Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires et représentations de la Résistance

 | 
Robert Vandenbussche

Conclusions

Robert Vandenbussche

Texte intégral

1Un colloque ne peut apporter de réponses définitives aux questions que posent les historiens. Néanmoins, il permet de confronter des analyses, d’émettre des hypothèses, d’ouvrir des pistes de recherches. La journée d’études n’a pas failli à ces objectifs.

2De l’ensemble des communications, un certain nombre de thèmes retiennent l’attention et méritent d’inévitables approfondissements.

3Dans les représentations résistantes comme dans les mémoires, le « martyre » devient une référence récurrente. La dénomination de lieux ou d’espaces publics, le libellé d’inscriptions sur des plaques ou des stèles, les commémorations, mettent en forme un véritable martyrologe de patriotes victimes de la répression menée par l’occupation. La révérence aux morts ne s’impose pas à la Libération mais se pratique, déjà, dans la clandestinité. Tracts, journaux clandestins, cérémonies furtives, expriment à la fois l’hommage d’un groupe et la dénonciation de violences pratiquées par l’armée d’occupation. Ces honneurs aux morts s’inscrivent dans une longue tradition et se poursuivent au-delà de la Libération.

4En prenant appui sur la « zone rattachée », Laurent Thiéry réévalue l’intensité de la répression en montrant qu'elle passe toujours dans le cadre de juridictions militaires appliquant le droit de l’occupant. Les résistants arrêtés et condamnés, sont jugés sur des actes commis ; les verdicts apparaissent relativement mesurés comparativement à ceux que rendent les tribunaux du commandement militaire de Paris. D’ailleurs, à la fin de la guerre, les familles de condamnés n’ont pas présenté de recours pour crimes de guerre à l’encontre des magistrats en fonction dans le Nord-Pas-de-Calais. L’expérience des responsables allemands de l’OFK 670 - Heinrich Niehoff-, la nécessité de ne pas s’aliéner la population locale si l’on entend mener une politique d’annexion, éclairent, selon l’auteur, un usage modéré des sanctions lourdes. Aux observations de Laurent Thiéry, on pourrait ajouter des considérations stratégiques et tactiques immédiates. En effet, il serait vain d’envisager une exploitation économique soutenue et longue face à une opinion tout à fait hostile comme il serait dangereux de laisser grossir les oppositions dans une guerre où le Royaume Uni occupe une telle place. En outre, il faudrait évaluer toutes les peines intermédiaires qui participent également à la répression et qui renforcent l’image violente de la pratique répressive allemande. Enfin, la chronologie mériterait d’être prise en compte car elle révèle une radicalisation qu’il faudrait mieux mettre en valeur. Ainsi, en 1943, Natalis Dumez, de La Voix du Nord, est condamné à une peine de forteresse de quatre années et demie. En 1944, Jules Noutour, son co-fondateur, est passible de la procédure Nacht und Nebel et meurt en déportation.

5Les résistants qui vivent l’occupation et subissent la répression ont un regard différent. La presse clandestine dénonce les exécutions en tant que crimes et appelle à la vengeance en 1942 comme en 1944. Les résistants estiment, en effet, que leurs actions sont légitimes et que les occupants ne peuvent revendiquer le recours à l’inculpation de trahison pour juger des rebelles qui agissent en patriotes. Les résistants déformeraient-ils la réalité ? En fait, deux représentations de l’occupation s’opposent dont les fonctions sont complexes. Les Allemands veulent intimider, faire des exemples pour assurer la sécurité de leurs installations et de leurs soldats. Les résistants dénoncent ces violences qu’ils définissent comme des assassinats car ils entendent à la fois justifier leurs pratiques et élargir le fossé entre la population et les forces d’occupation pour provoquer la rupture. La résistance se projette comme force politique et de propagande dans une guerre qui est aussi psychologique.

6En l’occurrence, l’imaginaire résistant promeut une représentation mentale qui légitime et consolide une action de dissidence ou de rébellion.

7Le martyrologe, conçu et construit pendant l’occupation, comme le montrent Julien Cahon et Coralie Immele, alimente les commémorations de l’après-guerre sans les unifier. Les organisations de résistance, les réseaux, les mouvements, les partis, mettent en scène leurs héros qui les authentifient et qui témoignent de la capacité de sursaut d’un certain nombre d’hommes et de femmes, choqués par la lourde défaite de mai-juin 1940. Hommes politiques ou syndicalistes, ils cristallisent une mémoire sociale plus locale que nationale comme le soulignent Julien Cahon, qui étudie le destin de l’ancien dirigeant et député communiste de la Somme, Jean Catelas, ou Coralie Immele, qui analyse le cas des cheminots, notamment ceux du Lyonnais. Ces commémorations s’efforcent de légitimer un parti (les communistes de la Somme), une profession (les cheminots), et même une entreprise puisque la SNCF reprend à son compte la mémoire des fusillés et des déportés. En l’occurrence, s’engage un processus d’intégration et de valorisation d’actes qui sont désormais assimilés à la vérité et qui doivent être connus de tous. Mais cette mémoire, qui demeure partielle et parcellaire, est également mise en scène. En effet, la commémoration de la « résistance cheminote » rayonne dans les lieux où la densité des cheminots est élevée. Le parti communiste de la Somme met en valeur son ancien député, Jean Catelas, dont l’activité s’est déroulée ailleurs. Pourtant, l’exploitation du mythe « Catelas » ne construit pas l’unité et les résistants ne sont pas assurés de devenir tous des héros quand ils ont survécu. L’exemple de René Lamps le révèle à Amiens. Sa résistance authentique ne lui garantit pas une reconnaissance constante de la part du parti. La situation amiénoise n’est pas originale ; elle se reproduit, ailleurs, comme le rappelle le témoignage de Roger Pannequin dans le Pas de Calais.

8C’est que toute mémoire porte des enjeux. Au sein du parti communiste le débat a des implications nombreuses mais la confrontation entre des « engagements de perspective nationale » et « les préoccupations internationales » est évidente dès la Libération et l’essor de la guerre froide. Néanmoins, dans l’immédiat, la logique accusatoire émise dans les brochures publiées par le Front national justifie l’exigence d’épuration « le calvaire des martyrs de la Résistance » ne doit pas être sous-evalué.

9Les enjeux, comme celui du statut des femmes, sont évidents même si ses implications sont de plus longue durée. Catherine Lacour-Astol rappelle le rôle multiforme des femmes dans la Résistance, les sollicitations qui leur ont été faites pendant l’occupation, par les réseaux, les mouvements, les Français Libres comme la Résistance intérieure. Mais, souligne-t-elle, leur intégration dans la mémoire collective n’est pas à la mesure ni de leur activité ni des risques qu’elles ont pris. S’agirait-il d’occultation volontaire ? S’agirait-il d’infléchissement lié à la conception militaire de la Résistance dominante dans bien des commémorations ? Les hommes voudraient-ils contourner une loi qui confère la citoyenneté aux femmes ? Les réponses ne peuvent être univoques. En effet, le parti communiste n’hésite pas à mettre en scène Suzanne Blin-Lanoy, Emilienne Mopty et d’autres ; il ne les a pas oubliées. De même, les socialistes ont mis en valeur Emilienne Moreau-Evrard, qu’ils ont promue au comité directeur de leur parti et à l’assemblée de l’Union française. Ils ont confié à Madeleine Léo Lagrange la charge de reconquérir la circonscription de son mari à Avesnes. De même encore, Béthune n’a pas oublié Sylvette Leleu : à sa mort, en 1989, une rue de la ville lui est dédiée. Mais ces héroïnes de la Résistance ne prolongent pas leur implication dans la carrière que la société destine à un « héros ». Emilienne Moreau abandonne ses fonctions politiques en 1958. Madeleine Léo Lagrange refuse le renouvellement de son mandat parlementaire en 1946 et, après plusieurs missions ministérielles, rejoint la magistrature. Sylvette Leleu, pour sa part, n’a pas de velléités politiques, et préfère se consacrer aux activités associatives. Ces quelques exemples montrent qu’en cette occurrence un cheminement classique ne peut s’appliquer sans nuances et que le questionnement de l’historien sur la mémoire doit prendre en compte des critères multiples

10Pourtant, une dégradation de la mémoire résistante est à l’œuvre comme le souligne Cécile Vast. Le beau projet d’unité des résistants pour libérer le territoire et renouveler en profondeur les structures politiques, économiques, sociales et culturelles du pays, se confronte à la réalité, dès l’automne 1944. Les résistants éprouvent rapidement déceptions et amertumes. La Résistance aurait-elle été trahie ? La question renvoie à une autre : quelle identité pour la Résistance ? L’unité est revendiquée mais sa solidité et son efficacité sont-elles suffisantes ? La Résistance souhaite conduire des changements profonds. Mais les Français partagent-ils cette ambition ou souhaitent-ils revenir à « la normale », une fois la guerre terminée ? La génération de 1914-1918 a affronté des questions analogues. En outre, quels regards portent les Français sur les actions de la Résistance et des résistants comme l’a observé Étienne Dejonghe ? Les rapports des préfets, qui sont issus de la Résistance, ne manquent pas de nuances. Ainsi dans le Pas de Calais, à l’évidence le rayonnement du Comité départemental de Libération et des comités locaux s’étiole rapidement. Les travaux sur les organisations politiques après la Libération, menés par l’équipe rassemblée autour de Bernard Lachaise - Résistance et politique sous la IVe République, 2004-montrent que les partis font usage de la mémoire résistante mais qu’ils sont également incités à intégrer d’autres références, celles de la IIIe République en particulier, largement dénoncée par les Résistants au cours de l’occupation. Aucun parti, même pas le RPF gaulliste, ne peut assumer l’héritage exclusif de la Résistance. La Résistance n’a pas la faculté de rompre totalement avec le passé pour construire le changement auquel elle aspire.

11Paul Delforge pose, à propos de la Wallonie, une question d’allure polémique : Résistance et Wallonie constitueraient-elles un binôme impossible ? L’interrogation renvoie aux débats que la guerre, l’occupation, la Résistance et la collaboration, ont ouverts et perpétués en Belgique. C’est dire que les enjeux de mémoire y sont puissants et conflictuels et qu’ils construisent toujours des échanges difficiles entre unitaires, fédéralistes, régionalistes. En ce sens, non seulement la mémoire est mise en scène mais elle est instrumentalisée. Paul Delforge souligne que les représentations monumentales ont, en Wallonie, comme en Flandre, leurs spécificités mais que les références à une identité wallonne y sont exceptionnelles. Par ailleurs, le recours à la Belgique, nom propre de la patrie, est loin d’être général. Ainsi, le monument national de la Résistance de Liège, qui peut être « oublié » dans l’inventaire des lieux de mémoire de la seconde guerre mondiale, apparaît comme une construction artificielle. En revanche, une mémoire nourrie par le rappel d’actions locales offre des justifications à l’édification de stèles, de mémoriaux, de monuments dédiés à un résistant, à un groupe de combattants, à un réseau. Ces observations encouragent Paul Delforge à souhaiter que les historiens belges accordent plus de place aux régions, dans les travaux qu’ils consacrent à la Seconde Guerre mondiale.

12Cette recommandation garde toute sa valeur pour la France car la Résistance n’est pas homogène même si les efforts d’unification ont permis la création du CNR, de l’Armée secrète et le ralliement à un chef, Charles de Gaulle. Mais les conditions de l’occupation et du combat clandestin impriment des spécificités régionales évidentes dans les formes et les pratiques. À cet égard, les représentations monumentales, élaborées après la Libération, ne sont pas régionalistes mais sont initiées par des groupes locaux qui minorent souvent les références nationales. Si Nieppe honore les FFI victimes des combats de septembre 1944 en ajoutant une croix de Lorraine aux inscriptions portées sur la paroi du mémorial, Roubaix dédie un monument à ses martyrs sans référence à la grande patrie. Raismes perpétue le souvenir des résistants, employés dans les entreprises de la commune, fusillés ou déportés sans autre critère d’authentification que les noms de la commune et des camps qui deviennent les repères d’identité des défunts. Arras rend hommage aux fusillés de la citadelle en rappelant les biographies sur des plaques de marbre fixées aux murs du lieu d’exécution. Les musées, que les résistants apprécient beaucoup, sont dédiés à une résistance définie géographiquement, dans la plupart des cas. Ainsi, Bondues rappelle la mémoire des résistants qui y ont été exécutés en 1943 et 1944. Denain réunit une documentation sur la zone interdite. Comme le montre Mechtild Gilzmer dans son livre, Mémoires de pierre, dans les mois qui suivent la Libération, le gouvernement n’est pas en état d’unifier les regards et doit laisser aux communes et aux groupes de résistants, initiateurs des commémorations, la capacité d’édifier, de fait, le monument ou le mémorial qui leur convient. La conjoncture pèse donc beaucoup sur la construction de la mémoire.

13Mémoire désunie ou mémoires plurielles ? On a beaucoup insisté sur les tensions voire les conflits entre la mémoire gaulliste et celle des communistes. Mais les discordances entre la construction de la geste gaulliste et celle de la résistance intérieure ne sont pas secondaires, même dans la conjoncture de guerre froide. De plus, il ne faudrait pas négliger la hiérarchie des priorités pour bien des résistants. Ainsi, en concluant son discours d’inauguration du mur des fusillés de la citadelle d’Arras, en 1949, Guy Mollet, secrétaire national du parti socialiste, maire et député, ancien de l’OCM, rend hommage aux 218 fusillés qui sont morts pour la « restauration de la liberté ». Charles de Gaulle, accompagné du député et maire de Nieppe, Jules Houcke, inaugure le 2 septembre 1951, le mémorial dédié aux FFI ; il rend hommage à 38 « morts pour la France ».

Remise de décoration à la fille du douanier Marc (Photo Musée de Bondues)

Table des illustrations

Légende Remise de décoration à la fille du douanier Marc (Photo Musée de Bondues)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2404/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 232k

Auteur

IRHIS-Lille 3

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr