Version classiqueVersion mobile

L'américanisation en Europe au xxe siècle : économie, culture, politique. Volume 1

 | 
Isabelle Lescent-Giles
, 
Dominique Barjot
, 
Marc de Ferrière

Quatrième partie. Un enjeu : l'Europe orientale

La Bulgarie face à l'américanisation au xxe siècle

Alexandre Kostov

Résumé

Bulgaria’s case is specific, because it is probably the European country, with Albania, that was least affected by Americanisation in the 20th Century. Why were the United States less influential there than in any other Balkanic countries? This paper seeks an answer in the economic and political relationship between the two countries and analyse the transfer of the most progressive American ideas in the economic sphere.

Texte intégral

LES RELATIONS ÉCONOMIQUES ENTRE LA BULGARIE ET LES ÉTATS-UNIS AU XXe SIÈCLE

  • 1 Sur l’histoire de la Bulgarie et des autres pays balkaniques voir G. Castillan, Histoire des Balkan (...)

1Avant la Première guerre mondiale, les États-Unis n’étaient pas fortement engagés, ni politiquement, ni économiquement, dans les Balkans1. À cette époque, la région était dominée par les grandes puissances de l’Europe occidentale (la France, l’Allemagne, la Grande-Bretagne), qui étaient les créanciers et les partenaires commerciaux les plus importants des pays balkaniques. Pendant la Première guerre mondiale, l’intérêt de l’industrie et des banques américaines vis-à-vis des pays de l’Europe du Sud-Est est devenu sensiblement plus grand. C’est ainsi que durant les années 1920, la part des États-Unis dans le commerce des pays balkaniques augmenta de façon visible. Les grandes banques américaines participèrent activement aux émissions des emprunts contractés par les gouvernements balkaniques.

  • 2 La Grèce se trouvait alors en périphérie d’une région (la Méditerranée de l’Est) qui est devenue de (...)
  • 3 En 1937, les États-Unis occupaient la septième place avec 3,0 % dépassés par l’Allemagne (49 %), le (...)

2Durant les années 1920 le commerce bulgaro-américain est resté très faible. Les États-Unis se trouvaient toujours autour de la 15e place dans le classement des partenaires commerciaux de la Bulgarie. En même temps leur importance dans les autres pays comme la Grèce, la Roumanie et la Yougoslavie devenait plus significative. C’est ainsi que les États-Unis occupaient, dès ces mêmes années 1920, la première place dans la liste des exportateurs et importateurs de la Grèce et ne furent dépassés pendant la décennie suivante que par l’Allemagne2. Au cours des années 1930, le commerce extérieur bulgare était orienté vers l’Allemagne en raison de la politique très active du IIIe Reich dans la région, ce qui ne laissait pas de grandes possibilités aux autres puissances économiques. Les échanges commerciaux bulgaro-américains ont enregistré un certain progrès surtout pendant les années 1935-1939, mais les États-Unis jouaient toujours un rôle secondaire dans le commerce de la Bulgarie3.

  • 4 Voir A. Kostov, « Western Capital and Bulgarian Banking System (Late 19th Century-Second World War) (...)
  • 5 Le total des capitaux américains investis en Bulgarie en 1929 n’était que d’un million US$, tandis (...)

3En ce qui concerne les investissements en Bulgarie, la présence américaine n’était pas plus importante. On peut noter ici seulement la participation des grandes banques américaines, comme la Bancamerica Blair Co par exemple, aux deux emprunts bulgares et à la fondation d’une banque hypothécaire à Sofia pendant la deuxième moitié des années 19204. Le montant des capitaux américains investis en Bulgarie était très peu élevé et ils étaient pratiquement sans importance pour l’économie bulgare5.

4Durant la décennie suivante, la situation ne différa pas sensiblement. Certes les statistiques montrent une augmentation de la part des États-Unis dans les investissements étrangers en Bulgarie. Mais elle ne résultait que d’un seul investissement, la création par la Standard Oil de la société Pétrole, qui s’occupait surtout du commerce des produits pétroliers. Tout cela montre que, au cours de cette période, la Bulgarie est restée en dehors des zones préférées de l’économie américaine.

5Les échanges commerciaux limités entre les deux pays et les faibles investissements américains en Bulgarie du début du siècle à 1939 étaient le résultat de l’action de facteurs défavorables. Parmi les facteurs économiques qui influençaient négativement les relations commerciales et financières bilatérales, avant la Deuxième Guerre mondiale, mais aussi plus tard, il faut citer :

    • 6 Encore récemment Standard Oil fonda une des plus grandes sociétés pétrolières en Roumanie, la Român (...)

    Le manque de ressources naturelles en Bulgarie. Cette dernière ne pouvait donc attirer les compagnies américaines, à la différence des autres pays balkaniques (la Roumanie, par exemple, où la Standard Oil n’hésita pas à s’implanter encore très tôt, en raison de l’existence de pétrole)6.

  • L’étroitesse du marché interne bulgare qui était peu intéressant pour le commerce et les investisseurs américains.

6En fait ce sont les facteurs politiques qui jouèrent un rôle très important et même décisif pour le développement des relations économiques entre la Bulgarie et les États-Unis au XXe siècle. Tout au long du XXe siècle la Bulgarie s’est trouvée pratiquement en dehors des zones d’intérêts américains. Elle se trouva toujours aux côtés des ennemis des États-Unis pendant les trois guerres : la Première et la Deuxième Guerre mondiale ainsi que la Guerre froide. En mars 1941, la Bulgarie adhéra au Pacte tripartite et quelques mois plus tard — en décembre 1941 — déclara la guerre aux États-Unis. La participation du pays aux côtés des Allemands fut une catastrophe pour le pays.

7En septembre 1944, l’Armée rouge occupa la Bulgarie, qui fut mise sous le contrôle d’une commission interalliée. La présidence de cette commission fut confiée aux Soviétiques, tandis que les représentants américains et britanniques ne jouaient qu’un rôle secondaire. Du fait de la présence de l’armée soviétique en Bulgarie, un gouvernement dominé par les communistes fut installé. Cette situation n’était pas fortuite. Encore vers la fin de 1944 — début de 1945, les Trois Grands de la coalition antinazie avaient partagé les Balkans en zones d’influences. Les accords politiques de Moscou et de Yalta avaient prévu que la Bulgarie et la Roumanie étaient « réservées » à l’URSS et la Grèce, aux Alliés occidentaux. La Yougoslavie était divisée également — fifty-fifty-Tout ceci explique pourquoi pendant les années 1945-1947, la Bulgarie dut se contenter de l’aide économique soviétique. En même temps, ses voisins — la Grèce et même la Yougoslavie, qui était contrôlée par les communistes de Tito — pouvaient profiter des livraisons dans le cadre du programme UNRRA (United Nations Relief and Rehabilitation Administration), ainsi que des prêts américains.

  • 7 Sur l’attitude de la Bulgarie, de la Grèce et de la Turquie vis-à-vis du Plan Marshal voir les arti (...)

8L’installation du régime communiste explique la réponse négative du gouvernement bulgare aux initiatives américaines. En juillet 1947, les gouvernements de la France et du Royaume-Uni invitèrent la Bulgarie à la Conférence de Paris, où l’application du Plan Marshall en Europe devait être discutée. Suivant les conseils de Moscou, Sofia refusa d’y participer. Ainsi la Bulgarie resta isolée des États-Unis. Rappelons que sa voisine, la Grèce, était parmi les 16 Etats européens qui acceptèrent l’aide économique américaine. Cette dernière ainsi qu’un autre pays de la région, la Turquie, devinrent des alliés proches des États-Unis en tant que membres de l’OTAN, constituant ainsi des marchés importants pour l’industrie américaine7.

9En même temps, la Bulgarie fut membre fondateur des deux organisations créées par l’URSS et ses satellites : le COMECON (en janvier 1949) et l’Organisation du Traité de Varsovie — OTV — (en mai 1955). L’économie bulgare était transformée alors d’après le modèle soviétique. Pendant les années 1950-1980, la politique extérieure bulgare dans le domaine du commerce et de l’économie était orientée vers une étroite coopération et intégration économique avec les autres pays membres du COMECON, surtout l’Union soviétique. En conséquence plus de 75 % des échanges commerciaux de la Bulgarie avec l’étranger durant les années 1970 et 1980 se firent avec les pays communistes de l’Europe de l’Est, dont environ 60 % avec l’URSS.

  • 8 Sur la politique des États-Unis dans le domaine économique vis à vis de la Bulgarie, de la Yougosla (...)

10À l’Ouest, la Bulgarie était perçue comme l’allié le plus fidèle de Moscou, ce qui créa de grands obstacles aux relations économiques avec les États-Unis. En 1950, Sofia rompit même ses relations diplomatiques avec Washington. Elles ne furent restaurées qu’en 1959. En réponse, les États-Unis supprimèrent le bénéfice de la clause de la nation la plus favorisée dans leurs relations commerciales avec la Bulgarie. Notons que cette clause fut introduite dans les relations des États-Unis avec la Yougoslavie (en 1957) et avec la Roumanie (en 1975), deux pays qui, à la différence de la Bulgarie8, firent preuve d’indépendance vis-à-vis de la politique étrangère du Kremlin. Certes, la clause fut de nouveau accordée à la Bulgarie en 1993, après les changements politiques dans le pays.

  • 9 Il est peut-être paradoxal que la plus grande parte des importations américaines en Bulgarie étaien (...)

11En ce qui concerne les échanges commerciaux entre la Bulgarie et les États-Unis, il est possible de constater qu’après une décennie de stagnation presque totale durant les années 1950, le commerce, au cours des deux décennies suivantes, se caractérisa par une relative animation. En conséquence, la part des États-Unis dans les importations de la Bulgarie augmenta de 0 (zéro) % en 1955 à 1,5 % en 19899, d’après les statistiques bulgares. En réalité ils occupèrent toujours une place très modeste parmi les partenaires bulgares, loin derrière non seulement les États — membres du COMECON, mais aussi plusieurs pays de l’Europe occidentale et du Tiers-monde.

12Le grand changement survenu durant les années 1980 était lié à la situation financière en Bulgarie. Le commerce extérieur restait toujours orienté en direction des pays de l’Est, mais le régime communiste, sous la contrainte des problèmes économiques, dut chercher des capitaux à l’Ouest et contracta ainsi des emprunts auprès des banques occidentales. En conséquence, vers 1989, la dette extérieure bulgare atteignait un montant de presque 11 milliards US$. Il s’agit d’une somme énorme au regard des capacités de l’économie bulgare. La Bulgarie devait la plus grande partie de cette somme (environ 80 %) aux banques occidentales faisant partie du Club de Londres, où les banques américaines étaient largement représentées.

  • 10 Voir A. Kostov, « La Bulgarie et l’intégration européenne avant et après 1989 », in G. Bossuat (ed. (...)
  • 11 L’une des exemples les plus réussis et l’usine pour céramique sanitaire Vidima à Sevlievo construit (...)

13Il fallut attendre la dernière décennie du XXe siècle pour voir une intensification des relations commerciales bulgaro-américaines et un accroissement des intérêts économiques des États-Unis vis-à-vis de la Bulgarie. Cette attirance grandissante était liée avant tout à la politique plus active de Washington dans les Balkans au début des années 1990. Après la disparition du COMECON et de l’OTV, la Bulgarie réorienta sa politique extérieure vers la Communauté Européenne. Durant la dernière décennie du siècle, l’Union Européenne est devenue le partenaire commercial et l’investisseur le plus important du pays10. Malgré tout, les premiers investissements des compagnies américaines dans l’industrie bulgare n’ont été réalisés que durant les années 1996-199911 et la position des États-Unis comme investisseur et partenaire économique de la Bulgarie reste encore peu importante.

UNE AMÉRICANISATION RETARDÉE

  • 12 Pendant les années 1960 la propagande communiste montrait le Coca Cola comme arme idéologique de l’ (...)

14Malgré les obstacles causés par l’existence du régime communiste après la Deuxième Guerre mondiale, la Bulgarie ne pouvait pas « échapper » au processus de l’américanisation, au moins dans la vie quotidienne. La pénétration retardée et difficile des produits emblématiques (comme par exemple le Coca Cola12 ou les jeans) dans le pays a débouché en fin de compte sur une réussite, indépendamment de la résistance idéologique. Dès la chute du mur de Berlin en 1989, la Bulgarie fut inondée par la vague des films américains. Ils remplacèrent le cinéma soviétique, dont l’invasion domina la période précédente. Les rues dans les grandes villes bulgares ressemblent de plus en plus aux rues à l’Ouest avec les vitrines de Macdonald’s, KFC, etc.

15En même temps, le transfert des idées américaines dans le domaine économique demeurait toujours très faible, au moins avant les années 1990. La cause principale de cet état des choses consistait dans les contacts très restreints des spécialistes bulgares (techniciens, économistes) avec l’économie américaine. Théoriquement, le transfert des idées économiques et technologiques pourrait être effectué soit dans le cadre d’une formation universitaire ou un stage de spécialisation, soit par la voie du transfert de technologies (création des entreprises américaines dans le pays par exemple.)

16Avant 1945, très peu de spécialistes bulgares connaissaient les ÉtatsUnis. Les méthodes de rationalisation étaient discutées dans les milieux académiques, mais elles étaient considérées comme peu intéressantes étant donnée l’échelle de l’industrie bulgare où prédominaient les petites entreprises. Entre les deux guerres il n’y avait qu’une entreprise construite par les Américains — la raffinerie de pétrole de la société Pétrole.

17L’isolement presque total de la Bulgarie vis-à-vis des États-Unis après la Deuxième Guerre mondiale a réduit les contacts bulgaro-américains à presque rien, au moins jusqu’aux années 1970. On peut chercher le transfert du savoirfaire technologique américain en Bulgarie dans le cadre de la coopération industrielle Est-Ouest, surtout après 1975. Dans ce domaine, il faut constater encore une fois la part très réduite de la Bulgarie par rapport aux autres pays communistes d’Europe, même en comparaison avec son voisin roumain. Durant cette période, le nombre des contrats de coopération industrielle entre la Bulgarie et les compagnies américaines était très limité.

  • 13 Sur la coopération industrielle Est-Ouest et la place de la Bulgarie voir C. Criel, « De overdracht (...)

18On ne peut citer que quelques exemples de l’acquisition de know-how, de licences, de documentation technique etc. contre l’exportation des produits bulgares, surtout agricoles. Ces contrats étaient signés avec les grandes compagnies multinationales. C’est ainsi que le géant Philip Morris transféra des technologies pour la production des cigarettes à Bulgartabak. Des usines de production de boissons ont été construites d’après les licences de Coca Cola et Pepsi Cola. La politique de création des joint-ventures était moins répandue en Bulgarie que dans les autres pays de l’Est. Vers la fin des années 1980 il n’y avait que 9 entreprises de ce type, fondées par l’État bulgare avec la participation des firmes occidentales, dont seulement deux avec des compagnies américaines13.

19Peut-être faut-il chercher le transfert du modèle américain dans la sphère économique bulgare à travers l’Union soviétique. Avant 1939, l’économie soviétique était fortement influencée par le système de productivité américain, notamment par le fordisme. L’industrialisation de la Bulgarie au cours des années 1950-1960 et plus tard a été réalisée grâce à l’aide massive de l’URSS. Sans doute, peut on trouver ici le transfert des méthodes américaines « soviétisées », qui étaient alors déjà dépassées dans les autres pays industrialisés.

20À la différence des rapports bulgaro-américains encore limités dans le domaine économique, pendant les années 1990, on peut constater un essor des contacts des spécialistes bulgares avec les États-Unis. Les grandes fondations (Fulbright, Rockfeller, Open Society, etc.) jouèrent un rôle très actif dans cette direction. En effet, elles finançaient des programmes de formation ou de perfectionnement des Bulgares, soit aux États-Unis, soit, sur place, en Bulgarie. La liberté de déplacement a permis aussi aux milliers de jeunes Bulgares de s’inscrire dans les universités américaines. D’un autre coté, on peut insister sur l’importance des idées « américaines » à travers l’Europe occidentale. Tout cela contribua, dans une large mesure, à l’accélération du processus de l’américanisation de l’économie bulgare à la fin du XXe siècle.

21L’histoire de la Bulgarie au XXe siècle montre que l’importation des idées inventées ou perfectionnées aux États-Unis dans le domaine économique était relativement faible. Cette situation était déterminée par l’action des différents facteurs : l’intérêt restreint de l’économie américaine vis-à-vis de la Bulgarie, la position généralement anti-américaine adoptée par l’État bulgare pendant la plus grande partie de la période, etc. La pénétration des différents aspects du modèle américain dans la sphère économique était, au moins avant 1989, lente et indirecte, s’opérant essentiellement à travers les autres pays ayant adopté ce modèle.

Bibliographie

Barjot D. (ed.) 1999. « La reconstruction économique de l’Europe 1945-1953 », Histoire, Économie et Société, no 2, second trimestre.

Barjot D., Baudouï R., Voldman D. 1997. Les Reconstructions en Europe (1945-1949), Paris, Éditions Complexe.

Cassimatis L. 1986. American Influence in Greece (1917-1929), Kent, Ohio-London, Kent State University Press.

Castellan G. 1998. Histoire des Balkans (XIVe-XXe siècle), Paris, Fayard.

Criel C. 1987. « De overdracht van technologie van West naar Oost. Synthese en ontwickeling sinds », 1970, Studia Diplomatica, 2, p. 141-161.

Girault R., Lévy-Leboyer M. (eds.) 1993. Le Plan Marshall et le relèvement économique de l’Europe. Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France.

Kostov A. 1999. « La Bulgarie et l’intégration européenne avant et après 1989 », in Bossuat, G. (ed.) L’élargissement de l’Union européenne à l’Est européen. Enjeux historiques et perspectives, Cergy-Pontoise, Université de Cergy-Pontoise, p. 45-56.

Kostov A. 1999a. « Western Capital and Bulgarian Banking System (Late 19 th Century-Second World War) », in Kostis K. (ed.), Modem Banking in the Balkans and West-European Capital in the 19 th and 20 th Centuries), Aldershot, Ashgate, p. 61-75.

Lampe J. 1986. The Bulgarian Economy in the XXth Century.; London-Sydney, Croom Helm.

Lory B. 1996. L’Europe balkanique de 1945 à nosjours, Paris, Élipses.

Nikova E. 1989. « Ikonomiceski aspekti na politikata na SAS kam balkanskite socialisticeski strani », in Balkanite sled Vtorata svetovna vojna, Tom III, Sofia, Izdatelstvo na BAN.

Nikova G. 1993. « Planat Marsal, evropejskite sili i Balgarija », Istoriceskipregled (Sofia), 4-5, p. 56-74.

Shpotov B. Russia and the Americanization Process, 1900-1930s, (unpublished paper).

Stanciu I. 1996. In umbra Europe. Relatiile României cu Statele Unite în anii 1919-1939, Bucuresti, Silex.

Wilkins M. 1974. The maturing of multinationalenterprise. American businessfrom 1914 to 1970, Cambridge (MA), Harvard University Press.

Annexes

***

Annexes

Tableau 1. Part des États-Unis dans le commerce extérieur de la Bulgarie (1911-1999) (en %)

Tableau 1. Part des États-Unis dans le commerce extérieur de la Bulgarie (1911-1999) (en %)

Source : d’après l’Annuaire statistique de la Bulgarie (différentes années).

Tableau 2. Les investissements américains en Bulgarie (1992-2000)

Tableau 2. Les investissements américains en Bulgarie (1992-2000)

Source : Agence bulgare des investissements étrangers.

Notes

1 Sur l’histoire de la Bulgarie et des autres pays balkaniques voir G. Castillan, Histoire des Balkans (XIVe-XXe siècle), Paris, Fayard, 1998, p. 370-575 et B. Lory, L’Europe balkanique de 1945 à nos jours, Paris, Élipses, 1995.

2 La Grèce se trouvait alors en périphérie d’une région (la Méditerranée de l’Est) qui est devenue de plus en plus importante pour les intérêts américains, voir L. Cassimatis, American Influence in Greece (1917-1929), Kent, Ohio-London, Kent State University Press, 1986, n.10 suiv. Il ne faut pas oublier l’existence d’une forte et influente colonie grecque aux États-Unis.

3 En 1937, les États-Unis occupaient la septième place avec 3,0 % dépassés par l’Allemagne (49 %), le Royaume-Uni (9,3 %), la Tchécoslovaquie (5,3 %), la Pologne (4,6 %), l’Italie (4,6 %) et l’Autriche (3,7 %). Voir Statistique de commerce du Royaume de Bulgarie avec les pays étrangers pour 1937, Sofia, 1938.

4 Voir A. Kostov, « Western Capital and Bulgarian Banking System (Late 19th Century-Second World War) », in K. Kostis (ed.), Modem Banking in the Balkans and West-European Capital in the 19th and 20th Centuries), Aldershot, Ashgate, 1999, p. 69.

5 Le total des capitaux américains investis en Bulgarie en 1929 n’était que d’un million US$, tandis que cette somme en Roumanie était 13,8 millions. Voir M. Wilkins, The maturing of multinational enterprise. American business from 1914 to 1970, Cambridge, (M.A.), Harvard University Press, 1974, p. 143.

6 Encore récemment Standard Oil fonda une des plus grandes sociétés pétrolières en Roumanie, la Româno-Americana. Sur les relations économiques entre les États-Unis et la Roumanie entre les deux guerres voir I. Stanciu, In umbra Europe. Relatiile României cu Statele Unite în anii 1919-1939, Bucuresti, Silex, 1996.

7 Sur l’attitude de la Bulgarie, de la Grèce et de la Turquie vis-à-vis du Plan Marshal voir les articles de M. Goldsmmith-Zaimov, « Le refus bulgare de participer au Plan Marshall : Une décision imposée ou l’établissement d’un régime politique », p. 99-106 ; G. Stathakis, « The Marshall Plan in Greece », p. 577-589 ; J. Thobie, « La Turquie et le Plan Marshall », p. 565-565-575 : in R. Girault, M. Lévy-Leboyer (eds.), Le Plan Marshall et le relèvement économique de l’Europe. Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1992 et G. Nikova, « Planat Marsal, evropejskite sili i Balgarija », Istoriceski pregled (Sofia), 1993, 4-5, p. 56-74.

8 Sur la politique des États-Unis dans le domaine économique vis à vis de la Bulgarie, de la Yougoslavie et de la Roumanie entre 1945 et 1985 voir Nikova 1989, 92-144.

9 Il est peut-être paradoxal que la plus grande parte des importations américaines en Bulgarie étaient constituées par des matières premières, surtout des produits agricoles (70-80 % durant les années 1970 par exemple).

10 Voir A. Kostov, « La Bulgarie et l’intégration européenne avant et après 1989 », in G. Bossuat (ed.), L’élargissement de l'Union européenne à l’Est européen. Enjeux historiques et perspectives, Cergy-Pontoise, Université de Cergy-Pontoise, 1999, 50-56.

11 L’une des exemples les plus réussis et l’usine pour céramique sanitaire Vidima à Sevlievo construite par la compagnie américaine Ideal Standard.

12 Pendant les années 1960 la propagande communiste montrait le Coca Cola comme arme idéologique de l’impérialisme américaine, ce qui n’empêcha plus tard le régime d’établir une coopération avec la compagnie-producteur.

13 Sur la coopération industrielle Est-Ouest et la place de la Bulgarie voir C. Criel, « De overdracht van technologie van West naar Oost. Synthese en ontwickeling sinds », Studia Diplomatica, 1987, 2, p. 148-161 ; E. Nikova, « Ikonomiceski aspekti na politikata na SAS kam balkanskite socialisticeski strani », in Balkanite sled Vtorata svetovna vojna, Tom III, Sofia, Izdatelstvo na BAN, 1989, p. 127-134.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Part des États-Unis dans le commerce extérieur de la Bulgarie (1911-1999) (en %)
Légende Source : d’après l’Annuaire statistique de la Bulgarie (différentes années).
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1920/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Tableau 2. Les investissements américains en Bulgarie (1992-2000)
Légende Source : Agence bulgare des investissements étrangers.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1920/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 46k

Auteur

Institut d'Etudes balkaniques - Sofia

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search