Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fénelon, évêque et pasteur en son temps (1695-1715)

 | 
Philippe Guinet
, 
Gilles Deregnaucourt

Pastorale et ecclésiologie

Fénelon et l’education des filles dans le diocèse de Cambrai

Philippe Annaert

Texte intégral

  • 1 J. LE BRUN, éd., Fénelon : Œuvres, t. 1, Paris, 1983 ; FÉNELON, Éducation des filles. Fables. Lett (...)

1La figure de Fénelon s’impose comme celle d’un des principaux promoteurs de l’enseignement féminin au XVIIe siècle. Par ses écrits, assez largement diffusés en Europe, l'archevêque de Cambrai est sans doute un des penseurs de l’époque moderne qui a le plus œuvré pour définir les bases d’une pédagogie adaptée aux femmes. Son expérience personnelle en ce domaine, il la forge tout au long de son séjour parisien, surtout dans le cadre de la direction spirituelle qu’il exerce à partir de 1678 auprès de deux institutions d’enseignement, les Nouvelles Catholiques et les Filles de La Madeleine-de-Trénelle. Il fréquente également des hommes comme Bossuet et l’abbé Fleury, avec lesquels il peut s’entretenir tout à loisir de l’éducation. Bientôt connu pour ses talents d’éducateur, Fénelon devient le conseiller de plusieurs grandes familles. C’est à la demande du duc et de la duchesse de Beauvilliers qu’il rédige l'Education des Filles, publiée en 1687. À une autre dame de la noblesse, il écrit cet Avis à une dame de qualité sur l’éducation de mademoiselle sa fille, qui ne paraîtra qu’après sa mort, en 17151.

  • 2 Fondé en 1645, ce monastère aurait été dissous pour des raisons financières dès 1654. M. de CHANTA (...)
  • 3 J. PRÉVOT, La première institutrice de France. Madame de Maintenon. Paris, 1981, p. 20-26 ; Th. LA (...)

2Mais l’expérience de Fénelon dans le domaine de l’éducation des femmes ne s’arrête pas là. Devenu précepteur du duc de Bourgogne en 1689, Fénelon se lie également à Madame de Maintenon, qui poursuit, depuis 1680, le projet de créer une maison d’enseignement modèle sur la base d’un pensionnat tenu à Auvers, puis à Montmorency, par des ursulines venues du couvent de Lyons-la-Forêt, en Normandie2. Installé à Rueil, en 1681, puis à Noissy, en 1684, l’établissement est fixé définitivement à Saint-Cyr, en 1686, et érigé par Louis XIV en pensionnat destiné aux jeunes filles de la noblesse pauvre du royaume3. Consulté par Madame de Maintenon, Fénelon collabore ainsi à la mise en œuvre d’une expérience-pilote qui devait contribuer à imposer définitivement aux mentalités de son temps l’idée d’une éducation moderne proprement féminine.

  • 4 H. DRUON, Fénelon, archevêque de Cambrai, 3e édit., Paris, 1905, 2 vol.

3Quand Fénelon arrive à Cambrai, en 1695, son intérêt pour l’instruction des jeunes filles n’est plus à démontrer. En pasteur conscient de ses responsabilités, il porte à ses ouailles des soins constants, que viennent seulement tempérer ses responsabilités à la Cour, puis sa longue lutte doctrinale liée au Quiétisme4. Les multiples tâches auxquelles il se consacre durant les vingt années de son épiscopat finissent toutefois par avoir partiellement raison de ses préoccupations pédagogiques. En fait, Fénelon ne semble pas avoir réellement marqué l’histoire de l’enseignement féminin dans le diocèse de Cambrai.

  • 5 E. PUT, De cleyne schoolen. Het volksonderwijs in het hertogdom Brabant tussen Katholieke Reformat (...)

4Les raisons de ce constat sont multiples. Il faut toutefois bien constater qu’en 1695, l’éducation des filles est déjà fort à l’honneur dans le diocèse. Ainsi, les femmes du Hainaut et du Cambrésis n’ont pas dû attendre l’arrivée de l’auteur du Télémaque pour jouir d’un réseau d’établissements scolaires particulièrement bien étoffé. Dès la seconde moitié du XVIe siècle, les effets de la réforme catholique en matière d’enseignement se font rapidement sentir dans cette région qui appartient alors à la Couronne d’Espagne. Partout en Europe occidentale, l’instruction élémentaire progresse d’ailleurs à cette époque. Les protestants la considèrent comme essentielle pour amener l’homme à une connaissance approfondie des Écritures. Quant à l’Église catholique, la réaction salutaire, qui l’anime après le concile de Trente, l’amène à combattre l’hérésie sur son propre terrain et à faire de l’école un des principaux enjeux de sa politique de reconquête spirituelle5.

  • 6 Sur l’instruction élémentaire à la fin du moyen âge dans les villes du nord de la France, voir A. (...)
  • 7 A. LOTTIN, « Contre-Réforme et instruction des pauvres. Le rôle des écoles dominicales vu à traver (...)
  • 8 A. DUCARME, Notice sur le couvent des sœurs pénitentes récollectines de Braine-le-Comte, Braine-le (...)
  • 9 C’est le cas notamment des chanoinesses de la Thure, à Solre-sur-Sambre. Mons, Archives de l’État, (...)

5Si on fait abstraction de l’héritage du Moyen Âge dans ces régions fortement industrialisées qui connaissent une scolarisation poussée, même chez les femmes, les expériences nouvelles sont nombreuses sur le terrain de l’enseignement6. Dès la fin du XVIe siècle, les grandes villes du diocèse telles que Mons, Ath ou Valenciennes sont pourvues d’une école dominicale où des centaines d’enfants, filles comme garçons, reçoivent une instruction élémentaire7. Béguines et tertiaires régulières éduquent également les filles dans la plupart de leurs maisons. C’est le cas des sœurs noires de Mons ou des franciscaines de Braine-le-Comte8. Enfin, de vieilles abbayes dispensent également un enseignement de base à leurs pensionnaires ou aux fillettes du voisinage9.

  • 10 A. LOTTIN, « Réforme catholique et instruction des filles pauvres dans les Pays-Bas méridionaux : (...)
  • 11 Sur Mary Ward et son œuvre, voir principalement J. GRISAR. Die ersten Anklagen in Rom gegen das In (...)

6Plus originale, et particulièrement bien illustrée dans le diocèse de Cambrai, est l’œuvre des filles dévotes enseignantes qui se propage dans toute la région à partir de la fondation tournaisienne faite par Quinte Monnier, une disciple du jésuite Bernard Olivier, en 156910. Sous la protection de la Compagnie de Jésus, ces filles de Sainte-Agnès ou de Notre-Dame, connues aussi sous le nom de jésuitesses, sont bientôt présentes à Douai, à Arras, à Saint-Omer, à Lille, à Bruxelles ou à Amiens. Mons, Valenciennes, Ath, Cambrai, et Maubeuge reçoivent aussi les bienfaits de ce nouveau mouvement religieux. À Saint-Omer, une autre grande figure de l’enseignement féminin, l’anglaise Mary Ward, pose le premier jalon d’une expérience spirituelle et pédagogique qui l’amène à couvrir rapidement l’Europe de plusieurs maisons d’éducation, dont les principes rompent radicalement avec la tradition médiévale de l’éducation monastique11.

  • 12 C’est ainsi que les sœurs noires de Mons, du Quesnoy et do Maubeuge reçoivent un legs au décès de (...)

7Trop émancipatrices pour ces femmes qui se veulent presque les égales des jésuites, ces différentes initiatives sont bientôt combattues avec vigueur par l’Église et par les trop nombreux détracteurs de la Compagnie. Supprimées officiellement en 1628 par le pape Urbain VIII, les filles dévotes enseignantes ne doivent leur survie qu’à la défense énergique de l’archevêque de Cambrai, Mgr François Van der Burch. Seul contre tous, le prélat parvient à sauver de la destruction ses jésuitesses de Cambrai, de Mons, de Valenciennes ou de Maubeuge. Bien plus, il dote largement la maison de Cambrai à laquelle on donnera le nom de « Fondation Van der Burch ». Enfin, à sa mort en 1644, il distribue ses biens à de nombreuses institutions charitables, sans oublier celles qui œuvrent pour l’instruction des petites filles12. Au regard de son œuvre impressionnante, celle de son successeur Fénelon peut paraître assez dérisoire.

  • 13 C. ROUSSELLE, « L’abbaye de la Paix-Notre-Dame ou des bénédictines de Mons », dans Annales du cerc (...)
  • 14 Les ursulines sont fondées à Brescia en 1535, par sainte Angèle Merici (c. 1474-1510). Sur l’œuvre (...)
  • 15 Mgr Van der Bureh craignait principalement que l’exemple des ursulines, moniales enseignantes qui (...)
  • 16 Les ursulines de Bordeaux sont présentes également à Niort où Madame de Maintenon fut quelques moi (...)
  • 17 La maison mère de ces quatre monastères est le couvent du faubourg Saint-Jacques où Madame de Main (...)

8À la mort de François Van der Burch, d’autres religieuses enseignantes prennent pied dans le diocèse de Cambrai. Ce sont d’abord les bénédictines réformées de la Paix-Notre-Dame qui viennent de Liège. Réfugiées à Mons depuis 1637, elles finissent par obtenir un octroi de fondation en 1646. Comme d’autres maisons de leur congrégation, elles tiennent un petit pensionnat13. Deux ans plus tard, les ursulines de Givet14, naguère farouchement repoussées par le prélat défunt en raison de la concurrence quelles représentaient pour ses filles de Sainte-Agnès, s’installent également à Mons. Elles fondent ensuite à Valenciennes, en 165315. Ces religieuses appartiennent à la congrégation des ursulines de Bordeaux16. Dans le voisinage de Cambrai, l’ordre de Sainte-Ursule fonde également d’autres monastères. La province ecclésiastique sur laquelle Fénelon exercera plus tard sa juridiction en compte jusqu’à sept à la fin du XVIIe siècle. Outre Mons et Valenciennes, les ursulines sont à Saint-Omer (1626), à Namur (1636), à Lille (1651), à Tournai (1667) et à Arras (1678). A l’exception de Namur, qui suit les mêmes usages que Mons, ces maisons dépendent de la congrégation de Paris dont les coutumes sont sensiblement différentes de celles de Bordeaux17.

  • 18 Ph. ANNAERT, Vie religieuse féminine et éducation..., op. cit., t. 2, passim.

9Très vite les ursulines occupent une place importante dans le diocèse de Cambrai. Sur le plan des effectifs et de la qualité de l’enseignement, leurs collèges de Mons et de Valenciennes rivalisent avec les plus importantes maisons de filles de Sainte-Agnès et de Notre-Dame du diocèse. La réputation des ursulines montoises les amène d’ailleurs à propager leur expérience pédagogique en fondant plusieurs filiales à Messkirch, dans le Grand duché de Bade (1660), à Bruxelles (1662), à Gand (1664), à Landshut, en Bavière (1668), à Anvers (1683), puis à Rome (1684) et à Calvi (1718), dans les États pontificaux18.

  • 19 Ph. ANNAERT, Vie religieuse féminine et éducation, op. cit., t. 2, p. 26.
  • 20 Saint-Saulve, Archives des Ursulines, Z, Fonds Loridan, Clergé régulier, Notice sur le monastère d (...)

10Deux ans après l’établissement des sœurs de Sainte-Ursule dans le diocèse, une riche veuve, Mme Le Roy, fonde une Visitation dans la capitale du Hainaut. Un groupe de religieuses tirées du deuxième couvent de Paris et de celui d’Amiens, parmi lesquelles deux Montoises, les propres filles de la fondatrice, vient jeter les bases d’un cloître salésien et d’un petit pensionnat. Quinze ans après leur arrivée, les religieuses sont en mesure d’essaimer à Bruxelles. Avec leurs sœurs bruxelloises, elles fondent encore à Vienne, en 171719. Enfin, à l’exemple des ursulines et des visitandines, les filles dévotes de Notre-Dame des Anges de Valenciennes renoncent à leur statut séculier pour embrasser l’état monastique et la stricte clôture. En 1670, elles s’affilient aux chanoinesses de la Congrégation de Notre-Dame établies à Bruxelles. Cette réforme bénéfique leur permet ensuite de fonder une nouvelle maison à Douai, en 169920. Ainsi, à la fin du XVIIe siècle, les deux grandes cités du diocèse, Mons et Valenciennes, se retrouvent pourvues chacune de deux cloîtres de religieuses enseignantes (moniales ou chanoinesses) qui prospèrent suffisamment pour provigner leur ordre respectif au-delà du ressort de Cambrai, signe évident d’un savoir-faire reconnu en matière d’éducation.

  • 21 Saint-Saulve, Archives des Ursulines, Z, Fonds Loridan, Clergé régulier, Notice sur la congrégatio (...)
  • 22 M. DE VROEDE, « Kwesels » en « Zusters ». De geestelijke dochters in de Zuidelijke Nederlanden. 17 (...)

11Le réseau scolaire cambrésien, déjà largement pourvu en abbayes, en cloîtres de tertiaires, en maisons de filles dévotes et en communautés de religieuses spécialisées dans l’éducation des filles, s’enrichit encore au cours du dernier tiers du XVIIe siècle de plusieurs institutions destinées à l’instruction élémentaire et à la formation professionnelle des filles pauvres. C’est à Valenciennes que Françoise Badar fonde le 26 juillet 1663 la congrégation de la Sainte-Famille ou de Saint-Antoine de Padoue. Ces filles dévotes, bientôt surnommées badariennes, connaissent un rapide succès. En 1678, l’institut est suffisamment développé pour pouvoir essaimer à Ath. Ensuite, c’est à Cambrai qu’il s’installe en 1707, donnant naissance à une importante maison d’éducation, connue plus tard sous le nom de « Badar », laquelle persévère encore aujourd’hui (1764) à donner la plus grande édification au public et la plus belle et solide éducation aux jeunes personnes.21 II est probable que Fénelon ait encouragé cette dernière fondation. Toutefois, la fin du XVIIe siècle et la durée de son épiscopat sont généralement marquées, dans le diocèse comme ailleurs, par de nombreuses entreprises du même genre, cette époque correspondant à une recrudescence du mouvement dévotaire dans les Pays-Bas et le nord de la France22.

  • 23 Kraainem, Archives de la Visitation, Lettre circulaire de la Visitation de Mons, 9 avril 1744.
  • 24 Kraainem, Archives de la Visitation, Lettre circulaire de la Visitation de Mons, 16 mars 1714.
  • 25 Ce fait s’explique largement par la non-résidence des successeurs de Fénelon. Mons, Archives des U (...)

12Durant les vingt années de son épiscopat, Fénelon a tout le loisir de visiter les écoles de filles et les couvents de son diocèse. Nul doute qu’il est attentif à vérifier le sérieux de l’instruction prodiguée aux enfants et des méthodes pédagogiques qui président à cet enseignement. Lors de la mission qu’il vient prêcher à Mons, les ecclésiastiques de sa suite ont pu l’informer de la bonne tenue de la Visitation23. Quant aux filles de NotreDame, de l’avis d’une contemporaine, elles ont un talent tout particulier pour léducation de la jeunesse24. À première vue cependant, l’archevêque n’est pas un visiteur assidu des grandes maisons d’éducation placées sous son obédience. A l’inverse de ses prédécesseurs, Ladislas Jonnart et Jacques de Bryas, il ne préside à aucune profession ou élection au couvent des ursulines de Mons. Il inaugure d’ailleurs une tradition qui se maintiendra tout au long du XVIII e siècle, plus aucun archevêque de Cambrai ne se rendant en cette maison dans pareilles circonstances25.

  • 26 Comme l’indiquent à plusieurs reprises les supérieures de la Visitation, ces révérendes mères... s (...)
  • 27 Bruxelles, Archives générales du Royaume, Conseil Privé Espagnol, Carton no 1123, Ursulines de Mon (...)

13En ce qui concerne les ursulines, si renommées (et avec justice) pour l'éducation chrétienne et civile, Fénelon aurait cependant tort de s’inquiéter de leurs aptitudes pédagogiques26. En effet, si on compare les textes majeurs qui fondent l’œuvre d’éducation des religieuses de la congrégation de Bordeaux, en usage à Mons et à Valenciennes, et les écrits du prélat pédagogue, on ne peut que reconnaître la communauté d’esprit qui les anime. Peu avant leur arrivée à Mons, en 1646, les ursulines de Namur exposent longuement les buts de leur apostolat auprès des jeunes filles. Ainsi, elles se proposent : Après le zèle et la gloire de Dieu, et leur propre salut, de tenir eschole publique, et instruire les filles tant en la doctrine chrestienne, piété, et bonnes moeurs, qu'à lire et escrire, et leurs monstrer toute sorte d’ouvrages et arts convenables a leur sexe, a chascune selon sa qualité et condition, aux pauvres pour gagner leur vie, a celles de maison pour fuir l'oisiveté, le tout gratis, et sans prétendre aucun salaire, soit du publique ou du particulier, notament ez Escholes dominicales qu'elles tiennent ouvertes pour les servantes et pauvres filles de mestier, oultre plusieurs instructions spirituelles ensuite de l'obligation précise (de leur règle)27.

  • 28 Reglements pour les religieuses de Sainte-Ursule de la Congrégation de Paris. Divisez en trois liv (...)
  • 29 Ph. ANNAERT, Vie religieuse féminine et éducation..., op. cit., t. 5, p. 702-716 ; Au fil du temps (...)

14À ce programme à première vue bien modeste, la plupart des écoles de l’ordre ajoutent encore l’arithmétique et, en Flandre comme en Brabant, l’étude d’une troisième langue, en l’occurrence le flamand, langue véhiculaire de ces régions, à côté de celle du français et du latin liturgique28. Enfin, l’éducation d’une jeune fille de la bonne société passe également par l’apprentissage plus ou moins poussé du chant, de la musique et de la peinture. Au XVIIe siècle, des écoles comme Ruremonde, Amiens ou Tournai sont d’ailleurs fort réputées dans ces différents domaines29.

  • 30 Regle de S. Augustin et Constitutions des Religieuses de Ste Ursule de l’Institut de Bourdeaux, Li (...)

15Comme Fénelon, les ursulines accordent une grande importance à la formation doctrinale et à l’éducation morale de leurs élèves. Ce double but quelles poursuivent est rappelé à toutes celles qui veulent s’engager dans cette vie exigeante de maîtresse d’école qui est la leur : Elles doivent estre fort zélées à leur vocation, & au salut des ames. Elles instruisent les Pensionnaires avec un tres grandzèle en la piété, en la crainte de Dieu, à quitter Ce péché, £ à pratiquer les vertus qui luy sont contraires, afin que Dieu en soit servy par après30.

  • 31 Mons, Archives des Ursulines, B 3, Réflexions sur le chapitre 29 de nos constitutions, c. 1670.

16Dès le XVIIe siècle, les ursulines s’investissent dans l’élaboration d’une pédagogie appropriée à leurs jeunes élèves. Elles font appel à des faits concrets et à des histoires pieuses pour illustrer les principaux fondements de la religion chrétienne. Surtout, comme l’exige Fénelon luimême, elles se posent en exemple pour leurs disciples. C’est leur vertu et leur piété, plus que leurs paroles, qui peuvent porter à suivre le Seigneur : Au contraire, si je n’aÿ que des paroles, quelque belles, quelque éloquentes, et quelque bien choisies qu’elles puissent estre, j’aÿ lieu de craindre que je nefasse peu defruit, parce que je détruirai par mes actions ce que je me seraÿ proposé d’établir par mes paroles. J’en pourvois fraper l’air, mais non pas toucher les cœurs. Le langage des exemples est bien plus persuasif que les discours les plus éloquents31.

  • 32 Ainsi les ursulines présentent-elles leur projet éducatif au magistrat de Liège dans le livre qu’e (...)

17À l’encontre d’une éducation monastique traditionnelle, les ursulines considèrent aussi, dès 1626, que leur enseignement s’adresse non pas à de futures moniales, mais bien à des mères de famille en puissance, à des jeunes personnes qui auront un jour la lourde responsabilité de former leurs enfants à la piété et aux vertus : L'instructio (n) des filles, & signamme(n)t de celles qui aspirent à l'estat de mariage, est d’auta(n)t plus importante, que plus il semble estre du devoir des mères, (de) soigner le mesnage, & avoir l'œil sur la bonne adresse des enfans, que non pas des pères32.

  • 33 E. BINET, De l’excellence..., Espitre dedicatoire, f° l.
  • 34 E. BINET, De l'excellence..., Espitre dedicatoire, f° 2v et 3r.

18Il y va de l'honneur e t du bonheur desfamilles, voire des Républiques, que les filles soient bien instruites33. En effet, combien davantage les petits enfans qui sont continuellement à l’entour de leur mère, si elle a esté bie (n) dressée & reste vertueuse, tireront ils, d retiendront quelques agreables senteurs de ses vertus ?34

  • 35 La Règle de S. Augustin a l’usage des religieuses de son ordre dittes de la Congrégation de Nostre (...)

19D’autres pédagogues du XVIIe siècle font preuve de préoccupations fort semblables. Ainsi, dès 1617, saint Pierre Fourier enjoint aux sœurs de la Congrégation de Notre-Dame (présentes comme les ursulines dans le diocèse de Cambrai) de penser : Souvent à la necessité de l'instruction de la jeunesse en ces siècles sy pervers & dangereux, à l'importance de bien dresser les petites filles & de bonne heure, pour quelque iour se gouverner sainctement & leurs familles, à la dignité de cette fonction, & au grand salaire que Nostre Seigneur luy prepare35.

  • 36 P. FOURIER, Le primitif et légitime esprit de l’Institut des filles de la Congrégation de Notre-Da (...)

20Ailleurs, il précise le rôle spécifique de la femme dans la société. Les jeunes filles, éduquées par les sœurs de la Congrégation de NotreDame, ont, à ses yeux, une mission essentielle à remplir auprès de leur entourage : Toutes les... jeunes écolières..., étant quelque jour plus avancées en âge, et devenues maîtresses ou mères de familles, enseigneront chez elles... à leurs petites gens ; et par leur bon exemple et sages remontrances, instruiront tous leurs domestiques, et garçons, et filles, et serviteurs, et servantes, et les dresseront à la piété et crainte de Dieu, et tes exerceront en toutes sortes de bonnes œuvres sortables à leur condition. Et sera par ce moyen établie dans les familles la connaissance de Dieu, fa dévotion, l’obéissance, fa paix, et le repos, fa patience et fa pratique des œuvres de miséricorde, ainsi qu'il se voit déjà maintenant en plusieurs lieux par la grâce de Dieu36.

  • 37 FÉNELON, Éducation des filles, p. 92.
  • 38 La Regle de S. Augustin, conforme aux Constitutions des Religieuses de Saincte Ursule, selon leur (...)

21À la suite des ursulines et des chanoinesses de Notre-Dame de son diocèse, Fénelon déclare qu’une femme judicieuse, appliquée et pleine de religion, est Pâme de toute une grande maison ; elle y met l'ordre pour les biens temporels et pour le salut37. On retrouve encore ce souci du rôle primordial joué par la femme chrétienne au sein de sa famille, dans les règles des ursulines de Bordeaux. Elle est, avant toute chose, la première éducatrice de ses enfants : Elles (les mères régentes) auront à coeur à ce que les Mères de famille, qui auront esté leurs disciples, enseignent, ou facent enseigner la première doctrine Chrestienne à leurs enfans, & domestiques, & qu’elles les eslevent à toute piété... car les Mères peuvent plus contribuer à la bonne education des enfans & filles, que les (pères, qui ne les ont continuellement pres d’eux comme Mères38.

  • 39 FÉNELON, Avis à une dame de qualité sur l’éducation de mademoiselle sa fille, dans Éducation des f (...)

22Cette communauté de vues qu’on retrouve dans les écrits de Fénelon et dans les textes fondateurs des principales congrégations enseignantes du diocèse de Cambrai explique fort bien la confiance que l’archevêque accorde à l’éducation conventuelle telle qu'elle se pratique chez les ursulines et les chanoinesses de la Congrégation de Notre-Dame. À toute dame de qualité qui s’interroge sur l’éducation qu’il convient de donner à sa fille, Fénelon déclare que, faute de posséder elles-mêmes les qualités pédagogiques requises, le plus sûr parti pour les mères est de confier aux couvents le soin d’élever leurs filles. Encore faut-il qu’elles vérifient au préalable que l’éducation des pensionnaire y soit exacte et qu’elles évitent à la fois les couvents mondains et les monastères trop repliés sur eux-mêmes par un excès de ferveur contemplative.39

23Si l’éducation des jeunes filles de la bonne société semble assurée dans le diocèse de Cambrai, l’instruction des filles pauvres demande sans doute plus d’attention de la part du nouvel archevêque. Bien sûr, écoles dominicales, filles de Notre-Dame et de Sainte-Agnès, ursulines, chanoinesses de Notre-Dame, badariennes et autres filles dévotes prodiguent tous leurs soins aux enfants issus du prolétariat urbain. Mons, Valentiennes, Cambrai et Ath sont ainsi pourvues d’une ou de plusieurs écoles gratuites. La création du Badar de Cambrai, en 1707, à laquelle Fénelon ne doit pas être étranger, vient encore renforcer ce réseau d’enseignement urbain. En revanche, la jeunesse des campagnes ne doit compter que sur les seules écoles animées par le clergé paroissial ou subsidiées par la municipalité. Si ce type d’établissement est loin d’être inexistant dans le diocèse, la qualité de l’instruction dépend fort de la motivation et de la bonne formation des maîtres d’écoles. Souvent, faute de moyens, c’est d’ailleurs un homme qui enseigne à la fois les filles et les garçons du village, au mépris des règles de la bienséance rappelées régulièrement par le clergé.

  • 40 E. MATTHIEU, La congrégation des sœurs de Saint-François de Sales de Leuze. Notice historique, Bru (...)

24À Cambrai comme dans d’autres diocèses, le manque de maîtresses d’école est ainsi flagrant dans les campagnes. C’est finalement à cette carence que Fénelon devra surtout porter remède au cours de son épiscopat. Très vite, il rencontre heureusement un prêtre soucieux comme lui de l’éducation des filles en milieu rural et de la formation des maîtresses d’école. C’est à une date incertaine mais sans doute peu après l’arrivée du prélat sur le trône épiscopal que l’abbé Jean-François Baudescot institue à Valenciennes les sœurs de Saint-François de Sales, destinées à l’instruction gratuite des jeunes filles pauvres de la cité. Originaire d’Aubechies, paroisse du ressort de Cambrai, Maître Baudescot appartient cependant au clergé du diocèse voisin de Tournai. Ancien curé d’Ère, il est alors président du séminaire dont le clergé tournaisien dispose auprès de l’université de Douai40.

  • 41 Il est possible que cette Marguerite Ardembourg puisse être identifiée à une maîtresse d’école hom (...)
  • 42 J.B. J. CROCQUET, Histoire de Maulde, Tourcoing, 1926.
  • 43 M. LEBLANC, « Les filles de Notre-Dame et les ursulines à Tourcoing », dans Bulletin du comité fla (...)
  • 44 Celles, Archives des Salésiennes, Dossiers des maisons filiales.

25Dans son entreprise, l’abbé Baudescot s’associe à une fille dévote, Marguerite Ardembourg, qui tient déjà école dans une maison qu'elle possède à Valenciennes41. En 1699, cette demoiselle lui lègue d’ailleurs par testament cet immeuble dit du Lion d’or, où l’année suivante elle habite encore avec deux sœurs et une douzaine de pensionnaires. Très vite également, le fondateur réunit à sa congrégation une poignée de filles dévotes qui, depuis 1697, instruisent les fillettes du village de Maulde, sous la direction du curé du lieu42. Un an plus tard, c’est à Tourcoing, que les sœurs de Saint-François de Sales s’établissent43. Les fondations se succèdent alors à un rythme régulier. Aux alentours de 1700, sont créées les maisons de La Hamaide et d’Ellignies-Sainte-Anne. Ensuite, apparaissent Leuze, en 1707, Antoing, en 1712, et Ath, en 1713. Dans le courant du XVIIIe siècle, on trouve encore des sœurs à Braine-le-Comte, à Douchy, à Iwuy, à Quaregnon, à Saint-Sauveur ou à Villers-en-Cauchie, autant de localités qui appartiennent pour la plupart au diocèse de Cambrai44.

  • 45 Celles, Archives des Salésiennes, Règle du 2 mai 1701.

26Curieusement, en effet, alors que la maison du Lion d’or, siège principal de la congrégation, appartient au diocèse d’Arras, et que lui-même dépend canoniquement de l’évêque de Tournai, l’abbé Baudescot semble vouloir placer ses sœurs, dès l’origine, sous l’obédience de l’archevêque de Cambrai. Il le déclare en tête des statuts primitifs qu’il rédige pour le jeune institut. S’il lègue l’ensemble de ses biens aux filles de Saint-François de Sales, c’est pour établir des écoles des filles dans Ce diocèse de Cambray45. Ensuite, la ville de Valenciennes n’est pas destinée à rester le siège de la maison mère. Celle-ci doit se situer dans une cité du voisinage des lieux où ses biens sont scituez, c’est-à-dire proche d’Aubechies, d’Ellignies, de Thumaide, de Bliquy et d’Ère. La fondation d’une école à Leuze, du vivant même de Baudescot, puis d’une autre à Ath, vient confirmer ce projet du fondateur. Toutefois, son décès prématuré en 1709 empêche le transfert de la maison principale de la congrégation de Valenciennes à Leuze.

  • 46 Bruxelles, Archives générales du Royaume, Jointe des Amortissements, no 844, Mémoire pour les maît (...)

27En 1701, Fénelon en personne est sollicité pour approuver les premiers statuts de la congrégation. Dans ce texte qui semble l’œuvre personnelle de Baudescot, on trouve cependant la marque du prélat. Le but qui apparaît clairement dans les constitutions primitives et qui est rappelé à maintes reprises par les supérieurs de la congrégation au XVIIIe siècle, est d’établir des maîtresses d’école dans les villages et les petits lieux où il n’y en avoit point qui enseignassent aux jeunes filles de la campagne à lire et ecrire, le catéchisme, et les petit métiers convenables à leur sexe : tel que coudre, Casser, filler, faire de la dentelle46.

  • 47 FÉNELON, Éducation des filles, p. 106 ; J. LE BRUN, éd., Fénelon : Œuvres, t. 1, p. 162.

28N’est-ce pas là la mission primordiale que l’auteur de l’Éducation des filles confie à toute demoiselle de qualité ? C’est en tous cas le devoir du seigneur sur ses terres, du curé dans sa paroisse ou de l’évêque dans son diocèse : Les filles qui ont une naissance et un bien considérable ont besoin d’être instruites des devoirs des seigneurs dans leurs terres. Dites-leur donc ce qu’on peut faire pour empêcher les abus, les violences, les chicanes, les faussetés si ordinaires à la campagne. Joignez-y les moyens d’établir de petites écoles, et des assemblées de charité pour le soulagement des pauvres malades. Montrez aussi le trafic qu'on peut quelquefois établir en certains pays pour y diminuer la misère ; mais surtout comment on peut procurer au peuple une instruction solide et une police chrétienne47.

  • 48 FÉNELON, Éducation des filles, p. 116-117 ; J. LE BRUN, éd., Fénelon : Œuvres, t. 1, p. 169.

29Mais pour se donner les moyens d’une telle politique d’instruction publique, il est nécessaire d’assurer la formation des maîtresses qui prendront en charge pareilles écoles rurales. Aussi, Fénelon préconise-t-il de sélectionner avec soin ces institutrices, comme on doit le faire d’une future gouvernante, voire d’assurer leur formation dans quelque institution spécialisée : Mais enfin il faut un instrument propre à l'éducation : car les choses les plus simples ne se font pas d’elles-mêmes, et elles se font toujours mal par les esprits malfaits. Choisissez donc, ou dans votre maison, ou dans vis terres, ou chez vos amis, ou dans les communautés bien réglées, quelque fille que vous croirez capable d'être formée ; songez de bonne heure à la former pour cet emploi, et tenez-la quelque temps auprès de vous pour l'éprouver, avant que de lui confier une chose si précieuse. Cinq ou six gouvernantes formées de cette manière seraient capable d’en former bientôt un grand nombre d'autres... Les communautés religieuses et séculières, qui s’appliquent selon leurs instituts à élever des filles, pourraient aussi entrer dans ces vues pour former leurs maîtresses de pensionnaires et leurs maîtresses d’école48.

  • 49 Celles, Archives des Salésiennes, Règle du 2 mai 1701, f° 1r.

30Voilà esquissé en quelques phrases, dès 1687, le projet auquel Jean-François Baudescot va bientôt donner vie. Comme le soulignent les statuts primitifs, approuvés par Fénelon : C’est dans cette (première) maison... qu'on formeras des maitresses d'école pour les autres lieux du diocese où l'on pourras en envoier... Il ÿ aura dans cette maison outre la superieure qui conduiras tous l'ouvrage de la fondation une maitresse particuliere pour former les novices, qui se voudrons engager dans cette petite societé49.

  • 50 Celles, Archives des Salésiennes, Règle du 2 mai 1701, f° 1v.

31La maison mère joue ainsi le rôle de maison de formation pour les maîtresses d’école du diocèse. Les candidates s’engagent toutes dans l’institut de Saint-François de Sales par des vœux simples de chasteté et d’obéissance quelles renouvellent chaque année50. Les maîtresses de charité de Jean-François Baudescot sont donc des vierges consacrées qui vivent dans le siècle par groupes de deux ou trois. Elles partagent ce statut avec beaucoup de filles dévotes qui se consacrent alors à l’éducation des filles sans pour autant vivre en communauté.

  • 51 Celles, Archives des Salésiennes, Règle du 2 mai 1701, f° 1r.

32Le noviciat est avant tout une école de sainteté, où la vertu et les qualités morales de chaque candidate sont durement éprouvées : Ce noviciat dureras deux ans, parce qu’on ne scauroit trop s’assurer de la vertu des filles qu’on aura besoin d’exposer dans des lieux ecartez et qui devront être des sources de graces pour tout leur sexe... On ne pourra point (es envoier de la maison en d’autre lieu pour tenir leurs ecoles avant l'age de vingte cinq ans au moins et apres les avoir tres soigneusement eprouvées51.

  • 52 Règlement pour la congrégation, p. 16-17.

33La formation reçue à la maison mère préfigure cependant celle que dispensent les écoles normales que le XIXe siècle verra se multiplier. Les jeunes filles qui se présentent doivent témoigner des qualités tant physiques qu’intellectuelles, indispensables à une future maîtresse d’école. Leurs connaissances de base sont examinées et ensuite complétées pour les rendre aptes à enseigner : On ne recevra dans ce notariat, que des filles de bonne santé, d’un bon naturel, de bonne poitrine & de bonne voix ; âgées au moins de dix-huit ans ; d’une conduite irréprochable, qui scachent lire & écrire, l'orthographe & au moins les premiers principes de la langue françoise ; les premieres règles de l'arithmétique ; l'art de compter aux jets ; & quelqu’un des petits métiers, qu’on enseigne aux jeunes filles, ou du moins qui aient des dispositions suffisantes pour apprendre ces petites sciences pendant leur noviciat. On n’en recevra aucune qui ait quelque défaut notable d'esprit ou du corps qui puisse lafaire mépriser par les enfans52.

  • 53 Celles, Archives des Salésiennes, Règle du 2 mai 1701, f°2v-3f ; Règlement pour la petite congréga (...)
  • 54 Règlement pour la petite congrégation, Préface, f°8v-9r.

34À première vue, l’abbé Baudescot n’envisage pas de former des maîtresses d’école qui ne s’engageraient pas dans la congrégation. Toutefois, la règle prévoit que les sœurs puissent à tout moment renoncer à leur engagement et retrouver leur liberté d’action, quitte à fonder une famille53. De plus, l’enseignement que les maîtresses de charité donnent à leurs écolières et aux pensionnaires quelles accueillent dans leurs maisons paraît suffisamment poussé pour permettre à des jeunes filles douées de tenir école à leur tour, dès la fin de leurs études54.

  • 55 À la mort de Fénelon, les agglomérations de moins de deux mille habitants regroupent encore 74 % d (...)

35Ainsi, à peine Fénelon accède-t-il au siège de Cambrai, qu’il trouve sur sa route un homme de bien, un prêtre zélé et ambitieux, qui partage avec lui ce souci de l’éducation des filles. Prenant l’initiative d’une œuvre qui rencontre l’adhésion sans réserve du nouvel archevêque, Jean-François Baudescot se fait ainsi l’instrument de la politique du prélat en matière d’enseignement. Dans un diocèse encore en grande partie rural55, où les cités sont déjà bien pourvues en établissements scolaires de toute sorte, c’est en faveur de la jeunesse pauvre des campagnes que l’ancien curé d’Ère va consacrer les dernières années de sa vie. Pour la seule gloire de Dieu, il dote le diocèse qui l’a vu naître d’une pépinière de maîtresses d’école susceptibles de prendre en charge l’instruction chrétienne des enfants des villages et des petits bourgs du Hainaut et du Cambrésis.

  • 56 Il est possible en effet que l’abbé Baudescot n’ait pas pleinement partagé les opinions janséniste (...)
  • 57 Comme il s’agissoit du bien public de l'Église, & spécialement du diocèse de Cambrai dont il était (...)

36Est-ce l’arrivée à Cambrai d’un homme dont il partage les vues sur le plan pédagogique, voire même spirituel56, qui le pousse ainsi à s’investir en dehors du cadre tournaisien où il a fait carrière ? Est-ce plus simplement l’attachement à son terroir d’origine qui l’incite à consacrer sa fortune à l’éducation des filles du plateau de Leuze et des alentours ? Sur ses motivations profondes, Jean-François Baudescot ne s’est pas confié et de ses rapports avec Fénelon, seuls témoignent à première vue les statuts primitifs de sa congrégation. La communion d’esprit entre les deux hommes s’impose pourtant, comme le souligne la tradition écrite qui les associe volontiers dans la fondation des filles de Saint-François de Sales57.

Notes

1 J. LE BRUN, éd., Fénelon : Œuvres, t. 1, Paris, 1983 ; FÉNELON, Éducation des filles. Fables. Lettre à l'Académie française, Paris, s. d.

2 Fondé en 1645, ce monastère aurait été dissous pour des raisons financières dès 1654. M. de CHANTAL GUEUDRE, Histoire de l'ordre des ursulines en France, t. 2, Paris, 1960, p. 89.

3 J. PRÉVOT, La première institutrice de France. Madame de Maintenon. Paris, 1981, p. 20-26 ; Th. LAVALÉE, Madame de Maintenon et la maison royale de Saint-Cyr (1686-1793), Paris, 1862, p. 43-78.

4 H. DRUON, Fénelon, archevêque de Cambrai, 3e édit., Paris, 1905, 2 vol.

5 E. PUT, De cleyne schoolen. Het volksonderwijs in het hertogdom Brabant tussen Katholieke Reformatie en Verlichting (eind 16de eeuw-1795), Louvain, 1990, p. 23-34.

6 Sur l’instruction élémentaire à la fin du moyen âge dans les villes du nord de la France, voir A. DERVILLE, « L’alphabétisation du peuple à la fin du Moyen Âge », dans Revue du Nord, 1984, p. 761-776.

7 A. LOTTIN, « Contre-Réforme et instruction des pauvres. Le rôle des écoles dominicales vu à travers les initiatives hennuyères et lilloises », dans CAUCHIES, J.-M. DUVOSQUEL, Recueil d’études d’histoire hennuyère, t. 2, Mons, 1983, p. 195-206.

8 A. DUCARME, Notice sur le couvent des sœurs pénitentes récollectines de Braine-le-Comte, Braine-le-Comte, 1890 ; P. ANNAERT, « 1483-1987. Les sœurs noires à Mons : cinq siècles de vie consacrée »,dans Le couvent des sœurs noires à Mons, Mons, 1995, p. 8-19, 73-74.

9 C’est le cas notamment des chanoinesses de la Thure, à Solre-sur-Sambre. Mons, Archives de l’État, Cartulaire no 111, Mémoire des personnes qui sont mortes et enterrées, XVIIe-XVIIIe siècles ; Mémoire sur les droits de sacrements, 1716.

10 A. LOTTIN, « Réforme catholique et instruction des filles pauvres dans les Pays-Bas méridionaux : les filles de Sainte-Agnès et leur mise en cause à Rome dans l’affaire des « jésuitesses » (15691645) », dans Les religieuses enseignantes, Angers, 1981, p. 21-30.

11 Sur Mary Ward et son œuvre, voir principalement J. GRISAR. Die ersten Anklagen in Rom gegen das Institut Maria Wards (1622), Rome, 1959 ; Maria Wards Institut vor Römischen. Kongregationen (1616-1630), Rome, 19G6 ; R. PILLORGET, « Mary Ward ou la ténacité (1585-1645) », dans Les religieuses enseignantes, Angers, 1981, p. 9-20.

12 C’est ainsi que les sœurs noires de Mons, du Quesnoy et do Maubeuge reçoivent un legs au décès de l’archevêque, après avoir joui de ses faveurs durant son épiscopat. Mons. Archives de l’État, Archives locales, P 1010, Reçu de la supérieure des sœurs noires du Quesnoy, 21 août 1644 ; P 1011, Reçu de la supérieure des sœurs noires de Maubeuge, 1644 : Ph. ANNAERT. « 1483-1987. Les sœurs noires à Mons », op. cit., p. 14.

13 C. ROUSSELLE, « L’abbaye de la Paix-Notre-Dame ou des bénédictines de Mons », dans Annales du cercle archéologique de Mons, 1878, p. 520-538 ; Ph. ANNAERT. Vie religieuse féminine et éducation entre Somme et Rhin. Les ursulines et leurs collèges aux XVIIe et XVIIIe siècles, Thèse inédite, t. 2, Bruxelles, 1990, p. 15-16.

14 Les ursulines sont fondées à Brescia en 1535, par sainte Angèle Merici (c. 1474-1510). Sur l’œuvre pédagogique des ursulines, leurs origines italiennes et leur développement au XVIIe siècle, voir surtout L. MARIANI, E. TAROLLI, M. SEYNAEVE, Angèle Merici. Contribution pour une biographie, Milan, 1987 ; T. LEDOCHOWSKA, Angèle Merici et la Compagnie de Sainte-Ursule à la lumière des documents, Rome-Milan, 1968 ; Ph. ANNAERT, Les collèges au féminin. Les ursulines : enseignement et vie consacrée aux XVIIe et XVIIIe siècles, Namur, 1992 ; M. de CHANTAL GUEUDRE, Histoire de l’ordre des ursulines en France..., op. cit., Paris, 1957-1963, 3 vol ; Ph. ANNAERT, Vie religieuse féminine et éducation, t. 2, passim.

15 Mgr Van der Bureh craignait principalement que l’exemple des ursulines, moniales enseignantes qui conciliaient parfaitement la stricte clôture et l’instruction quotidienne des enfants pauvres, ne vienne ruiner ses moyens de défense des filles séculières non cloîtrées qu’il protégeait alors. Son opposition fut une des causes essentielles de l’échec des fondations commencées par les ursulines de Givet à Maubeuge, en 1632, et à Mons, en 1633. En revanche, la protection de l’évêque de Namur, Mgr Englebert Desbois, permit aux filles de sainte Angèle Merici de s’établir à Namur, en 1636, pour revenir ensuite fonder à Mons, où elles avaient reçu des biens considérables quatorze ans plus tôt. Ph. ANNAERT, Vie religieuse féminine et éducation..., op. cit., t. 2, p. 118-125, 142-145, 158-160.

16 Les ursulines de Bordeaux sont présentes également à Niort où Madame de Maintenon fut quelques mois leur pensionnaire. J. PREVOT, La première institutrice de France, p. 14.

17 La maison mère de ces quatre monastères est le couvent du faubourg Saint-Jacques où Madame de Maintenon fut également pensionnaire et dont Fénelon put observer les usages tout à loisir au cours de son long séjour parisien. M.-A. JÉGOU, Les ursulines du faubourg Saint-Jacques à Paris (1607-1662). Origine d’un monastère apostolique, Paris, 1981.

18 Ph. ANNAERT, Vie religieuse féminine et éducation..., op. cit., t. 2, passim.

19 Ph. ANNAERT, Vie religieuse féminine et éducation, op. cit., t. 2, p. 26.

20 Saint-Saulve, Archives des Ursulines, Z, Fonds Loridan, Clergé régulier, Notice sur le monastère de Notre-Dame des Anges. Sur la congrégation de Notre-Dame, fondée en 1598 par saint Pierre Fourier et la bienheureuse Alix Leclerc, voir H. DERRÉAL, Un missionnaire de la Contre-Réforme. Saint Pierre Fourier et l’institution de la Congrégation de Notre-Dame, Paris, 1965.

21 Saint-Saulve, Archives des Ursulines, Z, Fonds Loridan, Clergé régulier, Notice sur la congrégation de la Sainte-Famille ; Kraainem, Archives de la Visitation, Lettre circulaire de la Visitation de Mons, 4 février 1764 ; Histoire de la vie de Mademoiselle Françoise Badar, fondatrice et première supérieure de la Congrégation des filles de la SainteFamille à Valenciennes, Liège, 1726 ; H. BOUSSEMENT, Le Badar de Cambrai, Cambrai, 1900.

22 M. DE VROEDE, « Kwesels » en « Zusters ». De geestelijke dochters in de Zuidelijke Nederlanden. 17de en 18de eeuw, Bruxelles, 1994, p. 97-109.

23 Kraainem, Archives de la Visitation, Lettre circulaire de la Visitation de Mons, 9 avril 1744.

24 Kraainem, Archives de la Visitation, Lettre circulaire de la Visitation de Mons, 16 mars 1714.

25 Ce fait s’explique largement par la non-résidence des successeurs de Fénelon. Mons, Archives des Ursulines, B 10, Registre des professions ; B 11, Registre des élections.

26 Comme l’indiquent à plusieurs reprises les supérieures de la Visitation, ces révérendes mères... se distinguent si fortpar leur zèle à instruire la jeunesse. Kraainem, Archives de la Visitation, Lettres circulaires de la Visitation de Mons, ler juillet 1688, 21 novembre 1737 et 30 janvier 1789.

27 Bruxelles, Archives générales du Royaume, Conseil Privé Espagnol, Carton no 1123, Ursulines de Mons, Requête apostillée le 5 mai 1646.

28 Reglements pour les religieuses de Sainte-Ursule de la Congrégation de Paris. Divisez en trois livres, Paris, 1673, I, p. 211 ; Mons, Archives des Ursulines, B 2G, Prières et devoirs de la quatrième et de la cinquième classe ; Bruxelles, Archives générales du Royaume, Conseil Privé Espagnol, Carton no 1126, Ursulines de Mons, Requête au bailli de Gand, 27 septembre 1664.

29 Ph. ANNAERT, Vie religieuse féminine et éducation..., op. cit., t. 5, p. 702-716 ; Au fil du temps. L’art de la broderie chez les ursulines au XVIIe siècle, Amiens, 1992.

30 Regle de S. Augustin et Constitutions des Religieuses de Ste Ursule de l’Institut de Bourdeaux, Lille, 1660 (Constitutions de Mons), III, Chapitre IX, Des Mères des Pensionnaires, p. 91-92.

31 Mons, Archives des Ursulines, B 3, Réflexions sur le chapitre 29 de nos constitutions, c. 1670.

32 Ainsi les ursulines présentent-elles leur projet éducatif au magistrat de Liège dans le livre qu’elles lui dédient. E. BINET, De l’excellence de la vie religieuse des Filles de Nostre Dame et de S. Ursule, Liège, 1626, Espitre dedicatoire, f°2.

33 E. BINET, De l’excellence..., Espitre dedicatoire, f° l.

34 E. BINET, De l'excellence..., Espitre dedicatoire, f° 2v et 3r.

35 La Règle de S. Augustin a l’usage des religieuses de son ordre dittes de la Congrégation de Nostre-Dame, suivi de Estat. Règlements et Statut des religieuses (1617), Nancy, 1647, Constitutions de 1617, Première partie, p. 19.

36 P. FOURIER, Le primitif et légitime esprit de l’Institut des filles de la Congrégation de Notre-Dame, Clermont-Ferrand, 1855, p. 19-20.

37 FÉNELON, Éducation des filles, p. 92.

38 La Regle de S. Augustin, conforme aux Constitutions des Religieuses de Saincte Ursule, selon leur Institut nouvellement approuvé & confirmé par le S. Siège Apostolique l’an 1618. le 5. de Febvrier, à l'instance du Seig. Illustriss. Cardinal de Sourdis Archevesque de Bourdeaux & Primat d’Aquitaine, Liège, 1650, p. 132-133.

39 FÉNELON, Avis à une dame de qualité sur l’éducation de mademoiselle sa fille, dans Éducation des filles, p. 120-121.

40 E. MATTHIEU, La congrégation des sœurs de Saint-François de Sales de Leuze. Notice historique, Bruxelles, 1887 ; Ph. ANNAERT, « Les filles dévotes enseignantes dans le Hainaut et le Tournaisis aux XVIIe et XVIIIe siècles », dans De Leiegouw, 1987, t. 29, p. 3-10.

41 Il est possible que cette Marguerite Ardembourg puisse être identifiée à une maîtresse d’école homonyme qui est soupçonnée de jansénisme à Mons dans les années 1680. É. JACQUES, « Les sympathies jansénistes à Mons à la fin du XVIIe siècle », dans Annales du cercle archéologique de Mons, 1965-1967, t. 66, p. 249-309.

42 J.B. J. CROCQUET, Histoire de Maulde, Tourcoing, 1926.

43 M. LEBLANC, « Les filles de Notre-Dame et les ursulines à Tourcoing », dans Bulletin du comité flamand de France, 1923, p. 128-142.

44 Celles, Archives des Salésiennes, Dossiers des maisons filiales.

45 Celles, Archives des Salésiennes, Règle du 2 mai 1701.

46 Bruxelles, Archives générales du Royaume, Jointe des Amortissements, no 844, Mémoire pour les maîtresses de charité de la fondation du prêtre Jean François Baudescot, 1755 ; Celles, Archives des Salésiennes, Règle de 1701 ; Règlement pour la petite congrégation des maîtresses de charité sous l’invocation de St. François de Sales, de la fondation de Maître Jean-François Baudescot, Mons, 1750.

47 FÉNELON, Éducation des filles, p. 106 ; J. LE BRUN, éd., Fénelon : Œuvres, t. 1, p. 162.

48 FÉNELON, Éducation des filles, p. 116-117 ; J. LE BRUN, éd., Fénelon : Œuvres, t. 1, p. 169.

49 Celles, Archives des Salésiennes, Règle du 2 mai 1701, f° 1r.

50 Celles, Archives des Salésiennes, Règle du 2 mai 1701, f° 1v.

51 Celles, Archives des Salésiennes, Règle du 2 mai 1701, f° 1r.

52 Règlement pour la congrégation, p. 16-17.

53 Celles, Archives des Salésiennes, Règle du 2 mai 1701, f°2v-3f ; Règlement pour la petite congrégation, p. 31.

54 Règlement pour la petite congrégation, Préface, f°8v-9r.

55 À la mort de Fénelon, les agglomérations de moins de deux mille habitants regroupent encore 74 % de la population du diocèse. G. DEREGNAUCOURT, De Fénelon à la Révolution : le clergé paroissial de l’archevêché de Cambrai, Lille, 1991, p. 18.

56 Il est possible en effet que l’abbé Baudescot n’ait pas pleinement partagé les opinions jansénistes du clergé tournaisien de l’époque. La charge de président du séminaire Moulart, puis du séminaire de Tournai, qu’il exerce à Douai peu après 1691, ne doit pas faire illusion. À cette date, le clergé tournaisien est formé dans un nouveau séminaire, installé à Lille de 1673 à 1689, puis à Wez et finalement à Tournai. Cette institution est dirigée par des prêtres à la dévotion de l’évêque janséniste Gilbert de Choiseul. Il est d’ailleurs troublant de relever que des divergences spirituelles de cette nature sont évoquées pour justifier la rupture, en 1732, entre la maison mère de Valenciennes et les sœurs du Hainaut autrichien, qui se regroupent autour de la maison de Leuze. La maison mère demeure alors farouchement attachée à l’obédience arrageoise de ses origines, obédience contre laquelle Baudescot paraît pourtant vouloir prémunir sa congrégation quand il la place officiellement, en 1701, sous la juridiction directe et exclusive de l’archevêque de Cambrai, dont l’opinion antijanséniste est connue. Cette option fondamentale du fondateur explique sans doute le clivage qui semble s’installer très tôt entre les maisons du ressort de Cambrai et celles qui n’en sont pas, soit celles de Valenciennes et de Tourcoing. Les fondatrices de ces deux communautés, Marguerite Ardembourg et Jeanne-Catherine Conrart, sont d’ailleurs soupçonnées de jansénisme à l’un ou l’autre moment de leur existence. Bruxelles, Archives générales du Royaume, Jointe des Amortissements, no 844 ; M. LEBLANC, « Les filles de Notre-Dame », op. cit., p. 131 ; L. MAHIEU, Jansénisme et antijansénisme dans les diocèses de Boulogne-sur-Mer et de Tournai, spécialement dans la région lilloise, Lille, 1948, p. 61.

57 Comme il s’agissoit du bien public de l'Église, & spécialement du diocèse de Cambrai dont il était enfant ; il ne fit rien sans consulter son archevêque, qui était alors Messire de Fénelon de Salignac, dont la mémoire est & sera toujours en benediction. Règlement pour la petite congrégation, Préface, f° 6r.

Auteur

CEDEM-Bruxelles

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540