largement à la formation du clergé des Pays-Bas, même si les futurs prêtres du diocèse de Cambrai étaient plutôt formés à Douai12. Louvain accueillait alors les futurs prêtres dans sa Faculté des arts et une minorité de ses écoliers poursuivait des études de théologie et fréquentait alors les collèges réservés aux théologiens, comme le Collège du Saint-Esprit, le Collège du Pape et quelques autres. Charles de Noyelles fut de ce petit nombre. Son grade de bachelier formé n'était guère communément partagé à la mi-XVIIe siècle. Or la formation des prêtres était un enjeu de taille et, dès la fin du XVIe siècle, les querelles entre l'Alma Mater et les jésuites furent vives, de même que les controverses doctrinales qui opposèrent ceux qui, d'inspiration augustinienne et dans la ligne de la problématique protestante, mettaient l'accent sur la transcendance divine, la nécessité de la grâce et l'exigence évangélique de sainteté, à ceux qui privilégiaient les mérites et le libre arbitre de l'homme et l'intégration de l'individu dans les rapports sociaux13. Louvain fut aussi, dans une certaine mesure, le creuset du jansénisme proprement dit14 : Jansénius y fut étudiant puis professeur avant de devenir évêque d'Ypres. La publication de son Augustinus à Louvain (1640) fut une source de débats et de noises d'autant que le décret pontifical de 1625 interdisant de discuter des questions relatives à la grâce n'avait pas été reçu aux Pays-Bas. Toute une polémique se déploya, dans laquelle le conseil de Brabant fut partie prenante, jusqu'à ce que la constitution Cum occasione du 31 mai 1653 vînt jouer son rôle d'arbitrage. À cette date, un antijanséniste notable, Nicolas du Bois, fut nommé professeur royal à Louvain, où il enseigna pendant 42 ans15. Mais Louvain ne se soumit réellement qu'après la bulle Ad sacram de 1656, non sans préciser qu'elle continuait à défendre un enseignement traditionnel tel qu'il avait été élaboré à la fin du XVIe siècle en réaction contre les écrits du jésuite Léonard Lessius.

  • 16 M. CLOET (algemene leiding), L. COLLIN en R. BOUDENS (met medewerking van), Het bisdom Gent (1559- (...)
  • 17 Methodus remittendi et retinendi peccata, Lovanii, Hieromynus Nempaeus, 1674, vol. in-8° de XXVIII (...)
  • 18 Sur Van Espen, voir M. MUTTINCK, La vie et l'œuvre de Zeger-Bernard Van Espen. Un canoniste jansén (...)
  • 19 Responsio brevis ad librum cui titulus : Methodus remittendi et retinendi peccata, authore Gummaro (...)
  • 20 Méthode que l'on doit garder dans l'usage du sacrement de Pénitence pour donner et différer l'abso (...)

12Le jansénisme de Jansénius était, dans le cadre de la théologie positive, une recherche de la véritable doctrine de la grâce chez saint Augustin. Mais cette pensée se trouva bientôt coupée de ses racines pour devenir un problème de théologie systématique. Bientôt s'y greffa un problème de théologie morale : la lutte entre le rigorisme et le laxisme et la querelle autour de l'attrionisme. Certes, les évêques de Malines et de Gand, Boonen et Triest, restaient-ils vigilants, soumettant en 1648, 1653 et 1657 à l'Université qui tergiversait, une série de propositions laxistes dont 45 furent condamnées par le Saint-Office en 1665 et 1666. La controverse prit une grande ampleur à Gand en 1661 entre les jésuites et les curés de la ville et la faculté de Louvain approuva le rigorisme du clergé16. Dix ans plus tard, la discussion n'était pas close puisqu’en 1674, le théologien louvaniste Gommaire Huygens y publiait un livre qui traitait de l'absolution dans la confession : Methodus remittendi et retinendi...17, ouvrage très rigoriste qui influença immédiatement (et pour longtemps) la pratique du ministère du clergé belge. Huygens avait été étudiant au Grand Collège du Saint-Esprit de 1648 à 1652, avait ensuite enseigné la philosophie à la faculté des Arts, obtenu une prébende à Saint-Bavon de Gand et conquis le grade de docteur en théologie en 1668. Ces années de gestation intellectuelle le virent prendre fait et cause pour les propositions doctrinales et disciplinaires des jansénistes. Après un séjour à Rome (1668-1672), il reprit avec ardeur ses travaux et sa défense du jansénisme au côté des professeurs Van Vianen, De Swaen, Pasmans, Hennebel et du jeune canoniste Van Espen18, auxquels s'opposèrent immédiatement et avec acharnement les jésuites Bolck et De Vos, mais aussi quelques collègues de Huygens : Nicolas du Bois, Martin Steyaert (ce dernier de façon plus ambiguë et assez tardive) et surtout le frère minime François Cauwe. C'est alors que Huygens publia sa Methodus qui fut réfutée la même année par François Cauwe19, traduite en français en 167720 et condamnée en 1681 par l’inquisition de Tolède.

  • 21 Voir, dans une perspective plus spécifique, H.G. SPIERTZ, « Les relations de Niercassel et des thé (...)
  • 22 Devenu en 1677 président du collège du pape Adrien VI, par résignation de François Van Vianen, Huy (...)
  • 23 L. CEYSSENS, « P. Bernard Désirant en de « Fourberie » van Leuven, 1707-1708 », dans Jansenisca. S (...)

13Charles de Noyelles se trouva pétri de ces controverses lors de sa formation théologique et intellectuelle21. Une partie de sa génération fut sans nul doute acquise aux exigences du rigorisme qui rejetait la simple attrition. En outre, alors qu'il exerçait son ministère pastoral, De Noyelles fut conforté dans ses convictions par l'intense controverse qui continuait d'opposer Huygens à Gérard Bolck et Philippe de Vos22 malgré la condamnation prononcée en 1679 par Innocent XI de plusieurs propositions laxistes soutenues par les jésuites (voir infra), et malgré la relative décadence dans laquelle entrait la faculté de théologie de Louvain ou s'exerçait de plus en plus l'action déterminée de plusieurs antijansénistes, dont Martin Steyaert, qui avait changé de camp, et l'augustin Bernard Désirant23.

  • 24 L'ouvrage du Grand Arnauld De la Fréquente Communion fut qualifié d’« admirable » par l'archevêque (...)
  • 25 R. MOLS, « Saint Charles Borromée, pionnier de la pastorale moderne », Nouvelle Revue théologique,(...)

14Au vrai, l'époque commençait à se lasser de cette sorte de science de la résolution des cas de conscience dont on avait blâmé les jésuites, ou, plus exactement, entreprenait de s'aligner sur des positions exigeantes. Farouche adversaire des jansénistes et de Huygens, un François Cauwe n'en fut pas moins l'auteur, en 1676, d'un ouvrage sévère sur la vanité et l'indécence des toilettes où il justifiait de refuser le Saint Sacrement aux dames trop galamment vêtues et sans voile qui se présentaient à la table de communion. Toujours en 1676, et sur ces mêmes questions relatives au sacrement de la pénitence, la faculté de théologie de Louvain décida de solliciter l'arbitrage du Saint-Siège, chargeant au préalable Steyaert d'enquêter dans les diocèses de Belgique (1676-1677), et députant à Rome plusieurs docteurs (1677) qui y soumirent plusieurs propositions faisant l'objet d'enseignement à Louvain. Or, par un décret du 2 mars 1679, Innocent XI condamna 65 propositions se rapportant à des thèses de morale relâchée même si, dans le même temps, il se contentait de réponses dilatoires quant à la solution à donner au problème de la prédestination et à celui de la conciliation entre la liberté de l'homme et le concours divin. En fait, partout aux Pays-Bas, dominicains, clercs séculiers, de nombreux jésuites mêmes, se dressaient contre la « morale relâchée », et ainsi en était-il aussi en France avec Bossuet et les assemblées du clergé24. On assistait à un retour aux exigences préconisées par saint Charles Borromée dans ses Instructions aux confesseurs, et l'on se retrouvait, finalement, dans une perspective étroitement tridentine, assise sur l'exemplarité du prêtre et la sanctification des sacrements25. Aussi, pourquoi tant de sévérité à l'égard d'un prêtre qui, somme toute, n'était pas particulièrement en contradiction avec la théologie morale qui tendait à s'imposer ?

  • 26 Voir Les jésuites belges 15421992. 450 ans de Compagnie de Jésus dans les Provinces belgiques (sou (...)
  • 27 L'Université de Louvain..., op. cit., p. 174-177.
  • 28 É. JACQUES, « Les sympathies jansénistes à Mons à la fin du XVIIe siècle », Annales du Cercle arch (...)
  • 29 F. CLAEYS-BOÛUAERT, article Steyaert dans Bibliographie nationale..., op. cit. et L. CEYSSENS, « D (...)
  • 30 Sur Précipiano, voir les travaux de P. CLAESSENS et de C. DE CLERCQ relatifs à l'épiscopat de Mali (...)
  • 31 L. CEYSSENS, "Autour de la bulle Unigenitus. Le Cardinal d'Alsace (1679-1759)", Revue belge de phi (...)
  • 32 Pour un développement de ce point, voir H. HILLENAAR, « Fénelon, Louvain et l'augustinisme », dans (...)

15À mon sens trois raisons peuvent en rendre compte. La première est que, dans les Pays-Bas, la position des jésuites demeurait particulièrement forte26 et que la plupart de leurs théologiens ne désarmaient pas ; De Vos, par exemple, défendait encore en 1682 les thèses de la Censura de 1585 favorable à Lessius contre Baïus.27 De façon générale, les polémiques demeuraient vives et, dans une ville comme Mons, les jésuites orchestraient l'opposition aux oratoriens28. En outre, l'épiscopat se voulait particulièrement vigilant en matière d'orthodoxie doctrinale, conscient du caractère approximatif de la frontière séparant le rigorisme de la vraie déviance doctrinale : en 1690, par exemple, Mgr de Bryas chargea Steyaert (qui avait déjà réalisé une telle enquête en 1676-1677 dans divers diocèses des Pays-Bas), Guillaume Bassery (vicaire apostolique de Bois-le-Duc, sur le point de devenir évêque de Bruges) et Zacharie Maes (doyen de Mons) d'enquêter sur le bien fondé des reproches qu'on adressait aux oratoriens de Mons et, par son décret du 3 novembre 1690, l'archevêque se rallia aux conclusions sévères de la commission d'enquête29. On sait aussi que l'avènement de Humbert de Précipiano30 au siège de Malines (Août 1690) précipita une vigoureuse campagne antijanséniste : en accord avec ses collègues, il imposa l'adhésion au formulaire antijanséniste d'Alexandre VII, en y ajoutant certaines déclarations tendant à poursuivre « l'erreur » jusque dans ses derniers retranchements, soutenu en cela par le gouverneur Maximilien de Bavière très hostile aux jansénistes et par l'internonce de Bruxelles, Tanara. On retrouve ici toute la culture ultramontaine des Pays-Bas méridionaux qui s'était épanouie depuis un siècle et s'exprimera avec davantage de force encore sous l'épiscopat de Philippe d'Alsace31. On sait enfin que Fénelon lui-même, dont la nomination à Cambrai avait pourtant fait naître quelques espoirs chez les rigoristes de Louvain, devint rapidement leur adversaire résolu32.

  • 33 L'expression est de D. JULIA, dans Histoire de la France religieuse, t. 3 : Du roi Très Chrétien à (...)
  • 34 G. DEREGNAUCOURT, « Collateurs, clergé et fidèles... », op. cit.
  • 35 D. JULIA, op. cit.
  • 36 A. LOTTIN, « Contre-Réforme et religion populaire : un mariage difficile mais réussi aux XVIe et X (...)
  • 37 Voir les réflexions de L. CHÂTELLIER, L'Europe des dévots, Paris, 1988.
  • 38 Correspondance de Fénelon, op. cit., t. IX.

16La seconde raison est que les querelles, jusqu'alors plutôt théoriques, qui opposaient rigoristes et laxistes en était venues à un point tel qu'elles exerçaient une fâcheuse influence sur la pratique du ministère paroissial. Le rigorisme de certains prêtres, qui s'accommodaient mal d'une adhésion, qu'ils considéraient factice et superficielle, de leurs ouailles à leur pastorale, était une source de conflit et de malentendu culturel avec les communautés d'habitants. Lorsque les paroissiens de Saint-Nicolas de Mons, en 1690, pressèrent le Magistrat de la ville d'intervenir auprès de l'archevêque afin qu'on ne leur donnât pas comme nouveau curé une personne d'une doctrine singulière, mais bien un prêtre d'une doctrine chrétienne et commune, ils exprimaient à leur façon leur désaveu de certaines pratiques du ministère paroissial dont ils ne percevaient pas « les critères pertinents »33. À la ville, comme à la campagne, Magistrats et échevinages, conscients du caractère déstabilisant de l'intransigeance cléricale, la dénonçaient comme fauteur de troubles sociaux34. Quant à la hiérarchie religieuse, en dépit d'une réelle adhésion à des positions exigeantes en matière de théologie sacramentaire, elle mesurait le péril d'une pastorale qui, plutôt que de rassembler, divisait et, à terme, pouvait faire le lit du détachement religieux35. Consciente et satisfaite de l'indiscutable succès de masse remportée, en Flandre, Cambrésis et Hainaut, par la Contre-Réforme et la Réforme catholique36, la hiérarchie s'efforça, plus précocement qu'en bien d'autres sites, français en particulier, de mettre en place une stratégie de compromis entre le modèle religieux élaboré et mis en œuvre par les élites et les exigences de la culture populaire et de l'héritage socio-culturel que la nébuleuse dévote jésuite sut si bien intégrer37. Fénelon fut le légataire compréhensif de cette conception : chacun connaît cette lettre au doyen de chrétienté de Maubeuge, en 1702, dans laquelle il l'engage de prendre la peine de travailler à l''accommodement du pasteur de Jeumont avec ses paroissiens ; Je n'ai garde, dit Fénelon, de vouloir discréditer un si bon pasteur, ni de le laisser exposer aux caprices d'un peuple entêté ; et d'ajouter : Il faudra que M. le pasteur use d'indulgence pour gagner les cœurs de son troupeau ; Vous ne sauriez lui représenter trop fortement combien ces bagatelles (le conflit avec les paroissiens porte sur les modalités d'une procession) ruineroient tout le bien qu'il peut faire dans les matières plus capitales38.

  • 39 Voir entre autres A. DUPRONT, Le concile de Trente, dans Le Concile et les conciles, Paris, 1960.

17Une troisième raison fut sans doute que le rigorisme, sinon le jansénisme déclaré de certains prêtres - ainsi que nous avons commencé de le voir avec Charles de Noyelles-, risquait de déboucher, en ces Pays-Bas, terre de chrétienté tridentine et ultramontaine, sur des attitudes d'insubordination susceptibles de remettre en cause la structure hiérarchique d'une Église largement épargnée par l'influence gallicane et richériste. Le concile de Trente avait exalté la mission et le rôle du prêtre dans le cadre d'une Église hiérarchisée de droit divin, composée des évêques, des prêtres et des fidèles, les premiers ayant un pouvoir de juridiction supérieur à celui des seconds chargés d'encadrer ces derniers. Trente affirmait ainsi une ecclésiologie résolument cléricale et soucieuse de plier les autonomies et les forces centrifuges propres au système bénéficiai, une ecclésiologie qui faisait fi, a priori, des réserves gallicanes, laïques dans une certaine mesure, richéristes ou jansénistes39. Or, c'est sur ce terrain de contestation, précisément, que devait se déployer la seconde phase de l'affaire Charles de Noyelles.

18En effet, loin de se soumettre à la sentence de 1687 qui le condamnait à la privation de son bénéfice, Charles de Noyelles allait consacrer près de vingt ans de son existence à plaider contre la hiérarchie cambrésienne ou à répliquer à celle-ci lorsqu'elle contre-attaquait. On ne rendra compte ici que de l'essentiel d'une singulière cascade de procédures aux multiples rebondissements et dimensions, d'autant que les sources qui nous informent, imposantes par leur ampleur et dispersées ainsi qu'on l'a dit en diverses liasses des archives départementales du Nord, réclament d'être sans cesse recoupées et devraient être complétées par des dépouillements dans les fonds d'archives de Belgique, dans l'hypothèse où des documents y subsistent.

19Les objectifs de Charles de Noyelles à partir de 1687 furent successivement ou conjointement d'obtenir la nullité de la sentence de suspension et de privation de bénéfice, d'en obtenir réparation puis, à défaut de recouvrer ce bénéfice dont il s'estimait injustement spolié, de se voir consentir le versement des provisions alimentaires, préalable à une pension viagère compensatrice. L'ex-curé de Ghoy adressa maintes requêtes et plaida devant diverses cours : les officialités d'Anvers et de Tournai, le Parlement de Flandre à Tournai et le Conseil souverain de Hainaut à Mons. Ses adversaires furent successivement Mgr de Bryas, puis les exécuteurs testamentaires de celui-ci en la personne des vicaires généraux (et l'enquête mériterait d'être approfondie sur ce point précis), enfin Fénelon lui-même.

  • 40 Voir les réflexions de D. JULIA, « Système bénéficiai et carrières ecclésiastiques dans la France (...)

20Dès 1682, De Noyelles, s'appuyant sur certaines dispositions des conciles de Latran V, de Trente et de divers synodes provinciaux, avait parlé d'un interdit non légitime, prononcé pour des choses très fausses et inventées, affirmant que ses détracteurs étaient des mal vivans animés de malice à son égard. Le ton était donné. Le défendeur entendait camper résolument sur le terrain des droits conférés par le système bénéficial40. En 1687, il en appela à l'internonce de la sentence de privation qui le frappait. Celui-ci renvoya la cause devant l'official d'Anvers qui refusa que les pièces de la procédure cambrésienne fussent communiquées au plaignant, tel que le voulait (selon De Noyelles) l'usage de la procédure d'Anvers... et celle, ancienne, de l'officialité de Cambray, et confirma la sentence le 16 novembre 1693. De Noyelles aurait alors fait appel à la Cour de Rome de cette sentence de l'official d'Anvers et Rome aurait, à son tour, renvoyé la cause devant l'official de Tournai qui ne rendit sa sentence (confirmant les précédentes) que le 17 janvier 1701. Je ne sais rien d'autre, pour l'instant, de ces péripéties. De nombreuses allusions ultérieures laissent à penser que De Noyelles plaida essentiellement les vices de forme plutôt que le fond.

  • 41 DURAND DE MAILLANE, Dictionnaire de droit canonique et de pratique bénéficiale, t. V, Lyon, 1776, (...)
  • 42 G. DEREGNAUCOURT, De Fénelon..., op. cit., p. 89-118 et 297-302.
  • 43 A.D. Nord, 3 G 2976.
  • 44 A.D. Nord, 4 G 4157.

21Dans le même temps, ou en tout cas à partir de 1694, il entama une longue série de requêtes contre Bryas, puis contre le vicariat en tant qu'exécuteur testamentaire de cet archevêque, puis contre Fénelon pour obtenir des provisions alimentaires et, à terme, recouvrer la possession de son bénéfice. Les étapes sont nombreuses. De Noyelles plaidait que la suspension était irrégulière et que les biens dans lesquels consistent le tiltre sur lequel ila receu les ordres sacrez sont ruinez par la guerre et qu'à ce suiet il n'en peut tirer aucune chose pour sa subsistance. Il faut donc dire ici quelques mots du titre patrimonial de De Noyelles et de la valeur de la cure de Ghoy. Les premiers revenus d'un clerc étaient en effet ceux de son « titre », c'est-à-dire de la rente viagère, exempte de toute imposition, constituée obligatoirement par la famille avant la promotion aux ordres majeurs. Le droit canonique et la législation civile interdisaient aux évêques d'admettre aucun clerc qui ne disposât d'un bien temporel ou d'un bénéfice lui permettant de vivre décemment41 et, aux Pays-Bas, le montant du titre patrimonial était communément plus élevé qu'en France où il était de 60 livres, ce qui avait précocement permis de réguler le recrutement sacerdotal au sein de catégories aisées de la population42. Le titre de Charles de Noyelles, d'un montant de 200 livres (s'il s'agit de livres de Hainaut, cela représente 125 livres tournois), fut constitué en 1665 et garanti par le revenu d'un verger enclos et de quatre journées de terres labourables (1,6 à 2 hec.)43. Il est vrai que la région de Binche, comme tant d'autres dans le Hainaut, fut diverses fois ravagée par les armée françaises entre 1668 et 1678. Mais le vicariat eut beau jeu de considérer, par exemple en 1694, que le titre patrimonial du demandeur n'était ni ruiné ni infructueux en ceste année que les armées n'ont pas esté du côté de Binche. Quant à la cure de Ghoy, objet de tant de sollicitudes de la part de De Noyelles, son revenu avait été estimé, en 1666, à 636 livres, 10 sols et 8 deniers par Gérard Claus, curé sortant, avant sa promotion à la cure d'Estinnes-au-Val et à la charge de doyen. Ajoutons le revenu de la chapelle de la léproserie de Binche unie à la cure, le maigre produit d'une trentaine d'obits, dont les échevins déclaraient que la plus parte ne se payent point, voire mesme sont incognus par les changemens faits par (es guerres, et le casuel impossible à estimer. Il ne s'agissait ni d'une cure crottée, ni d'une cure d'un grand rapport. En outre, une déclaration ultérieure de revenus (1688) n'indique plus que 232 livres, 2 sols et 8 deniers44. C'est donc autant par attachement à des principes que par défense d'intérêts intrinsèques que De Noyelles se transforma en un inlassable plaideur. Prenant le système bénéficiai à la lettre, il estimait légitime de jouir à titre viager d'une portion de biens d'Église.

  • 45 Sur les possibilités d'appel des justices ecclésiastiques, voir V. DEMARS-SION, « Les monarchies e (...)

22De requêtes en procédures et en appels comme d'abus45, De Noyelles développa opiniâtrement la même argumentation et les mêmes arguties juridiques pour prouver le vice de forme et obtenir cassation de son jugement mais il n’eut guère l'oreille des juges du Parlement de Flandre qui, contrairement à leurs confrères de France, n'étaient guère séduits par les sirènes gallicanes. Les deux arguments principaux du plaignant étaient, d'une part qu'un évêque ou son successeur sont obligés d'assurer la subsistance d'un prêtre à qui il a été conféré les ordres sacrés sur la base d'un titre patrimonial de la valeur requise, légitimement et régulièrement constitué ; d'autre part que les procédures déployées contre lui, sujet d'Espagne, tant au cours de ses premiers procès, entre 1679 et 1687, qu'à l'occasion de ses appels, avaient été menées, tantôt en terres espagnoles où elles auraient dû se conformer au stil criminel observée en ladite province die Haynaut, tantôt à Cambrai conformément au stil die Cambray ou, par la suite, à Tournai conformément au Code Louis qui, on le sait, désigne stricto sensu pour les juristes les grandes ordonnances civiles et criminelles de 1667 et 1670.

  • 46 A.D. Nord, 3 G 355, pièce 7827 (orthographe respectée) et Correspondance de Fénelon, op. cit., t.  (...)

23Avec la même pugnacité, les défendeurs rejetèrent les arguments avancés. Fénelon en personne, qui d'ailleurs était juridiquement du nombre des défendeurs, suivit chacune des étapes de cette singulière affaire. Une lettre de sa main, écrite le 6 octobre 1705 à un conseiller du Conseil souverain de Mons où De Noyelles semblait enfin obtenir gain de cause, résume bien toute l'affaire et ses significations ecclésiologiques46.

  • 47 Fénelon n’ignorait pourtant pas que cette procédure avait été épuisée par Charles de Noyelles.
  • 48 On retrouve ici le conflit qui opposait la justice civile aux cours ecclésiastiques. Voir V. DEMAR (...)
  • 49 Sur cette pléthore cléricale, voir G. DEREGNAUCOURT, De Fénelon...., op. cit., p. 53-87 et id., «  (...)
  • 50 Voir note dans Correspondance..., t. XII, op. cit.

Monsieur ;
Je vous supplie die souffrir que je vous avoue ma surprise sur la provision d'aliments que le Conseil souverain die Mons viens (sic) d'accorder contre moi au Sr Charles Noyelles autrefois pasteur de Goy. Cette provision emporte le fond et elle est d'une conséquence infinie contre les archevêques dans tout le diocèse. Elle n'a pu, Monsieur, être accordée ou qu'à cause de l'ordination de ce prêtre, ou qu'à cause du défaut de son titre patrimonial ou qu'à cause de ce qu'il a été privé de sa cure. Or il est manifeste qu'aucune de ces trois raisons ne peut jamais militer contre moi. 1° Ce n'est pas moi qui l'ai fait prêtre. Il peut avoir recours, s'il le juge à propos, à la succession de celui de mes prédécesseurs qui lui a imposé les mains 47 . 2° Ce n'est pas moi qui ai accepté son titre. Qu'il ait recours pareillement à la succession de mon prédécesseur qui l'a accepté. Les successions de Mgrs Nemius et de Brias sont bonnes. 3° Il a été privé de sa cure longtemps avant que je fusse archevêque et la sentence qui l'en a privé a été confirmée sur ces appellations dans tous les tribunaux supérieurs selon les canons, en sorte que c'est un jugement consommé. Ainsi cette privation qui demeure juste et canonique ne peut jamais lui servir de titre contre son juge même pour lui demander des aliments. Encore moins peut-il les prétendre contre moi, qui n'ai jamais été son juge, puisque sa condamnation était consommée par mon prédécesseur avant que j'entrasse dans l'archevêché. Il ne peut donc pas avoir aucun prétexte de demander contre moi des aliments, ni du côté de son titre que je n'ai jamais accepté, ni du côté de la privation de sa cure qui était consommée par l'ordre canonique avant ma promotion. Pourquoi donc s'adresse-t-il à moi, puisqu'il a deux successions très bonnes auxquelles il devrait naturellement recourir ? C'est sur ces principes clairs et décisifs que le Parlement de Tournay, où il a fait plusieurs procès pour ses aliments, lui a toujours refusé toute provision et l'a condamné aux dépens. Que puis-je penser, Monsieur, lorsque je vois qu'il obtient sans peine à Mons ce qui lui a été plusieurs fois refusé à Tournay comme une prétention insoutenable ? Que s'il prétend que l'archevêque le doit nourrir précisément à cause qu'il est prêtre sans bénéfice, il est capital à l'archevêché de ne souffrir pas une prétention si extraordinaire et d'une si dangereuse conséquence. Il est capital qu'il ne paraisse jamais que le Conseil de Mons a supposé que cette prétention a une fondement et qu'elle mérite une provision. 48 Que serait-ce, Monsieur, si tous tes prêtres qui sont sans bénéfices pouvaient demander aux archevêques des provisions alimentaires ! En ce cas nul archevêque n'oserait plus faire des prêtres pour remplir les cantuaires, les obits et autres pieuses fondations. En ce cas un nombre prodigieux de prêtres qui se trouvent dans un si vaste diocèse, sans aucun titre de bénéfice, comme le sieur Noyelles, auraient tout autant de droits que lui de me demander justice des provisions d'aliments. 49 De plus remarquez s'il vous plaît, Monsieur, que je lui ai offert de le recevoir au concours pour y venir librement comme tous les autres se présenter pour quelque cure. Ajoutez, je vous supplie, que je lui ai fait offrir un cantuaire à Mons, dans la paroisse de Ste Élisabeth. C'est M. de Bagnols à qui je l'ai offert pour en donner la parole à M. le comte de Tirimon. 50 Vous pouvez, Monsieur, vérifier la chose à Ste Élisabeth quand il vous plaira. Il ne peut donc pas même alléguer les raisons d'équité, de bienséance et de compassion, loin de pouvoir en alléguer quelqu'une de droit rigoureux Une tient qu’à lui de pourvoir à ses besoins. Il est dans le cas d'un très grand nombre d'autres prêtres qui sont autant que lui sans bénéfices. Les deux seules différences qui se trouvent entre eux et lui, sont que tant d'autres prêtres n'ont jamais perdu comme lui par leur faute un bénéfice dont ils aient été privés par jugement consommé selon l'ordre canonique des appellations, et que tant d'autres prêtres n'ont pas l'avantage que je lui offre, savoir d'un cantuaire que je lui procure, Pourquoi aime-t-il mieux me demander des aliments par un procès, que d'accepter paisiblement les aliments qui lui sont procurés par ce cantuaire ? Un provision si contraire à tout usage ne pourrait lui servir qu'à continuer de plaider comme il a fait toute sa vie. Enfin vous voyez, Monsieur ; que si on lui accordait une provision parce qu'il est sans bénéfice, les archevêques seraient accablés par une multitude innombrable de prêtres non bénéficiers qui seraient dans un cas plus favorable, n'ayant jamais été condamnés comme celui-ci pour leurs fautes à perdre leurs bénéfices par trois sentences conformes. Est-il juste de récompenser ainsi l'obstination et la chicane d'un prêtre qui depuis vingt ans court de tribunaux en tribunaux pour plaider contre les archevêques, se faisant condamner sans cesse aux dépens pour sa procédure téméraire. J'espère, Monsieur, que le Conseil voudra bien avoir égard à l'extrême conséquence de cette affaire. Il n'est nullement question du titre patrimonial de sr Noyelles. C'est une question dans laquelle je n'ai garde d'entrer. Encore une fois, elle regarde la succession de l’archevêque qui l'a accepté et qui est bonne pour répondre. De plus cet ecclésiastique est en état de servir et de dire des messes, puisqu'il demande un bénéfice et des fonctions ; ainsi, à le regarder de la manière la plus favorable, il n'est dans le cas de tous les autres prêtres non bénéficiers du diocèse. Je lui offre actuellement un emploi très doux très facile, dans une bonne ville où il peut avoir de la commodité et du secours. C'est ce qui changerait entièrement l'état de l'affaire, et qui devrait faire surseoir la provision, quand même elle aurait d'ailleurs un vrai fondement. Je vous supplie instamment, Monsieur, de vérifier la chose sur les lieux d'engager les juges à y faire une attention proportionnée aux conséquences, et de croire que je serai, Monsieur...

  • 51 G. DEREGNAUCOURT, « Le concours... », op. cit.

24Tout est dit. Dans cette affaire, Fénelon, vraiment ulcéré, épousait complètement l'ecclésiologie dominante des Pays-Bas méridionaux telle qu'elle s'était facilement coulée, dès l’époque des archiducs, dans les conceptions de l’Église et de l'État et dans leur rapport. La démarche de Charles de Noyelles était vouée à l’échec : peu importait le fond ; son crime était qu’il pût penser que la hiérarchie entendrait ses doléances avec bienveillance et souffrirait une prétention si extraordinaire et d'une si dangereuse conséquence. Avec une apparente bonne foi, Fénelon opposait aux doléances si contraire(s) à tout usage de l'ex-curé de Ghoy-Labuissière tout l'arsenal des dispositions en vigueur dans le diocèse de Cambrai en matière d'accès aux bénéfices, en particulier la possibilité pour lui de se soumettre au concours, cet exceptionnel instrument de mainmise épiscopale sur le recrutement du clergé paroissial51, ou de se satisfaire d'une fonction sans bénéfice. Fénelon se situait ainsi dans la perspective étroitement tridentine et ultramontaine d'une Église de type monarchique et hiérarchique, privilégiant fortement l'autorité et le pouvoir de juridiction des évêques au sein de leur diocèse pour les causes de compétence ecclésiastique et déniant au pouvoir judiciaire civil toute possibilité d'arbitrage ; il se trouvait ainsi, dans une certaine mesure, en opposition avec le premier des fameux Quatre Articles de 1682, et en revanche assumait pleinement l'héritage des édits français de 1695 et de 1698 qui accordaient pleins pouvoirs aux prélats sur le bas clergé paroissial.

  • 52 Voir G. LECLERC, Zeger-Bernard Van Espen (1646-1728) et l'autorité ecclésiastique, op. cit.

25Tout autre était la conception de Charles de Noyelles. Rigoriste, il avait, un temps, déployé une véhémence maladroite à instruire ses ouailles, à les soumettre à une catéchèse qui, somme toute, s'inscrivait parfaitement dans le climat et les exigences de la Réforme catholique, même si elle pouvait paraître contraire aux pratiques en usage dans les Pays-Bas méridionaux et dont les jésuites étaient les instruments. De plus, il y avait apporté un esprit de système, utilisant les sacrements comme un outil de contrôle et de pression blessant pour la sensibilité et la culture de ses paroissiens. Mais, en opposant à sa hiérarchie, dont la puissance se renforçait, les droits de sa conscience de chrétien et de pasteur et le rappel de la primauté de l'absolu de Dieu, il avait été perçu comme un ferment d'opposition et d'insoumission52. Son attitude fut considérée comme une dissidence car elle constituait une recherche d'autonomie face à la centralisation et une menace pour l'exercice de l'autorité. En ce sens il faut déjà parler de richérisme, attitude qui se précisa dans sa quête inlassable de faire reconnaître ses droits qu'il jugeait avoir été bafoués. Dans cette seconde phase de son itinéraire singulier, il persista à refuser la contrainte reçue du dehors. Ainsi, au moment même où, dans le diocèse de Cambrai, toute un nouvelle génération de prêtres issue du séminaire diocésain - objet de tous les soins de Fénelon ! - prenait possession des cures, Charles de Noyelles entamait son deuxième combat : non plus contre le relâchement dans la morale mais contre l'esprit d'autocratie qui triomphait dans l'Église comme dans la société civile.

Notes

1 G. DEREGNAUCOURT, De Fénelon à la Révolution. Le clergé paroissial de l'archevêché de Cambrai, Lille, 1991, p. 329-350.

2 Id., « Les déviances ecclésiastiques dans les anciens diocèses des Pays-Bas méridionaux aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles : répression, ecclésiologie et pastorale », dans Le clergé délinquant (XIIe-XVIIIe siècle), sous la dir. de B. GARNOT, Dijon, EUD, 1995, p. 65-95.

3 Ibid. Voir aussi J.-M. BAHEUX et G. DEREGNAUCOURT, Affaires de mœurs et de discipline laïques et ecclésiastiques et mentalités populaires dans le diocèse de Cambrai au XVIIe siècle, d'après les archives de l'officialité métropolitaine, mémoire de Maîtrise sous la dir. de P. DEYON et A. LOTTIN, Lille, 1972 et D. HARY, Affaires de mœurs et de discipline ecclésiastiques dans le diocèse de Cambrai au XVIIIe siècle, mémoire de Maîtrise sous la dir. d'A. LOTTIN, Lille, 1973. Sur les archives de l'officialité de Cambrai, voir A. LOTTIN (et coll.), La désunion du couple sous l'Ancien Régime. L'exemple du Nord, Lille, 1975 et P. PIÉTRESSON DE SAINT-AUBIN, Répertoire numérique. Série G (clergé séculier), t. II : 3 G à 5 G, Lille, 1968.

4 Afin de ne pas alourdir de façon démesurée des références infrapaginales qui seront bien assez abondantes, j'indique ici, une fois pour toutes, les cotes des principales liasses qui ont permis la rédaction de cette communication (quelques références complémentaires pourront être données chemin faisant) : A.D. Nord, 5 G 514, Officialité. Clergé. Discipline ecclésiastique. Affaire Charles de Noyelles (1679-1687) ; 5 G 517, id. (1699) ; 5 G 597, Appel au Parlement (1695-1700) ; 3 G 355, Liasse Fénelon. Pièce 7827. Procès devant le Conseil souverain de Mons contre Charles de Noyelles, ancien curé de Ghoy (1705) ; 3 G 1073, Liasse Bryas. Procès devant le Conseil supérieur de Tournai entre les exécuteurs testamentaires de Mgr de Bryas et Charles de Noyelles, curé de Ghoy (1695) ; 3 G 2976, Procès des vicaires généraux de l'archevêché contre Charles de Noyelles, curé de Ghoy (1694) : ce procès est indûment classé dans une liasse de titres patrimoniaux, et rien ne le laisse supposer dans l'inventaire de P. Piétresson de Saint-Aubin. Le dépouillement de ces liasses ne préjuge pas de découvertes qui pourraient être faites dans les fonds des archives belges.

5 G. DEREGNAUCOURT, De Fénelon à la Révolution..., op. cit.

6 Communes de Belgique. Dictionnaire d'histoire et de géographie administrative (sous la dir. d'H. HASQUIN avec la coll. de R. VAN UYTEN et J.-M. DUVOSQUEL), Bruxelles, 1983, articles Ghoy (t. I, p. 560-561), Labuissière (ibid., t. I, p. 782-783), Merbes-le Château (ibid., t. II, p. 980-981) et Sars (ibid., t. II, p. 1341-1342).

7 Archives du séminaire de Tournai, ms. codex 115, Status generalis dioecesis Cameracensis ann° 1716.

8 Charles de Noyelles prenait grand soin de faire état de son grade lors des instructions. Voir aussi A. SCHILLINGS, Matricule de l'université de Louvain, Bruxelles, 1963, t. VI : Fin février 1651-fin août 1683, p. 168.

9 A.D. Nord, 3 G 2976, titre patrimonial de Charles de Noyelles, 1665.

10 G. DEREGNAUCOURT, « Le concours pour l'accès aux cures dans les anciens diocèses du Nord de la France aux XVIIe et XVIIIe siècles », dans Geloven in het verleden. Studies over godsdienstig leven in de uroegmoderne tijd (XVIde-XVIIIde eeuw) aangeboden aan Prof. Dr. Michel Cloet, Louvain, 1996.

11 Une affaire comme celle de Charles de Noyelles exprime aussi bien des tensions internes aux communautés d’habitants. Quelques réflexions dans G. DEREGNAUCOURT, « Collateurs, curés et fidèles dans les conflits paroissiaux en milieu urbain. L'exemple de l'archevêché de Cambrai (XVIIe - XVIIIe siècles) », Actes du colloque de Saint-Ghislain. 25 novembre 1995, Saint-Ghislain, 1996 (à paraître).

12 62 % à Douai, 23 % à Louvain (chiffres ronds) au milieu du XVIIIe siècle. Voir G. DEREGNAUCOURT, De Fénelon..., op. cit., p. 173-180.

13 Sur ce point et sur les développements qui suivent, et afin de ne pas alourdir les références infrapaginales, voir les Actes du Colloque sur le jansénisme organisé par l’Academia belgica, Rome, 2-3 novembre 1973, Louvain, 1977 et l'ouvrage collectif de M. LAMBERIGTS (sous la dir. de, et avec la coll. de L. KENIS), L’augustinisme à l'ancienne faculté de théologie de Louvain, Louvain (Bibliotheca Ephemeridum Theologicarum Lovaniensium, CXI), 1994. Voir aussi F CLAEYS-BOÚÚAERT, L'ancienne Université de Louvain, Louvain, 1956 et L'université de Louvain 1425-1975 (ouvrage collectif), Louvain, 1975. Sur les personnalités dont il sera ici question, voir les volumes de la Biographie nationale de l'Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique (Académie royale de Belgique), 30 vol., Bruxelles, depuis 1866.

14 Dans une immense bibliographie se détachent bien sûr les travaux de J. ORCIBAL, L. WILLAERT, J.A.G. TANS et surtout toute l’œuvre de L. CEYSSENS, à ce point considérable qu'elle est à présent objet d’historiographie.

15 L. CEYSSENS, « La promotion de Nicolas du Bois à la chaire d’Écriture sainte à Louvain, 1654 », Bulletin de l’Institut historique belge de Rome, t. XXXIV, 1962, p. 490-553.

16 M. CLOET (algemene leiding), L. COLLIN en R. BOUDENS (met medewerking van), Het bisdom Gent (1559-1991). Vier eeuwen geschiedenis, Gent, 1992, p. 144.

17 Methodus remittendi et retinendi peccata, Lovanii, Hieromynus Nempaeus, 1674, vol. in-8° de XXVIII-136-IV p., réimprimé en 1676 par le même éditeur, in 8°, puis à Liège en 1686 par G. Kalkoven, in 8° de VIII-333-XIII p. et à Louvain, par Nempaeus, in 4° de XII-134 p.

18 Sur Van Espen, voir M. MUTTINCK, La vie et l'œuvre de Zeger-Bernard Van Espen. Un canoniste janséniste, gallican et régalien à l'Université de Louvain (1646-1728), Paris, 1970 ; G. LECLERC, Zeger-Bernard Van Espen (1646-1728) et l'autorité ecclésiastique, Zürich, 1924 ; id., « Le jansénisme de Van Espen », dans Actes du colloque sur le jansénisme..., op. cit., p. 205-221.

19 Responsio brevis ad librum cui titulus : Methodus remittendi et retinendi peccata, authore Gummaro Huyghens..., authore Francisco Carolo Reymakers, theologo, Louvain, H. Nempaeus, 1674, in 12°, 117 p. En réalité l'auteur était François Cauwe et l'ouvrage fut également publié à Bruxelles par J. Van de Velde, in 12° de IV-191 p. et à Mayence par J.-P. Zubroet, s.d. (mais approuvé en 1675), in 8°.

20 Méthode que l'on doit garder dans l'usage du sacrement de Pénitence pour donner et différer l'absolution..., Prélart, 1677, in 12°.

21 Voir, dans une perspective plus spécifique, H.G. SPIERTZ, « Les relations de Niercassel et des théologiens de Louvain Van Vianen et Huyghens concernant la formation des prêtres », Actes du colloque sur le jansénisme..., op. cit., p. 49-60.

22 Devenu en 1677 président du collège du pape Adrien VI, par résignation de François Van Vianen, Huygens fit rédiger et défendre, sous sa présidence, un grand nombre de thèses publiques.

23 L. CEYSSENS, « P. Bernard Désirant en de « Fourberie » van Leuven, 1707-1708 », dans Jansenisca. Studiën, t. II, Malines, 1953, p. 231-304.

24 L'ouvrage du Grand Arnauld De la Fréquente Communion fut qualifié d’« admirable » par l'archevêque de Paris Péréfixe. L'assemblée du clergé de 1657 fit imprimer et diffuser dans les diocèses les très strictes Instructions aux confesseurs de Borromée. En outre, la Paix de l'Église (1668-1679) favorisa le développement du rigorisme.

25 R. MOLS, « Saint Charles Borromée, pionnier de la pastorale moderne », Nouvelle Revue théologique, t. LXXIX, 1957, p. 600-622 et 715-747 ; A. DEROO, Saint Charles Borromée, Paris, 1963.

26 Voir Les jésuites belges 15421992. 450 ans de Compagnie de Jésus dans les Provinces belgiques (sous la dir. d'A. DENEEF, X. DUSAUTOIT, Ch. EVERS, M. PILETTE et X. ROUSSEAUX, Bruxelles, 1992. Sur l’antijansénisme dans les Pays-Bas, voir L. CEYSSENS, « Pour une histoire plus poussée et plus explicite de l’antijansénisme », dans Actes du colloque sur le jansénisme..., op. cit., p. 1-19.

27 L'Université de Louvain..., op. cit., p. 174-177.

28 É. JACQUES, « Les sympathies jansénistes à Mons à la fin du XVIIe siècle », Annales du Cercle archéologique de Mons, 1965-1967, t. LXVI, 1967, p. 249-309.

29 F. CLAEYS-BOÛUAERT, article Steyaert dans Bibliographie nationale..., op. cit. et L. CEYSSENS, « Des rehabilitate van Martinus Steyaert, 1684-1685, dans Jansenisca..., op. cit., t. I, p. 305-341.

30 Sur Précipiano, voir les travaux de P. CLAESSENS et de C. DE CLERCQ relatifs à l'épiscopat de Malines. Voir aussi Correspondance de Fénelon, éd. J. ORCIBAL, avec la colt de J. LE BRUN et I. NOYE, Genève-Paris, t. IX, p. 137 et F. CLAEYS-BOÛUAERT, op. cit., p. 260 et sv.

31 L. CEYSSENS, "Autour de la bulle Unigenitus. Le Cardinal d'Alsace (1679-1759)", Revue belge de philologie et d'histoire, t. LXVI, 1988, 4, p. 793-828.

32 Pour un développement de ce point, voir H. HILLENAAR, « Fénelon, Louvain et l'augustinisme », dans M. LAMBERIGTS, L'augustinisme..., op. cit., p. 309-331. Voir aussi L. MAHIEU, Jansénisme et antijansénisme dans les diocèses d'Arras et de Cambrai, Lille, 1944.

33 L'expression est de D. JULIA, dans Histoire de la France religieuse, t. 3 : Du roi Très Chrétien à la laïcité républicaine, Paris, 1991, p. 253. Sur le cas montais, voir É. JACQUES, op. cit., p. 293-294. Dans sa défense des paroissiens de Saint-Nicolas, le Magistrat ne craignait pas d'affirmer : Pour parvenir et être bien vu à Cambrai, il faut être rigoriste ou petit Collet. Voir un autre cas du même type : G. DEREGNAUCOURT, « De la difficulté d'être curé au XVIIIe siècle. L'affaire Jean Lucas, curé de Lens (1707-1708) », Gauhéria, no 32, déc. 1994, p. 119-124 (il s'agit de Lens-en-Artois, dans le diocèse d'Arras).

34 G. DEREGNAUCOURT, « Collateurs, clergé et fidèles... », op. cit.

35 D. JULIA, op. cit.

36 A. LOTTIN, « Contre-Réforme et religion populaire : un mariage difficile mais réussi aux XVIe et XVIIe siècles en Flandre et en Hainaut ? », dans La religion populaire. Aspects du christianisme populaire à travers l'Histoire (sous la dir. d’Y.-M. HILAIRE), Lille, 1981, p. 43-60.

37 Voir les réflexions de L. CHÂTELLIER, L'Europe des dévots, Paris, 1988.

38 Correspondance de Fénelon, op. cit., t. IX.

39 Voir entre autres A. DUPRONT, Le concile de Trente, dans Le Concile et les conciles, Paris, 1960.

40 Voir les réflexions de D. JULIA, « Système bénéficiai et carrières ecclésiastiques dans la France d'Ancien Régime », dans Historiens et sociologues aujourd'hui, Journée d'études annuelles de la Société française de sociologie, Lille I, 14-15 juin 1984, Paris, 1986, p. 79-107.

41 DURAND DE MAILLANE, Dictionnaire de droit canonique et de pratique bénéficiale, t. V, Lyon, 1776, p. 806-808.

42 G. DEREGNAUCOURT, De Fénelon..., op. cit., p. 89-118 et 297-302.

43 A.D. Nord, 3 G 2976.

44 A.D. Nord, 4 G 4157.

45 Sur les possibilités d'appel des justices ecclésiastiques, voir V. DEMARS-SION, « Les monarchies européennes aux prises avec la justice ecclésiastique : l'exemple des anciens Pays-Bas espagnols », Revue du Nord, t. LXXVII, juil.-sept. 1995, no 311, p. 535-565.

46 A.D. Nord, 3 G 355, pièce 7827 (orthographe respectée) et Correspondance de Fénelon, op. cit., t. XII, p. 196-198.

47 Fénelon n’ignorait pourtant pas que cette procédure avait été épuisée par Charles de Noyelles.

48 On retrouve ici le conflit qui opposait la justice civile aux cours ecclésiastiques. Voir V. DEMARS-SION, op. cit. Une complication supplémentaire provient de la double souveraineté dans laquelle était placé l'archevêché de Cambrai.

49 Sur cette pléthore cléricale, voir G. DEREGNAUCOURT, De Fénelon...., op. cit., p. 53-87 et id., « Le personnel ecclésiastique à Mons en 1775 », Actes du colloque La sociabilité urbaine en Europe du nord-ouest du XVIe au XVIIIe siècle, 5 fév. 1983, Mémoires de la Société d'Agriculture, Sciences et Arts de Douai, 5e série, t. VIII, 1980-1982 p. 121-130.

50 Voir note dans Correspondance..., t. XII, op. cit.

51 G. DEREGNAUCOURT, « Le concours... », op. cit.

52 Voir G. LECLERC, Zeger-Bernard Van Espen (1646-1728) et l'autorité ecclésiastique, op. cit.

Auteur

Université Charles de Gaulle - Lille III - CHRN

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540