Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires et représentations de la Résistance

 | 
Robert Vandenbussche

Résistance et Wallonie : un binôme impossible ?

Paul Delforge

Texte intégral

1Est-il légitime de parler de résistance en Wallonie ? Depuis plusieurs années, ces deux mots, Résistance et Wallonie, semblent ne pas pouvoir coexister chez bon nombre d’historiens et encore moins dans certains milieux qui puisent dans le passé des arguments pour alimenter le débat politique d’aujourd’hui. Où ce conflit trouve-t-il ses origines ? Est-il inéluctable ? La première partie de cette contribution abordera ces questions avant de présenter, dans une seconde partie, un exemple qui met en évidence l’intérêt d’une approche historique qui prend en compte la dimension régionale. Cet exemple est celui des monuments aux morts des deux guerres, en particulier, ceux de la Seconde Guerre mondiale. La conclusion donnera sens à la conjonction des différents éléments.

Résistance et Wallonie

2Les réticences exprimées à l’égard de la proximité des deux termes, Wallonie et Résistance, ne sont pas neuves. Ainsi, en 1995, un « résistant reconnu » avait vivement interpellé l’auteur de ces lignes, en insistant sur le fait que, s’il avait lutté dans les années 1940 ce n’était pas pour la Wallonie, dont il n’avait que faire, mais pour la Belgique. Et il ajoutait que la transformation institutionnelle de la Belgique ne lui plaisait pas du tout. À l’époque, en 1995, le Parlement belge venait d’adopter une série de réformes, faisant officiellement basculer la Belgique unitaire en un État fédéral. Mais la raison du courroux de mon interlocuteur venait d’une représentation cartographique des actes de sabotage répertoriés par la gendarmerie belge entre le1er janvier 1943 et le 3 septembre 1944.

3En effet, cette carte, construite à partir des procès-verbaux dressés par la gendarmerie belge entre les deux dates précitées, témoigne clairement d’une activité de résistance sous la forme de sabotages nettement plus intense dans le bassin industriel wallon, que partout ailleurs en Belgique : 2700 actes de diverses natures en Wallonie en 1943 et 1944, contre 550 dans les provinces flamandes. En déduire que chaque explosion ou incendie a été un acte de revendication de l’autonomie wallonne est évidemment un non-sens, mais cette cartographie témoigne à tout le moins d’une intrigante corrélation entre un phénomène, la Résistance, et un territoire, la Wallonie. Or, cette corrélation n’est pas isolée.

  • 1 José Gotovitch, Photographie de la presse clandestine de 1940, dans Cahiers d’histoire de la Secon (...)
  • 2 Presse clandestine, dans Paul Aron, José Gotovitch, Dictionnaire de la Seconde Guerre mondiale en (...)

4Si l’on se saisit de la question de la presse clandestine, là aussi des rapprochements s’imposent. Les premières constatations faites par José Gotovitch1 ont été confirmées par la suite ; on a identifié près de 700 titres différents de journaux clandestins. En appliquant une grille de lecture régionale, il apparaît que 71,5 % sont rédigés en français, contre 25,7 % en néerlandais ; le quart d’entre eux est imprimé en Flandre, contre 42,7 % en Wallonie2. 64 titres – c’est-à-dire 1 % – peuvent être considérés comme « nationaux ». La résistance par la presse clandestine concerne beaucoup de monde : après la guerre, 12128 personnes seront officiellement reconnues, dont 1 650 à titre posthume. Il ne s’agit donc pas d’un phénomène négligeable.

  • 3 Paul Delforge, Philippe Destatte, Les Combattants de 40. Hommage de la Wallonie aux prisonniers de (...)
  • 4 Ibid., p. 23.

5Un autre aspect de la Seconde Guerre mondiale revêt en Belgique un caractère régional indiscutable : il s’agit de la question des prisonniers de guerre3. Dès les premières semaines du conflit, sur décision de Berlin, les prisonniers de guerre flamands sont libérés alors que les autres restent en captivité. Plus de 65000 soldats wallons et bruxellois subiront ainsi la captivité durant cinq années4. Dès la période de guerre, des voix s’élèvent contre cette discrimination, notamment au sein des groupements wallons de Résistance. Ce sont des hommes de la tranche d’âge 20-40 ans qui sont ainsi éloignés de leur famille, soit près de 2 % de la population wallonne de l’époque. Et très vite le sort des soldats prisonniers en Allemagne est comparé à celui du roi, « prisonnier » à Laeken.

  • 5 Une manifestation d’envergure, violente même, se déroule à Bruxelles le 26 février 1947. Elle va d (...)

6Quand les prisonniers de guerre rentrent au pays, entre le printemps et l’automne 1945, les autorités semblent vouloir rapidement tourner la page. Luttant contre l’oubli voire l’indifférence où on veut les plonger, ces hommes se structurent en puissantes associations, et réclament la reconnaissance d’un statut. Ils descendent même dans la rue5, et obtiennent satisfaction. La loi du 18 août 1947 est la première d’Europe ; elle consacre un statut aux prisonniers de guerre, équivalant à ceux de la résistance. Tout aussi important, cette loi n’établit aucune distinction quant à la durée de l’emprisonnement : tous ceux qui peuvent se prévaloir de 30 jours minimum de captivité et ne sont pas rentrés avant le 1er juillet 1940 sont considérés, par la loi, comme prisonniers de guerre. Et même si personne n’est dupe, le législateur vient ainsi d’éviter de créer une distinction entre les soldats wallons et les soldats flamands.

  • 6 FNAPG, Guide de l’amitié des anciens prisonniers de guerre, Bruxelles, 1951, p. 10.

7Il s’agit là d’un fait d’une très grande importance. Il montre que le rôle du législateur n’est pas neutre dans la manière de façonner la perception que l’on doit avoir de cette période historique troublée. Ainsi, à leur retour au pays, les prisonniers de guerre portaient avec eux l’image de la défaite, celle de la désastreuse Campagne des Dix-Huit Jours. « Le péché originel de la défaite nous marquait », écrira d’ailleurs l’un d’entre eux6. Et d’un coup de plume, le législateur efface le péché originel, gomme les différences « linguistiques » imposées par l’ennemi et fait de tous ces soldats prisonniers des résistants. Il n’est pas question ici de remettre en cause ce statut et la loi qui le définit. Mais l’exemple montre que le législateur est passé avant les historiens. Ceux-ci ont hérité de catégories toutes faites. Et en ce qui concerne la Résistance, l’histoire des hommes et de leur groupement se voulait écrite, définitive, quand les professionnels de l’étude du passé ont commencé à se pencher sur le sujet.

8Dès septembre 1944, le gouvernement belge compte, avec Fernand Demany, un ministre de la Résistance (pour quelques semaines) ; et celle-ci doit disposer rapidement d’une définition « officielle » pour permettre à l’État, à peine libéré, de décerner les récompenses et les reconnaissances justement méritées. Une législation est donc votée, fixant des statuts et des critères. Comme en France, on trouve dans chaque mouvement structuré un responsable pour rassembler par écrit les souvenirs des années difficiles. Et, somme toute assez logiquement, la forme du récit fait en sorte de respecter les critères de la loi.

  • 7 Statut du Résistant armé, paru au Moniteur belge du 25 octobre 1945.
  • 8 Statut de la résistance civile publié au MB du 16 janvier 1947. Arrêté d’application publié les 16 (...)
  • 9 MB du 10 juillet 1947 porte que le dossier de résistants contenant notamment la preuve de l’affili (...)

9Résistant armé7, résistant civil8, résistant par la presse clandestine, et bien d’autres statuts sont établis ; chaque candidat à l’obtention de cette reconnaissance fait l’objet d’un long parcours administratif, commençant par un questionnaire à remplir. Pour la Résistance armée, c’est l’affiliation au mouvement qui fait office de preuve, celle-ci étant contrôlée par ses principaux responsables9. Pour la Résistance civile (statut reconnu plusieurs mois après celui du Résistant armé), ce sont les témoignages personnels qui font référence, l’affiliation à une union ou à une association n’étant qu’un élément probatoire de plus. Ces témoignages sont présentés devant des commissions de contrôle instituées dans les grandes villes et subordonnées à un service des victimes civiles de la guerre créé au sein d’un ministère. C’est là que s’écrit l’histoire de la Résistance. Par l’intermédiaire de ses acteurs, sous contrôle de l’État qui distribue les bons et les mauvais points, qui reconnaît ou ne reconnaît pas les demandes de statut. Ce sont les commissaires qui valident ou non la demande, et deviennent, de facto, les garants du patriotisme.

10Car si l’unanimité est rencontrée lorsqu’il s’agit de savoir contre quoi et contre qui se sont battus tous ces hommes et toutes ces femmes, elle vole en éclats lorsqu’il s’agit de savoir pour quoi et dans quel but ils ont agi. Pour le roi et la Belgique ? Pour la liberté ? Par idéalisme politique de droite comme de gauche ? Contre les communistes ou pour le communisme ?

11Par germanophobie ? Par anglophilie ou par francophilie ? Mais quelle France ? Celle de Pétain, de Giraud ou celle de De Gaulle ? Tout cela doit rentrer dans des cases. Celles du questionnaire. Et cette diversité va trouver à se caser, se transformant finalement en un statut commun accordé à des individus que, parfois, tout oppose, hormis l’aversion au nazisme. Dès lors, chacun dans son cercle cultivera le souvenir de « sa » guerre, entretenant les clivages traditionnels de la société.

  • 10 Livre d’or de la Résistance belge, Bruxelles, Ed. Leclercq, 1948

12Quand paraît en 1948 le Livre d’or de La Résistance belge, œuvre de la « Commission de l’historique de la Résistance » instaurée au sein du ministère de la Défense nationale, les éditeurs observent que leur projet a pris un temps « beaucoup plus considérable » que ce qui était envisagé, non pas pour des raisons techniques liées à leur métier, mais en raison de retards venant des auteurs... À la page suivante, les auteurs reconnaissent la difficulté de l’entreprise mais quand ils soulignent que la résistance fut « une des plus nobles réactions spontanées de l’âme belge »10, les éditeurs définissent la résistance comme « une lutte contre la plus barbare et plus sanglante des idéologies ». Ces deux définitions sont-elles complémentaires ou antagonistes ? Le débat est ouvert, quelle que soit la réponse.

  • 11 Henri Bernard, Histoire de la Résistance, 1968.
  • 12 Successeur – mutatis mutandis – du Centre national d’histoire des deux guerres mondiales dirigé pa (...)
  • 13 George Tanham, Contribution à l’histoire de la Résistance belge, 1940-1944, Bruxelles, Presses Uni (...)
  • 14 En 1977, à l’École royale militaire était publiée M. Goossens et J-L. Charles, La résistance armée (...)

13Ainsi définie par un cadre législatif et modelée par ses acteurs, la Résistance allait-elle finalement trouver ses historiens ? Il faut attendre 1968 et Henri Bernard11 – professeur d’histoire à l’École militaire et... ancien résistant – pour disposer d’une première synthèse sérieuse sur la Résistance en Belgique. Et alors que s’ouvre officiellement le Centre de Recherches et d’Études historiques de la Seconde Guerre mondiale12, George Tanham publie sa contribution à l’histoire de la Résistance belge13. Autour de José Gotovitch se développe ensuite une production scientifique plus abondante14. C’est donc dans les années septante que s’amorcent les études historiques à caractère scientifique sur la période de la Seconde Guerre mondiale.

  • 15 Sur 1067 mémoires, 12 portent sur un sujet traitant de la résistance, 13 sur un sujet lié à la col (...)
  • 16 « Les Cahiers d’Histoire du Temps présent sont consacrés à l’histoire de Belgique au XXe siècle. S (...)

14Il y a un intérêt pour cette période chez les historiens, mais une analyse des mémoires réalisés à l’Université de Liège entre 1945 et 2011 montre que la Seconde Guerre mondiale ne paraît pas attirer massivement les étudiants, voire leurs professeurs : 5 % de tous les travaux de fin d’étude portent sur « 40-45 », dont à peine 1 % sur la Résistance et 1 % sur la collaboration15. Le premier sujet en relation avec la Seconde Guerre mondiale a été traité, à l’Université de Liège, en 1972 et le premier mémoire sur la Résistance remonte à 1991. D’autre part, l’analyse des 200 articles publiés dans les Cahiers d’histoire du Temps présent (entre 1996 et 2012)16 montre aussi que moins de 4 % des contributions portent sur la Résistance et que la même proportion vaut pour la thématique de la collaboration.

  • 17 Jocelyn Grégoire, Maurice De Wilde et L’Ordre nouveau - Journalisme et histoire, Liège, Université (...)

15Le traitement scientifique de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale semble bien faible. Parmi les raisons, ne pourrait-on retenir l’impression que tout a déjà été dit ? Depuis la Libération, en effet, les livres de témoignage se sont multipliés et la mémoire collective s’est construite, notamment autour des monuments (sur lesquels nous reviendrons), par l’intermédiaire des unions et autres associations patriotiques. Avec les films de guerre du cinéma américain, l’impact de la télévision sur l’opinion publique est considérable. Si la Résistance et les faits d’armes restent des thèmes permanents, d’autres aspects de la période surgissent dans le débat public. À partir de 1982, les émissions que Maurice de Wilde consacre à l’Ordre nouveau déplacent les projecteurs vers la collaboration17. Si Nuit et brouillard d’Alain Resnais en 1955 évoquait les chambres à gaz, la série Holocauste (au début des années 80) puis le documentaire de Claude Lanzmann sur la Shoah forcent la prise en compte du génocide des Juifs dans l’étude de la Seconde Guerre mondiale. Quant aux émissions « Jours de Guerre », qui occupent les écrans belges de 1990 à 1995, elles semblent réduire la guerre à ses faits d’armes, et ce malgré la grande diversité des thèmes traités.

Et la Résistance dans tout cela ? EnparticulierenWallonie ?

  • 18 Fabrice Maerten, Du murmure au grondement. La Résistance politique et idéologique dans la province (...)
  • 19 Fabrice Maerten, Jeunesse et résistance. Le cas du Hainaut, dans CHTP, no 8, 2001.
  • 20 Les mémoires de l’Université de Liège, pour prendre cet exemple, traitent de la résistance sur des (...)
  • 21 Le phénomène est assez similaire en ce qui concerne les CHTP.

16Les recherches de Fabrice Maerten illustrent les efforts importants accomplis sur le plan scientifique18. On constate cependant que le phénomène de la Résistance est abordé tantôt à l’échelle belge, tantôt à l’échelle d’une province19 ou à celle d’un arrondissement20, mais rarement, voire jamais à l’échelle régionale. Serait-ce illégitime de l’aborder à l’échelle de la Wallonie ? On s’en étonne d’autant plus que lorsqu’il s’agit d’évoquer la collaboration, là, on confronte d’office la Flandre et la Wallonie. L’analyse des mémoires réalisés à l’Université de Liège montre par exemple qu’un mémoire sur trois prend en compte soit la Wallonie, soit la Belgique francophone quand il s’agit de la collaboration, contre aucun quand il s’agit de la Résistance21.

  • 22 Paul Delforge, La Wallonie et la Première Guerre mondiale, Pour une histoire de la séparation admi (...)

17Fermer les yeux sur l’importance de la Résistance en Wallonie a des répercussions dans le débat public ; hommes politiques et historiens sont régulièrement sollicités dans des discussions où les genres se mélangent. Et dans la confusion, on distingue systématiquement une tendance à insister sur le fait que la collaboration a eu la même importance partout en Belgique et, par symétrie, qu’il en serait de même de la Résistance. Ce grand amalgame fait incontestablement penser à la manière dont a été traitée la question de l’activisme après la Première Guerre mondiale22.

18Septante ans après la Seconde Guerre mondiale, de la même manière que la France n’a pas encore fait la paix avec Vichy, la Belgique n’est pas en paix avec ses années de guerre, prolongées par la Question royale. Il y aurait encore beaucoup à écrire. L’important est de montrer que le phénomène de la Résistance est une donnée constitutive fondamentale de la société wallonne, mais que l’association « Wallonie/Résistance » génère de fortes crispations.

19Pourtant, il est bien évident qu’étudier la Résistance en Wallonie ne revient pas à considérer que les actions qui y sont menées contre l’ennemi et occupant nazi/allemand étaient destinées à faire émerger un État wallon (indépendant ou fédéré). Les motivations des résistants sont multiples. Et il est évident que les revendications exprimées par les quelques groupements d’action wallonne sont souvent aux antipodes d’autres structures, plus puissantes. Mais qu’importe. Ici aussi le législateur a précédé l’historien. Un mouvement comme Wallonie libre, par exemple, a été officiellement reconnu par un arrêté du Régent, en date du 10 février 1949, au même titre que le Front de l’Indépendance ou que le Mouvement national belge.

  • 23 FHMW, fonds Schreurs, F 0083/11 256, 5476.
  • 24 FHMW, fonds Schreurs, F 0083/11 257, 5539 et ssv.

20Même si les dirigeants du mouvement Wallonie libre se sont eux-mêmes longuement interrogés sur la pertinence d’entreprendre une telle démarche, à savoir être reconnus comme groupe de résistance par la Belgique, ils s’y sont finalement résolus. Mais une fois le sésame officiel obtenu, les personnes se revendiquant de Wallonie libre ont dû, plus que d’autres, répondre à la curiosité des commissaires chargés de statuer ; les représentants de l’État considéraient en effet leur journal clandestin séparatiste, subversif et antipatriotique23. L’avocat de Wallonie libre plaidera la liberté d’opinion24 et sera entendu. Mais cet exemple montre que les commissaires du gouvernement fondent la définition de la résistance sur deux critères : la lutte contre l’ennemi ET le patriotisme belge. La crispation que provoque la juxtaposition des termes Wallonie et Résistance semble trouver ses origines dès la fin des années 40, et ce n’est pas l’érection à Liège du Monument national de la Résistance qui va contribuer à l’atténuer.

Mémoire monumentale

  • 25 Tanham évaluait à 19.000 l’ensemble des résistants qui ont perdu la vie.
  • 26 Courriel échangé avec le fils du créateur du site www.bel-memorial.org.

21La question de la mémoire véhiculée par les monuments de la Seconde Guerre mondiale en Wallonie a fait l’objet d’une première présentation lors d’une journée d’étude organisée à Bruxelles en octobre 2010 par le Ceges. Déjà à l’époque, force avait été de constater qu’il n’existait pas d’inventaire concernant ces monuments, ni en Wallonie, ni en Belgique. Pourtant, il suffit d’ouvrir les yeux lors de ses déplacements pour constater que les appels au souvenir de la Seconde Guerre mondiale abondent dans notre environnement immédiat. D’autre part, on estime à 20 00025 le nombre de monuments dédiés aux deux guerres à travers toute la Belgique26. À défaut d’avoir procédé personnellement à l’identification de tous les monuments, un site internet s’est imposé comme une source pertinente.

22Depuis quelques années, en effet, le site en ligne, www.bel-memorial.org constitue, dans une certaine mesure, un nouveau lieu de mémoire à part entière, virtuel, qui rassemble sur la toile tous les lieux de mémoire des deux guerres situés en Belgique. Ce site bilingue est l’œuvre d’un particulier qui a entrepris d’identifier tous « les Monuments et autres éléments de patrimoine à la mémoire des Belges décédés lors de conflits armés ». Il ne fait pas de distinction entre les deux guerres mondiales et s’intéresse à toute la Belgique.

Jemmapes, Stèle dédiée aux Soldats, prisonniers de guerre et politiques, résistants 1940-1945

  • 27 Plusieurs initiatives ont été lancées en France. Ainsi, par exemple, le site http://www.memorial-g (...)
  • 28 Les faiblesses méthodologiques liées à ce corpus ne sont pas ignorées. Les informations de ce site (...)

23Pour chacun d’eux, il a créé et continue de créer une fiche de présentation qui est mise en ligne. Avec l’aide de correspondants locaux dévoués, il mentionne à la fois la situation GPS du monument, son adresse, un descriptif ainsi qu’une ou plusieurs photos. Ces informations sont complétées par l’identification précise des victimes de la guerre. Une répartition par province sert d’entrée à un classement alphabétique des monuments. D’un simple clic, on atteint la fiche signalétique. En France, diverses initiatives de ce type ont été menées, dans de nombreux départements, et tendent à l’exhaustivité27, ce qui n’est pas le cas ici et impliquera que les constatations et conclusions qui seront tirées soient tenues comme des tendances, sous réserve de confirmation lorsque l’exhaustivité sera de mise28.

  • 29 En retirant les doubles emplois (villages ou lieux-dits redondants) ou les mentions ne corresponda (...)
  • 30 Un an plus tard, le site en annonce 1.533, soit un accroissement important, puisqu’il s’agit d’une (...)
  • 31 Antoine Prost, Les monuments aux morts. Culte républicain ? Culte civique ? Culte patriotique ? da (...)
  • 32 Annette Becker, Les monuments aux morts, Patrimoine et mémoire de la Grande Guerre, Paris, 1989.

24L’analyse s’appuie néanmoins sur un corpus significatif de 953 monuments29 qui correspond à la situation enregistrée en octobre 201030. La manière de traiter les informations sera avant tout quantitative. La typologie d’Antoine Prost31 n’a pas été retenue parce qu’elle est apparue trop liée à la réalité française et aux monuments de 14-18. Suivant les conseils d’Annette Becker32, une grille de lecture originale a été construite. Elle se focalise sur la localisation géographique des monuments et l’observation de leur environnement immédiat (centre du village, cimetière, église, caserne, école, autres). L’analyse se limite aux seules informations figurant sur le monument, qu’il s’agisse des textes ou des représentations. Cela ne permet guère de dater le monument, ou de connaître ses initiateurs, mais les textes, les motifs gravés, la statuaire et la forme du monument sont autant d’indicateurs qui seront sollicités pour faire parler la pierre.

Spécificités régionales

25D’emblée, on constate une répartition géographique très inégale : 87 % des monuments inventoriés sur le site sont situés en Wallonie, contre 11 % en Flandre et 2 % à Bruxelles. Cette répartition concerne tous les monuments, qu’ils soient dédiés spécifiquement à la Première ou à la Seconde Guerre mondiale, ou qu’ils s’intéressent aux deux conflits.

26Si l’on établit une distinction fondée sur la guerre concernée, les proportions varient de manière non significative. Au regard de la répartition générale, la Flandre compte davantage de monuments dédiés exclusivement à la Première Guerre mondiale (13,5 % contre 85,6 % en Wallonie), et la Wallonie plus de monuments dédiés exclusivement à la Seconde Guerre mondiale, avec 89 % contre 10 % à la Flandre. Les monuments dédiés aux deux guerres se répartissent selon une clé 86,5 % en Wallonie, 11,2 % en Flandre et 2,2 % à Bruxelles. Les variations ne sont donc pas très significatives, le pays wallon étant, de loin, le mieux représenté, quel que soit le critère retenu.

Stèle dédiée à la mémoire des fusillés de Jemelle (province de Namur)

27Une comparaison interne à la Wallonie, par province, montre une homogénéité régionale dans les résultats. Ces résultats permettent dès lors de prendre en considération l’ensemble des monuments sous cet angle régional, tout en sachant que trois provinces, Hainaut, Liège et Luxembourg regroupent 94 % des lieux de mémoire du corpus wallon.

28Quant aux monuments spécifiques à la Première Guerre mondiale, ils représentent en Wallonie près d’un quart de notre corpus, ceux spécifiques à la Seconde Guerre mondiale, représentent le tiers, ce qui signifie donc que trois monuments sur quatre évoquent la période 40-45.

Que disent les monuments aux morts des deux guerres ?

  • 33 Sur 636 monuments, 72 ne mentionnent aucun nom, soit 11,3 %.
  • 34 Les expressions « Nos braves » ou « nos martyrs » apparaissent aussi, mais de manière fort faible (...)

29La grande majorité des lieux de mémoire des deux guerres sont dédiés à des disparus nommément identifiés33. Un cas sur dix fait exception (11,3 %) et le monument n’est donc pas « personnalisé ». Dans la majorité des cas, les disparus font l’objet d’un hommage de la communauté villageoise qui pleure ainsi la perte de l’un des siens ou remercie des « étrangers » – soldats, aviateurs ou résistants – ayant perdu la vie sur son sol. Généralement, la communauté rend hommage à ses « enfants »34. Le monument est là pour se souvenir, pour ne pas les oublier ; « N’oublions pas », « souvenez-vous », ces impératifs sont régulièrement employés. Il arrive que soient spécifiées les circonstances dans lesquelles ils ont trouvé la mort (fait d’armes, massacre, acte héroïque). Il s’agit de premières indications, mais notre attention va surtout se concentrer sur d’autres messages délivrés par les monuments.

Liège, La Chartreuse, Stèle dédiée au réseau Clarence

30Au-delà de ce premier décryptage, en effet, on peut atteindre un deuxième degré de lecture qui permet de cerner à quelle catégorie de « victimes » l’hommage est rendu (résistant, soldat, civil, déporté, prisonnier, réfractaires, etc.), et pour quel « idéal » la victime a perdu la vie (la patrie, la liberté, etc.). Le monument établit une distinction nette entre les morts de 14-18 et ceux de 40-45. Chaque guerre a sa place particulière, et les victimes disposent d’un espace bien délimité lorsqu’un même monument est dédié aux deux conflits mondiaux. Il ne peut y avoir de confusion entre les messages portés. En conséquence, on peut établir des comparaisons et faire apparaître la place respective de la patrie, de la Wallonie, de l’Église et de la Résistance sur l’ensemble des monuments.

La place de la patrie

31 En Wallonie, le mot qui est le plus souvent inscrit sur la pierre est « patrie », tant sur les monuments liés à 14-18 dans un tiers des cas (35 %), qu’à ceux relatifs à 40-45 dans un cas sur cinq (19 %) ; vient ensuite le mot « héros » (15 % pour 14-18, et 7,2 % pour 40-45). Les mots « reconnaissante » ou « reconnaissance » arrivent en troisième position pour la période 14-18, tandis que « libre, liberté, libération » viennent en troisième position pour 40-45 (6,7 %).

32 En Flandre le mot-clé de la Première Guerre mondiale est « héros », utilisé plus d’une fois sur trois (36,8 %), devant celui de « patrie » (23 %). En revanche, le volet 40-45 des monuments place la « patrie » (19,7 %) devant les « héros » (14,5 %).

  • 35 Victime de la soldatesque allemande,/Prie
    « Que dieu protège la Belgique et son roi ». Mémorial de (...)

33Que les morts l’aient été pour la Belgique n’apparaît que 30 fois pour la Grande Guerre, en Wallonie (soit 5,4 %). Pour la Seconde Guerre mondiale, on dispose de 11 occurrences (soit moins de 2 %). En Flandre, la Belgique apparaît trois fois sur les monuments de 14-18 et deux fois sur ceux de 40-45 (moins de 4 %). Le mot « pays » est encore moins usité et on n’a trouvé qu’une seule référence au roi sur un monument spécifique à la Seconde Guerre mondiale35. Quant aux mots « Wallon » ou « Wallonie », voire « Vlaanderen », ils sont quasiment inexistants sur les monuments relevés, la mention AVV-VVK n’apparaissant qu’à trois reprises sur les 150 lieux de mémoire de Flandre identifiés à partir de notre site ressource.

  • 36 L’angle supérieur gauche de quatre « plaques » dédiées aux prisonniers de guerre comporte les troi (...)

34Abandonnant le registre des mots pour celui des représentations, il convient d’enregistrer la présence de 19 drapeaux belges sur les lieux de mémoire de Wallonie qui évoquent la Seconde Guerre mondiale (3 %) et de 48 lions, ceux-ci étant soit gravés soit sculptés (7,5 %). Seuls deux médaillons représentent le roi Albert Ier. Sur ces 19 drapeaux tricolores, 15 figurent sur des monuments qui sont aussi liés à la Première Guerre mondiale36. En ce qui concerne les 48 lions, 43 figurent sur les monuments dédiés à la Grande Guerre.

  • 37 http://www.crdD-reims.fr/memoire/lieux/communaux/menu.htm

35Ces constatations prennent un sens tout particulier quand on procède à une comparaison avec la situation en France. L’analyse de 35 monuments des deux guerres dans le département français de la Marne37 indique que plus de la moitié des monuments français mentionnent explicitement que les disparus ont laissé leur vie « Pour la France ». La patrie est mentionnée trois fois, soit la moitié de la formule « Pour le droit et la liberté ».

  • 38 Olivier Pottier, Lieux de mémoire du XXe siècle : les monuments aux morts des deux guerres mondial (...)

36Ce constat rejoint la conclusion d’un historien français du département de l’Aube à propos des monuments de la Seconde Guerre mondiale de son pays38 : « Les monuments portent la plupart du temps la mention ‘Morts pour la France’ ». C’est loin d’être le cas en Belgique.

37En Flandre comme en Wallonie, la référence à la Belgique est largement inexistante, surtout sur les monuments relatifs à la Seconde Guerre mondiale. Dans nos contrées, la patrie ne semble donc pas avoir de nom propre.

La place de la Wallonie

38Parmi les 636 mentions relatives à la Seconde Guerre mondiale relevées sur Bel-Memorial.org et identifiés en pays wallon, existe-t-il des lieux manifestant un caractère wallon affirmé ?

39Les mots « wallon » ou « Wallonie » apparaissent-ils ? La réponse est non.

40Des textes seraient-ils écrits en wallon ? Deux monuments sont concernés : à Bertrée comme à Engis, le message est écrit en wallon. Ils sont donc l’exception.

  • 39 À Vaux-et-Borset la plaque dédiée « aux victimes de la guerre 1940-1945 » est due à l’initiative d (...)

41Enfin, la présence d’un coq serait-elle significative ? Sept monuments font référence à un gallinacé, et deux monuments seulement sont spécifiques à la Seconde Guerre mondiale. Sans entrer dans trop de détails39 on observe que les coqs en statuaire se retrouvent seulement sur les monuments érigés après la Première Guerre mondiale et qu’ils font davantage référence à la France qu’à la Wallonie. Aucun lieu identifié sur le site Bel-memorial. org ne réserve donc de place au Mouvement wallon, à la Wallonie, et ne véhicule un message d’affirmation politique wallonne ; les symboles de la récente Région wallonne n’apparaissent logiquement que fort récemment, et restent marginaux.

Burmontige, Stèle (province de Liège)

42À la différence du coq, le sanglier est quant à lui mieux représenté, du moins dans la seule province de Luxembourg. À dix reprises, cet animal illustre évidemment les chasseurs ardennais et, avec eux, toute la belle province, sur les seuls monuments postérieurs à la Seconde Guerre mondiale

La place de l’Église

43Les monuments aux morts des deux guerres ont-ils une dimension religieuse ? Soumis à trois critères : le lieu de mémoire a-t-il été érigé à proximité d’une église, accolé à celle-ci ou encore à l’intérieur du lieu de culte ? Se situe-t-il dans un cimetière, même si, par définition, le cimetière n’est pas impérativement un lieu réservé à l’église ? Enfin, troisième critère, le monument fait-il explicitement référence à la religion, par sa forme, l’incrustation de représentations ou de mots ? Un christ, une croix, Dieu, etc.

44En Wallonie, un lieu de mémoire sur dix correspond à un moins l’un de ses critères.

45La répartition provinciale est relativement homogène, la province de Luxembourg faisant exception. Dans cette province où l’on trouve un quart des occurrences wallonnes, un monument sur 4 se situe à proximité d’une église ou fait explicitement référence à la religion.

  • 40 À Wanne (sud de la province de Liège), le lion surmontant le haut socle a cédé sa place à une croi (...)

46On observera que le monument initial ne comporte pas nécessairement de références religieuses, mais qu’il peut se surcharger avec le temps. Cette évolution peut être appréhendée de diverses manières, grâce parfois à la comparaison entre des cartes postales anciennes et la situation actuelle : ainsi, le fusillé de Bande est-il initialement une statue représentant un civil abattu ; aujourd’hui, une immense croix en bois est venue se placer derrière lui40.

47En attendant une analyse qui porterait sur un inventaire complet des monuments aux morts de Wallonie, tout semble indiquer, exception faite de la province de Luxembourg, que la place de l’Eglise est tenue en lointaine périphérie des lieux de mémoire relatifs à la Seconde Guerre mondiale.

48En Flandre, avec les précautions d’usage liées au petit nombre d’occurrences, on constate la présence de signes religieux (croix, christ, chapelle) sur près d’un monument sur trois. Plus d’un quart des monuments sont situés à proximité d’une église ou dans un cimetière. Ces résultats sont fort similaires à la situation évoquée en province de Luxembourg, mais contraste à nouveau avec l’ensemble de la Wallonie.

La place de la Résistance

49Si le souvenir des deux guerres paraît s’être enraciné durablement dans le paysage wallon, il convient encore de décrypter les lignes de force de la mémoire collective et d’identifier vers quelle catégorie de victimes de la guerre se portent les pensées des survivants. Pour ce faire, les pierres doivent parler davantage. De qui les lieux de mémoire invitent-ils à se souvenir ? Des victimes civiles, des combattants de mai 1940, des prisonniers de guerre, des résistants, des déportés, des réfractaires, des fusillés, des volontaires de guerre, des soldats de la Libération ?

50Il faut le rappeler, la méthode de travail qui a été choisie se fonde exclusivement sur les mentions figurant explicitement sur les monuments. De nombreuses publications apportent d’intéressantes informations sur les victimes, permettant de savoir à quel groupe de résistance elles appartenaient ou de mieux cerner le statut des victimes nommément citées sur les monuments. Les indications provenant de ces publications ont été écartées, de même que toute mention qui n’apparaîtrait pas sur le lieu de mémoire lui-même. La démarche est celle d’un citoyen-badaud qui doit être interpellé parce qu’a voulu lui montrer l’initiateur du monument.

51Dix grandes catégories s’imposent, qui ne sont pas exclusives l’une de l’autre. Il n’est pas rare en effet que plusieurs catégories soient associées sur le même monument. Il arrive aussi qu’aucune d’entre elles ne soit explicitement mentionnée ; ce silence a été pris en compte. Enfin, dernière précision méthodologique, l’analyse quantitative se prête surtout aux monuments du pays wallon. Avec ses 11 occurrences, Bruxelles doit être écartée de l’analyse. La Flandre, avec ses 76 monuments, ne se prête pas non plus à un traitement statistique fiable.

52Néanmoins, avec les réserves d’usage dues au faible contingent analysé, on constate qu’en Flandre plus de six monuments sur dix restent muets sur le statut des victimes qui sont honorées. Du côté wallon, où l’on dispose de 636 occurrences, il ressort qu’un monument sur trois se contente de rendre hommage aux morts, sans préciser le statut de la victime.

53Lorsque la pierre sort de ce mutisme délibéré, les monuments situés en Flandre privilégient les prisonniers politiques, qui sont identifiés sur près de deux monuments sur dix. Ensuite viennent les victimes civiles (15 %). Seule l’importance relative de la catégorie des prisonniers politiques est supérieure à celle rencontrée en Wallonie.

54En Wallonie, c’est la référence à la Résistance qui est privilégiée. Un monument sur quatre l’évoque explicitement. Viennent ensuite les « combattants » (17 %), étiquette sous laquelle pourraient d’ailleurs se retrouver aussi bien des militaires que des résistants.

55En Flandre, les soldats morts en mai 1940, les combattants, en général sont considérés de la même manière que les démineurs, à hauteur de 6,6 %. Les résistants, les déportés et les fusillés apparaissent ensuite dans une aussi faible proportion (4 %), au même titre que les hommages à la Libération. Aucune occurrence n’a été trouvée pour les prisonniers de guerre.

  • 41 L’usage du terme « Déportés » est très mal défini. Il semble que ce terme signifie surtout le dépa (...)

56En Wallonie, par contre, « les victimes civiles » (16 %) et les miliciens tombés en mai 1940 figurent aussi explicitement sur plus d’un monument sur dix, de même que les déportés41, les prisonniers politiques et les prisonniers de guerre. L’illustration présente les plus grandes différences Nord-Sud.

57Comme en Flandre, une attention particulière est accordée aux fusillés (7,5 %) ainsi qu’aux réfractaires (3 %), alors que la Libération est rappelée par 4 % des lieux de mémoire du pays wallon, où deux monuments seulement évoquent la déportation des juifs.

  • 42 On rend aussi hommage aux invalides de 40 (Fumai), aux survivants de 14-18 (My-Ville, Chêne al’Pie (...)

58L’évocation positive du rexisme est, faut-il le dire ? inexistante ; deux monuments (dans le Brabant wallon et le Hainaut) sont, au contraire, l’occasion de dénoncer un « usurpateur rexiste », et « la fureur rexiste ». Les SS (3), la Gestapo (9) ainsi que le nazisme (22) sont cités nommément pour dénoncer des arrestations, des atrocités et des massacres (dans 5 % des cas), et mettre en évidence le caractère héroïque des victimes42.

59Sous réserve d’une analyse réalisée à partir d’un corpus complet, de réelles différences semblent donc bien apparaître entre la Wallonie et la Flandre. Le mutisme flamand est le plus parlant, si je puis m’exprimer de la sorte (62 % en Flandre contre 31 % en Wallonie). On observe aussi que la Wallonie privilégie l’hommage aux résistants (25,8 %) alors que la Flandre invoquerait prioritairement ses prisonniers politiques (19,7 %).

60Parmi les monuments dédiés à la Résistance en Wallonie, l’Armée secrète occupe assurément une place privilégiée puisque ce mouvement est identifié sur près de la moitié des monuments concernés, loin devant le Front de l’Indépendance (6 %). Si certains monuments citent plusieurs mouvements structurés, la majorité évoque les résistants sans qu’il soit fait référence à une éventuelle organisation.

Conclusions

61En l’absence d’un inventaire complet et sur la base de l’échantillonnage aléatoire que constitue le site de Bel-Memorial, quels enseignements peut-on tirer ?

- D’abord, le respect de la victime de la guerre est au cœur de chaque démarche qui vise à rendre hommage, à remercier, à empêcher l’oubli, voire à construire un avenir débarrassé des erreurs du passé. On semble vouloir éviter une quelconque récupération partisane, qu’elle soit religieuse, nationale ou politique. Seule en pays wallon, la province rurale de Luxembourg se singularise par la place de l’Église et des signes religieux, qui paraît ressembler à la situation rencontrée en Flandre.

- En tentant de faire parler chaque monument, on a pu constater que les lieux de Flandre sont beaucoup moins loquaces que ceux de Wallonie. - Au-delà du foisonnement de monuments enregistrés en Wallonie, qu’ils parlent ou non, les monuments recensés révèlent de réelles cohérences régionales, flamande et wallonne.

- L’emploi du mot « patrie » rassemble Wallons et Flamands sur les monuments de la Seconde Guerre mondiale (19 % chacun). Les premiers lui accordaient davantage d’attention au sortir de la Grande Guerre (35 %). Mais ce sont les héros que célébraient surtout les monuments flamands après l’Armistice, alors que la Belgique ne trouve guère de place ni chez les uns ni chez les autres. C’est la comparaison avec le vocabulaire utilisé en France qui parle le plus. Si d’un côté, on meurt pour la France, de l’autre on s’abstient de donner un nom propre à la patrie.

- Les différences entre les régions sont davantage marquées quand il s’agit d’identifier les catégories de victimes : clairement, les monuments du pays wallon rendent davantage hommage aux soldats morts en mai 1940, aux prisonniers de guerre, aux combattants et aux résistants. Cette dernière catégorie étant mentionnée sur un monument sur quatre ; et lorsqu’on élimine les monuments sans référence explicite aux catégories, l’hommage rendu aux résistants est présent dans 40 % des cas.

62Face à ces enseignements, l’historien est obligé de constater que la mémoire collective paraît avoir retenu et mis en évidence des aspects de l’histoire de la Belgique que la recherche scientifique éprouve encore beaucoup de peine à reconnaître et à aborder sans passion. L’importance respective de la Résistance selon les régions, le comportement des troupes durant la Campagne des Dix-Huit Jours, la captivité de cinq ans de 65 000 prisonniers de guerre essentiellement Wallons sont autant de sujets qui suscitent toujours la polémique, tant parmi les historiens que dans la sphère politique, vraisemblablement parce que les événements du passé ne rentrent pas aisément dans le cadre d’une histoire nationale belge que l’on voudrait unitaire.

63Mais que vaut la mémoire véhiculée par les monuments au regard de la compréhension du passé, par les historiens ? Le souvenir d’une résistance héroïque correspond-il à la réalité ? N’y a-t-il pas exagération ? N a-t-on pas lancé un voile pudique sur le passé et dressé un écran entre hier et aujourd’hui sur lequel s’affichent nos désirs actuels sous la forme d’une résistance idéalisée, exagérée, irréelle ? Pour répondre à ces questions, il faut inviter les historiens à accorder davantage d’intérêt à la dimension régionale dans leurs travaux sur la Seconde Guerre mondiale, certes quand ils traitent de la collaboration mais aussi et surtout lorsqu’ils se penchent sur la Résistance. Il n’y a décidément pas incompatibilité entre ce phénomène et le territoire wallon. Bien au contraire.

Vitry-en-Artois, Mémorial, crypte des décapités de Munich

Brochure du Frotn nattional, décembre 1944 (Collection privée)

Notes

1 José Gotovitch, Photographie de la presse clandestine de 1940, dans Cahiers d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, Bruxelles, 1972, no 2, p. 113-156. Sur 95 titres de clandestins recensés en 1940, 79 sont « francophones », 7 flamands, 9 bilingues dont 2 seulement à Bruxelles.

2 Presse clandestine, dans Paul Aron, José Gotovitch, Dictionnaire de la Seconde Guerre mondiale en Belgique, s.l., André. Versailles éd., 2008, p. 345.

3 Paul Delforge, Philippe Destatte, Les Combattants de 40. Hommage de la Wallonie aux prisonniers de guerre, Liège, Institut Destrée, 1995.

4 Ibid., p. 23.

5 Une manifestation d’envergure, violente même, se déroule à Bruxelles le 26 février 1947. Elle va débloquer la situation.

6 FNAPG, Guide de l’amitié des anciens prisonniers de guerre, Bruxelles, 1951, p. 10.

7 Statut du Résistant armé, paru au Moniteur belge du 25 octobre 1945.

8 Statut de la résistance civile publié au MB du 16 janvier 1947. Arrêté d’application publié les 16 au 17 février 1948.

9 MB du 10 juillet 1947 porte que le dossier de résistants contenant notamment la preuve de l’affiliation à un groupement armé doit être remis au commandant national du groupe au plus tard le 31 décembre 1947

10 Livre d’or de la Résistance belge, Bruxelles, Ed. Leclercq, 1948

11 Henri Bernard, Histoire de la Résistance, 1968.

12 Successeur – mutatis mutandis – du Centre national d’histoire des deux guerres mondiales dirigé par Jacques Williquet, le CREHSGM est créé en décembre 1967, mais ne commence réellement ses activités qu’en juin 1969. Sous la direction de Jean Vanwelkenhuyzen, le Centre évite l’ingérence des associations patriotiques, mais pâtit pendant plusieurs années des choix politico-idéologiques de son directeur. À partir de 1997, le Centre fait davantage que changer de nom. S’appuyant à la fois sur une expertise limitée à la période 40-45 et sur un statut historiquement marqué, le Centre d’Études et de Documentation Guerre et Sociétés contemporaines prétend ipso facto au traitement de l’ensemble de l’histoire du XXe siècle.

13 George Tanham, Contribution à l’histoire de la Résistance belge, 1940-1944, Bruxelles, Presses Université libre de Bruxelles, 1971.

14 En 1977, à l’École royale militaire était publiée M. Goossens et J-L. Charles, La résistance armée en Belgique, 1940-1944 : guide bibliographique, Bruxelles, 1977.

15 Sur 1067 mémoires, 12 portent sur un sujet traitant de la résistance, 13 sur un sujet lié à la collaboration.

16 « Les Cahiers d’Histoire du Temps présent sont consacrés à l’histoire de Belgique au XXe siècle. Sans exclure d’autres approches, les CHTP privilégient l’histoire des deux guerres mondiales, l’histoire politique, l’histoire culturelle et les débats historiographiques. En tant que revue scientifique, les CHTP accordent également une place essentielle à l’image considérée comme un véritable support documentaire et non comme une simple illustration ». http://www.cegesoma.be/cms/chtp_fr.php

17 Jocelyn Grégoire, Maurice De Wilde et L’Ordre nouveau - Journalisme et histoire, Liège, Université de Liège, 1987.

18 Fabrice Maerten, Du murmure au grondement. La Résistance politique et idéologique dans la province de Hainaut pendant la seconde guerre mondiale (mai 1940-septembre 1944), Mons, 1999, 3 vols., 1 176 p. (Analectes d’histoire du Hainaut, T. VII).

19 Fabrice Maerten, Jeunesse et résistance. Le cas du Hainaut, dans CHTP, no 8, 2001.

20 Les mémoires de l’Université de Liège, pour prendre cet exemple, traitent de la résistance sur des territoires limités (province de Namur, arrondissement de Huy-Waremme, diocèse de Liège) ou à travers un mouvement sur un territoire provincial.

21 Le phénomène est assez similaire en ce qui concerne les CHTP.

22 Paul Delforge, La Wallonie et la Première Guerre mondiale, Pour une histoire de la séparation administrative, Namur, Institut Destrée, décembre 2008, coll. Notre Histoire, 528 p.

23 FHMW, fonds Schreurs, F 0083/11 256, 5476.

24 FHMW, fonds Schreurs, F 0083/11 257, 5539 et ssv.

25 Tanham évaluait à 19.000 l’ensemble des résistants qui ont perdu la vie.

26 Courriel échangé avec le fils du créateur du site www.bel-memorial.org.

27 Plusieurs initiatives ont été lancées en France. Ainsi, par exemple, le site http://www.memorial-genweb.org mentionne-t-il 995 relevés pour le département du Nord et 1.345 pour le Pas-de-Calais.

28 Les faiblesses méthodologiques liées à ce corpus ne sont pas ignorées. Les informations de ce site sont encodées depuis plusieurs mois au gré de rencontres et de la bonne volonté de correspondants locaux. Il ne s’agit pas d’historiens professionnels même si aucun a priori négatif ne doit être nourri vis-à-vis des informations rassemblées par des passionnés consciencieux, encore moins lorsqu’il s’agit de traiter d’un sujet ayant trait à la mémoire. D’ailleurs, le webmaster – anonyme – est attentif à mentionner les sources des nombreux commentaires qui accompagnent ses fiches signalétiques. Il convient simplement d’être conscient que le site en question n’a pas établi un inventaire complet, exhaustif et méthodiquement constitué des lieux de mémoire de la Seconde Guerre mondiale. En l’absence de toute autre ressource d’une telle richesse, le site Bel-Memorial. org constitue un passage obligé. Au 15 octobre 2010, ce site bilingue présentait plus d’un millier d’occurrences ; selon son concepteur, cela ne représenterait que le vingtième des monuments de Belgique. On pourrait jouer à chercher les lieux manquants : la tour de l’Yser, le monument national de la Résistance à Liège, l’hommage à François Bovesse sur l’esplanade de la Porte de l’Entre Sambre et Meuse à Namur, le monument aux morts de la tragédie de Courcelles, à Souvret, et bien d’autres. Plusieurs milliers ? Peut-être. Ce travail fastidieux reste à réaliser.

29 En retirant les doubles emplois (villages ou lieux-dits redondants) ou les mentions ne correspondant pas directement à des lieux de mémoire en rapport avec les deux guerres, se forme un corpus de 953 monuments au rang desquels a été ajouté d’autorité celui de la Résistance à Liège.

30 Un an plus tard, le site en annonce 1.533, soit un accroissement important, puisqu’il s’agit d’une augmentation de près de 40 %, même si on reste loin des 20 000 monuments potentiels. Le site est appelé à encore évoluer et nous nous sommes demandé s’il fallait introduire dans notre réflexion présente toutes les occurrences nouvelles, dans la mesure où elles auraient modifié nos conclusions antérieures. En raison de l’important travail de questionnement et d’analyse que cela représente, nous avons fait deux tests, l’un quantitatif, l’autre analytique. Le premier porte sur la répartition régionale des monuments. Entre les données disponibles en 2010 et celles de 2012, on n’enregistre aucune variation. Certes le nombre des monuments identifiés en région bruxelloise a plus que doublé, mais la répartition entre les trois régions reste identique et significative : 87 % des monuments sont situés en Wallonie, 11 % en Flandre, 2,5 % à Bruxelles.
Le second test vise à analyser la situation dans une province de chaque région : en Flandre occidentale, à Bruxelles et en province de Namur. Le nombre des occurrences y a doublé, mais reste inférieur à la centaine, par province. L’analyse systématique de ces trois corpus confirme la stabilité des tendances observées antérieurement. En conséquence, nous pouvons nous permettre de reprendre les enseignements dégagés de notre enquête de 2010.

31 Antoine Prost, Les monuments aux morts. Culte républicain ? Culte civique ? Culte patriotique ? dans Pierre Nora, Les lieux de mémoire. T. 1, 1984, p. 199-225.

32 Annette Becker, Les monuments aux morts, Patrimoine et mémoire de la Grande Guerre, Paris, 1989.

33 Sur 636 monuments, 72 ne mentionnent aucun nom, soit 11,3 %.

34 Les expressions « Nos braves » ou « nos martyrs » apparaissent aussi, mais de manière fort faible pour ce qui concerne la Seconde Guerre mondiale.

35 Victime de la soldatesque allemande,/Prie
« Que dieu protège la Belgique et son roi ». Mémorial de Sohan, à Pepinster.
À Rodelange, la plaque du souvenir des deux guerres utilise la formule : « Pour le roi et la patrie ».

36 L’angle supérieur gauche de quatre « plaques » dédiées aux prisonniers de guerre comporte les trois couleurs nationales belges disposées en diagonale.

37 http://www.crdD-reims.fr/memoire/lieux/communaux/menu.htm

38 Olivier Pottier, Lieux de mémoire du XXe siècle : les monuments aux morts des deux guerres mondiales, sur http://www.ac-reims.fr/datice/bul_acad/hist-geo/bul26/pottier.htm

39 À Vaux-et-Borset la plaque dédiée « aux victimes de la guerre 1940-1945 » est due à l’initiative des Amis de l’art wallon et remonte à la Libération ; à Martelange, le monument à la mémoire de quatre Chasseurs ardennais présente un coq wallon à côté du drapeau belge et il date de 2003. À Saint-Georges-sur-Meuse, la plaque aux morts des deux guerres est tout aussi récente et place côte à côte « drapeau belge » et « coq wallon » pour honorer ceux qui sont « Morts pour la patrie ».

40 À Wanne (sud de la province de Liège), le lion surmontant le haut socle a cédé sa place à une croix.

41 L’usage du terme « Déportés » est très mal défini. Il semble que ce terme signifie surtout le départ vers des camps en Allemagne de personnes arrêtées, quel que soit leur statut (résistant, « hors-la-loi » au sens large, etc.) ; le mort « déporté » n’évoque pas ipso facto le génocide juif.

42 On rend aussi hommage aux invalides de 40 (Fumai), aux survivants de 14-18 (My-Ville, Chêne al’Pierre commune de Manhay, Melreux) et à ceux de 40-45 (à SaintSéverin). Il arrive que ceux-ci soient nommément cités : c’est le cas à Stoumont pour sept personnes rescapées de la Grande Guerre, ou pour des prisonniers en Allemagne (Rendeux). A Wanne, on mentionne aussi ceux qui sont décédés « Des suites de la guerre » (tant pour 14 que pour 40). Le « Monument aux morts et aux combattants des communes de Beho, Commanster, Deiffelt, Ourthe et Wathermal » rend hommage (en mentionnant leur nom) à tous « les anciens combattants et assimilés » qui sont décédés après la guerre.

Table des illustrations

Légende Jemmapes, Stèle dédiée aux Soldats, prisonniers de guerre et politiques, résistants 1940-1945
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2402/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Stèle dédiée à la mémoire des fusillés de Jemelle (province de Namur)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2402/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Légende Liège, La Chartreuse, Stèle dédiée au réseau Clarence
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2402/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 311k
Légende Burmontige, Stèle (province de Liège)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2402/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Vitry-en-Artois, Mémorial, crypte des décapités de Munich
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2402/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Légende Brochure du Frotn nattional, décembre 1944 (Collection privée)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2402/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 255k

Auteur

Historien, responsable du pôle recherche, institut Destrée

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr