Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires et représentations de la Résistance

 | 
Robert Vandenbussche

Sur l’héritage de la Résistance : fidélité, témoignage et écriture de l’histoire, de l’occupation à l’après-guerre

Cécile Vast

Texte intégral

  • 1 Procès-verbal du Comité directeur des Mouvements unis de Résistance, 22 octobre 1943
  • 2 Combat, février 1944
  • 3 René Char, Feuillets d’Hypnos, Gallimard, 1946, Fragment 187. René Char est responsable du SAP (se (...)

1 La Résistance veut-elle durer après la libération ou veut-elle mourir ? C’est en octobre 1943, au cours d’une réunion du Comité directeur des Mouvements Unis de Résistance, que surgit cette question1. Où va la Résistance ? réitère quelques mois plus tard un éditorial de Combat2. Dans un tout autre registre, le résistant et poète René Char exprime dans les Feuillets d’Hypnos, écrits clandestinement en 1943 et 1944, la même préoccupation : L’action qui a un sens pour les vivants n’a de valeur que pour les morts, d’achèvement que dans les consciences qui en héritent et la questionnent3. Dès la période de l’Occupation, ces interrogations inquiètes accompagnent une réflexion plus aboutie sur le prolongement de la Résistance, sur la nature et le sens de son héritage. Cette précocité s’explique en partie par une forte conscience identitaire ; comment l’expérience singulière de la Résistance, née du rejet de l’occupation allemande, pourra-t-elle après la Libération survivre à d’autres contextes ?

  • 4 Ainsi, pour prendre un exemple, il n’existe pas d’entrée « Héritage de la Résistance » dans le réc (...)

2Le vers en prose de René Char évoque ici deux dimensions complémentaires de la notion d’héritage : au passage du temps s’ajoute l’idée de reconnaissance et de dette. L’emploi du mot héritage, spécialement pour parler du futur de la Résistance, s’est rapidement figé. L’usage en est devenu aujourd’hui banal, presque galvaudé, mais les définitions restent rares4. De quoi parle-t-on vraiment lorsque l’on utilise de façon récurrente l’expression héritage de la Résistance ? S’agit-il de l’héritage d’une expérience ? d’un événement ? d’une idée ? d’une entité ? d’une institution ? Avant de revenir plus longuement sur le sens et les formes de cet héritage de la Résistance, un effort de définition s’impose.

  • 5 Paul Ricœur, Temps et récit. 3. Le temps raconté, Seuil (Points-Essais), 1991, p. 385

3Selon les termes du dictionnaire, l’héritage se rapporte essentiellement à un patrimoine légué, à un « passé reçu » pour reprendre l’idée de Paul Ricœur5. Au cœur d’une dialectique mouvante entre passé et futur, entre conservation et devenir, entre ce que l’on souhaite laisser et ce qui est effectivement recueilli, l’idée d’héritage est indissociable des notions de fidélité et de mémoire, de dette et de reconnaissance. Au-delà de cette première approche, quatre aspects peuvent ici être retenus.

Essentielle, la question de la transmission, suppose de revenir sur les formes et les modes qu’elle peut revêtir.

L’héritage suppose un dialogue incessant entre les traces du passé au présent — ce que l’on veut transmettre —, et le devenir — ce qui reste dans le futur, ce que l’on souhaite voir rester dans le futur. Une réflexion sur les temporalités croisées s’avère donc indispensable pour tenter de faire la part entre l’expérience d’un événement et l’horizon, le devenir de cet événement.

  • 6 « L’histoire concrète se réalise au croisement de certaines expériences et de certaines attentes » (...)
  • 7 Paul Ricœur, Temps et récit. 3. Le temps raconté, Seuil (Points-Essais), 1991, p. 412. Du même aut (...)

Dans un va-et-vient entre mémoire et espoir, l’idée de la reconnaissance et de la dette souligne le caractère moral de la notion d’héritage6. Pour Paul Ricœur, « l’idée d’héritage peut être interprétée comme la fusion des idées de dettes et de tradition ».7

Enfin, la finalité de filiation, de continuité et de prolongement de soi associée à la question de l’héritage renvoie à sa dimension identitaire.

  • 8 Albert Camus, Essais, Gallimard, 1972, p. 1487.

4Transmission, croisement des temporalités, dette morale, dimension identitaire : il s’agit avant tout d’indiquer les quelques repères et les pistes qui aideront à mieux dessiner les contours d’une première définition de ce que l’on nomme communément héritage de la Résistance. « Je suis éloigné de ce qu’on a fait de la Résistance, de ce qu’elle est devenue », écrit ainsi Albert Camus en 19548. Depuis la clandestinité, en effet, les formes d’expression de l’héritage de la Résistance se sont multipliées. On en trouve les traces dans les modes d’écriture et de transmission, dans les engagements ou dans les divers usages politiques et sociaux. Cet héritage incertain, fragile, contesté, parfois détourné ou même dénié, renvoie plus largement aux problèmes liés à la singularité de l’événement, à ses représentations, à son instrumentalisation et à ses appropriations. En dépit de la fragilité de la notion d’héritage, sa fonction heuristique apporte ici une contribution à l’appréhension du phénomène.

  • 9 Je me permets de renvoyer à ma thèse de doctorat soutenue en 2008 à l’université de Franche-Comté (...)
  • 10 Sur la question du contexte, et pour un aspect précis de l’héritage de la Résistance, voir la peti (...)
  • 11 Période de construction mémorielle (années 1944-1958) étudiée par quelques travaux récents, parmi (...)

5Prospectif, le propos qui suit s’appuie sur un travail en cours consacré à l’héritage de la Résistance9. Il oscille entre reconstitution historique et analyse des conditions de production des discours sur l’histoire, et prend appui sur l’exemple des Mouvements Unis de Résistance. Il vise notamment à retracer, dans leurs contextes spécifiques, les enjeux, les formes et les discours sur l’héritage de la Résistance, en particulier sous l’Occupation puis dans les années d’après-guerre (1944-1958)10. Cette période particulièrement riche en événements (Libération, départ du général de Gaulle en 1946, guerre froide, conflits coloniaux, etc.) reste néanmoins méconnue, éclipsée par celle qui suit le retour du Général au pouvoir. Elle marque pourtant les mémoires de la Résistance et les divers usages de son héritage11. Tenter de retracer la généalogie d’un héritage disputé doit ainsi aider à mieux saisir les facteurs qui conditionnent et structurent les représentations et les écritures de l’histoire de la Résistance.

Sous l’Occupation : prolonger l’identité de laRésistance

  • 12 Ibidem, « la Résistance veut-elle durer après la libération ou veut-elle mourir ? »
  • 13 Procès-verbal du Comité Directeur des mouvements unis de Résistance du 27 octobre 1943.

6C’est d’abord dans la clandestinité, au moment où les divers mouvements commencent à se regrouper et à penser l’après-Libération, qu’une interrogation se fait jour sur le devenir de la Résistance. Ainsi, dès octobre 1943, parfois dans un climat de tensions entre les différents courants (Combat, Franc-Tireur, Libération-Sud) et de concurrence avec le Front national, les responsables des MUR explorent les voies possibles. Dans une période d’affirmation de la Résistance et de plus grandes certitudes quant à l’issue de la guerre, les dirigeants des mouvements unis se projettent bien au-delà de la période de la libération. L’efficacité du Front national, sa capacité mobilisatrice et l’écho de son action précipitent une prise de conscience lucide et inquiète ; comment la résistance peut-elle survivre à son contexte originel d’existence12 ? Quel est son avenir ? Comment prolonger la Résistance dans sa singularité ? Sous quelles formes ? Pour les Mouvements Unis de Résistance, l’exemple du Front national inspire — tout en cherchant à la contrer — la nature essentiellement politique de la réponse apportée. Ils lancent donc l’idée d’une formation ouverte, destinée à participer à des élections démocratiques, à marquer la présence des forces de résistance dans le jeu politique de l’après-guerre, et accessoirement à « faire pièce à l’action du FN »13. Le 23 novembre 1943, la décision est alors prise de fonder le Mouvement de Libération Nationale :

  • 14 Procès-verbal du Comité Directeur des mouvements unis de Résistance du 23 novembre 1943.

« Le CD décide qu’après un nouveau délai de 8 jours, et dans le cas d’un refus du FN de souscrire à cette Union, les MUR annonceront la constitution du Mouvement Français de la Libération Nationale, au sein duquel ils se fondront, et qui sera ouvert à tous »14.

7La formation du MLN fixe d’emblée l’identité politique des mouvements unis ; celle-ci est double. Elle s’inscrit à la fois dans une démarche qui relève du politique, puisque cette création les oblige à préciser leur projet de société ainsi que leur vision d’avenir, et dans une stratégie qui ressort davantage de la politique. Il s’agit en effet d’assurer, en particulier face aux communistes et aux autres partis, la présence des forces issues de la Résistance dans le jeu démocratique de l’après-guerre. On peut s’interroger d’ores et déjà sur la logique qui finira par s’imposer ; celle du politique ou celle de la politique ? Celle de l’héritage partisan ou celle de l’héritage moral ? L’une et l’autre sont-elles compatibles ? Au début de 1944, le contenu du programme du MLN reste encore flou, se limitant à quelques grandes généralités, ainsi que l’annonce à ses militants le Bulletin interne :

  • 15 Bulletin interne des MUR, no 103, 18 janvier 1944.

« Pour l’unité de la Résistance française. Les buts sont les suivants : 1) rendre plus intense et plus efficace, contre l’ennemi et contre les traîtres la lutte pour la libération, en développant l’action immédiate et en préparant l’insurrection nationale ; 2) Défendre par sa presse les intérêts de la France et de l’Empire ; 3) Organiser dès maintenant les forces de la Résistance en vue de l’établissement de la IVe République et de la construction d’une société juste »15.

  • 16 Combat, no 51, février 1944.
  • 17 « La Résistance veut-elle durer après la Libération ou veut-elle mourir ? », PV du CD du 22 octobr (...)
  • 18 Pour reprendre la célèbre expression de Jean Cassou.

8En février 1944 l’éditorial « Où va la Résistance ? » publié dans le journal Combat explicite plus longuement l’origine, le sens et les objectifs du Mouvement de Libération Nationale. Le thème de l’union et du rassemblement y est central, de même que la volonté de faire du MLN l’expression et l’héritage de « l’esprit de la Résistance et de sa mission ». Après une analyse des causes de l’effondrement du pays et de ses institutions, l’article envisage à travers la création du MLN l’avenir de la Résistance16. Tout en rappelant l’originalité du phénomène « Résistance » et de son histoire, Combat définit la création du MLN comme une volonté d’en prolonger l’esprit « révolutionnaire ». Il envisage également la question de son héritage. La forme proposée ici est plutôt celle d’un groupe politique. On est là au cœur d’une véritable aporie identitaire ; comment pérenniser la Résistance sans en dénaturer l’action et le sens originels ? En privilégiant l’option partisane le risque n’est-il pas d’enfermer cet héritage dans la seule dimension politique et d’en délaisser la portée morale ? Lorsqu’il affirme, au moment de la création du MLN - c’est à dire la transformation de la Résistance en parti politique - qu’il « ne sera pas le parti “de la Résistance” mais le parti héritier de l’esprit de la Résistance et de sa mission », l’éditorial de Combat entrevoit, plus ou moins consciemment, l’enjeu de l’immédiat après-guerre, celui de la possibilité de perpétuer la Résistance dans sa singularité. Cette dernière phrase révèle également une inquiétude : que doit-il rester de la Résistance ? C’est dans la nature des réponses apportées que se nouent quelques-unes des réflexions sur le prolongement moral du phénomène. Parmi d’autres, on en trouvera l’écho dans les écrits d’Albert Camus, de Jean Cassou ou d’Alban Vistel. Derrière l’interrogation quasi existentielle soulevée par l’un des membres du Comité directeur des MUR en octobre 194317 se devine une autre question : comment concilier la participation au jeu politique et démocratique avec la préservation de « l’esprit de la Résistance », du « fait moral »18, en évitant les compromis, les malentendus et les hiatus ? Le retour au réel met crûment à jour des contradictions étouffées dans l’intensité des priorités de la clandestinité.

L’immédiat après-Libération (septembre 1944-janvier 1946) : un héritage sans testament ?

  • 19 L’expression est de Jean-Marie Guillon. Voir son article « “Parti du mouvement” et “Parti de l’ord (...)
  • 20 « Que l’héritage résistant soit âprement discuté, c’est une constatation que l’on fait aussi bien (...)

9L’année qui sépare les premiers jours de la Libération en septembre 1944 de l’organisation des élections législatives du mois d’octobre 1945 voit les institutions et les groupes sortis de la clandestinité se transformer en véritable « champ de bataille »19 où se dispute l’héritage de la Résistance20. Le Mouvement de Libération Nationale n’échappe pas à cet inéluctable effritement.

  • 21 « Une nouvelle Résistance commence », discours au congrès du MLN, janvier 1945.

10En 1967, dans les Antimémoires, André Malraux s’attarde sur la portée des débats qui ont animé le congrès national du Mouvement de Libération Nationale réuni à Paris du 23 au 28 janvier 1945. Admis au comité directeur du MLN depuis peu, on connaît l’influence qu’il a exercée sur la majorité des congressistes dans le rejet du projet de fusion du MLN avec le Front national. On sait aussi que les déchirements politiques internes au MLN ont eu raison, en quelques semaines, de l’idéal unitaire patiemment forgé dans la clandestinité. L’identité première de la Résistance s’est évanouie petit à petit dans les méandres et les subtilités politiques des temps ordinaires. Aussi Malraux justifie-t-il une vingtaine d’années plus tard son idée de convertir l’héritage laissé en une « nouvelle Résistance »21 qui, selon lui, aurait dû échapper à la seule dimension politique :

  • 22 André Malraux, Le Miroir des limbes. T1. Antimémoires, Gallimard, 1976, 1014 pages, p. 88-90.

« Les communistes entendaient lui [de Gaulle] opposer au plus tôt l’unité de la Résistance intérieure. Et nous sentions tous que l’enjeu appartenait à un domaine plus obscur et plus profond que le domaine politique. [...] La Résistance avait été une mobilisation de l’énergie française ; elle devait d’abord le redevenir, sous peine de n’être plus qu’une amicale d’anciens combattants. Nous avions été la France en haillons ; notre signification ne venait pas de l’action de nos réseaux, mais de ce que nous avions été des témoins »22.

11La réflexion rétrospective d’André Malraux sur la signification de la Résistance et sur son devenir soulève avec acuité la question de la nature de son héritage. Le témoignage que fut la Résistance, ce « domaine plus obscur et plus profond », pouvait-il seulement se transformer en mouvement politique ? L’analyse va loin ; elle invite à interroger autrement qu’avec des critères strictement politiques ce moment crucial pour la Résistance, ces quelques mois de 1944 et de 1945 où se joue - et se perd un peu - sa survie. Il est vrai que le contexte du retour progressif à des pratiques démocratiques plus traditionnelles incite plutôt à adopter les grilles de lecture de l’histoire politique. De la Libération à l’automne 1945, une série de décisions signent la normalisation politique du pays et forment la toile de fond des questionnements existentiels sur l’avenir de la Résistance. Parmi une multitude de faits politiques, on peut ainsi rappeler le renouvellement des institutions, la réorganisation des pouvoirs publics, le rétablissement de la légalité républicaine, les élections municipales au printemps 1945 puis les élections législatives du 21 octobre 1945. Ce contexte a peut-être contribué à diluer dans la banalité des préoccupations communes une part essentielle de l’identité du phénomène.

  • 23 Nous renvoyons en particulier aux travaux d’Olivier Wieviorka, Nous entrerons dans la carrière. De (...)

12La vie du MLN a été particulièrement brève. Le mouvement disparaît peu à peu à l’automne 1945 dans d’irréversibles divisions. Il subit un échec politique que l’on confond souvent avec celui de la Résistance. Cette histoire est connue et il ne s’agit pas ici de la retracer à nouveau dans le détail23. Si F on écoute André Malraux - « une nouvelle Résistance commence » -, la Résistance aurait pu survivre, se réincarner en quelque sorte, en empruntant une autre voie que celle de la seule formation politique. À la Libération, sa singularité et sa dimension « spirituelle » font que son existence à venir n’est pas uniquement conditionnée par des stratégies de positionnement ou d’alliances politiques. Sa réalité et son devenir ne se mesurent pas seulement en termes de partis, de nombre d’élus, de groupe parlementaire, de poids électoral ou de ministres. Ils sont peut-être aussi ailleurs, dans des fidélités moins démonstratives, des parcours personnels et des engagements moins connus.

13En quelques mois, la Résistance a été submergée par des préoccupations de plus en plus éloignées de ce qui fondait, dans la clandestinité, une part essentielle de son identité. L’ordre des priorités s’est irrémédiablement modifié. Des urgences qui conditionnaient depuis l’automne 1944 son existence politique ont noyé tout le reste, enfermant peu à peu l’héritage de la Résistance dans les enjeux de la vie politique intérieure. Soulignée et regrettée à maintes reprises par quelques-uns de ses responsables, la faiblesse doctrinale du mouvement n’a fait qu’aggraver le problème. En se ralliant à un programme socialisant qui faisait alors largement consensus, le MLN a manqué d’originalité ; surtout il n’a pas su se démarquer des autres forces politiques et imposer ainsi sa singularité. Par ailleurs, le calendrier politique des élections et la stratégie fusionnelle du Front national ont sans doute obligé le MLN à s’adapter à un rythme trop rapide, difficilement maîtrisable, peu propice à l’édification d’un mouvement solide et sûr. Dans cette course effrénée contre un temps qui n’était pas le sien, la Résistance a fini par perdre de vue son sens et sa raison d’être, ce « domaine plus obscur et plus profond » évoqué par André Malraux.

  • 24 L’expression est de Christian Bougeard.

14Les combats du dernier été d’Occupation, les élans et la « joie mutilée » de la Libération, les espoirs déçus et l’amertume des premiers mois de liberté, ont figé pour longtemps les traits d’une Résistance de plus en plus identifiée tantôt à la lutte armée, tantôt à son échec politique. Le caractère combattant s’affiche et s’impose en effet au cours de l’été 1944 comme l’une des représentations dominantes de la Résistance. La libération de Paris et sa lourde charge symbolique exceptées, le phénomène semble plus marqué encore à l’échelle régionale ou locale, là où s’ancrent et agissent les maquis. Au cours des semaines denses et intenses qui précèdent la Libération, cette « maquisardisation »24 de la Résistance tend à effacer le reste. Elle relègue au second plan, et parfois même enfouit, ce qui a fondé et construit sur le long terme une grande part de son identité.

15Le retour progressif au fonctionnement démocratique ainsi que les échéances électorales de l’année 1945 ont mis crûment à jour ses divisions et sa difficulté à se transformer en mouvement politique durable. C’est sur cette image dernière de la Résistance que reposent, dans les années qui suivent, un certain nombre de jugements, parfois définitifs, sur le sens et la portée de l’événement. Elle sert d’arguments à des interprétations qui expliquent son échec politique par l’incapacité de la Résistance à passer de la « mystique au politique ». Derrière la simplicité séduisante de l’opposition classique mystique/politique empruntée à Charles Péguy, il faut s’interroger sur la réalité de cette incompatibilité supposée entre l’esprit et le politique. La Résistance n’a été ni un rejet du politique ni un refuge dans une mystique qui aurait servi d’alibi. Sa singularité réside justement dans cette association étroite entre une vocation éminemment politique et une dimension morale revendiquée.

16Quelle que soit la stratégie adoptée, choix de l’union ou option fédérative, en seulement une année le MLN a échoué à faire de la Résistance un mouvement politique incontournable. Les priorités et les urgences du moment — rétablissement de la légalité républicaine, normalisation institutionnelle, échéances électorales — ont fortement pesé sur les perspectives d’adaptation de la Résistance. Autant de faits enserrés dans un réel sans doute trop étroit pour une Résistance qui a toujours voulu s’approprier le temps et s’affranchir du présent. Ils ont contribué à reléguer au second plan les espoirs et les projets patiemment élaborés dans la clandestinité. L’explication à ce retour chaotique au réel se trouve moins dans une inadaptation organique ou structurelle de la Résistance au jeu politique ordinaire — la Résistance est par essence un phénomène politique et elle fait de la politique — que dans la rencontre difficile de rapports au temps différents. Les aspirations de la clandestinité se heurtent aux simples habitudes retrouvées ; deux perspectives, deux temporalités décalées s’entrechoquent.

  • 25 Sur ce « processus de dégradation » de l’image de la Résistance, voir en particulier les travaux d (...)

17Les conditions particulières de cette dense et fugace année qui sépare l’automne 1944 de l’hiver 1945-1946 ne suffisent peut-être pas à saisir pleinement les formes et les expressions multiples de l’héritage résistant. Les limites de la très courte durée, l’horizon plus immédiat des enjeux politiques de l’après-Libération soulignent en retour la nécessité de raisonner en utilisant également d’autres critères, que nous esquissons ici de façon prospective. La pérennité et le devenir de la Résistance peuvent aussi s’appréhender sur la durée, à plus ou moins long terme, en observant le degré de centralité ou de relativité de l’identité résistante, notamment dans la confrontation avec des situations ou à des événements différents et inédits. Le sentiment d’une dépossession et d’un héritage dévoyé l’emporte cependant, dont témoignent de nombreux écrits dès l’automne 194525.

Effacement de la Résistance, désenchantement et divisions (1946-années 1950)

18Après une courte période d’enthousiasme, l’amertume des résistants s’exprime avec précocité et de façon récurrente dès les premiers mois de 1945 :

  • 26 La Marseillaise, 1er septembre 1945.

« Peu importe que la Résistance soit un remords, une gêne, et apparaisse comme une intruse dans les combinaisons qui, jadis, firent sombrer les espoirs du peuple de France et faillirent le réduire en esclavage. Désormais, écrit Alban Vistel le 1er septembre 1945, il existe entre nous un langage que nous retrouverons toujours lorsque l’honneur et les libertés du peuple français seront en péril. Résistance oblige »26.

19On peut lire sous la plume du futur historien Henri Michel, dans son roman-témoignage publié chez Grasset en septembre 1945, la même analyse désabusée :

  • 27 Henri Michel, Quatre années dures, Grasset, 1945, p. 256.

« Les hommes de la Résistance sont partis les premiers trop vite et avec trop d’imprudence. [...] Et comme ce sont les survivants qui racontent la bataille, ils auront le beau rôle dans l’histoire et dans la légende »27.

  • 28 Sans prétendre à l’exhaustivité, mentionnons les ouvrages les plus connus : outre Henri Michel, Qu (...)

20Les sensibilités politiques et les interprétations divergent parfois, mais la plupart de ces écrits tentent de comprendre les raisons de ce qui est alors vécu comme une perte, comme un dévoiement28. Celles-ci tiennent autant au contexte brouillé de l’après-Libération, qu’à la nature singulière du phénomène résistant. Des enjeux multiples compliquent cette période et précipitent l’éclatement de ce qui reste de la Résistance. Aux premières divisions de l’année 1944-1945, aux incompréhensions entre le général de Gaulle et les mouvements, s’ajoutent les lenteurs d’une épuration perçue comme trop indulgente, et les déchirements irréversibles de la guerre froide. Ces fractures révèlent et aggravent des divergences de vue sur la nature et le sens de l’événement. Elles accentuent l’impression de dispersion et de délitement.

  • 29 Nous sommes les rebelles, op. cit.
  • 30 Ibidem, p. 68.

21Dans un petit opuscule publié en 1945, le jeune chef du mouvement de résistance Défense de la France, Philippe Viannay, livre une analyse circonstanciée de la dégradation rapide de l’image de la Résistance29. Il tente de décrypter les conditions et les préjugés idéologiques qui ont conduit très rapidement à la dénaturer. Parmi ceux-ci, Viannay évoque la confusion avec le communisme, le débordement par les « résistants de la dernière heure », la violence et les excès qui sont imputés à tort à la Résistance, une supposée incapacité politique à accepter les règles de la vie démocratique ordinaire, ou les malentendus avec le général de Gaulle. Sur ce dernier aspect, il souligne l’écart entre une vision qu’il juge essentiellement politique de la France libre, et l’idée autre que les résistants de l’intérieur se font de la Résistance30. Cette méprise sur la nature du phénomène, fondée sur des intentions et des expériences très différentes, divise, et nourrit une amertume précoce :

  • 31 Ibidem, p. 13-14.

« Pourquoi soulever toutes ces rancœurs ? [...] La France comprend mieux désormais pourquoi nous sommes des rebelles, pourquoi les gars de la Résistance semblent souvent avoir cette mentalité de réprouvés, de révoltés, de mauvais garçons, pourquoi, parfois, nous sommes pleins d’amertume »31.

22En 1945, alors que la France est toujours en guerre, c’est d’abord du côté des acteurs de la Résistance que se fissurent les aspirations à l’idéal unitaire patiemment élaboré sous l’Occupation. Ainsi, la réponse au soupçon d’amalgame entre Résistance et communisme soulevé par Philippe Viannay ne se fait pas attendre. Elle vient d’un ancien responsable du mouvement Libération-Sud, Pierre Hervé, par ailleurs proche du parti communiste. Dans La Libération trahie, publié chez Grasset en 1945, Hervé ironise sur ce qu’il considère comme une forme de naïveté politique de la part de Viannay :

Philippe Vianney (1917-1986)

  • 32 La Libération trahie, op. cit, p. 49.

« “Nous sommes des rebelles”, disait récemment un jeune homme qui a témoigné dans la Résistance à l’ennemi et ses qualités de courage et de désintéressement. [...] Il faut bien dire que, passé un certain âge, cela vous donne une drôle d’allure que de vous mettre sur le ventre une pancarte où l’on peut lire : “Je suis un rebelle.” Cela peut faire frémir les marquis mais nous paraît un jeu aussi inoffensif que le bézigue ou le loto »32.

23S’ensuit une définition très fonctionnelle voire même « politicienne » de la Résistance, inspirée par le marxisme et qui tend ici à ridiculiser toute référence à la dimension morale de l’événement :

  • 33 Ibidem, p. 136.

« La Résistance a donné lieu à de nombreuses interprétations. Je laisse de côté les bavardages sur son sens profond et métaphysique, qui ne sont qu’exercices de rhétorique »33.

  • 34 Héritage spirituel de la Résistance, op. cit.

24En réduisant ainsi la Résistance à sa seule traduction politique — dans le sens étroit du terme — Pierre Hervé contribue à figer une certaine image de la Résistance qui, ici, frise la caricature. Elle discrédite et relègue très loin toute analyse sur sa portée éthique, toute réflexion sur son « héritage spirituel », pour reprendre l’idée d’Alban Vistel34 :

  • 35 La Libération trahie, op. cit., p. 99.

« La Résistance a été un mouvement populaire et national qui ne s’embarrassait pas de ces hautes divagations [...]. Si je prenais plus précisément la Résistance active, celle des sabotages et des grèves, des coups de main et des guérillas, des maquis et de l’insurrection, la chose serait encore plus nette. Ici nous avons les volontaires, l’élite des volontaires »35.

25Cette conception étriquée, fondée exclusivement sur des critères d’efficacité politico-militaire, s’impose cependant. Elle fixe dès les lendemains de la Libération un certain cadre conceptuel à travers lequel l’identité de la Résistance est appréhendée. Ce type de représentation perdure bien au-delà de la période de la Libération, et semble influer sur l’interprétation d’ensemble du phénomène, jusqu’à en marquer la première historiographie.

  • 36 Expressions péjoratives relevées par Claude Aveline dans l’article qu’il rédige pour Le Monde, « L (...)

26Ces divergences internes sur le sens donné à la Résistance constituent sans aucun doute un facteur de confusion. Dans un tout autre registre cependant, le dénigrement de la Résistance par des adversaires issus pour l’essentiel des milieux vichystes, amplifie largement la détérioration d’une image de plus en plus brouillée. Le discrédit repose en particulier sur l’assimilation systématique de la Résistance et de la période de la Libération aux représentations négatives de la « lutte civile », de la « partisanerie » ou de « l’horreur ayant répondu à l’horreur »36.

  • 37 Éditions de Minuit, 1954.
  • 38 L’Heure du choix, Éditions de Minuit, 1947, 170 p.
  • 39 Jean Cassou, « Le sacrifice de la France » in L’heure du choix, op. cit., p. 56 : « On sait commen (...)
  • 40 Victor Kravtchenko, dissident soviétique, publie en 1947 la version française d’un récit autobiogr (...)
  • 41 En 1948, le Kominform exclut le parti communiste yougoslave dirigé par Tito (Josip Broz). Ce derni (...)
  • 42 Claude Aveline, Jean Cassou, Louis Martin-Chauffier, Vercors, La Voie libre, op. cit.

27Après 1947, les conflits liés aux tensions de la guerre froide achèvent de diviser le premier héritage politique et spirituel de la Résistance. Dans ce contexte, le constat découragé que livre Jean Cassou dans La Mémoire courte37 reste une référence incontournable. On connaît moins les analyses publiées dans L’heure du choix, un essai que Cassou a coécrit en 1947 avec Claude Aveline, André Chamson, Georges Friedmann, Louis Martin-Chauffier et Vercors38. Dans les prémisses de la Guerre froide, devant le spectacle d’une Résistance de plus en plus déchirée entre des courants aux intentions contraires, Jean Cassou revient sur la méconnaissance du phénomène et sur ce que fut, selon lui, sa signification profonde39. En 1949, sur fond d’affaire Kravtchenko40 et d’accusation de « titisme »41, les mêmes auteurs réitèrent l’exercice. Dans La Voie libre42, nouvel essai publié en 1951, ils refusent, au nom d’une certaine idée de la Résistance, de se laisser enfermer dans un système d’aveuglements et de stigmatisations manichéennes. Jean Cassou s’attarde à nouveau longuement sur le sort fait à la Résistance depuis la Libération, sur sa « déconsidération » et sur ce qu’il voit comme une forme d’effacement volontaire de son souvenir :

  • 43 La voie libre, op. cit., p. 56

« Une fois la libération faite, il semble que le régime et sa presse n’aient eu plus grand souci que de briser cet élan, de le réduire à l’oubli. La Résistance a été peu à peu déconsidérée dans l’opinion, diffamée, bafouée, annulée, cependant que les procès des collaborateurs et ceux des tortionnaires allemands, menés avec le plus savant et complaisant artifice, rétablissaient l’équivoque et nous persuadaient qu’il ne s’était rien produit, ou presque rien, de simples changements de ministère »43.

Jean Cassou (1897-1986)

  • 44 Voir à ce sujet le livre de Pierre Laborie, Le chagrin et le venin. La France sous l’Occupation, m (...)

28L’effacement de la Résistance au tournant des années 1940 et 1950, à travers ces exemples de divisions internes, nuance très fortement l’idée répandue d’une mémoire hégémonique de la Résistance qui se serait alors imposée dans l’espace public44. Les déchirements et le délitement de la Résistance sont au contraire extrêmement rapides, on peut même dater ce phénomène de l’été et de l’automne 1945. Confrontés aux détournements d’un héritage clivé entre vocation politique et aspirations morales certains cherchent à surmonter le sentiment d’une identité bafouée par une réappropriation progressive de l’idée de Résistance. C’est paradoxalement dans cette période chahutée que s’ébauche une première réflexion sur les fondements d’une expérience singulière ; avec son article « Fondements spirituels de la Résistance », Alban Vistel publie ainsi en 1952, dans la revue Esprit l’un des tout premiers textes épistémologiques sur la Résistance.

Conclusion. Jalonspour une histoire de l’héritage de laRésistance

  • 45 Alban Vistel, Héritage spirituel de la Résistance, Lyon, Lug, 1955.

29L’écriture de l’histoire et la réflexion conceptuelle participent en effet d’un véritable processus de réappropriation. L’écriture est l’une forme et l’une des expressions de l’héritage ; elle permet l’élaboration d’une définition plus aboutie du phénomène. Ce n’est sans doute pas un hasard si, en 1955, Alban Vistel réédite son article et en modifie le titre, en remplaçant « fondements » par « héritage »45. La maîtrise de l’héritage passe par un retour réflexif sur les origines et la nature de la Résistance. En précisant qu’il s’agit ici d’une simple approche prospective, la mise en évidence de quelques facteurs étroitement liés peut aider à mieux saisir les enjeux conceptuels rattachés à la question de l’héritage de la Résistance.

En fonction des contextes et des cultures politiques, dans la confrontation à des situations historiques différentes (conflits coloniaux, guerre froide, etc.), l’appréhension de l’héritage nécessite une analyse de ses usages politiques, sociaux et mémoriels. Ils permettent en effet de révéler les diverses lectures du même phénomène, les formes variées et les multiples sens pris par son héritage.

  • 46 Dans l’esprit de l’ouvrage de Claire Andrieu, Pour l’amour de la République. Le Club Jean Moulin, (...)

Une réflexion sur l’héritage passe également par une étude approfondie des acteurs et de leurs engagements, des vecteurs, des lieux, des formes de sociabilités, des réseaux, associations ou groupes de pensée. Autant de marqueurs de l’influence et de la pérennité de l’idée de Résistance dans l’espace public46.

30La question de l’héritage de la Résistance renvoie finalement à la place d’une identité sociale modelée par l’expérience d’une situation contrainte, celle de l’Occupation. C’est à travers la survivance ou la disparition, dans les mois qui suivent la Libération, de ses grandes composantes que l’on peut juger de la centralité ou de la relativité de l’identité de la Résistance. Une réflexion sur cet héritage oblige à revenir sur les traces, les mémoires et les retours d’expérience ; elle pose aussi plus largement le problème du rapport des sociétés à leur passé, des usages qui en sont faits, et des outils utilisés par les historiens pour l’appréhender.

Notes

1 Procès-verbal du Comité directeur des Mouvements unis de Résistance, 22 octobre 1943

2 Combat, février 1944

3 René Char, Feuillets d’Hypnos, Gallimard, 1946, Fragment 187. René Char est responsable du SAP (service atterrissage parachutage) à Céreste dans les Basses-Alpes.

4 Ainsi, pour prendre un exemple, il n’existe pas d’entrée « Héritage de la Résistance » dans le récent Dictionnaire historique de la Résistance (sous la direction de François Marcot), Laffont, 2006.

5 Paul Ricœur, Temps et récit. 3. Le temps raconté, Seuil (Points-Essais), 1991, p. 385

6 « L’histoire concrète se réalise au croisement de certaines expériences et de certaines attentes », Reinhart Koselleck, Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Éditions de l’EHESS, 1990, p. 310.

7 Paul Ricœur, Temps et récit. 3. Le temps raconté, Seuil (Points-Essais), 1991, p. 412. Du même auteur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Seuil, 2000, p. 108. Voir également, sur l’idée de dette à propos de la Résistance, Pierre Laborie, « Mort » in François Marcot, Dictionnaire historique de la Résistance, Laffont, 2006, p. 955.

8 Albert Camus, Essais, Gallimard, 1972, p. 1487.

9 Je me permets de renvoyer à ma thèse de doctorat soutenue en 2008 à l’université de Franche-Comté et publiée aux éditions Payot en 2010 sous le titre : L’identité de la Résistance. Être résistant de l’Occupation à l’après-guerre (partie IV : « Héritages de la Résistance », p. 251-297). Au fil de ma recherche, le thème de l’héritage est progressivement apparu essentiel à la compréhension de la Résistance, notamment parce qu’il participe fortement de la construction identitaire du phénomène.

10 Sur la question du contexte, et pour un aspect précis de l’héritage de la Résistance, voir la petite étude récente qu’Anne Simonin consacre aux Éditions de Minuit pendant la guerre d’Algérie, Le droit de désobéissance. Les Éditions de Minuit en guerre d’Algérie, Éditions de Minuit, 2012, 63 pages.

11 Période de construction mémorielle (années 1944-1958) étudiée par quelques travaux récents, parmi lesquels on signalera ceux de Laurent Douzou, La Résistance française : une histoire périlleuse, Seuil, 2005, de Julien Blanc, Au commencement de la Résistance. Du côté du musée de l’Homme, Seuil, 2010, de Cécile Vast, L’identité de la Résistance, op. cit., et de Pierre Laborie, Le chagrin et le venin. Les Français sous l’Occupation, mémoire et idées reçues, Bayard, 2011. Plus généralement, une grande partie des recherches actuelles sur la période de l’Occupation, en s’attachant à retracer la genèse d’une histoire septuagénaire, revisitent la période où se sont élaborées les premières historiographies. Ainsi, par exemple, la thèse en cours de Thomas Fontaine sur l’histoire de la déportation. Pour un aperçu, voir : « Les premiers pas du CH2GM en histoire de la déportation » in Guerres mondiales et conflits contemporains, 2011, no 242, p. 101-119.

12 Ibidem, « la Résistance veut-elle durer après la libération ou veut-elle mourir ? »

13 Procès-verbal du Comité Directeur des mouvements unis de Résistance du 27 octobre 1943.

14 Procès-verbal du Comité Directeur des mouvements unis de Résistance du 23 novembre 1943.

15 Bulletin interne des MUR, no 103, 18 janvier 1944.

16 Combat, no 51, février 1944.

17 « La Résistance veut-elle durer après la Libération ou veut-elle mourir ? », PV du CD du 22 octobre 1943.

18 Pour reprendre la célèbre expression de Jean Cassou.

19 L’expression est de Jean-Marie Guillon. Voir son article « “Parti du mouvement” et “Parti de l’ordre” (automne 1944-automne 1945) » in Jean-Marie Guillon et Philippe Buton [dir.], Les pouvoirs en France à la Libération, Paris, Belin, 2004, p. 38-59.

20 « Que l’héritage résistant soit âprement discuté, c’est une constatation que l’on fait aussi bien pour les CDL, les municipalités ou les Milices patriotiques que pour le MLN, devenu champ de bataille autour d’une fusion qui prend des allures de prise de contrôle, la presse où la guerre des titres a commencé parfois dès la clandestinité, les FFI sur lesquels le consensus est plus apparent que réel, et la CGT, terrain privilégié des combats fratricides du mouvement ouvrier », Jacqueline Sainclivier, « Le pouvoir résistant (été 1944) » in Jean-Marie Guillon et Philippe Buton [dir.], Les pouvoirs en France à la Libération, Paris, Belin, 2004, p. 46-47.

21 « Une nouvelle Résistance commence », discours au congrès du MLN, janvier 1945.

22 André Malraux, Le Miroir des limbes. T1. Antimémoires, Gallimard, 1976, 1014 pages, p. 88-90.

23 Nous renvoyons en particulier aux travaux d’Olivier Wieviorka, Nous entrerons dans la carrière. De la Résistance à l’exercice du pouvoir, Seuil, 1994 ; Une certaine idée de la Résistance : Défense de la France, Seuil, 1995 ; « Le MLN et le rétablissement de la légalité républicaine » in Le rétablissement de la légalité républicaine. 1944, Bruxelles, Complexe, 1996, p. 747-754

24 L’expression est de Christian Bougeard.

25 Sur ce « processus de dégradation » de l’image de la Résistance, voir en particulier les travaux de Jean-Marie Guillon, La Résistance dans le Var. Essai d’histoire politique, 1989 et de Pierre Laborie, « Opinion et représentations. La construction de l’image de la Résistance à la Libération », article datant de 1983 et publié dans Les Français des années troubles. De la guerre d’Espagne à la Libération, Seuil, 2003, p. 245-267.

26 La Marseillaise, 1er septembre 1945.

27 Henri Michel, Quatre années dures, Grasset, 1945, p. 256.

28 Sans prétendre à l’exhaustivité, mentionnons les ouvrages les plus connus : outre Henri Michel, Quatre années dures, op. cit. (1945), Pierre Hervé, La Libération trahie, Grasset, 1945, Philippe Viannay, Nous sommes les rebelles, Défense de la France, 1945, Claude Aveline, Jean Cassou, André Chamson, Georges Friedmann, Louis Martin-Chauffier, Vercors, L’heure du choix, Éditions de Minuit, 1947, Claude Aveline, Jean Cassou, Louis Martin-Chauffier, Vercors, La voie libre, Flammarion, 1951, Jean Paulhan, Lettre aux directeurs de la Résistance, Éditions de Minuit, 1952, Jean Cassou, La mémoire courte, Éditions de Minuit, 1953, Alban Vistel, Héritage spirituel de la Résistance, Lyon, Lug, 1955.

29 Nous sommes les rebelles, op. cit.

30 Ibidem, p. 68.

31 Ibidem, p. 13-14.

32 La Libération trahie, op. cit, p. 49.

33 Ibidem, p. 136.

34 Héritage spirituel de la Résistance, op. cit.

35 La Libération trahie, op. cit., p. 99.

36 Expressions péjoratives relevées par Claude Aveline dans l’article qu’il rédige pour Le Monde, « Les vrais jeunes », 24 novembre 1955.

37 Éditions de Minuit, 1954.

38 L’Heure du choix, Éditions de Minuit, 1947, 170 p.

39 Jean Cassou, « Le sacrifice de la France » in L’heure du choix, op. cit., p. 56 : « On sait comment ces grandes espérances ont été dissoutes en fumée ».

40 Victor Kravtchenko, dissident soviétique, publie en 1947 la version française d’un récit autobiographique, J’ai choisi la liberté, dans lequel il révèle l’existence des camps de concentration soviétiques. Accusé de désinformation par Les Lettres françaises, Kravtchenko porte plainte auprès du tribunal de la Seine contre le journal. Le procès a lieu en 1949 et voit s’opposer violemment nombre d’anciens résistants, communistes, compagnons de route, anciens communistes et non-communistes. Les Lettres françaises sont condamnées.

41 En 1948, le Kominform exclut le parti communiste yougoslave dirigé par Tito (Josip Broz). Ce dernier développe en Yougoslavie une voie de développement politique et économique originale et non-alignée sur l’URSS. Les communistes orthodoxes dénoncent alors le « titisme ».

42 Claude Aveline, Jean Cassou, Louis Martin-Chauffier, Vercors, La Voie libre, op. cit.

43 La voie libre, op. cit., p. 56

44 Voir à ce sujet le livre de Pierre Laborie, Le chagrin et le venin. La France sous l’Occupation, mémoires et idées reçues, Bayard, 2011.

45 Alban Vistel, Héritage spirituel de la Résistance, Lyon, Lug, 1955.

46 Dans l’esprit de l’ouvrage de Claire Andrieu, Pour l’amour de la République. Le Club Jean Moulin, 1958-1970, Fayard, 2002.

Table des illustrations

Légende Philippe Vianney (1917-1986)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2400/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Jean Cassou (1897-1986)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2400/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 55k

Auteur

Larha Lyon 3

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr