Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fénelon, évêque et pasteur en son temps (1695-1715)

 | 
Philippe Guinet
, 
Gilles Deregnaucourt

Pastorale et ecclésiologie

Fénelon et la vie religieuse des fidèles : le cas des confréries religieuses1

Philippe Desmette

Texte intégral

  • 1 Abréviations : A.D.Nord : Archives départementales du Nord (Lille) ; A.E.Mons : Archives de l'État (...)
  • 2 Il n'est pas besoin de rappeler en détail l'action de l'archevêque sur ce point. La réorganisation (...)
  • 3 On verra les quelques lignes ou au mieux les quelques pages consacrées à ce thème de Fénelon paste (...)

1Il n'est pas une biographie de Fénelon qui omette de rappeler son action pastorale remarquable. Hormis dans la question de la formation cléricale, largement étudiée2, un sentiment de redite se manifeste cependant très rapidement. Les mêmes thèmes, abordés de manière très générale, reviennent sans cesse : visites pastorales fréquentes, tournées de confirmation, administration diocésaine... Quant aux exemples précis, on peut les comptabiliser sur les doigts d'une main. Parmi les plus cités, l'affaire de la procession de Jeumont et la compréhension de l'âme flamande par Fénelon3.

  • 4 Notamment les séries 3 G et 5 G des Archives départementales du Nord. P. PIÉTRESSON DE SAINT-AUBIN (...)
  • 5 En ce qui concerne les actuelles paroisses belges que nous privilégierons ici, voir : Archives de (...)

2Encore ces éléments émanent-ils presque exclusivement des écrits littéraires ou épistolaires de l'archevêque. Il paraît pourtant difficile de saisir l'action d'un prélat, son influence sur la réalité religieuse quotidienne, sur base de ces seuls documents. Les archives épiscopales, particulièrement riches pourtant dans le cas de Cambrai, peuvent - et doivent - constituer un complément, sinon une base, incontournable4. Quant aux archives paroissiales, si souvent négligées, leur intérêt dépasse largement l'histoire locale et offre de larges ressources à de plus vastes études5.

1. Une pratique dévotionnelle largement implantée

  • 6 On verra à propos de ces dévotions spontanées : M. CLOET, « Het gelovige volk in de17 de eeuw », d (...)

3Au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, les pratiques revêtues d'un caractère contraignant pour les fidèles côtoient d'autres usages laissés au libre choix de chacun. Même si l'influence du contexte ambiant ne peut être négligée, l'engagement dans ce type de pratiques obéit à des motivations personnelles, individuelles. Sont à ranger dans cette catégorie certains pèlerinages et processions, le culte des saints, mais également les confréries religieuses sur lesquelles nous nous attarderons ici6.

  • 7 Ainsi les évêques de Gand et de Ypres. M. CLOET, Het gelovige...XVIIIde eeuw, op. cit., p. 402 ; M (...)

4Car si aucun prélat ne contraignit jamais une communauté paroissiale à instaurer en son église une quelconque confrérie religieuse, il ne faudrait pas nier toute influence de l'épiscopat sur le développement du mouvement confraternel. Le rôle de nombreux évêques flamands, mais aussi français, a déjà été démontré en cette matière7.

  • 8 Nous ne traiterons donc pas ici des confréries professionnelles, dont la fondation, les conditions (...)
  • 9 Voir à ce propos : Ph. DESMETTE, Les confréries religieuses dans le monde rural hainuyer du XVIe a (...)

5L'importance de ces confréries8, constituées d'hommes et de femmes, laïcs pour la plupart, n'exerçant pas une profession commune et réunis en vue de l'exercice de pratiques pieuses, ne fut pas mince dans le diocèse de Cambrai. A la fin de l'Ancien Régime, sur les 280 paroisses rurales du diocèse qui se situent actuellement dans la province belge du Hainaut (zone géographique qui sera privilégiée ici), 111 au moins possédaient une confrérie. Seules 3 paroisses dont les archives conservées seraient susceptibles de nous révéler la présence d'un éventuel groupement paraissent ne jamais en avoir accueilli9.

  • 10 À défaut de toute étude à leur propos, voir : R. WELLENS, Inventaire des archives de la, paroisse (...)
  • 11 Voir à ce propos : Ph. DESMETTE, « Confréries religieuses et Réforme catholique à Soignies : persi (...)

6Il est plus complexe d'estimer ce nombre à l'époque de Fénelon. En effet, la majorité des associations nous sont connues par des mentions tardives, bien postérieures à l'époque de leur fondation. Néanmoins, il s'en rencontre déjà dans plus d'une soixantaine de localités rurales, ce qui représente quelque 81 groupements. En ville, aucun doute n'est permis. Toutes les paroisses possédaient à ce moment leurs confréries, parfois proches de la dizaine : 9 à Saint-Nicolas-en-Havré de Mons en 170410, 9 également dans la modeste cité de Soignies en 169911.

7Afin d'estimer la situation des confréries sous l'épiscopat de Fénelon, de même que la position qu'il adopta envers elles, il importera certes d'aborder la question de la mise sur pied et de la réglementation des groupements, les mesures adoptées à leur égard par le prélat, mais plus encore il faudra établir - ou tenter d'établir - une comparaison avec la situation d'ensemble des XVIIe et XVIIIe siècles. Cette méthode permettra de situer et d'apprécier cet épiscopat.

2. Fondation et réglementation des groupements

  • 12 On en trouvera le texte dans : L. FERRARIS, Prompta bibliotheca, t. II, Paris, 1852, c. 1051-1055. (...)
  • 13 La première mention d'une confrérie érigée ou confirmée par l'ordinaire dans le diocèse de Cambrai (...)

8Le contrôle épiscopal sur les confréries existait bien avant l'époque de Fénelon. Instauré officiellement en 1604 par la constitution Quaecumque de Clément VIII12, nous en trouvons cependant déjà des traces au cours de la seconde moitié du XVIe siècle et particulièrement sous l'épiscopat de Louis de Berlaymont13. L'usage est donc suffisamment ancien à l'aube du XVIIIe siècle pour tenter de l'évaluer.

  • 14 La confrérie Saint-Pierre de Soignies fut instaurée en 1610 sans aucune intervention épiscopale. P (...)

9Dès les premières années du XVIIe siècle, dès 1604, exception faite d'une courte période de « rodage »14, le respect des principes instaurés par Clément VIII fut partout de mise. Ainsi, il ne se rencontre plus aucune association érigée en dehors d'une sanction épiscopale. Quant aux règlements, ils font eux aussi systématiquement l'objet d'une approbation par l'ordinaire.

  • 15 Ph. DESMETTE, Confréries..., op. cit., p. 514.
  • 16 A.E.Mons, A.P., Chièvres, no 6.
  • 17 Voir, entre autres, à ce propos : P. DELATTRE, « La confrérie du Saint-Sacrement à Antoing (1594-1 (...)

10En ce domaine, l'épiscopat de Fénelon ne se distingue en rien. Suite à la requête de quelques bourgeois et manants de Soignies, le prélat y autorisa en 1699 l’érection d’une confrérie des Sept-Douleurs15. De même approuva-t-il les règlements de nombreux groupements. Les confrères conservaient toutefois la faculté d'en élaborer les différents articles. Le curé de Tongre-Saint-Martin adressa en 1709 à l'archevêque les regles qui se doivent observer par les confrères et consoeurs de la Trinité afin qu'il les reconnaisse16. Fénelon s'inscrit de la sorte dans la pratique habituelle. Seuls les premiers prélats de la Réforme catholique, parmi lesquels Louis de Berlaymont, mais plus encore François Van der Burch, élaborèrent entièrement des statuts imposés ensuite aux associations requérantes17. Cet usage, au seuil du XVIIIe siècle n'était plus en vigueur depuis longtemps.

  • 18 A.E.Mons, Saint-Jean Décollé, no 4. 9.8.1700 et 3.10.1700.

11Cela étant, rien n'empêchait l'archevêque d’accorder une réelle attention aux requêtes à lui soumises. Mais encore une fois, son attitude exacte demeure difficile à saisir. Si nous le voyons parapher personnellement deux textes à destination de la confrérie montoise de Saint-Jean Décollé, cela constitue l'exception. L'importance des documents explique ces interventions. L'un, certifiant l'approbation canonique de la confrérie, devait permettre l'agrégation de celle-ci par la très officielle archiconfrérie romaine du même nom. Quant au second, il s'agissait des lettres d'agrégation elles-mêmes18.

  • 19 Voir par exemple les règlements des confréries de la Trinité à Tongre Saint-Martin (A.E.Mons, A.P. (...)
  • 20 Quelques habitants de Mons voulant instaurer une confrérie en leur ville n'auront d'autre recours (...)

12Les autres textes portent tous la signature d'un vicaire général et non plus de l'archevêque19. Ceci les rapproche nettement des approbations du XVIIIe siècle où les vicaires, par la force des choses, parapheront systématiquement les règlements confraternels sans aucune intervention archiépiscopale20.

  • 21 A.E.Tournai, A.P., Frasnes-lez-Buissenal, no 232. 25.9.1714.
  • 22 A.E.Mons, A.P., Huissignies, no 115. 16.11.1782.

13Les formules stéréotypées d'approbation, pratiquement toujours identiques, ne prouvent d'ailleurs en rien, malgré certaines apparences, une réelle attention de Fénelon : Monseigneur l’archevêque, duc de Cambray a approuvé et approuve les présentes règles de la confrairie de Sainte-Barbe21. L'attribution à l'archevêque de la reconnaissance relève d'un simple formalisme. Les expressions rencontrées au XVIIIe siècle laisseront d'ailleurs croire tout autant en l'aval personnel des prélats. Nous savons ce qu'il en fut : Ferdinand-Maximilien-Meriadec, Prince de Rohan, par la grace de Dieu et du Saint-Siege apostolique archevêque duc de Cambrai (...) avons approuvé et approuvons les regles et statuts ci-dessus inscrits pour être exécutés selon leurforme et teneur22.

  • 23 Statuts de la confrérie des trépassés de 1639 d'Ath, Archives de la ville d'Ath, paroisse Saint-Ma (...)

14De surcroît, en admettant même une intervention personnelle de Fénelon, il faut bien remarquer que celle-ci ne se départ pas d'une certaine tiédeur. On n'en est plus aux longs exposés imagés, allégoriques même décrivant l'intérêt et le profit offerts par ce genre de dévotion comme en écrivait jadis un François Van der Burch : Ayant recogneu par experience que les statuts et bons règlemens sont autant necessaires pour conserver et maintenir les confreries des fidels qui s'erigent journellement en l'Eglise de Dieu soubz diverses tiltres et appellations que les ramparts aux villes et les hayes aux jardins (...)23

  • 24 Règles de la confrérie de Notre-Dame de Bon-Secours canoniquement érigée en l'église paroissiale d (...)

15Un Jacques Théodore de Bryas adoptera encore un discours fort proche en 168624. Avec Fénelon, l'enthousiasme s'estompe. Les approbations deviennent plus sèches, plus directes, en un mot plus administratives. Sans nul doute, nous nous rapprochons du style en vigueur après 1715.

  • 25 Sur les pratiques pieuses valorisées par les confréries à partir du XVIIe siècle, voir : M. CLOET, (...)
  • 26 A ce propos, voir: M. THERRY, Lekenvroomheid..., op. cit., p. 198; Ph. DESMETTE, Les confréries re (...)

16Qu'en est-il maintenant du contenu des textes ? Les confréries des XVIIe et XVIIIe siècles durent adopter une série d'usages que leurs devancières, érigées en dehors d'un accord épiscopal, n’avaient pas coutume de pratiquer : confession, communion25, etc. D'autre part, certaines dimensions jugées trop peu conformes à l'idéal mis en place par la Réforme catholique sombrèrent dans l'oubli : banquet, serment, numerus clausus26. Le respect ou plus exactement la présence de ces deux principes dans les règlements approuvés par l'ordinaire permet de percevoir l'attention accordée par celui-ci aux confréries.

17Globalement, nous pouvons dire qu'aucune déviance fondamentale ne se fait jour dans les textes à l'époque de Fénelon. Les récipiendaires, il est vrai, connaissaient parfaitement la ligne à adopter pour éviter tout reproche lors de l'approbation.

  • 27 A.E.Mons, A.P., Soignies, no 405. Registre comptable de la confrérie des Sept-Douleurs, fondée en (...)
  • 28 Notamment une confrérie de Lobbes. A.E.Mons, A.P., Lobbes, no 71. Lettre d’un secrétaire épiscopal (...)

18On peut néanmoins s'étonner du silence-de certaines associations quant à leur directeur27. Ce poste revenait en principe partout au curé et les règlements l'exprimaient très clairement. D'autre part, les règles de fonctionnement énoncées par la confrérie de la Trinité de Tongre-Saint Martin se distinguent par leur brièveté. D'aucuns groupements ont en d'autres temps reçu des rappels à l'ordre pour de tels motifs28. Toutefois, nous disposons de trop peu de textes pour donner à ces quelques remarques un caractère péremptoire.

3. Une politique pastorale passive ?

  • 29 Le premier voulut encourager le développement des confréries contre le blasphème, alors que le sec (...)
  • 30 Idem, t. IV, p. 10
  • 31 Infra, p. 11.
  • 32 A. ARTONNE, L. GUIZARD, O. PONTAL, Répertoire des statuts synodaux des diocèses de l'ancienne Fran (...)

19Les assemblées conciliaires ou synodales fournissaient aux prélats les plus entreprenants l'occasion de recommander certaines associations à la dévotion de leurs fidèles. Louis de Berlaymont, Guillaume de Berghes agirent de la sorte respectivement en 1586 et 160429. François Van der Burch voulut quant à lui limiter certains abus en 163130. Et ce n'est sans doute pas un hasard si ces épiscopats correspondent à des périodes extrêmement fécondes pour les confréries31. Fénelon, dont on peut s'étonner pour un pasteur si souvent dépeint comme attentif à l'extrême à ses fonctions pastorales qu'il n'ait jamais cru bon de convoquer une telle réunion, ne peut naturellement rivaliser sur ce terrain32.

  • 33 Mandement pour des prières de 1706. œuvres de Fénelon, t. XVIII, 1823, p. 499.

20Ceci ne suffit évidemment pas pour évaluer la portée d'un épiscopat. Les mandements publiés constituent une autre source potentielle, malheureusement tout aussi muette dans le cas qui nous occupe. À moins de prendre en compte les processions instaurées afin d'implorer la paix, auxquelles tous les corps seront invités. Ces corps peuvent comprendre les confréries locales33.

  • 34 A.E.Mons, A.P., Mons, Sainte-Elisabeth, no 324. Lettre de Van der Burch au père Michel de Binche c (...)
  • 35 Correspondance de Fénelon, t. X., éd. J. ORCIBAL, J. LE BRUN, I. NOYE, Genève, 1989, p. 268-269. V (...)
  • 36 C'est le cas de l'évêque de Tournai. J.-M. DUVOSQUEL, « Le procès de l'oiseau à Comines en 1700-17 (...)
  • 37 Cette interprétation a souvent été avancée, mais sans réelle argumentation. L. BOUTIE, Fénelon..., (...)

21Certaines idées ou conceptions de notre archevêque pourraient également transparaître de sa correspondance, comme cela est le cas d'un François Van der Burch, par exemple34. Encore une fois, la carence est totale ou presque. L'unique allusion rencontrée - en réalité connexe seulement à notre propos, mais intéressante car révélatrice d'une mentalité - concerne une confrérie d'archers dont les pratiques profanes au cours d'une procession avaient scandalisé le curé et vis-à-vis de laquelle Fénelon recommanda une certaine tolérance35. Cette intervention ne dénote aucun intérêt particulier de celui-ci pour la question des confréries. Il règle simplement un différend entre un prêtre et ses ouailles. Le hasard a fait qu'une compagnie d'archers y soit partie prenante. On peut d'ailleurs s'étonner de la tiédeur de Fénelon : Ce n'est pourtant pas une indépendance contre le culte divin qui mérite un procès entre le pasteur et le troupeau. L'élément choquant selon lui réside dans la désobéissance des paroissiens envers leur pasteur. Et il ne servirait à rien de vouloir mener trop loin ce conflit. Il faudra, sans toutefois le dénigrer, amener le curé à en prendre conscience. A la même époque, plusieurs évêques s'opposaient pourtant aux usages profanes de ce type de groupements36. Fénelon fait-il dès lors réellement preuve d'une volonté d'apaisement37 ou ne prend-il pas au sérieux ces pratiques religieuses populaires, sans importance pour lui ?

  • 38 P. DELATTRE, Le Cateau, dans Les établissements des Jésuites en France depuis quatre siècles, éd. (...)
  • 39 H. HILLENAAR, Fénelon et les Jésuites, La Haye, 1967, p. 317-318 et 381-382 (Archives internationa (...)

22Un autre acte d'autorité nous montre Fénelon imposant en 1713 au conseil de la ville du Cateau de surseoir (...) à toute subvention somptuaire aux fêtes des confréries, des corporations etc., durant les travaux de construction du bâtiment destiné aux Jésuites38. Il serait téméraire d’en déduire de là quelque mauvaise intention de l'archevêque vis-à-vis des confréries. Toutefois ses priorités se font jour. Toute l'attention et tous les moyens doivent être portés sur la fondation jésuitique dont il espère qu'elle développera l'instruction de la jeunesse39. Le souci fénelonien de l'éducation prime incontestablement.

  • 40 On verra par exemple les conseils prodigués aux parents afin de familiariser leurs enfants avec le (...)

23Quant aux œuvres spirituelles ou littéraires de l'archevêque, trop abstraites, elles présentent bien peu d'allusions relatives à l'organisation pratique de la dévotion40.

  • 41 Si nous avons gardé la trace ou la mention de visites antérieures au XVIIIe siècle (visite du dist (...)
  • 42 A.D.Nord, 3 G 2858. 1705.

24Resteraient encore d'éventuels encouragements, remarques ou critiques à l'occasion de visites pastorales. Aucune relation de ses tournées d'inspection, ni même aucune mention de textes disparus, ne nous sont malheureusement parvenues41. Seule une visite du doyen de Lessines, consacrée aux prêtres de son doyenné, date de cette époque42.

25Cette absence de documents attestant d'une volonté épiscopale d'infléchir, dans un sens ou dans un autre, l'évolution du mouvement confraternel, n'incite pas à voir dans les confréries religieuses l'une des préoccupations pastorales essentielles de notre prélat. Elle ne constitue cependant pas à elle seule un argument décisif.

26L'engagement éventuel de Fénelon dans la vie confraternelle, c'està-dire son affiliation à l'un ou l'autre groupement, nous permettrait pour le moins de constater la vision positive qu'il avait de ceux-ci.

  • 43 L. COGNET, Fénelon, op. cit., c. 980 ; F. VARILLON, Fénelon. œuvres spirituelles, Paris, 1954, p.  (...)
  • 44 Sur cette compagnie, voir : R. ALLIER, La cabale des dévots, 1627-1666, Paris, 1902, 448 p. et Ch. (...)

27Antoine de Fénelon, oncle de l'archevêque, exerça sur lui, durant ses jeunes années, une large influence43. Rien ne prouve cependant que l'attachement de cet homme à la compagnie du Saint-Sacrement, bien proche des classiques confréries religieuses, toucha le jeune Fénelon44.

  • 45 A.D.Nord, 3 G 353.

28La destruction des archives cambrésiennes nous prive de documents susceptibles de renseigner son adhésion à quelque association locale. Quant aux considérations spirituelles qui composent pour l'essentiel le testament de l'archevêque, elles ne nous ont pas davantage permis d'entrevoir un legs éventuel en faveur d'une confrérie45.

4. Un épiscopat charnière dans l’évolution du mouvement confraternel

  • 46 En l'absence de tout registre ou autre document répercutant les fondations au niveau diocésain, no (...)

29Face à cette carence en arguments explicites, l'évolution du mouvement confraternel nous fournira peut-être d'autres indices quant à l'attitude de Fénelon envers les confréries. À ce propos, l'étude quantitative des fondations au cours des deux derniers siècles de l'Ancien Régime constitue la meilleure voie d'accès. Certes les lacunes et les imprécisions de notre documentation ne nous permettent de disposer que de minimes statistiques, largement inférieurs à la réalité46. Néanmoins, nous pouvons supposer que la répartition des pièces conservées est relativement proportionnelle au nombre de pièces émises aux différentes époques, avec toutefois un léger avantage à porter au compte des décennies les plus récentes, ce qui ne sera pas sans incidence.

  • 47 Les tergiversations du gouvernement eurent pour effet de rendre rapidement caduque la mesure. La q (...)
  • 48 Voir annexe 2 et 3. Il ne nous est pas possible de donner ici la liste des sources d'où sont tirés (...)

30Si l'on considère en bloc l'avant et l'après Fénelon, on obtient pour la période 1598-1694 54 nouvelles associations, soit 0,55 érection annuelle. De 1716 à 1794, par contre, le chiffre est de 22, soit 0,27 fondation par an. On pourrait toutefois préférer à cette date de 1794 celle de 1787 comme terminus ad quem, en raison de la suppression des confréries intervenue à cette date dans la partie autrichienne du diocèse et cela même si la mesure devint rapidement caduque47. La moyenne annuelle passerait alors de 0,27 à 0,30 fondation. Pas de quoi renverser la tendance. L'épiscopat de Fénelon, avec ses 0,30 fondation s'inscrit donc pleinement dans la ligne du XVIIIe siècle, bien loin de la plupart de ses prédécesseurs48.

  • 49 Voir annexe 1.

31Encore convient-il maintenant d'analyser en détail ces données afin d'éviter le piège d'une courte période particulièrement fertile ou stérile qui fausserait cette analyse sur le long terme. Réparties en tranches de 20 années, les fondations se maintiennent entre 9 et 12 de 1601 à 1700, soit approximativement une érection tous les 2 ans. La moyenne devient ensuite inférieure à 5 unités49. Ce phénomène, notons-le, évolue parallèlement dans le monde rural et dans le monde urbain. Nous pouvons dès lors confirmer le tournant que constituent les premières années du XVIIIe siècle.

32Mais afin de préciser ce qui nous intéresse avant tout, la situation sous Fénelon, il importe d'affïner encore cette répartition des fondations en fonction, cette fois, des épiscopats. L'attitude de chacun des prélats nous en apparaîtra plus claire.

33Nous ne pouvons pour cela tenir compte des archevêques demeurés en poste durant des périodes extrêmement courtes, parfois moins d'un an. Ainsi François Buisseret ou Guillaume Dubois. Il n'est guère étonnant de n'avoir conservé aucun document les concernant. A l'inverse, lorsque les aléas de la conservation nous font connaître un acte produit lors d'un tel épiscopat, il conviendra d'en relativiser la portée.

34Pour le reste, que conclure ? Manifestement les épiscopats de Guillaume de Berghes, Jean Richardot, François Van der Burch, Gaspard Nemius et Jacques-Théodore de Bryas constituent la période la plus faste (entre 1598 et 1667), avec de 0,55 à 0,64 fondation annuelle. Avec Fénelon, par contre, la chute est nette : 0,3 fondation par an. Ses successeurs ne feront guère mieux. Sous Joseph de la Trémoille, on atteint le chiffre de 0,66 confrérie ; cela tient à la conservation d'un document sur son année et demie de prélature. Par la suite, les érections épisodiques ne changeront rien à la tendance.

5. Conclusion

35Manifestement, Fénelon n'accorda durant son épiscopat qu'un intérêt modéré aux confréries religieuses. Sans s'y opposer, il n'eut aucun comportement susceptible de les favoriser. Ne constituaient-elles pas pourtant un moyen de développer la piété, l'usage des sacrements, chez les enfants notamment, comme le voulait l'archevêque ? Fénelon adopta en fait une attitude essentiellement passive, ne s'attachant guère à cette pratique, trop populaire, trop peu élevée spirituellement peut-être. La quasi-totalité des confrères, il est vrai, voguaient bien loin des hautes considérations théologico-spirituelles développées par l'archevêque dans ses multiples écrits.

36Certes on ne peut entièrement imputer le déclin des fondations à la politique épiscopale de Fénelon et de ses successeurs. Ce phénomène se rencontre ailleurs et obéit à d'autres facteurs. Néanmoins, l'abandon d'une action pastorale conquérante ou à tout le moins attentive, à l'image de celle menée jusqu'aux années 1680, ne fut sans doute pas sans conséquences. L'archevêque ne sut pas ou n'estima pas nécessaire de réagir. En cela, sans toutefois en réunir tous les travers, il inaugure parfaitement la lignée des archevêques français. Il serait à ce titre particulièrement intéressant d'envisager l'attitude de Fénelon face à d'autres types de pratiques religieuses populaires.

Annexes

Annexe 1 : Fondation des confréries par périodes de 20 ans dans l’archevêché de Cambrai (1581-1800)

Annexe 1 : Fondation des confréries par périodes de 20 ans dans l’archevêché de Cambrai (1581-1800)

Annexe 2 : Fondations de confréries (en valeur absolue) sous chaque épiscopat (1570-1801)

Annexe 2 : Fondations de confréries (en valeur absolue) sous chaque épiscopat (1570-1801)

Annexe 3 : Nombre de fondations annuelles sous les principaux épiscopats (1570-1801)

Annexe 3 : Nombre de fondations annuelles sous les principaux épiscopats (1570-1801)

Notes

1 Abréviations : A.D.Nord : Archives départementales du Nord (Lille) ; A.E.Mons : Archives de l'État à Mons ; A.E. Tournai : Archives de l'État à Tournai ; A.P. : Archives paroissiales.

2 Il n'est pas besoin de rappeler en détail l'action de l'archevêque sur ce point. La réorganisation du séminaire épiscopal, de même que l'attention qu'il porta à l'état du clergé ont fait l'objet de quelques études. Citons notamment : A. ALVIN, Histoire du séminaire de Cambrai, Cambrai, 1910, 354 p. et G. DEREGNAUCOURT, De Fénelon à la Révolution. Le clergé paroissial de l'archevêché de Cambrai, Lille, 1991, p. 197-199. Signalons également les nouveaux éléments présentés dans ce volume par le Père I. Noye.

3 On verra les quelques lignes ou au mieux les quelques pages consacrées à ce thème de Fénelon pasteur dans les travaux suivants : Cardinal de BAUSSET, Histoire de Fénelon, t. III, Paris, 1830, p. 65-66 et 88-93. L. BOUTIE, Fénelon, Paris, s.d., p. 173-174 ; E. de BROGLIE, Fénelon à Cambrai d'après sa correspondance 1699-1715. Paris, 1884, p. 123 (qui déclare simplement sans intérêt l'étude de l'œuvre épiscopale de Fénelon) ; É. CARCASSONNE, Fénelon. L'homme et l'œuvre, 2° éd., Paris, 1955, p. 140-148 (Connaissance des Lettres, 18) ; L. COGNET, « Fénelon », dans Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastique, t. XVI, Paris, 1967, c. 979-981. On verra également l'approche plus générale, mais davantage scientifique, d’A. LOTTIN dans Cambrai et Lille, éd. P. PIERRARD, Paris, 1978, p. 142-147 (Histoire des diocèses de France, 8).

4 Notamment les séries 3 G et 5 G des Archives départementales du Nord. P. PIÉTRESSON DE SAINT-AUBIN, Répertoire numérique, série G, t. II, Lille, 1968, 816 p.

5 En ce qui concerne les actuelles paroisses belges que nous privilégierons ici, voir : Archives de cures. Inventaires, Bruxelles, 1976-1979, 230 p. + 119 p. (Archives générales du Royaume et Archives de l'État dans les Provinces. Archives de l'Etat à Mons) et Inventaire d'archives paroissiales de la ville et de l'arrondissement de Tournai, Bruxelles, 1970-1982, 126 p. + 330 p. (Archives générales du Royaume et Archives de l'État dans les Provinces. Archives de l'État à Tournai).

6 On verra à propos de ces dévotions spontanées : M. CLOET, « Het gelovige volk in de17 de eeuw », dans Algemene geschiedenis der Nederlanden, t. VIII, Haarlem, 1980, p. 408-409 et Id., « Het gelovige volk in de 18de eeuw », dans Idem, t. IX, 1980, p. 401-403. Sur les nuances à apporter quant à l'intensité de ces pratiques en raison de la propagande et du formalisme dévotionnel développé : J. DELUMEAU, Le catholicisme entre Luther et Voltaire, 4e éd., Paris, 1992, p. 318-321 (Nouvelle Clio, 30bis).

7 Ainsi les évêques de Gand et de Ypres. M. CLOET, Het gelovige...XVIIIde eeuw, op. cit., p. 402 ; M. THERRY, « Lekenvroomheid en godsdienstige mentaliteit », dans Het bisdom Gent (1559-1991). Vier eeuwen geschiedenis, éd. M. CLOET, Gand, 1991, p. 199. En France, on verra le cas des diocèses de La Rochelle et de Boulogne : L. PÉROUAS, Le diocèse de La Rochelle de 1648 à 1724. Sociologie et pastorale, Paris, 1964, p. 382 (Bibliothèque générale de l’École pratique des Hautes Études, 6e section) ; A. PLAYOUST-CHAUSSIS, La vie religieuse dans le diocèse de Boulogne au XVIIIe siècle (1725-1700), Arras, 1976, p. 244 (Mémoires de la commission départementale des monuments historiques du Pas-de-Calais, 15). On pourrait multiplier les exemples.

8 Nous ne traiterons donc pas ici des confréries professionnelles, dont la fondation, les conditions de recrutement, les activités divergeaient des confréries classiques. Parmi l'abondante bibliographie touchant à ces dernières, citons les travaux généraux de J. DUHR, « La confrérie dans la vie de l'Église », dans Revue d'histoire ecclésiastique, t. XXXV, 1939, p. 437-478 et G. LE BRAS, « Les confréries chrétiennes. Problèmes et propositions », dans Études de sociologie religieuse, t. II, Paris, 1956, p. 418-462. On verra également la récente étude de C. VINCENT, Les confréries médiévales dans le royaume de France, Paris, 1994, 259 p. (Bibliothèque Albin Michel Histoire).

9 Voir à ce propos : Ph. DESMETTE, Les confréries religieuses dans le monde rural hainuyer du XVIe au XVIIIe siècle, Mémoire de licence, Université Catholique de Louvain, 1993, t. II, p. 4-11

10 À défaut de toute étude à leur propos, voir : R. WELLENS, Inventaire des archives de la, paroisse de Saint-Nicolas-en-Havré à Mons (XIIIe-XXe siècles), Bruxelles, 1968, p. 39-49 (Archives générales du Royaume. Archives de l'État dans les provinces. Archives de l'État à Mons).

11 Voir à ce propos : Ph. DESMETTE, « Confréries religieuses et Réforme catholique à Soignies : persistance implicite d'un christianisme populaire », dans Revue du Nord, t. LXXVII, 1995, p. 513.

12 On en trouvera le texte dans : L. FERRARIS, Prompta bibliotheca, t. II, Paris, 1852, c. 1051-1055. Avant cette date, la seule mention d'une obligation pour les confrères d'obtenir l'approbation épiscopale émane du concile de Cambrai (réuni à Mons) de 1586, qui traita des confréries du Nom de Dieu. Th. GOUSSET, Les actes de la province ecclésiastique de Reims, t. III, Paris, 1843, p. 570. En d'autres endroits, des mesures bien plus précoces et plus générales avaient été prises. Ainsi dans l'évêché de Tournai. Idem, t. II, 1842, p. 758-759. Synode de 1481. On verra d'autres exemples dans G. LE BRAS, Les confréries..., op. cit., p. 456-457.

13 La première mention d'une confrérie érigée ou confirmée par l'ordinaire dans le diocèse de Cambrai concerne la confrérie du Saint-Sacrement de Saint-Ghislain instituée par Maximilien de Berghes en 1562. A.E.Mons, A.P., Saint-Ghislain, no 16. Sur la réforme du mouvement confraternel en Hainaut à la fin du XVIe siècle, voir : Ph. DESMETTE, « Les confréries religieuses dans le plat pays hainuyer au XVIe siècle », dans Mémoires et publications de la société des sciences, des arts et des lettres du Hainaut, t. XCVII, 1994, p. 22-23.

14 La confrérie Saint-Pierre de Soignies fut instaurée en 1610 sans aucune intervention épiscopale. Ph. DESMETTE, Confréries..., op. cit., p. 513. Quant à celle de SaintNicolas à Le Roeulx, c'est une simple confirmation de ses statuts que dressèrent des hommes de fief en 1606. Théoriquement cependant, l'accord épiscopal eût dû être requis. A.E.Mons, Abbaye de Saint-Feuillien, no 551.

15 Ph. DESMETTE, Confréries..., op. cit., p. 514.

16 A.E.Mons, A.P., Chièvres, no 6.

17 Voir, entre autres, à ce propos : P. DELATTRE, « La confrérie du Saint-Sacrement à Antoing (1594-1832) », dans Annales du cercle archéologique d'Ath, t. XXVI, 1940, p. 339-369 ; A.E.Mons, A.P., Mons. Sainte-Elisabeth, no 317. Statuts de la confrérie Notre-Dame et Saint-Joseph. 1621.

18 A.E.Mons, Saint-Jean Décollé, no 4. 9.8.1700 et 3.10.1700.

19 Voir par exemple les règlements des confréries de la Trinité à Tongre Saint-Martin (A.E.Mons, A.P., Chièvres, no 6. 1709) et de Sainte-Barbe à Frasnes-lez-Buissenal (A.E.Tournai, A.P., Frasnes-lez-Buissenal, n° 232. 25.9.1714).

20 Quelques habitants de Mons voulant instaurer une confrérie en leur ville n'auront d'autre recours en 1755 que d'expédier directement leur requête à Paris où se tenait presque toujours monseigneur l'archevêque (...) parce qu'on voiait bien - dirent-ils - qu'on ne reussirait point au vicariat de Cambray. L'archevêque ne daigna d'ailleurs pas plus s'intéresser à leur cas. A.D.Nord, 3 G 3045. 1755.

21 A.E.Tournai, A.P., Frasnes-lez-Buissenal, no 232. 25.9.1714.

22 A.E.Mons, A.P., Huissignies, no 115. 16.11.1782.

23 Statuts de la confrérie des trépassés de 1639 d'Ath, Archives de la ville d'Ath, paroisse Saint-Martin, no 435. 1639.

24 Règles de la confrérie de Notre-Dame de Bon-Secours canoniquement érigée en l'église paroissiale de Sainte-Waudru dite du Béguinage, Mons, Plon, 1778, p. 14.

25 Sur les pratiques pieuses valorisées par les confréries à partir du XVIIe siècle, voir : M. CLOET, Het gelovige...18de eeuw, op. cit., p. 401 ; M. PÉROUAS, Le diocèse..., op. cit., p. 424 ; Ph. DESMETTE, Les confréries religieuses dans le monde rural..., op. cit., p. 193-197.

26 A ce propos, voir: M. THERRY, Lekenvroomheid..., op. cit., p. 198; Ph. DESMETTE, Les confréries religieuses dans le plat pays..., op. cit., p. 10-11. Certaines associations s'établirent cependant en faux face à ce principe et continuèrent à mener officieusement certaines activités traditionnelles : Ph. DESMETTE, Confréries religieuses..., op. cit., p. 519-528.

27 A.E.Mons, A.P., Soignies, no 405. Registre comptable de la confrérie des Sept-Douleurs, fondée en 1699.

28 Notamment une confrérie de Lobbes. A.E.Mons, A.P., Lobbes, no 71. Lettre d’un secrétaire épiscopal au pasteur, 11.4.1753.

29 Le premier voulut encourager le développement des confréries contre le blasphème, alors que le second tenta de promouvoir les confréries du Saint-Sacrement. Th. GOUSSET, Les actes..., op. cit., t. III, p. 570 et 672.

30 Idem, t. IV, p. 10

31 Infra, p. 11.

32 A. ARTONNE, L. GUIZARD, O. PONTAL, Répertoire des statuts synodaux des diocèses de l'ancienne France du XIIIe siècle à la fin du XVIIIe siècle, Paris, 1969, p. 174. Aucun synode ou concile ne fut tenu entre 1661 et 1739.

33 Mandement pour des prières de 1706. œuvres de Fénelon, t. XVIII, 1823, p. 499.

34 A.E.Mons, A.P., Mons, Sainte-Elisabeth, no 324. Lettre de Van der Burch au père Michel de Binche concernant la confrérie de Notre-Dame et Saint-Joseph, 12.1.1626.

35 Correspondance de Fénelon, t. X., éd. J. ORCIBAL, J. LE BRUN, I. NOYE, Genève, 1989, p. 268-269. Voir également : CORNILLE, « Fénelon et les habitants de Jeumont », dans Bulletin de la société d'étude de la province de Cambrai, t. II, p. 16.

36 C'est le cas de l'évêque de Tournai. J.-M. DUVOSQUEL, « Le procès de l'oiseau à Comines en 1700-1702 ou la fin d'une coutume au diocèse de Tournai. La bénédiction de l'oiseau des confréries de tir », dans Mémoires de la société d'histoire de CominesWarneton et de la région, t. XV, 1985, p. 105-1 16. L'évêque de Namur n'agit pas autrement en 1722. G. MALHERBE, « Le serment des archers de Saint-Sébastien à Ronquières », dans Annales du cercle archéologique du canton de Soignies, t. IV, 1909, p. 220.

37 Cette interprétation a souvent été avancée, mais sans réelle argumentation. L. BOUTIE, Fénelon..., op. cit., p. 173-174 ; A. HONOREZ, Le diocèse de Cambrai pendant l'épiscopat de Fénelon. Lille, D.E.S, 1961, p. 48.

38 P. DELATTRE, Le Cateau, dans Les établissements des Jésuites en France depuis quatre siècles, éd. P. DELATTRE, Enghien-Wetteren, 1953, c. 1058.

39 H. HILLENAAR, Fénelon et les Jésuites, La Haye, 1967, p. 317-318 et 381-382 (Archives internationales d'histoire des idées, 21).

40 On verra par exemple les conseils prodigués aux parents afin de familiariser leurs enfants avec les Évangiles ou les sacrements. De l'éducation des filles, Paris, 1906, p. 57-58 et 65-66.

41 Si nous avons gardé la trace ou la mention de visites antérieures au XVIIIe siècle (visite du district de Tournai en 1606. A D.Nord, 14 G 10 ; registres tenus par Van der Burch. G. DEREGNAUCOURT, De Fénelon..., op. cit., p. 333 ; visites de paroisses de Cambrai en 1664 ou 1681 et détruites. Idem, p. 347), cela demeure l'exception. L’ab sence de documents sous son épiscopat ne démontre donc pas nécessairement la passi vité de Fénelon en cette matière. La vision d'un Fénelon parcourant sans cesse les chemins de son diocèse, défendue par maints auteurs (voir par exemple. E. CARCASSONNE, Fénelon..., op. cit., p. 140-141), ne repose toutefois pas davantage sur des éléments concrets.

42 A.D.Nord, 3 G 2858. 1705.

43 L. COGNET, Fénelon, op. cit., c. 980 ; F. VARILLON, Fénelon. œuvres spirituelles, Paris, 1954, p. 11 (Les maîtres de la spiritualité chrétienne).

44 Sur cette compagnie, voir : R. ALLIER, La cabale des dévots, 1627-1666, Paris, 1902, 448 p. et Ch. LEFEBVRE, « Compagnie du Saint-Sacrement », dans D.H.G.E., t. XIII, 1956, p. 405-412.

45 A.D.Nord, 3 G 353.

46 En l'absence de tout registre ou autre document répercutant les fondations au niveau diocésain, nous en sommes réduits à répertorier les actes de fondation, voire de simples mentions de ceux-ci dans les archives paroissiales. En fonction de la richesse de ces dernières nous sommes donc plus ou moins bien informés.

47 Les tergiversations du gouvernement eurent pour effet de rendre rapidement caduque la mesure. La quasi-totalité des groupements ne cessèrent leurs activités que durant une ou deux années, quand toutefois ils prirent la peine de s'interrompre. On peut en fait considérer que si le climat ne fut guère longtemps hostile aux confréries, il n'encourageait pas non plus le développement de nouvelles associations. Sur cette réforme, voir : Ch. WYZEUR-WILKIN, « La suppression des confréries religieuses aux Pays-Bas autrichiens. Échec d'une réforme de Joseph II dans le domaine de la bienfaisance (8 avril 1786) », dans Annales de la Société belge d'histoire des hôpitaux, t. XXI, 1983, p. 3-39.

48 Voir annexe 2 et 3. Il ne nous est pas possible de donner ici la liste des sources d'où sont tirés ces chiffres. On en trouvera l'essentiel dans : Ph. DESMETTE, Les confréries religieuses dans le inonde rural..., op. cit., p. 17-35. Pour le reste, on se reportera essentiellement aux fonds d’archives de cures, urbaines notamment, conservés aux Archives de l'État de Mons et de Tournai.

49 Voir annexe 1.

Table des illustrations

Titre Annexe 1 : Fondation des confréries par périodes de 20 ans dans l’archevêché de Cambrai (1581-1800)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2469/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Annexe 2 : Fondations de confréries (en valeur absolue) sous chaque épiscopat (1570-1801)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2469/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Annexe 3 : Nombre de fondations annuelles sous les principaux épiscopats (1570-1801)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2469/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 87k

Auteur

Université Catholique de Louvain

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540