Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fénelon, évêque et pasteur en son temps (1695-1715)

 | 
Philippe Guinet
, 
Gilles Deregnaucourt

Pastorale et ecclésiologie

L’érémitisme au diocèse de Cambrai d’après l’Institut des Ermites de Fénelon (1714)

Jean Heuclin

Texte intégral

  • 1 J. SAINSAULIEU, Les ermites français, Paris, 1974 ; J. HEUCLIN, Aux origines monastiques de la Gaul (...)

1Dans toutes les sociétés et religions, la vie solitaire a toujours suscité des interrogations et des réactions à l'encontre de ceux qui la pratiquaient. En Occident, leur idéal d'Amour et de Liberté absolue par lequel ils espéraient atteindre le Créateur fut parfois confondu avec une recherche d'indépendance misanthropique, d'intolérance à toute société et d'indiscipline civique et sociale. L'ermite est un être a-social, inutile dans une société éprise d'efficacité et de productivité. Aussi, l'historien1, s'il parvient à distinguer des phases d'expansion en alternance avec des périodes d'arrêt, voire de répression, est surtout confronté au silence des sources d'où n'émergent que des faits héroïques ou scandaleux, complaisamment rapportés, suivant les conceptions des uns ou des autres. Nous n'y échappons pas à regarder de près les ermites du diocèse de Cambrai et des diocèses voisins, aux XVIIe-XVIIIe siècles.

1. L’archevêque et les ermites

  • 2 Ms. inédit de la Bibliothèque du grand séminaire de Tournai.
  • 3 A. PASTURE, Une description des paroisses du diocèse de Tournai - 1690-1728, Académie Royale de Bel (...)

2Il nous est donc apparu intéressant de nous pencher sur le jugement et le sentiment d'un évêque tel que Fénelon, dans une période plutôt répressive contre tout ce qui sortait de l'ordre et du raisonnable. Ce fut peu de temps avant sa mort, par un mandement daté du 1er novembre 1713, suivi de la publication en 1714 de l'Institut des ermites, associé en congrégation et édité à Mons chez Gaspard Migeot2, que Fénelon semble s'être intéressé aux nombreux ermites de son diocèse, environ une cinquantaine, contre une petite dizaine pour Tournai et Lille3.

3Sa démarche pourrait avoir été l'œuvre des circonstances, liée à des nécessités disciplinaires et pastorales. Le texte du mandement nous éclaire davantage sur sa motivation. Fénelon souhaitait n'avoir qu'un droit de regard sur les ermites et n'exercer son autorité que par l'intermédiaire du Grand vicaire, en relation avec les visiteurs-ermites, « élus par les ermites », dans le but d'éviter des désordres scandaleux, le vagabondage mais surtout afin de conforter les solitaires dans leur idéal de perfection, de sanctifier et d'édifier les fidèles. Il paraît s'être appuyé sur une concertation avec les ermites eux-mêmes dont il se félicitait de l'adhésion à son projet d'institut.

4L'attitude de Fénelon s'inscrit dans la tradition de l'Eglise de Cambrai. Géry et Aubert, à l'époque mérovingienne, avaient déjà soutenu et encouragé l'action de pieux laïcs qui, ayant fait voeu de pauvreté et de pénitence, se retirèrent dans la solitude et devinrent les fondateurs de nombreux monastères. Fénelon n'avait certes pas pensé aussi loin. Il précise que l'idée de créer un Institut des ermites, du Christ, de Jean-Baptiste et d'Antoine lui a été inspirée par le mandement du 20 septembre 1712 de son voisin, le prince-évêque de Liège, Joseph-Clément de Bavière. Celui-ci avait en effet invité les ermites de son diocèse à se répartir en trois congrégations : celle de Liège, de Saint-Thiebaut (du nom de l'ermitage sis au sud d'Amblève) et de l'Entre Sambre et Meuse, dont le visiteur était l'ermite de Saint-Biaise, à Bouffioulx.

5La sympathie compréhensive de Fénelon à l'égard de l'érémitisme est visible à travers les deux cents pages de cet opuscule - in octavo - qu'est l'Institut des ermites, divisé en deux parties égales. La première définit et décrit la vie érémitique. La seconde, consacrée au sens profond de la prière, tranche singulièrement avec les mesures repressives prises par ses contemporains et ses prédécesseurs immédiats sur le siège de Cambrai. Ces réactions s'enracinaient dans un contexte plus général que nous pouvons retracer.

2. Le mouvement érémitique au XVIIe siècle

  • 4 Bulletin de la Société d'études de la ; Province de Cambrai, t. XII, séance du 18 Juin 1908, p. 156 (...)

6À l'issue des guerres de religion, une première vague érémitique se développa entre 1580 et 1620/1630. Elle était formée d'anciens ligueurs, d'officiers nobles et de soldats éclopés physiques ou moraux qui trouvaient dans la solitude une nouvelle patrie pour continuer leur combat. Nous les trouvons dans les zones frontalières du Nord et de l'Est ainsi qu'en Provence. De cette époque date la fondation (1619) de l'ermitage de Dourlers. Cependant ces ermites au zèle excessif suscitèrent des méfiances. Ce fut le cas d'un Français, frère Vincent Prévost, qui, en habit de cordelier, vint s'installer à l'ermitage de la forêt de Mormal. Ses prédications de village en village éveillèrent la suspicion sur son orthodoxie et furent l'objet d’un rapport qui conduisit à son arrestation puis à son expulsion par le bailli de Hainaut en 15754.

  • 5 Statuta synodalia ecclesiae Cameracensis, Pars II, synodos provinciales, Cambrai-Mons, 1739.
    Titre 1 (...)

7En mai 1631, un synode se tint à Cambrai sous l'autorité de Mgr F. Van der Burch, qui, dans l'article 17 du Titre 18, demandait aux prêtres de refuser la présence d'ermites dans les limites de leur paroisse et de remettre au bras séculier ceux qui auraient un comportement scandaleux. À l'article 24 du Titre 22, il interdisait aux ermites de porter l'habit des religieux5.

8Une seconde vague érémitique se répandit entre 1645 et 1660 sur l'ensemble de la France avec une nette prédominance aristocratique. L'ombre de Port-Royal plane alors. L'accueil fait à l'érémitisme est plus favorable. Il faut sans doute y voir le rôle joué par deux évêques : Geoffroy de la Marthonie d'Amiens et Sébastien Zamet de Langres. Ceux-ci, devant la prédominance des « ermites d’épée » au début du XVIIe siècle, avaient eu l'idée de les fédérer. Ce fut ainsi qu'un premier Institut des ermites apparut à Langres en 1623. L'idée d'étendre ces congrégations diocésaines aux autres évêchés revint au frère Jean-Baptiste, rescapé de la bataille de Castelnaudary (1632) et au frère Michel Legrand, lieutenant de cavalerie du roi. Le premier créa en 1640, en Lorraine, la congrégation de Saint-Jean-Baptiste et le second, en 1660, celle de Saint-Antoine, plus rigide que la précédente dont elle reprenait les grands principes.

  • 6 Archives de l'État à Mons : fonds de l'évêché de Tournai, Layette III, no 258, registre du vicariat (...)
  • 7 Statuta synodalia ecclesiæ Cameracensis, pars prima, Cambrai-Mons, 1739.
    Art 44 : Decani christianit (...)

9A cette même époque, l'évêque de Tournai, François Vilain de Gand (1647-1666), par un acte du 1er septembre 1657, établissait un règlement pour l'ermitage d'Épinoy, près de Carvin-en-Carembault6. Il était prescrit aux deux ermites, A. Ronnel et A. Monnier, de jeûner lors du Carême et tous les vendredis de l'Avent, de se confesser tous les quinze jours et pour les grandes fêtes liturgiques. Leur journée commençait à 4 h du matin, rompue vers 12 h par un repas frugal, elle devait s'achever à 21 h. Le synode réuni à Cambrai en 1661 par l'archevêque Gaspard Nemius (mort en 1667), demandait aux doyens de chrétienté, dans son article 44, de convoquer les ermites de leur circonscription pour leur lire leur statut et de chasser ceux qui ne les respectaient pas après trois observations. L'article 45 recommandait de ne pas admettre de nouveaux ermites sauf ceux admis par l'évêque et auxquels il avait été imposé de passer un an auprès d'un ermite éprouvé et choisi par le prélat7. Fénelon s'inspira du règlement journalier et de l'idée d'un noviciat d'un an.

10Cependant au fur et à mesure de l'essor de l'ordre louisquatorzien, le sentiment anti-érémitique se renforça et la répression se fit jour en la personne de deux évêques importants : celui de Metz, D'Aubusson de la Feuillade (1667-1697) qui déclarait : Les ermites sont de faux, dévots n'étant agrégé à aucune compagnie qui prenne soin de leur conduite. La résolution que nous avons faite est de ne souffrir aucun ermite dans notre diocèse.

  • 8 J. SAINSAULIEU, op. cit., p. 262-267.

11Le second était le frère aîné de Louvois - Charles-Maurice Le Tellier - archevêque-duc de Reims (1671-1710). Ce dernier mena une politique répressive implacable et méthodique marquée par une enquête préalable auprès des curés et suivie d'une visite en compagnie de ses gardes pour chasser un à un les ermites8. Cette attitude perdura à Metz et à Reims durant tout le XVIIIe siècle. Mgr de Coislin s'étonnait auprès d'un curé qu'il y eut dans l'archiprêtré plusieurs soi-disants ermites. A Sens, le grand vicaire affirmait : Ces sortes de gens sont pour ta plupart ou scandaleux ou inutiles à l’Église. Les proscriptions d'ermites touchèrent plusieurs diocèses : Soissons, Verdun, Autun, Bayonne, Besançon, Viviers etc. De son côté Louis XIV faisait raser Port-Royal en 1712.

12En 1713, Fénelon était manifestement à contre-courant de ce qui se déroulait dans le Royaume. Il est vrai que, depuis 1699, date à laquelle les signes d'une disgrâce irrémédiable s'étaient accumulés, il s'était davantage investi dans son diocèse et avait pris conscience de son originalité entre deux états. À son tour il était devenu un homme de la frontière, comme les ermites eux-mêmes.

  • 9 Status Generalis dioecesis Cameracensis, ann. 1716, 2 vol., Codex 115, Bibliothèque du grand Sémina (...)

13En l'absence d'informations complètes, le Status de 1716 et celui de 17249 nous fournissent une photographie instantanée de la situation de l'érémitisme dans le diocèse de Cambrai. Il y avait 29 ermitages occupés sur les 36 recensés. En 1716, on comptait 48 ermites ; en 1724, il y en avait 44. La répartition entre les deux districts au-delà et en-deçà de la Haine fait apparaître un relatif équilibre (13 citra Haniam et 15 ultra Haniam) ; par contre on observe une nette distorsion entre les ermitages situés dans le royaume de France (7) et ceux des Pays-Bas autrichiens (22). Quelques maigres informations permettent d'avancer l'hypothèse d'un mouvement d'ermites en provenance de France. À l'ermitage de Saint-Antoine de Soignies mourut en 1698 un natif de Hénin en Artois qui était venu s'y retirer, un autre originaire de Meaux l'avait suivi dans les mêmes lieux, en 1709. À Fourbechies, c'était un soldat déserteur qui s'était retiré et en 1774, un ermite de Beuvignies-les-Bapaume mourut à Épinois.

3. Fénelon définit l'érémitisme

14Devant un tel phénomène, Fénelon aurait pu se contenter de prendre des mesures conservatoires ou simplement disciplinaires. La lecture de l'Institut des ermites permet de bien comprendre l'attitude de l'archevêque. Il s'agit d'un véritable argumentaire en faveur de l'état érémitique. Toutes les décisions prises pour l'entrée dans le noviciat, l'éducation qui doit y être donnée, l'organisation de l'ermitage et de la vie quotidienne, les activités de l'ermite, les contacts avec le monde, la maladie et la mort se trouvent toutes justifiées par des références et des citations appropriées, tirées des vies des Pères du désert, notamment de Paul et Antoine, les premiers ermites, d'Ephrem, connu en Occident par la Vita d’Abraham de Quiduna, les conférences et Institutions de Cassien qui inspira les moines de Lérins, enfin de Jean Baptiste.

15Dans les premiers chapitres Fénelon définit avec beaucoup de justesse l'état érémitique : C'est un moyen d'acquérir la sainteté intérieure par la mortification des passions et l'union avec Dieu par la charité. C'est un martyre perpétuel qui médite pour l’Éternité.

16Puis il indique clairement les obstacles et les déviances rencontrées : le relâchement et les vices dans la solitude, l'inconstance vagabonde, le retour vers le monde, l'arrogance et la bonne opinion de soi par les vertus extérieures pratiquées. Fénelon place très haut l'idéal de l'ermite, puisque son corps et son esprit sont le vase pour recevoir les dons du Christ, il convient en conséquence de l'aider à se maintenir dans son état de perfectionnement et éviter les excentricités en uniformisant les comportements des frères. Tel est le but de l'Institut. Tous se doivent d'observer trois vœux : chasteté, pauvreté et obéissance.

17Ces principes étant fixés, Fénelon veut s'assurer de l'authenticité de la vocation de l'impétrant et s'inspire du synode cambrésien de 1661. Le candidat doit pendant six mois réfléchir à ses aptitudes physiques et mentales, se confesser tous les quinze jours et s'entourer de l'avis de plusieurs personnes. L'archevêque le met spécialement en garde contre tout espoir de sinécure, de rechercher uniquement l'exemption de taille et de charges publiques, d'amasser de l'argent par la quête et d'être un personnage considéré parmi les hommes.

4. L'entrée au noviciat

18Le candidat doit au moins avoir 20 ans, mais pas plus de 45 ans afin d'éviter la réalisation de l'adage « vieil ermite, vieux diable », être sans charge de famille ni dettes, savoir lire et avoir un métier. Ces conditions requises, le futur ermite se présente au visiteur du district auquel il remettait un certificat de bonnes vie et mœurs. Fénelon demande de vérifier l'absence de libertinage et surtout l’existence de lettres de recommandation provenant de quelque personnage influent. Le visiteur proposait alors le candidat à l'assemblée générale des ermites qui à leur tour l'examinait.

  • 10 En 1730, il y avait 7 ermites et des domestiques pour encadrer 120 écoliers.
  • 11 On devait y compter au XVIIIe siècle 150 écoliers, en 1784, l'école de l'ermitage avait composé sa (...)
  • 12 L'enseignement y était également dispensé en suivant une tradition qui remontait à 1620.

19Le noviciat se déroulait pendant un an dans un ermitage, agréé par l'archevêque, assez éloigné de la ville et suffisamment proche du supérieur général. En 1721, il s'agissait pour les ermites au-delà de la Hayne, de l'ermitage de Wilhours/Ath où vivaient quatre ermites10. Le supérieur était alors Ph.-F. Jelain, curé de Saint-Julien d'Ath. En-deçà de la Hayne, l'ermitage d'Élouges (Cockarts) jouait un rôle identique. Il y avait quatre ermites et 2 novices en 171611. Après sa reconstruction en 1752 par François de Le Boucq, l'ermitage de Sainte-Appolline-lez-Binche (Épinois) avec quatre ermites, dont le visiteur frère Simon, avait les dispositions pour être un noviciat12.

20Durant les quatre premiers mois de son noviciat, le candidatermite conservait ses habits séculiers et ce n'était que dans les huit mois suivants qu'il revêtait le costume d'ermite. Cette période était consacrée à son éducation et à son instruction. Les principaux défauts de l'âge et ceux du caractère devaient être corrigés : la rouerie, la calomnie, l'esprit de moquerie, l'autoritarisme. Fénelon s'insurge notamment contre la mauvaise éducation, c'est-à-dire le comportement opposé à la Raison et dont la cause est l'ignorance. Pour remédier à ce que l'archevêque considère comme le pire défaut des solitaires, il recommande aux plus aptes d'avoir une instruction de grande étendue. Quant aux autres, le maître des novices se doit de leur inculquer les vertus de la vie chrétienne par des préceptes et des maximes sur la grandeur de l'Homme, les dangers de la cupidité, les nécessités de la prière et la crainte du Dieu terrible et justicier. A tous revient l'acquisition des qualités pour vivre en commun : propreté des vêtements, de la cellule, du langage, des manières, acquisition des vertus du cœur et capacité à user de charité et de raison. C'est encore par la raison que le maître des novices instruisait des observances.

21L'enseignement portait sur l'apprentissage de la lecture et de l'oraison (par cœur pour les plus aptes). Tous les jours, lors des exercices spirituels, ces derniers récitaient les antiennes et oraisons d'Antoine, Jean-Baptiste, du saint du jour, du patron de l'ermitage ; le dimanche et le lundi, l'oraison des morts et les sept psaumes pénitentiaux, le vendredi. Ceux qui ne savaient pas lire ou mal récitaient dix dizaines de leur rosaire le matin et cinq le soir. Ils suppléaient aux antiennes par une couronne de trente-trois Pater et cinq Ave.

5. Le fonctionnement de l'Institut

22L'autorité épiscopale s'exerçait de façon lointaine, comme recours ou arbitre. En théorie elle était confiée au Grand Vicaire (M. de Beaumont) considéré comme supérieur général. En 1721, c'était le curé d'Ath en raison de la non-résidence des archevêques de Cambrai. L'Institut fonctionnait en réalité comme une congrégation, gérée par les ermites eux-mêmes.

23L'instance principale était l'assemblée générale annuelle qui se tenait le premier mardi de septembre dans l'ermitage le plus facile d'accès (Wilhours/Ath ou Élouges). En cette circonstance les frères procédaient en leur sein à trois élections valables pour trois ans : celle du visiteur dont la mission était de visiter une fois l'an en compagnie du définiteur toute la congrégation, celle des définiteurs, responsables des deux districts au-delà et en-deçà de la Hayne, enfin le maître des novices.

24Dans les ermitages où il y avait plusieurs frères, le supérieur général nommait un surveillant : véritable économe, il lui revenait de veiller et de dresser un inventaire des vêtements, meubles, livres et outils et d'établir un mémoire des recettes et dépenses ainsi que des dettes actives ou passives qu'il présentait au visiteur. Suivant le Status de 1716, il devait y avoir un surveillant à Thoricourt, Wilhours, Élouges, Villers-Sire-Nicole et Bois-L'Évêque.

25Le visiteur, outre l'enquête sur la situation matérielle, s'enquérait des risques d'attraits ou de perturbations de l'ermitage par le monde extérieur : visites de séculiers, présence de foire ou de pèlerinage, fréquentation des cabarets et (thème récurrent dans l'hagiographie érémitique) exposition d'enfants morts-nés à proximité.

  • 13 Status 1716, Unus est etiam se eremitam dicens in parochia Wyers, valde scandalosus, et famuli vice (...)
  • 14 E. MATTHIEU, L'ermitage de Sainte-Appoline à Epinois-lez-Binche, 1908, p. 6.

26C'était à l'Assemblée générale que le visiteur évoquait les fautes publiques et les fautes cachées, dénoncées par les frères. L'archevêque n'était informé que si le pêcheur refusait de s'amender. C'est ainsi que pour le XVIIIe siècle, nous ne connaissons que deux cas, celui de l'ermite de Wiers dont la vie était scandaleuse13 et en 1771 Eric-Hilarion de Quaregnon chassé de Morlanwelz pour libertinage et scandale14. La notoriété des ermites était telle que l'on peut considérer qu'il n'y eut pas d'autres cas. Les ermites du diocèse de Cambrai menèrent donc dans leur très grande majorité une vie conforme à leur idéal mais terriblement silencieuse pour l'historien.

6. Origine des ermitages

27L'ermitage se situait généralement dans des lieux déserts, hors des villes, à proximité d'une source. Un enclos protégeait les bâtiments pauvres et humbles, une chapelle et un jardin avec des ruches. L'élevage ou la présence de vaches était interdit. Les 36 ermitages du diocèse se situaient tous à la périphérie des doyennés, en lisière de petits massifs forestiers résiduels. Comme pour les époques antérieures, la grand-route n'est jamais très loin. Nous sommes loin de l'image romantique de l'ermitage perdu au fond de forêts profondes.

  • 15 T. BERNIER, « Notes sur quelques ermites du Hainaut », Mémoires de la Société des Sciences, Arts et (...)
  • 16 Annales de la Société d’Archéologie de Charleroi, t. VI, 1873 ; J. DE GUISE, Histoire du Hainaut, t (...)
  • 17 M. DE LA GORCE, « L'érémitisme dans l'arrondissement d'Avesnes », Mémoires de la Société historique (...)
  • 18 J. MOSSAY, En flânant dans l'Avesnois, 1974, p. 240-241.
  • 19 E. FOURDIN, « L'ermitage de Wilhours à Ath », Annales du Cercle archéologique de Mons, t. X, 1871, (...)
  • 20 D. VAN OVERSTRAETEN, « Les débuts de l'ermitage de Baudour », Annales du Cercle archéologique de Sa (...)

28Ces fondations ont pour la plupart une tradition très ancienne. Celui de Saint-Eloy à Solre-sur-Sambre existait depuis 100815, Morlanwelz avait été édifié par l'ermite Jean Guillaume16. La Haie d'Avesnes remontait au XIIe siècle17, Villers-Sire-Nicole avait été fondé en 136718, Wilhours était attesté depuis au moins 138019 et celui de Villeret (Baudour) était connu depuis la fin du XIIIe siècle20.

  • 21 L. MEUNIER, Monographie historique de La Hamaide, 1933, p. 163.
  • 22 Description de l'assiette, maison et marquisat d'Havré en 1606, rééd. 1874, p. IV, vers 1183-1262 ; (...)
  • 23 P. ÉRÈVE, « L'ermitage de Ham-sur-Heure », Calvaires et chapelles du Hainaut, 2, 1952, p. 36-37.
  • 24 E. MATTHIEU, op. cit., p. 4-7.

29Certains ermitages furent construits et protégés par des nobles qui, avant de mourir, souhaitaient disposer d'une maison de prière dont ils attendaient les bienfaits dans l'au-delà. Un chèque tiré sur le ciel, dit J. Sainsaulieu. C'était le cas de Saint-Barthélemy à Mons qui releva longtemps du comte de Hainaut avant d'être placé en 1575 sous la tutelle du doyen de Mons21. Henripont. et N.D. du Moulineau étaient dus à l'intervention des Croÿ22, Ham-sur-Heure aux d'Oultremont23, Épinois fut reconstruit par Le Boucq24.

30D'autres ermitages relevaient par contre des communautés villageoises ou du Magistrat urbain. C'était le cas de Thuin, de Wilhours/Ath et de Soignies depuis le XVIe siècle. La démarche était différente de la précédente, les villes recherchaient d'abord un ermite avant de construire un ermitage. Elles recrutaient par concours et fixaient la mission et le genre de vie du solitaire. Il s'agissait souvent d'honorer en permanence un saint protecteur contre les maladies des hommes et du bétail ou contre tout autre fléau. L'ermite était alors garde-chapelle d'un lieu de pèlerinage ou d'un cimetière.

31Fénelon n'ignorait pas ces dispositions et les liens de tutelle qui pouvaient peser sur le solitaire. Il prit donc des mesures pour couper toute relation avec la société civile. Les gardes-chapelle furent récusés systématiquement car, d'après les observations ils n'avaient pas une vie conforme. Le visiteur doit les expulser et laisser la chapelle en ruine. Il interdit aux gens du siècle de venir à l'ermitage pour manger, boire, jouer ou se divertir. Les femmes furent proscrites y compris la mère de l'ermite. Quant aux ermites-prêtres, ils ne pouvaient confesser, faire du catéchisme ou assurer les enterrements. Dans cette logique, Fénelon, quoique exigeant sur le degré d'instruction du solitaire, ne les autorisa pas à tenir école, faire office de régent et prendre des pensionnaires. Ce dernier point fut source de tensions durant le XVIIIe siècle avec les Magistrats des villes.

  • 25 E. POUMON, « Ermitages en Hainaut », Congrès de Comines, Actes, t. III, 1982, p. 245.

32C'est ainsi qu'en 1730, la ville d'Ath remit en cause le privilège d'exemption de droits communaux concédé par Charles VI (1380) à Wilhours. Un nouveau contrat fut passé stipulant aux ermites de payer 50 livres au Magistrat et les engageait à instruire, loger et nourrir les enfants d'Ath. À Thuin, la tension fut telle que le Magistrat fit fermer l'ermitage en 1765 et procéda à sa mise en vente en 178225. Qu'un ermite ait eu pour seule fonction, selon Fénelon, de prier pour le roi, la paix et la tranquillité de l'Église défiait les lois d'une société dont les valeurs étaient l'utilité et la production.

  • 26 D. VAN OVERSTRAETEN, op. cit., p. 31-32.

33L'archevêque de Cambrai recommandait encore de ne pas troubler les ecclésiastiques (monastères ou curés) dans leurs droits. Des conflits avaient eu lieu dans le passé comme en 1295 entre l'abbé de Saint-Ghislain et l'ermite Jean qui avait construit une chapelle sans autorisation de l'abbé26. Au XVIIIe siècle, ce qui était le plus visé était le droit de quête et la concurrence déloyale des ermites à l'égard des autres institutions. Mais surtout la mendicité systématique introduite dans les mœurs comme contrepartie de l'oisiveté des clercs prédicateurs heurtait les sensibilités en un temps où il pouvait paraître plus lucratif d'imiter les mendiants que les artisans en une période de reprise économique. Fénelon n'était pas insensible à l'argumentation. Il interdit aux ermites de quêter aux portes des églises, lors des fêtes, foires ou marchés outre, disait-il que c'est une perte de temps et un risque de dissipation, c'est une manière d'être à charge du peuple.

7. La vie quotidienne de l'ermite : travail et prière

34Un dernier point abordé dans l'Institut des ermites est celui du vécu quotidien. La cellule doit rester pauvre, en guise de décoration, trois images, celle de la Vierge, Jean-Baptiste et Antoine, un crucifix, une chaise, une table, un écritoire, du papier, un canif et des plumes. L'ermite dort tout habillé sur une paillasse avec sa robe de grosse laine noire, serrée à la taille par une ceinture de cuir, son capuce et le scapulaire. Des tuniques de serge noire, des caleçons de toile brune et les pieds-nus dans des socques de bois telle-était l'allure du frère ermite. Le descriptif est assez proche des indications fournies au IXe siècle par la Regula Grimlaici.

35Une dizaine de livres sont en permanence à disposition : Nouveau Testament, Psautier, Catéchisme du diocèse, Vies des Pères, les œuvres de Grenade et Rodriguez et les méditations d'Abelly ou du père Crasset. La journée débute à 4h du matin, rythmée par tous les offices monastiques complétés par des oraisons et méditations, la lecture et le travail manuel. Le repas de 11 h et le souper de 18 h coupent cette longue journée qui s'achève à 21 h.

  • 27 Les Vitæ des saints ermites du Haut Moyen Âge sont en effet remplies d'exploits ascétiques dont les (...)

36L'ermitage pour Fénelon est le lieu idéal de mortification, car il n'y a ni bruit ni tracas. Le saint, dit-il, y prêche par ses actions plus que par ses paroles et nous n'entendons pas laisser à chacun le choix de ses pénitences mais de se conformer à la règle27.

37Le métier venait en complément de la prière. Le travail manuel, dit Fénelon, est une mortification qui permet de se souvenir du péché originel. Il évite l'oisiveté, mais surtout dans une vie de méditation, il est nécessaire de délasser l'esprit par une diversité d'actions, par ce moyen, l'ermite est moins fatigué et plus propre à faire toute chose avec application. Enfin il fournit de quoi subsister et n'être pas à charge du public.

  • 28 Les mêmes interdictions figurent pour les mêmes raisons dans la règle des chanoines d’Aix de 817. L (...)

38Parmi les activités permises à l'ermite, il y a tout ce qui a trait au textile : faire de la toile, carder et filer la laine, le lin ou le chanvre ; à la vannerie : faire des paniers, des hottes et des vans ; enfin au travail du bois : fabrication de sabots, cuillères, charrues et jougs sans oublier le jardinage. Certaines activités sont interdites : pharmacie, chirurgie, médecine et enseigner car le solitaire serait alors obligé de sortir trop souvent28. La quête n'est tolérée qu'en raison des infirmités ou pour couvrir les frais de réparation de l'ermitage, dans tous les cas, elle fait l'objet d'une autorisation exprès du visiteur ou de l'évêque en personne.

39Les exercices spirituels constituent le second volet de la vie du solitaire. Toute la seconde partie de l’Institut y est consacrée. Là encore Fénelon en pédagogue fait une démonstration méthodique de l'excellence, de la nécessité, de l'utilité de la prière, de la qualité de la prière orale et de l'importance de l'oraison mentale permanente.

40Chaque jour l'ermite récite la messe et se rend à la paroisse le dimanche pour l'entendre et y communier. Le silence de l'ermitage est propice à la prière. Fénelon, prenant exemple des Pères du désert, suggère de limiter au maximum le temps de sommeil. Il est convenu de parler le moins possible à son compère, surtout après 21 h. Les jeûnes au pain et à l'eau, en prenant la discipline, s'effectuaient le mercredi et le vendredi, les veilles des fêtes des saints patrons et chaque jour de Carême.

  • 29 R. MINON, La vie dans le Nord de la France au XVIIIe siècle, p. 95.

41Face à la maladie et à la mort les efforts ne doivent pas faiblir puisque c'est là le sens de la conversion de toute une vie d'ermite. Une fois par mois et chaque dimanche après les Vêpres, le solitaire récite la vigile des morts. Le lundi après les Laudes, ce sont les antiennes et oraisons des morts. Le vrai solitaire précise Fénelon s'est retiré au désert pour y mourir. Lorsque la maladie arrive, il ne doit rien désirer que d'être dégagé des liens du corps et s'abandonner à Dieu. Personnellement l'ermite est invité à se résigner devant sa propre douleur. Par contre son compagnon doit faire preuve de charité et procurer ce qui est nécessaire au soulagement : saignées et bouillons, c'est-à-dire les remèdes des pauvres et ne pas engager de grandes dépenses. Le compagnon demeure présent durant l'agonie, prévient le curé voisin tandis qu'un cierge brûle en permanence jusqu'à l'ensevelissement du défunt. Le règlement stipule que l'ermite est inhumé revêtu de ses habits dans sa chapelle, porté par les frères du voisinage. L'enterrement ne doit pas excéder une heure. Certes l'ermite aspire à la mort mais de mort lente. Les longévités exceptionnelles ne sont pas rares parmi eux. À l'ermitage de La Haie d'Avesnes, le frère Posidon octogénaire fit le voyage de Lyon pour y subir une opération de la cataracte, il mourut à 90 ans. Après sa mort son compagnon disparut en emportant tout l'argent...29

  • 30 J. SAINSAULIEU, op. cit., p. 160 et 319-320.

42Contrairement à d'autres périodes, les ermites du diocèse de Cambrai n'ont pas été fondateurs d'ordre ou de monastère. Ils n'ont pas eu des foules de disciples. Mais leur archevêque, pédagogue et pasteur, a épousé leur idéal par son excellente connaissance des Pères du désert. Il a cherché effectivement à les protéger et à les maintenir dans leur état et leur quête de sainteté. Il fut l'un d'entre eux, au point de créer une congrégation qui alliait prière, recueillement et stabilité à l'instar de la Chartreuse. En dépit de la mort rapide de Fénelon et de l'absence de successeurs résidents, la congrégation a résisté. Fénelon, en ce sens, était un précurseur. Le concile romain de 1725 réuni par Benoît XIII (1724-1730) élabora un modèle similaire de Statut des ermites, avec assemblée générale annuelle, discipline et contrôle par un visiteur. Ce furent dans ces conditions que s'épanouit entre 1730 et 1780 une troisième vague érémitique avec des prolongements au XIXe siècle dans les fondations du père de Clorivière (1735-1820)30. L'échec ou la difficulté fut de faire comprendre au siècle de la Raison et du progrès, l'utilité de la Prière. Le 2 juillet 1783, Joseph II jugea les ermitages inutiles et les supprima.

Annexe

Les ermitages du diocèse de Cambrai d'après les Status de 1716 et de 1724

1716

1724

Doyenné de Tournai-S.Brice

Mont de l'Enclus

1 ermite

1 ermite

Saint- Sauveur

néant

Buissenal

1 ermite

1 ermite

Havinnes

Néant

1 ermite

N.D près Antoing

Néant

Wiers

1 ermite
« valde scandalosus »

Doyenné de Hal

N.D. près Enghien

1 ermite

Doyenné de Lessines

Thoricourt

3 ermites

3 ermites

Silly

2 ermites

1 ermites

Lessines( Mouplon)

1 ermites

1 ermites

Flobecq

1 ermites

1 ermites

Doyenné de Chièvres

Wilhours/Ath

4 ermites

4 ermites

Ellignies-Sainte-Anne

1 ermites

1 ermites

Soignies

1 ermites

1 ermites

Villers-Pommeroeul

2 ermites

2 ermites

Doyenné de Mons

N.D. du Moulineau

1 ermites

Villeret ( Baudour)

Néant

Saint-Barthélémy lez Mons

1 ermites

1 ermites

Saint Antoine en Barbefosse

Néant

Henripont

2 ermites

2 ermites

Naast

1 ermites

1 ermites

Ermitage de s. Pierre

néant

Doyenné de Binche

Morlanwelz

2 ermites

2 ermites

Fontaine-l'évêque

1 ermites

Buvrinnes

1 ermites

Le Roeulx près s. Feuillen

néant

Doyenné de Bavai

Elouges (Cockart)

4 ermites + 2 novices

3 ermites

Boussu

1 ermites

1 ermites

Roisin

2 ermites

1 ermites

Louvignies

2 ermites

2 ermites

Doyenné de Maubeuge

Solre-sur-Sambre

1 ermites

1 ermites

Villers-Sire-Nicole

3 ermites

3 ermites

Maubeuge-Le Tilleul

1 ermites

1 ermites

Doyenné d'Avesnes

La Haye d'Avesnes

2 ermites

2 ermites

Doyenné d'Haspres

Bois-l'évêque (Ors)

3 ermites

2 ermites

Doyenné de Cambrai

Selvigny

1 ermites

1 ermites

Beau revoir

1 ermites

1 ermites

Ermitage de la forêt de Mormal = couvent des récollets ; Walincourt Prioratus eremitorum s. Guillielmi = les Guillemins ; Valenciennes : Domus eremitorum valencensis.

Ermitages du diocèse de Cambrai

Ermitages du diocèse de Cambrai

Ermitage de la Haye d’Avesnes

Ermitage de la Haye d’Avesnes

Notes

1 J. SAINSAULIEU, Les ermites français, Paris, 1974 ; J. HEUCLIN, Aux origines monastiques de la Gaule du Nord, Lille, PUL, 1988.

2 Ms. inédit de la Bibliothèque du grand séminaire de Tournai.

3 A. PASTURE, Une description des paroisses du diocèse de Tournai - 1690-1728, Académie Royale de Belgique, 1968 : Ère (près d’Antoing), l'ermitage attire beaucoup de gens à la promenade à la belle saison (p. 51) ; Ramegnies (Templeuve), l'ermitage est la demeure de plaisance du sieur Warlu de Tournai (p. 101) ; Moenen (près d’Avelghem), l'ermitage sis près de la chapelle N.D. proche de l'église est détruit par la guerre (p. 121) ; Hem, ermitage au bord de la Marque, n'est pas à l'ermite mais au sieur Chauwin de Lille. Sept ermites s'y succédèrent de 1676 à 1784 dont A. Goiset mort à 93 ans (p. 219) ; Aix (près d'Orchies), ermitage bâti en 1704, le premier ermite F. A. Lescohier, frère du curé (p. 234). L. DESTREZ, « L'érémitisme septentrional », Bull. Connu. Flamand de France : ermitages de Rosimbois à Fournes (1684), de Blendecques (1692), Coutiches, Bachy (Bois Cavrène), Bailleul, Flêtre, Mont-Cassel, Tourcoing (La Marlière), Caestre (C. Grimminck) ; sur ce personnage voir l'étude du chanoine DESWARTE, Annales du Comité flamand de France, t. I, 1978.

4 Bulletin de la Société d'études de la ; Province de Cambrai, t. XII, séance du 18 Juin 1908, p. 156-159.

5 Statuta synodalia ecclesiae Cameracensis, Pars II, synodos provinciales, Cambrai-Mons, 1739.
Titre 18 : De vita, habitu et honestate clericorum. c. 17 : Nullus pastor aliquam eremitam intra limites suæ parochiæ admittet, seu habitare, velagere patietur, etiam ad modicum tempus, nisi ei constiterit de prævia admissione, et consensu episcopi. Et si quis extraneus eremita, vel gestans habitum eremiticum scandalum dederit, mox eum, invocato etiam (quatenus opus sit) brachio sæculari, debite puniri, et scandalum impediri curabit. Titre 22. c. 24 : Eremitæ : non religiosi habitum religionis non ferant.

6 Archives de l'État à Mons : fonds de l'évêché de Tournai, Layette III, no 258, registre du vicariat. Bulletin de la Société d'études de la Province de Cambrai, t. XII, 1908, p. 147-149.

7 Statuta synodalia ecclesiæ Cameracensis, pars prima, Cambrai-Mons, 1739.
Art 44 : Decani christianitatis singuli convocabunt omnes eremitas sui decanatus, iisque prælegent ordinationes et statuta nostra, cum mandato, ut ea exacte observent sub pœna arbitrana : et qui ter puniti non emendaverint, sine conniventia habitu eremitico exuantur.
Art 45 : Utque deinceps vitam eremiticam aggressuri, ad eam magis idonei reddantur, nullus in posterum ad habitum recipiatur, nisi post admissionem nostram in scriptis, per annum integrum apud alios eremitas a nobis designatos habitaverit et ita se gesserit, ut testimonio ipsorum de bite commendetur.

8 J. SAINSAULIEU, op. cit., p. 262-267.

9 Status Generalis dioecesis Cameracensis, ann. 1716, 2 vol., Codex 115, Bibliothèque du grand Séminaire de Tournai et le Status de 1724, B.N., ms. Latin 9914-9915. Nous remercions ici M. Dehon qui a effectué quelques vérifications à Tournai et M. le Chanoine H. Platelle qui nous a communiqué ses informations sur le manuscrit de la B.N.A. DESCAMPS, « L'état ecclésiastique de nos régions au XVIIIe siècle », Rev. Dioc. de Tournai, t. VIII, no 4, p. 320-338.

10 En 1730, il y avait 7 ermites et des domestiques pour encadrer 120 écoliers.

11 On devait y compter au XVIIIe siècle 150 écoliers, en 1784, l'école de l'ermitage avait composé sa propre grammaire.

12 L'enseignement y était également dispensé en suivant une tradition qui remontait à 1620.

13 Status 1716, Unus est etiam se eremitam dicens in parochia Wyers, valde scandalosus, et famuli vices agens in Castro de Wyers.

14 E. MATTHIEU, L'ermitage de Sainte-Appoline à Epinois-lez-Binche, 1908, p. 6.

15 T. BERNIER, « Notes sur quelques ermites du Hainaut », Mémoires de la Société des Sciences, Arts et Lettres du Hainaut, 4° série, IX, 1887.

16 Annales de la Société d’Archéologie de Charleroi, t. VI, 1873 ; J. DE GUISE, Histoire du Hainaut, t. XIV, p. 225 ; J. -M. CANIVEZ, L'ordre de Citeaux en Belgique, 1926, p. 384-385.

17 M. DE LA GORCE, « L'érémitisme dans l'arrondissement d'Avesnes », Mémoires de la Société historique et archéologique d'Avesnes, t. XIX, 1959, p. 69-82.

18 J. MOSSAY, En flânant dans l'Avesnois, 1974, p. 240-241.

19 E. FOURDIN, « L'ermitage de Wilhours à Ath », Annales du Cercle archéologique de Mons, t. X, 1871, p. 291.

20 D. VAN OVERSTRAETEN, « Les débuts de l'ermitage de Baudour », Annales du Cercle archéologique de Saint-Ghislain, II, 1978, p. 25-39.

21 L. MEUNIER, Monographie historique de La Hamaide, 1933, p. 163.

22 Description de l'assiette, maison et marquisat d'Havré en 1606, rééd. 1874, p. IV, vers 1183-1262 ; L. JOUS, « Les ermites d'Henripont », Le val vert, 1973, 4, p. 65-68.

23 P. ÉRÈVE, « L'ermitage de Ham-sur-Heure », Calvaires et chapelles du Hainaut, 2, 1952, p. 36-37.

24 E. MATTHIEU, op. cit., p. 4-7.

25 E. POUMON, « Ermitages en Hainaut », Congrès de Comines, Actes, t. III, 1982, p. 245.

26 D. VAN OVERSTRAETEN, op. cit., p. 31-32.

27 Les Vitæ des saints ermites du Haut Moyen Âge sont en effet remplies d'exploits ascétiques dont les évêques depuis longtemps se défiaient : voir le stylite Walfroy à Ivoy-Carignan au VIe siècle.

28 Les mêmes interdictions figurent pour les mêmes raisons dans la règle des chanoines d’Aix de 817. L'ermite de Dourlers était spécialisé dans la botanique et distribuait ou vendait des plantes médicinales.

29 R. MINON, La vie dans le Nord de la France au XVIIIe siècle, p. 95.

30 J. SAINSAULIEU, op. cit., p. 160 et 319-320.

Table des illustrations

Titre Ermitages du diocèse de Cambrai
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2467/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Ermitage de la Haye d’Avesnes
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2467/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 320k

Auteur

Université Catholique de Lille CREDHIR

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540