Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Fénelon, évêque et pasteur en son temps (1695-1715)

 | 
Philippe Guinet
, 
Gilles Deregnaucourt

Pastorale et ecclésiologie

Fénelon et ses proches collaborateurs : principes et enjeux d’une stratégie familiale

Christophe Leduc

Full text

  • 1 Je tiens ici à remercier chaleureusement M. le Professeur Alain Lottin, mon directeur de recherche (...)

1Dans le cadre de la réflexion menée sur l’œuvre pastorale de Fénelon dans le diocèse de Cambrai et les conceptions ecclésiologiques qu'elle induit, je voudrais proposer une approche un peu différente. En effet, nous allons déplacer légèrement le point focal de notre attention, c’est-à-dire de Fénelon lui-même, pour le porter sur les hommes de son entourage. Nous ne le quittons pas. J’invite simplement à le regarder autrement, de manière indirecte, du point de vue de ses proches1.

2Nommé à l’archevêché de Cambrai, Fénelon constitue peu à peu l’équipe de ses collaborateurs. Qui sont-ils ? Quels sont les éléments qui ont présidé à ces choix ? Peut-on, autant que faire se peut, caractériser leurs activités aux côtés du prélat ? L’étude de leur personnalité et de leur trajectoire ecclésiastique peut-elle nous éclairer sur l’action pastorale initiée pendant cet épiscopat ? Le choix de ces hommes est-il révélateur de la personnalité de Fénelon ?

  • 2 Cette correspondance est d’un accès facile par les éditions savantes dont elle a fait l’objet. En (...)
  • 3 Elles appartiennent à la série 4 G des Archives Départementales (A. D. Nord) ou sont conservées à (...)
  • 4 Au XVIIIe siècle, l’archevêque de Cambrai était assisté ou suppléé par huit vicaires généraux qui (...)

3Ces questions me guideront dans ma démarche qui est étayée par une documentation assez abondante, en particulier la correspondance du prélat. Ses proches y tiennent une place considérable. Ils sont tantôt les destinataires de missives, tantôt leurs actions ou leurs relations avec leur illustre parent y sont évoquées2. Les autres sources forment un corpus peu homogène constitué principalement par quelques pièces tirées du fonds du chapitre cathédral de Cambrai3. Nous devons surtout déplorer la disparition des archives du vicariat qui nous auraient été très précieuses4.

4Notre cheminement se déroulera en trois étapes. Je vous suggère dans un premier temps de découvrir ces différents personnages appelés à devenir les auxiliaires de l’archevêque. Puis, dans un second temps, j’essaierai de définir, pour autant que les sources nous permettent de le faire, les contours, les domaines et la nature de leur action. Enfin, en dernier lieu, je tenterai de montrer que le choix par Fénelon de ses collaborateurs est révélateur de principes et d’enjeux d’une stratégie familiale dont lui-même a bénéficié.

  • 5 Nous utilisons ici les éléments rassemblés par J. ORCIBAL, L’abbé de Fénelon, sa famille, ses débu (...)

5Dans la présentation des proches collaborateurs de Fénelon à Cambrai, une place toute particulière doit être réservée au plus ancien d’entre eux par l’âge : l’abbé Gabriel de la Cropte de Chantérac5.

  • 6 Godet des Marais, évêque de Chartres, écrit à Monsieur Tronson, supérieur de Saint-Sulpice, parlan (...)

6Né vers 1640, il est un lointain parent du prélat par Louise de la Cropte de Saint-Abre, mère de Fénelon. Clerc du diocèse de Périgueux, on le retrouve au séminaire de Saint-Sulpice de 1662 à 16686. Il y précède donc le futur archevêque. A cette date, de nouveaux liens matrimoniaux rapprochent encore les lignages des deux hommes car David-François de la Cropte, frère de Gabriel, épouse une des nièces de Fénelon.

7En octobre 1670, Chantérac est ordonné prêtre et reçoit sans doute - les archives sont équivoques à ce sujet - le bonnet de docteur en théologie. Après ces années de formation s’ouvre pour lui l’ère des activités pastorales s’ordonnant autour de deux axes principaux : les missions d’une part ; et la direction spirituelle d’autre part, deux domaines pastoraux importants à cette époque.

  • 7 Dans son testament du 20 juillet 1709, Chantérac ordonna quelques dispositions en leur faveur : À (...)

8Il rejoint son diocèse natal pour participer activement aux œuvres de la congrégation des prêtres de la Mission de Périgueux7, fondée par son oncle Jean de la Cropte, archiprêtre de Chantérac. C’est à cette époque qu’il reçoit le prieuré de Parcoul.

  • 8 L’abbé de Chantéra fut donc un directeur de religieuses ; par profession, il s’occupa de mysticism (...)
  • 9 Fénelon à Chantérac, (27 mars 1699) : Je serais ravi que vous eussiez la consolation de passer par (...)
  • 10 Je vois, Monseigneur, avec une estime distinguée, M. l'abbé de Chantérac, votre parent et votre gr (...)

9Le 8 juin 1675, le nonce Spada approuve sa nomination comme supérieur et recteur du couvent Saint-Joseph des carmélites déchaussées de Bordeaux. Il est reconduit à plusieurs reprises à cette fonction qu’il occupe encore en 1695. Ce ministère de direction spirituelle l’a fortement marqué8. Il est souvent évoqué dans sa correspondance échangée avec Fénelon.9 Ce fut également pour lui l’occasion d’entretenir des liens épistolaires avec M. Tronson, supérieur de Saint-Sulpice, qui lui donna quelques conseils. Il semble d’ailleurs bien remplir sa mission10.

  • 11 Tronson à Chantérac, dans Correspondance de M. Louis Tronson, par L. Bertrand, p. 188 : Il n'y a p (...)

10En 1676, l’évêque de Sarlat, oncle paternel de Fénelon, lui demande de devenir son vicaire général. Chantérac hésite un peu, mais Tronson le presse d’accepter sans toutefois abandonner les carmélites11. En 1686, il devient prévôt du chapitre cathédral de Sarlat. Après la mort de M. de Sarlat en 1688, Chantérac quitte ce diocèse. Le 11 novembre 1690, il est pourvu d’un canonicat de la cathédrale de Chartres par l’évêque du lieu Paul Godet-Desmarais.

  • 12 A.D. Nord, 3 G 1661, Journal de dépenses du maître d’hôtel Angaigne.

11Après sa nomination à l’archevêché de Cambrai, le 4 février 1695, Fénelon lui demande de l’assister dans ce nouveau ministère. En août, Chantérac, avec quelques autres ecclésiastiques, l’accompagne pendant le voyage qui le mène pour la première fois dans sa ville épiscopale12.

12A l’instar de Chantérac, Léon de Beaumont - ou plus exactement Pantaléon de Beaumont - fut l’un des principaux collaborateurs de Fénelon à Cambrai.

  • 13 J. ORCIBAL, L’abbé de Fénelon, sa famille, ses débuts, Paris, Klincksieck, 1972, t. 1, p. 154.

13De sa trajectoire avant sa venue à Cambrai, on ne connaît que peu d’éléments. Né en 1660, il est neveu de Fénelon, fils d’une de ses sœurs consanguines, Marie de Salignac. Il fut destiné à la carrière ecclésiastique. En janvier 1688, il est signalé comme chantre du chapitre collégial de Saint-Avit-Sénieur, au diocèse de Sarlat13. Il devint un familier de Fénelon qui le considéra très vite comme son fils spirituel.

  • 14 François Andrault de Langeron (20 juin 1658-10 novembre 1710) appartenait à une famille de bonne n (...)

14En 1689, Fénelon est désigné précepteur du duc de Bourgogne et il choisit l’abbé de Beaumont et un autre de ses amis, l’abbé de Langeron14, pour l’assister dans cette tâche. En 1698, ils subissent tous les deux la disgrâce du prélat et sont chassés de leur emploi le 6 juin. Ils trouvent naturellement refuge auprès de l’archevêque.

15Exilé loin de la cour, obligé de se retirer dans son archevêché, Fénelon se consacre à l’explicitation de ses écrits, de ses positions et aux affaires de son diocèse. Pour le seconder, il compte sur ses parents et ses amis qui sont venus le rejoindre. Il mobilise leur personne et leur énergie et ils lui sont entièrement dévoués.

  • 15 A.D. Nord, 4 G 1060*.

16En 1696 - à 56 ans-, l’abbé de Chantérac abandonne son canonicat chartrain pour venir demeurer à Cambrai. Le 10 mars, Fénelon, pour assurer sa subsistance, lui cède son prieuré de Carennac (diocèse de Sarlat). Le 22 juin, il en fait son vicaire général. Par la suite, il le fait entrer au chapitre métropolitain et en 1700, il le désigne à l’archidiaconé de Brabant15.

  • 16 Cf Correspondance de Fénelon, Genève-Paris, Droz, 1987, t. VII, chronologie, p. 249 et suivantes.
  • 17 Ibidem, p. 252 : M. de Chantérac embarqua pour aller a Rome et a écrit avant à M. de Fleury toucha (...)

17Chantérac apparaît comme le véritable homme de confiance de Fénelon. Au mois d’août 1697, alors que Fénelon a reçu l’ordre de se retirer dans son diocèse et que l’interdiction de se rendre en personne à Rome pour justifier ses positions lui a été signifiée, Chantérac, en son nom, multiplie les rencontres à Paris. Ainsi, par exemple, il se rend à plusieurs reprises chez le nonce ou à Saint-Sulpice16. Le 2 septembre, il prend la route pour Rome17 et pendant deux années, il y défend l’archevêque. Il rencontre à plusieurs reprises Innocent XII. Il fait le tour des cardinaux et des autres prélats influents de la curie pour les gagner à sa cause.

  • 18 Il a tenu avec le zèle le plus désintéressé, un très grand rôle pendant deux ans ; après quoi il e (...)

18Pour l’historien, cette période est très riche en documents. En effet, Chantérac rend compte fidèlement de sa mission à Fénelon. La correspondance entre les deux hommes est très abondante pendant ces deux années. Et si l’affaire en cours en constitue l’objet central, elle est émaillée de très nombreux témoignages d’amitié réciproque qui en dit long sur la nature des relations entre les deux hommes. Notons toutefois qu’il n’y a plus de lettres échangées entre eux après le séjour romain de Chantérac. Cela se comprend aisément puisqu’il est ensuite constamment aux côtés de Fénelon et l’accompagne même dans ses déplacements, partageant à nouveau son intimité à Cambrai. Il sort de la lumière pour entrer à nouveau dans l’ombre, pour se placer à nouveau dans le sillage du prélat18.

  • 19 Fénelon à Innocent XII (Paris, 2 août 1697), lettre en latin, Œuvres, Paris, 1950, Leroux, Gaume, (...)

19La confiance de Fénelon en Chantérac est très grande. Voici, à titre d’exemple, ce qu’il écrit au pape en 1697, dans la lettre de recommandation qui accompagne Chantérac à Rome : Si jamais j’ai souhaité quelque chose, c’est d’aller me prosterner aux pieds de votre Sainteté et de lui ouvrir le fond de mon cœur. Mais puisque la permission m'est refusée d’aller à Rome, j’envoie en hâte le vénérable abbé de Chantérac pour montrer mes écrits, pour expliquer la doctrine du petit livre, pour me soumettre tout entier, avec mon petit ouvrage, à Votre Sainteté. Cet abbé est d’une famille noble et illustre, d'une habileté remarquable dans l’administration des affaires de l'Église, d'une rare piété, théologien d’une grande pénétration d’esprit et très attaché à la vérité. Il est mon parent ; après avoir été le principal soutien de mon oncle l'évêque, il est maintenant l'ornement et l’exemple de l'Eglise de Cambrai, où je lai appelé il y a deux ans, pour partager avec moi le fardeau d'une lourde administration19.

  • 20 Des observateurs, loin d’être impartiaux et distants de la très vive polémique dont ils sont les t (...)

20Et de fait, l’action de Chantérac fut sans doute déterminante. Il se dépensa sans compter au service de son parent, en dépit d’une santé parfois un peu défaillante et toujours sollicitée par le climat romain. Son adversaire en la place n’est autre que le neveu de l’évêque de Meaux, l’abbé Bossuet, venu défendre les arguments de son oncle20.

  • 21 La lettre de Fénelon au marquis de Louville (Cambrai, 10 octobre 1701) est particulièrement éloque (...)

21De retour dans l’intimité du prélat, à Cambrai, cette confiance demeure indéfectible. Fénelon l’associe au gouvernement pastoral de son diocèse et a recours à ses services pour recevoir des lettres de ses correspondants tout en contrant le zèle des espions indiscrets21.

22Dans l'entourage de Fénelon, Chantérac apparaît comme le théologien à la doctrine sûre et en même temps comme l’homme de terrain expérimenté, à la fois pasteur et directeur d’âmes. Conjuguées à son passage à Saint-Sulpice et aux liens qu’il conserve avec Tronson, son supérieur, ces qualités le désignent naturellement pour s’occuper des affaires du séminaire de Cambrai.

  • 22 Licencié en droit civil et en droit canon, docteur de Sorbonne, Jean-Baptiste de Francqueville (fr (...)
  • 23 Lettre de Chantérac à Fénelon (Rome, 22 février 1698), Correspondance de Fénelon, t. VI, 1987, p.  (...)

23Avec un autre vicaire général, le doyen du chapitre cathédral Jean-Baptiste de Francqueville22, un Cambrésien de souche, reconnu et apprécié, il siège dans les bureaux d’ordinands qui, sous la présidence de Fénelon lui-même, examinent les futurs prêtres23. On mesure ici l’importance de cette fonction visant à assurer un recrutement clérical de qualité, axe majeur du dispositif pastoral fénelonien.

  • 24 Je crois que [M. l’abbé de Beaumont] est auprès de vous, et par là je le trouve heureux. Mais que (...)
  • 25 Lettre de Fénelon à l’abbé de Beaumont (16 mai 1702) : Le blé avait enchéri à Tournai, avant mon d (...)
  • 26 Lettre de Fénelon à Beaumont (8 mai 1705), Correspondance de Fénelon, t. XII, 1990, p. 177.
  • 27 A.D. Nord, 3 G 1075, lettre autographe de l’abbé de Beaumont à un inconnu, Cambrai, 29 novembre 17 (...)

24Les prérogatives de l’abbé de Beaumont sont différentes. Plus jeune que l’abbé de Chantérac, son expérience pastorale semble limitée, ayant vécu à la cour. En 1698, il rejoint son oncle à Cambrai. Chantérac résigne en sa faveur le prieuré de Carennac24 et Fénelon le nomme vicaire général. Esprit pratique, il est chargé du temporel de l’archevêché. Il gère les créances, les ventes des blés25, la coupe et la vente des bois, comme celles du Cateau en 170526. Il se préoccupe des balances publiques de Cambrai, craignant la concurrence des balances royales au détriment des épiscopales27.

  • 28 Lettre de Fénelon à Beaumont (16 septembre 1702), Œuvres, t. VII, p. 423.

25En ce domaine de la gestion, et à plusieurs reprises, le prélat lui confirme qu’il lui laisse une entière liberté de mouvement. Ainsi, voici ce qu’il lui écrit à propos d'une dépense : Décidez-la comme vous feriez pour vous-même, sans façon et tout au plus tôt.28

  • 29 Lettre de Fénelon à Beaumont (3 mai 1702), Œuvres, t. VII, p. 421.
  • 30 Lettre de Fénelon à Beaumont (16 mai 1702), Œuvres, t. VII, p. 421.
  • 31 Lettre de Fénelon à Beaumont (17 mai 1703), Œuvres, t. VII, p. 424.

26En l'absence de l'archevêque, il tient le rôle de maître de maison. Il est chargé de veiller sur la domesticité : Faites veiller Ce maître d’hôtel sur nos domestiques. Il faudrait occuper Barassy aux meubles et Leduc à l’écriture29. Il fait effectuer les travaux d’aménagement du palais archiépiscopal : Il est absolument nécessaire de mettre en couleur le parquet de mon appartement, de le faire frotter, faute de quoi tous les meubles périssent30 ; Encore huit jours, et nous sommes à votre porte. je voudrais bien, à propos de porte, que Clocher pût, en mon absence, faire celle que vous avez si savamment projetée, pour aller de ma chambre grise au grand-cabinet31.

  • 32 Lettre du duc de Chevreuse à Fénelon (ler décembre 1709), Œuvres, t. VII, p. 295.

27L’abbé de Beaumont traite parfois des impressions clandestines de son oncle. En décembre 1709, le duc de Chevreuse suggère à l'archevêque de prendre conseil auprès de lui et de l’abbé de Langeron au sujet d’un ouvrage à faire contre la théologie janséniste d’Habert : Consultez néanmoins, bon archevêque, le P. A. [petit abbé : Langeron] et Panta [Léon de Beaumont], maîtres en l’art de distribuer ce qu’on désapprouve, qui, par conséquent, se joueraient de la prétendue difficulté de distribuer ce qui doit être tant approuvé32.

  • 33 A.D. Nord, 4 G 910, B.M.C. B 1260, p. 113.
  • 34 B.M.Cambrai, C 1096, fol. 54-55 et 64 v°.
  • 35 Son influence au sein du chapitre métropolitain est très grande. En février 1716, il est nommé à l (...)

28Pour assurer l’entretien de son neveu, Fénelon lui octroie des bénéfices substantiels. Ainsi, il le fait entrer au chapitre cathédral et en 1708, il le promeut archidiacre de Valenciennes33. Il semble être bien accepté et même apprécié par ses confrères chanoines. En effet, en 1716 - soit l’année suivant le trépas de son oncle - ils l’élisent doyen de leur compagnie34. Il bénéficie donc de leur confiance, car ils le choisissent pour assumer la responsabilité de la cura animarum des membres du chapitre et de l'ensemble du personnel capitulaire qui en dépend35.

29L’œuvre de Chantérac et de Beaumont aux côtés de Fénelon ne se limite pas aux activités de bons gestionnaires ou de bons administrateurs, se réunissant deux fois par semaine autour de l’archevêque avec les autres membres du vicariat. Ils jouent un rôle prépondérant, en compagnie d’autres familiers, dans la vie quotidienne, voire même affective du prélat. Ceci prend une résonance toute particulière si l’on se rappelle qu’un des principaux effets de l’exil du prélat dans sa cité épiscopale fut de l’écarter de ses réseaux de relations.

  • 36 Cf « la famille de Fénelon à Cambrai », Correspondance de Fénelon, t. XI, p. 297 à 303.
  • 37 A.D. Nord, 3 G 1661-1665.

30A Cambrai, tous deux résident sous le même toit que Fénelon. Ils ne sont d’ailleurs pas les seuls puisque l’archevêque a recueilli également l’abbé de Langeron, son ami depuis leur passage commun à Saint-Sulpice, et s’occupe de l’éducation de ses neveux36. Chantérac et Beaumont partagent ses repas avec d’autres convives originaires de Cambrai ou de passage comme l’indique le Journal de dépenses du maître d’hôtel37.

  • 38 Mémoires et Journal sur... Bossuet, éd. Guettée, t. III, p. 157-158.

31Le 16 septembre 1704, l’abbé Ledieu, secrétaire de Bossuet, quelques mois après la disparition de son maître, rendit visite à Monsieur de Cambrai. Il nous laissa le témoignage de cette visite, précieux document nous permettant d’appréhender la vie quotidienne de Fénelon et de ses proches. Le jour de son arrivée à Cambrai, le prélat devait rentrer après un voyage de plus de trois semaines :... Il y avait avec lui d'ans son carosse M. l'abbé de Beaumont, son neveu, M. de L'Echelle, et M. Lefebvre, ci-devant aumônier de la princesse Palatine ; ces deux derniers viennent souvent de Paris pour voir M. de Cambrai, l'abbé de Beaumont ne le quitte jamais. Pour le recevoir, il y avait M. l'abbé de Chantérac, son parent et son grand-vicaire, M. l'abbé de Fénelon, un jeune cavalier, dit, je crois, le marquis de Fénelon, qui sont deux neveux de M. l'archevêque, élevés auprès de lui... Dès que je le vis entrer, j’approchai en grand respect ; il me parut au premier abord froid et mortifié, m'invitant à entrer avec bonté, mais sans empressement... Alors parut M. de Beaumont, qui me salua avec embrassades, d’une manière fort aisée et fort cordiale. Ils passèrent ensuite à table, M. l'abbé de Chantérac était assis à sa gauche... L'entretien fut... très aisé, doux et même gai : le prélat parlait à son tour et laissait à chacun une honnête liberté... M. de Beaumont soutenait la conversation qui roula sur le voyage de M. de Cambrai ; mais cet abbé était très honnête, et je n’aperçus rien, ni envers personne, de ces amis hautains et méprisants que j’ai tant de fois éprouvés ailleurs38.

  • 39 Lettre de Fénelon à Beaumont (Saint-Ghislain, 19 mai 1702), Correspondance de Fénelon, t. X, p. 25 (...)

32Beaumont et Chantérac participent à l’activité pastorale de Fénelon mais aussi à ses moments de détente. Ainsi, Chantérac accompagne souvent Fénelon dans ses promenades tant à pieds qu’à cheval39.

33La correspondance de Fénelon recèle d’innombrables témoignages d’amitié. Il n’hésite pas à leur redire toute l’affection qu’il leur porte, non sans traits d’humour parfois. Il donne des surnoms à tous ses proches. Chantérac est le vénérable, en référence à son âge. Beaumont est nommé Panta, savoureux diminutif de son prénom.

  • 40 Lettre de Fénelon à Chantérac, Œuvres, t. IX, p. 576. La Providence devait prendre au pied de la l (...)

34Pour illustrer mon propos, voici par exemple ce qu’écrit Fénelon, le 7 novembre 1698, à Chantérac, et ce en pleine période du procès romain : Je vous conjure de vous conserver comme la prunelle de mes yeux. Quelle joie si je puis vous embrasser, vous entretenir, vous voir sain, vous faire promener, vous aimer et vous révérer de plus en plus, enfin vivre et mourir avec vous40.

  • 41 Lettre de Fénelon à Beaumont (8 mai 1705), Correspondance de Fénelon, t. XII, 1990, p. 177.

35Dans une lettre datée de 1705 adressée à l’abbé de Beaumont au sujet de la gestion des bois du Cateau, on peut lire : Je suis véritablement en peine de toi, mon cher fils. Je n’ai qu'un Panta au monde. Conserve-le moi, je t’en prie. Laisse le bois aller comme il pourra. Reviens nous voir.(...). Tout à mon fils Panta41.

36Chantérac est l’ami dévoué des mauvais jours. Le prélat apprécie sa compagnie marquée par la gravité d’un homme plus âgé que lui. Il lui porte même selon ses propres mots de la vénération. De nombreux points communs les rapprochent. Tous deux sont originaires du même pays. Ils sont tous deux issus de familles de vieille noblesse. Ils sont tous deux des ecclésiastiques gentilshommes. Ils sont du même sang par la mère de Fénelon et ont eu les mêmes maîtres à Saint-Sulpice.

37Les relations de Fénelon avec l’abbé de Beaumont sont différentes. L’archevêque le considère comme son fils spirituel et oscille dans ses lettres entre le vouvoiement et le tutoiement. Il apprécie beaucoup l’humeur joyeuse de Périgourdin manifestée par Beaumont. En revanche, il pense que l’abbé perd parfois son temps en s’adonnant à sa passion pour la généalogie et à ses goûts d’antiquaire.

  • 42 Nommé à Cambrai en 1774, l’archevêque de Tours, Mgr Rosset de Fleury, fit venir pour le seconder d (...)

38Fénelon a pris soin de s’entourer d’hommes de confiance, aux compétences variées et complémentaires. Son attitude n’est assurément pas originale si l’on scrute l’état d’autres diocèses à la même époque ou l’action de ses prédécesseurs - et même de ses successeurs - qui firent venir à Cambrai leurs collaborateurs ou qui utilisèrent les hommes déjà en place42.

39L’originalité réside sans doute ici dans la qualité des relations amicales qui les unissent à leur archevêque allant jusqu’à une forme de vie commune.

40A y regarder de près, la venue de ses parents et amis pour le seconder dans son ministère à Cambrai ne semble pas tenir, à mon avis, à de seules raisons pratiques et fonctionnelles : utiliser des hommes sûrs et compétents. Je pense qu'elle est le reflet de la pensée et de la personnalité même de l’archevêque.

  • 43 Comme par exemple cette lettre destinée au duc de Bourgogne où l’ancien précepteur exhorte son anc (...)
  • 44 Lettre de Fénelon à l’abbé de Beaumont (22 mai 1714), Œuvres, t. VII, p. 476. Cette phrase sonne p (...)

41Sa conception de l’amitié et son désir de la présence à ses côtés de ses amis n’est pas une simple compensation du vide généré par son éloignement de la cour. Ils sont une expression de sa foi chrétienne qui lui fait penser l’amitié comme étant une manifestation de la charité. A ce sujet, nous pourrions aligner d’innombrables citations43 tant l’amitié tient une place essentielle dans les écrits de Fénelon et singulièrement sa correspondance. Par exemple, voici ce qu’il écrivit à l’abbé de Beaumont en 1714, alors que celui-ci tardait à revenir auprès de lui : Je ne vis plus que d’amitié, et c’est l'amitié qui me fera mourir44.

  • 45 Le 14 octobre 1714, Fénelon demanda à Beaumont d’entrevoir avec le P. Le Tellier la possibilité de (...)
  • 46 Lettre de Fénelon à Beaumont (26 novembre 1714), Œuvres, t. VII, p. 484.

42Cette façon de s’associer des amis pour le seconder est sans doute aussi le reflet de sa conception de l’état d’évêque. Il veut être très proche de ses collaborateurs ; c’est ce qui ressort par exemple des tractations qui sont menées à la fin de sa vie pour le choix d’un éventuel coadjuteur45. Il désire voir à ses côtés quelqu’un qu’il a éprouvé en travaillant avec lui : J’aimerais mieux quitter ma place, et me laisser donner un successeur, que de prendre un coadjuteur que je connoitrois pas à fond, pour l'avoir éprouvé à fond un temps considérable, en le faisant travailler avec moi46.

  • 47 S’agissant de François II de Salignac (1607-1688), on peut se reporter au chapitre que lui a consa (...)
  • 48 Ibidem, « Le marquis de Fénelon-Magnac (1621-1683), p. 57 et suivantes.
  • 49 Cf. Paul BROUTIN, La réforme pastorale en France au XVIIe siècle. Recherches sur la tradition past (...)
  • 50 Jean ORCIBAL, op. cit., p. 55.
  • 51 Ibidem, « Les bénéfices de Fénelon », p. 151-154.

43En fait, cette manière de concevoir le travail pastoral de l’évêque au quotidien est tributaire de la formation cléricale que Fénelon a reçue auprès de son oncle et parrain, l’évêque de Sarlat47. En effet, ce dernier fut l’une des chevilles ouvrières de l’introduction de la pastorale tridentine dans le Sud-Ouest du royaume. Il appartenait à la Compagnie du Saint-Sacrement, comme son frère, le marquis Antoine de Fénelon-Magnac, autre tuteur du futur archevêque de Cambrai48. Tous deux étaient des proches de saint Vincent de Paul et surtout du bienheureux Alain de Solminihac, abbé de Chancelade et évêque de Cahors49. Monsieur de Sarlat s’inscrivait ainsi « dans la lignée des évêques réformateurs disciples de saint Charles Borromée »50. Fénelon a vécu dans son giron et a été à son école. En son temps, il reçut certains de ses propres bénéfices comme le prieuré de Carennac, ou d’autres qui étaient à sa nomination, comme les prieurés de Rauzel ou de Douzens, relevant tous du ressort du diocèse de Sarlat, afin de pouvoir disposer de quelques ressources51.

44A Cambrai, archevêque, Fénelon procède de la même manière, en faisant venir auprès de lui ses parents destinés à la vie ecclésiastique, les dotant de bénéfices dont certains appartiennent à la famille Fénelon depuis plusieurs générations ou d’autres, situés dans le diocèse de Cambrai. Ces bénéfices sont ensuite résignés entre les membres du même clan. Ses proches ont eu la même attitude que lui en matière bénéficiale.

  • 52 B.M. Cambrai, B 1260, p. 108. Il mourut en 1754, âgé d’environ de 69 ans.
  • 53 B.M. Cambrai, B 1260, p. 170.
  • 54 Il mourut le 17 juin 1741.

45Nous l’avons vu plus haut, l’abbé de Chantérac s’est démis de Carennac en faveur de Beaumont. A son tour, nommé à l’évêché de Saintes en 1716 où il demeura jusqu’à sa mort en 1744, Léon de Beaumont transmit son archidiaconé de Valenciennes à François Salignac de la Mothe Fénelon, autre neveu du prélat résidant à Cambrai52. Celui-ci le résigna en faveur de son frère François-Bartolomé Salignac de la Mothe Fénelon pour devenir doyen du chapitre de Tarascon53. Notons que ce dernier quitta ce bénéfice en 1731 pour la commende de l’abbaye Saint-Martial de Pontoise avant d’être nommé à l’évêché de Pâmiers en 1735. Déjà en 1709, Chantérac avait résigné en sa faveur ses prieurés de Rauzel, de Saint-Front et de Saint-Pierre de Douzens. Beaumont, en mai 1715, après la mort de Fénelon, s’était démis en sa faveur de Carennac et de Saint-Céré, puis en juin, de Mézels54.

  • 55 B.M. Cambrai, C 1106, fol. 86.

46Ces bénéfices restaient donc, suivant la pratique familiale, à la disposition des membres du clan destinés à l’état ecclésiastique. Leurs transmissions n’ont pas pour but d’enrichir certains d’entre eux mais d’assurer te subsistance des jeunes clercs qui débutent dans 1a carrière des gens d’Eglise. Cette conduite est dictée par un état d’esprit formulé dans l'une des clauses du testament de Fenelon : Quoique j’aime tendrement ma famille, et que je n’oublie pas le mauvais état de ses affaires, je ne crois pourtant pas lui devoir laisser ma succession. Les biens ecclésiastiques ne sont pas destinés aux besoins des familles, et ils ne doivent point sortir des mains des personnes attachées à l'Église55.

47Fénelon a eu donc le souci, comme son oncle l’avait eu pour lui, de former ses neveux à 1a vie cléricale, tant au point de vue intellectuel, que spirituel ou matériel, contribuant pour certains d’entre eux à leur forger une stature d’épiscopables. La constitution de ce noyau de compagnons au sens fort du terme autour de lui en est sans doute le reflet. Fénelon reproduit en quelque sorte à Cambrai - en le modifiant et en se l’appropriant sans doute - le modèle familial en matière de formation pastorale, de transmission bénéficiale et de carrière cléricale dont lui-même a tiré profit.

Notes

1 Je tiens ici à remercier chaleureusement M. le Professeur Alain Lottin, mon directeur de recherches, et M. Gilles Deregnaucourt, qui m’ont encouragé à présenter cette étude à la suite de la soutenance de mon mémoire de Diplôme d’Etudes Approfondies, Dignités et dignitaires du chapitre cathédral Notre-Dame de Grâce de Cambrai du XVIe siècle à la Révolution française, Université Charles de Gaulle-Lille III, 1993, 335 pages dactylographiées.

2 Cette correspondance est d’un accès facile par les éditions savantes dont elle a fait l’objet. En premier lieu, on doit citer l’édition la plus récente, celle de J. ORCIBAL, continuée par J. LE BRUN et I. NOYE, publiée chez Klincksieck à partir de 1972 et par la Librairie Droz de Genève à partir du t. VI. Cette étude doit beaucoup au travail de ces spécialistes féneloniens, à la précision de l’établissement des textes, à l’érudition des commentaires et des notes, notamment le premier t. : L’abbé de Fénelon, sa famille, ses débuts, Paris, 1972, 281 pages, et le chapitre consacré à « la famille de Fénelon à Cambrai », t. XI, p. 297 à 303. Malheureusement, cette édition n’est pas achevée à ce jour, et l’on doit donc se reporter encore à une autre, plus ancienne, celle dite « de Paris », « de Saint-Sulpice », ou « des quatre éditeurs » (Leroux, Gaume, Lefort, Outhemin-Chalendre), Paris, 1848-1852, 10 volumes.

3 Elles appartiennent à la série 4 G des Archives Départementales (A. D. Nord) ou sont conservées à la Bibliothèque Municipale de Cambrai (B.M. Cambrai).

4 Au XVIIIe siècle, l’archevêque de Cambrai était assisté ou suppléé par huit vicaires généraux qui traitaient des affaires en assemblée plénière, dont les actes et registres, si précieux, ont été détruits à Tournai en 1940. Cf. G. DEREGNAUCOURT, De Fénelon à la Révolution. Le clergé paroissial de l’archevêché de Cambrai, Lille, PUL, 1991, p. 47.

5 Nous utilisons ici les éléments rassemblés par J. ORCIBAL, L’abbé de Fénelon, sa famille, ses débuts, Paris, Klincksieck, 1972, n.36, p. 41-42.

6 Godet des Marais, évêque de Chartres, écrit à Monsieur Tronson, supérieur de Saint-Sulpice, parlant de ses chanoines : J’ai bien de la joie d’apprendre que M de Chantérac est présentement de leur nombre. C’est un de nos anciens et plus intimes amis, et qui est capable de vous rendre de grands services. Car je crois qu'il n'aura pas moins d'esprit, de capacité, de prudence et de bonne volonté qu'il n'en avait autrefois au séminaire, cité par A. DELPLANQUE, Fénelon et la doctrine de l’Amour Pur d’après sa correspondance avec ses principaux amis, thèse de doctorat ès lettres soutenue à Grenoble, Lille, 1907, p. 181.

7 Dans son testament du 20 juillet 1709, Chantérac ordonna quelques dispositions en leur faveur : À la communauté de messieurs de la Mission de Périgueux, il donne, et legattes tous les livres qu’ils peuvent avoir au sieur testateur appartenant. Leur donnant de plus touttes les sommes qui leur ont esté et peuvent estre remises de sa part, tant par Monsieur de Lavaur de Saint-Jeue, par Monsieur de Lafage, prevost de l'eglise cathedralle de Sarlat, que par d'autres. Et au regard des sommes que ledit sieur de Lavaur pourrait avoir entre ses mains aujour du décès dudit sieur testateur procedantes des revenus de Carennat, il prie ledit sieur de Lavaur de les remettre aussy a ladite communauté, surquoy il devra estre cru sur sa parolle, sans qu'on puisse l'obliger à aucun compte, ny le charger de justifier l'employ du receu. B.M. Cambrai, C 1106, Liber testamentorum canonicorum, cappellanorum et aliorum suppositorum ecclesiae metropolitanae cameracensis, incipiendo ab anno 1694, fol. 88 v°. Un exemplaire de ce testament est également conservé aux A.D. Nord, 4 G 988.

8 L’abbé de Chantéra fut donc un directeur de religieuses ; par profession, il s’occupa de mysticisme et dascétisme. Il dirigea de vive voix et sur place ; il dirigea sans doute aussi de loin, A. DELPLANQUE, Fénelon et ses amis, Paris, Lecoffre et Gabalda, 1910, p. 292.

9 Fénelon à Chantérac, (27 mars 1699) : Je serais ravi que vous eussiez la consolation de passer par notre pays, où vous verriez toute votrefamile, votre bénéfice, et même vos bonnes Carmélites de Bordeaux, Œuvres, t. IX, 1852, p. 346. Son attachement pour les carmélites de Bordeaux demeura ferme jusqu’à sa mort. Il ne les oublia pas dans son testament (20 juillet 1709) : Il donne aux religieuses carmelittes du couvent de Saint-Joseph à Bordeaux dont le sieur testateur a esté cy devant superieur, tout ce quelles peuvent luy devoir tant en capital quen arrierages de rentes soit en son nom soit du chef defeue Madame de l'Hospital, sa soeur. B.M. Cambrai, C 1106, fol. 88 v°.

10 Je vois, Monseigneur, avec une estime distinguée, M. l'abbé de Chantérac, votre parent et votre grand vicaire. Je connais sa réputation depuis longtemps, et la piété avec laquelle il gouverna les saints monastères de carmélites. Lettre du R.P. Cloche, maître général des dominicains, à Fénelon, au début du procès romain, cité par A. Delplanque, ouv. cit., p. 193.

11 Tronson à Chantérac, dans Correspondance de M. Louis Tronson, par L. Bertrand, p. 188 : Il n'y a pas d’apparence de quitter les carmélites, et puisque la Providence vous y a mis, et que vous vous y trouvez engagé, ilfaut vous appliquer à chercher les moyens de les bien servir, plutot qu'à trouver ceux de les quitter.

12 A.D. Nord, 3 G 1661, Journal de dépenses du maître d’hôtel Angaigne.

13 J. ORCIBAL, L’abbé de Fénelon, sa famille, ses débuts, Paris, Klincksieck, 1972, t. 1, p. 154.

14 François Andrault de Langeron (20 juin 1658-10 novembre 1710) appartenait à une famille de bonne noblesse bourbonnaise. Son amitié avec Fénelon semble débuter en 1676. Il entra au séminaire de Saint-Sulpice en novembre 1680. Il accompagna Fénelon dans ses missions en Saintonge et en Poitou. Tous deux participèrent de concert à quelques visites pastorales du diocèse de Meaux dans le sillage de Bossuet. Fénelon le considéra comme l’un de ses plus grand amis : Ami précieux que Dieu m'a donné dés notre jeunesse, et qui a fait une des plus grandes consolation de ma vie, écrivait-il dans son testament olographe du 5 mai 1705, B.M. Cambrai, C 1106, fol. 86. Néanmoins, l’archevêque ne lui octroya pas la charge de vicaire général. Langeron fut cependant pour lui une sorte de chargé d’affaires à Paris. C’était un homme très intelligent et très cultivé, fort apprécié de M. de Cambrai qui ressentit douloureusement sa disparition en 1710.

15 A.D. Nord, 4 G 1060*.

16 Cf Correspondance de Fénelon, Genève-Paris, Droz, 1987, t. VII, chronologie, p. 249 et suivantes.

17 Ibidem, p. 252 : M. de Chantérac embarqua pour aller a Rome et a écrit avant à M. de Fleury touchant les ouvrages de son prélat. Il insinue que c'est une guerre de passion plutôt qu’une guerre de raison, car nul n'a pu trouver aucun passage qu'on puisse censurer derreur. (P. Léonard, Bibliothèque Nationale, ms fr. 24472, fol. 150). Il arriva à Rome le 11 septembre, s’étant blessé à la tête pendant le voyage (p. 253).

18 Il a tenu avec le zèle le plus désintéressé, un très grand rôle pendant deux ans ; après quoi il est entré dans le silence et l'obscurité A. DELPLANQUE, Fénelon et ses amis, p. 263.

19 Fénelon à Innocent XII (Paris, 2 août 1697), lettre en latin, Œuvres, Paris, 1950, Leroux, Gaume, Lefort, Outhemin-Chalendre éd., t. IV, p. 184.

20 Des observateurs, loin d’être impartiaux et distants de la très vive polémique dont ils sont les témoins, ont quelques fois noté son embarras pour le mettre en difficulté dans l’âpreté des débats : M. Chantrac est regardé ici comme un homme qui a de la piété, et de la prudence, mais peu d’habileté. Il fait de grands discours aux personnes qu’il va voir sur ce qui regarde le fait qu'il raconte à sa manière, et quand on lui fait des objections sur la doctrine du livre, il ne sait que répondre et tâche de se tirer d'affaire en disant qu’il faut bien examiner le livre. Lettre de Maille à l’abbé Couët (8 octobre 1697), Correspondance de Fénelon, t. VII, 1987, p. 256.

21 La lettre de Fénelon au marquis de Louville (Cambrai, 10 octobre 1701) est particulièrement éloquente à ce sujet. Elle dévoile la stratégie ingénieuse mise en œuvre pour contrer la surveillance des correspondances. Il y a longtemps, Monsieur, que je diffère à vous répondre. Les raisons en seraient trop longues, et inutiles à expliquer. Elles n'ont aucun rapport avec vous. Je vous aime et vous honore toujours du fond du cœur. Vos lettres sont arrivées ici sans accident. Ne soyez en peine de rien. J’ai pensé à un canal encore plus assuré. C’est celui du P. de Montazet, provincial des carmes chaussés à Bordeaux. C’est un homme de condition et de mérite, très secret, très sage, et fort ami de M. l'abbé de Chanterac. Il est, je crois, proche parent de M. de Monviel qui est avec vous. Mais il ne faut point vous ouvrir à M. de Monviel là-dessus. Le bon père ne sera même d’aucun secret. Il saura seulement que son ami M. l'abbé de Chanterac recevra quelquefois par son canal quelque lettre d’Espagne, et il est trop discret pour en parler. Vous n'aurez qu'à mettre à monsieur, monsieur l'abbé de Chanteraque. Cette orthographe, différente du vrai nom de Chanterac, avertira d'abord le bon père de tenir soigneusement la lettre, et il ne saura point pourtant qu'elle sera pour moi. Il l'enverra par la poste à Paris, à un neveu de son nom, qui est aussi neveu de M. l'abbé de Chanterac, et qui est un homme de bon esprit, soigneux et très affectionné pour son oncle. Les lettres des particuliers inconnus ne courent aucun risque par la poste depuis Bordeaux jusqu'à Paris. Le neveu de M. l'abbé de Chanterac donnera les lettres à Madame de Chevry ma nièce, qui ne les mettra jamais à la poste, mais qui me les enverra soigneusement par les fréquentes voies particulières et très sûres, que nous avons depuis Paris jusqu’ici. Vous n'aurez donc, Monsieur, qu’à faire votre paquet, où vous mettrez à monsieur, monsieur l'abbé de Chantera que, puis vous ferez une seconde encveloppe, où vous mettrez au R.P. de Montazet, provincial des carmes chaussés, à Bordeaux Le père, après avoir ôté l’enveloppe qui sera pour lui, y en remettra une autre à monsieur de Montazet son neveu, à Paris. Madame de CHevry enverra ici ce paquet par voie sûre sous son enveloppe, et M. l'abbé de Chanterac sera bien averti que les lettres qui lui viendront ainsi de Paris avec cette orthographe de Chanteraque ne seront pas pour lui, mais pour moi. C’est l’homme du monde le plus sage et le plus affectionné. Ainsi il exécutera tout très religieusement, et sans vouloir rien pénétrer. De plus, comme vos lettres viendront dans le paquet de Madame de Chevry, ce sera moi qui ouvrirai toujours le paquet, et je ne donnerai à M. l'abbé de Chanterac aucune des lettres où il y aura cette orthographe de Chanteraque et je les ouvrirai. Voilà, Monsieur, bien des précautions pour le plus innocent de tous les secrets ! Nous ne voulons, ni vous ni moi, nous en servir pour aucune intrigue ni vue humaine. Il ne s'agit que de commerce d'amitié, de consolation et d’épanchement de cœur. Si les maîtres le voyaient, ils ne verraient que franchise, droiture et zèle pour eux.., Correspondance de Fénelon, t. X, 1989, p. 178.

22 Licencié en droit civil et en droit canon, docteur de Sorbonne, Jean-Baptiste de Francqueville (frère de Jacques de Francqueville, prévôt du chapitre métropolitain de 1672 à 1688) fut élu chanoine gradué diocésain en théologie le 13 août 1667. Le 27 novembre 1673, il devint chantre et fut désigné par ses pairs au décanat le 27 janvier 1681. B.M. Cambrai, B 1260, p. 167. Après avoir été vicaire général de son prédecesseur, Mgr de Bryas (cf testament de Jacques-Théodore de Bryas, B.M.Cambrai, C 1106, fol. 4 v°), Fénelon le conserva dans son vicariat. Le Journal de dépenses du maître d’hôtel le montre comme l’un des commensaux les plus assidus de l’archevêque. Selon l’érudit local Eugène Bouly, il eut une influence importante sur le prélat : Il se fit distinguer par une profonde érudition et des capacités extraordinaires. Il contribua pour une bonne part à faire revenir Fénelon de ses préjugés contre le clergé de Cambrai, Dictionnaire historique de la ville de Cambrai et du Cambrésis, Cambrai, 1854, p. 159.

23 Lettre de Chantérac à Fénelon (Rome, 22 février 1698), Correspondance de Fénelon, t. VI, 1987, p. 254.

24 Je crois que [M. l’abbé de Beaumont] est auprès de vous, et par là je le trouve heureux. Mais que je suis occupé des suites qu'aura cette affaire par rapport à lui ! Permettez-moi, je vous supplie, Mgr, de vous-faire faire attention que je suis titulaire de Carennac et d’un canonicat de Cambrai ; il mériterait assurément mieux que moi de posséder ces bénéfices. O que de bon cœur je l'en rendrais maître, si vous le jugiez à propos ! et je vous supplie de vouloir y penser devant Notre Seigneur. Lettre de Chantérac à Fénelon (Rome, 21 juin 1698), ouv. cit., t. VIII, p. 37.

25 Lettre de Fénelon à l’abbé de Beaumont (16 mai 1702) : Le blé avait enchéri à Tournai, avant mon départ, de dix patars sur la rasière. J'opine toujours à vendre, comme vous l'avez proposé., Œuvres, t. VII, p. 421.

26 Lettre de Fénelon à Beaumont (8 mai 1705), Correspondance de Fénelon, t. XII, 1990, p. 177.

27 A.D. Nord, 3 G 1075, lettre autographe de l’abbé de Beaumont à un inconnu, Cambrai, 29 novembre 1703.

28 Lettre de Fénelon à Beaumont (16 septembre 1702), Œuvres, t. VII, p. 423.

29 Lettre de Fénelon à Beaumont (3 mai 1702), Œuvres, t. VII, p. 421.

30 Lettre de Fénelon à Beaumont (16 mai 1702), Œuvres, t. VII, p. 421.

31 Lettre de Fénelon à Beaumont (17 mai 1703), Œuvres, t. VII, p. 424.

32 Lettre du duc de Chevreuse à Fénelon (ler décembre 1709), Œuvres, t. VII, p. 295.

33 A.D. Nord, 4 G 910, B.M.C. B 1260, p. 113.

34 B.M.Cambrai, C 1096, fol. 54-55 et 64 v°.

35 Son influence au sein du chapitre métropolitain est très grande. En février 1716, il est nommé à l’évêché de Saintes, et démissionne de son décanat le 14 mars 1716, devant les notaires du Châtelet de Paris (A.D. Nord, 4 G 940). Il tente alors d’imposer son candidat à sa succession. Un certain nombre de lettres échangées avec l’archevêque Jean d’Estrées, Le Danois de Neufchâtel, prévôt du chapitre et Léon de Beaumont témoigne de ce jeu d’influences et laisse transparaître au sein du chapitre métropolitain des réseaux de clientélisme et des champs relationnels (A.D. Nord, 4 G 924). Sur cette affaire, voir Ch. LEDUC, Dignités et dignitaires du chapitre cathédral Notre-Dame de Grâce de Cambrai du XVIe siècle à la Révolution française, Mémoire de Diplôme d’Etudes Approfondies, Université Charles de Gaulle-Lille III, 1993, p. 147 à 152. Evêque de Saintes, en décembre 1718, il donne encore son avis sur des affaires d’importance touchant la vie capitulaire, comme les travaux à entreprendre pour remettre le choeur au goût du jour, recommandant un architecte (A.D. Nord 4 G 1075).

36 Cf « la famille de Fénelon à Cambrai », Correspondance de Fénelon, t. XI, p. 297 à 303.

37 A.D. Nord, 3 G 1661-1665.

38 Mémoires et Journal sur... Bossuet, éd. Guettée, t. III, p. 157-158.

39 Lettre de Fénelon à Beaumont (Saint-Ghislain, 19 mai 1702), Correspondance de Fénelon, t. X, p. 253-254 : Tout à mon Panta. J'embrasse le vénérable [Chantérac] jusqu'à l'étouffer. Il me tarde bien de le remettre en selle, dussiez-vous l'appeler Baron et et le charger de mottes.

40 Lettre de Fénelon à Chantérac, Œuvres, t. IX, p. 576. La Providence devait prendre au pied de la lettre ce vœu et l’exaucer. Le prélat mourut le 7 janvier 1715 et ce fut Chantérac qui, accompagné de Léon de Beaumont l’annonça au chapitre métropolitain assemblé dans la salle capitulaire. B.M. Cambrai, C 1096, fol. 1. Le 2 septembre suivant, Beaumont annonça dans le même lieu le décès de Chantérac, mort à Périgueux, le 20 août.

41 Lettre de Fénelon à Beaumont (8 mai 1705), Correspondance de Fénelon, t. XII, 1990, p. 177.

42 Nommé à Cambrai en 1774, l’archevêque de Tours, Mgr Rosset de Fleury, fit venir pour le seconder dans son ministère Trémouilhe, chanoine et pré-chantre de sa cathédrale et Bruyas, chanoine et vicaire général de son ancien siège. Le premier, pourvu d’un canonicat vacant en 1775, devint archidiacre de Brabant deux ans plus tard et fut son exécuteur testamentaire. Il nomma le second à l’archidiaconé de Cambrésis en 1779 et lui obtint un canonicat l’année suivante. Il devint ensuite official en 1784 et vicaire général à son tour en 1786. Cf. mon etude sur les Dignités et dignitaires du chapitre cathédral de Cambrai, n. 31, p. 253. De manière générale, on peut remarquer que sur les cent vingt-six dignitaires qui se succédèrent au chapitre cathédral de Cambrai du XVIe au XVIIIe siècle, une quinzaine d’entre eux furent nommément vicaires généraux et donc à ce titre les collaborateurs directs des archevêques de Cambrai, op. cit., n. 15, p. 249.

43 Comme par exemple cette lettre destinée au duc de Bourgogne où l’ancien précepteur exhorte son ancien élève à l’amitié : Quel est donc le moyen d’aimer ses amis ? C'est de les aimer dans l’ordre de Dieu, c’est aimer Dieu en eux ; c'est aimer ce qu'il y a mis, et de supporter pour l’amour de lui la privation de ce qu'il n'y met pas. Quand nous aimons nos amis que par amour-propre, l’amour-propre, impatient, délicat, jaloux, plein de besoins et vide de mérite, se défie sans cesse et de soi et de son ami ; il se lasse, il se dégoûte, il voit bientôt le bout de ce qu'il croyait le plus grand : il trouve partout des mécomptes ; il voudrait toujours le parfait et jamais il ne le trouve ; il se pique, il change, il ne peut se poser nulle part. L'amour de Dieu, aimant sans rapporter ses amis à soi, les aime patiemment avec leurs défauts. Il ne veut point trouver en eux plus que Dieu n'y a mis ;... tout lui est bon, pourvu qu'il aime ce que Dieu a fait... Il a même ses tendresses et ses transports..., Œuvres, t. VII, p. 232.

44 Lettre de Fénelon à l’abbé de Beaumont (22 mai 1714), Œuvres, t. VII, p. 476. Cette phrase sonne particulièrement juste au regard des derniers mois de la vie du prélat. En effet, Beaumont, parti pour un voyage de plusieurs semaines auprès de sa sœur, Madame de Chevry, tardait à revenir à Cambrai. Fénelon, sentant la mort approcher, lui manda maintes fois d’effectuer le trajet du retour. Panta se faisait toujours attendre. Alerté par l’état de santé de son oncle, il revint enfin mais pour recueillir quasi in extremis le dernier souffle de son oncle.

45 Le 14 octobre 1714, Fénelon demanda à Beaumont d’entrevoir avec le P. Le Tellier la possibilité de lui adjoindre un coadjuteur : Voyez le P. Le Tellier, raisonnez avec lui sur un bon co-adjuteur. Ce serait un bien infini pour ce diocèse et un soulagement pour moi dont j'ai un besoin incroyable. Ce besoin croîtra tous les jours, Œuvres, 14 octobre 1714, t. VII, p. 483.

46 Lettre de Fénelon à Beaumont (26 novembre 1714), Œuvres, t. VII, p. 484.

47 S’agissant de François II de Salignac (1607-1688), on peut se reporter au chapitre que lui a consacré J. ORCIBAL, L’abbé de Fénelon, sa famille, ses débuts, p. 45-55.

48 Ibidem, « Le marquis de Fénelon-Magnac (1621-1683), p. 57 et suivantes.

49 Cf. Paul BROUTIN, La réforme pastorale en France au XVIIe siècle. Recherches sur la tradition pastorale après le concile de Trente, Tournai, Desclée, 1956, t. I, p. 69. François II de Salignac, alors prieur de Carennac et futur évêque de Sarlat, participa aux conférences de Mercuès, du 12 au 19 octobre 1649, organisées par l’évêque de Cahors. Rassemblant les prélats de la province, ces journées de prière et d’études pastorales ont permis la mise en oeuvre des préceptes conciliaires dans ces contrées. Notons que Fénelon aurait été marqué par « l’esprit de Chancelade », selon H. HILLENAAR, dans Fénelon et les jésuites, 1966, p. 14-17.

50 Jean ORCIBAL, op. cit., p. 55.

51 Ibidem, « Les bénéfices de Fénelon », p. 151-154.

52 B.M. Cambrai, B 1260, p. 108. Il mourut en 1754, âgé d’environ de 69 ans.

53 B.M. Cambrai, B 1260, p. 170.

54 Il mourut le 17 juin 1741.

55 B.M. Cambrai, C 1106, fol. 86.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1996

Terms of use: http://www.openedition.org/6540