Version classiqueVersion mobile

L'américanisation en Europe au xxe siècle : économie, culture, politique. Volume 1

 | 
Isabelle Lescent-Giles
, 
Dominique Barjot
, 
Marc de Ferrière

Première partie. Sources et origines

La France débitrice des États-Unis : aspects psychologiques et structurels de l’apprentissage d’un rôle nouveau (1915-1919)

Agnès d’Angio

Résumé

In 1914, in a financial point of view, France was a creditor country. During the First World War, it suddenly and increasingly needed money and goods (weapons, ships, fodd). It had to find them in the United States. All the actors of the French economic life were concerned: government, administration, firms and banks, and had to collaborate to face his new situation. This article will more particularly study the differences of methods between both countries, and their effects on the way the United States gave funds to France. The most important problem was that in France, the government departments were accustomed to spend money before the approval of the Treasury, while the English-speaking countries spent money according to a program which hab been set in advance. And furthermore, both countries knew few things about each others.

Texte intégral

1En 1914, les États-Unis sont déjà une puissance économique importante, et la France détient le record des réserves d’or mondiales avec la Grande-Bretagne. Si des relations économiques existent entre les premiers et la seconde, l’ignorance est forte des deux côtés sur leur culture et leurs mentalités réciproques. Pourtant, à partir de la déclaration de guerre, les deux pays sont rapidement amenés à travailler ensemble, pour l’approvisionnement en armements, en céréales, en munitions et autres biens, et à négocier sur les questions financières. Cet article a pour but de présenter les grandes lignes du contexte psychologique dans lequel ces négociations ont eu lieu, en tout cas tel qu’il ressort de certaines archives du ministère des Finances.

LA FRANCE ET ÉTATS-UNIS AVANT

2Pour comprendre ce qui s’est passé pendant et juste après le conflit, il faut rappeler la situation intérieure des Etats-Unis et de la France durant la Belle Époque, au point de vue du rôle de l’État et du réseau financier et bancaire, et indiquer également la nature des relations qui s’étaient nouées par-delà l’Atlantique.

  • 1 R. Kuisel, Le capitalisme et l’État en France. Modernisation et dirigisme au XXe siècle, Paris, Gal (...)

3En France, l’optique libérale domine largement la politique économique. Pour la réglementation et l’orientation de l’économie, les fonctions de l’Etat sont réduites au minimum. Les prix, les salaires et les taux d’intérêt n’entrent pas dans les attributions du gouvernement. L’industrie et le commerce tiennent une part négligeable dans les dépenses publiques. Les directeurs du ministère des Finances considèrent que leur mission consiste à veiller sur l’équilibre des dépenses et des ressources du Trésor. Attachés à préserver l’équilibre budgétaire, ils se soucient du volume total des dépenses, mais pas de la manière dont elles sont réparties1.

  • 2 P. Masquelier, « L’histoire de la direction de la Comptabilité publique de 1870 à 1940 : de l’admin (...)

4C’est qu’ils ont déjà bien du mal à contenir les dépenses. D’après les textes constitutionnels de la IIIe République, le ministre des finances ne peut se targuer d’aucune supériorité effective vis-à-vis de ses collègues au cours de la préparation du budget. De ce fait, en amont, il examine les propositions ministérielles, qu’il centralise, mais il ne les contrôle pas. Chaque ministre s’engage presque à son gré, par discours, par lettre ou par arrêté ; ces engagements souvent illicites de dépenses entraînent des dépassements de crédits, que le ministère des finances peut d’autant moins empêcher qu’il est bien obligé, une fois l’engagement pris, de le ratifier et de le payer. Fit les demandes de crédits additionnels ne cessent de progresser... Au sein du ministère, c’est la direction générale de la Comptabilité publique qui a la délicate mission de gérer cette situation. En particulier, son « bureau du budget » est chargé de la préparation du budget général de l’Etat et des lois de supplément de crédit, ainsi que de la publication du rapport de la Cour des comptes et des éclaircissements en réponse2.

5Parmi les ministères dépensiers, celui qui a le budget le plus restreint est le ministère du Commerce et de l’industrie. Son rôle consiste surtout à promouvoir les exportations et à étudier les tarifs douaniers. Son action vis-à-vis de l’industrie est assez restreinte : il organise des expositions, veille sur les chambres de commerce, distribue des décorations aux hommes d’affaires et collecte des statistiques. Pour cette dernière fonction, il dispose d'un service statistique rudimentaire : ses informations sur le commerce extérieur lui viennent des attachés commerciaux du ministère des Affaires étrangères. D’une manière générale, il ne connaît ni l’état ni les problèmes de l’économie.

  • 3 Kuisel. 1984 : 46-48.

6Sur le plan monétaire, la Banque de France joue le rôle de banque centrale, mais ne manifeste aucune propension à diriger les flux monétaires ou le crédit. Elle a le monopole de l’émission des billets et sert de banquier au Trésor, mais elle escompte le papier commercial en concurrence avec les autres banques. Tout son capital appartient à des personnes privées, et elle traite d’égal à égal avec le gouvernement3.

  • 4 F. Roz, L'Amérique nouvelle. Les États-Unis et la guerre. Les États-Unis et la paix, Paris, Flammar (...)

7Aux États-Unis, l’État fédéral est, commente un témoin du temps, « le plus récent, le moins adapté des organes politiques, et sa fonction internationale est entre toutes celles qu’il doit remplir, la plus incertaine, celle qui répond au besoin le moins nettement perçu par la collectivité ». La présidence de Théodore Roosevelt a été marquée par la lutte anti-trust, qui a excité contre l’aile gauche des Républicains les grandes sociétés financières et leurs alliés. Ceci, conjugué à l’impopularité du tarif douanier Payne-Aldrich, rendu responsable du renchérissement du coût de la vie, a entraîné la défaite des Républicains aux élections législatives de 19104.

  • 5 Ministère de l’économie, des finances et de l’industrie, Service des archives économiques et financ (...)

8Le système bancaire américain, refondu en 1913, est basé sur une organisation centrale de douze banques fédérales (Federal Reserve Banks) qui, toutes, dépendent du conseil d’administration central siégeant à Washington. Ces banques jouent le rôle de la Banque de France pour l’émission des billets de banque et le réescompte des effets de commerce. Les anciennes banques d’émission (il existe 7200 National Banks sur l’ensemble du territoire) continuent à émettre des billets, mais sont autorisées à escompter leur portefeuille auprès des Federal Reserve Banks et à accepter des traites. Les State Banks possèdent un privilège de la part des quarante-huit États de l’Union et jouissent, en général, d’une liberté beaucoup plus grande que les premières. Les compagnies trusts, véritables sociétés fiduciaires, font presque toutes de la banque proprement dite, reçoivent des dépôts et achètent des effets de commerce sur le marché5.

  • 6 G.-H. Soutou, L’or et le sang. Les buts de guerre économiques de la Première Guerre mondiale, Paris (...)

9En août 1913, réfléchissant sur la réforme du système bancaire américain, Paul Warburg rédige ce qui est connu sous le nom de « plan Aldrich », à savoir l’instauration d’une grande banque centrale d’émission contrôlée par la communauté financière elle-même avec un minimum d’interférence gouvernementale : des trente-neuf membres du directoire, trente seraient élus par les banquiers participant au capital de la banque centrale. Pour éprouver la viabilité de ses vues, il consulte, officieusement au nom du gouvernement américain, les principales banques européennes, parmi lesquelles quatre banques françaises, la Banque de Neuflize, la Banque de Paris et des Pays-Bas, le Crédit lyonnais et le Comptoir national d’escompte de Paris. Tous les banquiers européens sont unanimes : les États-Unis doivent se doter d’un système monétaire à l’européenne, centralisé et indépendant du gouvernement. Georges Pallain, gouverneur de la Banque de France, rejoint lui aussi cette position. La banque centrale projetée par Warburg entre en fonction le 10 août 1914 sous le nom de Federal Reserve Board6.

  • 7 A. Moutet, « La Première Guerre mondiale et le taylorisme », in M. de Montmollin et O. P Astre (dir (...)
  • 8 A. D’angio, « La mutation des structures de la société Schneider et Cie entre 1898 et 1914. Parallé (...)

10Les liens franco-américains existent également dans le secteur industriel. Certaines entreprises pratiquent depuis plus ou moins longtemps une collaboration active avec leurs homologues américaines, avec la volonté d’importer et d’adapter à leurs besoins certaines de leurs innovations techniques ou méthodologiques. Depuis 1907-1910, les constructeurs automobiles Renault et Michelin introduisent les principes de l’organisation scientifique du travail développés par Frederic Winslow Taylor, et qui visent à élever la productivité au moyen d’études des temps et des gestes, de primes de rendement et de processus de production planifiés7. La société Schneider et Cie fait également partie des zélateurs de Taylor pour ses ateliers de métallurgie et de mécanique/artillerie. Taylor a travaillé à la Bethleem Steel Company, à laquelle Schneider a vendu en 1887 un brevet pour la fabrication d’un marteau-pilon. Et Henri Le Chatelier, introducteur et diffuseur des idées tayloriennes en France, est en relations suivies avec Le Creusot8.

LA FRANCE SOLLICITE DES CRÉDITS AUPRÈS DES ÉTATS-UNIS (1914-1918)

11La guerre entre les Allemands et l’Autriche d’un côté, la France, la Grande-Bretagne et la Russie d’autre part, éclate au cours du mois d’août 1914. Au lieu de la guerre « éclair » prévue par les belligérants, c’est une guerre de tranchée et d’usure qui s’installe bientôt, dans une France privée de ses régions du nord-est. Elle se transforme en épreuve de force économique autant que militaire. Or la France n’est pas préparée à ces événements.

  • 9 J.-L. Peaucelle., « Henri Fayol et la guerre de 1914 », in Mer, navires et gestion, une histoire en (...)

12Du point de vue des armements et des munitions, les stocks sont bien inférieurs aux besoins qui se sont révélés dans les faits, et à ceux dont dispose l’Allemagne. En février 1917, le député Couesnon expliquera que « les tableaux dressés avant les hostilités, indiquant les métaux nécessaires pour les besoins de guerre, comportaient pour l’acier et par mois, les quantités suivantes [...] 4300 tonnes. Nos besoins mensuels actuels sont de 400000 tonnes par mois »9.

  • 10 Kuisel 1984 : 47-48.

13Du point de vue financier, la guerre devient très vite un gouffre. Les dépenses militaires gonflent les engagements du Trésor au point que le service de la dette nationale excède bientôt le total du budget d’avant-guerre. Certaines règles de finances publiques sont suspendues, tels le maintien de l’équilibre budgétaire et l’interdiction de verser des fonds publics à l’industrie privée10. Si au début, le financement provient en grande partie des avances de la Banque de France et des emprunts, dont beaucoup sous la forme de bons du Trésor à court terme, la France doit surtout se tourner vers les pays étrangers aux reins solides, et en premier lieu les États-Unis. Non seulement elle troque son statut de créancière du monde en juillet 1914 contre celui de débitrice, mais encore elle doit négocier l’obtention de crédits auprès d’un pays dont elle connaît peu les méthodes de travail et les logiques de raisonnement, et qui évolue, au cours du conflit, d’une position de neutralité bienveillante envers des Alliés à celle d’allié tout court.

La collaboration industrielle franco-américaine

14La priorité absolue est de faire face aux besoins en armements. En octobre 1914, Alexandre Millerand, ministre de la Guerre, demande à son ami Albert Thomas d’entrer au service des munitions du ministère. En mai 1915, Thomas devient secrétaire d’État à l’Artillerie et aux Munitions, puis, en décembre 1916, ministre à part entière de l’Armement. Souhaitant s’appuyer sur les industriels qui ont l’expérience de la production à grande échelle, et parmi eux Schneider, dont il est l’avocat en temps normal, Millerand s’accorde avec Robert Pinot, secrétaire du Comité des forges, pour préconiser une étroite concertation entre les principaux groupes industriels français sous l’égide des pouvoirs publics et des organisations patronales, afin de mettre en service un puissant réseau d’usines d’armement qui travaillent de façon complémentaire. Dans cette optique, l’action de Thomas consiste à pousser la production de munitions en stimulant l’initiative privée.

  • 11 A. D’angio, Schneider et C‘ et la naissance de l’ingénierie : des pratiques internes à l’aventure i (...)

15C’est ainsi que le groupe Schneider rassemble autour de lui de nombreux industriels sous-traitants, et dispense à certaines sociétés les moyens nécessaires pour adapter leur outillage aux fabrications de guerre. Il établit des groupements régionaux d’industriels qu’il fait profiter de son expérience, de ses procédés et de ses méthodes, dont beaucoup s’inspirent du taylorisme depuis plusieurs années. Conscient néanmoins que les entreprises françaises n’ont ni la capacité productive ni le temps pour produire autant qu’il le faudrait, il noue dès le début de la guerre des relations étroites avec les États-Unis. Il y passe des marchés d’armements aux termes desquels des usines métallurgiques nord-américaines, dont la Bethleem Steel, fabriquent du métal à projectiles suivant les procédés Schneider et sous le contrôle d’une mission d’ingénieurs aciéristes et métallurgistes11.

  • 12 Kuisel 1984 : 101 ; et H. Zimnovitch, « L’émergence des coûts standard aux États-Unis : 1880-1930. (...)

16La prise de conscience, à partir de 1915, que la bataille sera en partie gagnée grâce à l’industrie et que ses performances dépendent de son organisation, conduit les pouvoirs publics à inciter fermement les entreprises à bousculer leurs méthodes dans le sens américain. Déjà, après la bataille de la Marne qui fait prendre à la crise des munitions de graves proportions, Louis Loucheur, fondateur et gérant de la Société générale d’entreprises (électricité/travaux publics) a construit une usine d’obus utilisant les machines-outils américaines les plus récentes. De son côté, Albert Thomas prêche l’intensification de la production et l’acceptation du taylorisme, et fait ponctuellement appel à Henri Le Chatelier, que Wilson sollicite par ailleurs en tant que conseiller pour créer un conseil national de la recherche aux États-Unis. La réussite de l’usine d’obus montée par Loucheur vaut à ce dernier d’être nommé en 1916 sous-secrétaire d’Etat aux Armements et Fabrications de guerre sous la tutelle d’Albert Thomas. Devenu ministre de l’Armement à sa place en septembre 1917, Loucheur fait venir un groupe d’ingénieurs pour aider à l’effort de guerre, et parmi eux, un disciple de Taylor, C. B. Thompson, qui restera en France jusqu’en 192912.

  • 13 Kuisel 1984 : 94.

17Enfin, la stratégie du ministère du Commerce, dirigé par Etienne Clémentel d’octobre 1915 à la fin 1919, consiste à rénover les processus de production, à encourager l’autodiscipline des producteurs et à promouvoir la collaboration entre un patronat organisé et l’administration. Souhaitant à cette fin disposer de données fiables qui, on l'a vu, font cruellement défaut à son ministère, il entreprend un inventaire industriel général, en demandant aux services techniques de ce dernier et à son principal organisme adjoint, le comité consultatif des Arts et manufactures, de déterminer en liaison avec les industriels les capacités et les besoins de chaque secteur, et de formuler des recommandations pour l’amélioration de la productivité. En effet, il pense que ce qu’il faut à la France de l’après-guerre pour améliorer sa productivité et sa balance commerciale, c’est une capacité de production industrielle moderne, fondée sur la technologie la plus récente, la standardisation, la fabrication en masse, le taylorisme, une organisation de la recherche où se rejoindraient scientifiques et industriels13.

  • 14 Soutou 1989 : 324 et 326.

18Cette démarche est à rapprocher de celle suivie par le président Wilson dans le domaine commercial. Depuis quelques années, les milieux d’affaires américains réclament une atténuation de la législation antitrust (loi Sherman de 1890) dans le cas du commerce avec l’étranger, pour permettre la constitution d’organismes capables de rivaliser avec les cartels et les ententes européens, et en général avec toutes les pratiques du Vieux continent pour fausser la concurrence en faveur de ses exportations. Wilson charge la Federal Trade Commission d’une enquête sur les effets des combinaisons et pratiques commerciales étrangères sur les exportations américaines. À partir du 1er juillet 1915, la commission séjourne dans les principales villes américaines pour procéder à des auditions, et envoie plus de dix mille exemplaires d’un questionnaire fort complet. Elle utilise toute la documentation disponible, ainsi que les rapports des consuls américains à l’étranger, pour recouper et vérifier les informations. L’enquête est terminée et publiée le 30 juin 1916. Elle se présente sous la forme d'un recensement exhaustif de tous les aspects de l’organisation du commerce international, par types de produits et par pays, de toutes les ententes existantes, au niveau national et international, et de toutes les procédures utilisées pour réduire ou organiser les concurrences14.

Le décalage des cultures bancaires (1915-1916)

19Du côté financier, les choses sont beaucoup moins nettes. Une fois utilisés les premiers expédients, la France se décide à entamer des négociations de fond pour des emprunts substantiels. À l’été 1915, le contexte paraît favorable pour s’adresser aux États-Unis, car les banques américaines “souffrent d’une pléthore de fonds”, comme il est signalé au ministre français des finances. Toutefois, les banquiers américains prennent des précautions oratoires pour tempérer les éventuels emballements.

  • 15 SAEF, B 62588/1, B. Hepburn, de la Chase National Bank, à Alexandre Ribot, ministre des Finances, 2 (...)

20Par exemple, la Chase National Bank explique que, jusqu’alors, les banques américaines ont investi leurs fonds en interne dans des titres connus et à de meilleurs taux d’intérêt qu’elles n’auraient pu obtenir d’obligations de n’importe quel gouvernement étranger de bon crédit. Elle n’ont donc aucune expérience dans le placement d’obligations étrangères auprès du client de base. Et elles sont dans la plus grande ignorance de la situation des banques françaises et du crédit intérieur français. Le grand public américain est par ailleurs peu habitué aux emprunts d’État, les banques pratiquant peu les syndicats d’émission. Sauf quelque cas très exceptionnels, elles n’ont pas, comme en France, un réseau d’agences, et leur champ d’action est presque toujours limité à leurs villes d’origine, avec quelques bureaux de quartiers. Elles sont plus ou moins étroitement liées avec des correspondants établis dans les autres villes, mais une action d’ensemble se trouve, dans ces conditions, assez limitée15.

  • 16 Ibid., L. Weiller, député de Charente-Maritime à Ribot, 12 juillet 1915 ; B. Hepburn à Ribot, 28 ju (...)

21Parallèlement, des observateurs français constatent qu’il n’existe aux Etats-Unis aucun établissement de banque français ou franco-américain. Contrairement aux Allemands qui ont envoyé aux États-Unis un représentant (Schmidt, de la Deutsche Bank) dès le début de la guerre, la France n’a pas de représentant d’une ou de plusieurs grandes banques françaises pour renseigner utilement les financiers américains. Elle n’a pas non plus établi d’agents financiers à New York qui puissent y entretenir des relations suivies avec les banques américaines et y étudier le marché financier. Et, au début, elle ne consulte pas des intermédiaires qualifiés, c’est-à-dire les rares Français (tel le banquier Jacques de Neuflize) qui ont avec la grande industrie et les grands financiers américains des relations personnelles16.

  • 17 Ibid., Rapport [de Breteuil et ?] à Ribot, 20 août 1915 ; et G. de Breteuil à Ribot, 7 octobre 1915

22Dépourvu de canaux de renseignements sur les coutumes bancaires des États-Unis, le gouvernement français émet un emprunt d’Etat auprès du grand public américain. Résultat, les bons français se vendent mal. Par ailleurs, les banques, dont Morgan, considèrent, en raison notamment de sa faible natalité, que le crédit de la France est très inférieur à celui de l’Angleterre. À la fin de l’année 1915, des experts français rappellent au ministère des finances qu’il devient urgent d’établir à New York un bureau financier à la tête duquel soient placées des personnes ayant une connaissance approfondie de la langue anglaise et auxquelles les habitudes des financiers américains sont ou pourront rapidement devenir familières. C’est, jugent-ils, le seul moyen pour les Français d’acquérir une plus grande connaissance du marché américain et de mieux se faire connaître de lui17.

L’administration française en ordre dispersé : un interlocuteur polymorphe et déroutant pour le gouvernement américain

23Autre faiblesse de la France dans son nouveau rôle, la multiplicité des interlocuteurs qui négocient avec les Américains. Non seulement la guerre entraîne le développement des ministères techniques (Commerce, Ravitaillement, Armement...), mais les situations d’urgence qu’elle crée poussent ceux-ci à tomber dans les mêmes travers que les ministères plus anciens, à savoir l’engagement des dépenses avant tout contrôle de la part du ministère des Finances.

  • 18 Masquelier 1995 : 58-59.

24Ce dernier souffre trop des conséquences de la guerre sur ses effectifs pour être en mesure de contrôler quoi que ce soit. Le quotidien et l’urgence absorbent son personnel. Dès 1914, l’importance et le nombre des opérations de son administration centrale ne cessent d’augmenter. Les agents les plus actifs sont mobilisés et remplacés par un personnel de fortune (souvent des femmes) qui n’a ni les connaissances ni l’expérience de ses prédécesseurs. Il en résulte « des retards considérables dans les écritures, des imputations provisoires à des comptes de recettes à classer et de dépenses à régulariser, pour des sommes s’élevant à plusieurs milliards, l’impossibilité de publier aucun compte, la suspension de toutes les règles ordinaires de la comptabilité publique »18.

  • 19 SAEF, B 14040, rapport de l’Association des trésoriers-payeurs généraux, 1920.

25Les comptables directs du Trésor, « soumis aux ordres de bureaux multiples et disséminés (personnel, comptabilité publique, dette inscrite, mouvement des fonds, contributions directes, Caisse des dépôts...), reçoivent des instructions manquant fatalement de cohésion, d’esprit pratique, compliquant et retardant souvent le service plutôt que de le simplifier et de l’accélérer ». La guerre multiplie leurs compétences : ils sont chargés du recouvrement des impôts directs ; ils centralisent à leurs caisses et dans leurs écritures toutes les ressources fiscales sans distinction ; ils paient, sur tous les points du territoire et sous leur entière responsabilité, toutes les dépenses de l’État qui se compliquent sans cesse, sans parler des titres et coupons des innombrables emprunts19.

  • 20 Soutou 1989 : 492 et 517.

26Dans les autres ministères, rien n’est fait pour stabiliser le nombre et l’identité des personnes chargées de négocier avec les autorités américaines. Le ministère du commerce voit ses responsabilités fluctuer au gré des événements : il lui arrive d’avoir en même temps la responsabilité du Ravitaillement, de l’Agriculture, du Travail, des PTT ou de la Marine marchande. En 1917, il perd la compétence des négociations interalliées sur les matières premières, au profit du ministère des Affaires étrangères. À son tour, en novembre 1917, ce dernier perd le Blocus, qui devient le ministère du Blocus et des Régions libérées, sans que le décret du 13 décembre qui définit ses attributions ne prévoie de solution pour maintenir la liaison entre eux deux : cela complique les négociations avec les Alliés. Ce même décret laisse subsister une dualité d’attributions entre lui et la section économique de l’état-major, ce qui entraîne des frictions, en particulier pour le blocus financier. Et les rapports avec le ministère du commerce ne sont pas non plus réglés de façon satisfaisante20.

27Surtout, les ministères dépensiers, habitués depuis plusieurs dizaines d’années à engager les dépenses sans les justifier, agissent de même avec les Alliés. Alors que les Anglais, puis les Américains, s’évertuent à leur demander des explications sur l’usage qu’ils comptent faire des crédits qu’ils demandent, les réponses tardent systématiquement à venir, et quand elles arrivent, elles sont floues. Le banquier Jacques de Neuflize, qui effectue de nombreuses missions aux Etats-Unis pour le compte de la Banque de France, décrit ainsi la situation :

  • 21 Fondation pour l’histoire de la haute banque, 44 AQ 20, Jacques de Neuflize à son père, 30 juin 191 (...)

« Chez nous, il semble que personne ne réussit à se mettre d’accord sur ce que l’on veut exactement, chacun réclamant à cor et à cri les besoins de son département à lui. La disproportion entre les sommes allouées à l’Angleterre et à la France provient tout simplement du fait que l’Angleterre a su montrer l’impérieuse nécessité des versements qu’elle réclamait, présentant ses demandes au jour le jour sans essayer de trouver des formules devant s’appliquer jusqu’à la fin de la guerre. Chez nous, l’esprit de prévision fait que Paris cherche à conclure des arrangements qui résoudront la question définitivement quelle que soit la durée de la guerre. Or il est beaucoup moins facile d’obtenir d’avance la promesse de chiffres considérables que de les obtenir au jour le jour au fur et à mesure que les besoins s’en sont manifestés. L’Administration à Paris continue, malgré tous les efforts de ses représentants en Amérique, soit de ne pas répondre aux questions qui lui sont posées par les télégrammes, soit à y répondre avec un retard considérable »21.

  • 22 Kuisel 1984 : 86 et 88.

28La multiplicité d’interlocuteurs qui achètent sans aucun programme prévisionnel et encore moins rationnel entraîne du gaspillage et la hausse des prix. En 1916, le gouvernement britannique, auquel la France demande des moyens de transports maritimes, des approvisionnements et des crédits, se plaint de ce que les acheteurs français fassent enchérir les prix des métaux, et demande à Paris d’imposer une certaine discipline. Il veut que la France participe aux bureaux d’achat interalliés pour des matières telles que le blé, le sucre et le charbon. Après un séjour de Clémentel à Londres, des comités interministériels se mettent en place à la fin de l’année, pour coordonner les demandes d’importation de métaux, et le Comité des forges centralise les achats de fonte et d’acier en Grande-Bretagne. À leur tour, les Américains demandent à la France de désigner un agent d’achat unique pour des marchandises comme le coton brut. Dans les dix-huit derniers mois de la guerre, le ministère du Commerce institue enfin pour chaque matière première essentielle un agent d’achat ou un consortium unique, mais cela n’empêche pas le prix de continuer à monter22.

  • 23 Soutou 1989 : 352-353.
  • 24 Il n’en sera pas vraiment ainsi en réalité, car le président Wilson souhaitant que les États-Unis p (...)
  • 25 Soutou 1989 : 405, 409 et 460-461.

29Sur le plan financier, le gouvernement américain se substitue aux banques américaines au fur et à mesure qu’il s’engage dans le conflit. Le 26 décembre 1916, le Federal Reserve Board (FRB) donne son accord à un projet d’entente avec la Banque d’Angleterre, et fait de même avec la Banque de France en février 19 1 723. En mars 1917, il rédige un texte aux termes duquel sont légitimes toutes les formes de prêts accordés aux Alliés, y compris à long terme, à condition qu’ils soient placés dans le public et ne restent pas dans les mains des banques au-delà du raisonnable ; et il n’est pas question de couverture-or. Cela revient à priver la Grande-Bretagne et la France de l’accès direct au marché financier américain qu’elles avaient jusqu’alors. Le gouvernement américain manifeste ainsi qu'il veut être dorénavant lui-même en relations directes et aussi fréquentes que possible avec les Alliés, et, en particulier, être tenu au courant à l’avance des opérations prévues et de leurs conditions. Il espère ainsi disposer de fait d’un droit de veto sur les opérations financières alliées24. Le 25 avril 1917, la législation financière lui permettant d’emprunter 7 milliards de dollars sur le marché américain et d’en prêter trois aux Alliés est votée par le Congrès et signée par Wilson25

QUELLES LEÇONS POUR L’IMMÉDIAT APRÈS-GUERRE (1918-1919) ?

30À partir de l'armistice, le but de la France n'est plus d'acheter des armes, mais de reconstruire. Toutefois, ses besoins en crédits sont toujours aussi importants. En face, les États-Unis reviennent rapidement à leurs habitudes du temps de paix. Il est intéressant d'examiner si la France a évolué dans sa manière d'aborder les questions financières avec ces derniers.

La situation des pouvoirs publics en France et aux États-Unis

  • 26 Masquelier 1995 : 61.

31En France, le ministère des Finances éprouve les plus grandes difficultés à recouvrer l’impôt, en particulier l’impôt sur le revenu instauré en 1916. La loi de règlement de l’exercice 1914 n’est présentée à la Chambre que le 30 septembre 1919. Les commissions du Parlement ne peuvent pas faire de travail sérieux. La réforme budgétaire s’impose. Une loi du 21 octobre 1919, suivie d’un décret du 7 novembre 1919 et complétée par la loi du 10 août 1922 sur l’organisation du contrôle des dépenses engagées, divisent l’ancienne direction générale de la comptabilité publique en direction du Budget et du contrôle financier et en direction de la Comptabilité publique26 Le décret du 15 novembre 1919 confie à la nouvelle direction du Budget et du contrôle financier les missions budgétaires que détenait l’ancien bureau du budget de la Comptabilité publique.

  • 27 SAEF, B 62588/1, le commissaire général des affaires de guerre franco-américaines au commissaire fr (...)

32Aux États-Unis, le Congrès est disposé à établir un système de budget à la place du système des appropriations. Good, président de la commission des appropriations, présente à la Chambre le 20 mai 1919 un projet de loi qui introduit un système budgétaire pour l’année fiscale de 1920. Ce système centralise la responsabilité des demandes de crédit dans les mains du président de la République et donne au Congrès le droit de vérifier et de contrôler sans restriction. Les ministères se trouveront ainsi coordonnés. Le projet de loi prévoit l’installation d’un bureau du budget dans les services du Président. Le même jour, le sénateur Kenyon introduit au Sénat une résolution demandant la création d’une commission du budget qui serait envoyée dans les pays étrangers pour étudier le fonctionnement de leur système budgétaire, et qui proposerait les projets de loi pour établir un système de budget américain27.

  • 28 Roz 1923 : 205-208.

33Pour ce qui touche aux relations entre l’État et l’opinion publique, les événements se précipitent des deux côtés de l’Atlantique. En novembre 1919, les électeurs français, appelés à désigner un nouveau Parlement, votent largement en faveur d’une coalition de partis modérés et de droite, c’est-à-dire des gouvernants attachés à l’orthodoxie libérale. Aux États-Unis, le retour à la paix s’accompagne d’une crise politique. Le président et le Sénat, les Républicains et les Démocrates s’affrontent à propos du traité de paix. Un grand nombre de services administratifs ont enlevé aux particuliers à peu près toutes les affaires qui se rapportaient plus ou moins directement à la conduite de la guerre. Dans ce pays d’initiatives privées et d’exploitation des services publics par les compagnies commerciales, la mainmise de l’État a bouleversé les habitudes et profondément troublé le mécanisme de ces services. Aussi l’opinion publique exige-t-elle que l’Administration se retire rapidement des domaines qu’elle a envahis. C’est ainsi que le contrôle du gouvernement sur l’industrie de l’acier et la fixation des prix prend fin dès le 31 décembre 1918, que les lignes télégraphiques et téléphoniques et les câbles sont rendus à la propriété privée à l’été 1919 et les chemins de fer en février 192028.

La France et la communication des informations aux Américains sur sa situation financière

34Les critiques formulées par Neuflize pendant la guerre sont encore valables après guerre : les Américains n’aiment toujours pas le flou, et les Français ont encore du mal à leur donner des chiffres éclairants.

  • 29 Soutou 1989 : 838.
  • 30 SAEF, B 62588/1, le commissaire général... au ministre des Finances, 20 mai 1919.

35Dès le 11 novembre 1918, le secrétaire d’État au Trésor McAdoo dépose au Congrès un projet de loi l’autorisant à poursuivre les prêts à la France. Il ne s’agit pas de crédits nouveaux, mais uniquement de l’utilisation d’un reliquat de 1,5 milliards de dollars subsistant des Liberty Loans. La loi votée fin février 1919 est assez restrictive : les crédits pourront couvrir des achats de ravitaillement, mais en aucun cas des dépenses de reconstruction des régions dévastées29. En octobre 1918, André Tardieu, commissaire général des affaires de guerre franco-américaines, est allé demander à McAdoo de présenter au Congrès une loi autorisant la Trésorerie américaine à consentir à certains Alliés des avances en vue de la reconstruction. Dès le 15 novembre, il réclame aux ministères acheteurs un programme détaillé identifiant les besoins et justifiant les demandes de crédits. Mais, après avoir promis de le rendre pour le 15 décembre, puis pour le 15 janvier, ils n’envoient rien, malgré les demandes répétées de la Trésorerie. Conséquence, le projet de loi reste « accroché dans les commissions », selon l’expression de Tardieu30. Et pendant ce temps, la trésorerie française continue de baisser.

  • 31 Soutou 1989 : 769-770.

36À l’inverse, dans le cadre des négociations du traité de paix, Tardieu essaie de trouver des ajustements linguistiques et psychologiques entre Français et Américains. En décembre 1918, il étudie avec Hauser, du ministère du commerce, la présentation la plus souhaitable des clauses économiques de ce traité pour la partie française. Il suggère de regrouper les différentes clauses sous trois grandes têtes de chapitre, correspondant à trois thèmes constamment réaffirmés dans les discours de Wilson : réparations, Société des Nations et liberté des mers et des voies de communication. Il s’agit de présenter en termes apparemment compatibles avec le wilsonisme des objectifs d’inspiration très différente. Mais il apparaît rapidement qu’avec cette formule, il est très difficile de présenter un ensemble juridiquement et économiquement cohérent. Il propose donc, et est suivi, de présenter les clauses de façon logique, par matières (clauses générales, transit, réparations...), mais de faire précéder ces clauses d’un préambule qui serait également communiqué aux Alliés et qui montrerait comment « toutes nos revendications rentraient en réalité dans ces trois rubriques : restitutions, garanties, Société des nations »31.

  • 32 SAEF, B 62588/1, Commissariat général..., télégramme du 6 janvier 1919 ; dépêche du 10 janvier 1919 (...)

37À partir de décembre 1918, Billy, du Commissariat général des affaires de guerre franco-américaines à New York, est constamment sollicité sur les résultats de l’emprunt intérieur 4 % 1918. Or, il n’a pour répondre que les renseignements incomplets et parfois contradictoires que fournit... la presse américaine. Il est obligé de demander au directeur du Mouvement général des fonds (MGF) du ministère des Finances de « bien vouloir » lui câbler les résultats officiels connus. La réponse qui lui parvient quatre jours plus tard sous la forme d’une dépêche télégraphique ne comprend que des chiffres très approximatifs : capital nominal souscrit, capital effectif, nombre de souscripteurs. Or, Billy voulait connaître la part d’argent frais qui a participé à l’emprunt, la part de coupons russes, la part en bons de la Défense nationale. Finalement, une première réponse détaillée lui est transmise le 13 février 1919 dans « l’état actuel des dépouillements ». Les résultats sont présentés selon le découpage suivant : numéraire versé, numéraire à verser sur les rentes non libérées, Bons de la Défense nationale, Bons du Trésor ordinaires, obligations décennales, obligations quinquennales, rentes 3 1/2 %, coupons russes et total général32.

38Début mars, l’état-major de l’armée américaine demande à son tour à l’attaché militaire de lui fournir certains renseignements, en vingt-quatre points, sur la situation financière de la France :

« 1) Quelle est la fortune nationale approximative de la France ? Comment est-elle divisée ?
2) Quelle est la rente nationale approximative ? Comment est-elle divisée ?
3) À combien se monte actuellement la dette nationale ?
4) Ce chiffre comprend-il le papier monnaie ?
5) À combien se montait la dette avant la guerre ?
6) Quelle en a été l’augmentation d’année en année de 1912 à 1919 ?
7) Combien la France doit-elle aux puissances étrangères ?
8) Combien la France doit-elle à des banques étrangères ou autres organisations importantes ?
9) Combien la France doit-elle à des banques métropoles ?
10) Quelle est la garantie des différents emprunts ?
11) Quelle est la moyenne d’intérêt des différents emprunts ?
12) Quelle en est la date d’échéance ?
13) Quels sont le cours d’émission et les cours successifs en Bourse des différents emprunts ?
14) Tous les intérêts ont-ils été payés à la date actuelle ?
15) Comment le montant de ces intérêts a-t-il été prélevé, par impôts ou par de nouveaux emprunts ?
16) Quelles sont les intentions du gouvernement en vue du rejet de la dette nationale ?
17) Quel a été depuis la guerre le cours du change en livres et en dollars ?
18) Quelle a été la quantité d’or frappée ? la quantité d’argent ? combien de papier monnaie a été mis en circulation ? A quelle date ? Par qui ? La monnaie d’or et d’argent est-elle actuellement en circulation ? Si oui, dans quelle proportion ?
19) Existe-t-il des billets à courte échéance, ou des découverts en France et à l’étranger autres que ceux mentionnés ci-dessus ?
20) Détail des budgets annuels depuis 1913 ? Existe-t-il un arriéré d’impôts ? Si oui, quel en a été le montant depuis 1912 ? Quels sont les chiffres éventuels ?
21) Y a-t-il des divisions du pays ayant leur budget propre ? Si oui, à combien se monte ce budget ?
22) Les chiffres ci-dessus de fortune, rente, dette, garantie ou change, peuvent-ils être modifiés suivant les races ou les différentes régions du pays ? Si oui, comment ?
23) Y a-t-il des statistiques montrant jusqu’à quel point l’augmentation de la vie a pu modifier ces chiffres ? Quel serait le résultat de changements dans le territoire ou autres ? À quelle époque compte-t-on que les charges considérables occasionnées par la guerre seront amorties ?
24) Existe-t-il d’autres chiffres pouvant montrer clairement la situation financière du pays ? »

  • 33 Ibid., le commandant, attaché militaire à l’ambassade des États-Unis à Paris, au ministère des Fina (...)

39Heureusement pour le MGF, il se trouve que la presque totalité de ces renseignements ont déjà été établis par une commission américaine33.

  • 34 Ibid., Bonbright & Co à Paris, à Cellier, directeur du MGF, 11 mars 1919.

40Plus on avance dans le temps, plus l'administration revient à un fonctionnement normal, ce qui permet une amélioration des remontées d'informations, comme le montre l'exemple suivant. En mars 1919, la maison Bonbright de New York suggère la constitution d’un syndicat de prise ferme d’obligations garanties par le gouvernement français des villes de Verdun, Reims, Soissons ou Amiens. L’émission se monterait à 25 millions de dollars pour chacune des villes, ou bien à 100 millions de dollars pour une obligation unique avec la garantie collective des quatre villes ; dans les deux cas, il s’agirait d’obligations à trois ans portant intérêt à 51/2 %, qui devraient être nettes de tous impôts présents et futurs en France34.

  • 35 Ibid., le directeur général des Contributions directes au directeur du MGF, 30 septembre 1919 ; et (...)

41Pour avoir les éléments nécessaires aux pourparlers, le MGF demande en septembre 1919 à la direction des Contributions indirectes, au ministère des finances, de lui faire connaître la valeur, soit en capital, soit en revenu, des propriétés situées dans les villes de Brest, Toulouse, Sète, Montpellier, Rennes, Tours, Grenoble, Saint-Étienne, Nantes, Saint-Nazaire, Nancy, Dunkerque, Le Havre, Rouen et Amiens, et de lui fournir des informations touchant la méthode adoptée pour la détermination de ces renseignements. Dans leur réponse, les Contributions indirectes indiquent, pour chaque ville, la valeur locative des propriétés bâties et non bâties en 1907 ; la valeur des établissements industriels fixée s’applique aux bâtiments et à l’outillage attaché au fonds à perpétuelle demeure. A cette réponse sont jointes des fiches qui comprennent le montant des recettes de 1913 à 1918, le montant des dépenses de 1913 à 1918, les emprunts (s’il y en a), les bons municipaux, le montant de la dette au 31 décembre 1913 et au 31 décembre 1918, le nombre de la population (d’où une moyenne de dette de x francs par habitant), un récapitulatif de la dette par habitant une fois tout compris. S’il y a des emprunts, on indique le montant, la date d’émission la durée (dates extrêmes), le taux, le restant dû en 1918 et 191935.

  • 36 Ibid., le directeur de l’Administration départementale et communale (ministère de l’Intérieur), au (...)

42Dans le même but, le ministère de l’Intérieur transmet au ministère des Finances plusieurs types de renseignements sur ces villes : deux états indiquant le montant de leurs dépenses et recettes pour 1913 à 1918 inclus et le chiffre de la dette communale (montant de la dette municipale pour chaque emprunt : montant nominal, taux d’intérêt nominal, date d’émission, durée). Les documents envoyés par chaque département ne sont pas normalisés : ils sont soit imprimés (il s’agit alors de l’annexe du compte administratif, avec des ratures et des collages pour insérer des modifications), soit manuscrits, soit dactylographiés ; on trouve des tableaux certifiés exacts par le receveur municipal ou par le préfet. Visiblement, la source principale de ces informations se trouve dans les comptes administratifs, déclinés sur divers modes (longs ou courts, bruts ou retranscrits)36.

  • 37 Ibid., Bonbright & Co à Paris, à Cellier, 17 mars 1919.

43Mais le projet tourne court en cette année 1919. Le public américain se désintéresse de plus en plus des emprunts étrangers, qu’ils émanent de Suisse ou de Suède, en particulier de la ville de Stockholm. Et désormais, les seules opérations envisagées aux États-Unis sont des financements d’exportations (matières premières, machines) sous la forme de crédits commerciaux à court terme pour des groupes d’importateurs français, et de crédits à long terme, deux formes destinées à combattre la hausse renouvelée des changes37.

Les constats de la mission française aux États-Unis (fin 1919)

  • 38 Ibid., le commissaire général... au ministre des Finances, 20 mai 1919.
  • 39 Ibid., rapports de Jacques de Neuflize, 25 juillet et 2 août 1919, transmis par Frédéric François-M (...)

44Mais même la solution des crédits commerciaux ne se présente pas sous les meilleurs auspices. Tardieu signale en mai 1919 : « il règne aux États-Unis un certain pessimisme à l’égard de notre situation financière, en raison des griefs suivants : inflation continue de la circulation fiduciaire ; rentrée lente ou incomplète des impôts, particulièrement taxes de guerre et impôt sur le revenu ; insuffisance de l’effort fiscal »38. Pour ne rien arranger, au cours du mois de juin 1919, les hommes politiques et la presse français multiplient les déclarations alarmistes et pessimistes sur la situation interne de la France. Ces propos, répercutés dans la presse américaine, ont pour effet de décourager les investisseurs américains, ou du moins c’est ce qu’ils laissent entendre auprès des experts français qui se trouvent sur place. Parmi eux, Jacques de Neuflize s’inquiète de l’image catastrophique que la France donne d’elle-même, et rappelle que les hommes d’État soient prudents dans leurs déclarations. Pour lui, la seule solution, « c’est de la propagande pour intéresser le grand public à la France », notamment par le biais de déjeuners aux éditeurs des principaux journaux de New York39.

  • 40 Ibid., Commissariat général..., télégramme du 20 août 1919.

45En septembre 1919, le Federal Reserve Board déclare, au sujet de la dépréciation des principales devises européennes et de la situation ainsi créée au commerce américain, qu’à son avis il faut, pour satisfaire les besoins de l’Europe, recourir à l’initiative privée des fabricants et banquiers étrangers, en relations d’affaires avec les groupements américains similaires, et non pas aux efforts concertes des gouvernements40.

46C’est ainsi que, sur l’invitation des chambres de commerce américaines, des délégations alliées se rendent aux États-Unis durant le dernier trimestre 1919 pour exposer leurs besoins aux décideurs économiques et financiers et les faire connaître au grand public américain. La délégation française, composée d’industriels et de banquiers, est dirigée par Eugène Schneider, secondé par le baron du Marais. Ils rencontrent plusieurs banquiers de New York, les représentants du Federal Reserve Board et les membres du gouvernement à Washington, puis poursuivent leur tournée à Pittsburgh, Cincinnati, Saint-Louis, Kansas City et Chicago. Dans chacune de ces villes, les délégués techniques financiers des quatre missions alliées ont des conférences avec les principaux banquiers.

  • 41 Saef, B 62590/1, le baron du Marais au président du Crédit Lyonnais, 17 octobre 19191 ; et Commissa (...)
  • 42 Saef, B 62588/1, Commissariat général..., télégramme du 20 novembre 1919.

47Leurs observations rappellent en tous points celles que nous avons déjà rencontrées en 1915. D’une part, l’opinion américaine est en théorie favorable à la France, mais mal renseignée sur l’étendue des besoins de la France et sur l’effort fiscal accompli : de ce fait, elle refusera clairement tout concours si elle n’est pas nettement éclairée. Or, il leur semble que l’impact de leur mission même sera limité, parce qu’elle n’est pas appuyée comme il le faudrait par la presse américaine, qui reste très réservée41. D’autre part, les banquiers sont ignorants de la situation en Europe, ont la plus complète inexpérience des procédés de placement en usage dans les banques européennes, et méconnaissent la puissance d’absorption du public américain42.

  • 43 Saef, B 62590/1, Mission économique française, section financière, rapport, [fin 1919].

48Deux extraits illustrent le chemin qui, en 1919, reste à parcourir entre les deux pays. L’un des derniers rapports de la mission économique préconise une stratégie strictement identique à celle que certains appelaient de leurs vœux en 1915 : « En France, il y a lieu d’arrêter un programme économique et financier. Un exposé clair rassurera le pays, il prouvera aux industriels et commerçants l’urgence absolue d’un intense effort d’exportation. Des mesures fiscales devront encourager ces exportations. Ce programme arrêté devra être largement répandu aux États-Unis, il y sera favorablement accueilli. Il importe qu’une organisation appropriée fasse connaître au public américain la situation actuelle exacte de la France, son avenir, ses possibilités ». La mission recommande que soient rédigées des brochures à faire signer par des noms américains et à faire insérer par le biais d’agences de publicité américaines, et que des banques françaises s'installent en résidence à New York pour rester en contact avec les banques américaines et y suivre le marché du change et de la rente43.

  • 44 Ibid., extrait de The Chicago Tribune, 6 janvier 1920.

49L’autre extrait émane d’un journal américain : « Les Américains s’opposent nettement à toute avance de crédits de reconstruction si ce n’est sur une base commerciale saine. L’impression très répandue existe que des prêts non raisonnés à l’Europe, sur une large échelle, engendreraient des abus et tendraient à retarder le retour des Européens au travail productif »44.

CONCLUSION

50Au terme de cet article, il apparaît qu’au-delà des mécanismes d’industrialisation selon des méthodes américaines, accélérés dans certains secteurs par la Première Guerre mondiale, l’américanisation doit être également étudiée sous l’angle des circuits d’informations, d’une part aux États-Unis et dans le pays concerné parallèlement, et d’autre part entre les deux pays. Les chemins parfois complexes qui mènent aux discours tenus par le débiteur potentiel et le créancier potentiel sont une piste de réflexion très riche, et très éclairante sur les mentalités des uns et des autres.

Bibliographie

***

Angio d’A. 2000a. « La mutation des structures de la société Schneider et Cie entre 1898 et 1914. Parallélisme avec les débuts de la diffusion des idées tayloriennes en France », Gestion et croyances, Huitièmes rencontres, 25 et 26 novembre 1999, Toulouse, Presses de l’Université des Sciences sociales de Toulouse, p. 243-262.

Angio d’A. 2000b. Schneider et Cie et la naissance de l’ingénierie : des pratiques internes à l’aventure internationale (1836-1949), Paris, CNRS-Éditions.

Fridenson P. 1987. « Un tournant taylorien de la société française (1904-1918) », Annales ESC, sept.-oct., p. 1039-1040.

Kuisel R. 1984. Le capitalisme et l’Etat en France. Modernisation et dirigisme au XXe siècle, Paris, Gallimard.

Masquelier P. 1995. « L’histoire de la direction de la Comptabilité publique de 1870 à 1940 : de l’administration des choses au gouvernement des hommes ? », colloque La Comptabilité publique. Continuité et modernité, Paris, 25 et 26 novembre 1993. Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France.

Moutet A. 1984. « La Première Guerre mondiale et le taylorisme », dans de Montmollin M., Pastre O. (dir.), Le taylorisme, Paris.

Peaucelle J.-L. 2001. « Henri Fayol et la guerre de 1914 », Mer, navires et gestion, une histoire en chantier, Septièmes journées d’histoire de la comptabilité et du management, 22-23 mars 2001, Presses de l’Université de Nantes, p. 33-52.

Roz F. 1923. L’Amérique nouvelle. Les Etats-Unis et la guerre. Les Etats-Unis et la paix, Paris, Ernest Flammarion.

Soutou G.-H. 1989. L’or et le sang. Les buts de guerre économiques de la Première Guerre mondiale, Paris, Fayard.

Zimnovitch H. 1996. « L’émergence des coûts standard aux États-Unis : 1880-1930. Pourquoi ? Par qui ? Quel enseignement pour la France ? », Entreprises et histoire, no 13, p. 27-52.

Notes

1 R. Kuisel, Le capitalisme et l’État en France. Modernisation et dirigisme au XXe siècle, Paris, Gallimard 1984, p. 36-41 et 45-46.

2 P. Masquelier, « L’histoire de la direction de la Comptabilité publique de 1870 à 1940 : de l’administration des choses au gouvernement des hommes ? », colloque La comptabilitépublique. Continuité et modernité, Paris, 26 et 26 novembre 1993, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1995, p. 46-47.

3 Kuisel. 1984 : 46-48.

4 F. Roz, L'Amérique nouvelle. Les États-Unis et la guerre. Les États-Unis et la paix, Paris, Flammarion, 1923, p. 90, 94 et 146.

5 Ministère de l’économie, des finances et de l’industrie, Service des archives économiques et financières (SAEF), B 62588/1, Rapport sur une demande d’ouverture de crédit contre acceptation aux États-Unis, juillet 1915.

6 G.-H. Soutou, L’or et le sang. Les buts de guerre économiques de la Première Guerre mondiale, Paris, Fayard, 1989, p. 124-130.

7 A. Moutet, « La Première Guerre mondiale et le taylorisme », in M. de Montmollin et O. P Astre (dir.), Le taylorisme, Paris, 1984 et P. Fridenson, « Un tournant taylorien de la société française (1904-1918) », in Annales ESC, sept-oct. 1987, p. 1039-1040.

8 A. D’angio, « La mutation des structures de la société Schneider et Cie entre 1898 et 1914. Parallélisme avec les débuts de la diffusion des idées tayloriennes en France », Gestion et croyances, Toulouse, Presses de l’Université des Sciences Sociales, 2000, p. 243-262.

9 J.-L. Peaucelle., « Henri Fayol et la guerre de 1914 », in Mer, navires et gestion, une histoire en chantier, 7e journées d’histoire de la comptabilité et du management, 22-23 mars 2001, Nancy, PUN, 2001, p. 38.

10 Kuisel 1984 : 47-48.

11 A. D’angio, Schneider et C‘ et la naissance de l’ingénierie : des pratiques internes à l’aventure internationale (1836-1949), Paris, CNRS-Éditions, 2000, p. 139-148.

12 Kuisel 1984 : 101 ; et H. Zimnovitch, « L’émergence des coûts standard aux États-Unis : 1880-1930. Pourquoi ? Par qui ? Quel enseignement pour la France ? in Entreprises et histoire, no 13, 1996, p. 51.

13 Kuisel 1984 : 94.

14 Soutou 1989 : 324 et 326.

15 SAEF, B 62588/1, B. Hepburn, de la Chase National Bank, à Alexandre Ribot, ministre des Finances, 28 juillet 1915 ; et Rapport sur une demande d'ouverture de crédit contre acceptation aux Etats-Unis, juillet 1915 ; et Jean Bazin à Ribot, 12 octobre 1915.

16 Ibid., L. Weiller, député de Charente-Maritime à Ribot, 12 juillet 1915 ; B. Hepburn à Ribot, 28 juillet 1915 ; et Rapport sur une demande d’ouverture de crédit..., juillet 1915.

17 Ibid., Rapport [de Breteuil et ?] à Ribot, 20 août 1915 ; et G. de Breteuil à Ribot, 7 octobre 1915.

18 Masquelier 1995 : 58-59.

19 SAEF, B 14040, rapport de l’Association des trésoriers-payeurs généraux, 1920.

20 Soutou 1989 : 492 et 517.

21 Fondation pour l’histoire de la haute banque, 44 AQ 20, Jacques de Neuflize à son père, 30 juin 1917.

22 Kuisel 1984 : 86 et 88.

23 Soutou 1989 : 352-353.

24 Il n’en sera pas vraiment ainsi en réalité, car le président Wilson souhaitant que les États-Unis participer à un minimum d’organismes interalliés, et si possible uniquement en tant qu’observateurs, se prive en fait de moyens efficaces de contrôle. Soutou 1989 : 408-409 et 512.

25 Soutou 1989 : 405, 409 et 460-461.

26 Masquelier 1995 : 61.

27 SAEF, B 62588/1, le commissaire général des affaires de guerre franco-américaines au commissaire français à New York, 3 juin 1919.

28 Roz 1923 : 205-208.

29 Soutou 1989 : 838.

30 SAEF, B 62588/1, le commissaire général... au ministre des Finances, 20 mai 1919.

31 Soutou 1989 : 769-770.

32 SAEF, B 62588/1, Commissariat général..., télégramme du 6 janvier 1919 ; dépêche du 10 janvier 1919 et lettre au ministre, 6 février 1919.

33 Ibid., le commandant, attaché militaire à l’ambassade des États-Unis à Paris, au ministère des Finances, 8 mars 1919.

34 Ibid., Bonbright & Co à Paris, à Cellier, directeur du MGF, 11 mars 1919.

35 Ibid., le directeur général des Contributions directes au directeur du MGF, 30 septembre 1919 ; et le directeur du MGF à MM. Morgan Horfel et Cie.

36 Ibid., le directeur de l’Administration départementale et communale (ministère de l’Intérieur), au ministre des Finances, 2 septembre 1919.

37 Ibid., Bonbright & Co à Paris, à Cellier, 17 mars 1919.

38 Ibid., le commissaire général... au ministre des Finances, 20 mai 1919.

39 Ibid., rapports de Jacques de Neuflize, 25 juillet et 2 août 1919, transmis par Frédéric François-Marsal, directeur de la Banque de l’Union parisienne, à Cellier.

40 Ibid., Commissariat général..., télégramme du 20 août 1919.

41 Saef, B 62590/1, le baron du Marais au président du Crédit Lyonnais, 17 octobre 19191 ; et Commissariat général..., télégramme du 5 novembre 1919.

42 Saef, B 62588/1, Commissariat général..., télégramme du 20 novembre 1919.

43 Saef, B 62590/1, Mission économique française, section financière, rapport, [fin 1919].

44 Ibid., extrait de The Chicago Tribune, 6 janvier 1920.

Auteur

Service des archives économiques et financières au ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search