Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La clandestinité en Belgique et en zone interdite (1940-1944)

 | 
Robert Vandenbussche

Témoignages et Documents

Témoignage

Jean-Yves Mulliez

Texte intégral

Quelles sont les ressources de votre et du journal Les Petites Ailes ?

1Je rappelle d’abord que ce réseau a été précoce, voire prématuré. Ce qui permettait le processus que je vais préciser. L’improvisation aurait été impossible pour un réseau important et structuré.

2J'étais en août 1940 officier au très officiel 2e Bureau de l’Armée d’Armistice, mais détaché au SR GUERRE clandestin, futur réseau KLÉBER. Jetais chargé de recréer une antenne de renseignements en zone interdite. Les renseignements intéressant les alliés étaient acheminés par le SR via la Suisse ou Lisbonne.

3Le journal Les Petites Ailes était un projet accessoire et personnel vis-à-vis duquel le SR était réticent, je ne pouvais attendre aucun financement de ce côté.

4J’ai donc débarqué de Vichy à Lille début septembre 1940 et, suite à l’arrestation de deux parents à ma place, je dus cesser toute activité du journal fin juin 1941. Étant « brûlé », je devais passer l’antenne à un autre officier du SR.

5Au risque de décevoir l’auditoire, je précise que ce caractère prématuré de résistance avait pour conséquence, en matière de ressources et de dépenses, ce que Madame Louage vient de bien nommer : débrouillage, expédients et improvisation.

6En quittant Vichy, j’avais cependant reçu dans l’entourage du Maréchal Pétain, en l’occurrence auprès du colonel Groussard, une approbation pour le projet d’un journal clandestin et donc un peu d’argent, probablement 1 000 ou 2 000 francs, c’est-à-dire l’équivalent d’un mois de solde. De plus, j’avais ma solde de sous-lieutenant assurée à Vichy et enfin, m’étant assuré d’une activité de « couverture », comme chef de centre d’apprentissage, je disposais donc d’une double solde. Étant par ailleurs accueilli par mon beau-frère Louis Poissonnier, notaire à Roubaix, je n’avais que peu de charges et peu de besoins.

7Dernier point à noter : le caractère précoce et embryonnaire de nos activités faisait que toutes nos prestations ou presque étaient bénévoles. Aucun agent n’était payé ni même défrayé. Le local de rédaction et de tirage du journal était un scout. Le bureau du SR, rue de l’abbé de l’Epée, était une maison vide prêtée gracieusement.

8Un exemple entre autres : nous avons eu besoin d’uniformes allemands pour effectuer un cambriolage nocturne dans un bureau allemand de l’avenue Dron à Tourcoing. L’un de nous est allé à ses frais dîner à l’Huitrière à Lille et étant sorti par le vestiaire en emportant sous son propre imperméable anodin, une capote d’officier allemand. On ne pouvait en faire autant avec les pantalons... Nous eûmes recours à un de nos agents, Léon Masquelier, teinturier à Forest-sur-Marque qui déclara quelques vêtements « brûlés en teinture ».

9Pour le tirage du premier numéro des Petites Ailes, une centaine d’exemplaires vers octobre 1940, j’avais eu le concours du Père Ranson, patron de la « jésuitière » de Lille. Celui-ci, à qui je demandais l’utilisation de la Gestetner me répondit : « Tu la connais, tu sais où la trouver ce qu’il me reste de papier, stencils et encre. Sers-toi, mais je ne pourrai pas te les remplacer ». Il ne senquit même pas du contenu du journal. Dès le numéro suivant, en octobre ou novembre, c’est le commissariat scout de Tourcoing qui assuma les premières fournitures.

10Les dépenses les plus lourdes en monnaie furent les rares déplacements d’agents entre le Nord, la Somme, Paris et Vichy. On se débrouillait. Nous aurions pu « taper » nos relations, mais nous avons pu l’éviter.

Pouvez-vous nous préciser les circonstances de votre tournée, de vos relations dans le Nord en 1943 ?

11Courant 1943. Je suis malheureusement dans l’état actuel des choses dans l’incapacité de préciser les dates.

12Le bureau de MUR (Mouvements Unis de Résistance) de Lyon, me demanda d’user de mes relations familiales dans les milieux industriels de Roubaix-Tourcoing, pour y retourner ramasser des fonds pour les MUR.

13Comme je vous l’ai dit, à la suite de l’arrestation de deux parents (par erreur et à ma place) en juillet 1941, j’étais « brûlé » et la Gestapo avait mon signalement et ma photo. J’acceptai la mission, sous réserve quelle soit très brève, deux ou trois jours maximum, et que je prenne une identité ecclésiastique d’aumônier scout.

14Le Père Andrieux, jésuite lyonnais mort depuis en déportation, me prêta une soutane. Comme je lui avais demandé que faire en cas d’appel à mon statut apparent de prêtre pour assister des accidentés ou des mourants, il me répondit simplement : « Tu reçois la confession, tu donnes l’absolution et tu oublies tout ».

15J’étais accueilli par mon ami d’enfance, Claude Toulemonde, ancien instructeur comme moi à l’école d’Uriage, et doté d’une bicyclette. En deux jours, je fis le tour des industriels que je connaissais : Toulemonde, Destombes, Tiberghien, Lepoutre, Motte-Bossut, etc. et dès le troisième jour, par nécessité de sécurité, je repartais. Je ne me souviens absolument plus de la somme récoltée. J’ai seulement été frappé par deux éléments marquants :

  • Premièrement : aucun ne me demande justificatif ni de la part de mes mandats, les MUR, ni même aucun reçu de ma part « pour l’après-guerre, on ne sait jamais... »
  • Deuxièmement : aucun d’entre eux ne refusa de me recevoir ni de répondre peu ou prou à ma demande. A deux exceptions près. L’un qui, m’ayant poliment éconduit, paradait à la Libération de Tourcoing en septembre 1944, à la tête des premiers tommies, dans un bel uniforme d’officier de cavalerie, n’ayant apparemment jamais servi... L’autre publia ses Mémoires, dans lesquelles il mentionne son appartenance précoce à la Résistance...

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitreamazon.fr