Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La clandestinité en Belgique et en zone interdite (1940-1944)

 | 
Robert Vandenbussche

Introduction

Robert Vandenbussche

Texte intégral

1« Résister c’est d’abord affirmer que l’on existe » écrit l’historien Henri Michel. Cette affirmation s’exprime dans un refus et construit la Résistance comme acte de rupture, choix et pratique de la désobéissance et de la transgression. Elle devient également le « temps du déraisonnable » puisqu’elle implique une prise de risques dont les conséquences ne sont pas toujours immédiatement évaluées. Les motifs de la rupture sont variés et composent l’esprit de la Résistance, celui d’une entrée choisie dans l’illicite. Ses formes le sont également qui vont de la publication de tracts à la participation à un mouvement, à un réseau, ou à des actes violents comme les sabotages, les attentats ou les combats. En inscrivant son acte dans l’illégalité, le Résistant doit se masquer ou se cacher s’il entend le développer dans le temps. La Résistance induit donc la clandestinité qui en est, naturellement, une forme d’expression.

2Dans une page de son Journal des années noires, à la date du 25 juin 1940, Jean Guehenno écrit, en commentant la situation française : « Je vais m’enfoncer dans le silence. Il faut que je taise tout ce que je pense ». L’écrivain, humilié par le désastre militaire et la signature de l’armistice, décide de se faire discret, de cacher ses opinions parce que l’occupation impose des contraintes dans lesquelles il n’entend pas s’exprimer. Le masque qu’il va porter ne le fait pas entrer, immédiatement, ni en clandestinité ni d’ailleurs en résistance mais lui permet d’occulter ses choix ou ses intentions. Se cacher est une des formes de la clandestinité ; ce peut en être également une étape car la vie clandestine implique des degrés et une amplitude variable. En effet, il n’y a pas de clandestinité en soi ; elle est toujours relative à une conjoncture, à un état, à des pratiques, et varie dans la durée.

3Le concept de clandestinité a longtemps qualifié le secret d’une action ou d’une décision ; c’est du moins le sens que lui donne l’époque classique. Au XIXe siècle, il prend une connotation politique et désigne une action ou une activité cachée parce quelle enfreint la légalité. La clandestinité conjugue secret et illicite. Elle se définit donc par rapport à un ordre politique, social, culturel, moral, que l’individu rejette ou auquel il refuse allégeance ou reconnaissance. Cependant la clandestinité suppose un deuxième critère : elle ne peut caractériser la conduite d’un homme seul et suppose, de fait, des choix et des pratiques collectifs. Enfin, elle ne peut constituer un état permanent ; elle implique un dévoilement, une sortie, qui peuvent prendre des formes variées et des temps différents.

4Les résistants ont construit une légende de la clandestinité faite d’abnégation et d’héroïsme qui a sa part de vérité. Les soldats de l’ombre, les volontaires de la liberté, participent à un refus des ordonnances de l’occupant et des lois de Vichy parce quelles mettent à mal l’honneur national et quelles sont en contradiction avec les principes et les valeurs qui les inspirent, notamment quand il s’agit de la patrie et de la liberté. Leur désobéissance devient donc vertu civique que seul le masque leur permet de pratiquer. En ce sens, la clandestinité s’apparente à une forme d’expression politique dans un système et dans un environnement où les citoyens ne peuvent l’exercer librement. En revanche, la capacité de se cacher ou de se masquer apparaît comme un choix qui maintient libre puisqu’il permet de contourner des règlements honnis.

5Dès lors, le refus de la soumission ou de l’allégeance à un ordre réprouvé pose la question des rapports avec le corps social. L’acte de résistance est une forme de rupture individuelle avec le groupe. Mais le clandestin n’est pas un marginal ni un asocial car il rejette non pas la loi mais certains types de mesures qu’il condamne pour défaut de légitimité. Le résistant, nécessairement caché, s’oppose, fut-ce par la violence, mais propose également un ordre politique et social porteur de légitimité. Cette rupture individuelle n’a de chances de réussir qu’à la condition de ne pas demeurer le fait d’un solitaire. Autrement dit, agir en clandestinité implique de créer des liens après en avoir éventuellement rompu d’autres par souci d’efficacité mais aussi par préoccupation de survie. Le terme contacter, qui revient si souvent dans le discours résistant, n’a pas d’autre signification. Il s’agit pour un clandestin de rechercher et de susciter des complicités. En ce sens, l’action clandestine suppose de veiller à sauvegarder des liens avec le corps social et à ne pas se laisser marginaliser. Mais ce faisant, elle construit une véritable « contre société » qui, modeste et fragile à ses débuts, est appelée à s’élargir puisqu’elle incarne la légitimité. Cette contre société adopte souvent des pratiques de « sociétés secrètes » car les clandestins sont tentés, en effet, par une forme de culture du « hors la loi » pour reprendre l’expression de R.H. Kedward ; mais ils ne le font pas seuls ni a priori de manière durable.

6Motivée par la désobéissance, la clandestinité implique que ceux qui s’y adonnent adoptent une démarche subversive puisqu’ils combattent un système auquel ils dénient toute légitimité. Ils préparent et organisent, à terme, sa destruction avant de construire une légalité nourrie de références profondément renouvelées. Les projets des clandestins de la France occupée comme de la Belgique sous la main la main allemande ont tous la même ambition : obliger l’occupant à se retirer et contraindre ses collaborateurs à se soumettre. Ce faisant, les clandestins s’investissent d’une mission de « contre pouvoir » qui tire sa légitimité de la lutte engagée et soutenue jusqu’à son terme. Car le but ultime consiste à ce que les résistants puissent exercer l’autorité politique dans un environnement profondément transformé. Les clandestins inscrivent donc fréquemment leur action dans une perspective révolutionnaire.

7Pourtant, la clandestinité ne peut être assimilée ni à une conduite homogène ni à des pratiques toujours élaborées. En fait, elle implique improvisation et tâtonnements car l’environnement dans lequel elle s’enracine est mouvant. Dès lors, la vie et l’action clandestines induisent à la fois des degrés parce qu’il faut prendre en compte la durée et des adaptations pour répondre à la nature et à l’ampleur de l’écho rencontré. Tous les résistants ne s’enfoncent pas dans la clandestinité totale qui leur ferait abandonner identité et statuts sociaux. Certains peuvent limiter leur secret à une activité clandestine qui n’interdit pas de sauvegarder l’apparence sociale habituelle. D’autres, pour agir, doivent au contraire se mettre en marge du corps social. D’autres, enfin, peuvent passer d’un niveau de clandestinité à un autre. En tout état de cause, le combat du clandestin suppose une issue qui peut être également graduée. Dans une large mesure, le combat clandestin doit donc répondre à un paradoxe : son efficacité implique nécessairement secret et dévoilement. Secret pour éviter ou retarder les risques de la répression ; dévoilement car les clandestins ne peuvent entraîner des complicités qu’à la condition de se faire connaître.

8C’est au prisme de ces problématiques que l’on peut analyser les formes et les pratiques de résistance en Belgique et dans la zone interdite. C’est ce qu’a tenté d’engager le quatrième colloque organisé par l’Université de Lille III et le musée de Bondues. Quelques aspects ont reçu un éclairage particulier qu’il faudrait élargir ultérieurement.

9La transgression inhérente à l’action clandestine incite à utiliser les moments de liberté relative exploitables dans un environnement marqué par les interdits. Les commémorations ou les fêtes autorisées offrent des opportunités pour braver l’occupant et détourner le sens officiel des manifestations que permet l’occupant. Sortir ensemble le 1er janvier, fêter les mères, sont d’autant d’occasions d’inverser l’illégal pour lui donner, un instant, Failure de la légalité. Jean François Condette montre comment, dès lors, la légalité peut clandestinement transmettre les messages de l’illégalité et construire une complicité utile à la popularité de la désobéissance civile tout en laissant persister une certaine ambiguïté.

10Ces pratiques révèlent un climat mais demeurent insuffisantes pour rendre durable une résistance qui a besoin de liens étroits avec l’ensemble du corps social. La dimension « humanitaire » est un des marqueurs utiles mais la clandestinité a besoin également de complicités et de solidarités. Catherine Lacour-Astol s’interroge sur les moyens de les cerner et de les identifier. Comme elles s’enracinent dans le mouvement social, elles semblent surgir des réussites de la répression menée par l’occupant et participer d’une résistance humanitaire. En étudiant la situation dans la Belgique occupée, José Gotovitch confirme cette analyse mais souligne que la résistance de solidarité se développe comme pratique clandestine d’un mouvement social qui s’organise sous des formes diversifiées, politiques, militaires, mais également sociales. À cet égard, Solidarité devient en quelque sorte « la véritable Croix Rouge du mouvement du Front de l’Indépendance ».

11Comme le montre Bruno Béthouart, après José Gotovitch, ces complicités se tissent rarement sans référence au passé. Les résistants catholiques du Nord-Pas-de-Calais trouvent cette solidarité au sein de la collectivité à laquelle ils appartiennent même si elle peut engendrer des hésitations. Pour leur part, les communistes belges élargissent, par une stratégie de solidarité, Faire d’influence qui était la leur mais s’appuient principalement sur les bastions communistes.

12En outre, la capacité d’agir dans la durée ne repose pas exclusivement sur l’engagement volontaire. Si la légende de la Résistance a occulté ces nécessités, réseaux et mouvements ont néanmoins besoin de moyens financiers importants pour évacuer des aviateurs et des pilotes, rechercher des renseignements et les transmettre. Emmanuel Debruyne et Adeline Rémy montrent comment, dans la Belgique occupée, la recherche des financements devient rapidement une des fortes préoccupations des réseaux de renseignements ou d’évasion qu’ils étudient et combien choix financiers et enjeux stratégiques et politiques s’influencent au cours de l’occupation.

13La vie clandestine se déploie dans le secret et le « mensonge ». Néanmoins, elle fournit des sources que la recherche historique n’a pas toujours pu pleinement exploiter. Certaines sont devenues accessibles et méritent une utilisation systématique. Notamment celles qui, dans la zone interdite, concernent le réseau, le mouvement, le journal de La Voix du Nord clandestine. La lecture et la synthèse des sources que propose Robert Vandenbussche sont celles d’une grande complexité parce que l’existence clandestine de La Voix du Nord est faite de fonctions multiples et se structure en strates diversifiées. Dès lors, la clandestinité induit une connaissance fragmentée de l’organisation et de son fonctionnement. Elle suscite également de profondes contradictions puisque si les clandestins doivent se cacher, le journal s’inscrit dans une démarche inévitable de publicité. Dès lors, un mouvement comme celui-là pose la question fondamentale de la sortie de la clandestinité, dont on sait que, pour le journal, elle a été conflictuelle.

14Le volume comprend enfin un certain nombre de documents originaux qui illustrent, à partir d’exemples concrets, des pratiques de la clandestinité et leur répression. Témoignages contemporains ou très proches des événements, ils offrent une vision très concrète de la clandestinité. Témoignages plus tardifs, ils proposent un regard plus sélectif, effet inévitable de la distanciation temporelle.

Auteur

Université de Lille 3 - IRHiS

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitreamazon.fr