Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cent ans d'université lilloise

 | 
Robert Vandenbussche

III. Le déploiement universitaire

Une mutation, la création des universités d’Artois et du Littoral1

Alain Lottin

Texte intégral

  • 1 Cette communication est également publiée dans les 23èmes annales. « De Franse Nederlanden - Les P (...)

1La création, en 1991, de deux nouvelles Universités dans la Région Nord-Pas-de-Calais est un événement d’une portée considérable. Tous les documents n’étant pas accessibles, il est prématuré d’en écrire l’histoire. L’historien que je suis insiste fortement sur ce point. Quelques articles de presse ou même des études répètent, en effet, inlassablement les mêmes poncifs dont certains sont loin d’être exacts. C’est pourquoi mon témoignage s’appuie sur quelques pièces justificatives inédites ou non consultées et sur ma connaissance du dossier. Je vais m’efforcer d’en marquer les principales étapes avec les limites classiques d’un « article ». Je suis bien sûr preneur de compléments d’information notamment de la part des collectivités territoriales.

2Un très bref retour en arrière sur les antécédents est intéressant et justifierait à lui seul une autre étude. En 1962, ouvre à Calais une formation scientifique rattachée à la Faculté des Sciences de Lille. La raison première de cette décision semble d’origine politique, en liaison avec la conjoncture nationale et locale de l’époque. Commence ensuite à partir de 1964 l’histoire mouvementée et difficile de la création d’un Collège scientifique universitaire à Valenciennes, comme en témoignent les correspondances et mémoires. Le recteur Guy Debeyre pesa de tout son poids en ce sens. J’évoquerai également l’ouverture, en cette même année 1964, du Collège littéraire universitaire (CLU) d’Amiens dans le prolongement de l’École supérieure de Lettres (1958) sous la tutelle de la Faculté des Lettres de Lille. Jeune assistant, puis maître-assistant dans cet établissement, j’ai ouï dire que ceci suscitait des débats passionnés au sein du Conseil de Faculté ; mais en ce temps-là, ces informations n’étaient diffusées que dans le cercle très restreint des professeurs.

3La restructuration de l’Université de Lille liée à la crise de mai 1968 et évoquée dans le colloque consacré au Centenaire de l’Université de Lille par les recteurs Debeyre et Deyon ne s’inscrit évidemment pas dans une logique d’aménagement du territoire. Elle répond aux problèmes conjoncturels de l’époque et s’efforce de satisfaire les souhaits de réforme qui s’enlisaient parfois dans les querelles internes. Les corporatismes, les particularismes, les appétits ou arrière-pensées des uns et des autres ne facilitèrent pas la tâche de ceux qui avaient en charge le dossier, notamment le recteur Debeyre. On aboutit finalement avec l’application de la loi Edgar Faure à un regroupement en trois universités des anciennes facultés et de quelques institutions. Certains avaient envisagé une quatrième université de Sciences humaines et sociales qui trébucha sur des querelles de statut des personnels, des oppositions feutrées ou ouvertes et échoua faute de rencontrer un consensus suffisant. Le découpage final retenu laissa un goût amer chez certains juristes, encore sensible de nos jours.

4Seul l’enseignement technologique court (IUT), créé à l’époque, essaima hors de la métropole lilloise avec l’ouverture d’un IUT à Béthune (1969) et d’un autre sur le Littoral (Calais 1971, Dunkerque 1972) tous deux rattachés à Lille I.

5De 1970 aux premières années de la décennie 1980, les universités s’organisent, connaissent quelques remous liés à la conjoncture ou aux tentatives de réforme des études et surtout quittent Lille pour Villeneuve d’Ascq, sauf celles de Médecine et de Pharmacie. La question de la décentralisation universitaire commence à être clairement posée à compter des années 1983-1984, en liaison avec la politique nationale de décentralisation.

LES CAUSES D’UNE MUTATION

6Les raisons de ce changement sont nombreuses, profondes et pour la plupart bien connues ; j’évoquerai rapidement celles qui me paraissent essentielles.

Les causes démographiques : la croissance des effectifs étudiants

7Les historiens, depuis plus d’un demi-siècle grâce aux travaux d’Ernest Labrousse notamment, accordent aux causes démographiques une place importante. Il est évident que celles-ci ont tenu un rôle majeur dans les crises universitaires, dont certaines auraient pu être, sinon évitées, du moins atténuées, si une politique prévisionnelle avait été menée.

8La croissance des effectifs étudiants en France, et tout particulièrement dans notre Région, a été impressionnante et est révélatrice. J’utiliserai à titre d’exemple la courbe des inscrits « physiques » à l’Université de Lille III qui intègre les chiffres de la période antérieure c’est-à-dire celle de la Faculté des Lettres (document no 1).

9Une croissance importante, tout particulièrement en pourcentage, précède et suit mai 1968. Puis s’installe une légère régression suivie d’une faible reprise. Mais le phénomène essentiel pour notre propos est l’impétueuse progression qui démarre nettement en 1984 : 11 536 inscrits à cette rentrée ; 17 139 en 1987 ; 19 864 en 1989 avec un sommet en 1991. Une courbe reflétant l’évolution de tous les établissements d’enseignement supérieur de l’Académie traduirait les mêmes tendances avec des nuances.

10Les conséquences d’une telle croissance sont évidemment graves et n’avaient pas été anticipées. Locaux bondés, saturés, conditions de vie et de travail des personnels et des étudiants détestables surtout en premier cycle, encadrement insuffisant ; la presse écrite, la radio, la télévision ont braqué leurs projecteurs sur ces aspects qui se sont aggravés à chaque rentrée. Aucun programme de construction n’était alors possible. Il fallait « se débrouiller avec les moyens du bord », trouver des solutions ponctuelles. Il faut attendre le plan « Université 2000 » pour voir ce problème abordé dans son ensemble.

Les mutations économiques, sociales, culturelles dans la Région

11Je ne fais que rappeler cette mutation amplement analysée dans ses causes, ses manifestations, ses conséquences par de nombreuses études d’économistes, de géographes, de sociologues. La fermeture progressive des mines de charbon, d’usines importantes, impose une reconversion de zones entières de la Région. Celle-ci entraîne des changement profonds de comportements, de mentalités. L’accès des jeunes au collège, au lycée, à l’université prend une importance essentielle pour l’avenir. Elle apparaît comme une impérieuse nécessité pour l’adaptation et la survie de la Région et de la population. Et le Nord-Pas-de-Calais prend conscience de son retard par rapport à d’autres régions de France, notamment pour l’accès à l’Enseignement Supérieur. La révolution des transports et des échanges qui touche particulièrement ces territoires contribue évidemment à provoquer et accélérer cette mutation.

Les volontés politiques régionales

12Les élus, les dirigeants, les forces vives vont exprimer et faire émerger cette prise de conscience et la volonté de changement. Les lois de décentralisation leur donnent les moyens et la possibilité de s’exprimer et de demander que le retard régional soit pris en considération par l’État et corrigé, notamment clans le domaine de l’Enseignement Supérieur.

13La Communauté urbaine de Dunkerque a été une des premières à se manifester fortement. En 1984, elle organise le Colloque dunkerquois pour l’Université du Littoral qui suscite bien des réticences chez certains universitaires lillois.

14En décembre 1985, le Conseil général du Pas-de-Calais, autre grand protagoniste de ce mouvement, tient une réunion à l’Hôtel du Département sur l’implantation de l’Enseignement Supérieur dans ce département, le quatrième de France par la population et néanmoins dépourvu de toute université. Les élus du Pas-de-Calais, dont le président Roland Huguet est l’animateur et le porte-parole, demandent qu’on mette fin à cette discrimination nationale et régionale.

15De très nombreuses prises de position en faveur du développement de l’Enseignement Supérieur dans la région interviennent : celles de Noël Josèphe et de Michel Delebarre bien sûr, respectivement président et vice-président du Conseil Régional, mais aussi celles des maires de Lens, Cambrai, Arras, Saint-Omer, etc.

16En mars 1986, paraît au Journal officiel la création d’une Université de technologie du Nord - Pas-de-Calais avec des formations prévues à Lille, Lens et Dunkerque. Mais cette décision a été prise par un gouvernement qui s’en va, sans grande concertation avec les universitaires lillois, semble-t-il, et elle ne sera jamais mise en place, tout au moins sous la forme prévue d’Université technologique.

LE TEMPS DES ANTENNES UNIVERSITAIRES 1986-1991

17Les universités étant des établissements publics autonomes depuis la loi Edgar Faure (1968), confirmée par la loi Savary (1984), il était manifeste que rien de solide n’était possible sans la coopération active des Universités lilloises et certains élus plus avisés que d’autres le comprirent rapidement. Il est vrai que jusqu’alors les dirigeants des Universités lilloises avaient été plutôt méfiants voire hostiles vis-à-vis des tentatives de décentralisation. La Communauté urbaine de Dunkerque l’avait expérimentée comme en témoigne tout particulièrement le cas de l’Institut supérieur de commerce international de Dunkerque (ISCID), qui délivrait un diplôme homologué par l’Université de Nancy.

18Mais la situation change à partir de 1986. D’une part la croissance impétueuse des effectifs conduit à une implosion prévisible du système et impose des solutions rapides. D’autre part arrivent progressivement à la tête des universités lilloises des dirigeants et des équipes qui non seulement ne sont pas opposés mais sont même franchement favorables à un essaimage universitaire contrôlé débouchant sur la création d’une ou deux universités dans le Pas-de-Calais. Et une majorité les soutient puisqu’ils sont élus en affichant ces positions. Certes, les oppositions à cette décentralisation ne disparaissent pas du jour au lendemain, mais elles régressent ou se font moins virulentes. Dès lors, l’ouverture d’antennes universitaires dans quelques villes moyennes de la Région va devenir un axe fort de cette politique, spécialement à Lille III.

19Contrairement à ce qui a été parfois dit et écrit et est encore repris par certains commentateurs, ces ouvertures d’antennes ne se sont pas faites au hasard ou sous la pression de quelques villes. Certes, des municipalités ont fait des démarches et proposé d’aider temporairement l’ouverture d’une antenne universitaire dans leur cité. On ne peut d’ailleurs les blâmer d’avoir défendu l’intérêt de celle-ci. Mais il est aussi arrivé que telle ou telle université amorce elle-même le dialogue avec certaines villes, ou écarte résolument des propositions peu réalistes ou ne correspondant pas au projet de l’Établissement. Je peux témoigner pour ma part que les desiderata de Lille III et ceux de Dunkerque, Boulogne-sur-Mer, Arras, convergeaient pleinement. Quant à l’implantation à Cambrai, qui suscita et suscite encore des réserves, il faut éviter les procès d’intention rétroactifs. On ne doit pas oublier que le député-maire de l’époque, l’ancien ministre Jacques Legendre, professeur agrégé d’histoire par ailleurs, était depuis longtemps un pionnier qui militait au niveau national pour la décentralisation universitaire, sans rencontrer grand écho dans son propre groupe d’ailleurs. Il avait lancé des études et des colloques sur ce sujet. Dès lors on ne peut s’étonner qu’il se soit manifesté pour sa propre cité ; mais il intervint aussi pour appuyer des délocalisations dans d’autres villes que la sienne auprès d’un ministère alors très réticent et même opposé à l’ouverture d’antennes universitaires. Par ailleurs les universitaires ne pouvaient rester insensibles devant le très faible taux de bacheliers poursuivant des études dans l’enseignement Supérieur dans le Cambrésis, comme dans le Boulonnais ou le Calaisis ce qui traduisait une inégalité des chances géographique évidente. Néanmoins, à Lille III, il était clair et connu de tous et ceci fut écrit dès 1988, que l’antenne cambrésienne avait vocation à intégrer plus ou moins rapidement l’Université de Hainaut-Cambrésis.

20Ces ouvertures d’antennes ne se sont pas faites au hasard, mais bien, dès l’origine, dans la perspective stratégique de création rapide d’une ou deux nouvelles universités dans la Région. Et pour le démontrer, je verse deux pièces décisives au dossier (il y a en d’autres), l’une inédite, l’autre connue de peu de personnes. Ils ne permettent pas le doute sur l’existence d’un projet réfléchi et d’une ligne de conduite bien déterminée (documents no 2 et no 4).

21Le premier texte (document no 2) est la lettre qu’en tant que président de Lille III j’adresse le 5 décembre 1986 au recteur de l’Académie de Lille. Celle-ci fait suite à un long rendez-vous que j’avais obtenu au printemps 1986 auprès du précédent recteur, Michel Migeon, soit quelques mois après mon élection à la tête de cette université. Celui-ci avait accueilli avec intérêt et une sympathie évidente les projets de décentralisation que je lui avais présentés et dont l’essentiel est résumé dans la lettre ici publiée. La phrase-clef révèle sans ambiguïté la stratégie suivie. Cette antenne (Arras) pourrait même, après une période expérimentale devenir l’éventuelle Université d’Artois, les villes de Lens et de Béthune étant concernées par cette implantation (5 décembre 1986). Il faut par ailleurs savoir qu’à cette date et jusqu’en 1990 environ, je n’avais pour ma part aucun contact spécifique avec le Conseil général du Pas-de-Calais, ni avec des représentants de Lens et de Béthune. Lille III commençait seulement à explorer les problèmes avec Arras, et encore par personnes interposées.

22C’est donc dans cette perspective d’un aménagement du territoire et de création d’une antenne universitaire que s’amorcèrent des discussions avec le député-maire de Boulogne-sur-mer, Guy Lengagne, que j’avais eu l’occasion de rencontrer plusieurs fois en 1985 et 1986 à l’occasion de la parution d’une Histoire de Boulogne-sur-mer aux Presses Universitaires de Lille. Celui-ci, universitaire également puisque maître de conférences de mathématiques à l’Université de Picardie, était convaincu comme moi qu’il fallait développer dans cette ville des formations supérieures en langues appliquées et notamment en anglais, en lettres, en sciences humaines. Ainsi naîtrait un pôle universitaire complémentaire de celui de Calais axé sur les sciences. Le développement prévisible des échanges liés à la construction du tunnel sous la Manche commandait aussi cette ouverture. Après négociation une convention officielle fut signée en juin 1987, prévoyant l’ouverture, à la rentrée, d’un DEUG-LEA (langues étrangères appliquées) dans une charmante école primaire désaffectée située près du centre ville. L’université l’avait préférée à un site plus spacieux mais situé loin du centre et de l’importante bibliothèque municipale. Le tout s’était fait avec le soutien actif et indispensable de la directrice de LEA, Annie Allain, et d’enseignants de l’Université de Lille III, tout à fait acquis à ce projet. Cette ouverture de surcroît consolidait l’implantation de l’Université d’été de Boulogne-sur-mer, créée par la Faculté des Lettres de Lille, et dont la dynamique présidente, Jacqueline Herment, soutenait également l’ouverture des LEA. Le plus difficile avait été de convaincre le ministère d’accorder l’habilitation pour l’ouverture de cette formation décentralisée. On m’expliqua, dans certains bureaux parisiens, qu’il y avait bien assez de centres universitaires en France, en montrant d’ailleurs des cartes dont le fond était blanc et ne comportait aucune indication sur les densités de population et les pyramides des âges. Je fis observer que le nombre important d’implantations dans le Centre-Ouest de la France, par exemple, ne réglait peut-être pas le problème de la surpopulation étudiante et du déficit des formations dans le Nord-Pas-de-Calais. C’est finalement un peu subrepticement que nous apprîmes l’acceptation ministérielle du DEUG-LEA à Boulogne-sur-mer dans une lettre adressée par le ministre Valade au maire de... Cambrai !

23Quelques jours plus tard, le 27 juin 1987, était signée très officiellement à Dunkerque une convention-cadre entre d’une part l’Association « Centre de développement et de recherche pour le commerce et l’industrie (CDRCI) » regroupant la Communauté urbaine de Dunkerque, la ville de Dunkerque et la Chambre de commerce et d’industrie de cette ville représentées respectivement par Albert Denvers, Claude Prouvoyeur et André Mailly et d’autre part les Universités de Lille I et de Lille III, représentées par leurs présidents. Cette convention réglait les conditions d’ouverture pour la rentrée des DEUG Sciences des structures et de la matière (SSM), Langues étrangères appliquées (LEA), Administration économique et sociale (AES), d’un diplôme d’Université de Technicien supérieur en thermique et de formations continues. La Communauté urbaine mettait à la disposition des Universités le pôle Lamartine, des personnels, des équipements et des moyens et prévoyait la construction d’un bâtiment quai de la Citadelle. L’ouverture de nouvelles formations serait examinée chaque année. De par son ampleur, cette convention était une sérieuse avancée pour la création d’une Université sur le littoral et tous les partenaires en étaient parfaitement conscients. La Communauté urbaine stipulait d’ailleurs dans le texte qu’elle n’entendait pas se substituer aux responsabilités permanentes de l’État concernant l’Enseignement Supérieur.

24Pendant ce temps, les élus du Pas-de-Calais, le président du Conseil Régional étaient très actifs. En décembre 1987, le président Roland Huguet saisissait le premier ministre Jacques Chirac et le ministre de l’Éducation nationale, René Monory à propos du problème du développement de l’Enseignement Supérieur dans le Pas-de-Calais. (Document no 3).

25Simultanément des négociations importantes se déroulèrent entre Lille III et les représentants du district urbain d’Arras, notamment Léon Fatous maire de cette ville et le vice-président du district, le maire de Dainville, Bernard Quandalle. Celui-ci fut l’ardent partisan de la création d’une université en Artois et ne ménagea pas ses efforts pour faire aboutir ce projet. Comme l’équipe dirigeante de Lille III était convaincue que le chef-lieu du Pas-de-Calais avait un rôle majeur à jouer dans la nouvelle carte universitaire qui se dessinait, le partenariat fut facile et allait aboutir à une convention signée le 9 mai 1988 pour les Lettres suivie d’autres. Simultanément, des discussions étaient ouvertes entre les Universités de Lille II, Lille III, et Valenciennes d’une part et la mairie de Cambrai pour l’ouverture de trois DELTG dans cette ville (Droit, Histoire, Sciences des structures et de la matière). Le recteur Dischamps vint présider personnellement à Arras et Cambrai la signature des conventions, officialisant cette politique.

26Désormais à Lille III, le choix de décentralisation universitaire dans la Région par l’ouverture d’antennes était un élément fort de la politique d’établissement. Elle s’accompagnait d’une diversification des implantations dans la métropole lilloise (LEA à Roubaix dans l’usine Crouy réhabilitée et transformée, suivie de l’Histoire de l’Art à Fives et d’Information-Communication à Roubaix). Pour suivre tous ces dossiers délicats et les nécessaires transformations des bâtiments anciens, un service spécifique directement rattaché à la présidence fut créé et fit preuve d’une grande efficacité.

27Ainsi donc, à l’automne 1988, le paysage universitaire était sérieusement modifié d’autant plus qu’à Dunkerque et à Boulogne-sur-Mer de nouveaux DEUG s’étaient ajoutés aux précédents. L’Université de Lille I confrontée, elle aussi, à de sérieuses difficultés de locaux et de fonctionnement et jusqu’alors restée sur une réserve prudente s’engageait dans le même processus sous l’impulsion de son président, Alain Dubrulle et de son équipe dirigeante. En septembre 1988, à l’initiative de Lille I, mais en partenariat avec Lille II, Lille III et Valenciennes se tiennent les Assises pour les Universités régionales qui tout en insistant prioritairement sur les besoins des Universités lilloises, évoquent la création d’une université nouvelle. Le 21 octobre 1988, le Conseil Régional Nord-Pas-de-Calais réuni exceptionnellement à Arras pour débattre des problèmes de l’enseignement supérieur avait réaffirmé la nécessité de créer une université dans le Pas-de-Calais.

28Le recteur avait bien évidemment demandé des contributions pour le Schéma régional des formations supérieures alors en cours d’élaboration. C’est pour répondre à cette sollicitation que les présidents des quatre universités existantes décident de transmettre, outre les propositions de leur établissement, un document rédigé en commun et intitulé Positions communes aux présidents des Universités du Nord-Pas-de-Calais sur le schéma des formations post-baccalauréat (formations longues). La mise au point se fit au cours de réunions souvent informelles et efficaces. La tradition voulait que le « littéraire » tint la plume, mais le texte définitif fut discuté, amendé, mis au point par tous, signé par les quatre présidents le 2 novembre 1988 et transmis au recteur.

29On peut s’étonner rétrospectivement que ce document d’une grande importance pour l’étude du développement universitaire régional ne connut alors aucune publicité. Mais ceci s’explique par le fait qu’il était destiné au recteur et au ministre et que les présidents à l’époque ne jugèrent pas correct de lui donner une plus large publicité, ce qui fut une erreur d’appréciation. Sa méconnaissance entraîna notamment des interprétations erronées sur la politique suivie ou plutôt sur la soi-disant absence de politique et en provoque encore. Nous le publions ici in-extenso « afin que nul ne soit censé l’ignorer ! », selon la vieille formule française. (Document no 4).

30Sur le sujet qui nous préoccupe dans cet article le texte affirme sans ambiguïté la volonté de voir se créer dans la région deux nouvelles universités dont les contours sont esquissés. Citons quelques extraits essentiels : Un autre ensemble universitaire dont l’émergence rapide s’impose est situé en Artois et dans le bassin minier... Les présidents signataires considèrent que l’ensemble universitaire centré sur l’Artois et le bassin minier a pour vocation de devenir Université à part entière associant étroitement enseignement et recherche.

31Il faut aussi remarquer dès cette date que l’idée de faire de Douai le quatrième pôle de l’Université d’Artois est explicitement formulée : Pourrait être éventuellement rattaché à cet ensemble Douai, s’il était décidé d’y développer des formations universitaires longues. Le président de l’Université de Lille II qui était alors un médecin, Jacques Vanlerenberghe, avait pour sa part ratifié cette perspective.

32La deuxième université était elle aussi clairement annoncée : un autre ensemble est constitué par le Littoral (Manche et Mer du Nord) où le problème doit être abordé de manière transdépartementale. Cet ensemble universitaire du Littoral a vocation à devenir lui aussi une université à part entière. Le problème posé par Saint-Omer n’était pas éludé, même si aucune solution n’était avancée.

33Par ailleurs, le document affirme sans équivoque que dans le cas du pôle de Cambrai, les implantations devaient se faire en accord avec l’Université de Valenciennes.

34Il faut enfin constater que les présidents signataires demandaient des décisions rapides et surtout affirmaient leur volonté de voir émerger ces universités nouvelles et d’être leurs mères-nourricières.

35Quelques semaines après, une brève réponse de M. Jospin, ministre de l’Éducation nationale, à un parlementaire qui l’avait interpellé semait 1 inquiétude chez les élus. « La création d’une Université pour le Pas-de-Calais n’est pas à l’heure actuelle une option retenue par le ministère de l’Éducation nationale, compte-tenu de la nécessité de conforter les délocalisations actuelles avant de créer un nouvel établissement », avait-il déclaré. Immédiatement, le président du Conseil régional, M. Josèphe et le président du Conseil général du Pas-de-Calais, M. Huguet avaient réagi en rappelant l’impérieuse nécessité de cette création.

LA CRÉATION DES UNIVERSITÉS d’ARTOIS ET DU LITTORAL

36En 1988 en effet, la gauche était revenue au gouvernement. Lionel Jospin ministre de l’Éducation nationale dans le gouvernement Rocard et Claude Allègre son conseiller spécial pour l’Enseignement Supérieur, après un inventaire des lieux, sont convaincus de la gravité de la situation de l’Enseignement Supérieur et de la nécessité de lancer un plan d’envergure, notamment en matière de constructions et de maintenance. La politique contractuelle est lancée dès 1989. Grâce à elle, l’Université de Lille III par exemple, suite à la visite des bâtiments par Claude Allègre, reçoit les crédits nécessaires pour refaire quatre amphithéâtres qui étaient en bien mauvais état. L’opération est réalisée en trois mois et ceux-ci sont prêts pour la rentrée. Commencent aussi les discussions préliminaires qui vont aboutir au plan Université 2000.

37De nombreux élus de la Région considèrent que la conjoncture politique est désormais très favorable pour obtenir la création de l’Université du Pas-de-Calais. Lors de sa venue à Arras le 23 mars 1989, Lionel Jospin avait annoncé la création d’une mission spécifique au sein de son ministère, chargée de travailler en concertation avec les présidents d’université de la région et les élus sur les projets de création d’une université de plein exercice dans le Pas-de-Calais. En juin 1989, des élus du Conseil général du Pas-de-Calais vont au Québec observer la structure et le fonctionnement d’une université multipolaire, l’UQAM (Université du Québec à Montréal). Les présidents Noël Josèphe, Roland Huguet, le secrétaire d’État Jacques Mellick, Daniel Percheron, André Delelis, Jean-Pierre Kucheida, Léon Fatous, Bernard Quandalle, Dominique Dupilet, Jean-Jacques Barthe et bien d’autres élus multiplient les démarches et les interventions à Paris. Mais certains responsables au ministère sont très réservés ; Claude Allègre lui-même est dubitatif sur la multipolarité et sa viabilité. Collectivement, les élus « montent au créneau » et obtiennent en octobre 1989 la nomination de trois chargés de mission, les professeurs Bordet, Garden et Zalta qui doivent remettre rapidement un rapport sur la faisabilité d’une université dans le Pas-de-Calais. Ceux-ci s’acquittent de cette tâche avec sérieux et diligence. Ils rencontrent de nombreux responsables, les élus, le recteur et longuement chacun des trois présidents d’Universités lilloises. Le long rapport détaillé et fourni des chargés de mission, remis au printemps de 1990 et que nous ne pouvons citer ici, aboutit à la conclusion qu’il est souhaitable de créer dans la région Nord-Pas-de-Calais deux nouvelles universités multipolaires et expérimentales.

38Lionel Jospin et Claude Allègre ont fait tenir des Assises régionales pour la préparation du plan Université 2000. Lors de la réunion dans l’Académie de Lille qui se tient le 9 juin 1990 dans le grand amphithéâtre Kino de Lille III, le ministre accompagné notamment de Claude Allègre annonce officiellement son intention de créer deux nouvelles universités dans la Région, l’une en Artois, l’autre sur le Littoral. La bataille est gagnée, mais elle n’est pas achevée.

39À la rentrée de septembre 1990 aux formations ouvertes par Lille III (à Arras en Lettres on prépare déjà la licence, à Dunkerque en AES et à Boulogne-sur-mer en LEA) s’ajoutent les ouvertures de première année de DEUG de Sciences (DEUG A) à Lens, dans l’ancienne école Jean Macé, de Sciences économiques à Béthune clans les locaux de l’IUT et à Arras pour la géographie sous la tutelle de Lille I. À Dunkerque, la CUD avait financé le bâtiment de la Citadelle. À Arras, le district urbain a fait construire entièrement à ses frais un magnifique bâtiment qui est occupé en février 1990 et qui héberge désormais la formation de Lettres Modernes. C’est l’amorce de l’actuel domaine universitaire caractérisé par un style convivial fort apprécié. Ainsi, dans ces deux villes, il ne s’agit plus seulement de locaux prêtés ni réhabilités mais de bâtiments neufs destinés à l’Université.

40Il faut désormais donner une réalité à la décision prise de créer deux nouvelles universités. À l’automne 1990, le recteur Claude Pair consulte personnalités et présidents d’Université pour proposer au ministre les noms des responsables chargés de la mission de les mettre en place. Pressenti, j’acceptais de relever le défi pour l’Artois, tandis qu’un ancien président de Lille I, Michel Parreau, était investi de la même tâche. Notre nomination intervint le 14 décembre 1990. Fidèle à la démarche suivie pour les nouvelles Universités d’Île de France, Claude Allègre fit nommer simultanément deux personnalités pour constituer un Conseil d’orientation chargé de réfléchir sur les axes de développement et les liens avec le monde économique. René Loubert, ancien président d’USINOR, du Centre d’Études et de Recherche sur les Qualifications, des Établissements publics du Parc de la Villette et de l’Opéra Bastille fut désigné pour l’Artois, Henri Guillaume, Directeur général de l’ANVAR pour le Littoral ; ce dernier n’était pas un inconnu pour Michel Parreau puisqu’il avait enseigné à Lille I. Pour ma part, je n’avais jamais rencontré René Loubert qui ne me connaissait pas davantage. Il prit sa charge très à cœur et se préoccupa de donner vie à ce Conseil d’orientation qui était une institution toute nouvelle.

41Michel Parreau et moi-même étions confrontés hélas au classique manque de moyens et plus encore de personnels pour accomplir une tâche d’une telle importance ; on nous avait doté d’un petit budget et de deux secrétaires (1B, 1C) chacun ; ce qui n’était quand même pas proportionné à l’importance de la mission à remplir : créer deux nouvelles universités. Fort heureusement le Conseil régional Nord-Pas-de-Calais, le Conseil général du Pas-de-Calais pour les deux établissements, la Communauté urbaine de Dunkerque pour le Littoral, le district urbain d’Arras pour l’Artois, apportèrent un soutien important et indispensable. Nous pûmes surtout nous appuyer sur nos deux universités d’origine. Lille I pour le Littoral, Lille III pour l’Artois, qui jusqu’en septembre 1992 assurèrent la tutelle et la gestion financière. Le président Alluin à Lille III, qui avait été le premier directeur de l’antenne d’Arras, avec l’accord du recteur Pair accepta de mettre à la disposition de l’Artois Marie-Paule Dejonghe, qui, dès l’origine, suivait la politique des antennes et des constructions dans cet établissement, et devint la première secrétaire générale de cette université. Alain Dubrulle de son côté fut attentif à ce que Lille I aide Michel Parreau pour le Littoral. On pouvait également compter sur la coopération active de quelques enseignants, responsables des formations délocalisées dans les antennes qui s’engageaient à fond dans cette aventure. Bien qu’en trop petit nombre et manquant de moyens, ces pionniers allaient aider à mener à bien cette entreprise.

42Il fallait d’abord et avant tout obtenir la création officielle des deux nouvelles universités et donc élaborer le projet. Certes, on pouvait s’inspirer des décrets créant les Universités nouvelles d’Île de France. Mais la situation n’était pas comparable, notamment en raison de la multipolarité affichée.

43Le problème du choix de la ville-siège était délicat, surtout pour le Littoral. En Artois en effet, élus et universitaires très largement plébiscitaient Arras. Seul le maire de Lens, avec des arguments respectables, défendit quelque temps la candidature de sa ville pour cette fonction. Pour l’Université du Littoral la question était bien plus délicate. La Communauté de Dunkerque d’une part, le Conseil général du Pas-de-Calais d’autre part avaient beaucoup œuvré pour obtenir cette université. Calais avait l’antériorité chronologique et géographiquement occupait une position centrale, mais Dunkerque était la ville la plus importante et menait le combat depuis longtemps. Les quatre universités existantes dans la Région ayant déjà leur siège dans le Nord (Lille, Valenciennes), le Pas-de-Calais réclamait les deux autres. Finalement, le ministère trancha et le maire de Dunkerque, ministre d’État, emporta la décision pour sa ville.

44En revanche la spécialisation des sites en Artois voulue par tous les protagonistes et simultanément affirmée dans la charte de partenariat Université 2000 qui se préparait, posa problème pour Douai et le Droit. L’idée avancée dans les Positions communes des présidents en novembre 1988 avait fait son chemin. Le maire de Douai, Jacques Vernier, en était un chaud partisan et les élus du Pas-de-Calais s’étaient ralliés à ce choix. Mais le nouveau président de l’Université de Lille II, le juriste José Savoye, y était farouchement opposé. Apparemment, il semblait accepter qu’une antenne universitaire de la Faculté de Droit de Lille ouvre à Douai, mais il s’opposait à la création dans cette ville d’une faculté de droit relevant d’une autre université autonome. Et ses thèses avaient quelques partisans dans la Région et à Paris. Le débat se prolongea chez le ministre de l’Éducation nationale et le premier ministre Michel Rocard. Les décrets de création datés du 7 novembre 1991 parurent au Journal officiel. Dans celui concernant l’Artois, Douai figurait bien comme pôle des études et recherches juridiques. Le siège de l’Université du Littoral était officiellement fixé à Dunkerque. Les deux établissements devenaient de plein exercice à compter du 1er octobre 1992. Le 14 février 1992, deux arrêtés nommaient les professeurs Lottin et Parreau administrateurs provisoires, l’un de l’Université d’Artois, l’autre de celle du Littoral ; ils avaient donc le pouvoir de négocier directement avec le ministère sans passer sous le couvert d’une université de tutelle. René Loubert et Henri Guillaume étaient confirmés comme présidents des Conseils d’orientation.

45On se préoccupa d’abord d’obtenir les moyens en personnels enseignants et AITOS pour fonctionner. La première dotation traduisit effectivement la volonté du ministre de créer deux véritables Universités et de leur donner les moyens de fonctionner. Il n’allait hélas pas en être de même en 1994 et 1995 ; mais c’est une autre histoire ! Une surprise désagréable attendait les Administrateurs. Quelques enseignants, qui avaient été très heureux d’obtenir un emploi de professeur ou de maître de conférences en université en occupant un emploi fléché dans une antenne de Lille I ou Lille III, s’empressèrent de faire jouer la sacro-sainte clause de la liberté de choix pour abandonner la dite antenne et être affectés définitivement dans l’université de rattachement préalable. Mais plus nombreux fort heureusement furent celles et ceux qui respectèrent leur engagement initial et se lancèrent dans l’aventure des universités nouvelles. De part et d’autre, ils formèrent le noyau dur des équipes de direction qui pilotèrent la mise en place des formations et de la recherche.

46Des deux côtés également les secrétaires généraux mirent en place en un temps record les premiers grands services chargés d’accueillir les étudiants et de faire fonctionner et de gérer les dites universités ; la tâche fut d’autant plus difficile que les règles administratives de gestion des corps de l’Administration scolaire et universitaire ne permettaient pas de prendre en compte l’exceptionnelle spécificité que représentait la création d’universités nouvelles. Comme, par ailleurs, le système des concours du corps de l’ITARF n’était pas encore mis en place, il fallait recruter massivement des contractuels sur ces emplois et ceux-ci furent partiellement les artisans administratifs et techniques de cette période pionnière. Mais le système en vigueur permit bien difficilement ou ne permit pas ensuite de leur rendre justice.

47C’est avec une inquiétude légitime mais sans appréhension que les deux nouvelles universités accédèrent à l’indépendance complète le 1er octobre 1992. Le Conseil général du Pas-de-Calais marqua l’événement en lançant un gigantesque rallye pédestre entre Béthune, Lens et Arras. L’Université d’Artois organisa une grande cérémonie universitaire pour marquer ce dies natalis placée symboliquement sous le signe de l’Europe puisque la Conférence des recteurs européens et présidents d’Université d’Europe à laquelle l’Artois avait immédiatement demandé d’adhérer y était représentée. Symboliquement le discours universitaire d’usage fut prononcé par le représentant de l’Université de Bologne, l’Alma mater de toutes les universités européennes. De même, les recteurs de Lodz (Pologne) et de Timisoara (Roumanie) s’étaient exprimés l’un à Lens, l’autre à Béthune.

48Au Littoral, les manifestations intervinrent plus tard. En effet, Michel Parreau, qui avait accepté cette lourde charge bien qu’ayant atteint l’éméritat, considérait à juste titre sa mission comme terminée. Le professeur Alain Dubrulle, ancien président de Lille I et chargé pendant 18 mois de la carte universitaire au ministère, le remplaçait comme administrateur provisoire. Ainsi, les deux nouvelles universités se retrouvaient dirigées par des anciens présidents de Lille III et de Lille I, qui avaient œuvré pour leur création et en connaissaient bien la genèse et les difficultés.

49En octobre 1992 donc, un peu moins de cent ans après l’installation de l’Université à Lille, et 430 années après la création de l’Université de Douai par Philippe II d’Espagne (Insulensis, olim Duacensis), deux nouvelles universités accédaient à l’existence officielle. Elles ont désormais leur histoire propre et autonome, mais en liaison avec les autres universités « nordistes » avec lesquelles elles collaborent étroitement au sein de la Conférence Régionale des présidents d’Université et du Pôle européen Lille Nord - Pas-de-Calais.

Document 1. Étudiants inscrits à l’Université de Lille 3 de 1959-60 à 1995-96

Document 1. Étudiants inscrits à l’Université de Lille 3 de 1959-60 à 1995-96

Photo no 1 : Signature de la convention quadripartite entre la Communauté urbaine de Dunkerque représentée par Monsieur A. Denvers, le président de la Chambre de Commerce et d’Industrie deDunkerque, A. Mailly, les Universités de Lille I et de Lille II représentées par leurs présidents A. Dubrulle et A. Lottin, le 27 juin 1987 (Cliché C.U. Dunkerque)

Photo n o 2  : Signature de la convention d’ouverture à Cambrai d’antennes universitaires de Lille I, Lille III, Valenciennes avec le député-maire Jacques Legendre, en présence du recteur J.C. Dischamps.

Photo no 3  : Arrivée de Lionel Jospin, ministre de l’Éducation nationale, accompagné de Claude Allègre, du Recteur Claude Pair et de Michel Delebarre, vice-président du Conseil Régional, Nord-Pas-de-Calais au Kino de Lille III pour la clôture des Assises Régionales d’U.2000, le 9 juin 1990. Annonce de la décision de créer deux nouvelles Universités dans la Région. (Cliché G. Naessens)

Photo no 4  : Rallye pédestre organisé par le Conseil général du Pas-de-Calais entre Béthune, Lens et Arras à l’occasion de l’ouverture officielle de l’Université d’Artois.

Photo no 5  : 6 novembre 1992. Cérémonie académique à Arras marquant le dies natalis de l’Université d’Artois.

Notes de fin

1 Cette communication est également publiée dans les 23èmes annales. « De Franse Nederlanden - Les Pays-Bas français », éditées par la fondation flamando-néerlandaise Stichting Ons Erfdeel.

Table des illustrations

Titre Document 1. Étudiants inscrits à l’Université de Lille 3 de 1959-60 à 1995-96
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1604/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Document 2
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1604/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1604/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre Document 3
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1604/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1604/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1604/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Document 4
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1604/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1604/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1604/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1604/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1604/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Photo no 1 : Signature de la convention quadripartite entre la Communauté urbaine de Dunkerque représentée par Monsieur A. Denvers, le président de la Chambre de Commerce et d’Industrie deDunkerque, A. Mailly, les Universités de Lille I et de Lille II représentées par leurs présidents A. Dubrulle et A. Lottin, le 27 juin 1987 (Cliché C.U. Dunkerque)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1604/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende Photo n o 2  : Signature de la convention d’ouverture à Cambrai d’antennes universitaires de Lille I, Lille III, Valenciennes avec le député-maire Jacques Legendre, en présence du recteur J.C. Dischamps.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1604/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Photo no 3  : Arrivée de Lionel Jospin, ministre de l’Éducation nationale, accompagné de Claude Allègre, du Recteur Claude Pair et de Michel Delebarre, vice-président du Conseil Régional, Nord-Pas-de-Calais au Kino de Lille III pour la clôture des Assises Régionales d’U.2000, le 9 juin 1990. Annonce de la décision de créer deux nouvelles Universités dans la Région. (Cliché G. Naessens)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1604/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Photo no 4  : Rallye pédestre organisé par le Conseil général du Pas-de-Calais entre Béthune, Lens et Arras à l’occasion de l’ouverture officielle de l’Université d’Artois.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1604/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende Photo no 5  : 6 novembre 1992. Cérémonie académique à Arras marquant le dies natalis de l’Université d’Artois.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1604/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 118k

Auteur

Professeur d’histoire moderne
Président de l’Université d’Artois

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter