Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

La Chambre haute. Hier en France, aujourd'hui en Europe

 | 
Jean-Marc Guislin

2ème partie. La Chambre haute : mode de désignation. Instabilité française et permanence (?) britannique

Les élections sénatoriales de 1885 dans le Pas-de-Calais : de multiples enseignements

The 1885 senatorial elections in Pas-de-Calais

Jean-Marc Guislin

Abstract

Cette consultation électorale qui intervient dans un contexte politique et économique délicat, aussi bien en France que dans le Pas-de-Calais, correspond à la première application de la réforme de 1884. Elle confirme l’importance des campagnes et des questions agricoles, illustrée par le choix des candidats, dans ce genre d’élection où le vote des délégués est obligatoire. Ce scrutin partiel qui renvoie à l’intérêt historique et politique spécifique de ces consultations particulières, est l’occasion pour l’un des deux candidats conservateurs d’une revanche qu’il prépare longuement tandis qu’en face, les républicains, appuyés par l’administration, se mobilisent également. L’activation de différents réseaux et une entreprise de maillage territorial politique sont mises en œuvre au cours de la campagne électorale où se mêlent enjeux locaux et enjeux nationaux qui contribuent à la politisation des ruraux. Le succès des conservateurs, exceptionnel en France, exprime le mécontentement d’une partie de l’électorat qui demeure majoritairement modéré et auquel les Républicains sauront assez vite répondre.

This election which corresponds to the first implementation of the 1884 senatorial reform took place in a difficult political and economic context in France as well as in Pas-de-Calais. It confirmed the importance of the countryside and of the agricultural issues, illustrated by the selection of candidates, in this kind of election by local representatives whose vote was compulsory. This by-election – which illustrates the historical interest of these particular ballots – was an opportunity for one of the conservative candidates to take his revenge. On the other side, the republicans, supported by the administration, mobilized too. The activation of different networks and the election campaign, with local and national stakes were propitious for the politicization of the people who lived in the country. The result of the elections, favourable to the conservatives, was the expression of the discontent of some voters who predominantly remained moderate and to whom the republican would know how to respond quite quickly.

Testo integrale

  • 1 Francis Démier, La France du XIXe siècle. 1814-1914, Paris, Seuil, Coll. Points Inédit Histoire, 20 (...)
  • 2 Voir la carte 1 page suivante.
  • 3 Régis Renoncourt, Une assemblée locale de la Troisième République, le conseil général du Pas-de-Cal (...)

1Pourquoi étudier un tel micro-événement ? Cette élection intervient dans un contexte de difficultés économiques et de désenchantement politique. Depuis le tournant des années 1860 s’opère « une décélération de l’économie française »1 qui affecte principalement le monde rural. Les républicains, apparemment solidement installés au pouvoir, sont divisés sur les questions économiques, sociales et coloniales. Dans le Pas-de-Calais, depuis 1881-1882, ils contrôlent le conseil général2, détiennent la majorité des sièges au Palais-Bourbon et la totalité au Palais du Luxembourg, mais la crise betteravière fragilise leur position dans les campagnes3.

2Cette consultation correspond à la première application de la réforme de 1884 sur le Sénat qui supprime les inamovibles et fait disparaître le principe d’égalité entre les communes en leur donnant un nombre de délégués qui varie en fonction du nombre des membres du conseil municipal (loi du 9 décembre, articles 6 et 8). Elle satisfait les démocrates, même si les radicaux demeurent monocaméristes, mais chagrine de nombreux ruraux dont le poids est reconnu dans ce genre d’élection.

Carte administrative du Pas-de-Calais en 1871. (6 arrondissements, 44 cantons)

Carte administrative du Pas-de-Calais en 1871. (6 arrondissements, 44 cantons)
  • 4 Pour reprendre la formule de Jean-Marie Mayeur parlant de Gambetta, dans La Vie politique sous la T (...)

3À cette occasion est d’ailleurs confirmée l’importance des campagnes et des questions agricoles, tandis que les pressions en faveur d’un retour au protectionnisme – pour lequel la plupart des États, à l’exception du Royaume-Uni, a opté depuis plusieurs années – s’accentuent. Les gouvernements républicains se sont d’ailleurs quelque peu engagés dans cette voie en promouvant l’agriculture et en commençant à la protéger, « soucieux qu’il[s] étai[en]t d’enraciner la République dans les campagnes »4.

4Enfin, il s’agit d’une élection partielle qui renvoie à l’intérêt historique et politique de ces consultations, en général, qui sont souvent une prise de pouls de l’opinion significative, une occasion de défoulement, une chance de repêchage...

  • 5 Archives départementales du Pas-de-Calais [AD PdC], dossiers M 462 et M 464 ; parmi les nombreux jo (...)

5Or nous disposons de sources précieuses et suffisantes pour étudier cet événement politique avec deux dossiers aux Archives départementales du Pas-de-Calais, la presse et la correspondance passive d’un des candidats5. Ainsi pourront être évoquées successivement la préparation de cette élection par les conservateurs puis par les républicains, la campagne électorale avec ses enjeux et ses principaux thèmes avant de conclure sur les résultats et le bilan politique de cette compétition.

  • 6 L’article 18 de la loi du 22 août 1875 stipule que l’absence sans cause légitime lors de l’élection (...)

6Mais avant d’entrer dans le cœur du sujet, il conviendrait de rappeler, conformément au centre d’intérêt de cette journée, les origines, la composition et les pouvoirs du Sénat de la Troisième République. Il a été institué par la loi constitutionnelle du 24 février 1875. Cette deuxième chambre ou chambre haute a été voulue par les orléanistes, traditionnellement attachés au bicamérisme, qui auraient souhaité qu’elle fût composée de membres nommés et de membres de droit. Fruit d’un compromis avec les Républicains, plutôt mono-caméristes, elle est finalement formée de 75 sénateurs inamovibles et de 225 sénateurs élus pour 9 ans et renouvelables par tiers tous les trois ans, dans les départements (entre 5 et 2 sénateurs selon la population), au suffrage universel indirect, c’est-à-dire par les députés, les conseillers généraux, les conseillers d’arrondissement et les délégués communaux (article 4). Il y a un délégué par commune dont le vote est obligatoire6, cas unique en France. Les inamovibles, désignés, au départ, par l’Assemblée nationale de 1871, le sont ensuite par le Sénat lui-même (articles 5 et 7). Il partage l’initiative et la confection des lois avec la Chambre des députés qui a toutefois la priorité pour l’examen et le vote des lois de finances (article 8). Il contrôle le gouvernement à la chute duquel il contribue indirectement (Dufaure en décembre 1876, Fallières en février 1883) ou directement (Tirard en mars 1890, Briand IV en mars 1913, Blum I et II en juin 1937 et avril 1938). Il peut être constitué en Cour de justice pour juger soit le président de la République, soit les ministres, et pour connaître les attentats commis contre la sûreté de l’État (article 9).

7D’abord tenu à une faible majorité par les conservateurs, les républicains y ont acquis la majorité en 1879 (dans le Nord, 5 républicains succèdent à 5 conservateurs) qu’ils ont consolidée en 1882 (dans le Pas-de-Calais, 4 républicains – dont 3 succèdent à 3 conservateurs – sont élus). Entre les renouvellements réguliers s’intercalent, parfois, des élections partielles visant à remplacer un parlementaire décédé ou démissionnaire, ce qui arrive relativement fréquemment dans la région : ainsi, entre 1876 et 1936, 13 décès dans le Nord, 14 décès et 2 démissions dans le Pas-de-Calais, ce qui est sans doute l’indice d’un âge moyen respectable des sénateurs qui doivent avoir au moins 40 ans pour entrer au palais du Luxembourg qui est le couronnement d’une carrière, souvent après un passage au Palais-Bourbon.

8Justement, le Pas-de-Calais est, en 1885, le théâtre d’un tel scrutin partiel qui offre à l’un des candidats l’occasion d’une revanche après une défaite en 1882 mal acceptée. En effet Auguste Paris (1826-1896), avocat arrageois catholique, historien, jurisconsulte, ancien représentant [Centre droit, puis constitutionnel] à l’Assemblée nationale de 1871 où il fut un des artisans des lois constitutionnelles, sénateur en 1876, Ministre des Travaux publics dans le gouvernement Broglie-Fourtou établi après le coup du 16 mai, conseiller municipal d’Arras depuis 1884, souhaite reconquérir son siège qu’il a perdu lors du renouvellement de 1882 en raison d’un déplacement de 4 voix seulement et en raison de la division des conservateurs. Cette défaite surprise a suscité de nombreux regrets chez ses amis politiques dans la correspondance desquels le terme ingratitude revient fréquemment.

9Albert de Broglie, sénateur de l’Eure, lui écrit :

Vous êtes moins à plaindre que ceux qui restent, le Sénat est fini... Laissez-moi espérer que dans la retraite qui nous sera bientôt commune, nous n’oublierons pas les tristes mais affectueuses relations créées par notre combat commun... Ah ! Que vous allez nous manquer ! (9 janvier 1882).

10Werner de Mérode, sénateur du Doubs, salue

l’éloquent sénateur du Pas-de-Calais, toujours prêt à prendre la parole, au moment décisif, à répliquer aux adversaires, à poser admirablement les questions avec une lucidité, un tact, une mesure, un bonheur d’expression, une justesse incomparable (18 janvier).

11Un jugement sévère est souvent porté sur le suffrage universel et les légitimistes par ses amis locaux. Léonce Curnier, ancien TPG à Arras réagit vivement :

  • 7 Paul Bert, fervent laïc, est ministre de l’Instruction publique et des Cultes dans le cabinet Gambe (...)

Nous sommes dans un temps où les considérations politiques l’emportent sur toutes les autres. Le pays est complètement dévoyé. Le suffrage à deux degrés n’est pas moins aveugle que le suffrage universel direct. C’est comme un affolement général. L’avortement du grand ministère, le défi jeté à des hommes religieux par la nomination de Paul Bert, les tristes affaires de Tunisie n’ont exercé aucune influence sur l’esprit public... c’est navrant. La France me fait penser à la femme de Sganarelle qui prenait plaisir à être battue... À que l’illustre Monsieur Dubrulle et son auguste patron de Froshdorff doivent être heureux et fiers de leur ouvrage !... (9 janvier)7.

12Fournier, ancien avoué, lui rapporte :

J’étais samedi à la gare [de Calais] au moment où sont partis les tristes délégués de nos contrées et je craignais bien qu’il ne sortît rien de bon des élucubrations de pareils crétins... (9 janvier).

13Plusieurs parlementaires (Audiffret-Pasquier, Paul Delsol, Anselme Batbie, Henri Wallon, Audren de Kerdrel) affirment même que certains républicains déplorent cet échec, comme semblent le confirmer le message de Hyacinthe Corne, sénateur républicain du Nord :

Je ne désespère pas de vous voir rentrer dans la vie parlementaire et nous aider à maintenir dans de sages limites le progrès démocratique. Notre histoire nous dit assez que l’élément conservateur est parfois bien utile pour prévenir des excès funestes à la liberté elle-même (11 janvier 1882) ;

14ou les appréciations de John Lemoine, célèbre journaliste, républicain modéré :

  • 8 Cité par un correspondant dans une lettre du 10 janvier 1882.

C’était un parlementaire, un parlementaire parfait ; il va nous manquer à tous, à la gauche aussi bien qu’à la droite8.

15Beaucoup souhaitent son prochain retour au parlement qui pourrait intervenir dans le cadre d’une élection partielle à Saint-Omer, où Auguste Paris est né, pour remplacer Devaux, mais sa rentrée au Sénat serait plus conforme à sa « dignité » comme le lui écrit Audren de Kerdrel, sénateur du Morbihan (17 janvier). Apparaît ici la différence d’appréciation entre la chambre basse et la chambre haute qu’il retrouve dès 1885 à l’occasion d’une élection partielle rendue nécessaire par la disparition d’Edouard Devaux et la démission d’Alfred Boucher-Cadart.

  • 9 Le Courrier, 20 décembre 1884.
  • 10 Mais le conseil municipal peut décider par assis et levé de siéger en comité secret.

16Le premier, membre de la gauche républicaine, ancien sous-préfet (1870-1871), député (1876-1882) et conseiller général de Saint-Omer (1877-1882), président du conseil général (1881-1882), entré au Sénat en 1882, meurt le 25 janvier 1884. Quelques jours plus tard (9 février), le second (Alfred Boucher-Cadart), conseiller à la Cour de Paris, conseiller général d’Hesdin depuis 1877, républicain conservateur (Centre gauche), lui aussi membre du Palais du Luxembourg depuis 1882, démissionne en raison de la loi du 9 janvier 1884 sur le cumul des mandats législatif et judiciaire : il préfère renoncer à la haute assemblée pour pouvoir être président à la cour d’appel de Paris (nommé le 9 janvier), prêtant ainsi le flanc à la critique des conservateurs qui lui reprochent de songer davantage à son « propre avancement » qu’à « la prospérité générale »9. Le collège électoral sénatorial n’est toutefois réuni que très tardivement : le décret du 10 décembre 1884 convoque les conseils municipaux pour le dimanche 21 décembre. Il leur est rappelé, conformément à l’article 2 de la loi du 22 août 1875, que l’élection des délégués municipaux et des suppléants ne doit pas être précédée d’une discussion, se déroule sans débat, au scrutin secret, à la majorité absolue, en séance publique10 et qu’elle peut se faire parmi tous les électeurs de la commune. Quant à l’élection des sénateurs eux-mêmes, elle est fixée au dimanche 25 janvier à l’hôtel de la préfecture d’Arras. Cette élection partielle a lieu en même temps que le renouvellement du troisième tiers des sénateurs élus en 1876. En fait, dès après les élections municipales d’avril 1884, chaque camp commence à essayer d’évaluer ses chances, à mobiliser ses partisans et à gagner la faveur des futurs grands électeurs.

I. Une élection partielle longuement préparée par l’un des candidats conservateurs

17Cela apparaît nettement dans la correspondance passive d’un des futurs candidats, Auguste Paris, puisqu’avant même que les conservateurs n’aient choisi leurs champion, l’ancien ministre, dans le cadre d’une véritable précampagne, prépare activement le terrain afin de revenir au palais du Luxembourg.

18Plus de 25 lettres reçues entre mai et octobre montrent comment le candidat conservateur se renseigne et tisse sa toile. Le plus souvent, elles sont signées et indiquent, donc, quels sont ses relais qui sont des amis politiques ou des obligés, comme les correspondants anonymes de Calais (28 mai) et Airon-Saint-Vaast (canton de Montreuil-sur-Mer, 16 juin) qui le remercient pour une démarche efficace.

A. Établir des prévisions et gagner de nouveaux électeurs

  • 11 Aimé Minart est l’héritier d’une famille d’acheteurs de biens nationaux qui a fourni, avant lui, pl (...)

19Généralement, il s’agit de prévisions par cantons quant au vote des délégués des conseils municipaux en distinguant les opposants, les favorables et les douteux. Ainsi, il est informé de la situation dans les cantons de Marquion (27 mai), Calais, Houdain (10 juin), Montreuil (16 juin), Campagne-les-Hesdin, Bapaume (12 octobre), Heuchin (24 octobre). Mais comme le signale un correspondant d’Airon-Saint-Vaast, « la question des délégués n’est pas toujours réglée par la politique. Le conseil municipal est souvent très conservateur et nommera [toutefois] le maire, républicain, délégué ». Un autre lui conseille de « soigner » tout particulièrement la commune d’Anzin-Saint-Aubin (canton d’Arras-Nord, 16 octobre). Un propriétaire dans le canton de Bapaume (12 octobre) lui recommande d’écrire à Ernest Deusy, conseiller général républicain de Bapaume qui, opposé à l’anticléricalisme de certains de ses amis politiques, a abandonné en 1881 ses mandats de député-maire d’Arras et pourrait agir sur quelques communes de son canton. Pour celui de Marquion, il se propose de faire intervenir Billoir, conseiller d’arrondissement, dont il a fortement soutenu la candidature à la mairie d’Oisy-le-Verger, et Franqueville, maire de Bourlon ; pour celui de Vimy, il songe à Minart, maire de Thélus11 ; pour celui de Beaumetz-les-Loges, il songe à Hautecoeur, maire d’Agnez-les-Duisans. Ce dernier pourrait être poussé au conseil général en représailles contre le bonapartiste Edouard Sens très hostile à Paris qui bénéficie du soutien de quelques personnalités influentes. Tout cela lui permet d’établir un véritable maillage politique du département.

B. Mobiliser le concours de personnalités influentes pour de précieux renseignements

  • 12 Voir la carte 2 en page suivante.

20Il peut compter sur certaines personnalités, d’anciens députés conservateurs comme Jules Hermary, maire de Barlin, président du comité conservateur du canton d’Houdain dont il est l’ancien conseiller général (10 juin), Emile Delhomel, banquier, ancien maire de Montreuil-sur-Mer et conseiller général [« Je suis vivement sollicité d’agir ici ; avant de m’y décider, je voudrais avoir votre avis » (24 juillet) ; « J’ai été témoin de manœuvres si étranges aux deux dernières élections pour le Sénat que je ne voudrais pas m’engager sans bien savoir où on veut aller, particulièrement en ce qui vous concerne » (5 août)], le docteur Eugène Livois, ancien maire de Boulogne-sur-Mer (25 septembre), Louis de Clercq, conseiller général de Carvin, maire d’Oignies (10, 27 août, 26 et 30 octobre). Des notables de plus modeste envergure sont également tout à fait disposés à l’aider dans son entreprise : Augustin Labitte, comme lui ancien élève de Saint-Bertin, conseiller général et adjoint au maire d’Aire-sur-la-Lys (22 et 30 août, 18 septembre), Charles Lanthiez, fils de l’ancien conseiller général de Marquion et maire de Baralle, lui-même conseiller municipal et futur maire de la même commune (25 septembre), Quenson de la Hennerie, conseiller général de Lumbres et maire de Nielles-les-Bléquin (15 septembre), Pigouche, conseiller d’arrondissement du canton d’Heuchin [qui « prépare » l’élection avec le marquis de Partz de Pressy, conseiller général et ancien député, et pense pouvoir compter sur l’appui du maire de Diéval, 4, 16 octobre], le baron de Calonne, maire de Verquin (canton de Béthune) et conseiller d’arrondissement d’Houdain (18 août), Lefebvre du Prëy, maire de Coquelles, canton de Calais (28 mai), le comte d’Aoust, maire de Saint-Léger, canton de Croisilles (19 décembre), Malbranque, maire d’Haravesnes, canton d’Auxi-le-Château, ou plus simplement un propriétaire comme Lejosne, à Frémicourt, canton de Bapaume (12, 26 octobre) ou un notaire honoraire comme Braine à Arras (16 octobre). Paris parvient ainsi à un remarquable quadrillage politique du département12, d’autant qu’il peut compter sur le concours de nombreux curés qui, en ces temps de laïcisation, n’oublient pas qu’il est membre du comité des jurisconsultes des congrégations.

21Il arrive que son correspondant lui livre des informations relatives au climat qui règne chez les conservateurs dans le cadre de comités cantonaux créés à cette occasion, comme celui d’Hesdin, celui d’Houdain ou celui de Montreuil, mais aussi chez les républicains : Braisne l’avertit de la mésentente entre le maire et le sous-préfet de Béthune ; Pigouche lui signale « l’ardeur vertigineuse » du républicain Graux dans l’arrondissement de Saint-Pol-sur-Ternoise :

Il se transporte de canton en canton et là, après avoir convoqué le ban et l’arrière-ban des instituteurs, cantonniers et gardes-champêtres et toute la fine crème de la crapule républicaine, il leur débite son boniment aux acclamations de cette foule convaincue d’avance. Lui autrefois libre-échangiste, à la dernière séance du conseil général encore, il promet de faire renchérir le blé et de faire baisser le pain et les auditeurs d’applaudir à ces inepties.

22Plusieurs amis de Saint-Omer évoquent la lutte acharnée que lui livrent certains Audomarois, fidèles de Devaux ainsi que « les gros bonnets de la vallée » [de l’Aa].

23Il peut s’agir aussi de conseils quant à la stratégie à adopter. Ainsi, dans une lettre du 12 octobre, Lejosne l’incite à faire campagne pour son compte personnel, comme de Broglie et Raoul-Duval dans l’Eure : « En vous liant à la demi valeur qu’on pourra vous adjoindre, vous vous condamnerez à remorquer une galère bien plus lourde à traîner que la vôtre ». Paris ne devrait pas trop tenir compte du deuxième candidat conservateur afin de ne pas s’aliéner le vote de certains délégués républicains qui l’apprécient et l’estiment. En imposant naturellement sa candidature, il laisserait l’union des conservateurs désigner le deuxième candidat. D’après Lejosne, les populations rurales accueilleraient favorablement la candidature de Gustave Dellisse, grand propriétaire, fabricant de sucre, membre de la société des agriculteurs de France, agriculteur-industriel, conseiller général de Béthune, fils d’un ancien député, bonapartiste modéré, mais de toute façon les républicains voteront contre le deuxième candidat conservateur.

Carte administrative du Pas-de-Calais. (6 arrondissements, 44 cantons)

Carte administrative du Pas-de-Calais. (6 arrondissements, 44 cantons)

C. Désigner des candidats : une opération délicate.

  • 13 Gabriel Hanotaux, Histoire de la France contemporaine, I le Gouvernement de M. Thiers, Paris, Combe (...)

24Les conservateurs divisés entre bonapartistes, légitimistes, orléanistes, voire républicains, ont, à l’évidence, quelques difficultés à se mettre d’accord. La lecture des lettres de Louis de Clercq (26, 30 octobre) laisse une impression d’improvisation, d’indécision, de trouble. Il est vrai que les querelles passées ont laissé des traces, et les bonapartistes en veulent encore beaucoup à Paris. Dans un courrier du 24 août, Labitte lui rapporte ses efforts « pour parvenir à l’union des conseillers généraux conservateurs » qui pourrait être fortifiée par quelques gestes de sa part en direction des nostalgiques de l’Empire. Edouard Sens, ancien député bonapartiste, conseiller général de Beaumetz-les-Loges, lui reproche toujours d’avoir fait voter l’affichage public du discours d’Audiffret-Pasquier du 4 mai 1872 sur les marchés de guerre, qui mettait en évidence « les lacunes et les vices de l’organisation militaire impériale » et présentait les défaites de la France comme « la suite fatale d’une longue période de négligence et d’imprévoyance »13. Paris s’en explique dans une lettre du 30 août à Labitte transmise à Sens : il n’aurait demandé que le tirage exceptionnel et l’envoi dans toutes les communes, il aurait cédé à l’entraînement général de l’Assemblée nationale, il n’y aurait de sa part aucun sentiment d’hostilité politique. Pour Sens, ce n’est pas encore suffisant, il veut que Paris exprime des regrets. Labitte, comme Louis de Clercq, compte sur Charles Levert, le leader bonapartiste départemental, pour obtenir au moins la neutralité de son « bouillant » collègue (18 septembre).

  • 14 Le Courrier, 14-15 décembre. John Rothney le range parmi « les orléanobonapartistes », dans Bonapar (...)

25Lors d’une première réunion, tenue à Béthune, fin octobre, chaque canton est représenté par un seul délégué or il y a au moins deux opinions conservatrices, modérée ou déterminée, et les conseillers d’arrondissement se sentent marginalisés. Le mercredi 5 novembre, une nouvelle réunion, privée, a lieu à l’hôtel de l’Univers à Arras avec les élus et les 44 délégués cantonaux en vue de constituer un comité permanent mais aucune candidature n’est arrêtée en raison des réticences bonapartistes. Une dernière réunion, le 13 décembre à Arras, désigne finalement Auguste Paris et Victor Hamille (1812-1885), avocat, ancien directeur des Cultes au ministère de l’Intérieur, commandeur de la Légion d’honneur, ancien président du conseil général, député de Montreuil-sur-Mer, bonapartiste (membre de l’Appel au peuple) mais plutôt modéré14, qui a été préféré à Gustave Dellisse malgré sa jeunesse, son dynamisme et ses services rendus à l’agriculture. En 1880, Hamille a perdu son siège de conseiller général de Campagne-les-Hesdin, pour 37 voix ; peut-être craint-il pour celui qu’il occupe au Palais-Bourbon, d’autant qu’entre 1876 et 1881 son score aux élections législatives a fondu de 14000 à 8000 voix ?

II. La pré-campagne républicaine

A. Une mouvance politique divisée

  • 15 Le Petit Béthunois, 27 novembre 1894, AD PdC M 462.
  • 16 Adolphe Robert, Gaston Cougny, Edgar Bourloton, Dictionnaire des parlementaires français de 1789 à (...)
  • 17 Lettre au sous-préfet de Boulogne-sur-Mer, 29 novembre 1884, AD PdC M462.

26D’après les sources consultables aux Archives départementales, les amis de Jules Ferry se lancent plus tardivement dans la bataille et semblent, eux aussi, divisés. Déjà en 1882, leur discorde a contribué à l’élection d’un conservateur à Saint-Omer I en remplacement d’Edouard Devaux. Dans une lettre adressée aux maires républicains du Pas-de-Calais, les signataires Haynaut (conseiller d’arrondissement de Béthune), Beaucourt (conseiller général de Béthune) et Dupuich (maire de Divion, conseiller général d’Houdain) souhaitent que la réunion prévue à Béthune le 30 novembre rassemble l’ensemble du collège électoral et ne lance pas le nom d’un candidat « politique »15. Ces responsables d’où ressort la personnalité du premier cité, un républicain radical, visent Pierre Marmottan, un ancien élu modéré et parisien, dont le nom a été avancé. Ce médecin qui a tenté de soulever les étudiants le 2 décembre 1851 et a travaillé à l’évasion d’Orsini en 1858, a été nommé adjoint au maire du 16ème arrondissement de Paris le 4 septembre 1870. Élu à la Commune de Paris, il a refusé d’y siéger jusqu’en juillet 1871 ; devenu député du même arrondissement en 1876, il a siégé parmi la gauche modérée jusqu’à sa démission en 188316. On souhaite écarter un modéré et un parachuté. Le maire de Boulogne, Baudelocque, ne souhaite pas se rendre à Béthune, contrairement à ses amis politiques locaux qui acceptent, mais à condition qu’on ne discute pas des candidatures !17

  • 18 Un de ses proches, Delattre-Bernet, est maire d’Andres et conseiller d’arrondissement de Guînes.
  • 19 Une lettre du commissaire de police de Boulogne au sous-préfet de Boulogne, datée du 24 décembre, s (...)

27Plus tard, les noms d’Auguste Boulanger-Bernet, propriétaire à Andres et conseiller général de Guînes18, de Fresnaye-Laligan, papetier, maire de Marenla et conseiller général de Campagneles-Hesdin, de Duhamel, conseiller général de Saint-Omer-Sud, circulent. Mais une intervention d’Alexandre Ribot, principal leader républicain du département met fin aux ambitions du premier19.

B. L’implication du corps préfectoral.

  • 20 Dictionnaire biographique des préfets, septembre 1870-mai 1982, René Bargeton (dir.), Paris, Archiv (...)
  • 21 Yves-Marie Hilaire, La Vie religieuse des populations du diocèse d’Arras 1840-1914, thèse de doctor (...)

28Cette situation semble inquiéter quelque peu le préfet Vel-Durand qui met la pression sur ses sous-préfets. Ce républicain convaincu, engagé volontaire en 1863, entré dans l’administration préfectorale en 1871, démissionnaire en mai 1874 après la chute de Thiers, démis au lendemain du 16 mai 1877, a occupé le secrétariat général de la préfecture de Police avant d’être en poste à Arras. Il s’appuie notamment sur le sous-préfet de Boulogne-sur-Mer, Charles-Étienne Lutaud, lui aussi ardent républicain puisqu’il a été attaché au comité de la gauche du Sénat pendant la crise du 16 mai et a été membre du cabinet de Waldeck-Rousseau, ministre de l’Intérieur, de mars 1883 à avril 188420. Ils incarnent la République militante, pour laquelle il convient, dans le Pas-de-Calais, d’une part de combattre, la durable influence du bonapartisme (Levert, Sens), des milieux cléricaux (Laventie, Aire, Arras...) et de certains châtelains légitimistes (dans le Ternois)21, d’autre part d’offrir les meilleures conditions aux candidats républicains, sans revenir, toutefois, aux excès du Second Empire. Cette conduite est clairement indiquée dans une lettre confidentielle au sous-préfet de Boulogne-sur-Mer :

L’administration n’a pas à intervenir dans la désignation des candidats mais je tiens à être fixé autant que possible sur le plus ou moins de sympathie que peut rencontrer, étant donné la crise agricole, tel ou tel candidat suivant qu’il représentera plus particulièrement les intérêts de l’agriculture, ceux de l’industrie ou uniquement l’opinion républicaine.

  • 22 AD PdC M 464.

29De fait, il n’y a rien dans les dossiers consultés aux Archives départementales après le 31 décembre. Mais avant, on essaye de préparer le terrain. C’est ainsi que dans le même courrier, il est demandé à Lutaud, et sans doute aux autres sous-préfets, de se mettre en rapport avec tous les maires républicains de son arrondissement afin de les « consulter sur leurs dispositions en vue de cette élection, sur les candidats qui seraient le plus favorablement accueillis22 ».

  • 23 Lettre du 29 novembre, ADPdC M 462. Lettre du 13 novembre où Declémy signale que le maire de Bonnin (...)
  • 24 Lettre du 30 novembre, le document lui a été fourni par le commissaire de police de Boulogne-sur-Me (...)

30Pour stimuler le zèle républicain des grands électeurs, Etienne Lutaud se demande s’il ne serait pas bienvenu d’en décorer quelques-uns des palmes académiques ou du mérite agricole, distinction récemment établie par Jules Méline. Il songe notamment à Jean-Baptiste Declémy, conseiller général de Calais et maire de Peuplingues qui lui fournit, à l’occasion, quelques renseignements23. Ce sous-préfet tient également au courant son supérieur hiérarchique de la propagande conservatrice en lui rapportant les consignes que l’on peut lire dans La Patrie, quotidien bonapartiste national24.

  • 25 Daté du 22 décembre, AD PdC M 464.
  • 26 Lettre du 3 janvier 1885, AD PdC M 464.

31Après l’élection des délégués des conseils municipaux qui a lieu, sans incident notable, le 21 décembre, le préfet envoie un télégramme25 à ses sous-préfets qui annonce 796 délégués républicains, 712 conservateurs, 155 douteux. Lutaud, quant à lui, reçoit et transmet des informations plus précises : Huret-Lagache, maire de Condette et conseiller général de Samer s’attend à une majorité de délégués républicains dans son canton qui en compte 4026 ; selon les commissaires de police, ceux des communes de Boulogne et Marquise seraient tous républicains. En revanche les prévisions pour la ville de Calais sont incertaines car certains conseillers municipaux mécontents de la réunion des communes de Saint-Pierre et de Calais pourraient être hostiles à la République. La presse (Journal de Calais/Le Nord) polémique d’ailleurs sur l’opinion exacte des 12 délégués de Calais. Foissey-Platieau lui signale, pour le canton de Desvres, que les conservateurs espèrent avoir 33 délégués sur 35 en travaillant les « douteux » et il signale également ses incertitudes quant au vote du conseiller d’arrondissement de Guînes. Un peu comme le correspondant d’Auguste Paris écrivant d’Airon-Saint-Vaast, il insiste sur la relativité des prévisions :

  • 27 Lettre du 29 décembre 1884, AD PdC M 464. Eugène Foissey-Platiau, domicilié à Marck (canton de Cala (...)

Chez les paysans il ne faut guère compter sur une grande discipline... J’en connais quelques-uns qui associeront dans leurs votes Paris et un républicain. Pour beaucoup de ceux qui voteront Paris, c’est une protestation contre la politique religieuse du gouvernement républicain27.

32Ainsi apparaissent clairement les considérations locales avec les problèmes agricoles et les considérations nationales avec les problèmes religieux qui vont être développées durant la campagne électorale pour laquelle le camp républicain se met progressivement en ordre de marche.

C. L’organisation du camp républicain

  • 28 L’Avenir, 2 et 12 décembre. Les précautions peuvent conduire à choisir des vieillards pour qu’en ca (...)
  • 29 Lettre du 28 décembre 1884, AD PdC M 464. Le maire a écrit à Ansart-Rault le 27.
  • 30 Il est présent à Fauquembergues pour une réunion publique le 8 janvier à l’hôtel de la chasse (Le C (...)

33Finalement la réunion de Béthune, signalée supra, s’est tenue le 1er décembre en présence d’environ 150 élus qui décident d’organiser un comité par arrondissement avec un délégué par canton. Ces délégués forment un comité central établi à Saint-Polsur-Ternoise, chargé de la propagande et du programme jusqu’à la désignation des délégués municipaux. Il est conseillé aux militants d’échanger leurs idées, d’agir avec tact, d’être vigilants et de « choisir des républicains sincères et, autant que possible, ayant donné des gages à la République »28. Les républicains se retrouvent à Arras, le 17 décembre à l’hôtel de l’Univers pour parfaire leur mobilisation. Le comité cantonal de Samer se réunit le 27 décembre, celui de Calais le 3 janvier... Les républicains qui disposent d’un bureau central d’informations et de renseignements au siège du journal L’Avenir à Arras, peuvent compter sur le concours de Ribot déjà signalé ; sur celui du président du conseil général Edmond Ansart-Rault du Fiesnet, député de Boulogne I, qui s’implique fortement dans son arrondissement, en demandant, par exemple, au sous-préfet de rétablir une partie des crédits pour les chemins de la commune de Lottinghem (canton de Desvres) en vue du paiement des ouvriers, et d’ajouter « La chose me semblerait fort opportune en ces temps d’élections »29 ; ou encore sur celui d’un espoir, Charles Jonnart, qui, bien qu’en poste en Algérie, s’est fait élire délégué de la commune de Fléchin (canton de Fauquembergue) dont son père est maire, – ce que lui reproche Le Courrier30.

  • 31 Georges Graux, 1843-1900, secrétaire d’Ernest Picard, ministre de l’Intérieur de Thiers (1871), che (...)
  • 32 Voir la carte 3 en page suivante.

34Le 4 janvier, les républicains se rassemblent donc à Saint-Pol. Le choix de cette sous-préfecture, de ce gros bourg agricole, vise à souligner leur proximité avec le monde paysan de la volonté duquel surgiraient les deux candidats. Pour leurs adversaires, cette localisation traduirait au contraire leurs divisions, manifestées à Arras, Béthune et Boulogne. De fait, les résultats sont serrés puisque Bouilliez-Bridoux et Porion sont désignés respectivement par 567 et 424 voix sur 726, tandis que Marmottan en recueille 416. Avec ce dernier, domicilié dans l’arrondissement de Béthune, l’agriculture et l’industrie minière auraient été représentées par un parlementaire chevronné. Alphonse Bouilliez-Bridoux (1815-1898) est le type même du notable républicain : agriculteur-fabricant de sucre, président de la société centrale d’agriculture du Pas-de-Calais, maire d’Habarcq, ancien conseiller général de Beaumetz-les-Loges. L’accession au Palais du Luxembourg pourrait être le couronnement d’une carrière pour celui qui, depuis 1881, siège obscurément au Palais-Bourbon (Arras I) parmi les opportunistes. Lors de cette réunion, après avoir plaidé pour « une République honnête, modérée, conservatrice mais ferme », il a demandé à « être convié par ceux qui l’ont élu député », c’est-à-dire à être présenté par les délégués de l’arrondissement d’Arras. Ces derniers, après s’être retirés avec le conseiller d’arrondissement d’Arras-Nord, Adolphe Lenglet, pour délibérer, déclarent ne trouver « aucun inconvénient » à sa candidature. Ce soutien des plus limités est compensé par celui qu’Alphonse Bouilliez-Bridoux trouve, sans doute, parmi les délégués de l’arrondissement de Saint-Pol, puissance accueillante dont l’une des étoiles montantes, à côté du leader Georges Graux, est un de ses neveux, Achille Bouilliez, conseiller d’arrondissement d’Aubigny-en-Artois. En outre, les Bouilliez sont les héritiers d’une riche famille d’acquéreurs de biens nationaux aux multiples descendants, souvent républicains, comme Amédée Petit, conseiller général d’Avesnes-Le-Comte31, sur lesquels Alphonse devrait pouvoir s’appuyer32.

  • 33 Lettre du 10 janvier au sous-préfet de Boulogne-sur-Mer, AD PdC M 464.

35L’autre candidat désigné est encore plus contesté. Porion est agriculteur-distillateur, maire de Wardrecques (canton d’Airesur-la Lys), président de la société d’agriculture et de la chambre de commerce de Saint-Omer. Il a une moindre surface que Marmottan ou Bouilliez-Bridoux, et le 14 janvier, encore, Boulanger-Bernet émet des doutes sur la sincérité de ses déclarations, notamment à propos des tarifs protecteurs qu’il faudrait relever ou établir, puisque ce distillateur de maïs importe une partie de la matière première qu’il traite33. De fait, la question du protectionnisme va occuper une place importante durant la campagne électorale.

III. La campagne électorale

A. Les professions de foi

  • 34 Celle des candidats républicains est publiée par L’Avenir le 8 janvier, celle des candidats conserv (...)
  • 35 Sont ici visées les politiques religieuse, scolaire et judiciaire des gouvernements républicains, n (...)

36Elle apparaît dans les professions de foi34 des différents postulants qui entendent protéger l’agriculture de la concurrence étrangère ; toutefois, elle n’est mentionnée qu’à la fin des proclamations qui commencent par des sujets plus généraux et plus politiques. Les conservateurs affirment vouloir « sortir la France de la décadence morale35 et de la ruine matérielle » où l’a menée le parti républicain dont ils sont « l’adversaire résolu ». Les républicains se présentent comme les défenseurs des institutions, de la « sauvegarde de l’ordre, de la paix publique, des principes conservateurs », attachés au « respect des croyances », résolus à « combattre énergiquement les intransigeants de droite et de gauche qui voudraient nous conduire à de nouvelles révolutions ». Ils reprennent ici un thème qui leur est cher depuis 1875 et qu’ils ont abondamment utilisé en 1877 alors qu’Auguste Paris était dans le gouvernement d’ordre moral.

Carte administrative du Pas-de-Calais. (6 arrondissements, 44 cantons)

Carte administrative du Pas-de-Calais. (6 arrondissements, 44 cantons)

37Ce dernier et Victor Hamille insistent ensuite sur la mauvaise situation financière dont ils dénoncent les causes :

38« l’exécution désordonnée de travaux publics pour la plupart improductifs » qui est une critique du plan Freycinet, plan d’équipement (ports, canaux, voies ferrées) adopté en 1878, dont les dépenses évaluées à 4 milliards sur 10 ans s’élevèrent finalement à 8 ;

  • 36 Lors de la discussion de la deuxième loi à la Chambre des députés, Jules Ferry a cru devoir justifi (...)

39« la construction hâtive de mairies et d’écoles fastueuses » qui vise les lois du 1er juin 1878 et 20 mars 1883 sur la construction des maisons d’école36, la loi municipale du 5 avril 1884 ; « les expéditions aventureuses » qui stigmatisent la politique coloniale des gouvernements républicains en Tunisie (1881), Egypte (1882), à Madagascar et au Sénégal, en Annam et Tonkin (depuis 1882) jugée coûteuse et dangereuse.

40Les républicains sont plus positifs mais aussi très prudents, conscients qu’ils sont des grandes réticences de l’électorat, notamment paysan, sur ce dernier point en déclarant qu’ils entendent « maintenir à la France le rang qui lui appartient en évitant de l’engager, sans nécessité, dans de nouvelles entreprises coloniales ». Certains préfèrent sans doute le pacifisme de Jules Grévy aux initiatives de Gambetta et de Ferry, mais tous se plaisent à souligner que la France retrouve peu à peu sa place dans le concert des nations depuis 1878. Bouilliez-Bridoux et Porion souhaitent aussi que soient « réalisées progressivement toutes les réformes qu’exige notre Etat démocratique » ce qui, implicitement, signifie sa plus grande intervention et une hausse de certaines dépenses. Les conservateurs, en libéraux économiques, s’opposent à l’extension croissante du budget mais réclament un retour au protectionnisme qui intéresse en premier lieu les agriculteurs. Les républicains, en position délicate sur ces questions puisqu’ils sont au pouvoir, dégagent quelque peu leur responsabilité et préfèrent présenter les actions qu’ils désirent mener en faveur de l’agriculture, spécialement en matière d’enseignement.

41Ces proclamations contiennent la plupart des termes du débat électoral qui a commencé dès la fin du mois de novembre 1884 et s’amplifie, bien évidemment en janvier 1885 ; on peut y distinguer les enjeux locaux et les enjeux nationaux, les attaques ad hominem faisant souvent la jonction entre les deux.

B. Les enjeux

  • 37 Liste dressée par le sous-préfet de Béthune, AD PdC M 462.
  • 38 18 décembre, 3 et 17 janvier.
  • 39 L’Express du Nord et du Pas-de-Calais reprend cette critique dans son numéro du 25 décembre : cette (...)

421. Les enjeux locaux portent principalement sur les questions agricoles d’autant que les électeurs sénatoriaux sont majoritairement des ruraux exerçant des professions liées à l’agriculture comme le prouvent les suppléants des délégués de l’arrondissement de Béthune37 puisque 100 sur 162, soit 61, 7 %, sont cultivateurs, propriétaires, fermiers, pour les plus nombreux, mais il y a aussi 2 meuniers, 3 brasseurs, 1 vétérinaire, 1 marchand de vaches, 1 fabricant de sucre... Elles sont partout majoritaires dans 6 cantons sur 8, ceux de Carvin et de Lens se distinguant avec notamment dans le dernier la présence de 4 porions ou chefs-porions. Le Courrier ne s’y trompe pas en publiant plusieurs fois38, en première page les appels d’« un vrai paysan » qui rappelle la pétition en 1883 de plusieurs milliers de cultivateurs réclamant une baisse des impôts, l’établissement de tarifs, comme Paris a essayé de le faire en 1881. La nouvelle loi sur les élections sénatoriales, ajoute-t-il, avantage les villes car les républicains redoutent le vote des paysans39, confirmant l’opinion de certains selon laquelle les sénateurs ne représentent pas seulement des citoyens mais aussi des territoires.

  • 40 L’Avenir 6, 22 et 24 janvier ; Le Courrier, 17, 18-19 janvier. Guislain Decrombecque est un des art (...)

43Les deux quotidiens mettent en question les compétences agricoles des candidats : « à des avocats, à des bureaucrates, nous opposons des agriculteurs », « Hamille et Paris seraient bien embarrassés de distinguer n’importe quelles graines entre elles » affirme L’Avenir. Pour sa part, Le Courrier ne voit pas en Bouilliez-Bridoux « une sommité agricole » comparable à Guislain Decrombecque. En revanche, Paris est un protectionniste fidèle, un défenseur de la sucrerie indigène pour laquelle il a autrefois obtenu le maintien de la surtaxe sur le sucre de canne importé dont le maire d’Habarcq a approuvé le relèvement en juillet 188440.

  • 41 Fin décembre, Georges Graux pose une question au ministre de l’Agriculture à propos des céréales.

44De fait, la question du protectionnisme et des impôts est le principal cheval de bataille des conservateurs. Les républicains tentent de reprendre la main en intervenant à la Chambre des députés41, en tentant de disculper le gouvernement. D’une part, les difficultés économiques remontent au Second Empire – dont Victor Hamille est un nostalgique – en raison de sa politique libre-échangiste et de son « désastre » final qui a entraîné de lourdes charges qu’ils entendent diminuer ; d’autre part, la crise sévissant ailleurs en Europe, on ne peut incriminer l’action du ministère... L’Express du Nord (journal conservateur de Boulogne), dans son numéro du 25 décembre, dénonce la hausse « colossale » des impôts (ils sont passés entre 1876 et 1884 de 2,5 à 3 milliards de francs) et prétend que Jules Ferry aurait affirmé devant la commission du budget :

Il nous faut de nouveaux impôts ; nous ne pouvons échapper à cette nécessité. Mais il ne faut pas en parler en ce moment à cause de la période électorale qui va s’ouvrir. Mais une fois les élections faites, nous y viendrons fatalement.

45En s’adressant aux contribuables, on passe ainsi du niveau local au niveau national.

  • 42 Le Courrier, 6, 18-19 janvier. Ce même quotidien, dans son numéro du 18-19 décembre, cite à plaisir (...)

462. Les enjeu nationaux. En effet, dès le 14 décembre, Le Courrier replace la campagne dans le contexte national en conférant à la future consultation « une signification politique particulière » car elle offre aux citoyens l’occasion de critiquer le gouvernement contre lequel ce quotidien se fait très dur. « Le gouvernement autoritaire, funeste du sous-Gambetta, Ferry » est accusé d’abuser, d’opprimer, d’affaiblir la France, de la réduire à la misère, l’absence de confiance entraînant la stagnation des affaires, le déficit budgétaire et la nécessité de nouveaux impôts. Les conservateurs reprennent à leur compte le Manifeste des droites du Sénat qui s’en prend, lui aussi, aux politiques religieuse, judiciaire, budgétaire et coloniale du gouvernement qui, de plus, change les modalités du scrutin à la veille des élections. S’ils admettent que sur certains points, les républicains du Pas-de-Calais ne sont pas d’accord avec le gouvernement, il n’en demeure pas moins que Bouilliez-Bridoux est une « ombre, complice de Ferry » qui a notamment voté les crédits pour toutes les expéditions coloniales42.

  • 43 En 1884, à Mgr Meignan, un conciliateur a succédé à Arras, Mgr Dennel, un membre de la société de S (...)
  • 44 L’Avenir, 3 janvier, 25-26 décembre, 6 janvier.

47Les républicains reprochent à l’opposition sa conduite sur ce sujet et pointent une contradiction : « Vous voulez, dites-vous, le relèvement de la France, et vous refusiez à nos vaillantes troupes du Tonkin les subsides dont elles avaient besoin pour vaincre ». Ils insistent, pour convaincre ou pour se rassurer ?, sur le fait qu’il ne s’agit pour le Pas-de-Calais que d’une élection partielle, qu’il y aura, le 24 janvier, 89 élections dont la plupart des sortants sont des partisans du régime en place, qui devraient permettre de réduire le nombre d’élus de droite et d’écarter les derniers représentants du 16 mai, de Broglie, Brunet, Fourtou, après Caillaux, de Meaux et Paris déjà évincés en 1882. Les thèmes nationaux classiques sont repris comme l’indiquent ces titres de deux articles de L’Avenir « Les curés et les élections » dénonçant la durable hostilité du clergé43, « Les instituteurs et la République » rappelant l’œuvre scolaire de Jules Ferry, sa signification pour les élèves et les maîtres. La défense des institutions conduit à présenter les conservateurs comme des révolutionnaires, des ambitieux féroces, des conspirateurs de coups d’Etat, des rêveurs d’intrigues machiavéliques, des hommes de la réaction, de la haine, de la subversion44. Cela prouve, une nouvelle fois, combien l’histoire politique récente est encore très présente dans le débat.

  • 45 L’Avenir, 3 janvier. Si Auguste Paris ne les a pas particulièrement favorisées lors de son passage (...)

48En revanche, la question sociale est absente et la modération des deux camps montre leur hostilité au socialisme encore balbutiant. Un accident minier survenu à Liévin permet aux républicains de manifester l’intérêt qu’ils portent à la population ouvrière : ils organisent une souscription en faveur des familles éprouvées, publiée par L’Avenir (20 janvier) et le ministre des Travaux publics, Raynal, assiste aux obsèques des victimes. Toutefois, il est reproché aux conservateurs d’être les protecteurs des « intérêts économiques », c’est-à-dire des possédants, et plus spécialement à Paris d’être l’homme des grandes compagnies ferroviaires45. Les attaques permanentes et violentes contre le conseiller municipal d’Arras le désignent comme l’adversaire principal parce que le plus redoutable.

C. Défense et illustration des candidats

  • 46 Le Courrier, 18 décembre. Cette action n’est que « poudre aux yeux » selon L’Avenir (31 décembre).

49Le Courrier reconnaît que « pour beaucoup de conservateurs, Paris est un ancien adversaire », mais qu’il est « estimé et désormais absous en raison de la situation importante qu’il a prise, de son dévouement aux intérêts matériels et moraux du pays, de sa personnalité considérable qui lui vaut l’hostilité passionnée des républicains. En quelques mots sont ainsi rappelés sa participation à l’élaboration des lois constitutionnelles qui ont établi la République, son action en tant que ministre des Travaux publics en 1877 et, en tant que parlementaire46, en faveur du protectionnisme, de l’industrie sucrière ou de l’enseignement libre. Le quotidien conservateur s’étend moins sur Hamille, personnalité plus effacée, se contentant d’affirmer qu’il est aimé, respecté, estimé et qu’il n’a pas d’adversaire. Ce dernier point est très contestable puisque, si en 1876 personne ne s’est présenté contre lui, en revanche depuis 1877 son opposant de gauche, Fresnay-Laligant ne cesse de progresser.

  • 47 Il est cependant signalé aux lecteurs que L’Avenir ne partage pas les idées de ce communard ; en ou (...)
  • 48 L’Avenir, 8,18-19, 22, 23 janvier.
  • 49 C’est une allusion à Tordre du jour Rameau adopté le 13 mars 1879, par la Chambre des députés qui d (...)
  • 50 Il s’agit de Monsieur Plocq dont le décès est annoncé le 12 décembre. En 1877, le candidat officiel (...)
  • 51 L’Avenir cite, à plusieurs reprises, des dépêches que Paris a envoyées pour surveiller, déplacer ce (...)

50Les républicains qualifient l’ancien sénateur de « girouette » autour duquel serait bâtie une « légende » et auquel il est reproché, en même temps d’être « l’homme de la Révolution » puisqu’il veut changer le régime politique de la France et d’avoir été sans pitié pour le communard Rossel à la commission des grâces de l’Assemblée nationale47. Le député de Montreuil, quant à lui, serait un individu « peu intelligent et peu capable », le type même du « parlementaire sourd-muet » dont ils dénoncent « la nullité » et que les conservateurs s’apprêteraient à lâcher pour « sauver Paris »48. L’engagement politique des deux candidats conservateurs est sévèrement critiqué : « L’un et l’autre sont marqués d’une tache ineffaçable » : Hamille représente le traité de 1860, « origine véritable de la crise dont nous souffrons » ; Paris représente le 16 mai, qui a aggravé la crise due à l’établissement du libre-échange par le Second Empire et dont l’action a été « flétrie solennellement par la Chambre des députés »49. Sa participation au ministère Broglie-Fourtou est constamment évoquée d’autant que le décès d’un agent des Travaux publics, alors muté, en fournit une excellente occasion50. L’Avenir instruit ainsi son procès de jour en jour sous le titre « Le dossier de Monsieur Paris » : il n’a rien fait, il a été un ministre dépensier, il a exercé des pressions sur son personnel51, il a été « le domestique de M. de Broglie »... La répétition et la virulence de ces charges trahissent peut-être l’anxiété des républicains quant au résultat.

  • 52 Selon L’Avenir du 23 décembre, les républicains disposeraient d’une majorité de 79 voix parmi les d (...)
  • 53 Lettre au sous-préfet de Boulogne-sur-Mer du 10 janvier 1885, AD PdC M 464.
  • 54 Lettres au sous-préfet de Boulogne-sur-Mer des 13, 17, 19 et 21 janvier 1885, ADPdC M 464.
  • 55 Comme celui d’Eugène Haynaut dans Le Petit Béthunois du 20 janvier, ou celui de Pierre Marmottan da (...)

51En décembre, ils sont confiants puisqu’ils misent sur une majorité de 79 voix, malgré les dénégations de la presse conservatrice52. En outre, le 11 janvier, leur candidat Louis Boudenoot, a pris le canton de Fruges aux conservateurs lors d’une élection cantonale partielle. Cependant, rapidement, l’assurance semble reculer dans l’arrondissement de Boulogne-sur-Mer malgré ce succès. Boulanger-Bernet estime que le maire d’Habarcq est peu connu et ne passe pas pour très capable aux yeux des agriculteurs53. Ansart-Rault, qui estime que ses amis politiques n’ont pas « le droit de perdre une seule chance », regrette, comme Ribot dit-il, que Bouilliez-Bridoux n’y fasse pas une tournée électorale pour laquelle il est disposé à l’accompagner. Mais le candidat républicain, « sûr de son succès », juge inutile de se rendre à Desvres et n’envisage de faire que des visites personnelles, notamment dans le canton de Saint-Pol-sur-Ternoise. Le président du conseil général s’efforce de rallier à sa cause, dans le canton de Samer les délégués de la commune de Carly et d’Outreau54 tandis que Boulanger-Bernet se charge du canton de Guînes : il se rend à Licques, avec Foissey-Platieau, afin de rencontrer les délégués des communes environnantes. Les appels réitérés à l’union et à la discipline55, paraissent confirmer cette inquiétude à la veille du scrutin que Le Courrier présente comme un procès où les électeurs-jurés, mus par « l’unique pensée de l’amour de la France », doivent « condamner ceux qui l’ont si cruellement martyrisée ».

*

  • 56 Louis de Rincquesen (décédé) et Louis de Diesbach ont appartenu à la réunion des chevau-légers à l’ (...)
  • 57 Le maire de Campagne-les-Hesdin, Morel, souffre d’un accès de goutte et d’une bronchite ; le maire (...)

521. Résultats. Aucun incident n’est enregistré le 25 janvier où il n’y a que quatre absents. Ce faible chiffre est sans doute dû au caractère obligatoire du vote pour les délégués municipaux, Deux titulaires ont refusé de venir, les maires de Wacquinghem (canton de Marquise) et de Hendecourt-les-Ransart (canton de Beaumetzles-Loges). Faut-il y voir la conséquence de la puissance foncière de familles très légitimistes56 dans ces deux communes ? Dix-neuf titulaires n’ont pas pu venir ; pour ces derniers, la plupart ont envoyé un télégramme au préfet pour expliquer leur absence, le plus souvent pour raison de santé57, et signaler le nom de leur suppléant qui les remplacera. Pour faciliter le déplacement de ces grands électeurs, des trains spéciaux ont été affrétés auprès de la Compagnie du Nord.

53Dès le premier tour qui s’est déroulé de 8 heures à midi, les jeux sont faits avec la victoire sans appel de Paris et Hamille qui obtiennent respectivement 1 046 et 1 004 voix sur 1 761 votants. Bouilliez-Bridoux et Porion arrivent loin derrière avec 749 et 739 voix. Paris est arrivé premier dans les six sections et Hamille dans cinq. Dans une seule, la cinquième, Bouilliez-Bridoux est arrivé premier à égalité avec Paris.

  • 58 L’Avenir, numéros des 27 au 31 janvier, Le Courrier, numéro du 27 janvier.
  • 59 Lequette et Meignan sont d’anciens évêques d’Arras, Fava est originaire d’Evin-Malmaison (canton de (...)

54L’Avenir met en avant la victoire nationale des républicains qui gagnent 24 sièges aux dépens des réactionnaires dont les anciens ministres du 24 mai 1873 et du 16 mai 1877 à la regrettable exception d’Auguste Paris, « spécimen d’une espèce disparue ». Les trois sièges perdus en France le sont dans le Nord et le Pas-de Calais où les difficultés industrielles et agricoles ont pénalisé la gauche. Comme entre 1871 et 1874, le quotidien stigmatise l’imprévoyance des paysans qui ont « cédé à l’emportement » et ont rendu un mauvais service au département en l’isolant de la majorité républicaine nationale. Cet échec est un « avertissement » qui doit inciter à « préparer vigoureusement les prochaines élections » que Le Courrier, dont la satisfaction est manifeste, envisage comme une poursuite de la revanche58. Auguste Paris reçoit près de 50 lettres de félicitations, envoyés par d’anciens collègues (Audiffret-Pasquier, Michel, Brunet, Dussaussoy...), des évêques (Lequette de Bordeaux, Fava de Grenoble, Meignan de Tours)59, des militaires, des avocats, de simples amis... Beaucoup estiment que justice est rendue, qu’une ingratitude est réparée. L’ancien préfet Paillard lui écrit :

Vous vengerez M. de Broglie à la tribune et l’oligarchie d’impuissants qui nous gouverne entendra du moins siffler à ses oreilles le fouet du bon sens indigné. Cela console.

  • 60 « Je me retrouve au Sénat comme dans une ville que j’aurais quittée depuis plusieurs années... Les (...)

55Un correspondant de Savy-Berlette (canton d’Aubigny-enArtois) profite de l’occasion pour lui demander d’intervenir afin d’obtenir le retour anticipé au foyer d’un soldat... Dès le 29 janvier, Auguste Paris reprend sa correspondance quasi quotidienne avec son épouse, interrompue par son échec de 1882 ; il lui parle de son retour au Sénat où il retrouve ses habitudes60 et où l’on commence à valider les résultats, ce qui est fait pour le Pas-de-Calais dès le 6 février.

562. Confirmations. Cette élection apporte un certain nombre de confirmations. La désignation des sénateurs est décidément une affaire de notables, élus locaux et responsables agricoles. L’accession au palais du Luxembourg est le couronnement de la carrière parlementaire, vainement espéré pour Bouilliez-Bridoux, effectif pour Hamille, comme il l’a été pour Devaux en 1882 et le sera pour beaucoup d’autres tels d’Havrincourt, Déprez, Boudenoot, Ribot, Jonnart. Pour Hamille, et plusieurs autres après lui, comme Camescasse, elle est peut-être une mise aux abris face aux vicissitudes du suffrage universel direct. Pour Paris, ce scrutin partiel, comme assez souvent, a été une épreuve de repêchage.

  • 61 Cf. Éric Poteau, Une société de prêtres voués à l’éducation : la Société Saint-Bertin de Saint-Omer (...)
  • 62 Marcel Morabito/Daniel Bournand, Histoire constitutionnelle et politique de la France (1789-1958), (...)

57La campagne électorale a mis en évidence l’activation de certains réseaux (familles, acquéreurs de biens nationaux, anciens élèves de Saint-Bertin61...), une entreprise de maillage territorial à partir d’élus locaux, de petits notables (notaire, avocat, propriétaire) ou de curés qui sont autant de relais d’opinions. Elle a montré également que la seconde chambre représente non seulement des citoyens mais aussi des territoires, les campagnes en général, non seulement les petits villages où les notables traditionnels et généralement conservateurs demeurent puissants, mais aussi les collectivités locales intermédiaires (gros bourgs et chefs-lieux de canton), favorisées par la réforme de 1884 et dominées par les petites oligarchies des campagnes62 souvent acquises à la République.

58Est donc réaffirmée l’importance des questions agricoles qui incitent à choisir des personnalités du milieu, non pas nécessairement de simples cultivateurs, mais des personnalités ayant fait quelques études, des intermédiaires culturels au contact des décideurs présents dans les villes. Bouilliez-Bridoux est fabricant de sucre, Porion est distillateur, avant eux Demiautte, est agriculteur-ingénieur dans le sucre, après eux Viseur est vétérinaire, Salmon est agriculteur-brasseur, Paul Bachelet ingénieur agricole... Mais les électeurs se fient aussi aux citadins compétents, aux parlementaires chevronnés acquis à la cause paysanne et dont Paris est un très bon exemple.

  • 63 Discours prononcé à Paris, rue de Ménilmontant, où le tribun s’efforce de convaincre 2000 citoyens (...)

59Ainsi, cette consultation, bien qu’elle se fasse au suffrage universel indirect, contribue à la politisation des campagnes et à leur acculturation républicaine, ainsi que l’avait prédit Gambetta dans son discours du 23 avril 187563.

60Malgré l’avènement et l’enracinement de la République des républicains, l’administration s’implique fortement peut-être en raison de la personnalité de plusieurs de ses responsables (Vel-Durand, Lutaud) ; il faut prendre garde, toutefois, à un effet de sources. Cette République militante est très perceptible dans les thèmes de la campagne électorale avec une référence permanente, comme depuis 1871, à l’histoire politique récente. Les allusions constantes au 2 décembre, au traité de libre-échange de 1860, à Sedan, au 24 mai 1873, au 16 mai 1877 permettent de rassembler de nombreux citoyens et d’ancrer dans les esprits le livre noir de la réaction. De leur côté, les conservateurs, qui sont depuis longtemps et pour plus longtemps encore dans l’opposition, poursuivent la remise en cause de la politique gouvernementale sans toutefois proposer de changer le régime dont, d’ailleurs, la forme républicaine ne peut plus faire l’objet de révision depuis la réforme constitutionnelle du 14 août 1884. Aucun aspect de l’action du cabinet Jules Ferry n’échappe à leurs critiques, mais il y a un certain renouvellement des thèmes.

  • 64 Cf. Jean-Michel Canlers, Les Hommes politiques de l’arrondissement de Saint-Polsur-Ternoise sous la (...)
  • 65 Jean-Marie Mayeur, op. cit., p. 380.

613. Nouveautés. Parmi ceux-là se détachent notamment les questions coloniale et protectionniste, appelées à un riche avenir. La seconde va entraîner l’adoption de nouveaux tarifs, surtout après l’avènement d’une majorité protectionniste en 1889, sous la conduite de Méline dont Georges Graux est un proche et auquel il succède à la commission des douanes64. Ce strict protectionnisme rallie définitivement les paysans à la République dont la modération, comme celle du Sénat, a contribué à l’échec du boulangisme qui eut une faible emprise dans le département, sauf à Calais et Boulogne. Certes, le succès de Paris et Hamille annonce celui de leurs amis politiques dans le département aux élections législatives de 4 et 18 octobre 1885, mais c’est un chant du cygne, car dès 1887, les républicains qui ont gardé la majorité au conseil général reprennent leur course en avant. En 1889, ils obtiennent la majorité des sièges de députés (9 sur 11) et en 1891 la totalité des sièges de sénateurs (4 sur 4). Ces élus de droite ou de gauche sont, pour la plupart, des modérés à l’image de la Chambre haute qui en mêlant « l’intransigeance doctrinale et le sens de la transaction... rend supportables les à-coups du système politique et surmonte les luttes idéologiques »65.

Note

1 Francis Démier, La France du XIXe siècle. 1814-1914, Paris, Seuil, Coll. Points Inédit Histoire, 2000, p. 337.

2 Voir la carte 1 page suivante.

3 Régis Renoncourt, Une assemblée locale de la Troisième République, le conseil général du Pas-de-Calais de 1871 à 1914, Thèse de doctorat nouveau régime sous la direction de Bernard Ménager, Université Charles-de-Gaulle – Lille 3, 1995 ; Ronald Hubscher, L’Agriculture et la société rurale dans le Pas-de-Calais du milieu du XIXe siècle à 1914, Thèse de doctorat d’Etat sous la direction de François Crouzet, Paris IV, 1978, Mémoire de la Commission départale des monuments historiques du Pas-de-Calais, tome XX, no l-2, Arras, 1979-1980.

4 Pour reprendre la formule de Jean-Marie Mayeur parlant de Gambetta, dans La Vie politique sous la Troisième République. 1870-1940, Paris, Seuil, Coll. Points Inédit Histoire, 1984, p. 103. En 1881, Gambetta a attribué à l’Agriculture un ministère à part entière ; Méline, titulaire de ce portefeuille dans le second cabinet Ferry (1883-1885) a fait voter des droits sur les sucres, les blés et les bestiaux étrangers.

5 Archives départementales du Pas-de-Calais [AD PdC], dossiers M 462 et M 464 ; parmi les nombreux journaux locaux de l’époque ont été plus spécialement consultés deux quotidiens paraissant à Arras Le Courrier du Pas-de-Calais, conservateur, et L’Avenir, républicain (respectivement PG 2 (7) B et (8) A, PG 22 (24) aux AD PdC. Je tiens à remercier les descendants d’Auguste Paris qui m’ont ouvert leurs archives familiales et m’ont autorisé à publier des éléments de sa correspondance.

6 L’article 18 de la loi du 22 août 1875 stipule que l’absence sans cause légitime lors de l’élection des sénateurs entraîne une amende de 50 francs. Voir J.-P. Marichy, La Deuxième Chambre dans la vie politique française depuis 1875, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence, 1969.

7 Paul Bert, fervent laïc, est ministre de l’Instruction publique et des Cultes dans le cabinet Gambetta (14 novembre 1881-27 janvier 1882). Louis Dubrulle, maire de Rouvroy, a été conseiller général de Vimy et sénateur. Légitimiste convaincu, il ne s’entend pas bien avec l’orléaniste Paris ; tous deux sont battus en 1882.

8 Cité par un correspondant dans une lettre du 10 janvier 1882.

9 Le Courrier, 20 décembre 1884.

10 Mais le conseil municipal peut décider par assis et levé de siéger en comité secret.

11 Aimé Minart est l’héritier d’une famille d’acheteurs de biens nationaux qui a fourni, avant lui, plusieurs maires à la commune de Thélus [cf. Jean-Paul Belval, Les Familles d’acheteurs de biens nationaux dans vingt villages artésiens 1789-1914, mémoire de maîtrise, sous la direction d’Yves-Marie Hilaire, Lille 3, 1969],

12 Voir la carte 2 en page suivante.

13 Gabriel Hanotaux, Histoire de la France contemporaine, I le Gouvernement de M. Thiers, Paris, Combet, 1908, p. 413.

14 Le Courrier, 14-15 décembre. John Rothney le range parmi « les orléanobonapartistes », dans Bonapartism after Sedan, Ithaca, New York, Cornell University Press, 1969, p. 151-152.

15 Le Petit Béthunois, 27 novembre 1894, AD PdC M 462.

16 Adolphe Robert, Gaston Cougny, Edgar Bourloton, Dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889, Paris, Bourloton, 1889-1891, 5 vol. , vol. 4, p. 280.

17 Lettre au sous-préfet de Boulogne-sur-Mer, 29 novembre 1884, AD PdC M462.

18 Un de ses proches, Delattre-Bernet, est maire d’Andres et conseiller d’arrondissement de Guînes.

19 Une lettre du commissaire de police de Boulogne au sous-préfet de Boulogne, datée du 24 décembre, signale une première entrevue entre Ribot et Boulanger, puis entre Ribot et Foissey-Platieau lui-même lié à la famille Boulanger. Sur Alexandre Ribot, voir M. Schmidt, Alexandre Ribot, The odissey of a liberal under the Third Republie, La Haye, M. Nijhoff, 1974.

20 Dictionnaire biographique des préfets, septembre 1870-mai 1982, René Bargeton (dir.), Paris, Archives nationales, 1994, p. 537 et 366.

21 Yves-Marie Hilaire, La Vie religieuse des populations du diocèse d’Arras 1840-1914, thèse de doctorat d’État sous la direction de Louis Girard, Paris IV, 1976, Service de reproduction des thèses, Université Charles-de-Gaulle – Lille 3, 3 tomes, tome 2, chapitre XIII, tome 3 chapitre XVI.

22 AD PdC M 464.

23 Lettre du 29 novembre, ADPdC M 462. Lettre du 13 novembre où Declémy signale que le maire de Bonninghe (canton de Calais) qui a voté conservateur en 1882, pourrait, cette fois-ci, voter républicain, AD PdC M 464. Declémy est effectivement décoré début janvier (L’Avenir, 3 janvier 1885).

24 Lettre du 30 novembre, le document lui a été fourni par le commissaire de police de Boulogne-sur-Mer, AD PdC M 462.

25 Daté du 22 décembre, AD PdC M 464.

26 Lettre du 3 janvier 1885, AD PdC M 464.

27 Lettre du 29 décembre 1884, AD PdC M 464. Eugène Foissey-Platiau, domicilié à Marck (canton de Calais) a échoué aux élections législatives de 1876 et 1877, dans la deuxième circonscription de Boulogne-sur-Mer, face au bonapartiste Dussaussoy-Hubert. Après l’invalidation de ce dernier, il a été l’initiateur de la candidature victorieuse d’Alexandre Ribot en 1878.

28 L’Avenir, 2 et 12 décembre. Les précautions peuvent conduire à choisir des vieillards pour qu’en cas d’égalité ils l’emportent comme cela se produit à Mametz (canton d’Aire-sur-la-Lys, arrondissement de Saint-Omer), au grand dam du Courrier (27 décembre).

29 Lettre du 28 décembre 1884, AD PdC M 464. Le maire a écrit à Ansart-Rault le 27.

30 Il est présent à Fauquembergues pour une réunion publique le 8 janvier à l’hôtel de la chasse (Le Courrier, 22-23 décembre, L’Avenir, 4-5 janvier) ; sur Charles Jonnart, voir Jean Vavasseur-Desperriers, République et Liberté. Charles Jonnart, une conscience républicaine (1857-1927), Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 1996.

31 Georges Graux, 1843-1900, secrétaire d’Ernest Picard, ministre de l’Intérieur de Thiers (1871), chef de cabinet de Louis Martel, ministre de la Justice et des Cultes (1876-1877), conseiller général (1875) et député (1881) de Saint-Pol-sur-Ternoise ; Achille Bouilliez, 1839-1908, polytechnicien, futur conseiller général (1889) et sénateur (1891). En 1892, il succède à son père à la mairie d’Izel-les-Hameaux ; Amédée Petit, 1856-1926, propriétaire à Magnicourt-sur-Canche, juge suppléant au tribunal de Saint-Pol-sur-Ternoise ; son grand-père, Jean-Baptiste a été député en 1848. Cf. Bernard Ménager, Jean-Pierre Florin, Jean-Marc Guislin, Éditeurs, Les Parlementaires du Nord – Pas-de-Calais sous la IIIe République, Villeneuve-d’Ascq, CRHEN-O, Université Charles-De-Gaulle – Lille 3,2000, p. 293, 282, 301. Tous les descendants d’acquéreurs de biens nationaux ne sont pas républicains cf. supra, note 9.

32 Voir la carte 3 en page suivante.

33 Lettre du 10 janvier au sous-préfet de Boulogne-sur-Mer, AD PdC M 464.

34 Celle des candidats républicains est publiée par L’Avenir le 8 janvier, celle des candidats conservateurs par Le Courrier du Pas-de-Calais le 9 janvier.

35 Sont ici visées les politiques religieuse, scolaire et judiciaire des gouvernements républicains, notamment la loi du 28 mars 1882 établissant l’obligation et la laïcité de l’enseignement primaire, celle du 27 juillet 1884 autorisant le divorce, celle du 30 août 1883 qui a permis d’épurer la magistrature...

36 Lors de la discussion de la deuxième loi à la Chambre des députés, Jules Ferry a cru devoir justifier son administration contre « une légende qui tend à se répandre : l’écolepalais ! Técole-monument ! le gaspillage de la caisse des écoles », cité par Françoise Mayeur, dans Histoire de l’enseignement et de l’éducation en France. III. 1789-1930, Paris, Nouvelle Librairie de France, 1981, Perrin, Coll. Tempus, 2004, p. 593.

37 Liste dressée par le sous-préfet de Béthune, AD PdC M 462.

38 18 décembre, 3 et 17 janvier.

39 L’Express du Nord et du Pas-de-Calais reprend cette critique dans son numéro du 25 décembre : cette loi, écrit-il, vise à « frelater » les élections et il justifie son propos en s’appuyant sur l’exemple du canton de Bergerac (Dordogne) où le conseiller général conservateur dernièrement élu a triomphé dans 8 communes sur 11, qui n’ont que 13 délégués, tandis que les 3 communes républicaines en ont 18.

40 L’Avenir 6, 22 et 24 janvier ; Le Courrier, 17, 18-19 janvier. Guislain Decrombecque est un des artisans de la « révolution agricole » de la seconde moitié du XIXe siècle qu’il a personnellement mise en oeuvre dans la plaine de Lens (cf. Reynald Hubscher, op. cit.).

41 Fin décembre, Georges Graux pose une question au ministre de l’Agriculture à propos des céréales.

42 Le Courrier, 6, 18-19 janvier. Ce même quotidien, dans son numéro du 18-19 décembre, cite à plaisir un article sévère de Georges Graux contre le gouvernement et la Chambre opportuniste, publié dans La Ligue, feuille républicaine proche de Léon Say et d’Henri Germain.

43 En 1884, à Mgr Meignan, un conciliateur a succédé à Arras, Mgr Dennel, un membre de la société de Saint-Bertin, un intransigeant dont le préfet regrette la promotion et critique son attitude lors des élections. Au-delà, c’est le clergé et la presse conservatrice qui sont visés. Dans une lettre au ministre de l’Intérieur du 23 octobre 1885, le préfet écrit : « Les journaux Le Pas-de-Calais, L’Express, Le Montreuillois, L’Indépendant de Saint-Omer sont vendus et distribués dans toutes les communes du département depuis un an par l’intermédiaire du clergé et avec son concours financier. Les porteurs sont presque tous : sonneurs, bedeaux, sacristains, enfants de choeur. Le directeur du Pas-de-Calais a les curés comme représentants dans les localités... ». AN F 19 2493, citée par Yves-Marie Hilaire, op. cit., tome 3, page 1131, note 151.

44 L’Avenir, 3 janvier, 25-26 décembre, 6 janvier.

45 L’Avenir, 3 janvier. Si Auguste Paris ne les a pas particulièrement favorisées lors de son passage au ministère, il n’en est pas moins vrai qu’il est l’avocat de la Compagnie du Nord (21 janvier). Cf. François Caron, Histoire de l’exploitation d’un grand réseau : la Compagnie des chemins de fer du Nord, Paris, EHESS, 1973.

46 Le Courrier, 18 décembre. Cette action n’est que « poudre aux yeux » selon L’Avenir (31 décembre).

47 Il est cependant signalé aux lecteurs que L’Avenir ne partage pas les idées de ce communard ; en outre la grande rigueur du président de cette commission, le républicain modéré Martel, élu du Pas-de-Calais, est passée sous silence... (23 janvier).

48 L’Avenir, 8,18-19, 22, 23 janvier.

49 C’est une allusion à Tordre du jour Rameau adopté le 13 mars 1879, par la Chambre des députés qui décide d’abandonner les poursuites proposées par Brisson, le rapporteur de la commission d’enquête sur les actes du gouvernement du 16 mai, nommée le 14 décembre 1877, contre ses ministres et préfère livrer « leurs desseins et leurs actes » au « jugement de la conscience nationale qui les a déjà réprouvés » [Journal officiel du 14 mars 1879, page 2039].

50 Il s’agit de Monsieur Plocq dont le décès est annoncé le 12 décembre. En 1877, le candidat officiel dans la circonscription de Dunkerque I, Frédéric d’Arras, a demandé le déplacement de cet ingénieur en chef du port en raison de ses opinions républicaines ; Auguste Paris, opposé à cette sanction, lui a confié une mission d’études sur les ports anglais. Cette mutation a été une des raisons de l’invalidation ultérieure de Frédéric d’Arras qui a finalement perdu son siège [Cf. Jean-Marc Guislin, Un ministre artésien dans la crise du 16 mai. La correspondance entre Auguste et Lucie Paris (16 mai-23 novembre 1877), Villeneuve-d’Ascq, CHREN-O, Université Charles-de-Gaulle – Lille 3, 2002, pages 187-188,190, 209]. Lors des funérailles de Monsieur Plocq, à Boulogne-sur-Mer, le sénateur républicain, Auguste Huguet, ne manque pas de rappeler, dans son allocution, cet épisode (L’Avenir, 14-15 décembre). À propos de cette affaire, Paris attaque en justice L’Avenir.

51 L’Avenir cite, à plusieurs reprises, des dépêches que Paris a envoyées pour surveiller, déplacer certains fonctionnaires, pour débloquer des subventions, accélérer des travaux (digues le long du Rhône) ou des autorisations de travaux (lignes de chemin de fer)... et qui sont signalées dans le rapport de la commission d’enquête sur les actes du gouvernement du 16 mai [voir notes 49, 50].

52 Selon L’Avenir du 23 décembre, les républicains disposeraient d’une majorité de 79 voix parmi les délégués et ce chiffre monterait à 109 avec les électeurs de droit.

53 Lettre au sous-préfet de Boulogne-sur-Mer du 10 janvier 1885, AD PdC M 464.

54 Lettres au sous-préfet de Boulogne-sur-Mer des 13, 17, 19 et 21 janvier 1885, ADPdC M 464.

55 Comme celui d’Eugène Haynaut dans Le Petit Béthunois du 20 janvier, ou celui de Pierre Marmottan dans L’Avenir du 23 janvier.

56 Louis de Rincquesen (décédé) et Louis de Diesbach ont appartenu à la réunion des chevau-légers à l’Assemblée nationale de 1871-1875)

57 Le maire de Campagne-les-Hesdin, Morel, souffre d’un accès de goutte et d’une bronchite ; le maire de Montcavrel (canton d’Étaples), Poultier, souffre d’un rhum ; un des délégués de Guînes, de Guizelin, doit être auprès de son père qui se meurt à Paris... AD PdC M 462.

58 L’Avenir, numéros des 27 au 31 janvier, Le Courrier, numéro du 27 janvier.

59 Lequette et Meignan sont d’anciens évêques d’Arras, Fava est originaire d’Evin-Malmaison (canton de Carvin), cf. Yves-Marie Hilaire, op. cit., tome 3, p. 1126, note 135.

60 « Je me retrouve au Sénat comme dans une ville que j’aurais quittée depuis plusieurs années... Les rues sont les mêmes, les maisons ont le même aspect. Mais que d’habitants partis pour ne plus revenir ! » (2 février).

61 Cf. Éric Poteau, Une société de prêtres voués à l’éducation : la Société Saint-Bertin de Saint-Omer, grandeur et déclin (1834-1891), Lille 3, mémoire de maîtrise sous la direction d’Yves-Marie Hilaire, Université Charles-de-Gaulle – Lille 3, 1994.

62 Marcel Morabito/Daniel Bournand, Histoire constitutionnelle et politique de la France (1789-1958), 3e édition, Paris, Montchrestien, coll. Domat Droit public, 1994, p. 332.

63 Discours prononcé à Paris, rue de Ménilmontant, où le tribun s’efforce de convaincre 2000 citoyens réticents. Cf. Pierre Barrai, Léon Gambetta. Tribun et stratège de la République (1838-1882), Toulouse, Privat, 2008, p. 141-142 ; Maurice Agulhon, « Les paysans dans la vie politique », Histoire de la France rurale, Georges Duby et Armand Wallon (dir.), t. 3 : Apogée et crise de la civilisation paysanne, de 1789 à 1914, Paris, Seuil, 1976, p. 357-381 ; Gilles Pécout, « La Politisation des paysans au XIXe siècle. Réflexion sur l’histoire politique des campagnes », Histoire et Sociétés Rurales, no 2, 1994, p. 91-125.

64 Cf. Jean-Michel Canlers, Les Hommes politiques de l’arrondissement de Saint-Polsur-Ternoise sous la Troisième République (1880-1914). Évolution politique, politique agricole, mémoire de maîtrise sous la direction d’Yves-Marie Hilaire, Université Charles-de-Gaulle-Lille 3, 1991.

65 Jean-Marie Mayeur, op. cit., p. 380.

Indice delle illustrazioni

Titolo Carte administrative du Pas-de-Calais en 1871. (6 arrondissements, 44 cantons)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2365/img-1.jpg
File image/jpeg, 128k
Titolo Carte administrative du Pas-de-Calais. (6 arrondissements, 44 cantons)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2365/img-2.jpg
File image/jpeg, 120k
Titolo Carte administrative du Pas-de-Calais. (6 arrondissements, 44 cantons)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2365/img-3.jpg
File image/jpeg, 139k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2012

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540