Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La clandestinité en Belgique et en zone interdite (1940-1944)

 | 
Robert Vandenbussche

Témoignages et Documents

Rapport d’activités

Extraits

Olga Baudot de Rouville

Texte intégral

1Je me méfiais toujours de Paul (Harold Cole) et agis en conséquence. Je savais où le joindre mais pas lui. Je me vieillissais en y allant et prétendais parler en mauvais français. Il me croyait irlandaise. Je l’aidais tant que je pus mais avec prudence. Je lui fournis des hommes mais ne lui donnais pas les adresses des gens. Je lui donnais des vêtements en quantité, souvent de première qualité, et quasi neufs, du linge, des lainages, parfois de l’argent, des vivres, etc. De l’essence pour l’auto qu’on lui avait donnée, des renseignements et des plans...

2Je me fis, en quelque sorte, plaque tournante pour éviter des contacts que je redoutais. Je ne voulais dire à personne ma méfiance à l’égard de Paul car j’avais honte de parler contre un Anglais et je ne voulais pas faire courir de risques aux gens. Ce que je donnais à Paul, ce fut de la main à la main ou chez son hôtesse, soit par Roland (Lepers), soit Madame Jean (Vogliamicci), la coiffeuse, ou par François Duprez. Je lui fournis gratuitement un poste émetteur qu’il prétendit à Garrow et à Pat (O’Leary) avoir payé 30 000 francs. Or, ce poste m’avait coûté 1450 francs que je payais seulement un après quand Pat m’eut donné de l’argent pour couvrir nos frais en 1942.

3On avait ordre de ne plus prendre de soldats mais les pilotes et les aviateurs, puis les officiers, les médecins, les spécialistes. Il restait donc des hommes planqués qui ne pouvaient pas partir et qu’il fallait nourrir. Il en est resté beaucoup comme ceux-là, assimilés à la population civile, ayant femme et enfants. Mais il commençait à pleuvoir des pilotes...

4Il (Harold Cole) trouva le moyen d’entrer en rapport avec Dumez... Dumez avait été inquiété et je me demandais si Paul n’y était pas pour quelque chose. C’est Dumez qui avait commencé La Voix du Nord. En 1940, je lui procurais Les Petites Ailes, la première feuille clandestine dont j’ai connaissance et probablement la première, en effet. Quand elle disparut, je poussais Dumez à entreprendre une autre feuille pour remplacer la première. C’était tout à fait dans ses cordes. Il hésitait et, cependant, il en avait envie. Un beau jour, il m’apporta le premier numéro de La Voix du Nord et alors ce fut sa principale activité. Je l’aidais à répandre ses feuilles bien que je ne fusse pas toujours de son avis, quant au fond.

5Il (Natalis Dumez) eut des rapports avec Paul et s’zen repentit. Un beau jour, les Allemands vinrent le voir et après une longue visite, ils le prièrent d’aller voir « ces messieurs » deux jours après. Dumez promit et disparut. Et La Voix du Nord_continua. J’avais des rendez-vous réguliers avec Dumez, soit dans un lieu soit dans un autre. Je changeais souvent. Nous nous rencontrions, en dernier lieu, à la librairie du Sacré-Coeur, chez Madame Montgrenier. Un beau jour, j’attendais Dumez et ce fut Maurice (Jules Noutour) qui se présenta. Dumez était « planqué ». Dès lors, je ne vis plus que Noutour et ce fut une erreur de la part de Dumez. Car, si Noutour était franchement anti-boche, il avait des amourettes et n’oubliait pas ses intérêts personnels. Je dus manoeuvrer avec prudence pour me servir des autres et qu’on ne se servit pas de moi. Je sentais monter les intérêts privés et les intérêts politiques et j entendais m’en tenir à mon travail sur le plan idéal et désintéressé où je l’avais posé dès le premier jour...

6Je décidais de ne plus rester chez moi et cherchais une planque que nul ne connût. Un soir de neige, j’étais allée à Hellemmes voir deux guardsmen cachés chez Madame Leprêtre (arrêtée depuis). Au retour, je croisais Madame Jean et Pat qui revenaient de chez moi. Grande fut ma joie. J’avais craint de ne plus faire la liaison, me demandant s’il n’était pas arrêté (Pat O’Leary). On fit le point de ce qui restait debout. C’était fort maigre. Je revis Pat chez Madame Montgrenier. Cette petite femme m’a laissé disposer de sa cuisine en sous-sol chaque fois que j’en eus besoin sans me demander un mot d’explication. Je passais presque tous les jours une heure dans un coin de sa boutique à écouter l’opinion publique et les renseignements que les gens, venant de la côte interdite, m’apportaient inconsciemment. Là, je fis la connaissance d’un photographe tchèque qui me passait les photos intéressantes que les boches lui faisaient développer. C’est chez elle que Pat fixa mon premier rendez-vous avec Jean de la Olla. Je demandais à Madame Rabaux (rue Barthélémy Delespaul) de le loger quand il viendrait et de me laisser lui donner rendez-vous dans son magasin de carrelages, ce qui fut fait. Toutes les semaines, Jean venait rue Barthélémy Delespaul. Il m’apporta 9 000 francs qui me permirent de régler quelques dettes criardes. Par exemple, les postes émetteurs et de couvrir les frais de déplacement de mes agents. C’est le premier argent que je touchais et pas un sou ne fut dépensé pour autre chose que l’oeuvre entreprise. Le fait que je fus aidée pécuniairement fit beaucoup pour me rendre la confiance des gens.

7Je trouvais une planque chez les Dominicaines de la rue de Thionville où je mis la mère prieure au courant de ce que je faisais et des risques quelle courait en m’hébergeant. Son accueil fut aussi chaud que sa maison était glaciale.

8Pat m’avait fait demander des adresses pour cacher des parachutistes, le cas échéant, et aussi des cartes d’état-major dont on manquait en Angleterre. Les Duriez qui travaillaient pour moi depuis 1940 profitèrent de leurs tournées dans les mines pour recruter des bonnes volontés. Le réseau se rétablissait soigneusement. Par Espouy et Noutour, j’avais contact avec la Belgique. De divers côtés, les contacts reprenaient en Flandres. Les gens du Nord et les Belges sont lents. Ils veulent être sûrs de leur terrain mais quand ils commencent, ils s’y mettent à fond. Je savais attendre mais ne cessais de relancer mon monde. Je fus mise sur la piste de l’aviateur anglais amputé des jambes et trahi par une fille de salle de la clinique où on l’avait d’abord caché. Ses hôtes furent condamnés à mort. Au moment où je quittais le Nord, ils étaient encore à l’Abbaye et j’ignore s’ils furent exécutés depuis.

9Jean de la Olla se mit en tournée d’après les listes que je lui communiquais. Il y eut des déceptions. Le Mot de passe que j’avais donné n’était pas toujours passé à temps par la faute de Noutour. Il arrivait que des gens avaient été arrêtés dont nous ignorions qu’ils pussent être touchés par la trahison de Paul. Malgré cela, on gagnait du terrain. Un officier de gendarmerie à Bruxelles, un prêtre et des civils du côté de Tournai, de Mons, apportaient leur concours. Cela se décida surtout après que j’eus dépanné le service des renseignements de Bruxelles qui fut à cette époque. Je proposais de faire passer un SOS pour le Major Bichard à condition qu’il s’occupe de l’évacuation des pilotes. Je promettais d’évacuer ceux qui se trouvaient poursuivis par la Gestapo pour nous avoir aidés. J’attendais les grandes vacances pour aller moi-même à Bruxelles que je connais bien. Je dus filer avant.

10Mécontente de Noutour qui commettait des impairs par négligence, oubli, que sais-je ? et que je sentais se tourner vers un parti politique au détriment de notre travail, je résolus de reprendre contact directement avec Dumez. Je revis le ménage Flèche qui m’accueillit avec enthousiasme et s’empressa de prévenir les Duriez et Dumez que « la patronne » voulait les voir.

11Les Flèche m’avaient rendu bien des services depuis 1940. Le mari était passé par le petit séminaire ; il était plus instruit qu’on ne l’est habituellement dans son milieu ; tous deux étaient de très très braves gens et de vrais patriotes. Pour Dumez, ils centralisaient les numéros de La Voix du Nord et c’est chez eux qu’on opérait le tri pour la distribution. Quand je les revis, ils étaient forts nerveux et inquiets car des arrestations avaient eu lieu dans leur voie et ils sentaient se resserrer le filet. Le mari fut arrêté peu de temps après mon départ et terriblement maltraité.

12Madame Flèche fut contrainte de tenir boutique ouverte (un bazar) avec une femme de la Gestapo. Pour moi, je ne serais pas tombée dans le piège car j’avais prévu, avec les Flèche, un signe dans la vitrine qui fut retiré immédiatement.

13Les Duriez habitaient plus loin, Lesquin je crois (en fait Lezennes). La femme faisait des tournées à la campagne pour le ravitaillement avec une camionnette dont elle se servait pour transporter la feuille clandestine en colis, chercher les renseignements, etc. Dumez était caché chez eux et c’est avec leur aide qu’il imprimait la feuille. Sur une dénonciation, il fut arrêté en l’absence de ses hôtes lesquels furent prévenus par une voisine au moment où ils rentraient chez eux. La soeur de Duriez fut prise. Les affaires Flèche et Duriez se passèrent quelques semaines après mon départ de Lille. La soeur de Duriez ignorait tout de moi. Elle fut relâchée, il y a, je crois, un an après un rebondissement de son affaire, causé, j’imagine par l’arrestation de Pat en mars 1943. Ce qui me le fait croire c’est que Dumez fut ramené à Lille qu’il avait quittée après sa condamnation. Ils avaient tous chargé les Duriez qui se trouvaient alors à Marseille et parce qu’ils les savaient en sûreté. La soeur de Duriez n’a jamais rien avoué. Elle fut tenue longtemps au secret et très maltraitée. Je pense la trouver à Lille et avoir, par elle, d’utiles renseignements...

14Plus j’essayais de disparaître, plus les gens me forçaient à me montrer. Mes protégés anglais me racontaient les tracasseries que les Allemands faisaient aux Irlandaises âgées de Lille, surtout à celles qui faisaient ou avaient fait de l’enseignement. Les femmes seules étaient ennuyées, pas les maris, personne n’y comprenait rien. J’avais bien mon opinion là dessus mais ne soufflais mot...

15Je crois que c’est à cause de cette arrestation (Harold Cole, arrêté par les services secrets de Vichy en juin 1942), que les Allemands résolurent de procéder à la mienne. La poule de Paul connaissait mon adresse depuis 1940 à cause de la sottise d’une autre jeune fille, mais elle n’était pas sûre que je sois Thérèse Martin du service des pilotes. Elle était venue chez moi en 1940 et avait fait chou blanc. Elle m’avait apporté une lettre de Paul en 41 et j’avais joué la comédie, indignée comme une dame timorée qui ne veut pas d’histoire, la mettant à la porte. Ca avait mordu. Cependant après la nouvelle imprudence de mon Anglais de la rue de Turenne, je suppose quelle a parlé. Quand Paul ne fut plus là pour me repérer, les Allemands décidèrent sans doute de sonder mon identité. Ils vinrent chez moi le vendredi matin, 28 juin (1942). J’appris, par hasard, à quatre heures et demie, en passant dans le quartier que j’étais convoquée à la kommandantur pour le lundi suivant à 9 heures. Immédiatement, j’alertais Noutour et pris toutes mes dispositions pour que mon départ n’arrêtât rien. J’avais prévu ce moment depuis décembre. Je ne voulais pas non plus que quelqu’un fût inquiété à mon sujet et j’avais préparé les liaisons depuis six mois. Il me fallait quarante-huit heures pour faire ce que j’avais à faire et je ne quittais Lille que le dimanche par le dernier train pour Paris. J’eus la chance inouïe d’avoir un train presque vide alors qu’il était toujours archicomble, sans contrôles de papiers, ni français ni allemands, sans l’habituelle visite de douane en cours de route.

Auteur

Née, à Paris en 1891. Infirmière auprès des blessés militaires au cours de la Première Guerre, elle occupe à nouveau des fonctions auprès des soldats blessés en 1939-1940. Affectée à l’hôpital militaire de Béthune, puis à celui de Lille, elle vit la déroute militaire auprès des soldats britanniques. Après l’évacuation du corps expéditionnaire britannique, elle demeure à Lille où elle exerce les fonctions de professeur d’anglais. Sous le nom de Thérèse Martin, choisi par référence à la religieuse de Lisieux, elle dirige l’antenne lilloise de Pat O’Leary jusqu’en juin 1942. Installée à Marseille, elle continue son activité au sein de la ligne jusqu’au printemps 1943. A partir de cette date, c’est à Toulouse qu'elle participe à l’activité du réseau Françoise aux côtés de Françoise Dissard.
En 1947, elle rejoint en Angleterre le major Heslop, un des responsables du SOE en France pendant l’occupation.
Les papiers d’Olga Baudot de Rouville sont déposés au Cumbria Record Office, Whitehaven. Ils contiennent ce long rapport, ses agendas, des lettres et correspondances échangées avec Ian Garrow, Albert Guerisse, Dr Heslop, etc. et avec des soldats que le réseau a sauvés de la captivité.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitreamazon.fr