Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fénelon, évêque et pasteur en son temps (1695-1715)

 | 
Philippe Guinet
, 
Gilles Deregnaucourt

Introduction

Gilles Deregnaucourt et Philippe Guignet

Texte intégral

1François de Salignac de la Mothe-Fénelon naquit à Sainte-Mondane, en Périgord, au début de 1651. Son père, Pons de Salignac, d'ancienne gentilhommerie périgourdine, se débattait dans une gêne relative, comme bon nombre de représentants de la noblesse provinciale à la mi-XVIIe siècle, mais demeurait fort d'un efficace réseau de relations. L'oncle, François de Salignac, n'était-il pas évêque de Sarlat, un évêché sans doute un peu « crotté » (dès lors que l'on considère la munificence de l'évêché de Cambrai qui, plus tard, devait revenir au neveu), mais qui situait son titulaire au sein d'une nébuleuse influente ? Un autre oncle, le marquis de Fénelon-Magnac, était membre éminent de l'occulte mais active compagnie du Saint-Sacrement, fer de lance du militantisme dévot des élites, et très lié avec Saint-Sulpice, matrice du clergé français depuis les année 1640. Autant de tremplins précieux pour une carrière cléricale programmée et réussie, éclatante affirmation sociale en ce siècle qui était encore le « siècle des saints » : sans préjuger de son génie propre, Fénelon fut précocement destiné à devenir évêque.

  • 1 Voir l'ancienne mais intéressante étude de E.-O. DOUEN, L'intolérance de Fénelon. Étude historique (...)
  • 2 L'antijansénisme notoire de l'évêque Fénelon ne présente peut-être pas la même évidence avant sa p (...)

2La formation intellectuelle, spirituelle et théologique de Fénelon se forgea essentiellement auprès de l'évêque de Sarlat puis, à partir de 1674, là où il fallait, c'est-à-dire près de Saint-Sulpice, pépinière d'évêques, où le supérieur, M. Tronson, fut son directeur de conscience. Ce fut aussi à cette époque que se tissèrent des liens d'amitié, d'estime et de connivence intellectuelle avec Bossuet. Le réseau relationnel commençait à prendre toute son ampleur. On sait que Fénelon fut chargé, en 1675-1678, de prédications à Saint-Sulpice puis de deux missions auprès des protestants de Saintonge en 1685-1686 et 1687 au lendemain de la Révocation, l'occasion était bonne, pour un jeune ecclésiastique brillant, zélé et prometteur, de se faire remarquer. Pourtant Fénelon revint de ces missions sans être davantage avancé sur la voie de l'épiscopat, sans doute en raison du mode de prédication qu'il avait adopté à l'égard des « nouveaux convertis » : sans faiblesse ni tolérance particulière1, il avait en effet fait preuve d'une réelle mesure, laquelle fut interprétée, ici ou là, comme un signe de sympathie pour le jansénisme2.

3Mais dans le même temps, le marquis de Fénelon-Magnac et M. Tronson lui reviennent en aide en l'introduisant dans l'entourage du gendre de Colbert, le duc de Beauvillier, gentilhomme de notable extraction, dévot et pacifiste, dont l'élévation à la cour fut rapide et continue jusqu'à sa nomination de gouverneur du duc de Bourgogne en 1689. La suite est mieux connue : en 1687, Fénelon publia De l'Éducation des filles avant de devenir en 1689, grâce à Beauvillier, précepteur du duc de Bourgogne. Grande consécration, à laquelle ne manquait plus qu'un épiscopat prestigieux.

4Plusieurs grandes œuvres de Fénelon, qui devaient assurer sa gloire (les Dialogues des Morts, les Fables, les Aventures de Télémaque...), furent d'abord conçues ou destinées à l'éducation du duc de Bourgogne, quelle que soit leur date d'édition. On ne redira ici ni la spiritualité, ni l'esprit, ni la finalité de ces écrits peu ou prou à contre-courant de l'évolution sociale, économique et culturelle du Grand Siècle : exaltation de la noblesse, libéralisme aristocratique, idéal pacifiste, réserves à l'égard du mercantilisme, perspectives agrariennes et populationnistes, volonté de promouvoir les principes de la morale et de la religion comme l'amour de la vertu et l'art de rendre les peuples heureux, hors de la guerre et dans la prospérité. Il est clair que le contexte particulier de la guerre de la Ligue d'Augsbourg (1688-1697) et des grandes crises de cette décennie tragique infléchissait une telle réflexion. Il est clair aussi qu'un tel programme était indissociable d'idées et d'expériences religieuses, les unes, suggérées plus haut, nourries de l'héritage familial et de celui des milieux dévots qui avaient encadré sa jeunesse, les autres, plus pertinemment assumées, qui continuaient à féconder sa pensée.

  • 3 Voir l'article concis et précis de J. LE BRUN dans le Dictionnaire du Grand Siècle, sous la direct (...)
  • 4 Une fille de Mme Guyon était destinée à épouser un arrière-neveu de Champvallon.
  • 5 Mme de Sévigné écrit à la mort de l'archevêque de Paris, Harlay, le 6 août 1695 : L'on ne parte po (...)

5En 1688, Fénelon avait en effet rencontré Mme Guyon qui, au terme de plusieurs années d'incompréhension, de marginalisation et d'apostolat mystique, s'était imposée à la cour dans l'entourage de Mme de Maintenon, des ducs de Beauvillier et de Chevreuse et des filles de Colbert, leurs épouses3. De nouveau, il n'est guère possible de résumer l'influence du quiétisme de Mme Guyon, cette spiritualité d'anéantissement du moi, de perte de la volonté propre, cet idéal de vie dans l'instant et de concordance de la perfection chrétienne avec l'amour de Dieu et avec la quiétude (Bossuet parlera de « damnable fainéantise » !) passive et confiante de l'âme. On sait que Mme Guyon se trouva rapidement en butte à une cabale où l'hostilité de l'archevêque Harlay de Champvallon, arriviste et grand pourfendeur de toutes les déviances, était renforcée par des questions d'alliances familiales4, que Mme de Maintenon s'inquiéta bientôt d'une telle influence sur ses pensionnaires de Saint-Cyr, que d'autres s'en inquiétèrent pour des motifs plus complexes et que les écrits de Mme Guyon comme ceux de Fénelon à ce sujet furent soumis pour examen à Bossuet, Louis-Antoine de Noailles et Tronson, lors des « entretiens d'Issy ». Fénelon, malgré de vraisemblables réserves personnelles, consentit à parapher un texte de trente-quatre articles assez confus et ambigus relatifs à la vie spirituelle. Nonobstant la montée de ces débats et de ces querelles de factions, susceptibles d'hypothéquer l'évolution d'une remarquable carrière, Fénelon fut nommé, en 1695, au siège de Cambrai. Il ne s'agissait pas (encore) d'une disgrâce, comme on le dit trop souvent5.

  • 6 Elle avait été détenue une première fois chez les visitandines de Paris au cours de 1688, puis ass (...)

6En effet, Mme Guyon ne fut incarcérée à Vincennes qu'en décembre 16956 et la polémique qui opposa Bossuet au nouvel archevêque de Cambrai ne prit toute son ampleur qu'au cours des années 1696-1697 qui virent Fénelon, convaincu par ses adversaires de molinisme (Molinos avait été condamné à Rome en 1687), en débattre avec véhémence, en particulier avec son Explication des maximes des saints, publiée en 1697, et avec d'autres écrits de nature apologétique. Il en appela à Rome, mais les pressions politiques, les intrigues et les allégations diffamatoires renforcèrent la perplexité des théologiens de la Curie romaine qui crurent clore la querelle par le bref Cum alias condamnant vingt-trois propositions de l'Explication des maximes des saints. Ce redoutable débat contribua à transformer peu à peu la consécration de Fénelon au siège de Cambrai (peut-être y serait-il devenu un prélat non-résident ?) en une disgrâce et une assignation à résidence. Celle-ci fut consommée dans le courant de l'année 1699 par la privation du titre de précepteur du duc de Bourgogne et de la pension afférente. La publication subreptice des Aventures de Télémaque, vraisemblablement sans l'aveu de l'auteur, fut rédhibitoire. Désormais, celui qui allait devenir le Cygne de Cambrai ne devait pratiquement plus quitter son diocèse et s'y consacrer, dit-on, avec le plus grand zèle, non sans renouer avec ses amis et entretenir avec eux une abondante correspondance qui permet de mesurer le rôle qu'il s'efforça de jouer prudemment, en dépit de l'adversité. La mort du duc de Bourgogne en 1712 ruina sans doute ce qui lui restait d'espérance en la mise en œuvre d'une politique évangélique qu'il appelait de ses vœux.

  • 7 J.-P. de BEAUMARCHAIS, D. COUTY et A. REY, Dictionnaire des Littératures de langue française, Pari (...)
  • 8 Œuvres de Fénelon, édition de J. LE BRUN, Bibliothèque de la Pléiade, t. I, Paris, Gallimard, 1983 (...)
  • 9 Correspondance de Fénelon, édition de J. ORCIBAL, avec la collaboration de J. LE BRUN et I. NOYE, (...)
  • 10 Fr.-X. CUCHE, Une pensée sociale catholique. Fleury, La Bruyère, Fénelon, Paris, Cerf, 1991.

7La bibliographie fénelonienne est considérable, ainsi qu'en témoignent la sélection de titres, à la fois abondante, judicieuse mais drastique du Dictionnaire des littératures de langue française7, ainsi que les références ou les bibliographies qui figurent dans l'édition des Œuvres entreprise par J. Le Brun,8 dans celle de la Correspondance de Fénelon par J. Orcibal, avec la collaboration de J. Le Brun et I. Noye9, ou dans quelques études parmi les plus récentes comme celle de Fr.-X. Cuche10.

  • 11 Les Aventures de Télémaque, chapitre 11.
  • 12 Le tableau qui représente l'énelon accueillant les blessés de Malplaquet dans la cour de son arche (...)
  • 13 Il suffit de prendre connaissance de la tragédie en cinq actes de Marie-Joseph Chénier, Fénelon ou (...)

8Le poids de la légende fénelonienne est à la mesure de l'ampleur de la bibliographie consacrée à cet homme hors du commun. Il est vrai qu'il n'était pas si habituel, même à la fin du XVIIe siècle, de donner à l'appel chrétien en faveur d'une « civilisation de l'amour » une forme aussi modernisée et émouvante que celle qui apparaît dans le Télémaque. Fénelon n'y écrit-il pas - mais les formules de ce genre abondent - : Tout Ce genre humain n'est qu'une famille dispersée sur fa surface de la terre ; tous Ces peuples sont frères et doivent s'aimer comme tels. Malheur à ces impies qui cherchent une gloire cruelle dans Ce sang de leurs frères, qui est leur propre sang11 ? Dès lors, on comprend que rarement penseur fut aussi caricaturé que lui et pensée aussi remodelée au service des exigences de causes à faire triompher. Au Fénelon statufié par les catholiques du siècle dernier, magnifié par l'imagerie pieuse12 s'oppose, nul ne l'ignore, le Fénelon laïcisé de la tradition républicaine13. Rarement peut-être aussi penseur politique a autant influencé la conscience des plus hauts responsables du destin des peuples. Il est loisible de discuter des effets réels des leçons plus ou moins teintées de fénelonisme dont le jeune Louis XV fut abreuvé. En revanche, l'influence de la morale politique de Mentor sur Louis XVI ne peut guère être niée et certains observateurs, fascinés par le réalisme politique, ne manquent pas de porter la paralysie de la volonté qui affligeait Louis XVI au débit de son éducation fénelonienne. Il est certain cependant que l'on peut discuter à perte de vue sur la compatibilité des choix assumés par les hommes d'État avec les exigences éthiques de ceux qui « sont dans le monde sans être du monde ». Plus précisément encore, on est en droit de se demander si un grand spirituel comme M. de Cambrai avait pleinement les qualités de l'homme d'action que doit être aussi un évêque.

  • 14 Depuis A.M. RAMSAY, Histoire de la vie de M. François de Salignac de la Mothe-Fénelon, La Haye, 17 (...)
  • 15 Voir les articles « Fénelon » de L. COGNET dans le Dictionnaire de Spiritualité..., t. V, Paris, 1 (...)
  • 16 P. de BROGLIE, Fénelon à Cambrai d'après sa correspondance, Paris, 1884. Il existe par ailleurs to (...)
  • 17 A. ALVIN, « Histoire du séminaire de Cambrai depuis sa fondation jusqu'au rétablissement du culte (...)
  • 18 A. HONOREZ, Le diocèse de Cambrai pendant l'épiscopat de Fénelon, mémoire de maîtrise, sous la dir (...)
  • 19 R. FAILLE, « Iconographie des évêques et archevêques de Cambrai », Mémoire de la Société d'émulati (...)
  • 20 P. PIERRARD, Cambrai et Lille, Histoire des diocèses de France, 8, Paris, Beauchesne, 1978, p. 135 (...)
  • 21 H. HILLENAAR, Fénelon et les jésuites, La Haye, 1967. Cet auteur est sans doute celui qui connaît (...)
  • 22 Fr.-X. CUCHE, Une pensée sociale catholique..., op. cit.
  • 23 G. DEREGNAUCOURT, De Fénelon à la Révolution. Le clergé paroissial de l’archevêché de Cambrai, Lil (...)

9Hélas l'essentiel de la production historiographique néglige souvent l'épiscopat cambrésien, vingt ans pourtant dans l'existence d'un personnage peu commun. La plupart des biographies14 stricto sensu et des notices biographiques, même les plus récentes et les plus estimables15, ne consacrent à ce sujet que quelques pages ou quelques lignes, souvent convenues. Les travaux plus spécifiques sont anciens et souvent très descriptifs ou résolument hagiographiques comme le Fénelon à Cambrai d'après sa correspondance de P. de Broglie, qui demeure un aveugle et peu utile panégyrique16. D'autres études n'abordent l'épiscopat de Fénelon que très indirectement ou partiellement compte tenu des perspectives spécifiques adoptées par leurs auteurs. C'est le cas des travaux de l'abbé Alvin sur le séminaire de Cambrai17, d'un mémoire de maîtrise soutenu à Lille en 196118, de la séduisante enquête de R. Faille sur l'iconographie des prélats cambrésiens19, de l'Histoire des diocèses de Cambrai et Lille20, des thèses et articles de H. Hillenaar21, Fr.-X. Cuche22 et G. Deregnaucourt23. C'est finalement par sa correspondance que l'action de Fénelon comme évêque demeure la plus palpable.

10À l'occasion de la commémoration du tricentenaire de l'arrivée de Fénelon à Cambrai, le moment nous a donc paru propice à une confrontation des points de vue, des hypothèses et des recherches récentes, non pas, une fois de plus, sur l'œuvre du théologien, du maître spirituel et de l'homme de Lettres, mais sur la démarche et les engagements d'un pasteur convié à l'évangélisation d'une terre « hispano-tridentine », qui, à bien des égards, pouvait lui paraître étrangère : le Hainaut-Cambrésis. Le fait est que cet archevêque s'installait en des contrées qui avaient été labourées par la Contre-Réforme mais dont la culture religieuse n'en était pas moins singulière, et qu'il dut se mesurer aux rudes interpellations d'un temps éprouvé par les dévastations guerrières, les partages politiques et les difficultés socio-économiques de la fin du Grand Règne, qui, plus qu’ailleurs, obéraient l'action pastorale. C'est pourquoi les travaux nous ont paru pouvoir s'ordonner autour de trois grands axes :

  1. Le premier est celui du pasteur lui-même, confronté à un vaste diocèse situé au carrefour de multiples influences. L'historiographie présente souvent la nomination de Fénelon à Cambrai comme un exil. On a rappelé plus haut que sa disgrâce ne fut réellement consommée qu'en 1699, et encore convient-il d'apporter à cette certitude bien des nuances. Il est clair cependant que les querelles dans lesquelles Fénelon s'était engagé, la publication des Aventures de Télémaque, le succès même de l'ouvrage où tout un public ravi découvrait des charges et des allusions que l'auteur n'avait pas toutes mises, le nombre important d'éditions clandestines introduites en fraude dans le royaume, tout cela contribua à rendre irrépressible l'assignation à résidence qui lui avait été intimée et le contraignit à se consacrer à sa nouvelle tâche. D'aucuns ajoutent en substance que sa foi était telle qu'elle n'accordait de prix qu'au Royaume éternel et qu'elle parvint à mettre cette ultime étape dans un destin apparemment déchiré, en conformité avec toute une existence, et à lui donner une réelle cohérence24. De fait, il semble que Fénelon ait administré consciencieusement, sinon saintement son diocèse. Dès lors, plusieurs séries de questions se posent autour de ce premier thème :
    • De quelle « école » pastorale relevait l'évêque Fénelon ? Dans quelle mesure parvint-il à synthétiser les apports des diverses traditions - borroméenne25, salésienne, sulpicienne, de l’« École française » de spiritualité - qui étaient à l'œuvre dans la réforme pastorale de ce temps ? Privilégia-t-il un modèle plutôt qu'un autre ?
    • Les traces tangibles de son activité pastorale sont-elles à la mesure de son projet pastoral, des modèles dont il se réclamait, de l'image que l'on retient de « Fénelon à Cambrai », souvent sans vérifications ? Opéra-t-il la transition entre le modèle du bonus episcopus du siècle des saints et le modèle du prélat administrateur du siècle des Lumières ?
    • Quelles furent ses priorités pastorales : la rénovation du sacerdoce ? La lutte contre les déviances ? La transmission de la foi ? La moralisation des fidèles ? La promotion du laïcat ? Le syncrétisme de la religion des clercs et de la religion populaire ?
    • Quelles relations - conflictuelles ou en voie d'apaisement - entretint-il avec les autonomies cléricales en place (exemptions régulières, système bénéficiai...) ?
    • Finalement, dans quelle mesure a-t-il transformé son diocèse ? En a-t-il, au contraire, subi l'influence, puisque cette terre était incontestablement depuis plusieurs décennies un conservatoire de traditions spécifiques et un laboratoire de méthodes pastorales particulières ?
  2. Le second axe de nos préoccupations était de comprendre un individu épris de réformes et devenu prélat face aux pouvoirs politiques en place dans sa sphère d'intervention. Fénelon, qui demeure pour ses lecteurs le constructeur de la cité utopique de Salente et l'inspirateur anti-absolutiste des Tables de Chaulnes, fut quotidiennement confronté, en tant qu'évêque, au jeu mouvant des forces politiques en tension. Plusieurs questions nous interpellent de nouveau :
    • Comment se situa-t-il face à la double souveraineté politique s'exerçant sur un diocèse immense, placé de part et d'autre de la frontière ? Nommé archevêque en pleine guerre de la Ligue d'Augsbourg, comment réagit-il aux avatars du conflit et de la situation politique, comme aux fluctuations de la frontière26 ? Dans quelle mesure l'époque « anjouine » vint-elle modifier les contingences politiques et infléchir le comportement de l'archevêque de Cambrai ? Quelle fut la marge de manœuvre du pacifiste Fénelon au sein du dispositif diplomatique français et fut-il un trait d'union entre les belligérants ?
    • Quelles furent, par ailleurs, les relations d'un prélat, certes éminent, mais tenu en suspicion par Louis XIV, avec les représentants locaux du pouvoir central, et au premier chef, les gouverneurs et les intendants successifs27 ?
    • Enfin, en des terroirs où s'affirmaient avec vigueur les autonomies locales et provinciales, quel type de collaboration Fénelon parvint-il à nouer avec les puissants Magistrats des « bonnes villes » et les États provinciaux28 ? Entre un Cambrésis où la présence politique et foncière du clergé s'affirmait avec vigueur et un Hainaut davantage dominé par les oligarchies urbaines se dessinent bien des configurations politiques différentes sans que l'on sache comment Fénelon a pu peser dans ces réseaux de pouvoirs.
  3. Le dernier axe de notre problématique consistait à cerner le prélat en prise avec la société de son temps. Au cours de ses vingt années d'épiscopat, Fénelon vit son diocèse devenir une énième fois un des champs de bataille de l’Europe, théâtre tragique des misères et des massacres. On sait comme les difficultés socio-économiques du second versant du règne de Louis XIV atteignirent une singulière acuité dans cette région du Hainaut-Cambrésis où la crise de 1709, en particulier, prit des allures de fin du monde.
    • Dans quelle mesure ce prélat, que d'aucuns considèrent comme l'un des promoteurs d'une authentique « pensée sociale catholique »29 et dont le Télémaque peut être apprécié comme le poème d'un âge d'or, l'expression tout à la fois chrétienne et mythologique du pur, du naturel et de l'apaisement, l'exorcisme des contingences d'un monde de faim, de fer et de sang, parvint-il à inscrire quelques-unes de ses préoccupations dans la réalité cruelle de son temps ? Finalement, cet apôtre de la charité, qui partageait cependant les inerties mentales de son milieu d'origine, demeura-t-il un simple esthète chrétien, un aristocrate convaincu de l'utilité sociale de la religion, ou un militant ?
    • En d'autres termes, essaya-t-il de répondre, sinon de s'opposer, aux malheurs de son temps ? Compléta-t-il ou infléchit-il l'important dispositif d'assistance légué par les hautes eaux de la Contre-Réforme ? Face à une détresse populaire que les crises de subsistance et les foucades météorologiques rendaient massive, chercha-t-il à susciter les initiatives et à se départir du discours culpabilisant mais confortable de la déploration ?
    • Enfin, sensible aux enjeux d'une éducation rénovée, qu'il avait exprimés dès son traité De l'Éducation des filles et davantage encore dans son Télémaque, Fénelon a-t-il inscrit à son actif pastoral des réalisations permettant de renforcer un réseau déjà dense d'institutions éducatives (petites écoles, collèges...) ?
  • 30 Le lecteur jugera que certaines communications de ce volume ne sont pas complètement exemptes de r (...)

11Sur la base des trois grands thèmes de réflexion ci-dessus résumés, un appel à communications fut lancé, large et sans exclusive, à la réserve que les propositions s'inscrivissent dans les perspectives retenues. L'inégale distribution des différentes propositions reçues nous amena à diviser le premier des grands axes de réflexion présentés ci-dessus en deux thèmes, le premier cernant l'évêque au carrefour de diverses influences, le second traitant plus spécifiquement de la pastorale et de l'ecclésiologie puis à regrouper les autres communications autour d'un même thème : Fénelon, les pouvoirs et la société de son temps. Mais il va de soi qu'un colloque sur « Fénelon, pasteur et évêque en son temps », qui visait à dire la vérité des êtres et des choses sans hagiographie ni iconoclasme, ne pouvait être que rehaussé par des exposés interrogeant la mémoire de Fénelon, ou s'interrogeant sur « Fénelon après Fénelon ». Le souvenir de Fénelon a marqué la mémoire collective, en particulier dans les milieux populaires, mais aussi dans la pensée chrétienne, dans la pensée politique et dans l'exercice de la fonction épiscopale, sans parler d'une certaine sacralisation de l'homme et de son œuvre au sein de certains milieux scientifiques30. Quelles furent les sinuosités de cette mémoire ? Quelle part de mythe cette mémoire recèle-t-elle ?

12Vingt et une communications furent programmées, de la façon la plus équilibrée possible, même s'il est vrai que certaines sollicitations ont suscité davantage de réactions et que la traduction des diverses sensibilités de la recherche en cours, souhaitable dans tout colloque scientifique, puisse paraître inégale au lecteur averti. Les actes que nous présentons sont conformes à l'économie générale qui a été esquissée et, nous l'espérons, à la diversité des approches et des appréciations qui était souhaitable. Plus de cent personnes ont assisté aux séances sises dans les locaux du Centre universitaire de Cambrai. Les débats furent animés et fructueux, même lorsqu'ils durent être écourtés, dans une légitime gestion du temps. Les conclusions de ce volume s'efforcent d'en restituer la richesse, l'originalité et l'esprit (car il n'était guère possible d'en envisager une transcription intégrale), mais assument complètement la responsabilité de possibles interprétations malencontreuses. Le texte d'une conférence-débat de Mgr Jacques Delaporte, archevêque de Cambrai, et de Mgr Jean Huard, évêque de Tournai, sur l'Église de Cambrai et de Tournai aujourd’hui, face aux problèmes de la formation religieuse, de l'éducation et de la pauvreté, vient clore ce volume.

13Il nous reste à remercier, en notre nom et au nom du Centre d'Histoire de la Région du Nord et de l'Europe du Nord-Ouest de l'Université de Lille III, cheville ouvrière de l'essentiel de l'entreprise, toutes les personnes et tous les organismes qui ont permis l'organisation de ce colloque et la publication de ces actes.

14En premier lieu, il importe de dire que rien n'aurait été possible sans la volonté de voir se tenir un colloque sur Fénelon à Cambrai, exprimée, dès 1993, par l'association Recherche de Fénelon. Centre international d'Études deCambrai, présidée par Mgr Jacques Delaporte, archevêque de Cambrai, et animée par M. Roland Grimaldi, ancien maire du Cateau-Cambrésis et vice-président de l'Association, M. Le sous-préfet de Cambrai, Jean-Félix Labussière et la ville de Cambrai, sous les auspices de l'Évêché, du Conseil régional du Nord-Pas-de-Calais, du Conseil général du Nord, de M. le Recteur de l'Académie de Lille, de MM. les Présidents et Recteur des Universités de Lille III, de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis, d'Artois et des Facultés libres de Lille. L’association Recherche de Fénelon fut l'âme de cette entreprise, un essentiel bailleur et collecteur de fonds et un coordonnateur actif, sans cesse soucieux de partenariat avec les institutions ci-dessus nommées.

15Il nous faut particulièrement exprimer notre plus vive gratitude à l'égard de Mgr Jacques Delaporte, archevêque de Cambrai. Sa disponibilité, sa volonté de voir aboutir un projet qui lui tenait à cœur et, pourquoi ne pas utiliser ce mot, sa gentillesse, n'eurent d'égales que la complète confiance dont il nous honora et la totale liberté scientifique qu'il nous accorda. Qu'il sache à quel point nous lui sommes reconnaissants.

16La ville de Cambrai fut un autre allié de poids. Que M. Jacques Legendre, ancien ministre, sénateur du Nord, conseiller régional, président de la communauté de villes de Cambrai, vice-président de l’association Recherche de Fénelon et historien passionné de sa ville, M. le maire de Cambrai, François-Xavier Villain et Mme Claude Lancelle, son adjointe, d'un dévouement exemplaire, soient ici vivement remerciés.

17Toutes ces personnalités et d'autres rehaussèrent ce colloque de leur présence en assurant des présidences d'honneur de séances ou en assistant à nos travaux : Mgr Delaporte, Mgr Derouet, évêque d'Arras, Mgr Huard, évêque de Tournai, M. l'abbé Ringeval, chancelier de l'archevêché, M. Jacques Legendre, M. François-Xavier Villain, M. François-Félix Labussière, M. Roland Grimaldi, M. Yves Guéna, ancien ministre et maire de Périgueux et Madame, dont Fénelon figure dans la généalogie.

18Nous ne fûmes, dans cette lourde entreprise, que des animateurs et des coordonnateurs et notre tâche fut rendue facile, agréable, souvent joyeuse par la collaboration active et désintéressée de nos collègues Gérard Gayot et Félicien Machelart, professeurs à l'Université de Valenciennes, et Jean Heuclin, maître de conférences à la Faculté libre des Lettres de Lille : ils furent de toutes les réunions préparatoires à ce colloque et éminents participants, en refusant toujours d'en cueillir les lauriers. La maîtrise logistique de Martine Aubry, responsable de la bibliothèque Georges-Lefebvre et du CHRN de l'Université de Lille III doit être particulièrement saluée : sans elle, aucune de nos entreprises scientifiques ne pourrait jamais aboutir. Qu'elle sache combien la communauté scientifique de Lille III lui sait gré de sa compétence et de son dévouement.

  • 31 Nous tenons aussi à remercier les chercheurs ou les personnalités scientifiques qui ne purent part (...)
  • 32 Merci, pour leur participation, à Jean Gottigny, Philippe Desmette, Philippe Annaert, Christophe L (...)

19Nous remercions vivement les autres professeurs d'Université ou personnalités qui ont accordé leur caution scientifique en soutenant notre projet, en présidant des séances, en proposant diverses contributions ou en participant aux débats : Lucien Bély, Jean-Marie Cauchies, François-Xavier Cuche, Charles Engrand, René Faille, Marguerite Haillant, Yves-Marie Hilaire, Henk Hillenaar, Jacques Le Brun, Alain Lottin, Bernard Ménager, Irénée Noye, Henri Platelle et Jacques Sys.31 Nous saluons aussi la participation de nos autres collègues et des jeunes chercheurs qui ont placé leur confiance dans la réalisation du colloque.32

20Rappelons enfin que la tenue de nos travaux s'est inscrite dans l'ensemble des manifestations scientifiques et culturelles qui, de mai à décembre 1995, à Cambrai, Mons ou Lille, s'efforcèrent d'évoquer l'installation de Fénelon à Cambrai : plusieurs conférences, prononcées par Mme Cavigneaux, F. Machelart, Ph. Guignet, I. Noye, F. Quesnoy, R. Sansen, M. Schumann, M. Veys, l’édition d’un album de bandes dessinées consacré à Fénelon par l’abbé Michel Dussart, mais aussi des animations de rues, le défilé du 15 août, des visites guidées, des jeux scéniques dans les écoles, des expositions et des concerts, le grand jeu scénique du « Palais des grottes » à Cambrai, la messe en rite cambrésien retrouvé par M. le chanoine Devos. Bénédicte Térouanne, Directeur de la médiathèque de Cambrai, Françoise Magny, Conservateur du musée de Cambrai, Claude Lannette, Conservateur général des Archives départementales du Nord, Isabelle Bultez, chargée de mission auprès de l'association Recherche de Fénelon, Christiane Lesage, Patrice Ruelle et Gilbert Mayeux ont été parmi les dévoués animateurs de ces manifestations.

21Ni le colloque ni l'accueil convivial des participants n'eussent été possibles sans l'aide financière de plusieurs organismes ou institutions dont les responsables et les personnels méritent toute notre reconnaissance, dans le cadre du partenariat mis en place par l'Association Recherche de Fénelon : les villes de Cambrai et du Cateau-Cambrésis, le Conseil régional du Nord-Pas-de-Calais, le Conseil général du Nord, la Direction régionale des Affaires culturelles, les Universités de Lille III, de Valenciennes et d'Artois, la Caisse des Monuments historiques et le Rotary-Fénelon.

Notes

1 Voir l'ancienne mais intéressante étude de E.-O. DOUEN, L'intolérance de Fénelon. Étude historique, Paris, 1872.

2 L'antijansénisme notoire de l'évêque Fénelon ne présente peut-être pas la même évidence avant sa promotion au siège de Cambrai. Voir le bel article d'H. HILLENAAR, « Fénelon, Louvain et l'augustinisme », dans L'augustinisme à l'ancienne Faculté de théologie de Louvain, sous la direction de M. LAMBERIGTS (avec la col ! de L. KENIS), Leuven, University Press, Uitgeverij Peeters, 1994, p. 309-331.

3 Voir l'article concis et précis de J. LE BRUN dans le Dictionnaire du Grand Siècle, sous la direction de Fr. BLUCHE, Paris, Fayard, 1990, p. 699-701 et, du même auteur, l’article « Quiétisme » dans le Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique, doctrine et histoire, t. XII, 2, Paris, 1985, col. 2808-2812.

4 Une fille de Mme Guyon était destinée à épouser un arrière-neveu de Champvallon.

5 Mme de Sévigné écrit à la mort de l'archevêque de Paris, Harlay, le 6 août 1695 : L'on ne parte point encore de successeur, mais bien des gens croient que ce sera M. de Cambrai, et ce sera certainement un bon choix.

6 Elle avait été détenue une première fois chez les visitandines de Paris au cours de 1688, puis assignée à résidence à la Visitation de Meaux et contrainte à observer une prudente neutralité.

7 J.-P. de BEAUMARCHAIS, D. COUTY et A. REY, Dictionnaire des Littératures de langue française, Paris, Bordas, 1984, t. I, p. 799-800 (article de A. LANAVÈRE).

8 Œuvres de Fénelon, édition de J. LE BRUN, Bibliothèque de la Pléiade, t. I, Paris, Gallimard, 1983. Voir aussi Œuvres complètes de Fénelon, précédées de son histoire littéraire (édition GOSSELIN), Paris-Lille-Besançon, J. Leroux, Jouhy, Gaume, 1850-1852, 10 vol.

9 Correspondance de Fénelon, édition de J. ORCIBAL, avec la collaboration de J. LE BRUN et I. NOYE, t. I à V, Paris, Klincksieck, 1972-1976, t. VI à XVII, Paris-Genève, Droz, 1987-1994.

10 Fr.-X. CUCHE, Une pensée sociale catholique. Fleury, La Bruyère, Fénelon, Paris, Cerf, 1991.

11 Les Aventures de Télémaque, chapitre 11.

12 Le tableau qui représente l'énelon accueillant les blessés de Malplaquet dans la cour de son archevêché n'est guère fidèle à la réalité mais demeure bien caractéristique de cette imagerie pieuse. Il a été du reste largement reproduit et diffusé au cours de « l'année Fénelon » à Cambrai.

13 Il suffit de prendre connaissance de la tragédie en cinq actes de Marie-Joseph Chénier, Fénelon ou les Religieuses de Cambrai (1793) pour mesurer à quel point Fénelon, en pleine période conventionnelle, était perçu comme un chantre de la tolérance.

14 Depuis A.M. RAMSAY, Histoire de la vie de M. François de Salignac de la Mothe-Fénelon, La Haye, 1723, Cardinal de BAUSSET, Histoire de Fénelon, Paris, 1830 et L. BOUTIE, Fénelon, Paris, s.d., jusqu'aux ouvrages plus récents. Par exemple, É. CARCASSONNE, Fénelon, l'homme et l'oeuvre, Paris, Hatier-Boivin, 1946, Fr. VARILLON, Fénelon et le pur amour, Paris, Le Seuil, 1957 ou M. RAYMOND, Fénelon, Paris, Desclée de Brouwer, 1967, proposent d’excellentes pages sur la spiritualité et la théologie de Fénelon mais n'évoquent guère son épiscopat. Il en va de même d’ouvrages plus factuels comme A. de LA GORCE, Le vrai visage de Fénelon, Paris, 1958 ou J. H. DAVIS Jr., Fénelon, Boston, 1979.

15 Voir les articles « Fénelon » de L. COGNET dans le Dictionnaire de Spiritualité..., t. V, Paris, 1964, col. 151-171 et dans le Dictionnaire d'histoire et de géographie ecclésiastique, t. XVI, Paris, 1966, col. 958-987 ; de J.-L. GORE, dans Encyclopedia Universalis, vol. VI, Paris, 1970, p. 1010-1012 ; de A. LANAVÈRE, dans Dictionnaire des Littératures..., op. cit., t. I, p. 797-800 ; de J. LE BRUN, dans Dictionnaire du Grand Siècle, op. cit., p. 580-582.

16 P. de BROGLIE, Fénelon à Cambrai d'après sa correspondance, Paris, 1884. Il existe par ailleurs tout un ensemble de petites études, souvent anciennes, toujours ponctuelles et d'un intérêt très inégal, que l'on doit à l'érudition locale. Voir une recension dans P. PIÉTRESSON de SAINT-AUBIN, Archives départementales du Nord. Répertoire numérique. Série G (clergé séculier), t. II : 3 G à 5 G, fascicule I, Lille 1968, p. XXIX-XXX.

17 A. ALVIN, « Histoire du séminaire de Cambrai depuis sa fondation jusqu'au rétablissement du culte en 1802 », Mémoire de la Société d'émulation de Cambrai, t. LXV, 1910, p. 63-404 ; voir aussi X. SACKEBANT, Fénelon et le séminaire de Cambrai, Cambrai, 1910.

18 A. HONOREZ, Le diocèse de Cambrai pendant l'épiscopat de Fénelon, mémoire de maîtrise, sous la direction de L. TRENARD, Lille, 1961.

19 R. FAILLE, « Iconographie des évêques et archevêques de Cambrai », Mémoire de la Société d'émulation de Cambrai, t. XCIV, 1974, p. 5-343.

20 P. PIERRARD, Cambrai et Lille, Histoire des diocèses de France, 8, Paris, Beauchesne, 1978, p. 135-148 (par A. LOTTIN).

21 H. HILLENAAR, Fénelon et les jésuites, La Haye, 1967. Cet auteur est sans doute celui qui connaît le mieux les réalités du long séjour cambrésien de Fénelon. On consultera également de lui : « Fénelon et Pasquier Quesnel », Revue des sciences philosophiques et théologiques, t. LXI, 1977, p. 33-58 ou « Fénelon, Louvain et l'augustinisme », art. cit.

22 Fr.-X. CUCHE, Une pensée sociale catholique..., op. cit.

23 G. DEREGNAUCOURT, De Fénelon à la Révolution. Le clergé paroissial de l’archevêché de Cambrai, Lille, PUL, 1991.

24 A. LANAVÈRE, Dictionnaire des Littératures..., art. cit., p. 798.

25 À titre indicatif, sinon anecdotique, mais intéressant quant à la perception de « Fénelon après Fénelon », il existe dans l'église de Bomy (départ. du Pas-de-Calais, arr. de SaintOmer) une statue de bois du XVIIIe siècle représentant saint Charles Borromée sous les traits de Fénelon ; voir J. MARTEL, « Églises gothiques tardives de la région de Fléchin », Bulletin de la Commission des Monuments historiques du Pas-de-Calais, 195G, t. VII, 5e livraison, p. 593.

26 Voir N. GIRARD d'ALBISSIN, Genèse de la frontière franco-belge. Les variations des limites septentrionales de la France de 1659 à 1789, Paris, 1970.

27 Outre la Correspondance de Fénelon, op. cit., deux sources sont essentielles : H. HASQUIN, L'Intendance du Hainaut en 1698. Édition critique du Mémoire rédigé pour l'instruction du duc de Bourgogne par l'intendant D.-F. Voysin, Paris, Bibliothèque nationale, 1975 ; L. TRENARD, L’Intendance de Flandre wallonne en 1698. Édition critique du Mémoire pour l'instruction du duc de Bourgogne, Paris, Bibliothèque nationale, 1975 ; voir aussi J. MOSSAY, Les intendants du Hainaut à Maubeuge. 1678-1720, Avesnes, 1971.

28 Sur cette problématique, voir Ph. GUIGNET, Le pouvoir dans la ville au XVIIIe siècle. Pratiques politiques, notabilité et éthique sociale de part et d'autre de la frontière franco-belge, Paris, EHESS, 1990 (abondante bibliographie).

29 Fr.-X. CUCHE, op. cit.

30 Le lecteur jugera que certaines communications de ce volume ne sont pas complètement exemptes de réflexes hagiographiques.

31 Nous tenons aussi à remercier les chercheurs ou les personnalités scientifiques qui ne purent participer à nos travaux mais nous exprimèrent leur soutien : Keith Barltrop, André Blanc, Jacques Bernet, Anne-Marie Hubat-Blanc, Lucien Jaume, Jean-Marie Lardic.

32 Merci, pour leur participation, à Jean Gottigny, Philippe Desmette, Philippe Annaert, Christophe Leduc, Myumi Murata, Gilbert Dehon, Catherine Jacques et Charles Coutel.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540