Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires et représentations de la Résistance

 | 
Robert Vandenbussche

La Résistance nordiste vue par les magistrats des tribunaux militaires allemands de l’OFK 670 de Lille (1940-1944)

Laurent Thiéry

Texte intégral

  • 1 Service régional de la police judiciaire, chef du Service de recherche des crimes de guerre ennemi (...)
  • 2 Idem.

1Au lendemain de la guerre, il apparut bien difficile de trouver des motifs de condamnation pénale à l’encontre des anciens juges devant les tribunaux militaires ayant siégé dans le Nord de la France pendant l’Occupation. En 1947, la Commission de recherche des crimes de guerre ennemis de Lille constatait qu’« aucune des personnes qui se sont fait connaître comme ayant été condamnées par le tribunal militaire de Lille ou qui sont les proches de celles qui ont été fusillées, ne se sont plaintes que la régularité des conditions de fond et de forme dans lesquelles les condamnations prononcées, n’ait été respectée »1. D’ailleurs, malgré la diffusion dans l’ensemble de la presse nordiste de la photo d’Hermann Razelsdorfer, « aucune plainte n’a été formulée à [son encontre] au sujet d’affaires dont il avait eu à s’occuper, soit comme juge d’instruction, soit comme procureur du Reich, soit comme président du tribunal »2. Celui-ci avait pourtant siégé entre la fin 1941 et août 1944 à Arras, Lille et Valenciennes et était à l’origine de l’exécution de plusieurs dizaines de patriotes.

2En fait, aucun des juges, parmi la trentaine qui siégèrent dans le Nord de la France n’eut à rendre des comptes après la guerre. Protégés par les conventions internationales qui légitimaient, depuis le début du siècle, le jugement des civils par les tribunaux militaires en territoire occupé, beaucoup reprirent leur activité en Allemagne. Comment la France pouvait-elle d’ailleurs condamner une pratique qu'elle avait elle-même appliquée lors de l’occupation de l’Allemagne après 1918 ?

3Or, contrairement à une idée largement répandue dans la mémoire collective et même dans l’historiographie, la répression de la Résistance par les tribunaux militaires allemands en « zone rattachée » Nord-Pas-de-Calais n’est pas un phénomène marginal, arbitraire ou seulement destiné à conférer un visage de légalité à l’occupant. Dans le Nord de la France, les tribunaux militaires allemands, en effet, constituent le cœur du dispositif de répression contre la Résistance.

4Dès lors, au regard de leur part de responsabilité dans la lutte contre la Résistance dans le Nord-Pas-de-Calais, la représentation que se font les magistrats allemands de celle-ci apparaît déterminante. On peut légitimement se demander si leur perception présente des caractères particuliers et, auquel cas, comment les expliquer ? La construction de cette image par les juges allemands apparaît-elle, enfin, comme un élément de compréhension des spécificités de l’Occupation et de la répression dans le Nord de la France ?

5Examinons, dans un premier temps, les conditions qui ont porté l’appareil judiciaire militaire allemand au cœur du dispositif répressif d’occupation en « zone rattachée » Nord-Pas-de-Calais, avant d’étudier sa représentation de la Résistance pour enfin s’interroger sur les causes et les enjeux de ces représentations.

Les tribunaux militaires au cœur du dispositif répressif en « zone rattachée »

  • 3 Oberstkriegsgerichtsrat beim MBB an das Oberkommando des Heeres, Brüssel, 20 Juli 1942, AA 346, Ce (...)

6Durant toute l’Occupation allemande, les départements du Nord et du Pas-de-Calais sont coupés du reste de la France et rattachés administrativement au Commandement militaire allemand installé à Bruxelles. Il s’agit du Militärbefehlshaber in Belgien und Nordfrankreich (MBB) dirigé par le général Alexander von Falkenhausen. Entre juin 1940 et septembre 1944, l’autorité sur la région relève d’un commandant militaire installé à Lille à la tête de l'Oberfeldkommandantur 670 (OFK 670). Cette situation administrative perdure dans ces grandes lignes pendant toute l’Occupation. Or, dans ce contexte, la mission confiée à l’OFK 670 de Lille, en plus de la remise en marche de l’économie pour les besoins du Reich, s’accompagne de la volonté de maintenir l’ordre et la sécurité pour ses troupes et services. Dès 1940, le MBB de Bruxelles délègue au commandant de l’OFK 670 le « pouvoir de réglementation », compte tenu des relations régionales (regionalen Verhältnisse) qui, selon lui, l’exigent3. Ces relations différentes sont alors propres à la partie française du secteur de l’administration militaire.

  • 4 Sur cette question, nous nous permettons de renvoyer à Laurent Thiery, La répression allemande dan (...)
  • 5 Verkündungsblatt des OFK 670, août 1940, AJ 40/406, Archives nationales.
  • 6 Gaël Eismann, La politique de « maintien de l’ordre et de la sécurité » conduite par le Militärbef (...)

7Le général Niehoff, nommé commandant de l’OFK 670 et chargé d’administrer les départements du Nord et du Pas-de-Calais de juin 1940 à janvier 1943, impose une politique d’occupation spécifique. Ces caractères propres confirment l’hypothèse selon laquelle ce ressort forme une zone d’occupation à part entière au même titre que la France occupée, la Belgique ou le Danemark4. Ce fait transparaît de plusieurs éléments. Il s’agit, tout d’abord, du grand degré d’autonomie confiée à Niehoff par le général Falkenhausen par rapport aux quatre autres OFK de Belgique. Cela se traduit dans les faits par le droit accordé à Lille de promulguer ses propres ordonnances et de disposer de son propre journal des ordonnances. Dès août 1940 par exemple, Lille édite une réglementation spécifique pour réprimer l’aide apportée par la population nordiste aux soldats anglais restés sur le sol français5. Niehoff impose, en outre, un régime au caractère grandement autonome en particulier vis-à-vis des autorités de Vichy. Dans le cadre de la répression des actes d’hostilités intentés contre sa présence, comme les manifestations germanophobes, les coupures de câbles téléphoniques ou l’aide apportée par les civils aux soldats anglais, mais également les infractions à caractère économique, l’occupant accapare dès le début l’ensemble des affaires. À cet égard, la situation est bien différente dans le reste de la France où, pendant la première année d’Occupation, les autorités de Vichy prennent en charge l’essentiel de la répression6.

Avis (Musée de Bondues)

8À Lille, et pour l’ensemble du Nord de la France, les tribunaux militaires allemands forment le pivot de l’appareil répressif jusqu’en août 1944. Installés dans la capitale régionale, mais également à Valenciennes et à Arras, ces cours martiales prennent en charge la très grande majorité des personnes arrêtées par les polices allemandes et françaises pour des actes d’opposition caractérisés. Très tôt, les magistrats allemands se voient déférer les premiers éléments de la Résistance, notamment les membres d’organisations de passage des soldats anglais, mais également les détenteurs d’armes. À partir de 1942, ils sont plus massivement confrontés aux agents des grands réseaux et mouvements en activité dans la région comme le Front National, l’OCM ou La Voix du Nord.

Heinrich de Niehoff (1882-1946 ?) - Bundesarchiv

  • 7 En 1943, sa dénomination devient Chefrichter beim MBB, voir Gericht des Militärbefehlshaber, AA 33 (...)
  • 8 Procès-verbal d’audition de Jentsch, 30 octobre 1950, AA 1937, CEGES.
  • 9 Procès-verbal d’audition de Falkenhausen, 4 mai 1949, AA 278, CEGES.
  • 10 Voir notamment, les procès-verbaux des conférences de service tenues par les juges militaires à Br (...)

9En tant qu’officiers de la Wehrmacht, les magistrats allemands envoyés dans le Nord de la France relèvent hiérarchiquement d’un représentant supérieur de la justice militaire ou Oberstkriegsgerichtsrat (Okg) stationné à Bruxelles7. Tout comme les juges, les trois Okg du MBB sont des juristes de carrière. Successivement, ils occupent la direction de la section III du Kommandostab, celle des tribunaux militaires. Le premier, Ulrich Jentsch, né en 1897, était avocat et notaire avant 1933 et devient Okg du MBB, en 19408. Le 1er octobre 1942, Jentsch est remplacé par Friedrich Burkart qui n’exerce que quelques mois à Bruxelles avant que Falkenhausen ne demande son remplacement9. Otto Schikarski, docteur en droit, né en 1886, lui succède en septembre 1943. Une des missions de la section III consiste à garantir auprès du commandant militaire la validité juridique de ses décisions, notamment en matière de maintien de l’ordre. En septembre 1941, elle est ainsi appelée à se prononcer sur la légitimité des fusillades d’otages en territoire occupé. Mais plus directement en lien avec la situation dans le Nord de la France, les Okg forment un relais entre les tribunaux locaux et Bruxelles, chargés de transmettre les directives juridiques, ainsi que les nouvelles ordonnances. D’ailleurs, afin de répondre au mieux aux problèmes divers rencontrés par les magistrats, l’Okg convoque périodiquement l’ensemble des juges à Bruxelles, pour des réunions de travail10. Le représentant de la justice militaire oriente par cette voie la politique générale que doivent suivre les juges en territoire occupé à partir des directives émanant de Bruxelles et du Reich. Ainsi, en janvier 1942, Jentsch transmet lui-même aux différents juges les nouvelles consignes destinées à l’application de la procédure Nacht und Nebel.

10Lors de la préparation par l’OKW, en 1939, de l’administration des futurs territoires conquis à l’ouest, les tribunaux militaires sont déclarés compétents pour condamner les civils qui contreviennent à l’ordre et à la sécurité des troupes. Plusieurs codes pénaux sont alors mis à la disposition des magistrats pour réprimer les différents types de délits et actes de résistance : l’intelligence avec l’ennemi, l’espionnage, la détention d’armes, etc. Si le jugement en territoire occupé forme pendant toute l’Occupation l’activité principale des juges, ceux-ci participent pleinement, à partir de 1942, à l’application de la procédure Nacht und Nebel. Ils jouissent alors d’une large autonomie pour décider d’envoyer les Résistants en Allemagne afin de les faire comparaître devant des juridictions d’exception. L’implication de la magistrature allemande dans toutes les mesures liées à la répression – politique des otages, question raciale, réquisitions de main-d'œuvre, etc. – atteste, en outre, de son rang au sein du système d’occupation.

  • 11 Le MBF dirige l’administration militaire allemande d’Occupation dans le reste de la France occupée (...)
  • 12 Les tribunaux militaires relevant administrativement de l’OFK 670 de Lille appartiennent à la Heer(...)
  • 13 Pour une chronologie des exécutions en vertu d’une condamnation à mort par un tribunal de l’OFK 67 (...)
  • 14 Le quart restant ressort principalement à la compétence du tribunal du 65e corps d’armée (LXV AK), (...)
  • 15 Donc pour des jugements au cours desquels au moins une peine de privation de liberté supérieure à (...)

11Le bilan général de la répression judiciaire, comparé notamment à la situation observée dans le ressort du Militärbefehlshaber in Frankreich (MBF) de Paris11, offre enfin, une image spécifique du rôle conféré aux tribunaux militaires dans le Nord de la France. Plusieurs milliers de personnes condamnées par les cours martiales allemandes ont été internées dans les prisons du ressort pour des périodes plus ou moins longues. Qui plus est, plus des deux tiers des déportés de la région envoyés en Allemagne l’ont été sur une décision de la justice militaire allemande. Par comparaison, leur nombre ne dépasse pas le dixième pour le reste de la France où les déportations extrajudiciaires vers les camps de concentration SS forment la norme. En outre, les tribunaux de l’OFK 670 ont prononcé, à eux seuls, 333 peines capitales, dont 271 ont été exécutées dans le Nord de la France12. Rien qu’au Fort Lobau, à Bondues, 67 des 68 fusillés ont été condamnés à mort par un tribunal militaire allemand13. Les cours martiales de l’OFK 670 portent donc la responsabilité de près des trois quarts des exécutions de condamnés à mort14. Si l’on se réfère enfin exclusivement aux registres des tribunaux du MBB15, près de 1 500 civils ont été jugés par un tribunal militaire allemand relevant de l’OFK 670. Pour ces personnes, la sanction conduit à un internement en territoire occupé pour 43,5 % alors que 38 % connaissent une déportation carcérale outre-Rhin pour purger leur peine.

12L’appareil judiciaire militaire allemand se trouve donc au cœur du dispositif d’occupation en « zone rattachée ». Or, comparé notamment à la situation dans le reste de la France, celui-ci propose une vision de la Résistance assez éloignée des images véhiculées jusqu’alors.

Les juges militaires allemands et leur perception de la Résistance en « zone rattachée »

  • 16 L’ensemble sous-entend les tribunaux de la FK 569, de la FK 678 et de l’OFK 670.
  • 17 Rapport sur l’activité des tribunaux d’occupation dans le Nord, Lille, 26 septembre 1948, 1834W374 (...)

13Comment, alors qu’ils apparaissent au centre de l’appareil de répression, les magistrats allemands se représentent-ils les différentes formes de résistance en « zone rattachée » Nord-Pas-de-Calais ? Par la longévité de leur présence et leur forte implication dans l’application des sanctions judiciaires, les juges allemands marquent profondément le paysage répressif. Le profil du personnel de la magistrature des différents tribunaux relevant de l’OFK 670 apparaît donc déterminant. Pendant les quatre années d’occupation, une trentaine de juges exercent dans la région16. Hommes mûrs, âgés en moyenne de quarante-trois ans en 1940, ils n’ont, pour la plupart, pas vécu l’expérience du combat lors de la Première Guerre mondiale, mais ont profondément été marqués par celle-ci. Cette génération a connu l’absence du père, les restrictions, la défaite de novembre 1918 et l’humiliation du traité de Versailles en 1919. Ils sont entrés à l’université dans les années vingt avant, pour la plupart, d’entamer une carrière d’avocat, de notaire ou de juriste. Les avocats du barreau de Lille qui ont pu longuement côtoyer ces hommes pendant l’exercice de leur profession, confirment leur expérience du Droit17.

14Au regard des dossiers de jugements rendus contre des civils du Nord de la France pendant l’Occupation, il apparaît que les sentiments idéologiques et politiques ont moins influencé leur image de la Résistance que les principes liés à l’ordre et à la sécurité des troupes d’occupation. Ainsi, dans les jugements retrouvés, dont près des trois quarts concernent des actes d’opposition à la présence allemande, rares sont les renvois à des considérations politiques ou raciales. Si, après juin 1941, l’appartenance au Parti communiste clandestin devient, sans aucun doute, un facteur aggravant, elle ne peut justifier à elle seule une condamnation à mort. Les jugements ne laissent, par ailleurs, aucunement transparaître une volonté générale de criminaliser l’action de la Résistance, et en particulier celle des communistes. La nationalité n’apparaît pas non plus comme un facteur aggravant, mis en exergue pour justifier certaines sentences. Aucun jugement retrouvé ne renvoie, enfin, à la conception du complot « judéo-bolchevique », minimisant ainsi l’importance du facteur racial dans les débats.

  • 18 Feldurteil des Gericht der OFK 670 Zweigstelle Arras, TA 102789, BAVCC, Caen. Les deux accusés éch (...)

15La réponse donnée à l’opposition par la justice militaire relevant de l’OFK 670, s’inscrit en fait largement dans la stratégie générale d’occupation menée par l’administration militaire. Les juges s’en tiennent assez scrupuleusement aux textes promulgués directement par l’OFK 670 de Lille visant à réprimer les délits. Ayant pleinement conscience de la portée politique de leurs sentences et de l’impact de leurs jugements en matière de dissuasion ou d’expiation de fautes commises, ils privilégient souvent des directives locales, moins sévères, au détriment de règlements émanant directement du Reich. Certains, même en période de troubles, comme en octobre 1941, n’hésitent pas à questionner le caractère dissuasif de décisions particulièrement sévères émanant du MBB, notamment sur la question de la détention d’armes. Ainsi, lors d’un jugement rendu le 14 octobre 1941 à l’encontre de deux hommes du Pas-de-Calais, arrêtés en possession d’armes de guerre françaises, le magistrat indique que « suivant qu’on considère cette disposition comme un règlement [...] ou comme un simple avertissement, ce n’est pas la même application qui entre en ligne de compte »18. Les magistrats de l’OFK 670 ont, en fait, su conserver une grande marge de manœuvre. Les nécessités politiques du secteur français influent beaucoup sur leur approche répressive.

Avis de condamnation d’Édouard Pieters (Roubaix) - (Musée de Bondues)

  • 19 Verkündungsblatt des Oberfeldkommandanten für die Departements du Nord und Pas-de-Calais, no 1, 15 (...)
  • 20 TA 101119, BAVCC, Caen.
  • 21 TA 102699, BAVCC, Caen.
  • 22 Gericht der OFK 670 Zweigstelle Arras, Feldurteil wegen Engländerbergünstigung, 10 août 1942, TA 1 (...)

16La prise en compte de la situation locale par les magistrats allemands apparaît flagrante dans le cadre de la répression de l’aide apportée par les civils aux soldats anglais. Face à cette activité, pourtant menacée de mort dès le début de l’Occupation, l’administration militaire de Lille propose une voie qui s’éloigne assez largement de la rigidité et de la sévérité introduites par le code pénal du Reich, étendu aux civils des territoires occupés en 1940. En effet, dès le mois d’août de la même année, Niehoff impose une réglementation permettant aux juges de ses tribunaux militaires de ne pas requérir le motif d’intelligence avec l’ennemi (Feindbegünstigung) pourtant prévue par le droit pénal nazi et souvent synonyme de peine de mort. Avec la qualification d’aide à des soldats anglais (Engländerbegünstigung), il offre à ses tribunaux militaires la possibilité de prononcer un large éventail de peines moins radicales19. La voie est alors donnée pour les magistrats qui vont, très majoritairement, choisir cette réglementation. Ainsi, alors que près de deux cents personnes comparaissent, entre juin 1940 et juin 1942, devant les tribunaux militaires de l’OFK 670 pour des faits strictement liés à l’aide à des soldats britanniques restés depuis 1940 sur le sol national, quatre peines capitales, seulement, si l’on ose dire, sont prononcées et une seule exécutée, en 1942. Cette relative modération exprimée par les juges allemands s’explique par la prise en compte de plusieurs facteurs. Il y a notamment la compassion, voire la pitié qui a pu motiver certains habitants du Nord de la France et en particulier les femmes. En février 1941, par exemple, le Kriegsgerichtsrat Klein estime que « la compassion peut [les] avoir incités à aider les ressortissants du pays allié avec elle »20. L’expérience de la Première Guerre mondiale, qu’il s’agisse d’une captivité ou de faits de guerre pour les anciens combattants de la « Grande guerre », est un autre facteur important de modération pour les juges des tribunaux militaires allemands du Nord de la France. En septembre 1941, le juge Nothhelfer trouve « humainement compréhensible, qu’en souvenir d’une lutte commune de plusieurs années avec les Anglais », ces personnes agissent de la sorte21. La nationalité du résistant apparaît également importante. Le 10 août 1942, le même juge porte au crédit d’un homme arrêté pour hébergement d’un soldat anglais entre juin 1940 et mars 1941, son « origine écossaise » et sa naturalisation française tardive qui justifient le fait que celui-ci « a agi en tant qu’Anglais en face d’un compatriote »22.

  • 23 Gericht der OFK 670 Zweigstelle Arras, Urteil wegen Begünstigung englischer Soldaten, TA 102867, B (...)
  • 24 AJ 40, AN. Le groupe de résistants était affilié au réseau Pat O’Leary.

17On constate, par ailleurs, dans ce genre d’affaires, la persistance d’une volonté exprimée par les magistrats de mettre en exergue certaines caractéristiques propres aux habitants du Nord de la France qui peuvent les différencier des autres Français. Ainsi, lors du jugement de l’affaire Bourgeois, le 27 novembre 1941, et malgré la comparution de vingt et un membres d’une organisation d’aide aux soldats anglais, le juge Klein estime que « les accusés ont cru devoir aider ces membres d’un pays allié avec la France, avec lesquels ils ont eu d’ailleurs, en tant qu’habitants de la zone côtière, des relations plus étroites que les habitants de l’intérieur du pays »23. L’indulgence des juges de l’OFK 670 tranche d’ailleurs grandement avec la sévérité exprimée par les magistrats relevant du Commandement militaire allemand de Paris pour le reste de la France occupée. Dans ce ressort, leur représentation de l’activité d’assistance à des soldats anglais conduit à une réponse judiciaire épurée de toutes considérations humanitaires. C’est en tout cas ce que confirme le jugement rendu, en juillet 1941, par le tribunal du Gross-Paris à l’encontre de vingt-six résistants arrêtés à la suite du convoyage de six soldats britanniques. Parmi les douze peines de mort prononcées, cinq répriment exclusivement l’aide apportée aux soldats ennemis. Le juge principal estime alors que dans ce genre d’activité, les ordonnances promulguées par le MBF depuis le début de l’Occupation ne peuvent pas supplanter la qualification d’intelligence avec l’ennemi du code pénal militaire24. L’approche est ici radicalement opposée à celle des magistrats de l’OFK 670.

  • 25 Gericht der OFK 670 Zweigstelle Arras, Feldurteil wegen Waffenbesitzes, 29 mai 1941, TA 100909, BA (...)

18La question de la détention interdite d’armes par des civils des territoires occupés du Nord de la France présente également une approche spécifique de la part des juges allemands de l’OFK 670 de Lille. Une ordonnance promulguée, dès le 10 mai 1940, prévoit pourtant la peine de mort pour ce type de délit. Là encore, les tribunaux militaires, implantés en « zone rattachée » Nord-Pas-de-Calais, ont une appréhension tout à fait particulière de ce genre d’activité. Par comparaison, alors que ce motif est à l’origine d’une cinquantaine d’exécutions dans le reste de la France pendant la première année d’occupation, aucune peine de mort n’est prononcée avant août 1941 dans le Nord de la France. En mai 1941, malgré la découverte d’un important dépôt d’armes de guerre, le juge d’Arras estime que de lourdes peines de détention sont encore assez dissuasives25. Un des facteurs pris en compte par les magistrats, jusqu’à la fin de l’occupation, c’est la réalité des intentions belliqueuses de l’accusé envers l’occupant.

  • 26 « À la population lilloise », Lille, VK, no 1, 15 juillet 1940, 1W1655, ADN.
  • 27 Allgemeine-Liste, AL 2247/41, LA 19115 et dossier statut, BAVCC, Caen.
  • 28 Registre de la prison Saint-Nicaise à Arras, Y23, ADPdC, Dainville et dossier statut, BVACC, Caen.
  • 29 Gericht der OFK 670, Urteil wegen passiven Widerstandes, Lille, 16 juillet 1940, TA 106141, BAVCC, (...)

19A contrario, les tribunaux militaires allemands se montrent, dès le début de l’Occupation, proportionnellement beaucoup plus sévères dans des affaires qualifiées de « résistance passive ». Ces actes de bravoure, que l’on peut néanmoins considérer d’une portée infime, appellent pourtant à une répression implacable. La peur d’un mouvement de contagion et d’une propagation à l’ensemble de la population conduit à l’application d’un régime particulièrement rigoureux par les tribunaux militaires. Sans compter que le projet politique porté par l’occupant implique nécessairement une dimension rééducative destinée à faire adhérer la population, sinon aux idées nationales-socialistes, au moins à la réalité d’une unité flamande et germanique. Dans sa proclamation du 11 juin 1940, Niehoff affiche clairement sa volonté de réprimer avec sévérité toute expression de résistance passive26 Toutes les formes de manifestation de rejet de la présence allemande sont châtiées et conduisent le plus souvent à un jugement devant le tribunal militaire. Les magistrats sont chargés de sanctionner ces faits qui, en droit pénal, se traduisent par les qualifications d’offense à la Wehrmacht, de manifestation germanophobe ou de résistance passive. Au moins une quarantaine d’habitants du Nord de la France sont condamnés pour ces motifs pendant la première année d’occupation, dont un quart en 1940. Ainsi, le 18 novembre 1940, une femme se voit infliger deux années de prison par le tribunal de la Feldkommandantur 678 d’Arras pour avoir chiffonné en public la première page d’une revue affichant le portrait d’Hitler27. Un homme, condamné en janvier 1941, à deux ans de réclusion par le même tribunal pour avoir chanté une chanson germanophobe, purge sa peine à la prison de Loos jusqu’au 21 novembre 194228. Le directeur des Journaux réunis de Lille, est également condamné à cinq années de réclusion, en juillet 1940, pour avoir publié des photos des monuments dédiés aux martyrs français de l’occupation allemande de 1914-1918. Implacablement, toutes demandes de libération et les recours présentés par ses avocats sont refusés. Il meurt dans une prison allemande en 194429.

  • 30 Feldurteil wegen Förderung bolschewistischer Bestrebungen und andere, Gericht der OFK 670 Zw. Arra (...)

20À partir d’août 1941, la répression judiciaire franchit un nouveau palier marqué par l’exécution de premiers condamnés à mort sur le sol du Nord de la France. Jusqu’en 1943, ces mesures frappent plus particulièrement les membres de la lutte armée communiste soit 130 fusillés entre les étés 1941 et 1943. Malgré ce regain de sévérité à l’encontre des membres des groupes de combattants, il ressort une image assez spécifique de la résistance communiste loin de celle retrouvée ailleurs. Dans les jugements, l’aspect idéologique est en effet très peu présent, et jamais la notion de lutte contre le « judéo-bolchevisme » n’apparaît. Loin d’une sorte de croisade idéologique contre l’ennemi juif ou communiste, les magistrats allemands s’en tiennent davantage à des considérations sécuritaires et dissuasives. En octobre 1942, par exemple, alors que les attentats et sabotages se multiplient, le juge Fürbringer du tribunal d’Arras, justifie les peines de mort prononcées contre les principaux camarades de combat de Charles Debarge par « la protection des populations des territoires occupés », et non par la nécessité de préserver la sécurité de la Wehrmacht30.

  • 31 Gericht der OFK 670 Zweigstelle Arras, Feldurteil wegen Feindbegünstigung, verbotenen Waffenbesitz (...)
  • 32 Idem.

21Confronté en 1943 à ce qu’il nomme lui-même « une résistance nationale », l’occupant réagit à nouveau d’une manière spécifique qui transparaît largement des comptes rendus des jugements prononcés. Dans le cadre du démantèlement des groupes relevant des mouvements de résistance La Voix du Nord et Organisation civile et militaire, les jugements traduisent, malgré tout, la reconnaissance d’un esprit de patriotisme et de nationalisme ayant motivé les résistants. En juin 1943, le juge Tralau du tribunal militaire d’Arras, n’hésite pas à utiliser un terme français pour parler « d’éléments anglophiles » (anglophile Elemente)31. Le document confirme, en outre, la parfaite acceptation de l’existence d’une résistance par les magistrats et d’ailleurs, des peines de travaux forcés sont infligées pour le motif de formation d’un « mouvement de Résistance » (Widerstandorganisation)32.

22L’année 1944 marque l’apogée sanglant de la répression de la Résistance, avec plus de deux cents fusillés après une condamnation à la peine capitale prononcée par un tribunal militaire allemand, notamment au fort de Bondues. On n’assiste néanmoins pas à l’application d’un véritable régime de terreur judiciaire tel qu’il est, par exemple, imposé dans le reste de la France. Moins de 40 % des personnes jugées à Arras, Lille ou Valenciennes se voient infliger la peine capitale contre 85 % dans le reste de la France occupée au même moment. Confrontés à la levée d’organisations de résistance de mieux en mieux structurées et armées, les magistrats allemands privilégient un mode de régulation des condamnations à mort. En effet, et malgré le rappel des nécessités de maintenir l’ordre et la sécurité, le recours à la déportation Nacht und Nebel par les juges contribue ainsi à modérer les effets de la répression et à réguler le nombre d’exécutions. Des groupes entiers de l’OCM, de La Voix du Nord ou du Front National sont ainsi envoyés en Allemagne, dans le plus grand secret vers des prisons de détention préventive et échappent, en conséquence, à de probables exécutions en territoire occupé.

23Tous ces éléments et ces exemples qui caractérisent la représentation de la résistance nordiste par les magistrats allemands amènent à la question de l’origine et des enjeux d’une telle image.

Les enjeux d’une représentation spécifique de la Résistance en « zone rattachée »

  • 33 Laurent Thiery, La répression allemande dans le Nord-Pas-de-Calais..., op. cit., p. 541-543.

24Les magistrats des tribunaux militaires d’Arras, de Lille et de Valenciennes, en tant que principaux appareils chargés de recevoir et de réprimer les résistants, sont à l’origine de cette réponse particulière. Ils sont, en fait, au cœur de l’application de la stratégie générale de la politique d’occupation. Or, comme les archives le démontrent aujourd’hui33, cette stratégie repose principalement sur le concept fondamental de la « préservation des relations locales » qui apparaît de manière récurrente dans les documents allemands.

25En effet, dans une optique de long terme, l’administration militaire de Lille se devait de préserver ses rapports, non pas avec Vichy, mais bien avec les populations locales, du moins celles que l’occupant juge ethniquement assimilables à un État germanique. En conséquence, et malgré le poids de l’Occupation et toutes les souffrances endurées par la population, le bilan de la répression confirme ce statut particulier. Ce bilan, comparé notamment au reste de la France et à la Belgique, apparaît sinon modéré, du moins limité par cette conception. Les avancées de la recherche historique permettent des comparaisons significatives. Ainsi, alors que dans le Nord de la France l’essentiel de la répression ressort des tribunaux militaires allemands, leur réponse à l’opposition et à la Résistance apparaît beaucoup plus circonstanciée que dans le reste de la France. Durant la première année d’occupation, par exemple, les départements du Nord et du Pas-de-Calais arrivent, avec quatre condamnations à mort prononcées et aucune exécutée, en 21e et 22e positions, bien loin derrière le Finistère et la région parisienne qui comptent à eux deux, une cinquantaine de fusillés. Pourtant, ramené à l’échelle des populations, le nombre de civils envoyés devant les tribunaux militaires allemands dans le Nord-Pas-de-Calais est le double à celui du reste de la France. On relève donc une opposition plus précoce et plus virulente qu’ailleurs mais frappée par une répression plus modérée.

  • 34 Sur cette question, voir John Horne, Alam Kramer, German atrocities, 1914-1918. À history of e Den (...)
  • 35 Gaël Eismann, « L’escalade d’une répression à visage légal. Les pratiques judiciaires des tribunau (...)

26L’appréhension du fait résistant par les magistrats des tribunaux militaires allemands s’inscrit donc dans une stratégie d’occupation qui repose notamment sur des facteurs importants liés au passé. L’importance de l’ancrage du « mythe des francs-tireurs »34, c’est-à-dire la peur fantasmagorique des combattants civils menaçant la sécurité des troupes en campagne, bientôt extrapolée à toute forme de résistance armée, mérite néanmoins d’être largement nuancée, au moins à l’intérieur du personnel judiciaire allemand implanté dans le Nord de la France. En effet, passé le stade des opérations militaires proprement dites, marquées par les atrocités commises par les troupes en campagne en mai 1940, la politique de maintien de l’ordre et de la sécurité menée par l’OFK 670 est très longtemps restée à l’écart de cette représentation particulière de l’opposition. Contrairement au ressort du MBF où, à partir de l’été 1943, le qualificatif de franc-tireur est appliqué à toutes les formes d’opposition35, les jugements rendus par les tribunaux militaires de l’OFK 670 ne connaissent pas le même phénomène d’uniformisation.

  • 36 Nicolas Beaupré, « Occuper l’Allemagne après 1918 », Revue historique des armées, no 254, 2009, p. (...)

27En fait, l’administration militaire et les magistrats qui en relèvent construisent leur image de l’ennemi à partir d’une vision rétrospective de l’attitude des populations de Flandre et d’Artois. Le personnel administratif, mais également policier ou judiciaire, est profondément marqué par la présence d’anciens combattants de 1914-1918. Les trois Oberfeldkommandanten de Lille étaient eux-mêmes soldats lors de la « Grande Guerre ». Mais l’expérience du combat n’est pas le seul facteur ayant contribué à façonner leur vision. La vie dans l’Allemagne de l’après-guerre dont certaines zones sont placées sous occupation militaire française (la Rhénanie, dès 1918, puis les villes de Darmstadt, Francfort, Homburg, Hanau et Dieburg, en 1920, puis celles de Düsseldorf, Duisburg et Ruhrort en 1921) a joué un rôle indéniable. En Rhénanie, forte de 400000 soldats, l’armée française avait engagé des opérations de maintien de l’ordre contre le grand mouvement de résistance passive soutenu par la population. Ressentie comme arrogante, l’occupation française avait durablement marqué les jeunes Allemands de ces régions. Niehoff originaire de Bochum, a lui-même subi les conséquences de cette répression en effectuant quelques mois de forteresse. La spécificité de la première année d’occupation dans le Nord de France, marquée notamment par la prise en charge par les tribunaux militaires de toutes les formes d’infractions aux règlements de l’occupant, s’inspire grandement des mesures françaises imposées en Rhénanie à partir de 1923 : compétences étendues de la justice d’occupation pour juger les cas de rébellion, application de la censure, proscription du droit de réunion, interdiction des chants patriotiques et nationaux, etc. Mais plus encore, les premières mesures particulièrement vexatoires et humiliantes prises par Niehoff en 1940 ne forment-elles pas une transposition de l’expérience vécue, par lui, dans sa trente-huitième année : passage à l’heure française, obligation de s’incliner devant le drapeau tricolore, de descendre du trottoir pour laisser passer les militaires français, de saluer les officiers, etc.36 ? L’expérience de cette occupation militaire précédente apparaît comme un élément essentiel de compréhension. Directement confronté aux humiliations et à la répression infligée par l’armée française dans les années vingt, Niehoff se forgea sa propre image de la France et des Français.

28Mais son vécu est non seulement à l'origine d’un profond sentiment de rancœur, largement alimenté par la propagande nazie à partir des années trente, mais il est également l’occasion d’une expérience formatrice à la préparation d’une occupation militaire. Nul doute que les facteurs à l’origine de l’échec français en Allemagne entre 1919-1923 ont servi à former et à préparer les bases d’un système d’occupation différent dans le Nord-Pas-de-Calais en 1940-1944. Très vite, les rapports conflictuels avec le patronat allemand ajoutés à la résistance passive déclenchée par la population mettent à mal les ambitions économiques de la France qui comptait alors récupérer ainsi une partie des dommages de guerre. La pratique de la répression judiciaire présente en effet des similitudes significatives lors de ces deux occupations militaires. Il y a notamment l’utilisation à des fins politiques de condamnations comme ce fut le cas, en 1923, lors du jugement des industriels allemands, et au premier rang desquels figurait Gustav Krupp, alors que ceux-ci refusaient de travailler pour la France. Autre similitude troublante, l’aspect dissuasif conféré aux exécutions de condamnés à mort pour tenter d’endiguer les sabotages. À l’instar d’Albert Bekaert, premier fusillé du Nord-Pas-de-Calais en août 1941 à la suite d’un attentat contre une voie ferrée, Léo Schlageter n’avait-il pas été condamné à mort par un tribunal militaire français et fusillé pour avoir fait sauter des rails de chemin de fer près de Düsseldorf en 1923 ?

  • 37 Sur cette question, voir Peter Schöttler, « Eine Art, „Generalplan West “. Die Stuckart-Denkschrif (...)
  • 38 Philippe Burrin, La France à l’heure allemande (1940-1944), Paris, Seuil, 1995, p. 372.

29Outre l’expérience du passé, la stratégie d’occupation déployée par l’occupant dans le Nord de la France à partir de 1940 repose également sur une vision correspondant au statut futur envisagé pour la région après la guerre. L’idée selon laquelle la Flandre et l’Artois sont d’origines germaniques est ancienne et particulièrement ancrée dans l’esprit des militaires allemands. Dès juin 1940, Hitler se voit présenter par son secrétaire général au ministère de l’Intérieur, Wilhelm Stuckart, un rapport à propos du découpage d’une partie importante de l’est de la France pour en faire un espace colonisé allemand37. La même année, l’administration militaire allemande distribue à ses troupes des livrets accréditant cette théorie. À Lille, les militaires, et en particulier les juges, ont à l’esprit la probable annexion de la région qu’ils administrent. Ils voient leur intérêt à diffuser un sentiment régional qui sépare du reste de la France et que l’on retrouve avec récurrence dans les jugements. Des guides distribués à la troupe soulignent, par exemple, le caractère germanique de la région38. Le phénomène contribua alors à accuser de grandes différences entre les régimes d’occupation imposés dans les territoires occupés.

  • 39 Der Okg beim MBB an das OBdH, 20 juillet 1942, AA 346, CEGES, Bruxelles.

30Particulièrement révélateur de l’importance de ce facteur, un conflit important éclate, au printemps 1942, entre l’armée de l’air et l’OFK 670 de Lille à propos de la relative modération exprimée par les tribunaux militaires contre l’aide apportée par les civils du Nord à des aviateurs alliés. La question concerne les principaux réseaux d’évasion en activité en Belgique et dans le Nord de la France. Le tribunal de l’armée de l’air de Lille, insoumis administrativement à l’autorité militaire d’occupation, se montre beaucoup plus sévère que ses homologues de l’armée de terre, n’hésitant pas à multiplier les condamnations à mort. En fait, les magistrats de la Luftwaffe s’appuient sur une représentation tout à fait différente de celle des tribunaux militaires de la Heer à propos de l’aide apportée aux aviateurs. Le tribunal de la Luftwaffe reproche à l’OFK 670 de « limiter son pouvoir en raison de ses relations vis-à-vis des habitants du pays »39. Débordant largement du seul cadre de l’aide apportée aux aviateurs par des résistants, la démarche dirigée par l’appareil judiciaire du MBB renforce l’image selon laquelle le territoire du Nord de la France forme une zone d’occupation à part entière, où les nécessités politiques prennent une dimension particulière, interdisant de reporter sur ses habitants certaines mesures pourtant appliquées aux Allemands. Ici est particulièrement posée la question de l’appréciation du motif d’intelligence avec l’ennemi et, par extrapolation celle de l’image de la Résistance par l’occupant en « zone rattachée ».

  • 40 Idem.
  • 41 Ibidem.

31Dans cette affaire, la réaction d’Ulrich Jentsch, le représentant des tribunaux militaires allemands pour l’ensemble du ressort du MBB à Bruxelles éclaire particulièrement bien l’implication de l’appareil judiciaire dans la politique générale d’occupation. Celui-ci n’hésite pas à justifier la relative modération proposée par les tribunaux du Nord de la France par le fait que, « la situation dans le secteur de guerre peut exiger de régler les conflits de manière spécifique ou contrairement à la législation allemande, ou de ne pas les régler par des règlements allemands et de les laisser à la législation du pays du secteur occupé »40. Il est, en outre, justifié selon cette appréciation, que l’intelligence avec l’ennemi commise par les membres du peuple [allemand] qui sont dans des relations de fidélité vis-à-vis du Führer, du Reich et du peuple, soit sanctionnée avec des punitions plus élevées que pour des étrangers qui ne sont pas liés par de telles relations de fidélité. La sévérité des jugements rendus par la Luftwaffe de Lille, pour les actes d’intelligence avec l’ennemi, inquiète moins l’administration militaire pour ses répercussions possibles sur les rapports avec le gouvernement de Vichy qu’à propos de la réaction des « habitants du pays »41. À ses yeux, ils auront tendance à imputer l’attitude de l’armée de l’Air à l’ensemble des forces d’occupation.

Conclusion

32La représentation de la Résistance par les magistrats de l’OFK 670 de Lille s’est construite à partir de deux éléments principaux. D’une part, une vision passéiste de l’attitude des Français, fondée sur les souvenirs des anciens conflits et des occupations précédentes. Elle s’est également nourrie de la propagande développée sous la République de Weimar puis avec l’arrivée des nazis au pouvoir. L’image retenue par les juges allemands de l’opposition tend, d’autre part, à s’accorder avec le plan préconçu et la stratégie générale d’occupation mise en application par l’administration militaire de Lille. Par leur activité, les juges participent à la bonne marche de cette stratégie qui repose largement sur la notion de préservation des relations locales et conduit à une répression, malgré tout, plus modérée que dans le reste de la France. Pour assurer la réussite de la mission dirigée par l’Oberfeldkommandantur 670 de Lille, il leur faut, en effet, proposer une répression adaptée et préservant un statut spécifique pour la population.

33Le phénomène ne doit malgré tout pas occulter qu’outre la volonté de préparer la population, les élites et les forces du travail à une annexion forcée à un futur état germanique coupé de la France, cette stratégie exclut toutes les catégories considérées non assimilables par les militaires. Dans ce cadre, les magistrats ont également participé au processus d’exclusion et d’élimination des Juifs en acceptant, en 1942, de se dessaisir des personnes renvoyées devant leurs tribunaux pour des infractions à la réglementation nazie sur les races. Il faut également noter que la prétendue légitimité reconnue aux tribunaux militaires d’occupation après la guerre, et qui épargna les juges des poursuites judiciaires, découlait d’une profonde méconnaissance de leur implication dans toutes les grandes politiques de répression et en particulier celles propres aux nazis, bafouant toutes les règles du droit international. Dans ce cadre, en participant activement à l’application des directives Nacht und Nebel voulues par Hitler en décembre 1941, ou en prenant également part à la constitution du dernier « train de Loos », convoi de déportation dirigé vers les camps de la mort, les magistrats allemands en activité dans le Nord de la France se sont largement compromis avec le régime.

Sources : Allgemeine-Liste des Oberkriegsgerichtsrat beim Militarbefehlshaber in Belgien und Nordfrankreich, septembre 1939-août 1944, LA 19114-19125, et Liste über Bestätigung und Aufhebung von Urteilen (BAL) des Oberkriegsgerichtsrat beim Militärbefehlshaber in Belgien und Nordfrankreich, janvier 1942-août 1944, registres de confirmation des jugements rendus par les tribunaux du MBB, LA 19126-19130, BAVCC, Caen. Rappelons qu’aucune exécution n’est effectuée dans le Nord de la France avant août 1941.

Notes

1 Service régional de la police judiciaire, chef du Service de recherche des crimes de guerre ennemis à M. le chef du Service régional de la PJ à Lille, 31 décembre 1947, 1874W364, Archives départementales du Nord, Lille, désormais ADN.

2 Idem.

3 Oberstkriegsgerichtsrat beim MBB an das Oberkommando des Heeres, Brüssel, 20 Juli 1942, AA 346, Centre d’étude guerres et sociétés, Bruxelles, désormais CEGES.

4 Sur cette question, nous nous permettons de renvoyer à Laurent Thiery, La répression allemande dans le Nord – Pas-de-Calais, « zone rattachée » au Militärbefehlshaber in Belgien und Nordfrankreich (1940-1944), thèse de doctorat, Université de Lille Nord de France, 2011,660 p.

5 Verkündungsblatt des OFK 670, août 1940, AJ 40/406, Archives nationales.

6 Gaël Eismann, La politique de « maintien de l’ordre et de la sécurité » conduite par le Militärbefehlshaber in Frankreich et ses services, 1940-1944, Thèse de doctorat, IEP Paris, 2005, p. 221-233.

7 En 1943, sa dénomination devient Chefrichter beim MBB, voir Gericht des Militärbefehlshaber, AA 335, CEGES.

8 Procès-verbal d’audition de Jentsch, 30 octobre 1950, AA 1937, CEGES.

9 Procès-verbal d’audition de Falkenhausen, 4 mai 1949, AA 278, CEGES.

10 Voir notamment, les procès-verbaux des conférences de service tenues par les juges militaires à Bruxelles des 11 octobre 1941, 14 mars, 6 juin et 8 août 1942 ou encore 11 février 1944, AA 278/2140, 356, 755, 763 et 742, CEGES.

11 Le MBF dirige l’administration militaire allemande d’Occupation dans le reste de la France occupée, hors Alsace-Moselle, annexée au Reich.

12 Les tribunaux militaires relevant administrativement de l’OFK 670 de Lille appartiennent à la Heer, l’armée de terre. Les jugements prononcés contre les civils sont soumis à confirmation, directement par les instances locales d’Occupation pour les sanctions inférieures à cinq ans de privation de liberté. Les peines supérieures doivent être validées par le commandant militaire à Bruxelles, Laurent Thiery, La répression allemande dans le Nord – Pas-de-Calais, op. cit., p. 109-121.

13 Pour une chronologie des exécutions en vertu d’une condamnation à mort par un tribunal de l’OFK 670 de Lille, voir le graphique en annexe.

14 Le quart restant ressort principalement à la compétence du tribunal du 65e corps d’armée (LXV AK), de la Luftwaffe à Lille et à celui de la Kriegsmarine de Wimille.

15 Donc pour des jugements au cours desquels au moins une peine de privation de liberté supérieure à 5 ans ou une peine capitale a été prononcée, registres AL et BAL, LA 19114-19130, Bureau des archives des victimes des conflits contemporains, Caen, désormais BAVCC.

16 L’ensemble sous-entend les tribunaux de la FK 569, de la FK 678 et de l’OFK 670.

17 Rapport sur l’activité des tribunaux d’occupation dans le Nord, Lille, 26 septembre 1948, 1834W374, ADN.

18 Feldurteil des Gericht der OFK 670 Zweigstelle Arras, TA 102789, BAVCC, Caen. Les deux accusés échappent alors à la peine capitale et sont condamnés à quinze ans de travaux forcés.

19 Verkündungsblatt des Oberfeldkommandanten für die Departements du Nord und Pas-de-Calais, no 1, 15 juillet 1940, 1W1655, ADN, Lille.

20 TA 101119, BAVCC, Caen.

21 TA 102699, BAVCC, Caen.

22 Gericht der OFK 670 Zweigstelle Arras, Feldurteil wegen Engländerbergünstigung, 10 août 1942, TA 106150, BAVCC, Caen.

23 Gericht der OFK 670 Zweigstelle Arras, Urteil wegen Begünstigung englischer Soldaten, TA 102867, BAVCC, Caen.

24 AJ 40, AN. Le groupe de résistants était affilié au réseau Pat O’Leary.

25 Gericht der OFK 670 Zweigstelle Arras, Feldurteil wegen Waffenbesitzes, 29 mai 1941, TA 100909, BAVCC, Caen.

26 « À la population lilloise », Lille, VK, no 1, 15 juillet 1940, 1W1655, ADN.

27 Allgemeine-Liste, AL 2247/41, LA 19115 et dossier statut, BAVCC, Caen.

28 Registre de la prison Saint-Nicaise à Arras, Y23, ADPdC, Dainville et dossier statut, BVACC, Caen.

29 Gericht der OFK 670, Urteil wegen passiven Widerstandes, Lille, 16 juillet 1940, TA 106141, BAVCC, Caen. Déporté en août 1940 au Zuchthaus Amberg pour purger sa peine, Lucien Dewerse est ensuite transféré à la prison de Diez-sur-Lahn en septembre 1943.

30 Feldurteil wegen Förderung bolschewistischer Bestrebungen und andere, Gericht der OFK 670 Zw. Arras, 22 octobre 1942, TA 105165, BAVCC, Caen. Rappelons que les procès se tiennent à huis clos et que le contenu des débats est secret.

31 Gericht der OFK 670 Zweigstelle Arras, Feldurteil wegen Feindbegünstigung, verbotenen Waffenbesitzes u.a., 23 juin 1943, AJ 40/1654, Archives nationales.

32 Idem.

33 Laurent Thiery, La répression allemande dans le Nord-Pas-de-Calais..., op. cit., p. 541-543.

34 Sur cette question, voir John Horne, Alam Kramer, German atrocities, 1914-1918. À history of e Denial, New Haven, Yale Université Press, 2001, XV-608 p., édition française en 2005, 1914, les atrocités allemandes, Paris, Tallandier, 640 p. et en particulier les p. 111-187.

35 Gaël Eismann, « L’escalade d’une répression à visage légal. Les pratiques judiciaires des tribunaux du Militärbefehlshaber in Frankreich, 1940-1944 », dans Occupation et répression militaires allemandes, 1939-1945. La politique de “maintien de l’ordre” en Europe occupée, dirigé par Gaël Eismann et Stefan Martens, 2007, Autrement, Collection Mémoires/Histoire, p. 127-170, p. 161.

36 Nicolas Beaupré, « Occuper l’Allemagne après 1918 », Revue historique des armées, no 254, 2009, p. 9-19.

37 Sur cette question, voir Peter Schöttler, « Eine Art, „Generalplan West “. Die Stuckart-Denkschrift vom 14.6.1940 und die Planungen für eine deutsch-französische Grenze im Zweite Weltkrieg », Sozial Geschichte, Zeitschrift für historische Analyse des 20 und 21 Jahrhunderts, 18, 2003, no 3, p. 83-131.

38 Philippe Burrin, La France à l’heure allemande (1940-1944), Paris, Seuil, 1995, p. 372.

39 Der Okg beim MBB an das OBdH, 20 juillet 1942, AA 346, CEGES, Bruxelles.

40 Idem.

41 Ibidem.

Table des illustrations

Légende Avis (Musée de Bondues)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2393/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Légende Heinrich de Niehoff (1882-1946 ?) - Bundesarchiv
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2393/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende Avis de condamnation d’Édouard Pieters (Roubaix) - (Musée de Bondues)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2393/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Sources : Allgemeine-Liste des Oberkriegsgerichtsrat beim Militarbefehlshaber in Belgien und Nordfrankreich, septembre 1939-août 1944, LA 19114-19125, et Liste über Bestätigung und Aufhebung von Urteilen (BAL) des Oberkriegsgerichtsrat beim Militärbefehlshaber in Belgien und Nordfrankreich, janvier 1942-août 1944, registres de confirmation des jugements rendus par les tribunaux du MBB, LA 19126-19130, BAVCC, Caen. Rappelons qu’aucune exécution n’est effectuée dans le Nord de la France avant août 1941.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2393/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k

Auteur

Centre d’Histoire et de Mémoire, Nord-Pas-de-Calais

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr