Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fénelon, évêque et pasteur en son temps (1695-1715)

 | 
Philippe Guinet
, 
Gilles Deregnaucourt

Pastorale et ecclésiologie

Fénelon et son séminaire

Irénée Noye

Texte intégral

  • 1 Correspondance de Fénelon, éd. par J. ORCIBAL, Paris, 1972-1976, t. I-V, puis Genève, (...)

1 Si je pouvais avoir un bon séminaire (...) je me trouverais trop heureux 1. Ce mot écrit par Fénelon à son ami le duc de Beauvillier en novembre 1699 exprime ce qui fut, tout au long de son épiscopat, un intense désir et un effort continu, tout près d’aboutir au moment où la mort vint tout interrompre.

  • 2 X. SACKEBANT, Fénelon et le séminaire de Cambrai, Cambrai, 1902. A. ALVIN, Histoire du séminaire d (...)
  • 3 G. DEREGNAUCOURT, De Fénelon à la Révolution. Le clergé paroissial de l'Archevêché de Cambrai, Lil (...)

2Le sujet n’est pas nouveau : Xavier Sackebant lui consacrait en 1902 un volume de 136 pages, appuyé sur « des documents la plupart inédits ». En 1911, l’abbé Anselme Alvin, rédigeant une histoire du séminaire de Cambrai, donnait une large place à l’époque de Fénelon2. L’étude est encore élargie, surtout à partir de documents des Archives du Nord et de la Bibliothèque Municipale de Douai, dans le grand ouvrage de M. Deregnaucourt sur le clergé paroissial du diocèse de Cambrai au XVIIIe siècle3. Aussi les recherches faites pour annoter ou compléter la Correspondance ou pour établir une chronologie détaillée n’apportent sur ce point que peu d’éléments nouveaux.

  • 4 Lettre du 4 septembre 1695, à paraître en supplément dans le t. XVI.

3Ceux-ci, qui font l’objet de ma communication, confirment la persévérance de l’archevêque pour réaliser ce qu'il considérait comme une œuvre essentielle et urgente en son diocèse. Il se heurte d’abord à des difficultés d’ordre temporel. Une réponse encore inédite du ministre Barbezieux montre qu’à peine arrivé à Cambrai, Fénelon a écrit pour que Versailles lui obtienne une sauvegarde du château de Beuvrages menacé par les armées ennemies ; le Roi fait répondre que l’archevêque aurait plus de chances de succès en s’adressant lui-même aux autorités de Bruxelles4.

  • 5 Lettres de Michel Chamillart des 8 juin, 30 juin et 8 juillet 1704, Corr., t. XIII, p. 97-98.

4C’est l’implantation même du séminaire à Beuvrages que Fénelon n’admet pas : son prédécesseur Mgr de Bryas ne s’était résigné qu’à contrecœur, faute de moyens, à l’établir là, à une trentaine de kilomètres de Cambrai. Fénelon tient à suivre de près la formation de ses futurs prêtres ; aussi, dès sa première année, contre l’avis de ses chanoines, il a transféré le séminaire en louant le « refuge », à la maison que l’abbaye de Saint-André du Cateau avait dans Cambrai. En 1704, il veut acheter cette maison et demande pour cela l’autorisation royale. On connaissait seulement sa demande par un billet du ministre qui en accuse réception ; les Archives de l’Armée à Vincennes livrent la suite de l’affaire : l’intendant de Flandre wallonne et le gouverneur de Cambrai ont également écrit au ministre, peut-être sur la sollicitation de l’archevêque, peut-être sur celle de l’abbé du Cateau qui ne veut pas être forcé à la vente ; le Roi tranche à la manière de Salomon : il autorise l’achat du « refuge », mais ne juge pas à propos que l'on se serve de son autorité pour porter les religieux de cette abbaye à s’en défaire... C’est une affaire à négocier entre eux de gré à gré5. Échec pour Fénelon.

5Les années de guerre et de misère, tout en accentuant la dégradation du château inoccupé de Beuvrages, empêchent de faire avancer le projet d’une construction à Cambrai. Mais dès que les menaces d’invasion s’éloignent, Fénelon reprend ses démarches. Son correspondant jésuite à Paris, le Père Lallemant, lui répond en termes voilés qu’avec le Père Le Tellier, confesseur du Roi, il y a apparence qu'on réussira (3 juin 1713). C’est seulement l’année suivante que Fénelon a enfin les coudées franches pour son grand dessein : par sa nièce Mme de Chevry, il présente en février 1714 un mémoire au chancelier Voysin et obtient du Roi des lettres patentes (mai 1714), qui rendent possible le financement de l’entreprise : on l'autorise notamment à emprunter jusqu’à 75000 livres (pratiquement une année de ses revenus en période de paix). Une fois ces lettres enregistrées au Parlement de Douai (15 novembre), il procède aux emprunts autorisés et en même temps aux acquisitions nécessaires. Il est frappant de relever le nombre d’actes passés dans ce mois qui va être le dernier de son épiscopat :

  • 5 décembre 1714 : les religieux de Saint-Aubert lui vendent quelques maisons au voisinage de l’archevêché ;
  • Courant décembre : on procède à la démolition de l’une de ces maisons ;
  • 22 décembre : Fénelon emprunte, de la fondation des Filles de Sainte-Agnès, 15000 florins (18500 livres) en rente ;
  • 27 décembre : M. d’Héronfontaine, archidiacre, consent un prêt de 12500 florins (15300 livres) ;
  • 2 janvier 1715 : achat de deux petites maisons ;
  • 3 janvier : achat de deux autres maisons, dont une importante, du même quartier6.

6Les successeurs de Fénelon, on le sait, n’ont pas entrepris la construction.

7Le second et perpétuel souci de Fénelon concernait le personnel de son grand séminaire. C’est le sujet d’une de ses premières démarches d’archevêque, et de la dernière : toutes deux, et plusieurs autres entre ces deux-là, tendent à obtenir pour Cambrai des prêtres de Saint-Sulpice. La correspondance et quelques pièces d’archives permettent de reconstituer la liste du personnel de direction, jusqu’ici un peu floue.

  • 7 Lettre 667 du 1er juillet 1700, Corr., t. X, p. 83-84.
  • 8 Lettres 379 et 380 A, Corr., t. IV, p. 116-117 et 124.
  • 9 Lettre 667 du 1er juillet 1700, Corr., t. X, p. 83-85.

8Avant même d’être ordonné évêque, Fénelon cherche à s’assurer la collaboration d’un sulpicien en fonction à Limoges, Pierre de Sabatier, ou celle de M. Gaye, directeur à Tulle : il les avait connus tous deux quand lui-même fréquentait le séminaire à Paris, vers 1673-76. Sabatier l’accompagne effectivement à Cambrai, mais n’y reste que trois mois, dégoûté explique Fénelon, par l'inutilité où il vivait, contre son naturel actif et empressé7 : il n’avait eu à s’occuper que d’une retraite d’ordinands (en septembre) et avait dû se tenir plutôt en observateur, avant le transfert de Beuvrages à Cambrai. Fénelon est donc contraint de garder le supérieur de son séminaire, M. de Marte, dont il n’est que médiocrement content ; mais il trouve un moyen de le placer honnêtement ailleurs au début de 16978. Il contacte de nouveau Saint-Sulpice, sans résultat : il fait venir un ecclésiastique docteur de Sorbonne, Antoine Target, natif de Saint-Quentin ; mais en mai 1700 il en fait un chanoine de sa cathédrale, l’écartant du séminaire, car il a reçu de lui, avoue-t-il, une plaie au cœur dont on ne sait la nature. Il reprend alors des pourparlers épistolaires avec Pierre de Sabatier, qui envisage favorablement cette offre et qui se chargerait même d’attirer d’autres collaborateurs. Il semble que le supérieur de Saint-Sulpice, François Leschassier, n’ait pas admis que Sabatier rejoigne Cambrai : Fénelon n’est-il pas depuis 1697 en sévère disgrâce ? Un tel engagement d’un confrère compromettrait la Compagnie tout entière. Fénelon avait clairement conscience de ce risque et veillait à ne point commettre Saint-Sulpice9.

  • 10 Lettres 825, 853 A et 878, Corr., t. X, p. 250, 272 et 303.

9C’est encore du côté de ses anciennes relations parisiennes que l’archevêque, en 1702, va chercher de l’aide : il fait venir François Lefebvre, longtemps associé aux sulpiciens, d’abord au Canada, puis à la communauté paroissiale ; celui-ci attire à Cambrai un membre de la même communauté, Philippe Chalmette, puis son propre cousin Pierre-Joseph Cartier, sulpicien à Clermont. Le supérieur Leschassier, conseillé par l’évêque de Chartres (qui semble bien être en cela porte-parole de Mme de Maintenon), croit devoir sévir : Cartier est exclu de la Compagnie, les deux autres doivent rompre leur lien avec la communauté de la paroisse10. Ils restent donc au séminaire de Cambrai, sans qu’aucun d’eux n’ait le titre de supérieur (nous verrons pourquoi). Lefebvre, plutôt difficile de caractère ou trop original, cesse en 1704 ; Chalmette demeure jusqu’en 1707, et Cartier jusqu’en 1712, chargé du temporel, donnant aussi des cours, étant même comme supérieur.

  • 11 Nous pensons devoir modifier, pour les années 1697-1712, le tableau présenté par G. DEREGNAUCOURT,(...)
  • 12 Corr., t. XIII, p. 150, n. 3.

10Il semble qu’on ne doive pas retenir Simon-Pierre Stiévenart dans la liste des supérieurs11. Fidèle collaborateur de Fénelon, certes, mais de novembre 1702 à mars 1706, il est séminariste à Saint-Sulpice, envoyé par l’archevêque ; même si ce dernier, dans une recommandation datée de 1709, assure que Stiévenart a bien mérité un canonicat par ses services dans l’éducation des clercs, ce peut être comme professeur intervenant, comme prédicateur de retraite ou directeur spirituel ; Fénelon l’utilisait surtout comme secrétaire (il signe lui-même avec ce titre en décembre 1707)12.

  • 13 Lettre 1373 du 4 ( ?) mai 1710, Corr., t. XIV, p. 238-239.
  • 14 Lettre 379, Corr., t. IV, p. 117.
  • 15 Archives de la Compagnie de Saint-Sulpice, ms. 21, p. 617.

11Qui donc est supérieur du séminaire entre 1700 et 1712 ? Je propose une hypothèse, appuyée sur des textes. On apprend en 1710 que Gabriel de Chantérac (cousin éloigné de Fénelon, son représentant à Rome pendant le procès des Maximes) veut se retirer dans son Périgord natal : il a 72 ans et fort mauvaise santé. Or, il a, dit Fénelon, « l’inspection » du séminaire13. Mais que veut dire « inspection » pour Fénelon ? Quand il a demandé un sulpicien en 1697, en attendant un supérieur de son choix, c’était, disait-il, pour gouverner Ce séminaire sous l'inspection de CM. de Chantérac, et il expliquait : Quand je demande un directeur un peu fort sous le supérieur, c'est que je connais le besoin du pays14. Il y a pour lui identité entre « inspection » et « supériorat ». C’est confirmé par une délibération du Conseil du supérieur de Saint-Sulpice, qui note en décembre 1711 : M. l'abbé de Chantérac, qui a eu jusqu’à présent la conduite du séminaire de cette ville (de Cambrai), étant devenu très infirme à cause de son grand âge, M. de Cambrai souhaiterait avoir un ecclésiastique du séminaire de Saint-Sulpice pour continuer à travailler sous la conduite du même 94. de Chantérac, en attendant que la Providence fournît l'occasion d’en donner la conduite entière à Saint-Sulpice15...

  • 16 Service historique de l’Armée, A1 2363, f° 275.

12Chantérac était donc le supérieur, un peu à distance du séminaire, sans doute, puisqu’il habitait l’archevêché (principal conseiller et canoniste de l’archevêque) ; mais c’est bien le terme qu’emploie Fénelon quand il écrit au ministre Voysin, en septembre 1712, que le supérieur de son séminaire est tombé dans une caducité et des infirmités qui imposent son remplacement (la lettre est perdue, mais connue par les extraits qu’en donne le ministre dans une lettre encore médite adressée au supérieur de Saint-Sulpice, et conservée à Vincennes)16.

  • 17 Arch. S. Sulpice, ms. 21, p. 617.

13La requête de la fin de 1711 avait déjà reçu de Saint-Sulpice une réponse favorable. Leschassier avait expliqué à son Conseil qu’il était important d’aider l’archevêque dans ses efforts pour la saine doctrine (on est au plus fort de la lutte de Fénelon contre le jansénisme)17. Il omettait d’exprimer la principale raison : depuis que le duc de Bourgogne est devenu le Dauphin, tout le monde se tourne vers Fénelon dont le retour en grâce paraît certain et prometteur. Mieux vaut ne rien lui refuser ! Effectivement, en octobre 1712, deux sulpiciens sont à Cambrai, dont M. Le Vayer de Bressac comme supérieur bien en titre et en fait (après 12 ans du supériorat-inspection de M. de Chantérac).

  • 18 Ibid, p. 614.

14Je passe sur les professeurs du séminaire, qu’on rencontre peu dans la Correspondance, mais dont on a une liste. Fénelon se préoccupait d’en former, en envoyant à Paris deux étudiants, Rohou et Desfossés, qui arrivent à Saint-Sulpice en octobre 1711 ; et M. Leschassier a un geste élégant envers Fénelon en lui proposant de les admettre à pension réduite dans l’année de préparation spéciale, la « solitude » d’Issy, réservée aux futurs directeurs de séminaire18.

  • 19 Arch. S. Sulpice, 9 G, pièce 34: 8 p. in-8°.

15Le dernier point sur lequel on peut signaler de l’inédit, c’est le règlement donné par Fénelon à son séminaire. Sackebant l’avait ignoré ; Alvin en affirmait l’existence, au vu d’un ancien répertoire des archives de l’archevêché de Cambrai, mais il doutait qu’on puisse le retrouver. Cependant, dans un post-scriptum à la fin de son Histoire, il signalait que le bibliothécaire de Saint-Sulpice l’avertissait qu’il l’avait en main. Il semble que depuis cette mention (1911), personne n’en ait pris connaissance. C’est un imprimé daté du 25 avril 170019.

  • 20 A. ALVIN, op. cit., p. 331-336. G. DEREGNAUCOURT, op. cit., p. 287-293.
  • 21 X. SACKEBANT, op. cit., p. 117-127. Mais cet auteur fait erreur quand il affirme : Ce règlement bi (...)

16Disons tout de suite qu’il n’a rien de commun avec le « Règlement de vie dans le séminaire » publié par Alvin et analysé par M. Deregnaucourt, non daté et qui est plutôt un « directoire », quelque peu tyrannique, cherchant à former les dispositions intérieures des séminaristes au long des diverses activités de la journée20. Le Règlement pour les ordinands du séminaire de Cambray de 1700 est même assez différent du Règlement donné en 1728 par Mgr de Saint-Albin, publié par Sackebant21, qui règle le fonctionnement de la maison (horaire, emploi du temps). Celui de Fénelon est davantage d’ordre administratif : conditions d’admission, époques des séjours et leur durée, nature des examens. Je passe sur les détails, un peu compliqués, de la distribution des quinze mois de présence répartis en quatre périodes, ou de neuf mois pour les boursiers des séminaires (collèges, pensions) d’universités. Le règlement de 1728 a réduit quelque peu la durée des séjours prévus par Fénelon.

  • 22 A. M. RAMSAY, Histoire de la vie de M. François de Salignac de la Mothe-Fénelon, La Haye, 1723, p. (...)

17Mais le point le plus notable est la façon dont Fénelon s’implique personnellement dans son séminaire. L’examen die ceux qui se présenteront pour entrer au séminaire, se fera devant moi tous les premiers lundis de chaque mois (art. 4). Il veut en effet connaître les sujets et apprécier dès l’entrée leurs capacités : On ne recevra point (le candidat) à moins qu'on ne trouve en lui un sens droit, de l’ouverture d'esprit, et quelque application dont on puisse juger par son progrès dans les études qu’il aura faites (art. 2). Et l’archevêque reverra ses séminaristes, car les examens pour le retour au séminaire par rapport au diaconat et à la prêtrise se feront comme celui de la première entrée en ma présence, tous les premiers lundis de chaque mois (art. 12). Dans aucun règlement épiscopal pour un séminaire, je n’ai trouvé cette volonté d’un évêque de suivre le cheminement scolaire de ses clercs, ni non plus le ton personnel de ses décisions : Je ne donnerai les ordres mineurs qu’à ceux qui seront déjà en âge de se présenter pour le sous-diaconat... (art. 5). Le règlement n’avait pas à parler de la formation spirituelle que l’archevêque tenait aussi à donner personnellement, mais on sait par les souvenirs de Ramsay (qui passa cinq années auprès de Fénelon) que celui-ci allait à toutes les retraites instruire les ordinands de leurs devoirs ; il leur parlait encore aux principales fêtes, et tenait avec eux, certaines années, des « conférences » hebdomadaires sur les grands principes de la religion : chacun exprimait ses difficultés ou ses objections ; Ramsay y admirait autant la condescendance par laquelle il se faisait tout à tous, que la sublimité de ses discours22.

18La formation de ses prêtres était bien pour Fénelon une œuvre majeure, et en grande partie son œuvre...

Notes

1 Correspondance de Fénelon, éd. par J. ORCIBAL, Paris, 1972-1976, t. I-V, puis Genève, 1987-1992, t. VI-XV (citée Corr. ci-dessous). La citation est tirée du t. X, p. 42. Nous laissons sans références les citations des années 1712-1714, à paraître dans les tomes XVI-XVII.

2 X. SACKEBANT, Fénelon et le séminaire de Cambrai, Cambrai, 1902. A. ALVIN, Histoire du séminaire de Cambrai depuis sa fondation jusqu’au rétablissement du culte en 1802, Cambrai, 1910, p. 77-137.

3 G. DEREGNAUCOURT, De Fénelon à la Révolution. Le clergé paroissial de l'Archevêché de Cambrai, Lille, 1991, p. 192-218 et 283-293.

4 Lettre du 4 septembre 1695, à paraître en supplément dans le t. XVI.

5 Lettres de Michel Chamillart des 8 juin, 30 juin et 8 juillet 1704, Corr., t. XIII, p. 97-98.

6 B. M. Douai, ms. 910. A. ALVIN, op. cit., p. 131-133. G. DEREGNAUCOURT, op. cit., p. 197-198.

7 Lettre 667 du 1er juillet 1700, Corr., t. X, p. 83-84.

8 Lettres 379 et 380 A, Corr., t. IV, p. 116-117 et 124.

9 Lettre 667 du 1er juillet 1700, Corr., t. X, p. 83-85.

10 Lettres 825, 853 A et 878, Corr., t. X, p. 250, 272 et 303.

11 Nous pensons devoir modifier, pour les années 1697-1712, le tableau présenté par G. DEREGNAUCOURT, op. cit., p. 196.

12 Corr., t. XIII, p. 150, n. 3.

13 Lettre 1373 du 4 ( ?) mai 1710, Corr., t. XIV, p. 238-239.

14 Lettre 379, Corr., t. IV, p. 117.

15 Archives de la Compagnie de Saint-Sulpice, ms. 21, p. 617.

16 Service historique de l’Armée, A1 2363, f° 275.

17 Arch. S. Sulpice, ms. 21, p. 617.

18 Ibid, p. 614.

19 Arch. S. Sulpice, 9 G, pièce 34: 8 p. in-8°.

20 A. ALVIN, op. cit., p. 331-336. G. DEREGNAUCOURT, op. cit., p. 287-293.

21 X. SACKEBANT, op. cit., p. 117-127. Mais cet auteur fait erreur quand il affirme : Ce règlement bien que daté Se quelques années après Fénelon était suivi au séminaire sous son épiscopat, p. 117, n. 1.

22 A. M. RAMSAY, Histoire de la vie de M. François de Salignac de la Mothe-Fénelon, La Haye, 1723, p. 69.

Auteur

Compagnie de Saint-Sulpice

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540