Version classiqueVersion mobile

L'américanisation en Europe au xxe siècle : économie, culture, politique. Volume 1

 | 
Isabelle Lescent-Giles
, 
Dominique Barjot
, 
Marc de Ferrière

Deuxième partie. Mythes et réalités du projet américain

Les États-Unis et le bon gouvernement économique de la France au temps des aides

Gérard Bossuat

Résumé

Our paper presents the American point of view on what good economic government constituted for France after World War IL It looks at the degree of autonomy France enjoyed in its economic and financial choices and at the way it adapted the American model of good governance, America’s social project offered staff a higher share of profits, access to consumer society and a new trade union friendly environment in order to build a consensus for market economics and increase productivity. Modernisation meant boosting innovation and technological transfers from the design stage down to the shop floor, and the professionalisation of managers and executives. French entrepreneurs were caught between fascination and scepticism. This goes a long way to explain the delays and uncertainties in applying the American model to France. The most enthusiastic was France’s new middle class, which did not share the old elites’fear for France’s cultural supremacy and mimicked the American way of life. The United States brought new standards of management in public affairs.

Texte intégral

« Il faut que les Américains s’immiscent dans les affaires du pays et lui apprennent à gérer ses affaires jusqu’au moindre sou »
Charles H. Kline, 8 octobre 1948 US News and World Report

  • 1 US News and World Report, F 60 ter 378.

1Notre objectif est de présenter le bon gouvernement économique de la France et des entreprises françaises vu par les États-Unis après la seconde guerre mondiale. La France et l’Europe sont aidées par les États-Unis, la guerre froide se déclare, il faut reconstruire et moderniser. L’intérêt de cet article est de mesurer le degré d’autonomie des autorités françaises dans les choix économiques et financiers du pays, mais tout autant de comprendre comment la démocratie française s’est accommodée de cette intervention américaine, comment les entreprises ont pu s’en satisfaire. Ce modèle américain de bon gouvernement est-il constant ? Les événements comptent aussi. Ils modifient les conseils américains. Le modèle américain de bon gouvernement économique est proposé surtout en période de graves difficultés, au nom du leadership américain dans l’Alliance. Les sources américaines donnent l’impression que la France utilise mal l’aide américaine. Or le Congrès des États-Unis n’aime pas jeter l’argent par les fenêtres, ni soutenir un pays en crise politique permanente. Charles H. Kline, du US News and World Report, dénonce en octobre 1948 : « l’incapacité ou le mauvais vouloir des Français qui ne cherchent même pas à s’aider eux-mêmes »1.

LE TEMPS ET LES LIEUX DES CONSEILS

2L’aide Marshall de 1948 fut évidemment l’occasion rêvée pour formuler les principes du bon gouvernement et pour tenter de transformer les comportements français. Une première occasion fut offerte dans l’été 1947 au moment où les 16 négociaient tant bien que mal un programme commun de relèvement ; une seconde fut offerte au moment de la signature de l’accord bilatéral franco-américain du 28 juin 1948. D’autres surgirent chaque fois que les autorités françaises demandèrent le droit d’utiliser la contre-valeur de l’aide américaine, puis quand la France réclama une aide pour la guerre d’Indochine. Bien que les archives consultées soient des archives d’État des relations entre les entreprises françaises, les entreprises américaines et l’administration américaine de l’aide apparaissent. Elles éclairent donc les intentions américaines concernant le jeu des entreprises françaises dans le monde occidental. Les lieux où cette intervention américaine se manifeste sont d’abord les bureaux du SGCI à Paris, les bureaux de l’ambassadeur de France à Washington, Henri Bonnet, ceux de l’European Cooperation Administration (ECA) à Paris, le château de la Muette, siège de l’OECE, mais aussi les administrations centrales de la France d’Outremer ou la Résidence générale du Maroc et les sièges parisiens des entreprises et banques d’affaire françaises intéressées par des co-investissements américains. Rien n’est simple. Il serait erroné de chercher une théorie américaine du bon gouvernement économique de la France ou des pays aidés, tout au plus peut-on discerner une pratique. De plus, les présidents et leur secrétaire d’État changent, de Truman à Eisenhower, de Marshall, Acheson à Dulles ; plusieurs administrations de l’aide se succèdent : ECA, MSA, ICA ; plusieurs interlocuteurs se présentent, chacun avec une part du pouvoir exécutif : ambassade des États-Unis à Paris, consulats américains en Afrique, Département d’État à Washington, Département du Trésor, Missions ECA en Europe, MAAG militaire, OPC. Selon l’interlocuteur, le bon gouvernement économique n’est pas toujours défini de la même façon. À cela s’ajoutent des interlocuteurs américains privés, mais en relation politique avec le redoutable congrès. Ajoutons un Français très particulier, Jean Monnet, commissaire général du Plan de modernisation, puis en 1952 président de la haute autorité du Charbon et de l’Acier, par qui transitent nombre des recommandations de bon gouvernement économique à la France.

LES NORMES AMÉRICAINES DU BON GOUVERNEMENT ÉCONOMIQUE

3Il n’est pas aisé de définir les normes américaines du bon gouvernement économique de la France et des entreprises françaises, car il n’y a pas de théorisation préalable.

Le schéma américain de départ

  • 2 CE 48, F 12 10323, Bonnet, 2099-109, 15 mai 1948, 20h, 147 DET, « Remarque sur le projet d'accord b (...)
  • 3 CE 48, 18 mai 1948, Bonnet à G. Bidault, « a/s déclaration de Paul Hoffman ». En marge remarque d'u (...)

4La négociation euro-américaine du plan Marshall, commencée en juillet 1947, terminée en juin 1948, permet d’avoir une idée des principes américains de bon gouvernement économique Les gouvernements participants étaient invités à faciliter le commerce intereuropéen en abaissant les barrières et en supprimant toutes discriminations vis-à-vis de l’Allemagne. Il leur était recommandé de supprimer tous les monopoles public et privés, donc de libérer les marchés intérieurs des entraves administratives. Ils étaient invités à adopter une politique financière internationale conforme aux règles du FMI pour la définition des taux de change, de nature à garantir les transferts des bénéfices des investissements américains privés en Europe et à encourager le tourisme américain en Europe2. L’administration américaine voulait décourager radicalement les nationalisations3.

  • 4 RG, 59, Lot File 53 D 211, box 2, ECA Washington, April 26, 1950, How far can the ERP achieve the o (...)
  • 5 AMF14/5/18, Bonnet, 24 novembre 1948

5À cela se sont ajoutés des directives spécifiques pour la France. L’ECA insiste sur la lutte contre l’inflation, sur la réforme de la fiscalité française, déclarée injuste. Les Américains veulent diminuer les charges de l’Etat en supprimant les subventions publiques. Ils demandent de revenir à l’équilibre de la balance extérieure, ce qui suppose de diminuer les importations et de ralentir les investissements de modernisation. La bonne gouvernance économique exige aussi un moral d’acier, ce qui signifie une mobilisation sans faille de la société civile et politique contre le communisme4. Un haut fonctionnaire américain déclarait alors qu'il fallait modifier « les tendances psychologiques et morales qui semblent manifester dans divers milieux, une inégale volonté de redressement »5.

Une nouvelle société

6En fait se dégage un projet de nouvelle société qu’il faut vendre à l’opinion française.

  • 6 F 60 ter 379, J. Daridan, chargé d’affaires aux États-Unis à R. Schuman, 2 mars 1950.
  • 7 Maech 4, tel Bonnet, Washington, 27 août 1951, no 5443-48
  • 8 NSC files, A report to the NSC by the secretary of State on the resulkts of the conversation betwee (...)
  • 9 F 60 ter 513, Bingham, 18 janvier 1950.

71 - De hauts salaires. Cette nouvelle société est caractérisée par l’abondance, puisque l’augmentation du niveau de vie des travailleurs est un point crucial de l’action américaine. Dès le début de l’aide, le Congrès et l’ECA veulent une meilleure répartition de « l’accroissement du pouvoir d’achat »6. Il faut augmenter le niveau de vie, « notamment des classes ouvrières »7. Durant la période du réarmement occidental, la bonne gouvernance économique consiste à être encore plus attentif aux besoins de la population civile, en dépit du contingentement des ressources pour le réarmement8. Washington veut que la modernisation se traduise par des gains concrets pour les salariés : « We feel there are important psychological advantages to be gained... providing tangible benefits of immediate interest to the average frenchman »9.

  • 10 Paris, Le Plessis-Robinson, Clamart, la cité universitaire d'Antony, en Moselle les villes sidérurg (...)
  • 11 G. Elgey, La République des contradictions, 1951-1954, Paris, Fayard, 1968, p. 118.
  • 12 B 18220, H. Parkman à Petsche 17 mars 1951, « utilisation de la contre-valeur ». F 60 ter 459, no 3 (...)
  • 13 F 60 ter 502, Le Figaro, 2 janvier 1951

82 - Des logements décents. Le logement, les hôpitaux les écoles dans les banlieues industrielles en sont des exemples. L’ECA impose quasiment l’utilisation de 100 milliards de francs de contre-valeur pour les HLM, mais aussi pour la réinsertion professionnelle des réfugiés, la productivité et le tourisme. Les Américains dressent une liste de 7157 HBM réputées avait été construites avec la contre-valeur10. Le plan Courant (début 1953) de construction de 240000 logements par an doit peut-être quelque chose à cette insistance11. L’opération est destinée à frapper les esprits ; le slogan publicitaire aurait pu être : « le plan Marshall loge les Français" ou encore "le bonheur des familles grâce à l'Amérique ». L’objectif immédiat est de proposer une autre société que celle des communistes ou des dirigistes français. Il faut donc résoudre les problèmes posés « par l'insatisfaction ouvrière » grandissante due à l'effort d'armement, explique Henry Parkman, chef de l’ECA en France12. Les préoccupations sociales de l’ECA sont immédiatement relayées par la CFTC, FO, la CGC, l'UNAF. Le CIO américain intervient aussi13. Les Américains, plus que les Français du Plan de modernisation, avaient senti que la société d’abondance tuait le communisme et justifiait l’économie capitaliste. Toutefois le réarmement mené tambour en 1951 et l’exploitation des matériaux stratégiques des TOM sont devenus prioritaires devant les logements dans l’utilisation de la contre-valeur. Mais de telles préoccupations de société étaient toujours présentes dans la loi de Sécurité mutuelle de juin 1952 qui décidait d’encourager la libre entreprise, les syndicats libres et de favoriser l'augmentation du niveau de vie des travailleurs. L’administration américaine brossait à l’intention des Français, l'image de la France idéale : des logements confortables pour les salariés de l’industrie, des ouvriers efficaces, des machines performantes, une France accueillante aux touristes américains, des exportations abondantes, une inflation contrôlée, des finances saines nourries par un effort fiscal équitable.

  • 14 F 60 ter 497, Bingham à PPS, 17 août 1949
  • 15 F 60 ter 438, rapport du comité mixte de coopération économique à l'étranger, 14 octobre 1949, trad (...)
  • 16 F 60 ter 359 no 92 20 janvier 1951 « Note pour le ministre », B de M.
  • 17 F 60 ter 500, 11 juillet 1951 ; F60 ter 360, 679, 15 mars 1952, TCT à MAE, « caravane de la Paix ».

93 - La conquête de l’opinion publique. Les Américains se rendaient compte qu’il fallait défendre ce projet publiquement. La conquête de l’opinion publique était une condition du succès. Elle se fit par la valorisation de l’aide Marshall. Il s’agissait d’abord de faire apparaître l’effort du contribuable américain en faveur des Français. Mais il s’agissait aussi de populariser le mode de vie américain, les valeurs et les succès de la société américaine dont témoignait l’aide. Cette propagande était un élément de la lutte idéologique contre le communisme. C’est pourquoi l’ECA fit diminuer sensiblement les montants de la contre-valeur attribués aux entreprises nationalisées, car le principe des nationalisations était mauvais. Elle fit savoir qu’elle faisait affecter l’aide à des projets « d'une portée largement humaine et intéressant l'opinion »14. Or les investissements du plan n’étaient plus des projets largement humains et intéressant l'opinion. En effet, après un an de plan Marshall, le Congrès constatait que l'objectif politique n’était pas atteint. Un rapport Fallow-Vogliotti d'octobre 1949 estimait que les thèses communistes gagnaient du terrain en France sur le thème de la colonisation de l'Europe par le plan Marshall15. Aussi des fonds furent alloués d’un commun accord à une association humanitaire, American Aid to France, pour une grande opération humanitaire, la reconstruction de l'hôpital de Saint-Lô16. L'ECA obtint des plaques commémoratives sur « ses » HLM en 1951 ; en 1952 la MSA organisa une « caravane de la paix » sur les bienfaits de l’Alliance et des aides américaines17. Cette société nouvelle devait être construite selon quelques règles de bon gouvernement.

L’art du bon gouvernement

10Le bon gouvernement consiste à 1) libérer l’initiative privée, 2) à augmenter la production et la productivité, 3) à libérer les échanges et exporter. 4) Il consiste à laisser les capitaux privés exploiter les TOM riches de matériaux stratégiques. L’Etat doit 5) stabiliser les finances intérieures et extérieures et 6) manifester une grande solidarité atlantique.

  • 18 457 AP 20, H.A., MAE, DAEFT, DG, 2 août 1947, « Note pour le Président sur la CCEE ».
  • 19 F60 ter 357, 422, P. Ledoux à D. Bruce, 18 décembre 1948.

111 - Pour libérer l’initiative privée, il faut faire sortir la France de l’économie administrée. « C'est certainement dans un sens libéral et par une économie donnant plus de place à l'initiative privée que la France peut retrouver sa prospérité », expliquait Alphand à Ramadier18. L’ECA intervint directement pour faire supprimer les Groupements d’importation et de répartition français aux États-Unis (GIRC, GNAPO, ATIC)19. L’ECA exigea le libre accès du marché français au small business américain.

  • 20 MAE CE 3 Bonnet, Washington, 7 septembre 1949, no 3314 a/s ravitaillement et agriculture en France.
  • 21 F60 ter 357, 1165, PPS à Jean Monnet 4 août 1949, assistance technique.
  • 22 F 60 ter 521, A. Bérard à R. Schuman, 29 avril 1949, no 843. AMF 13/3/3, 28 mars 1949, CGP à Pinay, (...)
  • 23 F 60 ter 521, Taff à Fourastié, 20 février 1950 ; in F 60 ter 521, press release 1949 à 1953, « Voy (...)
  • 24 F 60 ter 521, comité provisoire de la productivité, p.v. no 12, 15 mars 1950 ; ECA 8 février 1950, (...)

122 - Les Américains n’ont pas eu à convaincre les Français d’augmenter la production ni même la productivité. Mais des incidents soulignaient parfois l’urgence d’agir : La crise du blé que la France connut en 1946 et 1947 incita les experts américains à recommander une amélioration des techniques agricoles françaises par une réforme de l’enseignement agricole20. Les Américains ont proposé de former à leurs méthodes de production des acteurs de l’économie française par les missions de productivité, qui comprenaient 1/5 d’employés, 2/5 d’ingénieurs et de chefs d’atelier et 2/5 d’ouvriers21. La mise en œuvre de ces voyages s’est faite avec l'accord du CNPF, de la CFTC, de FO et de la CGC mais sans la CGT. Elles étaient un des moyens de faire comprendre in situ ce qu’était une société d’abondance, souple, plus agréable que la société française. La première mission se rendit à Philadelphie chez General Electric22. Tous les secteurs économiques ont été couverts, y compris le management des entreprises, les relations humaines dans l’entreprises, ou la participation des salariés aux profits de l’entreprise23. L’entreprise devait être capable de soutenir la concurrence, de se moderniser avec des outils performants, capable aussi de former les salariés, de les loger et de les payer décemment24. Toute résistance à ce modèle était « taxée » de trahison de la modernisation et d'attentat contre le monde libre.

  • 25 CE 15, Baraduc, Genève, message téléphoné, de Genève, 28 mai 1947. CE 15, Baraduc, 2 juin 1947, 164 (...)
  • 26 CE 15, PB, 28 juillet 1947, « Note », commission préparatoire de la conférence sur le commerce et l (...)
  • 27 F 12 10752, Marshall Plan Letter, 28 avril 1949, no 17.
  • 28 F 60 ter 469, ECA, 19 mars 1949, « Échange France-UEBL », réaction à DT 44 du 23 novembre 1948.
  • 29 851.00/2-255, Box 4566, Donald Mc Grew, the Mendès France Economic program : views of Simon Nora, f (...)
  • 30 RG 469, Mission to France, office of the director, subject files 1948-1956, tarde, EPU, box 209, Te (...)
  • 31 RG 469, Mission to France, office of the director, subject files 1948-1956, trade-export French, bo (...)

133 - La libération des échanges et l’exportation était la troisième condition du bon gouvernement économique. De la Charte de l’Atlantique au plan Marshall, en passant par le Master agreement du Prêt-bail, Bretton Woods, les accords Blum-Byrnes, les négociations du GATT et de l’OIC (ITO), cet objectif fut rappelé à la France et à l’Europe. La nouvelle société exigeait une fluidité internationale des mouvements de capitaux privés25. La direction gouvernementale du commerce y compris pour faciliter l’équilibre de la balance des comptes, était caduque26. Toute discrimination dans les échanges, qu’elle soit justifiée par un protectionnisme provisoire, par l’existence d’une zone privilégiée de type Commonwealth, ou par un union douanière régionale était interdite en principe. Les milieux d’affaires américains redoutaient la création d’une zone autarcique en Europe27. Toutefois la libération des échanges dans le cadre de l’UEP était perçue comme le début d’une « mondialisation » des échanges. La France était invitée à développer ses exportations. Or la France avait tendance à les restreindre pour se moderniser et satisfaire la demande intérieure. Exporter lui ferait gagner des devises et diminuerait sa dépendance extérieure. L’ECA touchait le cœur du problème quand elle écrivait benoîtement que la France ne produisait pas de marchandises « vendables » à des prix concurrentiels. Plus grave, elle mettait en cause les choix de développement de la France qui supposaient un déficit de la balance commerciale28. De plus l’administration américaine s’étonnait que la France continue de discriminer contre les marchandises dollars alors que progressait la libération des échanges intereuropéens29. Elle critiquait le protectionnisme de firmes françaises comme Citroën et Peugeot qui hésitaient à vendre des voitures contre des dollars. Elle s’éleva enfin contre l’institution d’une taxe temporaire aux importations, justifiée par de graves difficultés de la balance des paiements en 195530. « France is an important exporting nation, écrit l’ambassade. It is unrealistic to expect other nations to reduce barriers to French goods if France maintains an extensive System of restrictions on imports »31.

  • 32 F 60 ter 379, tel Bonnet, 5 juillet 1948 à diplomatie, Paris
  • 33 4 AU 57, dr 3 Londres 3 mai 1950, 19h 35 1477-81 « Réunion franco-américaine sur l'Afrique ».
  • 34 F 60 ter 444, Pignon, n" 16 mars 1950, n'904-912, 913-917,18 mars 1950,1944-954.
  • 35 V. Auriol, Mon septennat, Paris, A. Colin, p. 295, 10 octobre 1950.

144 - Le libre accès du marché français et des TOM aux capitaux privés américains est le quatrième pilier d’un monde ouvert. En 1948, le Policy Planning Staff de George Kennan imagine que « l’Afrique pourrait devenir une entreprise d’exploitation commune des nations européennes à laquelle soit associée l’Allemagne... »32. Il était recommandé de laisser les capitalismes français, européen et américain s’interpénétrer. L’administration américaine ne comprenait pas que le Protectorat maintienne le contrôle des changes au Maroc. Toutefois cette aspiration à la liberté des mouvements de capitaux était tempérée par le souhait, non moins impérieux, que les Français maintiennent l’ordre occidental dans les TOM et en Indochine. Ces principes d’ouverture des marchés français aux capitaux américains s’expliquaient par le fait que les capitaux américains cherchaient de bons placements et que le département d’État pouvait réaliser son objectif de stocker des matières premières stratégiques indispensables au prochain conflit. La politique du Point IV en 1949 en vue de contribuer au développement des pays pauvres fut l’occasion d’inviter la France à accorder l’autonomie puis l'indépendance à l'Afrique et à y établir le libre accès aux capitaux et au commerce international33. Quand il apparut que la France était incapable de bien gérer politiquement un TOM comme l’Indochine, qu’une aide militaire américaine était requise, l’administration américaine ne s’embarrassa plus de précautions. Des antennes des administrations américaines s’installèrent rapidement : United States Information Agency, MAAG, ECA et Special Technical and Economic Mission (STEM). Filles ouvrirent le marché indochinois à des entreprises américaines concurrentes des entreprises françaises de pharmacie et de machinisme agricole. Des Américains auraient même déclaré que leur mission était de « dépantiniser » Bao-Daï et de « défranciser » l'Indochine34. On allait vers une véritable direction de la politique de la France par les États-Unis, dans ce cas précis. Vincent Auriol voyait juste en écrivant : les Américains « nous donnent de l'argent et nous payons en part d'indépendance ; c'est affreux »35.

  • 36 457 AP 20, MAE, H.A., DAEF, DG, 11 septembre 1947, « Note ».
  • 37 74 AP 31, confidential, « Mémorandum reçu de Bruce le 31 août 1948, release of french counterpart »
  • 38 RG 59, Lot file 55 D 105, box 2, memor. De Ben T. Moore to Kennan, 21 octobre 1948, meeting du 19 o (...)
  • 39 F 60 ter 380, « Texte américain concernant la procédure de déblocage du fonds de contrepartie », sa (...)
  • 40 F 60 ter 380, ECA, document du NAC, mis à la disposition de Petsche personnellement. [novembre, déc (...)
  • 41 F 60 ter 410, 25 octobre 1949, source ? « Note sur les négociations relatives à la CV de l'aide amé (...)
  • 42 RG 469, USRO Exec secr. Subject files 1952-1955, box 38, Henry Labouisse, MSA Paris, ro Ambassador (...)
  • 43 RG 84, Records pertaining to the EDC and international organizations, Box 13 « summary of comments (...)
  • 44 NARA, France and US Aid, confidential, 15 p., JW Tuthill/DJ Mac Grew, American Embassy, January 3, (...)
  • 45 NARA, France and US Aid, confidential, 15 p., JW Tuthill/DJ Mac Grew, American Embassy, January 3, (...)

155 - Pour installer cette nouvelle société, un des principaux soucis de l’ECA était d’arriver à la stabilité financière intérieure et extérieure. Il fallait donc rechercher l’équilibre budgétaire, lutter contre l’inflation et équilibrer la balance des paiements. La stabilité financière intérieure était l’un des 6 points que William Clayton avait soumis aux Européens du plan Marshall réunis à Paris dans l’été 194736. Pour y arriver il préconisait la suppression du contrôle des prix et des changes, la suppression des rationnements et l’équilibre budgétaire pour tordre le cou à l'inflation. Une fois l’aide accordée, l’ECA n’eut de cesse d’obtenir des gouvernements français qu’ils équilibrent le budget. Elle demanda, en décembre 1948, de lever 300 milliards de francs de ressources nouvelles pour les investissements. David Bruce, le représentant de l’ECA en France, écrivait à son administration : « If the French administration cannot provide a satisfactory commitment on budgetary and fiscal policy and cannot present us with plans calculated to achieve tbat policy, we should refuse to agree to the release of the counterpart »37. On conseilla à Kennan de ne pas interférer directement dans les affaires françaises, mais de faire savoir aux partis politiques français non communistes qu’à défaut de mesures sérieuses l’ECA n’approuverait plus les demandes d’aide Marshall38. La crise politique permanente en France avivait les pressions. Un moment l’arrivée de Queuille au pouvoir rassura l’Ambassade. Des progrès furent réalisés dans la lutte contre l’inflation et pour l’équilibre budgétaire. Mais l’ECA réitéra ses conseils de suppressions des subventions aux entreprises nationalisées, et souhaita même de ralentir la modernisation. Elle suspecta la Sécurité Sociale. Elle dénonça le laxisme fiscal et les facilités du crédit à moyen terme. Elle plaida pour la libération des prix et l'accroissement des exportations39. Les experts du gouvernement américain critiquaient un gouvernement qui minimisait « le sens de l’évolution inflationniste en France en ces derniers temps, l’ampleur du déficit budgétaire de la France et la violation de certains engagements anti-inflationnistes qui ont constitué un élément de négociation concernant la contre-valeur au cours de 1949 »40. L'ECA accentua ses pressions en 1949 au point qu’un fonctionnaire écrit, abasourdi : « Le gouvernement américain grâce à la contre-valeur est arrivé à exercer sur le gouvernement français une tutelle qui n'est pas seulement déplaisante mais qui parfois risque d'être considérée comme portant atteinte à la souveraineté nationale... »41. En 1950 l’ECA décida d’obtenir des engagements sérieux de réforme de la fiscalité et d’équilibre du budget de l’Etat et des nationalisées. Mais en 1952 les menaces inflationnistes s’aggravèrent en France du fait du réarmement occidental et le représentant américain de la MSA à Paris, Henry R. Labouisse, continua d’exiger un programme de stabilisation42. Encore en 1953 les Américains réclamèrent une amélioration du climat économique, ce qui signifiait tout à la fois libéralisation des échanges, réforme fiscale, réforme de la distribution et rupture avec les philosophies « restrictionnistes »43. Satisfaits des mesures prises par Mendès France, ils rappelèrent leur credo à partir de 1956, car l’inflation avait repris. L’échec de Suez, accompagné d’une demande d’aide américaine par la France, suscita à nouveau les interventions américaines pour équilibrer les paiements par contraction des importations de la zone OECE et la zone dollar. Mais cette fois-ci l’ambassade américaine recommanda de refuser l’aide économique et militaire demandée par le gouvernement français, sauf le pétrole, parce qu’elle avait le sentiment que la France vivait au dessus de ses moyens : « The danger of financial aid is that it will lull the French into a false sense of security regarding their balance of payments problem and enable them to postpone for a while the day of reckoning that must arrive when their foreign payments resources are exhausted »44. Ils souhaitaient que les événements forcent la France à prendre, d’elle-même, des mesures de correction financières, sauf à voir la France rester « in indefinite financial tutelage to the United States »45.

  • 46 F 60 ter 420, NATO BEF confidentiel, réunion feb R (51) 12, 31 juillet 1951, réunion au M. de Finan (...)
  • 47 CE 03, Bonnet, 25 juillet 1950, no 2844-49, urgent.
  • 48 F 60415/1, 3 octobre 1950, note coop économique MAE.
  • 49 F 60 ter 436, SGCI TCT no 103 10 janvier 1952, note pour le vice-président du Conseil, ministre des (...)
  • 50 363 AP 19, TCT, SGCI à René Mayer, 10 janvier 1952, « a/s état de la négociation bilatérale franco- (...)
  • 51 CE 83, JMS coop. econon. 8 mars 1952 note pour M. Charpentier, cite Guindey chez Parodi
  • 52 CE 05, Bonnet Washington, 2 mars 1952, 8h, 1319-22 : CE 63, AmbaF, 1098, 5 mars 1952, H. Bonnet à R (...)
  • 53 CE 63, R. Schuman, 13 mai 1952 à ambaUSA, James Dunn ; Parodi DGAEF, 9 juillet 1952 à DN, 1079, Pré (...)
  • 54 F 60 SGCI/9, OTAN (DPFOTAN), secret, no 8715P, « commandes offshore ».
  • 55 L'influence américaine sur la politique française, 1945-1954, Balland, 1989 p. 291.

166 - Qu’est-ce qu’une France bien gouvernée économiquement si elle n’est pas une bonne alliée des États-Unis dans l’Alliance atlantique ? Comment mesurer cette fidélité ? D’une part à l’effort français de réarmement. Or si à l’OTAN un gigantesque programme a été élaboré par la France46, il était entendu, du côté français au moins, que cet effort bénéficierait de financements collectifs en raison des responsabilités particulières de la France dans les TOM et en Indochine. Il n’en fut rien et les États-Unis demandèrent donc aux Français d’assumer le coût du réarmement. La guerre de Corée dictait de nouveaux comportements aux Américains. L’ECA annonça dans l’été 1950 que le réarmement « doit sinon recevoir une priorité, mais être considéré comme d'une importance au moins égale » à l'ERP47. Une nouvelle administration américaine, la MSA, s’installa en 1951, servie par des « fonctionnaires américains et des militaires qui ne sont pas liés émotionnellement au redressement économique de l'Europe et conscients des difficultés sociales », notait le Quai d’Orsay48. La MSA demandait de diminuer les dépenses incompatibles avec la défense ou avec le maintien « de la stabilité économique, sociale et politique ». Le gouvernement se refusa toutefois à « porter atteinte au principe des conquêtes sociales auxquelles la classe ouvrière est attachée »49. Dans sa fonction de contrôle, l’administration américaine devint insupportable : la MSA exigeait que les usines françaises d’armements soient indemnes d'influence communiste. Elle voulait des « commissions de surveillance franco-américaines ! »50. Guindey craignit un contrôle direct des Américains sur « les secteurs essentiels de notre industrie »51. Il était impossible à la France d’accepter ces dispositions pour des raisons politiques et psychologiques évidentes. Une aide militaire fut tout de même consentie aux Français sous forme de commandes offshore d’armement à la conférence OTAN de Lisbonne de février 1952, mais les États-Unis doutaient de la France. Connally, le président de la Commission des Affaires étrangères du Sénat éclata : « Il faut dire à la France qu'elle ne peut compter sur les États-Unis pour la défendre et lui allouer d'importants montants d'aide économique. La France doit faire son devoir »52. Qu’est-ce que ce devoir ? En fait le bouillant texan disait tout haut ce qu'on pensait au Congrès. Il voulait un alignement de la France sur les objectifs américains la concernant. Il voulait des entreprises françaises concurrentielles et diminution des ambitions militaires françaises. Il voulait la chasse aux sorcières communistes ou syndicalistes. Il voulait l’impunité de droit pour les personnels américains en France. Le Congrès tentait d’organiser les économies européennes et les rapports sociaux au sein des sociétés européennes selon ses propres critères, stupéfiant des hauts fonctionnaires français pourtant consentants : « Ce texte est inacceptable et d'ailleurs stupide à tous points de vue », ou encore : « c'est proprement inconcevable ! » est-il annoté sur les projets d’accord franco-américains d’aide militaire53. Les textes de l’accord ont finalement été acceptés sans les articles douteux, preuve qu’une réaction saine pouvait avoir une grande efficacité. Au final l’industrie française a bénéficié plus que d’autres des OSP : 784 millions dollars de commandes sur les 1,5 milliards dollars offerts aux Européens54. Mais les premières dispositions américaines trahissaient une méfiance qui n’avait pas désarmé depuis la seconde guerre mondiale. Acheson demanda au gouvernement français de s’en tenir à des programmes militaires simplifiés. Ce qui signifiait que la France ne pourrait pas développer de matériels à forte valeur innovatrice. Une crise franco-américaine éclata en octobre 1952 (incidents Pleven-Dunn) dont la raison était précisément la mauvaise volonté des États-Unis d’accepter l’autonomie française dans l’Alliance. La France était invitée à faire une politique d’alignement sur le leader. Jamais encore « dans le cours de l'histoire on n'avait vu un pays engagé à ce point dans les affaires relevant de la souveraineté d'un autre » écrit l'historien Irwin Wall55.

UN IDÉAL PARTAGÉ, DES RYTHMES DIFFÉRENTS

17La question est de savoir maintenant ce que les gouvernements français ont fait de l’appel américain à créer une nouvelle société par les moyens indiqués plus haut.

Des résistances en 1948

18Les Français manifestèrent quelques résistances aux techniques de bon gouvernement économique proposées par les Américains. Insister sur la libération des échanges, sur la fin de l’administration de l’économie, sur la liberté de transférer les capitaux, n’effarouchait pas les hommes de la Troisième force. Mais les Français avaient un projet de réforme de la société qui venait de la Résistance. De Gaulle avait assuré ce changement avec les grandes décisions sociales de la Libération et les nationalisations. De plus, il avait chargé Jean Monnet de préparer un plan de modernisation qui devait conduire le pays vers la modernité, l’élévation du niveau de vie, la consommation. Le problème était que l’on commençait par l’acier et l’énergie, pas par les voitures, ni le logement, ni des augmentations du pouvoir d’achat. Or les Américains proposaient d’aller tout de suite vers une société de consommation. L’industrie française, l’agriculture français, le commerce français, la monnaie, les marchés français et des TOM étaient-ils en état de passer d’une économie administrée à une économie de marché ?

  • 56 Le franc passa de 50 f pour un dollar à 119, 10 sur le marché officiel.
  • 57 CE 15, PB, 7 février 1947, Projets d'articles à substituer aux articles 20 et 21 du projet de chart (...)

19La libération des échanges était une donnée fondamentale du paquet américain. La France avait donné des gages aux États-Unis en ratifiant les accords de Bretton Woods. Le gouvernement français avait dévalué le franc en décembre 1945 pour entrer dans la compétition mondiale et obtenir des prêts américains56. Mais le gouvernement et Monnet voulaient réussir préalablement la modernisation de l’économie française. Ils demandaient donc du temps pour réussir une remise à niveau de l’économie française. Ils avaient besoin du crédit nationalisé et de l’aide extérieure pour moderniser. Ils avaient besoin d’un protectionnisme provisoire et d’ententes intergouvemementales sur les produits de bases. Pierre Mendès-France, en 1947, s'en expliquait : « Nous entendons souligner seulement la nécessité de ménagements indispensables pendant la période transitoire, si l'on veut vraiment construire un système sain de coopération économique basé sur la répartition équitable des tâches et des productions »57.

20L’accord bilatéral franco-américain du 28 juin 1948 fut le point de rencontre des deux projets américain et français. L'accord ouvrait indéniablement la France à l'influence américaine. Il facilitait l'osmose des capitalismes américain et français, mais il fragilisait forcément l’oeuvre économique provisoirement dirigiste des gouvernements français de 1944 à 1947. Il pouvait permettre de réaliser le programme d’investissements des modernisateurs.

Un accord de principe sur le projet américain

21Toutefois il a bien fallu tenir compte de la réalité. La France seule ne pouvait pas financer sa modernisation. Elle devait donc prendre en considération les objectifs américains de transformations économiques et sociales et les moyens y afférent.

  • 58 CE 50, VL, 1er décembre 1948, à Washington, « Exportations de matériel vers le Brésil, raffinerie » (...)
  • 59 CE 53, Athènes 13 janvier 1949, 10 h, 28.
  • 60 CE 53 Athènes 19 mai 1949, 19h, 459-461, no 14 DET. CE 53, Athènes, 31 mai 1949, 19h, 507-512.
  • 61 CE 49, note du service de coopération économique, MAE : « Exportations vers les États-Unis », 21 oc (...)

221 - Les responsables français ont adhéré à l’idée d’exporter vers la zone dollar. Mais ils avaient choisi de servir d’abord le marché national en vue de la modernisation. De plus les produits français exportables n'étaient pas nombreux. Les Français se sont heurtés aussi aux intérêts de la concurrence américaine. En 1949, les industriels américains partirent en guerre contre les importations de produits européens, dont la pêche des Terre-Neuvas français vendue aux États-Unis. Des entreprises américaines au Brésil empêchèrent des exportations d'équipements pétroliers français par Schneider et Fives-Lille. Les réglementations phytosanitaire américaines limitaient les exportations françaises de produits agricoles. Les droits de douane étaient prohibitifs sur les vins et liqueurs ou les foies gras français58. En Grèce, pays « protégé » par les États-Unis, les Français heurtèrent à la mauvaise volonté du directeur américain du commerce extérieur grec, Terrell. Il est prouvé qu’il faussait les appels d’offre au profit des intérêts américains ou italiens et allemands, liés à des firmes américaines59. Bull fut évincé par Remington Rand pour la fourniture de machines statistiques. L’ECA-Grèce refusa d’acheter sur l’aide américaine à la Grèce des autorails Dietrich60. De plus, pour des raisons politiques, l’ECA incitait les Grecs à acheter en Yougoslavie ou en Italie. L'esprit de libre entreprise avait donc des limites aux Etats-Unis quand les producteurs américains se sentaient menacés61.

  • 62 F 60 ter 357, SGCI 1040, 1er juillet 49, PPS à Bingham ; F 60 ter 358, 506, B. de M. à Filippi, DRE (...)
  • 63 F 60 ter 469, 5 juillet 1949, secret « Projet de conversations, Snyder, secrétaire au Trésor des Ét (...)

232 - La libération des échanges en Europe a été acceptée par les Français. Le gouvernement a mis un terme aux groupements d’achats. Le SGCI demanda à la DREE d'alléger la tutelle du ministère de l'industrie sur les importations des administrations de l’État62. Le ministre des Finances, Maurice Petsche, un libéral de centre droit proposa à l’OECE en 1950 de créer une liste unique, européenne, de libération. Petsche parla de marché commun des produits libérés63. Mais les Français voulaient libérer à condition d’organiser et de coordonner préalablement les productions en Europe. La France avait libéré au début janvier 1950 plus de 50 % de ses importations privées OECE, qui ne représentaient en fait que 6,7 % du total de ses importations OECE. En 1952 Edgar Faure revint sur les libérations négociées qu’il rétablit en 1955. Il fallut le Marché commun, la libre convertibilité des monnaies en 1958, les désarmements tarifaires et quantitatifs au GATT pour venir à bout des contingentements.

  • 64 F60 ter 357, no 455, 31 décembre 1948, PPS à D. Bruce.
  • 65 F 60 ter 357, 471, 11 janvier 1949, PPS, note pour le Président, « financement privé en devises des (...)
  • 66 B Amérique 1944-1952, États-Unis, 255.

243 - La libération des mouvements des capitaux privés était demandée par les Américains et était acceptable sur le principe par les Français. Deux points étaient à considérer : la liberté d’investir dans une entreprise privée française pour une entreprise américaine, et inversement. En juillet 1948, le Comité des crédits étrangers, présidé par W. Baumgartner, a fourni une première liste d’entreprises françaises autorisées à ouvrir leur capital aux Américains : la sidérurgie était bien représentée, ainsi que les entreprises de mécanique, d’électricité, de pneumatiques64. Mais les investisseurs américains réclamaient le droit d’investir dans les TOM français pour y exploiter les matériaux stratégiques, avec possibilité de rapatrier sans condition les capitaux et les bénéfices et d’exporter sans limitation vers les États-Unis. Les autorités françaises de la FOM étaient d’accord. Elles étaient prêtes à faire participer un représentant officiel des États-Unis aux décisions de la Caisse centrale de la France d’outre-mer, au grand dam du SGCI65. Bonnet appuyait de Washington l’ouverture des TOM au capitaux américains car le businessman américain « a peut-être aussi le sentiment qu'un ordre français est préférable au désordre indigène pour la création et le développement du mouvement économique qui l'intéresse »66. Les hauts fonctionnaires de Paris se méfiaient des menées déstabilisatrices des hommes d’affaire américains et des consulats américains en Afrique du Nord.

  • 67 CE 75, RV coop économique 31 décembre 1948 à Washington, « Projet d'une société d'étude en vue du f (...)
  • 68 CE 75, RV cooperation éco. 3 janvier 1949, no 1, P. Baraduc, note pour M. Clappier.
  • 69 F60 ter 357, 1399 ; A. Dutheillet à Lemay, Washington, octobre 1949.

25Il fut décidé que les investissements étrangers devraient « satisfaire à un certain nombre de conditions particulières destinées à assurer le respect des intérêts supérieurs de la France dans les TOM... ». Mais la connivence était réelle. Le gouvernement permit la création de sociétés d’étude pour l’investissement commun dans les TOM. Une société privée française d'étude et d'exploitation, en relation avec le capital américain fut montée67. Le gouvernement refusa toutefois à Bethleem Steel d’exploiter seule du minerai en AOF en dépit d’un pré-accord avec l’administration française locale68. Le gouvernement français s’opposait aussi à la passation directe de contrats entre une administration américaine et une société privée française. Or l'ECA s'impatientait et des sociétés françaises étaient prêtes à conclure des accords avec ceux qui leur fourniraient des dollars sans se soucier de la politique du gouvernement. L’affaire de Zellidja au Maroc le montra amplement69.

  • 70 F 60 ter 396, R Bernière administrateur de la NAP, 2 décembre 1948.
  • 71 F 60 ter 397, Note à Alphand du 16 mars 1949, Vaurs, « Accord Zellidja-NAP/ECA ».
  • 72 F 60 ter 395, Note pour Alphand, Coop économ sd, « Sur les $ 25 millions », autour de mai 1949.
  • 73 Contrats sur le graphite, le cobalt, le mica, le béryl, l’amiante, le diamant industriel, cuivre, n (...)
  • 74 F 60 ter 399, DT 23 mai 1950 note pour le ministre, Bloch-Lainé, Guindey, Petsche a approuvé le 25 (...)
  • 75 363 AP 25,16 février 53 confidentiel, Président du conseil à M. de la FOM.
  • 76 F 60 ter 397, Lettre de Schuman à Dunn 30 mai 1952. F 60 ter 397, RV 10 juin 1952, « Note pour le p (...)
  • 77 F 60 ter 397, 25 avril 1951 « Allocution de M. Jean Walter, inauguration des nouvelles installation (...)
  • 78 CE 78, MAE JBd/lr direct Afrique Levant, bureau d'Afrique 15 février 1949, no 54 Note, « Aide écono (...)
  • 79 CE 75, JMS 28 novembre 1951 à M. des finances, à l'attention de M. Guindey.

26En décembre 1948 une société spécialisée dans l’exploitation des matériaux stratégiques au Maroc, la Nord-Africaine de Plomb (NAP), contrôlée à 51 % par Zellidja et à 49 % par Newmont et Saint Joseph Lead Company, demanda l’autorisation de bénéficier d’un prêt en francs de contre-valeur librement utilisables par l’ECA-France. Le prêt serait remboursé par l’exportation au États-Unis de la production de plomb. Les bénéfices seraient transférables en dollars sans restriction70. Un contrat fut passé le 4 février 1949, à l'insu du gouvernement français qui s’y opposa71. Le souvenir des prêts turcs, chinois et marocains du XIXe siècle jouait encore au Quai d'Orsay. Le ministère des Affaires étrangères proposa qu’un prêt américain en dollars soit mis à la disposition du gouvernement français qui le prêterait à des sociétés privées et qui autoriserait l'ECA à acheter les excédents de production72. L’affaire fut ainsi réglée et le contrat marocain étendu à l’Algérie avec la création de la Société Algérienne du Zinc. La souveraineté de l’État était restaurée. Mais l'action unilatérale de Zellidja et l'approbation explicite de l'ECA laissèrent des traces. Les États-Unis n’étaient-ils pas prêts à tout pour s'emparer des richesses de l’Outre-mer avec l'aide du capitalisme français ? D’autres contrats furent passés avec l’ECA pour le développement des matériaux stratégiques73. L’ECA prêtait des capitaux à l’associé américain d’une entreprise française, qui à son tour accordait un prêt à la firme française. La vente aux États-Unis des suppléments de production était autorisée par contrat commercial. Ainsi François Bloch-Lainé et Guillaume Guindey, inventeurs du montage, pouvaient affirmer qu'aucun État étranger n'était maître d'une entreprise française74. Le capitalisme français voulait coopérer avec le capital privé ou public américain, mais les services de l’État étaient plus prudents, y compris parmi les hauts fonctionnaires ouverts et libéraux. Le réarmement fit évoluer cet équilibre. Le gouvernement Mayer en 1953 laissa les mains libres à US Steel pour le manganèse de Franceville au Gabon75. Au Maroc, le gouvernement et la Résidence ont accepté qu’une agence gouvernementale américaine, la DMPA, prête des fonds à Énergie Électrique du Maroc pour poursuivre l’équipement électrique du Maroc, contre l’engagement de Zellidja d’exporter du plomb pour les stocks stratégiques des États-Unis76. L’administration américaine contribuait donc à l’équipement électrique du Maroc. Un petit groupe de financiers américains ou d’entrepreneurs privés américains, appréciés par l’administration américaine, travaillaient avec le capitalisme privé français. Entrepreneurs américains et français croisaient leurs intérêts et entendaient profiter des aides américaines. Ils travaillaient à l’évidence pour un monde libéral, pour la liberté totale des transactions financières transatlantiques et ils ne se préoccupaient pas des principes d’action des modernisateurs de Paris. Les réactions de l’administration française ont été perçues comme inopportunes. Le président de Zellidja, Jean Walter, peut dire en inaugurant de nouvelles installations en avril 1951 : « Depuis 4 ans, il s'est créé aussi peu à peu une amitié très intime entre les fonctionnaires, nos associés américains et nous-mêmes. Nous avons une confiance réciproque les uns dans les autres et nous marchons toujours la main dans la main »77. Les fonctionnaires dont il parlait étaient ceux du Protectorat. Décidément, à 5 ans de l'indépendance, les Américains présents physiquement sur les bases aériennes de Kénitra et de Nouaceur, actifs au point de traîner la France devant la Cour de Justice de La Haye à la demande d’un commerçant américain douteux, détenaient au Maroc un pouvoir économique et financier par l’intermédiaire de Zellidja et de la Newmont. Cette présence américaine, née de la faiblesse française, assortie d’un esprit de croisade pour un monde meilleur (Point IV), faisait réagir de hauts fonctionnaires du Quai d’Orsay. Ils parlaient d'impérialisme nouveau sous « les dehors d'une sorte de croisade humanitaire dont l'inspiration religieuse n'est d'ailleurs pas absente »78. Ils récusaient, comme Jean-Marie Soutou, la notion de co-responsabilité de la France et des États-Unis dans les TOM79.

  • 80 F 60 ter 521, CGP, 5 décembre 1949, « Projet, l'assistance technique de l'ECA dans le programme fra (...)
  • 81 CE 64, P. Guillaumat, DICA à MAE 10 octobre 1949.
  • 82 F 60 ter 521, Barry Bingham à B de M, 2 décembre 1949 : « Projet de réponse de B. de M. ».
  • 83 F 60 ter 521, MAE 19 décembre 1951 coop. eco. Mission OECE d'AT no 100.
  • 84 851.0010-2556, JJ Blake, H. Brewster, C. Morden, october 25, 1956, « luncheon with M. jean Richard, (...)

274 - Les Français étaient d’accord pour augmenter la productivité. Ils avaient d’ailleurs mis en place dès 1945 le service des monographies industrielles américaines (Robert Lacoste). En mai 1949 était créé le comité français de la Productivité, présidé par Jean Monnet et dirigé par Jean Fourastié. L’ambiance du temps était à la diffusion généreuse des informations techniques, des méthodes de standardisation, des échantillons et modèles, des techniques de marketing américain ou européen80. Toutefois des réactions de défiance se manifestèrent. Pierre Guillaumat, directeur des carburants, relevait les « dangers incontestables que pourrait présenter pour notre économie une connaissance trop parfaite par les services et les industriels américains de nos procédés, de nos programmes et de nos débouchés commerciaux »81. Les missions de productivité furent acceptées par les entreprises et par le gouvernement français. Mais il fut demandé aux Américains d'autoriser « la participation aux équipes françaises de syndicalistes ouvriers appartenant à des tendances différentes de celles qui ont signé le protocole d'accord... », claire allusion à la CGT82. Les services français refusaient donc d’en faire une arme de division sociale. Environ 300 missions françaises partirent aux États-Unis, soit 3000 personnes, de 1948 à 195183. En 1957 un officiel américain pouvait écrire : « It is generally agreed that the French have developped one of the most successful productivity programs in Europe »84.

Les discussions sur les moyens

28Si l’objectif de construire une nouvelle société est partagé par les Français et les Américains, dans des conditions de dépendance pour la France, l’utilisation de certains moyens suscita des réactions de la part des services français. Les réactions françaises les plus sensibles touchent cinq dossiers : 1) les contrôles d’utilisation de l’aide, 2) la publicité de l’aide, 3) l’équilibre budgétaire, 4) l’embargo à l’est, 5) la politique sociale.

  • 85 F 60 ter 513, Guyot à Ledoux, 5 mai 1949.
  • 86 457 AP 20, PB. 23 décembre 1947, à Washington, 3899-900, urgent, « Aide intérimaire, accord bilatér (...)

291 - Les responsables français ont discuté, on l’a vu, la technique américaine de prise de participation au capital de sociétés françaises dans les TOM. Ils ont critiqué les techniques américaines de contrôle d’utilisation de l’aide. Les fonctionnaires français du SGCI ont voulu mettre un terme aux exigences américaines qui leur parurent exorbitantes. Ayant communiqué à l’ECA les chiffres des emprunts à court terme du Trésor, ceux de la masse monétaire, bons indicateurs de l’inflation, Jean Guyot, directeur du Trésor, refusa d’aller au delà. Il dit à Pierre Ledoux, alors au SGCI : « Si l'on en arrivait là, il serait certainement plus simple que vos interlocuteurs s'installent directement dans mon bureau ou mieux dans celui du ministre »85. Les Français ont toujours refusé de mettre la CGT, les communistes, hors des circuits de distribution de l’aide pour ne pas faire apparaître la France comme une colonie américaine. Au nom du principe de souveraineté de l’Etat, les hauts fonctionnaires ont repoussé officiellement les conseils politico-économiques américains, même judicieux, car, dit un haut fonctionnaire du Quai, « il faut éviter de laisser croire que toutes les dispositions qu'à l'avenir nous sommes décidés à prendre pour rétablir notre économie et qui nécessairement seront souvent impopulaires, sont le résultat d'une pression américaine »86.

  • 87 F 60 ter 378, novembre 1948, note de M. Ségalat, SG du gouvernement à M. Schweitzer.
  • 88 CE 47, tel. Washington, Bonnet, 28 avril 1948.
  • 89 F 60 ter 357, 772, 7 avril 1949, secret, note pour le ministre des Finances et des Affaires économi (...)
  • 90 F 60 ter 393-394, ECA, John L. Brown, à M. Mitterrand, 19 avril 1949.

302 - L’obligation de publicité de l’aide fut des plus mal vécues par les Français. Ils estimaient qu’il fallait amadouer l’électorat communiste et neutraliste plutôt que le braquer, et éviter de célébrer le plan Marshall qui était ressenti comme une relation de dépendance humiliante. Car comme le remarquait le Secrétaire général du gouvernement, Ségalat, « la désaffection spontanée de la classe ouvrière serait pour le PC l’épreuve dont il aurait le moins de chance de se relever »87. Henri Bonnet, au contraire, insistait sur le profond désir des États-Unis d’obtenir des marques de sympathie publique pour l’aide américaine à la France88. Certes des efforts de publicité ont été faits par François Mitterrand, sous-secrétaire d’Etat à l’information, mais l’ECA n’a pas manqué de les juger insuffisants. Les programmes de relèvement sont ignorés « du grand public et notamment des masses ouvrières » écrit-elle89. Les syndicats démocratiques eux-mêmes ne soutiennent guère la demande américaine. Ne faut-il pas alors que l'AFL et la CIO les aident ?90 Les affiches éditées par l'ECA-France ont certes trouvé un accueil favorable, sauf chez les communistes. Mais les grand services publics français ont refusé de jouer le jeu. La SNCF a refusé d'afficher en faveur du plan Marshall. EDF a publié en 1949 une brochure sur ses nouvelles installations sans faire référence à l'aide américaine, ce qui a provoqué un esclandre à propos du financement de Génissiat, une superbe réalisation susceptible d'une exploitation politique avisée. Était-ce un financement 100 % français ou mixte ? Il s’agissait d’une bataille de prestige, une bataille politique. Une sorte de concurrence s'instaurait entre les autorités françaises et américaines, devant le peuple français et surtout devant les peuples dépendants.

  • 91 F 60 1003, Jacques Rueff, « Note sur les problèmes économiques et financiers de la France », mai 19 (...)
  • 92 AMF 17/1/18, « Audition de M. Jean Monnet, par la commission de la Production Industrielle de l'Ass (...)
  • 93 Sur le plan Mayer, voir F. Caron, « Le plan Mayer : un retour aux réalités », article rédigé pour l (...)
  • 94 Le franc passe de 119,29 francs pour un dollar à 214,39.
  • 95 363 AP 38, CV à René Mayer, 22 décembre 1947. 363 AP 7, HB à René Mayer, 5 janvier 1948. CE 46, Bon (...)
  • 96 B 42255, finances ? DT ? 13 septembre 1948, « Note pour le Président ».

313 - Les gouvernements français ont adhéré à l’idée de stabiliser les finances publiques. La réforme Schuman du printemps 1947 avait facilité l’équilibre du budget en instaurant de nouveaux impôts. L'impôt de solidarité d’août 1945 fut majoré de 25 %. Ce « cinquième quart » fut affecté à la reconstruction et à l'équipement. Ce plan marqué par les idées orthodoxes de Jacques Rueff et de Guillaume Guindey, alors directeur des Finances extérieures, semblait s’attaquer au dirigisme, aux subventions des entreprises publiques. Il impliquait une seconde dévaluation91. Monnet lui-même y adhéra parce qu’au printemps 1947 il n’y avait plus rien d’autre à faire92. Il obtint de Ramadier la création de la Commission du Bilan national pour mesurer les besoins financiers de la modernisation et évaluer le gap inflationniste. Ramadier en octobre 1947 en accepta les premières conclusions : suppression du budget extraordinaire réintroduit dans le budget ordinaire, réduction des dépenses militaires, d'équipements et de reconstruction. René Mayer surtout, en décembre 1947-janvier 1948, Queuille en décembre 1948 ont manifesté le souci de stabiliser le budget, de donner une vraie valeur à la monnaie. En accord avec Robert Schuman, René Mayer décida de relever le prix de certains produits de base, de redonner une certaine liberté pour la formation des prix. Il créa aussi des ressources nouvelles, dont un prélèvement exceptionnel de lutte contre l'inflation de 150 milliards de francs et fit émettre un emprunt93. Opportunément, non sans combats, la stabilisation fut mise en œuvre. Mayer alla plus loin encore en dévaluant le franc pour rendre possible les exportations françaises94. Le marché libre de l'or était rétabli. Ces mesures furent bien accueillies par les milieux américains. Le Département d’État déclara que la dévaluation française était un pas vers la stabilisation95. Queuille fit approuver par Bruce son programme de stabilisation et d'assainissement, un effort fiscal de 120 milliards de francs96.

  • 97 FRUS 1948 vol III, « Western Europe », 14 IX 48, Bruce to Hoffman ECA secret, NIACT TOECA358.
  • 98 F 60 ter 378, février 1949, note de Rueff sur le problème français.
  • 99 363 AP 22, AME, 31 janvier 1953, Documents préparés par les services pour les conversationsé. CE 63 (...)
  • 100 Entretien Elgey Daillencourt, 1er août 1964 avec Monnet ; entretien D. Mac Grew, C. Daillencourt, 2 (...)
  • 101 F. Bloch-Lainé, J. Bouvier, La France restaurée, dialogue sur le choix d’une modernisation, Fayard, (...)

32Bruce lui décerna un véritable satisfecit : « Intentions long range fiscal reforms seem sincere », câble-t-il à Washington97. La volonté d’assainissement était donc partagée au début du plan Marshall par les Américains, le gouvernement et de hauts fonctionnaires des Finances. Guillaume Guindey, directeur des Finances extérieures, estimait que l’aide Marshall « nous permet de vivre sans procéder dés aujourd'hui aux réformes qui permettraient de couvrir l'ensemble des dépenses publiques par l'impôt et par l'emprunt » dit Guindey98. Olivier Wormser, directeur des affaires économiques et financières au Quai d’Orsay, expliquait : « Toute notre économie se fonde sur des courants d'importations qui ne pourraient certainement pas être maintenus si nos ressources en dollars devaient être limitées aux produits des exportations possibles en toutes circonstances. Ainsi l'économie française s'oriente dans le sens d'une dépendance essentielle »99. Donald Mac Grew témoigna plus tard que l'ECA avait regretté d'avoir trop facilement cédé à la magie dialecticienne de Monnet en faveur de la modernisation100. Maurice Petsche, nouveau ministre des Finances, avait promis « de poursuivre l'effort de redressement », de lutter contre l'inflation et de tenir Bruce au courant. Mais les événements allaient se charger de réduire à néant les efforts précédents. Le déficit de la SNCF se creusa et la guerre d’Indochine provoqua des dépenses supplémentaires. La consternation était partagée par Petsche et par Bingham, car selon l'excellente analyse de Jean Bouvier, « les cheminements des raisonnements des décideurs français étaient les mêmes, naturellement, que ceux de leurs interlocuteurs américains »101. L’inflation reprit sans que jamais les Français puissent se résoudre à prendre des remèdes efficaces. Il y avait toujours un obstacle pour l’empêcher : au début ce furent les nécessités de la modernisation, ensuite celle de ne pas affronter les communistes, une autre enfin, imparable, la nécessité de poursuivre la guerre d’Indochine. En fait la politique de modernisation a limité les marges de manœuvre pour la stabilisation des budgets de l'État au début de la période. Des deux côtés de l’Atlantique les modernisateurs ont gagné la bataille contre les libéraux orthodoxes. Ce ne fut pas une bataille entre dépensiers et orthodoxes, — tout le monde était pour une maîtrise des finances publiques —, mais un combat politique qui ne voulait pas dire son nom. D’un côté ceux qui estimaient qu’il était urgent pour la grandeur du pays (de Gaulle), pour sa capacité à coopérer avec les autres nations du monde libre (Monnet), pour le niveau de vie des Français (socialistes, communistes, résistance), d’investir au prix d’une inflation contrôlée et d’un déséquilibre des Finances publiques, de l’autre ceux qui donnaient priorité à une gestion de bons pères de famille. L’ECA-France a fait pencher la balance du côté des modernisateurs.

  • 102 CE 49, OW. 13 août 1948, note, « a/s commerce avec les pays de l'Est, sécurité ».
  • 103 CE 52, R.V. 26 janvier 1950, note pour le cabinet, « Contrôle du commerce est-ouest », ou COCOM, (C (...)

334 - L’embargo sur le commerce avec l’Est européen et la Chine n’était pas bien reçu par la France. Il était en contradiction avec le principe de libération des échanges. Mais le gouvernement français « désireux de ne rien faire qui puisse compromettre la sécurité » du monde atlantique dut communiquer la liste des exportations françaises vers l'Est, dès 1948102. Le comportement des États-Unis suscita des réactions interdites chez les hauts fonctionnaires français. La France avait besoin du charbon polonais, de non-ferreux et de bois des pays de l'Est. La mise en application de ces listes aggravait la tension Est-Ouest. La France voulait remplacer l’Allemagne économiquement en Europe centrale et orientale. Des listes de prohibitions furent établies et le COCOM naquit en janvier 1950103. Mais malgré la formidable pression américaine, relayée par la menace de guerre générale en juin 1950, la France s'opposa à un blocus trop prononcé contre l'URSS et ses satellites.

  • 104 Nathan, 26 août 1946, « Mesures proposées en vue d’une action immédiate », B. CA7.F.S, Ph. Mioche ( (...)
  • 105 F 60 ter 358, 514, no 377,13 avril 1950, B de M. « Note pour Tomlinson ».

345 - Un autre dossier fit grincer, la politique sociale financée sur la contre-valeur. En 1946, Robert Nathan, l’expert américain chargé par Monnet de préparer le plan de modernisation, écrivait : « les logements à bon marché doivent être servis avant les maisons de plus grande valeur »104. Il n’a pas été entendu, au moins jusqu’en 1950. Le logement ne faisait pas partie des six secteurs de base du plan de Modernisation et d’Équipements ; il était prioritaire pour les Américains. Mis en demeure d’affecter davantage de ressources à certaines lignes du budget social de la nation, les Français furent stupéfaits. Ils s’en sortirent en proposant une liste de financements éligibles à l’aide américaine adaptées aux désirs américains. Le gouvernement augmenta les crédits prévus pour les logements, les hôpitaux, les écoles ; il introduisit le tourisme et réduisit les montants prévus pour les Charbonnages et EDF105. Il était impossible de refuser car le gouvernement serait passé pour réactionnaire devant sa propre opinion publique et aurait renforcé le poids des syndicalistes américains et français auprès de la mission ECA.

CONCLUSION

35Peut-on parler d’une symbiose franco-américaine en dépit des réserves manifestées à l’égard du projet américain de nouvelle société ?

  • 106 F. Caron, « Rapport introductif aux retombées industrielles du plan Marshall », Comité pour l’histo (...)
  • 107 F. Bloch-Lainé, J. Bouvier, 1986, p. 92.
  • 108 L. Tournés, « L’américanisation de la culture française, ou la rencontre d’un modèle culturel conqu (...)

36Le projet social américain prévoyait de donner un pouvoir d’achat élevé aux salariés, de produire des biens de consommation stéréotypés, mais aussi de créer de nouvelles relations sociales, autour d’un consensus sur l’économie de marché. Les Français sont entrés dans leur jeu. Les Américains ont voulu améliorer les rapports sociaux dans l’entreprise, qui était au cœur de leur projet de société, comme l’État l’était du côté français. Ils ont offert par différents canaux des transferts de compétences technologiques et des modèles de relations humaines dans l’entreprise aux cadres, ingénieurs, techniciens, ouvriers et employés français. Les augmentations de productivité devaient améliorer le niveau de vie et répondre à l’effort de réarmement lié à la guerre de Corée. L’insistance américaine auprès de l’État et du patronat amena la création d’organismes mixtes pour augmenter la productivité106. La modernisation de la vie des entreprises françaises, vue des États-Unis, passait par une augmentation des salaires, la démocratisation de la vie syndicale, le pluralisme syndical, voire la désaffection pour le syndicat « marxiste », la CGT. Le modèle social est le Fordisme américain, mais un Fordisme sans rapport avec l’organisation du travail d’Henry Ford. Le modèle américain a été accepté par les entrepreneurs français, les retards français ayant été constatés. « Il suffit que l’offre américaine s’exprime », écrit Jean Bouvier, pour être acceptée107. Il entraîna un tropisme américain des entreprises des TOM et une américanisation de la culture professionnelle des cadres, puis une américanisation générale des comportements. Une nouvelle classe moyenne française, différente de la grande bourgeoisie classique, se prit à aimer les musiques américaines, les romans noirs américains, la science fiction. Elle lut L’Express de Jean-Jacques Servan-Schreiber à partir de 1953 et écouta Europe no 1 à partir de 1955, une radio de type américain dans sa forme. Les techniques américaines de vente furent utilisées, chez Moulinex par exemple. Le crédit, la publicité, le commerce libre-service se développèrent, comme aux États-Unis108. Le livre de poche et le microsillon révolutionnèrent les habitudes des étudiants et de la jeunesse vers 1953, tandis que Coca-Cola s’installa enfin en France en 1953. Était-ce la naissance d’une nouvelle société ? Ce n’était pas une révolution, mais une profonde transformation des références d’une partie de la société française. Il faut donc envisager l’existence d’un modèle franco-américain de modernisation. En effet nous voyons bien que la modernisation française de 1945 a été marquée par l’étatisme, le dirigisme, les nationalisations et un grand programme de justice sociale pour les salariés. Le projet de modernisation Monnet de 1946-1947, plus souple, ne manquait pas de souffle mais de financements. Les États-Unis ont apporté de l’argent mais aussi de nouvelles normes de gestion des affaires publiques qui étaient des exigences : le dialogue social dans l’entreprise, un budget en équilibre, un effort d’exportation, le confort matériel pour les salariés, des entreprises performantes techniquement et ouvertes sur le monde industrialisé. L’organisation économique et sociale américaine n’a pas été transposée en France, mais elle a influencé l’organisation économique et sociale française des années de croissance, un modèle franco-américain de modernisation naissait.

Bibliographie

***

Auriol V. 1950. Mon septennat, Paris, A. Colin, p. 295, 10 octobre 1950.

Bloch-Lainé F., Bouvier J. 1986. La France restaurée, dialogue sur le choix d’une modernisation, Paris, Fayard.

Caron F. 1981. « Le plan Mayer : un retour aux réalités », article rédigé pour le colloque FNSP, Im France en voie de modernisation, 1944-1952, 4/5 décembre.

Caron F. 1993. « Rapport introductif aux retombées industrielles du plan Marshall » in Girault R., Levy-Leboyer M. (éd.), Le plan Marshall et le relèvement économique de l’Europe, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France.

Cazes B., Mioche P. (éd) 1990. Modernisation ou décadence, contribution à l’histoire du plan Monnet et de la planification en France, Publications de l’université de Provence.

Elgey G. 1968. La République des contradictions, 1951-1954, Paris, Fayard.

L'influence américaine sur la politique française, 1945-1954, Paris, Balland, 1989.

Tournès P. 1997. « L’américanisation de la culture française, ou la rencontre d’un modèle culturel conquérant et d’un pays au seuil de la modernité « in Historiens et Géographes, La IVe République Histoire, recherches et archives, no 357-358, avril-août.

Notes

1 US News and World Report, F 60 ter 378.

2 CE 48, F 12 10323, Bonnet, 2099-109, 15 mai 1948, 20h, 147 DET, « Remarque sur le projet d'accord bilatéral ».

3 CE 48, 18 mai 1948, Bonnet à G. Bidault, « a/s déclaration de Paul Hoffman ». En marge remarque d'un fonctionnaire : [ ? ?].

4 RG, 59, Lot File 53 D 211, box 2, ECA Washington, April 26, 1950, How far can the ERP achieve the objectives of United States policy in Western Europe ?

5 AMF14/5/18, Bonnet, 24 novembre 1948

6 F 60 ter 379, J. Daridan, chargé d’affaires aux États-Unis à R. Schuman, 2 mars 1950.

7 Maech 4, tel Bonnet, Washington, 27 août 1951, no 5443-48

8 NSC files, A report to the NSC by the secretary of State on the resulkts of the conversation between the président and the French Prime Minister, february 23, 1951, Washington, secret, NSC 105.

9 F 60 ter 513, Bingham, 18 janvier 1950.

10 Paris, Le Plessis-Robinson, Clamart, la cité universitaire d'Antony, en Moselle les villes sidérurgiques, Strasbourg, Le Havre, Rouen, Douai, et la région lyonnaise : Parilly, Saint Étienne ; F 60 ter 359, 473 à Parkman 12 juin 51 « Liste des projets HLM pour 12 milliards FF ».

11 G. Elgey, La République des contradictions, 1951-1954, Paris, Fayard, 1968, p. 118.

12 B 18220, H. Parkman à Petsche 17 mars 1951, « utilisation de la contre-valeur ». F 60 ter 459, no 39, 16 janvier 1951 Petsch à Parkman ; F 60 ter 359, SGCI, 5, 4 janvier 1951, BM à Parkman.

13 F 60 ter 502, Le Figaro, 2 janvier 1951

14 F 60 ter 497, Bingham à PPS, 17 août 1949

15 F 60 ter 438, rapport du comité mixte de coopération économique à l'étranger, 14 octobre 1949, traduction, enquête de 6 semaines par 2 membres du comité mixte.

16 F 60 ter 359 no 92 20 janvier 1951 « Note pour le ministre », B de M.

17 F 60 ter 500, 11 juillet 1951 ; F60 ter 360, 679, 15 mars 1952, TCT à MAE, « caravane de la Paix ».

18 457 AP 20, H.A., MAE, DAEFT, DG, 2 août 1947, « Note pour le Président sur la CCEE ».

19 F60 ter 357, 422, P. Ledoux à D. Bruce, 18 décembre 1948.

20 MAE CE 3 Bonnet, Washington, 7 septembre 1949, no 3314 a/s ravitaillement et agriculture en France.

21 F60 ter 357, 1165, PPS à Jean Monnet 4 août 1949, assistance technique.

22 F 60 ter 521, A. Bérard à R. Schuman, 29 avril 1949, no 843. AMF 13/3/3, 28 mars 1949, CGP à Pinay, SE aux Affaires économiques. AMF 13/3/7, 7 octobre 1949, CGP aux Finances.

23 F 60 ter 521, Taff à Fourastié, 20 février 1950 ; in F 60 ter 521, press release 1949 à 1953, « Voyages d'études aux États-Unis » ; SE Finances, CNP AB/cl no 56. « Programme des missions de productivité au cours de l'année 1951 », 4 décembre 1951.

24 F 60 ter 521, comité provisoire de la productivité, p.v. no 12, 15 mars 1950 ; ECA 8 février 1950, OSR à toutes missions ECA, « Programme de productivité ».

25 CE 15, Baraduc, Genève, message téléphoné, de Genève, 28 mai 1947. CE 15, Baraduc, 2 juin 1947, 164, no 27.

26 CE 15, PB, 28 juillet 1947, « Note », commission préparatoire de la conférence sur le commerce et l'emploi, Genève.

27 F 12 10752, Marshall Plan Letter, 28 avril 1949, no 17.

28 F 60 ter 469, ECA, 19 mars 1949, « Échange France-UEBL », réaction à DT 44 du 23 novembre 1948.

29 851.00/2-255, Box 4566, Donald Mc Grew, the Mendès France Economic program : views of Simon Nora, february 2, 1955.

30 RG 469, Mission to France, office of the director, subject files 1948-1956, tarde, EPU, box 209, Telegram USRO Paris, to Washington, 24 november 1954. EPU managing board report on continuation invocation Article 3c by France.

31 RG 469, Mission to France, office of the director, subject files 1948-1956, trade-export French, box 210, position paper, Mendès France talks, Washington, november 1954, French Foreign Trade Policy.

32 F 60 ter 379, tel Bonnet, 5 juillet 1948 à diplomatie, Paris

33 4 AU 57, dr 3 Londres 3 mai 1950, 19h 35 1477-81 « Réunion franco-américaine sur l'Afrique ».

34 F 60 ter 444, Pignon, n" 16 mars 1950, n'904-912, 913-917,18 mars 1950,1944-954.

35 V. Auriol, Mon septennat, Paris, A. Colin, p. 295, 10 octobre 1950.

36 457 AP 20, MAE, H.A., DAEF, DG, 11 septembre 1947, « Note ».

37 74 AP 31, confidential, « Mémorandum reçu de Bruce le 31 août 1948, release of french counterpart ».

38 RG 59, Lot file 55 D 105, box 2, memor. De Ben T. Moore to Kennan, 21 octobre 1948, meeting du 19 octobre.

39 F 60 ter 380, « Texte américain concernant la procédure de déblocage du fonds de contrepartie », sans date, double, dans le dossier sur le 5e déblocage, no 12621.

40 F 60 ter 380, ECA, document du NAC, mis à la disposition de Petsche personnellement. [novembre, décembre 1949].

41 F 60 ter 410, 25 octobre 1949, source ? « Note sur les négociations relatives à la CV de l'aide américaine ».

42 RG 469, USRO Exec secr. Subject files 1952-1955, box 38, Henry Labouisse, MSA Paris, ro Ambassador Draper, July 10, 1952, possibility of using OEEC experts’s report on Internal Financial Stability to influence Develoment of effective stabilisation program in France. 8 p.

43 RG 84, Records pertaining to the EDC and international organizations, Box 13 « summary of comments on France’s Economic and Financial Position and her contribution to the Defense of the Free World » octobre 1953 source illisible.

44 NARA, France and US Aid, confidential, 15 p., JW Tuthill/DJ Mac Grew, American Embassy, January 3, 1957, p. 10.

45 NARA, France and US Aid, confidential, 15 p., JW Tuthill/DJ Mac Grew, American Embassy, January 3, 1957, p. 14.

46 F 60 ter 420, NATO BEF confidentiel, réunion feb R (51) 12, 31 juillet 1951, réunion au M. de Finances Ve. 6 juillet, 10h30 ; F 60 ter 436, JH 23 août 1951 ex. no 2/30 très secret économie de guerre, DN SGP de la DN coût du plan à moyen terme révisé. La DC 28 prévoit 28 divisions, 1156 avions, 3 porte-avions, 394 avions ASM, 4 croiseurs, 103 escorteurs, 120 dragueurs ; le plan de 4 ans atteignait, après réévaluation, 10419 milliards de francs.

47 CE 03, Bonnet, 25 juillet 1950, no 2844-49, urgent.

48 F 60415/1, 3 octobre 1950, note coop économique MAE.

49 F 60 ter 436, SGCI TCT no 103 10 janvier 1952, note pour le vice-président du Conseil, ministre des Finances et des Affaires économiques, « a/s état de la négociation bilatérale franco-américaine » ; Papier remis par Labouisse à TCT en décembre 1951, document interne de la MSA, trad. « Rapport sur les mesures financières et économiques de nature à soutenir l'effort français de réarmement ».

50 363 AP 19, TCT, SGCI à René Mayer, 10 janvier 1952, « a/s état de la négociation bilatérale franco-américaine », rapport transmis par R. Mayer à René Pleven. CE 05, Bonnet, 12 février 1952, 10 h, 1010-16 ; Bonnet, 14 février 1952, 8h50, 1053-56.

51 CE 83, JMS coop. econon. 8 mars 1952 note pour M. Charpentier, cite Guindey chez Parodi

52 CE 05, Bonnet Washington, 2 mars 1952, 8h, 1319-22 : CE 63, AmbaF, 1098, 5 mars 1952, H. Bonnet à R. Schuman, « as assistance mutuelle ».

53 CE 63, R. Schuman, 13 mai 1952 à ambaUSA, James Dunn ; Parodi DGAEF, 9 juillet 1952 à DN, 1079, Président du Conseil, M. des Finances 3128, a/s négociation franco-américaine relatives aux contrats offshore. CE 82, DGAEF coop/econo. Note pour le Président, « Contrats offshore » ; RV, 3 juillet 1952, note pour le Président, « a/s contrats offshore, mémorandum américain du 27 mai 1952 ».

54 F 60 SGCI/9, OTAN (DPFOTAN), secret, no 8715P, « commandes offshore ».

55 L'influence américaine sur la politique française, 1945-1954, Balland, 1989 p. 291.

56 Le franc passa de 50 f pour un dollar à 119, 10 sur le marché officiel.

57 CE 15, PB, 7 février 1947, Projets d'articles à substituer aux articles 20 et 21 du projet de charte. Pierre Mendès-France, Marchés coloniaux, 11 janvier 1947, « La politique commerciale de la France ne peut s'adapter qu'avec des ménagements aux recommandations de L’ITO ».

58 CE 50, VL, 1er décembre 1948, à Washington, « Exportations de matériel vers le Brésil, raffinerie ». CE 50, Baraduc, à Washington, 5787, « Achats off-shore en Amérique du Sud ».

59 CE 53, Athènes 13 janvier 1949, 10 h, 28.

60 CE 53 Athènes 19 mai 1949, 19h, 459-461, no 14 DET. CE 53, Athènes, 31 mai 1949, 19h, 507-512.

61 CE 49, note du service de coopération économique, MAE : « Exportations vers les États-Unis », 21 octobre 1948. CE 48, Bonnet, à G. Bidault, « a/s exportations vers l'Europe de phosphates américains ».

62 F 60 ter 357, SGCI 1040, 1er juillet 49, PPS à Bingham ; F 60 ter 358, 506, B. de M. à Filippi, DREE, 22 mai 1950.

63 F 60 ter 469, 5 juillet 1949, secret « Projet de conversations, Snyder, secrétaire au Trésor des États-Unis, Mac Chesnay Martin S. adjt, M. Pestche M. des Finances et des Affaires économiques ».

64 F60 ter 357, no 455, 31 décembre 1948, PPS à D. Bruce.

65 F 60 ter 357, 471, 11 janvier 1949, PPS, note pour le Président, « financement privé en devises des programmes de développement économique et social des TOM ».

66 B Amérique 1944-1952, États-Unis, 255.

67 CE 75, RV coop économique 31 décembre 1948 à Washington, « Projet d'une société d'étude en vue du financement privé en devises étrangères du programme de développement économique des TOM ». Chase Manhattan Bank avec la Banque de l'Indochine, la Banque de Paris et des Pays-Bas, la Banque de l’Union Européenne, la Banque de l'Union Parisienne, Lazard, Worms, la Banque de l'Afrique occidentale.

68 CE 75, RV cooperation éco. 3 janvier 1949, no 1, P. Baraduc, note pour M. Clappier.

69 F60 ter 357, 1399 ; A. Dutheillet à Lemay, Washington, octobre 1949.

70 F 60 ter 396, R Bernière administrateur de la NAP, 2 décembre 1948.

71 F 60 ter 397, Note à Alphand du 16 mars 1949, Vaurs, « Accord Zellidja-NAP/ECA ».

72 F 60 ter 395, Note pour Alphand, Coop économ sd, « Sur les $ 25 millions », autour de mai 1949.

73 Contrats sur le graphite, le cobalt, le mica, le béryl, l’amiante, le diamant industriel, cuivre, nickel, chromite, étain, colombo-tantalite, essentiellement dans les années 1950-1951.

74 F 60 ter 399, DT 23 mai 1950 note pour le ministre, Bloch-Lainé, Guindey, Petsche a approuvé le 25 mai, « Projets de prêts de l'ECA à la CMOO ».

75 363 AP 25,16 février 53 confidentiel, Président du conseil à M. de la FOM.

76 F 60 ter 397, Lettre de Schuman à Dunn 30 mai 1952. F 60 ter 397, RV 10 juin 1952, « Note pour le président, matériaux stratégiques », Zellidja ; 11 juin 1952 Parodi à Dunn « Échange de lettres concernant le contrat complémentaire de 575000 $ ».

77 F 60 ter 397, 25 avril 1951 « Allocution de M. Jean Walter, inauguration des nouvelles installations de Zellidja ».

78 CE 78, MAE JBd/lr direct Afrique Levant, bureau d'Afrique 15 février 1949, no 54 Note, « Aide économique et technique à l'Afrique ».

79 CE 75, JMS 28 novembre 1951 à M. des finances, à l'attention de M. Guindey.

80 F 60 ter 521, CGP, 5 décembre 1949, « Projet, l'assistance technique de l'ECA dans le programme français pour l'accroissement de la productivité ».

81 CE 64, P. Guillaumat, DICA à MAE 10 octobre 1949.

82 F 60 ter 521, Barry Bingham à B de M, 2 décembre 1949 : « Projet de réponse de B. de M. ».

83 F 60 ter 521, MAE 19 décembre 1951 coop. eco. Mission OECE d'AT no 100.

84 851.0010-2556, JJ Blake, H. Brewster, C. Morden, october 25, 1956, « luncheon with M. jean Richard, French Embassy and M. Robert Buron... ».

85 F 60 ter 513, Guyot à Ledoux, 5 mai 1949.

86 457 AP 20, PB. 23 décembre 1947, à Washington, 3899-900, urgent, « Aide intérimaire, accord bilatéral ». B 33688, 1er décembre 1947, Bonnet de Washington.

87 F 60 ter 378, novembre 1948, note de M. Ségalat, SG du gouvernement à M. Schweitzer.

88 CE 47, tel. Washington, Bonnet, 28 avril 1948.

89 F 60 ter 357, 772, 7 avril 1949, secret, note pour le ministre des Finances et des Affaires économiques, publicité de la coopération économique européenne.

90 F 60 ter 393-394, ECA, John L. Brown, à M. Mitterrand, 19 avril 1949.

91 F 60 1003, Jacques Rueff, « Note sur les problèmes économiques et financiers de la France », mai 1947.

92 AMF 17/1/18, « Audition de M. Jean Monnet, par la commission de la Production Industrielle de l'Assemblée Nationale, 16 juillet 1947 ».

93 Sur le plan Mayer, voir F. Caron, « Le plan Mayer : un retour aux réalités », article rédigé pour le colloque FNSP, La France en voie de modernisation, 1944-1952, 4/5 décembre 1981.

94 Le franc passe de 119,29 francs pour un dollar à 214,39.

95 363 AP 38, CV à René Mayer, 22 décembre 1947. 363 AP 7, HB à René Mayer, 5 janvier 1948. CE 46, Bonnet, Washington, 22 décembre 1947, 12h05, 3922 ; 457 AP 79, Bonnet Washington, 1er février 1948, 21 h45, 476-477. 457 AP 21, Washington, 28 janvier 1948, 22h50, 413-415.

96 B 42255, finances ? DT ? 13 septembre 1948, « Note pour le Président ».

97 FRUS 1948 vol III, « Western Europe », 14 IX 48, Bruce to Hoffman ECA secret, NIACT TOECA358.

98 F 60 ter 378, février 1949, note de Rueff sur le problème français.

99 363 AP 22, AME, 31 janvier 1953, Documents préparés par les services pour les conversationsé. CE 63, OW, 26 janvier 1953, note pour l'ambassadeur, secrétaire général, « Note sur l'aide américaine, entretien possible avec Foster Dulles ».

100 Entretien Elgey Daillencourt, 1er août 1964 avec Monnet ; entretien D. Mac Grew, C. Daillencourt, 27 juillet 1964.

101 F. Bloch-Lainé, J. Bouvier, La France restaurée, dialogue sur le choix d’une modernisation, Fayard, 1986, p. 160.

102 CE 49, OW. 13 août 1948, note, « a/s commerce avec les pays de l'Est, sécurité ».

103 CE 52, R.V. 26 janvier 1950, note pour le cabinet, « Contrôle du commerce est-ouest », ou COCOM, (Coordinating Committee on Multilateral Export Controls).

104 Nathan, 26 août 1946, « Mesures proposées en vue d’une action immédiate », B. CA7.F.S, Ph. Mioche (dir.), Modernisation ou décadence, contribution à l'histoire du plan Monnet et de la planification en France, Publications de l’université de Provence, 1990, p. 327.

105 F 60 ter 358, 514, no 377,13 avril 1950, B de M. « Note pour Tomlinson ».

106 F. Caron, « Rapport introductif aux retombées industrielles du plan Marshall », Comité pour l’histoire économique et financière de la France, R. Girault, M. Levy-Leboyer (éd.), Le plan Marshall et le relèvement économique de l’Europe, 1993, p. 250.

107 F. Bloch-Lainé, J. Bouvier, 1986, p. 92.

108 L. Tournés, « L’américanisation de la culture française, ou la rencontre d’un modèle culturel conquérant et d’un pays au seuil de la modernité », Historiens et Géographes, La IVe République Histoire, recherches et archives, no 357-358, avril-août 1997, p. 253.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search