Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Directoire au Consulat 2. L'intégration des citoyens dans la Grande Nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne
, 
Jacques Bernet
, 
Hervé Leuwers

Deuxième partie. Des facteurs d'intégration et de dissociation

Les retombées imprévues de la modernisation économique à Eupen et à Verviers, premiers centres drapiers de la France du Directoire

Gérard Gayot

Texte intégral

  • 1 P. Lebrun, L’industrie de la laine à Verviers pendant le XVIIIe et le début du XIXe siècle. Contri (...)
  • 2 Arch. com. Verviers, Reg. 18, f°259.

1Pourquoi les fabricants de draps de Verviers et d’Hodimont, d’Eupen et de Montjoie, émigrés en 1794, revinrent-ils au pays en 1795, au cours de la « mal anêye »1 ? Quelles raisons les poussèrent à reprendre leurs affaires dans un territoire livré à la famine et aux réquisitions, et où, quinze jours après leur victoire de Fleurus, les conquérants avaient déjà imposé aux régions libérées le cours forcé de l’assignat et le maximum des prix, rendant imprévisibles, c’est-à-dire impossibles, toutes les transactions commerciales ? Qu’est-ce qui engagea à rentrer ceux « qui avaient prêché aux ouvriers l’abandon des fabriques » ? et contre qui le général Grenier avait proclamé le 1er nivôse an III (21 décembre 1794)2 ?

  • 3 P. Lebrun, op. cit., p. 110.
  • 4 P. Lebrun, op. cit., p. 109.

2Car, à l’exception de Mathieu Renat Godart, ancien chef des « Cocardes noires », qui partit fonder chez le « tyran » autrichien une manufacture de draps près de Prague, ils avaient quitté l’Allemagne et étaient revenus à Verviers et à Eupen entre mai et août de l’an III3. La liberté guida moins leurs pas que le chant des sirènes de l’administration française invitant au retour sans représailles. D’autant que ces entrepreneurs risquaient gros à rester longtemps éloignés de leurs maison et de leur gagne-pain. Sans doute étaient-ils des Fernhändler, ils étaient même les meilleurs sur le marché européen des draps, mais absents de leur manufacture et n’ayant plus rien à vendre, ils avaient tout à perdre, leur famille, leur réputation, leur état. C’était trop leur demander, et d’ailleurs, là où ils s’étaient réfugiés, personne ne le leur demanda. Les autorités politiques du cercle de Wesphalie avaient bien trop à faire avec tous les aristocrates étrangers, émigrés de longue date, et qui avaient une noble cause à défendre, pour continuer à s’encombrer avec des bourgeois qui n’avaient d’autre raison d’être là que d’avoir fui devant une armée d’invasion. Pierre Lebrun insiste justement sur cette différence entre une noblesse qui pouvait avoir l’illusion de se croire partout chez elle, et ces marchands, pourtant voyageurs de commerce infatigables, qui ne tardèrent pas à éprouver un sentiment pénible d’errance et de déracinement4.

  • 5 Verviers, Musée de la laine, Fonds « De Thier », 2699, Lettre de Guillaume Godart à son frère Math (...)
  • 6 « La chronique de Cadet Dameras », Charleville-Mézières, Société d’études ardennaises, 1985, p. 71 (...)

3Mais le mal du pays et l’appel du nouveau gouvernement français ne suffisent pas à expliquer un retour qui, pour ces hommes d’expérience, ne pouvait signifier qu’un retour aux affaires. S’ils reprirent avec soulagement le chemin de leur maison, c’est qu’ils disposaient d’informations encourageantes, c’est qu’ils avaient enregistré sur leur tableau de bord des signes augurant la fin des « périodes de fièvre antisociale »5. Contrairement au paysan champenois qui, à chaque annonce d’un nouveau régime faite par la Révolution, notait prudemment dans son journal : » on ne peut encore rien en dire »6, les entrepreneurs de l’Ourthe et de la Roër trouvèrent des raisons d’espérer et d’agir au cours de la mise en place du régime directorial. Les événements - y compris les conséquences imprévues de leurs initiatives - montrèrent qu’ils ne s’étaient pas trompés.

UNE REPRISE DES AFFAIRES PRÉCOCE ET SÛRE

  • 7 Arch. État de Liège, FFP (Fonds Français, Préfecture), 688 (1).
  • 8 Verviers, Musée de la laine, Fonds « De Thier », source citée, 20 avril 1795.

4La victoire de Pichegru au Helder, le 23 janvier 1795, a frappé toutes les imaginations, à Verviers comme ailleurs. Ainsi, dès le mois de février suivant, Detrooz est à Amsterdam, sans doute pour vérifier le succès de la cavalerie française, mais aussi la situation du marché des laines : pas de laine à prix fixe, circulation des assignats avec lesquels l’armée française paie ses fournitures, « ce qui lui profite », rien encore de favorable7. Les Verviétois sont aux aguets, s’informent et jugent : « J’ai toujours été d’avis, écrit Guillaume Godart le 20 avril 1795, peu après la paix de Bâle avec la Prusse, que la4e campagne n’aurait pas lieu, et la paix du Grand Duc de Toscane est le premier chaînon de la pacification générale. L’Angleterre pourra seule en être exceptée, mais elle restera maître d’y participer en rendant les colonies : voilà au moins la politique d’une bonne partie de l’Allemagne. Je suis aussi d’avis que nous pourrons être retournés vers la fin de mai ou au commencement de juin »8. Il rentre le 8 messidor an III, et en octobre, 9 balles de laines de 200 livres pesant l’attendent, venues d’Amsterdam, de quoi se remettre au travail immédiatement.

  • 9 Arch. nat., AD XVIIIa 23, discours de Charles Delacroix, vendémiaire an IV.

5En thermidor an III, tout s’éclaire pour les fabricants de la Vesdre. La paix signée avec l’Espagne est la promesse de la reprise d’un approvisionnement régulier en laines mérinos par Amsterdam ou, pour en être plus sûr et si l’on a des relations, par Sedan et par voie de terre. Le 16 thermidor, les Verviétois apprennent la bonne nouvelle de l’accord entre la Prusse, l’Autriche et la Russie sur le dernier partage de la Pologne ; Varsovie sera prussienne, Cracovie autrichienne, une grande partie du marché polonais enfin « stabilisé » se fera en langue allemande, une excellente occasion à saisir pour ces spécialistes des foires de Leipzig. Chacun voit midi à sa porte, et lorsqu’il gouverne ses affaires, le fabricant de Verviers, du Limbourg ou du duché de Juliers a appris de son père à prévoir, en recoupant les informations venues de ses correspondants d’Amsterdam et d’Allemagne. Reste une incertitude en cet été de l’an III, une nouvelle donnée, la politique française : non pas la division en départements (31 août) ni l’annexion (1er octobre), ce n’est plus qu’une question de jours, mais quelle place pour les départements belgiques dans le dispositif politique et économique du prochain gouvernement ? Leur incorporation au territoire de la France constitutionnelle ne fait de doute pour personne, mais « sous le rapport du commerce », que vont-ils devenir ? Et surprise, ou heureux partage des tâches entre Reubell et Delacroix, alors que le premier commence en août 1795 sa campagne de propagande sur le thème « il est de la nature de la République française de s’étendre jusqu’au Rhin »9, le second inspire au Moniteur du 30 thermidor un article destiné à rassurer.

  • 10 Le Moniteur, t. 25, p. 477, 30 thermidor an III, 17 août 1795, cité par G. Dejoint, La politique éc (...)

« Nos manufactures de draps et de soieries sont sans contredit celles qui se trouvent dans l’état le plus lamentable, et peu s’en faut que Lyon et Sedan ne puissent être réputées anéanties... Les manufactures de soieries et de velours de Creveld sont réputées les premières d’Europe. Les manufactures de drap d’Aix-la-Chapelle, Verviers, Néau (Eupen), sont les seules qui disputent ce commerce aux Anglais, et par lesquelles nous serons en état d’écraser leurs manufactures en ce genre. Tels sont les avantages que nous offrent la possession de ces pays et leur incorporation à la République... »10

  • 11 P. Lebrun, op. cit., p. 135 ; G. Dejoint, op. cit., p. 151.
  • 12 H. Kisch, Die hausindustriellen Textilgewerbe am Niederrhein vor der industriellen Revolution, Göt (...)
  • 13 Ardr. com. Verviers, reg. 22, f° 234, 13 messidor an IV.

6Dès lors, les fabricants surent à quoi s’en tenir. À Sedan, ils restèrent longtemps timorés, sauf Ternaux, Labauche et Neuflize qui opérèrent, grâce à leur énergie et à leurs relations, un rétablissement spectaculaire. À Verviers et à Eupen, à Monschau, occupée et bientôt partie du département de la Roër (4 novembre 1797), les entrepreneurs comprirent très vite le parti qu’ils pouvaient tirer de la situation. Placés par la République française aux avant-postes de la nouvelle guerre d’argent déclarée à l’Angleterre, ils accueillirent sans broncher les mesures prohibant les marchandises anglaises en Hollande, dans les ports belges et dans les territoires occupés d’Allemagne (septembre, octobre, novembre 1796)11. En échange de leur participation active au « blocus directorial » : l’ouverture du marché français sans autre condition que la marque nationale apposée sur les produits, l’autorisation d’exporter à l’étranger, dans les pays germaniques en paix avec la France, vers Leipzig12, et en fait, partout où il y avait des étoffes anglaises à chasser hors du « marché républicain », la liberté de circulation des laines et des draps entre Eupen et Verviers pour y recevoir le traitement dans lequel chaque centre était spécialisé13.

  • 14 Arch. com. Verviers, reg. 19, f° 319 ; reg. 20, P 442, 445, 453, 462, 515, 552.
  • 15 Verviers, Musée de la laine, Fonds « De Thier », 2077, correspondance avec Louis Labauche, 5 mars, (...)
  • 16 Arch. État de Liège, FFP, 689 (11), 23 prairial an V, Lettre de Bassenge, commissaire du Directoir (...)

7Dès le 8 thermidor an III, des « draps de luxe » sont expédiés de Verviers en Turquie et, de décembre 1795 à mai 1796, 1 162 pièces de drap partent des ateliers de Biolley, Delmotte et Simonis, ou de leurs greniers, là où ils avaient été mis à l’abri du pillage, vers les Échelles, la Prusse, et l’Allemagne14. À 325 livres la pièce, et à l’étranger on ne paye pas en « torchecul », cela fait plus de 370 000 francs. Autre trafic qui reprend, plus difficile à mesurer - il m’a fallu parfois me satisfaire des notes de voituriers -, celui des laines : des mauvaises, à 39 sous la livre, qui viennent de Bouillon, de la moyenne de Ségovie à 3 livres 15 sous qui arrive à Verviers par l’intermédiaire de Sedan, où Louis Labauche s’est fait le commissionnaire de Dethier pour les laines et pour les draps réexpédiés à Paris’15des superfines, une fraction des 2 800 livres pesant, provenant de la ferme nationale de Rambouillet où, à » l’époque des tyrans », on avait acclimaté les moutons mérinos16.

  • 17 L. Bergeron, Banquiers, négociants et manufacturiers parisiens du Directoire à l’Empire, Paris, Éd (...)
  • 18 Verviers, Musée de la laine, Fonds « De Thier », 2077, source citée.
  • 19 Arch. État de Liège, FFP, 689 (14).
  • 20 Leipzig, Stadtarchiv, XLVB 13a, Bd 1, 2, 3. Adreβ-, Post-und Reisekalender à partir de 1752.
  • 21 Suivies, en 1800, de Bricout Hutin et Cie, Direy et Cie, Fontaine, Waternau, Beauvallon, Souplet D (...)

8Malgré les faillites de quelques marchands parisiens un peu trop aventureux17, l’offre, côté français, persiste, et Sedan, Reims et Elbeuf peinant à retrouver leur rythme du début des années 1790, la reprise se confirme en Belgique au cours de l’année 1797. Les Verviétois, libérés depuis le 4 février de la hantise des mandats territoriaux, multiplient les initiatives. Au retour de la foire de Saint-Michel de Leipzig, Pierre Dethier reçoit sa facture pour les laines commandées à Sedan : 25 111 livres payables à 6 mois en écus de 6 francs18. Le 3 frimaire an IV, Pierre Godin propose à Jean Nicolas Bassenge, commissaire du Directoire exécutif de l’Ourthe, de livrer 400 000 uniformes à 28 francs pièce, moyennant une avance de 500 000 francs19. L’affaire, très risquée, n’a pas de suite, mais elle en dit long sur la fièvre qui s’est emparée des Verviétois. À en juger par leur assiduité, voire leur empressement en 1797, à fréquenter les foires de Jubilate et de Saint-Michel à Leipzig, les Eupénois et les protestants de Montjoie paraissent bien décidés à partager, avec les marchands de Verviers, le marché d’Europe centrale et orientale, apaisé après la signature des préliminaires de Leoben. Aux portes de la grande ville saxonne, on peut les compter, nation par nation, sur les registres d’entrée (voir graphiques)20, les identifier avec leurs produits dans les Adreβ-, Post-und Reisekalender ; et dessiner une courbe qui, certes, n’est pas étrangère aux grands événements internationaux, mais qui a une allure propre, celle que lui impose les marchands désireux de faire des affaires ou d’en refaire. Ainsi, en 1796, Godin a rencontré Guillaume Ternaux, soi-disant de Paris, alors qu’il est toujours officiellement considéré comme émigré. En 1797, tous les grands Eupénois sont là avec draps et casimirs : Ackens, Hansen, Kroβ, Thelosen, les deux Römer, Philipp, Riss et Welter ; dans d’autres boutiques, des nouvelles maisons : Dollfuss, de Mulhouse « en Suisse, mit Ziss und Kattunen » de sa fabrique, Victoire Éléonore Arnoux et Claire Tribout de Valenciennes « mit Modewaaren »21. Quant à Pierre Dethier, 1797 est sa meilleure année (voir graphique), depuis la révolution liégeoise, comme Bernard Scheiber à Montjoie.

  • 22 E. Barkenhausen, Die Tuchindustrie in Montjoie. Ihr Aufstieg und Niedergang, Aaachensverlag und Dr (...)

9À Montjoie, avec ses 3 000 habitants et ses 317 tondeurs, sans compter les 83 d’Imgenbroich, tout près, à Eupen, avec 6 984 Eupénois dont 489 tondeurs en l’an IV, à Verviers, avec 10 026 personnes et 700 apprêteurs de drap22, le temps perdu pendant l’invasion française paraît pouvoir être rattrapé. Et à la surprise générale, alors que tout va mieux, les huit cents tondeurs de Montjoie et d’Eupen cessent brutalement le travail. Aucune pièce ne peut plus être apprêtée, aucun drap ne peut être fini, ni vendu. À peine restaurées, les fabriques sont menacées de destruction.

CONTRE LE RÉGIME DE LIBERTÉ, POUR LE RESPECT DES USAGES : 36 JOURS DE GRÈVE À EUPEN23

  • 23 Arch. État de Liège, FFP, 688 (17). Sauf exception, tous les textes cités dans cette partie sont d (...)

10« Dans l’Ancien Régime, chaque fabricant ne pouvait prendre plus de deux apprentis (on laissera aux tondeurs le soin d’expliquer de quoi il s’agit), arrangement dont ils avaient convenu avec les tondeurs, et cela a été ponctuellement observé. Mais les fabricants, ayant ouvert les yeux, ont facilement reconnu que cet abus était préjudiciable à leur propre intérêt, mais encore à l’intérêt général, et une entrave à l’agrandissement et à l’amélioration de la fabrique, ils convinrent entre eux de prendre autant d’apprentis qu’ils en auraient besoin et déterminèrent la journée du 20 nivôse pour les recevoir ». Le 20 au matin, les tondeurs se rendent à leur travail, comme d’ordinaire, s’aperçoivent de l’embauche des nouveaux apprentis, quittent sur-le-champ leurs ateliers et se « transportent en foule chez les fabricants où leurs camarades étaient restés. Ils n’ont pas honte de dire que désormais leurs ressources seraient dans les forêts nationales où, effectivement, ils se sont portés en bande et ont coupé du bois. Depuis ce moment, la fabrique est dans la plus grande stagnation ». La grève prend fin le 27 pluviôse au matin : les mutins obtiennent une cotisation de trois Rixdalers par nouvel apprenti pour la caisse de bienfaisance, une augmentation d’un sol et demi par journée de travail de 12 heures, soit 21 sous et demi, ce qu’ils ne demandaient pas. En revanche, en matière d’emploi, leur défaite est totale : ils réclamaient deux nouveaux apprentis pour 10 ouvriers tondeurs, 3 au-delà de 20, 4 au-dessus de 40, et 5 pour un effectif de 60 et plus, montrant ainsi que la taille des ateliers de tondage avait augmenté, et les fabricants furent libres d’embaucher autant d’apprentis, payés moitié moins qu’un ouvrier pendant les deux ans d’apprentissage, qu’ils désiraient.

  • 24 G. Gayot, Les draps de Sedan (1646-1870), Paris, Éd. de l’EHESS, 1998. Comparables notamment aux g (...)
  • 25 J.-P. Hirsch, Les deux rêves du commerce. Entreprise et institution dans la région lilloise (1780- (...)

11Les grèves qui éclatent à Montjoie et à Eupen à la fin de l’année 1797 et au début de l’année 1798 sont comparables en tout point, durée, dureté, revendications, aux mutineries qui éclatèrent tout au long du XVIIIe siècle dans les manufactures de draps entre Seine et Rhin24. Pour curieux et intéressants qu’ils soient, les combats menés par les « boutefeux, brouillons et autres égarés » et l’intervention des chasseurs, des dragons et des gendarmes ne seront pas racontés ici. Nous avons préféré prêter attention aux discours tenus par les autorités politiques locales (municipalité cantonale) et centrales (administration centrale du département de l’Ourthe, commissaire exécutif Jean Nicolas Bassenge) au cours de cette « espèce d’insurrection » qui, à notre connaissance, n’eut pas d’équivalent dans les draperies françaises à l’époque du Directoire. Car l’ironie de l’histoire a fait qu’au nom de la Grande Nation et dans la langue toute fraîche de l’individualisme économique et du laissez-nous entreprendre25, ces autorités durent parler d’une liberté économique dont les fabricants de Montjoie, d’Eupen et de Verviers jouissaient déjà, avant la Révolution française, à l’époque où ils subissaient le joug du despotisme... éclairé.

Cette affaire ne concerne en rien la Révolution

12Bassenge, le commissaire exécutif de Liège, rassure en ces termes le ministre de l’Intérieur, à la fin du conflit, le 28 pluviôse an VI. La grève des tondeurs n’avait jamais pris un tour politique ou anti-français. C’était le moins qu’il pût faire, après avoir pris connaissance du rapport de son collègue Maréchal, commissaire exécutif près de l’administration cantonale d’Eupen, le 26 nivôse an VI.

« La paix [de Campo-Formio] a été publiée solennellement [...] local de l’administration et arbre de la Liberté illuminés... souper de 50 couverts [...] au milieu de la table une pyramide, sur le faîte la déesse de la Liberté, et sur les trois côtés : Vivent les deux Conseils, vive le Directoire, vive Buonaparte ! [...] musique, airs patriotiques, infinité de toasts, chacun étant suivi de six boîtes [...] Mais la joie n’était pas générale. À la publication de la paix, il n’y avait pas cinquante personnes, et je crois qu’elle aurait été infiniment plus grande, si l’on eut publié la guerre. Les membres de la municipalité ont fait ce qu’ils ont pu pour la rendre brillante, mais annoncer aux peuples de ces contrées qu’ils sont à jamais français, c’est les frapper d’un coup terrible. Le désespoir était peint sur toutes les figures. Que l’homme connaît peu ses intérêts ! C’est lors qu’il possède le bonheur qu’il le cherche. Les tondeurs n’ont pas encore repris leurs travaux ».

13Mais pas de lien entre l’incorporation à la Grande Nation et l’agitation sociale, signe qu’il s’agissait bien d’un conflit classique entre fabricants et tondeurs. A cette différence près que les pouvoirs politiques avaient le devoir de le traduire avec des mots nouveaux, et de le résoudre selon le nouveau droit.

Vos vues bienfaisantes et les nôtres ont été méprisées

14L’administration municipale d’Eupen est navrée d’apprendre à celle du département que, le 14 pluviôse, la cessation du travail continue. Aussi propose-t-elle des moyens plus rigoureux pour réduire les ouvriers obstinés : autorisation d’envoyer les draps à Aix-la-Chapelle pour être apprêtés, répression des fabricants qui seraient prêts à travailler sur l’ancien pied, traitement comme gens sans aveu et suspect de tout ouvrier qui ne pourra faire preuve de ses moyens de subsistance. Le ton et les armes sont en train de changer, mais comme sous l’Ancien Régime, il y a toujours des fabricants hésitants, prêts à la conciliation avec les députés des tondeurs. Et contre eux, le commissaire exécutif Bassenge, tonne en agitant pour la première fois les grands principes : « Chaque arrangement qui borne la fabrique et lui interdit tout accroissement est contraire à la liberté, seule âme du commerce et de l’industrie ».

  • 26 Verviers, Musée de la laine, Fonds « De Thier », dossier « tondeurs », non classé, délibérations d (...)

15L’administration municipale d’Eupen, peuplée de fabricants, fourbit ses arguments. Elle sait parfaitement qu’il n’y a jamais eu, dans le passé, de communautés de métiers à Eupen, mais seulement des usages plus ou moins respectés, selon le rapport des forces dans la fabrique ; peu lui importe : sur une toile de fond empruntée à l’histoire de la Grande Nation, elle va inventer des corporations, se référer aux lois et à la Constitution nouvelles qui les supprime, et demander des institutions conformes à son idéal contractuel, c’est-à-dire avec un salarié qui dispose des attributs négatifs de la liberté, et avec un « salariant » qui « conserve cette maîtrise et cette supériorité naturelle qui est due à un maître sur ses employés. Il est nécessaire que le choix de ceux-ci soit totalement libre et arbitraire ». Ce n’est pas Le Chapelier qui parle, ni Turgot, ce sont les fabricants d’Eupen, tous ensemble... en 176426. Lisons maintenant le discours de leurs fils, et examinons surtout leurs conclusions.

« La Charte constitutionnelle abolit toutes les corporations connues sous le nom de jurandes et métiers, laisse à chacun de faire travailler comme il le trouve convenable, dès qu’il se conforme aux lois. Ainsi donc, il est libre aux fabricants de prendre plus de deux ouvriers apprentis, et la corporation des tondeurs est dissoute. Les fabricants ont voulu user de cette liberté. La nécessité d’entretenir la fabrique dans la splendeur ou elle se trouve aujourd’hui, suite de notre réunion à la Grande Nation, le besoin de bras pour activer les travaux, la pénurie d’ouvriers dans cette partie, qui se faisait déjà sentir, leur en faisait une loi.
Ne prendre que deux apprentis, c’était laisser les fabriques dans une éternelle enfance. Et cependant la suppression du clergé et de la noblesse doit augmenter nécessairement le nombre des fabriques, l’oisiveté ne sera plus un état. Les fabricants ont donc voulu prendre plus de deux apprentis. Les tondeurs s’y sont opposés, et sentant le besoin qu’on aurait d’eux, ils ont déserté les ateliers, et ne veulent plus travailler à moins qu’on observe religieusement la prétendue coutume qu’ils invoquent. Cet usage est contraire aux lois, ce serait les violer que d’y souscrire. D’ailleurs obtempérer aux caprices de ces ouvriers, c’est se mettre dans leur dépendance, - et l’usage invoqué par eux doit un peu plus tôt, un peu plus tard, détruire les fabriques »,

16Voilà un vrai miracle accompli dans et par la Grande Nation ! La liberté d’embaucher, dont leurs pères n’usaient qu’en l’imposant aux ouvriers par la force, les fils la découvrent inscrite dans la Constitution. Côté patron, la coutume devint le droit, et côté ouvrier, la coutume fut déclarée inconstitutionnelle et attentatoire à la... liberté. Aussi, la municipalité d’Eupen proposet-elle de demander tout de suite au Ministère des Finances un règlement momentané et provisoire pour les ouvriers, et auxquels ils devraient se conformer pour reprendre le travail. Quel mauvais ministère pour une telle demande, et que de précautions avant de prononcer le mot « gothique » de règlements ! Bassenge, le commissaire exécutif du département, à la fin de la grève, trouve les mots convenables : « Cette affaire réclame une mesure de l’administration générale pour éviter à l’avenir de semblables écarts préjudiciables à la fabrique, pouvant même donner à cette branche intensifiante [sic] d’industrie un autre cours, et compromettre ce régime de la liberté ayant fait sentir sa féconde influence [...] ». Des mots qui allèrent droit au cœur de François de Neufchâteau qui venait de quitter l’Intérieur.

LE NOUVEAU SENS COMMUN27

  • 27 J.-P. Hirsch, op. cit., p. 237.

17À Eupen, un barrage avait sauté, celui des mots. Maladroitement, à la hâte, mais précocement, et dans les faits. Peut-être, parce qu’il est plus difficile de dire des choses familières dans le langage juridique des autres.

  • 28 P. Lebrun, op. cit., p. 100-103.

18Lorsqu’on posa, le 7 septembre 1796, aux Verviétois la question : « Quelles sont les causes de l’état florissant où se trouvent les fabriques de Verviers ? », leur réponse, et celle des Eupénois, fut la suivante : « La première cause et la principale de toutes, c’est la liberté, la liberté indéfinie d’entrée et de sortie, sans assujettissement aux douanes, aux comptoirs, aux employés ». Dans cette réponse, Pierre Lebrun remarque l’absence de toute référence à la liberté absolue de fabriquer et à la liberté d’embauche, comme si, dit-il, les fabricants étaient tellement habitués à ces libertés qu’ils n’éprouvaient même pas le besoin de les signaler28. Était-il d’ailleurs nécessaire de rappeler à un gouvernement, établi sur la base d’un renversement de la dictature, des principes qui figuraient dans la Constitution de l’an III ? Et puis à Verviers et à Eupen, la liberté d’entreprendre, la liberté du travail, ce n’était pas des mots. La liberté, on en faisait usage.

  • 29 J.-P. Hirsch, op. cit., p. 237-242. L’auteur place le tournant en France, vers 1800. Pour ces « ré (...)

19En France, jusqu’aux premiers temps de la Révolution, les appels à la liberté du commerce furent généralement assortis de réserves prudentes où s’exprimaient l’attachement du milieu aux règlements et aux protections. Après Thermidor, le balancement resta sensible, mais, selon J.P. Hirsch, un changement d’accent de grande portée eut lieu, « c’est la liberté d’entreprise qui alla de soi »29. Restaient à mettre en pratique les nouveaux principes, à prendre au mot Le Chapelier : « Il n’y a plus que l’intérêt particulier de chaque individu et l’intérêt général [...] Mais la réunion des individus d’une même profession est illégale ». À Eupen, à Verviers, à Montjoie, les entrepreneurs prirent la première partie de la phrase pour eux, la seconde était destinée aux ouvriers qui cabalaient, cela allait de soi, il en avait toujours été ainsi dans le pays. Quant à la concertation que pouvaient avoir les maîtres, ou plutôt les entrepreneurs, et aux conventions qu’ils pouvaient conclure entre eux, elles ressortissaient au simple droit naturel des propriétaires de fabrique, cela allait encore de soi, il en avait toujours été ainsi dans ce pays.

20Devenus Français, ils consentirent à dire que tout était nouveau et bon, à célébrer la Révolution française, et en même temps, à exalter la libre entreprise, en ne perdant jamais de vue leurs intérêts d’entrepreneur rompus à la pratique du laisser faire. Aussi précédèrent-ils leurs nouveaux compatriotes et encouragèrent-ils l’État à leur donner une police du travail et les moyens légaux, surtout ne pas dire réglementaires, d’encadrer la main-d’œuvre. Ils n’attendirent pas non plus l’Empire pour donner une nouvelle force aux principes de la liberté et de l’individualisme économique. C’est ainsi que, plus tôt qu’ailleurs, à Eupen et à Verviers, se forma le discours et le projet de la rupture, de l’innovation et d’une nouvelle industrialisation.

Les procédés nouveaux ne les effarouchent plus

  • 30 E. Hélin, « Les industries liégeoises en 1802 », Bulletin de la Société royale Le Vieux-Liège, jui (...)

21En 1802, Desmousseaux, préfet du département de l’Ourthe, dit discrètement de la région drapière de Verviers et d’Eupen ce que Marx dira plus fort et plus tard de la Belgique, « ce paradis du capitalisme libéral ». Dans son mémoire au ministre de l’Intérieur, il écrit : « De toutes les fabriques établies, celles de drap présentent sous les rapports du développement ou de la perfection, l’aspect le plus satisfaisant. Ceux qui s’y livrent s’éclairent de jour en jour, les procédés nouveaux ne les effarouchent plus. L’usage des machines mécaniques ne leur paraît plus devoir entraîner le bouleversement de leur pays ; enfin on doit les regarder comme la partie la plus instruite de notre population industrieuse »30.

  • 31 H. Delrée, E. Hélin, « Introduction des fameuses mécaniques anglaises à Verviers », Bulletin de la (...)

22On ne peut pas mieux décrire la convergence entre l’attente d’un territoire de prédilection pour l’expérimentation libérale et les projets d’un « État bourgeois modèle (Marx) » qui n’a pas encore trouvé les mots justes pour les formuler. À Verviers, les mots qui conviennent aux choses nouvelles de l’entreprise, on les connaît et on les écrit : « 23 juillet 1802, 4 thermidor an X. Acte de convention entre Mrs Jean François Biolley, Iwan Simonis et Philippe Lom, d’une part ; et M. William Cockerill et James Hodson de l’autre part. Art. 1 : Nous W. Cockerill et James Hodson convenons et nous engageons par le présent, à faire six assortiments de machine à drousser, carder et filer la laine pour casimirs et draps fins [...] au prix de 400 livres sterling par assortiment »31. Voilà pour la révolution mécanicienne.

  • 32 Arch. com. Verviers, Archives modernes, farde 1/10 et 36/3, 4 germinal an XII.

23Reste l’introduction des mécaniques, l’application pratique de l’innovation de procédé, et surtout la main-d’œuvre qu’on va recruter pour faire marcher ces merveilleuses machines à carder et à filer la laine. JeanFrançois Biolley, un des grands patrons des foires de Leipzig, de Verviers et de la révolution industrielle répond, à son insu, à cette question en adressant le 4 germinal an XII au maire de Verviers la liste des 721 ouvriers travaillant dans sa fabrique, et auxquels il prie le maire de délivrer un livret, conformément à l’arrêté du 9 frimaire an XII32. Fièrement, il tient à distinguer les 87 fileurs à la mécanique des 187 fileuses et fileurs à la main (voir le graphique).

  • 33 L. Bergeron, « Douglas, Ternaux, Cockerill : aux origines de la mécanisation de l’industrie lainiè (...)

24Les résultats sont édifiants : 80 % de la main-d’œuvre exclusivement masculine affectée aux mécaniques a moins de 20 ans, des enfants travaillent et condamnent ainsi leurs mères ou leurs grands-mères, fileuses à la main, à manquer d’ouvrage à terme. Les salaires sont très bas, les fils d’excellente qualité, la machine est amortie en six mois, après, c’est tout bénéfice. Encore une retombée imprévue de la modernisation, ou une application intensive de l’article 355 de la Constitution de l’an III qui garantissait « l’exercice illimité de l’industrie et des arts de toute espèce ». En tout cas, la grève à Eupen en 1798 et l’utilisation précoce des machines à Verviers montrent que l’inclusion temporaire des départements belges dans l’espace économique français est une donnée essentielle de l’histoire du marché du progrès technique et de la diffusion du nouveau sens commun dans la Grande Nation33.

Les visiteurs d’Aix-la-Chapelle, Burtscheid, Eupen, Montjoie et Verviers aux foires de Leipzig. (Source : E. HASSE, op. cit., Leipzig, Stadtarchiv, XLVB 13a, Bd 1,2,3.)

Les visiteurs d’Aix-la-Chapelle, Burtscheid, Eupen, Montjoie et Verviers aux foires de Leipzig. (Source : E. HASSE, op. cit., Leipzig, Stadtarchiv, XLVB 13a, Bd 1,2,3.)

Les visiteurs européens aux foires de Leipzig. (Angleterre, France, Pays-Bas, Suisse, Italie, Aix-la-Chapelle, Burtscheid, Eupen, Montjoie, Verviers) Source : E. Hasse, op. cit., Leipzig, Stadtarchiv, XLVB 13a, Bd 1, 2,3.

Les visiteurs européens aux foires de Leipzig. (Angleterre, France, Pays-Bas, Suisse, Italie, Aix-la-Chapelle, Burtscheid, Eupen, Montjoie, Verviers) Source : E. Hasse, op. cit., Leipzig, Stadtarchiv, XLVB 13a, Bd 1, 2,3.

Les visiteurs français aux foires de leipzig. (Source : E. Hasse, op. cit., Leipzig, Stadtarchiv, XLVB 13a, Bd 1,2,3)

Les visiteurs français aux foires de leipzig. (Source : E. Hasse, op. cit., Leipzig, Stadtarchiv, XLVB 13a, Bd 1,2,3)

Les ventes de draps de De Thier, Verleger à Hodimont (Pays-Bas autrichiens puis département de l’Ourthe). (Source : P. Lebrun, op. cit., diagramme VI.)

Les ventes de draps de De Thier, Verleger à Hodimont (Pays-Bas autrichiens puis département de l’Ourthe). (Source : P. Lebrun, op. cit., diagramme VI.)

Répartition par classe d’âge des fileurs à la mécanique de Biolley en 1804 (effectif : 87). (Source : Arch. com. Verviers, Archives modernes, farde 1/10, 36/3,4 germinal an XII.)

Répartition par classe d’âge des fileurs à la mécanique de Biolley en 1804 (effectif : 87). (Source : Arch. com. Verviers, Archives modernes, farde 1/10, 36/3,4 germinal an XII.)

Répartition par classe d’âge des fileurs et des fileuses à la main de Biolley en 1804 (effectif : 187). (Source : Arch. com. Verviers, Archives modernes, farde 1/10, 36/3, 4 germinal an XII.)

Répartition par classe d’âge des fileurs et des fileuses à la main de Biolley en 1804 (effectif : 187). (Source : Arch. com. Verviers, Archives modernes, farde 1/10, 36/3, 4 germinal an XII.)

Annexes

Annexe

La Société des tondeurs de Montjoie, Imgenbroich et Stolberg autorisent leurs députés, en cas qu’ils fussent appelés par les négociants pour faire un accord sur ce que nous désirons d’eux, nommément au sujet des salaires et des apprentis, de signer ces articles avec les négociants, en disant que nous ne voulons pas recommencer à travailler jusqu’à ce que les articles soient signés.

1°) La Société des tondeurs ne recommencera point le travail jusqu’à ce qu’elle soit indemnisée par les négociants du temps perdu.

2°) La Société des tondeurs est résolue ultérieurement de ne point aller au travail jusqu’à ce qu’il reçoivent pour 12 heures vingt sols.

3°) La Société des tondeurs est résolue ultérieurement de ne point permettre aux négociants de tenir plus de trois apprentis et ces trois apprentis ne pourront être reçus avant que les actuels aient fini leur apprentissage.

4°) Nous, Société des tondeurs ne recommenceront pas à travailler jusqu’à ce que les deux nouveaux apprentis reçus quittent l’ouvrage..

5°) La Société des tondeurs ne recommencera pas son travail avant qu’ils recommencent tous, exceptés ceux qui sont partis.

6°) Les Sociétés de tondeurs ne veulent pas que les négociants puissent reprocher la moindre chose à leurs députés, aussi qu’ils ne peuvent être congédiés pour ce qui s’est passé, et à l’avenir, ils ne pourront recevoir leur congé des négociants pour ouvrage gâté, ou pour tout autre défaut, à moins que les autres tondeurs n’aient reconnu que la faute mérite ce congé. Dans ce point, nos députés n’ont rien prétendu, ni proposé, que ce à quoi ils ont été commandés par nous, et pour cet objet, ils seront tenus à l’ouvrage comme les autres tondeurs. S’ils reçoivent leur congé pour une chose légitime, d’autres boutiques seront tenues, en cas qu’il y ait des places vacantes, de les recevoir. Si l’on ne fait pas ce droit à nos députés, nous continuerons à ne point travailler, et les soutiendrons dans leur droit. Et au cas qu’un de nos quatre députés fût congédié, nous ne travaillerons pas jusqu’à ce qu’il soit remis dans sa place primitive.

Signé Eberhard Hellendohl
22 octobre 1797

Réponse des tondeurs d’Eupen

À tous les tondeurs de draps à Montjoie, Imgenbroich et Stolberg

En réponse à votre lettre du 22 courant, nous ne pouvons vous cacher combien il nous serait agréable que les fabriques de notre voisinage se soumissent avec vous aux mêmes lois et règles. Sans doute, vous connaissez celles d’après lesquelles nous travaillons et espérons de continuer à travailler avec vous de commun accord, alors nous sommes forcés de vous déclarer que nous ne voulons nullement désister de nos règles, et vous requérons de vous y soumettre également. Au cas contraire, nous ne pourrons travailler avec aucun de ceux qui pourraient avoir à l’avenir envie de venir dans les environs. Dans cette confiance, nous saurons nous arranger en conséquence et sommes jusque là V.T.h.S.

Michael Jos. Clesgen, Stephanis Emonds, + Adam Wittekind, + Heind. Strüll, + Nicolas Momber, Thomas Steck

Eupen, le 30 octobre 1797

Source : Arch. État de Liège, FFP, 688 (17)

Notes

1 P. Lebrun, L’industrie de la laine à Verviers pendant le XVIIIe et le début du XIXe siècle. Contribution à l’étude des origines de la révolution industrielle, Liège, Faculté de Philosophie et Lettres, 1948, p. 93.

2 Arch. com. Verviers, Reg. 18, f°259.

3 P. Lebrun, op. cit., p. 110.

4 P. Lebrun, op. cit., p. 109.

5 Verviers, Musée de la laine, Fonds « De Thier », 2699, Lettre de Guillaume Godart à son frère Mathieu Renat Godart, Paderborn, 28 mars 1795.

6 « La chronique de Cadet Dameras », Charleville-Mézières, Société d’études ardennaises, 1985, p. 71-101.

7 Arch. État de Liège, FFP (Fonds Français, Préfecture), 688 (1).

8 Verviers, Musée de la laine, Fonds « De Thier », source citée, 20 avril 1795.

9 Arch. nat., AD XVIIIa 23, discours de Charles Delacroix, vendémiaire an IV.

10 Le Moniteur, t. 25, p. 477, 30 thermidor an III, 17 août 1795, cité par G. Dejoint, La politique économique du Directoire, Paris, Librairie Marcel Rivière et Cie, 1951, p. 127 et 133. Sur la politique rhénane de la France et sur le « Rhin français » voir J. Smets, « Le Rhin, frontière naturelle de la France », Annales historiques de la Révolution Française, oct.-déc. 1998, no 314, p. 675-698.

11 P. Lebrun, op. cit., p. 135 ; G. Dejoint, op. cit., p. 151.

12 H. Kisch, Die hausindustriellen Textilgewerbe am Niederrhein vor der industriellen Revolution, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1981, p. 328.

13 Ardr. com. Verviers, reg. 22, f° 234, 13 messidor an IV.

14 Arch. com. Verviers, reg. 19, f° 319 ; reg. 20, P 442, 445, 453, 462, 515, 552.

15 Verviers, Musée de la laine, Fonds « De Thier », 2077, correspondance avec Louis Labauche, 5 mars, 7 avril, 16 avril, 12 novembre 1796, 18 balles de laine.

16 Arch. État de Liège, FFP, 689 (11), 23 prairial an V, Lettre de Bassenge, commissaire du Directoire exécutif près de l’administration centrale de l’Ourthe.

17 L. Bergeron, Banquiers, négociants et manufacturiers parisiens du Directoire à l’Empire, Paris, Éd. de l’EHESS, 1978 ; Lille 3, ANRT, p. 541-544. Les bilans de faillites révèlent la prise de participation grandissante des marchands des départements de l’Ourthe et de la Roër.

18 Verviers, Musée de la laine, Fonds « De Thier », 2077, source citée.

19 Arch. État de Liège, FFP, 689 (14).

20 Leipzig, Stadtarchiv, XLVB 13a, Bd 1, 2, 3. Adreβ-, Post-und Reisekalender à partir de 1752.

21 Suivies, en 1800, de Bricout Hutin et Cie, Direy et Cie, Fontaine, Waternau, Beauvallon, Souplet Dominique, avec batistes, linons et gazes.

22 E. Barkenhausen, Die Tuchindustrie in Montjoie. Ihr Aufstieg und Niedergang, Aaachensverlag und Drückerei Gesellschaft, 1925, p. 152-154. A. Buldgen, La société eupénoise 1780-1829, Louvain, Université catholique de Louvain, mémoire de licence, 1974, p. 37. P. Lebrun, op. cit., p. 103-104.

23 Arch. État de Liège, FFP, 688 (17). Sauf exception, tous les textes cités dans cette partie sont dans ce beau dossier des Archives de l’État de Liège.

24 G. Gayot, Les draps de Sedan (1646-1870), Paris, Éd. de l’EHESS, 1998. Comparables notamment aux grèves des années 1740 et 1760, avec les fraternisations de tondeurs de Monschau, d’Eupen et de Verviers. Lire en annexe l’adresse des tondeurs de Montjoie et la réponse des ouvriers d’Eupen en octobre 1797 où, en termes choisis, ceux-ci disent à leurs camarades qu’ils comptent bien les suivre, et s’engagent à exclure tout ouvrier qui ne se soumettrait pas à ces règles.

25 J.-P. Hirsch, Les deux rêves du commerce. Entreprise et institution dans la région lilloise (1780-1860), Paris, Éd. de l’EHESS, 1991, p. 247.

26 Verviers, Musée de la laine, Fonds « De Thier », dossier « tondeurs », non classé, délibérations des marchands fabricants d’Eupen, 1764.

27 J.-P. Hirsch, op. cit., p. 237.

28 P. Lebrun, op. cit., p. 100-103.

29 J.-P. Hirsch, op. cit., p. 237-242. L’auteur place le tournant en France, vers 1800. Pour ces « régions de liberté » que furent l’Ourthe et la Roër, nous le plaçons en 1795, aussitôt la conquête et l’annexion.

30 E. Hélin, « Les industries liégeoises en 1802 », Bulletin de la Société royale Le Vieux-Liège, juin 1959, 128, V, p. 371. Arch. État de Liège, FFP, 659.

31 H. Delrée, E. Hélin, « Introduction des fameuses mécaniques anglaises à Verviers », Bulletin de la Société royale Le Vieux-Liège, oct.-déc. 1986, 235, XI, p. 205.

32 Arch. com. Verviers, Archives modernes, farde 1/10 et 36/3, 4 germinal an XII.

33 L. Bergeron, « Douglas, Ternaux, Cockerill : aux origines de la mécanisation de l’industrie lainière en France », Revue historique, 501, janv.-fév. 1972, p. 80.

Table des illustrations

Titre Les visiteurs d’Aix-la-Chapelle, Burtscheid, Eupen, Montjoie et Verviers aux foires de Leipzig. (Source : E. HASSE, op. cit., Leipzig, Stadtarchiv, XLVB 13a, Bd 1,2,3.)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1742/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre Les visiteurs européens aux foires de Leipzig. (Angleterre, France, Pays-Bas, Suisse, Italie, Aix-la-Chapelle, Burtscheid, Eupen, Montjoie, Verviers) Source : E. Hasse, op. cit., Leipzig, Stadtarchiv, XLVB 13a, Bd 1, 2,3.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1742/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Les visiteurs français aux foires de leipzig. (Source : E. Hasse, op. cit., Leipzig, Stadtarchiv, XLVB 13a, Bd 1,2,3)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1742/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre Les ventes de draps de De Thier, Verleger à Hodimont (Pays-Bas autrichiens puis département de l’Ourthe). (Source : P. Lebrun, op. cit., diagramme VI.)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1742/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Répartition par classe d’âge des fileurs à la mécanique de Biolley en 1804 (effectif : 87). (Source : Arch. com. Verviers, Archives modernes, farde 1/10, 36/3,4 germinal an XII.)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1742/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Répartition par classe d’âge des fileurs et des fileuses à la main de Biolley en 1804 (effectif : 187). (Source : Arch. com. Verviers, Archives modernes, farde 1/10, 36/3, 4 germinal an XII.)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1742/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 92k

Auteur

Université de Lille 3 - CERSATES

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter