Version classiqueVersion mobile

L'américanisation en Europe au xxe siècle : économie, culture, politique. Volume 1

 | 
Isabelle Lescent-Giles
, 
Dominique Barjot
, 
Marc de Ferrière

Introduction

Dominique Barjot

Texte intégral

  • 1 A. Kaspi, Mal connus, mal aimés, mal compris. Les États-Unis d’aujourd’hui, Paris, Plon, 1999. R. (...)
  • 2 R. F. Kuisel, « The Gallic Rooster Crows Again. The Paradox of French Anti-Americanism », French P (...)
  • 3 J. Zeitlin, G. Herrigel. (dir.), Americanization and is limits. Reworking US Technology and Manage (...)

1Américanisation... un mot entré de plus en plus dans le langage courant. Au sens large, il traduit tout à la fois des pratiques multiples et une réalité culturelle profonde, celle de la généralisation d’un mode de vie, d’une civilisation née outre-atlantique par fusion d’apports multiples eux-mêmes venus, pour l’essentiel, d’Europe1. Cette américanisation résulte d’un transfert vers l’Europe occidentale des méthodes de production, des modèles de consommation, du mode de vie, des pratiques socioculturelles ou des cadres de pensée nés ou adoptés originellement aux États-Unis. Notamment parce qu’il n’a pas de concurrent à l’échelle globale, le modèle de modernisation américain s’est progressivement imposé en Europe, malgré de notables résistances, en France en particulier2, et, aussi, des formes spécifiques et sélectives d’adoption, d’adaptation voire d’hybridation, comme le prélude à la modernité conquérante3. À cet égard, aujourd’hui l’Europe devient « génératrice d’américanité ».

  • 4 H. G. Schröter (dir.), « Une américanisation des entreprises ? », Entreprises et Histoire, 19, oct (...)

2L’américanisation, en tant que phénomène historique, suscite en effet un intérêt grandissant de la part des historiens contemporains4. Elle consiste en l’adoption progressive, par les pays autres que les Etats-Unis, des modes de production, des comportements de consommation ainsi que des genres de vie habituels dans cette dernière nation. Il s’agit d’un phénomène complexe et de grande ampleur qui englobe des dimensions très variées : scientifique et technique, économique et financière, sociale, politique et culturelle. Mais à eux seuls, les aspects économiques et technologiques ouvrent des perspectives de recherche considérables, tout en offrant une voie d’entrée opportune pour l’analyse du phénomène de l’américanisation pris dans son ensemble.

L’AMÉRICANISATION, UNE QUESTION ESSENTIELLE

3La période retenue couvre les années 1870 à 2000. Elle voit s’opérer une américanisation progressive, mais avec un net changement d’échelle au lendemain de la seconde guerre mondiale.

Une chronologie en deux temps

4Une hypothèse à discuter, mais que l’on peut étayer scientifiquement, serait que deux autres paliers pourraient être observés : de 1917 à 1929, par suite du premier conflit mondial ; à partir du retour au pouvoir des Républicains et l’action politique de Ronald Reagan.

1870-1945. Une américanisation progressive, mais incertaine

5Le point de départ du mouvement d’américanisation pourrait dater de la révolution des transports maritimes des années 1870-1880. Même s’il existait auparavant un attrait certain pour l’Amérique — voir par exemple les réflexions de Tocqueville ou les expériences du comte de Saint-Simon, puis de son disciple Michel Chevalier — les apports de l’Europe à l’Amérique l’emportent, selon toute vraisemblance, sur les flux inverses. L’on songe en particulier aux apports du capital britannique à la construction des chemins de fer américains ou de la science et de la technique allemande à l’université et à l’ingénierie américaine. Mais avec la mise au point de grands navires à coque d’acier et à vapeur utilisant désormais l’hélice et non plus la roue à aube, l’Europe se trouve d’un coup à portée beaucoup plus proche de l’Amérique. Cette dernière, États-Unis, mais aussi Canada et Argentine, peut dorénavant vendre ses blés et, de façon plus large, ses produits, désormais concurrentiels avec les productions européennes. Il s’ensuit une crise des agricultures d’Europe occidentale qui précipite le retour au protectionnisme ou, dans le cas britannique, accélère le sacrifice de l’agriculture nationale.

  • 5 D. Lacorne, J. Rupnik, M.-F. Toinet (dir.), L’Amérique dam les têtes : un siècle de fascinations e (...)

6En sens inverse, l’abaissement considérable du fret maritime — division par huit entre 1830 et 1914 sur le trajet New York-Liverpool — autorise l’arrivée aux États-Unis de nouveaux flux d’immigrants. Leur américanisation pose d’autant plus problème qu’à l’immigration britannique, irlandaise ou Scandinave traditionnelle vient s’ajouter une autre d’origine allemande, italienne et slave, d’autant plus difficile à intégrer qu’elle parle des langues plus éloignées de l’Anglais et qu’elle est souvent de religion catholique, orthodoxe ou juive. Cette révolution des transports favorise la montée en puissance de l’économie américaine. Comme le sentent bien les visiteurs étrangers aux États-Unis (André Maurois et sa visite des abattoirs de Chicago), ce pays s’affirme, dès les années 1880, comme la première puissance industrielle mondiale, dépassant même la Grande-Bretagne5.

7Servis par un remarquable réseau de transports, les États-Unis voient, les premiers au monde, l’émergence sur leur sol d’un véritable marché de consommation de masse. Comme l’a bien montré Habakkuk, c’est pour une large part la conséquence de la pénurie de main-d’œuvre, qui pousse à l’octroi de salaires élevés, comparativement à ceux pratiqués en Grande-Bretagne, en France ou en Allemagne. Il s’ensuit un niveau lui aussi élevé de consommation au profit des produits autres qu’alimentaires ; ainsi s’expliquent l’essor précoce de l’automobile populaire et la pénétration rapide du téléphone. En même temps, l’industrie américaine s’oriente vers un modèle de croissance présentant un biais au profit du capital. La substitution du capital au travail constitue l’une des clefs essentielles du haut niveau de productivité du travail qui caractérise déjà les États-Unis : selon Maddison, dès les années 1890, la productivité américaine dépasse celle de la Grande-Bretagne.

8Des investissements massifs favorisent l’apparition de la grande entreprise multidivisionnelle et managériale. Celle-ci substitue à une organisation fonctionnelle, conçue d’abord en fonction de la mobilisation des ressources, une autre, de nature opérationnelle, orientée principalement vers la clientèle, et organisée selon une logique de ligne de produits. Elle joue de trois effets : les économies d’échelle, les économies de diversification et les économies de transaction. Fille conquiert d’autant mieux un marché intérieur en expansion rapide que ses gains de productivité élevés autorisent de sa part une baisse accélérée de ses coûts. Y contribuent certes un fort niveau d’investissement, mais aussi la qualification de la main-d’œuvre, les États-Unis dépensant par tête plus que tout autre pays en faveur de l’éducation et un progrès technique rapide, lisible tant en termes de résidu (Solow) que d’innovation (Schmookler).

9Les conséquences de ces évolutions sont très favorables pour les États-Unis. Sur le plan macroéconomique, ceux-ci connaissent un essor spectaculaire de leurs exportations de biens manufacturés, tandis qu’ils commencent à devenir exportateurs de capitaux : en 1913, les flux de sortie équilibrent à peu près les flux d’entrée. Sur le plan micro-économique, la grande entreprise managériale et multidivisionnelle s’implante à l’étranger : ainsi dans le secteur pétrolier (Standard Oil en France), dans celui de l’électricité (Edison, puis General Electric) ou des téléphones (Bell contre Edison). Les États-Unis jouent déjà un rôle majeur au sein de l’économie mondiale ; c’est le cas en Chine ou en Amérique du Sud, zones où ils concurrencent les trois grandes nations européennes.

10La Grande Guerre renforce beaucoup la position internationale des États Unis. Le premier conflit mondial entraîne un affaiblissement général de l’Europe sur le double plan humain (10,5 millions de morts) et matériel (nombreuses destructions en France, en Belgique, en Italie et surtout dans l’ensemble des pays d’Europe centrale). Globalement, il s’ensuit un recul notable de l’influence des grandes nations européennes : Royaume-Uni, plus encore Allemagne, France et Russie ; l’Autriche-Hongrie ayant disparu dans la tourmente. Quant aux États-Unis, ils ont joué un rôle déterminant dans la victoire sur l’Allemagne. Ils ont fourni aux Alliés les ressources financières pour la remporter, réalisant une mobilisation économique exemplaire et intervenant dans le conflit avec des moyens humains et matériels de plus en plus considérables. Mais surtout, la guerre impose l’économie américaine au premier rang mondial, tant sur le plan économique que financier, du fait de l’endettement massif des occidentaux à leur égard. Le modèle américain apparaît désormais comme la référence. Amorcé avant la guerre, quand l’on admirait déjà le « système américain », le mouvement de rationalisation gagne en ampleur en même temps que l’on s’intéresse de façon grandissante à la culture américaine, cet intérêt constituant l’une des spécificités des années 1920.

  • 6 D. Barjot (dir.), International Cartels Revisited - Dues nouvelles sur les cartels internationaux (...)

11L’américanisation trouve cependant assez vite ses limites. L’échec du rêve wilsonien traduit un retour à l’isolationnisme traditionnel, que traduisent aussi la politique des quotas d’immigration, le regain de protectionnisme, le refus américain d’entrer à la SDN et surtout une politique monétaire conçue en fonction des seules préoccupations intérieures des États-Unis. Certes, les capitaux américains viennent s’investir en Grande-Bretagne, puis en Allemagne ou en Pologne, mais il s’agit de capitaux à court terme, que la Grande-Bretagne notamment a le malheur de réinvestir à long terme, en particulier sur le continent européen. Très fermes sur le remboursement des dettes de guerre dues par les Alliés, notamment la France, les Américains ne soutiennent pas celle-ci dans ses revendications vis-à-vis de l’Allemagne en matière de réparations des dommages de guerre. Fidèles à une législation hostile aux ententes (Sherman et Clayton Act), ils n’adhèrent pas non plus aux tentatives franco-allemandes en vue de reconstituer l’économie européenne sur la base des cartels6.

12Ils ne se désintéressent cependant pas totalement du sort de l’Europe. En dehors même du cas de ces nombreuses missions techniques envoyées dans l’URSS naissante à l’époque de la NEP, ils cherchent à faciliter une solution au problème des réparations : telle est l’origine des plans Dawes et Young. De même, les multinationales américaines continuent à regarder du côté de l’Europe. L’industrie automobile traduit bien cet intérêt avec l’implantation de Ford et General Motors (Vauxhall) en Grande-Bretagne, tandis qu’en 1927, General Motors s’assure le contrôle d’Opel en Allemagne. Surtout, les années 1920 voient s’amplifier le mouvement en faveur de la rationalisation qui atteint un grand nombre de branches de l’économie. Les tenants de cette dernière militent pour le système Taylor, introduisant des techniques telles que le chronométrage ou l’évaluation des tâches. L’organisation scientifique du travail conquiert ainsi de nouveaux adeptes. L’intérêt se porte désormais aussi de plus en plus vers le fordisme. Sur ce point, la France est en pointe avec l’adoption par Citroën, puis Renault, de grandes chaînes de production. L’Italie (Fiat) suit avec un certain retard, de même que l’Allemagne (Opel), alors que la Grande-Bretagne fait preuve de plus de réticences.

13Le mythe américain de la prospérité s’effondre avec la grande dépression des années 1930. La crise, par son ampleur, entraîne un changement de modèle social : c’est le New Deal. Elle s’accompagne d’une mutation technologique, bien visible dans la sidérurgie (avec les grands trains de laminoirs) et la chimie organique. Elle se traduit aussi par un recul considérable des échanges mondiaux, en particulier de ceux des États-Unis. Le monde éclate en zones monétaires repliées sur elles-mêmes : zones dollar, sterling, franc et mark. De plus l’Allemagne, l’Italie et le Japon se coupent de l’évolution technologique mondiale, la première perdant en outre beaucoup de terrain sur le plan scientifique. Pourtant l’intérêt des Européens se maintient pour l’expérience américaine : les industriels vont notamment y rechercher des techniques de management permettant de réduire les coûts de production. De plus, apparaissent en Europe les premiers indices de l’entrée dans la consommation de masse : tel est le cas au Royaume-Uni avec l’essor des magasins populaires et un effort massif en faveur du logement, en Suède, voire en Allemagne avec la Volkswagen et la radio.

14La seconde guerre mondiale introduit une nouvelle donne. Elle relance l’économie américaine, lui permettant de mettre fin au chômage massif. La loi prêt-bail autorise la fourniture aux Alliés d’une aide considérable. Engagés dans la lutte contre le Japon, les États-Unis assurent aussi, grâce à une logistique remarquable la reconquête de l’Europe. Au fur et à mesure de leur avance, ils recréent une économie certes provisoire, mais qui frappe les Européens par son efficacité. Cherbourg, puis Anvers deviennent un temps les plus grands ports mondiaux. La guerre profite à ce point aux États-Unis qu’ils en arrivent à produire à eux seuls plus de la moitié de la production industrielle mondiale. Ils atteignent alors leur avance maximum en matière de productivité. Leur effort en faveur de la recherche-développement y contribue beaucoup (R & D).

1945-2000 - un résistible rattrapage ?

  • 7 A. S. Milward, The Reconstruction of Western Europe 1945-1951, Londres, Methuen, 1984 ; B. Elcheng (...)

15En 1945, l’Europe et une bonne partie de l’Extrême-Orient se trouvent ruinées7. Dans un monde menacé par la famine, il faut parer aux urgences vitales tout en engageant une reconstruction massive. En même temps, les dirigeants américains de l’époque, en bons héritiers du New Deal, veulent mettre fin au totalitarisme et ancrer la démocratie sur le modèle de la consommation de masse en cours chez eux, ce qui suppose l’adoption par les pays aidés par les États-Unis, des systèmes de la production de masse. Ils sont également de plus en plus préoccupés par la menace du communisme : après les Pays baltes, annexés dès les débuts de la seconde guerre mondiale, la Bulgarie et la Roumanie, puis la Hongrie, la Pologne et la Tchécoslovaquie passent dans le giron soviétique, enfin la République Démocratique Allemande. Pour des raisons diverses, Finlande, Autriche et Grèce échappent en fin de compte à cette emprise.

  • 8 D. Barjot, R. Baudouï, D. Voldman (dir.), Les Reconstructions en Europe (1945-1949), Paris, Éditio (...)
  • 9 M. J. Hogan, 'The Marshall Plan : América, Britain, and the Reconstruction of Western Europe, 1947 (...)

16Ces éléments convergent pour pousser les États-Unis dans la voie de l’aide publique. Jusqu’en 1947, elle vise à répondre aux besoins nés de l’urgence : aide alimentaire et crédits financiers à court terme8. Cette assistance d’urgence ne suffisant pas, les États-Unis lancent le Plan Marshall qui exprime un ensemble de préoccupations majeures : assurer les bases d’une reconstruction de l’économie européenne ; enraciner la démocratie au cœur de l’Europe et enrayer l’avance soviétique jugée menaçante pour l’avenir proche9. Les préoccupations stratégiques occupent d’ailleurs une place grandissante dans la mise en œuvre du Plan. C’est ainsi que s’explique le passage, après la guerre de Corée, à une politique donnant la priorité à l’aide militaire, dans le cadre de l’OTAN. Néanmoins le productivity drive profite aussi beaucoup aux entreprises européennes et japonaises, tandis que l’Union Européenne des Paiements, instaurée à l’époque du Plan Marshall, permet le renflouement des monnaies européennes et le rétablissement d’échanges inter européens normaux.

17À partir des années 1960, les capitaux privés américains prennent de plus en plus le relais des fonds publics ; ils s’investissant notamment en Allemagne et en Italie. Le rôle croissant des multinationales accompagne une libéralisation grandissante des échanges internationaux. Inaugurée sur le plan monétaire par les accords de Bretton Woods, elle se trouve confortée par la négociation sur le GATT à Genève. L’Union Européenne des Paiements ayant rempli sa mission, la discussion entre les différents pays prend de l’ampleur dans les années 1960 avec le Kennedy Round, puis le Nixon Round. Cette libéralisation des échanges internationaux demeure jusqu'à nos jours l’un des axes majeurs de la politique américaine. Elle devient de plus en plus une réalité, car le mouvement des échanges de biens et de services comme celui des échanges de capitaux s’amplifient. À partir de 1975, la tendance des flux internationaux de capitaux s’inverse au profit cette fois des États-Unis.

  • 10 A. Maddison, Les phases du développement capitaliste, Paris, Economica, 1981 ; S. Broadberry, The (...)
  • 11 A. Rowley, « Taylorisme et missions de productivité aux États-Unis au lendemain de la seconde guer (...)
  • 12 M. Kipping, O. Bjarnar (dir.), The Americanisation of European Business. The Marshall Plan and the (...)

18Jusqu’au début des années 1980, l’Europe occidentale comme, plus tard, un certain nombre de pays d’Extrême-Orient, engagent et poursuivent un vaste mouvement de rattrapage vis-à-vis des États-Unis (Maddison)10. Il s’agit d’améliorer les niveaux de productivité afin de les aligner sur ceux des américains. Telle est, en particulier, la signification des missions de productivité : à celles officiellement organisées dans le cadre du plan Marshall viennent s’ajouter les missions techniques nées à l’instigation des branches professionnelles, voire des gouvernants, ou des entreprises11. Elles se fixent deux objectifs principaux : favoriser un rattrapage technologique, comme dans la sidérurgie ou la construction ; permettre l’introduction de nouvelles techniques de management, directement dans l’industrie, ou, de manière indirecte, par l’enseignement de business schools à l’américaine12.

  • 13 R. Boulat, « Atala travaille chez Citroën ». Recherches sur l'américanisation de l'économie frança (...)

19Si le processus de rattrapage passe par les gains de productivité, il repose fondamentalement sur l’essor d’une consommation de masse13. Il concerne en premier lieu les biens de consommation durables : automobile et électronique grand public. Il favorise le développement de la grande entreprise managériale et multidivisionnelle, dont l’Europe adopte le modèle, mais en l’adaptant aux données spécifiques des économies nationales : en France subsiste l’organisation en groupes financiers fondée autour de sociétés holdings et où la distinction apparaît souvent incertaine entre firmes entrepreneuriales et firmes managériales. Plus spectaculaire encore se révèle l’essor de la publicité, en liaison avec l’affirmation grandissante du rôle social des médias (radio, télévision, téléphone) et l’irruption de l’informatique. Le rattrapage paraît plus difficile en matière de recherche-développement. Certes les pays d’Europe occidentale et le Japon fournissent un effort toujours accru de recherche-développement à la fois à l’échelle nationale et à celle de l’entreprise. Mais par le niveau d’éducation de sa population et par celui de ses dépenses de R & D, l’économie des États-Unis demeure largement la première du monde : tandis que ses experts conseillent les plus grandes entreprises d’Europe, un vaste mouvement de brain drain attire vers l’Amérique les meilleurs chercheurs et universitaires mondiaux. Certes le mécanisme du rattrapage reflète en grande partie l’avantage relatif que possède le pays suiveur sur le pays leader. Mais les États-Unis restent les mieux placés pour repousser toujours plus avant la frontière technologique.

Un ensemble d’interrogations majeures

20Une étude de l’américanisation économique et technologique implique au moins quatre grandes questions.

Flux d’échanges et américanisation

21La première concerne l’importance des flux d’échanges et leur impact sur l’américanisation. Il convient de prendre en compte non seulement les flux d’hommes (migrations transatlantiques, transpacifiques ou intra-américaines) et de marchandises (échanges commerciaux), mais aussi les flux d’informations et les mouvements financiers. À cet égard, il paraît nécessaire de s’interroger sur les liens entre révolution des moyens de communication et américanisation ainsi que sur l’impact des flux physiques, c’est-à-dire sur l’effet de la révolution des transports, sur le rôle des nouveaux moyens de communication (télégraphe, téléphone, radio, télévision), mais aussi sur les conséquences spécifiques de la révolution informatique.

22L’interrogation sur les liens entre flux de capitaux et américanisation ressort du même ordre d’idées. Le premier tiers du XXe siècle voit en effet un renversement spectaculaire de la position financière internationale des États-Unis qui passent d’une situation débitrice à une situation créditrice. Quel a été l’impact des flux de capitaux américains vers l’Europe à partir surtout de la première guerre mondiale ? Quelle a été la part respective des investissements directs et indirects durant les années 1920 ? Quelles ont été les conséquences de leur reflux durant les années 1930 ? Quelle a été la contribution réelle de l’aide financière publique américaine sur le relèvement et la croissance des économies européennes ? Quelle a été celle des investissements privés américains dans les mêmes pays et en particulier celle des grandes multinationales pétrolières ou automobiles, chimiques ou électroniques, agroalimentaires ou d’ingénierie ? Quel a été à l’inverse, l’effet des investissements européens ou japonais aux États-Unis, notamment à partir des années 1970 ? Quelle est la signification de la nouvelle offensive de la finance américaine (anglo-saxonne ?) en direction de l’Europe ?

23Quel a été enfin le rôle des échanges entre les grandes places boursières de marchandises comme de valeurs ?

Le développement de la grande entreprise multidivisionnelle et managériale

  • 14 D. Barjot, « Lafarge : The keys to a successful internationalisation process (1946-1973) », in H. (...)
  • 15 L. Boltanski, « America, America, le Plan Marshall et l’importation du management », Actes de la R (...)

24Une seconde question, fondamentale, est celle du lien entre l’américanisation et le développement de la grande entreprise managériale et multidivisionnelle14. Il est permis, à ce propos, de s’interroger sur son origine purement américaine ou sur l’apport spécifique de la Grande-Bretagne et de l’Allemagne ? Quelle est la réalité d’une vision opposant un capitalisme allemand principalement orienté vers la production de biens intermédiaires et de biens d’équipement, un capitalisme britannique plutôt tourné vers la production de biens de consommation et d’un capitalisme américain cumulant les points forts de l’un et de l’autre. L’avance des États-Unis est-elle liée à l’émergence d’une société de consommation ? Quelles sont les sources de leur supériorité en matière de productivité : dans quelle mesure se fonde-t-elle sur une avance technologique ? Quelle est la part des méthodes de management dans cette dernière15 ? Celle de la gestion financière ? Celle aussi des relations sociales à l’Américaine ?

Développement de la consommation de masse

25Intimement liée à l’interrogation précédente est celle de la relation entre l’américanisation et le développement du modèle américain de consommation de masse. Comment l’Europe et l’Extrême-Orient, voire l’Amérique latine, ont-elles adopté les méthodes de la production de masse (standardisation, interchangeabilité) ? Quel est l’apport réel de l’Amérique en ce domaine ? Comment les entreprises des États-Unis ont-elles joué des économies d’échelle, des économies de transactions et des économies de diversification ? Comment ces dernières ont-elles joué à leur tour en Europe ou au Japon ? Comment les nations latino-américaines ont-elles assimilé les apports du taylorisme, du fordisme ou du système Bedaux ? Dans quelle mesure y a-t-il eu diffusion du modèle américain de la consommation de masse ? Quel a été le rôle de la publicité et du marketing ? Celui du système de distribution (supermarchés, hypermarchés, vente par correspondance, leasing ou crédit-bail), celui de l’évolution du taux d’équipement des ménages ? Dans quelle mesure également ce besoin d’équipement a-t-il joué un rôle d’intégration sociale ? Dans la même perspective, quel a été le rôle du logement et notamment de l’habitat individuel à l’américaine (expérience des maisons Wimpey au Royaume-Uni ou Phénix en France) ? Quelle a été l’influence de l’Amérique sur la genèse du tourisme de masse ?

Rattrapage et américanisation

  • 16 H. Byrkjeflot, S. Myklebust, Ch. Myrvang, F. Sejersted, The Democratic Challenge to Capitalism. Ma (...)

26Il reste une dernière question essentielle, de nature plus macroéconomique : celle du rattrapage (catching up) et de son rapport à l’américanisation. S’il est nécessaire de revenir sur la définition de la productivité, sur ses représentations ainsi que sur les vecteurs des conceptions américaines, on doit aussi s’interroger sur les facteurs du retard par rapport aux États-Unis : quel a été l’impact des guerres ? De quels handicaps les « premiers pays industrialisés » (Grande-Bretagne, France, Belgique) ont-ils souffert ? Quel a été à l’inverse le handicap des « tard venus » (Italie, Russie) ? Quel a été le rôle du sous-développement, notamment en Amérique latine ? Dans quelle mesure celle-ci a-t-elle perdu le contact avec la crise des années 1930 ? Les entreprises européennes ont-elles souffert - et quelle hauteur - du retard de leurs structures et de leur faible niveau de productivité ? Quelles ont été les incidences des systèmes d’éducation (business schools) et du rôle des structures sociales (inégalités de revenus, mobilités sociales et professionnelles)16 ?

  • 17 M. Kipping, J.-P. Nioche, « Politique de productivité et formations à la gestion en France (1945-1 (...)

27Quels ont été les facteurs du rattrapage ? En quoi celui-ci a-t-il été favorisé par l’action des États-Unis ? Par leur politique volontariste après la seconde guerre mondiale ? Par les transferts de technologie et de méthodes de management17 ? Quelle a été la portée de l’action des États ? Quand et avec quelle intensité ont-ils pris conscience d’un retard sur l’Amérique ? Quel a été l’impact des politiques économiques, après la seconde guerre mondiale : stabilisations monétaires, intégration européenne, politique d’exportation (Japon, Corée, Taiwan) ? À l’inverse, quelles ont été les raisons de l’échec, en Amérique Latine, des politiques de substitution aux importations ? En quoi a consisté l’action propre des entreprises américaines sur le plan des échanges inter-entreprises comme celui des filiales américaines à l’étranger ? A contrario, comment les entreprises européennes ou d’Extrême-Orient se sont-elles comportées ? À travers les missions de productivité par exemple ? Par l’appel aux consultants américains ? Par des accords inter-entreprises ?

L’américanisation : un concept ambigu

28Ainsi que le souligne ici Harm G. Schröter, le XXe siècle apparaît largement comme celui de l’hégémonie américaine. En effet, l’américanisation devient alors un phénomène global, fait surtout de transferts de technologie, de modalités d’organisation, de méthodes de management et de pratiques financières, mais aussi, quoique dans une moindre mesure, d’adoption d’institutions économiques et de modes de comportements culturels. Par ses dimensions multiples, l’américanisation pose un redoutable problème de définition.

Vers une définition ?

  • 18 Aux ouvrages cités plus haut, il convient d’ajouter notamment V. Bergahn, The Américanisation of W (...)

29Il peut être, à cet égard, utile de comparer américanisation et soviétisation. Après la seconde guerre mondiale, l’URSS et les États-Unis essaient d’exporter leurs institutions dans leurs satellites puis dans le Tiers-monde. Certes, l’américanisation a pris, depuis cette époque, une dimension plus positive. En effet, cette américanisation correspond à un processus dont les valeurs originaires d’Europe, y sont réimportées. De la littérature déjà très vaste consacrée à la question, il ressort que l’américanisation se développe à travers un certain nombre de vagues telles que la rationalisation, la décartellisation, les nouvelles méthodes de management ou de dérégulation18. Chacune de ces voies n’achève cependant pas l’américanisation. Certains auteurs soutiennent en outre l’idée que les historiens de l’économie ont oublié l’élément essentiel : l’entrée dans le domaine marchand des arts, de la politique, de la religion, de l’éducation, du sport, du sexe, de la famille, de l’enfance et même de l’histoire.

30Si l’américanisation n’est donc pas limitée à la période de l’avant-guerre, il existe, à l’origine des transformations, un ensemble de valeurs, d’affirmations, de croyances largement significatives des États-Unis : un rôle fondamental et positif accordé à l’économie dans la vie de l’individu, une croyance dans les capacités de la concurrence, un individualisme fort, une tendance humaine inéluctable, une option délibérée en faveur de liens sociaux fondés sur le contrat et le marché. Il ne fait de doute que, de surcroît, les États-Unis sont devenus de plus en plus américains au cours du XXe siècle, comme le révèle le développement des solutions individuelles à la question des retraites. Les Américains sont passés ainsi du statut de salariés à celui d’actionnaires.

L’américanisation : un processus évolutif

  • 19 A. D. Chandler Jr., Scale andScope. The Dynamics of Industrial Capitalism, Cambridge University Pr (...)
  • 20 D. C. North, R. P. Thomas, The Rise of Western World. A New Economic History, Cambridge University (...)

31Certes Alfred D. Chandler Jr. a bien mis en évidence les avantages du capitalisme compétitif américain sur le capitalisme coopératif à l’allemande ou individuel à la britannique19, mais Douglas C. North a apporté pour sa part des éclairages sur les résistances des acteurs au changement institutionnel20. Ses réflexions peuvent s’appliquer au mouvement d’américanisation : ces résistances varient d’un pays à l’autre, d’une entreprise à l’autre en fonction de l’expérience propre à chacune de ses entités, selon un processus de path dependancy. Si l’on définit l’américanisation comme la pression exercée par les États-Unis en faveur d’un changement des institutions dans le reste du monde, la première étape correspond à l’acculturation des immigrants dans la société américaine. Elle se poursuit par la rationalisation — seconde étape —, pour une bonne part stoppée par la crise des années 1930. Après la Seconde guerre mondiale, les États-Unis exercent une pression plus massive. Elle s’essouffle dans les années 1970 et 1980 au profit des modèles européens et japonais. Puis un changement se produit au milieu des années 1980, avec l’échec du socialisme et la révolution de l’internet. Désormais l’Amérique paraît offrir le modèle le plus crédible sur le plan économique.

  • 21 R. Dahrendorf, Die angewandte Aufklärung, Cesellschaft und Soziologie in Amerika, Munich, 1963.

32Au cours du temps, l’américanisation s’est heurtée à un certain nombre d’oppositions et de résistances. Forte, avant la première guerre mondiale, dans les pays d’émigration en direction des États-Unis, l’américanisation connaît une éclipse entre les deux guerres. Après le second conflit se produit un changement radical. À cet égard, la date — clef correspond au blocus de Berlin en 1948-1949. Les Américains deviennent alors les amis de leurs adversaires d’hier. Le Plan Marshall et la garantie américaine face à la menace communiste ouvrent la voie à l’américanisation de l’Europe. Il est vrai, que selon Ralf Dahrendorf, cette américanisation n’est que le retour en Europe d’influences européennes développées aux États-Unis21. Ainsi s’explique le regain d’américanisation des années 1970. Autour de valeurs telles que la modernisation, le libéralisme de marché, la société de consommation et la démocratisation, se crée ce que d’aucuns qualifient aujourd’hui de mondialisation. Mais le débat demeure ouvert, du fait notamment de ses dimensions multiples.

L’AMÉRICANISATION : UN CHAMP DE RECHERCHE AUX DIMENSIONS MULTIPLES

33En effet, les communications présentées lors de la conférence de Roubaix ont abordé quatre grands thèmes : les prémices de l’américanisation, avant 1945 ; la dimension politique, au sens large, du projet de l’Amérique ; les voies spécifiques de l’américanisation ; l’enjeu propre des pays de l’Europe de l’Est.

Les prémices : Allemagne et France avant 1945

34Les regards respectifs des grandes puissances à l’égard des États-Unis ont varié au cours du temps, mais aussi selon les pays : ainsi en Allemagne et en France.

L’Allemagne wilhelmienne entre fascination et rejet

35S’intéressant au premier des deux pays entre 1897 et 1907, Séverine Antigone Marin met en évidence l’existence aux yeux des milieux consulaires germaniques d’un « danger américain », fondé sur la prise de conscience d’une exacerbation de la concurrence commerciale entre les deux pays. En effet, les auteurs qui mettent alors le gouvernement allemand en demeure d’agir pour sauver l’économie allemande du « danger américain » viennent non seulement des milieux protectionnistes, mais aussi des industries exportatrices. Il apparaît donc que le discours sur le « danger américain » n’a pas été qu’un instrument au profit des agrariens, directement affectés par la concurrence américaine, ni d’un gouvernement cherchant à mobiliser les classes moyennes contre un ennemi extérieur afin de jeter, à l’intérieur, les bases d’un consensus politique. Le débat se nourrit tout autant de la peur face à l’internationalisation grandissante des échanges. La crainte de voir disparaître des pans entiers de l’industrie allemande conduit à demander aide et protection à l’État. Néanmoins, le modèle américain n’est pas fondamental pour le discours nationaliste allemand : en matière économique aussi, la référence première demeure anglaise.

L’Allemagne wilhelmienne : une première américanisation des entreprises

36Néanmoins, à l’échelle de l’entreprise, se produit une première américanisation, bien analysée par Wolfram Fischer. À côté du cas bien connu d’Emil Rathenau, la maison Ludwig Loewe offre un excellent exemple d’introduction en Allemagne du système américain de manufacture. Fondée en 1870 par Ludwig Loewe (1837-1886) et son jeune frère Isidor (1848-1910), l’entreprise construit à Berlin des machines-outils. L. Loewe n’hésite pas à se rendre sur place, ni à faire appel à des ingénieurs américains. Il s’applique à introduire le management scientifique. Ses pratiques consistent dans une étroite coopération entre construction et production, une concentration sur un petit nombre de produits, la standardisation, l’interchangeabilité des pièces, le contrôle des coûts, la mesure précise des coûts de production, mais aussi en une large information sur la compagnie, un actif marketing et une politique dynamique de relations publiques. Il s’ensuit cependant une déqualification de la main-d’œuvre qui n’était pas l’objectif de l’entrepreneur.

La France : avec la première guerre mondiale, un débiteur de l’Amérique

37S’appuyant sur les archives du ministère français des Affaires Etrangères, Agnès d’Angio rappelle qu’avant la première guerre mondiale la France était une nation créditrice. Durant le conflit, l’augmentation forte de la quantité de monnaie en circulation et la nécessité de se doter d’armements massifs l’obligent à emprunter aux États-Unis. Mais si la collaboration industrielle se développe bien, dans le domaine financier, on bute rapidement sur le décalage des cultures bancaires : face à un grand public américain peu habitué aux emprunts d’État, le gouvernement français peine à collecter les capitaux dont il a besoin sur le marché américain. À cela s’ajoute le caractère polymorphe et déroutant pour un interlocuteur américain de l’administration française. Si la France obtient cependant les aides nécessaires grâce à l’intervention du gouvernement américain, les besoins français ne cessent pas avec la guerre, en raison de la reconstruction. Or, dans un contexte de moins en moins favorable aux emprunts des États étrangers, la France peine à fournit les chiffres exigés par leurs interlocuteurs. À l’évidence, il faut que les banquiers et hauts fonctionnaires français s’informent mieux sur les spécificités américaines. Ils en auront besoin, à nouveau, après le second conflit mondial.

L’américanisation, un projet politique ?

38Au lendemain de la seconde guerre mondiale, les pays d’Europe occidentale ne peuvent, à l’instar de la France, se passer de l’aide américaine.

Une nécessité : l’aide financière et économique de l’Amérique

  • 22 G. Bossuat, La France, l'aide américaine et la construction européenne, 1944-1954, Paris, Imprimer (...)

39Les sources américaines donnent l’impression que la France, à la fin des années 1940, utilise mal cette aide américaine22. Ce constat de Gérard Bossuat le conduit à s’interroger sur « le modèle américain de bon gouvernement ». L’aide Marshall fournit l’occasion rêvée pour en formuler les principes. Le projet social américain repose sur l’accession des salariés à un pouvoir d’achat élevé, à la consommation d’une large gamme de produits de masse, mais aussi à l’établissement de meilleurs rapports sociaux au sein de l’entreprise. Ils impliquent une augmentation forte de la productivité et l’adoption d’un modèle social fordiste qui pousse à l’américanisation de la culture professionnelle des cadres, puis à une américanisation générale des comportements. Il est donc possible de parler d’un modèle franco-américain de modernisation qui a contribué pour une part assez large à la rapide croissance des Trente glorieuses.

40Cette aide américaine paraît avoir joué un rôle déterminant dans la stabilisation des prix et de la monnaie dans l’Europe d’après guerre, en France notamment. Comme le montre Michel-Pierre Chélini, l’Europe et la France en particulier ont connu, après la seconde guerre mondiale, une inflation très grave. Il apparaît cependant que le transfert culturel est à la fois indiscutable et partiel. Au moment de la période la plus difficile, de 1945 à 1949, les États-Unis apportent un soutien multiforme, tantôt direct (Plan Marshall, OECE, Union Européenne des Paiements), tantôt indirect (Bretton Woods). Une fois les pénuries surmontées, l’Amérique pousse aux gains de productivité et à la libéralisation de la concurrence. Néanmoins la France conserve des particularités : son inflation demeure un peu plus élevée que celle des États-Unis ; elle procède de façon récurrente à des plans de stabilisation ; sa politique conjoncturelle relève des Finances plus que de la Banque de France ; la progression des salaires y dépasse celle de la productivité du travail ; enfin elle n’hésite pas à formuler ses propres solutions de stabilisation du prix et de l’émission de monnaie.

Un projet de modernisation tris ambitieux

  • 23 Ch. S. Maier R, « The Making of « Pax Americana » : Formative movements of United States Ascendy » (...)

41En fait le projet de l’Amérique est alors plus vaste. Il passe notamment par l’adoption en Europe occidentale, à partir de 1945, de statistiques de comptabilité nationale. Till Geiger s’interroge sur la thèse de Charles S. Maier selon laquelle l’adoption des cadres de la comptabilité nationale aurait constitué un instrument fondamental de l’hégémonie américaine23. Il est certain que le développement de tels outils a constitué un argument en faveur de l’expansion et une nécessité pour la coopération économique internationale. Mais l’étude du revenu national a aussi mis en valeur le retard européen sur l’Amérique. En définitive, l’adoption de comptes nationaux a fourni non seulement un moyen pour résoudre les problèmes économiques de la reconstruction de l’Europe, mais encore celui d’une identification et d’une justification d’une politique de choix rationnels à moyen et long termes.

42Ainsi que le souligne Maria Eleonora Guasconi, l’Italie a connu dans les années 1950 et 1960 une entrée accélérée dans l’American way of life et la culture de masse. Il en a résulté une situation hybride : dans les années 1950, en même temps que le blue-jean, le chewing-gum et le Coca-Cola symbolisaient la consommation de masse à l’américaine, les scooters Lambretta, les Fiat 500 et 600 ou les machines à écrire Olivetti représentaient la voie italienne vers la modernité. Moins étudié par les historiens a été l’effort américain en vue de développer un syndicalisme sur le modèle américain. Il s’est heurté à de multiples obstacles durant les années 1950. La Démocratie Chrétienne n’apprécie pas l’idée d’une autonomie des syndicats.

43Néanmoins, et en dépit de la concurrence du puissant syndicat communiste CGIL, la CISL de tendance démocrate-chrétienne est devenue le fer de lance d’un nouveau syndicalisme soucieux de modernisation technique et sociale. Ainsi en jouant la carte de la productivité, la CISL et, dans une moindre mesure, le syndicat socialiste UIL sont devenues des acteurs essentiels de la modernisation de l’économie italienne.

  • 24 C. Réveillard, Premières tentatives de construction d'une Europe fédérale des projets de la Résist (...)
  • 25 I. M. Wall, L’influence américaine sur la politique française 1945-1954, Paris, Balland, 1989.

44Cette américanisation englobe aussi la dimension politique. En effet, l’influence américaine se retrouve dans l’organisation institutionnelle24. Christophe Réveillard rappelle comment l’idée fédérale a connu une montée en puissance depuis le début du siècle. Dans la droite ligne de Saint-Simon et de Proudhon et sous impulsion d’hommes tels qu’Alexandre Marc ou Jean Coutrot, s’est organisé un courant fonctionnaliste dont Jean Monnet ou Robert Marjolin fournissent de bons exemples. À côté d’eux s’affirme un mouvement fédéraliste dont l’expression est l’Union Européenne des Fédéralistes constituée en 1946. En son sein, le fédéralisme classique de type hamiltonien ou jeffersonien l’emporte sur le fédéralisme intégral. Certes l’intégration européenne sectorielle, celle des fonctionnalistes, triomphe d’abord, avec la constitution de la CECA, mais les fédéralistes, emmenés par Paul-Henri Spaak, s’appuient sur un groupe d’Universitaires d’Harvard — l’Américan Committee For Unification of Europe ou ACUE — pour promouvoir le projet supranational de Communauté Européenne de Défense. S’il échoue, il démontre cependant combien grande est l’influence américaine sur les projets successifs de fédération européenne25.

L’américanisation, une diffusion progressive

  • 26 A. Drouard, « Réflexion sur une chronologie : le développement des sciences sociales en France de (...)
  • 27 J.-F. Picard, La Fondation Rockfeller et la recherche médicale, Paris, PUF, 1999.

45L’américanisation obéit par ailleurs à un processus de diffusion progressive. Celle-ci s’opère sur le plan scientifique : ainsi dans le domaine des sciences sociales, ainsi que l’a bien montré Alain Drouard26, ou, dans le domaine médical, grâce à des institutions comme la Fondation Rockfeller27. Néanmoins, il est surtout visible sur le plan technologique, du management ou de l’ingénierie financière.

Réalités et limites de l’américanisation technologique

46Au lendemain de la seconde guerre mondiale, la reconstruction favorise l’appel aux technologies américaines. Tel est le cas en France. En effet, ce pays s’engage dans la voie de la modernisation et, pour ce faire, privilégie le recours à l’énergie nationale que constitue l’hydroélectricité. La construction du barrage de Tignes, étudiée par Denis Varaschin, en offre un bon exemple. Il est édifié entre 1946 et 1953 à une époque où les entreprises françaises de travaux publics souffrent d’un déficit de productivité. Le Plan Marshall couvre une part substantielle du financement d’un projet techniquement remarquable mais coûteux. Avec le soutien d’EDF et l’habileté d’un jeune ingénieur de retour des États-Unis, Paul Montagné, le chantier se réorganise sur un mode et avec des matériels lourds américains et ce, à la différence du barrage de Génissiat édifié quelques années auparavant. À cet égard, le chantier participe au mouvement d’importation de technologies et de modes d’organisation depuis les États-Unis. Toutefois, l’américanisation demeure partielle et imparfaite : en réalité, il convient plutôt de parler d’hybridation entre techniques américaines et techniques françaises.

  • 28 F. Marty, E. Sanchez, « La centrale hispano-française de Vandellos : logiques économiques, technol (...)

47Les technologies américaines ont certes contribué au redressement des économies européennes, mais elles ont pu aussi se trouver en conflit avec celles du vieux continent. À cet égard, l’Espagne offre un bon exemple, ainsi que le montre Esther Sanchez. Dès 1953, l’Espagne a signé avec les États-Unis un triple accord économique, militaire et technique visant à pallier les conséquences de son exclusion du Plan Marshall et à mettre fin à l’isolement international du régime franquiste. L’assistance américaine se révélant, avec le temps, trop restreinte et peu productive pour l’économie du pays, l’Espagne tente de se rapprocher de l’Europe occidentale, notamment de la France du général de Gaulle. Ayant compris que la CEE ne composerait pas avec la dictature et que la France en particulier ne pourrait vraiment se substituer aux États-Unis, les dirigeants politiques espagnols conçoivent plutôt le rapprochement avec la France comme un atout supplémentaire dans la négociation avec Washington : il s’agit d’obtenir plus des États-Unis tout en diminuant la dépendance de l’Espagne par rapport à eux. C’est dans cette perspective qu’il faut comprendre les choix faits par l’Espagne dans des domaines économiques essentiels comme l’aérospatiale et le nucléaire, choix dont l’industrie française a pu tirer profit28.

Le management : succès du modèle américain

48L’américanisation paraît plus nette sur le plan des méthodes de management. Catherine Vuillermot le montre à propos des missions d’études envoyées aux États-Unis par EDF après la seconde guerre mondiale. À cette époque, la société est à la recherche de références notamment en matière de gestion du personnel. Trois thèmes se dégagent. En premier lieu, les missionnaires soulignent l’importance, aux États-Unis, de l’individualisme méritocratique : ils admirent les méthodes de recrutement, la motivation au travail et les perspectives de réussite pour un self made man. Ils soulignent le haut niveau de vie, les hauts salaires des ouvriers qui leur permettent de participer totalement à la société de consommation de masse, et envient les conditions de travail, souvent idéalisées. Enfin, ils découvrent le management et lui attribuent la qualité des relations sociales toujours décrites comme amicales. Toutefois, les rapports de mission, s’ils s’enthousiasment pour les États-Unis, doutent de la possibilité de transposer en France les méthodes américaines. Pour autant, l’imprégnation du modèle américain s’opère à petit pas, contribuant ainsi à l’élaboration du modèle EDF.

  • 29 M.-E. Chessel, F. Parvis, Le technocrate, le patron et le professeur. Une histoire de l'enseigneme (...)

49Cette américanisation des méthodes passe, dans une très large mesure, par l’enseignement supérieur. Marie-Emmanuelle Chessel le met bien en évidence à propos de l’exemple de la Fondation Nationale pour l’Enseignement de la Gestion des Entreprises — FNEGE —29. Fondée en 1966 à l’initiative de Michel Debré, ministre des Finances, la FNEGE a été, selon l’opinion communément admise, un instrument de l’américanisation de l’enseignement supérieur de gestion : de fait, elle a été conçue au moment de la publication du Défi américain de Jean-Jacques Servan-Schreiber (1967) et a permis la formation de plusieurs centaines d’enseignants en Amérique du Nord, de 1969 à 1973 surtout. Pourtant, une étude plus approfondie de la genèse et des premières années de cette fondation montre que la réalité fut plus complexe et que l’américanisation fut loin d’être en la matière un phénomène uniforme et homogène. En effet, tous les acteurs concernés par la réforme des formations à la gestion (technocrates, patrons ou universitaires) n’ont pas la même conception de l’Amérique et de son influence potentielle. S’ils se sont mis d’accord sur des programmes de formation des formateurs français outre-atlantique, c’est parce que chacun y a projeté sa propre vision de la réforme.

Un nouveau champ de l’américanisation : l’ingénierie financière

50Laurent Bonnaud attire avec raison l’attention des historiens sur l’importance de la référence à l’Amérique en matière de financement des infrastructures. Sous la pression du développement du trafic, les pays de l’OCDE se sont engagés dans la voie de la réalisation d’infrastructures de plus en plus exigeantes en capital. Il a donc fallu définir des modes spécifiques de financement, dont la construction du Tunnel sous la Manche offre un cas d’école. À partir du début des années 1980 sont apparues des pratiques d’associations des capitaux publics et privés (Public Private Partnerships ou PPPs), puis, dans les années 1990, au Royaume-Uni, celle de la Private Finance Initiative (PFI), un type de programme reconnaissant la capacité du capital privé à financer des projets d’intérêt général.

51Certes l’influence de l’Amérique s’est beaucoup développée dans les quarante dernières années, mais il serait simpliste de croire à un transfert unilatéral des concepts nés aux États-Unis vers le reste du monde. Le tournant en revanche peut être clairement identifié : la fin des années 1950, puis, surtout, la seconde moitié des années 1970, après les deux chocs pétroliers successifs. Si l’influence du monde américain des affaires et de la finance apparaît essentielle dans les années 1960, c’est la Grande-Bretagne qui joue le rôle moteur dans les années 1980. Les concepts nouveaux mettent largement l’accent sur le financement obligataire, la sécurité des immobilisations et la maîtrise du risque. Ils ouvrent cependant la voie au financement des grands projets requis par l’intégration grandissante des économies européennes.

Les effets du passage à la consommation de masse : l'exemple finlandais

52Le phénomène majeur de l’américanisation réside cependant dans le passage à la consommation de masse, étudiée de façon approfondie dans le volume II. Il en a résulté de profondes transformations du tissu productif dans la plupart des pays d’Europe : ainsi en Finlande. Juha-Antti Lamberg analyse comment les entreprises finlandaises du secteur du commerce de détail ont réagi aux changements institutionnels majeurs survenus dans les années 1960 à 1990 : urbanisation, sub-urbanisation, dérégulation, motorisation, informatisation. Pour ce secteur, le succès commercial n’était possible que si les entreprises étaient capables d’adopter quelques innovations clefs : le self-service, le marketing de masse, les supermarchés et hypermarchés. L’américanisation a donc constitué une innovation victorieuse. L’étude a été menée à partir du processus de changement de quatre firmes majeures du secteur du commerce de détail (TUKO, Kesko, SOK, OTK). Le gouvernement finlandais s’est efforcé dans les années 1950, de réguler le système et d’accélérer le changement technique. Kesko en a été le principal bénéficiaire, alors que toutes les autres sociétés ont eu des difficultés à faire face à la situation nouvelle : il a acquis ainsi une position majeure dans l’épicerie. TUKO a disparu parce qu’il refusait de s’engager dans la voie du commerce de masse. OTK s’est transformé en simple conglomérat tandis que SOK parvenait à survivre en maintenant sa fonction coopérative initiale.

Un enjeu : l’Europe de l’Est

53Ces transformations qu’a connues la Finlande, les anciennes économies socialistes les connaissent à leur tour. Néanmoins, il serait inexact de croire que le défi de l’américanisation ne s’est posé qu’après la chute de mur de Berlin en 1989. À cet égard l’exemple de la Russie paraît démonstratif.

La Russie, une amorce précoce d’américanisation

54Dans une contribution d’une grande originalité, Boris M. Shpotov rappelle la précocité des relations avec l’Amérique. Avant 1914, elles demeurent modestes, en raison de la faiblesse des investissements américains. Elles ne sont pas nulles comme l’atteste la présence en Russie d’entreprises comme International Harvester, General Electric et Westinghouse, mais aussi l’acquisition de Ford T par l’armée russe et la traduction, dès 1912, de Taylor en Russie. La première guerre mondiale se traduit par un développement substantiel des échanges entre les deux pays : les États-Unis deviennent ainsi le principal exportateur de voitures et de camions en Russie dès 1915. Ils ne s’interrompent pas avec la révolution de 1917, ainsi que le montre l’expérience de Ford Motor, dont l’usine fonctionne de façon active jusqu’en 1920. Toutefois, la période la plus importante du point de vue de l’américanisation est sans doute celle de la fin des années 1920 et du début des années 1930. Elle est marquée par la circulation des ouvrages d’Henry Ford et de Frederick W. Taylor, le retour en URSS d’émigrés partis à l’étranger à la suite de la révolution, la venue de travailleurs volontaires américains, des expositions de machines et de produits américains, de nombreux contrats d’assistance technique avec des firmes américaines. Mais ceux-ci débouchent le plus souvent sur un constat d’échec : incompatibilité de méthodes américaines et russes de conceptions et de construction, divergence dans la manière de conduire l’économie, manque de mécanisation, médiocre qualité de la main-d’œuvre, difficultés extrêmes de vie et des conditions de travail, incapacité des autorités soviétiques à utiliser de façon effective les spécialistes américains. En réalité, les efforts de modernisation se heurtaient à trop de facteurs défavorables.

La Russie, acteur de la concurrence internationale : l’exemple du nucléaire civil après 1945

  • 30 M. Vasilieva, Soleils rouges. L’ambition nucléaire soviétique, Paris, Éditions Rive droite, 1999.

55Le nucléaire civil a constitué un enjeu essentiel de la rivalité Est-Ouest après 1945 Maria Vasilieva montre qu’il est possible de distinguer trois étapes principales en matière de transport et d’influences depuis les États-Unis vers l’URSS30. Du début des années 1940 à la mort de Staline, le transfert s’effectue de manière unilatérale, par espionnage : cela est possible car le projet nucléaire demeure pour l’essentiel entre les mains des scientifiques. Le transfert est alors direct en matière de nucléaire militaire, mais, dans le domaine civil, ses effets sont plus discutés, notamment sur la question de l’enrichissement de l’uranium. La seconde étape correspond à la période allant du milieu des années 1950 au début des années 1980. Elle voit l’URSS s’aligner de près sur les décisions américaines, mais aussi s’engager dans la voie de la concurrence avec les États-Unis, notamment à l’exportation. Cependant celle-ci demeure limitée en raison de l’existence de zones d’influence bien délimitées. La troisième étape s’ouvre avec les années 1980. Marquée par une opposition grandissante au nucléaire (y compris en Russie), elle pousse à la coopération, mais elle se heurte à des limites insurmontables : il est trop coûteux de changer un système déjà bien installé. Les États-Unis ont été en effet le concurrent le plus important de l’URSS. Une fois le secteur nucléaire créé dans ce pays, l’URSS suit de près l’évolution technique des États-Unis, sans jamais les rattraper, sauf dans quelques domaines, où l’URSS parvient à l’emporter, comme dans celui des réacteurs à neutrons rapides.

Les « pays frères » face à l'américanisation : le cas de la Bulgarie

56À partir de 1989, le défi de l’américanisation concerne désormais tous les pays d’Europe orientale, à l’instar de la Bulgarie, étudiée par Alexandre Kostov. Il s’agit jusque-là de l’une des nations européennes les moins touchée par l’influence américaine. L’intérêt des États-Unis remonte aux années 1920, mais les échanges demeurent beaucoup plus modestes qu’avec la Grèce, la Roumanie ou la Yougoslavie. En fait, c’est l’Allemagne qui domine, malgré la participation de la Bancamerica Blair Co. aux emprunts bulgares de la seconde moitié des années 1920 et l’intervention de la Standard Oil of New Jersey dans l’importation de pétrole en Bulgarie. Engagée dans la seconde guerre mondiale au côté de l’Allemagne, la Bulgarie passe ensuite dans l’orbite de Moscou, dont elle devient l’allié le plus fidèle, à la différence de la Yougoslavie et de la Roumanie. Dans les années 1980, l’endettement de la Bulgarie l’oblige à emprunter aux banques occidentales du Club de Londres, où les Américains sont bien représentés. Bien que le pays soit plus tourné vers la CEE que vers les États-Unis, l’américanisation progresse depuis 1989, grâce au cinéma, à la présence de firmes américaine comme Mac Donald et à des transferts de technologie dans le domaine des produits de consommation de masse (cigarette, boissons non alcoolisées). De surcroît, il est vraisemblable qu’une partie des méthodes américaines de production (fordisme) a été importée d’URSS. À ce jour en effet, l’américanisation est devenue un phénomène global. Mais est-ce encore vraiment l’américanisation ?

L’AMÉRICANISATION : QUELQUES CONCLUSIONS POUR UN DÉBAT TOUJOURS OUVERT

  • 31 D. Barjot (dir.), Catching Up with America. Productivity missions and the diffusion of American Ec (...)
  • 32 D. Barjot, Ch. Réveillard (dir.), L’Américanisation de l’Europe Occidentale auXXe siècle, Paris, P (...)

57Le Grand Larousse de la langue française livre une définition de l’américanisme. Elle daterait de 1868 et tient en peu de mots : « manière qui imite celle des Américains, spécialement des États-Unis ». Aujourd’hui le terme d’américanisme s’est effacé au profit de l’américanisation, sur laquelle se sont penchés des travaux récents : ainsi deux ouvrages parus en 2002, l’un sur les Missions de productivité31, l’autre sur l’américanisation de l’Europe occidentale32. La conférence de Roubaix s’est efforcée, dans la droite ligne de ces ouvrages de préciser les dimensions multiples du phénomène. C’est à cette réflexion que sont appliqués les experts invités à la conférence : Ginette Kurganvan Hentenryk, François Caron et Youssef Cassis. Ils se sont interrogés notamment sur le rôle des agents et des réseaux, l’importance des cultures techniques et managériales ainsi que sur l’expérience particulière de la Grande-Bretagne.

De la périodisation au rôle des agents et des réseaux

58Ginette Kurgan-van Hentenryk a souligné en premier lieu l’existence d’une périodisation spécifique.

Une succession de quatre phases

59La période couverte par la conférence, à savoir le XXe siècle conduit à envisager l’américanisation d’abord dans une perspective de transfert unilatéral. Néanmoins, il ne peut être oublié que la puissance américaine s’est construite à partir d’apports d’hommes et de capitaux européens, mais aussi d’un transfert de technologies et de connaissances scientifiques depuis l’Europe, un phénomène poursuivi durant le XXe siècle. Les chemins de fer américains ont bénéficié de la technologie britannique et l’industrie chimique des transferts scientifiques et techniques en provenance d’Allemagne à l’époque de la seconde révolution industrielle. Plus près de nous, l’industrie nucléaire américaine s’est édifiée sur les découvertes scientifiques européennes. S’il existe bien une constante des États-Unis, c’est leur capacité à développer leur potentiel scientifique et technologique en drainant chez eux les meilleurs cerveaux du monde entier, savants atomistes allemands après la seconde guerre mondiale, savants russes après la chute du mur de Berlin, aujourd’hui spécialistes des nouvelles technologies venus d’Extrême-Orient ou du sub-continent indien.

60Au XXe siècle, l’hégémonie américaine se nourrit d’une relation de dialogue avec l’Europe. T. Geiger met ainsi en évidence l’importance de la collaboration anglo-américaine autour de l’élaboration des statistiques de comptabilité nationale, qui s’imposent en Europe à l’époque du Plan Marshall. Un second phénomène majeur réside dans l’existence de décalages chronologiques dans le transfert des diverses composantes du modèle américain. Dans la plupart des pays européens, le modèle de consommation de masse a pénétré beaucoup plus vite que les technologies, les modèles d’organisation de la production et de la gestion de l’entreprise. Comme le souligne Luciano Segreto, l’américanisation est un processus à long terme. Néanmoins, il y a consensus entre les auteurs pour considérer la seconde guerre mondiale comme un tournant majeur : désormais, les États-Unis programment les transferts culturels et technologiques ainsi que de leurs valeurs et de leur modèle d’organisation sociale.

61La première phase du processus d’américanisation se déroule avant la première guerre mondiale. L’introduction du système américain de production revêt alors un caractère exceptionnel : ainsi en Allemagne (W. Fischer). L’industrie allemande apparaît peu réceptive au modèle américain (H. Schröter), qui inspire alors une crainte certaine (S. Marin). La seconde phase s’étend de la première à la deuxième guerre mondiale. Si les Américains sont peu présents sur le plan politique, ils interviennent sur le double plan de l’économie et de la technologie. A. d’Angio, M.-P. Chelini et T. Geiger montrent que les États-Unis appliquent alors leurs méthodes et leurs outils d’analyse à l’Europe. De cette époque date aussi le début de phénomène d’attraction-répulsion éprouvé par l’URSS envers la technologie américaine : les transferts technologiques sont importants dans les années 1920, mais cessent ensuite (B. Shpotov).

  • 33 B. Boel, The European Productivité agency. Politics of Productivité and Transatlantic Relations, 1 (...)

62De 1945 à 1960, la politique volontariste des États-Unis par rapport à l’Europe s’accélère de manière brutale. Ils tentent d’imposer leur modèle33 et rencontrent à la fois un accueil enthousiaste et une très forte résistance : en témoignent les missions de productivité d’EDF (C. Vuillermot) et la politique extérieure de l’Espagne en matière de transferts de technologie (E. Sanchez). De même, la compétition nucléaire entre l’URSS et les États-Unis engendre d’importants transferts de technologie, grâce notamment à l’espionnage (M. Vasilieva). L’Italie offre un cas intéressant de pays où la politique américaine se heurte à des adversaires nombreux et puissants (M.E. Guasconi). La dernière période, de 1960 à la fin du siècle, se caractérise par des manifestations moins exacerbées pour ou contre le modèle américain. L’Espagne se tourne vers la France afin de diversifier ses choix technologiques (E. Sanchez). États-Unis et URSS se partagent la sphère nucléaire (M. Vasilieva). L’histoire de la FNEGE montre que l’enthousiasme des missions de productivité a cédé la place à une importation plus sélective et raisonnée du modèle américain de gestion (M. Chessel). Il convient, il est vrai, de distinguer entre adoption et adaptation (L. Segreto).

Agents et réseaux

63Quatre catégories d’agents ont joué en rôle déterminant. Il s’agit en premier lieu des ingénieurs, dont il serait important d’étudier la formation, les modalités de leurs accès aux modèles américains ainsi que les phénomènes de génération. Les consommateurs ont également beaucoup pesé sur l’évolution : leurs comportements anticipent dans une large mesure ceux des producteurs. De leur côté, les chefs d’entreprises ont souvent promu la productivité comme remède à la hausse des salaires. Enfin, après 1945 dans plusieurs pays européens, les syndicats ont été des acteurs majeurs des transferts. En Belgique, les syndicats socialistes et chrétiens se sont vite ralliés au Plan Marshall : certains de leurs dirigeants, Orner Bécu notamment, très lié aux dirigeants de l’AFL, ont pesé de façon décisive dans la rupture avec la Fédération Syndicale Mondiale et la création de la Confédération Internationale des Syndicats Libres. En France et en Italie, les syndicats ont été la cible de la labour diplomacy, laquelle mobilise des ressources considérables pour combattre l’influence communiste et la résistance au plan Marshall.

  • 34 G. Gemelli, « Les écoles de gestion en France et les fondations américaines (1930-1975). Un modèle (...)

64Deux réseaux émergent de l’ensemble des communications. En premier lieu, l’appartenance à l’Église catholique a favorisé de manière indirecte l’action des États-Unis. Il suffit de rappeler les contrats des dirigeants syndicalistes chrétiens de différents pays (France, Italie, Belgique) avec l’AFL et l’OSS puis la CIA pendant et après la seconde guerre mondiale (M.E. Guasconi). De même les mouvements fédéralistes européens qui s’inspirent du modèle fédéraliste européen s’appuient sur la démocratie chrétienne (C. Réveillard). Dans le cas de l’Espagne, l’Opus Dei joue un rôle essentiel dans la politique de modernisation et l’appel aux technologies et aux méthodes de management américaines. Tous ont l’anticommunisme pour dénominateur commun. Un second réseau mériterait d’être mieux étudiée : celui des universités et des business schools américaines. Il est vrai qu’un certain nombre de recherches réussies ont beaucoup apporté sur ce point34.

Du rattrapage à la diffusion de nouvelles cultures techniques et managériales

65François Caron souligne, pour sa part, la dimension globale du processus d’américanisation : s’il revêt aussi un caractère culturel, il n’attend pas les années 1980-1990. Il prend en effet, dans une large mesure, la dimension d’un rattrapage (catching up with America).

Catching up et américanisation

  • 35 H. VanDerWee, Histoire économique mondiale 1945-1990, Bruxelles, Academia Duculot, 1990.

66Le mécanisme du rattrapage repose sur la diffusion d’un processus de croissance soutenue, accompagné d’une convergence progressive des nations. Mais cette notion de convergence butte sur la diversité des expériences nationales. Si l’on se focalise sur la question de la production par habitant ou par unité de travail (productivité annuelle ou productivité horaire), l’on observe un écart important, au début du XXe siècle, entre les États-Unis et les pays d’Europe occidentale. Il se maintient entre les deux guerres, puis s’accroît pendant le second conflit mondial. Au lendemain de ce dernier, les nations ouest-européennes relèvent le défi. Europe occidentale et Japon connaissent alors une croissance élevée que l’économiste américain Abramovitz attribue au rattrapage35. Il se fonde sur une élévation importante du taux d’investissement, d’importants transferts de main-d’œuvre des secteurs à faible productivité vers les secteurs à forte productivité, l’adoption du modèle d’organisation américain et l’entrée dans l’ère de la consommation de masse, toujours sur le modèle américain. Ce rattrapage est en outre d’autant plus rapide que l’écart est fort avec les États-Unis. Joue en effet l’importance des potentialités des différents États : degré de formation de la main-d’œuvre, en particulier des ingénieurs ; disponibilité envers la consommation de masse ; adoption du management à l’américaine, d’autant plus vigoureuse que la volonté de changement est forte. Il existe cependant une aspiration à la modernisation dès l’entre-deux-guerres. Il ne s’agit pas, en effet, d’une révolution, mais plutôt de la poursuite d’un processus antérieur. Ce dernier connaît seulement une accélération.

Globalisation, path dependency et transferts culturels

  • 36 F. Caron, Le résistible déclin des sociétés industrielles, Paris, Perrin, 1985 ; Id., Gs deux révo (...)
  • 37 P. Ndiaye, Du nylon et des bombes. Du Pont de Nemours, le marché et l'Etat américain, 1900-1970, P (...)

67Le rattrapage s’appuie fondamentalement sur un processus de transfert. S’il implique la globalisation, chaque nation suit cependant une trajectoire particulière, selon un mécanisme de path dependency36. Il n’exclut pas les transferts, qui donnent lieu à adaptation plus qu’à adoption. Mais il existe aussi une compétition entre nations. L’avance technologique américaine s’est ainsi accentuée pendant la seconde guerre mondiale37. Reposant entre autres sur les technologies de l’information et la pétrochimie, elle n’est cependant pas indiscutable, comme le montre la réduction de cette avance, dans les années 1960-1970. À la fin de la période, lt gap technologique est pratiquement comblé et le rattrapage presque réalisé. Le processus de transfert ne se limite pas à la technologie et à la gestion, il englobe aussi le marketing. D’une manière générale, après 1945 et sur le modèle américain, les fonctions stratégiques tendent à l’emporter sur les fonctions de gestion. La force des États-Unis est de formaliser les pratiques en créant de nouvelles disciplines scientifiques, telles que le marketing ou l’urbanisme. Mais il faut tenir compte aussi de la dimension institutionnelle et politique : les dirigeants américains, en parlant du « bon gouvernement », expriment en effet une vision libérale de l’avenir du monde. S’ils tolèrent les nationalisations, ils établissent un lien étroit entre libre-échange et démocratie politique.

L’américanisation : un ensemble d’interrogations nouvelles

68Quant à Youssef Cassis, il ouvre quelques fenêtres nouvelles sur la question de l’américanisation. En premier lieu, il convient de s’interroger sur l’offre et la demande d’américanisation.

Offre et demande

  • 38 Y. Cassis, G. D. Feldman and U. Olsson (eds), The Evolution of Financial Institutions and Markets (...)

69Il ne fait guère de doute qu’il existe une demande d’américanisation. Il s’agit purement et simplement d’imiter le leader, à l’instar de l’entreprise L. Loewe ou de la banque anglaise des années 195038. La remarque vaut aussi pour la classe ouvrière européenne, préoccupée d’atteindre au niveau de vie américain, ou pour la formation des formateurs. Il s’opère ainsi un transfert culturel accompagné d’un changement de mentalité, dans lequel l’éclectisme prime. Ce transfert n’est pas le monopole d’une période ; il se poursuit du milieu de XIXe siècle à nos jours et ne se limite pas aux Etats-Unis : la France ou l’URSS ont pu constituer aussi des modèles. Du côté de l’offre, il s’agit d’examiner le modèle que les États-Unis proposent, voire imposent. Il revêt diverses formes : le bon gouvernement, les mesures de lutte contre l’inflation, la comptabilité nationale, les missions de productivité. S’il faut toujours prendre en compte le facteur politique, il est vrai que les transferts prennent plus souvent, on l’a vu, la forme de l’adaptation que de l’adoption.

La Grande-Bretagne, un observatoire privilégié ?

70Le cas de la Grande-Bretagne paraît particulièrement intéressant. Au lendemain de la seconde guerre mondiale, elle possède, en terme de PIB (Produit Intérieur Brut) par habitant, une avance certaine sur l’Europe occidentale. Elle se trouvent en quelque sorte en position moyenne entre celle-ci et les États-Unis. Elle est déjà entrée dans l’ère de la consommation de masse. En revanche, l’écart est fort avec les États-Unis en termes de productivité. Mais le pays souffre de sa position d’ancien leader. Le changement s’effectue lentement. Il bénéficie de certains éléments de l’américanisation : la comptabilité nationale ; Bretton Woods aussi, qui consacre la suprématie d’un monde anglo-saxon. Mais la livre sterling a perdu sa position de monnaie dominante au profit du dollar, le mouvement de substitution se poursuivant de façon progressive jusqu’au début des années 1960. Le cas de la Grande-Bretagne suggère que l’information et les relations contractuelles jouent un rôle essentiel : ainsi les données chiffrées, en particulier celles relatives au Revenu national (T. Geiger) ou l’information financière mutuelle (A. d’Angio). Par ce biais s’élabore une symbiose, mais qui n’autorise cependant pas à substituer le terme d’occidentalisation à celui d’américanisation.

  • 39 F. Crouzet, Histoire de l'économie européenne 1000-2000, Paris, Albin Michel, 2000.

71En définitive, avec François Crouzet, l’on peut conclure que l’américanisation consiste en l’introduction des technologies des États-Unis, au sens le plus large (y compris les méthodes de gestion et le marketing) ainsi que des modes de vie, des institutions et des valeurs de l’Amérique39. Il s’agit d’un concept culturel prenant appui sur les vertus de la concurrence, de l’individualisme et du marché. En revanche, il est permis de s’interroger sur les raisons de l’américanisation. Elles tiennent d’abord à la supériorité technologique et économique des États-Unis. Il se manifeste avant la première guerre mondiale, sous la forme du « système américain de manufacture », introduit notamment en Allemagne, mais aussi de l’acquisition de brevets, comme dans l’électricité. La première guerre mondiale ayant accru les écarts entre les États-Unis et les autres nations, s’engage après le conflit une première phase d’américanisation fondée sur la rationalisation, le taylorisme et le fordisme, qui touche même l’URSS.

  • 40 D. Artaud, Les États-Unis depuis 1945, Paris, Le Seuil, 2000.
  • 41 G.-H. Soutou, La guerre de Cinquante ans. Les relations Est-Ouest 1943-1990, Paris, Fayard, 2001.
  • 42 P. Melandri, Les Etats-Unis face à l'unification de l'Europe, 1945-1954, Paris, Publication de la (...)

72Le tournant décisif date cependant de la seconde guerre mondiale40. Face à l’effondrement des économies européennes (à l’exception du Royaume-Uni et des neutres), se produit une prise de conscience de la nécessité d’imiter le modèle américain pour échapper à la misère. La guerre froide renforce le mouvement, en raison notamment de la puissance du mouvement communiste, en France et en Italie surtout41. Le Plan Marshall ouvre alors une période d’américanisation délibérée et concertée42. Joue enfin l’attraction de l’American way of life, les États-Unis apparaissent comme le modèle incontesté de la modernité.

  • 43 T. Gourvish, N. Tiratsoo (éds), Missionaries and managers. American influences on European managem (...)
  • 44 M. Kipping (dir.), « Les consultants », Entreprises et Histoire, octobre 2000, no 25.

73Une seconde interrogation essentielle concerne les moyens et les instruments de l’américanisation. L’aide financière américaine, si elle n’a représenté qu’une part assez faible du PIB des pays européens a parfois joué un rôle déterminant. Mais il faut tenir compte aussi de la stratégie propre des multinationales américaines. Ces transferts de capitaux auraient été de peu d’utilité sans transferts de technologies et de savoir-faire, dans le démarrage desquels les missions de productivité ont constitué un facteur essentiel43. Il ne faut cependant minimiser ni le rôle de l’espionnage (au profit de l’URSS), ni celui des études de gestion (en Norvège ou en France par exemple). Mais il y a eu bien d’autres vecteurs de l’américanisation : les cessions de brevets et de licences par des entreprises américaines à des firmes européennes, les échanges directs entre sociétés de part et d’autre de l’Atlantique, les cabinets de consultants44, voire même la pression de la concurrence américaine sur les producteurs européens.

  • 45 J. Zeitlin, « L’industrie britannique des constructions mécaniques s’est-elle américanisée », Hist (...)

74Enfin, reste la redoutable question des résultats de l’américanisation. À bien des égards, ils ont été positifs, puisqu’après 1945 s’est ouverte une période de convergence et de rattrapage sans précédent : la conférence a confirmé ainsi la thèse d’Abramovitz, selon laquelle le rattrapage est d’autant plus rapide que l’écart est plus fort. Durant les Trente Glorieuses, l’Europe occidentale est devenue une société d’abondance, dépassant parfois les États-Unis : ainsi dans le domaine de la distribution, avec l’invention des hypermarchés. Cependant, le rattrapage n’a pas été total : par exemple en terme de produit par tête ou de recherche-développement. De plus une partie du terrain regagné par l’Europe après 1945 a été perdue depuis. Enfin l’américanisation a été incomplète, il y a eu adaptation, plus qu’adoption, adaptation sélective et hybridation45. Mais l’imprégnation graduelle, et souvent forte, par le modèle européen ne fait guère de doute.

75C’est que l’américanisation a buté — et continue de buter — sur des obstacles non négligeables. Les États-Unis n’ont pas pu assurer, en Italie, la victoire du syndicalisme chrétien sur le syndicalisme communiste, ni pousser la France dans la voie de la lutte contre l’inflation autant qu’ils l’auraient souhaité. Dans le domaine du financement des infrastructures, l’influence du modèle américain est restée limitée. Il est vrai que l’américanisation requiert un minimum de conditions favorables comme le montre l’exemple russe. Les obstacles à l’américanisation ont été d’ordre structurels. L’Italie ou la France en offrent de bons exemples : poids des partis et des syndicats communistes, résistance des catholiques ou des gaullistes. Mais certains groupes plus restreints ont également résisté à l’américanisation, à l’instar des petits commerçants en Finlande. En définitive, l’américanisation demeure en phénomène complexe, mais qui ne recouvre qu’en partie une réalité plus vaste, celle de la mondialisation.

***

Bibliographie

Artaud D. 2000. Les États-Unis depuis 1945, Paris, Le Seuil.

Barjot D. (dir.) 1994. International Cartels Revisited - Vues nouvelles sur les cartels internationaux 1880-1980, Caen, Éditions du Lys.

Barjot D., Baudouï R.,Voldman D. (dir.) 1997. Les Reconstructions en Europe (1945-1949), Paris, Éditions Complexe.

Barjot D. (dir.) 1999. « La reconstruction économique de l’Europe 1945-1953 », Histoire, Économie et Sociétés, 2.

Barjot D. 2002. « Lafarge : The keys to a successful internationalisation process (1946-1973) », in Bonin H. (dir.), Transnational Companies 19th -20th Centuries, Paris, P.L.A.G.E, p. 663-677.

Barjot D. (dir.) 2002. Catching Up with America. Productivité missions and the diffusion of American Economic and Technological Influence after the Second World War, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne.

Barjot D., Réveillard Ch. (dir.) 2002. L'américanisation de l’Europe Occidentale au XXe siècle, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne.

Barry E. (dir.) 1996. The Reconstruction of the International Economy 1945-1960, Cheltenham (Royaume-Uni), Brookfield (États-Unis), Elgar.

Berghan V. 1986. The Americanisation of West German Industry, 1945-1973, Berg, New York.

Boel B. 1997. The European Productivité agency. Politics of Productivité and Transatlantic Relations, 1953-1961, University of Copenhagen, Department of History, Ph. D. Dissertation (supervisors : K. C. Lammers and R. T. Griffiths).

Boltanski L. 1981. « America, America, le Plan Marshall et l’importation du management », in Actes de la Recherche en Sciences sociales, 38, mai, p. 19-41.

Bossuat G. 1992. La France, l’aide américaine et la construction européenne, 1944-1954, Paris, Imprimerie nationale/Comité pour l’histoire économique et financière de la France.

Bossuat G. 1992. L’Europe occidentale à l’heure américaine 1945-1952, Bruxelles, Complexe

Boulat R. 2001. « Atala travaille chez Citroën ». Recherches sur l’américanisation de l’économie française après la seconde guerre mondiale, Besançon, Université de Franche-Comté ; mémoire de DEA, dir. J. C. Daumas.

Broadbhrry S. 1997. The Productivité Race : British Manufacturing in International Perspective, Cambridge, Cambridge University Press.

Byrkjeflot H., Myklhbust S., MyrvangCh., Sejersted F. 2001. The Democratic Challenge to Capitalism. Management and Democracy in the Nordic Countries, Bergen, Fagbokforlaget.

Cassis Y., Feldman G.D., Olsson U. (eds) 1995. The Evolution of Financial Institutions and Markets in Twentieth Century Europe, Londres-New York, Aldershot.

Caron F. 1985. Le résistible déclin des sociétés industrielles, Paris, Perrin.

Caron F. 1997. Les deux révolutions industrielles du XXe siècle, Paris, Albin Michel, 1997.

Chandler A.D. 1990. Scale and Scope. The Dynamics of Industrial Capitalism, Cambridge University Press.

Chessel M.-E., Parvis F. 2001. Le technocrate, le patron et le professeur. Une histoire de l'enseignement supérieur de gestion, Paris, Belin.

Crouzet F. 2000. Histoire de l'économie européenne 1000-2000, Paris, Albin Michel.

Dahrendorf R. 1963. Die angewandte Aufklärung, Gesellschaft und Soziologie in Amerika, Munich.

Djellic M.-L. 1998. Exporting the American Model. The Post-war Transformation of European Business, Oxford, Oxford University Press.

Drouard A. 1982. « réflexion sur une chronologie : le développement des sciences sociales en France de 1945 à la fin des années soixante », Revue française de sociologie, vol. XIII, p. 55-85.

Gemelli G. 1997. « Les écoles de gestion en France et les fondations américaines (1930-1975). Un modèle d’appropriation créative et ses tournants historiques », Entreprises et Histoire, no 14-15, juin, p. 89-95.

Gemelli G. 1998. The Ford Foundation and Europe (1950s-1970s). Cross-fertilization of learningin social science and management, Bruxelles, European University Press, 442 p.

Girault R., Lévy-Leboyer M. (dir.) 1991. Le Plan Marshall et le relèvement économique de l'Europe, Paris, Comité pour l'Histoire économique et financière.

Gombert E. 2000. La politique française de productivité de 1946 au début des années 1960, Paris, Université de Paris-Sorbonne (Paris IV), mémoire de maîtrise d’histoire, dir. D. Barjot.

Gombert E. 2001. La vision du Conseil National du Patronat Français sur l’envoi des missions françaises de productivité aux États-Unis au début des années 1950, Paris, Université de Paris-Sorbonne (Paris IV), mémoire de DEA, dir. D. Barjot.

Gourvish T., Tiratsoo N. (éds) 1998. Missionaries and managers. American influences on European management éducation, 1945-1960, Manchester, Manchester UP.

Guigueno V. 1994. L’éclipse de l’atelier. Les missions françaises de productivité aux États-Unis dans les années 1950, ENPC-LATTS, mémoire de DEA, dir. A. Picon.

Hogan M.J. 1987. The Marshall Plan : América, Britain, and the Reconstruction of Western Europe, 1947-1952, New York, Cambridge University Press.

Kaspi A. 1999. Mal connus, mal aimés, mal compris. Les États-Unis d’aujourd’hui, Paris, Plon.

Kindleberger C. P. 1987. Marshall Plan Days, Winchester (Massachussets).

Kipping M., Bjarnar O. (dir.) 1998. The Americanisation of European Business. The Marshall Plan and the transfer of US management models, Routledge.

Kipping M. (dir.) 2000. « Les consultants », Entreprises et Histoire, octobre, no 25.

Kipping M, Nioche J.-P, 1997. « Politique de productivité et formations à la gestion en France 1945-1960, un essai non transformé ? », in Entreprises et histoire, no 14-15, p. 65-87.

Kuisel R. F. 1993. Seducing the France : the dilemna of Americanization, Berkeley, University of California Press, édition française : 1996. Le miroir américain. 50 ans de regard français sur l’Amérique, Paris, J. C. Lattès.

Kuisel R. F. 1998. « L’American way of life et les missions de productivité », Vingtième Siècle, no 17, janvier-mars, p. 21-38.

Kuisel R. F. 2001. « The Gallic Rooster Crows Again. The Paradox of French Anti-Americanism », French Politics, Culture and Society, vol 19, p. 3-16.

Lacorne D., Rupnik J., Toinet M.-F. (dir.) 1986. L’Amérique dans les têtes : un siècle de fascination et d’aversions, Paris, Hachette.

Maddison A. 1981. Les phases du développement capitaliste, Paris, Economica.

Maier Ch. S., Bischof G. (dir.) 1991. The Marshall Plan and Germany, Oxford, Berg.

Maier Ch. S. 1993. « The Making of « Pax Americana » : Formative movements of United States Ascendy », in Ahmann R., Birke A., Howard M., The Quest for Stability : Problems of West European Security, 1918-1957, Studies of the German Historical Institute, London, Oxford, Oxford University Press.

Marty F., Sanchez E. 2000. « La centrale hispano-française de Vandellos : logiques économiques, technologiques et politiques d’une décision », Bulletin d’Histoire de l'Electricité, n'36, décembre, p. 5-30.

Melandri P. 1980. Les États-Unis face à l’unification de l'Europe, 1945-1954, Paris, Publication de la Sorbonne.

Milward A. S. 1984. The Reconstruction of Western Europe 1945-1951, Londres, Methuen.

Morsel H. 1999. « La mission de productivité de l’industrie française de l’aluminium aux États-Unis », in Barjot, D. (dir.), « La reconstruction économique de l’Europe 1945-1953 », Histoire, Économie et Sociétés, 2, p. 413-417.

Ndiaye P. 2001. Du nylon et des bombes. Du Pont de Nemours, le marché et l'Etat américain, 1900-1970, Paris, Belin.

Nolan M. 1994. Visions of Modernity. American Business and the Modernization of Germany, Oxford University Press, New York.

North D.C., Thomas R. P. 1977. The Rise of Western World. A New Economic History, Cambridge University Press ; traduction française : 1980. L’essor du monde occidental, Paris, Flammarion.

Picard J.-F. 1999. La Fondation Rockfeller et la recherche médicale, Paris, PUF.

Réveillard C. 2001. Premières tentatives de construction d’une Europe fédérale des projets de la Résistance au traité de CED (1940-1954), Paris, François-Xavier de Guibert.

Rowley A. 1984. « Taylorisme et missions de productivité aux États-Unis au lendemain de la seconde guerre mondiale » in Pastré O., Montmollin M. de, Le taylorisme, La Découverte, p. 141-148.

Schroter H. G. (dir.) 1988. « Une américanisation des entreprises ? », Entreprises et histoire, 19.

Soutou G.-H. 2001. La guerre de Cinquante ans. Les relations Est-Ouest 1943-1990, Paris, Fayard.

Van Der Wee H. 1990. Histoire économique mondiale 1945-1990, Bruxelles, Academia Duculot.

Vasilieva M. 1999. Soleils rouges. L’ambition nucléaire soviétique, Paris, Éditions Rive droite.

Wall I. M. 1989. L’influence américaine sur la politique française 1945-1954, Paris, Balland.

Zeitlin J., Herrigel G. (dir.) 2000. Américanization andis limits. Reworking US Technology and Management in Post-War Europe and Japan, Oxford University Press.

Zeitlin J. 2001. « L’industrie britannique des constructions mécaniques s’est-elle américanisée », Histoire, Économie et Société, 4, p. 547-575.

Notes

1 A. Kaspi, Mal connus, mal aimés, mal compris. Les États-Unis d’aujourd’hui, Paris, Plon, 1999. R. F. Kuisel, Seducing the France : the dilemna of Americanization, Berkeley, University of California Press, 1993, édition française : R. F. Kuisel, Le miroir américain. 50 ans de regardfrançais sur l'Amérique, Paris, J. C. Lattès, 1996.

2 R. F. Kuisel, « The Gallic Rooster Crows Again. The Paradox of French Anti-Americanism », French Politics, Culture and Society, vol 19, automne 2001, p. 3-16.

3 J. Zeitlin, G. Herrigel. (dir.), Americanization and is limits. Reworking US Technology and Management in Post-War Europe andJapan, Oxford University Press, 2000.

4 H. G. Schröter (dir.), « Une américanisation des entreprises ? », Entreprises et Histoire, 19, octobre 1998.

5 D. Lacorne, J. Rupnik, M.-F. Toinet (dir.), L’Amérique dam les têtes : un siècle de fascinations et d'aversions, Paris, Hachette, 1986.

6 D. Barjot (dir.), International Cartels Revisited - Dues nouvelles sur les cartels internationaux 1880-1980, Caen, Éditions du Lys, 1994.

7 A. S. Milward, The Reconstruction of Western Europe 1945-1951, Londres, Methuen, 1984 ; B. Elchengreen (dir.), The Reconstruction of the International Economy 1945-1960, Cheltenham (Royaume-Uni), Brookfield (États-Unis), Elgar, 1996 ; D. Barjot (dir.), « La reconstruction économique de l’Europe 1945-1953 », Histoire, Economie et Sociétés, 2, 1999.

8 D. Barjot, R. Baudouï, D. Voldman (dir.), Les Reconstructions en Europe (1945-1949), Paris, Éditions Complexe, 1997.

9 M. J. Hogan, 'The Marshall Plan : América, Britain, and the Reconstruction of Western Europe, 1947-1952, New York, Cambridge University Press, 1987 ; C. P. Kindleberger, Marshall Plan Days, Winchester (Massachussets), 1987 ; R. Girault et M. Lévy-Leboyer (dir.), Le Plan Marshall et le relèvement économique de l’Europe, Paris, Comité pour l'Histoire économique et financière, 1991 ; Ch. S. Maier, G. Blschof (dir.), The Marshall Plan and Germany, Oxford, Berg, 1991.

10 A. Maddison, Les phases du développement capitaliste, Paris, Economica, 1981 ; S. Broadberry, The Productivity Race : British Manufacturing in International Perspective, Cambridge, Cambridge University Press, 1997.

11 A. Rowley, « Taylorisme et missions de productivité aux États-Unis au lendemain de la seconde guerre mondiale » ; O. Pastré, M. deMontmoeun, Le taylorisme, La Découverte, 1984, p. 141-148.

12 M. Kipping, O. Bjarnar (dir.), The Americanisation of European Business. The Marshall Plan and the transfer of US management models, Routledge, 1998.

13 R. Boulat, « Atala travaille chez Citroën ». Recherches sur l'américanisation de l'économie française après la seconde guerre mondiale, Besançon, Université de Franche-Comté, mémoire de DEA, 2001, dir. J. C. Daumas.

14 D. Barjot, « Lafarge : The keys to a successful internationalisation process (1946-1973) », in H. Bonin, dir., Transnational Companies 19th -20th Centuries, Paris, P.L.A.G.E, 2002, p. 663-677.

15 L. Boltanski, « America, America, le Plan Marshall et l’importation du management », Actes de la Recherche en Sciences sociales, 38, mai 1981, p. 19-41.

16 H. Byrkjeflot, S. Myklebust, Ch. Myrvang, F. Sejersted, The Democratic Challenge to Capitalism. Management and Democrag in the Nordic Countries, Bergen, Fagbokforlaget, 2001.

17 M. Kipping, J.-P. Nioche, « Politique de productivité et formations à la gestion en France (1945-1960) : un essai non transformé ? », Entreprises et histoire, n'14-15, 1997, p. 65-87.

18 Aux ouvrages cités plus haut, il convient d’ajouter notamment V. Bergahn, The Américanisation of West German Industry, 1945-1973, New York, Berg, 1986 ; M.-L. Djellic, Exporting the American Model. The Post-war Transformation of European Business, Oxford, Oxford University Press, 1998 ; M. Nolan, Visions of Modernity. American Business and the Modernization of Germany ; New York, Oxford University Press, 1994.

19 A. D. Chandler Jr., Scale andScope. The Dynamics of Industrial Capitalism, Cambridge University Press, 1990.

20 D. C. North, R. P. Thomas, The Rise of Western World. A New Economic History, Cambridge University Press, 1977 ; traduction française : L’essor du monde occidental, Paris, Flammarion, 1980.

21 R. Dahrendorf, Die angewandte Aufklärung, Cesellschaft und Soziologie in Amerika, Munich, 1963.

22 G. Bossuat, La France, l'aide américaine et la construction européenne, 1944-1954, Paris, Imprimerie nationale/Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1992 ; Id., L’Europe occidentale à l’heure américaine 1945-1952, Bruxelles, Complexe, 1992.

23 Ch. S. Maier R, « The Making of « Pax Americana » : Formative movements of United States Ascendy », in R. Ahmann, A. Birke, M. Howard, The Questfor Stability : Problems of West European Security, 1918-1957, Studies of the German Historical Institute, London, Oxford, Oxford University Press, 1993.

24 C. Réveillard, Premières tentatives de construction d'une Europe fédérale des projets de la Résistance au traité de CED (1940-1954), Paris, François-Xavier de Guibert, 2001.

25 I. M. Wall, L’influence américaine sur la politique française 1945-1954, Paris, Balland, 1989.

26 A. Drouard, « Réflexion sur une chronologie : le développement des sciences sociales en France de 1945 à la fin des années soixante », Revue française de sociologie, vol. XIII, 1982, p. 55-85.

27 J.-F. Picard, La Fondation Rockfeller et la recherche médicale, Paris, PUF, 1999.

28 F. Marty, E. Sanchez, « La centrale hispano-française de Vandellos : logiques économiques, technologiques et politiques d’une décision », bulletin d’Histoire de l’Électricité, no 36, décembre 2000, p. 5-30.

29 M.-E. Chessel, F. Parvis, Le technocrate, le patron et le professeur. Une histoire de l'enseignement supérieur de gestion, Paris, Belin, 2001.

30 M. Vasilieva, Soleils rouges. L’ambition nucléaire soviétique, Paris, Éditions Rive droite, 1999.

31 D. Barjot (dir.), Catching Up with America. Productivity missions and the diffusion of American Economic and Technological Influence after the Second World War, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2002.

32 D. Barjot, Ch. Réveillard (dir.), L’Américanisation de l’Europe Occidentale auXXe siècle, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2002.

33 B. Boel, The European Productivité agency. Politics of Productivité and Transatlantic Relations, 1953-1961, University of Copenhagen, Ph. D. Dissertation, Department of History, 1997 (supervisors : K. C. Lammers and R. T. Griffiths).

34 G. Gemelli, « Les écoles de gestion en France et les fondations américaines (1930-1975). Un modèle d’appropriation créative et ses tournants historiques », Entreprises et Histoire, no 14-15, juin 1997, p. 89-95 ; Id., The Ford Foundation and Europe (1950s-1970s). Cross-fertilization of learningin social science and management, Bruxelles, European University Press, 1998, 442 p.

35 H. VanDerWee, Histoire économique mondiale 1945-1990, Bruxelles, Academia Duculot, 1990.

36 F. Caron, Le résistible déclin des sociétés industrielles, Paris, Perrin, 1985 ; Id., Gs deux révolutions industrielles du XXe siècle, Paris, Albin Michel, 1997.

37 P. Ndiaye, Du nylon et des bombes. Du Pont de Nemours, le marché et l'Etat américain, 1900-1970, Paris, Belin, 2001.

38 Y. Cassis, G. D. Feldman and U. Olsson (eds), The Evolution of Financial Institutions and Markets in Twentieth Century Europe, Londres-New York, Aldershot, 1995.

39 F. Crouzet, Histoire de l'économie européenne 1000-2000, Paris, Albin Michel, 2000.

40 D. Artaud, Les États-Unis depuis 1945, Paris, Le Seuil, 2000.

41 G.-H. Soutou, La guerre de Cinquante ans. Les relations Est-Ouest 1943-1990, Paris, Fayard, 2001.

42 P. Melandri, Les Etats-Unis face à l'unification de l'Europe, 1945-1954, Paris, Publication de la Sorbonne, 1980.

43 T. Gourvish, N. Tiratsoo (éds), Missionaries and managers. American influences on European management education, 1945-1960, Manchester, Manchester UP, 1998. Voir aussi : E. Gombert, La politique française de productivité de 1946 au début des années 1960, Paris, Université de Paris-Sorbonne (Paris IV), mémoire de maîtrise d’histoire, 2000, dir. D. Barjot ; La vision du Conseil National du Patronat Français sur l'envoi des missions françaises de productivité aux États-Unis au début des années 1950, Paris, Université de Paris-Sorbonne (Paris IV), mémoire de DEA, 2001, dir. D. Barjot ; V. Guigueno, L’éclipse de l’atelier. Les missions françaises de productivité aux F.tats-Unis dans les années 1950,Enpc-Latts, mémoire de DEA, 1994, dir. A. Picon ; H. Morsel, « La mission de productivité de l’industrie française de l’aluminium aux États-Unis », in D. Barot (dir.), « La reconstruction économique de l’Europe 1945-1953 », Histoire, Économie et Sociétés, 2, 1999, p. 413-417 ; R. F. Kuisel., « L’American way of life et les missions de productivité », Vingtième Siècle, no 17, janvier-mars 1998, p. 21-38.

44 M. Kipping (dir.), « Les consultants », Entreprises et Histoire, octobre 2000, no 25.

45 J. Zeitlin, « L’industrie britannique des constructions mécaniques s’est-elle américanisée », Histoire, Economie et Société, 4, 2001, p. 547-575.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search