Version classiqueVersion mobile

L'américanisation en Europe au xxe siècle : économie, culture, politique. Volume 1

 | 
Isabelle Lescent-Giles
, 
Dominique Barjot
, 
Marc de Ferrière

Quatrième partie. Un enjeu : l'Europe orientale

Quelques conclusions

François Crouzet

Texte intégral

  • 1 Il s’agit ici d’une synthèse de la session A, mais elle comportera quelques références à des commu (...)

1Il est impossible de réaliser une synthèse brève de dix-sept communications, de deux journées de discussions et de trois pré-synthèses1. Je me bornerai donc à poser quelques questions et à mentionner les réponses qui leur ont été apportées. Je ne tenterai pas, pour commencer, de définir F« américanisation » ; H. Schröter l’a fait parfaitement au début du colloque. Il y a accord sur l’idée que l’américanisation est l’introduction (en Europe, pour cette conférence) des technologies des États-Unis, au sens le plus large (c’est-à-dire y compris les méthodes de gestion), ainsi que des modes de vie, des institutions, des valeurs de l’Amérique. Il s’agit d’un concept culturel, concernant une culture économique qui met l’accent sur les vertus de la concurrence, de l’individualisme, et du marché.

***

2Ma première question sera : pourquoi l’américanisation ? Les raisons en sont claires et simples : essentiellement la supériorité technologique que les États-Unis ont conquise, leur haute productivité, leur niveau de vie élevé. Dans l’industrie, la productivité du travail en Amérique a dépassé celle de la Grande-Bretagne (elle-même supérieure à celle des pays du Continent) depuis 1870 au moins. Pour l’ensemble de l’économie, ce dépassement s’est placé dans les années 1880 ou même 1890, et en 1917 l’écart n’était pas très marqué : la productivité américaine était à 118 % de la britannique, le PIB par tête à 105 % seulement. Si l’on prend 12 pays avancés d’Europe leur PIB par heure ouvrée avait été à 69 % des Etats-Unis en 1870, il était à 59 % en 1913.

3On comprend donc que, dans certains cas, le « système américain de manufacture » ait été adopté de bonne heure en Europe, dans des branches où sa productivité était particulièrement élevée ; W. Fischer l’a montré pour la fabrication en Allemagne des armes à feu — celle pour laquelle précisément ce « système » était né aux États-Unis. D’autre part, dès la fin du XIXe siècle, de nombreux brevets américains ont traversé l’Atlantique, dans les branches de pointe, comme l’électricité. Pourtant, S. Marin a montré qu’autour de 1900, l’idée d’un « modèle américain » était étrangère à l’opinion allemande, qui croyait plutôt à un « péril américain », tout en étant convaincue de la supériorité de l’Allemagne.

4La Première Guerre Mondiale et ses séquelles ont élargi les écarts : en 1929, le PIB par tête des États-Unis était 158 % de celui des 12 pays avancés d’Europe, contre 143 % en 1913. Ce n’est donc pas un hasard si une première phase d’américanisation intervint pendant l’Entre-deux-guerres (surtout pendant les années 1920). Elle porta non seulement sur la technologie au sens restreint, mais aussi sur les méthodes de gestion ; la rationalisation fut à l’ordre du jour, le taylorisme et le fordisme pénétrèrent assez profondément dans certaines branches, comme l’automobile. Des exemples variés ont été présentés durant le colloque ; tel celui de la Belgique, avec son programme d’échanges universitaires et les séjours aux États-Unis d’étudiants avancés — dont beaucoup devinrent ensuite professeurs. Quant à l’Union Soviétique, B.M. Shpotov a montré que les années autour de 1930 y avaient été l’apogée de l’américanisation, avec des transferts technologiques et une assistance technique américaine à grande échelle. De son côté, A. d’Anzio exposait les difficultés de la France, pendant et après la guerre, à devenir un pays débiteur, en raison notamment de cultures administratives et bancaires différentes de celles des États-Unis.

  • 2 E. Moen et H.G. Schröter, in Entreprises et Histoire, no 19, octobre 1998, p. 9-11.

5Mais, bien entendu, ce fut après la Seconde Guerre Mondiale que se plaça la grande vague d’américanisation, l’écart entre les deux rives de l’Atlantique Nord s’étant dramatiquement creusé, par suite de nouveaux progrès américains et de l’effondrement des économies européennes, sauf celles de la Grande-Bretagne et des pays neutres. En 1944 et 1945, des dizaines de millions d’Européens avaient pu voir de leurs yeux des preuves matérielles de la puissance et de l’efficacité de l’économie américaine — sous forme de milliers d’avions, de chars, de jeeps — sans parler des rations K. Il y eut donc « examen de conscience » (J.-C. Daumas), et prise de conscience de la nécessité d’imiter le modèle américain, pour échapper à la misère, qui régnait au lendemain de la guerre, et atteindre un niveau de vie satisfaisant. En Allemagne Occidentale, d’ailleurs, les autorités américaines d’occupation imposèrent délibérément des changements dans les institutions, pour reconstruire le capitalisme à l’image de celui des États-Unis2.

6La guerre froide fut un autre facteur qui vint en renfort, dans les pays d’Europe occidentale, sauf pour la fraction de l’opinion — importante en France et en Italie, qui penchait vers le communisme. Pour combattre ce dernier, les dirigeants européens considéraient que l’amélioration du niveau de vie des populations était indispensable. En même temps, la menace soviétique et la guerre froide décidaient les États-Unis à accorder une aide considérable à l’Europe, par le plan Marshall en particulier, afin de moderniser son économie — sur le modèle américain, bien entendu. On eut donc une période de volontarisme, d’américanisation délibérée et concertée, voulue par les gouvernements des deux côtés de l’Atlantique.

7Enfin, il ne faut pas oublier le facteur culturel : l’attraction de l’American way of life, éveillée notamment par les films américains, plus tard par la télévision, mais aussi par des magazines, des expositions, comme V. Heinonen et M. Pantzar l’ont montré pour ce qui est de la Finlande. Le rêve américain s’y est imposé, notamment sous la forme de la kitchen, spécialement attirante dans un pays où le taux de participation des femmes était déjà très élevé. Les États-Unis étaient le modèle incontesté de la modernité.

***

8Le second grand problème, que le colloque a abordé, a été celui des moyens et des instruments de l’américanisation, dont le premier a été l’aide financière des États-Unis, dans le cadre du Plan Marshall. Certes, elle n’a été équivalente qu’à un petit pourcentage du PIB des pays européens, mais elle a joué un rôle critique dans certains cas : D. Varaschin a signalé que la contre-valeur de l’aide Marshall avait financé, à hauteur de 40 %, le barrage de Tignes, l’une des grandes réalisations françaises de l’après-guerre, à laquelle les techniques et le matériel américains ont aussi apporté une forte contribution. Mais il faut tenir compte également des investissements directs dans l’industrie européenne, par des multinationales américaines, qui ont pris le relais de l’aide gouvernementale directe. Pour diverses raisons, l’Espagne, pays pauvre et longtemps ostracisé, n’a reçu qu’une aide insuffisante aux yeux de ses dirigeants ; pour développer ses industries aéronautique et nucléaire, elle a exercé un certain chantage sur les États-Unis, en jouant de la carte française, comme E. Sanchez l’a exposé.

  • 3 Pour J.-C. Daumas, l’influence des missions sur l’industrie française de la laine a été très faibl (...)

9Les transferts de capitaux auraient été peu utiles sans transferts de technologies et de savoir-faire, mais ces derniers ont été en fait massifs. Dans leur démarrage, les missions de productivité ont joué un rôle capital. Un colloque, organisé à Caen en 1997 par D. Barjot et T. Hara, leur a été consacré et la publication de ses actes est prochaine. Plusieurs communications au présent colloque ont abordé à nouveau ce thème ; elles confirment dans l’ensemble le rôle important des « missionnaires », mais avec des nuances (à Caen, on avait déjà souligné la complexité du phénomène et la diversité des résultats). Ainsi C. Vuillermot a montré que les envoyés d’Électricité de France ont conseillé la prudence dans la transposition du modèle américain ; mais ensuite, dans le quotidien de l’Entreprise, il y a eu imprégnation graduelle par ce modèle3.

10Un cas spécial, mais fascinant, de transfert de technologie américaine a été présenté par M. Vasilieva : le transfert par l’espionnage ; ce fut sur la foi de rapports d’espions que l’URSS abandonna, en 1946, la centrifugation pour la diffusion gazeuse dans l’enrichissement de l’uranium. Il est vrai que l’espionnage industriel a une longue tradition, et que la France y avait excellé au XVIIIe siècle... Il est vrai aussi qu’à partir de 1953, les Américains surent mieux protéger leurs secrets nucléaires et l’URSS développa une technologie autonome.

  • 4 G. Kurgan-van Hentenryk, dans sa pré-synthèse, a fait d’excellentes remarques sur le rôle des rése (...)

11Après l’étape des missions de productivité est venue celle de la réforme et du développement des études de gestion, comme l’a noté M.-E. Chessel. Les « écoles de commerce » existantes se sont modernisées (par exemple en Norvège), sur le modèle des Business schools américaines, à l’image desquelles de nouveaux établissements spécialisés ont été fondés. En même temps, de nombreux Européens — étudiants, enseignants, gestionnaires — faisaient des séjours dans les schools d’Outre-Atlantique ; une fois rentrés en Europe, et parfois organisés en réseaux, ils propageaient les enseignements qu’ils avaient reçus4.

  • 5 Voir E. Moen, « Oligopoly and Vertical Integration: the Reshaping of the Pulp and Paper Industry, (...)

12Mais il y eut bien d’autres instruments d’américanisation, qui ont été étudiés ou mentionnés par plusieurs communications de la session B : les cessions de brevets et de licences par des entreprises américaines à des firmes européennes, les contacts directs entre sociétés à travers l’Atlantique, les cabinets de consultants. Enfin, il faut souligner qu’il y eut un élan modernisateur, et une recherche du modèle américain au sein des élites européennes, élan stimulé, bien entendu, par la pression du marché international, que l’ouverture des frontières ranimait. Ainsi la concurrence américaine a contraint les producteurs européens de pâte à papier et de papier à adopter les nouveaux produits, les nouvelles méthodes commerciales que leurs concurrents avaient introduits5.

13Il est vrai que la modernisation n’est pas venue uniquement d’Amérique, qu’elle a parfois été le fruit de forces autochtones, ou d’échanges intra-européens. Notons aussi que l’américanisation a connu plusieurs étapes ; si elle a été particulièrement visible pendant les années 1950 et 1960 (qui sont aussi les mieux étudiées), les choses sont moins claires ensuite. Dans les années 1980 en tout cas, l’étoile des États-Unis semblait pâlir, les gurus — dont beaucoup étaient d’ailleurs Américains — annonçaient leur irrémédiable déclin, et le Japon devint un temps le modèle à imiter... Avant qu’il ne tombe dans une stagnation prolongée et que l’on s’extasie devant « la nouvelle économie » qui était née aux États-Unis et qui devait éliminer les mouvements cycliques...

***

  • 6 D’où une modernisation assez lente en Grande-Bretagne, qui était moins en retard que le Continent  (...)
  • 7 Par ailleurs, J. Obelkevich a signalé que le consommateur britannique est moins « américanisé » qu (...)

14Mon troisième point sera celui des résultats de l’américanisation. À beaucoup d’égards, ils ont été positifs, grâce aux potentialités que l’Europe conservait en dépit des désastres de la guerre. Après la forte divergence entre États-Unis et Europe occidentale, qui avait marqué la période 1913-1950, il y eut une période de convergence, de rattrapage dramatique et sans précédent, facilité certes par une croissance relativement lente aux États-Unis. Comme F. Caron l’a noté, le colloque a confirmé la thèse de M. Abramovitz, selon laquelle le rattrapage est d’autant plus rapide que l’écart est plus fort6. En tout cas le PIB par heure ouvrée dans les 12 pays du « noyau » de l’Europe capitaliste, qui n’était qu’à 46 % du niveau américain en 1950, est monté à 70 % en 1973 et à 87 % en 1992. Durant l’« Âge d’or », ou « Trente Glorieuses », l’Europe occidentale est devenue, comme les États-Unis, une affluent society, une société d’abondance, statut auquel elle parvient dans les années 1960. Les apports de l’américanisation ont été précisés par les communications, et ils sont apparus divers selon les secteurs, d’autant plus que l’Amérique n’est pas monolithique (N. Tiratsoo), qu’il n’y pas un, mais des modèles américains. Même dans le commerce de détail, où l’américanisation a été tardive (le premier super-marché s’est ouvert en France en 1960), les Européens ont réussi le rattrapage et sont même allés plus loin que les Américains, avec l’invention des hyper-marchés (I. Lescent-Giles)7.

15Mais les chiffres que l’ont vient de citer montrent que le rattrapage n’a pas été pleinement réalisé, spécialement pour le produit par tête : en 1999, à PPA, celui des Quinze de l’Union Européenne et des Onze de la zone Euro n’était qu’à 65 % de celui des États-Unis. Certes, la productivité par heure ouvrée est dans certains pays proche du niveau américain, voire un peu supérieure, mais les Européens travaillent pendant un nombre d’heures annuel très inférieur à celui des Américains (spécialement les Français, avec la semaine de 35 heures, les Allemands, avec de longues vacances), et le taux de participation est plus bas en Europe qu’Outre-Atlantique. En somme, les Européens ne travaillent pas assez, tandis que les Américains vivent pour travailler ! Par ailleurs, les États-Unis restent loin en tête pour ce qui est de la recherche et du développement, et ils bénéficient d’une fuite des cerveaux et des capitaux venus d’Europe. De plus, durant les dernières années, une certaine divergence semble bien avoir reparu en matière de productivité, qui a cru plus vite aux États-Unis qu’en Europe (même s’il y a incertitude, discussions et révisions sur le taux de croissance de la productivité américaine). Une partie du terrain regagné par l’Europe a été perdue.

  • 8 Le degré d’américanisation a aussi varié d’un pays à un autre ; elle aurait été plus forte en Alle (...)
  • 9 Voir H. Byrkjeflot, « Engineers in Germany and the United States. A Discussion of the Origins of D (...)
  • 10 Sur le plan politique, l’exposé de C. Reveillard a évoqué les discussions ardentes de l’après-guer (...)

16En somme, l’américanisation n’est pas allée assez loin, elle a été incomplète. C’est ce que soulignent plusieurs communications, traitant d’aspects assez différents, qui insistent sur la coloration nationale que la modernisation des pays européens a prise8. L. Secreto a souligné qu’il y avait eu adaptation plutôt qu’adoption des méthodes américaines ; P. Fridenson a parié d’adoption sélective, de greffe, d’hybridation. M.E. Guasconi a montré, de façon frappante, l’aspect spécifique de la modernisation de l’Italie, avec les scooters Lambretta et les petites voitures Fiat. La France, de son côté, s’est motorisée largement avec les 4 CV Renault et les 2 CV Citroën, et non avec les monstres alors dominants aux États-États-Unis ! Dans les travaux publics, les spécificités françaises sont restées vivantes (D. Varaschin). Même en Allemagne, des différences avec les États-Unis persistent en matière de gestion ; les ingénieurs conservent beaucoup de top jobs dans les entreprises, ce qui n’est plus le cas en Amérique9. Inversement, on a aussi souligné que, malgré les résistances, il y avait souvent eu, en fait, imprégnation graduelle (mais forte) par les modèles américains10.

17J’arrive ainsi à ma dernière question : pourquoi ce demi-succès — ou ce demi-échec ? Quels ont été les obstacles, les résistances, qui ont freiné, voire bloqué l’américanisation ?

18Selon un vieux dicton, « Rome n’a pas été bâtie en un jour ». C’est ce qu’ont oublié, dans l’après-guerre, les dirigeants — et les médias — américains (il est vrai que le danger immédiat du communisme les préoccupait). En fait, il s’est avéré impossible de transférer intégralement et rapidement à travers l’Atlantique des modèles engendrés par un environnement tout à fait différent de celui de l’Europe, pour les replanter dans un terrain complexe, produit d’histoires très différentes de celles des États-Unis.

  • 11 L’évolution a été différente en Allemagne et en Norvège.

19Cette illusion apparaît nettement dans les exposés de G. Bossuat, de R. Chelini, de M.E. Guasconi. Malgré les conseils pressants des Américains, qui considéraient que la lutte contre l’inflation devait être pour la France la priorité, les gouvernants de la IVe République n’ont pas réussi à l’arrêter, même si l’aide Marshall l’a certainement ralentie (il est vrai qu’elle était nourrie par le coût des guerres coloniales). De même, les Américains n’ont pas réussi à imposer les normes de « bon gouvernement » économique — essentiellement libéral, qu’ils souhaitaient pour la France, bien que, finalement, un « modèle franco-américain » de modernisation se soit dégagé. De même en Italie, les Américains, malgré de grands efforts et l’intervention de l’American federation of labor, n’ont pu développer un syndicalisme de type américain, en raison notamment de la tradition italienne de liaison entre syndicats et partis politiques ; et les syndicats communistes sont restés les plus puissants11.

20Dans un domaine tout différent, l’influence américaine sur le financement des infrastructures en Europe est restée limitée, même si, à la fin du XXe siècle, on a recouru plus qu’auparavant au marché des capitaux pour financer les grands projets, avec la diffusion du modèle « Tunnel sous la Manche ». Il est vrai que les systèmes de transports de l’Amérique du Nord et de l’Europe étaient très différents, ainsi que le cadre juridique, et la tradition étatiste était forte en Europe - sauf en Grande-Bretagne - en matière de travaux publics. De son côté, Alan Booth a montré l’importance du « cadre réglementaire » (regulatory framework), de la législation en matière bancaire, qui différait en Angleterre de celle des États-Unis.

21On notera aussi que ne s’américanise pas qui veut : il faut un minimum de conditions favorables. À cet égard, B.M. Shpotov a présenté un cas-limite : celui d’un environnement presque totalement non-réceptif, dans l’URSS des années 1920 et 1930. Les transferts de technologies y ont été superficiels, parce que l’utilisation de matériels nouveaux était presque paralysée par des goulots d’étranglement en matière d’offre, notamment une main d’œuvre très fruste. Après 1945, la Bulgarie a vu un blocage de l’influence américaine par le facteur politique — disons le « rideau de fer », si bien que les technologies américaines n’ont pénétré que par l’intermédiation soviétique (A. Kostov).

22Les obstacles fondamentaux à l’américanisation ont donc été d’ordre structurel, et particulièrement du domaine culturel ; ils se sont d’ailleurs parfois conjugué avec des facteurs conjoncturels. L. Secreto a souligné combien les deux cultures essentielles de l’Italie d’après 1945, l’une catholique, l’autre communiste, étaient hostiles à l’industrialisation sous sa forme américaine, si bien que l’américanisation se heurtait à des ennemis nombreux et puissants (bien que, d’un autre côté, peut-on ajouter, l’Italie était un pays où le rêve américain était très puissant). Partout, mais surtout en France et en Italie, les partis communistes et les syndicats qui leur étaient liés ont fait tout leur possible pour empêcher l’américanisation, et notamment l’amélioration de la productivité. Le relais, dans ce combat contre le progrès, a été pris ultérieurement par les Verts. Mais certains milieux patronaux ont résisté également à l’américanisation ; J.-C. Delmas l’a montré dans le cadre de l’industrie de la laine en France.

  • 12 D. Barjot et F. Caron ont signalé que la résistance d’ingénieurs français et britanniques à l’adop (...)

23Chacun sait, en effet, que l’anti-américanisme n’est pas le monopole des marxistes, en particulier en France, où il était fort chez les Gaullistes. M.E. Chessel a montré que la Fondation nationale pour l’Enseignement de la Gestion des Entreprises (FNEGE) a été conçue par le Premier Ministre Michel Debré et ses collaborateurs comme une arme défensive contre l’influence américaine, même si, en fin de compte, elle a plutôt été instrument d’américanisation, et elle a légitimé les études de gestion12. En revanche, l’antiaméricanisme était inconnu en Finlande (au moins jusqu’à la Guerre du Vietnam), ce qui a facilité sa transformation en une « petite Amérique », « le pays le plus américanisé d’Europe ».

24Enfin, certains groupes d’intérêt déterminés ont combattu la pénétration américaine, dont on doit reconnaître qu’elle pouvait être douloureuse, comme on le voit d’après l’exemple du petit commerce en Finlande. L’exemple le plus net est sans doute celui du cinéma en France : au nom de l’« exception culturelle », des cinéastes sans talent produisent, aux frais du contribuable, des films que peu de gens regardent, des « navets ». Plus raisonnable, la Grande-Bretagne accepte l’influence culturelle américaine, en sacrifiant en partie son industrie cinématographique.

25Au total, donc, l’américanisation a été incomplète et, en conséquence, beaucoup d’Européens ont un niveau de vie médiocre, en particulier en France, devenue l’un des pays les moins riches de l’Union Européenne. Et, à la fin des années 1990, les experts américains et britanniques affirmaient que l’Europe (Grande-Bretagne exclue) ne pourrait pas profiter pleinement de la révolution des technologies de l’information et de la communication, et de la « nouvelle économie » qu’elle engendrait, en raison de ses institutions archaïques, de l’État-Providence, de la rigidité du marché du travail. Il est apparu depuis lors que la « nouvelle économie » appartenait plutôt au « rêve américain » qu’à la réalité...

26Revenant à la case départ, on peut se demander, avec Y. Cassis, s’il ne serait pas préférable d’abandonner le concept d’américanisation. Sans aller aussi loin, on soulignera, pour terminer, qu’il existe des voies diverses vers la modernité (ou, comme l’on dit en anglais, plusieurs façons d’écorcher un chat), en ce sens qu’il s’agit d’un phénomène complexe, qui n’est ni linéaire, ni continu. F. Caron a observé, très justement, qu’il est global et l’un des aspects de la globalisation (ou mondialisation), mais l’américanisation est aussi un pari en faveur de la démocratie libérale.

Notes

1 Il s’agit ici d’une synthèse de la session A, mais elle comportera quelques références à des communications de la session B.

2 E. Moen et H.G. Schröter, in Entreprises et Histoire, no 19, octobre 1998, p. 9-11.

3 Pour J.-C. Daumas, l’influence des missions sur l’industrie française de la laine a été très faible.

4 G. Kurgan-van Hentenryk, dans sa pré-synthèse, a fait d’excellentes remarques sur le rôle des réseaux.

5 Voir E. Moen, « Oligopoly and Vertical Integration: the Reshaping of the Pulp and Paper Industry, 1950-1970 », Entreprises et Histoire, no 19, octobre 1998, p. 85-97.

6 D’où une modernisation assez lente en Grande-Bretagne, qui était moins en retard que le Continent ; au moins dans certains domaines, car elle a été pionnière dans d’autres.

7 Par ailleurs, J. Obelkevich a signalé que le consommateur britannique est moins « américanisé » qu’on ne le dit quant à ses habitudes de consommation ; d’ailleurs, certains produits vendus par des firmes américaines sont anglicisés ; on attribue à tort un pouvoir magique à Coca-Cola et à Macdonald : après tout l’Angleterre n’est pas une « économie de commandement » et personne n’est contraint d’aller manger chez Macdonald !

8 Le degré d’américanisation a aussi varié d’un pays à un autre ; elle aurait été plus forte en Allemagne de l’Ouest et en Norvège qu’en France.

9 Voir H. Byrkjeflot, « Engineers in Germany and the United States. A Discussion of the Origins of Diversity in Management Systems », Entreprises et Histoire, no 19, octobre 1998, p. 47-74.

10 Sur le plan politique, l’exposé de C. Reveillard a évoqué les discussions ardentes de l’après-guerre sur le fédéralisme. Chacun peut constater qu’un demi-siècle plus tard, la plupart des Européens ne comprennent pas ce qu’est le fédéralisme. On peut penser que les États-Unis auraient dû l’imposer : de même que la Prusse a été abolie par les vainqueurs de 1945, la France et les autres États nationaux auraient été rayés de la carte.

11 L’évolution a été différente en Allemagne et en Norvège.

12 D. Barjot et F. Caron ont signalé que la résistance d’ingénieurs français et britanniques à l’adoption de techniques qu’ils ne jugeaient pas supérieures aux leurs était légitime.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search