Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Directoire au Consulat 2. L'intégration des citoyens dans la Grande Nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne
, 
Jacques Bernet
, 
Hervé Leuwers

Première partie. Quelle Grande Nation

La perception de la Grande Nation en Rhénanie

Marita Gilli

Texte intégral

  • 1 De nombreuses publications anciennes existent sur la question de la rive gauche du Rhin, elles son (...)
  • 2 Voir notre article « La polémique entre la RFA et la RDA au sujet du jacobinisme allemand » dans A (...)

1Le sujet que nous avons à traiter relève d’une double polémique qui perdure, même si elle est devenue moins aiguë : d’une part la polémique sur la nature de la guerre (« libération ou exploitation » des pays conquis), d’autre part la polémique au sujet de l’engagement réel des Allemands dans les événements révolutionnaires d’outre Rhin1. Historiens français et allemands et particulièrement historiens de l’Est et de l’Ouest se sont affrontés à ce sujet2 et ce n’est qu’avec les études plus détaillées occasionnées par la célébration du bicentenaire de la Révolution française que les travaux polémiques ont pu faire place à d’autres plus objectifs, même s’il reste difficile, sur un tel sujet, de ne pas pencher de l’un ou l’autre côté.

  • 3 Voir M. Gilli, « Conquête ou libération ? La politique française en Rhénanie et ses conséquences ( (...)

2Les révolutionnaires de Mayence avaient plaidé, sous l’occupation du général Custine pendant la Convention, pour le rattachement du pays à la France, alléguant la théorie des frontières naturelles3. Ils obtiennent gain de cause et, le 30 mars 1793, la Convention promulgue un décret dans lequel elle accepte ce « vœu librement émis », décidant l’incorporation au nom de l’avantage mutuel des deux pays. Ces régions n’ont cependant pas pu voir aussitôt les effets bénéfiques promis du rattachement à la France puisque, après un siège difficile, le général Custine capitule en juillet 1793. Ce n’est qu’à partir de l’été 1794 que les armées républicaines sont de nouveau victorieuses.

  • 4 Voir J. Godechot, « Les variations de la politique française à l’égard des pays occupés 1792-1815  (...)

3En même temps, la politique française à l’égard des pays occupés évolue et se précise4. Rappelons la « déclaration de paix au monde » du 22 mai 1790 : « La nation française renonce à entreprendre des conquêtes contre la liberté d’aucun peuple » et le fait que la guerre entre la Révolution et la contre-Révolution devient inévitable. Jacques Godechot distingue deux grandes périodes dans la conduite des troupes françaises. D’abord, d’avril 1792 à mars 1793, la France s’efforce de concilier les exigences de la guerre avec les idées généreuses de la Révolution. La guerre est alors conçue comme une guerre de propagande révolutionnaire, pour la libération des peuples du joug féodal ; d’où la formule : « Guerre aux châteaux, paix aux chaumières ». Même si l’objectif est d’atteindre les frontières naturelles, dans cette première période, il n’y a pas de raison de maltraiter des populations qui allaient devenir françaises. Pourtant, le général Custine impose déjà des réquisitions et des contributions.

  • 5 Sur le comportement de l’armée, les témoignages sont contradictoires, mais il est certain que, mal (...)

4Dans la deuxième période, les objectifs changent : d’abord, il faut chasser les ennemis du territoire et parvenir aux frontières naturelles, ensuite il faut les consolider ; la France ne se bat plus pour la libération de l’humanité, mais pour sa propre existence. À partir de 1794, le gouvernement français revient aux anciennes pratiques qui consistent à faire vivre l’armée sur le pays ennemi, à nourrir la guerre par la guerre et à enrichir la France grâce à l’exploitation des pays conquis. Cette période est marquée par les pillages de l’armée, généralement réprimés, mais souvent autorisés5, par les contributions de guerre qui représentent un pillage mieux organisé, par les réquisitions qui se généralisent, la confiscation des biens de l’Église et des États, le transport en France d’objets de valeur. La production de charbon et de fer intéresse également beaucoup la France qui tente de rapatrier les usines de Solingen. Par ailleurs, un cours exagéré est fixé aux assignats ; or, les paysans, les marchands et les artisans sont obligés de vendre leurs marchandises contre cet argent, ce qui équivaut à un vol manifeste.

  • 6 J.-R. Suratteau, « La politique du Directoire à l’égard de l’Allemagne », Annales historiques de l (...)

5En ce qui concerne l’organisation intérieure, on constate d’importantes fluctuations que nous ne pouvons pas rappeler ici même brièvement. Par ailleurs, en France, il y a des divergences de vues quant au sort du pays ; tandis que la Belgique est incorporée en octobre 1795, le sort de la Rhénanie demeure incertain pendant encore deux ans. Au sein du Directoire, les avis sont partagés : une fraction avec Carnot à sa tête, est favorable à la création d’un État tampon, Reubell en revanche plaide le rattachement pour protéger l’Alsace et Sieyès pour disposer d’un gage lors du règlement définitif. Barras cherche à se faire l’arbitre entre ces deux conceptions6. En mai 1796, les anciens Mayençais fomentent des troubles pour tâcher de former dans le Margraviat de Bade et en Brisgau une « République-Sœur » en face de l’Alsace. L’affaire échoue, mais il est significatif de constater que Carnot est plus intéressé que Reubell ; le premier suit un intérêt stratégique, le second ne veut à aucun prix favoriser la liberté allemande. Il ne désire pas un État indépendant comme ceux que Bonaparte encourage en Italie, mais une sorte de boulevard pour protéger l’Alsace. Enfin, à partir de l’été 1796, Bonaparte mène en Italie une action qui ruine les plans de Reubell en Allemagne. En tous cas, on voit bien qu’il ne s’agit plus de guerre ni défensive ni libératrice, mais que l’intérêt devient purement stratégique ou économique. Ces hésitations entraînent des dispositions contradictoires qui sont très mal vécues. Commissaires et fournisseurs de l’armée se soucient surtout de leurs propres revenus et il en résulte des malversations et des escroqueries. Cette première phase de prise de possession du territoire est donc celle d’une dictature militaire caractérisée par la corruption, l’anarchie et l’arbitraire. Les instructions données par le Comité de Salut public sur la conduite à tenir en pays occupé sont bien différentes des décrets de novembre et décembre 1792 : il enjoint de traiter ces contrées en pays conquis, de ne pas fraterniser et de ravir tout ce qu’il est possible. On est donc bien loin de la libre détermination des peuples conquis. Par ailleurs la question religieuse devient brûlante à partir de 1794, d’autant que les mesures économiques touchent la richesse de l’Église. Il faut attendre le général Hoche pour que soit mis un frein à la politique anticléricale et qu’on œuvre pour la tolérance vis-à-vis des religions minoritaires, politique qui perdurera après sa mort.

6En mai 1796, le Directoire dissout l’Administration centrale et crée deux directions générales à Aix-la-Chapelle et à Coblence ayant à leur tête des Français. Les Français qui remplacent ainsi les Allemands ne connaissent ni la langue, ni les mœurs, ni les lois du pays. La situation ne fait qu’empirer. Pour remédier à cet état de choses, le gouvernement nomme le général Hoche commandant suprême de l’armée de Sambre et Meuse et lui confie l’administration civile de la Rhénanie. Hoche est persuadé qu’il faut gagner la confiance de la population autochtone et réinstalle les anciens conseillers qui reprennent leur fonction en mars 1797, nommant une commission intermédiaire chargée de l’administration centrale et responsable envers lui. En avril 1797, le Directoire l’autorise à entamer les préparatifs en vue de la création d’une république indépendante. Hoche charge alors la commission intermédiaire d’appuyer la propagande cisrhénane. Le 14 septembre, la République cisrhénane est proclamée à Cologne, puis à Bonn au cours d’une grande cérémonie. Mais entre temps le coup d’État du 18-Fructidor (4 septembre 1797) met fin aux plans de création d’une république, les partisans du rattachement triomphent et le Directoire remanié ordonne à Hoche de préparer l’annexion. Sa mort le 19 septembre prive le mouvement cisrhénan de son protecteur et le pays est annexé en novembre 1797. Franz Joseph Rudler, proche parent de Reubell, est nommé commissaire général du gouvernement dans les pays conquis entre Meuse, Rhin et Moselle et le traité de Campo-Formio lève les derniers obstacles à l’annexion. Le rapport de Rudler à son arrivée fait mention de la difficulté du travail en raison des ordres et contrordres perpétuels, de la lutte des compétences et de l’avidité des généraux. Il proclame l’abolition des charges féodales. En même temps, le Rhin devient frontière douanière, mesure dommageable pour de nombreuses villes qui vivent beaucoup du commerce avec l’Est et qui favorise la contrebande. La Rhénanie est divisée en quatre départements et cette création des départements met fin à la confusion de la situation issue de la coexistence de trois pouvoirs qui se contestaient mutuellement : les anciennes administrations locales, l’administration militaire et l’administration civile. Aux postes importants de l’administration sont embauchés d’anciens administrateurs plutôt que de jeunes républicains rhénans. L’éducation est réorganisée, la langue française introduite dans les écoles ; le théâtre, la presse, les fêtes patriotiques sont utilisés pour la formation de l’opinion publique. L’abolition de la noblesse héréditaire, des titres de noblesse, de la vénalité des charges et des privilèges, la suppression des corporations forment les bases d’une société moderne, même si elles ne sont pas totalement suivies d’effet. Pour voir les premiers signes d’une croissance économique, il faut en effet attendre l’époque napoléonienne. On peut toutefois dire que cette abolition est plus complète en Rhénanie qu’en France, que les paysans rhénans en profitent plus que les Français et qu’il s’agit donc pour la Rhénanie d’un progrès considérable.

  • 7 Voir J. Smets, « Freiheit, Gleichheit, Brüderlichkeit ? Untersuchungen zum Verhalten der linksrhei (...)

7Il n’est donc pas étonnant que, face à cette situation, les réactions aient été fort différentes. Dans son ouvrage sur les Jacobins de la rive gauche du Rhin, Axel Kuhn compare trois représentations de fêtes de l’arbre de la liberté : l’aquarelle de Karl Caspar Pitz est un exemple de propagande contrerévolutionnaire, l’armée française y est diffamée, les soldats étant présentés comme de joyeux buveurs dont se détournent horrifiés les bons bourgeois allemands ; une peinture à l’huile représentant l’érection de l’arbre de la liberté sur le marché de Cologne le 9 octobre 1794 est un chef-d’œuvre de propagande révolutionnaire ; enfin, une estampe de Johannes Ruland, membre de la société populaire de Spire, représentant la plantation de l’arbre à Spire le 22 mars 1798, illustre le sens de la responsabilité des démocrates allemands et ce que l’on entendait par véritable jacobinisme : un mouvement populaire en faveur de la liberté, de l’égalité et de la fraternité tentant de mettre ces valeurs en pratique lors d’une fête sociale. Il est clair que ces trois représentations contiennent toutes des éléments de réalité. En ce qui concerne nos tableaux, il est manifeste qu’ils sont dictés par l’idéologie de leurs auteurs. Mais les divergences sont parfois dues à d’autres facteurs, en particulier géographiques ; ainsi, les études de J. Smets l’amènent à conclure que, dans le Niederrhein au nord de Cologne dominent les tenants de l’Ancien Régime, que, dans les régions centrales ce sont les républicains modérés et dans le Oberrhein les radicaux7.

8Après le noir tableau que nous avons fait de l’occupation française, on peut être étonné qu’il y ait eu de chauds partisans de la France et d’un changement de régime. Mais il ne faut pas oublier l’apport positif de cette occupation : une constitution écrite rationnelle, l’abolition des charges féodales. Si, en France, la Constitution directoriale signifiait plutôt un pas en arrière dans la mesure où les couches inférieures étaient dépourvues de droits politiques, elle représentait pour la Rhénanie un progrès considérable. Malgré les brutalités et les violences de l’armée française, les paysans du Palatinat sont tenus par l’espoir d’être délivrés des charges féodales. Par ailleurs, nombreux sont ceux qui ont profité de la vente des biens nationaux (Rhénans de couche moyenne, paysans) ; l’unification et l’harmonisation administrative et judiciaire génère une nouvelle couche de fonctionnaires et de notables. Le pouvoir français favorise également l’industrie locale et régionale et la tourne vers le marché intérieur français.

9Une première vague de sympathisants naît à partir de l’été 1794, et de petits groupes se déclarent prêts à travailler avec les Français. En effet, Thermidor a rassuré beaucoup d’Allemands épouvantés par la Terreur. Une ligue secrète est fondée à Cologne en septembre 1794 à laquelle appartient Franz Theodor Biergans qui va jouer un grand rôle par la suite. Des groupes révolutionnaires se forment, assez différents des anciens clubs. Parmi les personnes favorables, il y a les anciens de Mayence, ceux qui veulent reprendre des relations économiques avec la France et les intellectuels publicistes qui forment des cercles ouverts à tous. Ils réunissent de nombreuses personnes autour d’eux, mais ce ne sont pas des groupes organisés. En effet, en 1794, les partis sont interdits en France et le club de Cologne fondé dès 1791 doit également rester secret. De nombreuses communes envoient des adresses à Paris pour demander le rattachement à La France. Les représentants Dubois et Roberjot adressent le 21 avril 1795 un texte demandant d’accélérer la réunion, déclarant que ce vœu est celui de la majorité des habitants. Même si cette opinion est exagérée, il est certain que la fin de la Terreur fait bonne impression. Les partisans de la Révolution en Rhénanie sont animés d’un idéal d’humanité qui, selon eux, peut être le mieux mis en pratique dans la France révolutionnaire. Ils ne voient pas d’autre moyen pour réaliser les droits de l’homme que de s’unir à la France. Les républicains rhénans ne se considèrent pas pour autant comme des membres inférieurs, ils sont persuadés d’avoir leur rôle à jouer. Axel Kuhn présente dans son recueil Linksrheinische deutsche Jakobiner de nombreux textes qui font état du désir des Rhénans de vivre libres, tels que l’adresse de la société populaire de Saarbrücken à la Convention française du 26 août 1794 Le soleil de la liberté ne se lèvera-t-il jamais pour nous ?, un compte rendu de la fête de la plantation de l’arbre de liberté à Aix-la-Chapelle dans le journal du 15 octobre 1794 qui la présente comme une parfaite réussite, une adresse des patriotes de la société de Bonn du 29 avril 1795 qui craignent d’être repris par le prince-électeur Maximilien ; d’autres textes montrent la nocivité de l’ordre féodal et des tracts à la population lui enjoignent de se plaindre du joug féodal et de revendiquer la liberté et l’égalité.

  • 8 J. Smets, De la coutume à la loi. Le pays de Gueldres de 1713 à 1848, Thèse, Montpellier III, 1994 (...)

10Pour sonder l’opinion publique, Rudler envoie un questionnaire aux différents commissaires. Selon l’analyse de J. Smets8, les réponses indiquent que, en ce qui concerne le pays de Gueldres, le peuple des campagnes était en faveur de la France alors que les citadins, dans leur majorité, restaient encore attachés à la Prusse pour des raisons d’emploi et de dépendance économique. Des témoignages montrent que cette opposition entre la ville et la campagne va perdurer, même s’il est assez difficile de sonder l’esprit public dans les couches rurales. Les réponses permettent également de noter une différence entre prêtres catholiques et pasteurs protestants. Les premiers se prononcent généralement plutôt contre et les seconds plutôt pour la Révolution.

11Quels moyens les révolutionnaires se sont-ils donnés pour politiser la population ? D’abord la persuasion par le dialogue direct grâce aux périodiques dont les titres sont souvent parlants comme Politische Unterhaltungen am linken Rheinufer. La presse se développe et se diversifie, même si les journaux ont souvent une durée de vie courte en raison de la guerre. Il faut dire aussi que la liberté de la presse affirmée en août 1797 est aussitôt limitée par de nombreuses restrictions. Néanmoins, comme à Mayence en 1793, de nombreux journaux politiques voient le jour. Malgré les interdictions qui deviennent de plus en plus nombreuses, la presse politique rhénane connaît un essor remarquable.

12Des tracts sont également distribués, des appels à se libérer du joug féodal sont affichés : la première ville qui y répond est Rheinbach le 5 septembre 1797. À Coblence, Cologne et Bonn, on plante de nouveau des arbres de la liberté. Le coup d’État du 18-Fructidor a pour conséquence une libéralisation qui permet une nouvelle vie politique ouverte. L’interdiction qui frappait les clubs aussi bien en France qu’en Rhénanie est levée. En France sont fondés plus de cent cercles constitutionnels qui ont pour but de faire connaître la Constitution et les départements de la rive gauche du Rhin participent à ce mouvement. Ces sociétés populaires offrent une nouvelle plate-forme de vie politique et de pratique jacobine. Ces cercles représentent en réalité les premiers partis politiques. Leurs membres ont la volonté de participer à la vie politique, ce que l’on voit dans les statuts et les discours. Ils font des propositions pour l’amélioration physique et morale du pays. Johann Baptist Geich pense que le but de ces sociétés est de surveiller les fonctionnaires. Dans ces cercles, il n’y a plus de différence entre bourgeois et aristocrates. Michel Venedey est content d’annoncer lors de la fondation du cercle de Cologne qu’on y trouvait des personnes de toutes les couches sociales ; il n’y avait d’ailleurs pas de condition pour y entrer, même les femmes viennent y faire des discours ; dans cette ville, l’initiative est partie des couches moyennes et de républicains allemands et le groupe le plus important est constitué par des artisans. Ces sociétés sont en correspondance les unes avec les autres et échangent des orateurs. Pratiquement toutes les sociétés se donnent pour but d’éclairer la population encore analphabète, comme on le voit dans les nombreux discours recueillis par Axel Kuhn dans l’ouvrage que nous avons cité. Certaines d’entre elles sont abonnées à des journaux et servent de société de lecture. Elles organisent des fêtes et collectent de l’argent pour la guerre de la France contre l’Angleterre. Leur dynamisme a fini par exaspérer le Directoire qui en dissout un certain nombre et limite l’activité des autres. Il est significatif que peu de membres des cercles aient eu des positions de pouvoir. En effet, le commissaire Rudler avait reçu en novembre 1797 l’instruction d’encourager la formation des sociétés patriotiques, mais aussi de les surveiller de façon qu’elles ne puissent troubler l’ordre public. En fait, du côté français, on attendait surtout d’elles qu’elles recueillent des signatures en faveur de l’annexion. Le club d’Aix-la-Chapelle rétabli en janvier 1798 porte le nom de « cercle de la réunion » et, devançant les événements, envoie à Rudler une adresse grandiloquente faisant état de ce que les rives de la Roer retentissaient des cris d’allégresse du peuple réuni à la Grande Nation. Du côté allemand, l’action des patriotes a en effet commencé sans directives, mais ils savent que, sans la France, leurs efforts seront vains. Aussi sont-ils très préoccupés des réactions du Directoire.

13Il est difficile de se faire une idée exacte du chiffre de ces sociétés populaires, mais dans le seul domaine entre Clève et Spire, il y en a 21. Dans une grande ville comme Cologne (40 000 habitants), on peut compter 200 membres du cercle, lors des manifestations publiques, un millier de participants et dans la campagne de signatures pour l’annexion par la France, 10 % de la population. À Coblence, la société fondée par Rudler lui-même compte 550 membres ; cette ville apparaît comme le centre de l’organisation et Joseph Görres comme son principal animateur. Par la suite, le cercle de Bonn dirigé par Franz Gall et Johann Baptist Geich prendra une importance dominante. Le point culminant de l’activité de ces cercles a été la période entre janvier et avril 1798. On sent ensuite une coupure entre eux dans la mesure où une partie des révolutionnaires est satisfaite de ce qui a été obtenu tandis qu’une autre a encore de nombreuses revendications. On se met alors à distinguer entre les vrais et les prétendus patriotes qui se contentaient de faire des discours creux lors des fêtes.

  • 9 Pour de plus amples renseignements sur ce concours, voir A. Ruiz, « Du Rhin comme limite », dans R (...)
  • 10 C’est Jean-René Suratteau qui, le premier, a exploité les papiers inédits de Reubell conservés à l (...)

14Les membres de ces sociétés ont peu pris part au grand débat qui s’est instauré au sujet du sort du pays : incorporation à la République française ou République cisrhénane ? Depuis 1794, il y a, nous l’avons vu, deux factions au sein du Directoire. La paix de Bâle décide quasiment l’annexion, mais comme le parti annexionniste est encore minoritaire en France, le républicain allemand Georg Friedrich List lance un concours dans Le Journal de Paris sur le thème suivant : « Est-il de l’intérêt de la République française de reculer ses limites jusqu’au bord du Rhin »9 ? Cinquante-six mémoires sont envoyés et tous les mémoires primés se prononcent en faveur de l’annexion. Parmi les arguments développés, d’abord la sécurité de la France, ensuite l’équilibre européen détruit depuis le second partage de la Pologne. Tous les lauréats sont acquis à l’idée que les rivières sont les limites naturelles des pays ; le Rhin devrait garantir l’impossibilité du retour à l’Ancien Régime aussi bien en France que dans les régions libérées d’Allemagne. On sent chez les Allemands, en particulier chez Dorsch qui obtient le second prix, la crainte que la rive gauche du Rhin soit rendue à ses anciens oppresseurs. Il pense que la fondation d’une république qui serait trop vulnérable ne garantira pas l’indépendance du pays et sera le signal d’une guerre civile, avouant par là que l’ensemble de la population n’était pas en faveur de la républicanisation. Il avance également des arguments d’ordre économique et évoque même le profit culturel que la France pourrait tirer de cette annexion, le peuple allemand étant laborieux et éclairé. Il ne met plus en avant la liberté des peuples comme en 1793 ; ce qu’il veut, c’est éviter à n’importe quel prix, y compris par la violence, que le pays revienne aux mains de ses anciens possesseurs. On peut dire que les républicains rhénans ont largement contribué à convaincre les révolutionnaires français d’œuvrer pour l’extension du territoire français jusqu’au Rhin. Une seule voix discordante dans ce concours est celle de J.N. Dumont, bourgmestre de Cologne qui se trouve en mission à Paris. L’essentiel de son argumentation repose sur le fait que la réunion à la France n’est pas le vœu de l’ensemble de la population. Même chez les partisans de l’annexion, l’argumentation n’est plus la même qu’en 1793 et la fraternité n’est plus mise en avant. Quant aux républicains rhénans demeurés en Allemagne, ils ne participent pas à ce débat. En effet, les textes du concours sont écrits par des Allemands vivant en France et on peut se demander s’ils connaissent bien le climat en Rhénanie. Quelques exceptions cependant : en 1797, Reubell reçoit d’Allemagne trois mémoires relatifs à la frontière est de la France10. Deux d’entre eux revendiquent la frontière du Rhin à l’aide d’arguments stratégiques et économiques ; le troisième se fonde sur des arguments idéologiques et politiques, celui du citoyen Link de Heidelberg qui revendique la formation d’États satellites sur la rive droite du Rhin tandis que les pays de la rive gauche seraient annexés et départementalisés. Ce plan fixe déjà les limites de l’Allemagne napoléonienne et reçoit un accueil très favorable de Reubell qui l’envoie à Bonaparte. Mais, en signant les préliminaires de Leoben le 18 avril 1797, celui-ci annihile tous les espoirs de Reubell.

  • 11 Dans l’article que nous avons cité, il explique bien qu’il entend par là, non pas qu’il y ait eu u (...)
  • 12 A.G.F. Rebmann, Die Abtretung des linken Rheinufers und die Entschädigungen nach rechtlichen und p (...)

15L’ambiguïté et le flou de la politique française que Jean-René Suratteau qualifie de double langage11 vont donner naissance à des relations d’un type nouveau qui expliquent que l’idée d’une République indépendante fasse son chemin. Deux ans plus tard, elle deviendra dominante. C’est ainsi que s’instaure un débat entre Andreas Georg Friedrich Rebmann qui est à Paris depuis 1796 et est horrifié par la corruption qui y règne, et Friedrich Wilhelm von Schütz à Hambourg12. Rebmann estime qu’un peuple doit conquérir lui-même sa liberté et s’engage pour une république indépendante. Il ne voit pas de raison pour que la France revendique la rive gauche du Rhin : « Une frontière naturelle, quelle absurdité, quelle monstruosité ? [...] La France étendra ses conquêtes de fleuve en fleuve, de montagne en montagne, d’horizon en horizon » et il estime que vouloir rendre un peuple libre est de la folie. Quant à Schütz, il pense que le peuple allemand est trop faible pour être indépendant et qu’il vaut mieux une annexion. Les porte-parole du mouvement cisrhénan sont Mathias Metternich à Bingen, Johann Heinrich Gerhards et son disciple Joseph Görres à Coblence, Michel Venedey à Andernach, Johann Baptist Geich et Franz Gall à Bonn, les avocats Peter Wasserfall et Christian Sommer à Cologne. Le plus célèbre d’entre eux est Görres angoissé à l’idée d’un retour aux anciens souverains. Pour lui, la paix suppose le triomphe universel de la Révolution, elle ne pourra se réaliser que par la républicanisation de tous les États. La guerre révolutionnaire menée par la France lui paraît légitime car elle lui a été imposée par les ennemis de son régime politique. Il pense qu’il faut agir vite, que les républicains rhénans ont une grande mission à accomplir ; il veut regrouper les patriotes pour prouver que le vrai patriotisme existe encore. C’est lui qui rédige l’adresse des citoyens de Coblence aux « Citoyens Directeurs » en 1797, déplorant que le despotisme militaire ait courbé le pays sous un joug de fer depuis trois ans et ruiné ainsi tout enthousiasme pour la Révolution. Il souhaite une République-Sœur, pensant que le Directoire serait plutôt favorable à cette solution. Mais, remaniant Der allgemeine Frieden, ein Ideal à la même date, il envisage pour garantir la paix, soit la frontière du Rhin, soit une république indépendante. Chargé lors de la paix de Campo-Formio de rédiger une proclamation destinée à expliquer la nouvelle orientation politique, il développe les points positifs du rattachement. L’indépendance aurait certes présenté l’avantage de ne pas exiger la fusion des caractères nationaux français et allemands, mais cette solution aurait aussi eu de graves inconvénients. En fait, il est réaliste et prêt à choisir, en fonction des circonstances, la voie qui peut le mieux permettre la réalisation de l’idéal révolutionnaire. On voit donc bien que le projet de république indépendante n’est pas un réflexe de défense antifrançais ni un rêve d’autonomie nationale. Dans sa dernière version de Der allgemeine Frieden, ein Idéal, il supprime la clause portant sur l’indépendance et défend le rattachement dans le même esprit que celui qui avait animé les clubistes de Mayence en 1793. Au moment de sa publication, cet écrit de Görres devient un ardent plaidoyer pour la réunion de la rive gauche du Rhin à la France, la garantie essentielle de la paix étant désormais pour lui la frontière du Rhin. Quand la décision du Directoire du 13 avril 1797 autorise Hoche à entamer les préparatifs en vue de la création de la République rhénane, les patriotes rhénans sont encore partagés et Metternich propose les deux solutions. En fait, pour la plupart, là n’était pas le problème ; pour eux le choix se situe entre la républicanisation ou le retour à l’Ancien Régime ; quant à la forme de la républicanisation, elle leur importe moins. Depuis 1795, ils mentionnent les deux possibilités dans leurs adresses à la France.

16C’est le 14 septembre 1797 que la République cisrhénane est proclamée, d’abord à Rheinbach, puis le mouvement gagne ensuite Coblence, Cologne et Bonn. Mais entre temps, le coup d’État du 18-Fructidor a pour conséquence l’expulsion de Carnot du Directoire qui, à l’instigation de Reubell, ordonne à Hoche de préparer l’annexion. En effet, l’embarras du Directoire est grand : il a le choix entre conquérir les limites naturelles en se servant de l’échange des pays « libérés » au-delà des Alpes et se heurter à Bonaparte ou bien révolutionner les peuples au-delà du Rhin, c’est-à-dire revenir à la politique de l’an II. Cette dernière solution revenait à s’appuyer en France sur les éléments les plus révolutionnaires, ce que ne veulent ni Reubell ni ses collègues. L’enthousiasme qui a suivi le 18-Fructidor est retombé et le Directoire veut stopper le mouvement d’indépendance rhénan qui va à l’encontre de ce que Bonaparte a obtenu à Campo-Formio, de la volonté de Reubell et des intérêts de la Prusse qui craint la contagion au-delà du Rhin. Hoche meurt le 19 septembre et le général Augereau qui lui succède fait part de la décision d’annexion ; pendant le congrès de Rastadt, les républicains rhénans abandonnent eux-mêmes le projet cisrhénan et se font les adeptes résolus d’une fusion avec la France. Même Rebmann se rallie parce que c’est la seule chance qui reste pour la liberté allemande. Le 4 novembre 1797 Franz Joseph Rudler est nommé commissaire des pays de la rive gauche du Rhin et a pour mission d’introduire la législation française. Le langage des autorités françaises s’est bien clarifié, mais de façon fort restrictive.

  • 13 W. Grab, « La réaction de la population de la Rhénanie face à l’occupation par les armées révoluti (...)
  • 14 Isler, Le jeune Görres et l’évolution intellectuelle en Allemagne de l’Aufklärung cosmopolite au r (...)

17À partir de là, les cercles s’investissent beaucoup dans la signature des adresses à la France et l’analyse des résultats pourrait être un bon indice de la réception de la politique française à cette époque. Rudler est d’ailleurs persuadé que l’envoi des adresses dévoilera l’esprit public. Selon le Directoire qui les commandite au printemps 1798, le droit du peuple rhénan de disposer de lui-même doit s’exprimer dans ces « adresses de réunion ». Mais, ce que souhaite en fait le Directoire, c’est faire pression au moyen de ces adresses sur les Autrichiens lors des négociations de paix de Rastadt. Il est malheureusement assez difficile d’interpréter les résultats bien que J. Hansen ait publié les documents et les historiens ont sur la question des vues très divergentes. Ainsi, Walter Grab13, historien qui réhabilite pourtant le mouvement révolutionnaire allemand, conclut au peu de succès de cette action. Il fait cependant état de la signature d’un quart des citoyens ayant droit de vote ; or cette proportion serait énorme pour un peuple non politisé, vu l’enjeu de la requête. Selon Jean Isler14, le succès est certainement difficile à évaluer, mais suffisant pour provoquer de violentes réactions des tenants de l’Ancien Régime. Kyösti Julku estime qu’on ne peut tabler sur les chiffres exacts des signatures des adresses qui varie entre 25 000 et 80 000, mais qu’on pourrait les estimer à 22 % dans l’ensemble, encore que ce chiffre soit sujet à caution en raison des pressions exercées par les uns et les autres et le fait que nombreux sont ceux qui ont signé et n’avaient pas le droit de le faire. De son côté, Dorsch fait état de grandes difficultés à collecter les signatures et accuse le clergé de tout mettre en œuvre pour égarer le peuple et engager les hommes à ne pas signer.

  • 15 Arch. nat., Paris,F1e 41, no 15.

18Les analyses de J. Smets sont plus fines. Il reprend le chiffre avancé par Hansen de 56 735 signatures en tout qui représentent 14,9 % des signataires potentiels et 3,8 % de l’ensemble de la population. On est donc bien en dessous de ce qu’espéraient les commissaires, d’autant que de multiples pressions se sont exercées sur les signataires. Par ailleurs, les analphabètes signent d’une croix, voire de deux, ce qui rend impossible leur identification. Dans certains cantons, les femmes ont signé aussi. Le nombre des signataires est donc sujet à caution et les chiffres sont à utiliser avec beaucoup de précautions. Par ailleurs, le non-envoi de l’adresse ne signifie pas non plus qu’on soit hostile : parfois, personne ne pouvait la rédiger. La plupart des adresses ont été rédigées par les autorités françaises, bien qu’il y ait des exceptions, notamment dans le Mont-Tonnerre où le style des adresses est preuve de leur réelle sincérité. Enfin, on note des différences importantes selon les départements. Mais, dans tous les cas, on est bien loin du premier rapport envoyé par Rudler le 10 décembre 1797 dans lequel il déclare : « L’esprits des habitans est généralement bon ; les patriotes sont plus nombreux qu’il ne paroit ; la Réunion est le vœu de la majorité »15. Il faut dire que la campagne a été menée d’en haut, qu’il y a eu des excès de zèle qui ont parfois dégénéré en fraude ou occasionné des rejets. Mais, si l’on regarde tout de près, le refus n’est pas aussi net qu’on a coutume de le dire.

19Plus intéressante peut-être pour sonder l’opinion des républicains rhénans est la critique constructive que l’on trouve sous leur plume ou dans leurs actes. À Cologne, il y a d’abord des protestations contre la hausse du prix du pain par exemple. Par ailleurs, les démocrates se mobilisent pour obtenir un Bürgerhauptmann, responsable pour le logement des Français. Sous la présidence de Wasserfall et Venedey, il est clair que ce sont les intérêts de la petite bourgeoisie qui dominent et le cercle ne craint pas de dénoncer les exactions des Français. En mars 1998, le cercle de Cologne tend à fonctionner comme un parti, ce qui ne plaît pas trop au Directoire qui, en France, a tendance à dissoudre les cercles constitutionnels. Les membres du cercle se rendent compte de la politique de plus en plus égoïste de la France. Ils parviennent néanmoins à réunir 2 000 personnes à la fête de la souveraineté populaire, mais ils sont de plus en plus sceptiques quant aux révolutionnaires français. En avril 1798, seuls la moitié des juristes de ce cercle obtiennent des postes de fonctionnaires. Ceux que l’on ne prend pas (Sommer, Venedey...) sont ceux qui représentent les intérêts des couches les plus populaires. On peut constater qu’un tiers des membres du cercle n’a pas signé les adresses. Pour beaucoup, il s’agit de simple passivité, mais chez certains, c’est un moyen de marquer leur opposition. Les républicains de Cologne profitent de la petite phase de néojacobinisme en 1799 pour avoir le courage de lutter contre la corruption. Sommer édite un nouveau journal Der Patriot où il publie un article sur la vraie liberté et fait des propositions dans le sens d’une démocratisation. En effet, il lui fallait lutter non seulement contre la résistance des anciens privilégiés, mais aussi contre la bourgeoisie possédante. L’idéologie communautaire se heurte à la réalité. Dans ce journal, on se plaint de plus en plus ouvertement de la corruption des fonctionnaires. Dans un discours que fait Venedey à l’occasion du 14 juillet 1799 Sans vertu publique, nul État démocratique, il décrit l’enthousiasme des premiers temps et le système de brigands qui s’est mis en place et estime que la France est devenue une République sans républicains. La prise de pouvoir par Napoléon va mettre fin à l’activité du cercle de Cologne.

20À Mayence, Georg Friedrich Rebmann fait remarquer lors de la fête de la souveraineté populaire que celle-ci est loin d’être réalisée. La colère des vrais patriotes se dirige contre les fonctionnaires qui participent au pillage du pays. Dans le département Rhin et Moselle, les vrais patriotes profitent de la courte période de néojacobinisme en France après le 18 juin 1799 pour faire connaître leurs plaintes. Joseph Görres leur donne une tribune avec ses deux journaux qui ne sont plus des journaux de lutte contre les privilégiés, mais des attaques contre le gouvernement en place. Görres et Sommer sont aussitôt soupçonnés d’être passés à l’ennemi. Pourtant leurs arguments ne sont pas ceux de la réaction, mais ceux de révolutionnaires convaincus. Sommer a payé de quatre semaines de prison ses dénonciations. Dans Linksrheinische Deutsche Demokraten, A. Kuhn publie un certain nombre de textes aux titres percutants contre ce que l’on appelait das Räubersystem (le système de brigands) : Chez nous aussi, de grandes réformes sont nécessaires, Vous n’êtes pas ce que vous prétendez - de vrais et authentiques patriotes, Débarrassons-nous du système d’impôts indirect, Les lois n’ont été conçues que pour le pauvre peuple, Un vrai jacobin, Les souffrances d’un vrai patriote, etc. Joseph Görres s’est particulièrement engagé dans ces critiques constructives. Il commence par lancer Das rothe Blatt dans le but de défendre les vues politiques des patriotes. Justifiant d’abord le coup d’État de Fructidor, il analyse les effets désastreux de la dictature militaire. Les abus ont suscité la haine de l’occupant et provoqué la corruption. Il fait état de l’hostilité de la majeure partie de la population, de l’opposition aux principes révolutionnaires et exprime aussi la déception après que Rudler eut écarté les patriotes des postes de responsabilité. Il exige des nouveaux administrateurs que leur action soit animée d’un élan républicain sincère, il attend d’eux qu’ils s’entourent de républicains authentiques. Il exprime sa méfiance en face d’une administration non issue de leurs rangs et livre une véritable déclaration de guerre à la tiédeur politique, à l’opportunisme. Ce journal risquant d’être frappé d’interdiction, il le continue sous le titre Der Rühezahl et fait de plus en plus campagne contre la nouvelle administration.

21Néanmoins la Constitution de l’an III lui apparaît comme un précieux instrument de progrès, dans la mesure où elle pourra être amendée progressivement dans le sens d’une évolution sans heurts vers la démocratie. Görres ne dévie pas un instant de son attachement à la République française et se moque de la théorie de l’intégrité du Saint-Empire. Il pense que la Révolution gagnera les autres États allemands et prédit leur fin aux despotes et à leur soutien. Mais l’immoralité lui apparaît comme un trait marquant de son époque. Pour y remédier, il faut s’attaquer aux causes, faire triompher les idées nouvelles. Pour cela deux moyens : éduquer la jeunesse et appliquer strictement les principes républicains dans l’exercice du pouvoir. Il a une conception politique et morale de la fonction publique et assigne à la presse un rôle particulier en ce sens. C’est dans son intransigeance qu’il puise le courage de livrer son difficile combat contre deux fronts. Sa lutte contre l’administration devient de plus en plus âpre et atteint son point culminant dans le numéro de juillet 1799 du Rühezahl qui est une véritable offensive contre les fonctionnaires corrompus, contre l’administration centrale dont le spectacle scandaleux n’aurait rien à envier aux mœurs de l’ancienne Cour et qu’il accuse aussi de manquer de compétence. Il juge excessivement lourde la contribution imposée par Rudler, dénonce les scandales de l’administration forestière. Ce qui le heurte le plus, c’est que le despotisme d’autrefois tend à reparaître sous de nouvelles formes.

22Görres est alors dénoncé comme anarchiste et on lui reproche de mener une campagne antifrançaise. Il s’en défend dans Ma profession de foi et met en avant le principe qu’il faut distinguer entre la cause et les personnes. Mais peu à peu, il met toute la nouvelle organisation en cause. La véhémence de ses accusations est à la mesure de sa désillusion devant la politique du Directoire. Il a le sentiment que les patriotes rhénans ont été bafoués, la France a voulu dominer et exploiter les États conquis. En se servant d’eux en vue de son seul intérêt national, elle a trahi sa mission révolutionnaire. Toutefois il repousse avec indignation l’idée qu’il pourrait pactiser avec les ennemis de la République et proclame sa fidélité aux principes révolutionnaires. Le 30-Prairial lui redonne espoir, il voit là non pas la victoire d’une faction politique, mais celle du droit et de la vertu. Lors des revers militaires du printemps 99, il invite à oublier les frictions pour défendre la cause commune et demande instamment le rattachement à la République, cause à laquelle, nous l’avons vu, il se dévoue entièrement. Mais quand il arrive à Paris le 21 novembre, le Directoire est renversé, il se rend compte qu’on s’intéresse fort peu aux problèmes rhénans et redoute l’ambition de Bonaparte. Il ne se sent plus le droit de solliciter la réunion et demande à être rappelé.

23L’ensemble de ces critiques que nous avons évoquées sont celles de révolutionnaires convaincus et tout simplement déçus par la réalité. Elles n’excluent pas les critiques autrement plus vives de tous ceux qui ne se sont pas ralliés à l’idéal révolutionnaire. Le mouvement prorévolutionnaire se heurte à une résistance de plus en plus forte, surtout dans les provinces prussiennes. Certaines mesures prises choquent la mentalité rhénane, en particulier celles qui touchent au domaine religieux. Le non respect des fêtes décadaires et le maintien des fêtes religieuses et des dimanches restent de rigueur, le culte de l’Être Suprême est jugé ridicule. Le clergé va rester une force d’opposition jusqu’à la fin. L’occupation française rouvre l’intolérance entre catholiques et protestants ; ces derniers sont souvent maltraités par les catholiques. Les mesures policières accrues après les victoires autrichiennes de 1799 entraînent une vague d’antirépublicanisme. Une autre cause de mécontentement est le développement de la contrebande depuis l’installation des douanes françaises ; en effet, les mesures douanières entravent considérablement l’économie. Ajoutons aux raisons du mécontentement les exactions des soldats, les réquisitions, les contributions, l’introduction des assignats et surtout le fait que ceux qui s’engageaient pour la Révolution étaient parfois des hommes sans réputation qui avaient échoué dans leur carrière.

24Mécontentement et résistance trouvent des moyens d’expression. Les bourgeois des corporations se révèlent attachés à l’ancien souverain et à l’ordre ancien et le font savoir : les bourgeois de Rheinberg envoient une déclaration à la commission intermédiaire de Bonn pour lui annoncer qu’ils ne veulent pas de nouvelle constitution et souhaitent le maintien de l’ancienne ; dans d’autres villes (Uerdingen, Neuß), ils adressent de semblables déclarations et il y a même des manifestations comme des processions avec le portrait du prince-évêque ; à Clèves, on fête l’anniversaire du roi de Prusse et, à sa mort, on hisse le drapeau prussien en haut du château de la ville. Il y a même des insurrections et des attaques à main armée qui ont la plupart du temps pour cause des problèmes économiques : les contrebandiers s’opposent violemment aux préposés des douanes. C’est pour cette raison que les commissaires parlent de villes « gangrenées de royalisme » qu’ils opposent aux campagnes plutôt républicaines, interprétant le mutisme des campagnes comme un assentiment. Néanmoins, à l’automne 1799, on craint même un soulèvement général. Toutefois, contrairement à ce qui s’est produit dans les pays méridionaux, il n’y a pas d’insurrection antifrançaise. Les grands mouvements nationaux se produiront plus tard.

  • 16 Adressé au ministre de la Justice, responsable des affaires rhénanes à Paris le 13 pluviôse an VII (...)

25En effet, plus que de résistance il faut parler d’apathie. Cette apathie caractérisait déjà les Mayençais en 1792-93, elle perdure. Ainsi, les fêtes qui se multiplient sont peu fréquentées bien qu’on oblige les fonctionnaires à y assister. Lors de la proclamation de la République cisrhénane, il y a peu d’enthousiasme et la participation aux solennités est minimale. Görres lui-même évalue les Cisrhénans à 2 000. Les réticences s’expriment également quand Rudler exige des personnes qui travaillent dans le service public qu’elles prêtent le serment : « Je jure fidélité à la République française ». À Bonn et à Cologne, Rudler fait fermer l’Université parce que trop peu de personnes prêtent serment. En revanche, à Trêves, Julich et Aix-la-Chapelle, peu de personnes refusent. Dans son Mémoire sur la situation des esprits dans les quatre nouveaux départements de la rive gauche du Rhin16, Rostan présente les Rhénans comme des gens apathiques qui ne prendraient les armes ni pour ni contre la France et il donne des conseils pour éveiller l’esprit républicain. Il attribue cette apathie à l’esclavage dans lequel les Rhénans ont vécu si longtemps, à l’inégale répartition des impôts, et surtout à l’établissement des douanes sur le Rhin qui est le sujet universel de toutes les plaintes, estimant que les rigueurs de cette loi sur les douanes aliènent plus d’esprits à la République que les menées des prêtres et les intrigues des malveillants.

26Ce qui paraît dominer à la fin du siècle, c’est donc le mécontentement de ceux qui ne s’étaient pas engagés et la désillusion de nombre de républicains. Revenant de Paris, Görres écrit les Résultats de ma mission à Paris et annonce la faillite de la Révolution, l’écroulement d’un rêve auquel il a consacré le meilleur de lui-même. L’histoire du Directoire lui paraît celle d’une dégradation de plus en plus profonde de la moralité publique jusqu’à la concentration des pouvoirs dans les mains de ce qu’il appelle une « aristocratie de brigands ». Le 18-Brumaire représente le terme et l’échec de toute l’expérience révolutionnaire. Il en tire la conclusion que désormais tous les problèmes qui touchent les pays du Rhin doivent être envisagés dans la perspective de l’intérêt national. Il met en cause la théorie des frontières naturelles et est de plus en plus convaincu qu’un fossé profond sépare les caractères nationaux français et allemand. Pour la première fois, il affirme la supériorité intellectuelle et morale de l’Allemand sur le Français. On note la même évolution chez Rebmann. Des révolutionnaires actifs comme Görres ou Rebmann présenteront désormais la théorie de la frontière naturelle comme une stupidité et une iniquité.

27Pourtant, nous ne terminerons pas sur ce constat négatif ; les masses rurales ne considèrent pas toujours le Français comme l’ennemi, même si elles souffrent de la guerre, car elles sont intéressées à l’abolition des charges féodales. Or, l’occupation française a sa contrepartie positive : l’introduction plus ou moins complète d’institutions inspirées par les principes de 1789, la suppression des charges féodales à partir de 1798 par Rudler qui promulgue toutes les lois françaises relatives à la suppression des dîmes et des droits féodaux, ce qui fait qu’en Rhénanie, avant même l’annexion, les droits féodaux étaient abolis et même de façon plus complète qu’en France. Malgré les maladresses, les incompréhensions et les malentendus, l’occupation française a préparé la Rhénanie moderne. Si les soulèvements nationaux de 1809 et 1818 s’expliquent par la réaction à la politique thermidorienne, il y a aussi incontestablement une continuité entre cette période et les mouvements révolutionnaires de 1830 et 1848 qui partent de la Rhénanie. Les idées de 1789 restent vivantes, la France a semé les germes de la République et les Rhénans se battront alors pour leur propre Révolution. Mais ils ont déjà pris en mains leur destin lors des guerres révolutionnaires, comme on peut le voir à Mayence en 1792-93 et dans l’ensemble de la Rhénanie à partir de 1794. Les critiques constructives des mesures prises sont bien la preuve que désormais ils se comportent en véritables citoyens. On peut véritablement parler d’un engagement authentique d’acteurs révolutionnaires pour un idéal auquel ils croient toujours.

Notes

1 De nombreuses publications anciennes existent sur la question de la rive gauche du Rhin, elles sont toutes très orientées (Schulte, Oncken, Rambaud, Sagnac, Hashagen, Conrady, Julku). Depuis la redécouverte du mouvement révolutionnaire allemand, l’historien allemand Axel Kuhn s’est penché particulièrement sur notre période et a publié des documents intéressants dans son ouvrage Linksrheinische Deutsche Demokraten (Deutsche revolutionäre Demokraten), Stuttgart, Metzler, 1978 ainsi qu’une synthèse, Jakobiner im Rheinland. Der Kölner konstitutionnelle Zirkel von 1798 (Stuttgarter Beiträge zur Geschichte unct Politik), Stuttgart, Klett, 1976 qui donnent une vision neuve de la question. Du côté français, on peut citer les actes du colloque de Bruxelles Occupants-Occupés 1792-1815, Bruxelles 1969, la thèse de J. Smets, De la coutume à la loi. Le pays de Gueldres de 1713 à 1848, Montpellier 1994 qui concerne en grande partie notre sujet (un chapitre de cette thèse est résumé dans le no 314 des Annales historiques de la Révolution française, oct.-déc. 1998 sous le titre « Le Rhin frontière naturelle de la France. Genèse d’une idée à l’époque révolutionnaire, 1789-1799 », p. 675-698) et l’excellente mise au point de J.-R. Suratteau, « Le double langage de la France révolutionnaire en Rhénanie » dans Franzosen und Deutsche am Rhein 1789-1918-1945, hg. v. P. Hüttenberger und G. Molitor, Essen, 1989, p. 11-25. Les travaux, même récents, utilisent toujours comme source Quellen zur Geschichte des Rheinlands im Zeitalter der Französischen Revolution 1780-1801, hg. v. J. Hansen, Bonn, 1931-1938, source précieuse certes, mais incomplète et tendancieuse, dans la mesure où l’auteur minimise l’engagement des Allemands.

2 Voir notre article « La polémique entre la RFA et la RDA au sujet du jacobinisme allemand » dans Atti dei Convegni Lincei. Giornate Lincee sulla Rivoluzione francese, Rome, Académie nationale des Lincei, 1991, p. 49-67 et J.-R. Suratteau, « Les travaux des historiens allemands sur la Révolution française », Annales historiques de la Révolution française, no 255-56, janv.-mars, avril-juin 1984, p. 180-203.

3 Voir M. Gilli, « Conquête ou libération ? La politique française en Rhénanie et ses conséquences (1792-93) » dans Révolution française 1788-89, Paris, Éd. du CTHS, 1991, p. 381-396.

4 Voir J. Godechot, « Les variations de la politique française à l’égard des pays occupés 1792-1815 », dans Actes du Colloque Occupants-Occupés 1792-1815, op. cit, p. 15-33.

5 Sur le comportement de l’armée, les témoignages sont contradictoires, mais il est certain que, malgré les punitions, les soldats n’ont pas cessé de piller.

6 J.-R. Suratteau, « La politique du Directoire à l’égard de l’Allemagne », Annales historiques de la Révolution française, no 255-56, janv.-mars, avril-juin, 1984, p. 259-277.

7 Voir J. Smets, « Freiheit, Gleichheit, Brüderlichkeit ? Untersuchungen zum Verhalten der linksrheinischen Bevölkerung gegenüber der französischen Herrschaft 1794-1801 », Rheinische Vierteljahrsblätter, Jg. 59, 1995, p. 79-122.

8 J. Smets, De la coutume à la loi. Le pays de Gueldres de 1713 à 1848, Thèse, Montpellier III, 1994, livre I, ch. IV.

9 Pour de plus amples renseignements sur ce concours, voir A. Ruiz, « Du Rhin comme limite », dans Rencontres franco-allemandes dans l’espace rhénan entre 1700 et 1789, publié par H. Wunderlich et J. Mondot, Heidelberg, 1994, p 19-45. La plupart des mémoires ont été publiés par J. Hansen, op. cit.

10 C’est Jean-René Suratteau qui, le premier, a exploité les papiers inédits de Reubell conservés à la Bibl. nat. et y a découvert ces mémoires (cf. « Reubell et la frontière du Rhin » Annales historiques de la Révolution française, oct.-déc. 1968, p. 553-556).

11 Dans l’article que nous avons cité, il explique bien qu’il entend par là, non pas qu’il y ait eu un discours sciemment employé dans le but de tromper ceux à qui on s’adresse, mais que la France a eu un langage fluctuant selon les événements ou la conjoncture. Ce langage a de plus fréquemment été différent de celui de leurs représentants locaux.

12 A.G.F. Rebmann, Die Abtretung des linken Rheinufers und die Entschädigungen nach rechtlichen und politischen Grundsätzen erwogen (1798) et Latente bei Tag ; F.W.V. Schütz, Niedersâchsischer Merkur, sehr vermischten Inhalts et Der neue Protheus. Voir sur cette question P.A. Bois, « Rebmann et le Directoire », Annales historiques de la Révolution française, no 255-56, janv.-mars, avril-juin 1984, p. 240-258.

13 W. Grab, « La réaction de la population de la Rhénanie face à l’occupation par les armées révolutionnaires françaises », Occupants et occupés, op. cit., p. 121-140.

14 Isler, Le jeune Görres et l’évolution intellectuelle en Allemagne de l’Aufklärung cosmopolite au romantisme nationaliste (1776-1808), Thèse de doctorat d’État, Metz, 1983.

15 Arch. nat., Paris,F1e 41, no 15.

16 Adressé au ministre de la Justice, responsable des affaires rhénanes à Paris le 13 pluviôse an VII (2 février 1799), Arch. nat., F1e 42.

Auteur

Université de Franche-Comté

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter