Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et Résistance en Belgique et en zone interdite

 | 
Robert Vandenbussche

Témoignages

Texte intégral

Défilé de membres du FTPF, Libération de Valenciennes
(Collection Jeanne Prin-Simonot)

1Les témoignages enregistrés ont été retranscrits par Francis Nazé

Intervention D’Odile Louage :

2Je voudrais apporter une précision concernant Nelly Devienne. J’ai trouvé sa fiche dans le dossier de liquidation du réseau « Action 40 » que nous possédons dans les archives du Musée de Bondues.

3Elle est entrée en résistance plus tôt qu’il a été dit, dès l’été 1940, avec son père qui tenait un café. Les réunions du groupe « Action 40 » (même si les membres ne connaissaient pas alors le nom de leur réseau) se tenaient au café de l’Univers à Roubaix. Au printemps 42, il y a eu une répression très sévère et les dirigeants du groupe – les 5 – ont été arrêtés alors qu’ils étaient en réunion chez le docteur Guislain à Roubaix. On a alors averti un grand nombre d’acteurs qui se sont enfuis en Zone sud : le père de Nelly est parti mais elle n’a pas voulu s’en aller tant elle était persuadée de l’importance de son rôle et pensait bien échapper à toute répression, mais elle a malheureusement été arrêtée.

Témoignage de Mme Héléna Backiel :

4Je veux témoigner de la résistance polonaise en France. Je m’appelle Héléna Backiel et j’habite Lille ? En France, je suis la Polonaise et en Pologne, je suis la Française !

5J’ai été enrôlée dans la résistance le 1er novembre 1941. À cette date, nous étions déjà 1 000 polonais ; en 42, 2 000 ; avant le débarquement, nous étions 8 500 et après, plus de 14 000 ! Ces chiffres situent bien le niveau de notre engagement. J’ai retenu que vous avez parlé d’un statut juridique. À ma majorité, en 1941, je me suis présentée au Bureau des Étrangers, avec ma carte d’identité pliée en accordéon, afin d’opter pour la nationalité française, encouragée en cela par mes chefs de la résistance. Il m’a été répondu : « Madame, quelle audace avez-vous ! La Pologne est l’ennemie de la France, allez-vous en ! » Je suis partie et je suis restée polonaise. Ceci montre bien combien alors nous étions considérés comme des étrangers. Et cela explicite mes propos liminaires.

6Toutefois, je voudrais ajouter que notre organisation était déjà préparée avant. Déjà en 1938, dans notre groupe, il y avait les consulaires, c’est-à-dire ceux qui dépendaient et collaboraient avec le Consulat de Lille (Celui qui a créé notre organisation est d’ailleurs l’ancien consul de Lille, M. Karankowski, parti ensuite en Isère). Ensuite, il y avait les syndicalistes, engagés politiquement, déjà organisés en 1940 en cellules. Et enfin, il y avait tous les autres, incorporés selon leurs capacités recensées à pouvoir lutter contre l’envahisseur.

7Notre organisation s’appelle « Lutte pour la Liberté ». La liberté, c’était la liberté de... je ne trouve pas mes mots car la liberté, Ça ne s’explique pas. La liberté, c’est ce que nous étions, ce que nous sommes devenus..., mais je vais m’arrêter là. Si quelqu’un veut en savoir davantage, je me tiens à sa disposition.

Témoignage de Mme Yvonne Abbas :

8Résistante et déportée à Ravensbrück. J’ai fait partie des femmes et jeunes filles du Nord occupé qui ont refusé la présence allemande sur notre sol. Tout nous y conduisit : nous avions été élevées dans le souvenir du grand massacre de 1914-1918, et nos familles en avaient vécu les épreuves : privations, prises d’otages, absence de liberté. Et le nouvel ennemi était pire que le précédent, ayant submergé l’Allemagne elle-même avant d’envahir ses voisins. C’est plus encore contre le nazisme que contre l’Allemagne que nous nous sommes dressées, associées à nos camarades de l’autre sexe. Nous endurions alors ce que ce régime faisait supporter à ceux, adversaires politiques et religieux, juifs, qui subissaient sont joug.

9Pour cela, il nous fallait nous regrouper, unir nos forces, définir des objectifs, utiliser un réseau : les liens que nous avions conservés de l’avant-guerre dans les associations désormais dissoutes, Auberges de la Jeunesse, Amis de la Nature, Jeunes filles de France, les relations de ces années-là m’y ont fortement aidée. J’ai eu rapidement un contact avec un groupe de syndicalistes, au sein des F.T.P., à majorité communiste, mais où nous retrouvions aussi des résistants d’autres opinions, et je suis entrée dans l’action illégale.

10La presse clandestine était l'une de nos préoccupations ; cela supposait des rédacteurs, mais aussi du papier, si rare, des machines à écrire, des ronéos, des dactylos, puis toute une distribution aussi organisée que possible, c’est-à-dire toute une chaîne de solidarité dont je devenais un des maillons. Je participais (je n’avais pas 20 ans !) au recrutement de nouveaux camarades et j’assurais une liaison avec le secteur de Cambrai-Caudry, utilisant parfois le train, dangereux parce que très surveillée, parfois ma bicyclette, auxiliaire fidèle de mes activités.

11Dans mon petit appartement de la place de la Boucherie, à La Madeleine, j’ai aussi hébergé des résistants frappés d’une condamnation à mort par contumace. L’énumération de toutes ces activités peut surprendre aujourd’hui, mais elles s’enchaînaient dans la réalité de ce temps-là, et nous trouvions des solidarités inattendues, comme dans les mairies, où des employés apposaient à l’insu de leur hiérarchie des cachets indispensables sur nos papiers falsifiés. Les femmes ont largement participé à ces combats.

12Toutes ces activités s’arrêtèrent brutalement pour moi le 29 avril 1942 (fatalité : c’était le matin de mes 20 ans !), date à laquelle je fus arrêtée par la police française à mon domicile de la place de la Boucherie. J’avais été dénoncée par l’un de nos camarades de combat, pris par la police et qui, sous la menace de mort, livra quelques noms, dont le mien. Dès lors commença pour moi une nouvelle forme de résistance, face d’abord aux autorités françaises, police et justice, puis face à l’ennemi allemand sur une terre étrangère.

13Nous étions considérés comme des bandits dangereux ; je fus d’abord internée au commissariat central de Lille, pour y subir des interrogatoires violents, puis à la prison de Douai-Cuincy où je séjournai dans une cellule sans hygiène, avant d’être condamnée à huis clos par des juges français, siégeant à la Cour Spéciale de Douai. Puis je connus d’autres prisons : la Petite Roquette, Rennes, puis Romainville. L’administration pénitentiaire française nous traita sans le moindre égard pour notre statut de prisonniers politiques, avant que nous soyons remises aux Allemands qui nous envoyèrent au camp de Ravensbrück, dans des conditions de transport abominables. J’y ai connu comme toutes nos camarades la vie affreuse des détenues politiques : la faim, le froid, le manque absolu d’hygiène, les appels interminables ; la vie humaine y comptait pour rien, et seule une étroite solidarité, et la chance aussi, m’ont permis de survivre à ce long cauchemar ; nombreuses sont nos camarades femmes qui ont succombé à ce régime terrible. Beaucoup d’autres les avaient précédées sur le territoire français, sous la torture ou fusillées.

14Par la suite, j’ai été transférée à Holleischeim, à proximité de Pilsen, où les conditions de survie étaient aussi précaires qu’au camp principal. Dans l’un et l’autre camp, nous avons poursuivi notre résistance, dans la mesure de nos moyens ; dans les usines de munitions, nous tentions de saboter la production, nous enterrions des outils lorsque nous étions soumises à des travaux de terrassement. Tout cela avec d’infinies précautions, parce que la sanction des sabotages était la mort. C’est cet esprit de résistance et l’espoir de la délivrance qui nous aidaient à tenir. Nous savions que le front se rapprochait, mais nos gardiens n’en étaient pas moins cruels pour autant. Les partisans polonais, tchèques et armées alliées ont délivré Holleischeim le 5 mai 1945, 3 jours avant la capitulation de l’Allemagne. Je me retrouvai libre après 37 mois de captivité en France, Allemagne et Tchécoslovaquie.

15Je retrouvai la France libérée, totalement désemparée, sans logement, mon mari fusillé (je m’étais mariée très jeune), mon frère tué sur le front d’Alsace en 1944, dans l’armée de Lattre de Tassigny, ma santé délabrée par les privations et les mauvais traitements. C’est au maire de La Madeleine, le docteur Happe, à sa sollicitude prolongée (il venait me voir tous les jours avec des farines d’enfant) que je dois d’avoir, pour l’essentiel, retrouvé la santé. Nous avons eu la joie d’apprendre, à cette époque, que le Général de Gaulle accordait aux femmes le droit de vote ; il nous a alors paru raisonnable que les survivantes de Ravensbrück soient désormais reconnues comme des citoyennes à part entière, ainsi que toutes les résistantes arrêtées ou pas et détenues dans les prisons jusqu’à la libération du pays et les femmes des Prisonniers de Guerre qui ont élevé leurs familles de 1940 à 1945 avec les moyens du bord, particulièrement dans notre zone où régnait la misère.

Témoignage de Mme Thérèse Vancaelemont :

16Je voudrais parler de ma mère. Mon père, Raymond Delmas-Marsalet, Était résistant et a dirigé à partir de novembre 1942 le réseau de renseignement anglo-franco-belge Zyg ; il était la liaison entre la France et la Belgique. Médecin à Wattrelos (il fut aussi médecin capitaine dans le mouvement Voix du Nord), il habitait Estaimpuis, qui était dans le no man’s land. Il y avait beaucoup de résistants à Wattrelos, on en a dénombré à ce jour 250.

17Ma mère a participé à l’action de mon père tout en restant en retrait, c’est-à-dire qu'elle allait porter à vélo les messages à ses adjoints qui habitaient Wattrelos, afin de faire la liaison des sources de renseignements.

18Elle cachait des personnes recherchées dans le grenier, elle a donc pris les mêmes risques que mon père et quand on lui en parlait, elle disait : « Ah ! Non, j’ai rien fait ! ». Elle n’a jamais voulu évoquer cette période jusqu’à il y a seulement deux ans, à la suite de la parution du livre de M. Le Maner sur Le train de Loos. Car mes parents ont été arrêtés le 17 août 1944, ma mère a été emprisonnée à Loos et mon père est parti avec le train de Loos et il n’est pas revenu : il est mort le 27 avril 1945 à Sandbostel, évacué du camp de Neuengamme, deux jours avant l’arrivée des Anglais.

19Ma mère n’a jamais parlé de son activité de résistance. On la connaît maintenant car on a fait beaucoup de recherches. Mais elle dit qu'elle aidait simplement mon père et n’en a jamais parlé car elle ne voulait pas lui faire de l’ombre ! Elle a aujourd’hui 95 ans et on essaie toujours d’en savoir davantage.

Témoignage de M. Yves Graux :

20Je vous remercie de me laisser dire quelques mots sur ma tante, Suzanne Derache. Moi-même, je m’appelle Yves Graux et j’habite Hem. Je voudrais d’abord situer les raisons de son engagement, à travers son histoire personnelle ; ensuite, dire quelques mots sur son action, et puis parler très brièvement de son comportement après la guerre ; et citer enfin quelques autres femmes du réseau.

21Suzanne Derache était née en 1897 à Cassel, ça à un sens puisque Cassel était l’état-major de Foch pendant la guerre 14, c’était le bruit des canons de la bataille de l’Yser, la menace de l’invasion. Les Allemands ne sont pas allés jusque-là. Les Derache habitaient très près du quartier général de Foch, par la suite je l’ai souvent entendue citer Louise de Bettignies ou Léonie Vanhoute, deux grandes résistantes lilloises de cette guerre 14-18.

22Et puis dans les années vingt, la famille Derache s’installe à Roubaix, au 42 de la rue du Trichon. La maison existe toujours ; c’est une maison roubaisienne typique : petite, le couloir, la véranda, la cuisine, deux chambres à l’étage. Jusqu’en 1941, la maison se vide. Suzanne a soigné et vu partir quatre membres de sa famille : ses parents, sa sœur et une tante ; elle est seule dans la maison. C’est une femme de caractère, restée célibataire, et il lui fallait une autre raison de vivre, j’ai retenu votre mot de tout à l’heure, il lui fallait un prolongement d’émancipation. Cela exprime très bien ce qui s’est passé.

23Elle était employée au guichet du Crédit Commercial de France, Grand-place à Roubaix et ne cachait pas ses sentiments patriotiques et gaullistes. Un client, Paul Joly, lui a fait part de ses problèmes : il a fondé le réseau de renseignement franco-belge « Zéro France », il se sent traqué, il cherche une planque. En dépit de tous les risques, Suzanne l’abrite chez elle. Quand je dis tous les risques, il faut quand même se replonger dans l’atmosphère d’une petite rue bourgeoise de Roubaix. Il y avait bien sûr le risque quotidien de la mort ou de la déportation pour ses activités clandestines, mais il y en avait un autre qu’on n’a pas le droit d’occulter, le risque de sa réputation : elle accueillait un homme chez elle et d’autres hommes allaient aller et venir tous les soirs ou très fréquemment, et ça n’était pas rien à l’époque pour une vieille fille, comme on disait.

24Donc elle accueille chez elle Paul Joly, probablement mais je n’ai pas de certitude à partir de juillet 1942. Cela dure à peu près un an. Paul Joly mène ses activités, elle-même assure un rôle de secrétariat et de comptabilité, car il fallait de l’argent pour faire vivre le réseau ; l’intendance, en plein rationnement, ce n’était pas si facile.

25Paul Joly est arrêté par les Allemands en juillet 1943 chez les Bénaudier qui étaient fleuristes dans ce qu’on appelait à l’époque la rue de la gare à Roubaix. Il y a toujours des fleuristes et une plaque sur la façade témoigne de cette arrestation. Pour la petite histoire, il allait chez ses amis, membres du réseau, acheter des fleurs pour l’anniversaire de sa femme. Cette dernière n’a pas été arrêtée, elle a survécu et a noué des liens d’amitié avec Suzanne Derache pendant bien des années d’après-guerre.

26À la suite de cette arrestation, j’ai le souvenir du grand sang-froid de ma tante. Il fallait très vite évacuer tout ce qui pouvait être compromettant dans la maison. C’est ce qu'elle a fait, elle a pris les décisions immédiates.

27Peu de temps après, elle a accueilli Gérard Kaisin qui prenait la tête du réseau. C’était un notaire belge venant de Louviers dans la province de Liège. Il avait été parachuté pour remplacer Paul Joly. Ses noms de guerre étaient soit André, soit Alex... Il est resté très enfermé chez elle puisque les autres venaient le voir chez elle et elle l’a hébergé jusqu’à la Libération, sans problème, heureusement pour elle, pour lui, pour nous aussi.

28Elle a vu arriver la libération comme quelque chose de normal, d’écrit, la conséquence logique de toute cette action, il ne pouvait pas en être autrement. Ça n’a donc pas été, je dois le dire, une joie délirante dans la famille, c’était l’aboutissement d’une œuvre, sans plus.

29Elle a poursuivi sa vie d’employée de banque, satisfaite du devoir accompli, tout simplement. Suzanne Derache fut décorée de la Médaille militaire en 1953. Je pense qu'elle méritait d’être citée pour son courage personnel tout d’abord et aussi pour sa capacité à entraîner d’autres volontaires dans l’action, comme on va le voir ci-après. Elle est morte à Roubaix en 1988.

30D’autres femmes étaient actives dans le réseau et je me dois de les citer.

31Geneviève Libert, qui habitait Roubaix, au 14 de la rue Ingres, décédée en 2004, me semble-t-il. Elle assurait la frappe du rapport hebdomadaire qui faisait la synthèse de toutes les informations collectées auprès des agents du réseau. C’était un rapport très important, ce qui n’était pas sans risques car il y avait chez elle plus d’une centaine de feuilles de papier fort compromettantes.

32Yvonne Derache était une cousine de Suzanne, qu’elle avait entraînée dans l’action. Elle tenait une mercerie dans la rue de la Vigne à Roubaix ; célibataire elle aussi, elle a hébergé longtemps Noël, qui était un adjoint du chef de réseau.

33Je ne peux oublier ma mère, puisque tout à l’heure on a évoqué le rôle des conjoints. Mon père était le cartographe du réseau et ma mère, qui était pourtant une femme très anxieuse, a supporté cela fort vaillamment, elle dormait même en ayant sous le lit une pile de cartes d’état-major au 25 000e qui servaient de références pour localiser tous les objectifs cités.

34Et puis bien sûr, on n’a pas le droit d’oublier l’épouse de Gérard Kaisin, elle a été déportée à Bergen-Belsen où elle est morte pour n’avoir jamais voulu dire où était son mari, disparu du domicile conjugal en Belgique. Ni Madame Paul Joly qui a dû supporter la disparition de son mari, ni toutes les veuves des membres du réseau « Zéro France ».

Témoignage de M. Edgard Leser :

35Les femmes que j’ai pu connaître dans la résistance étaient engagées en particulier dans ce petit groupe de résistants, ce groupuscule, que l’on a appelé le « Comité de secours aux Israélites » qui est né au lendemain, et peut-être le même jour, que les rafles massives qui ont commencé en septembre 1942, groupe dont mon père a pris la direction, premièrement parce qu’il était juif, deuxièmement parce qu’il était français et enfin parce qu’il parlait l’allemand, le polonais et le yiddish et comprenait le russe : cela lui permettrait de dépister d’éventuelles taupes qui auraient réussi à s’introduire parmi les authentiques résistants.

36À ce groupe participaient quelques femmes dont j’ai plaisir à citer très respectueusement la mémoire. Il y avait en particulier Mme Legris que je n’ai pas entendu citer dans l’exposé de Mme Masson. Vous l’aviez, tant mieux car c’était une des plus efficaces. Elle était infirmière, diplômée d’état, et en même temps institutrice et, on l’a appris plus tard, membre de l’état-major régional du M.L.N., chose relativement peu connue, de même le fait qu'elle était la belle-sœur de Rachel Lempereur. Il y avait également Mme Signoret, dont le mari était inspecteur d’académie ; Mme Caries, l’épouse du préfet de Vichy, mais qui était en place depuis bien avant la guerre. Mme Caries était juive ce qui a permis à ce groupuscule de résistants d’être très vite au courant de ce qui se tramait.

37On a parlé de Melles Thérèse Matter et Eva Durrleman qui étaient les fondatrices d’Ambroise Paré ; tout le respect leur est dû, elles ont eu une activité extraordinaire et on ne peut pas chiffrer le nombre de personnes qu’elles ont secourues. Ambroise Paré était une étape du chemin d’Auschwitz.

38Qui y avait-il encore parmi les dames, je ne voudrais pas en oublier une, car il n'y en a pas une seule qui mériterait de tomber dans l’oubli. Il y avait Mme Roussel à Trélon, nombreux ont été les enfants à passer par là. Vous avez parlé des enfants Treister. Nous avons Edmond Mayersfeld qui est intervenu avec nous à plusieurs reprises et qui était aussi un de ces enfants protégés, avec son frère. Il y avait Jean Thomas qui par la suite est devenu chirurgien.

39Je comprends très bien que vous n’ayez pas pu retrouver la trace des religieuses, il y a une explication : je connaissais la Supérieure de l’institution Notre-Dame de Loos, qui m’a hébergé un certain temps sur les instructions de l’abbé Stahl. Je ne suis plus capable de vous dire quel était son nom d’ordre ; toutes les religieuses qui nous chapeautaient en quelque sorte avaient un nom d’ordre différent de leur état civil. C’était sœur Angèle, sœur Marie ou je ne sais qui encore. Toutes ne sont pas demeurées fidèlement dans ma mémoire, mais nous ne connaissions l’identité d’aucune d’elles. Je pense que c’est la raison essentielle de leur oubli, elles ne se sont pas manifestées.

40Quant à l’abbé Stahl, comme j’étais l’un de ceux qui le connaissaient le mieux dans notre petit groupe, je me suis permis d’aller le trouver. Tous les ans, il célébrait la messe du Saint-Esprit qui était la messe de reprise des tribunaux : il avait été, en effet, avocat au barreau de Lille. Je lui ai demandé la permission d’entamer les démarches qui ont abouti à sa décoration comme « Juste des Nations ».

41Voilà, j’en ai terminé ; c’est un petit témoignage mais je tenais à le faire. En leur mémoire à toutes.

Témoignage de Mme Esther Brun

  • 1 Le musée de Bondues s’est donné comme mission de conserver le témoignage de résistants du Nord-Pas (...)

42 (d’après son enregistrement audiovisuel par Francine Kimpe) 1  :

43Mon mari n’a pas été mobilisé car nous avions deux enfants. De plus, les mineurs qui avaient été arrêtés ont été libérés car les Allemands avaient besoin de charbon ; ils avaient même fait venir des prisonniers russes pour travailler dans les mines du Nord-Pas-de-Calais. Le métier de mineur devenait de plus en plus dur, d’où la grande grève de mai-juin 1941.

44Les femmes étaient d’accord avec cette grève et faisaient d’ailleurs le piquet de grève avec les hommes ; cela a duré trois semaines. Une semaine de grève, ça pouvait aller, pour l’argent je veux dire, même si les femmes attendaient toujours la quinzaine car les mineurs n’ont pas d’argent de côté. La deuxième semaine, ça devenait long. À la troisième semaine, les femmes commençaient à dire : Il faut qu’ils reprennent ! On n’a plus d’argent. On ne peut plus rien acheter pour les enfants...

  • 2 Il s’agit de Josette Cothias.

45J’ai dit alors à ma responsable, Françoise qui était venue de Paris2, je n’ai jamais su qui c’était : Les femmes doivent faire quelque chose. Elle était tout à fait d’accord avec notre groupe, oui mais quoi ? Il faudrait faire une manifestation, mais pour cela, il faut trouver une raison. Alors j’ai eu une idée : on va faire courir le bruit qu’un grand camion de pommes de terre va arriver tel jour à telle heure sur la grand-place d’Harnes. Alors chacune des femmes de notre groupe raconte autour d’elle : il va avoir... il va avoir...

46Le jour dit, notre groupe était présent de bonne heure sur la place, on a vu arriver des hommes, des femmes, puis des groupes et tout à coup la place était comble ; je pense bien que toutes les femmes de mineurs étaient là... Mais qu’est-ce qu’on fait maintenant ? Les femmes criaient : On nous a encore menti, pourquoi ont-ils dit ça ? Alors la vingtaine de femmes de notre groupe se disperse et va expliquer pourquoi on a fait ça... Malgré tout, les femmes attendaient toujours les pommes de terre, alors j’ai crié : On va réclamer, on va aller aux grands bureaux à Billy. Tout le monde est d’accord ? Il l’était et on est parti, tout un groupe de plusieurs centaines de femmes.

47On arrive donc, la barrière se ferme car un train de mineurs passait. Derrière la barrière, il y avait des gendarmes français : on avance encore... « Qu’est-ce que vous voulez ? » Du pain, du savon, chacun réclamait ce qu’il lui manquait. On veut aller aux Grands Bureaux... Vous pouvez pas, c’est fermé ! La barrière étant toujours baissée, on se bouscule vers le portillon. Les gendarmes attrapent les premières et veulent nous garder. On se débat et on arrive à se libérer mais on voit alors arriver un camion avec des soldats allemands, et un engin qu’ils installent derrière la barrière, face à nous. On ne savait pas ce que c’était. Une mitrailleuse ?... Nos hommes, qui étaient de l’autre côté de la route, nous ont faits signe de faire marche arrière.

48Je me suis retournée et j’ai dit aux femmes : On a perdu ! Mais on avait réussi notre manifestation. Et puis, les hommes ont tout de même eu un peu plus de savon, c’est ce qu’il leur manquait le plus. Les mineurs quand ils remontent sont noirs comme du charbon et avec le peu de savon dont ils disposaient de savon et un peu plus de vin aussi. Mais c’est tout.

  • 3 Décapitée le 18 janvier 1943 à la sortie de la prison de Cologne. Elle était mère de 3 enfants. So (...)

49Dans notre groupe de femmes il n’y a pas eu d’arrestations, mais à Hénin-Liétard où les femmes avaient organisé la même manifestation, il y aurait eu et on disait même qu’une femme avait été blessée par balle, mais je n’ai pas pu vérifier... Émilienne Mopty fut arrêtée. Par deux fois, elle a réussi à se sauver. C’était une petite femme toute menue. La seconde fois elle s’est sauvée par la lucarne des toilettes du commissariat. Par la suite, elle fut malmenée par les Allemands et guillotinée3.

50 Après l’arrestation de son mari, Esther Brun est devenue agent de liaison FTP. Arrêtée en octobre 1943, déportée le 18 mai 44 à Ravensbrück, elle fut libérée par l’Armée rouge qui ta remis aux troupes américaines

Témoignage de Mme Raymonde Florquin-marc :

51 Elle prit la succession de son père, douanier à Toufflers, dans le réseau d’évasion de Joseph Dubar. Arrêté en décembre 1941, Georges Marc fut déporté à Gross Rosen où il est décédé ; Raymonde, arrêtée en même temps, fut emprisonnée à Loos, puis relâchée en avril 1942

52 (d’après l’enregistrement audiovisuel réalisé par Odile Louage)

53C’est Monsieur Dubar qui m’a relancée à ma sortie, j’ai été recrutée et j’ai commencé à faire le transport de renseignements ou le convoiement d’agents de liaison, surtout avec les réseaux belges et français, je descendais jusqu’à la ligne de démarcation. Le renseignement, c’était vital.

54Quant aux évasions, ce furent d’abord des militaires qui voulaient rejoindre l’Angleterre pour continuer la guerre, puis ceux qui avaient fait des actes de résistance, qui étaient recherchés et condamnés, c’est ceux-là qu’on sauvait, et ça a duré toute l’année 1942 et l’année 1943. C’est M. Dubar qui me contactait ; il me disait d’aller à tel endroit, me donnait le mot de passe et j’y récupérais un homme, un poste émetteur ou une valise, puis j’allais en France et je remontais jusqu’à la frontière, une fois même à la frontière du Luxembourg.

55Pour les convoyages, en général je les prenais à la frontière, puis je les emmenais directement à la gare de Roubaix, où nous avions un guichet spécial tenu par des relations amies, et quand le train arrivait, évidemment on ne passait pas par la grande porte, car les Allemands étaient là, mais sur le côté, on grimpait rapidement dans un compartiment et on allait jusqu’à Paris où quelqu’un nous relayait. Une fois je suis allée jusqu’à la ligne de démarcation. À Paris on nous donnait une valise contenant un poste émetteur ou de l’argent et on remontait, pour la Belgique surtout afin d’équiper les résistants.

56J’ai transporté beaucoup d’argent, pas tout de suite, mais après il y eut de nombreux parachutages de résistants en France et il fallut beaucoup d’argent pour monter et équiper les réseaux belges...

57Je suis entré dans la clandestinité à la fin de l’année 1942, huit mois environ après ma sortie de prison. Pourquoi ? Les Allemands, je ne sais pas comment, avaient eu vent que j’avais fait quelque chose pour défendre mon père, alors M. Dubar m’a interdit de rentrer chez moi. J’ai été logée dans une petite chambre sous les toits dans une maison qui appartenait à la femme du docteur Guislain, dans la Grand-rue à Roubaix, elle avait deux entrées, une sur la rue et une autre sur le boulevard, comme ça, si on sonnait à la porte on pouvait fuir ! On m’a aidée pour manger, mais si vous saviez le nombre de douzaine d’huîtres que j’ai pu avaler pour me maintenir : en effet, il n’y avait pas besoin de tickets pour se les procurer. Après on a eu quelques tickets de pain, de viande par les autres réseaux car il fallait alimenter les hommes. Là encore, c’étaient de faux documents, de faux papiers, que nous fournissait quelqu’un de la mairie de Roubaix, qui avait volé les tampons, même les tampons pour les Allemands, et qui faisait les papiers pour ceux qui partaient : fausse carte d’identité bien en règle pour pouvoir voyager. On nous donnait aussi les tickets pour voyager et on passait par la grille des bagages. On risquait gros, mais les cheminots nous ont beaucoup aidés...

58Je n’ai jamais logé des personnes à la maison, pour ma mère je n’ai pas voulu. On les logeait à la crèche de la rue de Tourcoing à Roubaix, il y avait des chambres ou on les mettait à la cave. On essayait de ne pas en avoir beaucoup à la fois, ils étaient trois, quatre ou cinq. On ne pouvait pas toujours les transporter alors on les « planquait ». On n’en convoyait qu’un à la fois et pour ma part je faisais au moins un voyage par semaine, quelquefois deux, j’étais tout le temps sur la route. Je logeais à Paris, dans un hôtel près du théâtre de l’Odéon. Parmi tous ceux que j’ai aidés à quitter la région, je me souviens plus particulièrement du prince de Ligne, car il m’en a fait voir de toutes les couleurs ! Il était jeune et pas mal et comme le train qu’il devait prendre avait été supprimé, on l’avait logé à l’hôtel et il voulait à tout prix aller au Moulin Rouge et à Montparnasse voir les filles ! On a dû l’enfermer dans sa chambre...

59Une autre fois, j’ai croisé Jean Moulin. J’avais accompagné depuis la Belgique jusque Paris un chef de réseau, il y avait une réunion aux Champs-Élysées, on m’a présenté « Max », il était là avec plusieurs chefs de réseau...

60C’était devenu une routine, et c’était ma vie ! Je ne voulais qu’une chose : pas d’Allemands à la maison. Un jour, je devais aller chercher un jeune Belge, un grand journaliste qui avait abattu un flamingant, groupe belge plutôt porté pour les Allemands ; il était recherché depuis cette exécution et je devais le prendre à la frontière, je suis donc allée à Templeuve avec mon vélo, car mon vélo, c’était sacré, il n’y avait que cela qui marchait, mais quand j’ai répondu au mot de passe, c’était la Gestapo...

61 Raymonde Marc est donc arrêtée le 29 avril 1943 à Templeuve. Interrogée et torturée au siège de la Gestapo, boulevard Louise à Bruxelles, elle est emprisonnée à St-Gilles et reste 8 mois au secret. Elle est déportée le 6juin 1944 à Ravensbrück...

Témoignage de Casimir Destombe :

62Ma mère, Jeanne Destombe, a été condamnée le 3 septembre 1940 par le Tribunal de la Feldkommandantur 569 « pour outrages envers l’armée allemande, prise de postes anglais intentionnellement et pour avoir gardé des tracts jetés par l’aviation ennemie ». Elle avait traité un soldat allemand de « Schwein » (ce qui veut dire « cochon ») et a donc fait six mois de prison.

63Quand elle est revenue, elle était encore plus acharnée qu’avant son départ. Elle a organisé une collecte d’argent dans tout le village pour orner d’une plaque de marbre blanc, avec drapeau tricolore et palme dorée, les tombes des soldats anglais morts sur le sol de Bondues (à l’hôpital installé à l’Institution de la Croix Blanche) à la suite des combats de mai 1940.

64Par la suite, elle a reçu, à la ferme de la Folie, la visite de Natalis Dumez, cofondateur du journal clandestin « La Voix du Nord ». Il est venu chez nous, se faisant passer pour un batteur de matelas. En entrant dans la ferme, il s’est rendu compte de sa position stratégique par rapport au terrain d’aviation voisin et il a demandé si on pouvait lui fournir régulièrement des renseignements sur le terrain, les mouvements d’avions, les aménagements de camouflage... C’est ce que ma mère a fait : on portait chez Mme Parmentier, rue Masséna à Lille, tout ce que l’on pouvait relever d’intéressant sur le terrain, avec parfois des croquis que j’avais faits ou que je réalisais chez elle sur un petit bureau près de la fenêtre... On a connu par la suite douze bombardements, sans doute la conséquence logique des renseignements que l’on fournissait.

65Par rapport au STO maintenant, le Service du Travail Obligatoire. On logeait et on nourrissait des réfractaires et des soldats polonais et on leur donnait de « vraies-fausses cartes d’identité » qu’on obtenait d’un commissaire spécial, M. Kervarec, qui travaillait à la Préfecture de Lille. Grâce à ces cartes, les jeunes pouvaient travailler tranquillement dans la ferme sans être inquiétés par les Allemands.

66Enfin il y eut la distribution des journaux clandestins. Nous, on « livrait » surtout le journal clandestin, La Voix du Nord. Maintenant quand on veut un journal, on va au coin de la rue, chez le marchand de journaux, ou dans sa boîte à lettres, à l’époque on les déposait dans les fermes amies ou dans les boîtes de directeurs des postes, de l’école libre et de l’école laïque, du secrétaire de mairie et du boulanger. C’était dangereux et il ne fallait pas se faire prendre car une ordonnance de la Kommandantur disait que ceux qui fabriqueraient ou distribueraient des journaux clandestins seraient passibles des travaux forcés ou de la peine de mort. Ça ne nous a jamais empêché de le faire !...

67Voilà, j’ai voulu, en quelques minutes, associer la mémoire de ma mère à cette journée sur « les femmes et la résistance ». Elle a obtenu une carte de résistante datée du 15 juin 1940, c’est-à-dire trois jours avant l’appel du général de Gaulle, qui était bien sûr notre espoir, notre porte-drapeau. Mais chez nous, la résistance a commencé en mai 1940 quand on a aidé les soldats anglais et français.

Intervention de Mme Yvonne Abbas :

68Je suis particulièrement heureuse de cette journée, d’avoir pu faire connaissance avec les historiennes belges et allemandes et avec vous, Messieurs, qui avez su si bien relater le rôle des femmes dans la résistance et la déportation, des femmes de toutes tendances et de toutes croyances. Pour parler des femmes de la résistance, des femmes de Ravensbrück (je suis fière d’être française car aucune Française dans ce camp n’a jamais été kapo), il a fallu la création de l’Amicale de Ravensbrück en 1975, amicale nationale et internationale. Pour parler des femmes, on avait demandé des noms de rues, des stèles, sans aucune suite, alors depuis cette date, gr, ce à des horticulteurs, on organise la plantation des rosiers de Ravensbrück et, ici et là, comme le Petit Poucet, nous passons dans les villes et dans les collèges et nous plantons ces rosiers en hommage à la Résistance et à la Déportation.

69Dix ans plus tard, en 1985, n’obtenant toujours pas satisfaction pour les plaques de rues et des stèles, nous avons créé la Médaille de Ravensbrück, rappelant les 92 000 femmes mortes dans ce camp.

70Il y a toujours eu beaucoup de solidarité entre les femmes de toutes races ou de toutes opinions, il y a toujours eu beaucoup de respect et cela continue lorsque nous témoignons ensemble : peu nous importent nos origines, nos professions, nous nous voyons avec beaucoup de dignité et de respect.

71Je retourne régulièrement dans les camps et peut-être que lors de ma prochaine visite n’y aura-t-il que 4 ou 5 rescapées pour témoigner de cette solidarité qui s’est manifestée dans les camps. Cette solidarité, avoir une tranche de pain et en donner, même quand on a faim, un centimètre à une femme enceinte, à une personne qui défaille, quand on en a tant vu partir, savoir donner un centimètre de pain aussi aux femmes qui croient et prient, pour qu’elles puissent se constituer un chapelet ! C’était aussi cela la solidarité.

72On a parlé des veuves de guerre, mais jamais des veufs de guerre. Quand nous allons dans ces camps, nous rencontrons beaucoup d’hommes qui viennent voir ou revoir comment sont mortes les 92 000 femmes dont les cendres reposent à Ravensbrück, qui viennent encore et toujours pleurer celles qui les ont quittés, et qui ont élevé, seuls, leurs enfants, sans jamais obtenir l’allocation de veufs de guerre car ils n’ont jamais été reconnus comme tels ! Je pense que là aussi, en ces instants d’émotion intime, un rapprochement s’opère.

73Quand nous allons témoigner dans les écoles et les lycées ou près de vous, ce n’est pas pour pleurer sur cette période mais pour maintenir éveillée la vigilance ; tant que nous aurons un souffle de vie, on le rappellera car on est contre l’oubli. Et je veux ajouter, surtout pour vous Mesdames venues d’Allemagne, que nous n’avons aucune haine pour le peuple allemand, on n’oublie pas, mais aucune haine pour le peuple allemand ne nous habite. Rappelons-nous par ailleurs que tous les Allemands n’étaient pas nazis et que tous les nazis n’étaient pas allemands, on en a fait l’expérience cruelle avec la collaboration pétainiste.

74Je vous remercie de m’avoir écoutée et je remercie Paul Astier d’organiser de telles rencontres.

Témoignage de Jacqueline Erpeldinger :

75Née en 1921, j’ai vécu jusqu’à la guerre de 1939 dans un milieu familial d’employés – certains de haut niveau – des usines textiles de Roubaix. J’appartenais donc à un milieu relativement aisé, chaleureux, où l’on évoquait fréquemment la vie exténuante des ouvriers et des ouvrières du textile. La classe des employés n’en était pas moins celle des serviteurs fidèles et zélés du patronat Très tôt, je me suis sentie en révolte contre les différences flagrantes du niveau de vie entre les patrons et les salariés.

76Une formation d’études commerciales devait m’amener à la profession de secrétaire d’un de ces patrons, à la sortie du collège. Nous étions en 1936, le Front populaire. L’emploi que j’exerçais me mettait en contact permanent avec les patrons et certains contremaîtres. Durant mes études et dans les années qui suivirent, j’eus la chance d’être suivie par un de mes professeurs de français. Grâce à elle, je lus énormément, de Malraux à Aragon en passant par les auteurs étrangers Thomas Mann, Stefan Zweig, etc. Ces lectures devaient éveiller en moi un idéal de liberté, de justice, d’égalité.

77Cet idéal, je le concrétisais en faisant partie du mouvement des auberges de la jeunesse. Les A.J. étaient un véritable creuset des idées neuves. Des filles et des garçons de toutes nationalités y formaient un groupe dont les idées généreuses guidaient leur vie. C’était un milieu profondément révolté et hostile au fascisme et au nazisme. Les idées de gauche exaltaient. Parmi nous, certains étaient militants politiques, notamment au parti communiste.

78En mai 1940, nous connûmes l’évacuation puis l’occupation. Les réunions furent interdites mais des éléments se voyaient encore pour discuter. Nous avons rencontré Henri Teryn mais nous ne l’avons pas vu beaucoup. Beaucoup plus tard, nous avons appris que la police de Vichy l’avait arrêté au début de juillet 1940. Il fut fusillé. Durant l’hiver 1940-1941, mon fiancé et moi acceptons de distribuer des tracts qui appelaient à la résistance.

79Ces tracts dénonçaient le mécontentement général du fait d’un ravitaillement insuffisant. Ils informaient la population des événements antiallemands tels que la grève des mineurs de mai 1941 si durement réprimée. Ils dénonçaient la participation de l’autorité française à cette répression.

80Dans mon emploi, il m’était relativement facile de taper les textes des tracts et de les polycopier. Certaines de mes collègues m’aidaient dans cette tâche. Il fallait ensuite transporter les papiers chez le responsable qui allait les acheminer. Pour des raisons de sécurité, nous étions assemblés par groupes de trois ; chacun d’entre nous ne connaissait que deux camarades de notre mouvement.

81Au début de l’année 1942, le professeur dont j’ai parlé plus haut, qui enseignait alors à Avignon, m’a proposé de l’y rejoindre pour me préparer au bachot. La ligne de démarcation n’était pas facile à franchir. J’y parvins cependant.

82Mon séjour chez mes amis fut de courte durée. Dans le Nord, une camarade fut arrêtée par la police française. Vivant dans la clandestinité, se déplaçant d’un hébergement à un autre, elle portait, bien imprudemment sur elle, un carnet dans lequel elle avait inscrit le nom d’une quarantaine de personnes qui l’avaient aidée ou hébergée. Nos noms – celui de mon fiancé qui l’avait aidé à transporter du matériel, machine à écrire, papier, machine à polycopier, et le mien -– s’y trouvaient. Mon fiancé fut arrêté en mai avec tous les autres. Je l’ai été en juin car la police de la zone interdite m’a fait rechercher. Emprisonnée un certain temps de temps en Avignon, j’ai connu la promiscuité avec des prisonnières de droit commun.

83Au bout de cinq mois d’incarcération, je fus conduite à Loos. Sur la route, j’ai connu pendant trois jours la prison de Macon où les conditions de vie étaient encore pires qu’à Avignon. Toutes les femmes étaient plus ou moins malades. Les paillasses étaient plus que douteuses. Les gardiennes se comportaient comme des gardes chiourmes vociférant pour couvrir cris et lamentations. La nourriture était infecte.

84L’arrivée à Loos fut un soulagement. Je fus placée dans une cellule de camarades politiques dont je n’oublierai jamais l’accueil. Les conditions de vie y étaient déplorables et nous connaissions l’angoisse dans laquelle vivaient nos camarades du quartier des hommes où les prises d’otages se succédaient.

85Je suis restée à Loos jusqu’en janvier 1943. Je fus alors transférée, avec mes camarades, à Cuincy, pour être jugée par la Cour Spéciale de Douai qui officiait à huis clos. Police française et juges français. Des avocats pour la forme. J’avais une certaine chance : au cours de la perquisition chez moi, la police n’avait trouvé que des livres « subversifs » et un polycopié mais pas d’armes. Condamnée à un an de prison, je fus libérée. J’ai du, comme mes amis, « cette clémence » au tournant que prenait la guerre avec la bataille de Stalingrad.

86Au printemps 1944, je fus à nouveau contactée par une camarade résistante, ancienne ajiste, Céline Agache. Je repris donc mon activité en tapant des tracts, en les polycopiant, en les diffusant, en particulier le journal « Les Mariannes ». J’avais la chance de pouvoir travailler au bureau avec l’aide de collègues. Jusqu’en septembre 1944, l’activité clandestine continua en même temps qu’il fallait surmonter les privations, les bombardements, les séparations, les prises d’otages, l’angoisse de la réquisition des jeunes travailleurs.

Témoignage de Jeanne Prin-Simonot :

87Je suis née le 22 septembre 1925 à La Bassée où mes grands parents étaient installés avant 1914. Je suis née dans un baraquement construit pour les sinistrés de la guerre 1914-1918. Mon père a fait cette guerre dans l’infanterie pendant toute sa durée. Les souvenirs qu’il garda de cette boucherie étaient horribles. Ils expliquent son pacifisme, son désir de fraternité. Ma mère avait reçu une éducation très catholique à Loos. Mes grands parents maternels ont caché, en 1905, des biens de l’Église et hébergé des prêtres en difficulté. Ma mère a gardé de l’occupation en 1914-1918, une haine contre les Allemands qu'elle a toujours appelés les « Boches ».

88Mon père a été à nouveau mobilisé en 1939. Mais il est rentré début décembre persuadé que la France perdrait la guerre tant l’armée lui semblait désorganisée.

89Ma famille s’était installée à Dunkerque. En octobre 1939, je suis rentrée au lycée Jean Bart parce que des professeurs manquaient. Chaque jour, nous subissions une alerte mais rien de plus. Au moment où les combats effectifs ont commencé, nous avons quitté Dunkerque mais l’invasion a été si rapide que nous nous sommes arrêtés, chez des amis, à Bourbourg. Nous y sommes restés jusqu’à la fin du mois de juin. Mais nous n’avons pas entendu l’allocution de de Gaulle.

90Notre maison a été incendiée le 20 mai 1940. Nous avons vécu, de juillet à octobre 1940, dans l’appartement d’amis dunkerquois. Mais les conditions y étaient très difficiles. Seul le collège des Dunes pouvait fonctionner. Nous avons quitté Dunkerque pour Loos-lez-Lille à la Toussaint 1940. Nous nous sommes installés dans la maison d’une tante qui s’était réfugiée à Tours avec sa famille.

91Je suis rentrée au lycée Fénelon à Lille où j’ai refait une troisième au cours de l’année 1940. Puis en 1940-1941, j’y ai fait une seconde. Dans notre maison ont commencé à venir des hommes qui repartaient quelques jours plus tard. Puis d’autres sont venus et d’autres encore. C’est ainsi que j’ai rencontré des instituteurs de Lille « Charles » et « Sophie » Le Targat, (Charles Le Targat a été maire de La Madeleine), Renée Schmidt, auxquels j’ai fourni des enveloppes et de l’encre d’imprimerie.

92Vers septembre 1943, j’ai imprimé des tracts avec « Colette ». C’est avec elle que j’ai appris la manipulation du matériel. À la Toussaint, « Bernard » alias Jean Mercier m’a envoyé à Paris pour porter des colis qui n’étaient pas très lourds ni très volumineux. C’est Pierre Delon qui a suggéré à Jean Mercier de m’envoyer deux fois à Paris et « Ernest » (Pierre Bogaert), responsable du Front national pour la région lilloise, m’a amenée dans le grenier de l’Institut de Physique, rue Gauthier de Châtillon à Lille. Ce grenier était prêté par Jean Roig à Maxime Berthe pour que nous y imprimions des tracts, des papillons, des journaux clandestins. Le local était tout petit, entièrement peint en noir ; une fenêtre donnait sur le Temple. Il comportait une machine à écrire, une ronéo, un massicot. Plus tard nous reçûmes une seconde ronéo. J’y allais au moins trois fois par semaine et y restais jusqu’à 16 heures ou 17 heures. Au bout de deux mois, « Solange » est venue me rejoindre. C’était plus gai. Au rythme de la ronéo, elle m’a appris tous les chants révolutionnaires qu'elle connaissait. Nous ne voyions qu’Oscar, le concierge, et sa femme. Nous disposions d’une réserve de papier, de stencils et d’encre que nous fournissait Georges Gaillard professeur d’histoire de l’art à la Faculté des lettres. Mais je ne l’ai connu qu’à la Libération. C’est « Ernest » qui déposait les textes à reproduire. J’ai imprimé des tracts sur Suzanne Lanoy, sur le massacre d’Ascq, le 14 juillet, le programme du Conseil national de la Résistance.

93Je déposais des paquets à Lille, au café Vandromme qui se trouvait à l’angle de la place de la République et de la rue Nicolas Leblanc. Solange en déposait dans une bicoque des jardins ouvriers aux Dondaines. Les autres paquets disparaissaient de notre local sans que nous sachions comment. Ernest devait les prendre en même temps qu’il déposait les nouveaux textes. Je suis allée deux ou trois fois déposer un paquet chez l’abbé Surmont à Sequedin. Un jour, le pont était gardé par 5 ou 6 GMR. J’ai hésité, mais je suis passée sans autre problème que leurs plaisanteries idiotes. En même temps, je faisais toutes les semaines ou tous les quinze jours, la liaison avec Valenciennes, avec « Jacques » alias Pierre Cuvelier instituteur, arrêté peu de temps avant la Libération et « Nicole » Marie Madeleine Rollitzer. Nous nous rencontrions parfois au café de la Rotonde, à l’angle de la rue Léon Trulin et de la rue Anatole France, dans le parc derrière le Musée des Beaux-arts ; mais le plus souvent, c’était sur la route de Cysoing et de Mouchin. Pierre Cuvelier a été arrêté et a été sauvagement traité. Nicole a été arrêtée mais emprisonnée à Loos, elle a pu être libérée sur intervention du Consul de Suisse.

94Vers le mois de juin 1944, une perquisition a eu lieu chez Ernest J’ai reçu l’ordre d’aller voir Melle d’Estrées, la directrice de l’école Valentine Labbé. Elle m’a reçue très gentiment et a mis à notre disposition un magnifique grenier dans l’annexe de son établissement. Je me demande encore comment nous avons déménagé tout notre matériel pour le placer dans une charrette accrochée à mon vélo, pour lui faire traverser presque toute la ville puis le remonter rue de Thionville. Le concierge, M.Pluquet nous a montré les lieux où nous avons réinstallé le matériel. Quand nous étions là, il venait tirer la cloche s’il y avait danger. Nous cachions alors nos papiers et étalions des corrigés de devoirs de vacances que Melle d’Estrées nous avait fournis.

95Les trois derniers mois, notre journal s’est appelé Le Fanal. Maxence Van der Meersch y a écrit un bel article pour expliquer le titre. Un dernier article de lui a paru dans le premier numéro de Nord libre.

96Le 2 septembre 1944, j’ai reçu l’ordre de « Fernand » Portemont de transporter le cachet du CDL d’un café situé boulevard Victor Hugo à Loos où étaient cousus les brassards des Milices patriotiques. Celles-ci étaient commandées par le « grand Charles » de Prémesques et « Robert le Savoyard ». À Loos, chez mes parents, j’ai retrouvé Pierre Delon et nous avons mangé des crêpes et grappillé quelques framboises. En revenant à Pille, ce vieux parisien de Delon, descendant de communards, ronchonnait parce que Paris s’était libéré sans lui. Nous sommes allés à la préfecture où se réunissait le CDL tandis que Pierre Delon gagnait la radio. Le soir, les GMR « républicains » ont trouvé la cave à vins du préfet et nous ont offert le champagne. J’ai dormi à la préfecture en compagnie de Madeleine Thomas, professeur à Douai qui était venue à pied, de Nicole, libérée de prison, de Ginette Delmas, professeur d’Histoire au lycée Fénelon, de Madeleine Gourbeillon, professeur de physique au lycée Fénelon aussi et responsable du Front national pour Lille et de Solange Planckaert. Nous étions bien fatiguées.

97Le dimanche, 3 septembre, toutes les administrations étaient libérées. Sur la place de la République, les drapeaux flottaient ; on entendait partout les cloches sonner. Je suis allée rechercher des tracts que nous avons distribués aux passants auxquels nous avons expliqué le programme du CNR. Le lundi 4 septembre, nous nous sommes installées dans l’immeuble occupé par la Frontbuchhandlung, une librairie destinée aux soldats allemands qui se trouvait près de L’Echo du Nord. Nous avons continué nos distributions de tracts et commencé à préparer la première édition du Nord libre. Nous avons travaillé une bonne partie de la nuit. Le mardi, 5 septembre, nous avons assisté à Loos à l’enterrement des FFI tués dans les combats.

98Je suis revenue chez mes parents, heureuse et détendue.

Notes

1 Le musée de Bondues s’est donné comme mission de conserver le témoignage de résistants du Nord-Pas-de-Calais et de constituer ainsi une banque de données à destination des historiens de la région pour leurs travaux de recherches sur la Seconde guerre mondiale. Dirigée par Odile Louage, une équipe d’enseignants a réalisé à ce jour plus d’une trentaine d’enregistrements avec le concours gracieux de l’adjudant Verri de la Cellule Communication du Commandement de la Force d’Action Terrestre à Lille pour le plus grand nombre, mais aussi de la Société de Production NEP TV à Lille et de la Section Cinéma du Lycée Kernanec à Marcq-en-Baroeul.

2 Il s’agit de Josette Cothias.

3 Décapitée le 18 janvier 1943 à la sortie de la prison de Cologne. Elle était mère de 3 enfants. Son mari, sa sœur, une de ses filles, ont été déportées.

Table des illustrations

Légende Défilé de membres du FTPF, Libération de Valenciennes (Collection Jeanne Prin-Simonot)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2194/img-1.jpg
Fichier image/, 185k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540