Version classiqueVersion mobile

L'américanisation en Europe au xxe siècle : économie, culture, politique. Volume 1

 | 
Isabelle Lescent-Giles
, 
Dominique Barjot
, 
Marc de Ferrière

Première partie. Sources et origines

« L'Américanisation du monde » ?

Étude des peurs allemandes face au « danger américain » (1897-1907)

Séverine Antigone Marin

Résumé

The purpose of this article is to explain why the ‘American danger’, a popular subject of many German economic articles and books from 1897 onwards, ultimately disappeared after 1905, through the American industrial success gave at the time no sign of weakening. Born out of the commercial dissension that developed between Germany and the USA at the end of the XIXth century, the American danger’soon evolved into a forceful weapon the economic circles used against the State, asking for immediate measures to help them counter this new competition. The American danger was therefore far less the expression of an admiration for industrial accomplishments that seemed to many inappropriate to the German way, as the useful tool to renew traditional claims of doser cooperation between the industrials and the administration. The success of this, proved by the World Fair in Saint Louis, along with an improvement of the German export figures and slight changes in the consulat practices, were celebrated as signs of German superiority and thus, brought the controversy to a temporary end.

Texte intégral

  • 1 On peut discuter les dates qui marquent le début d’une controverse : R. Pommerin choisit 1902, car (...)

1L’américanisation du monde est, au début du XXe siècle, la clef d’un succès de librairie assuré. Thème futuriste, il désigne alors l’« invasion » prochaine des marchés européens par les produits manufacturés américains qui ne trouvent plus de débouchés sur un marché national proche de la saturation. Au-delà de ce sens précis, le « danger américain » — équivalent allemand de l’expression anglaise d’« américanisation » — évoque toute une série d’éléments condensés dans le cliché du « pays aux possibilités illimitées ». Ce sont aussi bien les méthodes de production développées aux États-Unis, le monopole exercé sur ces matières premières vitales à l’industrie que sont le coton ou le cuivre ou l’aspect tentaculaire des trusts américains qui semblent aux observateurs allemands autant de signes d’une prochaine domination des États-Unis sur la vie économique mondiale. Cette peur n’a rien d’une spéculation intellectuelle : elle s’enracine au contraire dans les rivalités commerciales qui s’exacerbent entre les deux pays à partir de 1897. Cette année-là, les milieux protectionnistes allemands dénoncent les nouveaux tarifs douaniers américains comme étant une véritable déclaration de guerre. La polémique qui s’ensuit pour déterminer les moyens de rétorsion possibles s’envenime encore en 1901 avec la publication des excellents chiffres du commerce extérieur américain qui semblent désormais menacer également l’industrie nationale1. Cependant, si le « danger américain » est ainsi lié aux performances économiques, on comprend difficilement pourquoi le thème disparaît presque complètement après 1904-1905, alors que la puissance des États-Unis n’est en rien diminuée. Pour Reiner Pommerin, qui a écrit la synthèse la plus récente sur les relations diplomatiques et économiques entre les deux pays, le « danger américain » a eu une durée de vie si courte et limitée à la sphère éditoriale parce qu’il fut avant tout un épouvantail agité par les milieux protectionnistes pour convaincre le gouvernement comme l’opinion publique de la justesse de leurs revendications. Celles-ci satisfaites, le thème perdait sa raison d’être. Cependant, une telle explication est en partie contredite par les dates, car le gouvernement rendit ses arbitrages dès 1902. De plus, le débat dépassa largement le cadre des milieux protectionnistes, et ne se limita pas à l’Allemagne, trouvant au contraire son inspiration dans des sources anglaises.

2Cette étude voudrait donc examiner la discussion sur le « danger américain » moins comme un des nombreux symptômes de la montée du nationalisme allemand que comme un phénomène éditorial, liant ainsi histoire culturelle et histoire économique. La vulgarisation économique est un genre d’autant plus important à l’époque que politique internationale et économie sont étroitement liées dans les analyses des contemporains de Guillaume II pour définir la puissance mondiale à laquelle aspire l’empire wilhelminien. Le « danger américain » se révèle un thème particulièrement accrocheur pour une opinion publique de plus en plus amenée à se manifester sur des questions de politique étrangère par le biais d’associations, et qui adhère avec un mélange d’enthousiasme et de crainte aux mots d’ordre du jour sur la nécessité de conquérir sans cesse de nouveaux marchés mondiaux. Surtout, les polémiques économiques permettent aux différents groupes d’intérêt de populariser leurs revendications immédiates mais aussi d’affirmer leur légitimité en montrant que leurs demandes s’inscrivent dans l’actualité la plus immédiate. Les auteurs qui mettent le gouvernement en demeure d’agir pour sauver l’économie allemande du « danger américain » viennent ainsi non seulement des milieux protectionnistes mais également des industries tournées vers l’exportation. Enfin, l’écho rencontré par le débat s’explique aussi par le progrès des techniques de transport et de communication qui rend les États-Unis plus proches et leur menace plus concrète, et qui permet une exigence nouvelle dans l’accès à des informations rapides et exactes, afin de pouvoir avoir accès à son tour aux marchés américains. Le débat mené dans la Publizistik sur le « danger américain » semble donc ambigu : s’agit-il d’expliquer ce qui fonde la réussite américaine en définissant un modèle à suivre ou bien d’exiger de l’État qu’il reconnaisse l’expertise des milieux économiques dans les questions touchant le commerce extérieur ?

COMMENT LANCER UN DÉBAT ?

  • 2 Les exportations américaines ont augmenté globalement de 62,5 % entre 1890 et 1900 mais de 52 % en (...)
  • 3 À l’été 1901, le banquier américain annonçait ses plans de constituer une grande compagnie de navig (...)
  • 4 F. Epstein, « Der Komplex ‘die russische Gefahr’und sein Einfluss auf die deutschrussischen Beziehu (...)

3La notion de danger est familière à l’histoire européenne : liée à celle d’ennemi héréditaire, elle a revêtu pour les populations germaniques tour à tour les visages des Turcs, des Russes, et des Français, autant de souvenirs aux résonances menaçantes. À la fin du XIXe siècle, c’est par contraste le danger allemand qui rencontre un vif succès en France comme en Grande-Bretagne, où il domine les discussions depuis les années 1880, provoquant la réglementation sur le Made in Germany. En Allemagne même, le danger prend désormais la forme du péril jaune, au point que Guillaume II a pu envisager un rapprochement politico-stratégique avec les États-Unis sur la base de cette peur commune. À partir des années 1890 cependant, le « danger américain » donne une certaine unité aux différents discours européens : les milieux agrariens et ceux de l’industrie lourde, particulièrement en Europe centrale, sont les premiers à développer ce nouveau thème, durant les années 1880. Très sensibles à la nouvelle concurrence venue d’outre-Atlantique, ils essaient de populariser la défense de leurs intérêts en dénonçant les menaces que font peser les projets panaméricains agités à l’époque. L’échec rapide de ces derniers et la satisfaction donnée aux lobbies concernés par le renouveau de la politique protectionniste expliquent que la première apparition du thème du « danger américain » n’ait pas rencontré un large écho dans les débats du moment. Il faut un changement de contexte pour que certains des arguments développés alors soient réutilisés au tournant du siècle, quand la vitalité des États-Unis se manifeste désormais à travers la croissance des exportations2, en particulier des produits industriels, le développement des trusts ou de nouvelles ambitions que symbolise le projet de flotte marchande américaine de Morgan3. C’est pourquoi cette fois le regain d’inquiétude touche la majeure partie des milieux économiques, et, outre les pays germanophones, des nations impériales comme la Grande-Bretagne et la France, où un économiste aussi renommé que Paul Leroy-Beaulieu argumente en faveur d’une Europe unie face aux États-Unis4.

  • 5 De telles déclarations s’expliquent aussi par le différend qui oppose à ce moment les Américains et (...)

4L’américanisation du monde est d’autant plus redoutée qu’à partir de 1898 les Américains eux-mêmes brodent à l’envi sur ce thème dans des articles ou des livres à succès écrits par des personnalités comme Vanderlip ou Carnegie. Le premier, ancien vice-secrétaire au Trésor, publie en 1901 dans le Scribners Magazine un article sur l’« American Commercial Invasion of Europe » qui s’appuie sur les excellents chiffres du commerce extérieur américain ; le second n’hésite pas à prophétiser une Grande-Bretagne limitée à quinze millions d’habitants et ayant perdu tout rôle de premier plan, propos qui trouvent un large écho dans la presse anglaise. Les discours de Roosevelt ou de Henri Cabot Lodge renforcent aussi cette méfiance : le sénateur américain, outre deux interventions célèbres avant et après l’élection de Roosevelt, prononce également une allocution au Capitole à l’occasion de la visite du Prince Henri, le frère cadet de l’empereur, en 1902, dans laquelle il salue l’ultime accomplissement de l’économie américaine dans sa rivalité avec les puissances européennes, l’accession à l’indépendance financière, puisque les États-Unis sont devenus créditeurs5. Ce ne sont donc pas seulement les Allemands, mais les Européens et les Américains qui paraissent convaincus au début du XXe siècle que les temps sont en train de changer, et appellent désormais des actions immédiates et radicales.

  • 6 « [Deutschland wird] seine Platz an der Sonne, seinen Rang unter den Kulturnationen, seine wirtscha (...)

5Malgré un contexte idéologique aussi favorable, le débat sur le ‘danger américain’ n’aurait pu se développer avec autant de vigueur en Allemagne si ne s’y était ajoutée une actualité commerciale particulièrement tendue : certes, la situation s’était beaucoup calmée par rapport aux années 1897–1899, quand les mesures de rétorsion s’étaient succédées de part et d’autre de l’Atlantique, faisant craindre une guerre douanière. Le traité signé en 1900 par Bülow, qui pour des raisons politiques avait décidé d’accepter les conditions américaines, n’était cependant que provisoire et devait être renouvelé en 1906, en même temps que plusieurs traités signés par l’Allemagne avec d’autres pays européens. Les divers intérêts en jeu pouvaient donc encore espérer faire basculer les décisions du gouvernement en leur faveur. Il leur fallait pour cela multiplier leur activité de propagande auprès d’une opinion publique pour qui la vision d’une économie allemande fondée sur l’exportation restait vécue sur le mode dramatique de la survie6 beaucoup plus que de l’expansion. Cependant, cette période de lobbying intensif s’achève dès 1902 avec le vote du Reichstag sur les nouveaux tarifs douaniers allemands dans un contexte de croissance économique vive, soutenue par les exportations. Le changement apparaît nettement lorsque l’on considère l’activité de la « Centrale pour la préparation des traités commerciaux ». Fondée dès 1897, au début de la crise commerciale avec les États-Unis par différents milieux industriels libre-échangistes, la Zentralstelle zur Vorbereitung der Handelsverträgen fait connaître ses thèses grâce à son activité éditoriale : sa collection, dirigée par Vosberg-Rekow, fournit les éléments statistiques nécessaires à la réflexion des milieux allemands pour l’élaboration d’un nouveau traité commercial germano-américain. Or après 1902, son activité se ralentit nettement, ce qui ne pourrait s’expliquer si le débat sur le « danger américain », actif jusqu’en 1904, était toujours centré sur les problèmes commerciaux. L’année 1904 est sur ce point déjà celle des synthèses comme le montrent à la fois la publication du livre de Heinrich Dietzel, pourfendeur des théories protectionnistes et celle d’un recueil d’articles de Julius Wolf qui y défend sa « version réaliste » de la Mitteleuropa.

6L’étude des moyens de diffusion de la polémique montre en fait que les réseaux concernés et par conséquent les thèmes abordés, sont multiples. Il y a d’abord les milieux traditionnellement engagés dans les débats publics. Outre certains hommes politiques, on trouve des dirigeants d’organisations patronales, comme Wilhelm Wendlandt, secrétaire général du Bund der Industriellen, qui publie en 1902 un article sur le sujet dans la North American Revient. Les professeurs d’université sont également nombreux à prendre part au débat, selon une tradition solidement établie depuis les combats pour l’unité allemande au milieu du XIXe siècle. Enfin, avec la multiplication des journaux et des revues spécialisées dans les questions liées à l’exportation, la place des journalistes économiques s’accroît. Ces hommes tiennent des conférences devant des associations économiques comme celles de Munich ou de Berlin, ou à l’occasion d’assemblées générales comme celle de l’Association des Ingénieurs allemands. Leur public ne se réduit cependant pas à l’assistance présente dans ces occasions, puisque le texte de ces exposés est souvent publié dans la presse avant de faire l’objet de livres dans des collections appartenant aux principales associations actives dans le débat et que 1’on retrouve dans les catalogues des bibliothèques des chambres de commerce. À l’époque du débat sur le « danger américain » ce système de Publizistik a déjà montré son efficacité, en particulier lors du débat sur la flotte de guerre en 1898. La nouveauté réside dans l’autonomie de cette polémique, car cette fois, le gouvernement n’a aucun intérêt à la voir se développer. Bien au contraire, elle contrarie les efforts entrepris par Guillaume II et son chancelier depuis 1900 pour trouver un modus vivendi commercial, et, grâce à des opérations de prestige comme la visite du prince Henri en 1902 et l’accord donné à une participation allemande à l’Exposition de Saint Louis, renouer avec le gouvernement américain. Mais depuis l’échec des tentatives de Bülow en 1898 pour utiliser à des fins de politique étrangère le nationalisme populaire, le pouvoir ne peut plus vraiment prétendre orienter l’opinion publique grâce à la presse. Or c’est bien l’ensemble des milieux économiques qui a estimé trouver son intérêt à prendre part à la controverse, comme le montrent des articles sur le sujet parus dans des journaux aussi professionnels et corporatistes que le journal de la boucherie ou celui des métiers du cuir. Par ce biais en effet, les différentes catégories professionnelles pouvaient espérer s’intégrer dans les débats économiques de leur temps et ne pas se laisser marginaliser dans la défense de leurs intérêts. Ainsi s’explique la diversité des thèmes pour lesquels le « danger américain » a été utilisé.

  • 7 Voir par exemple les premiers enseignements de Gustav Schmoller à Halle où il étudie la politique d (...)
  • 8 La date de création officielle est 1898, mais en réalité, le consulat de Chicago a inauguré cette f (...)

7Ce dernier constitue en effet la toile de fond de revendications portant sur la baisse des impôts sur les entreprises ou des charges sociales qui pèsent sur la main d’œuvre, afin de permettre à l’industrie d’être plus compétitive face à sa rivale d’outre-Atlantique. Il sert également à promouvoir la reconnaissance universitaire de l’enseignement commercial ou le statut de l’ingénieur dans l’entreprise. Un thème domine cependant largement, la demande beaucoup plus vague mais impérieuse d’un engagement de l’État aux côtés des entreprises dans la bataille de la mondialisation. La plupart des ouvrages inscrivent en effet leur réflexion dans un cadre géopolitique souvent très ambitieux, qui doit donner la caution de la science économique aux thèses défendues. Or le discours économique s’appuie sur une lecture historique de la réussite nationale et économique de la Prusse insistant sur le rôle de l’État conservateur-propulseur7. Ce dernier n’a donc pas en charge seulement la négociation de droits douaniers avantageux, il doit tout autant mettre à la disposition des entreprises exportatrices son réseau d’information à l’étranger afin d’explorer et de développer de nouveaux marchés. Cette obsession croissante de l’exportation conduit ainsi les milieux économiques à utiliser le thème du « danger américain » pour critiquer les évolutions considérées comme insuffisantes du système consulaire au tournant du siècle. Les consuls, sources d’information traditionnelles sur l’étranger, professionnalisés progressivement depuis les années 1880, se voient reprocher à la fois la lenteur dans la transmission des rapports annuels et surtout leur absence de qualification en matière économique. L’administration a tenté cependant depuis 1893 de trouver des réponses à ces revendications en créant des postes d’attachés commerciaux pour les grands consulats8. En 1901, dans le contexte qui donne naissance à la polémique sur le « danger américain », l’institution commence à fonctionner, mais demeure mal connue, et, parce qu’elle continue à être contrôlée par des diplomates, ne peut de toute façon donner véritablement satisfaction à des industriels qui brûlent de passer à l’action en s’appropriant le rôle de source d’information.

8Ceci explique le succès éditorial de ce sous-genre de la Publizistik économique que sont les compte-rendus des voyages d’études à l’étranger. De ce point de vue, les États-Unis représentent une destination idéale et de plus en plus choisie depuis que l’Exposition Universelle de Chicago a vu affluer des experts délégués par différentes administrations allemandes ou présents à titre privé. L’attaché commercial au consulat général de New-York a d’ailleurs l’ironie facile pour ces spécialistes qui, après un séjour de six semaines consacrés aux abattoirs de Chicago, aux usines Carnegie de Pittsburg et aux chutes du Niagara, reprennent le bateau, munis de quelques kilos de documentation statistique généreusement donnée par l’administration américaine. Cette vogue pour ces témoignages de première main, de même que le succès rencontré par les revues d’exportation qui se multiplient à la fin du XIXe siècle, témoignent du besoin de plus en plus ressenti par les entreprises qui se lancent dans l’exportation d’avoir des informations directes sur les marchés étrangers. Or, dans cette production littéraire abondante, un ouvrage résume la prétention du monde économique à avoir, seul, l’expertise nécessaire pour pouvoir recueillir l’information économique réellement utile à la lutte contre la concurrence. La célébrité du livre, Le Pays aux Possibilités Infinies fut telle que son titre devint un synonyme — utilisé de façon parfois ironique — des États-Unis. L’écho rencontré tenait pour une part à la renommée de l’auteur, Ludwig Max Goldberger, personnage très en vue des principaux cercles économiques berlinois et proche de l’empereur. Ce dernier, « très sensible aux nouvelles modes dans l’opinion publique, surtout dans la bourgeoisie aisée et le monde universitaire » (W Mommsen) l’avait d’ailleurs encouragé à entreprendre son voyage en juin 1901, dont le compte-rendu parut en 1903, provoquant une vive émotion, en particulier dans les milieux consulaires.

  • 9 Le voyage est présenté par l’industriel Moritz Böcker de Remscheid, lors d’un exposé fait le 10 aoû (...)
  • 10 Goldberger était président du Verein Berliner Kaufleute und Industrieller ; il fut nommé par l’empe (...)
  • 11 Sur le profil des attachés commerciaux, voir BA, R-901, dossier 7589 ; sur les demandes d’augmentat (...)

9Les raisons de cet émoi ne se trouvaient pas dans le principe même de l’envoi d’un expert par le gouvernement : le fait avait des précédents, comme la mission couronnée de succès que Max Sering avait entreprise au début des années 1880 pour étudier l’agriculture américaine. De plus, à la fin du printemps 1903, soit deux ans après le voyage de Goldberger, l’empereur demanda au ministre des finances prussien, Georg Freiherr von Rheinbaben d’effectuer à titre privé et accompagné de quelques industriels un voyage d’études sur le « danger américain », dont la réalisation ne souleva aucune polémique9. Ce qui irrite dans le cas de Goldberger est que le but explicite de son voyage est bien de mettre en doute la valeur — ici l’utilité — des informations données par les administrations consulaires en mettant en avant sa propre compétence. L’attaché commercial au consulat de New-York, Waetzoldt, a beau jeu de souligner que des connaissances même étendues en matière financière ne peuvent légitimer une expertise qui s’aventure dans des domaines techniques aussi éloignés que l’industrie de l’acier. Lui-même, comme ancien ingénieur spécialisé dans les chaudières à vapeur, puis inspecteur pour l’industrie, ne peut, pas plus que ses collègues, prétendre à une compétence universelle. La véritable légitimité que revendique Goldberger réside dans son appartenance à des cercles économiques dirigeants qui lui permettent de développer une sociabilité propice aux gains d’informations particulières10 ; de fait, la correspondance des attachés commerciaux qui contient des demandes répétées pour une augmentation des émoluments fondées sur la nécessité de maintenir une vie sociale importante montre la réalité du problème11.

  • 12 Goldberger a eu comme compagnon de voyage, notamment à New York, un Français, Lazare Weiler ; ce de (...)

10Cependant, malgré l’insistance de Goldberger à mentionner ses « amis » — Charles Schwab ou le président de la chambre de commerce de New York — son succès à développer réellement des réseaux d’information personnels et par conséquent à apporter une compétence particulière est loin d’être évident : c’est ce qu’indiquent deux témoignages indirects, moins suspects que les rapports forcément biaisés des administrations consulaires12. La création de réseaux d’information entre milieux économiques américains et allemands ne pouvait être le fruit de simples voyages d’études : ceux qui existaient étaient le fait d’entreprises ayant des intérêts importants outre-atlantique, ou de banques dont le réseau de correspondants recoupait des liens familiaux. Or, ce type d’informations était exclusivement à usage interne, et il est significatif de voir que dans les différentes archives d’entreprises en rapport avec les États-Unis, le « danger américain » n’est jamais mentionné.

LES TERMES DU DÉBAT : LA REPRÉSENTATION DES ÉTATS-UNIS

11La diversité des auteurs qui participèrent au débat sur le « danger américain » se reflète peu dans le portrait des États-Unis qui ressort de l’ensemble de la Publizistik. Celle-ci repose sur un ensemble d’idées qui évoquent autant l’image que les Allemands se font de leur réussite que les réalités américaines. C’est pourquoi, alors même que la tradition industrielle allemande repose une bonne part sur sa capacité à adapter des innovations étrangères, des industriels connaisseurs des réalités américaines peuvent être amenés à adhérer à ces représentations qui, relativisant les nouveautés venues d’outre-atlantique, célèbrent la voie allemande.

12La littérature à dominante polémique se distingue naturellement par un style emphatique et reconnaissable à ses images-chocs destinées à illustrer l’exceptionnelle réussite américaine, dont quelques unes deviennent rapidement des classiques : sans même évoquer les abattoirs de Chicago, décidément trop ressassés, plusieurs auteurs évoquent les immenses usines de Pittsburg, dépourvues de toute présence humaine, où seule règne la machine. Les mêmes et d’autres s’attardent sur le profil psychologique des Américains, clef d’interprétation considérée comme légitime à une époque où Gustav Schmoller et l’Ecole historique allemande promeuvent l’utilisation des différentes sciences humaines pour expliquer les évolutions économiques. Les qualités de rapidité, de goût du risque et d’efficacité des entrepreneurs américains se trouvent ainsi concentrées dans une anecdote rapportée par Goldberger sur des machines flambant neuves et envoyées à la casse dès que de nouveaux progrès technologiques ou des productions plus intéressantes se sont développés. Au-delà de ces images éparses, le discours polémique sur le « danger américain » se fonde sur un paradoxe. Alors que l’industrie américaine représentait une source d’inspiration pour les Allemands dès les années 1850, une partie de la production éditoriale sur les États-Unis dans les années 1900 prétend encore présenter comme une révélation la capacité de cette industrie à s’exporter dans le monde entier, y compris en Allemagne. Comment justifier l’idée d’une telle découverte ?

  • 13 J. Radkau, Technik in Deutschland. Von 18. Jahrhundert bis zur Gegenwart, Francfort sut le Main 198 (...)
  • 14 Voir l’article de W. Fischer sut Ludwig Loewe dans ce volume, p. 59 ; autre exemple, le voyage aux (...)
  • 15 Il s’agissait d’un aigle déployant ses ailes sur un blason aux initiales de la marque, lequel était (...)

13Le « système américain » présenté en 1853 à l’Exposition de Londres relevait à l’époque plus de l’idéal que d’une méthode de production économiquement satisfaisante. Cependant, dès 1855 Clemens Müller construisait à Dresde, sur le modèle américain, la première fabrique de machines à coudre, qui en 1867 était la plus grande d’Europe13. La fin des années 1860 vit se développer les voyages d’études faits aux États-Unis par des ingénieurs qui fondaient ensuite leur entreprise, ou les futurs fondateurs de grands magasins14. Cette tendance est due pour partie aux vastes courants d’émigration allemande qui traversaient l’Atlantique, mais aussi aux encouragements prodigués par certaines associations comme la Zentralstelle fur Handel und Gewerbe in Stuttgart., dont le directeur était Ferdinand Steinbeis. C’est ce dernier qui, dans les années 1860, encouragea Erhard Junghans, jusque là simple commerçant, à monter une usine d’horloges, de réveils et de montres en s’inspirant du modèle américain. Dans les années 1880 encore, malgré le développement de l’industrie nationale, de quasi pratiques de faussaires continuent à être employées : la Hamburg-Amerikanische Uhrenfabrik est une pure création allemande, ce qui ne l’empêche pas, pour chasser sur des marchés nationaux et étrangers dominés par les concurrents américains, d’y semer la confusion en copiant ses rivaux jusque dans le dessin de sa marque de fabrique15.

  • 16 A. Sartorius Frherr von Waltershausen, Deutschland und die Handelspolitik den Vereinigten Staaten, (...)

14Pourtant, ces années 1880 voient l’amorce d’un changement qui se développe au cours de la décennie suivante, marquée en particulier par la brillante prestation des Allemands lors de l’Exposition de Chicago de 1893 qui contrastait avec la crise dont souffraient alors les États-Unis. Après l’humiliation de Philadelphie en 1876, les produits allemands avaient désormais acquis une réputation de qualité et de haute technicité. C’est cette nouvelle fierté nationale qui explique en partie qu’en 1897, les commentaires faits des nouveaux tarifs douaniers américains réutilisent la vieille grille d’analyse qui distingue d’une part les Kulturländer — avec désormais à leur tête l’Allemagne — fournisseurs de produits manufacturés aux marchés mondiaux, et d’autre part les pays neufs à vocation surtout agricole comme l’Argentine ou les États-Unis16. Le trait était naturellement forcé, mais une telle analyse pouvait se justifier dans la mesure où elle portait sur les échanges commerciaux ; or les États-Unis à ce moment exportaient toujours principalement des produits agricoles et des matières premières. Surtout, cette lecture biaisée des différences entre les économies allemande et américaine correspondait à l’ambition allemande de jouer un rôle international comparable à celui des puissances traditionnelles qu’étaient la Grande-Bretagne et la France. Par la voix de son empereur, l’Allemagne revendiquait depuis le début des années 1890 toute sa place au sein des grandes civilisations européennes, par opposition à des États-Unis jeunes et encore frustres, qu’elle avait, davantage même que les Anglais, contribués à éduquer grâce à son immigration.

15Pour toutes ces raisons, les États-Unis, murés dans leurs tarifs Dingley, furent pendant quelques temps présentés comme de grands exportateurs de blé et de coton, mais pourvus d’une industrie de masse destinée à satisfaire les besoins d’une population aux goûts simples. Pour les protectionnistes, cela mettait en valeur la dureté de la concurrence subie par l’agriculture nationale, pour leurs adversaires, cela permettait au contraire d’affirmer que l’Allemagne, malgré cette politique douanière injuste, ne devait pas se laisser détourner de sa vocation d’exportatrice de produits de qualité pour s’enfermer dans une guerre douanière qui l’obligerait à une auto-suffisance aussi illusoire que ruineuse. Dans le partage international du travail, l’industrie américaine ne pouvait être une véritable concurrente.

  • 17 H. Dietzel, Vergeltungszölle, Volkswirtschaftliche Zeitfragen, Berlin, 1904 : il montre que dans la (...)
  • 18 H. L. Dienel, « ‘Hier sauber und gründlich, dort husch-husch, fertig.’ Deutsche Vorbehalte gegen am (...)

16Ces raisonnements expliquent l’écho rencontré par la publication en 1901 des statistiques du commerce extérieur des États-Unis qui montraient un fort accroissement de la valeur et du volume des produits industriels exportés vers l’Europe. Les ouvrages polémiques abondent alors en tableaux destinés à montrer cette progression inexorable. Certes, les lectures diffèrent : dans le camp libre-échangiste en particulier, Heinrich Dietzel souligne l’imprécision des chiffres17. Cependant, un large consensus s’établit dans l’ensemble de la littérature sur les États-Unis pour reconnaître la menace que constitue désormais la concurrence de l’industrie américaine. Admettre la rivalité américaine impliquait-il pour autant l’élaboration d’un modèle américain à suivre ? Hans-Liudger Dienel18 a étudié les critiques adressées par les ingénieurs allemands aux machines américaines, décidément peu sophistiquées. Cela peut expliquer pourquoi le terme même de modèle n’apparaît quasiment pas dans les publications de l’époque. Cependant, il est frappant de constater que toutes les conclusions insistent sur la nécessité « d’apprendre de l’Amérique », cette recommandation s’appliquant surtout à la réduction des coûts de production. Tous les commentateurs considèrent en effet que c’est ce qui constitue l’avantage décisif de l’industrie américaine, et qui se décline de deux manières, la mécanisation de la production et la standardisation des produits. Dans le premier, on pose de façon sous-jacente la question sociale, dans le second, c’est davantage le problème de la consommation, donc en partie un problème culturel, qui est posé.

  • 19 Sur l’influence des machines américaines dans la mécanisation de la production en Allemagne, J. Rub (...)
  • 20 Voir le compte-rendu de l’Exposition fait par A. Riedler, Ein Rückblick auf die Weltausstellung in (...)

17L’industrie allemande n’ignorait certes rien de la mécanisation de la production, même s’il ne faut pas surestimer celle-ci, y compris aux États-Unis19. La question posée concernait donc l’importance de la machine par rapport au travail humain, simple complément ou substitut. Or, la plupart des analyses considéraient traditionnellement que l’utilisation des machines-outils aux États-Unis, aussi impressionnantes qu’aient été ces dernières, étaient moins le signe d’une modernité triomphante que l’adaptation à un problème spécifique, une main d’œuvre trop rare et par conséquent très chère20. Ce discours, hégémonique dans les années 1890, perd certes du terrain à partir de 1900 et certains milieux ingénieurs développent l’idée que la machine comme substitut doit permettre un accroissement général de la production qui devrait in fine profiter à l’ensemble des travailleurs. Un tel débat quittait cependant le champ du « danger américain » ; aussi la Publizistik se concentra-t-elle davantage sur le second aspect du débat, la standardisation des produits, aux implications plus culturelles.

  • 21 Un article paru dans le Technischer Monitor est à cet égard significatif : l’auteur y fait part de (...)
  • 22 Voir R.A. Church, « The Effect of the American Export Invasion on the British Boot and Shoe industr (...)

18La plupart des auteurs reconnaissent qu’un élément certain du succès américain est la standardisation des produits : ainsi, Julius Wolf, fervent défenseur de l’idée de Mitteleuropa, considère que c’est grâce à la standardisation que les États-Unis risquent de dominer le monde, car leurs entreprises ont dû élaborer des produits susceptibles de plaire à l’ensemble de leur population, d’origines pourtant très diverses. Pour autant, il ne propose pas aux pays européens de suivre cette voie, mais considère que la solution pour le futur ensemble économique réside dans la cartellisation des entreprises par secteur d’activité. C’est que la standardisation touche à deux dogmes nationaux : le premier concerne l’exigence du marché allemand, opposée aux goûts américains limités, le second est la flexibilité à la demande du client, qui a fait le succès de l’exportation allemande21. Or, s’il est vrai que les besoins des Allemands et des Américains diffèrent, les premiers désirant la solidité et l’économie d’énergie pour leurs machines, les seconds, la légèreté et la facilité de maniement, ces oppositions terme à terme, si populaires, sont excessivement caricaturales. D’une part, les rapports des consuls montrent bien que les goûts des Américains en ce qui concerne les produits de l’industrie de consommation sont suffisamment traditionnels pour que les États-Unis constituent un excellent débouché pour les articles européens. D’autre part, la culture du client n’est pas si étrangère que cela aux Américains, comme le montre l’étude réalisée sur les importations de chaussures en Grande-Bretagne à la fin du XIXe siècle22.

19Les leçons que les États-Unis proposent donc d’après les auteurs se résument donc à celles déjà suivies par les Allemands : observer et acclimater certaines innovations techniques pour la production, dans le respect des spécificités nationales. En fait de modèle industriel, il existe surtout un mythe américain fondé sur quelques lieux communs et des images fortes ; il constitue la référence implicite du public et de l’auteur et permet à celui-ci d’établir l’objectivité et l’exactitude de ses analyses en s’en écartant ostensiblement sur certains points.

  • 23 Ce sont des sources d’autant plus privilégiées qu’il n’y a qu’à puiser dans les Daily Consular Repo (...)
  • 24 Les craintes des fabricants n’étaient pas complètement infondées car il y eut manifestement des abu (...)

20Il est cependant un domaine dans lequel la réussite des États-Unis est saluée sans réserve : la conquête de nouveaux marchés grâce à des organisations particulièrement efficaces, les trusts — dont l’action est cependant jugée de façon ambiguë — et les réseaux de consuls américains à l’étranger. Plusieurs raisons expliquent ce jugement : l’action commerciale relève en grande partie, directement ou indirectement, de la politique, champ privilégié de la Publizistik, au contraire de la production et de l’innovation industrielle, qui restent un débat technique ou interne à l’entreprise. De plus, la polémique vient se greffer sur un contentieux entre les milieux économiques et l’administration qui remonte au début des années 1880 ; les arguments sont donc connus et peuvent être réutilisés. Enfin, le commerce étant un point fort des Allemands, ils sont particulièrement sensibles à toute avancée de concurrents qui viendrait menacer leur supériorité dans le domaine. Un dernier point tient à une catégorie de sources utilisées dans le débat sur le « danger américain » : ce sont les rapports faits par les consuls américains en poste en Allemagne. Leurs citations23 constituent autant d’éléments à charge pour une administration allemande accusée de ne pas prendre suffisamment en compte les besoins de l’industrie nationale. Certes, la comparaison des rapports faits par les consuls des deux pays ne laisse guère voir de différence : les forces et les faiblesses de l’industrie sont observées de la même façon et des conseils sont donnés aux exportateurs pour augmenter leur part de marché ou trouver de nouvelles opportunités sur place. Cependant, outre les effets d’une susceptibilité blessée par l’acuité d’un regard extérieur, l’explication de ce prestige des consuls américains réside sans doute dans l’action particulière qu’ils mènent à l’époque pour les services douaniers, en vérifiant les coûts de production et les prix de marché déclarés par les exportateurs allemands. Cette mission conduit en effet les consuls à demander de multiples renseignements aux fabricants allemands qui ne sont pas longs à se croire les victimes d’un espionnage industriel organisé. C’est ainsi que, malgré les multiples mises au point de l’administration allemande sur ce sujet, le consul américain se trouve auréolé d’un prestige redoutable dont est dépourvu son homologue allemand aux yeux de ses compatriotes24.

  • 25 Voir par exemple P. Raché, Was tut Deutscbland für seinen Aussenbandel ?, Berlin, 1899 ; W. Wendlan (...)
  • 26 Sur les agences de renseignement commercial, H.A. Schimmelpfeng, Handbuch des deutschen Auskunftswe (...)

21Ces louanges et ces craintes ne conduisent pas cependant à l’élaboration d’un modèle commercial américain cohérent. Bien plutôt, les thèmes vont et viennent au gré de l’actualité des rivalités entre milieux économiques et des revendications de ceux-ci à l’égard de l’administration. Cela est flagrant dans le débat autour de la création d’une agence centrale commerciale allemand. À cause du contexte du « danger américain », la Publizistik sur le sujet choisit de façon privilégiée comme modèle de son projet le fameux Musée Commercial de Philadelphie, fondé après l’Exposition de Chicago et constitué d’une collection d’objets devant servir à l’inspiration des industriels25. Cette institution est surtout renommée pour son bureau de renseignements qui donnent aux exportateurs les indications nécessaires sur les règles du commerce des différents pays, que ce soit pour l’empaquetage ou la facturation. Le Musée se fait également l’intermédiaire entre fabricants et consuls américains pour obtenir des renseignements sur la solvabilité de clients potentiels ; il possède enfin un service de traduction utilisé aussi bien pour les lettres que pour les brochures. Ce n’est pas la partie musée, trop vite démodée, qui intéresse les commentateurs, mais bien la possibilité pour les entreprises désirant exporter d’avoir une machine tout entière à leur service, en particulier pour obtenir des renseignements nominaux et concrets sur le crédit des clients étrangers potentiels. Ce type d’informations apparaît en effet à l’époque de plus en plus essentiel dans un marché dont la croissance constante entraîne un absence de connaissances inquiétante sur les clients comme sur les fournisseurs ; il était cependant impossible à une administration de fournir ces services, par nature confidentiels, ce qui, joint aux dissensions qui se firent rapidement jour à l’intérieur du monde économique, condamna assez rapidement le débat26.

22Il y a donc eu dans le domaine commercial quelques ébauches de « modèle américain », mais cela est moins dû à des réalisations américaines particulières qu’aux caractéristiques du débat sur l’aide à l’exportation, par définition centré sur les performances des concurrents étrangers. Les efforts faits par les États-Unis n’ont constitué qu’un exemple particulièrement opportun au tournant du siècle pour les milieux économiques réclamant une aide de l’État à l’exportation plus importante et plus efficace.

CONCLUSION DU DÉBAT : LES RAISONS DE LA SUPÉRIORITÉ ALLEMANDE

23Pourquoi le débat autour du « danger américain » n’a-t-il pas duré ? La conjoncture économique et politique joue un rôle essentiel : la reprise amorcée en 1902 se poursuit sur une longue période, à peine interrompue par le krach de 1907 et montre la vigueur de l’économie nationale. Dès 1903, le danger Morgan avait été écarté par Ballin, et dans les années qui suivent, le conflit commercial trouve une solution satisfaisante pour les deux parties. Pour autant, ces nouvelles conditions ne peuvent invalider toutes les analyses sur les conditions du succès américain. Si le débat s’épuise, c’est pour deux raisons qui lui sont propres : d’une part, la représentation qui est faite de l’économie américaine contient les éléments qui permettent d’établir in fine la supériorité économique allemande ; d’autre part, le thème qui sous-tendait le débat — la dispute de compétence entre milieux économiques et administration — trouve vers 1904-1906 un compromis provisoire.

  • 27 Ces critiques allemandes trouvent souvent leur inspiration chez les Américains eux-mêmes : ainsi l’ (...)
  • 28 Voir R. Kuczynski, Die Einwanderungspolitik und die Bevölkerungsfrage der Verinigten Staaten von Am (...)
  • 29 Voir F. Lenger, « Warum gibt es in den Vereinigten Staaten keinen Sozialismus ? Werner Sombart, die (...)

24La littérature consacrée au « danger américain » ne se contente pas de dresser successivement la liste des forces et des faiblesses de la puissance rivale, afin de montrer que, si les mesures nécessaires sont prises, la supériorité allemande peut être sauvegardée : la plupart des textes présentent la réussite américaine comme un phénomène de toute façon transitoire. Les États-Unis présentent en effet aux yeux des commentateurs des handicaps qui se retrouvent d’un ouvrage à l’autre : ce sont des problèmes structurels qui touchent aussi bien à la politique qu’à l’économie et à la population27. Si les prédictions concernant l’avènement prochain d’une dictature sur le modèle de celle qu’Auguste a fait succéder à une république romaine décadente sont restées rares, l’idée même de fin tragique pour les États-Unis conserve, à l’époque du « danger américain » ses adeptes, avec deux thèmes essentiels. Le premier est la dégénérescence irrésistible de la race que causeraient l’accroissement constant de la population noire, surtout après l’annexion de facto de Cuba, et l’arrivée d’une immigration de « mauvaise qualité », venue d’Europe méditerranéenne et centrale28. Le second thème est plus socio-économique : le monopole des trusts et la dureté des rapports entre patrons et ouvriers — qui contraste naturellement avec la législation sociale allemande — doit conduire tôt ou tard à une rébellion de ces derniers que certains auteurs n’hésitent pas à appeler révolution. Même si Werner Sombart n’est pas le seul à constater le manque d’emprise du socialisme aux États-Unis, la prédiction séduit manifestement, car elle se nourrit de toutes les constatations faites par les voyageurs des énormes écarts de richesse dans la société américaine et répond bien aux inquiétudes manifestées en Allemagne même devant la puissance croissante des socialistes dans la vie politique29.

  • 30 Cf. J. Wolf, L’Allemagne et le marché du monde, Paris, 1902, p. 36 et 37 : l’auteur cite encore des (...)

25Cette vision catastrophiste du futur américain reste cependant minoritaire par rapport à une opinion nettement plus générale, qui estime que ce futur verra une simple normalisation de son économie, ce qui revient à dire son européanisation. Cette idée s’appuie sur la notion de jeunesse des États-Unis pour la retourner : jeune, le pays est soumis à un vieillissement qui le rapproche inéluctablement de la « vieille Europe ». Plusieurs signes sont décryptés dans ce sens : la conquête de Cuba puis des Philippines semble révéler que l’exception américaine en matière d’impérialisme colonial appartient au passé. Surtout, les richesses naturelles exceptionnelles dont les États-Unis ont tant bénéficié pour se développer doivent bientôt s’épuiser à cause de leur surexploitation. Le thème rencontrait un certain succès depuis les années 1890, alimenté par les réflexions américaines sur la fin de la Frontière : cette dernière devait entraîner la fin d’une agriculture extensive au profit d’une conversion à un mode intensif, précisément sur le modèle européen, avec des performances guère différentes de ce dernier. Si cet espoir fut rapidement déçu, l’idée se retrouve malgré tout dans les descriptions sombres des ravages causés à la nature par une exploitation brutale, image du caractère américain opposé au caractère allemand30.

  • 31 Voir l’analyse très favorable faite des syndicats américains : E. Pistor, « Anerkennung der Unions (...)
  • 32 L. Glier, « Zur neuesten Entwicklung der amerikanischen Industrie », Schmollers Jahrbücher, 1903, 3 (...)

26Mais la normalisation ou européanisation peut aussi s’entendre dans un sens positif. Il s’agit alors des progrès de la culture américaine, du développement d’une administration honnête et efficace, et de lois sociales qui viennent réguler les rapports entre patrons et ouvriers sous la pression de l’opinion publique31. Les trusts eux-mêmes semblent devoir se plier aux lois communes de l’industrie et, nourries de références américaines, les études économiques allemandes se multiplient pour montrer que ces entreprises sont en train d’évoluer vers des règles de comptabilité classiques. Différents éléments, comme les déboires de la compagnie maritime de Morgan, la perte des parts de marché que les trusts ont subie par rapport au moment de leur création, l’hostilité de l’opinion publique américaine, ont contribué à démythifier leur image. Cette évolution a été également facilitée par le phénomène de cartellisation qu’on observe dans les années 1904-1905 dans l’industrie allemande. Même si l’on justifie les cartels en montrant leurs différences par rapport aux trusts, cela contribue à rendre la réalité économique américaine beaucoup moins redoutable32.

  • 33 Voir Fiebig-Von Has K 1986. Sur le danger allemand en Amérique latine, F. Trommler « Inventing the (...)

27Il ne suffisait cependant pas de montrer que les dimensions exceptionnelles de la réussite américaine ne constituaient qu’une étape historique pour clore le débat sur le « danger américain ». Ce thème devint démodé aussi grâce à l’unanimité que créa la participation allemande à l’Exposition de Saint Louis en 1904, destinée à présenter la réussite allemande non seulement aux États-Unis en général, mais aussi aux Germano-Américains, invités à renouer avec la fierté de leurs origines et à constituer un groupe de pression à l’intérieur de leur nouveau pays, ainsi qu’à l’Amérique latine, fortement attendue parmi les visiteurs, et sur laquelle s’échafaudaient bien des espoirs33.

  • 34 E. Fuchs, « Das Deutsche Reich auf den Weltausstellungen vor dem Ersten Weltkrieg », p. 61-88, in E (...)
  • 35 L’université de Harvard a ainsi acquis les objets exposés sur le thème de l’assurance ouvrière. C’e (...)

28Les organisateurs de l’Exposition avaient privilégié certains thèmes comme les réalisations sociales, l’éducation et les arts, et l’accent mis sur ces domaines fut un encouragement pour les industries allemandes concernées. En dépit des premières réticences dues à la « fatigue des expositions » et à des problèmes juridiques de propriété intellectuelle, les réponses données au responsable de l’organisation de la représentation allemande furent favorables : les industries exportatrices comme le jouet, le verre, les machines, la mécanique fine, l’édition et d’autres acceptèrent de participer en respectant les caractéristiques d’un marché américain que nombre de ces entreprises connaissaient déjà. Malgré le choix fait dans le domaine des arts - par ailleurs objet de tous les soins pour combattre l’influence française - de ne présenter que l’art officiel et non les nouveautés des mouvements Sécession34, la représentation allemande, grâce à cette mobilisation sans équivalent chez ses concurrents, connut un immense succès. Le consul à Philadelphie pouvait ainsi terminer son premier rapport après l’ouverture de l’Exposition en citant son directeur : « the whole success of the Fair hinges upon the participation of Germany ». L’ambition d’étendre l’influence de la culture nationale - considérée, comme le plus sûr moyen de s’attacher des marchés étrangers - semble alors atteint, à en juger par les demandes de plusieurs institutions américaines d’acheter des parties de l’exposition allemande. Goldberger lui-même, se faisant l’écho de cette nouvelle atmosphère, relève avec fierté l’achat d’œuvres d’art allemandes par le propriétaire de grands magasins John Wanamaker35.

29Cet achat n’est pas véritablement significatif, car, comme d’autres collectionneurs américains, Wanamaker reste un admirateur de l’art français. Le ton général est cependant donné, qui s’apparente fort à un veni, vidi, vici. Les rapports des délégués allemands sur les accomplissements américains sont ainsi résumés par un consul américain en Allemagne :

  • 36 Daily Consular Reports, janvier 1905 « German View of American Industry », BA, R-1501, Dossier 3180 (...)

« It is quite worthy to note that the general tone of these reports is distinctly reassuring to the hearers before whom they have been delivered. While admitting freely the boundless resources of our country, the energy, industry, and unsurpassed mechanical skill of the people, the superiority of our factory System, the speed and cheapness of rail transportation, and the restless, progressive spirit which is always looking for a new and better machine or method than the one already in use, the German experts find, or think they have found, defects in many parts of the American System, which unless reformed will continue to weaken our country’s grasp upon international trade and promote the interests of competing nations [...]. They note also the enormous disparity between American and European wages, the high rates charged by express companies, and the general heavy cost of handling business in the US, and conclude that on the whole, the American Danger’has been greatly exaggerated, and that a steadfast adherence by Germany to the educational System and commercial methods now in practice will leave the Fatherland little to fear in future competition with American manufactured goods »36.

  • 37 Voir L. Burchardt, « Technischer Fortschritt und soziales Wandel. Das Beispiel der Taylorismus-Reze (...)

30Cette assurance nouvelle des Allemands conduit d’ailleurs à un surprenant renversement du thème du « danger américain ». Progressivement, à partir de 1905, la crainte d’un espionnage industriel américain se renforce, en particulier dans les petites et moyennes industries ; et si l’industrie allemande continue à s’intéresser de près aux réalisations américaines, comme le montre la réception du taylorisme, il existe désormais une suffisance allemande que relève, en la condamnant, l’attaché commercial à New York, alerté en particulier par les critiques américaines sur la mauvaise volonté allemande à rendre les visites d’entreprise37.

  • 38 I.B. Berg, Die Entwicklung des Konsularwesens im Deutschen Reich von 1871-1914 unter besonderer Ber (...)

31L’Exposition de Saint Louis ne conclut pas à elle seule le débat sur le « danger américain » ; elle s’inscrit dans une évolution générale de recherche de compromis qui explique les arbitrages rendus en politique commerciale et les efforts de l’administration pour mieux prendre en compte les exigences des milieux exportateurs. Les voyages d’études à l’occasion de l’événement ont été l’occasion pour un certain nombre de professionnels de se rendre compte des services que pouvaient concrètement rendre les administrations consulaires. Ceux-ci s’efforcent de leur côté de réformer la tradition des longs rapports annuels, qui présentaient le double inconvénient d’avoir de longs délais de parution ; en donnant plus d’importance à l’appareil statistique et en privilégiant les grandes synthèses, ils tentent aussi de mieux correspondre aux critères des économistes plutôt qu’à ceux des hommes d’affaires38. Les consulats donnent davantage la priorité à la rédaction de rapports sur des secteurs précis ou à l’occasion d’événements particuliers, et aux réponses aux courrier d’entreprises désirant exporter. Cette demande d’information sur les marchés américains est également satisfaite grâce aux tournées des chambres de commerce qu’effectuent les attachés commerciaux en congé. Toutes ces initiatives, bien réelles, trouvent cependant leurs limites : les réponses sont souvent rédigées sur simple formulaire, les explications données lors des séjours en Allemagne se transforment facilement en conférences qui n’apportent guère plus que les rapports traditionnels. Enfin, l’administration centrale fait pression pour que précisément ces rapports annuels ne soient pas négligés, car ils servent de base à l’élaboration des futurs traités commerciaux. Ces changements ne doivent donc pas être surestimés et sont d’abord le fait de l’évolution naturelle d’une institution qui trouve peu à peu ses marques ; mais c’est aussi une conséquence du débat sur le « danger américain », dans la mesure où celui-ci, en reposant d’une nouvelle manière le problème déjà ancien de la place de l’industrie et des exportations dans l’économie allemande, a certainement eu un effet catalyseur.

CONCLUSION

32Le discours sur le « danger américain » n’a t-il été qu’un instrument au profit de deux intérêts ? Le premier serait celui des Agrariens, directement touchés par la concurrence américaine, le second, celui du gouvernement, cherchant à mobiliser les classes moyennes contre un ennemi extérieur pour rebâtir un consensus politique intérieur. Ces explications, sans être à exclure, ne peuvent suffire. La diversité et la qualité de certains intervenants dans le débat empêchent de penser qu’il s’agit d’une simple baudruche gonflée par les milieux protectionnistes ; quant aux passions nationalistes voire xénophobes qui agitent les classes moyennes, le gouvernement a appris malgré lui qu’il ne peut prétendre les maîtriser et dans le cas américain, elles s’exercent contre le cours officiel adopté par Bülow. Le débat s’est tout autant nourri de l’incertitude lié à l’apprentissage de l’exportation et de la peur face à la mondialisation. L’exportation a beau être à l’honneur dans les milieux économiques, elle ne concerne réellement qu’une minorité d’entre eux ; la grande majorité des firmes voit certes s’esquisser cet horizon d’attente à travers le flot croissant d’informations et d’analyses, mais elle reste dépourvue d’expérience directe, à l’intérieur d’un cadre national voire régional. C’est pourquoi le « danger américain », avec son aspect fantasmatique, peut trouver chez certains un tel écho. L’« invasion » de produits standardisés d’outre-Atlantique et la figure menaçante des trusts ne sont que des formes particulières d’un développement propre à l’industrie allemande qui semble condamner les secteurs moins modernes. On se tourne donc vers l’État pour lui demander à la fois protection et aide pour s’adapter à ce nouveau contexte.

33Dans ce contexte de concurrence exacerbée entre économies nationales, aucun pays ne peut être pris comme modèle exclusif ; en revanche, toutes les controverses se nourrissent de références aux accomplissements des pays rivaux. Le modèle américain s’intègre dans ces discours : s’il est particulièrement intéressant pour certains secteurs de l’économie allemande, il n’est pas fondamental pour le discours nationaliste économique qui se développe à partir du début du siècle : la place de l’Allemagne dans le monde dépend de sa capacité à devenir une référence culturelle, et son ambition de rattraper le temps perdu avant l’unification, a un modèle anglais et non américain.

Bibliographie

***

Amerikanische’Weckeraus dem Schwarzwald, Schriften des Stadtmuseums Schramberg, 1991.

Balabkins N. W. 1988. Not by Theory alone... The Economics of Gustav von Schmoller and Its Legacy to America, Berlin.

Berg I. B. v. 1995. Die Entwicklung des Konsularwesens im Deutschen Reich von 1871-1914 unter besonderer Berücksichtigung der aussenhandelsfördernden Funktionen dieses Dienstes, Ing. Diss., Cologne.

Burchardt L. 1977. « Technischer Fortschritt und soziales Wandel. Das Beispiel der Taylorismus-Rezeption », in Treue W. (éd.), Deutsche Technikgeschichte, Göttingen.

Church R. A. 1968. « The Effect of the American Export Invasion on the British Boot and Shoe industry, 1885-1914 », in journal of Economic History, 28, p. 223-254.

Dienel H.-L. 1993. « ‘Hier sauber und gründlich, dort husch-husch, fertig.’ Deutsche Vorbehalte gegen amerikanische Produktionsmethoden 1870-1930 », in Blätter für Technikgeschichte 55, p. 11-39.

Epstein F. 1973. « Der Komplex ‘die russische Gefahr’ und sein Einfluss auf die deutsch-russischen Beziehungen im 19. Jahrhundert », p. 143-159, in Geiss I., Wendt B. J. (éd.), Deutschland in der 19. und 20. Jahrhunderte.

Fiebig Von Hase R. 1986. Lateinamerika als Konfliktherd der deutschen amerikanischen Beziehungen. 1890-1913, Göttingen.

Fischer A., Moltmann G., Schwabe K. (éd.) 1978. Russland. Deutschland. Amerika, Wiesbaden.

Fraenkel E. 1959. Amerika im Spiegeldes deutschenpolitischen Denkens, Cologne et Opladen.

Fuchs E. 2000. « Das Deutsche Reich auf den Weltausstellungen vor dem Ersten Weltkrieg », p. 61-88, in Fuchs E. (éd.), Weltausstellungen im 19. Jahrhundert, Leipzig.

Gollwitzer H. 1982. Geschichte des weltpolitischen Denkens, Göttingen.

Haüser K. 1988. « Historical School and ‘Methodenstreit’ » in Journal of Institutional and Theoretical Economics, 144, p. 532-542.

Hounshell D. 1984. From the American System to Mass Production, 1800-1932. The Developpement of Manufacturing Technology in the United States, John Hopkins University Press.

Huldermann B. 1923. La vie d’Albert Ballin d’après ses notes et sa correspondance, Paris.

Lenger F. 1998. « Warum gibt es in den Vereinigten Staaten keinen Sozialismus ? Werner Sombart, die deutsche Sozialwissenschaft und Amerika », in Fiebig Von Hase R., Heideking J. (éd.), Zwei Wege in die Moderne. Aspekte der deutsch-amerikanischen Beziehungen, 1900-1918, Trier.

Mehnert U. 1995. Deutschland, Amerika und ‘die Gelbe Gefahr’. Zur Karriere eines Schlagwortes in der Grossen Politik, 1905-1917, Stuttgart.

Mosse W. E. 1987. Jews in the German Economy. The German-Jewish Economic Elite 1820-1935, Oxford.

Paris 1900. Les artistes américains à l’Exposition universelle, Paris, Musée Carnavalet, 2001.

Pollard S. 1987. « ‘Made in Germany’. Die Angst der deutschen Konkurrenz im spätviktorianischen England », in Technikgeschichte, 53, p. 183-195.

Pommerin R. 1986. Der Kaiser und Amerika. Die USA in der Politik der Reichsleitung, 1890-1917, Cologne.

Radkau J. 1989. Technik in Deutschland. Von 18. Jahrhundert bis zur Gegenwart, Francfort sur le Main.

Ruby J. 1995. Maschinen für die Massenfertigung. Die Entwicklung der Drehautomaten bis zum Ende des ersten Weltkrieges, Stuttgart.

Schimmelpfeng H. A. (éd.) 1922. Handbuch des deutschen Auskunftswesens, Berlin.

Scranton P. 1998. Endless Novelty. Specialty Production and American Industrialization, 1865-1925, Princeton.

Stubmann P. F. 1926. Ballin. Leben und Werk eines deutschen Reeders, Berlin.

Trommler F. 1993. « Inventing the Ennemy : German-American Cultural Relations. 1900-1917 », in Schroder H.-J. (éd.), Confrontation and Cooperation. Germany and the United States in the Era of World War I. 1900-1924, Providence.

Ullmann H.-P. 1978. « Staatliche Exportförderung und private Exportinitiative », in VSWG 65-2, p. 157-196.

Widenor W. C. 1980. Henri Cabot Eodge and the Search for an american foreign policy, University of California Press.

Notes

1 On peut discuter les dates qui marquent le début d’une controverse : R. Pommerin choisit 1902, car Max Prager présente cette année-là une conférence sur le « danger américain », lançant une expression sans cesse réutilisée par la suite. Mais cet exposé fait devant la Société d’économie de Munich se veut d’abord une réponse à tout un courant de la Publizistik qui, depuis 1897, désigne non plus la Grande-Bretagne mais bien les États-Unis comme la principale menace pour l’économie allemande.

2 Les exportations américaines ont augmenté globalement de 62,5 % entre 1890 et 1900 mais de 52 % en direction de l’Europe. Cependant, deux différences frappent les observateurs : la Grande-Bretagne n’est plus la seule destination privilégiée des exportations américaines en Europe occidentale ; la concurrence américaine face aux produits industriels européens se fait désormais fortement sentir sur les marchés tiers, en particulier en Amérique latine.

3 À l’été 1901, le banquier américain annonçait ses plans de constituer une grande compagnie de navigation marchande américaine pour l’Atlantique : ces projets étaient d’autant plus inquiétants pour les Allemands, que, outre les questions de prestige maritime si importantes à l’époque, le quasi monopole exercé jusque là par les compagnies allemandes sur ces transports permettaient de rééquilibrer en grande partie une balance commerciale passive avec les Etats-Unis. B. Huldermann, La vie d'Albert Ballin d'après ses notes et sa correspondance, Paris, 1923 ; R. Pommerin, Der Kaiser nd Amerika. Die USA in der Politiek der Reichsleitung, 1890-1917, Cologne, 1986, p. 203.

4 F. Epstein, « Der Komplex ‘die russische Gefahr’und sein Einfluss auf die deutschrussischen Beziehungen im 19. Jahrhundert », p. 143-159, in I. Geiss, B.J. Wendt (éd.), Deutschland in der 19. und 20. Jahrhunderte, 1973 ; U. Mehnert, Deutschland, Amerika und ‘die Gelbe Gefahr’. Zur Karriere eines Schlagwortes in der Grossen Politik, 1905-1917, Stuttgart, 1995 ; E. Fraenkel, Amerika im Spiegeldes deutschenpolitischen Denkens, Cologne et Opladen, 1959 ; H. Gollwltzer, Geschichte des weltpolitischen Denkens, Göttingen, 1982.

5 De telles déclarations s’expliquent aussi par le différend qui oppose à ce moment les Américains et les Allemands au Venezuela. Ces derniers, aidés dans un premier temps par les Anglais, ont entrepris à la fin septembre 1902 d’obliger par la force ce pays à rembourser ses dettes. Cabot Lodge, en insistant sur le crédit américain, veut ainsi montrer que les Européens perdent leur dernière possibilité de battre en brèche la doctrine Monroe en cessant d’être les seuls banquiers possibles de l’Amérique latine. A. Fischer, G. Moltmann, K. Schwabe (éd.), Russland. Deutschland. Amerika, Wiesbaden, 1978. W.C. Widenor, Henri Cabot Lodge and the Search for an american foreignpolicy, University of California Press, p. 117 et 132 ; Comte Molke, Nordamerika. Beitrage zum Verständnis seiner Wirtschaft und Politik, Berlin, 1903. Sur la connaissance allemande des théories américaines, on peut remarquer que 1903 voit la traduction en allemand du livre de Frank Arthur Vanderlip sous le titre Amerikas Eindringen in dent europdischen Wirtschaftsgebiet et la troisième édition de la traduction par Paul Raché des écrits de Théodore Roosevelt, Amerikanismus. Schriften und Reden.

6 « [Deutschland wird] seine Platz an der Sonne, seinen Rang unter den Kulturnationen, seine wirtschaftliche und politische Bedeutung dann, aber nur dann behaupten, wenn das ganze Volk... festgedrungen ist von der todesmutigen Gesinnung des alten Hanseatenwortes : navigare necesse est, vivere non necesse ». P. Voigt, « Deutschland und der Weltmarkt », in Preussische Jahrbücher ; Volume 91, 1898, cité par H. Dietzel, Weltwirtschaft und Volkswirtschaft, Dresde, 1900, p. 51.

7 Voir par exemple les premiers enseignements de Gustav Schmoller à Halle où il étudie la politique de Frédéric le Grand et le développement de l’industrie prussienne pour montrer que « the State organization assisted the national economy », N.W. Balabkins, Not by Theory alone... The Economics of Gustav von Schmoller and Its Legacy to America, Berlin, 1988 ; K. Hàuser, « Historical School and ‘Methodenstreit’ » in Journal of Institutional and Theoretical Economics, 1988, 144, p. 532-542.

8 La date de création officielle est 1898, mais en réalité, le consulat de Chicago a inauguré cette formule avec un poste d’attaché technique dès 1893, à l’occasion de l’Exposition Universelle. Carl Haller a été très favorablement accueilli dans les milieux économiques allemands, mais il a finalement été remercié en 1898, après avoir été accusé d’avoir poursuivi des activités privées. Voir BA, R-901, dossiers 7 587 et 7 588.

9 Le voyage est présenté par l’industriel Moritz Böcker de Remscheid, lors d’un exposé fait le 10 août 1903 devant les représentants du Verein zur Wahrung dergemeinsamen wirtschaftlichen Interessen in Rheinland und Westphalen, du Verein deutscher Eisenhüttenleute et du groupe nord-ouest du I Verein deutscher Eisen-und Stahlindustrieller. Voir Bayer Archive, 191/1-3, Reise Eindrücke aus den Vereinigten Staant en, Mai Juni 1903.

10 Goldberger était président du Verein Berliner Kaufleute und Industrieller ; il fut nommé par l’empereur avant son départ membre de la commission économique consultative pour la préparation de mesures de politique commerciale. Il était de plus vice-président de la Zentralstelle zur Vorbereitung von Handelsverträgen, et membre du comité du Zentralverband Deutscher Industrieller (ZDI).

11 Sur le profil des attachés commerciaux, voir BA, R-901, dossier 7589 ; sur les demandes d’augmentation, BA, R-901, dossier 2510 ; sur les critiques adressées à Goldberger, BA, R-1501, dossier 3178.

12 Goldberger a eu comme compagnon de voyage, notamment à New York, un Français, Lazare Weiler ; ce dernier, au reste rempli d’admiration pour le conseiller allemand, explique dans son livre à quel point il est aisé d’approcher les personnalités les plus influentes des milieux économiques américains : les invitations affluent chez l’étranger à peine descendu à l’hôtel, mais cela n’entraîne pas pour autant des relations d’« amitié » comme le laisse entendre l’auteur allemand. Par ailleurs, dans une lettre, Albert Ballin laisse entendre que Goldberger n’a pas laissé un bon souvenir chez les Américains qui ont eu l’impression d’être abusés par ses nombreux titres. L. Weiller, Les grandes idées d’un grand peuple. Mission diplomatique aux Etats-Unis, Paris 1904 ; A. Ballin à Pf. Dr. Ernst Francke, 17 février 1902, cité dans P.F. Stubmann, Ballin. Leben und Werk eines deutschen Reeders, Berlin, 1926.

13 J. Radkau, Technik in Deutschland. Von 18. Jahrhundert bis zur Gegenwart, Francfort sut le Main 1989, p. 177.

14 Voir l’article de W. Fischer sut Ludwig Loewe dans ce volume, p. 59 ; autre exemple, le voyage aux États-Unis dans les années 1860 d’un des fondateurs de la firme Werner & Pfleiderer, Hermann Werner, à l’origine du développement de l’activité de l’entreprise dans les fours de boulangerie industrielle. WABW, B 11, Geschichte der Maschinen-Fabrik Werner & Pfleiderer. Stuttgart 1879-1979 ; voir également les voyages faits plus tard par les fondateurs des grands magasins allemands, Falk Valentin Grünfeld, en 1891, ou Georg Tietz, cités dans Mosse 1987 :123.

15 Il s’agissait d’un aigle déployant ses ailes sur un blason aux initiales de la marque, lequel était entouré de deux drapeaux avec une plaquette en-dessous marquée trade mark. Voir ‘Amerikanische’ Wecker ans dem S chwarzwald, 1991 ; sur le label allemand, voir S. Pollard, « ‘Made in Germany’. Die Angst der deutschen Konkurrenz im spätviktorianischen England », in Technikgeschichte, 53,1987, p. 183-195.

16 A. Sartorius Frherr von Waltershausen, Deutschland und die Handelspolitik den Vereinigten Staaten, Berlin, 1898 ; Dr W. Borgius, Deutschland und die Vereinigten Staaten, Berlin, 1899 ; H. Dietzel, op. cit., 1900.

17 H. Dietzel, Vergeltungszölle, Volkswirtschaftliche Zeitfragen, Berlin, 1904 : il montre que dans la catégorie « produits industriels » se trouvent des matières premières utilisées par l’industrie comme le cuivre, et qu’une bonne partie des importations faites par l’Allemagne concerne des produits traditionnellement américains comme les machines agricoles.

18 H. L. Dienel, « ‘Hier sauber und gründlich, dort husch-husch, fertig.’ Deutsche Vorbehalte gegen amerikanische Produktionsmethoden 1870-1930 », in Blätterfür Technikgeschichte 55, 1993, p. 11-39.

19 Sur l’influence des machines américaines dans la mécanisation de la production en Allemagne, J. Ruby, Maschinenfür die Massenfertigung. Die Entwicklung der Drehautomaten bis zum Ende des ersten Weltkrieges, Stuttgart, 1995, p. 142-181. Sur les limites de la mécanisation de la production dans l’industrie de la consommation américaine, voir D. Hounshell, From the American System to Mass Production, 1800-1932. The Developpement of Manufacturing Technology in the United States, John Hopkins University Press, 1984 ; P. Scranton, Endless Novelty. Specialty Production and American Industrialization, 1865-1925, Princeton, 1998.

20 Voir le compte-rendu de l’Exposition fait par A. Riedler, Ein Rückblick auf die Weltausstellung in Chicago, Volkswirtschaftliche Zeitfragen, Berlin, 1894.

21 Un article paru dans le Technischer Monitor est à cet égard significatif : l’auteur y fait part de son admiration pour le statut de l’ingénieur aux États-Unis, regrettant qu’en Allemagne, l’entreprise accorde davantage d’importance à l’opinion du technico-commercial : Technischer Monitor. Zeitschrift für die wirtschaftlichen Interessen der Technikerschaft, no 1, 2 janvier 1904. Sur cette quête du technico-commercial, voir Bayer Archive, correspondance Carl Duisberg.

22 Voir R.A. Church, « The Effect of the American Export Invasion on the British Boot and Shoe industry, 1885-1914 », in Journal of Economic History, 28, 1968, p. 223-254.

23 Ce sont des sources d’autant plus privilégiées qu’il n’y a qu’à puiser dans les Daily Consular Reports. Une personnalité se détache cependant : le consul Mason, en poste à Berlin à l’époque, diplomate très actif qui est notamment à l’origine de la chambre de commerce germanoaméricaine dans la capitale allemande. Le système des consulats américains était pourtant soumis à forte critique depuis 1897.

24 Les craintes des fabricants n’étaient pas complètement infondées car il y eut manifestement des abus de pouvoir dont l’Allemagne se plaignit vivement à l’administration américaine. Voir BA, R-901, dossier 8503, espionnage commercial américain.

25 Voir par exemple P. Raché, Was tut Deutscbland für seinen Aussenbandel ?, Berlin, 1899 ; W. Wendlandt, Handels-Auskunftsstellen des Auslandes, Berlin, 1900.

26 Sur les agences de renseignement commercial, H.A. Schimmelpfeng, Handbuch des deutschen Auskunftswesens, Berlin, 1922 ; sur les tensions entre organisations industrielles et administration, H.-P. Ullmann, « Staatliche Exportförderung und private Exportinitiative », in VSWG 65-2, 1978, p. 157-196.

27 Ces critiques allemandes trouvent souvent leur inspiration chez les Américains eux-mêmes : ainsi l’exposé présenté par un ingénieur sur les trusts américains doit beaucoup au livre de J. Moody, The Truth about Trusts, paru l’année précédente et dont les thèses sont ainsi popularisées. Voir Verhandlungen des Vereins zur Beförderung des Gewerbefleisses in Preussen, 1905, p. 434-449.

28 Voir R. Kuczynski, Die Einwanderungspolitik und die Bevölkerungsfrage der Verinigten Staaten von Amerika, Berlin, 1903.

29 Voir F. Lenger, « Warum gibt es in den Vereinigten Staaten keinen Sozialismus ? Werner Sombart, die deutsche Sozialwissenschaft und Amerika », in R. Fiebig Von Hase, J. Heideking (éd.), Zwei Wege in die Moderne. Aspekte der deutsch-amerikanischen Beziehungen, 1900-1918, Trier, 1998.

30 Cf. J. Wolf, L’Allemagne et le marché du monde, Paris, 1902, p. 36 et 37 : l’auteur cite encore des opinions sur un arrêt prochain des exportations de blé américain à la fois à cause d’un manque de terres nouvelles et de la hausse de la consommation intérieure.

31 Voir l’analyse très favorable faite des syndicats américains : E. Pistor, « Anerkennung der Unions in der USA », Schmollers Jahrbücher, 1904, 3, g. 103-128. Il existe naturellement aussi un discours négatif sur l’influence des syndicats aux États-Unis, mais qui font alors écho à des jugements similaires sur la situation en Allemagne.

32 L. Glier, « Zur neuesten Entwicklung der amerikanischen Industrie », Schmollers Jahrbücher, 1903, 3 et 1904, 1 ; G. Schmoller, « Das Verhältnis der Kartelle zum Staat », Schmollers jahrbiicher, 1905, 4, p. 325-363.

33 Voir Fiebig-Von Has K 1986. Sur le danger allemand en Amérique latine, F. Trommler « Inventing the Ennemy : German-American Cultural Relations. 1900-1917 », in H.-J. Schröder (éd.), Confrontation and Cooperation. Germany and the United States in the Era of World War I. 1900-1924, Providence, 1993.

34 E. Fuchs, « Das Deutsche Reich auf den Weltausstellungen vor dem Ersten Weltkrieg », p. 61-88, in E. Fuchs (éd.), Weltausstellungen im 19. Jahrhundert, Leipzig, 2000 ; voir par exemple l’argumentation en faveur de la participation développée dans le Deutsche Töpfer-und Ziegler-Zeitung, 7 mars 1903, BA, R-901, dossier 504. Sur le rôle de l’art français, Paris 1900. Les artistes américains à l’Exposition universelle, Paris, Musée Carnavalet, 2001 ; sur les discussions à propos d’une participation de la Sécession, voir en particulier les débats du Reichstag, 15 et 16 février 1904.

35 L’université de Harvard a ainsi acquis les objets exposés sur le thème de l’assurance ouvrière. C’est d’ailleurs le président de cette même université qui accueille favorablement l’idée d’un échange germano-américain de professeurs. BA, R-901, dossier 512. L. M. Goldberger, « Die Amerikanische Gefahr », in Preussiscbe Jabrbücher CXX, avril 1905, p. 30. John Wanamaker cherchait à faire découvrir l’art à ses clients en achetant de nombreux tableaux de diverses origines qu’il exposait dans ses magasins.

36 Daily Consular Reports, janvier 1905 « German View of American Industry », BA, R-1501, Dossier 3180, p. 124.

37 Voir L. Burchardt, « Technischer Fortschritt und soziales Wandel. Das Beispiel der Taylorismus-Rezepdon », in W. Treue (éd.), Deutsche Technikgeschichte, Göttingen, 1977 ; après guerre, Carl Duisberg a regretté avoir tenu des propos assez dépréciatifs lors de son troisième voyage aux États-Unis en 1908 : Bayer Archive, 9/A-l, volume I et 191-002. Sur la polémique fin 1909 entre Waetzoldt et différentes associations industrielles allemandes à propos d’invitations refusées à des voyages d’études américains, voir BA, R-901, dossier 3578.

38 I.B. Berg, Die Entwicklung des Konsularwesens im Deutschen Reich von 1871-1914 unter besonderer Berücksichtigung der aussenhandelsfördernden Funktionen dieses Dienstes, Ing. Diss., Cologne, 1995 ; BA, R-901, dossier 2510.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search