Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Directoire au Consulat 2. L'intégration des citoyens dans la Grande Nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne
, 
Jacques Bernet
, 
Hervé Leuwers

Première partie. Quelle Grande Nation

Les communautés villageoises et la Grande Nation : réticences et résistances face aux levées d’hommes et à la conscription

Annie Crépin

Texte intégral

1De l’acceptation aux résistances voire à la révolte ouverte, telles sont les attitudes contrastées que suscitent l’instauration de la conscription et surtout l’application brusquée de la loi Jourdan au cours de trois levées que la formation de la seconde coalition rend nécessaires en moins d’un an. Sauf dans les départements annexés, le Directoire n’avançait pas en terrain vierge, puisque la loi institutionnalisait les expériences de la Révolution ; ce qui veut dire aussi que le régime, avant même la promulgation de la loi, devait faire face à une désertion massive des anciens volontaires et réquisitionnaires, désertion « à l’intérieur » qui ne faisait que s’amplifier depuis l’an III puisqu’aucune relève n’avait eu lieu pour eux.

2Pour autant, la promulgation de la loi Jourdan ne fut pas suivie d’un échec total même s’il faut reconnaître que les résultats quantitatifs ne sont pas toujours les seuls révélateurs du succès ou de l’échec. En premier lieu, l’exemple de la Seine-et-Marne montrera quelles conditions sont nécessaires pour une réussite relative : autant que l’incitation patriotique, l’appel à la fidélité de la population envers l’État et envers la République - plus qu’envers la Grande Nation -, le relais efficace de l’appareil d’État par l’administration locale mais, par-dessus tout, l’adhésion des populations rurales.

  • 1 Selon les termes des administrateurs de la Lys. Arch. nat., F 210, Lys, l’administration du canton (...)

3Mais que les administrations locales apparaissent comme un maillon faible et que les ruraux soient heurtés par les exigences de l’État-nation, c’est alors que les réticences deviennent résistance qui peut se manifester par des troubles et des violences ; j’analyserai ce mécanisme dans un second point à travers le cas du Nord et du Pas-de-Calais. Ces troubles montrent que les solidarités locales l’emportent sur le sentiment national et peuvent être aussi transfrontalières, la rébellion des conscrits belges ayant peut-être eu un effet de « contagion » sur les conscrits de la France septentrionale. C’est pourquoi, dans un troisième point, il m’a paru nécessaire d’esquisser les raisons de la révolte des départements réunis lorsque la conscription, non précédée ici de l’expérience antérieure des levées révolutionnaires, fut imposée à ces « Français adoptifs »1. Le mécanisme qui mène des réticences à la rébellion, décelé dans le second exemple, ne m’a pas forcément paru de nature différente, même s’il est d’une intensité plus forte, dans le cas de la « Belgique ».

LA SEINE-ET-MARNE, RELAIS DE L’ÉTAT - NATION CENTRALISATEUR

Un héritage : la poursuite de l’effort de guerre

  • 2 J.-P. Bertaud, « Aperçu sur l’insoumission et la désertion à l’époque révolutionnaire », Bulletin (...)
  • 3 A. Crépin, Levées d’hommes et esprit public en Seine-et-Marne, de la Révolution à la fin de l’Empi (...)

4Une des conditions du succès des levées directoriales, et d’abord de la première, celle du 3 vendémiaire an VII, tient au fait que ne soient pas pratiqués « deux poids, deux mesures », c’est-à-dire que des conscrits ne soient pas réclamés et pourchassés alors qu’on ferme les yeux sur les réquisitionnaires revenus dans leurs foyers. En Seine-et-Marne, la désertion à l’intérieur a existé. Mais quelle qu’ait été son importance - encore le département n’est-il pas un de ceux où le phénomène fut le plus intense2 -, quels qu’aient été les résultats de cette lutte, quelles qu’aient été les vicissitudes politiques et leurs répercussions sur le personnel administratif, la tâche est menée avec une constance que ne décourage pas l’avalanche des lois promulguées par le Directoire. Il n’y eut pas de solution de continuité entre l’action des districts et celle des administrations cantonales qui, ainsi que les commissaires, consacrent à cette lutte toujours recommencée, la plus grande partie de leur temps. Les commissaires en sont d’ailleurs la cheville ouvrière qui incitent eux-mêmes les déserteurs à partir et qui stimulent le zèle des agents municipaux ; ceux-ci, livrés à eux-mêmes, seraient le maillon faible du dispositif et, en l’an V, on a des exemples de complaisance ou de corruption auxquels, cependant, l’administration attache un caractère de gravité tel qu’on peut conclure à leur rareté3. En l’an VI, la majorité des commissaires change mais manifeste la même persévérance que ses prédécesseurs.

  • 4 Arch. nat., F 1cIII Seine-et-Marne 6, an Vl-1852, 3e rapport au ministre de l’Intérieur, pluviôse (...)

5Si le bilan de l’an VI est mitigé et si le commissaire près de l’administration centrale avoue que « [...] le peuple des campagnes redoute de s’armer pour sa propre défense dans la crainte d’être appelé à celle de la Patrie dont il recèle tous les déserteurs »4, il n’en reste pas moins qu’une pratique s’est instaurée dont les administrés constatent l’existence sinon les résultats et dont les administrateurs vont recueillir les fruits.

Une volonté : l’action des administrateurs face aux levées du Directoire

6Les administrations sont également prêtes à affronter, parce qu’elles sont, là aussi, fortes de leur expérience des enrôlements révolutionnaires, la complexité de l’organisation des levées directoriales et la rapidité avec laquelle elles doivent être exécutées. La seconde coalition en voie de formation brusque l’application de la loi, au risque de confondre les opérations inhérentes à la loi du 19 fructidor et celles résultant de la levée des 200 000 hommes, ordonnée le 3 vendémiaire. La loi Jourdan impliquait la confection, en l’espace de deux mois, de tableaux cantonaux des cinq classes sujettes à conscription. C’est la première fois qu’un tel travail était exécuté alors qu’à partir de l’année suivante, il n’y aurait plus qu’une classe à conscrire.

  • 5 A. Crépin, Levées d’hommes et conscription..., op. cit., livre II, p. 22 sq.

7On mesure la responsabilité des administrations cantonales qui, presque simultanément, eurent à achever les tableaux pour le 11 brumaire - bien que l’administration centrale ait accepté qu’elles ne terminent à cette date que ceux de la première classe - et à organiser la première levée à partir du 12 brumaire afin que les derniers détachements de conscrits arrivent à Melun le 12 frimaire. Le 11 brumaire, seules quatre administrations sur quarante-et-une n’avaient pas envoyé leurs tableaux et les jurys de pères de famille, chargés de déterminer ceux qui seraient aptes au départ, étaient formés presque partout5.

  • 6 Id., ibid., p. 45.

8À la moindre défaillance des autorités locales, bien que les départs des conscrits se soient effectués dans les délais prescrits, l’administration centrale et les commissaires prirent la relève, notamment dans deux domaines, le déficit d’hommes dû à l’échec des jurys, lié davantage en Seine-et-Marne à l’incompétence qu’au laxisme ou à la corruption, et celui qui résultait de la désertion d’hommes qui n’étaient plus seulement des réquisitionnaires mais des conscrits. Leur « évaporation en route » se produisait entre leur départ et leur incorporation. En ce qui concerne le premier point, l’administration centrale s’érigea en « jury de révision »6, avant que la loi du 28 nivôse, reconnaissant l’échec des jurys de pères de famille, ne redonne tout leur rôle aux commissaires et aux administrateurs. En ce qui concerne le deuxième point, les commissaires ne firent que poursuivre la tâche entamée dès l’an III.

9Le succès de la seconde levée, ordonnée par la loi du 28 germinal, reposa sur l’action conjointe de l’administration centrale et des administrations cantonales. Celles-ci étaient tenues d’établir l’état des conscrits de première classe que l’on pouvait encore faire partir et, en même temps, de mettre à jour les tableaux des conscrits de seconde et de troisième classes qui fourniraient le complément du contingent des 200 000 hommes exigé par la loi précédente. Ces tableaux, en principe effectués à l’automne, étaient susceptibles de modifications liées aux changements intervenus depuis lors dans la situation des conscrits. Le tirage au sort, du ressort de l’administration centrale, permettrait de faire le tri entre eux. La lutte contre la désertion était vouée à se poursuivre car le remplacement, admis pour les seconde et troisième classes, ne l’était toujours pas pour la première.

La formation d’une cohésion nationale : persuasion et coercition

  • 7 Si l’on suit F.. Achorn qui a établi le classement des départements en fonction des hommes qu’ils (...)
  • 8 Arch. mun. de Chaumes, D, délibérations municipales, séance du 20 vendémiaire an VII ; Arch. dép. (...)
  • 9 Arch. dép. de la Seine-et-Marne, L 1456, délibérations de l’administration cantonale de Perthes, s (...)

10Pour parvenir à des résultats qui, lors des deux premières levées, classent la Seine-et-Marne parmi les bons départements conscriptionnels7, les autorités alternent avec souplesse la menace de la répression, et parfois celle-ci elle-même, avec la tentative d’insuffler dans l’esprit de leurs administrés, et des conscrits en particulier, un patriotisme qui repose sur la fidélité à la République et à l’État et qui n’a rien à voir avec l’exaltation de la Grande Nation. Les proclamations qui leur sont adressées, lors de la première levée, mettent l’accent sur le fait que la République est menacée par les « despotes » et doit se défendre8. En même temps, d’autres administrations - et parfois les mêmes - rappellent aux récalcitrants qu’ils seront les premiers à marcher s’ils donnent sur eux les renseignements inexacts, et qu’ils risquent à tout le moins d’être privés d’emplois publics, de l’exercice de leurs droits civiques et de leurs droits de succession9. De tels discours sont répétés lors des fêtes civiques auxquelles donne lieu le départ des enrôlés.

  • 10 A. Crépin, Levées d’hommes et esprit public..., op. cit., livre II, p. 72 sq.
  • 11 Arch. dép. de la Seine-et-Marne, L. 89, délibérations de l’administration centrale du département, (...)

11La note mise sur un patriotisme défensif est accentuée lors de le seconde levée : la nécessité de venger l’attentat de Rastadt est un ressort utilisé par les administrations cantonales qui, plus fréquemment peut-être qu’à l’automne, honorent les conscrits par des banquets et des fêtes civiques. Mais déjà, dans une chanson composée pour la circonstance par un citoyen de Meaux10, au devoir de combattre en citoyen pour la liberté et l’indépendance de la République, se mêle le désir de la gloire. Encore faut-il faire la part de la rhétorique dans l’emploi de ce terme. L’amour de la liberté et le refus d’un trône « [...] qui ne peut plus se relever sur la terre qui l’a englouti »11 demeurent les ingrédients essentiels qui, lors de la troisième levée, servent à l’administration centrale pour cimenter ce patriotisme et faire accepter le devoir de défense qu’il implique.

  • 12 La Seine-et-Marne se dasse 8e selon E. Achorn, « La conscription de l’an VII... », op. cit.

12Certes, lors de cette levée, ordonnée par la loi du 10 messidor, qui s’apparente à une levée en masse et qui ne tolère plus le remplacement, la Seine-et-Marne « marque le pas » pour la première fois. Mais son déroulement, différent de celui des levées antérieures, les problèmes matériels qui lui furent inhérents et un conflit de pouvoir entre les administrateurs et les généraux qui se succèdent à la tête des troupes du département, expliquent en partie les difficultés initiales, finalement surmontées si l’on en croit les résultats12.

LE NORD ET LE PAS-DE CALAIS : A PATRIOTISME ET A ÉTATISME

Le passif des levées révolutionnaires

  • 13 A. Crépin, « Le Nord et le Pas-de-Calais face à la création de l’armée nationale », Revue du Nord,(...)

13Quand la loi Jourdan entre en vigueur dans les départements septentrionaux, elle trouve une population peu disposée à accomplir son devoir civique s’il doit l’être sur un champ de bataille et pour des enjeux qui dépassent les intérêts des communautés villageoises, alors que certaines ont été le théâtre de luttes révolutionnaires. Cette population n’est pas prête non plus à fournir un effort d’une durée indéterminée, alors qu’au moment de l’invasion de l’automne 92, les paysans de certains villages frontaliers se sont mués, mais pour un bref laps de temps, en soldats-citoyens. Si les levées de volontaires ont reçu un accueil favorable en 91 et, dans une moindre mesure en 92, les réquisitions de 93 ont fait basculer le Nord et le Pas-de-Calais pour deux décennies dans le « camp du refus ». Dans le Nord, la coercition a même dû être employée pour faire partir les requis de la levée en masse13.

  • 14 G. Sangnier, La désertion dans le Pas-de-Calais de 1792 à 1802, Blangermont, 1965.
  • 15 R. Legrand, Aspects de la Révolution en Picardie, Abbeville, 1957.
  • 16 G. Sangnier, La désertion..., op. cit.

14À l’insoumission sur laquelle ferment les yeux les autorités locales et les militants des sociétés populaires s’ajoute, dès l’an III dans le Pas-de-Calais, une désertion dont il faut répéter qu’elle est une désertion à l’intérieur, révélatrice, selon G. Sangnier, non d’antipatriotisme ni, initialement, d’hostilité à la République, mais d’a-patriotisme14. Pendant que leurs pères achètent des biens nationaux, les jeunes gens quittent les drapeaux, précisément pour les aider à cultiver ces biens15. Cette attitude rencontre l’assentiment de la communauté voire sa complicité pendant que les administrations cantonales étalent leur impuissance et même leur complaisance. Dès lors, ce sont les moyens de coercition qui sont employés et, pour faire repartir les enrôlés, l’armée, la gendarmerie (à laquelle la Seine-et-Marne avait aussi fait parfois appel), et, en dernier ressort, la colonne mobile, sont appelées à la rescousse. En vain, parce que, du moins dans le Pas-de-Calais16, les deux premières sont inexistantes et la troisième douteuse car constituée d’insoumis et de déserteurs qui y trouvent refuge ; ensuite et surtout parce que ces forces se heurtent à l’a-étatisme (et non à l’anti-étatisme) de la population, comportement que l’on observe aussi chez les autorités locales.

  • 17 A. Crépin, Levées d’hommes et esprit public..., op. cit., livre II, p. 35.

15Certes, il s’en faut de beaucoup que celle de Seine-et-Marne ait montré une grande ardeur à se précipiter sous les drapeaux de la République ni même à se préoccuper de son sort. Après le coup d’État de Fructidor, et encore plus après celui de Prairial, les commissaires ne cessent de dénoncer son apathie et le fait qu’elle soit davantage préoccupée par ses conditions de vie que par les péripéties politiques qui n’affectent que la représentation politique du département et son administration. Mais les cantons les plus indifférents ne sont pas ceux qui obtiennent ensuite les résultats les plus médiocres quant à la conscription, ni les moins ruraux17. On sait, en effet, que la nouvelle institution est beaucoup moins acceptée par les ruraux que par les citadins.

16Mais alors, il faut constater chez les ruraux eux-mêmes des contrastes de comportement puisqu’à la différence des Seine-et-Marnais, ceux du Nord et du Pas-de-Calais vont se montrer réticents et parfois rebelles aux appels. Une administration rodée, à l’image de celle de la Seine-et-Marne, n’aurait pas nécessairement obtenu de meilleurs résultats et, prenant la conséquence pour la cause, nous imputons à la faiblesse des administrations septentrionales ce qui n’est qu’impossibilité de vaincre une inertie qui est d’une toute autre nature que celle d’un département d’île-de-France. Ici, l’apathie n’a pas empêché que le discours défensif reçoive quelque écho ; là, le désintérêt qu’il rencontre est renforcé par des structures économiques et sociales que viennent heurter les exigences de l’État. Le sort des petits propriétaires et des parcellaires est bien plus affecté par la conscription que ne l’est celui des salariés qui composent la majorité des ruraux d’un pays de grande culture.

Le cercle vicieux de la répression

  • 18 Arch. nat., F 7 3 685 2, Pas-de-Calais, le commissaire près l’administration centrale au ministre (...)

17« [...] Il existe dans la plupart des communes du Nord et du Pas-deCalais un esprit disposé à imiter les communes rebelles de la ci-devant Belgique. Le gouvernement doit ouvrir les yeux sur cette partie de la République où elle court les plus grands dangers »18. Telle est la situation dépeinte par le commissaire près de l’administration du Pas-de-Calais alors que s’exécute la première levée. Sans généraliser une telle assertion, il faut reconnaître qu’existe une sourde mauvaise volonté, aggravée par le spectacle de l’impunité des déserteurs quand ce n’est pas encouragée par ces derniers.

  • 19 Ibid., F 7 3 683 6, Registre de l’administration du Nord, 11 brumaire an VII ; ibid., F 9 227, Nor (...)
  • 20 Ibid., F 9 232, Pas-de-Calais, le commissaire près l’administration centrale au ministre de l’Intér (...)

18Il est certain que les commissaires se montrent bien plus énergiques que les administrations cantonales : c’est à cet échelon que se manifeste le plus le décalage entre la perception de l’intérêt national et l’expression de la solidarité locale, au point qu’on est autorisé à parler de rupture. Les commissaires ont une vision très sombre de l’action - ou plutôt de son absence - des administrateurs qu’ils accusent de tous les maux dont le moindre est l’insouciance qu’ils mettent à confectionner les tableaux. Ils leur reprochent surtout leur impuissance à pourchasser les déserteurs et à faire partir les conscrits19. Au bout de trois levées, le jugement du commissaire près de l’administration du Pas-de-Calais est sans appel : les fonctionnaires publics donnent asile et protection aux fuyards, y compris à ceux des autres départements. Ils sont les premiers à pervertir l’opinion publique20.

  • 21 Ibid., F 7 3 685 2, Pas-de-Calais, le commissaire près l’administration centrale au ministre de la (...)
  • 22 Euphémisme puisque le département est respectivement 62e et 66e selon la classification d’E. Achor (...)
  • 23 Arch. nat., F 7 3 683 6, le commissaire du canton de Walincourt au commissaire près le département (...)
  • 24 Ibid., F 7 3 683 6, Nord, le commissaire près l’administration centrale au ministre de l’Intérieur, (...)

19Les administrations centrales et les commissaires évitent pourtant de suspendre systématiquement les agents, tant ils sont conscients qu’une des causes de leur « lâcheté » consiste dans les pressions qui s’exercent sur eux et, par conséquent, de l’impossibilité de les remplacer puisqu’ils sont menacés par les réfractaires de représailles contre leurs biens voire d’attentats contre leurs personnes, comme à Grigny et à Saint-Martin21. Cette attitude nuancée contraste avec leur aveuglement quant aux causes réelles - et pas seulement conjoncturelles - des résistances à la conscription. L’action des prêtres réfractaires est constamment dénoncée. Quand l’administration du Pas-de-Calais déclare que les deux premières levées n’ont connu qu’un demi-succès22 elle en incrimine les ministres pervers du fanatisme. La complaisance des agents envers les insoumis et les déserteurs est attribuée à une infiltration royaliste au sein des administrations locales. Lorsque le commissaire du canton de Walincourt, dans le Nord, est agressé à Lessaing par un conscrit qui a déserté en route et que l’agent municipal de cette commune refuse de se porter à son secours, il estime que le coupable « [...] n’est que l’instrument des agents secrets que les ennemis de la République sont parvenus à fourrer dans les corps administratifs »23. De même, quand se forme à La Bassée un « attroupement » dont l’administration ne semble pas se soucier, c’est parce que la présence en son sein d’un royaliste « forcené » y est décelée et si, quelques jours plus tard, les réquisitionna ires et les conscrits du canton de Vitry refusent de partir, c’est parce qu’a Brébières notamment, le royalisme et le fanatisme se montrent à visage découvert24.

20Le mauvais exemple que donnent les autres départements est également incriminé, celui des départements belges au premier chef, mais, dès que des troubles éclatent dans le Nord, par exemple à Steenkerque, et que Merville est le théâtre d’un mouvement séditieux, l’origine est à rechercher, selon l’administration centrale, dans les cantons limitrophes du Pas-de-Calais.

  • 25 Ibid., F 7 3 683 6, Nord, l’administration centrale au ministre de la Police générale, 3 fructidor (...)

21Prenant la conséquence - l’exploitation politique des mécontentements - pour la cause, les administrations centrales et les commissaires entrent dans le cercle vicieux de la répression qui ne fait qu’attiser les mécontentements. Répression menée conjointement par la gendarmerie et les troupes de ligne, formant, dès frimaire dans le Pas-de-Calais, des colonnes mobiles qui installent des garnisaires dans les communes « sensibles ». Nonobstant les accusations réciproques qu’ils se sont lancées contre leurs conscrits respectifs, le Nord et le Pas-de-Calais demandent l’autorisation de constituer une force commune, constituée de leurs deux colonnes mobiles, qui pourra agir contre les cantons limitrophes25.

  • 26 A. Crépin, « La guerre et le Nord de la France sous la Révolution et l’F.mpire : levées d’hommes e (...)
  • 27 Arch. nat., F 7 3 685 2, Pas-de-Calais, le commissaire près l’administration centrale au ministre (...)
  • 28 Ibid, F 7 3 683 6, Nord, le commissaire près l’administration centrale au général divisionnaire, le (...)
  • 29 Ibid., F 7 3 685 2, Pas-de-Calais, le commissaire près l’administration centrale au ministre de la (...)
  • 30 A. Crépin, La guerre et le Nord de la France..., op. cit.

22Que cet usage de la force n’ait eu que des résultats limités et ait retardé d’autant l’acclimatation de la conscription, c’est ce que montrent les mouvements populaires qui ont lieu dès la première levée et qui deviennent des émeutes anti-conscriptionnelles dont les gendarmes ne sont pas toujours maîtres26. Un mécanisme se met en place qui, de l’anti-Révolution, peut conduire à la contre-Révolution. Pourtant, sur le déclenchement de ce mécanisme, les représentants du pouvoir central avaient quelques lumières comme le révèlent les propos qu’ils prêtent aux prêtres d’Auxi-La-Réunion qui « travaillent » l’esprit des conscrits : « on » leur dit qu’ils vont se battre pour défendre des députés qui ne pensent qu’à eux, qui laissent mourir de faim les rentiers, « on » leur conseille de se faire payer de tous les acquéreurs de biens nationaux27. Les représentants ne s’interrogent pas non plus sur les causes du serment que les conscrits des cantons limitrophes ont prêté de refuser la conscription28 ni sur ses conséquences qui montrent plutôt une malveillance « anti-étatique » qu’un dessein contre-révolutionnaire bien arrêté. Ainsi, les révoltés du canton d’Hesdin n’ont pas de chef et il n’y a d’armés parmi eux que ceux qui ont déserté avec leur fusil29. Les administrateurs font preuve de plus de lucidité quand, à propos de l’émeute de Merville, ils avouent que « [...] la commune est une petite République dans la grande qui ne prend des lois que celles qui lui font plaisir »30.

  • 31 Cet échec n’est pas total dans le Nord : il est au premier rang lors de la première levée et28e lo (...)

23Pour des raisons qui tiennent au contexte économique et social et aux mentalités (celles-ci étant liées à celui-là) bien plus qu’à l’opinion, les porte-parole de la Grande Nation échouent31 à faire le lien entre la cohésion que celle-ci - et tout simplement la nation elle-même - requiert et celle qui surgit, dans un rapport d’opposition avec la première, de la communauté locale.

LE CAS DES DÉPARTEMENTS BELGES

Une uniformisation hâtive

24Cette opposition est encore plus nette dans le cas des départements annexés mais on perçoit, dans l’analyse que font les administrateurs de la situation et dans les réactions des populations, une différence de degré et non de nature avec celles du Nord et du Pas-de-Calais.

  • 32 Arch. nat., F 7 3 676 3, Forêts, le commissaire près l’administration centrale aux ministres de la (...)
  • 33 Ibid., F 7 3 682 15, Meuse-Inférieure, le commissaire près l’administration centrale au ministre de (...)
  • 34 Ibid., F 7 3 684 5, Ourthe, l’administration centrale au ministre de l’Intérieur, 10 brumaire an VI (...)

25En brumaire éclate une révolte, « une seconde Vendée », dans la Dyle, l’Escaut et les Deux-Nèthes, qui s’étend aux cantons limitrophes des autres départements belges, d’où la réaction – classique - de la part des autorités de ceux-ci d’en rejeter la responsabilité sur ceux qui sont le plus touchés. En pleine révolte, les administrateurs sont au moins unanimes pour affirmer que l’entrée en vigueur de la loi Jourdan n’a été qu’un prétexte dont s’est emparé le « fanatisme royal et sacerdotal ». Les prêtres « perturbateurs et rebelles », ces êtres « incorrigibles », sont les instigateurs de ce qui se prépare dans la partie wallonne des Forêts, jusque là épargnée. Le commissaire du canton de Leydenborn leur attribue des propos incendiaires : les parents ne doivent pas faire partir leurs enfants car ils iraient combattre la cause de la société catholique et celle de l’Église32. Dans ce département, il existerait un plan concerté entre les prêtres et les nobles dénoncé par les administrateurs. Dans la Meuse-Inférieure, la levée ne serait que l’occasion dont se servent les prêtres mais aussi les agents « stipendiés » de l’Angleterre et de l’Autriche pour soulever les populations33. Dans l’Ourthe, le bon esprit des habitants de l’ancien territoire liégeois est opposé au fanatisme royal du ci-devant Limbourg34. Les termes de « prétexte » et de « perfidie des prêtres » reviennent dans pratiquement tous les rapports des neuf départements, même quand n’apparaît qu’une sourde mauvaise volonté attisée par les « rumeurs » auxquelles donne lieu la conscription.

  • 35 Ibid., F 7 3 676 3, Forêts, le commissaire près l’administration centrale aux ministres de la Guerr (...)

26Quelques mois après, quand la révolte est matée, mais que le déroulement des deux premières levées continue à rencontrer une résistance désormais passive, les réactions des commissaires, plus étatiques que républicaines, les conduisent à penser qu’il faut instaurer un rapport de force pour que le recrutement ait du succès. Le commissaire des Forêts a des mots très durs à l’égard de ses administrés : « [...] peuple barbare et superstitieux, il faut le mener à la baguette, il n’entend pas la voix de la Raison [...] Ce caractère est tellement formé que l’on sera fort heureux si on parvient à le changer dans plusieurs générations [...] En attendant, il faut surveiller ce peuple sauvage et le rendre heureux autant qu’il est possible »35.

  • 36 Ibid., F 7 3 676 3, Forêts, le commissaire près l’administration centrale aux ministres de la Guerr (...)
  • 37 Ibid., F 7 3 684 5, Ourthe, le commissaire près l’administration centrale au ministre de l’Intérieu (...)

27Pourtant, à travers certains rapports, perce le fait que l’instauration de la conscription (non précédée d’une expérience antérieure des levées de la Révolution) n’est pas seulement un prétexte et que les « malveillants » n’ont pas de peine à exploiter un mécontentement qui aurait de toutes façons existé. Dès vendémiaire, le commissaire des Forêts lui-même admet que l’ancienne province de Luxembourg a constamment joui du privilège de ne pas fournir d’hommes à l’Empereur et, lors de l’application de la loi du 28 germinal, l’administration de la Lys reconnaît que les prêtres, dans leurs cavernes [sic], ne font qu’aviver une répugnance pour le service qu’expliquent l’attachement au sol natal des habitants de la Flandre maritime ainsi que leur « esprit commercial » (qui, bien évidemment, ne peut plus s’exercer sous les drapeaux)36. Le commissaire de l’Ourthe note que l’état d’esprit des conscrits du Limbourg est d’autant plus mauvais qu’il est voisin de la Meuse-Inférieure et que la majorité de ses communes est flamande ou allemande37. Les conséquences du particularisme linguistique avaient, au demeurant, déjà été déplorées dans le Nord à propos de la Flandre maritime.

  • 38 Ibid., Jemmapes, Froslard, juge de paix du canton d’Enghien à Merlin, 11 frimaire an VII.
  • 39 Ibid., F 7 3 682 15, Meuse-Inférieure, Michiels, député aux Anciens, au Directoire exécutif, 17 flo (...)

28Quelques jugements manifestent plus de recul par rapport à la situation. L’institution est apparue paradoxalement contradictoire avec un régime libérateur, dit le juge de paix d’un canton du département de Jemmapes. « La conscription [...] de Joseph II avait beaucoup contribué à soulever les Belges [alors exemptés] qui la regardaient avec horreur comme l’apanage des esclaves de la Bohême : en effet [...] n’est-elle pas la chaîne inutile de Jean-Jacques Rousseau dont le souverain ne peut charger les sujets ? Tous les citoyens se doivent à la défense de la Patrie mais cette défense n’exige pas d’avoir les citoyens d’un vaste état, tous armés à la fois »38. Certes, cet adversaire des jacobins se lance dans une violente diatribe contre une égalité niveleuse « à la Robespierre » et préconise le remplacement mais Michiels qui représente la Meuse-Inférieure aux Cinq-Cents avoue que la source des troubles n’est pas uniquement le fanatisme politique et religieux mais « [...] le mécontentement que des agents de la République ont excité dans un nombre d’hommes qui, n’ayant pas été, dans les principes, ennemis de la cause de la liberté, ou qui, n’ayant eu qu’une sorte d’indifférence pour tel ou tel système de gouvernement, ont insensiblement conçu de l’aversion pour le régime républicain parce qu’ils l’ont malheureusement confondu avec les procédés arbitraires et vexatoires, avec les formes acerbes et souvent odieuses qui ont été mises dans l’exécution des lois et, à bien des égards, peut-être même encore avec leur violation »39.

Une tentative de formation d’un sentiment national

  • 40 Ibid., F 9 210, Lys, l’administration centrale au ministre de la Police générale, 8 prairial an VII
  • 41 Ibid., F 7 3 675 2, Escaut, proclamation de l’administration à ses concitoyens, 8 brumaire an VII.

29En énumérant les obstacles qui s’opposaient à l’acceptation du service militaire, l’administration de la Lys espérait encore qu’ils disparaîtraient « [...] dans un pays où les cris de la Patrie produiraient un sentiment assez généreux pour faire taire l’intérêt particulier »40. Certes, les administrateurs tentent de montrer aux conscrits le lien qui existe entre leurs intérêts et celui de la Patrie. Dans une proclamation à leurs concitoyens, ceux de l’Escaut disent que les prêtres qui ont poussé à la révolte n’avaient d’autre but que de rétablir les dîmes, dépouiller les acquéreurs de biens nationaux de propriétés légitimement acquises et ruiner les fermiers qui avaient contracté avec eux et qu’ils ont fait appel à l’ennemi extérieur afin qu’un débarquement anglais rompe les écluses, détruise les digues et arrache les récoltes41.

  • 42 Ibid., F 9 180 A, Dyle, proclamation de l’administration du canton de Bruxelles, 6 vendémiaire an V (...)

30L’administration du canton de Bruxelles semble asseoir le sentiment national sur des bases plus abstraites mais elle s’adresse à des citadins. « Associés depuis trois ans à la gloire de la République française, aux titres glorieux d’une Grande Nation, à faire partie intégrante de son peuple, elle vous appelle à l’association de ses forces qui font le bonheur et la prospérité de l’État »42. mais les administrations alternent aussi proclamations lyriques et menaces concrètes. Ainsi dans l’Ourthe :

  • 43 Ibid., F 9 231 B, Ourthe, proclamation de l’administration centrale, 1er nivôse an VII.

« [...] Les vœux de l’égoïsme pourraient-ils porter la plus légère atteinte au fruit de dix ans de travaux et d’événements sublimes ? [...] Sera-t-il dit que la grande Nation, après avoir fait jaillir des cendres du despotisme, entretenu jusqu’à cette époque dans toute sa vigueur la flamme immortelle de notre histoire, et s’être portée à un degré de splendeur où n’avait jamais atteint aucune des nations civilisées, consentirait à voir la volonté suprême éludée par l’effort de quelques obscures machinations ? Citoyens, le Législateur a, dans sa sagesse, décrété la conscription militaire, il faut que cet ordre souverain s’exécute et s’exécute d’une manière constante... et que la première classe de cette conscription [...] détermine au plus tôt, par son imposant aspect, le bonheur de ce qui lui reste à pacifier sur notre globe [...] Pour vous, conscrits, dont nos sollicitudes paternelles n’ont pu jusqu’à ce moment vaincre l’opiniâtre réluctation [sic] [...] tremblez ; des pénalités terribles sauront également vous atteindre. Les foudres nationales sont forgées »43.

La conscription, obstacle à la formation du sentiment national ?

  • 44 Ibid., F 7 3 675 2, Escaut, l’administration de l’Escaut aux représentants du peuple, députés de l’ (...)
  • 45 Ibid., F 7 3 681 16, Lys, le commissaire près l’administration de Comines à l’administration centra (...)

31En fait, le relais des administrations locales fait défaut. Leur insouciance est unanimement dénoncée, l’Ourthe parle plus précisément de paralysie. Les commissaires, isolés, sont découragés et menacés, ainsi dans la Lys, voire assassinés dans l’Escaut et c’est au point que la Meuse-Inférieure dit qu’il n’existe plus qu’un « fantôme » d’administration44. Par peur des représailles, les administrations cantonales deviennent complices, en ne publiant pas les arrêtés relatifs à la conscription, en ne confectionnant pas les tableaux, ou - comme quelques agents - en refusant de les signer, en donnant de faux renseignements sur des insoumis qu’elles n’hésitent pas à cacher, comme dans la Dyle, la Lys, la Meuse-Inférieure et le département de Jemmapes. Certaines sont même accusées d’être « de mèche » avec les ennemis de la République et infestées de « fanatisme », ainsi dans la Lys45.

  • 46 Encore que, lors de la première levée, huit départements belges font mieux que le Pas-de-Calais et (...)
  • 47 Ibid., F 9 210, Lys, le commissaire près l’administration centrale au ministre de la Police général (...)

32À leur tour, les administrateurs entrent dans le cycle infernal de la répression. Il n’est pas dans mon propos ici d’étudier celle qui est menée à l’encontre de la révolte proprement dite mais d’analyser la coercition employée pour que les conscrits partent et soient incorporés. En frimaire, la gendarmerie est requise dans l’Escaut pour encadrer leur départ, en nivôse, dans le département de Jemmapes, un commissaire est nommé pour chacun des arrondissements et assisté d’une force armée et, à partir de cette date, ce sont des colonnes mobiles qui parcourent les cantons « sensibles » pour traquer les insoumis et les déserteurs car, par une incessante « noria », à peine sont-ils partis qu’ils reviennent, semblant se moquer de leur inscription sur la liste des émigrés et des foudres brandies à l’encontre des parents qui les cachent et, en général, des receleurs. En pluviôse, les colonnes mobiles sévissent encore car la mesure est appliquée dans les neuf départements et l’entrée en vigueur de la loi du 28 germinal leur donne une nouvelle occasion de se livrer à cette traque. Mais on entrevoit les limites de cette action à travers les résultats du recrutement46 et aussi à travers les plaintes contradictoires des administrateurs qui déplorent tout à la fois l’insuffisance de la force armée et les abus qu’elle commet. Les administrations centrales veulent en effet garder une certaine mesure dans la répression47.

  • 48 Ibid., F 7 3 683 1, Deux-Nèthes, le représentant du peuple à Merlin, 15 frimaire an VII ; F 7 3 684 (...)
  • 49 Ibid., F 9 243 A, Sambre-et-Meuse, Le commissaire près l’administration centrale au ministre de la (...)

33Pourtant, le mécanisme qui conduisait de l’anti-Révolution à la contre-Révolution, ne se produisit pas toujours. Certes, les rassemblements de conscrits de vendémiaire et de brumaire tournent souvent à la rébellion royaliste et les conscrits, récalcitrants quand il s’agit de se précipiter sous les drapeaux de la République, rejoindraient, selon les administrateurs des Deux-Nèthes et de l’Ourthe, les bataillons autrichiens48. Mais le constat fait par ces mêmes administrations d’un immense mouvement de fuite ou de migration à l’étranger - et non dans les bataillons ennemis - n’est-il pas plus véridique ? Il est décelable dès la première levée, net à la suite de la seconde, encore plus quand est connue la loi du 10 messidor qui touche les conscrits de toutes les classes et dont on suspend l’application dans les départements réunis tant on craint qu’elle ne suscite de nouveaux troubles. Le tableau dépeint par la Sambre-et-Meuse semble le plus proche des motifs véritables des insoumis et des déserteurs : à cause de la loi du 28 germinal, les conscrits fuient dans les bois mais ces rassemblements ne doivent donner aucune inquiétude car ils regroupent « [...] des hommes égarés [par les manœuvres des malintentionnés, est-il dit cependant] ou faibles, réfugiés constamment dans les bois [...] qui y mènent une vie languissante et vagabonde et se trouvent quelquefois privés de nourriture ou se contentent de pain et d’eau. Si quelques conscrits ont des armes, leur nombre en est très petit, c’est pour trouver dans la chasse quelques moyens d’existence et aussi pour se défendre, nullement pour attaquer »49.

***

34Pour autant, ces considérations ne sauraient faire conclure à un échec total du Directoire, échec que le Consulat s’est complu à décrire alors qu’initialement il ne fit pas mieux si ce n’est pire, dans les départements mêmes que j’ai choisis comme exemples. Les départements belges eux-mêmes ne sauraient être considérés comme une zone de rébellion généralisée. Si une comparaison de leurs structures économiques et sociales s’impose avec celles du Nord et du Pas-de-Calais, qui ferait apparaître la classique différenciation entre les citadins et les ruraux - n’est-il pas significatif que la révolte déclenchée par la conscription soit dénommée la guerre des paysans alors que les villes se tiennent sur la réserve ? - une analyse plus fine devrait mettre en lumière des disparités sociales et culturelles conduisant à des différences de comportement conscriptionnel au sein des départements belges eux-mêmes Enfin, si le discours de la Grande Nation et les exigences auxquelles il conduit n’est pas opérant, il n’entraîne pas non plus « un contre-nationalisme », concept qui serait alors impropre. La solidarité des rebelles n’est pas cimentée par une quelconque révolte contre une situation d’annexion, ce qui explique qu’elle puisse être transfrontalière et que la différence observable entre l’attitude conscriptionnelle de la « Belgique » et celle des départements septentrionaux soit de degré, non de nature.

Notes

1 Selon les termes des administrateurs de la Lys. Arch. nat., F 210, Lys, l’administration du canton de Bruges au ministre de l’Intérieur, 14 vendémiaire an VII.

2 J.-P. Bertaud, « Aperçu sur l’insoumission et la désertion à l’époque révolutionnaire », Bulletin d’histoire économique et sociale de la Révolution Française, 1969, p. 17-48.

3 A. Crépin, Levées d’hommes et esprit public en Seine-et-Marne, de la Révolution à la fin de l’Empire (1791-1815), Doctorat nouveau régime, 1990, livre I, 4e partie, p. 632 sq.

4 Arch. nat., F 1cIII Seine-et-Marne 6, an Vl-1852, 3e rapport au ministre de l’Intérieur, pluviôse an VI.

5 A. Crépin, Levées d’hommes et conscription..., op. cit., livre II, p. 22 sq.

6 Id., ibid., p. 45.

7 Si l’on suit F.. Achorn qui a établi le classement des départements en fonction des hommes qu’ils firent incorporer, la Seine-et-Marne se classe 17e pour la première levée, 14e pour la seconde. E. Achorn, « La conscription de l’an VII et celle de l’an VIII », dans La Révolution Française, 1924, t. 77. En ce qui concerne le nombre et la rapidité des départs, le département se classe encore mieux, selon le ministère. Voir notamment Arch. nat., AF III 150, Rapport du ministre au Directoire Exécutif, 2 nivôse an VII.

8 Arch. mun. de Chaumes, D, délibérations municipales, séance du 20 vendémiaire an VII ; Arch. dép. de la Seine-et-Marne, L 401, délibérations de l’administration cantonale de Brie, séance du 18 vendémiaire an VII.

9 Arch. dép. de la Seine-et-Marne, L 1456, délibérations de l’administration cantonale de Perthes, séance du 25 vendémiaire an VII ; Arch. mun. Chaumes, D, délibérations municipales, séance du 25 vendémiaire an VII.

10 A. Crépin, Levées d’hommes et esprit public..., op. cit., livre II, p. 72 sq.

11 Arch. dép. de la Seine-et-Marne, L. 89, délibérations de l’administration centrale du département, séance du 19 thermidor an VII.

12 La Seine-et-Marne se dasse 8e selon E. Achorn, « La conscription de l’an VII... », op. cit.

13 A. Crépin, « Le Nord et le Pas-de-Calais face à la création de l’armée nationale », Revue du Nord, t. LXXV, 1993, p. 41-57.

14 G. Sangnier, La désertion dans le Pas-de-Calais de 1792 à 1802, Blangermont, 1965.

15 R. Legrand, Aspects de la Révolution en Picardie, Abbeville, 1957.

16 G. Sangnier, La désertion..., op. cit.

17 A. Crépin, Levées d’hommes et esprit public..., op. cit., livre II, p. 35.

18 Arch. nat., F 7 3 685 2, Pas-de-Calais, le commissaire près l’administration centrale au ministre de l’Intérieur, 12 brumaire an VII.

19 Ibid., F 7 3 683 6, Registre de l’administration du Nord, 11 brumaire an VII ; ibid., F 9 227, Nord, l’administration centrale au ministre de l’Intérieur, 19 messidor an VII ; ibicl., F 7 3 685 2, Pas-de-Calais, le commissaire près l’administration centrale au ministre de la Police générale, 4 pluviôse an VII.

20 Ibid., F 9 232, Pas-de-Calais, le commissaire près l’administration centrale au ministre de l’Intérieur, 19 messidor an VII.

21 Ibid., F 7 3 685 2, Pas-de-Calais, le commissaire près l’administration centrale au ministre de la Police, 11 et 18 brumaire an VII.

22 Euphémisme puisque le département est respectivement 62e et 66e selon la classification d’E. Achorn.

23 Arch. nat., F 7 3 683 6, le commissaire du canton de Walincourt au commissaire près le département du Nord, 6 frimaire an VII.

24 Ibid., F 7 3 683 6, Nord, le commissaire près l’administration centrale au ministre de l’Intérieur, 19 brumaire an VII ; ibid., F 7 3 685 2, Pas-de-Calais, le commissaire près l’administration centrale au ministre de la Police générale, 23 brumaire an VII.

25 Ibid., F 7 3 683 6, Nord, l’administration centrale au ministre de la Police générale, 3 fructidor an VII.

26 A. Crépin, « La guerre et le Nord de la France sous la Révolution et l’F.mpire : levées d’hommes et conscription dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais », dans Colloque de Calais, 1993, Balinghem, 1994.

27 Arch. nat., F 7 3 685 2, Pas-de-Calais, le commissaire près l’administration centrale au ministre de la Police, 12 frimaire an VII.

28 Ibid, F 7 3 683 6, Nord, le commissaire près l’administration centrale au général divisionnaire, le 12 fructidor an VII.

29 Ibid., F 7 3 685 2, Pas-de-Calais, le commissaire près l’administration centrale au ministre de la Police générale, 4 nivôse an VII.

30 A. Crépin, La guerre et le Nord de la France..., op. cit.

31 Cet échec n’est pas total dans le Nord : il est au premier rang lors de la première levée et28e lors de la seconde. Il est vrai qu’il est 66e pour la troisième alors que le Pas-de-Calais le devance en étant 58e. Les chiffres occultent les troubles dont certains cantons - mais certains seulement - sont le théâtre et qui suffisent à faire du Nord une zone sensible.

32 Arch. nat., F 7 3 676 3, Forêts, le commissaire près l’administration centrale aux ministres de la Guerre et de la Police générale, 22 vendémiaire et 12 brumaire an VII ; ibid., le commissaire de Leydenborn au commissaire près de l’administration centrale, 1er brumaire an VII.

33 Ibid., F 7 3 682 15, Meuse-Inférieure, le commissaire près l’administration centrale au ministre de la Police générale, 3 brumaire an VII.

34 Ibid., F 7 3 684 5, Ourthe, l’administration centrale au ministre de l’Intérieur, 10 brumaire an VII.

35 Ibid., F 7 3 676 3, Forêts, le commissaire près l’administration centrale aux ministres de la Guerre et de la Police générale, 11 et 18 brumaire et 8 frimaire an VII.

36 Ibid., F 7 3 676 3, Forêts, le commissaire près l’administration centrale aux ministres de la Guerre et de la Police générale, 22 vendémiaire an VII ; F 9 210, Lys, l’administration centrale au ministre de la Police générale, 8 prairial an VII.

37 Ibid., F 7 3 684 5, Ourthe, le commissaire près l’administration centrale au ministre de l’Intérieur, 25 pluviôse an VII

38 Ibid., Jemmapes, Froslard, juge de paix du canton d’Enghien à Merlin, 11 frimaire an VII.

39 Ibid., F 7 3 682 15, Meuse-Inférieure, Michiels, député aux Anciens, au Directoire exécutif, 17 floréal an VII.

40 Ibid., F 9 210, Lys, l’administration centrale au ministre de la Police générale, 8 prairial an VII.

41 Ibid., F 7 3 675 2, Escaut, proclamation de l’administration à ses concitoyens, 8 brumaire an VII.

42 Ibid., F 9 180 A, Dyle, proclamation de l’administration du canton de Bruxelles, 6 vendémiaire an VII.

43 Ibid., F 9 231 B, Ourthe, proclamation de l’administration centrale, 1er nivôse an VII.

44 Ibid., F 7 3 675 2, Escaut, l’administration de l’Escaut aux représentants du peuple, députés de l’Escaut, 10 brumaire an VII ; F 7 3 681 16, Lys, l’administration centrale au ministre de l’Intérieur, 7 brumaire an VII ; F 7 3 682 15, Meuse-Inférieure, le commissaire près l’administration centrale au ministre de l’Intérieur, 30 frimaire an VII.

45 Ibid., F 7 3 681 16, Lys, le commissaire près l’administration de Comines à l’administration centrale du Nord, 2 thermidor an VII.

46 Encore que, lors de la première levée, huit départements belges font mieux que le Pas-de-Calais et que certains d’entre eux se classent honorablement. La situation se gâte lors de la seconde levée mais il s’en trouve encore cinq pour devancer le Pas-de-Calais.

47 Ibid., F 9 210, Lys, le commissaire près l’administration centrale au ministre de la Police générale, 8 prairial an VII ; F 9 243 A, Sambre-et-Meuse, le commissaire près l’administration centrale au ministre de la Police générale, 29 prairial an VII.

48 Ibid., F 7 3 683 1, Deux-Nèthes, le représentant du peuple à Merlin, 15 frimaire an VII ; F 7 3 684 5, Ourthe, réquisitoire du commissaire près de l’administration centrale, 1er brumaire an VII.

49 Ibid., F 9 243 A, Sambre-et-Meuse, Le commissaire près l’administration centrale au ministre de la Police générale, 21 prairial an VII

Auteur

Université d’Artois

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter