Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fénelon, évêque et pasteur en son temps (1695-1715)

 | 
Philippe Guinet
, 
Gilles Deregnaucourt

Un évêque au carrefour de diverses influences

Évangélisation et apaisement d'un conflit séculaire avec l'archevêché de Reims : les engagements contrastés mais cohérents d'un jeune archevêque de Cambrai en 1695

Philippe Guignet

Texte intégral

  • 1 En fait, l'indépendance du chapitre cathédral était une fiction. Dès le 21 septembre 1674, une let (...)
  • 2 La résolution du chapitre fut signifiée le 25 août 1682 par Jacques de Francqueville, alors prévôt (...)
  • 3 Par exemple lors de la fête de Saint-Géry enl694, Mgr de Bryas avait été entouré des acclamations (...)
  • 4 Fénelon avait été élu à l'Académie française en 1693 en remplacement de Pellisson.

1La mort de Jacques Théodore de Bryas le 16 novembre 1694 provoque la vacance du siège archiépiscopal de Cambrai qui débouche le 4 février 1695 sur la nomination de François de Salignac de la Mothe-Fénelon. La procédure de désignation et la personnalité distinguée par le roi sont hautement significatives d'une nouvelle période. En 1675, le chapitre de Cambrai avait sauvegardé les apparences en procédant à l'élection du successeur de Ladislas Jonnart1. Mais dès 1682, les chanoines cathédraux ont accepté de résigner au roi de France son droit d'élire l'archevêque2. Par ailleurs, on a souvent souligné la grande popularité de Mgr de Bryas, un homme du pays issu de la noblesse des Pays-Bas3 Fénelon arrive certes précédé d'une réputation flatteuse d'ecclésiastique brillant et de membre de l'Académie française4 mais ce gentilhomme périgourdin peu habitué de surcroît aux mœurs familières et joviales de la contrée fait figure d'étranger. Le relatif inconfort de la situation dévolue à Fénelon est aggravé par une initiative prise par l’archevêque de Reims qui avant même que le successeur de Mgr de Bryas ne soit désigné conteste la dignité archiépiscopale dont M. de Cambrai se pare depuis près d'un siècle et demi.

  • 5 Dans l'édition de la correspondance de Fénelon qu'il a publiée il y a vingt ans, J. ORCIBAL par ex (...)

2Fénelon doit donc se disposer à dissiper les préventions pouvant s'exercer à son encontre mais aussi à défendre, avant même d'être sacré, les positions institutionnelles et hiérarchiques de l’Église de Cambrai. Notre parti d’aujourd’hui vise à reprendre l'ensemble du dossier concernant un différend qui jusqu'à ce jour a été signalé et non étudié de façon systématique5. Puis en prenant appui sur ce que cette controverse révèle de la personnalité de Fénelon, nous nous emploierons à réexaminer de façon plus synthétique les initiatives prises localement afin de mieux discerner l'esprit général qui les anima.

1. L'érection longtemps contestée de Cambrai au rang de siège archiépiscopal

1/ Le point de départ : la réorganisation des circonscriptions religieuses

3Le point de départ du conflit avec l’Église de Reims correspond naturellement au bouleversement de l'organisation ecclésiastique des Pays-Bas décidé par deux bulles pontificales de 1559 et de 1561.

4C'est sur les instances de Charles Quint puis de Philippe II que le pape Caraffa Paul IV, par la bulle Super Universas du 12 mai 1559, modifia en profondeur la géographie ecclésiastique de la contrée. Tout en créant de nouveaux évêchés, il rompit notamment les liens de dépendance unissant les diocèses anciens avec les archevêchés étrangers de Reims et de Cologne. Cette bulle est confirmée par son successeur Pie IV.

  • 6 M. DIERICKX, Documents inédits sur l'érection des nouveaux diocèses aux Pays-Bas (1521-1570), 1960 (...)

5Les documents essentiels concernant cette restructuration radicale ont été publiés au début des années 1960 par le père jésuite Michel Dierickx6. On sait tout (ou presque) aujourd'hui des difficiles tractations qui ont abouti et succédé à court terme à l'érection de trois nouvelles provinces ecclésiastiques. Au nord fut taillée une province à laquelle les troubles politico-religieux n'épargnèrent pas les épreuves, il s'agit de la province d'Utrecht avec ses cinq évêchés suffragants (Haarlem, Middelbourg, Leeuwarden, Groningue, Deventer). Au centre fut formée une solide province flamando-brabançonne avec Malines comme archevêché et six évêchés suffragants (Ypres, Bruges, Gand, Anvers, Bois-le-Duc et Ruremonde). Enfin, l'évêché de Cambrai qui est érigé au rang de siège métropolitain se voit confier une ample province de langue française. Le 74e évêque de Cambrai, Maximilian de Berghes (1556-1576) a donc la satisfaction d'être le premier archevêque de Cambrai. Certes l'assise territoriale jusqu'alors très vaste du diocèse de Cambrai fut amputée au nord de terres d'ailleurs principalement de langue flamande mais désormais M. de Cambrai put exercer son autorité métropolitaine sur quatre évêchés suffragants, ceux d'Arras, Saint-Omer, Namur et Tournai.

  • 7 La tante maternelle du cardinal n'était autre que la mère de Marie Stuart, épouse de François II e (...)
  • 8 Le cardinal de Lorraine fut même très actif dans les débats. Il n'admettait rien qui fût de nature (...)
  • 9 B. M. Cambrai, ms. 1163, fol. 60-62. Lettres originales du cardinal de Lorraine (13 et 30 novembre (...)
  • 10 Selon J. CORNETTE, Chronologie de la France moderne, le XVIe siècle, Paris, 1995, p. 230 et 233.

6Il est incontestable que l'érection en archevêché du siège épiscopal de Cambrai se fit sans qu'il y ait eu consultation préalable du cardinal Charles de Lorraine, alors archevêque de Reims, personnage considérable d'une extraction familiale prestigieuse7. Il est tout aussi certain que le cardinal dont le rôle lors des dernières sessions du concile de Trente fut loin d'être mince8 refusa de reconnaître le fait accompli. La preuve en est qu'en 1564, il convoqua à un synode provincial des représentants de ses anciens évêchés suffragants9. Maximilien de Berghes envoya alors des procureurs pour exciper de la bulle d'érection de Cambrai. Le fait est qu'en réponse le cardinal de Lorraine n'entreprit aucune procédure sérieuse en cour de Rome afin d'obtenir la cassation de la décision. S'agissait-il donc d'une simple protestation pour la forme comme l'affirme Fénelon à la fin du XVIIe siècle ? Sans doute peut-on aussi considérer que pour un authentique lutteur de la Contre-Réforme comme Charles de Lorraine, la question de l'érection de Cambrai en métropole n'était pas la priorité des priorités. Il s'agissait alors pour lui de faire adopter contre Michel de l'Hôpital les canons et les décrets conciliaires comme lois du royaume ce qu'il n'obtint du reste pas10. L'essentiel en ce qui concernait l'affaire de Cambrai était donc de prendre date en montrant par des protestations dûment enregistrées que le différend demeurait ouvert.

  • 11 A Reims entre juillet et octobre 1583, on comptabilisa 72 409 pèlerins. J. CORNETTE, op. cit., p.  (...)
  • 12 Les protestations figurent dans les actes des conciles de Reims. Cf. collections des Conciles du P (...)
  • 13 Protestation de Monseigneur l'Illustrissime et Révérendissime Messire Charles-Maurice Le Tellier, (...)

7Du reste en 1583, le successeur du cardinal de Lorraine Louis, cardinal de Guise, revint à la charge. Lors d'un synode provincial tenu dans le climat d'intense ferveur de l'année des processions11, l'archevêque de Reims qui avait derechef appelé ses anciens suffragants requit contumace contre les évêques de Cambrai et d'Arras et demanda pareil ajournement aux, évêques de Saint-Omer et d'Ypres, ainsi qu'aux chapitres de Cambrai, d'Arras et de Tournai12. Un siècle plus tard, l’Église de Reims ne manqua évidemment pas de rappeler ces solennelles protestations. Elle était manifestement plus embarrassée par l'absence, qui selon elle ne valait pas prescription, de toute démarche formelle du métropolitain de 1583 à 1678. Pour expliquer ce long silence, Mgr Le Tellier en était réduit à faire valoir les longues périodes de guerre entre la France et les Habsbourg de Madrid qui empêchaient d'agir selon les dispositions des lois ecclésiastiques et civiles13. De fait, le contexte politique nouveau de la fin des années 1670 semblait offrir à l’Église de Reims des chances de succès pour ses démarches.

2/ La logique gallicane d'un homme de pouvoir, Mgr Charles-Maurice Le Tellier

  • 14 C. M. Le Tellier n'attend du reste pas la consécration juridique par les traités de Nimègue des co (...)

8Le 3 février 1676, Charles-Maurice Le Tellier archevêque duc de Reims écrit à Jacques de Bryas qu'il a décidé de se pourvoir contre l'injustice faite à son Église par l'érection de Cambrai au rang de métropole. Il lui indique sans ambages les raisons conjoncturelles qui lui paraissent propices à un rétablissement de son autorité sur Cambrai. Si les efforts de ses prédécesseurs ont été vains, c'est uniquement parce que la même autorité qui avait attiré cette violence a été jusqu'ici en état de la maintenir. Mais les conquêtes du roi dans le Cambrésis et le Hainaut14 changent les données de la situation. On observe immédiatement l'approche essentiellement politique de Le Tellier. Il n'aborde pas la question en fonction des nécessités d'une prise en charge religieuse efficace de la population mais en termes de positions de pouvoirs, de dignités hiérarchisées que son honneur exige de rétablir dès que les circonstances et les rapports de force s'y prêtent.

  • 15 B.M. Cambrai, ms. 1163, fol. 52-57.

9Le 8 février, Mgr de Bryas qui a le sens des convenances prie son interlocuteur de croire qu'il ne sera pas de plus mauvais gré dans sa défense qu’il n'en discerne dans le dessein nourri par Le Tellier. Le 14 février, François de La Ferté, garde du roi en la Prévôté de son hôtel et collaborateur de l'intendant Le Peletier remet officiellement à J. de Bryas l'acte de protestation annoncé15.

  • 16 Abbé J. GILLET, Charles-Maurice Le Tellier, archevêque de Reims, Paris, 1881, 439 p. (Thèse, Nancy (...)
  • 17 A. JEAN s,j., Les évêques et les archevêques de France depuis 1682 jusqu'à 1801, Paris, 1891, p. 3 (...)
  • 18 A. CORVISIER, Louvois, Paris, 1983, p. 113.

10C. M. Le Tellier est déjà à l'époque un des hommes forts de l'épiscopat français. En sa qualité d'archevêque, il détient une position institutionnelle considérable. Non seulement il occupe une des sept pairies ecclésiastiques de France mais il est premier pair du royaume. Par ailleurs, sa haute naissance (il est avec le grand Louvois le seul survivant des six enfants de Michel Le Tellier et d'Isabelle Turpin), son grand caractère (qui lui donne beaucoup de ressemblance avec celui du ministre), sa culture, on le sait bibliophile averti, en font un adversaire redoutable. Souvent présent à la Cour, il est membre d'un clan influent16. Le Père Armand Jean note sans indulgence que chez lui le pair de France et le fils du chancelier absorbèrent constamment l'archevêque de Reims17. Ce prélat de mœurs au demeurant peu austères est pour Louis XIV un homme sûr du haut clergé ; son rôle fut déterminant lors de l'assemblée du clergé qui adopta en mars 1682 la fameuse Déclaration des quatre articles. Nous entendons bien avec A. Corvisier que C. M. Le Tellier demeurait, comme Bossuet du reste, « dans la bonne moyenne de l'opinion gallicane »18. Il demeure que dans le différend l'opposant à Cambrai, Le Tellier agit dans un contexte de tensions avec le Saint-Siège avivées par l'affaire de la régale et qu'il met en cause dans son argumentation des décisions pontificales qui ne lui paraissent pas revêtues de toutes les garanties canoniques.

  • 19 B.M. Cambrai, ms. 1163, fol. 52 (Protestation de Charles-Maurice Le Tellier...).
  • 20 B.M. Cambrai, ms. 1163, fol.

11Au vrai Le Tellier fait reposer ses protestations sur des justifications historiques comme sur des arguments théologiques concernant la puissance pontificale. L'archevêque de Reims note que saint Remy envoya saint Vaast prêcher l’Évangile dans les contrées septentrionales. Saint Vaast établit l'Église épiscopale d'Arras que son successeur transféra à Cambrai. Pendant douze siècles, l'Église de Cambrai fut donc réunie à la province ecclésiastique de Reims. Le fait était à ce point admis qu'encore en 1550, l'évêque de Cambrai, Robert de Croÿ, ne consentit à publier le règlement d'Augsbourg que moyennant une protestation expresse concernant l'autorité spirituelle de Reims19. Les raisons invoquées pour obtenir de la papauté l'érection de Reims en métropole étaient donc fallacieuses. Ceux qui ont obtenu des papes les bulles contestées n'avaient pas de vues spirituelles pour le salut des fidèles. Le but véritable était de rompre le commerce des sujets du roi d'Espagne avec l'archevêché de Reims situé en France20 ; M. de Reims est donc fondé à chercher le tribunal d'un pape bien informé pour obtenir justice contre des décisions arrachées à des souverains pontifes mal informés.

  • 21 B.M. Cambrai, ms. 1163, fol. 53.
  • 22 A.G, MARTIMORT, Le gallicanisme, Paris, 1973.

12Plus noblement encore, C. M. Le Tellier se prévaut des règles de l'Église. Les formalités dont doivent s'accompagner les décisions pontificales n'ont pas été respectées. Les papes n'ont pas pris information auprès des archevêques de Reims et de Cologne lésés par la réforme ; ils ont usé de la clause de plenitudine potestatis ce qui est contraire aux saints canons. À ce niveau de la démonstration, le gallican Le Tellier trouve assurément un terrain à sa convenance. La France, rappelle-t-il, n'a jamais reconnu la plénitude de puissance du pape que lorsqu'elle a été employée aux usages pour lesquels Jésus-Christ l'a donnée à ses vicaires. Le Tellier convient pleinement que le pape, chef visible de l’Église, est le centre de la communion ecclésiastique, mais les églises confiées à des évêques, eux-mêmes successeurs des apôtres sont également fondées par le précieux sang du rédempteur21. Et d'invoquer l'autorité des conciles de l'Église primitive : les conciles d'Éphèse et de Chalcédoine n'ont-ils pas rétabli les métropolitains de Chypre, de Tyr et de Nicodémie dans leurs droits usurpés par le patriarche d'Antioche et les évêques de Berite et de Nicée ? Certes Le Tellier ne fait pas ouvertement parade de la théorie conciliaire de la supériorité des conciles sur le pape, mais lorsqu'il se targue des anciens conciles, ainsi que de la pure et véritable doctrine du Saint-Siège, il s'inscrit en contradiction avec l'approche ultramontaine du magistère pontifical22. In fine Le Tellier déclare espérer de la piété de Jacques de Bryas, digne successeur des vertus de saint Vaast qu'il renonce de lui-même à sa dignité archiépiscopale en écoutant la voix de l'Église de Reims sa mère.

3/ La réponse argumentée, et après consultation, de Mgr de Bryas

  • 23 B.M. Cambrai, ms. 1163, fol. 83-84.

13Dans un premier temps, la démarche de C. M. Le Tellier paraît avoir pris au dépourvu l'archevêque de Cambrai et son entourage ainsi confrontés à une affaire qu'ils croyaient réglée depuis longtemps. La preuve en est que les manuscrits de la Bibliothèque Municipale de Cambrai recèlent un mémoire de M. de Fleury, conseiller au Grand Conseil, remis à Mgr de Bryas23. Celui-ci, qui n'ignore sans doute pas que l'intendant Le Peletier est un fidèle de Louvois, est d'autant plus conscient de mal maîtriser les enjeux politiques de l'affaire que Cambrai est sous domination française depuis moins d'un an.

  • 24 Capitulation de Cambrai (5 avril 1677) reproduite par A. DURIEUX, Le siège de Cambrai par Louis XI (...)

14Fleury en homme avisé suggéra à Bryas d'alerter le Saint-Siège des desseins de M. de Reims et d'envoyer au plus tôt un émissaire auprès du roi en se ménageant l'amitié de personnalités influentes parmi lesquelles le cardinal de Bouillon et le Père de La Chaize sont nommément désignés. Autrement dit, Fleury pense possible d'étouffer les prétentions de C. M. Le Tellier en prenant appui sur le grand aumônier de France, Emmanuel de la Tour d'Auvergne, neveu de Turenne et sur le confesseur du roi. Surtout, Fleury invite fermement à ne pas confier l'affaire à une personne qui ait besoin de Mgr de Louvois. Sur le fond, Fleury fait mouche en demandant à M. de Cambrai de se prévaloir des clauses de la capitulation de la cité concernant la sauvegarde des charges, honneurs, dignités et prééminences24. Il imagine aussi que le recours aux archives diocésaines peut être d'un concours précieux pour réfuter les arguments avancés par Le Tellier.

  • 25 B.M. Cambrai, ms. 1163, fol. 69-82. Réponse pour l'Église et, archevêché, de Cambrai contre la pro (...)
  • 26 Il ne manque pas notamment de rappeler l'érection de Paris au détriment de Sens en 1622.

15En fin de compte, Bryas réplique par un robuste mémoire d'une vingtaine de pages méthodiquement composées et lourdement lestées de citations latines25. Après avoir écarté des choses indifférentes quant au fond, Bryas assène à son interlocuteur une longue série d'archevêchés érigés au détriment de métropoles installées de longue date26 sans que de longues et séculaires contestations en soient résultées. Pour l'Église de Cambrai, l'érection de la cathédrale de Cambrai en métropolitaine est une voie canonique faite par l'autorité des souverains pontifes et pour un bien public. Les arguments tenant à la formalité des pratiques n'ont pas de consistance. D'ailleurs le roi de France à l'époque n'a pas contredit et a ainsi consenti tacitement. Sans trop ménager la susceptibilité de son contradicteur, il lui signifie tout uniment que toute la difficulté retombe finalement sur l’intérêt de l'archevêque de Reims qu'il oppose à l'intérêt de l'Église universelle dont le pape est souverain administrateur.

  • 27 B.M. Cambrai, ms. 1163, fol. 81 v.

16Mgr de Bryas comme ses collaborateurs n'ignorent pas les théories gallicanes les plus intransigeantes. Ils concèdent que la Sorbonne déroge fort à cette puissance du pape mais c'est pour mieux faire valoir que plusieurs prélats des plus savants et modérés ne vont pas jusque là. Bryas quant à lui ne dissimule rien du cas qu'il fait de l'autorité pontificale : Je m’arrête principalement sur la puissance inébranlable du saint Siège..., c'est, répète-t-il dans la lettre d'envoi à C M. Le Tellier, la pierre ferme sur laquelle je jette mon fondement27.

17Il est patent que le coup de semonce que M. de Reims avait fait retentir fut sans lendemain immédiat. Le Tellier ne forma pas d’instance à Rome et de l'aveu de Fénelon ne fit aucune procédure pour tendre à un jugement de la cause. Un ultime assaut de l'Église de Reims se produisit à la mort de Mgr de Bryas.

2. Fénelon, un défenseur avisé des prérogatives de son siège

  • 28 FÉNELON, Œuvres, Paris-Lille-Besançon, J. Leroux, Jouhy, Gaume, 1851, t. VIII, p. 293-314.

18C. M. Le Tellier tenta de profiter de la vacance du siège de Cambrai pour relancer l'offensive sans que l'argumentation employée ait varié d'un iota. La preuve en est que la protestation datée du 14 février 1678 et adressée à Mgr de Bryas fut réimprimée en 1695 à la suite d'un nouveau mémoire établi dès janvier contre l’érection de l’Église de Cambrai en archevêché. L'abbé de Fénelon dut par conséquent dès sa nomination s'atteler à une réfutation en bonne et due forme des prétentions de C. M. Le Tellier28.

  • 29 B.M. Cambrai, ms. 1163, fol. 1-43.

19Fénelon ordonne clairement sa démonstration en six parties. Après avoir rappelé l'histoire de l'érection et le principe général sur lequel elle est fondée, il fournit plusieurs exemples d'érections montrant que l'usage est conforme au principe du droit, avant de traiter du cas particulier des églises des Pays-Bas. Dans les deux dernières parties, il définit la discipline de l’Église sur les dédommagements et la prescription que l’Église de Cambrai prétend avoir acquise contre celle de Reims. Ce texte qui couvre vingt et une pages d'écriture serrée sur deux colonnes dans l'édition des Oeuvres complètes de Fénelon du milieu du siècle dernier figure avec des corrections de la main de Fénelon dans le fonds des manuscrits de la Bibliothèque Municipale de Cambrai29.

20Le mémoire de Fénelon l'emporte sur celui de Mgr de Bryas par l'ampleur de la démonstration et la finesse avec laquelle chacun des arguments de C. M. Le Tellier est repris et mis en pièces. Sur un ton persévéramment déférent à l'égard d'un prélat présenté comme aussi sincère qu'éclairé, Fénelon développe une argumentation ne laissant au vrai aucune échappatoire à son adversaire, il serait d'un médiocre intérêt de reprendre dans le détail un mémoire qui, en dépit d'un ton très soutenu, n'est du reste pas exempt d'une certaine prolixité. Il nous apparaît plus expédient de mettre en exergue ce que Fénelon dit de la nature et des conditions de l'exercice du magistère dans l’Église d'une part, des puissantes raisons pastorales ayant rendu indispensable le bouleversement de la géographie ecclésiastique décidée par Paul IV et Pie IV d’autre part.

1/ Un gallicanisme respectueux de « l’autorité suprême du pape »

  • 30 FÉNELON, Œuvres, t. VIII, p. 296. La Contre-Réforme fut dans les Pays-Bas, d'inspiration essentiel (...)
  • 31 Se reporter aux travaux de J. ORCIBAL, Louis XIV contre Innocent XI, Paris, 1949 et de P. BLET, Le (...)
  • 32 FÉNELON, Œuvres, t. VIII, p. 296-297.

21La partie la plus originale du mémoire n'est pas celle où Fénelon démontre la faiblesse des justifications historiques de C. M. Le Tellier. Il reprend en d'autres termes ce que J. de Bryas et ses collaborateurs avaient déjà développé. Il a toutefois l'habileté de rehausser l'autorité morale de la bulle de Pie IV confirmative de celle de Paul IV en rappelant la haute mémoire de Charles Borromée, neveu et conseiller du pape qui était alors la lumière posée sur le chandelier30. Fénelon n'est pas davantage original, mais l'argument est à ce point déterminant qu'il ne peut le dédaigner, lorsqu'il rappelle les engagements pris par le roi dans la capitulation de Cambrai. C'est en fait lorsqu'il situe le débat à son plus haut niveau, celui de l'exercice de l'autorité dans l’Église et du magistère romain, que Fénelon donne au débat sa vraie dimension. Les termes du différend concernant l'autorité pontificale avaient acquis une actualité plus brûlante encore à la suite de l'Assemblée du clergé de 168231. Fénelon ne se dérobe pas, affirmant s'inscrire dans le droit fil de la doctrine de l’Église gallicane. Ses formulations n'ont donc pas la netteté de celles de son prédécesseur J. de Bryas. Celui-ci professait une ecclésiologie simple en professant que le pape était juge absolu en matière de controverse de la foi et des choses sacrées. Fénelon réexamine le juste sens à donner à la notion de plénitude de puissance qui n'est rien moins qu'une puissance arbitraire. Il convient que la plénitude de puissance est modérée par la nécessité d'observer les canons. Cette concession sur le fond n'a pour but que de sauver l'autorité suprême du pape dans des cas pressants et imprévus où il est impossible ou dangereux de suivre la lettre de la loi au détriment de son esprit32.

  • 33 B.M. Cambrai, ms. 1163, fol. 53.

22L’Église a donc besoin d’un tribunal fixe et ordinaire pour interpréter la loi et en dispenser en cas de nécessité pressante et notoire. Ce tribunal ne peut être le concile œcuménique qui ne se réunit que rarement et avec d'extrêmes longueurs. A l'évidence, seul le pape peut jouer ce rôle d’autorité suprême. Dés lors comment disconvenir de ce que le pape pour le salut de la religion peut juger non seulement des érections de sièges métropolitains mais des formalités à observer pour les prononcer ? Et à trois reprises Fénelon de s'engouffrer dans la brèche ouverte par Le Tellier dans ses défenses lorsque le prélat a concédé : La foi seule est immuable ; les différentes conjonctures des temps et des lieux peuvent quelquefois dispenser de l'obligation d'observer certaines formalités établies avec beaucoup de justice33.

23La question revient donc à se demander si, en 1559, les circonstances étaient à ce point pressantes qu'elles exigeaient une mise entre parenthèses d'une consultation de toutes les parties. Pour Fénelon, ce n'est pas douteux car c'est toujours en fonction du salut de la catholicité qu'il faut juger de la valeur d'un acte.

2/ Des érections indispensables au bien de l'Église et au salut des peuples

  • 34 FÉNELON, Œuvres, 1851, t. VIII, p. 308.

24Fénelon développe les puissantes raisons qui ont motivé les décisions pontificales : la multiplication innombrable des peuples dans les Pays-Bas34 et les progrès de l'hérésie, il ajoute que l'opposition des intérêts entre les deux nations française et espagnole ne pouvait qu'inciter les souverains pontifes à enlever de l'obédience de Reims la quasi totalité des Pays-Bas. L'insistance de Fénelon sur la diffusion rapide de la Réforme montre bien qu'à ses yeux c'était bien là l'urgence fondamentale. La création de nouveaux évêchés s'imposait ; quatre évêchés privés de métropole proche ne permettaient pas de faire face au danger. Des provinces ecclésiastiques, se plaît-il à répéter, doivent être de médiocre étendue si l'on souhaite que les évêques de la province s'assemblent fréquemment afin de mieux répondre aux besoins des fidèles. Fallait-il donc que les papes attendent que le feu ait tout embrasé avant de réagir ?

  • 35 É. de MOREAU s,j., Histoire de l’Église en Belgique, t. V, L’Église des Pays-Bas. 1559-1633, Bruxe (...)
  • 36 Il est en effet attesté que la Réforme gagna d'abord de nombreux adeptes dans la partie méridional (...)

25La fécondité spirituelle de la réorganisation de 1559-1561 est d'une évidence aveuglante35. Les conciles provinciaux tenus à Cambrai furent déterminants dans la partie méridionale des Pays-Bas, qui était la plus peuplée, la plus remplie de grandes villes et n'était pas moins exposée que l'autre à l'Hérésie36. Tout au plus regrette-t-il que la mise en place des nouveaux cadres religieux ait eu lieu trop tard pour sauver le catholicisme dans les provinces du Nord.

26Fénelon a donc l'adresse de reconnaître que les droits honorifiques et utiles de l’Église de Reims ont été blessés par la réforme de 1559-1561. Mais fallait-il laisser périr la foi dans ces vastes provinces ? Un bon pasteur préférera toujours renoncer à ses prééminences et à ses juridictions plutôt que de porter préjudice au besoin des peuples.

3/ Une issue honorable ménagée par le roi

  • 37 Marquis de SOURCHES, Mémoires, t. IV, p. 430.
  • 38 R. MANDROU, Louis XIV en son temps, 1661-1715, Paris, 1978, p. 349.
  • 39 FÉNELON, Œuvres, 1851, t. VIII, p. 309.
  • 40 A. N., Minutier Central (Réserve précieuse) C XIII, 169. Le brevet est annexé à la renonciation de (...)
  • 41 A. N., Minutier Central (Réserve précieuse) C XIII, 169.
  • 42 A. N., Minutier Central, Ibid. Pièce annexe à la renonciation de Le Tellier. Cette décision est pa (...)
  • 43 Cette bulle figure aux A. D. Marne sous la cote G 151.
  • 44 A. N., Minutier Central (Réserve précieuse), LXXXII, 42 (1).
  • 45 A.D. Marne, G 302. Plan général de la terre de Saint-Thierry ; transformation de la maison abbatia (...)
  • 46 A. CORVISIER, Louvois, op. cit., p. 124.
  • 47 Certains biens étaient du reste situés en Flandre (A. D. Marne 13 H 70).
  • 48 Fénelon s'en démit en faveur de Gabriel de La Cropte-Chantenac, chanoine de l'église de Notre-Dame (...)

27En 1695, l'influent archevêque de Reims se trouve donc confronté à un bretteur beaucoup plus fin et mieux préparé à la controverse que Mgr Jacques de Bryas. Surtout, il semble bien que Le Tellier n'ait pas mesuré à quel point le contexte politico-religieux a cessé de lui être favorable. En 1695, engagé en pleine guerre de la Ligue d'Augsbourg, Louis XIV ne tient pas à engager une épreuve de force pour une question de préséance difficile à étayer, dont le roi ne perçoit pas l'intérêt pour une France qui vient de rattacher à son « pré carré » une bonne part de l'archevêché de Cambrai. Les Mémoires du marquis de Sourches ne laissent planer aucun doute à ce propos : Les deux parties en ayant parlé au roi, Sa Majesté ne voulut point s'en mêler et remit la close à la décision du pape37. Autrement dit la crise du triomphalisme gallican38 résultant de l'apaisement depuis 1693 du conflit avec le pape ne pouvait que conduire le Grand Roi à régler l'affaire par un dédommagement acceptable pour C. M. Le Tellier. Il est digne de mention que Fénelon pour des raisons de fond ne voyait nulle justification spirituelle à une procédure de cette nature. N'écrit-il pas dans son mémoire de réponse que les dédommagements utiles ne sont fondés sur aucun usage de l'ancienne Église et que, de surcroît, lorsqu'il s'agit d'une nécessité générale de la religion, les dédommagements sont injustes et impossibles39. Qu'importe ! Le souverain se devait de trouver une porte de sortie honorable pour une personnalité aussi marquante que Mgr Le Tellier. Le 2 avril, un brevet expédié de Versailles pourvoit à l'indemnisation de l'Église et archevêché de Reims, pour l'érection de l'évêché de Cambrai en archevêché et pour la distraction des quatre évêchés d'Arras, Tournai, Saint-Omer et Ypres. Le roi qui se déclare dûment informé du préjudice subi par l'Église métropolitaine de Reims fait don de l'abbaye bénédictine de Saint-Thierry libérée par la mort de Guillaume Bailly, son dernier abbé commendataire. La mense abbatiale avec tous ses droits, juridictions, collations, présentations, domaines et revenus fut par conséquent attribuée à l'archevêché de Reims. En cas de vacance du siège archiépiscopal, il est prévu que la première année les revenus de la mense abbatiale reviendront au chapitre métropolitain pour être employés en l'achat de chapes et autres ornements40. Le 15 avril, Le Tellier accepte le dédommagement et s'engage à faire ratifier l’accord par son chapitre cathédral41 qui en effet dès le 18 avril a le bon goût de tenir le dit acte pour agréable42. Des lettres sont envoyées en cour de Rome pour l'obtention de bulles supprimant le titre de l'abbaye et consacrant l'union des droits et des revenus de la mense abbatiale à l'archevêché de Reims. Il fallut toutefois attendre le 13 septembre 1656 pour qu'une bulle d'innocent XII entérine cet accord43. Dès l'annonce de la clôture par le nonce de l'information canonique le concernant et avant même que Le Tellier ait fait connaître sa renonciation, Fénelon établit une procuration afin de demander le pallium en cour de Rome44. Il n'est pas douteux que la compensation obtenue par Le Tellier n'est pas de peu de prix. Cette abbaye fondée au VIe siècle par saint Thierry disciple de saint Remi est prestigieuse ; son antiquité rehausse la mérite de qui en détient les fruits. La proximité de ce puissant établissement abbatial qui surplombe la plaine de Reims est un autre avantage pour Le Tellier qui pouvait envisager de transformer la maison abbatiale en une maison de campagne45. Il est tout aussi patent que Le Tellier à qui son père avait réservé des domaines dans la Brie, ainsi qu'un hôtel particulier et 100 000 livres46, ne pouvait être insensible aux seigneuries et aux fiefs dont Saint-Thierry avait la possession47. Son comportement trancha avec celui de Fénelon qui dès le 10 mars s'était démis de son petit prieuré de Saint-Pierre de Cavenac (diocèse de Cahors) dont il était doyen commendataire48. Est-ce à dire que Fénelon était un spirituel tout entier adonné au « pur amour divin » selon l'éthique guyonienne et détaché du monde, de sa pompe et de ses œuvres ? La réalité est en fait plus complexe.

3. Un « prélat politique » qui est en même temps un prélat évangélique

1/ Une « juridiction hiérarchique », un « ministère de charité et d'humilité »

  • 49 FÉNELON, Œuvres, 1851, t. VIII, p. 303.

28Au fil des arguments visant à rendre inexpugnables les prérogatives de son siège, Fénelon dessine en creux ce que doit être la mission de l'Église et de ses pasteurs. Il est clair que leurs fonctions présentent une double face qui n'est pas contradictoire dans le modèle de chrétienté du temps. D'une part Fénelon professe que tout évêque doit être le garant d'une bonne discipline dans l'Église. L'évangélisation dans les tumultes du second XVIe siècle devait être conçue en termes d'orthodoxie unificatrice ; elle le demeure assurément pour Fénelon à la fin du XVIIe siècle : Il faut tenir en respect les peuples, conserver la saine doctrine, maintenir une discipline uniforme, prévenir la fausse réforme par la véritable49. Surtout dans cette place de guerre spirituelle des Pays-Bas, il faut veiller à ce que les peuples ne se laissent pas séduire par l'apparence de la réforme. Les hommes d'ordre que sont aussi les évêques de la Contre-Réforme exercent par conséquent une fonction d'encadrement.

  • 50 FÉNELON, Œuvres, 1851, t. VIII, p. 309.
  • 51 FÉNELON, Œuvres, 1851, t. V, p. 604-616.

29Fénelon en bon catholique romain prend garde de sauvegarder la juridiction hiérarchique des évêques50. Mais la nécessaire hiérarchie ecclésiastique n'a de sens qu'ordonnée à des fins spirituelles. Fénelon trouve les mots justes pour définir l'autorité des pasteurs. Les évêques exercent un ministère de charité, à l'instar des apôtres, ils doivent se considérer comme les esclaves en Jésus-Christ des peuples qu'ils veulent sanctifier. Tel est le vrai sens des prérogatives dévolues aux évêques. Loin d'être jaloux de leurs prééminences et de leur juridiction au préjudice du besoin des peuples, ils ont vocation à se comporter en ministres humbles et désintéressés. C'est dire que le thème fénelonien de l'humilité épiscopale, qu'il développe longuement lors du sermon prononcé à l'occasion du sacre de l’Électeur de Cologne le 1er mai 170751, est déjà bien présent dans l'argumentation dirigée contre les prétentions restauratrices de l'Église de Reims.

2/ Un prince temporel s’appuyant sur les puissances du siècle

  • 52 L'archevêque de Cambrai est prince du Saint-Empire et duc de Cambrai depuis que ces titres ont été (...)
  • 53 Correspondance de Fénelon, J. ORCIBAL éd., t. IV, Paris, 1976, p. 12.
  • 54 Abbé MÉRESSE, Histoire du Cateau-Cambrésis, Cambrai, 1906, p. 73. Voir aussi P. TISON, « Monseigne (...)

30Il demeure que l'archevêque de Cambrai est ipso facto duc de Cambrai, comte du Cambrésis, prince du Saint-Empire et seigneur du Cateau-Cambrésis52. Fénelon n'a garde de l'oublier et du reste signe invariablement ses lettres « François archevêque-duc de Cambrai ». Ses relations avec les deux principaux Magistrats du Cambrésis, ceux du Cateau et de Cambrai sont d'emblée placées sous le signe de la confiance réciproque. Fénelon prend au sérieux son rôle de seigneur temporel ; il en assume pleinement la fonction protectrice. Dès le 22 février, il assure les notables catésiens que le roi les conserve dans la possession de leurs franchises et il s'entremet auprès du contrôleur général des finances Pontchartrain pour imposer silence aux traitants53. Il est assez logique que Fenelon se montre attentionné à l'égard du châtelain et des échevins du Cateau puisqu'en se qualité de seigneur de la ville, il nomme à tous les emplois de la cité54.

  • 55 Correspondance de Fénelon, t. IV, p. 10.
  • 56 Correspondance de Fénelon, t. IV, p. 12.
  • 57 A. D. Nord, 3 G 353.

31Les relations du nouvel archevêque avec le Magistrat de Cambrai ne s'inscrivent pas dans le cadre des mêmes liens de dépendance et de protection. Néanmoins, dés le 17 février, le Magistrat se déclare heureux d'être placé sous un si digne prélat et exprime l’impatience de tout le peuple de le voir55. Le 22 février, Fénelon lui répond avec la plus exquise politesse56. Dès novembre, il montre du reste sa bienveillance en intervenant auprès de l'intendant Dugué de Bagnols afin d'obtenir un prolongement d'un an des pouvoirs de MM. du Magistrat de Cambrai57.

  • 58 C'est ce que, entre autres choses, nous croyons avoir démontré dans notre thèse sur Le pouvoir dan (...)

32Cette connivence souhaitée avec les oligarchies municipales n'a rien que de parfaitement cohérent avec les soucis pastoraux du prélat. Fénelon n'ignore pas que les Magistrats se sont comportés comme des artisans zélés de la reconquête catholique. Dans leurs pratiques politiques quotidiennes, ils tendent à une osmose permanente entre la défense du particularisme local et la mise en œuvre des valeurs transmises et revigorées par la Contre-Réforme58.

  • 59 A. D. Nord, 3 G 353, pièce no 7750. Une présentation détaillée de l'intronisation est donnée par P (...)
  • 60 Correspondance de Fénelon, t. IV, p. 41.
  • 61 Correspondance de Fénelon, t. IV, p. 37-41, (Lettre à un conseiller du parlement de Douai le 25 oc (...)

33Fénelon fut naturellement aussitôt convié à apprivoiser des puissances ecclésiastiques qui localement comptaient beaucoup. Fénelon évita tout conflit avec le chapitre cathédral à qui il rendit l'hommage requis le 11 août. C'est donc sans coup férir que les chanoines le reçurent le 15 août avec le cérémonial d'usage59. Le nouvel archevêque ne souhaite donc nullement bousculer les autorités en place ; encore convient-il de veiller à une parfaite correction des mœurs. C'est pourquoi Fénelon s'empressa de rappeler l'interdiction aux ecclésiastiques sous peine de suspense d'aller au cabaret compotandi causa60. Autrement dit, Fénelon agit avec le souci évident de gagner sans brusquerie la confiance du clergé ; encore faut-il que celui-ci se comporte conformément à son état. Conscient de difficultés possibles avec les chapitres, c'est en grand secret que Fénelon s'adresse à un conseiller du parlement de Tournai pour connaître la jurisprudence en la matière61.

  • 62 Correspondance de Fénelon, t. IV, p. 36. J. MOSSAY dans son important livre, sur Les intendants du (...)

34Non seulement Fénelon se comporte en seigneur temporel mais il noue d'emblée une collaboration franche avec les représentants sur place du pouvoir monarchique. Il doit immédiatement faire appel aux ressources de sa diplomatie pour jouer le rôle d'intermédiaire fiscal entre le contrôle général et son clergé. Il assume ce rôle avec ce mélange de loyalisme et de rouerie qu'il met souvent en œuvre dans les affaires du monde. C'est ainsi que chargé par le contrôleur général de régler la capitation pour tout le clergé et les maisons religieuses du diocèse, il s'en acquitte avec diligence tout en s'excusant de devoir exhorter son clergé à offrir le plus qu'il peut62. C'est naturellement aussi à la rencontre d'une sensibilité religieuse différente que Fénelon était conduit par sa nomination sur le siège de Cambrai.

3/ La rencontre de deux sensibilités religieuses

35Dans le domaine de la spiritualité, indépendamment de son engagement extérieur au diocèse dans l'affaire du quiétisme, Fénelon s'employa à marquer son empreinte dans une double direction : la prédication et la prise de contact avec des communautés religieuses dont la sensibilité de prime abord est assez éloignée de son tempérament.

  • 63 É. GRISELLE, Fénelon, Études historiques, Paris, 1911, 373 p.
  • 64 M. HAILLANT, Fénelon et la prédication, Paris, 1969, p. 27.
  • 65 La bulle de nomination de Fénelon notamment disparut au cours de cet incendie, si l'on en croit un (...)
  • 66 Fénelon prononça par la suite des panégyriques de Bernard de Clairvaux, Charles Borromée, Ignace d (...)
  • 67 Lettre du 12 octobre 1695 reproduite par M. HAILLANT, op. cit., p. 26.

36Tout d'abord, Fénelon s'impose à l'attention de ses ouailles par la force de son verbe. Il est attesté que Fénelon prononça en l'église des récollets à Cambrai le 4 octobre 1695 un panégyrique de saint François d'Assise63. La difficulté, c'est que Fénelon le plus souvent n'écrivait pas ses sermons64 et qu'une partie de ses papiers a disparu lors d'un incendie qui ravagea le palais archiépiscopal de Cambrai en février 169765. Ce panégyrique du Poverello d'Assise fait donc partie des sermons perdus de Fénelon66, il n'est plus connu que par ce que dit Mme de Maintenon de ce merveilleux sermon dans une lettre du 12 octobre à l'archevêque de Paris67. Alors qu'il s'exprime dans l'église d'un ordre particulièrement implanté dans la région et influent notamment dans les milieux populaires, Fénelon marque le dessein qu'il a de faire son devoir conjointement avec tous les gens de bien. Et il invite à cette tâche tous les religieux, sans aucune exception, sans distinction. Tout sera bon pourvu qu'on veuille aller au bien. Autrement dit Fénelon se sert de cette célébration non seulement, du moins on peut l'imaginer, pour rappeler la spiritualité franciscaine mais encore pour appeler à une mobilisation des énergies sans se soucier des distinctions pouvant affaiblir le rayonnement du clergé.

  • 68 Correspondance de Fénelon, t. IV, p. 34.
  • 69 F. MACHELART, « Fénelon et Valenciennes » Valentiana, 1995, no 15, p. 51-56.
  • 70 E. BOULY, Mémoires chronologiques contenant ce qui s'est passé de plus remarquable à Cambrai et au (...)

37Fénelon que l'on voit si soucieux de rassembler le clergé consacra une partie de ses activités à des visites dans quelques-unes des grandes communautés religieuses de son diocèse. Sa correspondance laisse filtrer quelques confidences amusées à ce propos. Dans une lettre à Mme de Maintenon (10-19 septembre 1695) demeurée célèbre, il note par exemple après une visite au chapitre noble des chanoinesses de Maubeuge : On ne raffine point ici en piété, non plus qu'en autre chose : la vertu est grossière comme l'extérieur mais la fond est assez bon. Dans la médiocrité flamande, on est moins Son et moins mauvais qu'en France ; le vice et la vertu ne vont pas si loin mais le commun des hommes et en particulier des filles de communauté est plus droit et plus innocent68. Le distingué Fénelon a été étonné qu'on lui offre sans façon des boissons au réfectoire. Il fut tout aussi interloqué par le vibrant catholicisme populaire qui s'exprime dans le pèlerinage valenciennois à Notre-Dame du Saint-Cordon69. À l'évidence, la piété mystique et intellectualisée de l’archevêque n'était pas de plain-pied avec la dévotion exubérante à l'espagnole des catholiques de la contrée. Il demeure que Fénelon réserve à sa correspondance privée les témoignages de sa découverte de l’altérité religieuse de son diocèse. Il est certain, et le témoignage d'un contemporain publié au siècle dernier par E. Bouly le montre bien, que dans un premier temps au moins, « le peuple ne pouvait s'habituer à ses manières de grand seigneur français »70. Toutefois tout communique le sentiment que Fénelon alla à la rencontre de son clergé et de ses fidèles avec le souci de surmonter le sentiment d’incompréhension pouvant naître d'une différence de sensibilité religieuse.

  • 71 Correspondance de Fénelon, t. IV, p. 7 (Lettre à la marquise de Laval, 4 février 1695).
  • 72 Correspondance de Fénelon, t. IV, p. 20.

38Au total, lorsque s'achève l'année 1695, Fénelon pouvait établir un bilan favorable de ses premiers actes comme pasteur de l'Église de Cambrai. Il est clair que même s'il se dit comblé par cette nomination71, Fénelon a accueilli cette élévation dans un archevêché situé loin de la cour avec intérêt (Cambrai est un siège important) mais sans excessif enthousiasme. N'écrit-il pas le 27 mars à Bossuet qu'il espère le retrouver bientôt dans les bocages de Germigny avant d'aller chez nos Belges qui sont extremi hominum72 ? Sur ces terres de confins qu'il perçoit comme bien éloignées du cœur palpitant d'une civilisation française où il évolue avec aisance, il a conscience de s’aventurer dans une contrée étrangère aux usages encore mal connus (sa consultation d'un conseiller au parlement de Tournai le montre bien), où la foi catholique fut en grand péril un siècle plus tôt.

  • 73 Une source citée par J. ORCIBAL (B.N., ms. Fr. 23505, fol. 39) va dans le sens de cette interpréta (...)

39Il est fascinant de constater qu'avant même de s'être rendu sur place et en dépit de son engagement amplement dévoreur de temps dans l'affaire du quiétisme, il réussit à prendre une connaissance précise de l'histoire de son diocèse. Son intelligence souple, son aptitude à dominer rapidement les enjeux d'une controverse, sa connaissance aussi des milieux auliques lui permirent de dénouer un conflit séculaire avec l'Église métropolitaine de Reims. Mgr Le Tellier comprit à quel point le combat de procédure qu’il avait engagé était sans issue. Dès lors que Cambrai était devenue une ville française, quel intérêt pouvait avoir Louis XIV à obtenir le déclassement du siège de la vieille cité scaldienne73 ? Il apparaît que la transaction acceptée par M. de Reims fut un franc succès pour Fénelon qui bénéficia, il est vrai, d'une conjoncture favorable en un temps où le roi avait renoncé à tout gallicanisme agressif.

  • 74 Un vieil auteur quelque peu oublié aujourd'hui l'abbé SICARD, L'ancien clergé de France, Paris, 18 (...)
  • 75 Œuvres de Fénelon, op. cit., t. V, 1851, p. 610.

40Dans cette controverse Fénelon réagit en canoniste subtil rompu à toutes les habilités du débat mais ses arguments dévoilent aussi sa vigilance concernant les conditions d'une mise en œuvre efficace de l'évangélisation. L'attitude de Fénelon dans la conduite de cette affaire nous apparaît assez révélatrice de sa méthode de gouvernement épiscopal et de son « charisme » personnel dés les premiers mois de son épiscopat. Fénelon est trop pénétré de l'importance temporelle de sa fonction pour ne pas se sentir investi de la défense de ses « grandeurs d'établissement ». Ce « prélat politique » très au fait des usages du monde et familier des allées du pouvoir est aussi un prélat évangélique74. Cet homme de foi dans ses démarches les plus mondaines s'attache à ordonner l'autorité dont il est revêtu à des fins spirituelles. Avec toutes les cécités inhérentes aux hommes de son temps, il s'efforce dès 1695 d'être fidèle à l'image du bon pasteur qu'il trace en 1707 dans son grand sermon à la collégiale Saint-Pierre de Lille : Pourquoi est-ce que Jésus-Christ nous confia son autorité ? Est-ce pour nous ou pour les peuples sur qui nous l'exerçons ? Est-ce enfin afin que nous contentions notre orgueil en flattant celui des autres hommes ? C'est au contraire afin que nous réprimions l'orgueil et les passions des hommes en nous humiliant et en mourant sans cesse à nous-mêmes75.

Notes

1 En fait, l'indépendance du chapitre cathédral était une fiction. Dès le 21 septembre 1674, une lettre close de Juan Domingo de Zuniga et Fonseca, lieutenant général et capitaine général des Pays-Bas avait rappelé aux chanoines qu'ils ne devaient procéder à aucune élection sans avoir reçu les ordres du roi d'Espagne (A.D. Nord, 3 G 352, no 7740 A). C'est sur des instructions précises données au gouverneur de la ville pour faire élire l’évêque de Saint-Omer que le chapitre cathédral désigna Jacques de Bryas.

2 La résolution du chapitre fut signifiée le 25 août 1682 par Jacques de Francqueville, alors prévôt de Cambrai en présence du gouverneur de Cambrai, le comte de Montbron et de l'intendant Michel Le Peletier. A. JEAN s.j., Les évêques et les archevêques de France depuis 1682 jusqu'à 1801, Paris, 1891, p. 106.

3 Par exemple lors de la fête de Saint-Géry enl694, Mgr de Bryas avait été entouré des acclamations de la population. En cette occasion avec jovialité, le prélat avait accepté que des tonnes de bière coulent en abondance dans la cour du palais épiscopal. A. de la GORCE, Le vrai visage de Fénelon, Paris, 1958, p. 168.

4 Fénelon avait été élu à l'Académie française en 1693 en remplacement de Pellisson.

5 Dans l'édition de la correspondance de Fénelon qu'il a publiée il y a vingt ans, J. ORCIBAL par exemple signale plusieurs sources à ce sujet, Correspondance de Fénelon, De l'épiscopat à l'exil (4 février 1695-3 août 1697), Paris, Klincksieck, 1976, t. V, p. 28-29. Outre les œuvres et la correspondance de Fénelon, nous avons pour notre part mis à contribution les séries des A. D. Nord, les manuscrits de la B. M. Cambrai, comme certaines pièces figurant dans la réserve précieuse du Minutier Central des Archives Nationales.

6 M. DIERICKX, Documents inédits sur l'érection des nouveaux diocèses aux Pays-Bas (1521-1570), 1960-1962, 3 vol. La bulle de Paul IV érigeant Cambrai en archevêché figure aussi à la B. M. Cambrai (ms. 841).

7 La tante maternelle du cardinal n'était autre que la mère de Marie Stuart, épouse de François II et reine de France.

8 Le cardinal de Lorraine fut même très actif dans les débats. Il n'admettait rien qui fût de nature à affaiblir l'autorité épiscopale face au siège apostolique. H. JÉDIN, Crise et dénouement du Concile de Trente (1562-1563), Paris, Tournai, 1966.

9 B. M. Cambrai, ms. 1163, fol. 60-62. Lettres originales du cardinal de Lorraine (13 et 30 novembre 1564).

10 Selon J. CORNETTE, Chronologie de la France moderne, le XVIe siècle, Paris, 1995, p. 230 et 233.

11 A Reims entre juillet et octobre 1583, on comptabilisa 72 409 pèlerins. J. CORNETTE, op. cit., p. 295.

12 Les protestations figurent dans les actes des conciles de Reims. Cf. collections des Conciles du P. Labbé et du P. Hardouin.

13 Protestation de Monseigneur l'Illustrissime et Révérendissime Messire Charles-Maurice Le Tellier, archevêque duc de Reims, premier pair de France, légat né du Saint Siège apostolique, primat de la Gaule Belgique contre la prétendue érection de l’Eglise de Cambrai en métropole avec la signification de la dite protestation (14 février 1678), B. M. Cambrai, ms. 1163, fol. 36.

14 C. M. Le Tellier n'attend du reste pas la consécration juridique par les traités de Nimègue des conquêtes françaises. Louis XIV s'est emparé de Valenciennes en mars 1677 et du Cambrésis en avril. Les Provinces-Unies concluent la paix en août 1678 et l'Espagne en septembre.

15 B.M. Cambrai, ms. 1163, fol. 52-57.

16 Abbé J. GILLET, Charles-Maurice Le Tellier, archevêque de Reims, Paris, 1881, 439 p. (Thèse, Nancy).

17 A. JEAN s,j., Les évêques et les archevêques de France depuis 1682 jusqu'à 1801, Paris, 1891, p. 306.

18 A. CORVISIER, Louvois, Paris, 1983, p. 113.

19 B.M. Cambrai, ms. 1163, fol. 52 (Protestation de Charles-Maurice Le Tellier...).

20 B.M. Cambrai, ms. 1163, fol.

21 B.M. Cambrai, ms. 1163, fol. 53.

22 A.G, MARTIMORT, Le gallicanisme, Paris, 1973.

23 B.M. Cambrai, ms. 1163, fol. 83-84.

24 Capitulation de Cambrai (5 avril 1677) reproduite par A. DURIEUX, Le siège de Cambrai par Louis XIV d'après les documents inédits ou peu connus, Cambrai, 1877, p. 219-246.

25 B.M. Cambrai, ms. 1163, fol. 69-82. Réponse pour l'Église et, archevêché, de Cambrai contre la protestation de Monseigneur l'archevêque duc de Reims.

26 Il ne manque pas notamment de rappeler l'érection de Paris au détriment de Sens en 1622.

27 B.M. Cambrai, ms. 1163, fol. 81 v.

28 FÉNELON, Œuvres, Paris-Lille-Besançon, J. Leroux, Jouhy, Gaume, 1851, t. VIII, p. 293-314.

29 B.M. Cambrai, ms. 1163, fol. 1-43.

30 FÉNELON, Œuvres, t. VIII, p. 296. La Contre-Réforme fut dans les Pays-Bas, d'inspiration essentiellement borroméenne. Se reporter à A. LOTTIN, Lille, citadelle de la Contre-Réforme ? 1598-1668, Dunkerque, 1984, ainsi qu'à notre thèse Le pouvoir dans la ville au XVIIIe siècle. Pratiques politiques, notabilité et éthique sociale de part et d'autre de la frontière franco-belge, Paris, 1990. Nous avons proposé de parler de modèle « hispano-tridentin » pour caractériser le modèle de civilisation issu des hautes eaux de la Contre-Réforme. Nous aurions pu parler tout aussi bien de modèle burgondo-borroméen.

31 Se reporter aux travaux de J. ORCIBAL, Louis XIV contre Innocent XI, Paris, 1949 et de P. BLET, Les assemblées générales du clergé et Louis XIV de 1670 à 1693, Rome, 1972.

32 FÉNELON, Œuvres, t. VIII, p. 296-297.

33 B.M. Cambrai, ms. 1163, fol. 53.

34 FÉNELON, Œuvres, 1851, t. VIII, p. 308.

35 É. de MOREAU s,j., Histoire de l’Église en Belgique, t. V, L’Église des Pays-Bas. 1559-1633, Bruxelles, 1952, 544 p.

36 Il est en effet attesté que la Réforme gagna d'abord de nombreux adeptes dans la partie méridionale des Pays-Bas et notamment dans des villes comme Tournai et Valenciennes. Cf. S. DEYON et A. LOTTIN, Les casseurs de l'été 1566. L'iconoclasme dans le Nord de la France, Lille, 1981. La reconquête catholique fit refluer vers les provinces du nord notamment une bonne part des élites gagnées à la foi nouvelle.

37 Marquis de SOURCHES, Mémoires, t. IV, p. 430.

38 R. MANDROU, Louis XIV en son temps, 1661-1715, Paris, 1978, p. 349.

39 FÉNELON, Œuvres, 1851, t. VIII, p. 309.

40 A. N., Minutier Central (Réserve précieuse) C XIII, 169. Le brevet est annexé à la renonciation de C. M. Le Tellier. Une copie de ce brevet figure aux A. D. de la Marne (13 H 19, pièces 15 et 16).

41 A. N., Minutier Central (Réserve précieuse) C XIII, 169.

42 A. N., Minutier Central, Ibid. Pièce annexe à la renonciation de Le Tellier. Cette décision est paraphée par les dignitaires du chapitre cathédral et vingt-deux chanoines.

43 Cette bulle figure aux A. D. Marne sous la cote G 151.

44 A. N., Minutier Central (Réserve précieuse), LXXXII, 42 (1).

45 A.D. Marne, G 302. Plan général de la terre de Saint-Thierry ; transformation de la maison abbatiale en une maison de campagne, projets de plantations du parc...

46 A. CORVISIER, Louvois, op. cit., p. 124.

47 Certains biens étaient du reste situés en Flandre (A. D. Marne 13 H 70).

48 Fénelon s'en démit en faveur de Gabriel de La Cropte-Chantenac, chanoine de l'église de Notre-Dame de Cambrai et prévôt de l'église de Sarlat (A. N. Minutier Central, LXXXII, 47 (10 mars 1695).

49 FÉNELON, Œuvres, 1851, t. VIII, p. 303.

50 FÉNELON, Œuvres, 1851, t. VIII, p. 309.

51 FÉNELON, Œuvres, 1851, t. V, p. 604-616.

52 L'archevêque de Cambrai est prince du Saint-Empire et duc de Cambrai depuis que ces titres ont été concédés en 1510 par l'empereur à l'évêque Jacques de Croÿ. E. BOULY, Dictionnaire historique de la ville de Cambrai et du Cambrésis, Cambrai, 1854, p. 493 et sv.

53 Correspondance de Fénelon, J. ORCIBAL éd., t. IV, Paris, 1976, p. 12.

54 Abbé MÉRESSE, Histoire du Cateau-Cambrésis, Cambrai, 1906, p. 73. Voir aussi P. TISON, « Monseigneur François de Salignac de la Mothe-Fénelon, seigneur du Cateau-Cambrésis », XVIIe siècle, no spécial, 1951-1952, p. 172-180.

55 Correspondance de Fénelon, t. IV, p. 10.

56 Correspondance de Fénelon, t. IV, p. 12.

57 A. D. Nord, 3 G 353.

58 C'est ce que, entre autres choses, nous croyons avoir démontré dans notre thèse sur Le pouvoir dans la ville au XVIIIe siècle, op. cit.

59 A. D. Nord, 3 G 353, pièce no 7750. Une présentation détaillée de l'intronisation est donnée par P. TISON dans le numéro spécial de la revue XVIIe siècle consacré à Fénelon, 1951-1952, p. 147-148.

60 Correspondance de Fénelon, t. IV, p. 41.

61 Correspondance de Fénelon, t. IV, p. 37-41, (Lettre à un conseiller du parlement de Douai le 25 octobre 1695 et réponses du conseiller). La date, sans être absolument certaine, est retenue comme plausible par J. Orcibal.

62 Correspondance de Fénelon, t. IV, p. 36. J. MOSSAY dans son important livre, sur Les intendants du Hainaut à Maubeuge (1678-1720), Avesnes, 1971, observe que l’intendant Maignard de Bernières (1698-1705) fut « le bras droit de l'archevêque ». Il est assez patent que la formule peut être intervertie lorsqu'il s’agit de questions fiscales.

63 É. GRISELLE, Fénelon, Études historiques, Paris, 1911, 373 p.

64 M. HAILLANT, Fénelon et la prédication, Paris, 1969, p. 27.

65 La bulle de nomination de Fénelon notamment disparut au cours de cet incendie, si l'on en croit un rapport établi à la mort de Fénelon par M. de Beaumont, archidiacre de Cambrai (A. D. Nord, 3 G 353, pièce no 7748).

66 Fénelon prononça par la suite des panégyriques de Bernard de Clairvaux, Charles Borromée, Ignace de Loyola, Catherine de Cologne et Thérèse d’Avila. M. HAILLANT, op. cit.

67 Lettre du 12 octobre 1695 reproduite par M. HAILLANT, op. cit., p. 26.

68 Correspondance de Fénelon, t. IV, p. 34.

69 F. MACHELART, « Fénelon et Valenciennes » Valentiana, 1995, no 15, p. 51-56.

70 E. BOULY, Mémoires chronologiques contenant ce qui s'est passé de plus remarquable à Cambrai et aux environs, depuis la réunion de cette ville à la France sous Louis XIV et jusqu'en 1753, Cambrai, 1837, p. 30.

71 Correspondance de Fénelon, t. IV, p. 7 (Lettre à la marquise de Laval, 4 février 1695).

72 Correspondance de Fénelon, t. IV, p. 20.

73 Une source citée par J. ORCIBAL (B.N., ms. Fr. 23505, fol. 39) va dans le sens de cette interprétation : Sa Majesté ayant conquis plusieurs villes dans les Pays-Bas qui sont du ressort de Cambrai, il n'était pas de son intérêt de démembrer ni de diminuer l'autorité de ce siège qu'il aurait plutôt voulu augmenter, Correspondance de Fénelon, t. V, p. 28.

74 Un vieil auteur quelque peu oublié aujourd'hui l'abbé SICARD, L'ancien clergé de France, Paris, 1894, distinguait deux types d'évêques, les administrateurs de province et les administrateurs de sacrements. Ce partage bipolaire peut paraître trop sommaire et il n'a pas manqué d'être critiqué. Il demeure licite d'essayer de distinguer l'orientation dominante imprimée par un évêque à son action.

75 Œuvres de Fénelon, op. cit., t. V, 1851, p. 610.

Auteur

Université Charles de Gaulle - Lille III

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540