Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fénelon, évêque et pasteur en son temps (1695-1715)

 | 
Philippe Guinet
, 
Gilles Deregnaucourt

Pastorale et ecclésiologie

Fénelon pasteur des hommes

Marguerite Haillant

Texte intégral

1N’est-ce pas une gageure de vouloir présenter Fénelon Pasteur des hommes en quelque vingt minutes ? Pour aborder un tel sujet et parler d’un tel personnage, il faudrait plusieurs heures et une langue de séraphin. Malgré les savants travaux de Mme Jeanne-Lydie Goré, de MM. Lebrun, Noye et Orcibal, il reste bien des points d’ombre dans sa vie et sa spiritualité n’est pas en vogue au XXe siècle.

2Pourquoi donc intituler ce travail Fénelon pasteur des hommes plutôt que Pasteur des peuples ou encore Pasteur du peuple, expressions que l’archevêque emploie dans les Aventures de Télémaque, fils d’Ulysse et dans le Discours pour le sacre de l’Électeur de Cologne, quand il s’adresse à des rois ou à des princes ? Est-ce parce que le terme « Pasteur » suppose toujours un troupeau d’animaux ou d’hommes rassemblés sous la houlette d’un berger, d’un roi ? En rapprochant les deux fonctions, dans Les Poissons et le Berger qui joue de la flûte, La Fontaine suggère aux Rois de traiter les peuples avec une grande cruauté. Il les interpelle fortement :

Ô vous, pasteurs d’humains et non pas de brebis,
Rois, qui croyez gagner par raison les esprits
D’une multitude étrangère,
Ce n'est jamais par là que l'on en vient à bout.
Il y faut une autre manière :
Servez-vous de vos rets ; la puissance fait tout. (X, 10)

  • 1 À propos de cette expression, Fénelon cite un texte de saint Cyprien : Ainsi, quoique les schismat (...)

3Jamais Fénelon ne donnait de tels conseils. Il est vrai que dans la fable précédente : Le Berger et le Roi, vous entendez un bon roi dire à un berger qu’il est digne d'être pasteur de gens. D’ailleurs quand il s’agit d’hommes choisis par Dieu uniquement pour enseigner les fidèles, leur administrer les sacrements, qu’ils soient évêques ou simples curés, les prédicateurs, Fénelon lui-même, les nomment pasteurs des âmes1. Quel beau titre ! Pourquoi ne pas le retenir ? Vraisemblablement, parce que certains évêques ou archevêques à l’instar de Fénelon, seigneur du Cateau, assument des fonctions temporelles et le ministère pastoral ; ce que l’archevêque rappelle avec gravité à l’Électeur de Cologne, lors de son sacre dans l’église Collégiale de Saint-Pierre de Lille, le 1er mai 1707 :

Vous voilà donc pasteur des peuples à double titre. Si vous l'êtes comme prince souverain, à plus forte raison l'êtes-vous comme ministre de Jésus-Christ.

4Ainsi Fénelon distingue bien les deux fonctions tout en rehaussant le ministère pastoral. Juste avant, en fait, il interpellait l’Électeur au sujet de son titre afin de le plonger dans l’humilité et le détachement :

  • 2 Éd. Citée, t. 17, p. 154.

Souvenez-vous (...) que la dignité temporelle ne vous est donnée que pour la spirituelle. C’est pour autoriser le pasteur des âmes que la dignité électorale a été jointe dans l'Empire à celle de l'archevêque de Cologne. C’est pour lui faciliter les fonctions pastorales, et pour affermir l'Église catholique, qu’on a attaché à son ministère d’humilité cette puissance si éclatante 2.

5Et à la fin de son deuxième point, il insiste sur la transformation qui doit s’opérer en lui, le prince, devenu le pasteur des âmes, grâce à la prière et à la contemplation de Dieu, à la suite de Moïse.

6Naturellement Fénelon mérite ce titre, comme d’autres dont il se sert souvent vrai pasteur, hon pasteur, pasteur d’Israël, etc. Cependant comme il s’est soucié toute sa vie autant des corps que des âmes des hommes, que l’expression pasteur des hommes est employée au pluriel par Télémaque, au sortir des enfers, quand il s’impose à tous les alliés, par son autorité et par la sagesse de ses discours, en particulier, dans le second où il rejette avec véhémence une des plus horribles de leurs maximes, semblable à celle que le grand prêtre Caïphe avait conseillé aux Juifs de pratiquer à l’égard du Christ : Il vaut mieux, qu’un seul homme meure pour le peuple. Il est clair qu'elle lui convient parfaitement d’autant plus que je ne l’ai rencontrée, sauf erreur, que sous sa plume.

7En s’appuyant sur les paroles du Christ, des apôtres, des Pères de l’Église, Fénelon développe les qualités qui conviennent à un vrai pasteur, les devoirs qui lui incombent, la manière de les remplir, les moyens à employer pour y parvenir, telle est la première partie de ce travail, la seconde s’attache à montrer qu’il a réalisé dans la plupart des situations où il s’est trouvé, le modèle qu’il décrit et qui fait de lui un pasteur des hommes.

***

  • 3 Cf. À la Découverte des Aventures de Télémaque, fils d’Ulysse, p. 12. M. HAILLANT, éd. Klincksieck (...)
  • 4 Cf. Fénelon et la Prédication, p. 61.
  • 5 Traité du ministère des Pasteurs, éd. dite de Versailles, t. 2, p. 123.
  • 6 Cf. Fénelon et la Prédication, thèse de 3e cycle de M. HAILLANT, éd. Klincksieck, 1969, p. 127-133 (...)

8Après l’ordination que lui a conférée son parrain à Sarlat, le 17 avril 16773, l’abbé de Fénelon est au service de la paroisse de Saint-Sulpice où il exerce les multiples fonctions du ministère pastoral énumérées en partie dans ses Dialogues sur l’Éloquence en général et sur celle de la Chaire en particulier, administrer les sacrements, conduire les âmes, consoler les affligés4, outre l’explication de l'Écriture sainte au peuple, les jours de dimanche et fêtes, dont le charge le curé, et la prédication. C’est par elle, en fait, que son éloquence est connue, qu’elle est même comparée à celle de saint Jean Chrysostome, et qu’il mérite d’être nommé par M. de Harlai, archevêque de Paris, supérieur des Nouvelles Catholiques, en 1678. Cette lourde responsabilité le pousse à étudier en profondeur les matières de controverse, à relire en particulier les historiens anciens dignes de foi, tel Flavius Josèphe, à rechercher dans l’Écriture les preuves que Dieu a confié les fonctions de son culte à ceux qu’il a choisis lui-même, et il les trouve dans la Lettre aux Hébreux où saint Paul écrit : Nul ne se donne à soi-même l'honneur du sacerdoce, mais c'est celui qui est appelé de Dieu, comme Aaron5. Et de conclure que, si l’ancien ministère, qui n'était qu’une ombre de la vérité, a demandé une vocation immédiatement divine, le ministère nouveau, fondé sur le Christ, voie, vérité, vie, ne saurait en demander une autre. Voilà donc qui prouve que le peuple n’est pas habilité à choisir les pasteurs et à les envoyer en mission. De là, il s’ensuit que les pasteurs de la Réforme n’ont aucune autorité, d’autant plus qu’ils ne reçoivent pas le sacrement de l’ordre, ayant pour leur compte aboli l’ordination. Tels sont les arguments qu’il développe dans son Traité du ministère des Pasteurs, paru en 1688, mais qu’il avait préparé au cours de ses missions en Aunis, en Saintonge, en Poitou quand il travaillait de tout son cœur à la conversion des Protestants, qu’il s’efforçait d’enlever les âmes à elles-mêmes, de les tenir en suspens et comme en l'air au-dessus de (leurs) préjugés6.

9Fort de ses travaux, de sa connaissance des hommes et de son amour du Christ, l’archevêque de Cambrai accepte de former de bons et saints pasteurs. C’est d’abord l’Électeur de Cologne. Au début de sa lettre datée du 30 décembre 1704, il essaie de susciter en son cœur une immense compassion pour son peuple, en évoquant la sollicitude du Pape pour toutes les églises qu’il porte en son cœur, en vicaire de Jésus-Christ : il voit les maux, il gémit sur eux. C’est pourquoi Fénelon presse l’Électeur de remplir la tâche qui lui incombe, en lui détaillant le travail difficile qui revient à un évêque. À la fois, il le pousse et le retient afin de lui faire prendre conscience des vertus épiscopales qu’il lui faut acquérir et cultiver. Dans un style imagé, sous forme cyclique, il passe à l’intérieur de son paragraphe, qui mérite d’être cité in extenso, du Pape aux troupeaux, qu’il réunit dans sa conclusion :

Le Pape agit en vicaire de J(ésus)-C(hrist) qui porte dans son cœur la sollicitude de toutes les églises. Il voit les maux déplorables, que plusieurs vastes diocèses souffrent. Des troupeaux innombrables y sont errants et y périssent tous les jours faute de vrai pasteur. Les petits demandent du pain, et il n'y a personne pour le leur rompre. Si chacun de ces grands diocèses, qui aurait sans doute besoin d’être partagé en plusieurs, avait au moins un bon évêque, cet évêque dépenserait peu à son église, et travaillerait beaucoup pour elle, il porterait le poids et la chaleur du jour, il défricherait le champ du Seigneur de ses propres mains à la sueur de son visage, il arracherait les ronces et les épines qui étouffent le grain, il déracinerait es scandales et les abus, il disciplinerait le clergé, il instruirait les peuples par sa parole et par son exemple. Il se ferait tout à tous pour les gagner tous à J(ésus)-C(hrist). Vous occupez vous seul, Monseigneur, la place de plusieurs excellents évêques sans l'être. Faut-il s’étonner qu’un saint Pape, qui est fort éclairé, gémisse pour ces grands troupeaux presque abandonnés ?

  • 7 Cf. éd. citée, p. 93, cit. 2.

10Les reproches sont à peine voilés. Après quoi, l’archevêque dicte dans son langage impératif à l’Électeur tout ce qu’il doit être et qui se résume ainsi : Il faut mourir sans cesse à vous-même, pour porter les autres à entrer dans cette pratique de mort, qui est le fond du christianisme7. Alors les vertus essentielles pour un évêque, celles qui forment le second point du Discours pour le sacre de l’Électeur sont annoncées : l’humilité, la patience, l’amour.

  • 8 Discours pour le sacre..., t. 17, éd. dite de Versailles, p. 151-152.

11En quoi consiste l’humilité pour un Évêque sinon à l’imitation de Jésus-Christ ? Plus il est élevé dans la hiérarchie d’ailleurs, plus il a besoin d’abaissement. Que disait Jésus-Christ : Je suis venu non pour être servi, mais pour servir ? Malgré les miracles qu’ils accomplissent, Pierre et Paul se déclaraient : les esclaves des peuples en Jésus-Christ, et l’archevêque d’orchestrer le thème de l'esclave, et de rappeler que le disciple ne peut être au-dessus du maître8, car l’autorité qu’il détient, lui a été confiée par le Christ. À quelle fin cette délégation de pouvoir interroge Fénelon, en multipliant les questions qui s’adressent en réalité à tous les évêques, et auxquelles il répond sur-le-champ dans son langage vivant et vrai :

  • 9 Op., cit., p. 152-154.

Est-ce pour nous, ou pour [es peuples sur qui nous l'exerçons ? Est-ce afin que nous contentions notre orgueil en flattant celui des autres hommes ? C’est au contraire, afin que nous réprimions l'orgueil et les passions des hommes, en nous humiliant, et en mourant sans cesse à nous-mêmes 9.

12Naturellement, il y a divers moyens pour mourir à soi-même, suivant le rang, le tempérament et les responsabilités de chacun. Si le premier sacrifice fut pour l’abbé de Fénelon celui de sa sagesse, pour la sœur Charlotte de Saint-Cyprien, c’est la mort (...) à son zèle naturel, qui la pousse à prévenir la grâce de Dieu quand il s’agit de la conversion de ses compagnes ; pour Mme de Maintenon, c’est le renoncement au moi, ce que l’abbé lui écrit dans sa lettre sur ses défauts, et à sa demande :

  • 10 Cor., t. II, p. 141-148, Correspondance de Fénelon, édition Klincksieck, J. ORCIBAL, (...)

Le moi, dont je vous ai parlé si souvent, est encore une idole que vous n’avez pas brisée. Vous voulez aller à Dieu de tout votre cœur, mais non par la perte du moi : au contraire vous cherchez le moi en Dieu 10.

13Pour Mme de la Maisonfort, c’est l’acceptation d’entrer en religion à Saint-Cyr ou la perte de sa volonté propre, pour ne plus faire que celle de Dieu à travers celle de sa supérieure. Voilà l’exemple que donne Jésus-Christ, la Vierge Marie, les Saints. Que ce Calice s’éloigne de moi, dit le Christ au jardin des olives, mais non pas ma volonté, Père, mais la tienne. Voyez le Fiat de Marie. Ainsi pour atteindre à la pure foi, il suffit de rendre efficaces les paroles du Pater : Que ta volonté se fasse sur la terre comme au ciel, et non pas se contenter de les répéter journellement.

  • 11 Op., cit., p. 154.

14Mais pour les dignitaires de l’Église, pour un Prince archevêque en particulier, comment concilier la dignité de l’un avec l’humilité que réclame la charge de l’autre ? C’est là que l’archevêque rejette la grandeur, qu’il invite Joseph-Clément de Bavière à parler comme Esther au Seigneur et qu’il lui suggère d’ajouter vous savez que c’est avec regret que je me vois environné de cette grandeur, et que je m’étudie à en retrancher tout le superflu, pour soulager les peuples et secourir les pauvres11. Désormais Fenelon développe sa spiritualité du dépouillement. Parmi de nombreuses interrogations, accouplées d’hypothèses, dans un style sublime, il révèle la bonté de son cœur, en interrogeant toujours :

Si les peuples ne vous voient jamais que de loin, jamais que grand, jamais qu’environné de tout ce qui étouffe la confiance, comment oseront-ils percer la foule, se jeter entre vos bras, vous dire leurs peines, et trouver en vous leur consolation ? Comment leur ferez-vous sentir un cœur de père, si vous ne leur montrez qu’un maître ?

15Cet amour pour le peuple convient au prince, dit Fénelon, pour lequel il a toujours ambitionné le titre de Père du peuple. Qui ne sait d’ailleurs que le Roi Louis XIV se laissait aborder par le peuple dans les allées du château de Versailles !

16À l’homme apostolique, l’archevêque demande de parler comme le Christ : Venez à moi, vous tous qui souffrez le travail, et qui êtes accablés, je vous soulagerai, ou encore Apprenez de moi que je suis doux et humble de cœur. Désormais son vocabulaire est celui de la petitesse, de l’anéantissement en passant par l’avilissement. S’il pose des questions, il y répond immédiatement en s’appuyant sur saint Bernard :

  • 12 II S.VI, 22.

Voulez-vous être le père des petits ? Rapetissez-vous pour vous proportionner à eux ou encore ; Si quelqu'un trouve que la tendresse et l'humilité pastorale avilissent votre naissance et votre dignité, répondez-lui ce que David disait quand on trouvait indécent qu'il dansât devant l'Arche :Je m’avilirai encore plus que je ne l’ai fait, et je serai bas à mes propres yeux12.

17Et il insiste, en réitérant ses injonctions :

  • 13 I Petr. V, 4.
  • 14 Philip.II, 6, 7.

Descendez jusqu'à la dernière brebis de votre troupeau ; rien ne peut être has dans un ministère qui est au-dessus de l'homme. Descendez donc, descendez ; ne craignez rien, vous ne sauriez jamais trop (descendre pour imiter le Prince des pasteurs 13, qui étant sans usurpation égal à son Père, s'est anéanti en prenant la nature d’esclave14.

18Ce texte n’est-il pas digne de la méditation de tous les pasteurs ? L’un d’entre eux, petit neveu de Charles de Foucauld, me confiait, il y a dix ans, qu’il allait tous les samedis visiter les plus pauvres de sa paroisse et les immigrants, tandis qu’il répétait en cheminant ce passage de Fénelon qu’il savait par cœur !

19Par toutes les références qu’il donne, vous voyez que l’archevêque n’a pas inventé cette spiritualité de l’anéantissement, il l’a divulguée, car elle est paulinienne, ou mieux, messianique. D’ailleurs, elle apporte docilité et douceur à l’âme, deux qualités qui conviennent plus encore aux pasteurs qu’aux brebis. Qu’ils soient dociles à la voix intérieure qui enseigne tout par l’onction, et aux suggestions qui leur sont faites par leurs confrères, car le sage agrandit sa sagesse de toute celle qu’il recueille en autrui. Combien de maximes Fénelon ne sème-t-il pas dans ses écrits, le plus souvent en rapprochant des vertus ? Voyez par exemple son commentaire à propos de Salomon le plus sage de tous les Hommes qui demanda à Dieu un cœur docile. Écoutez le prédicateur s’exclamer pour accrocher son auditoire :

Mais quoi, la docilité n’est-elle pas le partage des inférieurs ? Ne semble-t-il pas qu’on doit demander que les pasteurs aient la sagesse ? Et que le peuple ait la docilité ? Non, c’est le pasteur qui a besoin d’être encore plus docile que le troupeau. Il faut sans doute être docile pour bien obéir ; mais il faut encore être plus docile pour bien commander. La sagesse de l'homme ne se trouve que dans la docilité.

  • 15 T. 17 de l’édition de Versailles, p. 228, voyez également, p. 225, les paroles que Fénelon attribu (...)

20À bien le comprendre, la docilité englobe l'humilité et la douceur, les deux merveilleuses vertus que le Christ revendique. Qu’à son exemple donc les pasteurs soient doux pour attirer, consoler, guérir les pécheurs, ou qu’ils deviennent comme Paul juif avec les Juifs, faible avec les faibles ; il se fait tout à tous pour les gagner tous « à Jésus-Christ »15. Et, dans un grand mouvement lyrique, l’archevêque interpelle tous ceux qui ont charge d’âmes :

Ô pasteurs, loin de vous tout cœur rétréci ! Élargissez vos entraides. Vous ne savez rien, si vous ne savez que commander, que reprendre, que corriger, que montrer la lettre de la toi. Soyez pères : ce n'est pas assez ; soyez mères ; enfantez dans ta douleur ; souffrez de nouveau tes douteurs de l'enfantement à chaque effort qu’il faudra faire pour achever de former Jésus-Christ dans un cœur.

21Et de citer ici la lettre de Paul aux Théssaloniciens : Nous avons été au milieu de vous comme des enfants, ou comme un mère qui caresse ses enfants quand elle est nourrice ; dans le panégyrique de Saint Bernard, il rappelait la nouvelle attitude du saint avec ses moines, transformé par l’amour de Dieu :

  • 16 Ibid, t. 17.

Ce n’est plus cet homme d’un zèle sauvage et impatient contre les moindres imperfections : au contraire c’est une mère tendre, qui se faut tout à tous, qui d’une main présente le pain solide aux forts, et de l'autre tient dans son sein les petits suçant sa mamelle 16.

  • 17 Ibid, p. 136.

22Dès l’exorde de son Discours à l’Électeur de Cologne, il annonçait que telle était sa manière d’agir, qu’il allait donc lui parler comme saint Bernard au Pape Eugène non pour (l’)instruire, mais pour (le) conjurer comme une mère tendre17. Et, dans Les Aventures de Télémaque, il fait connaître par le truchement de Mentor, qui exhale sa plainte lyrique, celle dont il usa avec le duc de Bourgogne :

  • 18 Éd. citée, l. VI. p. 335.

Vous n’avez pas oublié les soins que vous m’avez coûtés depuis votre enfance et les périls dont vous êtes sorti par mes conseils : ou croyez-moi, ou souffrez que je vous abandonne. Si vous saviez combien il m’est douloureux de vous voir courir à votre perte ! Si vous saviez tout ce que j’ai souffert pendant que je n’ai osé vous parler ! La mère qui vous mit au monde souffrit moins dans Ces douleurs de l'enfantement : je me suis tu ; j’ai dévoré ma peine ; j’ai étouffé mes soupirs, pour voir si vous reviendriez à moi. Ô mon fils, mon cher fils, soulagez mon cœur ; rendez-moi ce qui m’est plus cher que mes entrailles : rendez-moi Télémaque que j’ai perdu ; rendez-vous à vous-même. Si la sagesse en vous surmonte l'amour, je vis et je vis heureux ; mais si l'amour vous entraîne malgré la sagesse, Mentor ne peut plus vivre 18.

23Dans ce passage sublime, avec son rythme ternaire allongé au fur et à mesure qu’il reprend l’espoir et avec lui son souffle, car il tient la main du jeune homme, Fénelon par la voix de Mentor envoie à son petit Louis un message codé où il lui révèle la profondeur de son amour pour lui, semblable à celui du Christ pour chaque homme qui attend le pécheur avec amour, qui est prêt à donner sa vie pour lui. Voilà bien le pur amour.

24C’est bien du pur amour dont il est embrasé, c’est lui qu’il prêche continûment, c'est lui qui lui dicte les méthodes pédagogiques qui lui permettent d’atteindre l’homme au plus profond de son cœur et les moyens de rencontrer Dieu au plus intime du sien. Quand il s’adresse à l’Électeur de Cologne, soit dans sa lettre ou dans son Discours, après l’avoir averti qu'il faut un grand amour pour paître un grand troupeau ; (qu')il faut presque n’être plus Homme pour mériter de conduire les hommes, il reprend pour lui la triple interrogation que le Christ fit à Pierre avant de lui confier le troupeau, et d'avoir tiré trois fois de (son) cœur cette réponse, Seigneur, vous le savez que je vous aime.

  • 19 Dans cet étonnant passage sur l’amour, Fénelon cite Joan.XXI, 15-17, Is.LV. I.

25Comment donc obtenir l’amour ? S’achète-t-il avec beaucoup d'argent ? Non dit Fénelon avec Isaïe, achetez-le sans argent19. Il s’achète par le simple désir. Et voici que le mystique décolle, il ne parle plus aux hommes, mais à Dieu. Dans une effusion lyrique, il s’exclame : Ô bien infini, il ne faut que vous vouloir pour vous posséder ! avant d’expliquer ce qu’il est et ce qu’il vit et ce qu’il a fait pour obtenir l’amour :

C'est cet or pur et enflammé, ce trésor du cœur pauvre, qui apaise tout désir, et qui remplit tout vide. L’amour donne tout, et l'amour lui-même est donné à quiconque lui ouvre son cœur.

  • 20 Voyez, éd. Les Aventures de Télémaque, Biographie de Fénelon, 2. La spiritualité de Fénelon : la p (...)

26Ainsi en véritable mystique, Fénelon explique la succession des dons de Dieu. Il explicite sa propre expérience. Car, s’il atteint le pur amour, c’est dans la pauvreté de son cœur, après s’être défait de sa sagesse, au cours d’une rude ascèse20. Et comme il a la science des meilleurs pédagogues, il la délivre en une phrase lapidaire : La grâce seule peut donner l'amour, et la grâce ne se donne qu’à la prière. Mais pourquoi et comment prier ? À toutes ces questions, il répond en alter Christus, c’est dire en médiateur entre le ciel et la terre (...) pour aider ceux qui prient, (...) pour entre le ciel et la terre (...), pour tous ceux qui ne prient pas. S’agit-il simplement de réciter des prières, avec foi ? Sans doute. Mais voici un genre de prier plus personnel : Parlez à Dieu, dit-il, en faveur de ceux à qui vous n'oseriez parler de Dieu, quand vous les voyez endurcis, et irrités contre la vertu. C’est, en toute vérité, à une conversation familière avec Dieu à laquelle il invite tous ceux qui se préparent à la prédication, c’est celle qu’il adopte et qu’il conseille à l’Électeur de Cologne :

  • 21 Pour avoir une connaissance plus approfondie des conseils que Fénelon donne pour bien prier, voir,(...)

Soyez, comme Moïse, l'ami de Dieu ; allez loin du peuple sur la montagne converser familièrement avec lui face à face  ; revenez vers Ce peuple, couronné de rayons de gloire, que cet entretien ineffable aura mis autour de votre tête 21.

  • 22 Discours pour le sacre, t. 17, p. 161 et éd. du Télémaque, Biographie de Fénelon : Prédication et (...)
  • 23 Ibid, id.

27Rempli de l’amour de Dieu, le bon pasteur peut diriger le troupeau et conduire certaines âmes à la perfection. Là encore, il n’est question que d’amour. À la suite des Pères de l’Église, saint Augustin nommément, qui écrit dans son Ep. CXL, ad Honorat., au sujet du Christ : Nihil egit vi, sed omnia suadendo22, Fénelon en bon pasteur invite tous les pasteurs à ne rien faire par violence, mais tout par persuasion. Que de fois il rappelle sous une forme ou sous une autre, mais toujours dans des formules lapidaires : Nulle puissance humaine ne peut forcer le retranchement impénétrable de la liberté d’un cœur. L’Amour n’entre point dans le cœur par contrainte : chacun n’aime qu’autant qu’il lui plaît d’aimer. C’est toujours son expérience qu’il livre à ses confrères, celle qu’il a acquise durant ses missions ou en qualité de Directeur des Nouvelles Catholiques23.

  • 24 Cf. éd. citée, Livre IV, p. 291 et no 34.

28C’est pourquoi, il rejette souvent la correction, qui ressemble, dit-il à certains remèdes que l'on compose de quelque poison : il ne faut s’en servir qu’à l'extrémité, et qu’en les tempérant avec beaucoup de précaution. Et, parce qu’il a une véritable connaissance du cœur de l’homme et parce qu’il est sincèrement bon, il poursuit, usant du vocabulaire du poison répandu dans ses sermons et dans le Télémaque24, la correction révolte secrètement jusqu’aux derniers restes de l’orgueil ; elle laisse au cœur une plaie secrète qui s’envenime facilement. Alors, avec une grande simplicité, il livre sa méthode, celle que vous trouvez déjà dans son Traité de l’Éducation des Filles, à l’usage de tous les enfants. Il dit donc :

Le grand art, dans la conduite des âmes, est de vous faire aimer pour faire aimer Dieu, et de gagner la confiance pour parvenir à la persuasion.

  • 25 Cf. À la découverte des Aventures de Télémaque, fils d’Ulysse, Éducation et Spiritualité, éd. cité (...)

29Puis il avance graduellement25 comme il l’explique dans ce même Traité et ici même à l’Électeur de Cologne :

Le pasteur expérimenté dans les voies de la grâce n’entreprend que les biens pour lesquels il voit que les volontés sont déjà préparées par le Seigneur. Il sonde les cœurs : il n'oserait faire deux pas à la fois ; et s'il le faut, il n’a point honte de reculer.

30Telle est la pédagogie divine explicitée par Saint-Augustin que Fénelon met partout en pratique. Bref, le bon pasteur aime le Christ et son Église, il aime les brebis, il se fait aimer pour les conduire à l’amour pur et à la pure foi.

***

31Partout dans ce premier point, vous avez pu constater que l’archevêque, expose ses méthodes pédagogiques avec clarté, qu’il dévoile la bonté de son cœur et son amour de Dieu. Maintenant il est temps de le voir les mettre en œuvre soit pendant ses missions, soit à Cambrai.

32S’il reste peu d’indication sur le rôle de Fénelon auprès des Nouvelles Catholiques, en revanche, ses missions sont bien connues par sa correspondance avec Mme de Beauvillier, avec le marquis de Seignelay, frère de la duchesse, ministre de la marine, avec Bossuet et tant d’autres. Avant tout, les missionnaires sont chargés de la conversion des protestants, mais Fénelon sait que ventre affamé n’a point d’oreilles. Son œil de lynx voit tout, son cœur de père et de pasteur s’émeut donc devant la misère matérielle des peuples, peut-être plus encore que spirituelle. C’est d’abord du pain, du pain, du pain qu’il faut pour tous à Saintes, à Marennes aujourd’hui comme plus tard au Cateau et à Cambrai. Avec une réelle compassion, il décrit la situation :

  • 26 Cor., t. II, Lettre du 28 décembre 1685, pp. 18.

Ce qui m'afflige est de voir de grandes misères. Ce canton de pays produit très peu de blé : il ne subsistait autrefois que par la vente du sel et par le négoce, le sel coûte maintenant quelque fois plus qu’il ne rapporte, le négoce tombe tous les jours, surtout depuis ces conversions de marchands huguenots. De là vient qu’un nombre incroyable de familles manque de pain 26.

33De là ses nombreuses demandes de distributions de blé et d’aumônes à Seignelay, qu’il remercie vivement quand il obtient satisfaction afin de susciter une plus grande générosité. Sans cesse, il se fait l’écho des doléances des huguenots, ici, il s’en prend aux traitants et fermiers des domaines royaux :

  • 27 Ibid., id., 10 août 1687, p. 64.

J'entends dire de tous côtés que les commis des fermiers du Roi gênent trop le commerce. Chaque intéressé qui passe ici fait pour sa compagnie de nouvelles règles. Les marchands ne savent tous les jours à quoi s'en tenir. Souvent on leur tend des pièges, et puis une confiscation les met au désespoir. Un peu de douceur et de commodité dans le commerce les retiendrait 27.

  • 28 Ibid., id., 29 mars 1686, p. 39.

34Ailleurs, il réclame la suppression d’un impôt trop lourd pour les familles : il s’agit du droit de vingt-quatre sols par feu, plus d’une livre à l’époque. Ceux qui ne pouvaient payer voyaient leurs meubles saisis et vendus ! Aidé de l’intendant Arnoul, Fénelon réussit à faire exempter tous les nouveaux convertis de Marennes, et par souci de justice, les anciens catholiques. Satisfait, il écrit à propos : L'arrivée des Sœurs grises que vous avez envoyées, et la cessation du droit des vingt-quatre sols feront beaucoup de bien spirituel et temporel28.

35Voilà bien qui touche les peuples au cœur et qui les prépare à recevoir l’enseignement des missionnaires. À peine arrivés, ils se heurtent à des confrères qui n’ont ni les méthodes, ni la souplesse, ni la douceur que Fénelon préconise pour gagner les cœurs. De nouveau, il se fait l’interprète des huguenots qui leur disent :

  • 29 Cor., t. II, 19 janvier 1686, p. 19-20.

Vous n’êtes ici qu'en passant, dès que vous serez partis nous serons à la merci des moines qui ne nous prêcheront que du Latin, des indulgences et des confréries. On ne nous lira plus l'Évangile, nous ne l'entendrons plus expliquer, et on ne nous parlera qu’avec menaces 29.

36Parfaitement au courant de la dureté et de l’incompétence des missionnaires qui les ont devancés, l’abbé de Fénelon les stigmatise :

  • 30 Ibid., id., p. 20.

Les Récollets sont méprisés et haïs, surtout des huguenots dont ils ont été les délateurs et les parties en toute occasion. Les Jésuites de Marennes sont quatre têtes de fer, qui ne parlent aux nouveaux-convertis pour ce monde que d’amende et de prison, et pour l'autre que du diable et de l'enfer. (...) Pour les curés, ils n’ont aucun talent de parler et c’est une grande confusion pour l'Église catholique, car les huguenots étaient accoutumés à avoir des ministres qui les consolaient et les exhortaient par des paroles touchantes de l’Écriture. Le curé de Marennes (...) est vieux un peu fou, incapable de tout... 30.

37Quant à l’évêque de Saintes, il n’a pas de prêtres formés, il est trop mou, trop crédule pour remédier à de si grands besoins !

38Quel affreux tableau ! Sans attendre le prédicateur apostolique propose les solutions qui répondent aux aspirations des protestants. Tout d’abord que les prédicateurs acquièrent le grand art d'enlever la persuasion, et de remuer les cœurs ; qu’ils aient eux-mêmes du cœur. Saint François de Sales n’écrivait-il pas à Frémyot au sujet du prédicateur :

  • 31 Lettre à Frémyot, t. II, p. 27, Oeuvres complètes, 26 vol., Annecy, 1892-1935.

Il faut que ses paroles soient enflammées, non par des cris et des actions démesurés, mais par l'affection intérieure, il faut qu'elles sortent du cœur plus que de la bouche. On a beau dire, mais le cœur parle au cœur et la langue ne parle qu’aux oreilles 31.

39Plus exigeant encore, Fénelon écrit :

  • 32 Dialogues sur l’éloquence en général, et sur celle de la chaire en particulier, éd. d (...)

Il faudrait que la bouche parlât selon l'abondance du cœur, c’est-à-dire qu'elle répandît sur le peuple la plénitude de ta science évangélique et les sentiments affectueux du prédicateur 32.

40Avec toute sa tendresse, il prône la manière des Pères de l’Église dans son troisième dialogue sur l’éloquence :

  • 33 Ibid., id. p. 96-98.

(..) je voudrais que les prédicateurs ne se contentassent pas de coudre ensemble des passages rapportés ; je voudrais qu’ils expliquassent les principes et l’enchaînement de la doctrine de l'Écriture ; je voudrais qu’ils en prissent l'esprit, le style et les figures ; que tous leurs discours servissent à en donner l’intelligence et le goût. Il n’en faudrait pas davantage pour être éloquent : car ce serait imiter le plus parfait modèle de l'éloquence33.

  • 34 Voir l’éd. Les Aventures de Télémaque, p. 26.
  • 35 Voir édition dite de Versailles, t. 21, p. 296-297.

41Outre des instructions sensibles et populaires, Fénelon propose ou impose des accommodements, par exemple la suppression du « latin » inutile pour des gens du peuple. En revanche, il réclame avec force ce qu’il croit capital pour les protestants : le chant des psaumes, dans la traduction de Godeau34. Lui-même s’était essayé à leur traduction, avec le 1er Beatus vir, et le CXXXVI. Super flumina Babylonis35, par exemple, dont le chant et la lamentation sont des leitmotive du Télémaque. Il en voit déjà le résultat : Ils courraient en foule à l'église, ils seraient charmés, ils s’accoutumeraient à notre culte, ils seraient consolés. À la Tremblade, il réclame, à plusieurs reprises, une très grande abondance de livres, surtout des Nouveaux Testaments, des traductions de la messe avec des explications. Il en demande la gratuité et une impression en gros caractères. Rien ne lui échappe, puisqu’il demande encore des Catéchismes Historiques de son ami Fleury et des écoles pour les deux sexes. S’il a une crainte, c’est celle de voir ces gens au désespoir, privés de leurs livres hérétiques sans avoir de quoi les remplacer !

42Qu’il s’agisse du matériel ou du spirituel, la majeure partie de ses demandes est satisfaite dans un temps record. Les blés arrivent, les impôts sont supprimés, les Jésuites trop sévères remplacés, les écoles fondées et prises en charge par le Roi, des Nouveaux Testaments envoyés « à profusion », par Seignelay. Seule la traduction des psaumes par Godeau est refusée.

43Au reste, il a bien compris que le missionnaire n’est qu’un passant, que le rôle du curé est irremplaçable. C’est à lui qu’il appartient de conduire les brebis aux sacrements, d’être un prédicateur évangélique. Parce qu’il avait saisi la force incroyable du protestan-tisme, il demande l’installation d’« ouvriers fixes », il revient à sa proposition, insiste à temps et à contre-temps, car son idée ne semble pas avoir été agréée au départ. Il écrit :

  • 36 Cor., t. II, Lettre du 8 mars 1686, p. 32-33.

Les peuples nourris dans l'hérésie ne se gagnent que par la parole. Un curé qui saura expliquer l'Évangile affectueusement et entrer dans la confiance des familles, fera tout ce qu'il voudra. Sans cela l'autorité pastorale, qui est la plus naturelle et la plus efficace, demeurera toujours avilie avec scandale ; (...) La religion, avec le pasteur qui l’enseignera, prendra insensiblement racine dans les cœurs. (...) N'y aura-t-il point des prêtres qui fassent pour la vérité ce que ces malheureux ont fait si efficacement pour l''erreur ? 36

44Or des ouvriers fixes, il n’y en a pas dans le diocèse de Saintes. Qu’à cela ne tienne ! Fénelon prend les initiatives qui reviennent à un évêque. En vue du départ, il instruit quelques jeunes ecclésiastiques pour continuer son œuvre. Il leur apprend sa méthode catéchistique : sa manière insinuante de faire couler les preuves par de simples explications, il y joint la tendresse du prédicateur qui permet de goûter l’esprit doux et humble de l’Évangile. C’est toujours à la douceur et à l’humilité messianique qu’il s’attache. Là, les difficultés l’attendent :

Autrefois, ils couraient aux sermons, confie-t-il, et fuyaient la messe ; maintenant ils vont sans peine à la messe parce qu’ils n'y entendent rien, mais le sermon les instruit et les touche. C’est ce qu'ils craignent : plus un prédicateur les a touchés, moins ils veulent retourner l'entendre. Leur grand proverbe est qu'il faut fuir la voix des enchanteurs.

45Qui plus que lui a mérité ce titre ! Lisez Saint-Simon qui use plus d’une fois de ce qualificatif avec admiration, à l’adresse de Fénelon.

  • 37 Éd.. citée, p. 23-27.

46Aux initiatives, aux accommodements, Fénelon ajoute de petits ménagements. Alors qu’il était de règle à l’époque, pour distinguer les prédications catholiques d’avec les protestantes, de réciter à la fin de l’exorde l’Ave Maria, dans ses premiers sermons, Fénelon l’avait omis. De même, il avait supprimé, dans ses prières publiques, l’invocation des saints. Jaloux de ses succès, ses confrères se livrent à la délation et, plus d’une fois, l’abbé est obligé de se justifier. Sans en avoir l’air, il évoque les dragonnades auxquelles il s’est refusé, l’autorité du Roi qui désirait qu’on ne négligeât rien de tout ce que la religion permet pour conserver tant de marchands et de matelots sur le point de passer en hollande. L’hémorragie se faisait sentir ! De plus ses amis et lui-même expliquent tout ce que l’Église enseigne sur l’invocation des saints ; c’est avec le même soin qu’ils démontrent Futilité du culte des images et des reliques. N’est-ce pas lui-même qui le fit solennellement le 1er janvier dans l''église des Jésuites de Marennes ? etc. Faut-il aborder ses méthodes de controverse qu’il diversifie, renonçant même à certaines quand il voit qu'elles entretiennent un esprit de dispute entre l’ancien pasteur et ses frères ? Qu’il me soit permis de vous renvoyer à l’introduction de mon édition des Aventures de Télémaque où je les ai suffisamment développées37.

47Car le temps est venu de considérer le rôle de l’archevêque-duc de Cambrai, Prince du Saint Empire, Comte du Cambraisis, etc. Qu’avait-il fait de tous ces titres, lorsqu’il prononçait son Discours pour le sacre de l’Électeur de Cologne et que fit-il durant vingt années passées dans cet immense diocèse ? Pour saisir quelque peu son action tant spirituelle que temporelle, il suffit de lire les registres paroissiaux, abbatiaux, les gazettes de l’époque ou sa correspondance qui permet de suivre au jour la journée ses déplacements, ses interventions de toutes sortes auprès des intendants, des gouverneurs, des ministres pour l’épa-nouissement de l’Église et le bonheur du peuple. Il y a eu trois cents ans le 15 août qu’il fut reçu par le chapitre de sa cathédrale avec le cérémonial d’usage, et le 27 qu’il entra solennellement au Cateau-Cambrésis dont il était le Seigneur. Immédiatement il commence la visite de son diocèse, Valenciennes, Mons, Tournai, Maubeuge, y fait des exhortations en forme de catéchisme, donne le sacrement de confirmation, se repose le soir dans les abbayes, chez les curés, et même dans les refuges comme à Binche où il requiert deux guides pour le conduire de Mariemont à Saint-Denis. Ainsi il travaille avec la simplicité d’un pasteur, cherche à connaître les petits et les grands. À Cambrai, il se lie avec le gouverneur M. le comte de Montberon et sa famille, il reçoit tous les prêtres et les religieux pour les connaître et pour les convier à travailler tous sans exception en bonne intelligence avec lui. C’est le temps de la convivialité : le jour de la fête du sacerdoce et à Pâques, il accueille cinquante convives, curés, chanoines, enfants de chœur, appariteurs, etc. Les religieuses et les abbesses ont elles-mêmes leur journée. Voilà comme il se fait tout à tous et à chacun en particulier, et se fait aimer.

  • 38 Voir À la découverte des Aventures de Télémaque, op. cit., p. 37 et éd. cit., p. 87, et Lettre de (...)

48Mais ce n’est qu’après le 4 août 1697, date à laquelle il arrive définitivement à Cambrai où le Roi l’a exilé, que l’archevêque prend la dimension de son diocèse. Pendant plus d’un an et demi toutefois, il est occupé par l’affaire des Maximes des Saints, qui l’oblige à écrire et à éditer de nombreux ouvrages. Malgré les Jésuites et la fidélité sans faille du cardinal de Bouillon, le 8 mars 1699, le procès est entendu. Le Pape date son bref Cum alias du 12 mars. C’était une simple condamnation, que Fénelon reçut avec une parfaite humilité, le jour même de l’Annonciation ; deux heures avant de monter en chaire, il reprit son sermon et parla admirablement bien 1° de l'obéissance qui est due aux supérieurs, 2° de ta soumission aux ordres de la Providence, écrit Chantérac. Dès le 9 avril, il donnait son Mandement à ses fidèles pour l’acceptation du bref du pape Innocent XII. En retour, le pape lui envoie le 4 mai, un bref élogieux, et souhaite lui offrir le chapeau de cardinal38. En dépit de multiples vexations, l’archevêque reste égal à lui-même doux et humble de cœur comme son divin Maître. C’est là qu’il donne l’exemple de la docilité dont il parle avec tant d’insistance dix ans plus tard à l’Électeur de Cologne. De même quand il lui conseille d’écouter ceux qui veulent lui parler, de recevoir les conseils des saints prêtres, de chérir jusques aux pauvres clercs, ou encore de rechercher la vérité avec patience, de peur de se tromper, il le faisait. Il en donne des exemples partout et surtout dans le Télémaque. Au livre XV notamment, le jeune prince d’Ithaque empêche les rois de faire périr Acanthe sur un soupçon, il les tance avec force, leur rappelle leur titre et leur devoir, en leur disant :

Mais écoutez, ô vous qui, étant établis rois, c’est-à-dire juges des peuples, devez savoir juger les hommes avec justice, prudence et modération (...)

49et, sans attendre, il interroge Acanthe, l’observe, et demeure perplexe au point que Fénelon laisse dans son manuscrit la fin de sa phrase en suspens. Pourtant, il ne s’avoue pas vaincu : s’il n’a rien pu tirer du cœur de ce transfuge, il lui reste à surprendre sur son visage le moindre signe de faiblesse. Brusquement il lui demande son anneau qu’il veut envoyez à Adraste. Le traître pâlit et fut embarrassé. Alors Télémaque lui propose un dilemme, ou il avoue son intelligence avec l’ennemi et il a la vie sauve ou Télémaque le démasque et il périt par les tourments les plus cruels. Acanthe avoue, Télémaque obtient de ses alliés le respect de sa parole donnée. Ainsi se vérifie la maxime énoncée dans le Discours pour le sacre : On ne trouve la vérité qu’en approfondissant avec patience.

50L’affaire des Maximes des Saints, résolue, l’archevêque se consacre corps et âme à son diocèse. Sur les routes et les chemins cahoteux, salébreux, dans son carrosse, accompagné de ses abbés, de son aumônier, de septembre à novembre et de mai à juillet, il vit au rythme des cérémonies qu’il préside, des sacrements qu’il donne : la confirmation, l’ordre, des concours dont il parle à ses correspondants comme d’une lourde charge qui l’occupe de huit heures du matin à sept heures du soir, ainsi à la comtesse de Montberon, le 16 juin 1701, ou à l’abbé de Beaumont, le 28 mai de l’année suivante ou encore à son ami Langeron, auquel il explique qu’il travaille à un projet de mandement qui n’avance pas au rythme souhaité, et il en donne les raisons :

  • 39 Pour plus de détail, voir éd. cit., p. 72-73.

(..) je sors d’une nombreuse ordination dont les examens m’ont tenu longtemps, et (...) je tombe dans un concours très pénible où j’aurai plus de trente-six cures à donner, et plus de six-vingts concourants 39.

51Il s’agissait d’octroyer aux concourants un bénéfice ecclésiastique à charges d’âmes accompagné d’un certain revenu. Évidemment ce choix lui tenait à cœur, de là vient qu’il tenait sa présence pour nécessaire, qu’il interrogeait lui-même les concourants, qu’il leur faisait des sermons. Outre le choix des curés, la préparation des séminaristes requit tous ses soins. Avec quelle obstination importunait-il le supérieur de Saint-Sulpice pour obtenir d’excellents professeurs ! Là encore il montre la simplicité et la tendresse d'un père et même d’un frère. Voici ses appels pressants :

Donnez-moi des gens pour enseigner, qui aient un sens droit, et un peu d’ouverture avec de Ca bonne volonté, je vous réponds que tout ira bien. Je prendrai moi-même garde à tout. Je les conduirai dans les commencements et je les autoriserai. Je verrai et soutiendrai tout. (...) Donnez-moi de bons cœurs avec un esprit droit, (...) Je vivrai en frère avec eux...

52Bref, il remplit de tout son cœur toutes ses fonctions pastorales. Suivez-le, par exemple en lisant ses lettres à Mme la comtesse de Montberon, datées de mai. Le 6, il écrit Il faut que je parte de bonne heure, Madame, pour aller dire la messe à Saulsoir, où je vais faire la visite en passant ; Il est vrai qu’il a vingt kilomètres à faire ! Le lendemain, de Valenciennes, il lui rend compte de ses projets : Je ne compte point de m’arrêter à Mons, et je vais droit à Saint-Denis. De là, il rayonne toute la semaine dans les environs de l’abbaye bénédictine, et visite à Enghien Mme la Duchesse d’Aremberg, avant d’aller pour la Pentecôte prêcher la mission à Binche. Dès son arrivée, le 15 mai, il lui annonce la suite de son programme, en ces termes : Me voici fixé pour une dizaine de jours. Je compte qu’après la fête du Saint-Sacrement je pourrai aller vers Maubeuge. De là, je me rapprocherai insensiblement de Cambrai. Le 22 mai, jour de la Trinité, il est bien encore près de Binche, puisque dans les Registres de Sars-la-Bussière, vous lisez : Mgr de Fénelon (...) a fait ta visite de notre église et a confirmé deux enfants. Telle était la sollicitude de l’archevêque pour son troupeau, partout où il passait, il s’arrêtait, il confirmait, il prêchait. Si vous êtes intéressé, vous regardez l’itinéraire de l’année suivante, le 22 mai 1702, à Hensies, il confirme 35 enfants, le 24 à Angre, 32, le 29, à Roisin, 44, tous dans leur propre paroisse. Entre temps, il bénit un abbé à Crespin, un autre à Saint-Ghislain. Quand il rentre le 10 juin 1701 à Cambrai, c’est pour préparer le concours du 16, et la prédication. Que dire sinon qu’il est le parfait pasteur toujours au milieu de ses brebis.

53À ses yeux, ce qui est le plus important pour un prince, c’est la connaissance des hommes. Que de fois, Mentor y entraîne Télémaque ! L’archevêque grâce à ses visites connaissait non seulement tous les genres d’hommes, mais tous leurs problèmes et tous les lieux où ils vivaient. Une seule lettre adressée à Maignart de Besnières, intendant de l’armée des Flandres, suffit à le montrer. Tout d’abord il l’importune pour deux cas qui lui tiennent à cœur. En premier, celui du curé d’Avesnes en conflit avec des laïques au sujet de sa possession. Et Fénelon qui connaît la jurisprudence des tribunaux de Mons et de Tournay la rappelle : c’est d’être receveur du compte, et même que Ces comptes leur soient adressés, si tel a été l'usage jusqu’ici. Bien plus il affirme que ces deux tribunaux souverains du pays ne hésitent jamais à décider de la sorte. Le doyen est donc tranquille, peut répondre l’intendant. Or Fénelon voit les conséquences d’un procès pour son curé, il poursuit donc :

Il faudrait que notre doyen eût un procès avec ta ville dont il est pasteur, et ce serait le rendre inutile à son troupeau que de le mettre dans une si triste nécessité.

54Incontinent, il supplie, (...) avec les dernières instances, son correspondant d’intervenir tout en lui indiquant ce qu’il doit faire : engager les laïques à demeurer en paix dans leur ancien usage.

55Ensuite il demande un prêtre pour le donner comme pasteur à un troupeau abandonné. Au reste, il a une parfaite connaissance des faits, des lieux, des gens, de leurs besoins, et ne fait que mettre l’intendant au courant de ce qu’il sait ou devrait savoir, en utilisant le « nous ». Vous croiriez l’entendre :

Nous avons, Monsieur, au milieu de la forêt de Mormal un gros hameau nommé le Loquignol, qui est loin de la paroisse, nommée Jolimé. Les habitants de ce lieu ne sont occupés que du Sois. Ils vivent sans instruction comme des sauvages. Les chemins sont impraticables. Le pasteur ne saurait y aller la plus grande partie de l’année pour y faire le catéchisme ni pour y dire la messe. Ils ne veulent ni ne peuvent guère aller à Jolimé.

56Maintenant il explique qu’il ne s’agit pas de créer un précédent : il y a déjà eu un prêtre résident, mieux il y a une chapelle en état. Mais la cure de Jolimé ne saurait aider le nouveau prêtre, car elle est fort petite en revenu. Il n'y a point de dîmes au Loquignol, car tout le pays est en bois et n'a point de moisson. Puis il indique à l’intendant les possibilités de le faire subsister : Il serait bien juste que le Roi qui tire un si grand revenu de ces lieux-là, y mît un prêtre avec une portion congrue, pour y être pasteur de ce troupeau abandonné et encore, le ministre capable de présenter sa requête : M. de Chamillart. Au reste, la demande est urgente : outre les catéchismes et la messe qui font défaut, les malades meurent sans sacrements.

57Cette demande du 20 décembre 1704 est satisfaite dès le mois de février suivant, si bien que Fénelon remercie et termine son ouvrage en invitant Maignart à parachever le sien. Il s’arrête à tous les détails afin que le nouvel ecclésiastique qu’il envoie puisse vivre dignement :

Comme il sera dans les Sois au milieu d’un peuple très pauvre, il ne peut y espérer aucun casuel. Cent écus sont une somme un peu médiocre pour un honnête homme qui sera obligé de tenir son petit ménage loin de toutes les commodités qu'on trouve ailleurs. Ces raisons me font espérer que vous voudrez Sien achever votre ouvrage, en lui procurant un peu de fois pour se chauffer dans une forêt où le Sois est si abondant. Ce ne sera rien pour le Roi, et ce sera un grand soulagement pour un pauvre prêtre, qui aura d’ailleurs une rude fatigue à supporter. Je suppose que vous voudrez Sien lui accorder un logement dans la maison où est la chapelle.

58Est-il possible de trouver ailleurs une plus grande sollicitude ?

59Mais il faudrait rappeler ici l’action de l’archevêque pendant la campagne des Flandres de 1709 à 1712. Sans s’arrêter à l’accueil qu’il fit aux troupes, qui logeaient dans son Palais, aux malades et aux mourants qu’il réconfortait, auxquels il donnait les sacrements, il importe d’évoquer les démêlés qu’il eut avec le ministre Michel Chamillart au sujet des blés de l’abbaye de Saint-Aubert de Cambrai et des siens au Cateau, du logement des troupes, etc. S’il sert d’intermédiaire entre les moines et le ministre, lui promet trois mille mesures, à un prix réduit, il demande pour eux des compensations sur le plan religieux, en mettant en valeur l’exemple qu’ils donnent et la perte qu’ils subissent. À son avis, ils méritent d’obtenir la libre élection d’un nouvel abbé dans la vacance de leur abbaye, et Fénelon de poursuivre :

Ils sont actuellement dans la nécessité de rebâtir leur église, ils perdent pendant la guerre une partie de leurs revenus. Il ne tient qu'à eux de vendre leurs blés à un prix assez haut, et argent comptant. Ils aiment mieux l’offrir en prêt pour le service du Roi.

60Bien loin d’être réglée, cette affaire des blés resurgit en avril 1709, par une lettre de Chamillart : il n’a pas pris les blés offerts à bas prix, il les réclame à l’archevêque en plus grande quantité lorsque les magasins sont vides et qu’il n’a que des assignations pour paiement dont personne ne veut. Sur l’heure, Fénelon répond. Quelques phrases recueillies dans sa lettre disent assez sa déconvenue voire sa colère : Quand vous m’avez demandé mes blés au mois de novembre, je ne pouvais pas prévoir la famine qui accable maintenant ce pays. Il ne s’agit ni du prix ni des sûretés. Vous pouvez compter, Monsieur, qu'il n’est plus question de mon intérêt, mais de la vie des peuples, dont je suis le pasteur, et dont je dois être le père. Il n’a plus que trois mille sacs, juste le nécessaire pour son domestique et ses fermiers pendant deux ans, nourriture et semence comprises, comment en fournir huit mille ! Entre nourrir son peuple et les troupes du Roi, il se refuse au choix ; il ne me convient pas, écrit-il, d’être la cause de la mort de nos peuples (...) ; il refuse d’être un pasteur odieux C’est pourquoi il propose encore des solutions et même un accommodement afin de sauver ses cambraisiens :

  • 40 Cor., Lettre du 24 avril 1709, t. XIV, p. 140. Et pour le début de l’affaire, voir le (...)

Au reste, Monsieur, conclut-il, s’il faut sacrifier les peuples aux troupes, j’ose dire qu’il serait moins rigoureux de prendre les blés de la Picardie voisine d’ici, que ceux de cette frontière. La Picardie ne nourrit point depuis plusieurs années, comme notre pays, des armées innombrables. Elle ne souffre point des ravages comme cette frontière. Elle n’a point eu pendant tout l'hiver des garnisons accablantes. Vous pourriez, s’il est nécessaire de prendre nos blés, ne les prendre, que pour accélérer le service, et nous rendre promptement des blés de Picardie 40.

61Ce n'était pas la première fois qu’il renvoyait le ministre à la Picardie. Le 22 décembre 1708, alors que Chamillart voulait loger pour l’hiver la cavalerie au Cateau, il défendait âprement les franchises, en lui répondant :

Non seulement je voudrais que les troupes dans un pressant besoin logeassent au Cateau, mais encore je les logerais dans la maison de l''archevêché et je leur donnerais tout ce que j’ai au monde.

62Or il considère que ce n’est pas le cas, alors il défend âprement les franchises du Cateau, après lui avoir rappelé qu’il a derrière le Cateau, dans une très petite distance, plusieurs villes de Picardie où la cavalerie sera infiniment mieux, Arrivent les comparaisons qui peuvent fortement influencer le Roi :

Les Espagnols qui ont dépouillé et opprimé l’Église de Cambrai, n’ont jamais, dans leurs besoins les plus extrêmes, violé ces restes de franchise. Je ne saurais croire que le meilleur et le plus religieux de tous les Rois, après avoir confirmé ces franchises pendant plus de trente ans, voulût enfin les renverser.

63À la captatio benevolentiae s’ajoutent les inquiétudes de l’archevêque relatives au rétablissement de ces franchises et, plus encore, aux sentiments que les peuples nourriront désormais à son égard. N’écrit-il pas :

  • 41 Cor., Lettres du 22 décembre 1708, t. XIV, 22 décembre 1708, p. 137-138.

Si une possession si confirmée ne peut pas se soutenir, comment pourrons-nous espérer de la rétablir après qu'elle aura cessé ? Tous les peuples de ce pays en seront indignés contre moi. Ils ne manqueront pas de dire que ma disgrâce, dont il n’est pas juste qu’ils souffrent, est la cause de leur malheur, et qu'un archevêque à portée de se faire écouter sur la justice de leur cause, n’aurait jamais abandonné une franchise si singulière et si bien fondée 41.

64En dépit de ces raisons, la cavalerie s’est installée au Cateau, la lettre du 24 avril citée ci-dessus en est témoin. Il est vrai, que Fénelon avait terminé sa lettre de protestation par cette phrase : Je ne puis qu'obéir aveuglément.

  • 42 Pour plus de facilité, voir éd. des Aventures de Télémaque, fils d’Ulysse, Introduction, p. 94-101

65Y a-t-il encore des exemples à fournir pour persuader que Fénelon mérite vraiment le titre de pasteur des hommes ? Chacun peut en trouver en lisant sa correspondance42. À mes yeux, il l’est d’abord parce qu’il enseigne à tous la justice autant que l’amour. Voyez-le avec les grands : le Roi, les ministres, les intendants, les riches, il dit à tous et à chacun son fait, qu’il s’agisse des blés, des impôts, des franchises, qu’il soit en mission ou à Cambrai, il n’arrête pas une affaire qu'elle ne soit réglée. Ainsi il importune plusieurs fois M. Maignart de Besnières pour le curé d’Avesnes. Après la lettre du 20 décembre 1704 vient celle du 17 janvier 1705, où l’archevêque explique que le doyen l’a choisi comme médiateur et qu’il compte bien qu’ils régleront son affaire de concert.

66Dans ses Mandements pour le carême, il rappelle non seulement les responsabilités des pasteurs qui doivent répondre à Dieu des mortifications du troupeau pour ['expiation des péchés, mais il avertit les riches en s'appuyant sur deux points mis en relief par saint Augustin :

Le premier est que cette mortification se tourne en volupté, par les délicatesses qu'on y introduit : Negotium ventris agitur, non religionis (...) Le second point est qu’il ne suffit pas de jeûner. Votre jeûne, dit ce Père, abat votre corps, mais il ne relève pas celui de votre prochain... À qui donnerez-vous ce que vous refusez à vous-même ? Combien ce repas retranché aujourd’hui peut-il nourrir de pauvres !

  • 43 Éd. dite de Versailles, t. 18, p. 505-506, 15 février 1707. Au reste, il faut tous les lire ceux s (...)

67Et pour obliger les riches au partage, il impose à ceux qui mangeront des œufs pendant ce carême, de faire une aumône43.

68S’il s’occupe de la nourriture du peuple, il lui distribue les sacrements, il s’entretient avec lui au cours de ses visites pastorales et l’instruit par ses prédications, il ne délaisse pas pour autant les riches, seigneurs ou dames nobles. Il ne suffit pas, en effet, de citer les passages de ses lettres à Mme de Montberon dans lesquelles il note ses visites, il faut considérer la sollicitude qu’il manifeste pour son âme. En son absence, elle s’est adressée à un autre prêtre, il ne s’y oppose pas, mais il lui écrit :

Je suis persuadé qu’il pourra souvent vous faire du bien. Mais je ne veux point cesser de vous donner mes soins. C’est une union que Dieu a faite, et qui étant de son ordre doit durer. (...) Quand Dieu vous donne un secours, ne regardez que lui seul dans le secours qui vous est donné, et prenez-le chaque jour, comme les Israélites prenaient la manne, sans en faire jamais de provision d’un jour à l'autre.

69Que de fois, il évoque ces unions spirituelles qu’il désire toujours assumer pleinement ! Par elles, il conduit les âmes au pur amour et à la pure foi. Comme il initie la Comtesse en parfait pédagogue et en mystique, il est très intéressant de le lire :

  • 44 Cor. t. X. p. 150, 10 juin 1701. Il faudrait d’ailleurs lire toutes ses lettres à la C (...)

La vie de pure foi a deux choses ; la première est qu’elle fait voir Dieu seul sous toutes les enveloppes imparfaites, où il se cache. La seconde est de tenir une âme sans cesse en suspens. On est toujours comme en l'air, sans pouvoir toucher du pied à terre. La consolation d'un moment ne répond jamais de la consolation du moment qui suivra. Il faut laisser faire Dieu dans tout ce qui dépend de lui, et ne songer qu'à être fidèle dans tout ce qui dépend de nous. Cette dépendance de moment à autre, cette obscurité, et cette paix de l’âme dam l'incertitude de ce qui doit arriver chaque jour, est un vrai martyre intérieur, et sans bruit. C’est être brûlé à petit feu. Cette mort est si lente et si interne, qu'elle est souvent presque aussi cachée à l'âme qui Ca souffre, qu’aux personnes qui ignorent son état 44.

  • 45 Éd. dite de Versailles, t. 18, p. 502-503, 21 août 1706.

70Voilà ce qu’il avait lui-même expérimenté et ce qui l’avait conduit au pur amour45. Voilà ce qui fit de lui un archevêque tout à tous et à chacun en particulier. Voilà pourquoi il fut le meilleur des formateurs comme le prouve le Discours pour le sacre de l’Électeur de Cologne.

71Mais il a été plus qu’un pasteur, il a été un juge à la manière de Salomon, du Christ même. De plus il a prêché durant toute sa vie la fraternité universelle. Dès les Dialogues des morts, Socrate s’y emploie, c’est un des grands refrains du Télémaque. Dans ses Mandements, en temps de guerre, il prend des accents pathétiques pour exhorter ses diocésains à changer leurs regards :

  • 46 Ibid., t. 18.

Regardons toutes les nations ennemies avec des yeux de foi et de charité. Désirons-leur le même bien qu'à nom. Prions le souverain Père de famille de réunir dans sa maison tous ses enfants, afin qu’ils soient moins touchés de ce qu’ils sont des peuples séparés en divers États, que de ce qu'ils sont hommes, chrétiens et enfants de Dieu 46.

  • 47 Éd. citée, Les Aventures de Télemaque, p. 396.

72Et à la fin, il emprunte un des plus merveilleux passages du prophète Michée, pour appeler sur les peuples une paix qui dure jusqu'à la fin des temps et au-delà, (et il souhaite) que le Seigneur règne à jamais sur eux dans la montagne de Sion ; Sans cesse, il invite les peuples à soupirer après la paix comme dans son Mandement pour le Jubilé de l’année 1707 où il reprend, ce semble, l’inspiration divine de Mentor qui dans un immense élan réunit tous les peuples en un seul47, et où il ne se contente pas seulement de suggérer leur réunion dans la Jérusalem céleste, mais où il l’ouvre à leurs yeux :

Soupirons après cette paix d’ici-bas, puisqu’elle peut servir pour nous préparer à celle de ta Jérusalem d'en-haut. Demandons des jours sereins qui soient l'image de ce beau jour, de ce jour sans nuage et sans fin, où nous verrons la lumière dans la source de la lumière même ; de ce jour où nous n’aurons plus d’autre soleil que Dieu et d’autre lumière que l'agneau ; de ce jour où les douteurs, les gémissements et les maux s’enfuiront à jamais.

73C’est donc bien parce que Fénelon aimait d’un amour pur tous les hommes, qu’il les savait tous enfants d’un même Père, qu’il les voyait tous rassemblés pour l’éternité dans la Jérusalem céleste qu’il est un véritable pasteur des hommes.

Notes

1 À propos de cette expression, Fénelon cite un texte de saint Cyprien : Ainsi, quoique les schismatiques eussent un peuplé qui les suivait, et que l’imposition des mains leur eût été faite par des évêques, saint Cyprien ne laisse pas de s'écrier qu'ils sont de faux prophètes puisque sans aucune commission divine ils s’érigent en pasteurs des âmes. Il dit, après Tertullien, qu'il n'est pas question d'examiner ce qu'ils enseignent, puisqu’ils enseignent hors de l'Église. Traité du ministère des Pasteurs, édition dite de Versailles et Paris, 35 vol., 1820-1830, t. 2, p. 85.

2 Éd. Citée, t. 17, p. 154.

3 Cf. À la Découverte des Aventures de Télémaque, fils d’Ulysse, p. 12. M. HAILLANT, éd. Klincksieck, 1994.

4 Cf. Fénelon et la Prédication, p. 61.

5 Traité du ministère des Pasteurs, éd. dite de Versailles, t. 2, p. 123.

6 Cf. Fénelon et la Prédication, thèse de 3e cycle de M. HAILLANT, éd. Klincksieck, 1969, p. 127-133 et éd. de référence Les Aventures de Télémaque, fils d'Ulysse, M. HAILLANT, Mayenne, 23 juillet 1993, p. 24, cit. 2.

7 Cf. éd. citée, p. 93, cit. 2.

8 Discours pour le sacre..., t. 17, éd. dite de Versailles, p. 151-152.

9 Op., cit., p. 152-154.

10 Cor., t. II, p. 141-148, Correspondance de Fénelon, édition Klincksieck, J. ORCIBAL, t. I à V, Paris, 1972-1976 et Droz, Genève, t. VI à XVII, 1987-1994 et éd. des Aventures de Télémaque, 1°. « Une dévotion entière » à la cour, p. 46-51.

11 Op., cit., p. 154.

12 II S.VI, 22.

13 I Petr. V, 4.

14 Philip.II, 6, 7.

15 T. 17 de l’édition de Versailles, p. 228, voyez également, p. 225, les paroles que Fénelon attribue à Bernard, le vrai père doit être Ce consolateur de ses enfants, et Ces réfugier sous ses ailés comme l'oiseau ses petits pendant la tempête.

16 Ibid, t. 17.

17 Ibid, p. 136.

18 Éd. citée, l. VI. p. 335.

19 Dans cet étonnant passage sur l’amour, Fénelon cite Joan.XXI, 15-17, Is.LV. I.

20 Voyez, éd. Les Aventures de Télémaque, Biographie de Fénelon, 2. La spiritualité de Fénelon : la pure foi, le pur amour, p. 32-40.

21 Pour avoir une connaissance plus approfondie des conseils que Fénelon donne pour bien prier, voir, Fénelon et la Prédication, p. 117-120, et sûrement son Entretien sur la Prière, t. 17, de l’édition dite de Versailles, p. 317-349.

22 Discours pour le sacre, t. 17, p. 161 et éd. du Télémaque, Biographie de Fénelon : Prédication et controverse, p. 24, cit. 2.

23 Ibid, id.

24 Cf. éd. citée, Livre IV, p. 291 et no 34.

25 Cf. À la découverte des Aventures de Télémaque, fils d’Ulysse, Éducation et Spiritualité, éd. citée, p. 145.

26 Cor., t. II, Lettre du 28 décembre 1685, pp. 18.

27 Ibid., id., 10 août 1687, p. 64.

28 Ibid., id., 29 mars 1686, p. 39.

29 Cor., t. II, 19 janvier 1686, p. 19-20.

30 Ibid., id., p. 20.

31 Lettre à Frémyot, t. II, p. 27, Oeuvres complètes, 26 vol., Annecy, 1892-1935.

32 Dialogues sur l’éloquence en général, et sur celle de la chaire en particulier, éd. dite de Versailles, t. 21, p. 103 et Fénelon et la Prédication, p. 59-64.

33 Ibid., id. p. 96-98.

34 Voir l’éd. Les Aventures de Télémaque, p. 26.

35 Voir édition dite de Versailles, t. 21, p. 296-297.

36 Cor., t. II, Lettre du 8 mars 1686, p. 32-33.

37 Éd.. citée, p. 23-27.

38 Voir À la découverte des Aventures de Télémaque, op. cit., p. 37 et éd. cit., p. 87, et Lettre de l’abbé de Chanterac à l’abbé de Maulevier, 14 ans [1699], Corr., t. VIII, p. 528..

39 Pour plus de détail, voir éd. cit., p. 72-73.

40 Cor., Lettre du 24 avril 1709, t. XIV, p. 140. Et pour le début de l’affaire, voir les lettres du 6 décembre 1708 et du 12 avril 1709, ibid., p. 104 et p. 138.

41 Cor., Lettres du 22 décembre 1708, t. XIV, 22 décembre 1708, p. 137-138.

42 Pour plus de facilité, voir éd. des Aventures de Télémaque, fils d’Ulysse, Introduction, p. 94-101.

43 Éd. dite de Versailles, t. 18, p. 505-506, 15 février 1707. Au reste, il faut tous les lire ceux sur la prière et surtout ceux relatifs à la guerre...

44 Cor. t. X. p. 150, 10 juin 1701. Il faudrait d’ailleurs lire toutes ses lettres à la Comtesse.

45 Éd. dite de Versailles, t. 18, p. 502-503, 21 août 1706.

46 Ibid., t. 18.

47 Éd. citée, Les Aventures de Télemaque, p. 396.

Auteur

Université Paris X - Nanterre

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540