Version classiqueVersion mobile

Places fortes des Hauts-de-France –1–

 | 
Thomas Byhet
, 
Christine Aubry

Thérouanne, une ville médiévale disparue : la question des fortifications

Therouanne, a lost medieval town: the question of the fortifications

François Blary et Anne-Marie Flambard Héricher

Résumé

La ville de Thérouanne est principalement connue par sa fin brutale et son démantèlement systématique après l’assaut de Charles Quint en 1553. Rien ne subsiste aujourd’hui dans le paysage, ni de l’antique cité des Morins, ni de l’évêché médiéval, ni même de la place forte de François Ier. Un Projet Collectif de Recherches (PCR), soutenu par le Service régional de l’Archéologie Hauts-de-France et conduit depuis 2014, a pour objectif de rassembler les sources existantes, dispersées et de toute nature, relatives à la vieille ville et à son environnement proche. Le présent article vise à faire le point sur les apports de la documentation relative aux fortifications de la ville, à comprendre leur localisation et leur évolution depuis l’Antiquité jusqu’à la destruction finale.

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Voir Blary, 2015 à 2018.

1Une abondante documentation est à notre disposition pour approfondir notre connaissance des fortifications de Thérouanne. Les sources écrites et iconographiques comme les sources archéologiques sont nombreuses, dispersées et sous-exploitées. Rassembler ces sources éparses, quelle que soit leur nature, les compléter et les mettre en perspective de manière à reconstruire la longue histoire de cette ville dont la disparition brutale a éclipsé la longue évolution : tel est, en effet, l’objectif premier du Projet Collectif de Recherches (PCR) Thérouanne, ville antique et médiévale, conduit, depuis 2014, par François Blary, autour duquel se sont rassemblés une trentaine de chercheurs français et étrangers1. Depuis 2014, les archives sont passées au peigne fin dans les centres de conservation dédiés en France, Belgique, Angleterre, Allemagne et Italie, les représentations de toutes natures dessins, tableaux, bas-reliefs… sont collectées, les fragments sculptés, dallages, objets dispersés dans les musées et les réserves sont recensés, tout comme les fouilles archéologiques (environ 120 opérations) qui sont listées et dont le mobilier qu’elles ont livré est, dans la mesure du possible, réuni. Enfin, la bibliographie est explorée. Venant compléter cette documentation et tenter d’éclairer l’invisible, des prospections géophysiques, électriques, magnétiques et radar-sol ont été conviées pour donner une image aussi précise que possible des vestiges enfouis, une microtopographie a été effectuée pour observer tous les reliefs et micro-reliefs du sol et une image LiDAR a permis d’élargir la perspective, y compris sous le couvert végétal, sur une zone de 100 km2 autour de la ville.

2L’abondance de la documentation et sa dispersion sont toutefois un frein à une utilisation optimale et la question des fortifications est de celle que notre documentation, pour abondante qu’elle soit, ne permet pas toujours de résoudre. Alors que l’archéologie éclaire le tracé de l’enceinte antique et que l’enceinte moderne se lit encore dans le paysage, l’évolution intermédiaire, celle du long Moyen Âge, reste discrètement représentée par les données archéologiques et assez pauvrement documentée par les textes et l’iconographie. Nous tenterons d’éclairer la question en évoquant trois grandes phases de fortification : l’enceinte antique aux limites mal connues, puis la mise en place progressive d’une enceinte médiévale et enfin la forteresse moderne qui dut affronter Henri VIII, puis Charles Quint.

2. Une enceinte antique aux limites mal connues

  • 2 Coolen, 1962.
  • 3 Bernard, 1962 : et plus particulièrement p. 343-344.
  • 4 Blanchet, 1907.
  • 5 Les fouilles de Camille Enlart vont durer de 1898 à 1906.
  • 6 Richard, 1879 : p. 107 ; Vue du siège de la ville en 1537, par C. Tennissen, dit Anthoniszoon ; Tab (...)
  • 7 Enlart, 1899 : p. 426, 1900, 1905 : p. 301-310, 1906 : p. xlii et 1920 : p. 15-29 et plus particuli (...)

3Bien qu’on connaisse avant tout de Thérouanne son plan en forme de cerf-volant, encore visible dans le paysage malgré la destruction systématique que Charles Quint fit subir à la place après sa capitulation en 1553, il ne faut pas oublier que la ville a connu une longue évolution depuis l’Antiquité jusqu’au xvie siècle. Capitale de la Morinie, territoire de l’ancien peuple gaulois des Morins, elle se situe lors de la conquête romaine aux confins septentrionaux de l’Empire. L’étendue de la cité reste aujourd’hui mal connue malgré la multiplication des opérations d’archéologie préventive ou programmée à la périphérie de la vieille ville et à l’intérieur même de celle-ci. Le chanoine Georges Coolen, secrétaire de la Société des Antiquaires de la Morinie, a réalisé en 1962 une étude portant sur les remparts2. À cette date, Honoré Bernard qui fouille le secteur de la cathédrale le reconnaît comme « l’historien [de la région] qui connaît le mieux l’antique Morinie »3. L’étude de Georges Coolen – pour imaginer ce que furent les remparts au Bas-Empire – s’appuie sur l’ouvrage d’Adrien Blanchet consacré aux enceintes romaines de la Gaule4, rédigé au début du xxe siècle, époque où Camille Enlart, spécialiste du Moyen Âge, entreprend les fouilles à Thérouanne5 et cherche, avant tout, à reconnaître les dispositions de la cathédrale, dont plusieurs dessins et tableaux du xvie siècle montrent l’importance6. Il note cependant dans Villes mortes du Moyen Âge : « La partie romaine des substructions consistait en un caveau aux parois peintes, conservé à la base du clocher, en quelques matériaux réemployés, et en un gros mur composé de pierres énormes qui traversait le transept de bout en bout. C’était sans doute l’ancien mur d’enceinte » 7. Honoré Bernard s’interroge également en 1962 sur les limites du réduit romain. Peut-on se faire une idée des dimensions de ce réduit ?

  • 8 Bernard, 1962 : p. 352, fig. 7.

4L’argumentation développée par Georges Coolen s’appuie sur un plan ancien de la ville médiévale dressé en 1560 (sept ans après la destruction de la ville) que nous reproduisons à partir du schéma d’Honoré Bernard8. Ce dessin, réalisé à partir de données que l’on pouvait sans doute discerner encore sur le terrain, semble fiable à Georges Coolen. Honoré Bernard y place le tracé de l’enceinte tel qu’il ressort de l’étude de Georges Coolen (fig. 1). Il s’agit d’une aire géométrique comparable aux enceintes romaines de la région à la même époque : Bavay, Boulogne, Amiens, Famars qui sont des quadrilatères assez réguliers. L’exiguïté du terrain délimité à Thérouanne ne surprend pas puisqu’il correspond aux dimensions réduites de la partie fortifiée de ces villes.

Fig. 1. Tracé de l’enceinte antique reporté sur le plan de 1560, telle que la conçoit Georges Coolen d’après Honoré Bernard

Fig. 1. Tracé de l’enceinte antique reporté sur le plan de 1560, telle que la conçoit Georges Coolen d’après Honoré Bernard

5Mais Honoré Bernard souligne que ce plan de Thérouanne, géométriquement faux, ne peut se prêter à une telle restitution. Il souhaite le corriger à l’aide de documents topographiques plus modernes, aux tracés plus exacts. Il le confronte à un autre schéma élaboré à partir du plan cadastral de 1817, doté d’indications chiffrées et complété d’indications toponymiques, sur lequel on voit encore certains tracés anciens de chemins ou de routes, aujourd’hui rectifiés, comme celui de la Chaussée Brunehaut (fig. 2). C’est parce qu’il est plus proche de la situation au xvie siècle que ce document est choisi plutôt que le cadastre actuel.

Fig. 2. Tracé de l’enceinte antique reporté sur fond du cadastre de 1817, d’après Honoré Bernard et avec les nouvelles hypothèses

Fig. 2. Tracé de l’enceinte antique reporté sur fond du cadastre de 1817, d’après Honoré Bernard et avec les nouvelles hypothèses

6La confrontation des deux figures confirme certaines données : l’emplacement de la vieille porte Saint-Jean au nord-ouest et, à proximité immédiate, le château, point le plus haut de l’ancienne Thérouanne, qui s’inscrit dans l’angle droit formé au nord-ouest par les courtines ; l’une, vers l’est, rejoint la tour du Chapitre, dont on connaît aussi le site ; l’autre, vers le sud, aboutit à l’énorme bastion de la Patrouille qui domine encore le fossé de toute sa hauteur.

  • 9 Bernard, 1962 : p. 351-355, fig. 7 et 8.
  • 10 Enlart, 1920 : p. 22.

7La localisation de l’enceinte antique change dès lors totalement sur sa face occidentale par rapport à la proposition de Georges Coolen, à qui on peut reprocher d’exclure du territoire délimité par l’enceinte romaine le point le plus élevé de Thérouanne : la butte du château, qui domine le paysage et permet d’observer tant vers Boulogne que vers Arras. Honoré Bernard propose de reporter la limite de l’enceinte romaine jusqu’à la courtine médiévale qui va du château au bastion de la Patrouille9. Ainsi dessinée, la courtine s’articule à angle droit avec celle qui rejoint la tour du Chapitre. Son tracé recoupe le transept de la cathédrale comme l’a, par ailleurs, observé Camille Enlart10.

  • 11 Delmaire, 1976 : p. 165 et 1994 : p. 84-86.
  • 12 Bernard, 1962 : p. 354.

8Honoré Bernard se refuse à retenir l’hypothèse du rempart romain correspondant à la rue de Saint-Omer, car elle est en contradiction flagrante avec les données de la fouille de la cathédrale, dans la mesure toutefois où le gros mur qui y a été découvert est bien le rempart romain du iiie siècle, ce que Roland Delmaire, pour sa part, conteste, aucun autre témoignage de la présence de l’enceinte n’ayant été découvert ultérieurement, ni par lui-même, ni par Honoré Bernard11. Ce mur prend nettement une direction nord-sud et son prolongement va rejoindre le secteur de la tour du Chapitre en croisant, à faible distance, la ligne moderne du chemin Saint-Jean. L’étude stratigraphique laisse Honoré Bernard penser que l’intérieur de la cité close se trouvait plutôt à l’ouest de la muraille12.

9L’enceinte antique devait donc, de son point de vue, dessiner un rectangle enserrant la partie la plus élevée de l’espace urbain de la vieille ville et dont trois côtés sont identifiés nettement en 1962. La question du quatrième côté, au sud, restait posée. Comme Georges Coolen, Honoré Bernard pensait qu’il fallait chercher la ligne de murailles au sud, au niveau où le rempart du Moyen Âge change légèrement de direction pour rejoindre le front sud de la ville moderne, où s’ouvrait la porte du Saint-Esprit.

  • 13 Merkenbreack, 2017 : p. 14 et 81-82, ainsi que fig. 50.
  • 14 Merkenbreack, 2017 : p. 267.
  • 15 Voir également à ce sujet Merkenbreack, 2017 : p. 275-277.

10Cette limite, très incertaine en 1962, s’éclaire aujourd’hui avec les résultats de la fouille préventive, puis programmée de la parcelle AB 25 de la vieille ville réalisée en 2014 par Vincent Merkenbreack (Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais)13. La fouille a en effet révélé la présence d’une imposante maçonnerie interprétée comme le mur d’enceinte du Bas-Empire, en raison de sa technique de construction en opus vittatum mixtum associé à l’utilisation du/des ressaut(s), simple ou multiples14 (fig. 3). Large de 2,40 m (une épaisseur qui semble relativement faible, mais qui a été observée dans de nombreuses villes antiques telles que Rouen ou Reims notamment), cette muraille, construite en grès de Matringhem et longée d’un fossé du côté sud, a été observée sur 18 m de longueur. Cette maçonnerie succède à un édifice public du Haut-Empire, ce qui suggère clairement un rétrécissement de l’espace de la cité entre le Haut et le Bas-Empire15.

Fig. 3. Thérouanne, parcelle AB 25, rue Saint-Jean, vue de l’enceinte tardive (mur 3006)

Fig. 3. Thérouanne, parcelle AB 25, rue Saint-Jean, vue de l’enceinte tardive (mur 3006)

Cliché : Vincent Merkenbreack, Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais

  • 16 Notamment parcelles AB24 et AB21.
  • 17 Blamangin, Devred, Leriche, 2011 : p. 62

11On peut cependant s’interroger sur le rôle d’une telle enceinte qui n’apparaît à l’évidence pas comme une limite de la zone occupée par la Thérouanne gallo-romaine. Bien que les limites de fond de forme imposées aux fouilles préventives ne permettent pas toujours de mettre en évidence, à Thérouanne, les vestiges antiques enfouis sous d’épais remblais modernes, il arrive que des creusements exceptionnellement profonds mettent en lumière des vestiges qui s’avèrent fréquemment de très belle facture. Une synthèse réalisée en 2011 par Olivier Blamangin, Véronique Devred et Benoît Leriche montre ainsi les murs imposants (jusqu’à 1,40 m de largeur) découverts lors de plusieurs opérations conduites le long de la rue Saint-Jean16, prouvant ainsi que cet espace était loin d’être inoccupé et interrogeant sur sa fonction17.

3. La mise en place et l’entretien constant d’une enceinte médiévale

  • 18 Merkenbreack, 2017 : p. 271.

12Vincent Merkenbreack le souligne : « l’enceinte romaine de Thérouanne soulève de nombreuses questions tant pour la période antique de la ville que pour son devenir aux périodes postérieures. Qu’advient-il de cette fortification durant le haut Moyen Âge et le bas Moyen Âge ? Il est probable qu’au moins une partie de son tracé persiste, mais sur quelle emprise ? L’élévation persiste-t-elle ? »18.

  • 19 Bernard, 1962 et Noyé, 1999.
  • 20 Enlart, 1920 : p. 22. 
  • 21 Bernard, 1983 : et plus particulièrement fig. 8, p. 39.
  • 22 Merkenbreack, 2017 : p. 271.
  • 23 Dabas, 2017 : et plus particulièrement annexe 15, p. 107.

13Les auteurs anciens s’accordent, sans preuve, pour penser que Thérouanne a conservé assez longtemps son enceinte du Bas-Empire19. Cela semble évident au nord et à l’ouest où l’enceinte conserve ses limites jusqu’au xvie siècle, mais s’avère discutable à l’est où les transformations sont plus importantes. La découverte du mur antique qui traverse le transept de la cathédrale « de bout en bout »20 suppose en effet l’installation de l’édifice sur le mur oriental de l’enceinte, ce qui implique, très tôt, l’arasement au moins partiel de ce dernier. Le fait que les différentes reprises de la cathédrale se superposent à l’installation initiale sans déplacement latéral conséquent21 a pour corollaire que, dès l’époque carolingienne, l’enceinte est, au moins partiellement, arasée. Or, Vincent Merkenbreack souligne que « le tracé de la rue de Saint-Omer au Moyen Âge se situe dans le prolongement de l’enceinte romaine tardive, mise au jour sur la parcelle AB 25 » et en conclut « que cette rue pourrait très bien symboliser une partie du tracé du réduit fortifié qui engloberait ainsi un bon tiers nord-est de la ville médiévale comprenant la cathédrale ainsi que potentiellement l’emplacement du château »22. Si l’on admet pour l’enceinte le tracé que nous avons proposé plus haut, cela signifie que, dans un premier temps, la partie enclose s’élargit vers l’ouest, avec pour limite la rue de Saint-Omer, englobant ce qui semble constituer, plus tard, la limite du quartier canonial et qui apparaît avec une grande netteté tant sur les images issues des prospections géophysiques23 que sur les derniers clichés aériens présentés sur Géoportail.

  • 24 Merkenbreack, 2017 : p. 270.

14Qu’en était-il au sud ? Les fouilles menées par Vincent Merkenbreack n’ont pas permis de situer chronologiquement la destruction du rempart et aucun vestige archéologique n’a pu être attribué au haut Moyen Âge. Quant au Moyen Âge classique, il n’est illustré dans la parcelle AB25 que par la présence de deux puissantes maçonneries perpendiculaires à la rue Saint-Jean, dont l’une est installée dans le fossé de l’enceinte du Bas-Empire. Selon toute probabilité, elles appartenaient à un vaste édifice24. Le rempart antique ne semble plus exister alors.

  • 25 Noyé, 1998 : p. 45.
  • 26 Dubois, 2018.

15Les autres opérations archéologiques intra muros n’ont pas livré de renseignements sur la fortification du site, tant à l’époque carolingienne que durant le Moyen Âge classique ou le bas Moyen Âge : les seuls renseignements dont nous disposons pour éclairer ces deux dernières périodes sont fournis par les textes et se trouvent présentés dans les observations de Ghislaine Noyé25 et dans les archives explorées par Olivier Guyotjeannin et reprises par Adrien Dubois26.

  • 27 Noyé, 1998 : p. 45.

16Dès avant 1122, un avoué construit, à l’intérieur de la ville, un château-fort qui est détruit par le comte Charles de Flandre à la demande de l’évêque Jean Ier. Le même coup de force se reproduit une vingtaine d’années plus tard, avec aussi peu de succès : en raison d’une plainte du successeur de Jean de Warneton, l’évêque Milon Ier, le comte Thierry ordonne en effet la destruction d’un autre castellum. Cette nouvelle fortification élevée sans aucun droit avait permis à l’avoué Arnoul d’endommager la cathédrale après s’y être introduit de force et d’incendier les greniers de l’évêque et les maisons des chanoines. Le comte rappela à cette occasion qu’aucun château ne pouvait être édifié dans l’enceinte sans le consentement de l’évêque, du chapitre et des barons, interdiction confirmée en 1181-1185 par une bulle pontificale27.

  • 28 Quenson, 1855 et plus particulièrement p. 263, repris par Dubois, 2018 : doc. 8, p. 186.

17Une Complainte de Thérouene évoque à une date inconnue – mais que l’on peut situer entre le xie et le xiiie siècle en raison des autres évènements mentionnés – « deux évêques [qui] renfermèrent la cité entièrement »28 ce qui laisse penser qu’avant leur(s) intervention(s) la cité n’était pas totalement – ou imparfaitement – close.

  • 29 Lettre de Philippe IV en 1303 à l’évêque d’Amiens : « Quia Flamingorum rebellium nostrorum nefanda (...)
  • 30 Dubois, 2018 : fasc. 5, p. 385 (Archives épiscopales de Bruges, Y 126, 2e partie, fol. XLV, n° C/XX (...)
  • 31 Dubois, 2018 : doc. 22, p. 223 et fasc. 5, p. 385 (Archives nationales, JJ 68, fol. 469v, n° 329).

18Les mentions se font plus nombreuses pour les siècles suivants. Ainsi, après que la ville a été dévastée par les Flamands en 130329, Philippe VI, en 1340, ordonne de la ceindre de fossés et de murs : le roi prend à sa charge le tiers des coûts (qui vient en déduction des impôts royaux pesant sur la ville) et met les deux tiers à la charge de l’évêque, du chapitre, de l’avoué et des habitants30. Si la question du financement des fortifications est un problème récurrent à Thérouanne (il en est souvent fait mention), en revanche la localisation des travaux, leur nature exacte n’est jamais précisée : ainsi, en 1347, des lettres de Philippe VI suppriment l’imposition prévue pour « faire tout entour fossez et autres forteresces »31, ce qui sous-entend des travaux d’entretien et de creusement et implique qu’il y a eu renforcement des fortifications, peut-être construction ou aménagement de tours ou de portes, au tout début de la guerre de Cent Ans, mais sans aucun indice topographique.

  • 32 Dubois, 2018 : doc. 93, p. 260-261 (Archives départementales du Pas-de-Calais, 1G 57bis, fol. 169r)
  • 33 Mentionné dans l’inventaire des archives du chapitre de 1450, Archives épiscopales de Bruges, Y 126 (...)

19En 1362, un procès oppose le chapitre à l’évêque après que ce dernier a fait construire des murs qui empêchent les chanoines d’aller à leurs jardins hors la ville. Cette fois encore, on ne possède pas de précision de localisation, mais on constate que l’évêque joue dans l’entreprise, au nom du roi, un rôle de premier plan : c’est lui qui dirigeait certains travaux32. D’ailleurs, le 15 mars 1367 (n.st.), les chanoines autorisent l’évêque à entreposer sur les terrains leur appartenant entre la porte Saint-Omer et la porte Saint-Jean, « retro canonicam », pierres, sable et chaux (lapides, sabulum et calcem) pour les ouvriers et maçons travaillant à la fortification des murs33. Cette fois, la localisation des travaux, au nord de la ville, est bien précisée et les matériaux entreposés permettent de conclure qu’il s’agit d’une muraille de pierres.

20À nouveau, le 1er novembre 1368, une sentence du prévôt de Montreuil condamne l’évêque à payer des dommages au chapitre pour avoir empiété sur les terrains de celui-ci et aussi parce que les fortifications coupent des voies mineures d’accès qui mettaient les chanoines en communication, depuis leurs maisons, avec des courtils et jardins extra muros : « super eo quod gentes episcopi supra menia, muros et fossata ville in terra et dominio capituli foderant [et] muros, sepes et clausuras fecerant, ne canonici per eorum curtes et gardinos de retro exitum neque introitum haberent ad eorum domos ».

  • 34 Dubois, 2018 : fasc. 5, p. 386 (Archives nationales, JJ 117, n° 102, fol. 78v-79).

21En 1380, Charles V accorde une foire pour financer les « reedificacions de ladicte ville et reparacions de la forteresce d’icelle ville », sans autre précision34.

  • 35 Dubois, 2018 : fasc. 5, p. 386 (Archives départementales du Nord, B 985, n° 11586).

22En 1386, on retrouve encore des allusions à des conflits sur les impôts levés pour les fortifications : ainsi, dans une copie d’un arrêt du Parlement en date du 8 juin 1386, on apprend que, par lettres du 11 décembre 1384, le roi a autorisé la levée pour les fortifications de la ville d’une taxe de 60 s.p. par tonneau de vin (jusqu’à quatre muids) vendu en taverne. Le chapitre cathédral a fait appel parce que la ville prétendait taxer le vin vendu dans une maison ou cellier du chapitre35. Cette question revient à nouveau en 1408 et en 1417.

  • 36 Dubois, 2018 : fasc. 5, p. 386 (Archives épiscopales de Bruges, Y 126, 2e partie, fol. L-Lv, n° XLI (...)

23En 1389, en considération de la destruction de « presque toute la ville dans un incendie », Charles VI délivre une exemption de taille pour deux ans : cette exemption est mentionnée dans l’inventaire des archives du chapitre cathédral en 145036.

  • 37 Dubois, 2018 : fasc. 5, p. 387 (Archives épiscopales de Bruges, Y 126, 2e partie, fol. L, n° C/XLII (...)
  • 38 Dubois, 2018 : fasc. 5, p. 387 (Archives épiscopales de Bruges, Y 126, 2e partie, fol. XLVIv-XLVII, (...)

24D’une manière générale, les impôts levés pour les fortifications suscitent de multiples litiges que documentent les archives du chapitre cathédral : souvent allié à l’avoué, il introduit plusieurs actions devant la justice royale pour contester la levée de taxes par les échevins (cela se vérifie notamment en 1350, 1375, 1384, 1386)37. Le problème perdure puisqu’en 1412, puis en 1416, une sentence fait allusion aux livres de levée de collecteurs38.

  • 39 Partie chargée d’une bascule qui sert à baisser et lever un pont-levis.
  • 40 Bruges, ms. 284, folio inséré entre 102 et 103.

25Peut-être a-t-on la trace, au xve siècle, de la destruction d’une maison du côté de la porte Saint-Esprit, au sud de la ville, pour pouvoir construire le « tapecul » 39 de ladite porte, ce qui montre que l’enceinte doit alors atteindre la forme et le périmètre que nous lui connaissons encore40.

  • 41 Bernard, 1976 et plus particulièrement fig. 3, p. 368.
  • 42 Mentionnée en 1412, voir Dubois, 2018 : doc. 93, p. 258-261 (fol. 160r : Copie xviiie siècle : Arch (...)
  • 43 Dubois, 2018 : doc. 6, p. 180-185 (Pas, 1927) ; doc. 111, p. 270-272 (en 1464 : « portam meridional (...)
  • 44 Dubois, 2018 : doc. 5, p. 180 (Lanselle, Pas, 1932) ; doc. 114, p. 273-274 (Archives nationales, X1 (...)
  • 45 Dubois, 2018 : doc. 166, p. 304 et suiv. (Arch. dép. Pas-de-Calais, 1G 51, fol. 1-77, Rentes dues à (...)
  • 46 Dubois, 2018 : doc. 16bis, p. 207-210 (Archives nationales, Q1 903-904, arr. Saint-Omer : Mémoire d (...)
  • 47 Plan de reconnaissance préalable au siège de 1553 conservé aux Archives générales du royaume, Bruxe (...)
  • 48 Dubois, 2018 : doc. 142, p. 291-295 (Gailly de Taurines, 1932 : livre V, p. 192-207 : 1553, printem (...)
  • 49 Dubois, 2018 : doc. 6, p. 180-185 (Pas, 1927 : « qu’ils ont pris la matiere de pierre pour faire la (...)
  • 50 Dubois, 2018 : doc. 43, p. 235 (Bourrilly, Vindry, 1912 : p. 388-397 : [juin 1537] « Puis en extrem (...)
  • 51 Ibid.

26L’enceinte médiévale possède en effet plusieurs portes et des tours dont on trouve la trace dans la documentation écrite, sans que cela permette toujours de les localiser. Dans la plupart des cas cependant, la situation peut être déduite des très nombreuses représentations de la ville au xvie siècle, que ce soit après ou entre les phases de destruction. Même s’il n’est pas totalement satisfaisant, nous reprenons, pour les situer, le plan réalisé par Honoré Bernard pour représenter ces fortifications41 (fig. 4). L’enceinte est percée de plusieurs entrées. Au nord, à proximité du château, s’ouvre la porte Saint-Jean42 et à la pointe sud la porte du Saint-Esprit43 et la voie qui conduit à la porte Fauquembourgoise44, située hors les murs. À l’est, se trouvent la porte Saint-Nicolas, à hauteur de l’église Saint-Nicolas45, et sur le même tracé de murailles, vers le nord, les portes Saint-Omer, la nouvelle46 et l’ancienne. C’est par cette porte que l’évêque fait son entrée dans la ville. La dernière porte à l’ouest, porte Notre-Dame, n’est semble-t-il pas documentée dans les archives explorées par O. Guyotjeannin et A. Dubois. Elle ne figure pas non plus sur les croquis du siège de 1553 et l’on observe une tour unique sur un plan de reconnaissance préalable au siège de 1553 conservé à Bruxelles47. Outre celle que nous venons d’évoquer, quelques tours ponctuent la muraille : tout à fait au nord, la tour du Chapitre, dépeinte comme une grosse tour48 et, de part et d’autre de la porte Saint-Esprit, la tour Saint-Augustin49, à l’est, et la tour du Marais50, à l’ouest, auxquelles il faudrait ajouter, à l’extrémité nord-ouest de l’enceinte, la tour du château51.

Fig. 4. L’enceinte médiévale d’après Honoré Bernard

Fig. 4. L’enceinte médiévale d’après Honoré Bernard

H. Bernard, 1976 : fig. 3, p. 368

27Quand Marguerite de Flandre épouse Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, en 1369, elle apporte à son époux la Flandre en dot. En 1384, le duc hérite lui-même de l’Artois. Les comtés de Flandre et Artois se trouvent donc réunis, même s’ils constituent deux entités séparées. Plus tard, Charles le Téméraire, duc de Bourgogne, essaie d’agrandir son domaine, ce qui déplaît au roi de France : Louis XI. Il en résulta une série de guerres qui se termineront en 1477 avec la bataille de Nancy, au cours de laquelle Charles trouve la mort. C’est la fin de l’ère bourguignonne et de la lutte pour l’indépendance du duché.

28Le roi, qui cherche à agrandir le domaine royal, assiège Arras en 1479 et se heurte à une telle résistance qu’il décide de punir la ville après l’avoir prise : tous les habitants sont chassés et remplacés par des Français de la région de la Loire. Outrés par un tel procédé, les États d’Artois se rangent du côté de Marie – fille et héritière de Charles le Téméraire – et de son époux, Maximilien d’Autriche. Ce dernier, voulant défendre l’héritage de sa femme, livre bataille contre les Français le 7 août 1479, à Enguinegatte, situé un peu au sud de Thérouanne. La bataille est indécise et les deux adversaires se voient plus ou moins contraints de faire la paix. Ils signent donc en 1482 la paix d’Arras qui accorde l’Artois à Maximilien et à Marie, sauf le Calaisis qui passe aux mains des Anglais. Le Boulonnais et le diocèse de Thérouanne reviennent au roi de France.

29Bien que la ville ait dû faire face à de nombreux conflits en 1477, 1479, 1496, on ignore tout des travaux précis qui ont pu être réalisés sur la fortification à la fin du Moyen Âge. Seules les sources anglaises qui décrivent le siège subi par la ville en 1513 par les forces conjointes de Henri VIII et de Maximilien permettent véritablement de prendre la mesure de la fortification de l’enceinte.

4. La forteresse moderne

  • 52 Hall, 1809 : p. 538 (voir aussi Holder, 2018 : p. 433) et p. 552 : « The xxvi daye of August the ky (...)
  • 53 Trevelyan, 1836 : plus particulièrement, p. 477-478 : une lettre du soldat Gyles Ap [illisible] à H (...)
  • 54 Les témoignages sont nombreux et convergents : nous nous limiterons à Cruickshank, 1969 : p. 82-93 (...)
  • 55 Bellier-Duchesnay, Bouchet, 1786 : p. 339-354 et plus particulièrement p. 354 (cité dans Holder, 20 (...)

30En août 1513, Maximilien Ier, empereur d’Autriche, et Henri VIII d’Angleterre installent leurs camps autour de la ville : au nord, sur les collines qui dominent la cité, ainsi qu’au sud, après qu’ils ont passé la Lys sur cinq ponts flottants. Les récits font apparaître la ville puissamment fortifiée avec murs d’enceinte, bastions, remparts de terre et larges fossés52 profonds et revêtus d’aubépines53. Des fortifications de siège sont installées au nord-ouest. Le 24 août, les assiégeants entrent dans la ville et décident de la détruire. Du 27 août jusqu’au début septembre, pendant trois semaines, 800 ou 900 ingénieurs et soldats anglais comblent les fossés et rasent les enceintes ; les soldats de Maximilien mettent le feu aux bâtiments en bois de telle sorte que la plus grande partie des édifices et des éléments de fortification sont détruits, à l’exception de la cathédrale, du palais (épiscopal ?) et des maisons des chanoines54. Le témoignage du chevalier Bayard est précieux quant à cette destruction, mais aussi quant à la reconstruction qui suivit : « Ce qu’on promeit aux gens de guerre feut bien tenu [c’est-à-dire les rançons, le laissez-passer] : mais non pas à ceulx de la ville ; car le Roy d’Angleterre feit abatre les murailles, & mettre le feu en plusieurs lieux, qui feut grosse pitié. Toutesfois depuis les François la remeirent en bon ordre, & plus forte que jamais »55.

31Cependant, les hostilités se poursuivent. Devenue enclave française en territoire ennemi, la ville reste menacée. En 1537, elle est de nouveau assiégée. L’abbaye de Saint-Jean-au-Mont, toute proche, est détruite, mais une trêve signée entre les envoyés de François Ier et ceux de Charles Quint dans l’ancien château de Bomy (dont il ne reste aujourd’hui que les fondations) y met provisoirement fin. Cette trêve est de courte durée : les hostilités se poursuivent jusqu’au siège final de 1553 qui amène la destruction de la ville.

  • 56 Vissière, 2000 : p. 82-84 (sur la base du Catalogue des actes de François Ier) ; les travaux commen (...)
  • 57 Crouy-Chanel, 2017 : p. 37.
  • 58 Martens, 2007 : p. 73.

32En effet, au cours des années 1515-1520, François Ier, devenu roi, s’est attaché à faire reconstruire la ville à ses frais ou, du moins, les fortifications. Il se rend même sur place en 1517 afin d’inspecter les travaux56. Il fait une forteresse réputée imprenable, probablement grâce à la science d’Antonio da Castello, un ingénieur italien originaire d’Ombrie, valeureux capitaine et expert en fortifications de terre notamment et surtout en bastions57, à qui il a confié la rénovation de ses places fortes. Pieter Martens montre bien qu’après le siège par les troupes impériales en 1537, Thérouanne fait l’objet de travaux de fortification qui en font « l’une des places fortes majeures de la frontière septentrionale du royaume »58. Lors du siège en question, une brèche importante a été pratiquée dans la partie ouest de l’enceinte. C’est à cet endroit que l’on érige peu après le bastion, dénommé la Patrouille, qui constitue une première sur le plan local. Ce bastion de type vénitien, peut probablement être attribué à Antonio da Castello.

  • 59 Martens, 2007 : p. 72-79.
  • 60 Le plan levé par Claude-Félix Masse, Plan des vestiges de l’ancienne ville de Thérouanne et mémoire (...)
  • 61 Martens, 2007 : p. 73-75.
  • 62 Lallau, 2017 : p. 24-29.
  • 63 Martens, 2007 : p. 77.

33Pieter Martens dresse un tableau détaillé de la ville devant laquelle Charles Quint met le siège en 155359. L’enceinte, désormais modernisée, est entourée de fossés larges de trente à cinquante mètres, qui peuvent atteindre jusqu’à dix mètres de profondeur60. À l’exception du sud, baigné par la Lys, les fossés sont secs. Les accès à la ville ont été modifiés (fig. 4 supra) et seules deux portes sont en fonction : la nouvelle porte Saint-Omer, au nord-est, et la porte du Saint-Esprit, au sud. Cette configuration toute récente, condamnant la porte Saint-Jean au nord et la porte Notre-Dame à l’ouest, déplaçant la vieille porte Saint-Omer, a pour but de rendre la ville moins vulnérable61. Les documents figurés qui présentent la ville, tant pendant le siège qu’après sa destruction, montrent que l’enceinte a été profondément restructurée à l’ouest. La porte Notre-Dame a été totalement gommée et le tracé de la muraille est parfaitement continu jusqu’au nouveau bastion qui forme une pointe, contrairement d’ailleurs à ce que bon nombre d’illustrations présentent. Un dessin peu exploité, conservé aux Archives nationales de Londres, est révélateur de la nouvelle situation (fig. 5). On y voit de manière particulièrement claire les plateformes d’artillerie mises en place derrière le tracé de la muraille et permettant l’installation et le chargement des canons. Ces aménagements supposent intra muros d’importants aménagements et terrassements. L’objectif est de moderniser le système défensif face à l’impact croissant de l’artillerie de siège. Dans ce but, les tours sont arasées et un remparage est effectué. Il consiste à créer, en arrière du rempart, une large terrasse qui permettra l’installation de pièces d’artillerie. Pour ce faire, un muret parallèle à la courtine externe est généralement créé et l’espace qui les sépare est rempli de terre et fréquemment recouvert d’un plancher. Il s’agit d’amortir les chocs venus des tirs ennemis, de porter les pièces d’artillerie et de permettre leur recul quand il faut les charger par la gueule. À Coucy (Aisne), lorsque le remparage est installé en arrière de la tour Leray, il s’étend sur 8 à 15 mètres de large62. On ne connaît pas sa largeur à Thérouanne en raison du nivellement général du terrain, mais il est perceptible sur la plupart des dessins et vues cavalières publiés, et particulièrement sur le plan du siège conservé autrefois à la Tour de Londres et aujourd’hui aux Archives nationales de Londres mentionné plus haut (fig. 5 infra). Toutes les hauteurs de l’enceinte ont été nivelées pour permettre l’installation de ces plateformes et un usage optimum de l’artillerie. Le château lui-même, situé dans l’angle nord-ouest de l’enceinte, est réduit de manière drastique : il est partiellement rasé et précédé d’un boulevard63.

Fig. 5. Plan du siège de Thérouanne de 1553. Le catalogue du TNA (anciennes archives de la Tour de Londres) le décrit comme : « Plan of Thérouanne, France, showing fortifications, buildings, Abbey of St Augustine. The plan also depicts a siege, with commanders named, which may have been the siege by the Emperor Charles V in May 1553 »

Fig. 5. Plan du siège de Thérouanne de 1553. Le catalogue du TNA (anciennes archives de la Tour de Londres) le décrit comme : « Plan of Thérouanne, France, showing fortifications, buildings, Abbey of St Augustine. The plan also depicts a siege, with commanders named, which may have been the siege by the Emperor Charles V in May 1553 »

The National Archives, Londres, MPF 1/275

34Bien que Thérouanne soit réputée imprenable, la résistance des Français contraignit les Impériaux à pousser le siège jusqu’au sac de la ville. Déjà durement atteinte pendant le siège, elle fut pillée et incendiée pendant plusieurs jours d’affilée après sa reddition. Pourtant, sa destruction n’est pas la conséquence de la défaite, mais le fruit d’une décision réfléchie et planifiée de Charles Quint. Une lettre que Ponthus de Lalaing, seigneur de Bugnicourt, envoya à la régente Marie de Hongrie le lendemain de la prise de Thérouanne, reprend les opinions des membres du commandement impérial, qui étaient d’avis de ne pas conserver la place pour plusieurs raisons que rapporte Pieter Martens :

« – la ville est dominée par des hauteurs où les ennemis pourraient installer leurs batteries, de sorte que l’on ne peut pas envisager de continuer à s’en servir comme place forte ;

– ses fortifications sont endommagées à un point qu’il faudrait beaucoup de temps, et surtout énormément d’argent, pour les rétablir ;

– ses quartiers d’habitation ont été en grande partie incendiés ;

– une fois Thérouanne supprimée, les Français ne seront plus en mesure d’en reprendre possession, soit par la force, soir à l’issue d’un traité ; dans le cas contraire, son maintien laissera planer une menace, et l’effort accompli pour la conquérir aura été vain ;

  • 64 Martens, 2007 : p. 90 et annexe A, p. 111-112.

– Saint-Omer et Aire-sur-la-Lys suffisent comme bases d’opérations pour lancer, en cas de besoin, des attaques ponctuelles contre la France »64.

  • 65 Paré, 1585 : p. mccxxviii-mccxxxvi.

35Nous ne nous attarderons pas sur les moyens mis à disposition pour abattre la ville. Jean de Morbecque, gouverneur d’Aire-sur-la-Lys, qui conduit les travaux se plaint du manque de bras, pourtant les hommes mis à sa disposition sont plusieurs milliers. Le résultat frappe l’imagination de ceux qui viennent voir la ville. Ainsi, Ambroise Paré, qui, appelé à Hesdin, passe par Thérouanne, note les remarques suivantes : « Je repassay pareillement par Theroüenne, où je ne veis plus pierre sur pierre, fors un vestige de la grande église. Car l’empereur fit faire commandement aux villageois, à cinq ou six lieues d’alentour, qu’ils eussent à vuider et transporter les pierres : en sorte qu’à present, on y charie dedans la ville. Aussi fait-on à Hedin, sans nulle apparence de chasteau et forteresse. Voilà le malheur qu’apportent les guerres »65. Longtemps après, la destruction s’est poursuivie. Les pierres des murs ont été transformées en chaux et le pillage des ruines a été total.

5. Que reste-t-il aujourd’hui des fortifications de Thérouanne ?

  • 66 Maggio, 2016 : p. 29.

36Si le promeneur, suivant les traces d’Ambroise Paré, vient aujourd’hui visiter Thérouanne, rien ne viendra lui rappeler la splendeur passée de la ville. Aucun mur, aucune base de tour, aucun soubassement de maison ne subsiste. Beaucoup d’habitants, cependant, conservent, qui un boulet de canon, qui un pavé, qui une monnaie ou d’autres menus objets découverts dans les champs ou les jardins. Le petit musée de la ville réunit quelques-unes des plus belles pièces, ainsi que des lettres, des plans, des gravures… Mais aucun vestige en place n’apparaît. Pourtant, vu du ciel, le tracé du rempart de la ville est encore bien perceptible, ainsi que ses tours et le bastion de la Patrouille. Le relief est encore vif et bien marqué. Si les fouilles se sont multipliées à l’intérieur de la vieille ville, sur la cathédrale et au gré de l’implantation des pavillons qui, peu à peu, grignotent l’espace, principalement autour de la rue Saint-Jean, aucune n’a effleuré la périphérie de la cité, le rempart ou le fossé actuellement occupé par une végétation dense66. C’est pourtant là, probablement, que la stratigraphie enfouie sous les terres de remparage est en mesure de témoigner de toutes les étapes du passé de la ville. Il n’est pas dit qu’il ne reste rien des fortifications de Thérouanne : il importe de les préserver.

Fig. 6. Vue ombragée multiple de la ville de Thérouanne. Levé topographique par LiDAR aéroporté où chaque couleur représente un angle d’éclairage différent

Fig. 6. Vue ombragée multiple de la ville de Thérouanne. Levé topographique par LiDAR aéroporté où chaque couleur représente un angle d’éclairage différent

Laurent Froideval, Laboratoire de morphodynamique continentale et côtière M2C, UMR 6143, CNRS-Universités de Caen et de Rouen

Bibliographie

Bellier-Duchesnay, Bouchet, 1786 : Bellier-Duchesnay (Al.-Cl.), BOUCHET (J.) [éd.], Mémoires du chevalier Bayard, dit le chevalier sans peur et sans reproche (xve et xvie siècle), Collection universelle des mémoires particuliers relatifs à l’histoire de France : 15, Londres-Paris, 1786.

Bernard, 1962 : BERNARD (H.), « La reprise des fouilles de Thérouanne », Revue du Nord, 1962, n° 176, p. 339-356.

Bernard, 1976 : BERNARD (H.), « Les états carolingiens de la cathédrale de Thérouanne (Pas-de-Calais) », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 120-3 (1976), p. 362-370.

Bernard, 1983 : BERNARD (H.), « Les cathédrales de Thérouanne : les découvertes de 1980 et la cathédrale gothique (État des fouilles en Octobre-Novembre 1980) », Archéologie médiévale, 13 (1983), p. 7-45.

Blamangin, Devred, Leriche, 2011 : BLAMANGIN (O.), DEVRED (V.), LERICHE (B.), « L’apport de l’archéologie préventive à la connaissance de la topographie antique de la ville de Thérouanne », Revue du Nord : Archéologie de la Picardie et du Nord de la France, 93 (2011), n° 393, p. 35-77.

Blanchet, 1907 : BLANCHET (A.), Les enceintes romaines de la Gaule. Étude sur l’origine d’un grand nombre de villes françaises, E. Leroux, Paris, 1907.

Blary, 2015 : BLARY (Fr.) [dir.] et al., PCR – Thérouanne : ville antique et médiévale – 2014, Rapport de projet collectif de recherches : année probatoire, Direction régionale des Affaires culturelles Nord-Pas-de-Calais, Service régional de l’Archéologie, Lille, 2015.

Blary, 2016 : BLARY (Fr.) [dir.] et al., PCR – Thérouanne : ville antique et médiévale – 2015, Rapport de projet collectif de recherches : première année, Direction régionale des Affaires culturelles Nord-Pas-de-Calais, Service régional de l’Archéologie, Lille, 2016.

Blary, 2017 : BLARY (Fr.) [dir.] et al., PCR – Thérouanne : ville antique et médiévale – 2016, Rapport de projet collectif de recherches : deuxième année, Direction régionale des Affaires culturelles Hauts-de-France, Service régional de l’Archéologie, Lille, 2017.

Blary, 2018 : BLARY (Fr.) [dir.] et al., PCR – Thérouanne : ville antique et médiévale – 2017, Rapport de projet collectif de recherches : troisième année, Direction régionale des Affaires culturelles Hauts-de-France, Service régional de l’Archéologie, Lille, 2018.

Bourrilly, Vindry, 1912 : BOURRILLY (V.-L.), VINDRY (F.), Mémoires de Martin et Guillaume du Bellay, Tome 3 : Livres VI, VII et VIII (1536-1540), Renouard, Paris, 1912.

Coolen, 1962 : COOLEN (G.), « Les Remparts de Thérouanne », Bulletin de la Société des Antiquaires de la Morinie, 19 (1962), fascicule 370, p. 545-565.

Crouy-Chanel, 2017 : CROUY-CHANEL (E. de), « Connaissance de la fortification de François Ier : Antonio da Castello », dans : Blary, 2017, p. 37-41.

Cruickshank, 1969 : Cruickshank (C. G.), Army Royal : Henry VIII’s invasion of France (1513), Clarendon, Oxford, 1969.

Dabas, 2017 : DABAS (M.), « Cartographie géophysique de la ville médiévale de Thérouanne », dans Blary, 2017 : p. 83-108.

Delmaire, 1976 : DELMAIRE (R.), Étude archéologique de la partie orientale de la cité des Morins (Civitas Morinorum), Mémoires de la Commission départementale des Monuments Historiques du Pas-de-Calais : 16, Arras, 1976.

Delmaire, 1994 : DELMAIRE (R.), Carte archéologique de la Gaule. Le Pas-de-Calais (62), volume 1, Académie des Inscriptions et Belles Lettres, Paris, 1994.

Dubois, 2018 : DUBOIS (A.) « Thérouanne–Documentation écrite réunie par Olivier Guyotjeannin, École nationale des Chartes, 1997-2000, 5 fascicules, index sélectif après le fascicule 5 », dans Blary, 2018, p. 175-405.

Enlart, 1899 : ENLART (C.), « Les fouilles de la cathédrale de Thérouanne », Bulletin de la Commission départementales des monuments historiques du Pas-de-Calais, 2 (1897-1901) [séance du 12 octobre 1899], p. 426-427.

Enlart, 1900 : ENLART (C.), « Les fouilles de la cathédrale de Thérouanne », Association française pour l’avancement des sciences, Compte rendu de la 28e session, Première partie, Paris, 1900, p. 374-375.

Enlart, 1905 : ENLART (C.), « Nos cathédrales disparues : Térouanne, Arras, Boulogne », Congrès des sociétés savantes tenu à Arras (7-10 juillet 1904), Imprimerie Rohard-Courtin, Arras, 1905, p. 291-311.

Enlart, 1906 : ENLART (C.), « Les fouilles de la cathédrale de Thérouanne », Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques, 1906 [séance du 15 janvier 1906], p. xlii-xlvii.

Enlart, 1920 : ENLART (C.), Villes mortes du Moyen Âge, De Boccard, Paris, 1920.

Gailly de Taurines, 1932 : GAILLY DE TAURINES (Ch.), Commentaires des guerres en la Gaule belgique (1551-1559), Tome 1 : 1551-1555, Honoré Champion, Paris, 1932.

Gorguette d’Argoeuvres, 1889 : Gorguette d’Argoeuvres (X. de), « Un livre de raison en Artois (xvie siècle) », Mémoires de la Société des Antiquaires de la Morinie, 21 (1888-1889), p. 139-199.

Haigneré, 1887 : HAIGNERÉ (D.), « Le testament de Messire Jehan de Wyssoc, doyen de Thérouanne », Mémoires de la Société des Antiquaires de la Morinie, 20 (1886-1887), p. 295-339.

Hall, 1809 : HALL (E.), Chronicle containing the history of England, during the reign of Henry the Fourth, and the succeeding monarchs, to the end of the reign of Henry the Eighth, in which are particularly described the manners and customs of those periods, Carefully collated with the editions of 1548 and 1550, Imprimé pour J. Johnson, Londres, 1809.

Holder, 2018 : HOLDER (N.), « Thérouanne. Sources documentaires et iconographiques dans les archives britanniques », dans : Blary, 2018, p. 429-439.

Lallau, 2017 : LALLAU (É.) et al., La tour et le remparage Leray, au 9 rue Traversière à Coucy-le Château-Auffrique, Rapport de fouille programmée, DRAC Hauts-de-France, Service régional de l’Archéologie, Amiens-Lille, 2017.

Lanselle, Pas, 1932 : LANSELLE (M.), PAS (J. de), « Dénombrement des Fiefs & Possessions de l’église de Thérouanne (18 juin 1385) », Bulletin de la Société des Antiquaires de la Morinie, 15 (1929-1937) [séance du 14 novembre 1932], p. 305-322.

Laurière, 1723 : LAURIÈRE (E. de), Ordonnances des roys de France de la troisième race recueillies par ordre chronologique, Premier volume, Imprimerie royale, Paris, 1723.

Maggio, 2016 : MAGGIO (L.), « La cartographie des opérations archéologiques réalisées à Thérouanne », dans : Blary, 2016, p. 23-29.

Martens, 2007 : MARTENS (P.), « La destruction de Thérouanne et d’Hesdin par Charles Quint en 1553 », dans : Blieck (G.), Contamine (Ph.), Corvisier (Chr.), Faucherre (N.), Mesqui (J.) [dir.], La forteresse à l’épreuve du temps (129e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Besançon, 2004), Collection Archéologie et Histoire de l’Art : 26, Éditions du CTHS, Paris, 2007, p. 63-117.

Merkenbreack, 2017 : Merkenbreack (V.) et al., Thérouanne (Pas-de-Calais), Rue Saint-Jean, Parcelle AB 25, Rapport final d’opération, Fouille programmée, volume 1, Direction régionale de l’Archéologie, Dainville, 2017.

Noyé, 1998 : NOYÉ (G.), Thérouanne 1998, Rapport de fouille programmée, DRAC Nord-Pas-de-Calais, Service régional de l’Archéologie, Villeneuve d’Ascq, 1998.

Noyé, 1999 : NOYÉ (G.), Connaissance du site de Thérouanne, Rapport, DRAC Nord-Pas-de-Calais, Service régional de l’Archéologie, Villeneuve d’Ascq, 1999.

Paré, 1585 : PARÉ (A.), Les œuvres d’Ambroise Paré, 4e édition, Chez. G. Buon, Paris, 1585.

Pas, 1927 : PAS (J. de), « À Thérouanne en 1574 », Bulletin de la Société des Antiquaires de la Morinie, 14 (1922-1929) [séance du 14 juin 1927], p. 499-511.

Quenson, 1855 : QUENSON (Fr.) [éd.], « Complainte de Thérouene », Bulletin de la Société des Antiquaires de la Morinie, 1 (1852-1856) [12e livraison (1855)], p. 260-266.

Richard, 1879 : RICHARD (J.-M.), « Deux plans de Thérouanne », Bulletin de la Commission des Antiquités départementales du Pas-de-Calais, 5 (1879-1884) [séance du 3 avril 1879], p. 103-127 et fig. hors-texte.

Scarisbrick, 1997 : Scarisbrick (J. J.), Henry VIII, Yale English Monarchs, Yale University Press, New Haven et Londres, 1997.

Trevelyan, 1836 : TREVELYAN (W. C.), « Account of Henry the Eighth’s expedition into France, A.D. 1513 », Archaeologia, 26 (1836), p. 475-478.

Vissière, 2000 : VISSIÈRE (L.), « L’éternel gambit : Thérouanne sur l’échiquier européen (1477-1559) », Bulletin de la commission départementale d’histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais, 18 (2000), p. 61-106.

Notes

1 Voir Blary, 2015 à 2018.

2 Coolen, 1962.

3 Bernard, 1962 : et plus particulièrement p. 343-344.

4 Blanchet, 1907.

5 Les fouilles de Camille Enlart vont durer de 1898 à 1906.

6 Richard, 1879 : p. 107 ; Vue du siège de la ville en 1537, par C. Tennissen, dit Anthoniszoon ; Tableau de l’école d’Holbein, représentant le siège de 1513, conservé au château d’Hampton Court.

7 Enlart, 1899 : p. 426, 1900, 1905 : p. 301-310, 1906 : p. xlii et 1920 : p. 15-29 et plus particulièrement p. 22.

8 Bernard, 1962 : p. 352, fig. 7.

9 Bernard, 1962 : p. 351-355, fig. 7 et 8.

10 Enlart, 1920 : p. 22.

11 Delmaire, 1976 : p. 165 et 1994 : p. 84-86.

12 Bernard, 1962 : p. 354.

13 Merkenbreack, 2017 : p. 14 et 81-82, ainsi que fig. 50.

14 Merkenbreack, 2017 : p. 267.

15 Voir également à ce sujet Merkenbreack, 2017 : p. 275-277.

16 Notamment parcelles AB24 et AB21.

17 Blamangin, Devred, Leriche, 2011 : p. 62

18 Merkenbreack, 2017 : p. 271.

19 Bernard, 1962 et Noyé, 1999.

20 Enlart, 1920 : p. 22. 

21 Bernard, 1983 : et plus particulièrement fig. 8, p. 39.

22 Merkenbreack, 2017 : p. 271.

23 Dabas, 2017 : et plus particulièrement annexe 15, p. 107.

24 Merkenbreack, 2017 : p. 270.

25 Noyé, 1998 : p. 45.

26 Dubois, 2018.

27 Noyé, 1998 : p. 45.

28 Quenson, 1855 et plus particulièrement p. 263, repris par Dubois, 2018 : doc. 8, p. 186.

29 Lettre de Philippe IV en 1303 à l’évêque d’Amiens : « Quia Flamingorum rebellium nostrorum nefanda perversitas magis ac magis cotidie invalescens ad subversionem, destructionem et excidium regni nostri asperius solitos sue malignitatis conatus exponit, adeo quod ipsi, nuper ad civitatem Morinensem et nonnullas alias villas et loca Morinensis, Attrebatensis et Tornacensis diocesis cum multitudine satellitum hostiliter accedentes, Beate Mariæ Morinensis et aliarum villarum et locorum predictorum ecclesias, ipsius virginis et aliorum sanctorum imagines existentes in eis, ipsorum reverentia penitus retrojecta (…) ignis incendio concremarunt ac civitatem, villas et loca per depopulationem et cedes (…) totaliter destruxerunt » (Laurière, 1723 : p. 382-383 et Dubois, 2018 : p. 384-385).

30 Dubois, 2018 : fasc. 5, p. 385 (Archives épiscopales de Bruges, Y 126, 2e partie, fol. XLV, n° C/XXX).

31 Dubois, 2018 : doc. 22, p. 223 et fasc. 5, p. 385 (Archives nationales, JJ 68, fol. 469v, n° 329).

32 Dubois, 2018 : doc. 93, p. 260-261 (Archives départementales du Pas-de-Calais, 1G 57bis, fol. 169r).

33 Mentionné dans l’inventaire des archives du chapitre de 1450, Archives épiscopales de Bruges, Y 126, 2e partie, fol. XLv, n° C/XVIII.

34 Dubois, 2018 : fasc. 5, p. 386 (Archives nationales, JJ 117, n° 102, fol. 78v-79).

35 Dubois, 2018 : fasc. 5, p. 386 (Archives départementales du Nord, B 985, n° 11586).

36 Dubois, 2018 : fasc. 5, p. 386 (Archives épiscopales de Bruges, Y 126, 2e partie, fol. L-Lv, n° XLIII et C).

37 Dubois, 2018 : fasc. 5, p. 387 (Archives épiscopales de Bruges, Y 126, 2e partie, fol. L, n° C/XLII) ; idem en 1371 (ibid., fol. L, n° C/XXXII).

38 Dubois, 2018 : fasc. 5, p. 387 (Archives épiscopales de Bruges, Y 126, 2e partie, fol. XLVIv-XLVII, n° C/XXXVI, et fol. XLVII).

39 Partie chargée d’une bascule qui sert à baisser et lever un pont-levis.

40 Bruges, ms. 284, folio inséré entre 102 et 103.

41 Bernard, 1976 et plus particulièrement fig. 3, p. 368.

42 Mentionnée en 1412, voir Dubois, 2018 : doc. 93, p. 258-261 (fol. 160r : Copie xviiie siècle : Archives départementales du Pas-de-Calais, 1G 57bis, fol. 148v-149v).

43 Dubois, 2018 : doc. 6, p. 180-185 (Pas, 1927) ; doc. 111, p. 270-272 (en 1464 : « portam meridionalem » dans Haigneré, 1887) ; doc. 166, p. 304-349 (Archives départementales du Pas-de-Calais, 1G 51, fol. 1-77, Rentes dues à l’évêque à Thérouanne, classées par rues et types [après 1512]). Elle est précédée de deux ponts.

44 Dubois, 2018 : doc. 5, p. 180 (Lanselle, Pas, 1932) ; doc. 114, p. 273-274 (Archives nationales, X1C 216A, n° 5) ; doc. 166, p. 304 et suiv. (Arch. dép. Pas-de-Calais, 1G 51, fol. 1-77, Rentes dues à l’évêque à Thérouanne, classées par rues et types [après 1512]).

45 Dubois, 2018 : doc. 166, p. 304 et suiv. (Arch. dép. Pas-de-Calais, 1G 51, fol. 1-77, Rentes dues à l’évêque à Thérouanne, classées par rues et types [après 1512]).

46 Dubois, 2018 : doc. 16bis, p. 207-210 (Archives nationales, Q1 903-904, arr. Saint-Omer : Mémoire du sieur Dellepierre de Neuve Eglise pour la demande de la concession du terrein de l’ancienne ville de Terrouanne en Artois, 1769 [Voir aussi Archives départementales du Pas-de-Calais, 1G 560].

47 Plan de reconnaissance préalable au siège de 1553 conservé aux Archives générales du royaume, Bruxelles, Aud. 164, publié par Martens, 2007 : fig. 5, p. 75.

48 Dubois, 2018 : doc. 142, p. 291-295 (Gailly de Taurines, 1932 : livre V, p. 192-207 : 1553, printemps-début de juillet : « car on n'eust jamais creu qu’ils eussent entrepris de creuser et saper jusques soubs les pieds de ceux qui estoient au dessus d’eux sur la breche, mais plustost qu’ils tiroient soubs le chasteau ou soubs ceste grosse tour de Chapitre, ce qu'estoit bien au contraire ») ; doc. 161, p. 300-301 (Gorguette d’Argoeuvres, 1889 : spécialement p. 147-151).

49 Dubois, 2018 : doc. 6, p. 180-185 (Pas, 1927 : « qu’ils ont pris la matiere de pierre pour faire ladite chaue en la Tour nommé Saint-Augustin et à l’environ, icelle scitué sur les rempartz et carrière dudit fossez de Thérouanne et ont faict tel dérazement et plainne que ladite tour et lieu environ est pour le présent une terre où ilz ont semé du bled… »).

50 Dubois, 2018 : doc. 43, p. 235 (Bourrilly, Vindry, 1912 : p. 388-397 : [juin 1537] « Puis en extreme diligence feit faire les approches et mettre leurs pieces en batterie depuis la tour des Marais jusques au dessoubs de la tour du chasteau »).

51 Ibid.

52 Hall, 1809 : p. 538 (voir aussi Holder, 2018 : p. 433) et p. 552 : « The xxvi daye of August the kyng removed agayn to Gyngate, and there it was agreed that the walles, gates, bulwarkes and towers of Tyrwyn should be defaced, rased and cast downe; of which conclusion the Emperour sent word to sainct Omers, and to Ayre, which beyng joyous of that Tidynges (for Tyrwyn was to them a scorge) sent thither pyoners with all maner of instrumentes, and so they and thenglish pioners brake down the walles, gates and towers of the foundacion & filled the diche and fyered the towne, except the Cathedrall church and the palayce… ».

53 Trevelyan, 1836 : plus particulièrement, p. 477-478 : une lettre du soldat Gyles Ap [illisible] à Henry Courtenay, Earl of Devon, raconte le siège de Thérouanne ; écrite a 'Gyngate', Enguinegatte, le 2 septembre 1513 (dans Holder, 2018 : p. 431).

54 Les témoignages sont nombreux et convergents : nous nous limiterons à Cruickshank, 1969 : p. 82-93 et 105-118, et Scarisbrick, 1997 : p. 35-37 (dans Holder, 2018).

55 Bellier-Duchesnay, Bouchet, 1786 : p. 339-354 et plus particulièrement p. 354 (cité dans Holder, 2018 : p. 433).

56 Vissière, 2000 : p. 82-84 (sur la base du Catalogue des actes de François Ier) ; les travaux commencèrent vers 1516-1517 ; d’autres travaux de fortification furent entrepris en 1528, ainsi qu’en 1534.

57 Crouy-Chanel, 2017 : p. 37.

58 Martens, 2007 : p. 73.

59 Martens, 2007 : p. 72-79.

60 Le plan levé par Claude-Félix Masse, Plan des vestiges de l’ancienne ville de Thérouanne et mémoire adjoint en date des 15 et 30 octobre 1730, mémoire, fol. 2 en témoigne, ainsi que l’image LiDAR qui permet d’observer encore aujourd’hui le tracé des fossés (voir notre fig. 6).

61 Martens, 2007 : p. 73-75.

62 Lallau, 2017 : p. 24-29.

63 Martens, 2007 : p. 77.

64 Martens, 2007 : p. 90 et annexe A, p. 111-112.

65 Paré, 1585 : p. mccxxviii-mccxxxvi.

66 Maggio, 2016 : p. 29.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Tracé de l’enceinte antique reporté sur le plan de 1560, telle que la conçoit Georges Coolen d’après Honoré Bernard
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1996/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 2. Tracé de l’enceinte antique reporté sur fond du cadastre de 1817, d’après Honoré Bernard et avec les nouvelles hypothèses
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1996/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 3. Thérouanne, parcelle AB 25, rue Saint-Jean, vue de l’enceinte tardive (mur 3006)
Crédits Cliché : Vincent Merkenbreack, Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1996/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 4. L’enceinte médiévale d’après Honoré Bernard
Crédits H. Bernard, 1976 : fig. 3, p. 368
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1996/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 5. Plan du siège de Thérouanne de 1553. Le catalogue du TNA (anciennes archives de la Tour de Londres) le décrit comme : « Plan of Thérouanne, France, showing fortifications, buildings, Abbey of St Augustine. The plan also depicts a siege, with commanders named, which may have been the siege by the Emperor Charles V in May 1553 »
Crédits The National Archives, Londres, MPF 1/275
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1996/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 6. Vue ombragée multiple de la ville de Thérouanne. Levé topographique par LiDAR aéroporté où chaque couleur représente un angle d’éclairage différent
Crédits Laurent Froideval, Laboratoire de morphodynamique continentale et côtière M2C, UMR 6143, CNRS-Universités de Caen et de Rouen
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1996/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 367k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search