Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La clandestinité en Belgique et en zone interdite (1940-1944)

 | 
Robert Vandenbussche

Témoignages et Documents

Témoignage

Paule Duhem

Texte intégral

1Tout ce qui suit est rigoureusement exact et s’est passé 7 rue de Lille à Armentières, où j’étais débitante de boissons à cette époque.

2Dans le courant de juin 1940, je reçois la visite d’un bon copain, Kléber Ringot qui me parle de l’appel de Londres et me dit : « Vous avez entendu le poste » ? « Non, je ne sais rien ». « Eh bien voilà, un nommé de Gaulle s’adresse aux Français ; il est contre les Boches. Je ne sais ce que nous allons faire mais nous ferons sûrement quelque chose pour nous sortir du mauvais pas où nous nous trouvons ». « C’est d’accord, dis-je. Vous pouvez compter sur moi ». « Tout va très bien et puisque vous n’avez pas de poste, je vous tiendrai au courant de la situation ». Plus tard, il me dit : « Avez-vous des nouvelles de Paul (mon mari) » ? « Non, aucune, je ne sais s’il est prisonnier ni où il se trouve. J’attends ».

3Quelques mois se passent et je reçois enfin une lettre de mon mari qui se trouvait en France libre. Je transmis donc à Kléber Ringot cette bonne nouvelle. Il me dit alors qu’il irait le rechercher. « Vous n’y pensez pas, m’écriai-je. C’est en zone libre. Comment faire » ? Le lendemain, il arrivait avec une carte d’identité signée, timbrée, tout à fait en règle ainsi qu’avec un laissez-passer pour Clermont-Ferrand. Pour moi, c’était un grand point d’interrogation. J’ai su par la suite et expliquerai plus loin. Douze jours après, mon mari était de retour. Quelques semaines plus tard, l’on vit paraître La Voix du Nord clandestine.

4Kléber Ringot, qui était sélectionneur de pommes de terre, faisait des échanges avec la Belgique, la Hollande et au-delà. Le jour de la confirmation de ma fille, le 4 mai 1942, en revenant de la cérémonie, je vois à la buvette deux types pâles, pas rasés, pas lavés, pas coiffés, avec de tristes mines. Ils s’attablent et demandent deux Raphaël. Apercevant au comptoir un lieutenant de pompiers qu’ils prirent pour un agent de police, ils le suivirent à la cour et lui demandèrent si on pouvait faire quelque chose pour eux, prisonniers évadés. Après un bon bain, une toilette complète et du linge, ils sont descendus partager notre repas. Cet après midi-là, les enfants n’ont pas voulu aller en classe car le récit de ces messieurs les intéressait beaucoup. Le dîner terminé, ils sont allés se reposer car ils étaient exténués. Pendant ce temps-là, j’ai fait la leçon à mes enfants, leur disant que ce que nous faisions était défendu et que si l’un d’eux avait la langue trop longue, nous irions à Loos tous ensemble, parents et enfants. Pendant le repos de mes nouveaux locataires, je file au commissariat de police où Jules Butin, un de mes clients journaliers, faisait fonction de commissaire. Je lui expliquai mon cas. Il saute de sa chaise, jette les bras au ciel. « Je ne vous connais pas, je ne vous ai pas vue, je ne sais rien, je ne veux rien savoir. Sortez » Je suis sortie complètement ahurie.

5En rentrant à la maison, Kléber Ringot était là. Je lui dis : « À quelle heure arrivent les wagons de pommes de terre » ? « À 11 h 20 ». « D’où viennent-elles ? » « De Stettin ». « S avez-vous qu’ils contiennent des prisonniers évadés ? » « Pas possible ». « Montez au second, vous en aurez la preuve ».

6Après un sérieux questionnaire afin de s’assurer qu’ils étaient vraiment des évadés, Kléber Ringot est descendu en disant à Paul de les photographier et qu’il reviendrait le lendemain avec tout le nécessaire. De fait, il nous apporta cartes d’identité, cachets, etc. C’étaient vraiment de vraies cartes avec timbres, numéros, empreintes digitales, photos, signatures. Tout était en bonne et due forme.

7Ils étaient là depuis trois jours déjà et ne parlaient pas de départ. Un matin, l’un d'eux nous a dit : « Nous voudrions bien partir mais nous n’avons pas d’argent. Y a-t-il un Crédit Lyonnais ? » « Oui ». « Pouvez-vous nous y conduire ? ». En arrivant, l’un demande le directeur et lui dit, « Je me nomme Claude Faivre ; je suis marchand de vins à Santenay dans le Jura et j’ai un compte ouvert au Crédit Lyonnais de Dijon. Voulez-vous téléphoner ? ». « Impossible, c’est en zone libre ». Là-dessus, mon mari lui dit de ne pas s’en faire : « Nous te prêterons et on s’arrangera ». Le soir, ils demandent ensemble 5 000 francs. Dans mon lit, je ne savais pas dormir car cette somme était vraiment très élevée. Je dis à mon mari que 3 000 pourraient peut-être suffire ». « Ca aurait l’air de manquer de confiance me dit-il ; on va leur donner ce qu’ils demandent mais s’ils nous roulent, c’est fini, on ne fera plus rien pour personne ».

8Le lendemain, ils s’en allaient avec chacun du saucisson, une bouteille de vin et un paquet de cigarettes. Douze jours après, nous recevions les costumes et l’argent de Vino et de Côtelette (c’étaient leurs surnoms du camp puisque l’un vendait du vin et l’autre était boucher à Argenteuil).

9Cet échange de pommes de terre avait lieu deux fois l’an, au début de l’année (mars, avril, mai) et à la fin (septembre, octobre, novembre). Kléber Ringot avait mis un débardeur, Édouard Hautecœur, au déplombage des wagons. Ceux des Allemands sont munis de vitres dans le haut sur lesquelles on voit la buée produite par la respiration quand il y avait des clients. À ce moment, il frappait à la porte et disait aux occupants de ne pas bouger : « Vous êtes en bonnes mains ». Il emmenait le douanier allemand à une buvette proche et s’absentait quelques minutes pour faire descendre les clients et leur faire traverser la place de la gare avec pelles, pioches, sacs, outils sur le dos comme de simples travailleurs. L’allemand n’y voyait que du bleu. Les affaires marchaient bien ; on en avait quelquefois 22 sur une semaine. Kléber s’occupait du ravitaillement car cela commençait à devenir dur. Ce qu’on avait le plus, c’était les cachets car chaque fois qu’il allait dans un bureau de police ou une mairie, il profitait d’un moment d’inattention pour en faucher un. On en avait de tous les coins : Armentières, Nieppe, Lambersart, Hazebrouck, Sin le Noble, etc. Les cartes changeaient chaque semaine d’origine. C’était moins dangereux.

10Une fois qu’il y avait beaucoup d’hommes, Édouard Hautecoeur qui en logeait lui aussi, faisait la fête, la noce si vous aimez mieux.

11Un dimanche, le train arriva à 11 h 20 comme d’habitude. Édouard n’était pas à son poste et il y avait deux voyageurs. Ne sachant où aller, ne connaissant pas la ville, ils décident d’aller à l’église, espérant trouver appui. M. l’abbé Dumez vient me trouver et me raconte que deux évadés sont au bout de l’église. Je lui dis de les faire venir. Ma fille prépare la salle de bain pendant que je surveille leur arrivée. Il fallait faire vite pour ne pas attirer l’attention du monde qui emplissait le café.

12Le lendemain, Édouard nous raconte « sa bombe », très heureux de voir que ces messieurs ont trouvé le bon chemin. M.. l’abbé Dumez arrive et dit à Édouard Hautecoeur : « Je n’ai pas le plaisir de vous connaître mais je sais que vous portez bien votre nom ».

13Un jour que l’arrivage avait été très fructueux, Édouard en logea trois. Le matin, l’un d'eux, Pierre se lève de bonne heure et demande à Madame Hautecoeur l’église la plus proche. À droite, vous avez Saint-Vaast, à gauche, Notre-Dame. Une heure après, Pierre n’était pas encore revenu. Deux heures, trois heures passent. Au bout de ce temps, Madame Hautecoeur voit venir un prêtre. « Monsieur le Curé, s’écrie-t-elle, « Ne dites pas cela, je suis Pierre, comme ce matin et hier soir ».

14À la saison d’hiver, trois hommes arrivent avec les pieds gelés : Fernand, fermier à Estrées Saint-Denis, Gilbert, fils de gendarme à Argelès sur mer, Henri, gantier à Limoges. Impossible de mettre un pied à terre. Édouard met le premier sur le porte-bagages de son vélo et fait ainsi trois voyages. Ceux-là étaient tellement amochés qu’il a fallu les faire monter sur les épaules. Ils sont restés six semaines. Tous les jours, les enfants se faisaient une fête de leur monter les repas. Malheureusement, la situation empirait plutôt. Il fallut donc demander une consultation à des docteurs discrets. Le premier parle d’abord de leur couper les pieds. Le second préconise un traitement de cheval avec alcool camphré et produits très révulsifs. Au bout de huit jours, les pieds passèrent du noir au bleuâtre. Je me souviendrai de tout le travail qu’ils nous ont donné.

15Un soir, assez tard, on vient frapper à notre porte. C’était la femme de l’interprète de la kommandantur qui venait de la part de son mari nous dire qu’à cause d’une lettre anonyme, une perquisition aurait lieu le lendemain matin. En effet, dès neuf heures, ces messieurs et leur suite sont arrivés. Ils n’ont rien trouvé puisque nos amis étaient partis chez des voisins. Heureusement pour eux et pour nous.

16La troisième saison nous en amena un de Vierzon qui s’était évadé parce qu’il voulait être présent à la communion de sa fille. Il est arrivé avec des boutons de fièvre énormes sur les mains et la figure. Il avait fait dix-sept jours de route. Habituellement, les hommes mettaient environ onze jours. Mais celui-là s’évadait pour la troisième fois. Les deux premières fois, il avait été repris à cause de ses camarades. Ils se trouvaient ensemble dans une espèce de tunnel formé entre des sacs de blé millet entassés dans le wagon. En cours de route, ils ont subi un terrible bombardement. Par la déflagration, les sacs se sont crevés et ses copains ont été ensevelis et étouffés. Il était près de la porte et a réussi à s’en sortir mais les Boches l’ont cueilli alors qu’il essayait de dégager ses amis. Au lieu des Vosges, destination du convoi, il a été envoyé à Rawa Ruska et s’est juré de recommencer, mais seul. Il avait épuisé tout son sucre, ses biscuits, son chocolat et mangeait depuis trois jours des pommes de terre crues. En cours de route, ce dont ces hommes souffraient le plus c’était la soif et celui-ci m’a dit : « J’ai sucé les boulons du wagon et j’ai même bu mon urine ».

17Nous avons eu un Noël de Marseille, un Maurice de Nîmes, employés de la SNCF. Ceux-là, avec leur accent méridional nous ont bien fait rire. La Madelon que joue notre beffroi, les empêchait de dormir, disaient-ils.

18Nous avons toutes les photos puisque nous les faisions en double exemplaire. Tous les noms et toutes les professions sont inscrits au dos. Nous avons eu des instituteurs, des étudiants, des cultivateurs, des camelots, des débitants de tabacs, des imprimeurs, des restaurateurs, des employés de bureau, de la SNCF, des coiffeurs. Et de tous les coins de France : Saint Orner, Amiens, Somain, Brest, Pont à Mousson, Dax, Lourdes, Aix. Nous avons dévalisé le vestiaire de la conférence Saint Vincent de Paul pour trouver de quoi habiller tous ces pauvres gars. Sur les cent deux que nous avons eus, trois seulement n’ont pas renvoyé l’argent ni les costumes. De ceux-là, nous n’avons jamais eu de nouvelles. Peut-être sont-ils tombés dans un bombardement de gare ou de train.

19Voici une histoire que nous avons connue après coup au centre de démobilisation de Châteauroux. Alexis se présente au guichet avec une carte d’identité d’Hazebrouck. Jean qui le suit a exactement la même. « Tu es d’Hazebrouck, toi ? » Silence d’Alexis qui craint que son accent du midi ne le trahisse. « Tu es passé par Armentières ? » Toujours pas de réponse d’Alexis. « Tu as vu Paul ? Tu connais Édouard ? « Viens, on va aller boire un coup pour discuter », dit enfin Alexis. Et ils ont raconté le conte.

20Tout marchait très bien quand, sur la place, s’ouvre un magasin de livres et de publications allemandes. Un certain H. recrutait pour la LVF. Il était à la solde des boches et avait un chameau de fille qui était armée et faisait la nuit des perquisitions chez les jeunes gens de 18 à 22 ans. Un Belge de Messines, voulant entrer dans la résistance et devant faire ses preuves, fait connaissance et vient nous prévenir qu’elle offre 10 000 francs à qui pourra dire qui loge les évadés des trains de patates. À partir de ce jour, on alla chercher les évadés à Houplines, à un petit poste frontière qui se trouve à trois kilomètres d’Armentières. Quand le train arriva à Armentières, les Allemands n’ont rien trouvé d’autre qu’un wagon déplombé et les patates en vrac. Édouard a failli se faire prendre et l’a échappé belle. Un autre débardeur et un douanier français ont été emmenés à Loos mais n’ont pas parlé, heureusement.

21Hélas, Kléber Ringot fut arrêté non pour les évadés français mais pour les aviateurs alliés. Jules Noutour de La Voix du Nord avait été arrêté pour le petit journal clandestin que Kléber finançait. Il a été sévèrement battu par les Boches qui voulaient savoir qui était Résolu. À bout de forces, il a dit : Kléber Ringot de La Chapelle d’Armentières. Il fut lui aussi emmené à Loos puis en Allemagne d’où il n’est jamais revenu. Un docteur de Paris, qui était avec lui en mai 1944, l’a vu mourir dans un wagon à bestiaux. Il avait, paraît-il le poids et la taille d’un petit communiant de onze ans. Son moral était resté bon jusqu’au bout mais les Américains sont arrivés trop tard._Il a maintenant un monument au bas du pont supérieur, entre La Chapelle et Armentières. C’est tout.

22Dans notre bande, Paul Petit, directeur de la grande firme Salmon est parti aussi sans revenir et encore d’autres. Mais cela m’éloigne de mon sujet.

23Nous avons eu un boxeur. Il était très bien à la maison et il a fallu lui faire comprendre qu’il devait laisser la place aux autres. Nous avons eu également un type de Lyon, un sans-gêne fini. Il ne voulait pas de tabac et préférait les cigarettes Ses souliers n’étaient pas assez beaux ; il était gêné dans son costume. Bref, rien n’allait. Au moment de son départ, comme à tous, nous lui avons donné pain, saucisson, vin, ticket de train jusqu'à Paris (223 francs) et 1 000 francs d’argent de poche. Il trouva que ce n’était pas assez et en demanda plus. Comme il ne nous inspirait pas confiance, nous l’avons bien vite embarqué. D’autre part, un gentil garçon, Jacques Ray, est passé chez nous. Il habitait le château de Crèvecœur à Condé sur Vire. A la Libération, les Allemands ont mis sa mère et son père (un colonel en retraite) sur le mur et les ont fusillés. Puis ils ont mis le feu au château. Lui est parti avec les Américains et nous a donné de ses nouvelles quand il était en Allemagne.

24Si vous voulez voir mon album où toutes les photos sont placées par ordre d’arrivée, je le tiens à votre disposition. J’ai aussi des cartes en nylon des aviateurs anglais, des lettres de remerciement d’un Canadien, nommé Willy Conrad, fils d’un pasteur protestants. Ceux-là ne sont pas arrivés par les trains de patates mais par les airs. Le jour de l’arrivée des Anglais, le 4 septembre, nous avions chez nous un Ecossais nommé Stuart qui avait été descendu par la DCA de Courtrai. J’ai aussi sa photo. Nous avons eu Paul Sandwers de Californie qui pesait 105 kg et mesurait 1 m 96 ; on aurait dit un fort des halles. Nous l’avons mis à la campagne car pour la ville, il était trop remarquable.

25Ce témoignage a été adressé, sans date, au romancier Maxence Van der Meersch qui, à l’époque, envisageait d’écrire un livre qu’il aurait intitulé, Invasion 40. Cette correspondance appartient au fonds Van der Meersch, déposé à Wasquehal.

Auteur

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitreamazon.fr