Version classiqueVersion mobile

Americanisation in 20th Century Europe: business, culture, politics. Volume 2

 | 
Nick Tiratsoo
, 
Mathias Kipping

Préface

Dominique Barjot et Harm G. Schröter

Texte intégral

1« La culture, c’est important ! Comment les valeurs façonnent le progrès de l’humanité » est le titre d’un ouvrage publié en 2000 par Samuel P. Huntington et Lawrence E. Harrison auquel ont contribué quelques-uns des économistes les plus célèbres au monde, tels que Francis Fukuyama, Michael E. Porter et Jeffrey Sachs. Oui, la culture est importante ; mais encore fait-il se poser la question de savoir comment, quand, pourquoi, etc. Le concept de l’américanisation permet de ramener cette problématique des proportions gérables. L’américanisation économique — le transfert des valeurs américaines à travers un processus de sélection et d’adaptation aux conditions locales est au centre de nos deux volumes. Du fait de la sélection et de l’adaptation, l’Américanisation ne signifie pas que les Européens ont commencé à se comporter comme des Américains en toutes circonstances ; notre interrogation est plus subtile, elle porte sur l’influence, sur un modèle et ses rayonnements à travers le temps.

2En histoire des techniques, c’est un fait établi que chaque transfert de systèmes entraîne un transfert de valeurs, étant donné que les idées du système, la façon de l’utiliser, etc. sont profondément enracinées dans la culture. On trouve des similitudes en histoire économique. Ces deux volumes montrent que les institutions sont liées à la culture : la façon de diriger une entreprise ( i.e. le taylorisme), les méthodes de distribution des marchandises ( i.e. le self-service), la façon d’organiser le conseil ( i.e. les consultants) ou d’analyser le marché, d’organiser les flux de marchandises ou d’informations à l’intérieur d’une entreprise ou sur les grands chantiers — toutes ces actions dépendent de choix souvent non exprimés, de décisions qui reposent sur les préférences culturelles. Nos deux ouvrages mettent en avant de nombreux exemples sur la façon dont de nouveaux systèmes furent empruntés aux États-Unis et, après un processus de sélection et d’adaptation, appliqués aux conditions locales en Europe. Les autres continents aussi furent concernés. On peut trouver des informations à ce sujet dans d’autres livres, qui à l’instar des nôtres servent à la préparation du Congrès d’histoire économique de Buenos Aires. Pour une question d’organisation matérielle et de point de vue, le premier volume, édité par Dominique Barjot, Isabelle Lescent-Giles et Marc de Ferrière le Vayer, réunit les contributions de nature macroéconomique, tandis que le second, édité par Matthias Kipping et Nick Tiratsoo, analyse l’Américanisation au niveau des entreprises.

3Le début de l’américanisation se situe bien avant la première guerre mondiale ; elle n’est alors qu’exceptionnelle. Le mouvement devient plus fort durant les années vingt, s’estompe dans les années trente, mais effectue un retour en force après 1945. Il subit un nouveau recul durant les années soixante-dix, mais regagne du terrain dans la seconde moitié des années quatre-vingt et les années quatre-vingt-dix. On assiste ainsi à une étonnante succession de hauts et de bas sur l’ensemble du siècle. Il semble que les montées coincident avec celles du pouvoir économique, politique et militaire, mais les raisons de tels mouvements sont une des questions auxquelles notre contribution répond.

4Enfin, nous souhaitons remercier tous ceux qui ont pris part à la réalisation de ces deux ouvrages. À côté des éditeurs, nos organisateurs magiciens, Isabelle Lescent-Giles et Marc de Ferrière le Vayer et leur équipe, en particulier Martine Aubry, à qui on a confié l’édition des deux volumes.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search