Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Les services publics et la Résistance en zone interdite et en Belgique (1940-1944)

 | 
Robert Vandenbussche

Témoignages et documents

Térèse Bonte

Historienne locale de Bondues

Testo integrale

1 Quand on évoque les prêtres résistants du Nord de la France, le nom de l'Abbé Bonpain arrive spontanément sur les lèvres. Et comme parfois l’arbre cache la forêt, sa gouaille et sa popularité ont - bien involontairement - refoulé dans l’ombre et l’oubli d’autres prêtres résistants, à commencer par son confrère et voisin, l’Abbé Charles Lemaire.

2 Vicaire à Malo en 1940, l’Abbé Lemaire, né à Grand Fort Philippe dans une famille de pécheurs, organise en fin juin 1940, par canots, barques de pêche et avions de tourisme, une chaîne de passages vers l’Angleterre. En 1941, l’Abbé Bonpain le contacte au sujet de ces passages et lance avec lui le Courrier-France Libre et retour.

3 Mais dès l'automne 1940, l’Abbé Lemaire avait formé un groupe de résistance avec Henri Gugelot, retraité SNCF et Marcel Petit, photographe. Parce que prêtre, il avait refusé de prendre la tête de l’équipe mais il en était l’animateur et l’un des membres les plus actifs. Les toutes premières photos du Général de Gaulle, distribuées sous le manteau en novembre 1940, ont été développées dans le labo de Petit, 12 boulevard de Lille à Malo. Le groupe comporte également le radio Pierre Legrand, qui possède un poste émetteur, Marcelle Cousien, agent de renseignement, Patrice Selingue, Pierre Malraux, neveu de l’ancien ministre, etc.

4 En juillet 1941, les Allemands raflèrent tout le monde. Madame Gugelot eut le temps d'avertir l'Abbé Bonpain, ce qui prouve que les équipes parallèles se connaissaient.

5 L’Abbé Lemaire fut sauvé par le Docteur Villette, chirurgien, qui l’opéra en urgence des conduits nasaux et lui transforma le visage. Nommé ensuite vicaire à Loon-Plage, il remit sur pied un réseau de renseignements. Aumônier du Corps franc de fusiliers marins durant la « poche de Dunkerque » (1944-1945), il mourut après la guerre, curé de Craywick.

6 Ses coéquipiers furent condamnés le 17 septembre 1941 : 10 ans de prison pour Selingue et Malraux ; travaux forcés à perpétuité pour Marcelle Cousien ; Henri Gugelot et Marcel Petit, condamnés à mort, furent transférés comme otages à Bruxelles et à Rheinbach. Ils rentrèrent à Loos pour être exécutés, le 30 avril 1942, « en représailles d’un crime commis rue de Béthune à Lille ». Au lendemain de la libération, on découvrit leurs dépouilles dans un charnier à Marquette, en bordure du champ d’aviation.

7 On a là un exemple de résistance efficace, mais menée avec une discrétion et une humilité telles qu'elle peut être, soixante ans plus tard, tout à fait occultée. La Rue des Fusillés à Malo est un hommage à ces oubliés, qu’elle célèbre dans l’anonymat.

8 Le statut de prêtre diocésain poussait à cet anonymat. Tout comme les moines font voeu d'obéissance au Père Abbé, le clergé séculier est aux ordres de l’évêque du lieu. A Lille, comme dans la plupart des diocèses à cette époque, un prêtre n’a pas à faire de “politique”. En ce temps d’occupation et de régime vichyssois, il doit, quelle que soit son opinion, garder un silence respectueux et « s’abstenir de toute action qui mettrait en danger le statut de l’ordre établi. »

9 Mais à défaut de résistance directe, bien des prêtres, conseillers spirituels ou aumôniers d’équipes de réflexion, agissent par personnes interposées. Il est facile par exemple aux aumôniers d’Action Catholique de décliner la devise : « Voir, Juger, Agir », dans le sens de la résistance.

1. Ainsi, aux Facultés Catholiques, les étudiants décèlent très vite les « Professeurs Gaullistes »

10 -L’Abbé Raymond Vancourt, professeur de Philosophie, aide Jean Lecanuet et bien d’autres à rejoindre le WO.

11 -Le chanoine Eugène Masure, professeur de Théologie, donne la marche à suivre pour se soustraire au STO à ses séminaristes et étudiants.

12 -Le Chanoine Tiberghien conseille Jean Catrice ou Georges Bidault. Et, après avoir tenté sans succès d'infléchir le Cardinal Liénart trop favorable à Vichy, il prend l’habitude de faire intervenir les jocistes eux-mêmes. Ainsi, en mars 1943, sous son impulsion, Roger Bailleul, Eugène Descamps et Georges Sueur rencontrent le Cardinal et lui expriment leur émotion après son allocution de Roubaix sur le STO. A la suite de leur démarche, l’évêque reprend la parole en l’église St Maurice de Lille et précise sa pensée.

13 -L’Abbé Lucien Détrez, conseiller de Natalis Dumez, l’incite à fonder un journal clandestin (ce sera La Voix du Nord).

14 Et Jacques-Yves Mulliez, à l’heure de créer le journal Petites Ailes (de septembre 1940 à mai 1941) trouve la papeterie nécessaire auprès des Jésuites du Hautmont à Mouvaux.

15 -L’Abbé Pels, à Dunkerque, conseille Robert Prigent.

2. Les vicaires des paroisses populaires sont aussi très actifs

16 -Le vicaire de Ste Elisabeth à Roubaix encourage Albert Varreust (le “Douthulst” du roman Pécheurs d’homme de Van der Meersch) à entrer au C.D.L.R. et à Libération et à vivre en clandestinité sous le pseudonyme de “Monnonque”.

17 -A la paroisse St Éloi du Blanc-Seau, le vicaire collecte chaque mois une vingtaine de feuilles de ravitaillement à distribuer aux réfractaires.

18 -A Ascq, le vicaire Maurice Cousin forme une équipe de JOC dont les réunions sont surtout de préparation militaire. Il sera massacré avec la population masculine du bourg le 1 er avril 1944.

19 -A Bondues, l’Abbé Gilleron crée une équipe d’hommes, anciens prisonniers ou rapatriés de France libre, pour préparer la libération.

20 Le presbytère du village est une des boîtes à lettres des tracts et journaux clandestins.

21 En juillet 1943, des résistants cachent secrètement une cinquantaine de fusils et vingt caisses de munitions dans la cave du calorifère de l’église. Quand les FFI viennent en prendre livraison, le 2 septembre 1944, ils s’aperçoivent que le curé, l’Abbé Felhoen, avait repéré la cache, et amélioré le camouflage.

22 Des prêtres résistants ? - Beaucoup de prêtres aides et animateurs de la résistance. Leur anonymat ne doit pas pousser à la méconnaissance.

Bibliografia

Sources

Laurentine Moritz-Bart, « L’Abbé Bonpain et ses amis, héros de la résistance dunkerquoise » in Les Amis du Vieux Dunkerque, no 7, novembre 1977.

André Caudron, Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine - Lille Flandres, Beauchesne, 1990.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2005

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540