Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fénelon, évêque et pasteur en son temps (1695-1715)

 | 
Philippe Guinet
, 
Gilles Deregnaucourt

Un évêque au carrefour de diverses influences

Géographie diocésaine sous l'épiscopat de Fénelon (1695-1715)

Gilles Deregnaucourt

Texte intégral

  • 1 M. DIERICKX, De oprichting der nieuwe bisdommen in de Nederland onder Filips II (1559-1633), Anver (...)
  • 2 Status Ecclesiœ Cameracensis, Lettere di Vescovi, II, f° 296 r°-309 v°, 1609, Archives du Vatican, (...)
  • 3 Séminaire de Tournai, ms. codex 115, 2 vol.
  • 4 En particulier le Status generalis totius dioecesis Cameracensis hodie sede vacante primo januari (...)
  • 5 Cette communication ne prétend pas énoncer des éléments inédits mais vise à mettre les débats du c (...)

1En prenant possession du siège de Cambrai en 1695, Fénelon s'installait dans un diocèse vaste, riche et anciennement christianisé, mais dont la structure territoriale avait été profondément remodelée par Philippe II d'Espagne en 1559 pour de complexes raisons politiques et religieuses. Dès lors, et nonobstant les fluctuations de la frontière politique qui, sans cesse, écartela l'archevêché entre deux souverainetés temporelles rivales, la géographie diocésaine ne varia plus guère. La restructuration diocésaine des Pays-Bas sous Philippe II a fait l'objet, en 1950, de la belle étude de M. Dierickx dont nous ne rappellerons brièvement que l'essentiel1. La cartographie du nouveau diocèse de Cambrai dans ses aspects principaux, quant à elle, peut être esquissée grâce à divers documents, en particulier le Status Ecclesiae Cameracensis rédigé en 1609 à la mort de l'archevêque Guillaume de Berghes (1598-1609) à l'attention du nonce apostolique Guido Bentivoglio pour la promotion de Jean Richardot (1609-1614)2, et surtout le Status generalis dioecesis Cameracensis rédigé en 1716 par le chanoine Marion, secrétaire de l'archevêché, et destiné à l'administration du diocèse lors de la vacance de fait du siège épiscopal, vacance liée à la mort de Fénelon (1695-1715) et à la non-résidence, doublée d'un complet désintérêt, de Jean d'Estrées (1716-1718)3. Ce long rapport, étayé par diverses autres sources4, exprime une géographie diocésaine particulièrement suggestive5.

Le remodelage diocésain des Pays-Bas

  • 6 Voir entre autres P. GEYL, The revolt of the Netherlands, London, 1966 et Ph. MACK CREW, Calvinist (...)
  • 7 M. DIERICKX, op. cit.
  • 8 A.F. WILLOCX, L’introduction des décrets du concile de Trente dans les Pays-Bas et dans la princip (...)
  • 9 Jusqu’à la restructuration de 1559, l’Église de Cambrai avait dépendu de celle de Reims ; en 1564, (...)

2Dès son accession au pouvoir (1556), et pour de multiples raisons, politiques et religieuses, Philippe II d'Espagne désira remodeler la carte diocésaine des Pays-Bas minés par la conjonction d'une diffusion du calvinisme, d'une défense des « franchises » provinciales et d'un début de fronde nobiliaire6 (Cartes 1 à 3). Au terme de longues et laborieuses négociations, concomitantes de celles du traité du Cateau-Cambrésis qu'il menait avec Henri II, il obtint du pape Paul IV que fût porté de 5 à 18 le nombre des diocèses regroupés en 3 provinces ecclésiastiques (bulle Super universas du 12 mai 1559) : Cambrai (avec pour suffragants Arras, Namur, Saint-Omer et Tournai), Malines (dont relevèrent alors Anvers, Bruges, Gand et Ypres) et Utrecht (dont dépendirent Deventer, Bois-Le-Duc et Ruremonde). Les bulles Ex injuncto nobis et De statu Ecclesiae (1561) pourvurent à la dotation des nouveaux évêchés7. Leur érection fut retardée par maintes vicissitudes, tandis que se posaient en même temps les questions de la révolte des Pays-Bas et de l'acceptation des décrets du concile de Trente8. Retenons que le Brabant, la Gueldre et la Frise demeurèrent un temps irréductibles dans leur opposition à une mesure qu'ils prétendaient contraire à leurs privilèges et intimement liée à l'inquisition, que les évêques des anciens diocèses se prêtèrent de mauvais gré aux démembrements qui étaient imposés et que, des trois nouvelles provinces ecclésiastiques, seule celle de Cambrai fut rapidement organisée : l'immense diocèse antérieur à la réorganisation perdit au nord-est les territoires relevant du duché de Brabant, du comté de Flandre, de la seigneurie de Malines, du marquisat d'Anvers, au profit des évêchés créés de Malines et d'Anvers. En compensation, Cambrai fut érigé en archevêché ce qui lui valut avec Reims une querelle dont on parlait encore sous Choiseul9.

La structure territoriale et le réseau paroissial

  • 10 Status... 1609 et Status... 1716, op. cit.
  • 11 B.M. Cambrai. Calendrier ecclésiastique de Cambray. On y a joint l’estat du clergé séculier et rég (...)

3La nouvelle organisation diocésaine regroupait les paroisses en quatre archidiaconés : Cambrésis, Brabant, Hainaut et Valenciennes (par ordre de dignité des archidiacres). Chaque archidiaconé était lui-même subdivisé en trois ou quatre doyennés (Carte 4). Le status de 1716 énumère 581 paroisses et 98 succursales (Carte 5) et exprime la grande stabilité du tissu paroissial depuis 1609 (584 paroisses)10, stabilité qui se vérifiera jusqu'à la fin de l'Ancien Régime (604 paroisses en 1754 par érection de certaines succursales au rang d'église)11.

Les titulatures de paroisse

  • 12 Status... 1716, op. cit. Voir aussi Tableau des patrons de lieux et titulaires des églises du dioc (...)
  • 13 Sur ces questions, voir entre autres H. PLATELLE, dans Les diocèses de Cambrai et Lille (sous la d (...)

4Le Status de 1716 permet d’établir le répertoire des patronicia de paroisse (Tableau 1)12. Le patronage de saint Martin arrive largement en tête avec 154 églises (églises paroissiales et succursales sont ici confondues), soit 22,9 % du total. Viennent ensuite les diverses appellations de la Vierge (13,9 %), et les patronages de saint Pierre (6,8 %), de saint Nicolas (5,3 %), de saint Géry (4,4 %). Ces cinq personnages assurent 53,3 % des patronages d'église. Un second groupe est constitué de saint Remi (2,9 %), saint Jean-Baptiste (2,5 %), saint Vaast, saint Médard et saint Quentin (1,6 % chacun) et sainte Aldegonde (1,4 %). Au total, ces douze saints assurent 68,6 % des titulatures d'église. Les autres patronicia sont ceux d'autres saints « universels » (Jacques, Paul...) ou locaux (Waudru, Landelin, Médard, Éloi, Amand, Saulve, Etton, Piat, Quentin...). Saint Martin fut (et reste) le saint le plus communément invoqué pour le patronage des églises du Cambrésis, de l'Avesnois et du Hainaut ; dans les doyennés de Bavay ou de Hal, près d'une église sur trois était placée sous le patronage de l'ancien évêque de Tours. Cette esquisse bien sommaire est précieuse pour l'histoire de la christianisation de l'ancien diocèse de Cambrai13.

Chapitres et établissements religieux

  • 14 Voir Dom J. BECQUET, Abbayes et prieurés de l’Ancienne France. Recueil historique des archevêchés, (...)

5Fénelon découvrit en 1695 un diocèse pourvu d'un réseau particulièrement dense de 13 chapitres et de 174 établissements et instituts religieux (Carte 6) dont 40 abbayes, prieurés, prévôtés et refuges d'hommes, 14 monastères de femmes, de nombreux couvents de dominicains, de franciscains, de carmes, de sœurs grises ou noires et plusieurs établissements relevant des ordres nouveaux ou réformés. Le monachisme s'épanouit en Cambrésis et en Hainaut dès l'époque mérovingienne ; une nouvelle floraison de fondations marqua le XIe siècle ; une troisième étape correspond à la puissante implantation des ordres mendiants au XIIIe siècle ; le XVe siècle connut un nouvel essor des ordres mendiants ; enfin, après les temps de troubles et d'incertitudes du XVIe siècle, l'« invasion conventuelle » se déploya avec vigueur : plus de 40 % des établissements et instituts religieux existant dans le diocèse de Cambrai à l'arrivée de Fénelon furent implantés aux XVIe et XVIIe siècles et la plupart d'entre eux sont contemporains de la Réforme, du concile de Trente et des hautes eaux de la Contre-Réforme catholique14.

La puissance de l'Église de Cambrai

  • 15 G. DEREGNAUCOURT, op. cit., p. 37-13.
  • 16 A.D. Nord 3 G 1183 ; voir aussi S. LANCEL, Le temporel de l’archevêché de Cambrai au XVIIIe siècle (...)
  • 17 A. LOTTIN, op. cit., p. 151.
  • 18 Ch. LEDUC. Saint-Nicolas d’Aresnes-sur-Helpe. Étude d’un petit chapitre du XVIe au XVIIIe siècle. (...)
  • 19 G. LEFEBVRE, Les paysans du Nord pendant la Révolution, Paris, rééd. 1972.
  • 20 O. GAUDIN. L’abbaye de Maroilles au XVIIIe siècle, Mémoire de Maîtrise sous la dir. de P. DEYON, L (...)
  • 21 H. HASQUIN, L’intendance du Hainaut. en 1697. Edition critique du mémoire rédigé pour l’instructio (...)

6Il n'est pas possible de décrire, même brièvement, cette puissance et cette présence de l'Église de Cambrai au temps de Fénelon, son rôle multiforme au sein de l'État français et l'État espagnol puis autrichien15. Nous ne ferons qu'évoquer ici la puissance temporelle de cette Église. Officiellement, l'archevêché assurait 200 000 livres de revenus mais « valait » probablement plus de 300 000 livres. Certes, l'archevêque ne percevait-il pas l'intégralité des revenus de ce bénéfice particulièrement lucratif et les charges étaient-elles énormes. Un bail général du temporel de l'archevêché, postérieur à l'épiscopat de Fénelon, conclu le 22 juin 1752 entre l'archevêque Saint-Albin et l'adjudicataire général, assurait au premier un revenu net de 106 000 livres, toutes charges déduites16. Le chapitre cathédral jouissait sans doute d'un revenu brut de 500 000 livres17. Il s'agit là d'un cas extrême qui risque de dissimuler une réelle inégalité de situation : ainsi le petit chapitre de Saint-Nicolas d'Avesnes ne possédait-il qu'une soixantaine d'hectares, levait quelques dîmes et, au total, disposait de moins de 2 500 livres de revenus nets18. Mais globalement le temporel de l'Église de Cambrai était considérable : dans le Cambrésis, plus de 40 % du sol était propriété ecclésiastique, un peu moins probablement dans le Hainaut et dans la région herbagère19, mais dans cette région, l'abbaye de Maroilles employait quand même entre 150 et 200 fermiers au temps de Fénelon20 ; les abbayes de Cambron (35 000 livres en 1697 d'après l'intendant D.-F. Voysin), de Saint-Ghislain (30 000 livres) et de Bonne-Espérance (25 000 livres)21 comptaient parmi les établissements les plus opulents, riches de leurs dîmes, terrages et autres redevances seigneuriales.

La force du système bénéficial

  • 22 G. DEREGNAUCOURT, « Le concours pour l’accès aux cures dans les diocèses du Nord de la France (XVI(...)

7Les cures de l'archevêché de Cambrai, fondées depuis plusieurs siècles, étaient, dans leur quasi totalité, à la collation de patrons ecclésiastiques, réguliers ou séculiers. L'archevêque ne disposait que du patronage de 38 cures et succursales, soit 5,78 % du total, et, en dépit du concours mis en place sur les injonctions du concile de Trente pour l'accès aux cures, devait s'accommoder d'un clergé massivement présenté par les chapitres et les abbayes qui puisaient largement dans leur clientèle (Tableaux 2 et 3). Les chapitres du diocèse et quelques chapitres extérieurs (Douai, Nivelles, Tournai...) nommaient à 195 cures et succursales (29,68 %). Avec 89 patronages (13,5 %), le chapitre cathédral était le plus gros collateur de l'archevêché. Mais la plupart des collations revenaient aux abbayes et autres établissements de réguliers : Saint-Lambert de Liessies (43 cures et succursales, soit 6,5 %), Saint-Ghislain, Saint-Aubert de Cambrai, Saint-André du Cateau, Saint-Pierre d'Hautmont, Saint-Denis en Brocqueroie, etc. Au total, 71 collateurs (dont 4 laïcs seulement) se partageaient le patronage des cures et succursales dans l'archevêché, mais 75,6 % d'entre elles étaient entre les mains de 20 collateurs, et 54,8 % étaient à la collation de 11 collateurs de plus de 20 cures et succursales chacun22.

Statistique diocésaine en 1716

  • 23 Idem, De Fénelon à la Révolution..., op. cit.., p. 54-58.

8Le Status de 1716 permet un comptage précis des personnels diocésains. On dénombre ainsi 905 prêtres de paroisse (543 curés de paroisse, 25 prêtres réguliers desservant des cures, 100 vicaires, 182 chapelains, 55 autres bénéficiers), soit 2,8 prêtres pour 1 000 habitants (322 744 h. en 1716). Le comptage des autres personnels s'avère beaucoup plus délicat. On peut estimer, ensemble, entre 450 et 500 le nombre des personnels des chapitres et celui des instituts de prêtres séculiers (jésuites et oratoriens), ce qui porte à 1 350 - 1 400 (chiffres ronds) le nombre des prêtres séculiers diocésains. Quant aux réguliers et aux religieuses, leur nombre devait se situer très près de 4 000 personnes23.

Le réseau des collèges et des écoles

  • 24 La bibliographie est immense. Voir Ph. MARCHAND, « Le réseau des collèges dans le Nord de la Franc (...)
  • 25 Voir, entre autres, P. DELATTRE, Les établissements des jésuites en France depuis quatre siècles, (...)
  • 26 Texte publié dans les Analectes pour servir à l’Histoire ecclésiastique de la Belgique, t. X, Louv (...)
  • 27 Voir A. LOTTIN, « La catéchèse en milieu populaire au XVIIe siècle. L’exemple de l’école dominical (...)
  • 28 D’après FONTAINE DE RESBECQ, Histoire de l’enseignement primaire avant 1789 dans les communes qui (...)

9Vers la fin de l'épiscopat de Fénelon, l'archidiocèse de Cambrai comptait 21 collèges et pédagogies et plusieurs écoles d'ermitage qui assuraient les premières classes de grammaire : exceptionnelle densité (Carte 7) dont peu de provinces offrent le même exemple. Plus de 75 % de ces établissements avaient vu le jour entre 1562 et 1650. Cette vague de créations relève du mouvement de restauration catholique qui fut si intense aux Pays-Bas, en réponse au défi lancé par le calvinisme24. Les jésuites en furent le fer de lance et le diocèse de Cambrai compta rapidement 7 établissements gérés par leur Compagnie25. L'institution scolaire primaire fut également un enjeu des luttes confessionnelles au point qu'Alexandre Farnèse rendit obligatoire, en 1580, la tenue d'une école élémentaire dans chaque paroisse26 tandis qu'était également posée la question des écoles dominicales destinées plus particulièrement aux enfants pauvres27. Les données cartographiées, qui s'efforcent de rendre compte de l'œuvre accomplie, (Carte 8) sont partiellement postérieures à l'épiscopat de Fénelon mais l'essentiel du réseau était en place dès le début du XVIIIe siècle. On observe deux zones bien distinctes du point de vue de l'infrastructure scolaire : à l'ouest, les terroirs de champs ouverts des pays de l'Escaut (Tournaisis, Valenciennois et Cambrésis) semblent moins bien pourvus en écoles que les contrées du centre et du sud-est du diocèse correspondant au Pays d'Ath, au cœur du Hainaut et à la région herbagère où 8 à 9 paroisses sur 10 disposaient d'une école élémentaire, d'où l'importance des taux d'alphabétisation enregistrés dans ces régions28.

Une double souveraineté politique

  • 29 N. GIRARD D’ALBISSIN, Genèse de la frontière franco-belge. Les variations des limites septentriona (...)
  • 30 Pour l’essentiel, voir L. TRENARD, Histoire de Cambrai, Lille, 1982, p. 116 et sv.
  • 31 Voir la contribution de Ph. GUIGNET dans le présent recueil ainsi que sa thèse : Le pouvoir dans l (...)
  • 32 L. TRENARD. op. cit.

10Chacun sait que la Flandre, le Cambrésis, l'Avesnois et le Hainaut entrèrent progressivement et incomplètement dans le royaume de France, à la suite des traités des Pyrénées (1659), d'Aix-la-Chapelle (1668) et de Nimègue (1678). Les traités de Ryswyck (1697) et d'Utrecht (1713), contemporains de Fénelon, entraînèrent des abandons et tracèrent une frontière définitive entre le royaume de France et les Pays-Bas qui devinrent autrichiens après 1713 (Carte 6). L'archevêché de Cambrai sortait des conflits traversé par une frontière politique29. La question de la souveraineté de l'archevêque-duc de Cambrai, comte de Cambrésis, responsable d'une métropole qui comptait pour suffragants Tournai, Arras, Saint-Omer et Namur se posait donc avec acuité. Historiquement, le Cambrésis était terre d'Empire depuis 843 et les évêques de Cambrai avait été investis de la dignité comtale dès le Moyen Âge, et intégrés dans l'appareil administratif de l'Empire. Les « troubles de religion », en 1577, spolièrent l'archevêque de ses droits. La reprise de la ville par les Espagnols, en 1595, entérina la situation et la conquête française ne changea rien à la situation puisque, par le traité de Nimègue, le Très Chrétien recueillait les droits du Roi Catholique30. Dans la suite, le différend mit souvent en opposition les archevêques et les agents de la centralisation monarchique, au moins jusqu'en 1766, mais autant qu'on puisse le savoir, Fénelon s'impliqua peu dans cette querelle31. La double souveraineté n'empêcha pas le roi de France de pourvoir au siège de Cambrai : lors de la capitulation de la ville, Louis XIV, qui détenait en France le droit de nomination aux évêchés, reconnut au Chapitre métropolitain ses droits et privilèges qui étaient fictifs depuis longtemps. Mgr de Bryas, le dernier prélat nommé par le roi d'Espagne, se voulut conciliant et ménagea un accord entre le Chapitre et le monarque. En 1682, le roi reçut du pape un induit lui donnant le droit de nommer l'archevêque, et le diocèse accepta sans réticence la Déclaration des Quatre Articles et l'édit royal de 1695 ; en compensation, le souverain avait renoncé à son droit de régale32.

Quelques conclusions

11Les observations qui viennent d'être faites appellent quelques commentaires en guise de conclusion.

  • 33 F. WILLOCX, op. cit., p. 151 ; A. PASTURE, op. cit. et, depuis, une immense bibliographie belge.
  • 34 G. DEREGNAUCOURT, op. cit., p. 119-159.

12La création de nouveaux évêchés aux Pays-Bas s'est rattachée par ses objectifs, et nonobstant diverses considérations politiques, à ceux du concile de Trente : extirper l'« hérésie » et ses suppôts, en particulier dans le clergé ; réformer l'Église dans son ecclésiologie et contre ses autonomies, cléricales et locales ; conforter les évêques dans leur consigne d'amender la discipline ecclésiastique. Cette restructuration, « pivot autour de laquelle (devait) graviter la restauration religieuse »33 dessina immédiatement les grands traits d'une culture religieuse spécifique, résolument ultramontaine et militante34, que la conquête française du XVIIe siècle ne parviendra pas à gommer.

  • 35 Voir la synthèse récente de R. MUCHEMBLED, Cultures et société en France du début du XVIe siècle a (...)

13Les promoteurs de la réorganisation territoriale de 1559 voulurent des diocèses moins étendus et mieux structurés pour répondre au double défi de la Réforme et de l'existence de populations considérées comme insuffisamment christianisées. Dans le diocèse de Cambrai, réduit mais parfaitement structuré et encadré, qui accepta assez facilement le redécoupage, mais aussi les décisions tridentines et les différentes exigences d'une nouvelle stratégie pastorale et ecclésiologique, le double défi fut facilement relevé et le calvinisme fut aisément éradiqué en même temps que l'acculturation chrétienne des populations fut mieux assurée35.

  • 36 H. PLATELLE, op. cit.

14Ce diocèse était cependant déjà riche d'une longue culture religieuse et d'une féconde christianisation. Celle-ci fut initialement le fruit de la conquête et du militantisme mérovingiens dus à l'action conjointe des missionnaires et de l'aristocratie. Cette union étroite entre le monachisme missionnaire et l'action des Grands se poursuivit aux temps carolingiens et ottoniens car les pouvoirs temporel et spirituel tendaient vers un même objectif : établir une société chrétienne, hiérarchisée et soumise, même si l'œuvre commune s'accomplissait au prix d'une certaine soumission de l'Église, certes puissante et fortement dotée, à l'égard des souverains et de l'aristocratie36.

  • 37 Voir sur ce point F. MACHELART, Naissance et développement de l’art baroque en Cambrésis, thèse in (...)

15Le monachisme du Moyen Âge puis l'efflorescence conventuelle de la Contre-Réforme attestent la vigueur de l'effort christianisateur, dans les périodes de certitude et de plénitude comme dans celles de doutes et de remises en cause. Le formidable quadrillage réalisé par l'ensemble des établissements religieux est à la fois signe et facteur de christianisation et de pastorale, une christianisation et une pastorale matérialisées d'ailleurs par la présence physique, architecturale et temporelle de ces maisons37.

  • 38 O. GAUDIN, op. cit., p. 157 et sv. ; Ph. MARCHAND (éd.), Florilège des cahiers de doléances du Nor (...)
  • 39 G. DEREGNAUCOURT, « Collateurs, curés et fidèles dans les conflits paroissiaux en milieu urbain. L (...)

16C'est bien sûr la puissance temporelle qui retient le plus l'attention. D'essence sacrée, la puissance de l’Église de Cambrai était faite de richesse, de pouvoir, de force juridique et matérielle. Elle débouchait sur une formidable emprise socio-économique des individus, qui ne sera remise en cause que dans les dernières décennies de l'Ancien Régime38, et sur l'existence de vastes clientèles qui venaient ajouter la puissance des hommes à celles des biens temporels. Entre l'Église et les communautés d'habitants existait une sorte de contrat tacite de réciprocité, même s'il n'était pas exempt d'épines39 : le service religieux et l'encadrement que la première assurait aux secondes, les normes morales et sociales qu'elle contribuait à faire reconnaître, les possibilités d'ascension sociale qu'elle garantissait, étaient jugés suffisamment nécessaires pour qu'on lui abandonnât une part importante de la richesse produite. Par sa richesse matérielle, l'Église favorisait la permanence et le renouvellement d'une élite sociale au sein de laquelle elle puisait largement ses serviteurs.

  • 40 Idem, « Les déviances ecclésiastiques dans les anciens diocèses des Pays-Bas méridionaux aux XVIe, (...)
  • 41 Idem, « Le concours... », op. cit.

17Le système bénéficiai était, dans ces conditions, un puissant levier de promotion sociale, ce qui jetait une hypothèque structurelle sur la volonté réformatrice, et ses effets pervers (brigue des bénéfices, cumul, simonie, népotisme, clientélisme, absentéisme...) expliquent dans une large mesure l'existence d'un clergé quelquefois médiocre ou scandaleux40. En outre, le système du patronage pouvait rendre plus ou moins délicat le gouvernement d'un diocèse si l'institution du concours pour l'accès aux cures, voulue par le concile de Trente et en usage dans les Pays-Bas, n'eût fourni aux évêques un excellent moyen de régulation du recrutement et de neutralisation des forces centrifuges et des autonomies cléricales41.

  • 42 Idem, De Fénelon à la Révolution..., op.cit., p. 54-58 et p. 163-239.

18Dans ces conditions, le recrutement sacerdotal était pléthorique dans le diocèse de Cambrai. Le taux d'encadrement des populations était, à l'époque de Fénelon, de 1,75 curés pour 1 000 habitants ; un curé avait en moyenne la charge de 568 fidèles. Notre clergé moderne aimerait être aussi favorisé ! Si l'on considère l'ensemble des personnels, séculiers et réguliers, hommes et femmes voués au service de Dieu, le rapport est de l'ordre de 1 pour 60 ou 1 pour 75, peu importe, compte tenu de la relative imprécision des sources. Ces chiffres, particulièrement éloquents, traduisent mieux que d'autres l'acculturation chrétienne et la cléricalisation des Pays-Bas méridionaux, d'autant que le processus de rénovation du sacerdoce était parfaitement engagé42.

  • 43 Ratio atque institutio studiorum. Les textes latins de 1586 et 1599 ont été édités par G. M. PACHT (...)
  • 44 F. DE DAINVILLE, L’éducation des Jésuites, Paris, 1978 ; P. MESNARD, « La pédagogie des Jésuites » (...)
  • 45 R. CHARTIER, M.-M. COMPÈRE et D. JULIA, L’éducation en France du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, 197 (...)
  • 46 La bibliographie est considérable. Voir entre autres G. DEHON, L’Université de Douai aux XVIIe et (...)
  • 47 Voir les réflexions de R. GREVET, École, pouvoirs et société (XVIIe siècle-1815). Artois, Boulonna (...)

19Le réseau des établissements secondaires, qui tous s'inspiraient peu ou prou du ratio studiorum43 et de l'humanisme chrétien des jésuites44, assurait la production de cadres pour l'Église et la reproduction des élites laïques qui en étaient souvent des auxiliaires dévoués, imposait une unité de culture et garantissait l'union étroite de l'État, de l'Église et des pouvoirs locaux dans la défense des mêmes intérêts45. Ces établissements secondaires étaient relayés par deux universités fameuses et peu éloignées, au sein desquelles les querelles doctrinales, certes réelles, furent cependant assez bien contenues46. Le quadrillage des petites écoles quant à lui, faisait reculer les processus éducatifs coutumiers, assurait une alphabétisation de masse, facteur et outil de diffusion des Vérités évangéliques et d'une morale chrétienne qui était aussi une morale politique47.

20En 1695, Fénelon, premier prélat « français » sur le siège de Cambrai, prenait possession d'une Église sûre d'une doctrine, d'une ecclésiologie et d'une discipline confortées par le concile de Trente dont les décrets avaient été « reçus » et irriguaient la culture et la vie religieuse depuis plus d'un siècle ; d'une Église forte d'un pouvoir d'interprétation du monde et d'une logique, celle même du christianisme, celle du salut ; d'une Église détentrice d'une situation dominante dans les rapports de production ; d'une Église forte de puissants moyens d'interventions dans et sur la société dans son entier. Cette Église était certes traversée par une frontière politique dont les effets sur la conduite du diocèse et sur la vie religieuse des populations étaient, à mon sens, de médiocre portée. Mais c'est là un champ d'études qui demeure entièrement en friche, ou presque. Tel était l'archevêché de Cambrai au temps de Fénelon.

Cartes 1 et 2 : Les diocèses des Pays-Bas méridionaux après 1559

Cartes 1 et 2 : Les diocèses des Pays-Bas méridionaux après 1559

Source : M. DIERICKX, De oprichting der nieuwe bisdommen in de Nederland onder Filips II (1559-1570), Anvers-Utrecht, 1950 ; éd. française, L’érection des nouveaux diocèses aux Pays-Bas (1559-1570), Bruxelles, 1967.

Carte 3 : Les transformations du diocèse de Cambrai

Carte 3 : Les transformations du diocèse de Cambrai

Source : H. PLATELLE, carte extraite de Cambrai et Lille. Histoire des diocèses de France, 8, sous la dir. de P. PIERRARD, Paris, Beauchesne, 1978, p. 346.

Carte 4 : Les archidiaconés et les doyennés du diocèse de Cambrai sous l'épiscopat de Fénelon

Carte 4 : Les archidiaconés et les doyennés du diocèse de Cambrai sous l'épiscopat de Fénelon

Carte 5 : Le réseau des paroisses du diocèse de Cambrai sous l’épiscopat de Fénelon

Carte 5 : Le réseau des paroisses du diocèse de Cambrai sous l’épiscopat de Fénelon

Carte 6 : Les établissements religieux du diocèse de Cambrai sous l’épiscopat de Fénelon

Carte 6 : Les établissements religieux du diocèse de Cambrai sous l’épiscopat de Fénelon

Source : A. LOTTIN, carte extraite de Cambrai et Lille. Histoire des diocèses de France, 8, sous la dir. de P. PIERRARD, Paris, Beauchesne, 1978, p. 347.

Carte 7 : Le réseau des collèges du diocèse de Cambrai sous l'épiscopat de Fénelon

Carte 7 : Le réseau des collèges du diocèse de Cambrai sous l'épiscopat de Fénelon

Carte 8 : Pourcentage de paroisses disposant d’une école primaire dans le diocèse de Cambrai au XVIIIe siècle

Carte 8 : Pourcentage de paroisses disposant d’une école primaire dans le diocèse de Cambrai au XVIIIe siècle

Source : FONTAINE DE RESBECQ, Histoire de l’enseignement primaire avant 1789, Lille-Paris, 1876 ; E. MATTHIEU, « Histoire de l’enseignement primaire en Hainaut », Mémoires et publications de la Société des Sciences, des Arts et des Lettres du Hainaut, 5e série, t. VI, 1893 et J. RUWET, Y. WELLEMANS, L’analphabétisme en Belgique (XVIIIe-XIXe siècles), Louvain, 1979.

Tableau 1 : Les principales titulatures de paroisse du diocèse de Cambrai sous l’épiscopat de Fénelon

Tableau 1 : Les principales titulatures de paroisse du diocèse de Cambrai sous l’épiscopat de Fénelon

1 Saint Martin
2 Marie
3 Saint Pierre
4 Saint Nicolas
5 Saint Géry
6 Saint Amand
7 Saint Rémi
8 Saint Jean-Baptiste
9 Saint Vaast
10 Saint Médard
11 Saint Questin
12 Sainte Aldegonde
Source : Séminaire de Tournai, ms. 115, Status generalis dioecesis Cameracensis, 1716.

Tableaux 2 et 3 : Les collateurs des cures et succursales du diocèse de Cambrai sous l’épiscopat de Fénelon

Collateurs

Nombre de cures

 %

Archevêque

38

5,78

Chapitres (1)

195

29,68

Abbayes et réguliers (1)

414

63,01

Laïcs

4

0,60

Autres (2)

6

0,91

Total

657

100

(1) Y compris les chapitres et abbayes extérieurs au diocèse
(2) Archevêque de Soissons (1) ; Paroissiens eux-mêmes (2) ; Oratoire de Braine-le-Comte (1) ; Chevaliers de Malte (1) ; Jésuites (1)

Collateurs

Nombre de cures

 %

Chapitre métropolitain

89

13,5

Abbaye de Liessies

43

6,5

Archevêque

38

5,7

Abbaye de Saint-Ghislain

38

5,7

Chapitre de Saint-Géry

28

4,2

Abbaye de Saint-Aubert

27

4,1

Abbaye de Saint-André

25

3,8

Abbaye d’Hautmont

23

3,5

Abbaye de Saint-Denis en B.

22

3,3

Abbaye de Maroilles

19

2,9

Abbaye de Honnecourt

18

2,7

Abbaye du Saint-Sépulcre

17

2,6

Chapitre Sainte-Waudru

14

2,1

Chapitre de Maubeuge

12

1,8

Chapitre de Leuze

U

1,6

Chapitre de Binche

10

1,5

Chapitre d’Antoing

10

1,5

Total

444

67,5

N.B. 497 cures, soit 75,6 % des cures du diocèse, en comptant les abbayes d’Anchin, de Saint-Martin de Tournai et de Saint-Amand, situées hors du diocèse, et qui nommaient respectivement à 27, 14 et 12 cures.
Source : Séminaire de Tournai, ms. 115, Status generalis diœcesis Cameracensis, 1716.

Notes

1 M. DIERICKX, De oprichting der nieuwe bisdommen in de Nederland onder Filips II (1559-1633), Anvers-Utrecht, 1950 ; éd. française : L’érection des nouveaux diocèses aux Pays-Bas (1559-1633), Bruxelles, 1967.

2 Status Ecclesiœ Cameracensis, Lettere di Vescovi, II, f° 296 r°-309 v°, 1609, Archives du Vatican, publié par BRANTS dans Analectes pour servir à l’histoire ecclésiastique de la Belgique, t. XXIV, p. 408-431. Ce rapport serait en fait la copie du rapport ad limina de 1605 ; voir A. PASTURE, « Les archives de la visite ad limina pour les deux anciennes provinces ecclésiastiques des Pays-Bas, Malines et Cambrai (1589-1800) », Bulletin de la Commission royale d’histoire, t. LXXXIII, Bruxelles, 1920, p. 281-532.

3 Séminaire de Tournai, ms. codex 115, 2 vol.

4 En particulier le Status generalis totius dioecesis Cameracensis hodie sede vacante primo januari 1724, B.N., ms. 9914-9915 (utilisé dans l’article Cambrai du Dictionnaire d’Histoire et de Géographie ecclésiastique, fondé par Mgr A. BAUDRILLART, Paris, 1902 et sv.)

5 Cette communication ne prétend pas énoncer des éléments inédits mais vise à mettre les débats du colloque en situation. Elle se fonde largement sur ma thèse de doctorat : G. DEREGNAUCOURT, De Fénelon à la Révolution. Le clergé paroissial de l’archevêché de Cambrai, Lille, 1991.

6 Voir entre autres P. GEYL, The revolt of the Netherlands, London, 1966 et Ph. MACK CREW, Calvinist preaching and iconoclasm in the Netherlands, 1554-1569, Cambridge University Press, 1978.

7 M. DIERICKX, op. cit.

8 A.F. WILLOCX, L’introduction des décrets du concile de Trente dans les Pays-Bas et dans la principauté de Liège, Louvain, 1929.

9 Jusqu’à la restructuration de 1559, l’Église de Cambrai avait dépendu de celle de Reims ; en 1564, l’archevêque de Reims, Charles de Lorraine, convoqua à son concile provincial les prélats de Cambrai, Tournai et Arras, feignant d’ignorer l’élévation de Cambrai à la dignité archiépiscopale. Les archevêques de Reims maintinrent leur prétentions jusqu’en 1696. Voir A. LE GLAY, Cameracum christianum, Lille, 1849, p. 60 ; et, dans ce recueil, Ph. GUIGNET, « Évangélisation et apaisement d’un conflit séculaire avec l’archevêque de Reims : les engagements contrastés mais cohérents d’un jeune archevêque de Cambrai en 1695 ».

10 Status... 1609 et Status... 1716, op. cit.

11 B.M. Cambrai. Calendrier ecclésiastique de Cambray. On y a joint l’estat du clergé séculier et régulier de la ville et du diocèse, Cambray, chez S. Berthout, 1754.

12 Status... 1716, op. cit. Voir aussi Tableau des patrons de lieux et titulaires des églises du diocèse de Cambrai d’après les documents anciens et les renseignements officiels, Lille, Desclée de Brouwer, Société de Saint-Augustin, 1885.

13 Sur ces questions, voir entre autres H. PLATELLE, dans Les diocèses de Cambrai et Lille (sous la dir de P. PIERRARD), Paris, 1978, p. 9-39 ; E. EWIG, « Le culte de saint Martin à l’époque franque », Revue d’Histoire de l’Église de France, t. XLVII, 1951, p. 1-19 ; G. BERINGS, Een onderzoek van de parochiekerken in het Scheldebekken van het vroegste christendom tot 1559, Mémoire de Licence inédit, Gand, 1979 ; id., « Les patronages de saints dans la vallée de l’Escaut. Esquisse d’une méthode de recherche sur la christianisation », Revue du Nord, t. LXIX, avr.-juin 1986, p. 433-444.

14 Voir Dom J. BECQUET, Abbayes et prieurés de l’Ancienne France. Recueil historique des archevêchés, évêchés, abbayes et prieurés de France, t. XV : Province ecclésiastique de Cambrai. Diocèses actuels de Cambrai et Lille, Paris, 1970-1975, Paris-Turnhout, reprint et diffusion Brepols, 1994, ainsi que les divers paragraphes de synthèse d’H. PLATELLE et A. LOTTIN dans Les diocèses de Cambrai et Lille, op. cit. On évoquera plus loin les congrégations enseignantes.

15 G. DEREGNAUCOURT, op. cit., p. 37-13.

16 A.D. Nord 3 G 1183 ; voir aussi S. LANCEL, Le temporel de l’archevêché de Cambrai au XVIIIe siècle, Mémoire de Maîtrise sous la dir. de L. BÉLY, Lille, 1992, p. 34-52.

17 A. LOTTIN, op. cit., p. 151.

18 Ch. LEDUC. Saint-Nicolas d’Aresnes-sur-Helpe. Étude d’un petit chapitre du XVIe au XVIIIe siècle. Mémoire de Maîtrise sous la dir. d’A. LOTTIN. Lille. 1989, p. 56-73.

19 G. LEFEBVRE, Les paysans du Nord pendant la Révolution, Paris, rééd. 1972.

20 O. GAUDIN. L’abbaye de Maroilles au XVIIIe siècle, Mémoire de Maîtrise sous la dir. de P. DEYON, Lille, 1975, p. 157 et sv.

21 H. HASQUIN, L’intendance du Hainaut. en 1697. Edition critique du mémoire rédigé pour l’instruction du duc de Bourgogne, Paris, Bibliothèque Nationale, 1975, p. 68.

22 G. DEREGNAUCOURT, « Le concours pour l’accès aux cures dans les diocèses du Nord de la France (XVIe - XVIIIe siècles) », dans Geloven in het verleden. Studies over het godsdienstig leven in de vroegmoderne tijd (XVIde-XVIIIde ceux) aangeboden aan Prof. Dr. Michel Cloet, Louvain, 1996.

23 Idem, De Fénelon à la Révolution..., op. cit.., p. 54-58.

24 La bibliographie est immense. Voir Ph. MARCHAND, « Le réseau des collèges dans le Nord de la France en 1789 : les origines », Revue du Nord, t. LVIII, no 229, avr.-juin 1976, p. 225-234 ; Idem, dans M.-M. COMPÈRE et D. JULIA, Les collèges français XVIe-XVIIIe siècles. Répertoire 2 : France du Nord et de l’Ouest, Paris, 1988 ; A. LOTTIN, op. cit., p. 112 et sv., G. DEREGNAUCOURT, op. cit., p. 129-136 et l’irremplaçable A. PASTURE, La restauration catholique aux Pays-Bas catholiques sous les archiducs Albert et Isabelle (1596-1633), Louvain, 1925.

25 Voir, entre autres, P. DELATTRE, Les établissements des jésuites en France depuis quatre siècles, 4 vol., Enghien, 1950 ; E. PONCELET, Histoire de la Compagnie de Jésus dans les anciens Pays-Bas, 2 vol., Bruxelles, 1927-1928 et Les jésuites belges 1542-1992. 450 ans de Compagnie de Jésus dans les provinces belgiques, sous la dir. d’A. DENEEF, X. DUSAUTOIT, Ch. EVERS, M. PILETTE et X. ROUSSEAUX, Bruxelles, 1992.

26 Texte publié dans les Analectes pour servir à l’Histoire ecclésiastique de la Belgique, t. X, Louvain-Bruxelles, 1873, p. 115-120. Voir aussi R. CRAHAY, « Les mesures concernant l’enseignement dans le diocèse de Cambrai d’après les décrets des synodes locaux », dans Hommages à la Wallonie, Bruxelles, 1981, p. 65-81.

27 Voir A. LOTTIN, « La catéchèse en milieu populaire au XVIIe siècle. L’exemple de l’école dominicale de Valenciennes et du père Marc (1584-1638) », dans Les intermédiaires culturels, Aix-en-Provence, 1981 ; O. HENRIVAUX, « Les écoles dominicales de Mons et de Valenciennes et les premiers catéchismes du diocèse de Cambrai ». dans Godsdienst, mentaliteit en dagelijks leven, sous la dir. de M. CLOET et F. DAELEMANS, Bruxelles. 1988, p. 129-145.

28 D’après FONTAINE DE RESBECQ, Histoire de l’enseignement primaire avant 1789 dans les communes qui ont formé le département du Nord, Lille-Paris, 1876 ; E. MATTHIEU, « Histoire de l’enseignement primaire en Hainaut », Mémoires et publications de la Société des Sciences, des Arts et des Lettres du Hainaut, 5e série, t. VI, 1893 ; L’analphabétisme en Belgique (XVIIIe-XIXe siècles), travaux détudiants présentés par J. RUWET et Y. WELLEMANS, Louvain, 1979, p. 21-34 ; voir aussi Ph. MARCHAND, Écoles et collèges dans le Nord à l’aube de la Révolution, Lille, 1988.

29 N. GIRARD D’ALBISSIN, Genèse de la frontière franco-belge. Les variations des limites septentrionales de la France de 1659 à 1789, Paris, 1970 ; F. VAN HALKEN, La fin du régime espagnol aux Pays-Bas, Bruxelles, 1907.

30 Pour l’essentiel, voir L. TRENARD, Histoire de Cambrai, Lille, 1982, p. 116 et sv.

31 Voir la contribution de Ph. GUIGNET dans le présent recueil ainsi que sa thèse : Le pouvoir dans la ville au XVIIIe siècle. Pratiques politiques, notabilité et éthique sociale de part et d’autre de la frontière franco-belge, Paris, 1990.

32 L. TRENARD. op. cit.

33 F. WILLOCX, op. cit., p. 151 ; A. PASTURE, op. cit. et, depuis, une immense bibliographie belge.

34 G. DEREGNAUCOURT, op. cit., p. 119-159.

35 Voir la synthèse récente de R. MUCHEMBLED, Cultures et société en France du début du XVIe siècle au milieu du XVIIe siècle, Paris, 1995.

36 H. PLATELLE, op. cit.

37 Voir sur ce point F. MACHELART, Naissance et développement de l’art baroque en Cambrésis, thèse inédite, Lille, 1977 et P. PARENT, L’architecture des Pays-Bas méridionaux aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, Paris - Bruxelles.

38 O. GAUDIN, op. cit., p. 157 et sv. ; Ph. MARCHAND (éd.), Florilège des cahiers de doléances du Nord, Lille, 1989.

39 G. DEREGNAUCOURT, « Collateurs, curés et fidèles dans les conflits paroissiaux en milieu urbain. L’exemple de l’archevêché de Cambrai (XVIIe - XVIIIe siècles) », Actes du Colloque La paroisse en questions, Saint-Ghislain, 25 nov. 1995, à paraître, 1996.

40 Idem, « Les déviances ecclésiastiques dans les anciens diocèses des Pays-Bas méridionaux aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles : répression, ecclésiologie et pastorale », dans Le clergé délinquant (XIIe-XVIIIe siècles), sous la dir. de B. GARNOT, Dijon, EUD, 1995, p. 65-95.

41 Idem, « Le concours... », op. cit.

42 Idem, De Fénelon à la Révolution..., op.cit., p. 54-58 et p. 163-239.

43 Ratio atque institutio studiorum. Les textes latins de 1586 et 1599 ont été édités par G. M. PACHTER, Monumenta germaniae paedagogica, t. V, Berlin, 1867. Une traduction latine du texte de 1599 se trouve dans G. FERTE, Paris, 1892.

44 F. DE DAINVILLE, L’éducation des Jésuites, Paris, 1978 ; P. MESNARD, « La pédagogie des Jésuites », dans Les grands pédagogues, sous la dir. de J. CHATEAU, Paris, 1966, p. 45-107.

45 R. CHARTIER, M.-M. COMPÈRE et D. JULIA, L’éducation en France du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, 1970, p. 175 et sv.

46 La bibliographie est considérable. Voir entre autres G. DEHON, L’Université de Douai aux XVIIe et XVIIIe siècles, thèse inédite, Lille, 1967 et M. LAMBERIGTS (sous la dir. de), L’augustinisme à l’ancienne Faculté de théologie de Louvain, Louvain, 1994 (Bibliotheca Ephemeridum Theologicarum Lovaniensium, CXI).

47 Voir les réflexions de R. GREVET, École, pouvoirs et société (XVIIe siècle-1815). Artois, Boulonnais/Pas-de-Calais, Lille, 1991.

Table des illustrations

Titre Cartes 1 et 2 : Les diocèses des Pays-Bas méridionaux après 1559
Légende Source : M. DIERICKX, De oprichting der nieuwe bisdommen in de Nederland onder Filips II (1559-1570), Anvers-Utrecht, 1950 ; éd. française, L’érection des nouveaux diocèses aux Pays-Bas (1559-1570), Bruxelles, 1967.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2460/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Titre Carte 3 : Les transformations du diocèse de Cambrai
Légende Source : H. PLATELLE, carte extraite de Cambrai et Lille. Histoire des diocèses de France, 8, sous la dir. de P. PIERRARD, Paris, Beauchesne, 1978, p. 346.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2460/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Titre Carte 4 : Les archidiaconés et les doyennés du diocèse de Cambrai sous l'épiscopat de Fénelon
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2460/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Carte 5 : Le réseau des paroisses du diocèse de Cambrai sous l’épiscopat de Fénelon
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2460/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Carte 6 : Les établissements religieux du diocèse de Cambrai sous l’épiscopat de Fénelon
Légende Source : A. LOTTIN, carte extraite de Cambrai et Lille. Histoire des diocèses de France, 8, sous la dir. de P. PIERRARD, Paris, Beauchesne, 1978, p. 347.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2460/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Titre Carte 7 : Le réseau des collèges du diocèse de Cambrai sous l'épiscopat de Fénelon
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2460/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre Carte 8 : Pourcentage de paroisses disposant d’une école primaire dans le diocèse de Cambrai au XVIIIe siècle
Légende Source : FONTAINE DE RESBECQ, Histoire de l’enseignement primaire avant 1789, Lille-Paris, 1876 ; E. MATTHIEU, « Histoire de l’enseignement primaire en Hainaut », Mémoires et publications de la Société des Sciences, des Arts et des Lettres du Hainaut, 5e série, t. VI, 1893 et J. RUWET, Y. WELLEMANS, L’analphabétisme en Belgique (XVIIIe-XIXe siècles), Louvain, 1979.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2460/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Titre Tableau 1 : Les principales titulatures de paroisse du diocèse de Cambrai sous l’épiscopat de Fénelon
Légende 1 Saint Martin2 Marie3 Saint Pierre4 Saint Nicolas5 Saint Géry6 Saint Amand7 Saint Rémi8 Saint Jean-Baptiste9 Saint Vaast10 Saint Médard11 Saint Questin12 Sainte AldegondeSource : Séminaire de Tournai, ms. 115, Status generalis dioecesis Cameracensis, 1716.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2460/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 151k

Auteur

Université Charles de Gaulle - Lille III - CHRN

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540