Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La clandestinité en Belgique et en zone interdite (1940-1944)

 | 
Robert Vandenbussche

Approches d’un mouvement clandestin

Histoire et anthropologie de la Voix du Nord

Robert Vandenbussche

Texte intégral

1La Voix du Nord, comme journal, a donné lieu à des recherches et à des publications telles que celles de Marc Sueur, il y a plus de trois décennies ou de Roger Vicot. Ces recherches sont parties du contentieux judiciaire qui pendant ces décennies a opposé des hommes et des femmes issus, à des degrés divers, de l’action clandestine. Appréhender le journal clandestin, dans son opposition à l’organe de presse public, permettait de problématiser le contentieux sans l’expliquer.

2Comme dans d’autres organisations de résistance, le journal n’est qu’une partie importante, sans doute, visible, surtout, d’un système clandestin qui associe, avec le temps, réseau, mouvement politique et militaire et organe d’expression d’une démarche de refus et de désobéissance. Appréhender la clandestinité suppose donc de prendre en charge l’ensemble des éléments et d’évaluer leurs fonctions et leurs statuts.

3Depuis les premiers travaux, des sources se sont ouvertes, celles de l’Union Régionale Voix du Nord, déposées au musée de Bondues ou celles d’André Diligent en dépôt à la Médiathèque de Roubaix. Ces dossiers, non inventoriés et non classés, rassemblent des témoignages, des attestations, des documents personnels qui éclairent l’activité clandestine dans ses formes complexes, ses filières perméables, ses agents multiples, ses tensions internes fréquentes. C’est donc l’ensemble du système clandestin de La Voix du Nord qu’il est possible d’analyser tout en ayant conscience que les témoignages rassemblés aident à approcher une expérience personnelle vécue tout en laissant subsister des zones d’ombre puisqu’ils font état de pratiques discrètes sinon occultes.

La Voix du Nord : un réseau d’évasion et de renseignements

4Dans le témoignage accusateur qu’il publie en 1946, Le mensonge reculera, Natalis Dumez souligne que le réseau organisé par quelques individualités hostiles à l’invasion allemande et humiliées par la déroute militaire a servi de creuset au journal clandestin. Ces hommes et ces femmes n’attendent ni le « 18juin » ni la signature de l’armistice le 22 juin 1940, pour prendre des initiatives très proches de celles des « envahis de 1914 », à savoir aider les soldats à échapper à la captivité, entraver l’installation des occupants, voire « mettre en difficulté la machine de guerre allemande ». La résistance britannique donne beaucoup à espérer dans une région menacée d’isolement. Cette résistance embryonnaire improvise des solutions et, peu à peu, s’organise car les actions individuelles non coordonnées n’ont pas d’efficacité. Elle ne se hiérarchise pas nécessairement car la clandestinité impose plutôt l’action de petits groupes autonomes qui recherchent progressivement des interconnexions nécessaires.

5Ce réseau qui va se faire connaître ultérieurement sous le nom de La Voix du Nord prend deux formes, non exclusives d’ailleurs : l’aide à l’évasion et la recherche de renseignements.

Une filière d’évasion

  • 1 Natalis Dumez, Le mensonge reculera, Lille, 1946. Sur toute la période de la guerre et de l’occupat (...)
  • 2 Olga Baudot de Rouville, Rapport d’activité, sans date, Whitehaven, Cumbria Record Office.
  • 3 Louise Buyssens, Rapport d'activité, 1945, Dossier Buyssens, Fonds Diligent, Médiathèque Roubaix.

6Bien des témoins de la déroute militaire insistent sur leur stupéfaction et également sur leur intention d’agir. Nombreux sont ceux qu’humilient les colonnes de prisonniers dans leur traversée de Lille, à la fin mai 1940, et qui s’indignent du sort infligé par les Allemands. Natalis Dumez décrit avec force cette aide spontanée apportée à des soldats français : le ravitaillement, la fourniture de vêtements civils, la recherche de cachettes auprès de particuliers ou d’institutions religieuses1. Olga Baudot de Rouville2 ou Louise Buyssens3, qui viennent secourir les blessés placés dans les hôpitaux ou les ambulances (Faculté catholique, écoles), font des observations identiques. Comme en 1914, au sein de la Croix Rouge ou de l’œuvre des Secours aux blessés militaires, s’ébauchent des actes de refus du fait accompli car, dans l’immédiat, indignation et souci humanitaire se mêlent étroitement.

  • 4 Anastasie Samiez, Rapport d’activité, 1945, Fonds Diligent, Médiathèque de Roubaix.

7Ainsi, Anastasie Samiez anime-t-elle à Lille-Fives un comité - un premier comité selon Natalis Dumez - destiné à ravitailler en eau, en nourriture, des soldats français en partance pour les camps de prison niers4. Elle sert d’intermédiaire entre des habitants du quartier, tel Natalis Dumez, des cheminots, des employés, des policiers comme Jules Noutour ou le commissaire Beau de Lambersart et réunit les quelques hommes avec lesquels se construit un des maillons de la future filière. Tous les résistants insistent sur ces initiatives spontanées, individuelles au départ, élargies par contacts personnels, qui illustrent le rejet de l’occupation dont on ne connaît pas encore ni l’ampleur ni les contraintes mais que l’on imagine sévère puisqu’elle renouvelle en apparence l’expérience de 1914. Rapidement, c’est le sort de tous les soldats alliés, français, britanniques et polonais, qui se pose de manière aiguë. Il provoque la construction de la filière à laquelle participent les hommes et les femmes du réseau de La Voix du Nord. Mais ce premier comité est dissous au cours de l’automne avec l’arrestation d’Anastasie Samiez en novembre 1940.

8Pour leur part, les soldats britanniques évacuables sont très nombreux : on les évalue à plus de dix mille. Comme à tout combattant qui rejette la captivité, il faut fournir l’hébergement, des vêtements civils, l’entretien quotidien pour une durée indéterminée. Mais la mise à disposition de faux papiers pour les étrangers et la capacité de faire quitter la région obligent la spontanéité à céder la place à l’organisation. Il faut des complicités auprès d’amis ou de voisins susceptibles d’héberger, d’employés municipaux ou de policiers pour obtenir les faux papiers, de convoyeurs et particulièrement des cheminots pour organiser les transports qui doivent être accompagnés puisque ces Britanniques ou ces Polonais ne parlent pas le français. Le « comité » devient indispensable, embryon d’un plus ample réseau, véritable chaîne au maillage régional et national car il faut des points de passage, des lieux d’arrivée et des passeurs.

9Cette chaîne, qui passe par Lille où agissent Natalis Dumez, Jules Noutour et bien d’autres, prend naissance en Flandre, dans l’Audomarois, dans le Béthunois et lance des ramifications vers la Belgique. Elle passe dans les mines, Arras, le Douaisis, la Picardie. L’évacuation des soldats rend nécessaire le passage de la « première ligne de démarcation » de la Somme avant d’aboutir à Paris puis à Lyon et Marseille. Une branche passe par Tours, Bordeaux et rejoint Toulouse. Ces itinéraires recouvrent ceux qu’emprunte la « ligne Pat O’Leary » - appelée X 10 - mise en place au cours de l’hiver 1940-1941 par les services britanniques et les services français clandestins.

10Quelle identité possède cette filière d’évasion dont Natalis Dumez revendique la responsabilité ? Les premiers témoignages qu’il a laissés font état d’adresses à Paris et de contacts à Lyon puis à Marseille. Le transfert du lieutenant britannique Jimmy Langley, en novembre 1940 probablement, révèle qu’une des adresses parisiennes convenues se situait à l’orphelinat de la police et que des contacts avec des policiers parisiens ont permis de joindre des républicains espagnols exilés. Ce transport s’est effectué selon les « consignes précises » de Jules Noutour, administrateur de cet organisme de la mutualité policière. Au-delà de Paris on ignore les contacts utilisés puisque ce sont des Espagnols qui ont pris le « colis » en charge. D’autres comités adoptent des trajets différents.

  • 5 Natalis Dumez, Témoignage, septembre 1973, Fonds Diligent, Médiathèque de Roubaix.
  • 6 Paul Paillole, Bulletin de l’AASSDN, no 46, 1995.

11Dès octobre 1940, le « comité lillois » connaît l’organisation qui, à Marseille, accueille les évadés britanniques ou polonais. Il semble bien, à suivre Paul Paillole, le chef des services secrets clandestins français, que l’embryon de cette filière a été initié par un sergent britannique, Harold Cole contacté à la fois par l’Intelligence Service et les services secrets clandestins français. Harold Cole, alias Paul Delobelle, est en relation directe avec le chef d’antenne de l’IS à Marseille, Ian Garrow. Il a tissé, dans la zone interdite, un dense réseau de relations dont Lille est un des maillons importants. Dans un témoignage tardif, Natalis Dumez atteste qu’il a « envoyé Harold Cole à Marseille à une adresse qu’il connaissait »5. De son côté, le commandant Paillole témoigne, en 1995, « qu’en accord avec nos agents TR, Cole organise au profit de l’Intelligence Service un embryon de service de renseignements et surtout une chaîne d’évasion que nous faisions aboutir à Marseille chez un correspondant de l’IS, le capitaine Garrow, en rapport avec notre poste TR »6. Ces deux témoins laissent donc entendre que le sergent Cole est un agent utilisé sinon manipulé par les Français. Natalis Dumez est-il un des agents du réseau TR évoqué par Paillole ? En tout état de cause, Olga Baudot de Rouville confirme les relations étroites entre Natalis Dumez et Harold Cole dont elle-même se méfie beaucoup.

  • 7 Arthur Duriez, Rapport d’activités, 1945, Fonds Diligent.

12À l’évidence, La Voix du Nord, en tant que filière d’évasion, appartient pleinement au réseau Pat O’Leary. L’arrestation et le retournement de Harold Cole au printemps 1941 provoquent une première vague de captures au sein du réseau lillois. La réorganisation nécessaire impose la venue à Lille des chefs principaux de Pat O’Leary (Albert Guerisse alias Pat O’Leary, Louis Nouveau, Jean de la Olla) qui, tous trouvent accueil et hospitalité auprès des membres de La Voix du Nord. À la fin du printemps 1942, Arthur Duriez de Lezennes, un des proches de Natalis Dumez, devient le chef de l’antenne lilloise de Pat O’Leary jusqu’à l’arrestation de Dumez en septembre7.

13Natalis Dumez demeure très discret sinon même muet sur toutes ces proximités. D’autres semblent plus bavards, notamment ses futurs adversaires. De plus, l’homologation du « réseau La Voix du Nord », à la Libération, passe par l’intermédiaire de Pat O’Leary avant que Natalis Dumez ne devienne officiellement le liquidateur national du réseau La Voix du Nord pour la période 1940-1942.

  • 8 Alexandre Kervarec, Rapport d’activité, 1945, Fonds Diligent.
  • 9 Marie Alice Gallet, Rapport d’activités, 1945, Fonds Diligent.

14Quel statut La Voix du Nord occupe-t-elle dans la filière franco-britannique Pat O’Leary ? S’agirait-il de la « dénomination lilloise » d’un des maillons de la chaîne ? S’agirait-il d’une « entreprise de sous-traitance » ? La réponse est malaisée car le fonctionnement du réseau en « comités cloisonnés » n’offre pas une vue d’ensemble de la filière. Par ailleurs, la diversité et le nombre des interconnexions interdisent toute exclusivité. Cependant, le témoignage d’Olga Baudot de Rouville, le chef clandestin effectif, laisse supposer qu’il s’agit d’une « maille locale » de Pat O’Leary. En effet, elle affirme travailler avec Natalis Dumez et Jules Noutour comme elle est en relation avec le « groupe de Marquette » ou le « groupe de La Madeleine » ou avec le commissaire des renseignements généraux Alexandre Kervarec8 ou encore Marie-Alice Gallet, une jeune institutrice lilloise, fille d’un officier du contre-espionnage français, « la dame tranquille de la résistance »9.

  • 10 Olga Baudot de Rouville, Rapport cité. Sébastien Albertelli note que les services gaullistes ont ap (...)

15L’évacuation rend nécessaires des contacts avec d’autres comités fondés à Saint Orner, dans le haut pays d’Artois, dans les mines, à Béthune, à Arras, en Belgique. Ainsi La Voix du Nord est-elle en relation avec Sylvette Leleu de Béthune et avec le réseau du Musée de l’Homme à Paris. Plus tard, elle travaille avec le réseau belge Comète. C’est que, sans être systématique, le transit par Lille bénéficie des ressources d’une grande ville : capacité d’hébergement et de clandestinité, faculté de produire des faux papiers, complicités diverses que l’on peut fédérer, environnement dans lequel des étrangers peuvent se cacher, même si, par ailleurs, la densité des services répressifs y est beaucoup plus forte qu’ailleurs10.

  • 11 Peter Scott Jones, Conscript heroes. CLE, 2004.

16Les itinéraires empruntés sont nombreux. Les transports s’effectuent le plus souvent en train, parfois en wagons plombés, mais de moins en moins au départ de Lille même car la gare fait l’objet d’une surveillance de plus en plus étroite. Le réseau organise donc les départs d’une gare proche, dans la banlieue, gare que les évadés atteignent en empruntant ou en utilisant les moyens les plus divers dont la bicyclette. « La bécane est fort utilisée » écrit Olga Baudot de Rouville. Les chefs de trains ou les contrôleurs protègent les voyageurs qui utilisent les lignes secondaires menant à la Somme vers Abbeville ou Albert ou par la Thiérache gagnent Paris via Hirson. Les passeurs s’arrêtent en général à Paris, d’où, suivant des destinations différentes ils acheminent les évadés vers Tours et Bordeaux ou vers Lyon via Vierzon ou Chalons. Certains, notamment les Français, passent plus à l’est, par Nancy et Pontarlier. Mais les Britanniques et les Polonais utilisent la voie tourangelle ou bordelaise11.

  • 12 Dominique Veillon, Franc Tireur, Flammarion ; 1975.
  • 13 Louise Buyssens, Rapport d’activités cité, Fonds Diligent.

17La zone non occupée pose d’autres problèmes. Il faut héberger, nourrir, cacher les évadés. La Voix du Nord utilise les services de Louise Thuliez, une des héroïnes de la résistance dans le Nord au cours de la Première Guerre Mondiale et agent du bureau des menées antinationales de Clermont-Ferrand, pétainiste résolue mais tout autant germanophobe12. Elle utilise également l’intermédiaire de Louise Buyssens, une assistante sociale roubaisienne d’origine belge qui, dès l’été 1940, rapatrie des blessés et qui, dénoncée à la Gestapo de Roubaix, pour « aide à l’évasion » se réfugie à Vichy et à Lyon. Sous couvert du « Commissariat au chômage des femmes » elle fait ouvrir des foyers dans lesquels sont accueillis les évadés, français, belges polonais, anglais. Membre du 2e bureau des services clandestins, elle travaille avec Bertie Albrecht et s’intègre ultérieurement à Combat. Pour Natalis Dumez, elle est une très grande et très généreuse amie de La Voix du Nord13.

18Au début de l’occupation les voyages sont fréquents, souvent hebdomadaires. Le nombre des passagers est tel que Louise Thuliez s’inquiète et demande de ralentir le rythme si l’on en croit Olga Baudot de Rouville. Pour les Anglais, dès le printemps 1941, il s’agit de faire passer les officiers, les pilotes ; les simples soldats n’ont plus le même intérêt militaire.

  • 14 Archives municipales de Lille, 5H/4-18, correspondance du maire Paul Dehove.
  • 15 Josette Vogliamicci, Rapport d'activités, 11 décembre 1944, Fonds Diligent.

19Faire évader un homme est « assimilé » à un acte délibérément hostile aux forces d’occupation. Les risques sont donc considérables tant dans la zone interdite que dans la France occupée ou dans la France non occupée car les services allemands veillent tandis que police et gendarmerie vichystes agissent dans une extrême ambiguïté. L’évacuation coûte cher puisque les témoins de l’époque l’évaluent à 1 000,00 francs par passage et par homme. Initialement, la recherche des fonds est improvisée et l’argent a des origines confuses et multiples. À titre d’exemple, le transfert de Jimmy Langley est indemnisé en or que le comité change en monnaie courante14. La filière assure de manière aléatoire l’arrivée de fonds. Ainsi le passeur Harold Cole détourne à son profit les sommes qui lui ont été remises à Marseille, -250 000 francs- destinés aux soldats anglais selon le propos de Josette Vogliamicci15. Dans ces conditions, l’hébergement est pris en charge par le foyer d’accueil tandis que le chef d’antenne avance les fonds destinés à payer les passeurs, le billet de train, les frais de voyage. Olga Baudot de Rouville témoigne qu'elle a emprunté l’argent nécessaire qui lui a été remboursé, plus tard, par Jean de la Olla, le délégué de Pat O’Leary dans la zone nord. À l’évidence les fonds n’arrivent pas avec une grande régularité.

  • 16 M.R.D. Foot et J.-M. Langley, Escape and evasion, Book club associates, 1979; Ian Dear, Escape and (...)

20L’arrestation de l’agent britannique Cole par l’Abwehr, au printemps 1941, son retournement complexe et très ambigu, sa manipulation par le contre espionnage français, entraînent une vague d’arrestations dans le réseau et donc au sein de La Voix du Nord, au cours de l’été et de l’automne 1941. « Ce fut comme un château de cartes qui s’écroule », écrit Olga Baudot de Rouville. Le chef d’antenne de Pat O’Leary à Saint-Omer, Alfred Lanselle, également propagandiste de La Voix du Nord, tombe dans les filets de l’Abwehr comme l’abbé Carpentier à Abbeville et bien d’autres encore. Natalis Dumez se réfugie à Lezennes dans une clandestinité profonde, cachette qu’il quitte de plus en plus rarement. Le réseau doit donc se restructurer. Jules Noutour semble y exercer des responsabilités plus importantes d’autant plus qu’il dispose de nombreux contacts avec les socialistes belges. C’est du moins ce que laisse entendre Olga Baudot de Rouville qui traite directement avec lui. Mais comme le filet de la surveillance allemande se resserre après l’arrestation d’Harold Cole par la police de Vichy, en juin 1942, une onde de choc frappe le réseau au cours de l’été 1942. À peine reconstitué, le réseau se disloque. Très menacée, Olga Baudot de Rouville s’enfuit de Lille à la fin de juin 1942 tandis que les époux Duriez, fuient la région du Nord pour se réfugier à Marseille en octobre. L’arrestation de Natalis Dumez, le 7 septembre, est un « hasard » car la police militaire allemande venait arrêter non pas Natalis Dumez mais les Duriez, agents permanents de Pat O’Leary et membres très actifs de La Voix du Nord16.

21Les agents du réseau, encore en liberté, se dispersent ou se mettent ultérieurement au service de l’évacuation des pilotes anglais et américains par l’intermédiaire du réseau Françoise qui a pris la succession de Pat O’Leary et où agit à Marseille puis à Toulouse Olga Baudot de Rouville à partir du printemps 1943. René Salmon, l’industriel d’Armentières, ou Maurice Pauwels sont parmi les intermédiaires de ce réseau que l’on désigne aussi sous le nom de Shelburne. Il essaie d’acheminer les aviateurs alliés abattus vers la Bretagne. D’autre encore rejoignent la ligne Comète. À l’évidence, les conditions et les modalités de l’action clandestine se transforment et contribuent, en faisant éclater la filière, à faire disparaître une part de l’identité de La Voix du Nord.

Le réseau de renseignements

22Les agents et les membres des réseaux sont confrontés à une contradiction : ils accomplissent, le plus souvent, des tâches multiples alors que les techniques classiques de la clandestinité, rappelées constamment par la France Libre, réclament théoriquement cloisonnement et spécialisation. La Voix du Nord n’échappe pas à ces pratiques qui mêlent plusieurs manières de combattre l’occupant.

23À suivre témoignages et rapports d’activité, on constate, d’abord, qu’une résistance de nature paramilitaire se dessine pendant quelques semaines pour faire pièce à l’installation de l’occupant.

  • 17 André Diligent, Un cheminot sans importance, France Empire, 1977.

24En effet, au cours de l’été 1940, à Lille, à Arras, à Valenciennes, des petits groupes organisent la récupération des armes abandonnées par les combattants. Les fossés de la citadelle à Lille, le canal de la Deûle, les buissons des alentours, sont les lieux de recherche d’armes légères que l’on transporte et que l’on stocke en secret, dans des greniers, des caves, des granges, en attendant qu’elles puissent resservir ; il faut éviter qu’elles ne tombent aux mains des occupants. Des matériels militaires sont volés dans des wagons de chemin de fer en partance pour l’Allemagne17.

  • 18 Pierre Hachin, Rapport d’activité, 1946, Fonds Diligent.

25Par ailleurs, d’autres témoignages font état de « groupes francs » qui mènent des actions de sabotage contre « la machine de guerre allemande ». Actes de violence désespérés qui expriment un refus immédiat et absolu. Plusieurs de ces témoins rejoignent ultérieurement La Voix du Nord comme Raymond Hanaire. Inspecteur des transports, il fabrique des pétards incendiaires qu’il lance contre les camions allemands. Un autre, Floris Heyte, met le feu au garage où sont entreposés des véhicules appartenant à l’armée d’occupation. D’autres groupes, comme celui de Marcel Bommel, directeur du centre de réforme de Lille, procèdent à des coupures des lignes téléphoniques ou vandalisent des véhicules allemands. Dans les communes périphériques de Lille, à Croix, à Ronchin, à Seclin, d’autres incidents analogues se produisent. Les cheminots Jean Delvallez et Pierre Hachin organisent des cours d’explosifs à Lille18.

26Ces actions doivent être préparées ; elles ne peuvent donc pas relever de la simple spontanéité. D’ailleurs, plusieurs témoins avouent avoir été « en rapport avec des agents ou des officiers du 2e bureau ». D’autres ont pris contact avec les services de l’Intelligence Service comme Louis Rabaux, le fils d’un entrepreneur belge installé à Lille. Ils semblent suivre les consignes émises par des organisations telles que le SR, évoquées par le commandant Henri Navarre : camoufler le matériel, mettre en fonction des petits groupes d’action susceptibles d’inquiéter l’occupant sinon de le harceler. Cet activisme n’a qu’une durée éphémère ; elle ne dépasse pas l’automne 1940. Sans donner beaucoup de précisions, Lionel Alloy, jeune professeur de l’enseignement technique, qui a pratiqué les techniques de sabotage dans l’armée, devenu officier du 2e bureau dès juillet 1940 avant d’entrer dans La Voix du Nord participe à cette activité s’il ne l’impulse pas. Dans Les Volontaires de la Liberté, Henri Frenay fait l’inventaire des agents clandestins du SR qui travaillent dans la zone interdite et qui vont agir au sein de La Voix du Nord : Ernest Gaillard, architecte à Cambrai, l’abbé Descarpentries et l’imprimeur Carton dans le Valenciennois, Alfred Lanselle à Saint Orner. Il fait allusion à une « active cellule lilloise » sans citer de noms. Si l’activité d’Alexandre Kervarec, commissaire des renseignements généraux, et probablement celle Marie-Agnès Gallet est avérée, d’autres membres « adhérent aux services secrets clandestins ». Mais peu d’agents donnent des informations précises sur leurs activités clandestines de renseignements et se limitent à faire état de contact avec des agents du SR. L’Intelligence Service exerce une activité intense et recrute beaucoup, dès l’été 1940 ; elle mène une nouvelle campagne au début de l’année 1941. Si à partir de l’été 1942, Centurie, Cohors-Asturies ou Bordeaux-Loupiac recrutent à leur tour, pour un nombre appréciable d’agents les activités se poursuivent avec les services britanniques et même avec les services clandestins français non gaullistes jusqu’à la Libération.

  • 19 Alexandre Kervarec, Rapport d’activités, 1945, Fonds Diligent.

27La Voix du Nord n’est pas une exception car la plupart des réseaux s’appuient sur des services secrets. Ce qui en fait l’originalité, c’est la collaboration entre les services clandestins issus de l’armée d’armistice, ceux du Royaume Uni, et des services belges. De fait, les Britanniques sont intéressés au premier chef par la situation dans la zone interdite tandis que les services dirigés par le commandant Paillole entendent ranimer au plus vite les postes en sommeil ou les agents dormants s’ils veulent disposer d’informations sur l’armée allemande. Dès la fin de l’été 1940, René Ansot retrouve ses responsabilités officielles de chef du personnel de L’Écho du Nord et ses fonctions clandestines de chef du contre espionnage T.R pour le Nord et le Pas de Calais. On peut s’interroger sur les relations entre ses services et La Voix du Nord qui, par ailleurs, est en contact constant avec Alexandre Kervarec, membre de toutes les structures clandestines non gaullistes de renseignements. Plusieurs inspecteurs des renseignements généraux sont, à Lille, des agents de La Voix du Nord. La question se pose également pour Natalis Dumez qui a, selon Alexandre Kervarec, « lui aussi, joué double jeu »19. La durée de cette activité pose une autre question. Lionel Alloy rejoint la résistance en janvier 1941. Est-ce à dire qu’il rompt avec les services secrets qui l’ont recruté auparavant ?

  • 20 Arthur Duriez, Rapport d’activités, 1945, Fonds Diligent.
  • 21 Olga Baudot de Rouville, Rapport d’activités cité.

28Le réseau de renseignements fonctionne selon des méthodes improvisées qui ne respectent pas toujours ni le cloisonnement ni la triangulation. De petits groupes locaux essaiment à Lille et dans la banlieue proche, d’autres en Flandre ou en Artois. A suivre le témoignage d’Olga Baudot de Rouville, l’antenne lilloise reçoit des informations que ses membres lui remettent et « envoie des agents » mener des enquêtes pour répondre à des commandes. Des liens étroits sont tissés avec la Belgique par l’intermédiaire de la mouvance socialiste mais également avec l’armée belge. En décembre 1942, à Lyon, Albert Van Wolput, l’émissaire de La Voix du Nord, insiste auprès de Jean Moulin sur la nécessité de prendre en compte les relations étroites du réseau lillois avec « 25 comités belges ». Des boîtes à lettres sont installées dans des postes qui sont souvent ceux de Pat O’Leary. De fait, à Lille, jusqu’en 1942, le papetier libraire Léon Flèche, recueille et fait transiter les informations à moins qu’elles ne passent par le domicile des Duriez20. Après septembre 1942, ce rôle semble dévolu à Jeanne Parmentier de Lille qui les transmet à Jules Noutour mais également à Alexandre Kervarec. En dehors de l’agglomération de Lilloise, les sources sont muettes. Les témoins ne connaissent pas la destination de leurs informations. Des courriers sont adressés, à Paris, chaque semaine par Alice Petithory qui les apporte à Suzanne Lahaye, responsable du réseau Gloria SMH pour la zone occupée, réseau dont Jules Noutour est le principal agent pour la région interdite. Eugène Denain, un policier, Jean Catrice, un industriel de Roubaix à partir de la fin de l’année 1942, et même, pendant quelques mois, le confectionneur Jules Houcke de Nieppe appartiennent à ce réseau franco-britannique. Les informations sont transmises également par postes émetteurs de Lille, d’Ascq grâce à l’action clandestine d’agents qui ont réussi à subtiliser du matériel à la mairie de Lille voire à Radio-Lille ou qui, comme Olga Baudot de Rouville, en ont acquis auprès d’entreprises21.

  • 22 Paul Paillole, Services spéciaux, Robert Laffont, 1975.

29Les rapports d’activité livrent peu d’informations sur la nature des renseignements glanés. Les témoins citent souvent des « enquêtes sur le pillage économique », enquêtes dont certains extraits sont diffusés dans le journal clandestin ; le trafic ferroviaire donne lieu à une attention particulière. On surveille également les aérodromes de la région dans la banlieue lilloise ou en Flandre (Bondues, Merville) ; on identifie les unités allemandes et on évalue leurs déplacements. La présence dans le réseau d’agents d’origine ouvrière permet d’obtenir des plans d’usines (Tudor, Compagnie de Fives) ; des cheminots, tel Pierre Hachin, fournissent la localisation des nœuds ferroviaires, des ponts ; des postiers enquêtent sur le réseau téléphonique. Plusieurs témoins – Olga de Rouville, Gaston Plehiers, secrétaire de mairie à Saint Orner -, insistent sur la recherche de cartes topographiques qui manquent beaucoup aux Britanniques. Enfin, mais plus tardivement, sont sollicitées les recherches concernant la fortification de la côte et la construction des armes nouvelles autour de Saint Orner. Ces informations sont d’importance inégale pour préparer une offensive militaire. Rares semblent être les renseignements de nature véritablement militaire si l’on en croit des discussions avec les services gaullistes au printemps 1943. Natalis Dumez, à l’automne 1941, aurait disposé de renseignements sur les nouveaux sous-marins allemands, information qu’il pensait à l’origine d’une interpellation par la GFP. Qu’en était-il ? Le commandant Paillole fait allusion à un renseignement analogue sans citer ses sources ni sans évoquer l’avenir de ce renseignement pour lequel l’informateur demandait une somme très élevée (1 million de francs)22. Certaines observations supposent des intermédiaires compétents. Ainsi les plans de l’usine de Fives sont-ils fournis par l’entremise de l’ingénieur en chef Paul Dombrowski. De même, les cheminots Pierre Hachin ou Jean Delvallez recherchent-ils des renseignements ferroviaires, à la source, auprès de la Transportkommandantur de Lille. Les policiers et les gendarmes sont très utiles pour enquêter sur bien des sujets et précisément sur des questions administratives et politiques (les agents de la Gestapo, les collaborationnistes, le marché noir). La police offre également une couverture professionnelle non négligeable puisqu’elle est appelée à intervenir dans des lieux stratégiques.

  • 23 Archives municipales de Lille, 5H/4-5, Correspondance du maire Paul Dehove au commissaire central d (...)

30Le fonctionnement d’un réseau est subordonné aux risques des dénonciations, des infiltrations, et aux arrestations. La Voix du Nord parvient à jouer son rôle jusqu’à l’automne 1943, date de l’arrestation de Jules Noutour et de près de 100 agents dans la région. Les coups portés par l’Abwehr, puis par le SD, ont donc des effets dévastateurs. L’année précédente, l’arrestation de Natalis Dumez a provoqué un choc également très meurtrier puisque plus de 20 agents ont été jugés et condamnés. Ces coups sévères et répétés amputent durablement le réseau et le journal. Des interpellations menées hors de la région peuvent avoir des effets par ricochet. Ainsi, la capture du lieutenant Martineau, chef de l’antenne TR. de Paris, au printemps 1942, entraîne-t-elle la chute de dix agents de La Voix du Nord installés à Lille et à Roubaix sous couvert d’une fonction de « policiers auxiliaires »23. De manière analogue, l’arrestation, à la fin de l’été 1942, à Paris encore, de membres importants du réseau Gloria SMH, entraîne celle de plusieurs agents de La Voix du Nord parmi lesquels l’avocate lilloise Madeleine Martinache. Si Jules Noutour échappe au coup de filet, il doit se réfugier dans la clandestinité totale. Enfin, la coopération avec des réseaux différents multiplie à la fois la présence des agents et les risques qu’ils prennent puisque La Voix du Nord travaille également avec les réseaux belges et polonais et utilise même les services d’Irlandais installés à Lille ou dans la région (religieuses, anciens combattants devenus gardiens de cimetières britanniques par exemple).

  • 24 Témoignage de Natalis Dumez, septembre 1973, Fonds Diligent.

31Le cloisonnement demeure théorique. Si Jules Noutour veille à n’être connu que d’un très petit nombre d’agents, les interconnexions et la multiplicité des activités exposent à des risques parfois sous-estimés, ce que déplore Olga Baudot de Rouville On distingue mal une véritable hiérarchie dans un réseau constitué de maillons aussi différents. En fait, les hiérarchies sont fonctionnelles et dépendent des recrutements. Les témoins font état de responsables de proximité avec lesquels ils traitent selon un organigramme qui fait penser à la triangulation. Mais les rapports d’activité n’ont pas une précision telle que l’on puisse distinguer une organisation très structurée du réseau. Par ailleurs, la pression des filatures induit des évolutions. Ainsi Natalis Dumez se met-il en retrait à partir de la fin de l’automne 1941 parce que les services allemands le surveillent de près24. Dès lors Jules Noutour paraît s’imposer à l’ensemble du réseau comme au sein du journal. Mais n’exerçait-il pas déjà une certaine prééminence auparavant ?

Être agent de La Voix du Nord

  • 25 Claude Rossignol, Rapport d’activités, 1945-1946, Fonds Diligent.

32Il est inutile de rechercher des « pratiques spécifiques de la clandestinité » puisque les contraintes imposées dans la zone interdite sont communes à la France occupée et imprègnent les comportements. La Voix du Nord, comme d’autres organisations de résistance, n’utilise pas avec rigueur les « techniques » de la clandestinité. Des témoins en sont conscients qui veulent réduire les risques. C’est le cas de Claude Rossignol qui atteste de sa volonté d’en savoir le moins possible pour éviter de parler en cas d’arrestation25. Pour sa part, Olga Baudot de Rouville décrit avec véhémence les imprudences commises et revendiquées dans le groupe lillois au sein duquel elle opère. Elle déplore le fantasme de « l’aventure chevaleresque » imaginée par certains de ses proches qui brocardent sa « prudence gestapiste » et regrette que, dans le combat de l’ombre, on se mette trop facilement en dehors du secret en ne « sachant pas tenir sa langue ». Ce discours sévère caractérise une « patronne » qui entend se protéger pour agir le plus longtemps possible et qui définit les critères de la clandestinité comme ceux d’une véritable société secrète.

Qu’en est-il dans la pratique des agents de La Voix du Nord ?

33L’occultation de l’identité semble courante. Ainsi, bien des agents ignorent-ils très souvent le patronyme de ceux avec lesquels ils sont en relation. Ils découvrent à la Libération le nom de Dumez, de Noutour ou d’autres encore. Le système de la triangulation amplifie cette ignorance puisque l’isolement des petits groupes limite la faculté de remonter une filière. De même, en cachant l’identité réelle, l’usage d’un pseudonyme – Hydrogène pour Pierre Hachin, Virgile ou Tacite pour le chanoine Masaï de Tournai, Timéon pour l’instituteur Gaston Dassonville, chef militaire de La Voix du Nord en 1943 et 1944, Vasseur ou Maurice, pour Jules Noutour ou Lecocq pour Lionel Alloy, Thérèse Martin pour Olga Baudot de Rouville – est très fréquent même pour un agent qui n’exerce pas de lourdes responsabilités. On n’en connaît pas pour Natalis Dumez.

  • 26 Archives municipales de Lille, 5/H/9- 40 et 40 bis, Dossier de Maurice Carniaux.

34La pratique de la clandestinité impose, à terme, pour certains, le nomadisme domiciliaire, le secret sur des adresses à protéger, et le changement de profession afin de limiter les filatures et de brouiller les pistes d’investigation. Mais il s’agit fréquemment d’une décision ultime. Ainsi Olga Baudot de Rouville garde son domicile, son activité de professeur d’anglais mais refuse de donner son adresse, se déplace dans Lille et sa banlieue en fonction des entrevues et ne reçoit jamais à son domicile. Les époux Duriez de Lezennes ne procèdent de la même manière puisque leur domicile devient le lieu d’accueil du réseau. Seules les alertes poussent à franchir une étape complémentaire dans le secret tout en donnant le change. Car la clandestinité est d’abord un masque qui n’impose pas nécessairement la marginalité. L’ancien policier Jules Noutour utilise un pseudonyme et se donne l’apparence d’un artisan peintre qui se déplace avec le matériel adéquat. Le jeune Claude Rossignol, recherché par la GFP, change cinq fois de nom et de domicile mais exerce toujours une activité professionnelle d’employé de commerce, d’auxiliaire des impôts ou de répétiteur de collège tout en se cachant également comme étudiant à la faculté des lettres de Lille où il est en contact régulier avec Maurice Pauwels. La clandestinité totale, c’est-à-dire la vie cachée, semble peu courante sauf dans les derniers mois de l’occupation. Les agents maintiennent une vie sociale d’apparence et n’occultent que la part illégale de leurs activités en recherchant parfois une couverture même au sein d’une administration ou d’une institution officielle. Ainsi, des agents n’hésitent pas à rappeler leur rôle au sein des organismes de Secours national, de l’aide aux prisonniers, voire du COSI26.

35Au total, une des grandes activités clandestines des agents consiste en la fabrication et la mise à disposition de fausses pièces d’identité. Initialement, le réseau a eu recours à des membres sympathisants des services municipaux, préfectoraux et policiers. Assez rapidement, La Voix du Nord s’est dotée d’officines de « fabrication de faux papiers » à l’instar de celle qu’anime à Lille, à compter du printemps 1942, le capitaine de réserve Lempereur, un des membres importants du réseau. Un photographe, un photograveur, un secrétaire, sont sollicités au même titre qu’un imprimeur qui fournit le papier bristol.

36Les dossiers d’homologation de « combattants volontaires » apportent quelques indications sur la vie interne de la société clandestine constituant La Voix du Nord.

37D’une part, les hommes constituent le gros du réseau (80 %) ; les femmes ne représentent donc qu’une minorité d’agents mais leur rôle y est plus important que dans d’autres organisations de résistance. La fonction de « solidarité » et Faction de « propagande » menée par le journal alimentent, sans doute, une évidente surreprésentation des femmes. D’autre part, les agents âgés de moins de 20 ans en 1940 ne représentent que 10 % des effectifs. La Voix du Nord n’est donc pas un réseau de jeunes. Le risque de rafles pour le travail en Allemagne incite à une certaine prudence que recommande le journal. La tendance ne s’infléchit sensiblement qu’avec l’institution du STO. « Travailler pour la Voix du Nord » suppose d’avoir acquis la maturité puisque 90 % des agents sont âgés de plus de 20 ans. Si les jeunes adultes - de 20 à 40 ans – constituent le groupe le plus nombreux, la part des hommes et des femmes âgés de 40 ans ou plus est très significative. Beaucoup d’entre eux sont mariés ; rares sont les célibataires sauf chez les plus jeunes. Ces hommes et de ces femmes ont des charges familiales, parfois lourdes. À l’image de la région, les pères ou les mères de familles nombreuses ne sont pas des exceptions. Certains agents comme Maurice Pauwels ou René Potigny se marient et deviennent parents dans la clandestinité. Enfin, la vie clandestine n’empêche pas une vie sentimentale mouvementée que déplore Olga Baudot de Rouville, demeurée célibataire par les effets de la guerre. Elle impute « les négligences » de Jules Noutour à son goût pour les « amourettes », les imprudences des jeunes passeurs à leur souhait de « plaire aux jeunes femmes ». Natalis Dumez, discret quant à lui sur ses relations sentimentales, abandonne sa compagne pour la sœur d’Arthur Duriez avec laquelle il fabrique le journal.

38La vie de couple, et à plus forte raison, la vie familiale, imposent leurs contraintes sur les modes d’engagement et sur les pratiques. En effet, une résistance familiale s’impose naturellement car la sécurité suppose la complicité ou du moins la bienveillance du conjoint. C’est ce qu’écrivent la plupart des témoins concernés quand ils font état de leur résistance. Des pressions sur les enfants sont possibles comme le démontre l’arrestation de Jeanine Noutour en septembre 1943 ; il faut donc les préparer aux risques et organiser leur sauvegarde. Dans des cas très fréquents, la résistance et l’activité clandestine s’assument, dans « la famille élargie », aux alliés, oncles, tantes, neveux, nièces. La famille Duriez domiciliée à Lezennes peut joindre Marles-les-Mines où vit une autre branche familiale avec laquelle travaille le réseau. Les Rabaux font de même à Lille et en Belgique où vivent toujours des parents restés au pays. C’est encore le cas de la famille Constant à Lumbres qui installe le réseau dans le haut Artois avec le notaire Havet qui travaille en compagnie de sa fille.

39Enfin les relations professionnelles, les contacts de voisinage, la vie sociale, alimentent les recrutements qui s’effectuent, d’abord, par cooptation. Ainsi l’usine de Fives, les ateliers métallurgiques d’Hellemmes, la manufacture des tabacs de Lille, les cheminots lillois ou les policiers, constituent autant de points d’accroche des maillons du réseau que densifie la proximité des agents.

40Toute la psychologie du réseau fait référence à la mémoire de la Grande Guerre. « Nous sommes les envahis de 1914 » écrit La Voix du Nord au printemps 1941. En effet, les acteurs principaux sont des « victimes de guerre » parfois comme « anciens combattants » mais aussi comme « victimes civiles ». Natalis Dumez et Jules Noutour sont des blessés du premier conflit mondial ; Jules Noutour bénéficie d’une pension d’invalidité partielle. D’autres agents fondateurs comme Paul Smeckens, Pierre Hachin sont des orphelins de guerre. Le premier est le fils d’un résistant belge fusillé en 1917. Le père de Pierre Hachin est mort au combat. D’autres encore ont vécu leur enfance et leur adolescence dans les séquelles de la guerre. Le père de Marcel Fernez est un grand mutilé de guerre. Les femmes n’échappent pas à cette mémoire tragique de la guerre. Olga Baudot de Rouville est une « veuve blanche » : son fiancé a été tué au combat en 1917. Anastasie Samiez, une des instigatrices des premiers comités lillois, est veuve de guerre. Il n’est pas utile de multiplier les exemples pour caractériser la puissance du marqueur qu’est la première guerre mondiale pour les résistants de La Voix du Nord. La coopération avec les Belges confirme cette fonction de la mémoire de la guerre, qu’il s’agisse des Belges immigrés et de leurs enfants installés dans la région (les Rabaux, Smeckens, Fernez, Kinif, et bien d’autres) ou des Belges demeurés au pays.

41Si le réseau apparaît souvent comme une organisation recrutant parmi les cadres, La Voix du Nord mobilise dans la population citadine modeste. En effet, jusqu’à la fin de 1943, les ruraux et particulièrement les paysans sont absents. Le réseau s’élargit progressivement en recrutant au-delà de Lille et sa banlieue mais Lille fournit les groupes originels Peu à peu, le réseau élargit son influence en Flandre, dans le haut Artois, en Cambrésis, en Avesnois en fonction souvent des relations interpersonnelles qui se tissent. En outre, la sociologie de l’organisation révèle des aspects originaux. Les professions indépendantes ne sont pas les mieux représentées : négociants, entrepreneurs, professions libérales, artisans, fournissent environ 2 agents sur 10. En revanche, les salariés composent l’essentiel des effectifs avec 8 agents sur 10. Parmi eux, les ouvriers représentent une part non négligeable du réseau puisqu’ils fournissent deux agents sur dix. La métallurgie lilloise plus que le textile ou la mine offre les plus gros contingents. Mais La Voix du Nord, réseau populaire, n’est pas une organisation d’ouvriers car la fonction publique et les entreprises nationalisées composent, à elles seules, la moitié des effectifs. Instituteurs, employés de mairie ou de préfecture, agents de la manufacture des tabacs, douaniers, cheminots et policiers, assurent les recrutements d’un résistant du réseau sur deux. Le secteur privé fournit le reste.

  • 27 Paul Paillole, Services spéciaux, op. cit.

42L’organisation couvre donc un spectre social très typé qui n’englobe, ni les catégories paysannes, ni la bourgeoisie riche des villes, ni les catégories sociales traditionnelles des rentiers et petits propriétaires. Elle recrute dans la population active et pour l’essentiel dans des catégories sociales qui, selon les critères de l’époque, sont en ascension. Cette sociologie détermine probablement le refus immédiat du régime de Vichy perçu comme réactionnaire et l’adhésion sans faille à la défense de la démocratie républicaine tels qu’ils s’expriment à travers le journal. L’influence numérique des fonctionnaires rapproche le réseau d’une gauche socialisante d’autant plus que le nombre des agents révoqués pour appartenance à la franc-maçonnerie alimente, en partie, l’opposition. Enfin, l’importance des policiers – 20 % des effectifs totaux - ne manque pas d’intérêt. La dissolution du syndicat, les révocations, la sociabilité policière, favorisent la construction d’un groupe de policiers résistants autour de Jules Noutour car les témoins parlent du « groupe Noutour ». La vie clandestine les met beaucoup à contribution dans des circonstances complexes. Mais ce diagnostic ne doit pas occulter les recrutements policiers au sein des démobilisés de l’armée d’armistice qui arrivent dans la région, comme auxiliaires, dès l’automne 1940. Parce qu’ils combattent l’occupant, ils sont résistants tout en contribuant, parfois, au fonctionnement d’une administration vichyste. Ainsi, à Lille, des policiers ont été recrutés pour arracher les affiches anti allemandes ce qui ne les empêche pas de fournir des informations au réseau de La Voix du Nord. Le rôle des policiers et des agents de renseignements clandestins explique probablement l’intérêt que porte le commandant Paillole au mouvement de La Voix du Nord27.

43Le recrutement populaire, dont se félicitent les responsables, met en lumière le déficit de cadres qu’aggravent les arrestations répétées. Ce phénomène n’est pas spécifique à La Voix du Nord et affecte d’autres réseaux comme Ali France en zone interdite. Il n’en demeure pas moins qu’il s’agit là d’une fragilité pénalisante dont les effets sont ressentis pendant la durée de l’occupation et surtout à la sortie de la clandestinité, quand se prépare la dévolution des pouvoirs.

  • 28 Eugène Hecq, Rapport d’activités, 1944-1945, Fonds Diligent.

44Enfin, le travail d’agent de réseau suppose de disposer des moyens financiers nécessaires. Certaines pratiques se satisfont du bénévolat (solidarité, hospitalité). D’autres, en revanche, entraînent des dépenses qu’il faut assumer : fabrication des faux papiers, renseignement, déplacements, défraiement des passeurs ou des informateurs. Ces charges s’alourdissent quand l’organisation du réseau se développe. Il faut un secrétariat, des agents de liaison, des chauffeurs. Ainsi Alice Petithory, secrétaire de Jules Noutour, reçoit-elle, en 1943, une indemnité mensuelle de 3 000 francs au même titre que Jeanne Parmentier qui centralise les informations. Eugène Hecq, chauffeur et factotum de Jules Noutour perçoit, au même moment, une somme mensuelle de 5 000 francs28. Ces montants apparaissent élevés si on les compare aux salaires moyens. Mais la vie clandestine accumule les risques. Par ailleurs, il ne faut pas oublier que les services allemands rétribuent largement les délateurs : en juillet 1943, ils mettent à prix la tête de Lionel Alloy à hauteur de 500 000 francs. Les agents collaborateurs recrutés dans la population française reçoivent des salaires très souvent supérieurs à 10 000 francs mensuels. Financer le réseau est une quête permanente jusqu’à la fin de 1943.

Le journal clandestin

45Au sein du réseau et avec son concours, se fabrique et se diffuse une feuille clandestine, La Voix du Nord, organe de la résistance de la Flandre intérieure. Publication régulière de 63 numéros, elle est également précoce, même si d’autres journaux clandestins sont nés antérieurement. En zone rattachée, La Voix du Nord n’est pas la première feuille clandestine ni le premier journal résistant si l’on s’en tient à la chronologie revendiquée. Les communistes, dès l’été 1940, publient clandestinement L’Enchaîné, interdit depuis août 1939. Λ l’automne, paraît L'homme libre, journal clandestin et résistant dirigé par l’ancien député-maire socialiste de Roubaix, Jean Lebas. Jacques Yves Mulliez, un officier recruté par les services spéciaux, publie au même moment un journal clandestin et germanophobe, Les Petites ailes. À l’évidence, la fondation de La Voix du Nord marque une étape importante de la presse clandestine régionale car elle inaugure une série qui se développe sur plusieurs mois et dizaines de numéros.

46Après l’échec de l’offensive militaire allemande sur la Grande Bretagne, ceux qui s’opposent à l’occupation se convainquent qu'elle risque d’être longue et qu’il faut construire la vigilance de la population face à l’occupant et à Vichy. La presse clandestine doit y contribuer sans remplacer tracts et libelles. C’est ce qu’ont compris les socialistes qui, avec Augustin Laurent, ancien député de Lille, ont fondé en novembre 1940 « un comité de la presse clandestine » qui organise la publication et la diffusion de la presse socialiste. Qu’en est-il de La Voix du Nord ?

Les conditions obscures d’une naissance

47Dans le numéro daté d’avril 1941, La Voix du Nord définit son programme : refuser les hypocrisies, dire la vérité, rejeter l’occupation et Vichy au nom de la « France éternelle » bafouée par la collaboration et ses promoteurs et appeler les lecteurs à la résistance. Cette affirmation, constamment rappelée, définit le projet clandestin de La Voix du Nord comme celui de la « séparation », ou du divorce avec Vichy. Ce n’est pas singulier dans l’histoire de la résistance car bien des Français sont pétainistes en 1940 sans le rester pendant des mois ou des années. Mais cet éloignement d’avec Vichy ne manque ni d’ambiguïtés, ni d’obscurités.

48Dès l’automne, 1940, la police lilloise découvre des tracts « gaullistes » que personne ne semble revendiquer. Néanmoins, les membres de ce qui va devenir le journal La Voix du Nord n’hésitent pas à rappeler cette activité que Natalis Dumez ignore ou occulte dans son témoignage réquisitoire, Le mensonge reculera.

49Des articles, parus dans la clandestinité, incitent à s’interroger sur la genèse de la feuille clandestine.

50En effet, dans le numéro daté du 17 septembre 1942 – qui suit immédiatement l’arrestation de Natalis Dumez – paraît un article de tête dont l’auteur identifié, Claude Rossignol, lance un appel à poursuivre la rédaction et la diffusion du journal, une « action résistante qui s’est engagée depuis plus de vingt mois » écrit-il. S’il ne faut pas négliger l’effet d’une propagande inhérente à la presse clandestine, il convient de noter que le rédacteur, qui diffuse la feuille clandestine depuis les premiers numéros, fait allusion à une publication dont les débuts se situeraient en janvier et non en avril 1941.

51Que penser de cette remarque puisque les exemplaires de La Voix du Nord clandestine, rassemblés dans les collections connues, portent la date d’avril ? Dans Le mensonge reculera, Natalis Dumez avance une explication : la publication du journal a été différée parce que l’agent chargé de toute la logistique a été arrêté. Roger Helle, un Lillois très actif, est effectivement arrêté en mars 1941. Natalis Dumez omet de dire que cet agent est un propagandiste très impliqué dans la diffusion de Les petites ailes. En revanche, il rappelle que le journal clandestin a été fondé en réaction à l’influence délétère du journal de Jacques Yves Mulliez. Des articles très maréchalistes publiés en février 1941 auraient provoqué la décision.

  • 29 Les petites ailes, novembre 1940.

52À l’évidence, les explications de Natalis Dumez n’offrent pas tous les éclaircissements nécessaires. Les Petites Ailes portent un message antigermanique, sympathique aux Alliés, tout en défendant la thèse de la complicité entre Pétain et de Gaulle. Rien d’extraordinaire à l’automne 1940 compte tenu que déjà, en novembre 1940, un article présente la rencontre de Montoire comme l’expression du « double jeu » et demande de ne pas juger trop rapidement29. Or, le ton du journal ne s’est pas modifié au cours de l’hiver 1940-1941. En fait, bien des agents du journal clandestin La Voix du Nord ont été des propagandistes de la feuille de Jacques-Yves Mulliez. Olga Baudot de Rouville raconte qu’elle transmet des exemplaires à Natalis Dumez. La famille d’Hallendre, de la Madeleine, recopie les articles et distribue des exemplaires. Maurice Pauwels, René Potigny, à Noeux les Mines, Ernestine Arbyn, à Herseaux et bien d’autres font de même avant de contribuer à la propagande de La Voix du Nord et de devenir des agents importants du mouvement. Aucun de ces résistants ne témoigne, ultérieurement, de son indignation devant des textes qu’il aurait réprouvés.

53La fondation de La Voix du Nord serait-elle le fruit d’une scission ou d’une dissidence ? La mémoire de plusieurs témoins associe parfois « naissance de La Voix du Nord » et « disparition », « chute » de Les Petites Ailes. Olga Baudot de Rouville rapporte les discussions qu'elle a eues avec Natalis Dumez sur la presse clandestine au moment où Les Petites ailes lui manquaient. Ces remarques amènent à s’interroger sur des origines peut-être plus complexes de la chronologie du journal.

  • 30 André Caudron, « Les petites ailes », Memor, Villeneuve d’Ascq, 1992 ; Edgard D’Hallendre, « Une fa (...)

54En effet, Les Petites Ailes continuent de paraître jusqu’en mai 1941 avant d’être reprises par Henri Frenay. Le premier numéro de La Voix du Nord, daté d’avril, est donc antérieur à la « fin » connue de Les Petites Ailes. Mais l’histoire de ce journal maréchaliste est fort mal connue30. En effet, Jacques Yves Mulliez appartenait au CIE (Centre d’informations et d’études), que son chef, le colonel Groussard, impliqué dans le limogeage de Pierre Laval, a dissous en décembre 1940. Toutes les cellules de la « branche civile » ont disparu tandis que les services de l’Abwehr ont lancé des coups de filet particulièrement efficaces sur le réseau. Des agents de Les Petites Ailes, membres du SR sont arrêtés ; d’autres doivent s’enfuir, comme Jeanne Huyghe, l’assistante sociale roubaisienne qui trouve refuge à Toulouse. Sans ressources, surveillé par le contre espionnage allemand, le réseau se trouve dans l’incapacité d’agir. Pour sa part, le colonel Groussard recherche un contact avec de Gaulle et prépare un voyage à Londres tout en demeurant vichyssois. Cette démarche a-t-elle des effets sur les agents locaux restants ?

55Un article, paru le 21 mai 1943, renforce la perplexité. Un rédacteur anonyme fait le bilan de l’activité du journal et signale que La Voix du Nord a imprimé « 1 800 000 pages depuis son premier numéro, paru en septembre 1940 ». À la Libération, un membre des « anciens », reprend la référence et affirme que le journal a paru, à Lille, dès l’automne 1940. Aucun des participants de l’assemblée ne conteste ni ne dément. La conjoncture de la Libération éclaire probablement la remarque des anciens : le contentieux vient de s’ouvrir avec les gérants du journal publié librement et ces agents veulent rappeler la précocité de la feuille clandestine.

56Faudrait-il conclure que des résistants de La Voix du Nord revendiquent soit la paternité soit l’héritage d’une des feuilles clandestines publiées à l’automne 1940. En cette occurrence, quelles seraient les origines de La Voix du Nord ?

  • 31 Rapport à l'Oberfeldkommandantur de Lille, juillet 1943, Fonds Diligent.

57Un rapport allemand, daté de juillet 1943, obscurcit encore la situation en notant que La Voix du Nord paraît clandestinement depuis « l’invasion et l’occupation »31.

58Les sources accessibles permettent d’apporter peut-être quelques éléments de réponse.

59D’abord, en tant que liquidateur national, Natalis Dumez homologue deux tracts antérieurs à la publication régulière du journal. Le premier, intitulé Collaboration, est découvert, à Lille, au début de décembre 1940. Il dénonce la supercherie de Montoire. Le second, Prière d’un bon français, ne semble pas avoir été retrouvé mais il a été diffusé puisque les services allemands arrêtent, en mai 1941, Gilbert Delpierre, un ouvrier lillois, diffuseur de ces tracts avant de devenir un des distributeurs les plus dynamiques de La Voix du Nord. La diffusion de papiers courts, placardés ou déposés sur la voie publique, démarche commune et fréquente, précède donc le journal clandestin mais Natalis Dumez n’en revendique pas la responsabilité.

  • 32 Natalis Dumez, Témoignage, septembre 1973, Fonds Diligent.
  • 33 Noël Poupeau, Lettre à Natalis Dumez, 8 novembre 1948, Fonds Diligent.
  • 34 Correspondance de Natalis Dumez et du capitaine Charlet, novembre 1945, Fonds Diligent.

60Le statut personnel de Natalis Dumez en 1940 ouvre d’autres réflexions. En effet, l’ancien maire de Bailleul est un homme déchu, ruiné, sans ressources connues hormis celles que lui procurent des travaux éphémères et non qualifiés. Les relations qu’il a pu tisser se sont dispersées. Or, plusieurs témoignages qu’il a livrés laissent entendre qu’il peut rencontrer, pendant l’occupation, des membres de la Chambre de commerce de Lille, l’inspecteur d’académie, le préfet, sans parler de hauts fonctionnaires de la police. Son dossier personnel contient peut-être un embryon de réponse32. En effet, dans une correspondance qui lui est adressée en novembre 1948, un groupe de résistants, appartenant au réseau Napoléon-Vendée, lui demande une intervention auprès de l’État afin de faire reconnaître le rôle des « comités secrets militaires », comités, écrivent-ils, fondés, à l’initiative d’agents et d’officiers du 2e bureau. Ils justifient leur sollicitation en rappelant qu’ils ont été parmi les premiers destinataires du journal qu’ils ont reçu, dès l’été 1941, par l’intermédiaire de Jean Rousseau, un des fondateurs du réseau La Voix du Nord, membre du SR, puis responsable régional d’Alliance33. Faudrait-il comprendre que le journal clandestin est l’œuvre d’un de ces comités secrets ? Faudrait-il comprendre que Natalis Dumez est un de leurs membres ou qu’il agit en étroites relations avec eux ? Sur ces sujets, Natalis Dumez a toujours gardé le silence. On sait, en revanche, qu’il a rencontré le chef départemental du SR-Terre à Lille au cours de l’automne 1940 ou de l’hiver 1940-194134. À cette date également, Lionel Alloy, membre des services secrets, se rapproche de Jules Noutour qui lui annonce qu’un journal clandestin va être créé.

  • 35 Etienne Dejonghe, « Les communistes dans le Nord Pas de Calais de juin 1940 à la veille de la grève (...)

61À cette époque, publier un journal clandestin est devenu un objectif de la réflexion résistante car la guerre va durer et l’occupation comme la collaboration sont impopulaires. La Chambre de Commerce de Lille sollicite du préfet Caries une intervention pour favoriser la fondation d’un journal anglophile capable de contrecarrer l’influence communiste35. Les observations qu’il fait sur sa proximité avec le président de la Chambre de Commerce ou le préfet permettent de se demander si Natalis Dumez ne s’inscrirait pas dans cette configuration. Les rapports du préfet Caries accordent une attention évidente à La Voix du Nord dans ses principaux épisodes. La correspondance échangée à la Libération avec Alexandre Kervarec montre que l’opération est préparée de longue date et que le commissaire et Natalis Dumez ont de longs entretiens à ce sujet, à Lille « rue des Ponts de Comines ». Enfin, les encouragements d’Olga Baudot de Rouville ne devraient pas faire négliger le rôle des services spéciaux britanniques puisque le journal paraît au moment où le réseau s’est organisé en étroite corrélation avec eux. Or, à cette époque, comme on l’a vu, services britanniques et services clandestins français travaillent souvent en bonne intelligence.

  • 36 La Voix du Nord, avril 1941, Fonds Diligent.
  • 37 Correspondance d’Alexandre Kervarec et de Natalis Dumez, septembre-novembre 1945, Fonds Diligent.

62À l’évidence, Le mensonge reculera n’apporte qu’une vérité partielle. Son auteur défend son activité passée de résistant et justifie ses choix. Mais, en 1946, le discours doit demeurer prudent car la geste résistante simplifie les situations et les engagements. Rappeler la confusion des sentiments en 1940-41 n’est pas opportun puisque seuls comptent les effets de la résistance. Les premiers textes du journal clandestin maintiennent une évidente ambiguïté. S’ils expriment une germanophobie totale et une anglophilie inébranlable, ils ménagent Pétain, qui s’est engagé dans la collaboration mais qui demeure le vainqueur de Verdun36. Dans les quatre ou cinq premiers numéros, le journal espère toujours convaincre les pétainistes de refuser la collaboration et persuader Vichy d’infléchir la dérive collaborationniste. À cet effet, le commissaire Kervarec remet des numéros du journal directement à Vichy car Natalis Dumez croit en la désinformation des hommes du gouvernement37. Les références nombreuses aux Français libres s’adressent à Londres mais désignent surtout les Français occupés qui refusent de se soumettre et entendent demeurer libres. Pour La Voix du Nord, de Gaulle exprime, de l’extérieur, un message analogue à celui de la résistance intérieure. Mais le refus des occupés est antérieur à celui de la résistance extérieure. Les appels de la France libre rejoignent les revendications et les intentions de la résistance intérieure, et non l’inverse. Le 18 juin 1940 n’est pas une date fondatrice pour La Voix du Nord clandestine.

Publier dans la clandestinité

63À partir du second semestre 1940, les autorités d’occupation autorisent trois quotidiens pour l’ensemble de l’agglomération de Lille, Roubaix, Tourcoing. L’Écho du Nord, Le Réveil du Nord, puis Le Journal de Roubaix. Dans le Pas de Calais, quelques organes de presse reçoivent l’autorisation comme le Courrier d'Artois. Cela signifie contrôle étroit des services allemands sur la nature des informations et même sur leur présentation.

  • 38 Archives municipales de Lille, 5H/4-18, Courrier du maire, juin 1941.

64Par ailleurs, sous le contrôle du gouvernement de Vichy, les préfets prennent des arrêtés qui concernent non seulement la presse mais toute l’activité de l’imprimerie. Ils encadrent le négoce du papier et du matériel tandis que « la diffusion, la publication, le collage d’affiches ou de tracts, de dessins, d’inscriptions, sont interdits sur l’ensemble du territoire départemental ». Il appartient aux maires d’appliquer ces dispositions. Le maire de Lille affecte une brigade de police à l’élimination de la propagande par l’écrit38. Publier un journal non autorisé par les Allemands est également un acte illégal pour les autorités françaises et relève de l’action clandestine condamnée par les uns et les autres.

  • 39 Jules Noutour est un policier syndicaliste affecté au poste de Lille Fives. Comme syndicaliste, il (...)

65La plupart des témoins attestent que la responsabilité de La Voix du Nord clandestine revient à Natalis Dumez et à Jules Noutour, son cofondateur dont le rôle est probablement plus complexe qu’on ne l’a dit39. L’un et l’autre ont eu, dans le passé, une activité de presse. Le premier, a animé Le Cri des Flandres, le journal de l’abbé Lemire avant 1914 et a poursuivi, après la Grande Guerre, l’expérience journalistique avec L’Éveil Démocratique. Deux feuilles d’arrondissement destinées à une clientèle acquise. Le second a créé un journal professionnel Le Policier du Nord. Cependant leur expérience journalistique demeure modeste.

  • 40 Lucien Detrez, Quand Lille avaitfaim, Lille, SILIC, 1945.
  • 41 Olga Baudot de Rouville, Rapport d'activités, op. cit. Deux collections du journal clandestin sont (...)

66Tous les témoins qui ont approché Natalis Dumez ou ont travaillé avec lui, ont remarqué l’intérêt qu’il portait à la presse. Lucien Detrez, l’archiprêtre de Lille, évoque leurs entrevues, les discussions sur L’Oiseau de France et la presse clandestine des années 1914-191840. Olga Baudot de Rouville souligne sa curiosité et son goût pour la presse ; elle estime qu’il dispose d’indéniables compétences41. Alexandre Kervarec rappelle leurs entretiens sur le projet initial et leurs échanges sur la presse d’après-guerre. Selon le commissaire, Natalis Dumez avait l’intention de créer un journal au retour de la paix et avait obtenu des assurances et des financements de la part du « neveu de Madame Reboux ». Le rôle fondateur de Natalis Dumez, attesté également par deux agents de Pat O’Lary, apparaît donc peu discutable. Jules Noutour, présenté comme co-fondateur, occupe une position en retrait si l’on songe à la rédaction. En revanche, il semble exercer une forte responsabilité en tant qu’organisateur et l’accroît en 1942 et 1943. Les fonctions de policier qu’il assume jusqu’à la fin 1941, l’obligent à conserver une certaine réserve et une grande discrétion moins utiles après la révocation.

  • 42 Rapport à l'Oberfeldkommandantur de Lille, juillet 1943, Fonds Diligent.

67Natalis Dumez assure qu’il a rédigé, seul, les articles des trente-huit premiers numéros de La Voix du Nord. Ces témoignages réitérés après 1946 contredisent partiellement le contenu du Mensonge reculera, dans lequel Natalis Dumez fait allusion à des collaborateurs comme Louis Blanckaert, professeur de droit à la Faculté catholique, Maurice Vanhoenacker, syndicaliste de la CGT, ou Ernest Wery, conseiller général du Pas de Calais. Tous ceux et toutes celles qui ont travaillé avec lui, attestent après guerre qu’il était « le patron » et que les textes étaient écrits de sa plume. Marthe Adiasse et Germaine Becaert, dactylographes des dizaines de stencils nécessaires partagent la conviction que les manuscrits remis n’avaient qu’un seul et même rédacteur. Henri Lagache, le syndicaliste de la CFTC, qui intervient à partir de mai 1941, émet un point de vue analogue. Enfin, les Allemands qui ont enquêté après l’avoir arrêté le 7 septembre 1942, voient en lui « le principal rédacteur du journal », appréciation confortée par la poursuite de la publication42.

68De telles méthodes ne sont pas exceptionnelles dans la presse clandestine. Libération Nord, à l’audience plus large, a un fonctionnement identique pendant plusieurs mois. Pour sa part, Olga Baudot de Rouville note, en le regrettant, que le travail mené au journal a éloigné Natalis Dumez des autres activités du réseau. Ces observations ne signifient pas qu’un seul rédacteur donne vie au journal mais que probablement Natalis Dumez a procédé à la manière d’un rédacteur en chef classique : retenir notes ou notices fournies par des membres du réseau, les mettre en forme et les publier.

69En faisant paraître le journal clandestin, Natalis Dumez entend « émettre et transmettre la voix de la Flandre française qui résiste ». Le titre met en valeur la sensibilité d’une population qui n’oublie pas la France mais qui exprime la crainte de l’extension du séparatisme. Le titre délimite donc le cadre territorial dans lequel s’inscrit sa résistance. En outre, La Voix du Nord utilise habilement l’argumentaire du prophétisme classique : une élite parle au nom d’une communauté qui ne sait ou ne peut pas exprimer ses revendications profondes. En ce sens, La Voix du Nord n’est pas un « journal d’information » mais plutôt le support d’un appel à l’indignation et à la vigilance. Le journal se consacre moins à la mobilisation des volontaires pour les combats de la Libération qu’à la défense des populations humiliées. « Les pillages allemands », la dénonciation de la propagande, la condamnation de la collaboration, l’appel à une libération armée mise en œuvre par les Alliés, notamment les Britanniques, sont autant de références récurrentes du journal. Ce faisant, La Voix du Nord exprime sa certitude d’incarner « la vraie France » à laquelle doivent se rallier les partisans du double refus, celui de l’Allemagne et celui de Vichy. En ce sens, le journal se fait l’interprète d’un contre pouvoir occulte qui parle au nom des valeurs d’une France éternelle doublement bafouée.

70Le mensonge reculera, en évoquant la geste clandestine, rappelle les difficultés et les risques : la recherche et la protection du matériel, la quête du papier, de l’encre, les déplacements. Cependant, par rapport à d’autres expériences de presse clandestine, La Voix du Nord ne semble pas souffrir d’un déficit de moyens techniques même si la qualité leur fait, souvent, défaut.

  • 43 Rapport du préfet Caries, 2 mars 1942, t. 1, Mémor, Villeneuve d’Ascq, 1998.

71La Voix du Nord se présente sous la forme de feuillets, dactylographiés, ronéotés et agrafés. Avant le 1er janvier 1943, il n’est ni composé – aucune colonne, les articles se succèdent sans hiérarchie – ni imprimé. Jusqu’en en mars 1942, le titre est dactylographié comme la devise républicaine et le sous-titre sans qu’une police de caractères ne les distingue du corps du journal. Composés dans une typographie sans relief, les articles se détachent mal dans la présentation de l’ensemble, en particulier l’article de tête, signé collectivement. Les exemplaires disponibles dans les collections de Bondues ou de Roubaix révèlent les imperfections de la publication : des coquilles ou des fautes d’orthographe fréquentes, des ratures, des « blancs », l’utilisation de machines à écrire multiples, les stencils mal encrés, rendent des phrases parfois illisibles. Dans son rapport de mars 1942, le préfet Caries souligne ces défauts43.

72Dans ces conditions, la publication ressemble plus à un tract de plusieurs feuillets qu’à un journal véritable. Effectuée dans l’urgence par des agents volontaires mais inexpérimentés - impossibilité de recruter des journalistes professionnels - elle n’échappe pas au sort commun des journaux de l’ombre, du moins, à leurs débuts. Ce qui manque ce sont des machines rapides et fiables. Les incidents de fabrication nombreux ne permettent pas la cohérence matérielle d’une livraison de 4000 à 4500 exemplaires. Pour des tirages complémentaires, on a recours à des cheminots amis ou à des employés de la mutuelle lilloise de La Famille qui utilisent une machine de leurs services. La présentation matérielle et parfois même les contenus – tout n’est pas recopié – ne renforcent pas la cohésion du projet.

73À compter de mars 1942, l’impression d’une têtière améliore l’aspect de la première page, authentifie la publication et rend impossibles les reproductions individuelles sinon d’articles spécifiques. En contrepartie, cette innovation complique la fabrication qui doit passer par un atelier d’imprimeur et accroît les risques puisqu’il faut multiplier les lieux de fabrication.

74L’aventure journalistique se concentre à Lille, dans des quartiers ouvriers comme Moulins ou Fives, et dans les communes limitrophes comme Hellemmes, Lezennes, Loos, Ronchin. La prétention d’incarner un mouvement populaire est donc tout à fait légitime même si cette population ne peut fournir tous les moyens financiers nécessaires. Reste que la participation au journal obéit à des motivations diverses.

  • 44 Témoignage d’Alexandre Kervarec, novembre 1945, Fonds Diligent.
  • 45 Henri Lagache, Rapport d’activité, 1951, Fonds Diligent.
  • 46 Témoignage d’Edmond Hordoir, 1948, Fonds Diligent.

75Ainsi la famille Ammeux-Bie, qui a hébergé la « machine » lors de la production du deuxième numéro, rejoint le journal parce qu’un de ses fils recherche la filière susceptible de l’aider à rejoindre l’Angleterre44. Henri Lagache qui souhaite également passer en Grande Bretagne se laisse convaincre par Natalis Dumez qu’il est plus utile à Lille qu’à Londres45. Edmond Hordoir, le négociant lillois qui fournit une nouvelle machine, est sollicité par Henri Lagache au titre de la « solidarité démocrate chrétienne ». Il rejoint les distributeurs du journal en accordant sa confiance à Natalis Dumez – qu’il a perdu de vue – et à Jules Noutour venus négocier ensemble46. Des liens d’hommes à hommes complexes fédèrent une équipe d’hommes et de femmes d’origines diverses. Mais les solidarités sont multiples. Certaines relèvent de la conjoncture et de la rétribution des services rendus. D’autres sont antérieures au projet et se ravivent à cette occasion. Enfin, les affinités politiques vont au-delà de la rencontre entre démocrates chrétiens et militants socialistes.

76La logistique dépend de la responsabilité de Jules Noutour qui recrute les résistants chargés de fournir le papier, l’encre, les stencils et assurent le tirage des exemplaires. Les premiers ravitaillements viennent des « prélèvements patriotiques » au sein de la police, de la mairie de Lille, de la préfecture. Puis des agents de la SNCF (Pierre Hachin, Jean Delvallez), des employés d’administrations privées comme La Famille prennent le « relais ». L’accroissement du tirage oblige à acheter du papier et de l’encre auprès des fournisseurs patentés qui distraient une partie de leur stock au profit de la clandestinité. Il faut même recourir au marché noir ou au troc comme le raconte le cheminot Lucien Delassus. Tout cela a un coût élevé qui augmente encore lorsque le journal se dote d’une têtière et d’un titre imprimé. Le travail de l’imprimeur, le transport de la première page imprimée, accroissent le prix de la fabrication. Enfin l’impression intégrale à partir du 1er janvier 1943 élève encore la dépense.

  • 47 Témoignage de Natalis Dumez, septembre 1973, Fonds Diligent.

77Le financement pose des problèmes récurrents jusqu’à la fin de l’année 1942. La Voix du Nord qui s’interdit d’être une entreprise, assure la gratuité de la distribution. Quelques diffuseurs vendent les numéros dont ils disposent au titre d’une souscription déguisée. Des listes de donateurs sont publiées avec une grande régularité en 1941 et 1942. Ces dons anonymes ou identifiés par des pseudonymes sont sensés fournir les moyens financiers nécessaires. Ils complètent l’apport personnel de Natalis Dumez qui aurait couvert personnellement la dépense des huit premiers numéros. Ces ressources financières avouées sont-elles suffisantes ? À en croire le journal clandestin, la réponse affirmative ne se conteste pas. Cependant, dans un témoignage tardif, donné en septembre 1973, Natalis Dumez estime que le coût d’un numéro atteint, en moyenne, pour six à huit pages, 10 000 à 14 000 francs. Or les souscripteurs apportent, à chaque livraison, au mieux, en 1942 6 000 à 7 000 francs quand, en 1941, les fonds rassemblés n’atteignaient que 3 000 à 4 000 francs par livraison. Natalis Dumez témoigne que, faute d’aides venues des milieux industriels – la Chambre de Commerce de Lille émet un refus – le préfet Caries lui a apporté les financements complémentaires qui, jusqu’en septembre 1942, lui ont permis de couvrir le déficit et de publier47.

  • 48 Témoignage d’Alexandre Kervarec cité, Fonds Diligent.

78Ce récit est difficilement vérifiable car l’origine invoquée des fonds exclut tout contrôle, même a posteriori. Pourtant, quelques indices peuvent corroborer cette assertion tardive. En effet, avant l’arrestation de Natalis Dumez, le journal ne met jamais en cause le préfet Caries ni dans sa légitimité ni dans ses pratiques administratives. Au contraire, le journal clandestin félicite, tous ceux, élus ou fonctionnaires, qui continuent à assumer leurs charges. De son côté, le préfet souligne « les sentiments patriotiques » du journal, du moins en 1941. Selon Natalis Dumez, l’intermédiaire entre les deux hommes aurait été l’épouse du préfet, connue pour ses sympathies résistantes qui participe d’ailleurs à la diffusion du journal. Enfin Alexandre Kervarec confie que le préfet lui a demandé d’assurer la protection de La Voix du Nord, d’informer ses agents des menaces allemandes et de surveiller discrètement les locaux du ronéotype48. A contrario, après septembre 1942, l’équipe qui prend en charge le journal n’affiche plus les mêmes prudences. Surtout, elle est à la recherche de nouveaux financements pour répondre aux besoins.

79Le témoignage de Natalis Dumez s’inscrit dans une conjoncture particulière. Le liquidateur national de La Voix du Nord a entrepris de réhabiliter le préfet de l’occupation et recherche l’appui de résistants incontestables comme Augustin Laurent à Lille, Simone Lahaye et Emile Cornaert à Paris, responsables respectivement du parti socialiste clandestin, du réseau Gloria SMH et du journal Resistance. Si l’ancien maire de Lille et ancien président du CDL qu’est Augustin Laurent souhaite des « soutiens plus larges » pour étayer la démarche, Simone Lahaye et Émile Cornaert apportent leur soutien sans hésiter.

80La contribution préfectorale renforce la thèse d’une naissance ambiguë du journal.

81La confession de Natalis Dumez ne saurait occulter d’autres sources de financement spécialement britanniques. Sans donner de date précise-t-il s’agit au plus tard de 1942 - Simone Lahaye, au nom du réseau Gloria SMH, témoigne quelle a attribué 3 000 francs mensuels à Jules Noutour, car elle appréciait le travail d’un journal quelle aurait aimé connaître à Paris. Elle a poursuivi ce financement tout en sachant quelle enfreignait la règle du cloisonnement clandestin. Qu’est-il advenu de cette source financière après l’arrestation de Simone Lahaye ? Une seconde source de financement provient probablement de Pat O’Leary. Comment comprendre la signification des deux photographies publiées par Natalis Dumez, en 1946 sinon qu’elles s’adressent à un commanditaire qui ne saurait être différent du service britannique puisque le document met en valeur la famille Duriez ?

82À l’évidence, les financements ont des origines plus diverses que ne le souligne Le Mensonge reculera. Son auteur entend mettre en valeur une résistance populaire et insiste sur l’addition de contributeurs modestes qui laissent penser à un mouvement mobilisateur. Pourtant, le journal a besoin de donateurs plus réguliers et de dons plus consistants car réseau et journal s’alimentent aux mêmes sources. Après septembre 1942 Jules Noutour et son émissaire Albert Van Wolput vont rechercher auprès de Jean Moulin et de la France Libre les financements qui leur manquent.

La famille du journal clandestin

83En 1945, Natalis Dumez utilise cette image pour définir le mode d’organisation et de fonctionnement du journal dans la clandestinité. Mais le terme employé recouvre une réalité moins simple puisqu’en compartimentant les relations la pratique clandestine construit un maillage complexe. De nombreux groupes accueillent des hommes et des femmes qui pratiquent une activité illégale de résistance tout en ignorant ceux qu’ils ne côtoient pas personnellement. En naissant au sein du réseau, le journal favorise les rencontres endogènes. Pourtant, il n’exclut pas les rencontres exogènes car bien des acteurs de La Voix du Nord se consacrent exclusivement à la vie du journal et se tiennent à l’écart du réseau comme Henri Lagache, l’ancien permanent lillois de la CFTC. D’autres encore travaillent pour un mouvement différent tout en contribuant à la propagande de La Voix du Nord. Maurice Cuvillon, l’ancien responsable des Jeunesses socialistes du Nord ou Albert Van Wolput, l’ancien secrétaire de la section socialiste de Lille illustrent une telle démarche. En revanche aucun membre du réseau ne se dispense d’une activité au profit du journal.

84Le journal confédère des recrutements variés qui relèvent de sociabilités locales (le quartier), personnelles (familiales et amicales), professionnelles (métiers, entreprises, administrations), syndicales ou politiques. La diversité sociologique et idéologique revendiquée peut mobiliser une résistance patriotique tout en suscitant tensions ou conflits dès que des préoccupations moins unificatrices sont en jeu. La famille ne présente donc pas toujours une grande cohésion. Elle est parfois traversée de luttes d’influence comme le soulignent Claude Rossignol ou Lionel Alloy. Elle doit également se protéger d’un environnement parfois malveillant à en croire les communiqués répétés du journal. Ne pas laisser de numéro sur la voie publique, ne pas en garder chez soi, éviter de citer des noms sont autant de recommandations aux fonctions complexes. Elles visent à introduire un peu de prudence dans une activité dangereuse et rendre le lecteur complice puisqu’il apprend ou mesure le danger en participant au secret. Mais, ce faisant, la famille risque de ne pas s’élargir. Démarche paradoxale – très fréquente à l’époque – puisque le journal veut convaincre dans un milieu qui ne peut pas être tout à fait hostile. En tout état de cause, la devise républicaine affichée sur chaque exemplaire qualifie les limites de la « famille ». Patriotes, certes, mais républicains.

Photo 1 : La Voix du Nord - 5 mars 1942

Photo 1 : La Voix du Nord - 5 mars 1942

85Plusieurs cercles participent à l’organisation et au fonctionnement du journal.

  • 49 Rapport du préfet Carles, 3 octobre 1942, Memor, t. 2,1998.
  • 50 Témoignage d'Emma Gere, janvier 1945, Fonds Diligent.

86Autour de Natalis Dumez, « rédacteur principal du journal » selon le préfet Caries49, gravitent les dactylos et les agents qui assurent la reprographie de la feuille. Ils composent un petit groupe assez stable que bouleversent les arrestations répétées en 1942 et 1943. Ils résident à Lille ou dans la banlieue très proche et se recrutent par cooptation. Ainsi Marthe Adiasse a-t-elle été choisie par Jules Noutour qui connaissait sa famille. De même Arthur Duriez a proposé Germaine Becaert, employée à la mutuelle catholique La Famille ou Emma Gere agent comme lui de la manufacture des tabacs de Lille50.

  • 51 Témoignage d'Albert Van Wolput, 1946, Fonds Diligent. Selon Henri Michel, l’imprimeur de Combat aur (...)

87Le choix des imprimeurs ne relève pas non plus de l’improvisation. Le premier, Charles Lefebvre, comme le second, Félix Planquart, appartiennent à la mouvance socialiste. Ils sont recrutés par Albert Van Wolput, leur unique intermédiaire51. Le troisième, Maurice Carton, appartient au réseau SR Terre mis en place dans le Valenciennois au début de l’hiver 1940-1941. Maurice Pauwels qui le connaît depuis 1940 a fait appel à ses compétences d’imprimeur et de journaliste. En exigeant leur complicité, la clandestinité ne laisse pas leur désignation au hasard.

  • 52 Rapport à l’Oberfeldkommandantur de Lille, 16 septembre 1943, Fonds Diligent.

88La « famille de La Voix du Nord » comprend également le cercle, qui va s’élargissant, des « distributeurs » et des « diffuseurs ». Selon un rapport allemand de 1943, le réseau de diffusion utile des méthodes discrètes mais efficaces qui rendent l’infiltration difficile52.

Photo 2 : Dumez et les piles de journaux

Photo 2 : Dumez et les piles de journaux

89En 1941, la distribution ne s’éloigne pas de l’agglomération lilloise. Des dépôts sont installés comme celui des époux Flèche qui, de leur librairie – papeterie de Fives, se chargent de répartir plus du tiers des 4 000 exemplaires D’autres commerçants sont associés : cafetiers, boulangers, épiciers, dépositaires de journaux autorisés, disposent d’excellentes couvertures pour mener à bien cette activité clandestine. Pour autant, des particuliers se chargent également de la distribution dans les usines où les concierges sont sollicités (ateliers d’Hellemmes, usine de Fives, manufacture des tabacs). D’autres, comme les cheminots, utilisent leur activité professionnelle pour distribuer le journal. D’autres encore se déplacent hors de Lille vers le bassin minier (Marie Duriez) ou l’Audomarois (Jeanne Parmentier), surtout à partir de 1942. La bicyclette, l’autobus, le train, sont les moyens de transports le plus utilisés. La diffusion se fait de la main à la main. On évite la dispersion dans les lieux publics comme les envois par la poste car les exemplaires disponibles ne sont pas assez nombreux.

  • 53 Témoignage de Natalis Dumez, septembre 1973, Fonds Diligent.

90Des petites équipes de six personnes, cloisonnées les unes par rapport aux autres, - les sixaines professionnelles - s’efforcent d’atteindre les sympathisants sur leur lieu de travail. Une sixaine fonctionne à la mairie de Bailleul. Le concierge, bien connu de Natalis Dumez, la dirige et distribue les exemplaires que lui apporte l’ancien maire53. De leur côté, Maurice Cuvillon et Désirée Leprêtre joignent leurs collègues de la préfecture et de la mairie de Lille pour organiser la distribution. Chaque distributeur encourage, autour de lui, la transmission des exemplaires, favorisant, à la fois, le rayonnement (on évoque dix personnes par exemplaire) et le respect du secret dans la clandestinité.

  • 54 Lucien Delassus, Rapport d’activité, 8 juillet 1975, Fonds Diligent.

91La distribution ne construit pas le réseau qui lui préexiste mais contribue à son élargissement. Pour preuve, les cheminots Eugène d’Hallendre et Lucien Delassus nouent leurs contacts, en Artois, le long de la voie ferrée Lille-Arras-Boulogne54. Un autre cheminot, Jean Delvallez, procède de la même manière le long des voies ferrées qui mènent à Dunkerque. Les contacts personnels de Jean Rousseau lui permettent de joindre la Touraine et l’Anjou, dès l’été 1941, tandis qu’Ernestine Arbyn d’Herseaux ou le chanoine Masai de Tournai placent des journaux en Belgique. Les liens d’homme à homme demeurent essentiels et tissent des relais qui mènent à Paris, en Picardie, en Champagne, en Normandie. Au-delà vers le Limousin, la région lyonnaise, la Provence il faut utiliser le portage postal. Ainsi, Raymonde Carette, pharmacienne de Ronchin, cache les exemplaires du journal quelle destine à Nice dans des paquets de produits pharmaceutiques.

  • 55 Témoignage d’Ernestine Arbyn, janvier 1946, Fonds Diligent.

92Pendant les premiers mois les tirages sont insuffisants selon plusieurs distributeurs. Des diffuseurs se chargent de recopier les articles, de les dactylographier et de les reproduire en utilisant des moyens plus ou moins efficaces : machine à ronéoter, nardigraphe, matériel d’imprimerie scolaire, pâte à polycopier. En Belgique, Ernestine Arbyn traduit, en néerlandais, des articles quelle recopie, polygraphie et adresse aux résistants des Pays-Bas avec la complicité de douaniers hollandais. On ignore la qualité, le degré de respect des textes produits, la régularité de la production et de la diffusion de ces exemplaires complémentaires. Mais parfois, c’est un texte tiré du journal sous forme de tract placardé en ville ou laissé à l’entrée d’une usine, d’une église, à l’arrêt d’un tramway, que retrouvent les services de police55.

93Il est difficile de cerner le lectorat. Au cours de l’été 1941, le journal se félicite de mobiliser des « milliers » de lecteurs. Si le tirage des premiers numéros n’a jamais dépassé quelques centaines d’exemplaires, à la fin de l’année 1941, il atteint environ 4500 unités ; avec les tirages annexes, il approche 5 000. La consigne de faire lire le journal par dix personnes différentes permet d’évaluer le lectorat au mieux à quelques dizaines de milliers d’individus. Les listes de souscriptions publiées de l’été 1941 à l’été 1942 offrent une autre mesure. La mobilisation active quelles révèlent progresse avec le temps sans dépasser 200 donateurs par livraison au milieu de l’année 1942. Les effectifs demeurent donc médiocres. Par ailleurs, ils appartiennent à des catégories sociales modestes dont les contributions sont très rarement supérieures à 50 francs – une journée de salaire moyen – et ne présentent aucune régularité. Les adresses qui accompagnent les dons livrent quelques indications sur les statuts sociaux : anciens combattants, mutilés de guerre, veuves de guerre, cheminots, ouvriers, artisans et boutiquiers. Les dons collectifs, assez fréquents, confirment le recrutement populaire. En outre, les souscripteurs accompagnent leurs versements de courts messages où les références patriotiques ne se distinguent par leur fréquence : Honneur et patrie, Français toujours, Victoire, Jamais allemand, Éliminons les boches, Vivent les Alliés. On se plaît aussi à rappeler les valeurs républicaines et démocratiques : Liberté chérie, Pour le droit et la Liberté, ou Vive Marianne. La confiance dans les Alliés - tous les Alliés- s’exprime avec beaucoup de force. Enfin, les donateurs manient fréquemment le sarcasme à l’encontre du régime de Vichy : Un fauteuil pour Pétain, Pétain à l’hospice, Une chaise percée pour Pétain. Néanmoins, l’hostilité à Vichy et à ses hommes n’offre pas, en contrepartie, de références significatives à de Gaulle et à la France libre. Si leur nombre progresse de 1941 à 1942, elles demeurent toujours très minoritaires et ne se substituent jamais à la confiance dans les alliés anglo-saxons.

94À la suite de Natalis Dumez, les historiens ont insisté sur le rôle conjoint des démocrates chrétiens et des socialistes au sein du journal clandestin. Cette coopération aurait préfiguré une forme de travaillisme par anticipation, éphémère ambition de certains résistants dans les mois qui suivent la Libération. Il est difficile de donner une évaluation décisive sur les appartenances politiques des membres de La Voix du Nord car les dossiers personnels des agents évoquent très rarement des préférences religieuses ou politiques. Pourtant les itinéraires individuels antérieurs, les parrainages pour l’accès au journal, les filières d’adhésion ouvrent quelques pistes de recherche.

  • 56 André Diligent, Un cheminot sans importance, op.cit. ; Marc Sueur, « Des chrétiens dans la résistan (...)

95Autour de Natalis Dumez s’agrègent assurément des militants d’origine catholique ce qui ne signifie pas « démocrate chrétien ». En effet, les témoignages de Natalis Dumez font état de contacts avec des prêtres, des congrégations religieuses, des institutions associées au catholicisme social. Mais les dirigeants locaux de la démocratie chrétienne d’avant-guerre appartiennent rarement à La Voix du Nord. Ni Jean Catrice, ni Jules Defaux, ne sont des agents de l’organisation. Marcel Henaux, l’avocat lillois, diffuse le journal sans appartenir ni au réseau ni au mouvement. Pierre Hachin, militant du PDP en 1939, entre à La Voix du Nord à la suite d’un entretien avec un ancien officier français, membre des services spéciaux britanniques et non pas en utilisant les relais « démocrates chrétiens »56. En revanche, diverses formes de l’engagement chrétien peuvent mener à La Voix du Nord : le syndicalisme (Pierre Hachin, Jean Delvallez), la coopération agricole (les frères Decock), le mutualisme (La Famille), la cléricature. Ainsi, Claude Rossignol évoque ses contacts avec l’abbé Huyghe du collège de Marcq-en-Baroeul tandis que Lionel Alloy témoigne du rôle de l’abbé Deconninck à Hellemmes. Pour sa part, le journal fait référence à Pie XI plutôt pour la condamnation du nazisme que pour les enseignements sociaux. Il s’adresse aux catholiques en termes politiques et de les persuader de leur erreur. En septembre 1942, le dernier numéro qu’anime Natalis Dumez lance un nouvel appel à tous les catholiques fussent-ils « pétinistes ». Enfin, il ne faudrait pas minimiser le nombre des agents venus de groupes et de partis politiques très marqués à droite comme le Parti social français ou le Parti populaire français. Les itinéraires de Jean Rousseau ou de Georges Bayart qui adhéraient à ces partis sont plus fréquentés qu’on ne l’a dit.

  • 57 Séverine Mizera, Histoire de La Voix du Nord (1941-1954), TER, Villeneuve d’Ascq, 2004.

96La famille de La Voix du Nord couvre un large éventail politique puisqu’elle mobilise au nom du patriotisme. Elle n’exclut donc que les collaborateurs et feint d’ignorer les communistes. Mais les divergences internes sont fortes. Alexandre Kervarec distingue six groupes entre lesquels les rapports ne sont jamais simples57.

  • 58 Témoignage de Pierre Hachin, janvier 1947, Fonds Diligent.

97Le comité d’Ascq, animé par Pierre Hachin, illustre ce diagnostic. Sur les six agents qu’il a réunis et qui avaient un engagement politique avant guerre, deux appartenaient au parti démocrate populaire, deux autres au parti social français, un à la SFIO, le dernier dirigeait la cellule communiste58.

  • 59 Rapport du préfet Carles, décembre 1942, t. 2, Memor, Villeneuve d’Ascq, 1998.

98L’influence des socialistes a été sous estimée car le militantisme socialiste clandestin a été porté par des vecteurs spécifiques comme L’homme libre ou Libération. Néanmoins il a apporté de nombreux adhérents à l’aventure de La Voix du Nord. Certes, des agents du journal de sensibilité socialiste appartiennent aux appareils clandestins du parti. Maurice Cuvillon, Albert Van Wolput, dans le Nord, André Pantigny ou Camille Delabre dans le Pas de Calais, n’occupent pas des fonctions secondaires au sein du parti clandestin. Mais ni Jules Noutour ni Lionel Alloy n’y occupent de fonctions de responsabilité. Olga Baudot de Rouville, dont les sympathies sont très éloignées du socialisme, juge que la démarche de Jules Noutour est souvent imprégnée d’esprit partisan et déplore sa proximité croissante avec le parti clandestin. Avant septembre 1942, deux épisodes caractérisent cette influence. D’abord, Jules Noutour propose la fusion avec la presse socialiste clandestine lorsque Jean Lebas est arrêté. De plus, la têtière qui authentifie La Voix du Nord est l’œuvre conjointe d’Augustin Laurent, ancien secrétaire administratif de la fédération socialiste du Nord et ancien député, qui a conçu le projet et de Jean Piat, le collaborateur de Jean Lebas à Roubaix, qui l’a dessiné. Le préfet Caries estime, en décembre 1942, que de nombreux militants de La Voix du Nord travaillent, depuis longtemps, pour le comité d’action socialiste clandestin59.

Les tumultes d’une publication clandestine

99Ni l’activité ni le rayonnement du journal ne sont réguliers malgré la périodicité des parutions. Les effets de la répression sont meurtriers et les conflits stratégiques comme les maladresses sont l’origine de bien des déboires.

100L’année 1942 très difficile pour le réseau l’est également pour le journal.

  • 60 Rapport du préfet Carles, 2 mars 1942, Memor, t. 1, Villeneuve d’Ascq, 1998.

101Dans son rapport mensuel, daté du 2 mars 1942, le préfet Caries dresse un bilan de « l’organe d’expression du gaullisme dans la région ». Il signale l’effondrement du tirage qui passerait de 4 000 exemplaires, dans l’été 1941, à 600. Il fait allusion au départ des rédacteurs qui lui avaient donné « une allure nettement patriotique, à ses débuts » et conclut à une faible influence sur la population régionale. La mauvaise qualité de la publication, dit-il, le ton politique, les méthodes communistes, seraient à l’origine des résultats médiocres60.

  • 61 Courrier de Marcel Guislain, 15 mars 1955, Fonds Diligent.

102Le témoignage donné en 1955 par Marcel Guislain, résistant, déporté, fondateur à Roubaix de La Voix de la Nation corrobore en partie ce diagnostic de crise. Dans une correspondance adressée au ministère de l’Information, il rappelle que devant les épreuves subies par la publication de leur journal respectif, les dirigeants ont engagé, début 1942, des pourparlers qui ont abouti à la fusion des deux feuilles, sous un titre commun : La Voix du Nord et de la Nation. Jules Noutour aurait eu l’initiative du projet. Son ami, l’avocat lillois Jean Lavaud, aurait servi d’intermédiaire entre les deux organisations. La décision actée devait s’appliquer à compter de mai 1942. Mais l’arrestation des chefs de La Voix de la Nation dans les premiers jours de mai a fait oublier la fusion. Plusieurs témoignages font état des entretiens entre Jules Noutour et Marcel Guislain mais ignorent leurs conclusions. De fait, bien des diffuseurs d’un des deux journaux ont également distribué l’autre. Natalis Dumez ne reprend jamais l’information après 1945 tout en rappelant la proximité de Jules Noutour et de Jean Lavaud. L’ignore-t-il ? Ou l’occulte-il ? Les dirigeants du journal ne modifient pas son titre ; ils n’ajoutent qu’une référence au Pas de Calais61.

103Ces deux témoignages permettent de cerner sinon la nature de la crise du moins certaines de ses formes. Départs de quels collaborateurs ? Quels changements de ton ? Quelles difficultés de parution ? Les sources manquent mais quelques faits permettent d’appréhender la situation du journal en 1942.

  • 62 La Voix du Nord, 14 juillet 1942.

104L’adhésion au gaullisme mérite d’être relativisée. Si le « gaullisme » exprime le refus persévérant de la collaboration et de Vichy, La Voix du Nord persiste dans la voie du gaullisme. Mais il faut rappeler que le journal porte un regard très nuancé sur le gaullisme. Un article daté du 4 février 1942 analyse la « question de Gaulle » pour conclure que de Gaulle, en se ralliant à la résistance, permet aux résistants de compter encore sur des Français sans voir en lui « un sauveur ». La Voix du Nord publie comme la plupart des autres journaux clandestins le manifeste de de Gaulle sur les objectifs de guerre et de paix pour la France. Mais elle lui assure une publicité tardive. En effet, si les principales feuilles clandestines (Combat, Libération, Franc Tireur), publient au mois de juin ce texte négocié par Christian Pineau en avril 1942, La Voix du Nord le fait paraître le 14 juillet en s’en félicitant comme les autres - « c’est un document historique » - et en l’assortissant d’un commentaire laconique. Pour le journal, de Gaulle confirme son ralliement à la résistance intérieure puisqu’il entend en assumer les objectifs politiques et qu’il lui donne les garanties nécessaires concernant la reconnaissance des droits du peuple à choisir son avenir62.

105La conjoncture oblige le journal à prendre en compte la campagne menée par l’Allemagne nazie contre l’URSS et la solidarité des Alliés anglo-saxons avec Staline. Mais La Voix du Nord n’entend pas surévaluer le risque communiste que la nouvelle alliance contiendrait car, en l’occurrence, plus qu’avec les Soviétiques c’est avec les Russes que les Américains et les Britanniques s’associent. Dès lors, le journal clandestin se refuse à afficher l’anticommunisme ce que le préfet Caries ne peut apprécier. Les relations de Natalis Dumez et du préfet Carles se transforment-elles ? Ces prises de position favorisent-elles des départs ? Les sources disponibles ne peuvent apporter de réponse déterminante. En revanche la publication et la diffusion des journaux clandestins deviennent difficiles puisqu’elles justifient les discussions entre La Voix du Nord et La Voix de la Nation. Il faut d’ailleurs noter que les pourparlers sont menés par des résistants et des socialistes – Marcel Guislain est socialiste – et qu’ils se déroulent au moment où Natalis Dumez, caché, n’assure plus la même présence. Faudrait-il émettre l’hypothèse que la réserve de Natalis Dumez et l’éloignement d’un Henri Lagache, à partir du début de l’année 1942, infléchissent les sources d’information et donc la ligne du journal ? Faudrait-il admettre que La Voix du Nord entend se substituer à l’organe clandestin défunt ?

  • 63 Témoignage d’Alfred Fauquenoy, novembre 1945, Fonds Diligent.

106Le journal n’abandonne pas ses ambitions puisqu’il s’efforce d’ouvrir sa distribution vers la Flandre, le Haut Artois, le bassin minier, le Cambrésis. De nouveaux agents sont recrutés à l’instar de René Potigny, jeune comptable à Noeux-les-Mines ou de la famille des négociants Constant à Lumbres. S’agit-il d’une réponse aux filatures de plus en plus serrées que mènent les services allemands à Lille, ou bien l’expression du désir d’étendre la propagande à l’ensemble de la zone interdite ? Est-il vrai que la population lilloise se détourne du journal comme le note le préfet ? Paradoxalement, la référence initiale à la résistance en Flandre française contenue dans le sous-titre se perpétue. Est-ce le signe des débats internes ? C’est l’époque également où les dirigeants du journal s’efforcent de lui donner une meilleure visibilité en imprimant la têtière. C’est enfin l’époque où prend corps de projet de s’emparer de L’Écho du Nord à la Libération. Lionel Alloy reçoit la mission de rallier au mouvement de résistance les salariés du journal autorisé. Il obtient le registre du personnel de manière obscure. On voit mal comment un personnel hostile a pu livrer un tel document. Intervention interne du chef du personnel de L’Écho du Nord, René Ansot, chef régional du réseau TR que les Allemands arrêtent à la fin du printemps 1942 ? Les rares résistants recrutés au sein du journal de Lille n’apportent pas de réponse même s’ils sont satisfaits d’avoir pu imprimer un calicot pour le « grand jour »63.

  • 64 Texte de Natalis Dumez à propos de Mme Flèche, Fonds Diligent. Rapport d’activité de Claude Rossign (...)

107La présentation matérielle de La Voix du Nord ne s’améliore guère. À l’évidence, les moyens font défaut : le tirage devient effectivement une charge difficile à assumer au point que Lionel Alloy, dont l’autorité monte au sein du journal, imagine d’en réduire l’ampleur. Les proches de Natalis Dumez refusent la proposition. Le matériel demeure médiocre et insuffisant ; les machines tombent souvent en panne car leurs déménagements sont de plus en plus fréquents. Les moyens financiers font défaut pour produire un journal imprimé dans son intégralité. Claude Rossignol estime excessifs les éloges émis par la France libre à l’adresse d’un journal que Christian Pineau, le chef de Libération Nord a emporté à Londres en avril 1942. Toutes ces épreuves expliquent la perméabilité des équipes du journal à l’infiltration d’agents stipendiés par l’occupant tel Marcel Dénèque, alias Capitaine Henry, qui s’introduit chez les distributeurs du journal en se présentant comme un « officier venu de Londres pour aider la résistance »64.

108L’arrestation de Natalis Dumez, le 7 septembre 1942, disperse une partie du réseau de relations et oblige les dirigeants à s’interroger sur l’avenir. Certains veulent arrêter une expérience trop dangereuse dont ils voient mal l’intérêt. Jeanne Parmentier qui demeure en liaison étroite avec Alexandre Kervarec multiplie les interventions pour obtenir la cessation de la publication. D’autres, souhaitent poursuivre l’aventure car la résistance a une mission et une fonction politiques que la presse assume efficacement. Albert Van Wolput et Jules Noutour imposent leur point de vue. L’éditorial, daté du 17 septembre 1942, fixe la ligne en annonçant que le journal poursuit son existence puisque la résistance continue. D’ailleurs la capture du co-fondateur est le fait du hasard puisque les Allemands recherchaient les époux Duriez, dirigeants locaux du réseau Pat O’Leary, et non les diffuseurs du journal. Ils pensaient que Natalis Dumez s’était réfugié en Grande Bretagne. L’arrestation de Natalis Dumez, de Léon Flèche, le principal dépositaire, la fuite des Duriez, organisateurs de la distribution, met à mal le système de diffusion. Pourtant, le journal parvient à se réorganiser. Une équipe renouvelée prend en charge la conception, la rédaction des articles, le tirage et la distribution. La plupart des proches de Dumez disparaissent soit que les contacts sont rompus soit qu’ils sont remplacés par souci de sécurité.

  • 65 Laurent Douzou, La désobéissance, Paris, Odile Jacob, 1994.

109La direction du journal revient à un groupe socialisant animé par Lionel Alloy qui s’efforce de remédier aux faiblesses. Il met en œuvre une pratique plus collégiale qui associe des proches comme Albert Van Wolput, Marthe Alexandre, une institutrice lilloise, Madeleine Alloy, sa femme, directrice d’école, René Leroy, instituteur également et le docteur Leroy, médecin à Lille, Maurice Carniaux, instituteur révoqué. Ils souhaitent donner une plus grande cohérence politique, améliorer la qualité rédactionnelle, remettre en ordre le système de diffusion. Ces premiers efforts se heurtent rapidement au déficit de rédacteurs. Les personnalités sollicitées telles Louis Blanckaert, professeur de droit à la faculté catholique, se récusent. Des engagements ne sont pas tenus car l’écriture est un genre difficile. Le rôle de Maurice Pauwels, contacté et encouragé par Jules Noutour, grandit. Jusqu’alors diffuseur du journal à la Faculté des lettres de Lille, cet instituteur passe pour posséder des compétences d’écriture. De même, André Pantigny, instituteur dans le Pas-de-Calais et membre du parti socialiste clandestin fournit des articles ou suscite des vocations parmi ses amis, Guy Mollet, notamment. Les interventions des résistants du Pas de Calais montent en influence comme le montre le rôle de Pierre Baudel professeur au collège d’Arras, socialiste et fondateur de l’OCM à Arras. Le contenu du journal s’infléchit : les articles apportent plus d’informations, suivent l’actualité de plus près, s’intéressent à la Relève, au STO et s’inscrivent dans une démarche plus combative. Malgré ces efforts, « le comité de direction » constate la modestie des progrès matériels et recherche des financements supplémentaires. Albert Van Wolput et André Pantigny, membres également de Libération Nord, sont chargés d’engager des pourparlers et de joindre Libération Sud où sont arrivés de nombreux anciens agents du mouvement lillois parmi lesquels Maurice Cuvillon65.

  • 66 Rapport de Maurice Cuvillon, 12 décembre 1942, Fonds Diligent.

110Un échange de correspondance permet d’obtenir une entrevue à Lyon avec Jean Moulin grâce à l’entremise des dirigeants des deux Libération, le 10 décembre 1942. Devant Albert Van Wolput, Jean Moulin prend l’engagement de verser à La Voix du Nord une subvention mensuelle de 50 000 francs qui transitera par Libération Sud puisque ni le réseau ni le journal lillois ne sont reconnus par la France Libre. En échange, le financement régulier du journal impose plusieurs contreparties telles que la reconnaissance de l’autorité de la France Combattante, l’organisation du mouvement selon les méthodes préconisées, l’entremise de Libération Sud qui exige une sensible amélioration de la présentation du journal. Convaincu qu’il doit accepter des concessions, Albert Van Wolput entend obtenir de solides garanties de la part de Jean Moulin : ne pas combattre pour un « nouveau roi de Prusse » ou pour « un nouveau dauphin », ne pas être soumis à des ordres qui ne seraient pas discutables, participer à de véritables négociations sur les formes et les hommes de l’unification de la Résistance66.

111De retour à Lille, Albert Van Wolput s’emploie à publier le numéro 47 du journal. Daté du 1er janvier 1943, entièrement composé, imprimé sur quatre pages, sans coquilles, il a belle allure. Un imprimeur lillois, Félix Planquart, qui édite les brochures du parti socialiste clandestin et qui est en contact exclusif avec Albert Van Wolput, en assure l’impression. 15 000 exemplaires sortent de ses presses. Mais un problème surgit rapidement : le réseau ne dispose pas des forces nécessaires pour réussir leur distribution. Albert Van Wolput fait donc appel aux syndicalistes et aux socialistes clandestins pour écouler les deux tiers de la livraison qui a coûté approximativement le montant de la subvention soit 50 000 francs. Pour élargir son rayonnement, le journal a besoin de concours extérieurs.

112Le courrier qu’échangent, en janvier 1943, Albert Van Wolput et Maurice Cuvillon, le secrétaire général de Libération sud, révèle bien des déceptions et souligne, en creux, les faiblesses et les hésitations de La Voix du Nord. Maurice Cuvillon félicite ses amis du Nord de leurs efforts mais nuance ses éloges en regrettant le manque de pugnacité des articles, la cohérence politique d’ensemble parfois fragile. En un mot, il met l’accent sur le déficit persistant de journalistes professionnels et laisse entendre que le journal demeure l’oeuvre d’amateurs dont la ligne politique manque de fermeté. Ces observations sont interprétées comme autant de marques d’une ingérence inacceptable qui nourrit, rapidement, malentendus et tensions entre les deux organisations. En tout état de cause, le journal lillois a besoin d’argent et doit quémander. Sa proximité politique de l’époque avec Libération Sud lui permet d’espérer de nouvelles subventions ou des interventions pour se procurer un matériel plus performant, ce que Libération sud effectue ; mais des contreparties sont nécessaires qui entament l’autonomie et le libre arbitre. Cette revendication récurrente à l’indépendance pousse le journal clandestin à remercier les « généreux donateurs », sans faire moindre allusion à l’accord conclu avec Jean Moulin ni avec Libération.

  • 67 La Voix du Nord, 3 février 1943.
  • 68 Alya Aglan, La résistance sacrifiée, Flammarion, 1999.

113La qualité formelle de La Voix du Nord persiste jusqu’à la fin de l’année 1943 grâce aux financements qui arrivent avec régularité. La tonalité politique des articles se transforme. Désormais, la référence gaulliste devient centrale. Le journal s’engage dans « l’union de la résistance autour d’un seul emblème, la Croix de Lorraine, dans le seul mouvement de la France Libre, sous les ordres d’un seul chef, de Gaulle »67. Le pragmatisme de Jean Moulin a emporté les réserves des dirigeants de La Voix du Nord comme elle a réduit celles de Combat ou de Libération. Mais La Voix du Nord n’est toujours pas reconnue par la France combattante ni comme journal ni comme mouvement même si elle reçoit, sans intermédiaire, à partir de juillet 1943, une subvention mensuelle de 100 000 francs pour des raisons politiques et stratégiques68.

  • 69 Témoignage d'André Carton, 1946, Fonds Diligent.

114L’année 1943, révèle bien des confusions car les débats sur les projets de réorganisation de la résistance créent de nombreux contentieux internes. Pour la France combattante, la presse clandestine n’est pas une priorité. De plus, les contacts tissés avec Libération, dirigés par des syndicalistes et des socialistes, mécontentent une partie des agents de La Voix du Nord qui travaillent avec l’organisation depuis l’automne 1942. Jules Noutour doit accepter l’arrivée au « comité directeur » de personnalités bien éloignées de l’équipe initiale comme Kléber Ringot ou Robert Pouille, membres de la bourgeoisie industrielle et commerciale d’Armentières car il a besoin de cadres. La crise de l’été et de l’automne 1943 – arrestations de Lionel Alloy, de Jules Noutour et de bien d’autres - décapite le journal qui perd un grand nombre de ses rédacteurs et de ses distributeurs. En effet, les arrestations des chefs entraînent celle de plusieurs dizaines d’agents du mouvement. La panique gagne ceux qui parviennent à échapper à la capture. Les archives, la comptabilité ; les documents compromettants sont détruits mais le matériel de dactylographie est saisi par la police allemande qui recherche activement les propriétaires. Dans le sauve-qui-peut général, les épreuves du numéro qui devait sortir sont brûlées chez Maurice Carton, l’imprimeur de Saint-Amand, qui n’évite pas l’arrestation. Seules les formes d’imprimerie sont sauvées ; elles ne peuvent être utilisées parce que Maurice Pauwels, en charge du journal depuis l’arrestation de Lionel Alloy, se cache et ne donne aucun ordre69.

115Le nouveau chef du mouvement, Maurice Bouchery, membre également de l’OCM, hésite mais décide de continuer la publication avec une équipe profondément renouvelée dont il confie la direction conjointe à Robert Pouille et Maurice Pauwels. Les membres du « groupe d’Armentières » en constituent l’ossature : les principaux acteurs en sont, outre Robert Pouille, responsable des affaires politiques, Paul Petit, trésorier, le pharmacien Georges Van Kemmel. Ce groupe s’était violemment opposé à une fusion voire à une alliance avec Libération au cours de l’hiver 1942-1943. Un imprimeur de La Bassée, Louis Berdin, qui utilise le matériel d’imprimerie fourni par la famille Bouchery, assure l’impression des trois derniers numéros du journal. Ce groupe assure l’hospitalité des quelques proches de Jules Noutour qui, comme Alice Petithory, ont échappé au coup de filet. Mais les coups subis sont particulièrement sévères puisque près de neuf agents sur dix, qui ont vécu l’aventure depuis ses débuts, sont désormais dans l’une incapacité d’agir soit parce qu’ils sont arrêtés soit parce que les contacts clandestins sont perdus.

  • 70 René Potigny, Rapport d’activités, 1946, Fonds Diligent.

116Trois livraisons paraissent à l’automne 1943, numérotées de 61 à 63 ; les deux premières ne sont pas datées. Si les articles d’information, dont les sources sont celles du bureau d’information du CNR, demeurent nombreux (libération de la Corse, situation militaire internationale, vie locale), la lecture frappe par la répétition des messages de prudence, des appels à la vigilance, à la confidentialité des contacts et des relations. La nouvelle équipe n’est pas très sûre d’elle-même. La clandestinité totale dans laquelle sont plongés bien des acteurs (Maurice Bouchery, Maurice Pauwels) et les pressions allemandes de plus en plus serrées poussent à l’expression d’une inquiétude croissante. Une question lancinante se pose : les bénéfices retirés par la publication du journal compensent-ils les risques pris par les rédacteurs et les diffuseurs ? Quelle influence effective exerce le journal ? La discussion agite le groupe et le mouvement. Pour preuve, l’ordre donné, par Maurice Bouchery, à René Potigny d’arrêter, en décembre, la publication et la diffusion dans le Béthunois d’une petite feuille clandestine, La résistance française, qui parait comme édition locale de La Voix du Nord depuis l’été70 Au contraire, un ancien membre de l’équipe de Jules Noutour et de Lionel Alloy, Denis Reumont, fonde le journal Le Droit qu’il publie avec un certain succès de l’automne 1943 à la Libération en se plaçant sur le front de l’union des résistances régionales.

117La capture de Robert Pouille, fin décembre 1943 et celle de Maurice Bouchery, début janvier 1944, entraînent l’arrêt du journal. Gaston Dassonville, nouveau chef régional, tranche : la presse clandestine est une aventure qui a fait son temps puisque la population a compris la nécessité du combat contre l’occupant et Vichy pour lequel il faut organiser les forces. À vrai dire, le mouvement ne peut plus se disperser dans des activités épuisantes alors que les cadres qui ont fait le journal sont fusillés, déportés, emprisonnés ou se sont éloignés.

118Cependant, comme organisation de résistance La Voix du Nord entend jouer un rôle actif au sein du Comité départemental de Libération. Désigné comme président du Comité du Pas de Calais, Gaston Dassonville ne peut siéger dans celui du Nord. Après l’arrestation de Robert Pouille, premier délégué du mouvement au sein du CDL du Nord, et de Maurice Pauwels, les candidats à des fonctions de responsabilité politique font défaut. Gaston Dassonville, sur les conseils de Maurice Pauwels, se résout à coopter Jules Houcke, au printemps 1944. Résistant dans des réseaux divers, qui a agi souvent en « tirailleur » selon Jean Catrice, il est un nouveau venu à La Voix du Nord dont il ignore la nature et l’histoire. Ses qualités personnelles – sa cordialité – ses capacités professionnelles - patron d’entreprise - ses compétences administratives - maire de Nieppe - la réputation de résistant acquise surtout dans l’aide aux réfractaires du STO, le portent au Comité départemental de Libération comme représentant civil du mouvement. En charge « des affaires politiques » il participe aux réunions du CDL du printemps 1944 à la Libération. Il représente donc La Voix du Nord aux réunions houleuses qui président à la dévolution des entreprises de presse interdites à la Libération et reçoit la délégation du droit de faire paraître La Voix du Nord libre en utilisant les locaux et l’imprimerie de L’Écho du Nord qu’il faut partager avec le parti communiste et le mouvement du Front national. Sur les conseils de Jean Catrice, délégué du CNR dans le Nord pour les problèmes d’information, ultérieurement, il fait paraître, en juillet et en août 1944 deux numéros clandestins de La Voix du Nord alors que les chefs du mouvement ont pris la décision d’arrêter au début de l’année. Pourquoi ? Dans quelles conditions ? Il s’agit probablement de prouver aux communistes, contrits de devoir partager, que La Voix du Nord survit à tous ses déboires. Cette décision unilatérale, prise en infraction avec les règles et les pratiques de la clandestinité, nourrit le lourd contentieux postérieur à la Libération.

La Voix du Nord : quel mouvement de résistance ?

Une organisation complexe

119La diversité et la complémentarité des activités définissent le mouvement de résistance comme l’ont rappelé tous les résistants. Action, renseignements, propagande, organisation paramilitaire, éventuellement service social, telles sont les fonctions qui identifient un mouvement clandestin. La France combattante, en contrôlant peu à peu les mouvements, s’efforce de faire opérer une nette différenciation entre « le renseignement » et les autres activités parce qu’elle met en valeur l’efficacité militaire mais ses exigences ne rencontrent pas toujours de larges échos auprès de la résistance intérieure.

  • 71 Rapport de Maurice Cuvillon, 12 septembre 1942, Fonds Diligent. Acte d’accusation des membres d’un (...)
  • 72 Jacques Baynac, Présumé Jean Moulin, esquisse d'une nouvelle histoire de la résistance, Grasset, 20 (...)
  • 73 Lucien Delassus, Rapport d’activité, 8 juillet 1975, Fonds Diligent.

120En mars 1943, le journal annonce que depuis « six mois » s’est constitué un « mouvement unissant les patriotes » et qu’à côté du « réseau » et du « service presse » vient de se créer un « service social ». Au printemps 1943, La Voix du Nord revendique donc sa qualité de mouvement. En juillet 1943, la Kommandantur de Lille identifie également « un mouvement de résistance ». Elle situe en 1942 la naissance de ce mouvement de résistance au sein duquel elle différencie le journal et le réseau71. Précédemment, à la fin de l’hiver 1942-1943, la mission Arquebuse, composée de Pierre Brossolette et du commandant Passy, envoyée en France occupée, perçoit l’organisation lilloise comme une antenne régionale de Libération Nord72. Yeo Thomas, l’agent de l’Intelligence Service qui les accompagne, ne porte pas la même appréciation. Pour lui, La Voix du Nord est moins un mouvement de résistance qu’une organisation de défense des populations du Nord et du Pas-de-Calais73. Le journal daté du 1er novembre 1942 qui souligne sa volonté de continuer sa mission de défendre les intérêts de la population du Nord Pas de Calais corrobore en partie ce pont de vue.

121Toutes ces évaluations soulignent la difficulté d’établir une identité claire de La Voix du Nord à laquelle de très nombreux résistants donnent leur adhésion sans connaître le nom de l’organisme qui les engage ; ils y viennent par relations. Par ailleurs, la porosité des limites, la diversité des contacts, l’entrelacs des connexions, ne facilitent pas l’identification. Néanmoins, tous les rapports mettent en exergue le critère régional pour définir La Voix du Nord qui, depuis les débuts de l’occupation, déploie son activité dans la zone interdite et garde des liens étroits avec la Belgique sans appartenir ni à un mouvement national ni à une organisation de l’une des deux zones. La défense de « l’autonomie du mouvement » est une revendication récurrente du journal et de l’organisation qui a improvisé, comme bien d’autres, ses fonctions et ses méthodes.

122Pour cerner la nature du mouvement, il faut évaluer chacun des services qui le composent et déterminer leurs rapports respectifs.

  • 74 Rapport au général Zellner, Oberfeldkommandantur de Lille, 23 septembre 1943, Fonds Diligent.

123Quel rôle effectif joue la feuille clandestine ? Comme on l’a vu, elle ne crée pas le réseau mais l’utilise en partie comme vecteur de propagande. Elle fédère également des individus et des groupes qui recherchent un moyen d’expression vers un public mal informé ou inactif et qui, de ce fait, espèrent mobiliser des indécis. Pierre Baudel, exploite cette démarche dans le Pas de Calais et utilise le journal pour essaimer ou densifier le maillage des groupes locaux de l’OCM. A contrario, la distribution du journal peut contribuer à des rapprochements. Ainsi procèdent les cheminots Eugène d’Hallendre et Lucien Delassus qui trouvent le contact avec le chef régional de l’OCM, Roland Farjon, en distribuant La Voix du Nord le long de la voie ferrée qui mène d’Arras à Boulogne-sur-Mer74. Des agents de Libération Nord procèdent de manière identique. Les rapprochements s’effectuent dans une large palette d’options politiques qui exclut le Front National et le parti communiste. De fait La Voix du Nord demeure très vigilante à l’égard de l’activité communiste même si elle juge que le bolchévisme n’est pas un produit d’exportation. Les Allemands se croient bien informés lorsqu’ils classent le mouvement dans la catégorie des organisations soucieuses d’éviter une trop grande influence communiste au moment de la paix.

  • 75 Correspondance de Maurice Cuvillon et Albert Van Wolput, 8 et 13 janvier 1943, Fonds Diligent. Dani (...)

124Les rapprochements n’empêchent pas les doubles voire les triples appartenances résistantes car chaque organisation revendique avec véhémence sa part d’autonomie et que chacun peut rendre des services pourvu qu’il s’agisse de gêner l’occupant. Au printemps 1943, La Voix du Nord appelle à l’union des résistants sous sa tutelle. Elle ne la réalise pas mais le journal clandestin peut passer pour être un lien sinon même « l’organe général de tous les groupes de résistance » en zone interdite75. Dans le système clandestin, le journal apparaît donc comme un moyen de sortir partiellement de l’ombre. Le lire ou le diffuser n’impliquent pas d’adhérer à l’ensemble des activités du mouvement dont il est l’expression alors qu’on le lit ou on le diffuse parce qu’un ami, un proche, un chef, participe à sa distribution.

  • 76 Alya Aglan, La résistance sacrifiée, op. cit. et Laurent Douzou, La désobéissance, op. cit.

125Jusqu’au début de 1943, les dirigeants de l’organisation n’entendent pas se préoccuper d’une fonction militaire. Fidèles aux schémas et aux présupposés de la première guerre mondiale, ils attendent la libération de la victoire des armées alliées qu’ils appellent de leurs vœux. Albert Van Wolput ne cache pas son étonnement lorsque Jean Moulin l’interroge sur les groupes paramilitaires76. Ce désintérêt est à l’origine de tensions qui s’expriment pleinement au cours du premier semestre 1943. Certes, des caches d’armes existent depuis l’été 1940 tandis que, dans les régions qui s’y prêtent, des hommes s’organisent (Haut Artois, Thiérache). Mais La Voix du Nord ne recrute pas de paramilitaires avant la fin de l’hiver 1942-1943.

126En outre, l’organisation manque d’une ossature solide et de moyens adaptés. Jusqu’à la fin de l’été 1942, aucun organigramme n’est connu. Si des comités sont actifs en dehors de Lille, les Lillois les ignorent et connaissent seulement leur identité, comme l’avoue Albert Van Wolput qui refuse le principe de réunions régulières entre dirigeants. Au nom de la sécurité, il rejette les demandes de Maurice Cuvillon, au nom de Libération Sud qui souhaite la mise en place d’un « comité exécutif » de La Voix du Nord. Il insiste, en revanche, sur l’efficacité des relations interpersonnelles, le dynamisme des agents de liaison qui transmettent des rapports, et sur la loyauté des hommes qui ont tissé tous ces liens. C’est oublier les contentieux qui ne manquent pas depuis les débuts de l’occupation mais ces propos veulent occulter les faiblesses de l’organisation.

127Les contacts avec Libération, et la France combattante comme les difficultés accrues de l’action résistante poussent La Voix du Nord à améliorer organisation et fonctionnement. Au cours de l’hiver 1942-1943, un « comité directeur » du mouvement est désigné qui réunit les proches de Jules Noutour et des hommes comme Kléber Ringot ou Robert Pouille qui adhérent à l’organisation par la diffusion de journal. En outre, une petite équipe de permanents exerce des fonctions de secrétariat et de liaison avec Alice Petithory, responsable de la diffusion du journal, Jeanne Parmentier de la transmission des renseignements et Eugène Hecq, chauffeur et homme de confiance de Jules Noutour. Ces permanents reçoivent des appointements puisque les financements de la France combattante le permettent. Par ailleurs, des dirigeants se spécialisent. Lionel Alloy est adoubé comme chef militaire, reconnu par les autres responsables des mouvements. Maurice Pauwels et Maurice Bouchery sont chargés d’organiser respectivement le Nord et le Pas de Calais. Un fichier est tenu sans que l’on sache ce qu’il contient, liste des distributeurs du journal ou des membres du réseau ? Ce fichier est livré au journal à la Libération. Enfin, la régularité des financements impose une fonction de trésorier qu’exerce Paul Petit un directeur d’usine d’Armentières.

128Est-ce à dire que l’organisation renforce son identité ? Le démantèlement des filières anciennes et les divergences stratégiques de plus en plus évidentes imposent le rattachement à d’autres réseaux comme Comète, Shelburne, Françoise, qui deviennent les filières d’évasion des pilotes britanniques ou américains, ou comme Zéro France, Cohors-Asturies, Centurie, qui recherchent les renseignements militaires. Les agents se dispersent encore plus.

1943 : divergences et divisions

129À l’automne 1942 et au cours de l’hiver 1942-1943 Jean Moulin prépare la coordination des réseaux et mouvements de résistance intérieure sous l’égide de la France combattante. Il lui faut convaincre des résistants persuadés de leur légitimité et méfiants à l’encontre d’une résistance extérieure. Le pragmatisme et la concertation sont indispensables.

130La Voix du Nord qui accepte les financements gaullistes se trouve associée au processus d’unification par l’intermédiaire de Libération nord et Libération sud. La France combattante espère, en effet, que les mouvements locaux vont accepter de se fondre dans des mouvements nationaux afin de réduire l’émiettement et la dispersion des organisations. Pour l’ensemble des mouvements, la France combattante entend différencier et séparer « le renseignement militaire », que contrôlerait le BCRA des autres fonctions des mouvements. Enfin, Jean Moulin entend organiser « l’armée secrète » en fédérant les groupes paramilitaires de la résistance intérieure.

  • 77 Rapport de Lionel Alloy, 30 mai 1946, Fonds Diligent.

131La mise en œuvre de ces projets a des effets considérables pour La Voix du Nord. En effet, ils contribueraient à lui faire perdre toute autonomie mais également à la démanteler et à l’écarteler. La fusion avec Libération l’obligerait à abandonner son identité tandis que la double intervention de Libération Sud et de Libération Nord l’asservirait à une tutelle complexe. La séparation du « renseignement » et de « la résistance » l’obligerait à redéfinir ses objectifs et ses moyens. Quels rapports avec les Belges ? Quelles relations avec les services britanniques ? Pour la France combattante, les avantages sont stratégiques. En passant sous sa tutelle, La Voix du Nord l’aiderait à s’installer là où les Britanniques se sont imposés. Pour Libération Nord et Libération Sud, la fusion ou éventuellement l’alliance, accroîtrait leur légitimité et les forces nécessaires pour peser au moment de « l’unification ». Quels avantages pour La Voix du Nord, en dehors des financements et de la reconnaissance de la France combattante ? Albert Van Wolput en a compris l’intérêt pour les socialistes dont le rôle et la représentativité s’accroîtraient77.

132Le contenu de l’entretien tenu à Lyon, le 12 décembre 1942, est présenté aux principaux dirigeants de La Voix du Nord à la fin de l’année. Les discussions sont serrées car chacun pèse les avantages et les inconvénients du processus. L’engagement financier emporte la conviction d’un grand nombre de participants, selon Lionel Alloy. Mais les dimensions politiques de l’accord inquiètent. Informé par Jeanne Parmentier, qui assiste à la rencontre, Alexandre Kervarec le dénonce comme une « ignominie ». Jules Noutour, hésitant, finit par exprimer son refus. Crainte de voir disparaître le journal auquel il tient de plus en plus ? Effet d’intimidation du commentaire du commissaire Kervarec ? En tout été de cause, la situation demeure très confuse puisque Pierre Brossolette et Passy sont convaincus, au moment où ils engagent leur mission, qu’un accord est conclu entre Libération Nord et La Voix du Nord. La position officielle de l’organisation est livrée dans un communiqué que publie le journal : on affiche une identité de vue avec Libération et on s’engage à une unité d’action, mais aucune allusion n’est faite ni à une « alliance » ni à une « fusion ». En revanche, pour caractériser le propos, on peut reprendre les termes employés par Passy : « contrat d’association ».

  • 78 Colonel Passy, Mémoires du chef des services secrets de la France Libre, Paris, Odile Jacob, 2001.

133Des motifs multiples et complexes entraînent l’échec des projets. L’opposition est venue des « membres du groupe d’Armentières » qui dénoncent une « tactique fractionniste menée par un parti politique », en l’occurrence, les socialistes. Du moins, les survivants le revendiquent après guerre. Les raisons sont immédiatement politiques. Alexandre Kervarec revendique des responsabilités qu’il avoue à Natalis Dumez après guerre. Sont-elles liées à son antisocialisme ou à sa fidélité à un maréchalisme revisité par le giraudisme ? Les ambitions personnelles ont-elles joué ? Natalis Dumez le pense après guerre à propos de Jules Noutour. Passy, qui apprécie la sincérité et la conviction d’Albert Van Wolput, déplore qu’un rapport adressé au BCRA par des « tard venus » ait mis en cause l’émissaire de La Voix du Nord78. L’échec a des incidences sur le rôle ultérieur de La Voix du Nord. En effet, comme l’étroite proximité du mouvement lillois avec les services de renseignements britanniques inquiète les services gaullistes, le refus émis par La Voix du Nord encourage la France combattante à utiliser d’autres réseaux ou d’autres canaux pour accéder à la région du Nord. En ce sens, dans la stratégie d’unification, La Voix du Nord s’est marginalisée. La survie du journal était un objectif décisif pour Jules Noutour alors que la France combattante n’accordait pas d’importance à la presse clandestine. À l’inverse, Libération nord ne souhaitait pas absorber le journal.

134Les négociations reprennent avec la mission Arquebuse début mars 1943. Entre-temps, sont arrivées dans le Nord-Pas-de-Calais une mission du BCRA – la mission Rod – et une mission du SOE, la mission du capitaine Michel.

135Pour le BCRA, il faudrait rapprocher le réseau de renseignements issu de Libération Nord, Cohors - Asturies, et celui La Voix du Nord. Albert Van Wolput qui représente toujours l’organisation du Nord, est très perplexe car on lui demande de mieux cibler « les informations militaires » et de coopérer avec Jean Cavaillès, le chef de Cohors-Asturies. Les relations sont difficiles parce que Jean Cavaillès entend soumettre La Voix du Nord de très nombreuses exigences en matière d’organisation et de fonctionnement. Le résultat de ces pourparlers n’est pas bien connu. Mais, déçu de leur teneur et malmené au sein de son propre mouvement, Albert Van Wolput abandonne sa mission et rompt avec La Voix du Nord pour se consacrer exclusivement à Libération Nord avec son adjoint André Pantigny, du moins jusqu’en juin 1943.

  • 79 Rapport de Lionel Alloy, 30 mai 1946. Fonds Diligent.

136Lionel Alloy, reprend, fin mars, la charge d’émissaire auprès de Libération Nord. Il est désireux d’aboutir car la désignation de l’OCM pour porter la mission Rod l’indigne. Sans rompre avec le journal dont il garde la responsabilité, il fait placer sous l’autorité de Libération Nord les groupes paramilitaires qu’il a commencé à lever pour La Voix du Nord sans en référer au « comité directeur ». Acte personnel qui révèle la nature quasi féodale des liens établis, cette décision contribue à favoriser la formation de l’armée secrète dans la région. L’activité de Lionel Alloy n’a qu’un temps puisque les Allemands procèdent à son arrestation en juillet 1943. Au début de l’été, La Voix du Nord a perdu l’essentiel de ses groupes paramilitaires79.

  • 80 Rapport à l'Oberfeldkommandantur de Lille, 23 septembre 1943. Fonds Diligent.

137La crise l’affaiblit très sensiblement. Tensions interpersonnelles fortes, divergences politiques et stratégiques sévères, La Voix du Nord est traversée d’oppositions de moins en moins sourdes qu’exploitent les services allemands. Ils peuvent estimer qu’en arrêtant Noutour et près de cent agents, ils ont détruit le mouvement80. Or cette crise est née de la volonté de défendre l’autonomie de l’organisation.

138Celle-ci est largement fictive puisque trois missions à caractère militaire sont engagées dans la région au cours des années 1943 et 1944 : le BOA, la mission du capitaine Michel, et celle du lieutenant Lheureux. En sollicitant de manière concomitante les groupes La Voix du Nord, bien que leurs missions, leurs objectifs et leurs pratiques soient globalement différents, elles contribuent non pas à renforcer l’identité du mouvement septentrional mais à le disperser.

  • 81 Rapport de Jean Pierre Deshayes, 18 avril 1947, Fonds Diligent. Edgard D’hallendre, « Jean Pierre e (...)

139Envoyée par le BCRA, à la fin de l’hiver 1942-1943, la mission Rod – le bureau des opérations aériennes dirigé par Jean-Pierre Deshayes – recherche des terrains de parachutage, des lieux pour cacher des armes, des filières d’évasion pour les aviateurs abattus par les Allemands. Conformément au plan de Pierre Brossolette qui prend appui sur un mouvement reconnu et installé en « France occupée », la mission Red recrute ses relais dans l’OCM, et dans une moindre mesure au sein de Libération. La Voix du Nord non reconnue, moins structurée et « mal préparée » est officiellement exclue de la mission. Pourtant Jean-Pierre Deshayes n’hésite pas à employer plusieurs de ses membres adhérents également de l’OCM. Ainsi installe-t-il ses « bureaux » dans les locaux de la Coopérative agricole de Lille, avec René Decock, un distributeur du journal et confie-t-il la responsabilité départementale de la mission à Georges Vankemmel tandis que la plupart des membres du groupe « d’Armentières » sont associés aux opérations comme Jules Houcke. La mission Rod écarte la « direction du mouvement » pour choisir « ses agents » qu'elle finance en leur apportant une subvention de 100 000 francs. Paradoxalement, Jules Noutour travaille occasionnellement avec le BOA par l’entremise d’agents de Libération, preuve supplémentaire de la confusion au sein de La Voix du Nord81.

140En même temps, le SOE envoie une mission qu’il confie au « capitaine Michel », connue comme « W.O. Sylvestre-Farmer » qui doit rechercher des renseignements militaires et procéder à des sabotages sur des infrastructures régionales afin d’amoindrir la machine de guerre allemande. Parmi les agents du réseau recrutés en quelques mois, on trouve de très nombreux membres de La Voix du Nord. Une délégation du mouvement rencontre officiellement les Britanniques en février 1943 et obtient une intégration au sein du W.O de paramilitaires qui participent aux principales actions de Sylvestre-Farmer, notamment au sabotage de l’usine de Fives, en juin 1943. En Flandre, dans l’agglomération lilloise, cet accord fonctionne pleinement. Comme le rappelle Pierre Hachin, le réseau du capitaine Michel livre des armes à La Voix du Nord alors que les services gaullistes les refusent et ne les distribuent qu’après le démantèlement de l'OCM à partir du printemps 1944. Parmi les responsables de W.O. figure Georges Bayart, distributeur très actif de La Voix du Nord qui prend la direction du réseau à la mort du capitaine Michel, en novembre 1943. Or cette mission, comme toutes celles que monte la section F du SOE, entend réunir les adversaires de l’occupant qui n’ont jamais manifesté d’allégeance à de Gaulle.

141Enfin, au printemps, s’installe la mission Joye-Lheureux que la Sécurité militaire du commandant Paillole envoie dans la région pour reconstituer les services clandestins non gaullistes. Plusieurs membres de La Voix du Nord participent à ces actions de renseignement dont ils sont d’actifs complices. C’est le cas d’Alexandre Kervarec, de Jeanne Parmentier, d’Ernestine Arbyn, de Charles Eeckhoudt, en contact régulier avec Maurice Pauwels, pour ne citer que les plus importants.

  • 82 Michaël RD Foot, Des Anglais dans la résistance, SOE en France, Taillandier, 2008 ; Danièle Lheureu (...)

142Sans être antagonistes, ces missions sont concurrentielles puisque les appartenances et les objectifs les distinguent. En offrant l’hospitalité à ces émissaires et en collaborant à leurs activités, La Voix du Nord révèle l’ampleur des diversités qui la traversent au cours de l’année 1943. Gaullistes pour certains, d’autres demeurent fidèles aux Britanniques, d’autres encore défendent le projet giraudiste. L’union pour la libération demeure un objectif essentiel mais dans la conjoncture de la dévolution des pouvoirs les motifs de différenciation ne manquent pas. La stratégie des services gaullistes change au cours de l’été 1943. Il s’agit d’affirmer plus de souplesse à l’égard de mouvements et de réseaux, résolument résistants, qui ne sont pas acquis à la tutelle définitive de la France combattante. L’attribution d’une subvention mensuelle de 100 000 francs, à partir de juillet 1943, pour le mouvement et le journal non reconnus par la France combattante, traduit cet assouplissement tout en confirmant la volonté des services gaullistes de s’implanter dans la région82.

Le mouvement militaire

143Homologué au titre des Forces Françaises de l’Intérieur, le mouvement militaire de La Voix du Nord naît au début de l’année 1943. Après l’arrestation de Jules Noutour, ses dirigeants régionaux Maurice Bouchery et Gaston Dassonville lui donnent une identité forte puisque les volontaires reçoivent un statut de type militaire. Mais que représente-t-il au sein du Mouvement ?

144Né d’une décision de Jules Noutour auprès duquel Lionel Alloy a beaucoup insisté, il se développe à partir des groupes et des comités constitués pour la distribution du journal ou la recherche de renseignements. En ce sens, il déploie une forme de résistance qu’excluaient les fondateurs mais à laquelle les survivants se sont ralliés. La construction du mouvement est donc tardive – ce n’est pas spécifique à La Voix du Nord – et relève de parcours complexes. Quelques exemples illustrent la diversité des itinéraires.

  • 83 Rapports d’activités des groupes de Carvin, Ostricourt et Wasquehal, sans date, Fonds Union Régiona (...)

145Le groupe militaire de Carvin prend naissance à l’automne 1940 lorsqu’un « corps franc » dirigé par un instituteur local, Aimé Degardin, mène des actions de sabotage contre l’occupant. La perspective d’une occupation durable incite à rechercher les moyens d’une résistance de longue durée. Début 1941, ces hommes se raccrochent à l’OCM mais perdent le contact au début de l’année 1942. Dès lors, ils participent à la diffusion de La Voix du Nord clandestine qui leur permet de retrouver, début 1943, leur organisation d’origine. À l’automne 1943, Gaston Dassonville, devenu chef départemental de La Voix du Nord négocie leur rattachement et fait d’Aimé Degardin un de ses adjoints83.

  • 84 Rapports, idem.

146Le groupe d’Ostricourt, qui se déploie sur l’ouest du Douaisis, naît également à l’automne 1940. Il fonctionne comme un des maillons de la filière d’évasion Pat O’Leary. En 1942, ses membres rejoignent Centurie tout en distribuant le journal clandestin. En 1943, le BOA les sollicite mais à l’automne Libération nord et La Voix du Nord sont approchées. Gaston Dassonville se montre ou le plus convaincant ou le plus réceptif aux revendications. Le chef de ce groupe, Jules Carette, un agent de maîtrise des mines, reçoit la mission d’organiser la résistance armée dans l’ensemble du Douaisis84.

  • 85 Rapports, idem.

147Le groupe de Wasquehal offre un autre exemple. Les hommes qui le constituent s’engagent dans la résistance par le refus du STO. Ils organisent le combat contre le travail obligatoire en aidant les réfractaires, en volant des tickets de ravitaillement, en recherchant des emplois de couverture. À la fin de l’année 1943, le nouveau chef départemental de l’OCM, Claude Hugues – alias Tournay – qui appartient à ce groupe, les entraîne à l’OCM jusqu’en avril 1944. À cette date, comme l’organisation à laquelle ils appartiennent est bien ébranlée, et que son chef est arrêté, ils rejoignent La Voix du Nord après avoir rejeté les sollicitations du Front National85.

148Ces trois exemples illustrent quelques-unes des procédés utilisés par les chefs de La Voix du Nord. Si les deux premiers mettent en valeur une proximité temporaire avec la diffusion du journal clandestin, le troisième montre qu’il n’en est rien et que l’on rejoint La Voix du Nord dans une conjoncture de démantèlement d’autres réseaux et mouvements. Car le mouvement militaire se nourrit de tous les résistants, issus de l’OCM, de Sylvestre-Farmer, des réseaux belges comme Comète, qui ont réussi à échapper à la répression de l’occupant. La cooptation vassalique alimente le mouvement militaire ; les chefs de groupes se rallient au terme de négociations complexes. Nécessité induite par la clandestinité ou volonté d’accroître ses forces pour peser sur l’occupant et au moment de la Libération ? La construction du mouvement militaire donne lieu à tractations et suscite tensions et polémiques entre les mouvements. Les volontaires mobilisables qui refusent le STO, c’est-à-dire des jeunes, renforcent l’ossature du mouvement. Tous ces recrutements sont le fait de dirigeants, régional comme Gaston Dassonville ou départementaux comme Maurice Pauwels, ou Aimé Degardin. Aucun témoignage ne fait état ni d’une éventuelle intervention d’un comité directeur clandestin ni d’une concertation avec l’ensemble des chefs de groupes ou de secteur.

149La militarisation est mise en œuvre dès la fin de 1943 dans le Pas de Calais et à partir du début de l’année 1944 dans le Nord. Les deux départements sont divisés en secteurs numérotés pour réduire les capacités d’identification et de filature des services allemands. La Pas-de-Calais se sectorise plus que le Nord parce que la rigueur d’organisation de Gaston Dassonville y est plus forte. Par ailleurs, les secteurs du Pas de Calais sont également plus précoces que ceux du Nord. En effet, leur construction est achevée dans le Pas-de-Calais, à la fin de l’année 1943. Dans le Nord elle s’engage à partir de janvier 1944. Ces secteurs, ne suivent pas nécessairement les circonscriptions administratives, et sont de tailles inégales. Leurs effectifs moyens, avant le 6 juin 1944, atteignent une cinquantaine ou une soixantaine d’hommes ou de femmes. Rares sont ceux qui dépassent la centaine (Ostricourt, Douvrin). Enfin, la répartition géographique ne manque pas d’intérêt. Denses au cœur du bassin minier, ils se dispersent vers Arras ou l’Audomarois. Dans le Nord, les unités se déploient en Flandre, dans le bassin de la Lys et dans le Douaisis et le nord du Valenciennois.

150La sociologie de ces volontaires révèle beaucoup de diversités. L’arrivée des réfractaires au STO rajeunit le mouvement si on compare l’âge moyen des recrutés à celui des engagés de 1941 ou 1942. Les cadres ne sont pas très éloignés des recrutements antérieurs : fonctionnaires et notamment instituteurs, douaniers, agents de maîtrise. Les principaux chefs sont, pour la plupart instituteurs ou directeurs d’école, ce qui témoigne, à la fois, du rôle social de l’enseignant et de la permanence de critères sociaux originaux dans l’histoire de La Voix du Nord.

151La formation de ces hommes issus de milieux différents, portés par des motivations variées, recrutés selon des chronologies multiples, exige à la fois identification et amalgame. Chaque homme reçoit donc une immatriculation en fonction de la date de son engagement – l’immatriculation différencie ceux qui sont recrutés avant le débarquement du 6 juin – une carte d’identité avec photographie, qui justifie une activité résistante et qui doit garantir le respect de certaines règles de vie. À partir du printemps 1944, des séances de connaissance des armes, de maniement des explosifs, ont lieu assez régulièrement mais la formation militaire demeure succincte et prépare plus souvent à la pratique du sabotage plutôt qu’à celle du combat. Le volontaire est implicitement recruté comme un auxiliaire des armées alliées.

  • 86 Rapport du groupe d’Hénin-Liétard, avril 1944, Fonds Diligent.

152L’existence du volontaire ne relève pas nécessairement de la clandestinité totale sauf pour les chefs qui, à partir du printemps 1944, sont contraints à l’abandon de la profession, au nomadisme. Bien que la France combattante accorde ses subventions, le mouvement continue à lever des souscriptions pour les armées de la résistance, preuve s’il en est qu’il souhaite évaluer sa popularité auprès de la population. Ces souscriptions posent progressivement problème parce qu’avec le printemps 1944 « les cerveaux commencent à s’échauffer »86.

153Le mouvement militaire de La Voix du Nord participe aux Forces Françaises de l’Intérieur, avec les mouvements survivants qui se sont militarisés. Il agit également sur le terrain par des actions de sabotage contre des sites économiques, des lieux stratégiques (voies ferrées, ponts, écluses, lignes électriques ou téléphoniques) ou en stockant des armes.

  • 87 Discours de Gaston Dassonville, Loos, 26 juin 1949, Fonds Diligent.

154Il n’est pas simple d’appréhender la place du mouvement militaire dans La Voix du Nord. Forme ultime de son développement, il s’affirme au moment où l’activité politique et les actions de renseignement spécifiques s’affaiblissent. Doté d’un organigramme fragile et constamment remis en cause par les arrestations, il exerce une influence croissante car la conjoncture s’y prête. En effet, rares sont les organisations dénuées de fonctions militaires. Par ailleurs, l’installation et le fonctionnement des Conseils Départementaux de Libération tarissent la fonction politique de l’organisation qui émet vœux et souhaits en négociant avec les mouvements et partis associés au CDL. Les adhésions au mouvement militaire, en nombre croissant avec l’approche du débarquement, transforment plus qu’elles ne renouvellent La Voix du Nord du passé. En effet, la plupart des groupes identifiés en juin 1944 n’avaient qu’une taille très modeste – quand ils existaient – en 1941 ou 1942. Le nombre de leurs membres a souvent décuplé depuis la fin de l’année 1943 comme les sources le révèlent. Les nouveaux adhérents ignorent bien des épisodes de l’histoire de La Voix du Nord dans leur majorité. Bien des témoignages, dont ceux de Gaston Dassonville ou de Jules Houcke, sont particulièrement éloquents87. À l’inverse, les anciens qui ont pu échapper à l’arrestation mais ont perdu leurs contacts ou ont dû fuir ne connaissent pas l’identité du mouvement militaire. Ou la connaissent mal.

155Au moment du débarquement des Alliés en Normandie, les chefs militaires constituent l’essentiel du « Comité Directeur de la Voix du Nord » du département du Nord puisqu’à l’exclusion de Jules Houcke tous commandent des secteurs militarisés.

156Est-ce à dire que la fonction politique est exercée indépendamment du mouvement qui ne la contrôle pas ?

Sortir de la clandestinité

157Transitoire, dans la plupart des cas, la clandestinité suppose d’en sortir à terme. Chaque clandestin recouvre alors son identité, ses conditions de vie, son statut. Il est possible de quitter la clandestinité de manière progressive et paradoxale. Ainsi l’arrestation, le jugement, la sanction, peuvent constituer des étapes encore que, avec le temps, les services allemands n’explicitent plus ni les interpellations ni les emprisonnements. Les condamnés pour faits de résistance subissent des peines de plus en plus lourdes, condamnations à la déportation voire à la procédure NN pour la plupart des résistants de La Voix du Nord arrêtés à partir de septembre 1943.

158La publication du journal est déjà, en soi, une étape du dévoilement surtout à partir de 1942, date à laquelle La Voix du Nord publie des communiqués sur une part de l’activité clandestine (le mouvement, l’union des forces clandestines) et donne des informations sur la préparation de la Libération (les comités de libération, les sanctions). Mais l’évidence, la fin de l’occupation en constitue le moment crucial puisqu’elle fait disparaître les raisons de la clandestinité. Le journal offre des éléments de choix pour illustrer le propos.

La fondation d’une entreprise de presse

159Comme les autres mouvements de résistance reconnus, La Voix du Nord reçoit l’autorisation de faire paraître le journal le 3 septembre 1944 après que le Comité départemental de Libération lui a confié, les locaux, l’imprimerie, l’administration et le personnel de L’Écho du Nord, en partage avec le Front national et le parti communiste. Daté du 5 septembre 1944, le « premier numéro de la liberté » s’inscrit symboliquement dans la succession des livraisons du journal clandestin puisqu’il porte le numéro 66. Trois gérants provisoires en assument la responsabilité : Jules Houcke, Charles Bertrand, surveillant général du collège d’Armentières, ingénieur André Danchin, ingénieur civil à Lille, membre du parti démocrate populaire avant 1940 mais non membre de La Voix du Nord. Le premier numéro salue la libération et le libérateur Charles de Gaulle, ce qui n’a rien d’exceptionnel dans la presse de l’époque. Il publie, en outre, un communiqué qui frappe les chefs du mouvement militaire issus majoritairement du Pas-de-Calais : Jules Houcke y est qualifié de « chef bien aimé du mouvement de La Voix du Nord ». Les dirigeants des groupes militaires expriment leur surprise et s’étonnent que les communiqués du mouvement sur les combats, la mort de volontaires, les difficultés du retour à la liberté, ne rencontrent aucun écho auprès du journal. Ils s’interrogent mais n’entendent pas entraver le fonctionnement du quotidien dont ils espèrent la réussite et font confiance à Jules Houcke qui est missionné pour y parvenir. De plus, la dévolution des pouvoirs, la réorganisation des administrations, la pacification d’une population parfois enfiévrée, les préoccupent tandis que certains groupes partent combattre à Dunkerque ou rejoignent la 1re armée. Comme dans les premières semaines la diffusion demeure modeste en dehors de Lille, bien des résistants sont mal ou peu informés. Cette conjonction explique qu’en décembre, c’est-à-dire trois mois après la libération, le mouvement adresse encore ses félicitations les plus vives à l’équipe qui a pris la publication en charge.

160Les trois gérants ont l’ambition de faire un journal rayonnant. Malheureusement le papier manque. On utilise les services de journalistes, de cadres administratifs de L’Écho du Nord très inégalement convaincus : aucun d’entre eux n’a rejoint la résistance. La cohabitation avec les communistes n’est pas toujours sans nuages. La concurrence politique a repris, active. Enfin, la presse issue des mouvements paraît dans des conditions provisoires ; les ordonnances prévoient les modalités et le calendrier de fondation des sociétés de presse juridiquement fondées.

  • 88 Rapport d’Albert Fauquenoy, 1945, Fonds Diligent.

161Dans les premières semaines, le journal libre reçoit les encouragements de résistants qui ont vécu l’aventure depuis ses débuts. Une liste des diffuseurs clandestins, du moins de leurs matricules établie pendant la clandestinité, est remise au directeur-rédacteur en chef Léon Chadé un ancien cadre de L’Écho du Nord désormais interdit. Des acteurs non négligeables - le père d’une des premières dactylographes, le photograveur Alfred Fauquenoy, l’électricien Lannes de L’Écho du Nord et des résistants - apportent à Jules Houcke, les informations qu’il sollicite sur le journal clandestin, son fonctionnement, ses agents. Chacun est prêt à contribuer à l’entreprise. Personne ne s’étonne que Jules Houcke leur ait dit qu’un accord avait été conclu avec la direction de L’Echo du Nord, parce que le titre, même s’il n’a pas la même apparence que celui de la clandestinité, est celui de la clandestinité88.

162Les dirigeants du mouvement et les gérants se sont accordés, au début octobre 1944, sur la formule de la SARL conforme aux vœux d’éviter à la presse de devenir une entreprise commerciale et sur l’appel à une souscription auprès des résistants. Pour y parvenir, il faut informer ceux qui ont participé à l’aventure du mouvement sous ses diverses formes et dans ses différentes étapes. Les déportés doivent constituer une catégorie spécifique.

163Une telle démarche n’aurait pas dû susciter ni méfiance ni soupçon. Cependant, la procédure utilisée par les gérants soulève des doutes. Pourquoi le journal lance-t-il, de son initiative l’appel à la fondation d’amicales de La Voix du Nord alors que les chefs de groupes sont ignorés dans un premier temps ? Pourquoi le lancer sans prendre de précautions sur la validité des engagements résistants de ceux qui y adhéreraient ? La réponse du journal tire argument de l’urgence : il faut que la société de presse soit prête pour la fin du premier trimestre 1945. Les chefs militaires s’interrogent sur les raisons d’une précipitation qu’ils jugent inopportune. Quelques amicales s’organisent, parmi lesquelles, celle qui rassemble « les anciens de La Voix du Nord », en fait les premiers compagnons de Natalis Dumez. Cependant, la souscription ne transite pas par leur intermédiaire mais par celui des chefs de secteurs et de groupes qui peuvent reconstituer les filières et valider l’engagement. Dans le Pas de Calais, Gaston Dassonville prend en charge la distribution des bulletins. Le journal publie plusieurs communiqués, en octobre, novembre et décembre, pour solliciter les éventuels souscripteurs.

  • 89 Courrier de Jules Houcke aux souscripteurs, 16 avril 1945 et Témoignages d’Albert Bréda et du docte (...)

164En définitive, cette étape ne soulève pas d’objections majeures. Le nombre des titres (6 500) laisse à penser que l’entreprise va reposer sur un « actionnariat populaire » ; mais leur montant – 1000 francs par action, soit l’équivalent d’un salaire mensuel moyen d’un ouvrier - écarte inévitablement bien des volontaires dont les ressources excluent un tel investissement. Les chefs de groupes et de secteurs qui tentent de placer les bulletins ne s’interrogent pas vraiment ni sur le sens des non-réponses ni sur les réponses négatives. En revanche, des souscripteurs potentiels sont sollicités « pour aider Jules Houcke » comme en témoignent Albert Bréda, agent d’assurances à Croix, fondateur des Résistants d’inspiration chrétienne et membre de la délégation municipale de Roubaix au titre de La Voix du Nord ou le docteur Carré de Roubaix qui emprunte la somme nécessaire à la souscription de dix actions, « dernier geste en faveur de la résistance »89. Il n’en demeure pas moins que le nombre des souscripteurs, pour être important – 2 500 souscriptions – ne permet pas de couvrir les besoins de financement du journal puisque les 6 500 actions sont loin d’être souscrites.

165C’est à partir de la mi-novembre que le soupçon et la méfiance s’amplifient. Le Comité des anciens de La Voix du Nord, qui se fonde à ce moment, s’interroge sur l’oubli dont il a été victime. En effet, aucun de ces anciens, n’a pas été sollicité par les chefs de groupes qui ne les connaissent pas ni par les gérants. Parmi eux, Alexandre Kervarec, Marcel Fernez, les époux Duriez, l’épouse de Maurice Pauwels, déporté, Germaine Becaert, qui entendent faire valoir leurs droits. Droits moraux sur le journal qu’ils ne reconnaissent pas, même dans sa présentation, droits de victimes de l’action clandestine puisque, parmi eux, se trouvent des résistants dont la famille a été démantelée ou ruinée par l’activité résistante. C’est le cas des Duriez, des Fernez, que les Allemands ont condamnés à mort par contumace et dont ils ont confisqué tous les biens. C’est également le cas de la fille de Jules Noutour, une jeune adolescente sans nouvelles de ses parents et sans ressources, Ils évoquent également les droits de fondateur pour Natalis Dumez, toujours déporté. Ils expriment leur intention d’obtenir des secours immédiats et le recrutement d’anciens agents au sein du journal. Peu convaincus de se faire entendre, ils font appel à un avocat lillois, Maître Quembre, qui n’a jamais appartenu à La Voix du Nord mais qui connaît les dossiers puisqu’il a été commis pour défendre les résistants devant les tribunaux allemands. Les démarches individuelles puis collectives auprès du journal se multiplient ; les solliciteurs, inconnus de Jules Houcke, ne reçoivent pas un accueil particulièrement enthousiaste. De leur côté, les chefs de groupes et de secteurs s’organisent à leur tour et missionnent Raymond Bacart, chef de secteur à Béthune, pour engager des pourparlers avec les gérants du journal. Ces deux groupes de contestataires ne se connaissent pas et n’agissent pas de conserve car leurs revendications ne coïncident pas. Jusqu’en janvier 1945 les discussions se poursuivent même si elles sont parfois difficiles.

166Les raisons de la mobilisation se précisent. Comme les résultats de la souscription sont insuffisants et fournissent un actionnariat émietté, donc incontrôlable, Jules Houcke prend la décision, sur conseils d’avocats, de fonder une société en commandite par actions. Forme classique de société capitaliste, elle a l’avantage de distinguer deux catégories d’actionnaires : les commanditaires qui disposent d’un pouvoir difficilement contrôlable et les commandités qui apportent le capital sans avoir nécessairement le droit de peser sur les décisions essentielles. Habilement, une telle société peut faire appel à des capitaux de « non résistants » tout en sauvegardant « l’esprit de la résistance ». Ce faisant, les commanditaires – les gérants – maîtrisent l’avenir puisqu’ils ont également la capacité de « contrôler le capital » en choisissant les futurs actionnaires. Mais ils sont personnellement responsables des dettes éventuelles de l’entreprise. Une société de ce type a nécessairement une fonction commerciale et confère aux actionnaires un droit à profit.

  • 90 Rapports de Raymond Bacart, 16 janvier 1945, et 21 février 1945. Fonds Diligent.

167Légale selon l’ordonnance du 26 août 1944 cette formule juridique ne convient pas aux contestataires qui protestent parce qu'elle instaure une entreprise en contradiction totale avec l’ambition clandestine. Conscient que des contestations peuvent se lever parmi les souscripteurs, Jules Houcke leur propose de ne pas donner suite à leur souscription initiale si le choix de société de presse ne leur convient pas. Des souscriptions de l’automne ne sont donc pas confirmées. Des discussions se déroulent avec « les anciens » qui obtiennent deux sièges au sein du futur conseil d’administration, une réserve d’actions pour les déportés et l’engagement d’une aide sociale pour les victimes de la clandestinité. Les pourparlers se poursuivent avec les chefs militaires qui n’acceptent pas le compromis et qui présentent des contrepropositions au début de février 1945. C’est ainsi que, pour faire reconnaître les droits des résistants, ils proposent d’attribuer au moins une action gratuite à chaque résistant homologué, en fonction de la durée et de l’intensité de l’engagement. Ces titres donneraient des droits identiques à ceux qu’accordent les titres onéreux. Ils attendent également la parité pour chacun des deux départements au sein des conseils, gérance et surveillance. Enfin, ils imaginent une participation ouvrière en distribuant des actions au personnel du journal. La négociation est récusée par les gérants qui, au cours d’une réunion très tendue, à Lille, le 22 février 1945, mettent en cause la légitimité et l’honorabilité des chefs militaires. La rupture est, de fait, consommée90.

  • 91 Courrier de Jules Houcke, 16 avril 1945. Fonds Diligent.
  • 92 Rapport de la délégation du comité des anciens, 12 janvier 1945, Fonds Diligent.

168Le 28 février 1945, l’assemblée générale des actionnaires se tient à Lille, dans des conditions fort confuses puisque la plupart des chefs du mouvement n’en sont pas informés. Onze actionnaires « désignés par le comité directeur de La Voix du Nord » fondent la société La Voix du Nord – Jules Houcke et Cie au capital de 6 500 000 francs. Dix associés, issus pour l’essentiel du « groupe d’Armentières » et anciens agents du BOA se partagent 126 actions (Georges Vankemmel, Jules Obin, Albert Marie, Charles Bertrand, Alice Petithory, Pierre Glorian, l’abbé Descarpentries). Jules Houcke s’est rendu acquéreur de l’essentiel du capital qu’il se propose de partager ultérieurement avec les résistants désireux d’accéder à l’actionnariat du journal91. La société et ses statuts sont homologués le 10 mars 1945. Conformément à l’ordonnance du 26 août 1944, le détenteur du plus grand nombre d’actions devient directeur du journal. Pour exercer cette direction, Jules Houcke doit abandonner toute autre fonction industrielle ou commerciale de responsabilité. Est-ce un choix décisif pour celui qui confesse aux « anciens de La Voix du Nord » que les événements de la guerre l’ont ruiné92 ?

169La décision ne surprend pas les contestataires car ils imaginaient une « manœuvre » sans penser qu'elle serait aussi rapide et brutale. Mais elle les indigne. Le 12 mars, réunis en urgence à Béthune, les chefs du mouvement – essentiellement ceux du Pas-de-Calais – lancent un ultimatum et menacent. Ils exigent la reprise des discussions et la renégociation des statuts. En cas de refus, ils annoncent qu’ils placeront le contentieux devant le Conseil National de la Résistance, puis, feront appel aux tribunaux.

170Une nouvelle assemblée générale du journal se tient le 29 mars 1945. Elle n’envisage pas de répondre à l’ultimatum mais décide d’ouvrir le capital aux déportés. Mille actions de mille francs seront émises après leur retour, à charge pour les déportés de souscrire ou non. Cette ouverture du capital vise à prévenir de nouvelles contestations. Mais elle ouvre de nouveaux motifs de contestation et d’indignation. En effet, les déportés ne pourront détenir que 13 % du capital de l’entreprise de presse. De plus, les gérants seront seuls habilités à les accepter ou à les refuser. La décision des actionnaires du journal ne prend pas en compte la force de l’engagement, l’acceptation des risques, le poids de la peine subie, les séquelles de la répression, l’avenir assombri pour la plupart des déportés. Elle livre une vision de la résistance très éloignée de celle qu’ont mise en scène ses principaux acteurs au temps de la clandestinité puisque la dimension humaine est minorée au profit de la conformité aux textes. La colère des contestataires y trouve sa force et sa détermination.

Interpréter une crise ?

171En déployant une argumentation complexe, les procédures judiciaires qui s’engagent à partir du printemps 1946 brouillent les origines d’une crise antérieure au retour des déportés. En personnalisant les enjeux autour de Natalis Dumez et du droit de propriété du journal, les actions judiciaires favorisent le recours à des arguments qui ne sont pas nécessairement contemporains de l’événement. En effet, les problématiques soulevées en 1944-1945 illustrent plutôt le passage crucial de la « clandestinité » à la « publicité ».

172Dans l’immédiat, la crise d’abord larvée puis désormais ouverte, ne donne lieu à aucun commentaire public ni à une mobilisation effective des contestataires. Comme si le devoir du secret persistait, les discussions concernent un petit nombre de protagonistes. Il est donc difficile d’en évaluer l’écho au sein du mouvement résistant. Querelle d’hommes sans nul doute, mais également conflit de principes, la crise demeure feutrée car les engagements des gérants du journal laissent croire à des adaptations et à des aménagements voire à des modifications, au retour des déportés. De leur côté, les résistants qui ont échappé à la déportation, doivent reconstruire leur vie, recouvrer un emploi ou même leurs biens et ne situent pas le journal au centre de leurs préoccupations principales. Leur engagement n’a pas été déterminé par la perspective de devenir actionnaire d’un journal. La querelle se situe d’abord au sommet.

173Le conflit qui s’engage au cours de l’hiver 1944-1945 se nourrit des ambiguïtés et des obscurités de la vie et de la pratique clandestines. Les « anciens » font état des premières années du mouvement et du journal mais ne disposent que de témoignages pour étayer leurs revendications. Bien des documents ont disparu, éliminés par les clandestins ou saisis par l’occupant. Comment faire reconnaître la paternité d’une feuille clandestine sinon en faisant appel aux témoins ? Comme ces témoins appartiennent à une strate chronologique qui a été engloutie par la répression, seule la convergence des témoignages permet d’appréhender les premiers temps et leurs acteurs. Or, les protagonistes de l’époque savent décrire leurs activités sans pouvoir toujours nommer les acteurs ni définir le rôle de chacun et, à plus forte raison, celui des chefs qui ont essayé de se protéger par l’anonymat et le secret. En construisant une mémoire en strates, la clandestinité rend difficile la synthèse mémorielle d’autant plus que les acteurs des origines sont souvent absents ou incapables de donner une information parce qu’ils ont disparu.

174Le grand débat de la libération porte sur les « droits des résistants » et sur la manière de les faire reconnaître. L’expérience de la clandestinité est assimilée à celle d’un combat obscur mais volontaire qui doit engendrer une nouvelle légalité ou du moins la reconnaissance d’un service rendu à la patrie et à la société. En ce sens, les résistants reprennent à leur compte une partie de l’argumentaire des anciens combattants de 1914-1918. Gaston Dassonville, comme Jules Houcke, partage cette analyse mais n’en tire pas les mêmes conséquences. Si pour Gaston Dassonville et ses amis du mouvement militaire, la libération et la restauration de la démocratie républicaine doivent se nourrir de la mémoire des risques pris dans la clandestinité, Jules Houcke estime qu’une parenthèse s’est refermée et que s’applique le droit nouveau établi par les ordonnances du 26 août et du 30 septembre 1944. La légalité nouvelle ne donne pas tous les droits aux résistants et ne reconnaît aucun droit spécifique pour les « fondateurs » d’un journal. À travers la fondation de la société de presse, s’esquisse un débat sur la signification de la libération et sur la place de la résistance. Parenthèse ou moment fondateur ?

  • 93 Témoignage d’Augustin Laurent, 1973, Fonds A. Laurent, IRHiS, Lille 3.

175Illusion lyrique contre réalisme ? Les projets des résistants – et non seulement ceux de La Voix du Nord – sont très imprécis quand il s’agit des journaux. Les clandestins ont répété pendant toute la durée de l’occupation, leurs refus et leurs souhaits : une presse qui soit au service du public, qui puisse se dégager des puissances de l’argent, un journal capable de contribuer à la formation civique. Au-delà de ces objectifs, la réflexion a peu porté sur les moyens et très peu sur les financements. Or, à la Libération, la publication de La Voix du Nord soulève plusieurs questions. Dans l’immédiat, l’existence du journal est conditionnée par le financement interne attribué par le mouvement soit une contribution d’un million de francs qui ne règle aucun problème à moyen terme sauf à croire que les capacités d’autofinancement seront acquises rapidement. De plus, la création d’une société de presse susceptible de remplacer L’Écho du Nord interdit suppose d’importantes ressources financières car c’est « une très grosse affaire » comme en témoigne Augustin Laurent trente ans plus tard93. Le mouvement, du fait de sa composition sociale, ne peut apporter seul les capitaux nécessaires. Il ne peut pas non plus fournir les journalistes puisqu’aucun personnel de L’Écho du Nord – à part quelques ouvriers - n’a rejoint la résistance et que les plumes éventuelles du journal libre ne peuvent venir de la clandestinité puisque ces hommes sont toujours dans les camps de concentration. Le compromis est donc nécessaire. D’autre part, l’obligation de partager locaux et matériels avec le parti communiste et le Front National contribue d’autant moins à la sérénité qu’en mai et en juillet 1944, au moment des discussions sur la dévolution des locaux et des moyens de presse, les uns et les autres étaient concurrents. Enfin, dans la mesure où la répartition des nouveaux journaux se fait en fonction de la configuration de la presse d’avant-guerre, la question du positionnement de La Voix du Nord libérée se pose. Face à la nouvelle presse démocrate-socialiste qu’incarne Nord Matin et au journal démocrate chrétien Nord Eclair, quelle place pour La Voix du Nord telle qu'elle se présentait dans la clandestinité ?

  • 94 Témoignage de Jean Catrice, novembre 1974, Revue du Nord, 1975.

176Les choix de Jules Houcke et de ses proches prennent appui sur les recommandations du Cahier bleu qui insistent sur la pluralité nécessaire des opinions dans la presse nouvelle. Jean Catrice rappelle qu’il est son texte de référence et qu’il veille à son application94. Ce faisant, il inscrit La Voix du Nord à droite de l’échiquier politique, dans le sillage de L’Écho du Nord, dont il récupère le lectorat. Les dirigeants du journal recherchent leur légitimité dans le recours au droit que Jules Houcke sollicite fréquemment pour se justifier et limiter la part de ses responsabilités. Les avocats qu’il consulte sont-ils tous libérés de leurs choix politiques ?

  • 95 Témoignage d'Augustin Laurent, septembre 1973. Fonds Diligent.

177D’autres solutions sont possibles en 1944-1945 comme le montre Nord Matin. Constituée en SARL, l’entreprise comprend des actionnaires qui ne sont pas propriétaires de leurs actions même si les déclarations sont nominales par conformité avec l’ordonnance du 26 août. Pour les socialistes, l’entreprise de presse relève de l’activité militante des fédérations et ne doit pas s’inspirer d’une préoccupation financière95. L’ambition de Jules Houcke et des hommes qui entourent est d’une autre nature.

178Les sources disponibles ne cachent pas les rivalités et les ambitions personnelles qui s’exacerbent avec le retour des déportés. Elles soulignent également, mais en creux, l’ampleur des débats politiques qui, pour certains, sont apparents, et pour d’autres masqués.

179La querelle monte au moment où s’essouffle « le mouvement ». Les groupes militarisés sont intégrés à l’armée ou dissous ; chacun retrouve ses activités ou songe éventuellement à d’autres parcours dans une conjoncture très difficile. Les chefs de La Voix du Nord et les résistants en général ne disposent plus du statut « de contre-pouvoir » acquis pendant la clandestinité et renforcé pendant les semaines qui précèdent la Libération. Mais ils se présentent comme les porteurs résolus de la flamme de la résistance qu’ils ne veulent pas éteindre. Le conflit inter-personnel qui se noue entre Gaston Dassonville, Jules Houcke et leurs amis respectifs se nourrit de ce que le projet clandestin, nécessairement subversif, perd sa légitimité quand se rétablissent les institutions étatiques. Le journal cristallise les revendications parce qu’il est un des témoignages visibles de Faction clandestine et qu’il est porteur d’avenir.

  • 96 Séverine Mizera, op. cit.
  • 97 Etienne Dejonghe et Daniel Laurent, La libération du Nord et du Pas-de-Calais, Hachette, 1974.

180Pour justifier leur démarche, les gérants du journal insistent sur les pressions répétées du parti communiste. Ils utilisent cet argumentaire pendant de nombreuses années. En consolidant la société de presse, ils espèrent contenir les harcèlements et mobiliser l’opinion en leur faveur. Certes, l’attribution d’une partie des locaux et le partage de l’imprimerie de L'Écho du Nord au printemps 1944 n’ont pas été faciles car les communistes et leurs proches les revendiquaient pour eux. La participation de La Voix du Nord au partage est le fruit d’une transaction car les résistants non communistes ne voulaient pas abandonner cette vitrine régionale au parti communiste96. Le projet des gérants - construire une entreprise de presse solide et stable - est donc cohérent. En revanche, l’inquiétude à propos des chefs du mouvement n’a pas de justification au cours de l’hiver 1944-1945. En effet, l’histoire de La Voix du Nord clandestine ne peut laisser croire que ses acteurs ont été sensibles à la propagande communiste. A la veille de la Libération, l’image de Gaston Dassonville, n’est pas celle d’un communiste : le Front national l’accuse de débaucher ses militants et ses combattants97. Enfin, la vigilance à l’égard des communistes est largement partagée par les socialistes et les démocrates chrétiens dont beaucoup appartiennent aux contestataires. L’argument utilisé par Jules Houcke et ses amis apparaît d’autant plus insuffisant que le personnel de L’Écho du Nord travaillant pour La Voix du Nord ne se signale pas, à cette date, comme sensible aux appels communistes.

  • 98 Témoignage de Jean Catrice, op. cit.
  • 99 Corinne Krajewski, Le Rassemblement du peuple français dans le Nord (1947-1955), Lille 3, TER, 1984

181Il est probable que des mécanismes politiques plus discrets mais efficaces ont accompagné la montée des tensions et l’ouverture de la crise à la fin de l’hiver 1944-1945. En effet le gouvernement provisoire exerce une grande vigilance à l’égard du nouveau journal. Or, comme on l’a vu, l’histoire de La Voix du Nord clandestine est singulièrement plus complexe que celle de l’allégeance à de Gaulle. Les hommes de La Voix du Nord, comme bien des organisations de la résistance intérieure, incarnent d’autres itinéraires. La Voix du Nord n’est pas « reconnue » par la France combattante Or, comme le rappelle Jean Catrice, les consignes données au CDL par Francis Closon, le délégué de de Gaulle pour le Nord, sont claires même si les résistants régionaux en sont stupéfaits : rompre avec les Anglais, ne travailler que pour la France combattante98. Les premiers articles du journal en septembre 1944 expriment une adhésion sans réserves au chef du gouvernement provisoire qui va au-delà des sensibilités du mouvement. Autrement dit, derrière la démarche de Jules Houcke et de ses proches, ne se dissimulerait-il pas une entreprise destinée à placer le journal dans l’orbite du gaullisme politique et de l’allégeance à de Gaulle ? L’évolution ultérieure pourrait corroborer cette thèse. En effet, Jules Houcke se présente aux élections législatives de 1945 comme candidat de La Voix du Nord et se réclame de la personne de de Gaulle. Plus tard, La Voix du Nord fournit plusieurs dirigeants du RPF mais un peu plus de 10 % de ses membres de la clandestinité seulement y adhèrent99. Or l’association Ceux de la Résistance Voix du Nord a choisi pour insigne emblématique non pas la croix de Lorraine mais la flamme de la Résistance.

182Ce sont probablement des symptômes de la dichotomie qui s’insinue entre les forces du mouvement et ceux qui revendiquent des responsabilités au sein du journal.

Conclusions

183Sous toutes ses formes d’organisation, La Voix du Nord met en œuvre, très précocement la diversité des pratiques clandestines de la Résistance intérieure. Une résistance défensive, spontanée et progressivement structurée, contribue à l’action humanitaire et à l’expression de solidarité envers les soldats qui refusent la captivité. Se déploie ensuite une activité de propagande par la publication d’un journal qui l’inscrit dans le corps social régional et lui donne une reconnaissance. Le recrutement d’un mouvement militaire, après la mise en forme d’un réseau de renseignements, permet aux agents de devenir des acteurs de la Libération. Toute cette activité se développe dans la dissimulation même si les degrés de clandestinité sont nombreux et n’évite pas les effets sévères de la répression.

184Mais, à l’instar de tous les mouvements clandestins, elle est confrontée à des ambiguïtés voire à des contradictions. Sous couvert d’union de tous les adversaires de l’occupant et de la collaboration, parmi lesquels elle range très rapidement Vichy, La Voix du Nord entend sublimer les clivages culturels, sociaux, politiques. Aider à l’évasion, cacher des réprouvés, collecter des renseignements militaires, ne créent pas de tensions trop fortes puisque ces activités appartiennent au contrat patriotique. En revanche, préparer la libération et organiser l’avenir, c’est-à-dire non plus seulement agir mais désormais, agir et proposer, posent des problèmes idéologiques plus complexes. La sortie de clandestinité devient donc très délicate comme le révèlent les débuts du journal libre.

185Telles que les sources accessibles permettent de la construire, l’histoire de La Voix du Nord n’est pas conforme à celle que la légende issue de la vie clandestine a forgée. Son origine n’est pas celle d’une rupture politique décisive et brutale avec Vichy. Elle n’est pas non plus celle d’une allégeance immédiate à un de Gaulle perçu comme le chef indiscuté de la Résistance. En cela, La Voix du Nord partage des appréciations voisines de celles que développent Combat, Libération, et d’autres mouvements de résistance intérieure. Son itinéraire n'est pas non plus linéaire ; il est marqué par des luttes internes de pouvoir quand les perspectives de libération se profilent avec l’année 1943, luttes que nourrissent les besoins financiers et les divergences stratégiques. En cela, La Voix du Nord participe à cette « zone grise » dont parle Jean Pierre Azéma pour qualifier une résistance qui s’insinue dans un environnement peu saisissable parfois.

186Le conflit qui naît à propos du journal n’est donc pas inattendu sinon dans ses formes du moins dans ses origines. En effet si les tensions et les divergences sont fortes après la libération, elles sont loin d’être faibles même face aux dangers immédiats de l’occupation. Certaines prolongent en 1945 celles qui ont éclaté plus tôt et que révèlent les jurys d’honneur auxquels sont confrontés plusieurs dirigeants. De même, si le mouvement se place, en majorité, derrière Natals Dumez dans le combat qu’il mène contre les patrons de l’entreprise de presse, sa place et son statut ne sont pas toujours indiscutés car bien des agents de la clandestinité estiment que le journal de l’occupation est une œuvre collective avant d’être le fruit d’une action individuelle.

187Ces discussions et ces contentieux, en fermant l’accès à certaines sources, obligent encore à émettre des hypothèses et à donner un éclairage insuffisant à certaines pratiques et à certains choix alors que les témoignages des acteurs ne pourront plus être sollicités

Notes

1 Natalis Dumez, Le mensonge reculera, Lille, 1946. Sur toute la période de la guerre et de l’occupation, voir Etienne Dejonghe et Yves Le Maner, Le Nord Pas de Calais dans la main allemande, La Voix du Nord, 1999 ; Marc Sueur, La Voix du Nord, chronologie et aspects spécifiques d’un journal clandestin en zone interdite, Actes du colloque d’Avignon, 1985, dans La presse interdite (1940-1944), Conseil général de Vaucluse, 1986 ; Roger Vicot, Poing à la ligne, La Voix du Nord (1941-1944), L’Harmattan, 1994.

2 Olga Baudot de Rouville, Rapport d’activité, sans date, Whitehaven, Cumbria Record Office.

3 Louise Buyssens, Rapport d'activité, 1945, Dossier Buyssens, Fonds Diligent, Médiathèque Roubaix.

4 Anastasie Samiez, Rapport d’activité, 1945, Fonds Diligent, Médiathèque de Roubaix.

5 Natalis Dumez, Témoignage, septembre 1973, Fonds Diligent, Médiathèque de Roubaix.

6 Paul Paillole, Bulletin de l’AASSDN, no 46, 1995.

7 Arthur Duriez, Rapport d’activités, 1945, Fonds Diligent.

8 Alexandre Kervarec, Rapport d’activité, 1945, Fonds Diligent.

9 Marie Alice Gallet, Rapport d’activités, 1945, Fonds Diligent.

10 Olga Baudot de Rouville, Rapport cité. Sébastien Albertelli note que les services gaullistes ont appris l’existence de cette ligne d’évasion par des infirmières de Béthune qui l’ont empruntée pour gagner Lisbonne. Cf. Les services secrets du général de Gaulle, le BCRA (1940-1944), Perrin, 2009.

11 Peter Scott Jones, Conscript heroes. CLE, 2004.

12 Dominique Veillon, Franc Tireur, Flammarion ; 1975.

13 Louise Buyssens, Rapport d’activités cité, Fonds Diligent.

14 Archives municipales de Lille, 5H/4-18, correspondance du maire Paul Dehove.

15 Josette Vogliamicci, Rapport d'activités, 11 décembre 1944, Fonds Diligent.

16 M.R.D. Foot et J.-M. Langley, Escape and evasion, Book club associates, 1979; Ian Dear, Escape and evasion, Arms and Armour Press, 1997; Brendan Murphy, Turncoat, the strange case of traitor sergeant Harold Cole, Mac Donald, 1988; Vincent Brome, L’histoire de Pat O’Leary, Amiot-Dumont, 1957.

17 André Diligent, Un cheminot sans importance, France Empire, 1977.

18 Pierre Hachin, Rapport d’activité, 1946, Fonds Diligent.

19 Alexandre Kervarec, Rapport d’activités, 1945, Fonds Diligent.

20 Arthur Duriez, Rapport d’activités, 1945, Fonds Diligent.

21 Olga Baudot de Rouville, Rapport d’activités cité.

22 Paul Paillole, Services spéciaux, Robert Laffont, 1975.

23 Archives municipales de Lille, 5H/4-5, Correspondance du maire Paul Dehove au commissaire central de police, juin 1941.

24 Témoignage de Natalis Dumez, septembre 1973, Fonds Diligent.

25 Claude Rossignol, Rapport d’activités, 1945-1946, Fonds Diligent.

26 Archives municipales de Lille, 5/H/9- 40 et 40 bis, Dossier de Maurice Carniaux.

27 Paul Paillole, Services spéciaux, op. cit.

28 Eugène Hecq, Rapport d’activités, 1944-1945, Fonds Diligent.

29 Les petites ailes, novembre 1940.

30 André Caudron, « Les petites ailes », Memor, Villeneuve d’Ascq, 1992 ; Edgard D’Hallendre, « Une famille du Nord dans la résistance », Memor, no 306, 1994.

31 Rapport à l'Oberfeldkommandantur de Lille, juillet 1943, Fonds Diligent.

32 Natalis Dumez, Témoignage, septembre 1973, Fonds Diligent.

33 Noël Poupeau, Lettre à Natalis Dumez, 8 novembre 1948, Fonds Diligent.

34 Correspondance de Natalis Dumez et du capitaine Charlet, novembre 1945, Fonds Diligent.

35 Etienne Dejonghe, « Les communistes dans le Nord Pas de Calais de juin 1940 à la veille de la grève des mineurs », Revue du Nord, 1986.

36 La Voix du Nord, avril 1941, Fonds Diligent.

37 Correspondance d’Alexandre Kervarec et de Natalis Dumez, septembre-novembre 1945, Fonds Diligent.

38 Archives municipales de Lille, 5H/4-18, Courrier du maire, juin 1941.

39 Jules Noutour est un policier syndicaliste affecté au poste de Lille Fives. Comme syndicaliste, il publie un journal professionnel mais n’a aucune expérience concrète du métier de journaliste. Quelques témoins pensent qu’il est à l’origine du journal parce que son « tempérament d’enquêteur » est toujours en éveil. Voir Charles Adiasse, Rapport à Jules Houcke, novembre 1944, Fonds Diligent. Sur la police, voir Jean-Marc Berlière, Policiers français sous l'occupation, Tempus, 2009.

40 Lucien Detrez, Quand Lille avaitfaim, Lille, SILIC, 1945.

41 Olga Baudot de Rouville, Rapport d'activités, op. cit. Deux collections du journal clandestin sont accessibles : - au musée Bondues : les exemplaires ont été reproduits également par l’Union régionale Voix du Nord. Les numéros compris entre 1 et 38 sont souvent signés d’un matricule ; - le fonds Diligent qui contient une collection réunie par les proches de Natalis Dumez. Les exemplaires ne possèdent pas ce matricule. Natalis Dumez les a souvent signés à la main, après la guerre. Un certain nombre d’exemplaires sont des copies. Il faudrait en faire une analyse comparative complète.

42 Rapport à l'Oberfeldkommandantur de Lille, juillet 1943, Fonds Diligent.

43 Rapport du préfet Caries, 2 mars 1942, t. 1, Mémor, Villeneuve d’Ascq, 1998.

44 Témoignage d’Alexandre Kervarec, novembre 1945, Fonds Diligent.

45 Henri Lagache, Rapport d’activité, 1951, Fonds Diligent.

46 Témoignage d’Edmond Hordoir, 1948, Fonds Diligent.

47 Témoignage de Natalis Dumez, septembre 1973, Fonds Diligent.

48 Témoignage d’Alexandre Kervarec cité, Fonds Diligent.

49 Rapport du préfet Carles, 3 octobre 1942, Memor, t. 2,1998.

50 Témoignage d'Emma Gere, janvier 1945, Fonds Diligent.

51 Témoignage d'Albert Van Wolput, 1946, Fonds Diligent. Selon Henri Michel, l’imprimeur de Combat aurait également imprimé La Voix du Nord. Cf. Marie Granet et Henri Michel, Combat, histoire d'un mouvement de résistance, PUF, 1957.

52 Rapport à l’Oberfeldkommandantur de Lille, 16 septembre 1943, Fonds Diligent.

53 Témoignage de Natalis Dumez, septembre 1973, Fonds Diligent.

54 Lucien Delassus, Rapport d’activité, 8 juillet 1975, Fonds Diligent.

55 Témoignage d’Ernestine Arbyn, janvier 1946, Fonds Diligent.

56 André Diligent, Un cheminot sans importance, op.cit. ; Marc Sueur, « Des chrétiens dans la résistance : l’exemple de La Voix du Nord », Revue du Nord, 1978.

57 Séverine Mizera, Histoire de La Voix du Nord (1941-1954), TER, Villeneuve d’Ascq, 2004.

58 Témoignage de Pierre Hachin, janvier 1947, Fonds Diligent.

59 Rapport du préfet Carles, décembre 1942, t. 2, Memor, Villeneuve d’Ascq, 1998.

60 Rapport du préfet Carles, 2 mars 1942, Memor, t. 1, Villeneuve d’Ascq, 1998.

61 Courrier de Marcel Guislain, 15 mars 1955, Fonds Diligent.

62 La Voix du Nord, 14 juillet 1942.

63 Témoignage d’Alfred Fauquenoy, novembre 1945, Fonds Diligent.

64 Texte de Natalis Dumez à propos de Mme Flèche, Fonds Diligent. Rapport d’activité de Claude Rossignol, texte cité, Fonds Diligent. Le journal a été transmis par un distributeur membre de Libération Nord à Christian Pineau en partance pour Londres.

65 Laurent Douzou, La désobéissance, Paris, Odile Jacob, 1994.

66 Rapport de Maurice Cuvillon, 12 décembre 1942, Fonds Diligent.

67 La Voix du Nord, 3 février 1943.

68 Alya Aglan, La résistance sacrifiée, Flammarion, 1999.

69 Témoignage d'André Carton, 1946, Fonds Diligent.

70 René Potigny, Rapport d’activités, 1946, Fonds Diligent.

71 Rapport de Maurice Cuvillon, 12 septembre 1942, Fonds Diligent. Acte d’accusation des membres d’un groupe de résistants de La Voix du Nord, devant le conseil de guerre, tribunal de l’Oberfeldkommandantur 678, 2 juin 1944. Copie conforme traduite, Fonds Diligent.

72 Jacques Baynac, Présumé Jean Moulin, esquisse d'une nouvelle histoire de la résistance, Grasset, 2007.

73 Lucien Delassus, Rapport d’activité, 8 juillet 1975, Fonds Diligent.

74 Rapport au général Zellner, Oberfeldkommandantur de Lille, 23 septembre 1943, Fonds Diligent.

75 Correspondance de Maurice Cuvillon et Albert Van Wolput, 8 et 13 janvier 1943, Fonds Diligent. Daniel Cordier, Alias Caracalla, NRF, Gallimard, 2009.

76 Alya Aglan, La résistance sacrifiée, op. cit. et Laurent Douzou, La désobéissance, op. cit.

77 Rapport de Lionel Alloy, 30 mai 1946, Fonds Diligent.

78 Colonel Passy, Mémoires du chef des services secrets de la France Libre, Paris, Odile Jacob, 2001.

79 Rapport de Lionel Alloy, 30 mai 1946. Fonds Diligent.

80 Rapport à l'Oberfeldkommandantur de Lille, 23 septembre 1943. Fonds Diligent.

81 Rapport de Jean Pierre Deshayes, 18 avril 1947, Fonds Diligent. Edgard D’hallendre, « Jean Pierre et La Voix du Nord, ou un breton chez les ch’timis », Memor, no 29-30,1999.

82 Michaël RD Foot, Des Anglais dans la résistance, SOE en France, Taillandier, 2008 ; Danièle Lheureux, Sylvestre Farmer, Geai bleu éditions, 2001. Sébastien Albertelli évoque ces différends internes au BCRA et ces fortes tensions avec les services anglais dans son livre : Les services secrets du général de Gaulle, op. cit.

83 Rapports d’activités des groupes de Carvin, Ostricourt et Wasquehal, sans date, Fonds Union Régionale de la résistance Voix du Nord, Musée de Bondues.

84 Rapports, idem.

85 Rapports, idem.

86 Rapport du groupe d’Hénin-Liétard, avril 1944, Fonds Diligent.

87 Discours de Gaston Dassonville, Loos, 26 juin 1949, Fonds Diligent.

88 Rapport d’Albert Fauquenoy, 1945, Fonds Diligent.

89 Courrier de Jules Houcke aux souscripteurs, 16 avril 1945 et Témoignages d’Albert Bréda et du docteur Carré, 1966, Archives, Musée de Bondues.

90 Rapports de Raymond Bacart, 16 janvier 1945, et 21 février 1945. Fonds Diligent.

91 Courrier de Jules Houcke, 16 avril 1945. Fonds Diligent.

92 Rapport de la délégation du comité des anciens, 12 janvier 1945, Fonds Diligent.

93 Témoignage d’Augustin Laurent, 1973, Fonds A. Laurent, IRHiS, Lille 3.

94 Témoignage de Jean Catrice, novembre 1974, Revue du Nord, 1975.

95 Témoignage d'Augustin Laurent, septembre 1973. Fonds Diligent.

96 Séverine Mizera, op. cit.

97 Etienne Dejonghe et Daniel Laurent, La libération du Nord et du Pas-de-Calais, Hachette, 1974.

98 Témoignage de Jean Catrice, op. cit.

99 Corinne Krajewski, Le Rassemblement du peuple français dans le Nord (1947-1955), Lille 3, TER, 1984.

Table des illustrations

Titre Photo 1 : La Voix du Nord - 5 mars 1942
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2279/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Photo 2 : Dumez et les piles de journaux
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2279/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 245k

Auteur

Lille 3 - IRHiS

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitreamazon.fr